Version classiqueVersion mobile

Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle

 | 
Annie Charon
, 
Élisabeth Parinet

Source bibliographique et modèle bibliophilique : le recours au catalogue de vente, de Gabriel Martin a Seymour de Ricci

Yann Sordet

Texte intégral

  • 1 Le plus récent rappel sur l’origine de cette pratique est celui de Pierre Bérès, « Reflections on (...)
  • 2 Il est possible que le catalogue de vente des livres de Thomas Biaise, libraire, dont la vente au (...)
  • 3 Ils sont en effet réunis, dans la plupart des bibliothèques publiques, sous un même groupe de cote (...)

1On sait que la pratique des ventes publiques, originaire des terres d’Islam, existait en Europe au Moyen Age, et que des livres furent vendus de cette façon en Flandre au XVe siècle1. Le premier catalogue de vente de livres imprimé connu à ce jour est hollandais, c’est celui d’une vente orchestrée par Louis Elzevier à Leyde en 1599. Le premier catalogue de bibliothèque imprimé en France et qui soit, sans nul doute possible, le catalogue d’une vente publique en détail et aux enchères, date quant à lui de 1641 ou de 16462. Quelles que soient les modalités de la vente, l’usage de publier le catalogue de la bibliothèque ainsi dispersée a perduré jusqu’à nos jours ; de sorte que les catalogues de vente imprimés, documents nombreux, de forme relativement homogène et aisément accessibles3, constituent une source exceptionnelle pour la connaissance des bibliothèques privées et de leur contenu à partir du XVIIe siècle. Mais c’est une perspective un peu différente que nous adopterons ici, en tâchant de préciser leur rôle dans l’histoire de la bibliographie et leur position dans l’ensemble de la production catalographique du temps.

  • 4 Jean Viardot, « Livres rares et pratiques bibliophiliques », dans Histoire de l’édition française,(...)

2Dans les pratiques et dans l’esprit des collectionneurs de livres, des libraires ou des bibliographes, dès le XVIIIe siècle, les catalogues de vente ont été investis de fonctions qu’ils n’étaient pas censés remplir au départ. Ils s’imposent comme outils de référence et comme modèles, et exercent désormais une singulière influence. Ces nouveaux usages, en retour, sont responsables de l’évolution que connaît leur forme et des prétentions qu’ils affichent. Dans le même temps, leur existence et l’importance qui leur est reconnue contribuent à l’apparition d’un genre bibliographique à part entière : les répertoires de livres rares, qui entendent remplacer les catalogues de vente en leur empruntant quelques-unes de leurs inventions. Aussi, la rapide et déterminante évolution des catalogues de vente au cours du siècle, la consécration de certains d’entre eux comme les réactions de défiance qu’ils continuent de susciter, ne contribuent-elles pas peu à la constitution, dans la République des lettres, de ce que Jean Viardot a appelé le « champ du livre rare »4.

  • 5 Daniel Mornet « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1781) », dans Revue d’histoire l (...)
  • 6 Seymour de Ricci, « Quelques bibliothèques françaises passées en Angleterre », dans Journal des sa (...)

3L’approche de Daniel Mornet, qui, dans un article pionnier, donna en 1910 le premier exemple d’une utilisation historienne des catalogues de vente de bibliothèques, était celle d’un historien des idées et de la littérature, qui cherchait leurs « enseignements » du point de vue de l’histoire de la lecture, de la diffusion et de la réception des textes5. Presque à la même époque, en 1915, à l’occasion d’une étude sur les bibliothèques françaises vendues en Angleterre après la Révolution, un personnage d’un tout autre profil manifestait aussi son intérêt pour ces documents. Conseiller et intermédiaire sur le marché du livre rare, collectionneur lui-même, et qui allait devenir un des plus éminents bibliographes de la première moitié du siècle, Seymour de Ricci témoignait alors d’un recours singulièrement différent aux catalogues de ventes de bibliothèques, et lançait dans le même temps un plaidoyer pour leur conservation et leur traitement systématique : « Presque personne ne les connaît, presque personne ne les ouvre, et c’est grand dommage » ; « en des jours plus propices, le dépouillement de cette série tentera peut-être quelqu’un de nos bibliographes »6.

  • 7 A l’article précité, il faut notamment ajouter l’important English Collectors of Books and Manuscr (...)
  • 8 List of Catalogues of English Book Sales, 1676-1900, now in the British Museum, réd. I. A. K. Burn (...)
  • 9 Il n’est pas indifférent de noter que Ricci était d’origine anglaise et qu’il a toujours été pénét (...)
  • 10 Aujourd’hui conservés à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France, Rés. m (...)
  • 11 Seymour de Ricci, Census of Caxton’s, Oxford, The University Press, 1909. H. C. Bartlett et A. W. (...)

4Tout en relevant de l’érudition historienne, sa contribution à l’histoire des bibliothèques et ses préoccupations s’inscrivaient dans une tradition bibliographique singulière, celle de la bibliophilie, fondée sur une conception et un usage particuliers des catalogues de vente. Ricci en fit du reste toute sa vie une utilisation quasi quotidienne, multiple et complexe : non seulement pour des travaux d’histoire des collections7, mais aussi en bibliographe et dans le cadre des services rendus aux libraires d’antiquariat et aux bibliophiles européens et américains. Il eut d’abord recours à la collection du British Museum, dont Harold Mattingly avait dressé le catalogue, et qui venait d’être imprimé par les soins de Pollard8. Il était également familier des collections constituées par les libraires et « auctioneers » anglais, notamment des suites remarquablement riches conservées par Sotheby, Puttick & Simson ou Christie, qui en permettaient facilement l’accès, ainsi que de celle constituée à New York par le Grolier Club9. Sa propre collection avoisinait les 20 000 volumes à sa mort, la plupart annotés et certains rarissimes, et il avait dressé plusieurs répertoires, sous forme de fichiers ou de cahiers manuscrits, des catalogues de ventes publiques, par pays et par libraires, du XVIIe au XIXe siècle10. Son utilisation de ces documents pouvait être ponctuelle : localisation d’un exemplaire ou établissement du pedigree d’un volume à l’occasion de la rédaction d’un catalogue, ou d’une demande de chercheur, comme il le fit parfois pour des membres de la commission du Gesamtkatalog. Elle pouvait aussi être systématique, car en bibliographie Ricci s’était fait une spécialité, le census, ou recension de tous les exemplaires connus d’un type d’ouvrage, ce qui lui imposait de prospecter et de suivre les livres dans un grand nombre de catalogues de vente anciens et modernes. C’est ce qu’il fit pour mener à bien son inventaire des éditions de Caxton, méthode suivie par Pollard qui appliqua le même zèle à poursuivre les exemplaires des éditions in-quarto des pièces de Shakespeare11. Ses archives de travail éclairent la genèse de ses travaux bibliographiques : il découpait en général des notices dans des exemplaires de catalogues de vente contemporains, les montait sur des feuillets qu’il pourvoyait de vedettes et classait. Les feuillets étaient ensuite complétés, enrichis de façon manuscrite par l’indication de tous les exemplaires que ses dépouillements lui faisaient découvrir ; ils servaient finalement de base à la rédaction définitive pour la publication.

5Cette approche et ce traitement des catalogues de vente – qui ont alors la double particularité d’être proprement bibliographiques et effectués dans un milieu proche du monde de la collection et de la librairie d’antiquariat — trouvent leur origine au XVIIIe siècle.

  • 12 Sur la réception du catalogue du Fay, voir J. Viardot, Livres rares..., p. 588.

6En effet, dès le début du siècle, grâce à la publication, au succès et à la renommée durable de catalogues de vente particulièrement prestigieux et soignés comme celui de Cisternay du Fay (1725)12, non seulement se fixent les règles d’une utilisation inédite de ces documents, mais, de surcroît, certains d’entre eux revendiquent des qualités nouvelles, dont celle d’être un « livre » à part entière n’est pas la plus négligeable. D’abord contingents, par nature liés à l’événement commercial, précis et limité, qu’est la vente aux enchères, ils acquièrent de ce fait une durée de vie et une pertinence qui excèdent leur contexte d’élaboration. Convoités, reliés, annotés, ils trouvent une place légitime dans les bibliothèques, et pour certains deviennent les références et les outils indispensables du travail bibliographique que toute collection sérieuse impose.

