Version classiqueVersion mobile

Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle

 | 
Annie Charon
, 
Élisabeth Parinet

La bibliothèque de Crébillon : deux approches

II. Crébillon lecteur ?

Catherine Volpilhac-Auger

Texte intégral

1La bibliothèque de Claude Crébillon ne pourra sans doute jamais être décrite de manière exhaustive : nous n’en avons gardé aucun catalogue, et rien ne prouve d’ailleurs que Crébillon en ait dressé un. En revanche, il nous reste la Notice des principaux articles de [sa] bibliothèque, dont Jean Viardot vient de tirer l’essentiel. A nous de glaner, s’il y a lieu.

  • 1 Pour l’identification des livres italiens, nous remercions Gérard Luciani de son aide précieuse.
  • 2 Les chiffres portés par l’inventaire après décès sont identiques.
  • 3 Ce dernier chiffre relève d’une estimation « basse » : pour bien des titres, quand le nombre de vo (...)
  • 4 Daniel Mornet, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1781) », dans Revue d’histoire (...)

2Comme on l’a vu, le titre même de cette « notice » est révélateur : ne sont retenus que les ouvrages susceptibles d’être vendus ; ne sont détaillés que ceux qui offrent un intérêt pour l’acheteur. Aussi bien des titres échappent-ils à cet inventaire, qui présente 125 lots d’ouvrages français ou latins, et 35 d’ouvrages italiens1. Ces derniers offrant des caractéristiques particulières, nous insisterons surtout sur les 125 premiers lots, qui détaillent 423 titres ; ils sont censés correspondre à 2 388 volumes2 ; or ils ne nous permettent d’identifier que 1 600 volumes environ3, soit les deux tiers. Ces données seraient certainement suffisantes si nous nous contentions d’estimations statistiques à grande échelle, comme celles que l’on trouve dans la plupart des analyses de bibliothèques, depuis Daniel Mornet jusqu’à Michel Marion4, fondées sur des notices tout aussi peu complètes que la nôtre ou sur des inventaires après décès retenant un titre sur vingt ou trente. Pour le sujet qui est le nôtre, elles incitent à la plus grande prudence.

  • 5 Archives nationales, Minutier central, étude LXXXIII, 584, 28 avril 1777.
  • 6 Seuls trente-trois ont été véritablement identifiés, parmi lesquels un titre, très vague (Lettres (...)
  • 7 Voir notre note 3.
  • 8 Cette absence est d’autant plus surprenante que l’année même de sa mort, Crébillon achète le Suppl (...)

3Ce décompte a néanmoins pu être complété par l’examen de l’inventaire après décès de Crébillon, dont on peut tirer des conclusions contradictoires5. Cet inventaire fournit seulement un titre par lot, soit 125 ; mais sur ces 125 références, 35 n’apparaissent pas dans le catalogue6. Il apporte la preuve (inquiétante) que plus de 8 % des titres échappent à la description de la Notice. Conséquence plus réconfortante : si l’on suppose que la proportion entre le nombre des titres et celui des volumes est identique dans le catalogue et dans l’inventaire, on arrive à un total de 75 % (au moins) de volumes identifiables. Compte tenu de la prudence avec laquelle nous avons fait nos décomptes7, on peut raisonnablement penser que nous connaissons de 75 à 85 % des ouvrages « présentables » que détenait Crébillon. La lacune est donc quantitativement faible ; elle nous interdit néanmoins de traiter sans précaution un point important : les « vides » d’une bibliothèque dans laquelle ne figurent ni Diderot, ni le théâtre de Marivaux (sans doute inclus dans les « paquets de brochures et de pièces de théâtre », lots 115, 84, 86). On relèvera seulement l’absence de l’Encyclopédie, dont le format et le prix devaient suffire, quel qu’en soit l’état, à justifier une mise en vente8, tout comme celle des dictionnaires de Moréri et de Bayle.

4Il faut également tenir compte d’un autre problème, qui se pose pour toute étude comparable : nous ne disposons que des dates de publication, non des dates d’achat. Nous avons donc une vision tout à fait artificielle de cette bibliothèque, qui se compose d’ouvrages s’échelonnant de 1476 à 1777 et qui, de plus, a peut-être été constituée par acquisition de lots entiers. L’étude chronologique, sans être impossible, reste donc délicate.

  • 9 Bibl. nat. de Fr., ∆ 937, éd. par Dammoneville. Peut-être même est-ce celle de Crébillon fils ; le (...)

5Enfin, l’ensemble des livres de Crébillon doit être complété par une bibliothèque dont il a sans doute longtemps usé, celle de son père ; le contenu en est connu par un catalogue, car Prosper Crébillon l’a vendue en 17579. Nous verrons l’usage qu’il faut faire de cette « bibliothèque fantôme », qui fut peut-être celle de notre Crébillon, mais sur laquelle nous ne pouvons avoir aucune certitude.

  • 10 Nous avons attribué à leurs auteurs tous les ouvrages donnés pour anonymes par le catalogue ; nous (...)
  • 11 Telles qu’elles sont fournies par la notice, ou restituées par nos soins (dans la mesure de nos mo (...)

