Version classiqueVersion mobile

Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle

 | 
Annie Charon
, 
Élisabeth Parinet

Collectionneurs et collections de livres à Paris au XVIIIe siècle

Michel Marion

Texte intégral

1La question des collectionneurs et des collections de livres peut, à l’évidence être appréhendée à partir de diverses sources, exploitées conjointement ou séparément : inventaires après décès, inventaires des saisies révolutionnaires, scellés du Châtelet, catalogues de ventes publiques, etc. J’ai choisi aujourd’hui de ne parler que des seuls catalogues conservés à la Bibliothèque nationale de France, essentiellement dans la série « Delta » (Δ).

I. – Le monde des collectionneurs

2Plusieurs milliers de catalogues concernant l’époque indiquée sont enfermés dans les boîtes de la série Δ. Pour un certain nombre de raisons, soit que je n’aie pu en identifier les possesseurs, soit qu’ils débordent la limite chronologique (1789) que je m’étais fixée, je n’en ai conservé que 1 032, répartis selon une grille sujette à discussion, certes, puisqu’il est évident que les financiers secrétaires du Roi, les avocats, parfois aussi secrétaires, et autres titulaires d’offices anoblissants, ressortissaient à la noblesse. Mais il me semble qu’elle a l’avantage d’affiner un peu ce petit monde des collectionneurs.

Catégories

Nb

%

Clergé

181

18

Noblesse de cour

72

11

Parlementaires

72

7

Autres officiers

108

11

Financiers

80

8

Avocats

122

12

Académiciens

74

7

Médecins

52

5

Militaires

44

4

Divers

162

16

3Dans ce nombre apparaissent peu de provinciaux, 71, essentiellement originaires des régions situées au nord d’une ligne La Rochelle-Lyon, peu de femmes, seulement 37, dont 27 ayant convolé, sans qu’il me soit possible de dire pour l’instant, sauf dans quelques rares cas tels que celui de la duchesse de Mazarin, si leurs collections avaient été constituées en propre ou provenaient de celles de leurs chers défunts.

4On a donc affaire à un milieu socialement restreint mais favorisé, tant par la naissance (c’est le cas de l’abbé de Bourbon, oncle naturel de Louis XVI), que par la richesse. Certains des personnages ont des fortunes qui dépassent le million de livres ; même le président Ogier, plus réputé pour ses connaissances juridiques que pour sa richesse, possède un capital estimé à 110 000 livres, ce qui le met néanmoins à l’abri du besoin, surtout si l’on garde en mémoire que le salaire journalier de l’ouvrier parisien n’excède guère les 300 livres par an. Sachant que la valeur moyenne d’une bibliothèque se situe aux alentours de 33 000 livres (somme qui dans certains cas, comme celui du duc d’Antin, ne représente qu’une goutte d’eau dans la masse globale, mais qui reste malgré tout importante), on imagine aisément que se constituer une collection n’était ni à la portée des franges du tiers état – quand elles savaient lire –, ni même à la portée de tous les prêtres habitués de telle ou telle paroisse parisienne.

5La richesse n’est évidemment pas le seul moteur de la collection. Il est intéressant de constater que l’éducation, débouchant sur une profession comme celles de médecin, de notaire ou d’avocat, conduit parfois à d’intéressantes bibliothèques. Ainsi le médecin Pierre-Joseph Macquer, son collègue Roux, collaborateur de l’Encyclopédie, chez qui, d’ailleurs, on note l’absence de tout livre religieux, et l’avocat Potier, dont le « catalogue suit l’ordre défini par le défunt lui-même », possèdent-ils d’importantes collections.

6Enfin, mais ce trait est peut-être plus anecdotique que réellement probant, c’est un milieu en bonne santé, peut-être parce que ses conditions de vie, son environnement sont plus agréables, puisque bon nombre de collectionneurs habitent plus volontiers le faubourg Saint-Germain, ou près des Capucines, que les faubourgs Saint-Marcel ou Saint-Antoine, encore que s’y soient trouvées de vastes demeures entourées de jardins. Si l’abbé de Bourbon, déjà cité, trépasse à vingt-cinq ans au cours d’un voyage à Naples, beaucoup de ces personnages atteignent un âge respectable pour l’époque : 75 % dépassent les soixante ans, Dortous de Mairan meurt à quatre-vingt-treize ans, l’abbé Xaupy, un Catalan établi à Paris depuis fort longtemps, décède quasi centenaire.

