Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle

 | 
Annie Charon
, 
Élisabeth Parinet

Typologie des catalogues de vente

Nicole Masson

Texte intégral

1Je me propose d’examiner successivement les différents plans selon lesquels on peut tenter une typologie des catalogues de vente de bibliothèque. Je m’appuie sur une longue fréquentation de ce type d’ouvrages (depuis 1985), mais plus précisément, pour quelques estimations statistiques, sur un ensemble d’environ soixante catalogues parus entre 1750 et 1754 et conservés à la Bibliothèque nationale de France.

I. – La bibliographie matérielle : format, ornements, pagination, titre, langue

2La bibliographie matérielle est le premier point qui retient l’attention. Mais toutes les observations ne sont pas aussi pertinentes :

  • Le format, par exemple, ne permet pas de classer véritablement les catalogues de vente puisqu’ils sont très majoritairement in-8°. Pour l’échantillon retenu (années 1750-1754), on ne trouve que 11 % des catalogues in-12, le reste étant in-8°.
  • La pagination est un critère plus riche d’enseignements. En effet, si la moyenne de ces soixante catalogues est de 108 pages, il y a de très grandes disparités : de 8 pages (anonyme lillois de 1753, ou Mallet, marchand de vin à Lille, 1754) à plus de 648 pages (Giraud de Moucy, 1754). Et si l’on retire de l’échantillon neuf gros catalogues de plus de 200 pages, la moyenne tombe à 70 pages. On peut présenter l’ensemble sous forme de deux graphiques, l’un plus précis, l’autre faisant apparaître les dominantes (fig. 1-2).

Fig. 1. Ampleur des catalogues, 1750-1754

Fig. 1. Ampleur des catalogues, 1750-1754

Fig. 2. Ampleur des catalogues, 1750-1754 : dominantes

Fig. 2. Ampleur des catalogues, 1750-1754 : dominantes

3En règle générale, et à quelques prestigieuses exceptions près, les catalogues de vente sont peu épais, imprimés sur un papier très ordinaire, sans beaucoup de soin. Lorsqu’ils présentent une sorte de légère couverture, elle ressemble plutôt à du buvard. Le catalogue, ouvrage de « consommation courante », est surtout une sorte de prospectus commode qui permet à l’acheteur potentiel de se faire à l’avance une idée de la collection vendue, puis de suivre aisément le déroulement de la vente en y portant éventuellement des annotations. Bien souvent, on ne trouve pas de page de titre, mais un simple titre de départ sur la première page du catalogue. Il peut y avoir une vraie page de titre, mais alors son feuillet conjoint porte souvent l’annonce des dates de la vente et, ensemble, ils servent en même temps de couverture et enserrent les cahiers. La description bibliographique – en particulier la collation par signatures – pose des problèmes dans bien des cas : les anomalies dues à la négligence ne manquent pas.

4Quand des ornements sont ajoutés, comme des bandeaux, ils sont utilisés par l’imprimeur de nombreuses fois et ils sont usagés. On en trouve même qui sont imposés à l’envers (Simon, 12 janvier 1750, p. 12). Mais, dans tous les cas, l’imprimeur et le libraire essaient de rendre le catalogue clair et assez attrayant, grâce à des ornements typographiques, des vignettes et bandeaux signés. Pour reprendre l’échantillon des années 1750-1754, 60 % des catalogues ont au moins un bandeau sur le titre de départ.

5Quant à la langue utilisée pour la rédaction du catalogue, on constate, et ce n’est pas une surprise, une rapide régression du latin au cours du XVIIIe siècle. Il n’y a pratiquement plus de catalogues rédigés en latin après 1750, si ce n’est quelques catalogues alsaciens, comme à Strasbourg ceux de Behr, en 1762 (conditions de l’enchère en français et en latin ; caractères gothiques mêlés), ou de Beyckert, en 1763 (catalogue en latin).

6L’examen précis du titre du catalogue est souvent instructif. On y trouve des indications sur le type de vente (modalités, lieu, date), sur le libraire chargé de la vente, sur le type de collection (cabinet, bibliothèque...).

7Le titre est plus ou moins développé, et donne souvent des renseignements sur l’identité du collectionneur (s’il est décédé, ses titres, qualités ou charges...). Mais certains catalogues au contraire laissent le possesseur des livres dans l’anonymat.

