Version classiqueVersion mobile

Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle

 | 
Annie Charon
, 
Élisabeth Parinet

La bibliothèque de Crébillon : deux approches

I. Approche « bibliophilique »

Jean Viardot

Texte intégral

1L’intitulé de cette communication : « approche bibliophilique » originellement formulé dans l’urgence et par souci de symétrie, est évidemment absurde. En réalité, il s’agit simplement d’un essai de lecture d’un catalogue de bibliothèque privée d’autrefois à la lumière des acquis de l’histoire du livre et, plus spécialement, de l’histoire des collectionneurs et de la collection de livres rares ou, comme on disait au XVIIIe siècle, de la « curiosité en fait de livres ». Ce qui suppose qu’on tienne pour légitime ce nouvel objet d’histoire ; j’ai tenté ailleurs de montrer et de défendre cette légitimité.

  • 1 Notice des principaux articles de la bibliothèque de feu M. Joliot de Crébillon, censeur royal, Pa (...)

2L’idée de cette communication est de Catherine Volpilhac-Auger ; je lui avais dit qu’à mon sens, à ne pas prendre en compte le phénomène bibliophilique, les historiens de la littérature risquaient de se fourvoyer. Elle m’a pris au mot et lancé cet os à ronger : la Notice de 17771. Vous comprendrez vite que je ne suis ni un historien de la littérature, ni un spécialiste de Crébillon ; je me suis d’ailleurs interdit toute incursion dans ces domaines, m’en tenant strictement à une sorte d’exercice d’école : montrer comment, devant n’importe quel catalogue de bibliothèque privée, un spécialiste de l’histoire du champ spécifique du livre rare peut apporter sa contribution aux autres disciplines.

  • 2 Jean Ehrard, « De l’horrible danger de la lecture : la bibliothèque de Mr Parangon », rééd. revue (...)

3Depuis 1910 et le fameux article de Daniel Mornet, les historiens des idées et de la chose littéraire ont compris l’intérêt que présentaient les catalogues de bibliothèques privées ; ils comptaient y gagner non seulement « une familiarité intellectuelle et morale plus intime avec des personnalités éminentes : un Montesquieu, un Dortous de Mairan, un Courtanvaux, etc.2 », mais aussi y trouver une clef commode pour l’étude socioculturelle des réseaux, des milieux et groupes d’Ancien Régime ; d’où des travaux portant sur les bibliothèques d’ecclésiastiques, les bibliothèques de la noblesse, les bibliothèques des fermiers généraux, etc.

  • 3 Cf. ci-dessus, p. 102, note 13.

4A la faveur de ces études, les modes d’approche des catalogues de ventes publiques de bibliothèques, des inventaires après décès, des catalogues que Yann Sordet propose de nommer « catalogues domestiques »3, c’est-à-dire à usage privé, se sont constamment affinés, et simultanément se sont multipliées les mises en garde sur les précautions à prendre quant aux interprétations possibles. Citons parmi les plus perspicaces et nécessaires celles de Dupront, de Flandrin, de Daniel Roche, et évidemment de Roger Chartier.

5Toutefois, un autre danger très pressant menace, dans ce genre d’entreprise, les historiens – danger que je dénonce depuis longtemps, sans être d’ailleurs bien entendu –, sans doute parce que ce que j’appelle la culture du livre rare n’est pas la chose du monde universitaire et même bibliothécaire la mieux partagée. Beaucoup d’ailleurs sont tombés dans le piège. Ce danger est le suivant : prendre pour un livre d’usage traditionnel et transitif, pour un livre à lire ou à consulter ce qui, dans un autre contexte, est tout autre chose, un jouet bibliophilique. Ce qu’il me semble nécessaire de vous faire admettre avant d’attaquer la bibliothèque de Crébillon.

  • 4 Francis Haskell, La norme et le caprice, Paris, 1993, p. 20.

6A toute époque existent des types ou modèles de bibliothèques et aussi des pratiques et discours du livre plus ou moins prégnants et dominants ; la part d’autonomie, d’originalité des individus devant ces modèles est certainement moins grande qu’on ne le pense (Francis Haskell a remarquablement dégagé le même phénomène quant aux collections de peinture du XVIIIe siècle)4 ; chaque fois, donc, qu’on a affaire à une bibliothèque d’Ancien Régime, il me semble de bonne méthode d’essayer de la rapporter, de la comparer – on y pourra mesurer sa part d’originalité – avec les modèles dominants du moment. Ce qui suppose une typologie des anciennes bibliothèques.

  • 5 Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux : Paris, Venise, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, (...)

7Dans le concert des différents modèles ou types de bibliothèques en place, s’étaient insinués à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, de nouveaux modèles, extrêmement différents et relevant d’un autre type d’usage du livre ; les livres n’y étaient plus envisagés – les sociologues diraient « objectivés » – comme les instruments de la culture, de la lecture, qu’elle soit savante, lettrée ou de divertissement, mais comme objets de collection : une dimension essentielle leur était alors retirée – comme à tout objet de collection – celle de l’utilité, ou de l'« ustensilité ». Mais ce qu’ils perdaient en utilité, en ustensilité, ils le regagnaient en signification : ils étaient devenus, au moins aux yeux des croyants, c’est-à-dire aux yeux des collectionneurs, des objets symboliques, des « sémiophores »5 ; plus simplement, ils étaient les pièces ou les jouets d’un jeu très spécial, loisir cultivé d’aristocrates et de manieurs d’argent, jeu essentiellement mondain – révoltant pour les clercs – jeu qui a ses codes et ses règles, très ésotériques pour les profanes, ses schèmes de perception et d’appréciation, on pourrait presque dire son « étiquette », qui ont très peu à voir avec ceux de l’usage traditionnel du livre.

8Sous cet éclairage, tous les livres ne sont pas collectionnables ; seuls le sont certains titres dans certaines éditions et selon certaines conditions d’exemplaire, le tout ayant été « marqué » par le champ spécifique, c’est-à-dire dans ce petit monde du livre rare, le petit monde où ce jeu a cours : la connaissance des conditions de son émergence et de son développement historique est nécessaire, indispensable à l’intelligence de ces types de bibliothèques.

9A opérer sans ces précautions, le risque est grand de se fourvoyer et de prendre pour lectures ce qui n’était que jeux de distinction dans le cadre codifié d’un divertissement, d’un loisir cultivé aristocratique et mondain. Tel qui cherchait à démontrer que la fortune littéraire et philosophique de Postel s’était poursuivie pendant tout le cours du XVIIIe siècle aligne pour sa cause la théorie des principaux cabinets de raretés bibliophiliques sans en soupçonner la nature... ; tel autre s’étonne que Nodier ne possède pas d’auteurs des Lumières alors que ce dernier avait pris soin de préciser le type de bibliothèque qu’il entendait constituer : « un cabinet de raretés bibliographiques », redoublant d’ironie et de provocation à l’égard des profanes : « La Fricassée crotestyllonée que je n’ai pas le bonheur de posséder et dont je donnerai, quand on voudra, un bel exemplaire de l’Encyclopédie avec les œuvres complètes de d’Alembert et de Diderot par-dessus le marché. »

10Après ce préambule, un profane pourrait se poser la question suivante : pourquoi cette bibliothèque vendue en 1777 (si tant est que cette notice nous en restitue l’image complète et fidèle) ne serait-elle pas une collection de livres rares ?