6Nous avons établi une liste qui fait apparaître 518 références, auxquelles nous avons assigné un numéro conforme à leur ordre dans la notice et dans l’inventaire après décès. Nous avons reporté également le numéro des lots, tel qu’il figure dans la notice, en le faisant précéder de l’abréviation « lot » (ou « inventaire », si nécessaire). Nous avons restitué, dans la mesure du possible, un certain nombre de noms d’auteur10. A cela viennent évidemment s’ajouter les indications bibliographiques traditionnelles11, lieu d’édition, nombre de volumes et format, ces rubriques étant parfois incomplètes, surtout pour les titres de l’inventaire. Que peut-on en retirer ?

  • 12 Voir Roger Chartier, « L’homme de lettres » dans L’homme des Lumières, dir. Michel Vovelle, Paris, (...)

7Si nous n’avons pas affaire à un maniaque de l’accumulation (la comparaison avec d’autres catalogues de vente est à cet égard significative) ni à un grand collectionneur déclaré comme tel, nous trouvons un homme de goût, dont la curiosité, pour ne pas s’être concentrée sur les « livres rares et précieux », n’en est pas moins digne de remarque. Or il s’agit d’un romancier ; autrement dit, il serait naïf de vouloir trouver dans les volumes accumulés et évoqués ici ou plus haut des sources directes ou indirectes de son œuvre, et nous ne ferons pas ici le type d’analyse qui peut être mené à partir de la bibliothèque de Montesquieu, par exemple. Certes, Crébillon a pu trouver tel schéma ou topique narratifs dans l’un des milliers de romans qui ont précédé les siens. Mais aurons-nous véritablement fait avancer nos recherches quand nous aurons constaté qu’on trouve dans sa bibliothèque Don Quichotte ou La Princesse de Clèves, ou Le Grand Cyre ? Nous nous attacherons davantage dans cette étude à cerner la personnalité, ou l’horizon intellectuel, d’une des figures les plus vivantes du milieu des « hommes de lettres », démarche d’autant plus intéressante à nos yeux que Crébillon ne fait pas partie des « groupes » ou réseaux déjà bien étudiés pour des raisons évidentes, comme les Encyclopédistes, les journalistes ou les académiciens, et que ce statut d’« homme de lettres » ne se laisse pas toujours aisément définir12.

  • 13 Auxquels il faut ajouter les romans contenus dans les oeuvres de Rousseau, Montesquieu ou Voltaire (...)

8Les traits les plus frappants sont la relative ancienneté de cette bibliothèque (et, cette fois, nous parlons des textes) et sa composition : si l’on s’en tient aux seules dates d’édition, on constate que sur 467 titres auxquels on peut assigner une date précise, 24 remontent au XVIe siècle, 140 au XVIIe (entre 1600 et 1715) : soit un tiers des ouvrages. Mais ce calcul ne prend pas en compte les nombreuses rééditions du XVIIIe siècle : Segrais (no 175, lot 59), Mme de La Fayette (no 16, lot 9), Honoré d’Urfé (no 75, lot 28), Boccace (no 428, lot 130), etc. En fait, le roman baroque, de Gomberville à La Calprenède, de Le Vayer de Boutigny à Mlle de Scudéry, de Gerzan à Pélisseri, occupe une place considérable, contribuant à faire de la littérature romanesque la catégorie la mieux représentée (plus de cent ouvrages, soit plus d’un cinquième de l’ensemble13). On sait qu’il ne s’agit pas d’un goût isolé ou surprenant à cette époque ; l’exact contemporain de Crébillon, Rousseau, se dépeint lui-même en « berger extravagant » dont la tête est tournée pendant sa jeunesse par de pareilles lectures. Mais cela pouvait passer pour l’attitude attardée d’un provincial issu d’un milieu modeste, peu au fait des nouveautés. La présence de ces ouvrages chez un des représentants les plus actifs de la société des « gens de lettres » est loin d’être sans intérêt.

  • 14 Ce qui doit inciter à nuancer l’idée selon laquelle, en tant que censeur, il aurait pu emplir sa b (...)
  • 15 On aurait évidemment aimé trouver Les Bijoux indiscrets (1748), dans lesquels Diderot tympanisait (...)