II. – Une typologie des exemplaires

8Les exemplaires d’un même catalogue peuvent être assez différents selon plusieurs critères qui permettent d’en dresser une typologie : complétude, annotations et provenance.

9En dehors du corps même du catalogue qui consiste en une liste de titres d’ouvrages proposés à la vente, un exemplaire peut contenir un grand nombre d’éléments annexes – dont tous ne figurent pas dans tous les exemplaires – : ce sont la page de titre, les tables et index, un supplément éventuel de livres omis dans un premier recensement ou correspondant à une bibliothèque de campagne, l’annonce de la vente ou l’affichette avec les dates et les vacations, un catalogue complémentaire d’estampes ou d’objets (curiosités, coquilles, médailles, musique).

10N’oublions pas que les catalogues de vente sont, à l’origine, des instruments destinés à faciliter le bon déroulement des opérations. Il en résulte que bon nombre d’exemplaires portent des annotations manuscrites qui peuvent être de nature très diverse : identification d’un possesseur anonyme, précisions sur un possesseur nommé, mentions de prix, d’état des ouvrages, d’acquéreurs, indications sur les circonstances de la vente (date, lieu, montant total, manipulations des libraires), diverses appréciations personnelles, signalement de ventes secrètes, livres « obmis », tables et index manuscrits...

11Enfin, la provenance de l’exemplaire permet d’étudier la circulation des catalogues, très tôt collectionnés. Notons le cas particulièrement intéressant des exemplaires de travail utilisés par les libraires chargés de la vente : ils fourmillent d’informations manuscrites comme les prix de départ, les adjudications, les noms des acquéreurs notés en marge des articles.

III. – Une typologie des conditions de vente

12Toutes les bibliothèques ne se vendent pas en une journée. Tous les catalogues ne correspondent pas à des ventes (catalogues d’usage, par exemple), et de plus toutes les bibliothèques privées qui se vendent ne donnent pas lieu à un catalogue imprimé : il n’y a parfois qu’un catalogue manuscrit, qu’on peut consulter chez un libraire ou un notaire. Le plus souvent, la presse annonce quelques belles pièces et le collectionneur est invité à aller voir les exemplaires lors d’une exposition préalable. Même quand le catalogue est imprimé, on le trouve parfois en des lieux saugrenus (pour Behr, Strasbourg, 1762 : « dans la maison de Behr ou chez Isler, le bedeau de l’université »)

13Différentes procédures sont possibles qui, là encore, permettent d’établir une sorte de double typologie :

  • vente en bloc de l’ensemble de la bibliothèque ou vente en détail des livres, à l’unité ou par petits lots ;
  • vente à l’amiable à prix marqués ou vente aux enchères.

14Comme l’a expliqué Françoise Bléchet dans l’introduction de son répertoire bien connu, bien souvent, au moment de l’impression du catalogue, on hésite encore sur les modalités. Si une vente globale est possible avant la vente en détail, elle est souvent préférée (par exemple, pour la vente Du Pont de Carles en 1701).

15Du coup, les annotations manuscrites portées sur les catalogues sont précieuses, ainsi que la presse d’annonce, pour connaître les dates exactes, la durée, les modalités des ventes.

16Néanmoins, on constate au fil des années une montée en puissance de la vente aux enchères. On peut citer comme témoignage l’« Avis des libraires » du catalogue Basset, Lyon, 1753, où les frères Duplain écrivent :

« Nous nous flattons que l’on nous saura gré du soin que nous prenons d’introduire dans cette ville la méthode de vendre les bibliothèques à l’enchère et au détail. [...] Nous ne faisons que suivre les traces de M. Gabriel Martin, qui l’a introduite dans Paris, avec un applaudissement général & un succès avantageux pour toutes les familles. »

17A noter que Martin, entre 1705 et 1761, a rédigé près de cent cinquante catalogues de vente et qu’il a été l’objet d’une pétition en 1728, de la part de libraires qui protestaient contre ses ventes publiques : elles ruinaient, disaient-ils, les ventes en boutique.

IV. – Modes de rédaction

18Les catalogues se présentent donc comme des listes d’ouvrages mis en vente. Mais le rédacteur doit choisir un mode de présentation de cette liste, et donc de classement des ouvrages. Ce choix dépend pour une bonne part de la réponse à une question très simple : pourquoi faire un catalogue de vente ?