7Il va sans dire que ce milieu n’a pas été statique, et qu’il a évolué dans le siècle. Si, à la fin du règne de Louis XIV, le poids du clergé est conséquent, on peut remarquer au moment de la Nuit du 4 Août, non sa disparition, mais le poids de plus en plus important d’autres catégories sociales : médecins, on vient de le voir ; titulaires d’offices de rang subalterne ; milieux en rapport avec l’argent : payeurs des rentes et autres manipulateurs, comme Radix de Sainte-Foix, passé à la postérité plus pour ses réelles « magouilles » que pour sa liaison avec la duchesse de Mazarin, qui, outre une fille, lui avait peut-être donné le goût des belles éditions.

II. – Les intérêts des collectionneurs

8L’équilibre entre les divisions thématiques classiques des bibliothèques, selon le système des libraires parisiens (A : théologie ; B : droit et jurisprudence ; C : sciences et arts ; D : belles-lettres ; E : histoire), se modifie selon les décennies et selon les groupes sociaux.

9La théologie, dont la primauté, sinon la prééminence, était bien installée, perd de son importance, de façon quasi régulière tout au long du siècle, sans toutefois disparaître. Les livres de droit ne sont jamais, sauf chez les praticiens, en nombre, ce qui d’ailleurs ouvre la discussion de savoir si les bibliothèques des professions appelées plus tard libérales, appartiennent réellement à la catégorie des cabinets d’étude ou aux collections : un peu les deux, sans doute. Les sciences et arts, qui regroupent aussi bien la philosophie que la poliorcétique, sont assurément la catégorie qui monte en puissance tout au long du siècle, d’à peine 10 % en 1715-20 à près de 25 % en 1780, effectuant en quelque sorte un mouvement symétrique inverse avec la théologie.

10Belles-lettres et histoire restent, quant à elles, des valeurs stables, avec toutefois une réelle désaffection pour les auteurs classiques, à mettre sans doute en relation avec la perte d’influence du latin, et une incontestable primauté de la dernière catégorie citée à compter des années 1750-1760, comme cela peut d’ailleurs se repérer au travers de l’analyse des inventaires après décès.

11Il est évident que cette image des collections mériterait d’être corrigée sur plusieurs points, car elle ne reflète que ce que les catalogues nous révèlent, avec les incertitudes liées à l’organisation des ventes, car elle ne donne bien souvent qu’un état de collections déjà vieillies, sans oublier évidemment, et c’est là la raison d’être du collectionneur, que nombre d’ouvrages qui apparaissent ont été achetés en fonction de l’intérêt qu’il leur portait, quelle que soit la date d’impression. L’évolution elle-même de la production imprimée du XVIIIe siècle ne peut être suivie, par le truchement des catalogues, qu’avec un certain temps de latence.

12Enfin, on remarque l’émergence de collections spécialisées, comme celles pour lesquelles on recherche les beaux livres, les livres rares, les manuscrits, et dont un des meilleurs exemples est la bibliothèque du duc de La Vallière (mais il ne faudrait pas oublier tous ses prédécesseurs en bibliophilie, tels que l’abbé de Rothelin).

III. – Les catalogues de vente

13Le principal problème que posent les catalogues de vente est celui de la véracité, pour ne pas dire de la vérité. La bibliothèque de Gros de Boze n’eut pas moins de trois catalogues : catalogue « domestique » de 1745 puis catalogues de vente de 1753 et 1754. On apprend que les acheteurs ont substitué à des exemplaires d’une même édition d’autres moins bons. Cette pratique, choquante en elle-même, ne faisait que suivre une tradition bien établie chez les numismates. Plus grave est la manipulation révélée par le catalogue de l’abbé Desessarts (1775) ; comme l’abbé ne possédait pas de livres ressortissant aux belles-lettres, le libraire a cru bon de combler cette lacune, ce qui fausse totalement la perception que nous aimerions avoir d’une bibliothèque au travers du catalogue de sa dispersion. Du moins, là, le libraire fait-il preuve d’honnêteté, mais combien ont avoué une pratique à l’évidence habituelle ? Les catalogues sont-ils le reflet de la bibliothèque ou bien celui de l’intérêt du libraire ? Faute de pouvoir comparer l’inventaire après décès, quand il existe, et le catalogue, il est vraisemblable que nous ne saurons jamais si ce dernier offre l’image sinon exhaustive, au moins fidèle, d’une collection. Et même si l’un et l’autre existent, comme dans le cas du chancelier d’Argenson, les paramètres, à commencer par le long intervalle – largement dix ans – entre les vacations du notaire et la composition du catalogue, sont tels qu’on ne pourra guère que se livrer à des supputations, et se demander ce qui dans les livres mis à l’encan reflète la construction du collectionneur ou le choix du libraire, lui-même guidé par ses goûts, ses convictions, ses obligations légales ou, plus simplement, par la loi du marché.