  • 13 Bibl. mun. Lyon, mss. PA 167, 295 et 298. Yann Sordet, « Le livre entre autres objets : Pierre Ada (...)

7Ces nouvelles fonctions sont multiples. Nous pouvons les préciser en nous penchant sur les pratiques d’un de ces bibliophiles, le Lyonnais Pierre Adamoli (1707-1769), qui commence vers 1728 une collection de livres et manuscrits. Ses pratiques nous sont bien connues par toutes les notes de travail dont il a enrichi le catalogue « domestique » de sa bibliothèque13. Les catalogues de ventes publiques de livres figurent au premier plan, par le nombre et par la fréquence de leur utilisation, des ouvrages de référence bibliographique qu’il consulte quotidiennement. Dans cette bibliothèque de plus de 6 000 volumes, nous en trouvons 55. Deux d’entre eux seulement sont étrangers (Suisse et Pays-Bas), l’un est dijonnais, 15 sont lyonnais et lui ont donc servi à la fois d’instrument bibliographique et de support d’acquisition lorsqu’il était présent aux ventes en question. Tous les autres sont d’origine parisienne. A plusieurs reprises, Adamoli dit effectuer ses recherches bibliographiques principalement sur les catalogues rédigés et publiés par le libraire Gabriel Martin, auquel il vouait une révérence particulière. On trouve effectivement dans sa bibliothèque 17 catalogues de vente dus à ce dernier. Les plus cités en référence (plus de 10 occurrences pour chacun) sont au nombre de 11, tous parisiens, mais 8 d’entre eux seulement sont le fait de Martin. Il s’agit des catalogues de Cisternay du Fay (1725, Martin), de Colbert (1728, Martin), du comte d’Hoym (1738, Martin), de l’abbé d’Orléans de Rothelin (1746, Martin), de Burette (1748, Martin), de Secousse (1755, Barrois), de Gros de Boze (catalogue « domestique » de 1745 et catalogues de vente de 1753 et 1754, Martin), de Girardot de Préfonds (1757, Debure) et de Falconnet (1762, Barrois).

  • 14 Il s’agit du Catalogue des livres de feu Mr Danty d’Isnard médecin, ancien professeur royal des pl (...)
  • 15 Catalogue..., Paris, Barrois, 1759 ; Bibl. mun. Lyon, ms. PA 298 (8), fol. 55.

8Un de leurs principaux intérêts était pour l’amateur la présence des prix d’adjudication, notés à la main en marge des notices des livres par des personnes ayant assisté aux enchères. La présence de telles mentions manuscrites décidait de l’estimation même dont ces catalogues faisaient l’objet. Ainsi l’un d’eux est dit valoir « aujourd’uy, 1765, avec les prix : 36 £ »14. Lorsque Adamoli avait acquis le catalogue d’une vente à laquelle il n’avait pas assisté, et sur lequel personne n’avait inscrit de prix, il copiait ceux-ci à partir d’un autre exemplaire qu’il se faisait prêter dans ce dessein, afin de parachever la qualité d’instrument bibliographique du sien. Il regrette d’ailleurs de n’avoir pu le faire entièrement sur le Catalogue des livres de la bibliothèque de feu Mr J.-Baptiste Denis Guyon... de Sardières (1759) : « L’on n’a pu avoir les prix de chaque article »15. La référence au catalogue de vente (nom du possesseur, date, prix d’adjudication de l’article concerné) était scrupuleusement notée dans son propre catalogue « domestique », à la suite de la notice bibliographique d’une édition, de sorte qu’elle tendait à devenir un élément essentiel — une rubrique à part entière — de la description bibliophilique du livre. Le collectionneur connaissait ainsi d’autres exemplaires que le sien, dont il précisait éventuellement les particularités et les variantes. Le dépouillement des catalogues de vente lui servait aussi à fixer la valeur d’estimation d’une édition qu’il possédait. Cette valeur était basée sur l’observation des prix d’adjudication, pondérés ensuite par l’examen de son propre exemplaire. Ainsi, s’il constate qu’un livre s’est « vendu au catalogue Falconnet 51 £ », le prix d’estimation qu’il donne à son propre exemplaire est de 36 livres. Dans le catalogue de sa collection, cette estimation était portée en regard du prix réel de l’achat qu’il avait effectué. Il était en outre particulièrement attentif à l’évolution du prix d’une édition, d’un catalogue de vente à l’autre : « Ce livre très estimé devient un peu rare, et enchérit tous les jours, il étoit originairement à 10 £ et il a doublé de prix en 1765. »

  • 16 Bibl. mun. Lyon, ms. PA 298 (11).

9Mais la consultation systématique des catalogues de vente n’était pas seulement effectuée a posteriori, pour identifier, comparer, localiser et estimer un livre qu’il venait d’acquérir. Elle était aussi pratiquée a priori, afin de préparer et de raisonner des achats futurs. Adamoli précise lui-même, sur une liste d’achats programmés, compilée à partir de catalogues de ventes, et devant l’aider à compléter la collection des « anciens autheurs tant grecs que latins qui sont dans [s]a bibliothèque [...] appellés variorum et ad usum delphini » : « Pour ceux des livres qui manquent à ma collection, [les prix indiqués] sont les prix tirés de différents catalogues les plus fameux, ce qu’ils ont été vendus à l’enchère, faisant à peu près leur valeur pour les achepter lorsque l’occasion s’en présentera »16. Une telle vigilance était le seul moyen pour lui de combiner sa volonté de constituer un cabinet de livres choisis et la modestie relative de ses ressources. S’y ajoutait le fait qu’une acquisition effectuée dans de bonnes conditions financières suscitait toujours son contentement. Enfin, le prix d’adjudication d’un livre était l’indice de sa cote, de la convoitise dont il faisait l’objet.

  • 17 Bibl. mun. Lyon, ms. PA 298 (6).
  • 18 Bibl. mun. Lyon, ms. PA 298 (13), fol. 1v.

10En recourant aux catalogues de vente, Adamoli évaluait aussi la rareté des éditions qu’il possédait, en fonction de la plus ou moins grande fréquence de ses occurrences de l’un à l’autre, et des prix auxquels les exemplaires avaient été adjugés. A propos des Orationes de Dion Chrysostome éditées à Paris par Claude Morel en 1604, il écrit : « Je crois ce livre rare, l’édition en est très belle, je ne l’ay vu que dans un petit nombre de catalogues des plus fameuses bibliothèques. Il est à celui de Mr Colbert pag. 263, vendu 19 £, c’est le seul que je puisse citer, de plus de 15 que j’ay parcouru. Nota bene : Je viens de le découvrir au catalogue de Mr Falconnet, no 20264, vendu 36 £. Il est réellement rare, de plus cette édition est la meilleure et la plus estimée des curieux. » Il conclut également, de la Cosmographia de Pomponius Mela (1577) et du Dialogus de bene instituendis graecae linguae studiis d’Henri Estienne (1587) : « Ces deux ouvrages imprimés par Henri Estienne doivent être très rares, particulièrement le dernier ; je n’ay pu trouver le premier que dans le catalogue Burette, mais le second, je ne l’ay vu sur aucun catalogue après l’avoir cherché inutilement sur plus de 15 fameux faits par Mr Martin de Paris »17. Inversement, il est des livres « qui ne sont pas absolument bien rares puisqu’on les trouve assés souvent dans les ventes de bibliothèques »18.

11En renvoyant aux catalogues de vente des plus célèbres bibliothèques, il s’agit aussi, pour le collectionneur, d’accréditer la valeur de collection d’un livre qu’il possède. La référence à un autre exemplaire proposé lors de la vente Cisternay du Fay, Girardot de Préfonds, ou plus tard La Vallière, étant un gage de qualité fonctionnant comme une pierre de touche bibliophilique.