19On établit un catalogue d’abord pour des raisons publicitaires, parce qu’on veut attirer l’attention sur la vente. Souvent le catalogue se justifie du fait de l’ampleur de la collection, mais il est parfois dressé plutôt en raison de sa qualité. Ainsi que le dit une note imprimée à la fin du catalogue Goesbriant, 1752 :

« Le petit nombre de volumes de ce cabinet ne demandoit point de catalogue, mais on a jugé à propos d’en faire un pour en indiquer les conditions extraordinaires, dont une partie est en maroquin, une autre en veau fauve et la troisième en veau en écaille avec des filets d’or sur le plat. »

20Le catalogue est aussi censé permettre ou faciliter la vente par correspondance comme l’atteste cet avis passé dans les Annonces, affiches, et avis divers du 18 septembre 1752 :

« Comme plusieurs personnes de province se plaignent qu’elles ne peuvent recevoir les catalogues imprimés de livres, de tableaux ou de cabinets à vendre, que lorsque la vente en est faite, ou considérablement avancée, parce qu’on imprime ces catalogues trop tard, nous avons cru devoir avertir les particuliers, ou les libraires, qui font ces sortes de ventes, de publier leurs catalogues au moins trois semaines d’avance, afin que les curieux, éloignés de Paris, puissent écrire à leurs correspondants pour faire les acquisitions qu’ils souhaitent. »

21Les catalogues enfin sont utiles aux bibliographes : on y « peut puiser la science des livres, devenue de nos jours une branche importante de l’érudition », comme le rappelle l’éloge de Gros de Boze prononcé à l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres le 13 novembre 1753.

22On constate cependant que les ventes des bibliothèques de certains personnages connus, comme celle du critique littéraire Rémond de Saint-Mard, n’ont pas laissé de catalogue. Peut-être en raison de délais trop brefs ?

23Une autre question tout aussi simple peut être posée : pourquoi vendre une bibliothèque ?

24C’est la mort du possesseur qui le plus souvent détermine la vente de la bibliothèque, généralement six mois environ après le décès. Il faut noter alors le lien avec l’inventaire après décès. On lit par exemple dans l’avis imprimé à la fin du catalogue Mézière, 1735 :

« On n’a pas jugé devoir donner un autre arrangement aux livres, que celui qu’ils avaient dans les tablettes ; d’autant plus qu’on était astreint à suivre l’ordre des numéros de l’inventaire fait après le décès de M. de Mézière. »

25Mais ce sont parfois d’autres circonstances, comme des difficultés financières ou un départ pour l’étranger qui obligent le possesseur à se défaire de tout ou partie de sa bibliothèque. Ainsi, en 1750, Simon de Verville, médecin de Rouen envoyé en Perse, sans doute pour espionnage, vend ses livres avant son départ. Il ne reviendra d’ailleurs jamais en France, et sera condamné pour apostasie en 1754.

V. – Des classements méthodiques

26Si on examine l’ensemble des catalogues de vente, on reconnaît plusieurs noms de libraires qui reviennent régulièrement comme ceux de Bauche, Barrois, Damonneville et, bien entendu, Martin et Debure. Ils constituent une sorte d’élite qui s’impose au public des collectionneurs. On s’aperçoit aussi que ces libraires spécialisés se posent beaucoup de problèmes méthodologiques. Et d’abord sur l’ordre à adopter pour le catalogage.

27Les premiers catalogues du XVIIe siècle utilisaient volontiers le format comme critère de classement. C’était commode pour le libraire, sans être vraiment utile pour l’acheteur potentiel, qui se détermine rarement selon ce critère. Sans entrer dans le détail, dans un bon nombre de catalogues, il règne une certaine anarchie quant au mode de présentation des livres vendus : on y trouve toutes les combinaisons entre matière, format et ordre alphabétique. Un seul exemple : le catalogue d’une bibliothèque d’abbé (anonyme), vendue le 20 mai 1754, répartit les livres par formats et, à l’intérieur de chaque format, selon les matières.