9D’autant plus que Crébillon semble avoir montré moins d’intérêt pour ses contemporains : des romans publiés au cours des vingt dernières années de sa vie (1757-1777), à une époque qui voit le succès de Baculard d’Arnaud, Mme Riccoboni, Dulaurens, Sterne, Goldsmith, Mercier, il n’aurait guère retenu, d’après la Notice, qu’une dizaine de titres, parmi lesquels les Contes moraux de Marmontel (no 236, lot 75), L’Orphelin normand de Charpentier (no 292, lot 88), l’Histoire d’Émilie Montagne de Mme Brooke, traduite par Robinet (no 291, lot 88), les Contes des génies de J. Ridley et du même traducteur (no 214, lot 70), L’École des pères de Restif, dont il fut le censeur (no 232, lot 74)14. Il préfère manifestement acquérir, outre les grands romans dont nous avons parlé, des rééditions d’ouvrages datant de la première moitié du siècle, qu’il avait évidemment lus dès leur parution, et tout d’abord ceux de Marivaux : Le Paysan parvenu (1764, no 246, lot 103), sans parler de La Vie de Marianne (1754, no 235, lot 74 ; début de publication de la première édition : 1731), qui fait partie des ouvrages « romanesques » dont il raillait certains traits dans Les Égarements du cœur et de l’esprit (1736)15. Une tendance très nette – et d’ailleurs peu surprenante : une prédilection pour les contes, Les Mille et Une Nuits traduites par Galland (no 61, lot 24), Les Mille et Une Heures, contes péruviens, de Gueulette (no 513, inventaire), Les Mille et Un Quarts d’heure, du même auteur (no 88, lot 34), les Contes de fées de Mme d’Aulnoy (no 62, lot 25). La dominante est donc clairement celle du merveilleux, emprunté à une production romanesque toujours vivante, mais issue du siècle ou du demi-siècle précédent. C’est évidemment à cette veine que s’alimenteront ses romans « exotiques », Le Sopha comme Ah quel conte !

10On n’en remarquera que mieux l’intérêt que Crébillon porte à Prévost. On est loin de retrouver la trace de tous les titres de cet infatigable écrivain et traducteur ; mais tous ses domaines d’activité sont représentés : outre les romans principaux, les Mémoires et aventures d’un homme de qualité (1729, 3 vol. in-12, no 396, lot 116), Cleveland (1732, no 395, lot 116), Les Campagnes philosophiques (1741, no 489, inventaire), Le Doyen de Killerine (1771, no 418, lot 123), Manon Lescaut (no 490, inventaire), mais aussi l’Histoire du chevalier Grandisson (1743, no 59, lot 23), les Lettres familières de Cicéron (1745, no 171, lot 58) et l’Histoire générale des voyages (à partir de 1746, no 113, lot 43).

  • 16 On trouve seulement quelques ouvrages d’histoire sur la fondation d’ordres religieux (no 242, lot (...)
  • 17 Nous laissons évidemment de côté tout ce que Jean Viardot a déjà envisagé, notamment les « livres (...)

11Autre fait notable : pas la moindre trace de ces catégories si bien représentées dans toutes les bibliothèques, particulièrement celles qui sont transmises par héritage, la théologie16 et le droit. Que Crébillon ait eu moins de goût pour la matière juridique que la plupart de ses contemporains lettrés, gens de robe bien souvent, cela n’est pas pour surprendre – et on évitera toute comparaison avec la bibliothèque de Montesquieu, ancien président à mortier, ayant hérité sa charge, et peut-être beaucoup de ses livres, de son oncle. En revanche, que faut-il penser de cette indifférence apparente aux problèmes religieux chez l’auteur de Tanzaï et Néadarné (1734), qui prend pour cible les sectateurs de la bulle Unigenitus ? On ne dénonce pas les subtilités idéologiques de ses adversaires sans en avoir au moins une idée sommaire – et l’affaire avait assez agité la France pour qu’elle n’apparût pas seulement comme une querelle réservée aux théologiens de profession. Sans doute la bibliothèque de son père, plus riche en ce domaine, lui avait-elle offert en son temps de quoi nourrir sa curiosité ; mais celle-ci ne semble pas s’être maintenue. De fait, ce déséquilibre semble bien témoigner que Crébillon s’est doté d’une bibliothèque correspondant à ses véritables centres d’intérêt : romans, littérature antique, récits de voyage, histoire et vulgarisation scientifique – le théâtre étant sous-représenté dans la notice pour des raisons matérielles : de minces brochures de petit format et de faible valeur marchande ne pouvaient être détaillées17.

  • 18 La présence d’Ovide s’expliquant plutôt par l’intérêt pour les livres illustrés : voir ci-après.
  • 19 On pourra se référer sur ce point, pour une époque légèrement antérieure, au corpus de la collecti (...)
  • 20 A noter que pour l’histoire grecque, dans laquelle Crébillon trouve l’inspiration (récente) de ses(...)

12La bibliothèque antique de Crébillon s’organise en deux massifs principaux : le premier est constitué d’ouvrages savants en latin, de format in-8° ou in-12 (donc aisément maniables et utilisables), généralement publiés à Leyde et Amsterdam au XVIIe siècle (lots 104 et 105, soit une trentaine de volumes) et peut-être achetés en bloc. On y retrouve les grands classiques, mais les auteurs de l’époque républicaine (Cicéron, César) ou augustéenne (Virgile, Ovide), qui sont censés définir l’âge d’or de la latinité, sont loin de tenir la place qui leur revient dans bien des bibliothèques constituées autour de souvenirs scolaires : les œuvres de Cicéron (hormis la correspondance), de César et de Virgile sont représentées par une seule édition (et, nous le verrons, peu de traductions18), alors qu’Aulu-Gelle et Suétone le sont par deux. Certes, la notion d’« auteur classique » connaît à l’époque une plus grande extension chronologique qu’aujourd’hui – de ce fait la liste canonique est plus longue, et elle inclut beaucoup d’auteurs désormais considérés comme mineurs19. Ainsi, il n’est pas absolument étonnant qu’avec Horace et Phèdre voisinent Florus, Pétrone, Quinte-Curce, Claudien, Prudence, Justin et Boèce, mais aussi l’Histoire auguste, qui traite des empereurs à partir d’Hadrien, aux IIe et IIIe siècles après Jésus-Christ. Il n’est pas pour autant parfaitement banal de trouver tous ces auteurs, parfois mieux représentés que les valeurs sûres de l’enseignement. On conclura (prudemment) que l’intérêt de Crébillon semble avoir été poli pour les auteurs d’époque classique, et plus vif pour ceux de l’époque impériale20.