11Évidemment, il y a tout lieu de penser que nous sommes devant une bibliothèque d’écrivain, non seulement de lettré, mais d’un homme engagé professionnellement dans l’écriture, dans l’écriture et la lecture critique – il est censeur royal – et que ses livres vont nous renvoyer cette image : il ne reste pas moins légitime de se poser la question pour écarter tout danger de confusion.

  • 6 Bibl. nat. de Fr., ∆ 903. Reproduite par Gerhard Funke, Crébillon fils als Moralist und Gesellscha (...)

12Considérons maintenant notre Notice6 et abordons-la par ses éléments périphériques (le « péritexte » de Genette) ici représentés essentiellement et même exhaustivement par :

  • la page de titre ;
  • les approbations et l’achevé d’imprimer ;
  • l’indicule ou feuille des vacations, ici incorporé (en général, ce sont des feuilles volantes distribuées indépendamment du catalogue) ;
  • tout ce qui procède de choix typographiques : nature et force des caractères, ornements typographiques, etc., le tout également signifiant.

I. – La page de titre et les autres éléments périphériques

13Sous l’Ancien Régime le titre, au moins pour ce qui concerne le non-fictionnel, est, en général, beaucoup plus développé qu’aujourd’hui. Ici, en tout cas, il a pour fonction d’informer et d’instruire le chaland de ce qu’on lui propose selon les formes codifiées d’une institution marchande assez strictement encadrée par les pouvoirs publics : tenons pour assuré que les termes en sont soigneusement pesés.

14Ces termes, nous allons les prendre dans leur ordre d’apparition et dans leur littéralité même, mais en nous efforçant de leur restituer le sens qu’ils avaient à l’époque et dans le milieu concerné, en les rapportant à leur contexte d’élaboration : l’organisation d’une vente publique de livres en 1777.

151. « Notice... » – Le mot peut sembler bien anodin. Remarquons, toutefois, qu’il vient en tête, en milieu de ligne et en un corps beaucoup plus fort que tout le reste de la page (ill. 1).

  • 7 Martin-Sylvestre Boulard, Traité élémentaire de bibliographie, contenant la manière de faire les i (...)

16Il se trouve qu’à cette époque, en librairie ancienne, ce terme forme avec « catalogue » un couple sémantique : « Il y a trois manières d’annoncer une vente... », nous dit un expert de l’époque. « Lorsqu’elle est peu nombreuse et que les articles sont peu importants il suffit de faire annoncer par une affiche les titres les plus remarquables [...]. Si la bibliothèque est assez nombreuse [...] mais composée d’ouvrages communs, on se contente de faire une notice [...]. Enfin lorsque la bibliothèque est plus considérable, [...] soit par le choix des éditions, l’importance des ouvrages et la rareté des conditions, on ne peut se dispenser de faire un catalogue par ordre de matières. » Et il ajoute : « Un libraire jaloux de conserver sa réputation, se détermine rarement à faire une notice lorsqu’il devrait faire un catalogue »7.

172. « ... des principaux articles... » – Tous les titres ne seront donc pas annoncés ; certains seront passés sous silence. Dans la pratique, que devenaient ces titres tus ? Deux possibilités : soit ils étaient joints à un titre déclaré, en constituant en quelque sorte la « prime » ou la « pesée », soit plusieurs étaient rassemblés et ficelés, constituant un paquet et vendus comme tel, on dirait aujourd’hui « en lot ». Ici, l’annotateur de l’exemplaire de notre Notice ne nous apporte aucun complément d’information. Il faut, toutefois, penser que nombre de titres non annoncés sont là, dans l’ombre, et qu’ils pèsent sur les prix atteints.

18Demeure la bonne question : selon quels critères, selon quelle optique ou politique décidait-on qu’un titre méritait ou ne méritait pas d’être annoncé, énoncé ? Évidemment l’optique marchande : les titres retenus sont ceux dont on attend les meilleurs prix. Mais parler d’optique marchande à ce moment de l’histoire du champ du livre rare ne suffit pas : cette optique marchande est elle-même déterminée par l’ampleur et le poids du phénomène bibliophilique ; ce sont les amateurs de livres rares, les curieux en fait de livres, le marché de ce type de livres qui dictent leurs lois. Atteignent alors les meilleurs prix les livres marqués comme désirables par la communauté bibliophilique. Ce n’est donc pas l’indifférence culturelle, littéraire, historique à tel ou tel titre qui le rejette dans l’anonymat mais sa moindre charge bibliophilique. L’image de toute bibliothèque proposée à cette époque doit donc prendre en compte cette surdétermination, ce qui implique une connaissance, une compétence spécifique. Pour être encore plus précis et montrer à quel point de telles analyses peuvent être délicates, il faudra retenir que sur un seul titre peuvent se croiser et se combiner plusieurs déterminations, et que les prismes culturel, philosophique, littéraire, scolaire, bibliophilique..., présentent des indices de réfraction différents et se combinent selon d’étranges cuisines.

193. « ... de la bibliothèque... » – Ici encore, un couple sémantique fort doit être évoqué. Si l’on considère les intitulés de catalogues de ventes de livres du XVIIIe siècle, en les prenant dans l’ordre chronologique, on constate ceci : la fréquence du terme « cabinet » augmente régulièrement et l’usage en est réservé, très généralement, à des modèles plus spécifiquement bibliophiliques : cabinets de raretés, cabinets de livres choisis, etc.

204. « ... de feu M. Joliot de Crébillon... » – Un personnage honorablement connu et récemment disparu, ce qui garantit qu’il ne s’agit pas d’une vente « montée », c’est-à-dire organisée par des marchands marrons ou patentés à des fins spéculatives.

215. « ... censeur royal... » – La mention de cette « qualité » doit nous conduire à penser qu’à ce titre Crébillon recevait sans doute nombre de livres pas forcément désirés : ceux qu’on lui soumettait ou dont les manuscrits lui avaient été soumis pour censure, ceux aussi que lui offraient des libraires-éditeurs soucieux de se le concilier. Leur présence dans la bibliothèque n’a, dans la plupart des cas, pas d’autres raisons, comme le pourrait être aujourd’hui celle d’un « service de presse ». Rappelons que les censeurs royaux n’étaient pas ou peu rémunérés, mais que la charge comportait beaucoup d’honneurs et, sans doute, des avantages en nature.

226. « ... et suivant l’ordre desdits numéros de l’inventaire... » – Mention capitale sur laquelle nous reviendrons.