12Plus largement enfin, l’organisation désormais régulière et continue de ventes publiques des plus belles bibliothèques, et la publication conséquente des catalogues, rythme l’histoire de la collection du livre en donnant à voir ses représentations successives, et constitue une tradition proprement bibliophilique. L’amateur peut ainsi connaître, considérer et estimer les bibliothèques de ses pairs, se situer par rapport à eux, et dans le même temps suivre le cours des livres et les changements de main des exemplaires les plus précieux. Adamoli esquisse ainsi dans son catalogue domestique de petites notices biographiques sur les possesseurs des bibliothèques dont il conserve un catalogue, sans connaître personnellement la plupart de ces hommes. Il admire « les livres prétieux et très rares » du cabinet que Girardot de Préfonds a « formé à grands fraix ». Il suit parfois scrupuleusement la circulation des livres, observant par exemple que dans le catalogue d’une première vente, en 1767, des livres provenant de la collection du duc de La Vallière, ne se trouvent pas certains exemplaires que pourtant Debure y signalait dans sa Bibliographie instructive : « Tout cela annonce un seigneur qui a besoin de faire de l’argent, mais qui néantmoins a voulu réserver quelques livres rares et curieux en vendant la majeure partie de son immense bibliothèque. »

13Le monde des amateurs de livres, bibliothécaires et collectionneurs particuliers, mais aussi des libraires spécialisés, ne dispose alors pas d’un périodique qui lui serve d’organe et de tribune, comme pourra l’être en France à partir de 1834 le Bulletin du bibliophile. Toutefois, les catalogues de vente qui circulent contribuent à diffuser des informations bibliographiques et à favoriser la connaissance des plus grandes collections, passées mais aussi présentes, par le soin que l’on prend à noter le nom des adjudicataires. Ainsi l’invention d’une tradition bibliophilique doit beaucoup à l’existence et à l’utilisation de catalogues de vente qui se transmettent de génération en génération, et constituent non seulement des références instrumentales — des outils — mais aussi des références symboliques — des modèles.

14Qu’ils soient eux-mêmes devenus des livres convoités, Adamoli le prouve, qui écrit à propos de l’un d’eux : « Cette bibliothèque [...] m’a paru composée d’excellents livres, et même de rares, qu’on ne retrouve pas facilement ailleurs. Les exemplaires de ce catalogue ont été enlevés avec tant d’empressement qu’on n’en trouve plus à achepter aujourd’uy chez le libraire en 1765. » La valeur des articles que le catalogue décrit et ses propres mérites bibliographiques, en retour, l’investissent de la qualité non seulement d’instrument, mais d’objet de collection. Ainsi, naturellement, les catalogues de vente accueillent leurs prédécesseurs, les réunissant dans la section « Histoire littéraire et bibliographique » de la classe de l’Histoire. Il suffit de consulter quelques-uns d’entre eux pour constater que de tels documents ont trouvé place dans la plupart des bibliothèques dispersées en vente publique, et que, loin d’être mentionnés et vendus en bloc comme des productions jugées négligeables, ils sont décrits par les libraires, qui indiquent parfois s’ils sont annotés et pourvus des prix.

  • 19 M.-G. Berkvens-Stevelinck, « L’apport de Prosper Marchand au système des libraires de Paris », dan (...)

15Parfaitement conscients, bien entendu, de leur intérêt et des attendons dont ils font l’objet, les libraires spécialisés apportent rapidement des perfections à leur élaboration. Gabriel Martin (1679-1761), le plus important libraire parisien à pratiquer des ventes publiques dans la première partie du siècle, rédacteur et éditeur de plus de 140 catalogues de 1705 à sa mort, a joué un rôle prépondérant dans l’élaboration du système dit « des libraires de Paris » qui s’impose désormais dans la présentation des catalogues19. Il les enrichit en outre de préfaces et d’avis adressés aux « amateurs », aux « bibliophiles », aux « curieux » – un public identifié qui constitue l'« horizon d’attente » de cette production. En sus de l’indication des lieux et date des vacations, il attire leur attention sur l’ordre adopté dans le catalogue, sur la présence d’éléments à même d’en faciliter l’utilisation. En appendice, outre les indices des auteurs et anonymes, présents depuis la fin des années 1670, en 1725 et avec Gabriel Martin apparaissent dans les catalogues français des tables spécifiques donnant la liste de livres particulièrement convoités : éditions ad usum delphini, cum notis variorum, éditions des Elzevier, puis incunables et reliures remarquables.

16Chronologiquement, donc, les catalogues de vente ont été les premiers usuels spécifiques de la bibliophilie. On pourrait presque dire que c’est le recours systématique dont ils font l’objet qui permettrait de dater et de définir celle-ci, du moins dans la forme qu’elle a prise depuis la fin du XVIIe siècle.

  • 20 Charles Philippe Campion de Tersan, Bibliographie ou catalogue alphabétique des livres rares, curi (...)
  • 21 Guillaume-François Debure, Bibliographie instructive ou traité de la connaissance des livres rares (...)
  • 22 Catalogue des livres du cabinet de Mr G. D. P. [Girardot de Préfonds], Paris, Debure, 1757. Au mom (...)
  • 23 Bibliographie instructive, t. VII, Paris, 1768, p. 7-8. De fait, dans beaucoup de catalogues, les (...)

17En tant que sources d’information bibliographique, ils donnent même naissance à des ouvrages d’un genre nouveau. Sur leur base et par compilation, Adamoli dresse des listes manuscrites de livres rares à acquérir, pourvues de prix. D’autres collectionneurs font de même, comme l’abbé Charles-Philippe Campion de Tersan (1736-1819) ou le marquis de Méjanes (1729-1786)20. Mais surtout, apparaissent au XVIIIe siècle les premiers répertoires bibliographiques explicitement destinés aux collectionneurs et aux curieux. Le plus souvent oeuvres de libraires spécialisés, ils sont élaborés à partir des catalogues de vente, et sont destinés à s’y substituer comme outils de référence. Observons les plus marquants de ces ouvrages d’un genre nouveau. Le plus connu, et le plus reconnu, est celui que Guillaume-François Debure publie entre 1763 à 1768 sous le titre de Bibliographie instructive. Il eut une telle importance en France que toutes les bibliographies de livres rares imprimées par la suite la citeront en exemple ou s’y référeront, parfois pour tâcher de s’en démarquer21. Si dans la Bibliographie instructive Debure n’indique pas les prix d’adjudication en vente publique des éditions qu’il décrit, et s’il ne renvoie pas systématiquement à des catalogues de vente en les citant en référence, l’ouvrage est bien cependant issu de ceux-ci, et notamment de ceux que l’auteur avait lui-même dressés. L’origine immédiate de la Bibliographie instructive peut être trouvée, six ans avant la parution de son premier volume, dans le catalogue de vente que le même Debure publiait de la bibliothèque de Girardot de Préfonds22. Il s’agit là en quelque sorte d’un catalogue de vente « achevé », constituant une transition entre ce genre de production et le type de la bibliographie sélective et commentée de livres rares s’adressant à des bibliophiles. En effet, le libraire y donnait, parmi les pièces liminaires, des « Éclaircissemens et remarques sur quelques articles précieux de ce catalogue » (p. I-XLI), appendice dont Martin avait déjà complété certains de ces catalogues, notamment celui de l’abbé d’Orléans de Rothelin (1746). Lesdits articles n’y sont pas tant distingués en fonction de leur appartenance à un ensemble bibliographique déterminé ou à une collection constituée (Elzevier, incunables, variorum, etc.), mais pour leur seul caractère de livres précieux et rares. En sus de la notice et des particularités d’exemplaire, et dans un paragraphe distinct, Debure fournit des commentaires bibliophiliques et des descriptions étendues, explicitant les raisons de leur rareté et justifiant par là leur sélection. Cette formule acquit au catalogue Girardot de Préfonds un grand succès, à l’origine de la publication de la Bibliographie instructive, et dont celle-ci profita. Il est probable aussi qu’avec cet ouvrage, né des catalogues de vente et les dépassant en perfection, le libraire entendait remédier à ce que ceux-ci avaient d’insatisfaisant et de frustrant. Car il ne s’agissait plus là d’un catalogue rédigé à la hâte, parfois pour satisfaire des héritiers pressés, préparant l’événement contingent que serait la vente. Debure lui-même reconnaissait que dans la rédaction d’un catalogue de vente, « il est difficile de concilier [...] la célérité que demandent naturellement les intérests des familles avec la lenteur indispensable qu’entraînent [...] les recherches bibliographiques »23.