  • 21 On trouve un « petit Boudot » (dictionnaire latin-français particulièrement en usage chez les Jésu (...)

13Le second massif antique est composé d’ouvrages plus récents ; il s’agit alors de traductions (par exemple, les Géorgiques de Virgile, par l’abbé Delille, de 1775), sauf pour Horace et Tacite21. Ces traductions portent souvent sur des textes dont Crébillon possédait le texte original. Cela ne signifie pas nécessairement que celles-là remplacent ceux-ci : l’usage est alors rarement de faire figurer le texte latin à côté de la traduction ; on imagine fort bien que l’homme de lettres se plaise à la lecture suivie d’une traduction, alors conçue comme une performance littéraire, tout en se gardant la possibilité de revenir à l’original. C’est ainsi que l’on s’explique la présence de la traduction de la Pharsale de Lucain par Marmontel (1766, no 237, lot 75), dont Crébillon possédait deux éditions amstelodamoises, ou de celle du Satiricon de Pétrone (1713, no 369, lot 105), en plus d’une édition hollandaise, des Lettres de Pline le Jeune (1721, no 151, lot 52) à côté des Epistolae signalées par l’inventaire.

  • 22 Ce dernier dans la traduction de l’abbé Banier, avec des illustrations de Lemire, relié en maroqui (...)
  • 23 Encore cette impression doit-elle être nuancée : parmi ces ouvrages figure la traduction de Térenc (...)

14Si le premier groupe comportait autant d’historiens que de poètes, le second privilégie ces derniers (Properce, Juvénal, Perse, Ovide22...), ce qui rend manifestement compte du goût propre de Crébillon23, chez qui l’on trouve aussi plusieurs recueils de poètes contemporains (Les Saisons de Saint-Lambert en trois exemplaires, nos 201 et 202, lot 66, et no 314, lot 95 ; sept ouvrages de Dorat, dont nous reparlerons ; la traduction d’Ossian par Le Tourneur, no 91, lot 35 ; celle des Idylles de Gessner par Huber, no 277, lot 82). Ainsi, sur les 518 titres de notre liste, 76 relèvent de la poésie. L’attrait pour l’histoire n’est cependant pas négligeable, car il faut compter avec de nombreux titres d’archéologie qui témoignent d’un intérêt (peu original mais certain) pour l’art antique – mais il en a déjà été question.

15Par d’autres aspects encore, Crébillon est bien de son siècle : il a sur ses rayons plusieurs histoires romaines, et d’abord celle de Vertot (no 4, lot 2), Histoire des révolutions arrivées dans le cours de la république romaine : de lecture agréable, c’est un ouvrage « de base » ou de référence, devenu banal tant il est répandu – il sera d’ailleurs inlassablement réédité jusqu’au milieu du XIXe siècle ; mais aussi celle de L. Échard (no 3, lot 2), traduite de l’anglais, ainsi que l’Histoire du Bas-Empire de Lebeau (no 6, lot 4), et surtout l’Histoire des empereurs de Lenain de Tillemont (no 504, inventaire), qui témoigne déjà d’un intérêt moins commun : l’ouvrage, paru en 1692-1693, est rapidement apparu comme un véritable modèle de méthode historique, par la manière scrupuleuse dont il reprenait les sources anciennes, sans la moindre intervention personnelle qui en eût faussé l’interprétation. S’il est aisément lisible, il est loin de constituer véritablement un ouvrage d’agrément, au même titre que les aimables récits de l’abbé de Vertot.

  • 24 Crébillon en possédait également deux éditions, de 1666 et de 1762.
  • 25 Rappelons que nous n’avons pu dater que quatre cent soixante-sept titres.
  • 26 Les ouvrages les plus récents sont le Supplément de l’Encyclopédie et le Théâtre de société de son (...)

16On relèvera aussi, parmi les ouvrages à teneur historique, les Nuits attiques d’Aulu-Gelle (no 323, lot 97), qui datent seulement de 1776, et pourraient témoigner d’une curiosité intacte jusqu’en ses dernières années, tant l’ouvrage offre d’anecdotes et d’aperçus sur la vie quotidienne des Anciens24. Cela nous incite à regarder de plus près la chronologie de cette bibliothèque, où nous avons noté la part importante de textes anciens – du moins antérieurs au XVIIIe siècle – particulièrement sensible pour la littérature romanesque. Or, durant les sept dernières années de sa vie (de 1770 au début de 1777), Crébillon a acquis (ou reçu) au moins 99 titres publiés durant cette période, soit près d’un cinquième de sa bibliothèque, et sans doute plus25 – sans préjuger des ouvrages qui ne portent pas de millésime et de ceux, plus anciens, qu’il peut avoir achetés pendant cette période. C’est donc un homme singulièrement ouvert aux nouveautés, et ce jusqu’à la fin de sa vie, qui nous apparaît26.