28De façon plus fréquente, les libraires utilisent aussi, durant tout le XVIIIe siècle encore, le classement « par inventaire ». Notons d’emblée l’ambiguïté du terme « inventaire ». Il peut faire allusion à l’ordre de l’inventaire après décès, établi par un notaire, c’est-à-dire l’ordre des tablettes. Mais il peut aussi indiquer l’ordre de la vente (« vente » étant un des sens possibles d’« inventaire »). Le plus souvent, il s’agit plutôt de la première interprétation, comme pour le catalogue Mézière (1735), déjà cité. Mais on peut citer comme exemple de la deuxième interprétation le catalogue Behr (Strasbourg, 1762), où les livres sont classés selon l’ordre de la vente, par formats, avec numérotation à l’intérieur des formats.

29Enfin, au début du XVIIIe siècle, une véritable méthode est établie, à l’initiative de deux grands libraires, Prosper Marchand et Gabriel Martin : le « système des libraires de Paris ». Ce principe de catalogage place les libraires français au tout premier plan dans ce domaine, avec une procédure stricte, toujours identique : répartition des ouvrages en cinq grandes catégories avec des divisions et subdivisions systématiques, mélange des formats, numérotation continue des volumes décrits, table alphabétique des noms d’auteurs, description bibliographique selon un schéma fixe et ordonné. Avec cette nouvelle méthode, le catalogue de vente, présenté rationnellement, devient un manuel pour le bibliophile. Notons seulement que la division selon l’ordre des facultés (théologie, jurisprudence, sciences et arts, belles-lettres et histoire) n’est pas toujours très satisfaisante sur le plan intellectuel. Ainsi, une bibliothèque d’ecclésiastique peut sembler assez équilibrée tout en ne contenant, en jurisprudence, que des ouvrages sur le droit canon et, en histoire, sur l’histoire de l’Église et des missions.

VI. – Une typologie des bibliothèques

30En schématisant très sommairement (et en renvoyant aux travaux de Jean Viardot notamment), on peut distinguer plusieurs types de collections de livres.

31Le premier type de collection est la bibliothèque érudite ou « robine ». Ce type de bibliothèque caractérise la noblesse de robe qui ouvre ses collections aux bourgeois pauvres « à talents ». Elle permet à son possesseur d’afficher son nouveau statut social, puisque sa noblesse acquise s’oppose à la noblesse de naissance ; la culture légitime son ascension sociale plus dignement que ne le fait l’argent. La bibliothèque robine est encyclopédique, inspirée par l’esprit de l’humanisme érudit. Elle exclut les belles-lettres françaises et modernes. Elle s’oppose à l’esthétisme des jésuites comme à l’hédonisme des mondains. C’est l’esprit de sérieux qui domine : il faut avoir « les meilleurs textes dans les meilleures éditions ». C’est dans l’Advis de Gabriel Naudé (1627, puis 1644) qu’on peut lire les principes qui président à sa constitution. Quant à la bibliothèque qui représente le mieux ce type, c’est celle du président de Thou (mort en 1617, catalogue de 1679).

32Mais on peut constater toute une évolution mercantile. Les livres « curieux » sont chers et recherchés. On glisse alors progressivement du champ érudit à celui du luxe, de l’art et de la curiosité. Le marché du livre s’apparente au marché de l’art, avec le développement des grands marchands spécialisés de « l’ancienne librairie ». La publicité des ventes et les progrès de la bibliographie achèvent de caractériser cette évolution.

33Le principe du « cabinet choisi » s’oppose à celui de la bibliothèque robine, utile et sérieuse. Sa constitution répond au seul critère du goût et implique la frivolité, le luxe, le superflu. Son principe consiste à choisir, sans souci d’exhaustivité, un petit nombre de volumes, ayant pour point commun un certain raffinement (reliures, enluminures, etc.). Ce modèle touche les mondains, les femmes, les jeunes gens, même issus de la noblesse de robe. Le cabinet correspond souvent, topographiquement, à une petite pièce, la plus intime de la maison. Il fait souvent partie d’une bibliothèque plus vaste. Ainsi, dans la bibliothèque de Bourgevin de Norville, on trouve un cabinet choisi de livres italiens, contenant des éditions vénitiennes du XVIe siècle : en tout une cinquantaine de titres, qui représentent environ 6 % de l’ensemble de la bibliothèque.