  • 8 G. Funke, Crébillon fils..., p. 364 (inventaire après décès).

237. « ... en sa maison... » – Au XVIIIe siècle, les ventes publiques se déroulent soit en un local approprié et loué à cet effet (la salle du couvent des Augustins, par exemple), soit en la demeure du possesseur. Ici, le procès-verbal des commissaires procédant aux mises sous scellés jette quelque lumière sur la disposition des lieux. Il mentionne un appartement situé au « deuxième étage », une maison « rue du Chantre-Saint-Honoré », à quoi il faut ajouter un troisième étage réservé à un couple de domestiques et deux caves8. Le deuxième étage constitue donc la demeure, à proprement parler, de Crébillon ; il comprend une antichambre, une chambre à coucher et un « cabinet de bibliothèque », les deux dernières pièces communiquant. Quant à se faire une idée de la dimension de ces pièces, on peut l’imaginer au nombre des fauteuils, des fenêtres, et des corps de bibliothèque ; pour des raisons que je donnerai plus loin, le « cabinet de bibliothèque » devait représenter une surface de 20 à 25 m2, et la chambre, très vraisemblablement, à peu près autant. Faire tenir dans cet espace le personnel et le public d’une vente n’était possible que si l’on n’attendait pas un très grand concours d’assistants. Tout conduit à penser que la vente fut assez confidentielle et peu suivie. Faible assistance signifie presque toujours assistance réduite aux marchands, ce qui, étant donné les pactes secrets, n’allait pas à l’époque sans influencer les prix d’adjudication.

248. « ... le lundi 26 mai 1777 et jours suivans... » – Notons que Crébillon est mort le 12 avril. La vente a donc été préparée, on pourrait dire expédiée, en un mois et demi. A l’époque, c’est un délai extrêmement court. Difficile d’en dire les raisons : des héritiers, des créanciers trop pressés, peut-être ? En tout cas, cette rapidité peut expliquer certaines négligences : la modestie de la présentation et de l’exécution matérielles du catalogue, le fait qu’on suive « l’ordre de l’inventaire », s’épargnant ainsi la tâche, relativement ardue, de la redistribution des titres selon le classement dit des libraires de Paris, habituelle à l’époque et très attendue des gens concernés, professionnels et amateurs, enfin bien des faiblesses d’ordre bibliographique – peu d’efforts, par exemple, pour lever l’anonymat de nombre de titres.

259. L’adresse bibliographique et les approbations. – Elles présentaient, pour le public visé, un sens qu’il nous faut restituer (ill. 3). Deux professionnels y sont impliqués : Pierre-François Gueffier et Guillaume Debure aîné. Gueffier est l’expert ; il a dressé l’inventaire, rédigé la notice, et c’est lui qui dirigera la vente. Or, Gueffier n’est pas un spécialiste de l’« ancienne librairie », comme on disait alors. Il est le représentant à cette date d’une très longue lignée de libraires, ininterrompue depuis 1582 ; reçu libraire en 1758, imprimeur en 1773, il parviendra, quelques années après cette vente, au rang d’adjoint du syndic ; il se trouve donc, au moment qui nous occupe, en pleine ascension professionnelle et sociale. La vente n’est pas suffisamment importante, elle ne présente pas assez de traits spécifiquement « curieux » pour requérir un spécialiste, mais elle sera faite sérieusement. A cela s’ajoute une caution d’importance, celle de l’adjoint au syndic, Guillaume Debure l’aîné. A ce moment, après avoir racheté le stock de son cousin germain, Guillaume-François le jeune, l’auteur de la bibliographie instructive, il possède le stock de livres rares et précieux le plus considérable d’Europe ! Sa position est dominante ; il est et restera jusqu’à la Révolution l’expert des plus grandes ventes – celles de La Vallière, entre autres – et le fournisseur des plus grands amateurs et collectionneurs d’Europe, têtes couronnées comprises.

2610. « Ordre et distribution des numéros qui seront vendus dans chaque vacation. » – Ce sont les indicules, ici incorporés. Les indicules étaient généralement les feuilles volantes imprimées que l’on distribuait après l’impression des catalogues, mais avant la vente ; ils donnaient les précisions nécessaires sur ce qui serait mis en vente chaque jour. Leur importance tient à ceci qu’on ne vendait pas selon l’ordre du catalogue mais en panachant les classes : chaque jour un peu de tout. « On doit vendre, nous dit Boulard, chaque jour un nombre proportionnel de chaque classe. » Enseignement non négligeable de cet indicule : il nous permet de mesurer le rythme des adjudications. Traditionnellement, on vendait quatre-vingts lots par vacation, ce qui est très lent au regard des habitudes actuelles ; on vendait d’autant plus vite que les livres étaient plus communs ou considérés comme tels. Dans les très grandes ventes, le rythme tombait à soixante et au-dessous. Ici, on dépasse les quatre-vingts ! Alors qu’on a commencé à midi, qu’on ne vend qu’à la lumière du jour et que le « cabinet de bibliothèque » ne comprend qu’une croisée...

  • 9 Martin-Dominique Fertel, La science pratique de l’imprimerie, Saint-Omer, 1723.

2711. La réalisation matérielle. – Le catalogue (la Notice) est un in-douze de peu de pages, distribué broché, et gratuitement. Il en allait autrement pour les ventes plus prestigieuses : format plus noble, généralement in-8°, vendu, en grande partie, tout relié. Décidés à limiter les frais et à faire bref, les responsables de la vente ont concentré leur attention sur la page de titre, justifiant, je pense, la lecture un peu longue que nous en avons faite. La réalisation graphique (choix des caractères et mise en page) n’en est pas moins contrainte, en grande partie codée et routinière. La déterminent au premier chef la surveillance institutionnelle (les ventes publiques sont surveillées par le pouvoir), les codes graphiques (le manuel de Fertel9, ouvrage de praticien pour praticiens, en donne une clef commode), enfin la logique marchande qui ne réussit à s’exprimer qu’en ménageant les deux précédentes obligations. Quant aux ornements typographiques : fleuron de titre et bandeau de la page de départ du texte, respectivement un petit panier fleuri et enrubanné et une modeste guirlande, ils semblent trop pimpants pour une vente après décès (ill. 1-2) ; mais Nicole Masson qui travaille sur les catalogues de vente de livres postérieurs à 1750 m’assure qu’il en va de même dans 60 % des cas.

28Après cet examen de la page de titre, où en sommes-nous ? Nous est proposé, non un catalogue mais une notice, ce qui est dépréciatif ; n’est retenue qu’une partie des livres : les « principaux », ce qui implique que certains, dont heureusement nous pouvons déduire le nombre, sont passés sous silence, considérés comme négligeables, ceci évidemment à l’aune du marché ; on ne nous parle pas de « cabinet » mais de « bibliothèque », ce qui renvoie à un modèle traditionnel et donc nous éloigne de toute « curiosité en fait de livres ». Ajoutons qu’en ayant négligé de redistribuer les titres selon le classement des libraires de Paris, les experts suggèrent que la bibliothèque n’en valait pas la peine ou que trop de lacunes seraient apparues. En effet l’absence presque complète de classes entières comme la théologie et la jurisprudence plaide pour la bibliothèque de travail, car la représentation équilibrée des classes, sous-classes et rubriques, faisait partie du jeu bibliophilique.