17Plusieurs histoires de France également, depuis le sérieux Abrégé chronologique du président Hénault, en deux exemplaires (1749, no 22, lot 12, et 1768, no 126, lot 46), jusqu’au très scolaire Précis d’histoire de France de Pélosi (no 296, lot 90), des Eléments de l’abbé Millot (no 416, lot 123) aux vingt-quatre volumes de Velly, Villaret et Garnier (no 1, lot 1). On y ajoutera les œuvres historiques qui figurent nécessairement sous le nom de Voltaire. Mais il possède également une Histoire des Arabes (Marigny, 1750, no 32, lot 197), une Histoire des Huns (De Guignes, 1756, no 77, lot 29), l’Histoire des Pays-Bas de Grotius (no 340, lot 102), l’Histoire de l’Afrique et de l’Espagne de Cardonne (no 322, lot 97), l’Histoire du traité de Westphalie du P. Bougeant (no 81, lot 29), sans compter de très nombreux ouvrages, français et italiens, relatifs à l’Italie, parmi lesquels la sulfureuse Histoire civile du royaume de Naples de Giannone (deux exemplaires, l’un de 1742 en français, no 23, lot 12, l’autre en italien, de 1762, no 471, lot 151). C’est dire que rien n’échappe à la curiosité de Crébillon : s’il s’est détourné de la production romanesque de ses contemporains, il en a partagé bien des goûts, y compris pour les antiquités nationales. Mais surtout, ces relevés nous prouvent combien il serait fallacieux de l’enfermer dans les salons et les alcôves de ses propres romans. Le temps et l’espace que lui ouvrait sa bibliothèque étaient sans limite. Il s’agit sans doute bien, comme le suggère Jean Viardot, d’un voyageur en chambre.

  • 27 Quarante titres seulement, mais qui correspondent à un nombre élevé de volumes.
  • 28 Par exemple les travaux de J. Jonston, no 33, lot 15, nos 221-223, lot 72, no 273, lot 81.

18D’autres preuves nous en sont apportées si l’on considère le nombre important de récits de voyage qu’il a accumulés27 : aux « grands classiques » du siècle précédent, Chardin, Dapper, Niewhoff, Tavernier, Tournefort, s’ajoutent dix-neuf volumes de l'Histoire générale des voyages de l’abbé Prévost (no 113, lot 43), ou les Voyages de La Condamine (no 506, inventaire), ou le récit d’Anson (no 252, lot 79). Ils nous permettent de deviner un lecteur soucieux de se dépayser, mais peut-être aussi de connaître des réalités qu’il abordait par un autre biais, celui d’une littérature scientifique représentée par 34 titres, relevant surtout de l’histoire naturelle, complétée par quelques ouvrages de médecine ou de physique. En ce domaine encore, deux masses peuvent être distinguées : à une série de livres en latin du XVIIe, voire du XVIe siècle, qui font l’inventaire du monde et se présentent comme de véritables sommes de la science de leur temps28, répondent des ouvrages plus disparates, relevant davantage de la vulgarisation : le Dictionnaire universel d’histoire naturelle de Valmont de Bomare (1764, no 320, lot 97), mais aussi différents traités de l’inévitable Buffon (nos 128 et 129, lot 46), dont on sait qu’il est une valeur sûre des bibliothèques, quelles qu’elles soient, le sérieux Traité sur les comètes de Dionis du Séjour (1775, no 412, lot 122), ainsi que les Recherches sur le pouls par rapport aux crises de Bordeu (1768, no 420, lot 123).

19Mais que penser du Dictionnaire théorique de chasse et de pêche de Delisle de Sales (no 210, lot 69), des Recherches sur les maladies épizootiques de Paulet (no 408, lot 121) ? Sans doute ce qu’on doit retenir des Poésies sacrées de Le Franc de Pompignan (1763, no 241, lot 76), ou des Jeux de la petite Thalie de Moissy (1769, no 194, lot 64), ainsi sous-titrés : Nouveaux petits drames dialogués sur des proverbes propres à former les mœurs des enfants et des jeunes personnes, depuis l’âge de 5 ans jusqu’à 20..., qui doivent certainement leur présence dans cette bibliothèque à l’activité de censeur de Crébillon, et à ce que Jean Viardot a appelé le « service de presse ». On ne pourra jamais rendre compte des détours par lesquels certains ouvrages entrent dans une bibliothèque ; nous ne chercherons donc pas à tout justifier ou à inventer un Crébillon conforme à toutes les curiosités de sa bibliothèque.