14Malgré toutes ces imperfections structurelles, les catalogues existent et donnent bien du plaisir à ceux qui les ouvrent. En outre, ils sont riches d’enseignements.

15La structure de la notice évolue sensiblement au cours du siècle. D’une description succincte, pas toujours exacte, elle devient peu à peu une réelle notice catalographique, certes parfois sujette à caution. Dès le milieu du siècle – cela se repère déjà dans le catalogue Rothelin, à propos d’un livre d’heures qui aurait appartenu à Jeanne de Laval, seconde épouse de René d’Anjou – et au moins pour les grandes ventes, la tendance est à l’exubérance, et le bavardage qui accompagne la notice est davantage destiné à allécher le chaland qu’à établir la vérité historique. Là encore, le rôle des libraires – Gabriel Martin, Née de La Rochelle ou Guillaume Debure – a été prééminent et a permis aux membres de ce corps de s’imposer dans le commerce du livre de seconde main, offrant par là même aux amateurs une assurance de qualité, qui certes nous apparaît variable mais a fini par porter ses fruits, tout comme leurs efforts – de Martin à Née de La Rochelle – pour affiner la classification ont incité les amateurs à considérer les catalogues comme de pratiques instruments de travail bibliographique, voire des guides d’achat.

16A côté de ces renseignements nécessaires mais élémentaires, les catalogues apportent parfois de précieuses indications sur l’origine des collections. On apprend ainsi, lors de la vente Huet de Froberville, en 1797 (un peu au-delà des limites chronologiques définies plus haut) que « les beaux articles proviennent des ventes La Vallière, 1748, Camus de Limare, Mirabeau... ». De même peut-on glaner dans la préface quelques éléments retraçant la généalogie de la bibliothèque de Fleury, évêque de Chartres : il a acheté celle de Godet des Marais, puis celle de Du Monstier Mérinville (tous les deux évêques de Chartres), les a réunies à sa propre bibliothèque, déjà enrichie de celle du cardinal de Fleury, son oncle, qui la lui avait léguée. Parfois apparaissent également des indications d’enchérisseurs : le roi d’Espagne a ainsi acquis quelques pièces lors de la vente Rothelin.

17D’un maniement beaucoup plus délicat sont les indications concernant la composition des collections, en relation avec les dates d’impression, quand elles figurent dans la notice. La part des éditions plus anciennes croissant au fur et à mesure que le siècle s’écoule, on peut se demander si le collectionneur recherche l’incunable pour le plaisir ou pour le travail, à moins que ce ne soit pour les deux : La Vallière recherchait-il les pièces de théâtre en fonction de leur rareté ou en fonction de son dictionnaire ?

18Les catalogues peuvent aussi indiquer des tendances, l’émergence des modes : la tentation était évidemment grande pour un libraire de « passer à la trappe » quelques in-folio théologiques et de faire apparaître les poésies de Rousseau, de proposer un Dorat plutôt qu’un Crébillon.

19Ils permettent aussi de repérer les valeurs sûres, pérennes, tout au long du siècle, de la Bible de Walton et Castelli au Dictionnaire de Bayle. Remarquons que l’Encyclopédie, sous toutes ses formes et contrefaçons, apparaît deux cents fois : il serait intéressant de savoir si la vente publique de ce livre a été aussi importante en province.

20Enfin, les catalogues peuvent aussi donner des pistes pour repérer des titres inconnus dans les répertoires actuels des bibliothèques.

21Les précieux renseignements que l’on peut tirer des catalogues de ventes publiques de livres, tant pour la connaissance des langues que pour l’histoire des idées, l’histoire littéraire, l’histoire du livre et ses ramifications : origines géographiques, prix des ouvrages, en font une source de première importance. Néanmoins, ils ne peuvent pas tout dire : on ne saura jamais, par exemple, si tous les livres ont été lus, ni si l’ensemble des livres recouvre l’ensemble de la production imprimée du royaume, à moins que d’en entreprendre la mise en base...

Auteur

Conservateur général des bibliothèques.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search