II. – Parcours et rangement

29Tout inventaire implique un ordre d’exposition qui, lui-même, suggère un classement ; si nous avions affaire à un « catalogue », la matière, c’est-à-dire les titres, aurait été distribuée selon le classement dit des libraires parisiens : les cinq grandes classes, puis les sous-classes, les rubriques, etc., le tout extrêmement codifié et, de plus, intériorisé par l’ensemble des agents concernés, amateurs et professionnels confondus. Ici, l’ordre d’exposition, pour notre chance – nous allons voir pourquoi – est celui de l’inventaire, c’est-à-dire qu’il nous met dans la situation du libraire expert juré et de son commis faisant office de greffier... Les voici dans le « cabinet de bibliothèque », selon l’expression des tabellions, où sont concentrés tous les livres de la maison. Ils attaquent par la droite (aujourd’hui on attaquerait par la gauche), corps de bibliothèque après corps de bibliothèque, et rayon après rayon, de haut en bas, l’expert dictant au greffier. Permettez-moi de vous convier à mettre nos pas dans les leurs.

30Tracez une ligne chaque fois qu’on en finit avec un lot d’in-folio, vous marquez ainsi la fin d’une séquence : in-douze, in-octavo, in-quarto, in-folio..., c’est-à-dire d’un corps de bibliothèque, car il y a tout lieu de penser que les in-folio se trouvent quasi nécessairement sous la cimaise. Ainsi, du no 1 au no 15 compris, vous avez le premier corps inventorié, et ainsi de suite.

31Évidemment, si on entre dans le détail, des difficultés surgissent et cette belle scansion peut sembler rompue. Ainsi, dans le premier corps, il y trop d’in-folio. Explication probable : 1° certains petits in-folio rangés avec les inquarto ; 2° des in-folio très minces ; 3° (et c’est l’hypothèse que je retiendrai) la rangée d’in-folio est prolongée sous la cimaise... parce qu’il y a une zone de lambris qui est vide, occupée, par exemple, par des tableaux, estampes « évidentes » comme dit l’inventaire, c’est-à-dire encadrées et accrochées, ou par une fenêtre – mais je n’ai pas le droit d’abuser des fenêtres : il semble, d’après le procès-verbal, qu’il n’y en ait qu’une, « à deux battants ».

32Surgissent beaucoup d’autres difficultés de ce type ; en général, on peut les résoudre. Un des principaux facteurs à prendre en compte est le suivant : l’habitude assez répandue de reléguer au second rayon les brochés, surtout nombreux dans les petits formats et certains genres dont Crébillon était censeur, les pièces de théâtre, par exemple ; celle aussi, sans doute, d’y confiner les volumes revêtus de reliures d’un autre temps, parchemin, vélin, basane ou veau brun, par exemple, du XVIIe siècle ; en effet, au XVIIIe, on était très soucieux d’accorder au décor extérieur de l’appartement, de la pièce bibliothèque, celui des livres et, en général, de tout objet meublant.

33Les séquences 8, 9 et 10 font aussi difficulté : ici, peut-être, à la place des corps muraux, des armoires-bibliothèques (Bibliothekschränke) où figureraient les livres les plus précieux ou les plus luxueusement conditionnés. C’est là, en effet, que ceux en maroquin ou en veau écaille, à tranche dorée, se pressent plus nombreux. Dans la séquence 9, la présence de neuf volumes au format « folio-atlas » renvoie peut-être à un meuble spécial, à rangement à plat, avec les portefeuilles d’estampes.

34Pour la partie de la bibliothèque où sont groupés les livres italiens, la division en séquences homogènes est encore un peu plus délicate ; les experts ont sauté beaucoup plus de livres que dans la partie précédente et il faut nous souvenir de la petite note : « Plusieurs autres livres italiens [...] au nombre d’environ huit cents volumes, éditions anciennes et modernes, in-folio, inquarto, in-octavo, in-douze, que l’on n’a pas cru devoir détailler. » En fin de compte, une estimation probable nous mènerait tout de même à sept ou huit corps de bibliothèque ou équivalents en armoires.

III. – Crébillon bibliophile ?

35L’objet de cette communication était de répondre à la question de Catherine Volpilhac-Auger : « Crébillon était-il bibliophile ? collectionneur de livres rares ? ». Précaution d’une historienne de la littérature – après tout, elle me demandait de balayer devant sa porte – ou défi à un spécialiste de la collection et des collectionneurs de « curiosités en fait de livres » ? Avant de répondre, il faut, me semble-t-il, encore examiner les points suivants :

  • la présence dans cette bibliothèque d’instruments bibliographico-bibliophiliques ;
  • la caractérisation des éditions ;
  • la caractérisation des exemplaires ;
  • la part du rétrospectif.

361. Les instruments bibliographico-bibliophiliques. – J’en repère au moins six, que je vais passer en revue.

37 a) Lot no 66, « Recueil de différents catalogues de ventes de livres, 3 vol. in-8° » : la précision du format in-8° est importante, car elle suggère qu’il s’agit plus probablement de catalogues proprement dits que de simples notices ; quant au terme « recueil », il signifie qu’on a rassemblé dans une même reliure plusieurs catalogues, cas très fréquent à l’époque pour ce type de livres ; on peut estimer que trois volumes regroupent environ neuf ou dix catalogues ; ajoutons-y les deux volumes du catalogue Gaignat qui forment le supplément de la Bibliographie instructive de Debure et qui se trouvent mentionnés à la suite de cette dernière, et nous nous trouvons devant une douzaine de catalogues au plus. Avant la publication de la Bibliographie instructive, les catalogues de ventes publiques de livres constituaient l’instrument d’information le plus utilisé par les curieux et on peut en trouver de longues séries dans la rubrique « Bibliographi simplices, hoc est, catalogi Bibliothecarum » à la fin de la cinquième grande classe, celle de l’Histoire. Tous ces catalogues tenaient lieu à la fois de bibliographie et de mercuriale des prix. La Bibliographie instructive en a écarté beaucoup des bibliothèques (nous verrons qu’elle est présente ici en bonne place). Toutefois, ceux des cabinets les plus prestigieux restaient présents chez les grands collectionneurs ; ils y proposaient une sorte de généalogie dans laquelle ces derniers tentaient de s’inscrire. Il est certain que si les catalogues les plus célèbres (Baluze, Du Fay, d’Hoym...), s’étaient trouvés dans la bibliothèque de Crébillon, les experts, même médiocres, n’auraient pas manqué de les signaler.