  • 29 Par contre, on trouve, du P. Richard (no 414, lot 122), la Défense de la religion, de la morale, d (...)
  • 30 Montesquieu, Œuvres, Amsterdam, 1764, 6 vol., no 109, lot 41 ; Voltaire, Œuvres, Neufchâtel, 1773, (...)
  • 31 Voir La notion d’œuvres complètes, éd. Jean Sgard et Catherine Volpilhac-Auger, Oxford, Voltaire F (...)

20Ne peut-on au moins esquisser un portrait ? Il risque d’être flou, ou encore d’être calqué de trop près sur ce que nous connaissons déjà de Crébillon. Rien n’est plus facile que de trouver dans une bibliothèque ce qui est conforme à l’idée préconçue que nous avons de son propriétaire. Nous avons déjà constaté que la production romanesque de la seconde moitié du siècle l’attirait peu ; de même, les combats philosophiques ne sont pas son fait : si les matérialistes, Diderot, Helvétius, La Mettrie, d’Holbach, ont figuré un jour dans sa bibliothèque, ils n’ont laissé aucune trace29 – encore faut-il compter avec le fait qu’il s’agit là souvent d’ouvrages interdits, qu’on ne pouvait se permettre de faire apparaître nommément sur un catalogue de vente. Mais on ne relève pas davantage trace de philosophes moins compromettants, Condillac ou les physiocrates. Et si Montesquieu, Voltaire et Rousseau sont présents, c’est sous la forme de séries30, non d’ouvrages isolés, sauf pour Voltaire (œuvres non précisées, no 331, lot 100 ; La Henriade, no 111, lot 42) et le Dictionnaire de musique de Rousseau (no 243, lot 76) : acquisitions d’un homme cultivé, non d’un militant des Lumières. Or, on a des indices de lecture incontestables, au moins pour quelques ouvrages, comme nous l’avons signalé plus haut pour La Vie de Marianne ; ainsi, le début du chapitre premier de Tanzai et Néadarné recèle le détournement parodique d’une formule du chapitre XIII des Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, de Montesquieu (1734, paru quelques mois avant Tanzai). Sans doute Crébillon avait-il lu Montesquieu dans la bibliothèque qu’il partageait avec son père, et qui fut vendue en 1757. Après cette date, mieux valait acheter les ouvrages sous forme de publications regroupées en plusieurs volumes (qui offraient en outre l’avantage, parfois plus apparent que réel, de présenter des textes corrigés ou augmentés), dans la lignée des « collections d’œuvres complettes » qui, précisément, prennent leur essor dans le dernier tiers du siècle31.

  • 32 Signalons l’absence de Molière, remarquable chez un auteur tourné vers le XVIIe siècle et soucieux (...)
  • 33 Qui sera son exécuteur testamentaire.
  • 34 Sur l’intérêt de Crébillon pour le théâtre italien, voir plus haut ce qu’en dit Jean Viardot. Le t (...)

21Mais, si Crébillon ne paraît pas avoir été un militant convaincu des Lumières (cela se serait su, d’ailleurs), il n’est pas pour autant un homme coupé de son siècle ; en témoigne son intérêt pour le théâtre, si mal représenté pourtant pour les raisons matérielles que nous avons signalées (28 titres, correspondant parfois à des recueils de plusieurs volumes). A côté des grands classiques du XVIIe siècle, Corneille ou Racine (nos 317 et 318, lot 96)32, on trouve surtout le théâtre contemporain : Collé33 (Théâtre de société, 1777, no 303, lot 92), Carmontelle (Proverbes dramatiques, 1768, no 302, lot 91 et Théâtre de campagne, 1775, no 106, lot 40), Favart (Théâtre, 1763, 10 vol., no 310, lot 94), Mercier (Le Déserteur., 1770, no 496, inventaire), Goldoni (Commedie, 1761, 10 vol. )34. En saurons-nous davantage en examinant les périodiques dont il reste trace ? Souvent sommairement décrits, sous le titre de « brochures », ils permettent tout de même de voir en Crébillon le lecteur régulier de Guyot-Desfontaines et Granet (Observations sur les écrits modernes, 31 vol, entre 1735 et 1743, no 387, lot 112, puis Jugements sur les ouvrages nouveaux, 11 vol., entre 1744 et 1746, no 388, lot 112) et de Fréron (Lettres sur quelques écrits, 13 vol., entre 1749 et 1754, no 389, lot 112, puis L’Année littéraire, 20 vol., 1754-1770 et 1774-1776) et le lecteur au moins occasionnel du Journal de politique et de littérature, du Répertoire ou journal des spectacles (no 84, lot 31, sans aucune précision) ou de l’Almanach des Muses (no 516, inventaire), mais aussi de la Gazette des tribunaux (no 84, lot 31) – auxquels on ajoutera quelques numéros du Journal des dames, du Spectateur français de Marivaux (no 394, lot 115, et no 174, lot 59), moins bien représentés que les Lettres historiques et galantes de Mme du Noyer (6 vol., no 164, lot 55) ou la version française du Spectator d’Addison et Steele (9 vol., 1754, no 97, lot 38). A travers la presse qu’il lisait s’affirme la primauté de la littérature – sur fond d’hostilité aux Encyclopédistes.