  • 24 G.-F. Debure, Supplément à la Bibliographie instructive, ou Catalogue des livres du cabinet de feu (...)

18Les catalogues de vente et les répertoires de livres rares ont bien d’évidentes relations de parenté, et les premiers ont généré et influencé les seconds – tous ont du reste souvent les mêmes auteurs, toujours les mêmes lecteurs, et ne diffèrent guère par l’usage qu’il est fait d’eux. Debure le prouve encore, qui désigne en 1769 comme Supplément à la Bibliographie instructive le Catalogue des livres d’un collectionneur défunt, Gaignat, dont il avait été le conseiller en bibliophilie24.

  • 25 J.-B. L. Osmont, Dictionnaire typographique, historique et critique des livres rares, singuliers, (...)

19Dans les années qui suivent la parution du dernier tome de la Bibliographie instructive, d’autres répertoires bibliographiques consacrés aux livres rares sont publiés, dont la préparation, pour certains, avait été antérieure à ou contemporaine de celle de l’ouvrage de Debure : Dictionnaire typographique, historique et critique des livres rares, singuliers, estimés et recherchés de l’imprimeur libraire parisien Osmont (1768) ; Bibliographie instructive du libraire lyonnais Los Rios (1777) ; Dictionnaire historique et critique des livres rares par l’abbé Duclos et le libraire parisien Cailleau (1790)25. Tous fondés sur les catalogues de vente et profitant de leur succès, ils ont des caractéristiques et des ambitions communes que nous tâcherons de préciser. Les dates de publication ne doivent pas nous conduire à avancer l’antériorité du dessein de Debure. Il y a plutôt concomitance et concurrence entre ces entreprises, leur conjonction et quasi-simultanéité attestant un besoin et l’existence d’un champ spécifique dans le domaine bibliographique. En effet, Osmont (f 1773), qui dédia son Dictionnaire au marquis de Paulmy et le fit relire par Mercier de Saint-Léger, soutient dans son Avertissement qu’il y travaillait déjà depuis plusieurs années quand parut la Bibliographie instructive de Debure. Charles-André Cailleau (1731-1798) précise également dans sa préface qu’il avait commencé son ouvrage en 1758, donc cinq ans avant que Debure ne fasse paraître son premier volume. Il apprit par la suite, en 1775, que l’abbé Duclos travaillait à un répertoire semblable, et tous deux unirent leurs efforts. Cailleau espère que son ouvrage servira de complément et de suite à Debure ; c’est assez dire le succès de ce dernier et, après lui, la difficulté d’un positionnement dans ce champ nouveau qu’est l’édition de bibliographies de livres rares et curieux. Le titre de l’ouvrage de Los Rios, quant à lui, est, plus qu’une référence directe à Debure, un plagiat.

  • 26 J.-B. L. Osmont, Dictionnaire typographique..., « Avertissement », p. VIII.
  • 27 R. Duclos et C. A. Cailleau, Dictionnaire historique et critique..., p. IX-XII.

20Il est intéressant de voir que ces bibliographies curieuses sont l’oeuvre de libraires qui à l’instar de Debure ont fréquenté et organisé des ventes publiques, rédigé et édité leur catalogue. Los Rios (1728-1820), qui à Lyon domine les ventes publiques de collections particulières dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, dit avoir compilé dans sa bibliographie « les articles rares et précieux qui [lui] sont tombés sous la main et qu’[il a] débités dans [r]on commerce », c’est-à-dire essentiellement par vente aux enchères. Jean-Baptiste Osmont, qui, comme son père Charles, organise de telles ventes, dit avoir utilisé, copié et compilé un grand nombre de catalogues de vente pour la rédaction de son manuel, qui est destiné à les remplacer auprès des amateurs. Le fait que ces derniers, lors des ventes, notaient les prix des livres sur les catalogues, l’a « déterminé à faire la même chose dans ce dictionnaire »26. Il donne d’ailleurs la liste des catalogues de vente auxquels il a eu recours, parmi lesquels on retrouve ceux de Du Fay (1725), Crozat (1726), Hoym (1738), Rothelin (1746), de Boze (1745, 1754) ou Girardot de Préfonds (1757). Son ouvrage, dans le format « portatif » qu’il lui a donné, doit remédier à la difficulté et au labeur de la consultation de tous les catalogues de vente : il souhaite en faire un viatique efficace pour l’amateur, dans tous les lieux de la pratique bibliophilique, transportable de la bibliothèque particulière à la salle de vente : « mon dessein étoit de tout renfermer en un seul volume portatif pour les personnes qui suivent les ventes publiques, mais la grosseur l’auroit rendu incommode et m’a contraint de le distribuer en deux tomes » (p. XII). La devise qui figure sur la page de titre témoigne bien, du reste, de sa vocation à se substituer à tous les catalogues de vente utilisés jusque-là, et à fournir la clef unique de la connaissance des livres dignement collectibles : « Ex uno nosce omnes » – « omnes » pouvant désigner l’ensemble des livres comme l’ensemble des catalogues de vente. De même Cailleau, qui assure à ses lecteurs avoir dépouillé trois cents catalogues de vente, entend rassembler leurs ressources, car « rien ne donne mieux la connaissance des livres, soit rares, soit des bonnes éditions, que la fréquentation des ventes, en ce que l’on peut s’assurer par soi-même du cours de leur valeur & juger de leur mérite par le cas que le public en fait, ce qui se remarque par le prix auquel est porté un livre [...]. Au moyen de ce dictionnaire, le bibliophile pourra se dispenser d’aller aux ventes de livres pour connoître le prix de ceux dont il voudra composer sa bibliothèque [...]. Cet ouvrage [...] est exactement le précis de tous les catalogues qui ont été publiés depuis la fin du dix-septième siècle jusqu’à présent, de sorte que nous pouvons avancer qu’on les aura tous en un seul, et qu’en consultant ce dictionnaire, on les aura tous consulté »27.

  • 28 Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Paris, 1810, 5e éd., Paris, (...)

21S’ils affirment ainsi être redevables de leur information bibliographique aux catalogues de vente, à la fois sources d’information et modèles, ils insistent tout particulièrement sur l’attention qu’ils y ont consacrée au prix des livres. Osmont ajoute au titre de sa bibliographie : « On y a joint le prix qu’ils se vendent la plupart dans les ventes publiques. » Cailleau, tout aussi explicite dans le titre qu’il donne à son Dictionnaire (« ... suivant les prix auxquels ils ont été portés dans les ventes publiques depuis la fin du XVIIe siècle jusqu’à présent »), insiste sur le fait que les prix ne sont pas fixes, que le principe même de la vente publique, de la surenchère et de l’évolution du goût sont causes de variations. Aussi ne donne-t-il pas les prix bruts, tels que notés dans les catalogues de vente, mais il en déduit une moyenne. C’est donc bien l’indication des prix d’adjudication qui fait le principal point commun entre les catalogues de vente et des bibliographies de livres rares comme celles d’Osmont, de Los Rios et de Cailleau, mais avec cette différence évidente que, quand des prix étaient imprimés dans les premiers, il s’agissait des prix de mise à l’enchère, et non de ceux d’adjudication, notés à la main sur les exemplaires lors des ventes, ou parfois publiés après celles-ci sous forme de petites livrets, dans l’ordre numérique des articles du catalogue. L’impression typographique du prix, d’adjudication cette fois, dans un répertoire bibliographique, consacre en quelque sorte la nouvelle signification qu’on lui concède. Indiqué dans la notice, il figure presque alors un élément de celle-ci, nécessaire à la définition bibliophilique du livre. L’indication des prix et la référence aux catalogues de vente rendront également précieux le Manuel du libraire et de l’amateur de livre de Jacques-Charles Brunet (1780-1867), qui seul détrônera réellement la Bibliographie instructive28. Connaître et assigner le prix d’un livre, le juger, au même titre que distinguer une édition d’une contrefaçon ou décrire une reliure, étaient de fait devenus des éléments de la compétence de l’amateur.

