Version classiqueVersion mobile

Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle

 | 
Annie Charon
, 
Élisabeth Parinet

Glanes bibliographiques sur quelques grandes ventes publiques : la politique d’acquisition de la Bibliothèque du Roi

Françoise Bléchet

Texte intégral

1Pour l’éditeur clandestin Jules Gay, le bibliophile, c’est l’amateur tenant dans ses mains un bouquin crasseux et qui s’écrie :

  • 1 Analectes du bibliophile, Turin, 1876, p. 8.

« La voilà ! Dieux ! que je suis aise !
Oui, c’est la bonne édition.
Voilà bien, page neuf et treize,
Les deux fautes d’impression
Qui ne sont pas dans la mauvaise »1.

2La meilleure source pour approcher tant soit peu la bibliophilie reste le catalogue de vente, document d’un type particulier. Son aspect modeste, négligé, peu engageant, banal et utilitaire ne laisse pas deviner, au premier coup d’œil, qu’il s’agit d’une source aussi précieuse que mal connue. L’on s’aperçoit bientôt qu’il fourmille de renseignements innombrables et incomparables et contient une somme impressionnante d’informations de tous ordres qui en font un irremplaçable outil de la sociologie de la lecture. Il se révèle indispensable à l’historien du livre par le jour nouveau qu’il jette sur les réglementations de la librairie et de la censure, au bibliographe pour la description et la discrimination des éditions et l’« ordre des livres », à l’historien économique pour le commerce, la diffusion et la circulation du livre, pour le prix des livres en tout genre, le marché du livre rare, celui des manuscrits, estampes, objets d’art et de curiosité et pour l’établissement d’une cote. L’historien de l’art et des pratiques culturelles en général peut y recourir avec fruit. Aujourd’hui, ce catalogue de vente devient à son tour objet d’étude pour qui s’intéresse à l’histoire de la curiosité et du goût, et même objet de collection.

3Mais il ne faut jamais se départir d’une grande prudence en usant de ce document qui paraît d’abord insignifiant. Il possède une face cachée : autant il fournit de renseignements, autant il laisse subsister d’interrogations et peut même induire en erreur. Il a pu subir toutes sortes de manipulations de la part du possesseur lui-même et de sa famille ou de la part des libraires. Révèle-t-il plus qu’il ne cache ? Bref, tous les catalogues de vente sont à manier avec précaution et doivent subir un décryptage : leur histoire reste encore à écrire, comme le remarquait déjà Graham Pollard..

I. – Les premiers achats de la Bibliothèque du Roi aux ventes publiques

  • 2 Françoise Blechet. Les ventes publiques de livres en France 1630-1750. Répertoire des catalogues c (...)
  • 3 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 45, note 44 ; Henri Omont, Anciens inventaires e (...)

4La dispersion des bibliothèques s’imposa difficilement : la vente aux enchères, loin d’être un événement soudain, fut plutôt le fruit d’une lente évolution2. La Bibliothèque royale est un observatoire idéal pour mesurer les répercussions du nouveau commerce de livres inauguré par le développement de la vente publique aux enchères, pour étudier les réactions de ses dirigeants, qui sont des professionnels du livre, lors de l’apparition de cette nouvelle pratique, puis leur choix d’une politique réfléchie. Après un court moment d’expectative, loin de se laisser prendre au dépourvu, la Bibliothèque du Roi fit des acquisitions aux premières ventes de la fin du XVIIe siècle comme celles des bibliothèques de Mentel (1669)3 et Marescot (1673), dont on n’a pas retrouvé les catalogues. Ces achats se continuèrent sous l’administration de l’abbé de Louvois, fils du ministre et neveu du fameux archevêque de Reims qui donna ses manuscrits à la Bibliothèque royale, tantôt directement auprès des libraires, tantôt auprès de la famille du possesseur, sans doute en gros et à l’amiable. Ce mode d’acquisition se différencia très vite des achats ou dons classiques. Puis, peu à peu, la Bibliothèque royale fut présente à toutes les grandes ventes. L’esprit moderniste de l’abbé Bignon fit adopter très vite l’habitude d’acheter aux « auctions », aux ventes de bibliothèques à l’encan, non sans vitupérer constamment contre le prix des livres. Désormais, la Bibliothèque royale assista activement, en la personne de l’abbé Targny puis de l’abbé Sallier, à ces ventes pour défendre ses intérêts. Les registres de livres acquis par la Bibliothèque du Roi, tenus par les gardes Nicolas Clément, Louis de Targny, Jean Boivin et l’écrivain Jean Buvat, suivent le calendrier des plus grandes ventes. Y figurent les achats faits aux ventes, déjà distingués des achats habituels aux libraires, et quantité de renseignements que l’on ne trouve nulle part ailleurs sur le déroulement et les circonstances des ventes, leur date précise et, plus rarement, le prix auquel la Bibliothèque royale a acquis un ouvrage.