  • 35 L’expression est de Rousseau, Émile, livre IV.
  • 36 No 333, lot 101 ; il s’agit de la traduction de Dacier.
  • 37 Il en possède 13 ouvrages (10 titres), tous postérieurs à 1767 : Les Sacrifices de l’amour (deux e (...)

22Crébillon aurait-il voulu dérouter les exégètes à venir ? Quand nous croyons voir en lui un esprit borné aux voyages en Romancie, nous trouvons un homme ouvert aux horizons les plus divers et soucieux de comprendre le monde qui l’entoure comme les leçons de l’histoire. Quand nous imaginons un lecteur replié sur le passé, nous découvrons un spectateur en chambre curieux de nouveautés jusqu’à ses derniers jours. Amateur d’art, cela est certain ; à l’écart des luttes philosophiques, voire des débats d’idées, mais plus vraisemblablement défavorable aux Encyclopédistes les plus acharnés, sans nul doute. Mais est-il superficiel, celui qui, moins d’un an avant sa mort, se procure une édition latine de Tacite, ce « livre des vieillards »35, et possède une Bibliothèque des anciens philosophes qui date seulement de 177136 ? On se demande pourtant ce qu’est devenu dans les dernières années de sa vie le père de l’impertinent Tanzaï, le dangereux auteur du Sopha que les autorités avaient préféré exiler à quelques lieues de Paris, le censeur qui fut suspendu quelque temps de ses fonctions : un lecteur impénitent de Dorat, l’auteur dont le nom revient le plus souvent dans nos deux sources37 ? L’ambiguïté demeure, car l’auteur des Baisers est aussi l’ami de Fréron, l’ennemi déclaré des Philosophes... Le trop spirituel Crébillon se sera ingénié à faire croire que sa bibliothèque ouvrait sur un boudoir. Nous ne l’y suivrons pas.

Notes

1 Pour l’identification des livres italiens, nous remercions Gérard Luciani de son aide précieuse.

2 Les chiffres portés par l’inventaire après décès sont identiques.

3 Ce dernier chiffre relève d’une estimation « basse » : pour bien des titres, quand le nombre de volumes n’est pas précisé, nous avons compté un seul volume. Pour le roman ou la poésie, cette inexactitude probable est négligeable ; la différence est certainement beaucoup plus importante dans le cas de collections, comme par exemple la Bibliothèque universelle des romans (lot 85).

4 Daniel Mornet, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1781) », dans Revue d’histoire littéraire de la France, t. 17, 1910, p. 449-496 ; Michel Marion, Les enseignements des bibliothèques privées à Paris au milieu du XVIIIe siècle, Paris, 1978.

5 Archives nationales, Minutier central, étude LXXXIII, 584, 28 avril 1777.

6 Seuls trente-trois ont été véritablement identifiés, parmi lesquels un titre, très vague (Lettres en vers), dont l’attribution à Dorat n’est pas sûre.

7 Voir notre note 3.

8 Cette absence est d’autant plus surprenante que l’année même de sa mort, Crébillon achète le Supplément de l’Encyclopédie (lot 113).

9 Bibl. nat. de Fr., ∆ 937, éd. par Dammoneville. Peut-être même est-ce celle de Crébillon fils ; les recherches sont en cours. Jean Sgard a analysé cette bibliothèque : « Ouvrages cités et non cités dans Les égarements du cœur et de l’esprit », dans la revue Op. cit. [Pau], 5, 1995, p. 127-132.

10 Nous avons attribué à leurs auteurs tous les ouvrages donnés pour anonymes par le catalogue ; nous avons quelquefois complété le nom donné par le libraire ; dans un seul cas nous l’avons corrigé, rendant à Mme Du Noyer les Lettres historiques et galantes qui étaient placées sous le nom de Mme d’Aulnoy (no 164, lot 55).

11 Telles qu’elles sont fournies par la notice, ou restituées par nos soins (dans la mesure de nos moyens).

12 Voir Roger Chartier, « L’homme de lettres » dans L’homme des Lumières, dir. Michel Vovelle, Paris, 1996, p. 159-211.

13 Auxquels il faut ajouter les romans contenus dans les oeuvres de Rousseau, Montesquieu ou Voltaire, que nous citons plus loin.

14 Ce qui doit inciter à nuancer l’idée selon laquelle, en tant que censeur, il aurait pu emplir sa bibliothèque de cadeaux spontanés, attendus ou purement diplomatiques. Toutefois, nous en signalons plus loin quelques exemples.

15 On aurait évidemment aimé trouver Les Bijoux indiscrets (1748), dans lesquels Diderot tympanisait Crébillon sous l’aimable surnom de « Girgiro l’entortillé ». Or Diderot n’apparaît pas. Mais nous nous sommes interdit de tirer la moindre conclusion des « vides », qui peuvent tenir à trop de raisons purement matérielles.