  • 29 Bibl. Sainte-Geneviève, 8° Qb 191-192 inv. 343-344.

22Une des limites de ces ouvrages toutefois tenait justement au fait que non seulement le prix d’un livre, comme de toute autre marchandise, n’avait qu’une valeur contingente, mais que les livres de collection avaient davantage un cours qu’un prix fixe. A défaut de réactualisation, de tels répertoires étaient à terme destinés à la caducité. Certains utilisateurs durent donc les compléter pour continuer à s’en servir. Un exemplaire du Dictionnaire d’Osmont a ainsi fait l’objet de mises à jours manuscrites, de 1768, date de sa publication, au moins jusqu’en 1775 : y ont été notés non seulement les prix atteints par les livres lors de ventes postérieures à 1768, mais aussi ceux d’éditions postérieures à cette date, consignées sur des feuillets reliés en fin de volume29.

23On ajoutera que le Dictionnaire d’Osmont comme celui de Cailleau et Duclos avaient adopté l’ordre alphabétique, se démarquant ainsi de Debure et rompant avec l’ordre méthodique habituellement suivi dans les catalogues de vente. La raison en était essentiellement pratique, répondant à un souci moderne d’efficacité. Cailleau avait lui-même fait l’expérience des aléas et des difficultés du classement méthodique, dans lequel l’ubiquité est toujours possible ; il avait noté au fil de ses dépouillements qu’une même édition, d’un catalogue à l’autre, pouvait n’être pas consignée dans la même section. Cette préférence pour l’ordre alphabétique, le principe même d’une compilation des catalogues de vente et la recension des prix d’adjudication, font de ces ouvrages les ancêtres des Argus, lesquels auront, en sus, l’avantage de la périodicité. Car c’est bien par compilation des catalogues de vente que fonctionnèrent en Angleterre, à partir de la fin du XIXe siècle, les Books Prices Current (1887) et Book Auction Records (1903), et que fonctionne aujourd’hui en France l’Argus du livre de collection.

24Enfin ces bibliographies de livres rares et curieux empruntaient également aux catalogues de vente la pratique des listes distinctes consacrées aux objets les plus convoités. Osmont, suivi par Los Rios, a ainsi « cru nécessaire » de faire figurer, à la fin de son Dictionnaire, les suites des auteurs édités cum notis variorum, des éditions ad usum serenissimi delphini, ainsi que des éditions dues aux Elzevier. Outre ces trois ensembles, Debure avait assorti sa Bibliographie instructive d’une sélection d’incunables. Dans le supplément qu’il donne en 1802 au répertoire de Cailleau, Brunet ajoute des « collections » moins familières aux lecteurs des catalogues de vente, et qui prennent acte des orientations nouvelles de la bibliophilie liées aux évolutions de l’art typographique ; il s’agit des suites des auteurs latins imprimés au XVIIIe siècle par Barbou et par Didot à Paris, par Baskerville à Birmingham.

  • 30 Nicolo Francesco Haym, Biblioteca italiana, o sia Notizia de’ libri rari nella lingua italiana, Lo (...)
  • 31 N. F. Haym, Biblioteca italiana…, avertissement « A’ lettori », non pag.
  • 32 « Libri rari non semper sunt optimi, aut digni qui legantur ; quinimo non nunquam sunt pessimi. Sa (...)

25Cependant, au XVIIIe siècle, étaient apparus d’autres ouvrages bibliographiques expressément consacrés aux livres rares, mais qui ne relevaient absolument pas de ce modèle. Même si leur titre est singulièrement proche des précédents – Biblioteca italiana, o sia Notizia de’ libri rari nella lingua italiana de Nicolò Francesco Haym (1726), Catalogus bistorico-criticus librorum rariorum de Johann Vogt (1732) ou Bibliothèque curieuse historique et critique, ou Catalogue raisonné des livres difficiles à trouver de David Clément (1750-1760)30 — leurs auteurs ne font pas ou peu référence à des catalogues de vente, voire s’y refusent explicitement. Haym surtout marque une volonté affirmée de se distinguer de ce modèle venu de la librairie d’antiquariat. Il adopte la position de l’érudition bibliographique, défiante à l’égard de la librairie et des pratiques marchandes. Il n’indique jamais de prix dans son répertoire et s’abstient explicitement et avec morgue d’utiliser les catalogues de vente ou de les citer en référence, car ceux-ci sont élaborés « da persone poco intelligenti o da’ librari stessi » ; ils représentent en bibliographie une « via poco sicura e fallace »31. Vogt et Clément citent très peu de catalogues de vente — principalement hollandais-, qui restent marginaux parmi d’abondantes références de bibliographie littéraire ou historique. Ces bibliographes ne sont pas libraires, comme l’étaient Debure, Osmont, Los Rios ou Cailleau. Haym († 1730) est un compositeur et antiquaire d’origine britannique, Vogt (1695-1765) et David Clément (1701-1760) sont des ministres protestants, l’un à Brême, l’autre en Hesse. Si la rareté des livres est pour chacun d’eux un critère de sélection, leur « positionnement » dans le monde de la bibliographie est différent. La rareté du livre dont traite Vogt, n’est pas la rareté comme valeur de bibliophilie, mais celle à laquelle est confronté l’érudit32. Il existe donc au XVIIIe siècle un discours sur le livre rare distinct de celui des libraires français que nous avons évoqués, des bibliographes du livre rare qui n’ont que peu d’estime, voire du mépris, pour les catalogues de vente et ce qu’ils représentent.

  • 33 Martin-Sylvestre Boulard, Traité élémentaire de bibliographie, Paris, Boulard, 1804. Sur cet ouvra (...)
  • 34 M.-S. Boulard, Traité élémentaire..., p. 89-105, passim.

26Au terme de l’évolution que connaissent les catalogues de vente et leurs usages commerciaux et bibliophiliques au XVIIe siècle, leur importance et la nature de leurs enseignements font l’objet d’une description étendue dans le Traité élémentaire de bibliographie (1804) du libraire parisien Martin-Sylvestre Boulard, considéré comme le premier manuel consacré à la librairie d’antiquariat33. S’adressant aux apprentis libraires et aux amateurs néophytes, Boulard leur recommande la fréquentation des ventes publiques et la pratique assidue des catalogues, en en recensant pour la première fois de façon systématique tous les usages dont nous avons précédemment attesté l’existence. Au contraire de Haym, il reconnaît le rôle spécifiquement bibliographique du libraire « qui connaît parfaitement son état ». Le catalogue lui « fournit l’occasion de développer les talents qu’il possède », c’est « la pierre de touche à laquelle on reconnaît les degrés de ses talents ». Les ventes et leurs catalogues constituent « un véritable cours de bibliographie pour les jeunes libraires et les amateurs », leur permettant d’acquérir et d’entretenir les compétences complémentaires qui doivent être les leurs. Ils apprendront à y distinguer les éditions des contrefaçons, à connaître l’existence d’ouvrages jamais rencontrés, à déterminer les qualités d’un « bon » exemplaire, à évaluer le cours d’un livre, à déterminer sa rareté – certains catalogues, comme ceux de Gaignat et du duc de La Vallière, devant prioritairement être consultés pour acquérir la connaissance des livres reconnus rares34. Enfin l’indication, en marge des articles, de leur prix et du nom de l’acquéreur devra permettre de connaître l’histoire de leur transmission et leur provenance, « cette beauté, dira Proust dans Te Temps retrouvé, indépendante de la valeur propre d’un livre et qui lui vient pour les amateurs de connaître les bibliothèques par où il a passé [...], de l’avoir suivi de vente en vente à travers sa vie ».

  • 35 « At the end of most of the stories comes the sale; which finally disperses what had been brought (...)