38 b) Lot no 138, La Libreria de Doni : j’y reviendrai à propos des livres italiens.

39 c) Lot no 72, Herbelot (et Galland), Bibliothèque orientale : somme où puisent largement les romans galants, contes orientaux, etc. Ils sont sans doute là pour des raisons tenant à l’information et au travail d’écriture de Crébillon.

40 d) Lot no 46, La Croix du Maine et Du Verdier, Bibliothèque françoise, version augmentée et améliorée par Rigoley de Juvigny : exclusivement des auteurs français ayant donné leurs ouvrages avant 1580 et en langue vernaculaire. Crébillon est touché par la mode du retour à nos « antiquités nationales » comme on disait alors – mouvement de fond qui procédait des travaux de Claude Fauchet et d’Étienne Pasquier – et qui avait trouvé sa traduction bibliophilique dans un nouveau modèle de bibliothèque, ou plutôt de cabinet de raretés, dont le type le plus achevé, celui de Châtre de Cangé, avait rejoint, en 1733, les rayons de la Bibliothèque royale.

41 e) Lot no 76, Clément, La bibliothèque curieuse... : elle prétendait, comme son nom l’indique, s’en tenir aux livres les plus curieux, c’est-à-dire les plus recherchés par les collectionneurs. Les auteurs s’y présentent par ordre alphabétique ; l’ouvrage est interrompu à Hesiodus ! Il n’obtint pas un très grand succès ; c’est un fatras sans bonne doctrine où il y a à boire et à manger. Notons que Crébillon en fut le censeur – et l’ouvrage peut ne figurer là qu’à ce titre.

42Ces deux derniers ouvrages, Clément et La Croix du Maine, sont tout de même de grands classiques de la bibliographie auxquels recourent très habituellement curieux et experts. Toutefois, on peut penser que Crébillon n’en fit pas grand usage pour la simple raison suivante : ils sont demeurés brochés ; or, il est bon d’essayer de se représenter ce que, à l’époque, la consultation de gros in-quarto brochés présente de malcommode : les marges en sont très inégales et je peux vous assurer pour en avoir collationné des centaines que les feuilleter est singulièrement empoisonnant. A l’époque, l’état broché est provisoire, tous les livres sont destinés à être reliés et sont d’ailleurs très généralement proposés comme tels à la vente.

43 f) Lot no 94, la Bibliographie instructive de Guillaume-François Debure le jeune : le titre développé est Bibliographie instructive, ou Traité de la connaissance des livres rares et singuliers contenant un catalogue raisonné de la plus grande partie de ces livres précieux qui ont paru [...] depuis l’invention de l’imprimerie [...] avec des notes sur la différence et la rareté de leurs éditions et des remarques sur l’origine de cette rareté actuelle [...] par [...] de Bure, libraire de Paris. L’ouvrage compte sept volumes publiés de 1763 à 1768 ; on le complète par les deux volumes du catalogue de vente de Gaignat 1769, rédigé par le même Debure, qui avait contribué au premier chef à la constitution de cette fabuleuse bibliothèque.

  • 10 Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 5e éd., Paris, 1860, t. II, (...)

44La publication de la Bibliographie instructive, sa place et son incidence dans l’histoire de la collection de livres rares, sont capitales ; elle marque la définitive domination du corps des grands marchands spécialisés sur la masse des brocanteurs de livres et celle des libraires-éditeurs, monopolisant tout ce qui concerne la curiosité en fait de livres ; par ailleurs, elle creuse la différence entre les deux types d’usagers du livre à ce moment : les savants, érudits et même clercs-bibliologues d’un côté, et de l’autre, les amateurs, curieux et marchands experts de livres rares et singuliers. Quant à l’auteur, c’est la grande et emblématique figure autour de qui et grâce à qui est en train de se définir la haute bibliophilie française, et son ouvrage, le premier manuel (neuf gros volumes in-8°, tout de même !) français spécifiquement destiné aux collectionneurs. Personne d’ailleurs ne s’y trompa : reçu immédiatement par les curieux comme « la Bible et les Prophètes », il réglera désormais leurs recherches et imposera durablement son modèle et sa manière, ses choix et son style d’approche, et ce pour cinquante ans et plus ; un demi-siècle après, J.-Ch. Brunet qui rêva toujours de le remplacer, s’exprime ainsi : la Bibliographie instructive « donne une idée exacte du goût dominant alors parmi les amateurs de livres rares et précieux. Ce goût a sans doute subi de grandes modifications [...] ; cependant il est certain que si beaucoup d’articles, même parmi les livres anciens, sont à ajouter [...] il n’y a peut-être pas un dixième de ces derniers à retrancher... »10.

45Or cette Bibliographie instructive est là, dans la bibliothèque de Crébillon, à l’orée d’une zone bibliophiliquement plus chaude ; elle est reliée, elle est bien accompagnée de son supplément, le Catalogue Gaignat et son prix d’adjudication, 40 livres tournois, montre que l’exemplaire devait être très convenable.

46Ajoutons que, pour mesurer la juste place à attribuer à ce livre dans cette bibliothèque, il faudrait peut-être insister sur la présence parallèle de son équivalent en matière d’estampes, le manuel de Basan.

472. Caractérisation des éditions. – Nos experts vont à l’essentiel ou à ce qu’ils pensent tel : titre abrégé incorporant le nom de l’auteur, lieu et date de publication, format ; l’illustration n’est généralement précisée que par la mention abrégée : « fïg. », les noms du ou des illustrateurs n’apparaissant pas toujours, et plutôt pour les contemporains. Le lieu véritable de publication, quand il est déguisé, est en général restitué entre parenthèses ; il faut savoir que nos libraires du XVIIIe siècle étaient très souvent, en même temps, c’est le cas de Gueffier, imprimeurs, et qu’ils avaient ce que le prote fou de l’Imprimerie nationale, Nicolas Cirier, nommera en 1839 « l’œil typographique » ; l’inspection des livres préalable à toute mise en circulation, qui avait lieu à la Chambre syndicale, était redoutable, du moins si les syndics et adjoints ne décidaient pas de fermer les yeux. Plus intéressant pour ce qui nous occupe, le fait suivant : le nom des éditeurs-imprimeurs est presque toujours passé sous silence ; ne sont cités, et c’est évidemment significatif, que celui des Elzevier et de l’Imprimerie royale ; d’autre part, d’autres ouvrages sont caractérisés par le nom de la collection éditoriale à laquelle ils appartiennent, exclusivement celle des Ad usum delphini et celle dite des Variorum. Nous verrons toutefois que, pour les livres italiens, les mentions d’éditeurs, spécialement anciens, sont beaucoup plus souvent précisées.