5Au cours des discussions pour l’acquisition du cabinet de Cangé, Sallier fut chargé par Bignon, ancien directeur de la Librairie, de convaincre Rouillé, responsable de la Librairie, de chercher les moyens d’empêcher la vente publique des manuscrits qui se trouvaient dans les inventaires des particuliers ; l’on voit que, malgré le souci de s’adapter aux temps nouveaux, la tentation était grande de contrer ces ventes par voie légale ou autoritaire.

  • 4 Bibliothèque nationale de France [BNF], nouv. acq. fr. 1328, fol. 299v.

6Déroulons le fil chronologique d’une quinzaine de ventes, excluant la grande vente Colbert-Seignelay qui mériterait une longue étude à elle seule. Dès 1699, il est fait mention d’achats à des « ventes particulières » sans autre indication. La Bibliothèque du Roi s’était donc familiarisée avec les prémices des ventes publiques avant même la codification de la vente aux enchères, celle de la bibliothèque Boucot en 1699 étant la première dont le catalogue porte la mention en français : « en détail au plus offrant et dernier enchérisseur ». Malgré l’emploi de ces termes, il n’est pas sûr que chaque livre ait bien été enchéri séparément et c’est la vente Bigot, sept ans plus tard, qui est considérée comme la première vente aux enchères française. D’ailleurs les gardes achetèrent les livres « à l’inventaire » Boucot en décembre 1699 pour 128 livres 6 sols. L’ensemble de ces acquisitions, avec les treize manuscrits acquis le 29 juillet 1699 dans la bibliothèque de Brodeau, atteignit 250 livres, d’après le mémoire du garde Jean Boivin4.

  • 5 BNF, Archives 53, fol. 129 ; H. Omont, Anciens inventaires..., t. IV, p. 505-506.
  • 6 BNF, Archives 53, fol. 170-174. Notons au passage ce renseignement précisément daté sur la parité (...)
  • 7 BNF, nouv. acq. fr. 1328, fol. 306v.
  • 8 BNF, Archives 53, fol. 190.
  • 9 BNF, nouv. acq. fr. 1328, fol. 310v.

7Pendant une trentaine d’années, on hésita jusqu’au dernier moment entre vente à l’amiable et vente au détail, et la Bibliothèque du Roi conclut des achats dits « à l’inventaire », ou directement auprès des libraires qui avaient acheté eux-mêmes des bibliothèques de particuliers et les rétrocédaient ensuite à la Bibliothèque du Roi. Clément enregistra les treize manuscrits provenant de la bibliothèque de Brodeau, cédés par le libraire Thomas Moette, à la Bibliothèque du Roi pour 95 livres5 ; le reçu signé de Moette est daté du 29 juillet 1699. En 1701, la Bibliothèque acheta « à l’inventaire » de Hautin, conseiller au Châtelet les 22, 23 et 24 mars pour 63 livres 13 sols, soit 19 écus à 3,7 livres6. Le 2 mai 1701, des livres furent achetés « du sieur Robineau et autres libraires provenant de la bibliothèque du sieur de Cramailles » (Chasbras de Cramail) pour la somme de 51 livres7. Toujours en 1701, qui vit donc des achats importants, on acquit des ouvrages « à l’inventaire » de Mayer, libraire à Lyon, pour 78 livres 8 sols8. En 1702, la Bibliothèque acheta des livres de la bibliothèque Du Pont de Caries auprès du libraire Moette pour 149 livres 15 sols. Le financement provenait des doubles vendus à l’abbé Renaudot9.