27Il est une autre fonction assignée aux catalogues, dès le début du XVIIIe siècle, cette fois par les possesseurs mêmes des bibliothèques qui en prévoyaient la dispersion en vente publique. La perspective du succès d’une vente en général posthume, et d’un catalogue que ses qualités transformeraient en instrument et monument durable, pouvait consoler le collectionneur de l’amertume même de la dispersion à venir35. Il est de fait indéniable que certains catalogues de vente ont été conçus, et reçus, comme des ouvrages élevés à la gloire et à la mémoire de l’ancien possesseur.

  • 36 Sur l’importance de ce catalogue dans la mise au point du système, voir M.-G. Berkvens-Stevelinck, (...)

28Ainsi le catalogue de la vente Cisternay du Fay (Bibliotheca Fayana, 1725), déjà cité, se distingue dès le premier regard de la plupart des catalogues communs du temps, parfois anonymes, dressés et imprimés rapidement, tout juste ornés de quelques méchants fleurons typographiques. La qualité des articles décrits par Gabriel Martin, la présence d’une table des incunables, des Elzevier, des éditions cum notis variorum et ad usum delphini, étaient déjà à même d’en faire un ouvrage de référence bibliographique durable. Mais le volume est en outre enrichi d’éléments, d’aucune utilité pour l’organisation de la vente elle-même, sur lesquels il convient de s’arrêter. En lieu et place de la marque typographique, la page de titre comporte une vignette (ill. 1), gravée en taille-douce par Jean-Baptiste Scotin, qui représente un cabinet choisi : Minerve y soutient un écu frappé d’une étoile – la marque de Martin, établi à l’enseigne de l’Étoile d’or sur la rue Saint-Jacques — elle-même entourée d’une devise emblématique (« Per umbras Stella facem ducens »). La déesse est représentée consultant la Bibliotheca Fayana, qui s’en trouve ainsi mise en abyme. Elle est entourée de deux putti, dont l’un consulte quatre autres catalogues de vente, clairement identifiés par les noms des possesseurs. Leur choix n’est pas insignifiant : ce sont des catalogues de vente qui ont assuré — et qui par leur citation exemplaire sur cette vignette continuent d’assurer — la notoriété des bibliothèques anciennement dispersées et celle de leurs possesseurs défunts. Ces quatre catalogues, tous dus à Gabriel Martin, sont ceux des bibliothèques du secrétaire du roi Charles Bulteau (Paris, 1711) — la Bultelliana, catalogue dans lequel Gabriel Martin avait donné sa forme quasi définitive au système des libraires de Paris36 —, du bibliothécaire de Colbert, Étienne Baluze (Paris, 1719), de l’abbé Philippe de La Coste (Paris, 1722) et de l’avocat Claude Fessart (Paris, 1724). Ainsi, l’image célèbre à la fois le libraire bibliographe par ses œuvres antérieures, et le collectionneur dont les pages suivantes présentent la collection, celui-ci étant, par la citation de ses quatre prédécesseurs, intronisé dans une tradition. Mais l’hommage qui lui est rendu ne s’arrête pas là. La Bibliotheca Fayana comporte également, en frontispice, son portrait (ill. 2) gravé par Drevet d’après Rigaud et accompagné de ses armes, ainsi qu’un éloge (« In Fayanam bibliothecam Praefatio ») rédigé par Michel Brochard, professeur au collège Mazarin, éditeur des poètes élégiaques latins et ami de du Fay comme de Martin, à qui il confiera par testament le soin de vendre sa propre bibliothèque et d’en rédiger le catalogue (1729). Nous sommes donc en présence du type achevé du catalogue de vente érigé à la mémoire du défunt, augmenté de signes personnels (armes, portrait) et d’une préface en forme d’éloge composée par un érudit, ami du collectionneur et collectionneur lui-même ; le libraire se contentant d’ajouter à ces pièces liminaires une introduction au catalogue proprement dit (conditions de rédaction, ordre suivi, description de quelques articles).

  • 37 Bibliothecae Josephi Garampi cardinalis Catalogus, Roma, Mariano de Romanis, 1796.

29De même, le Catalogue des livres de feu M. l’abbé d’Orléans de Rothelin, que publie Gabriel Martin en 1746, comporte pour introduction une célébration du défunt, de l’étendue de sa science et de la sûreté de son goût. Autre exemple, italien cette fois : à la fin du siècle, le catalogue des livres du cardinal Garampi (1725-1792), dont le libraire romain Mariano De Romanis se charge de la vente, est précédé d’une Vita Josephi Garampi cardinalis rédigée en forme d’éloge par le bibliothécaire et érudit Girolamo Amati37.

  • 38 Sur cette tentation de l’impression des catalogues « domestiques » sur le modèle des catalogues de (...)

30On comprend aisément que l’existence des catalogues de vente, leur rôle de référence, les recours multiples dont ils font l’objet, le prestige acquis par les bibliothèques privées ainsi publiées et diffusées par l’imprimerie, aient pu faire souhaiter à certains collectionneurs de voir, de leur vivant, publier le catalogue de leur collection. Mais cette tentation se heurtait au fait que leur bibliothèque restait « vivante » et, partant, susceptible d’accroissements, de reventes partielles, d’échanges ; elles n’avaient pas ce caractère de « totalité achevée » dont le catalogue imprimé pourrait rendre compte de façon définitive38.

31D’autres en revanche, et pour les mêmes raisons, ont pris une part active à la préparation du catalogue de vente de leur collection, non seulement en en confiant par avance l’exécution à un libraire, comme le firent Brochard en faveur de Gabriel Martin ou Gaignat en faveur de Debure, mais en s’y consacrant eux-mêmes, le concevant comme un ouvrage d’érudition bibliographique et, en même temps, comme un monument auto-commémoratif.

  • 39 Catalogue des livres de la bibliothèque de M. C. de la Serna Santander, rédigé et mis en ordre par (...)
  • 40 Carlos Antonio de La Serna Santander, Dictionnaire bibliographique choisi du quinzième siècle, ou (...)
  • 41 Prix des livres de la bibliothèque de M. de La Serna Santander de Bruxelles (vente 16 janvier-19 a (...)

32Le catalogue de sa bibliothèque que publie en 1803 le bibliographe espagnol Carlos Antonio de La Serna Santander (1752-1813), ami de Mercier de Saint-Léger, en est un bon exemple, qui de surcroît rassemble tous les éléments que nous avons vu apparaître au XVIIIe siècle et annonce les perfectionnements que le XIXe siècle apportera aux catalogues de vente39. Santander était familier de ces documents, qu’il a par ailleurs abondamment utilisés pour leurs indications de prix dans une bibliographie sélective d’incunables imprimée peu de temps après40. Ce catalogue est en réalité la version corrigée et augmentée d’un premier catalogue imprimé onze ans auparavant, en prévision de la vente de la bibliothèque que lui avait léguée son oncle. Mais celle-ci était finalement restée en sa possession. En 1803, il reprend le catalogue pour deux raisons. D’abord parce qu’en onze ans la collection avait été augmentée par ses soins, ensuite parce qu’il entend désormais en préparer la vente publique. Deux raisons qu’il expose dans la préface : « Je me suis déterminé à me défaire de cette bibliothèque [...] ; j’ai cru absolument nécessaire d’en faire reparoître de nouveau le catalogue avec les augmentations et corrections que ces circonstances ont nécessité » (p. III). Il l’adapte alors aux nécessités de la vente, en numérotant les articles. La vente, qui se déroule à Paris en 1809, utilise donc naturellement ce catalogue ; un bifeuillet lui est simplement ajouté, qui précise les dates des vacations successives et les tranches de numéros correspondants. Ce bifeuillet annonce également que « la liste des prix sera imprimée aussitôt après la vente, mais il n’en sera tiré qu’un très petit nombre d’exemplaires ». Cette liste complémentaire existe bien : il s’agit d’un petit volume de 47 pages, indiquant les prix d’adjudication en regard des numéros et donnant quelques précisions sur la condition et l’état des exemplaires (« gâté et imparfait », « très rogn. », « piqué »), à même d’en justifier les prix41. Le catalogue proprement dit reçut tous les soins de Santander, qui augmenta les notices de commentaires bibliographiques et d’appréciations sur la rareté et la qualité des exemplaires. Il lui adjoignit même un volume de supplément, comprenant des observations sur les filigranes des incunables, un mémoire sur les premiers usages des signatures et des chiffres en typographie, une étude sur un de ses manuscrits contenant les Canons de saint Isidore, et quelques fac-similés. La complexité de ce document et ses ambitions montrent assez qu’il fut directement conçu pour survivre à l’événement que serait la vente publique, et constituer un ouvrage de référence et d’érudition bibliographiques.