483. Caractérisation des exemplaires. – Depuis le début du XVIIIe siècle, depuis qu’un petit groupe de grands libraires spécialisés a pris en main et réorganisé l’institution des ventes publiques, la caractérisation des exemplaires n’a pas cessé de s’étendre et de s’affiner. Mais toutes les particularités d’exemplaire que l’histoire du champ, du monde du livre rare, a progressivement distinguées et ainsi élevées au rôle de propriétés distinctives et partant distinguantes, n’ont pas toutes d’abord fonctionné comme telles ; ainsi, le XVIIIe siècle se souciait assez peu de la provenance des exemplaires ; traces, signes ou marques de possession n’étaient que très rarement relevés dans les catalogues. Mais l’attention à l’état de conservation et aux conditions de présentation des exemplaires est, au fil du siècle, de plus en plus fine et l’importance de ces facteurs soulignée ; c’est en fonction de ceux-ci que sont hiérarchisés les exemplaires et donc que s’établissent degré de ferveur et échelle des prix. Debure comme Brunet plus tard ne manquent jamais d’insister et de signaler. « Rare et recherché s’il est bien conservé et bien conditionné », cette mention revient constamment dans leurs notices. Bien que nos experts, ici, ne soient pas trop prolixes, on pourra constater que la proportion de brochés passe largement la moyenne habituelle, que les reliures de luxe « veau écaille, tranches dorées » (j’en compte dix) ou en maroquin (huit) restent très rares.

494. La part du rétrospectif. – Si l’on s’en tient à la première partie – nous parlerons plus loin des « livres italiens » – les remarques suivantes peuvent être utiles.

50A ce moment de l’histoire du champ bibliophilique, maintenant solidement constitué et organisé, avec d’une part ses groupes d’intervenants : amateurs, curieux, marchands spécialisés et clercs-bibliologues, d’autre part ses modèles de bibliothèques et ses codes et schèmes de perception et d’appréciation, ce qui constitue la part du collectionnable, c’est-à-dire ce que recherchent d’abord les curieux, ce que j’appelle la sphère bibliophilique ou le corpus, ou le canon, se dessine et limite assez clairement ainsi : l’Antiquité gréco-latine (princeps, monuments typographiques...), premières bibles et polyglottes, produits de grandes presses humanistes, hétérodoxes et libertins, témoignage des luttes religieuses, en particulier ce qui concerne les Jésuites, pro et contra, enfin quelques textes élus comme emblématiques de chaque classe, sous-classes et même rubriques du classement des libraires de Paris.

51Or, on ne trouve à peu près rien de tout cela dans notre première partie ; le rétrospectif y est d’un tout autre ordre et, contrairement à celui de nos bibliothèques et cabinets curieux, presque uniquement en langue vernaculaire : un énorme massif romanesque, du domaine français surtout, au sein duquel il me semble que le roman sentimental, avant et après L’Astrée, l’emporte largement sur le roman antique, de chevalerie ou d’aventure. Il reviendra à Catherine Volpilhac-Auger de le préciser. Tout porte à penser, la très profonde et sûre culture romanesque de Crébillon étant bien connue des spécialistes, que ce sont là livres d’usage plutôt que de collection.

52Deux massifs font problème ; d’abord, cette partie, apparemment plus précieuse, de la « littérature française » ; ensuite, accolée à celle-ci, la partie des livres italiens.

53 a) Pour la partie française, tous ces in-quarto et in-folio, c’est-à-dire tous les gros formats, la plupart à planches, sont des livres qui étaient déjà très coûteux à la publication. Je ne pense pas qu’ils aient été l’objet ici d’un autre usage qu’instrumental, informatif, parce qu’ils ne sont reliés, apparemment, que de façon fort banale. La question se pose : toutes ces grandes machines d’histoire naturelle, de géographie, d’architecture, surtout ancienne, trouvèrent-elles un écho, ont-elle laissé une trace décelable dans l’œuvre de Crébillon ?

54D’autres livres, peu nombreux tout de même, sont traités plus luxueusement. Il n’y a pas lieu de s’attarder sur un exemplaire des œuvres du père, d’une édition fort quelconque, relié en maroquin ; ce qui est plus surprenant, c’est que cet exemplaire représente à lui seul toute la production paternelle, fort considérable. Dorat, contemporain de Crébillon, était de ses amis : ses œuvres sont très bien représentées et souvent très bien reliées : veau écaille, filets, tranche dorée... Toutefois, les deux plus remarquables, les Baisers et les Fables, sont, le premier relié banalement, le second broché...

55Reste cette question : pourquoi les plus beaux et les plus luxueux ont-ils été groupés dans les deux corps de bibliothèque accolés à la partie italienne ? Nous sommes en 1777, la courbe mesurant la ferveur bibliophilique est presque à son apogée ; elle le sera autour de 1784, date de la vente de La Vallière. La visibilité du phénomène bibliophilique est très grande, beaucoup plus qu’aujourd’hui ; tous les milieux concernés par les livres, à quelque titre que ce soit, sont informés ; par ailleurs, la Bibliographie instructive a ouvert les yeux à beaucoup ; elle impose au milieu spécifique ses choix et ses codes (en réalité, elle les a enregistrés et, de ce fait, répercutés). Crébillon n’ignore évidemment rien de tout cela. Que, sans participer au mouvement, il ait souhaité regrouper les livres les plus précieux, ne peut surprendre ; peut-être même par simple réflexe esthétique : qui, par système, noie livres anciens et livres modernes, maroquin et livres brochés, in-seize et in-folio, etc., est une brute. J’en connais. Un des grands facteurs de détérioration des livres dans beaucoup de bibliothèques publiques a été cette forme d’aveuglement.

56 b) Quant aux livres italiens, leur présence ici constitue la surprise ; ils n’ont pas été dispersés ou distribués dans la bibliothèque générale ; ils sont regroupés et occupent presque autant de place que cette dernière, au moins cinq à six corps, et leur nombre approche la moitié de la totalité : 1 345 volumes, c’est-à-dire très vraisemblablement plus de cinq cents titres. On peut avancer que cette partition volontaire en groupe homogène leur confère un statut d’exception.

57La surprise ne s’arrête pas là : par beaucoup d’aspects, ces livres italiens se démarquent de la bibliothèque générale. Mais, avant d’en venir à ces traits distinctifs, soulignons encore ceci : faute de compétence spécifique, les experts n’ont pas dû sélectionner les livres italiens avec la même sûreté que les livres français et, comme nous savons, ils en ont passé sous silence une proportion bien plus élevée.