  • 10 BNF, Archives 53, fol. 312.
  • 11 Ibid., fol. 262.

8En 1705, des livres étaient achetés au libraire Aubouin provenant de la bibliothèque d’Étienne Barré, docteur en Sorbonne et chanoine d’Orléans, et le marché fut arrêté à la somme de 72 livres, payées à Aubouin le 22 avril10. D’autres furent achetés à Ribou et autres libraires, provenant de la bibliothèque de Harlay en 1705 pour lequel nous n’avons pas retrouvé de catalogue imprimé. D’autres encore furent achetés « à l’inventaire du prince de Bournonville et en diverses autres occasions », sans mention de date (le catalogue est de 1706) pour 47 livres 16 sols11.

9On voit donc que l’emploi indifférencié des termes n’est que l’écho d’une confusion certaine qui régnait dans les esprits et dans la pratique. La vente Bigot clarifia la situation et un processus nouveau se mit en place.

  • 12 BNF, nouv. acq. fr. 1328, fol. 314v.
  • 13 H. Omont, Anciens inventaires..., t. IV, p. 411-440, a édité Archives 19, p. 47-85 ; Léopold Delis (...)

10Commencée le 1er juillet 1706, la vente de la bibliothèque Bigot durait encore en décembre. « Émeri Bigot, le plus studieux des sçavans du dernier siècle, homme de naissance, mais sans ambition, qui travailloit moins pour sa gloire que pour celle des autres, toujours prest à communiquer ses lumières, ses recherches, et les fruits de son travail aux gens de lettres, qui le consultoient comme leur oracle... » : tel est le portrait dessiné par Jean Boivin, garde de la Bibliothèque et le premier à en écrire l’histoire12. Sa riche bibliothèque demeura après sa mort en 1689 pendant plus de quinze ans chez son héritier, avant qu’il se décidât enfin à la vendre aux libraires parisiens Boudot, Osmont et Martin, élite des libraires capitalistes chers à Robert Darnton. Ceux-ci la revendirent au détail. La plupart des manuscrits, environ quatre cent cinquante, à l’exception de trois articles, nous dit Boivin, furent achetés le 3 octobre 1706 par le directeur de la Bibliothèque, l’abbé de Louvois, qui en fit lui-même l’estimation, pour environ 1 500 livres13. Les archives conservent plusieurs quittances des achats effectués à la vente Bigot de sommes diverses : 847 livres 10 sols et 184 livres 15 sols (quittances du 27 octobre 1706), 363 livres, puis 300 livres et autres quittances payées au libraire Gabriel Martin.

11Il faut souligner que la vente fut effectuée « à diverses reprises » et que trois expressions différentes sont utilisées par les officiers de la Bibliothèque du Roi pour désigner le mode d’achat : en premier lieu, les manuscrits sont achetés « des sieurs Boudot, Osmont et Martin libraires ». Puis suivent des imprimés achetés à cette même vente en 1706, sous cette rubrique : « Livres achetez à l’auction des livres de M. Bigot en juillet et août 1706 », liste comprenant huit pages ; on lit ensuite : « Livres achetez à la mesme vente de Mr Bigot à l’amiable et sans auction. » L’abbé de Louvois, dirigeant alors la Bibliothèque du Roi, fit acheter à la fois à l’amiable et aux enchères, et cette vente marqua une étape importante. La confusion qui se fait jour dans les termes employés ne marque pas à coup sûr des modes d’achat radicalement différents, mais n’est peut-être qu’une simple hésitation devant l’expression juste pour désigner une procédure nouvelle que l’on n’avait pas encore cernée ni caractérisée.