33Une fois perdue sa fonction première et sa connotation marchande, le catalogue de vente devient tableau : à la fois seul témoin de la collection et mise en scène de celle-ci (par les pièces liminaires, les frontispices, l’ordre affiché). La collection dispersée, il propose à travers elle le seul parcours désormais possible. Il devient livre à part entière, tout à la fois instrument de travail, objet de lecture et de délectation bibliophilique. Au début du XIXe siècle, l’apparition des fac-similés est le signe d’évolutions ultérieures dans la présentation et l’aspect visuel des catalogues de vente de livres. Probablement sous l’influence des catalogues de vente de collections d’art et de curiosités, ils accueilleront, en sus du portrait éventuel du possesseur, quelques reproductions des articles décrits, d’abord par la gravure, puis sous forme de fac-similés zincographiques et plus tard de clichés photographiques. Les progrès de la reproduction photomécanique permettront, en effet, d’y donner à voir des fac-similés d’autographes et d’ex-libris manuscrits, des spécimens typographiques, des planches et pages de titre, des plats de reliure.

34Plus largement, leur rôle dans l’histoire de la classification et de la description du livre est incontestable. Ils conservent l’importance qu’ils ont acquise comme source bibliographique ; en retour même, l’usage se généralise au XIXe siècle, dans les catalogues de vente comme dans les catalogues de libraires à prix marqués, de donner après la notice d’un article la référence aux grands répertoires bibliographiques qui commencent à être publiés, à la fois comme garantie d’identification et pour une économie de la description. Du reste, la bibliographie étant un domaine où les gestes de confrontation, compilation, refonte et mise à jour sont indispensables, on comprend aisément qu’il s’agisse d’un champ où les notions de source et de modèle ont une certaine pertinence.

Annexes

Ill. 1. — Bibliotheca Fayana, 1725 : vignette de la page de titre.

Ill. 2. — Bibliotheca Fayana, 1725 : frontispice.

Notes

1 Le plus récent rappel sur l’origine de cette pratique est celui de Pierre Bérès, « Reflections on bookcollecting », dans The Book Collector, t. 46, no 2, été 1997, p. 236.

2 Il est possible que le catalogue de vente des livres de Thomas Biaise, libraire, dont la vente au détail et aux enchères eut lieu en 1641, soit plutôt celui d’un fonds de librairie que d’une bibliothèque privée. Dans le premier cas, le plus ancien catalogue français d’une vente publique, en détail et au dernier enchérisseur, d’une bibliothèque privée, serait celui de François de Bassompierre (1646). Notices dans Françoise Bléchet, Les ventes publiques de livres en France, 1630-1750, répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque nationale, Oxford, Voltaire Foundation, 1991, p. 57 et 58.

3 Ils sont en effet réunis, dans la plupart des bibliothèques publiques, sous un même groupe de cotes (à la Bibliothèque nationale de France, essentiellement la lettre A) et/ou recensés sous une vedette de forme propre.

4 Jean Viardot, « Livres rares et pratiques bibliophiliques », dans Histoire de l’édition française, dir. Henri-Jean Martin et Roger Chartier, t. II, Le livre triomphant, 1660-1830, Paris, Promodis, 1984, rééd. Paris, Fayard/Cercle de la Librairie, 1990, p. 584.

5 Daniel Mornet « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1781) », dans Revue d’histoire littéraire de la France, t. 17, 1910, p. 449-496, à la p. 451. L’importance de ces documents a plusieurs fois été signalée par la suite : Émile Dacier, « Des livres précieux sans en avoir l’air : les anciens catalogues de vente », dans Bulletin du bibliophile, nouv. série, no 3, 1952, p. 117-142 ; Michel Marion et Colette Raux, « L’intérêt des catalogues de ventes de livres », dans Bulletin de l’Association des bibliothécaires français, no 100, 1978, p. 143-151 ; Michel Marion, « Les ventes publiques de livres et leurs catalogues », dans Bulletin du bibliophile, 1981, p. 331-341 ; Nicole Masson, « Les catalogues de vente », dans Histoire des bibliothèques françaises, t. II, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, dir. Claude Jolly, Paris, Promodis, 1988, p. 262-265.

6 Seymour de Ricci, « Quelques bibliothèques françaises passées en Angleterre », dans Journal des savants, t. 13, no 6, 1915, p. 417 et 423.

7 A l’article précité, il faut notamment ajouter l’important English Collectors of Books and Manuscripts (1530-1930), Cambridge, Cambridge University Press, 1930, p. 10-11.

8 List of Catalogues of English Book Sales, 1676-1900, now in the British Museum, réd. I. A. K. Burnett et H. Mattingly, Londres, British Museum, 1915.

9 Il n’est pas indifférent de noter que Ricci était d’origine anglaise et qu’il a toujours été pénétré des pratiques anglo-saxonnes. On trouve alors outre-Manche un intérêt plus répandu et une sensibilité plus affirmée à l’égard des catalogues de vente, probablement du fait d’une plus grande proximité entre bibliophiles, « auctioneers » et libraires d’antiquariat d’une part, conservateurs et historiens bibliographes de l’autre.

10 Aujourd’hui conservés à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France, Rés. m. Q. 413 et 414 pour les répertoires manuscrits en cahiers, fichiers non cotés.

11 Seymour de Ricci, Census of Caxton’s, Oxford, The University Press, 1909. H. C. Bartlett et A. W. Pollard, A census of Shakespeare’s plays in quarto, New Haven, Yale University Press, 1916, 4 vol. Sur Pollard et son intérêt pour les catalogues de vente, voir la contribution de Giles Mandelbrote dans le présent volume.

12 Sur la réception du catalogue du Fay, voir J. Viardot, Livres rares..., p. 588.

13 Bibl. mun. Lyon, mss. PA 167, 295 et 298. Yann Sordet, « Le livre entre autres objets : Pierre Adamoli (1707-1769), un curieux des Lumières et ses collections », dans École nationale des chartes, Positions des thèses..., 1997, p. 285-298, résumé d’une thèse en cours de publication dans la collection des Mémoires et Documents de l’École des chartes. Sur les catalogues « domestiques » – ou rédigés par le possesseur de la bibliothèque pour son usage-, cf. Yann Sordet, « Une approche des catalogues domestiques de bibliothèques privées (XVIIe-XVIIIe siècle), instruments et miroirs de collections particulières », dans Bulletin du bibliophile, 1997, no 1, p. 92-123.

14 Il s’agit du Catalogue des livres de feu Mr Danty d’Isnard médecin, ancien professeur royal des plantes du jardin du Roy, Paris, Gabriel Martin, 1744. Citation : Bibl. mun. Lyon, ms. PA 298 (8), fol. 51v.

15 Catalogue..., Paris, Barrois, 1759 ; Bibl. mun. Lyon, ms. PA 298 (8), fol. 55.

16 Bibl. mun. Lyon, ms. PA 298 (11).

17 Bibl. mun. Lyon, ms. PA 298 (6).

18 Bibl. mun. Lyon, ms. PA 298 (13), fol. 1v.

19 M.-G. Berkvens-Stevelinck, « L’apport de Prosper Marchand au système des libraires de Paris », dans De Gulden Passer, 1978, no 56, p. 21-63.

20 Charles Philippe Campion de Tersan, Bibliographie ou catalogue alphabétique des livres rares, curieux et recherchés, avec les prix, Bibl. nat. de Fr., nouv. acq. fr. 4629 ; J.-B. M. de Piquet, marquis de Méjanes, Catalogue de livres rares, avec prix, Bibl. mun. Aix-en-Provence, ms. 813.