58Ces réserves faites, on peut constater ceci :

  • La présence de la Libreria d’Anton Francesco Doni (1557), reliée en maroquin : c’est la première bibliographie de livres italiens en vernaculaire ; la première d’ailleurs de ce type, toutes langues confondues ; c’est la meilleure édition, la plus complète et la plus recherchée ; c’est aussi la plus utile. Figure-t-elle ici à titre purement instrumental, bibliographique, ou en tant que livre rare et précieux ? ou pour les deux raisons ? De Doni figure aussi le second volet de l’ouvrage célèbre Il Mondo piccolo, celui qui introduit au monde des escholiers, des mal mariés, des putains et des ruffians.
  • Beaucoup plus de rétrospectif, c’est-à-dire de livres anciens. D’abord deux incunables : Historia fiorentina du Pogge et le même titre de Léonard Arétin. Ce sont deux entités bibliographiques distinctes mais que l’on trouve parfois reliées ensemble. Debure les déclare « très précieux, surtout en Italie ». Beaucoup de titres rares du XVIe siècle, et les experts ici prennent le soin qu’ils n’avaient pas pris avec les français : ils en précisent très souvent les éditeurs, il est vrai, très célèbres : Alde, Junte, Marcolini, etc. S’alignent aussi sur les rayons de cette bibliothèque italienne plusieurs éditions anciennes et précieuses de grands classiques : Arioste, le Tasse, Dante...
  • Proportionnellement et même absolument, beaucoup plus de livres ou luxueusement reliés (huit en maroquin) ou très bien illustrés, quelquefois les deux, comme cet objet hautement bibliophilique : le Lucrèce (en italien) de 1754, le plus beau Lucrèce du XVIIIe siècle, remarquablement illustré par Cochin, sous un maroquin dit « à compartiments », c’est-à-dire « à dentelle ». Signalons aussi la Jérusalem délivrée de Gravelot, en grand papier de Hollande, ou un livre passant alors pour rarissime, l’Histoire de Naples de Giannone.

59La proportion d’in-folio, la plupart à images, est également exceptionnelle et ce d’autant plus que beaucoup de volumes de ce format, relatifs eux aussi à l’Italie, se trouvent, sans doute pour la commodité du rangement, dans la bibliothèque générale ; rapatriés, ils grossiraient notablement la partie italienne. Citons : le Théâtre des États de Savoie, le Nouveau Théâtre d’Italie, les Antichità romane de Piranèse et, du même, les Opere varie di Antichità, les deux ouvrages de Barbault sur les monuments de la Rome ancienne et moderne...

Conclusion

60A ce stade il serait très présomptueux de prétendre conclure ; je mesure parfaitement à quel point sont hypothétiques les analyses esquissées ; il faudra les approfondir et les croiser avec d’autres, venues d’autres domaines ; je me bornerai donc à indiquer quelques pistes :

611. Pour ce qui est de la section bibliophiliquement chaude de la bibliothèque générale, la taxer de bibliophilique ou de curieuse serait sans doute aller un peu vite – et j’en ai dit les raisons un peu plus haut.

  • 11 Denis Diderot, « Salon de 1767 », dans id., Œuvres esthétiques, éd. L. Versini, Paris, 1996, p. 73 (...)

622. Mais, d’autre part, l’existence de la bibliothèque italienne nous invite à revenir sur notre première impression. Crébillon ne serait-il pas l’homme de deux bibliothèques, l’une instrumentale et l’autre jouet bibliophilique ? Le cas, à l’époque, ne serait pas isolé. Rappelons la surprise de Diderot devant les livres de son ami Randon de Boisset, fermier général et grand collectionneur : « Il est très instruit. Il aime les sciences, les lettres et les arts [...]. Sa bibliothèque est double, l’une, des plus belles éditions qu’il respecte au point de ne les jamais ouvrir, il lui suffit de les avoir et de les montrer ; l’autre, d’éditions communes qu’il lit, qu’il prête et qu’on fatigue tant qu’on veut »11.

  • 12 Jean-Jacques Casanova, Histoire de ma vie, éd. F. Lacassin, Paris, 1993, t. I, p. 568.
  • 13 Voir le témoignage de Palissot dans son Éloge de Crébillon, passage cité par J. Dagen, Introductio (...)

63Évidemment, le goût de Crébillon pour les livres italiens peut bien n’être qu’intellectuel. Son père, déjà, se piquait de parler italien, d’aimer et de pratiquer la littérature italienne : engageant le jeune Casanova à lui rendre visite, ne s’exprimait-il pas ainsi : « Je demeure au Marais, rue des Douze Portes ; j’ai les meilleurs poètes italiens, que je vous ferai traduire en français »12 ? Par ailleurs, Crébillon fils, dans sa jeunesse, s’était engoué des comédiens italiens de Paris, et les avait très assidûment fréquentés ; pour eux il avait écrit certaines des meilleures parodies de leur répertoire13. Enfin, à la considérer rapidement, l’idée pourrait s’imposer que son propriétaire a visité l’Italie et que tous ces livres en ont été rapportés pour en perpétuer les souvenirs : monographies de villes et de régions, ouvrages sur les peintres, les sculpteurs, l’architecture ancienne et moderne, les monuments des deux Rome, etc. Ne compte-t-il pas au nombre de ses amis ou relations beaucoup de ces célèbres touristes : Cochin, Caylus, de Brosses, Marigny, Watelet... ?

64Que tous ces facteurs aient contribué à faire naître et à nourrir la ferveur du collectionneur, pourquoi pas ? Mais nombre de traits révèlent chez Crébillon un usage du livre beaucoup plus secret ; une étrange liaison, passée jusqu’ici inaperçue des chercheurs, nous semble révélatrice : le procès-verbal après décès met au nombre des créanciers un certain Molini et, qui plus est, signale que Molini se fait représenter à l’inventaire par Hamard, le domestique très estimé de Crébillon et son héritier pour moitié ; Molini est donc un familier de la maison, confiant à Hamard ses intérêts. Or qui est ce Molini ? Un personnage de tout premier plan sur le marché du livre rare et le premier spécialiste de livres italiens de toute l’Europe. De ce Gian Claudio Molini (1724-1810) il nous reste un portrait très vivant dressé par Antoine-Augustin Renouard, grand collectionneur et très juste connaisseur du petit monde du livre rare :

  • 14 Antoine-Augustin Renouard, Catalogue de la bibliothèque d’un amateur, Paris, 1819, t. 3, p. 82.

« Molini n’était point lettré, ignorait jusqu’aux éléments des langues anciennes, écrivait le français que c’était une vraie comédie de lire ses billets et lettres en cette langue ; mais il connaissait parfaitement bien les anciens livres et ce qui est plus remarquable encore [...] c’est que presque toutes les éditions qu’il a données des auteurs italiens sont correctes et faites avec une intelligence toute particulière. [...] Il avait aussi une intelligence particulière à déterrer de vieilles raretés et il n’est presque aucune grande bibliothèque d’Europe qui ne lui ait obligation de quelques précieux volumes, qu’au reste il s’entendait merveilleusement à faire très bien payer »14.