34Peu à peu, le cabinet choisi gagne son autonomie. Il est l’objet de la délectation lettrée (collections d’elzévirs, de livres modernes de luxe illustrés comme l’édition des Fermiers généraux des Fables de La Fontaine). Jeanne-Baptiste Albert de Luynes, comtesse de Verrue (vente des livres le 18 juin 1737) illustre bien ce type d’amateur de livres. Elle a une des premières collections de romans et pièces de théâtre. Sa bibliothèque est garnie de meubles en ébène et d’armoires en marqueterie, écaille et cuivre avec taffetas vert, dans un grand cabinet avec vue sur le jardin. Elle collectionne aussi les tableaux, les estampes, les porcelaines.

35Il reste encore à signaler le cabinet curieux ou cabinet de raretés. On rencontre des cabinets de curiosité dès le XVIe siècle, mais la pratique en est mal admise. Le livre va progressivement entrer dans cette catégorie, au même titre que les pierres, les fossiles, les coquillages, au détriment de son contenu intellectuel. On collectionne ainsi les manuscrits à peintures, les livres d’heures, les livres de musique, les herbiers, les planches d’histoire naturelle. Cette tendance s’accentue après 1750.

  • 1 Journal de Trévoux, juillet 1750, p. 1717.

36On constate donc une séparation entre les savants et les connaisseurs. Même pour les grands textes, on oppose l’editio optima à l’editio prima. L’idéal est d’allier la qualité des textes, celle des éditions et la beauté matérielle de l’objet-livre. Là encore, on peut signaler quelques exemples caractéristiques, comme la collection d’Angran, dont les livres sont vendus le 5 février 1748. Gersaint, expert, organise le 4 mars la vente de sa collection de curiosités. Malgré son éducation, fils d’une janséniste qui lui a donné pour précepteur M. Eustace, confesseur de Port-Royal, Angran est un athée, ami du Régent et débauché comme lui. Son fils vendra sa propre bibliothèque en 1765 pour éponger ses dettes, n’étant guère plus florissant que son père. Quant à Gersaint, l’expert, sa propre bibliothèque est vendue à sa mort, le 25 mai 1750. Elle est en réalité composée de multiples petites collections : 99 titres de « chansons et facéties », 41 titres de « traités pour et contre les femmes ». Sur un des exemplaires du catalogue, conservé à la Bibliothèque nationale de France, on lit des mentions marginales manuscrites en face de certains titres : « curieux » ou « rare ». On procède d’ailleurs à une vente secrète complémentaire, consacrée à des ouvrages de jansénisme ou de « galanterie ». On vend aussi une collection de tableaux (dont quatre Rubens) et de coquillages. Le jugement du Journal de Trévoux1 est très significatif : la bibliothèque est « très inférieure à l’idée que nous nous étions faite de ce trésor littéraire [...]. En un mot cette bibliothèque dans la plupart des pièces qui la composent ne peut intéresser les savants ni les sages. »

37Après ce tour d’horizon assez large des différents types de catalogues de vente, peut-être faut-il rappeler pour conclure la fiabilité limitée des catalogues pour la connaissance des bibliothèques. En effet, ils ne fournissent pas de listes exhaustives, comme la comparaison avec les inventaires après décès le prouve ; ils sont parfois complétés par des listes de « livres obmis », ce qui témoigne explicitement de leurs lacunes ; un certain nombre de livres, licencieux ou hérétiques, font l’objet de ventes secrètes dont nous n’avons pas toujours la trace ; d’énigmatiques formules comme « paquets de livres », « liasses de brochures » ne nous disent rien des livres qui sont sans doute les plus lus et manipulés et qui se retrouvent, du coup, dans un mauvais état peu favorable à la vente. Par ailleurs, les témoignages ne manquent pas pour signaler que les libraires regroupent souvent, dans leur propre intérêt commercial, plusieurs petites bibliothèques dans un même catalogue, ou qu’ils y joignent sans le préciser des livres de leur propre fonds : ces manipulations de libraires nous échappent souvent. Même s’ils constituent une source précieuse d’informations, rappelons donc que ces catalogues doivent être examinés avec soin et méfiance, en les confrontant à de multiples sources extérieures.

Notes

1 Journal de Trévoux, juillet 1750, p. 1717.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Ampleur des catalogues, 1750-1754
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1411/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 2. Ampleur des catalogues, 1750-1754 : dominantes
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1411/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540