21 Guillaume-François Debure, Bibliographie instructive ou traité de la connaissance des livres rares et singuliers, Paris, G.-F. Debure, 1763-1768, 7 vol. in-8°. La Bibliographie instructive fut en fait précédée d’un petit ouvrage que Debure publia sous l’anagramme de son nom : Musaeum typographicum, seu collectio in qua omnium fere librorum in quavis facultate ac lingua rariorum, rarissimorum, notatuque dignissim(orum) accurate recensentur a Guillelmo-Francisco Rebude, s. l., 1755, 43 p. in-12. Il s’agit d’une petite sélection de livres rares, sans les commentaires dont il assortira les notices de sa Bibliographie instructive, et qui en font l’intérêt principal.

22 Catalogue des livres du cabinet de Mr G. D. P. [Girardot de Préfonds], Paris, Debure, 1757. Au moment où nous relisons le texte de cette communication, M. André Jammes révèle l’existence d’un Dictionnaire typographique..., contenant le catalogue exact de ce que la littérature ancienne et moderne nous offre de livres précieux par leur singularité ou par leur rareté, par Guillaume-François Debure, manuscrit daté justement de 1757, conservé dans les collections de la famille Firmin-Didot. Ce manuscrit est évidemment susceptible d’éclairer plus précisément l’origine et la genèse de la Bibliographie instructive. André Jammes, Les Didot, trois siècles de typographie et de bibliophilie (1698-1998), catalogue de l’exposition présentée à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Paris, 1998, no 248.

23 Bibliographie instructive, t. VII, Paris, 1768, p. 7-8. De fait, dans beaucoup de catalogues, les imperfections sont réelles : descriptions rapides ou inexactes, approximatives ou d’ensembles d’articles dont on ne donne pas le détail, etc.

24 G.-F. Debure, Supplément à la Bibliographie instructive, ou Catalogue des livres du cabinet de feu M. Louis-Jean Gaignat, Paris, Debure, 1769, 2 vol. in-8°.

25 J.-B. L. Osmont, Dictionnaire typographique, historique et critique des livres rares, singuliers, estimés et recherchés en tous genres, contenant par ordre alphabétique les noms et surnoms de leurs auteurs, le lieu de leur naissance, le temps où ils ont vécu et celui de leur mort, avec des remarques nécessaires pour en distinguer les bonnes éditions et quelques anecdotes historiques, critiques et intéressantes tirées des meilleures sources ; on y ajoint le prix qu'ils se vendent la plupart dans les ventes publiques, par J. B. L Osmont, libraire à Paris, à Paris, chez Lacombe, 1768, 2 vol. in-8° ; F. de Los Rios, Bibliographie instructive, ou Notice de quelques livres rares, singuliers et difficiles à trouver, avec des notes historiques pour connaître et distinguer les différentes éditions et leur valeur dans le commerce, Avignon, François Séguier imprimeur, Lyon, chez hauteur, 1777, in-8° ; R. Duclos et Charles-André Cailleau, Dictionnaire historique et critique des livres rares, précieux, singuliers, curieux, estimés et recherchés qui n'ont aucun prix fixe [...] avec leur valeur réduite à une juste appréciation, suivant les prix auxquels ils ont été portés dans les ventes publiques depuis la fin du XVIIe siècle jusqu'à présent..., Paris, Cailleau, 1790, 3 vol. in-8° ; Supplément par Jacques-Charles Brunet, Paris, Delalain, 1802. De tels ouvrages existent aussi, bien sûr, en Hollande : ainsi le libraire Abraham Ferwerda compile-t-il un Catalogus universalis cum pretiis, Leeuwarden, Abraham Ferwerda et Gerrit Tresling, 1772-1778, 4 vol. in-8°. Dans l’ordre alphabétique, sont consignées les éditions, avec les prix qu’ont atteint les exemplaires passés en vente publique entre 1702 et 1772. Ferwerda a utilisé 261 catalogues de vente. Nous remercions M. Otto Lankhorst d’avoir attiré notre attention sur cet ouvrage.

26 J.-B. L. Osmont, Dictionnaire typographique..., « Avertissement », p. VIII.

27 R. Duclos et C. A. Cailleau, Dictionnaire historique et critique..., p. IX-XII.

28 Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Paris, 1810, 5e éd., Paris, 1860-1865, 5 vol. Brunet avait d’ailleurs fait ses premiers pas dans ce genre bibliographique en donnant un Supplément au répertoire de Cailleau et Duclos (cf. supra note 25).

29 Bibl. Sainte-Geneviève, 8° Qb 191-192 inv. 343-344.

30 Nicolo Francesco Haym, Biblioteca italiana, o sia Notizia de’ libri rari nella lingua italiana, Londres, Tonson & Watts, 1726, in-8°, rééd. Venise, Geremia, 1728, in-4° ; Johann Vogt, Catalogus historico-criticus librorum rariorum, Hambourg, 1732, in-8°, rééd. ibid., 1738, ibid., 1753, Francfort et Leipzig, 1793 ; David Clément, Bibliothèque curieuse historique et critique, ou Catalogue raisonné des livres difficiles à trouver, Göttingen, J. G. Schmid, puis Leipzig, J. F. Gleditsch, 1750-1760, 9 vol. in-4°, inachevé (lettres A-H).

31 N. F. Haym, Biblioteca italiana…, avertissement « A’ lettori », non pag.

32 « Libri rari non semper sunt optimi, aut digni qui legantur ; quinimo non nunquam sunt pessimi. Saepissime liber malus, ac inutilis, ob solam raritatem in pretio est » : J. Vogt, « Axiomata historico-critica de raritate librorum », in id., Catalogus historico-criticus..., p. lim. non pag.

33 Martin-Sylvestre Boulard, Traité élémentaire de bibliographie, Paris, Boulard, 1804. Sur cet ouvrage, voir la présentation récente de F. A. Janssen, « The oldest practical manual for the antiquarian bookseller », dans Bulletin du bibliophile, 1997, no 2, p. 367-374.

34 M.-S. Boulard, Traité élémentaire..., p. 89-105, passim.

35 « At the end of most of the stories comes the sale; which finally disperses what had been brought together with so much eagerness and enjoyment. And it would hardly be human not to sigh over that. However, the prospect of creating after their demise such a stir as a great sale occasions may rather have pleased than disquieted most collectors and, again, it is no doubt possible, exaggerate the attractiveness, to the imagination of our entreprising person, of the mere external permanence in the result of his labour »: recension anonyme de l’ouvrage de Seymour de Ricci, English Collectors of Books and Manuscripts, dans The Times Literary Supplement, 24 janvier 1931, p. 69.

36 Sur l’importance de ce catalogue dans la mise au point du système, voir M.-G. Berkvens-Stevelinck, « L’apport de Prosper Marchand... », passim.

37 Bibliothecae Josephi Garampi cardinalis Catalogus, Roma, Mariano de Romanis, 1796.

38 Sur cette tentation de l’impression des catalogues « domestiques » sur le modèle des catalogues de vente, cf. Y. Sordet, « Une approche des catalogues domestiques... », p. 106-108.

39 Catalogue des livres de la bibliothèque de M. C. de la Serna Santander, rédigé et mis en ordre par lui-même, avec des notes bibliographiques et littéraires, nouvellement corrigé et augmenté, Bruxelles, an XI [1803], 5 vol. in-8°.

40 Carlos Antonio de La Serna Santander, Dictionnaire bibliographique choisi du quinzième siècle, ou Description par ordre alphabétique des éditions les plus rares et les plus recherchées du quinzième siècle, Bruxelles, impr. de J. Tarte, Paris, Tillard, 1805-1807, 3 vol. in-8°.

41 Prix des livres de la bibliothèque de M. de La Serna Santander de Bruxelles (vente 16 janvier-19 avril 1809), [Paris, 1809].

Table des illustrations

Légende Ill. 1. — Bibliotheca Fayana, 1725 : vignette de la page de titre.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1410/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Ill. 2. — Bibliotheca Fayana, 1725 : frontispice.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1410/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 592k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search