653. L’essentiel maintenant me semble d’un autre ordre. Crébillon apparaît touché par l’aile du bizarre bibliophilique et enjôlé par Molini, sans doute, mais s’impose aussi l’image d’un Crébillon surtout amateur de cartes et d’estampes et peut-être d’abord et avant tout d’arts visuels, pour adopter les catégories anglo-saxonnes. En effet, à l’époque, Rémy, le grand marchand de tableaux, fait remarquer ceci : l’intérêt pour les beaux-arts passe nécessairement par la collection d’estampes en l’absence de musées, d’expositions (les Salons sont rares) ; en raison des difficultés à accéder aux sites archéologiques, aux monuments et aux collections princières, la connaissance et la compétence artistiques et esthétiques ne s’atteignent qu’à travers ces images, au moins quand on ne dispose pas des moyens financiers des grands collectionneurs et marchands. Assez tôt, sans doute, Crébillon s’est constitué une sorte de « musée imaginaire ». De là, d’une part, dans sa bibliothèque la proportion inhabituelle d’ouvrages à planches ; d’autre part, ce fait que Crébillon vit entouré d’images : les images « évidentes « c’est-à-dire encadrées et accrochées aux murs, les images reliées en recueils factices (on disait « livres d’estampes »), enfin les images libres conservées en portefeuilles et qui constituent une véritable collection d’estampes dont il nous faut dire rapidement quelques mots.

66En effet, dans la même année 1777 et presque immédiatement après la dispersion des livres, ces estampes firent l’objet d’une vente dont il nous reste un Catalogue des tableaux, des dessins et des estampes..., qui appelle quelques remarques :

  1. C’est un « catalogue », non une « notice ».
  2. Le produit de la vente n’est pas négligeable : 8 000 livres tournois, ce qui est beaucoup plus que celui des livres.
  3. Assistent et achètent à cette vente d’une part des artistes et graveurs professionnels tels que Choffart, mais surtout les trois plus grands marchands spécialisés de l’époque : d’abord Joulain, qui est expert (remarquons que pour les livres nous n’avions que Gueffier, expert de second ordre), Basan, figure d’aussi grande envergure pour le domaine des estampes que Guillaume-François Debure dans le sien, et enfin Lenoir, très grand connaisseur et marchand dont on est aujourd’hui en train de découvrir l’importance ; il a partie liée avec Claude-Adrien Joly, le garde des estampes du Cabinet du roi, et achète, souvent secrètement, pour ce cabinet.
  4. Autre trait important : les experts ne manquent pas (les cas sont fréquents) de signaler la qualité des épreuves et leurs états ; la présence ici d’« avant lettre » est remarquable, c’est une sophistication récemment mise à la mode et dont Basan serait l’initiateur.
  5. Un débat serait à mener sur les fonctions de l’estampe à ce moment : d’une part, la fonction documentaire et, d’autre part, le goût pour la belle épreuve ; deux attitudes aujourd’hui fort distinctes mais qui l’étaient beaucoup moins au XVIIIe siècle : toute estampe était alors représentation d’autre chose, mais cette représentation était d’autant plus appréciée des vrais connaisseurs que l’épreuve était plus belle et mieux conservée. Crébillon est évidemment sensible à ces deux aspects.
  6. Il faudrait aussi s’attacher à découvrir les réseaux de sociabilité, d’amitiés et de relations qui rattachent Crébillon au milieu des artistes et des collectionneurs et ceci dans la diachronie et la synchronie. Je cite, au hasard : Boucher, Choffart, Cochin, Caylus, Watelet, Marigny et la Pompadour, la princesse de Conti (le prince de Conti est un des plus grands collectionneurs de l’époque), La Popelinière, etc.
  7. Enfin tout cela devra être repris à la lumière de l’histoire du goût à cette époque. Quelle est la part d’engagement de Crébillon pour la curiosité au sens large, la part de l’anticomanie régnante, son penchant pour un certain fantastique visuel et plastique : fantastique exotique (on remarque la présence d’un exemplaire des Grands voyages aux Indes occidentales de de Bry, par ailleurs morceau de choix bibliophilique), fantastique architectural et goût des ruines (Piranèse), fantastique naturel (quelques grands livres de botanique et d’histoire naturelle), etc. ?

67Je n’ai pas de conclusion pour l’instant, mais j’espère avoir installé quelque trouble chez ceux qui tenaient cette bibliothèque pour tout instrumentale et transitive ; elle est beaucoup plus énigmatique qu’il n’y paraissait d’abord. L’image traditionnelle de la bibliothèque du lettré et de l’écrivain se brouille un peu, et interfèrent avec elle des aspects relevant d’autres usages du livre : un goût bibliophilique, un musée imaginaire, un cabinet de curiosité en images, un iconophile poursuivant les estampes jusque dans les livres, un voyageur en chambre y accomplissant une sorte de Grand Tour...

Annexes

Ill. 1. — Notice... : page de titre. (BNF.)

Ill. 2. — Notice... : page de départ du texte. (BNF.)

Ill. 3. — Notice... : adresse bibliographique et approbations. (BNF.)

Notes

1 Notice des principaux articles de la bibliothèque de feu M. Joliot de Crébillon, censeur royal, Paris, 1777.

2 Jean Ehrard, « De l’horrible danger de la lecture : la bibliothèque de Mr Parangon », rééd. revue sous le titre « Fantômes rétiviens : les livres dans le livre », dans id., L'invention littéraire au XVIIIe siècle, Paris, 1997, p. 175-176.

3 Cf. ci-dessus, p. 102, note 13.

4 Francis Haskell, La norme et le caprice, Paris, 1993, p. 20.

5 Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux : Paris, Venise, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, 1987 (Bibliothèque des histoires). Voir tout le chapitre : « Entre l’invisible et le visible », et notamment III, « Utilité et signification », p. 37-47.

6 Bibl. nat. de Fr., ∆ 903. Reproduite par Gerhard Funke, Crébillon fils als Moralist und Gesellschaftskritiker, Heidelberg, 1972, p. 375-389.

7 Martin-Sylvestre Boulard, Traité élémentaire de bibliographie, contenant la manière de faire les inventaires, les prisées, les ventes publiques..., Paris, an XIII (1804), p. 94-95 et 100-101.

8 G. Funke, Crébillon fils..., p. 364 (inventaire après décès).

9 Martin-Dominique Fertel, La science pratique de l’imprimerie, Saint-Omer, 1723.

10 Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 5e éd., Paris, 1860, t. II, col. 553.

11 Denis Diderot, « Salon de 1767 », dans id., Œuvres esthétiques, éd. L. Versini, Paris, 1996, p. 737-738.

12 Jean-Jacques Casanova, Histoire de ma vie, éd. F. Lacassin, Paris, 1993, t. I, p. 568.

13 Voir le témoignage de Palissot dans son Éloge de Crébillon, passage cité par J. Dagen, Introduction à la sophistique amoureuse dans « Les égarements du cœur et de l’esprit », Paris, 1995, p. 105.

14 Antoine-Augustin Renouard, Catalogue de la bibliothèque d’un amateur, Paris, 1819, t. 3, p. 82.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. — Notice... : page de titre. (BNF.)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende Ill. 2. — Notice... : page de départ du texte. (BNF.)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Ill. 3. — Notice... : adresse bibliographique et approbations. (BNF.)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1415/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 333k

Auteur

Expert près la cour d’appel de Paris.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search