16 On trouve seulement quelques ouvrages d’histoire sur la fondation d’ordres religieux (no 242, lot 76, et no 308, lot 93) et l’Histoire ecclésiastique de l’abbé Fleury en 34 vol. in-4° (no 421, lot 124).

17 Nous laissons évidemment de côté tout ce que Jean Viardot a déjà envisagé, notamment les « livres d’images ».

18 La présence d’Ovide s’expliquant plutôt par l’intérêt pour les livres illustrés : voir ci-après.

19 On pourra se référer sur ce point, pour une époque légèrement antérieure, au corpus de la collection Ad usum delphini, et pour une époque strictement contemporaine, aux instructions de Diderot à l’usage de Catherine II (Plan d’une université).

20 A noter que pour l’histoire grecque, dans laquelle Crébillon trouve l’inspiration (récente) de ses Lettres athéniennes (1771), qui tournent autour des personnages d’Alcibiade, Périclès, Aspasie et Socrate, on ne trouve que la traduction ancienne de Thucydide par Perrot d’Ablancourt (1671), et aucune traduction de Plutarque, Platon étant seulement représenté par une traduction italienne de 1742 (lot 141). D’une manière générale, l’Antiquité grecque ne semble pas avoir retenu son attention (une édition d’Hérodote, cependant, d’après l’inventaire).

21 On trouve un « petit Boudot » (dictionnaire latin-français particulièrement en usage chez les Jésuites), de 1765..., ce qui exclut l’idée qu’il puisse s’agir d’une trace de son passage à Louis-le-Grand. Il est en tout cas réconfortant, pour le latiniste moderne, de savoir que le besoin d’avoir sous la main un dictionnaire de version s’était fait sentir chez un homme du XVIIIe siècle, qui avait si intimement fréquenté les anciens durant ses études et au-delà, avait appris par coeur des pages entières d’auteurs latins et était certainement capable, comme un Diderot ou un Voltaire, d’en tirer de mémoire, à brûle-pourpoint, la citation dont il avait besoin.

22 Ce dernier dans la traduction de l’abbé Banier, avec des illustrations de Lemire, relié en maroquin rouge (no 422, lot 125).

23 Encore cette impression doit-elle être nuancée : parmi ces ouvrages figure la traduction de Térence de l’abbé Le Monnier (1771 ; no 92, lot 36), dont Crébillon avait été censeur : livre reçu ou livre choisi ?

24 Crébillon en possédait également deux éditions, de 1666 et de 1762.

25 Rappelons que nous n’avons pu dater que quatre cent soixante-sept titres.

26 Les ouvrages les plus récents sont le Supplément de l’Encyclopédie et le Théâtre de société de son ami Collé.

27 Quarante titres seulement, mais qui correspondent à un nombre élevé de volumes.

28 Par exemple les travaux de J. Jonston, no 33, lot 15, nos 221-223, lot 72, no 273, lot 81.

29 Par contre, on trouve, du P. Richard (no 414, lot 122), la Défense de la religion, de la morale, de la vertu, de la politique et de la société (contre le) « système social » et la « politique naturelle ».

30 Montesquieu, Œuvres, Amsterdam, 1764, 6 vol., no 109, lot 41 ; Voltaire, Œuvres, Neufchâtel, 1773, 34 vol., no 111, lot 42 ; Rousseau, Œuvres, Neufchâtel, 1769, 19 vol., no 101, lot 39, et no 243, lot 76.

31 Voir La notion d’œuvres complètes, éd. Jean Sgard et Catherine Volpilhac-Auger, Oxford, Voltaire Foundation, 1999.

32 Signalons l’absence de Molière, remarquable chez un auteur tourné vers le XVIIe siècle et soucieux de se doter de collections sinon complètes, du moins substantielles.

33 Qui sera son exécuteur testamentaire.

34 Sur l’intérêt de Crébillon pour le théâtre italien, voir plus haut ce qu’en dit Jean Viardot. Le théâtre étranger n’est pas absent, grâce à Shakespeare, traduit par Le Tourneur (1776, no 305, lot 93) ; Bléning est traducteur de pièces russes (no 238, lot 75), Linguet de pièces espagnoles (no 192, lot 64).

35 L’expression est de Rousseau, Émile, livre IV.

36 No 333, lot 101 ; il s’agit de la traduction de Dacier.

37 Il en possède 13 ouvrages (10 titres), tous postérieurs à 1767 : Les Sacrifices de l’amour (deux exemplaires, no 131, lot 47 et no 306, lot 93), Les Malheurs de l’inconstance (no 130, lot 47), Mes nouveaux torts (deux exemplaires, no 104, lot 40 et no 135, lot 48), Fables (deux exemplaires, nos 102 et 103, lot 40), Lettres en vers et œuvres mêlées (no 510, inventaire ; identification incertaine), Mes fantaisies (no 99, lot 38), Les Baisers (no 98, lot 38), De la déclamation théâtrale (no 100, lot 38), Régulus et la Feinte par amour (no 307, lot 93), Adélaïde de Hongrie (no 491, inventaire). Sans compter les nombreuses estampes destinées à les illustrer (voir G. Funke, Crébillon fils..., p. 371 et 372).

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search