  • 14 BNF, Archives 19, p. 75. H. Omont, Anciens inventaires..., t.  IV, p. 439-440.

12La somme de 1 500 livres qui acquittait les manuscrits fut fournie par une lettre de change de Vermeulen, marchand à Anvers, pour paiement d’« estampes du Roi » livrées par la Bibliothèque, aux termes d’un marché conclu par l’abbé de Louvois. Nous avons même le détail du contenu de ce ballot, chargé le 29 octobre 1706 au carrosse de Bruxelles14. Citons, entre autres, vingt-quatre Batailles d’Alexandre à 40 livres pièce, des Tapisseries, six Conquêtes du roi à 25 livres pièce, un recueil des Maisons royales à 35 livres et une Grotte de Versailles à 10 livres.

  • 15 BNF, Archives 53, fol. 201-202 : « Livres acheptez à Nuremberg, à la vente publique d’une biblioth (...)

13Cette curieuse pratique de payer les libraires étrangers au moyen de tirages d’estampes du Cabinet du roi semblait communément admise par le rigoureux Clément, à l’honnêteté incontestable. En 1702, un autre cas d’achat de livres à une vente publique à Nuremberg, effectué pour le compte de la Bibliothèque royale par un autre grand libraire, Wetstein d’Amsterdam, fut acquitté en estampes du Cabinet du roi. Le marché fut enregistré par Clément et le paiement de cette somme fut négocié ainsi : « 49,5 monnaie de Hollande fait monnaie de France 72 livres 10 sols. Pour l’acquit de cette somme, il a été envoyé à M. Wetstein les estampes suivantes : Batailles d’Alexandre »15, etc. Ce que l’on reprochera au garde des estampes Claude de Chancey, en 1735, se pratiquait donc de longue date et n’était qu’un prétexte pour atteindre, derrière lui, l’abbé Bignon, qui avait surtout eu le tort d’accorder sa protection à ce personnage exclu par les Jésuites. On exploita alors ce mode d’acquisition peu conformiste, il est vrai, mais très courant, pour perdre Chancey auprès de fonctionnaires zélés et ignorants.

  • 16 BNF, nouv. acq. fr. 1328, fol. 327-327v.
  • 17 Ibid., fol. 286 ; H. Omont, Anciens inventaires..., t. IV, p. 441-462 et 498.

14La bibliothèque de Melchisédech Thévenot, garde de la Bibliothèque du roi et savant orientaliste, ne fut pas vendue dès sa mort, mais ses héritiers conservèrent ses manuscrits orientaux pendant près de vingt ans car ils en demandaient un prix élevé. Ils les vendirent finalement à trois libraires de Paris, Coustelier, Cochart et Nyon, qui les revendirent au roi. Les libraires furent payés en livres doubles pour une valeur de 2 000 livres16. Targny notait dans le registre des acquisitions, le 27 décembre 1712, l’arrivée de ces manuscrits turcs, arabes et persans à la Bibliothèque. Boivin nous rapporte quelques anecdotes légendaires sur la distraction de l’ancien garde à la Bibliothèque royale, choisi par l’abbé de Louvois pour cet emploi, alors que le puissant archevêque de Reims « trouva dans la suite qu’il n’y étoit pas si propre qu’on l’avoit cru. Et à dire le vray », conclut Boivin, « Mr Thévenot étoit naturellement trop distrait pour être capable de toute l’attention que demande l’exercice d’un pareil employ. » Et d’en apporter deux preuves. Thévenot faillit d’abord tout bonnement mettre le feu à la Bibliothèque en laissant une bougie allumée « le long d’une pile de grands livres d’estampes ». « Ce fait est effrayant », concluait Boivin. « En voicy un d’une autre espèce, que je demande la permission de raconter, pour égayer un peu mon sujet. M. Thévenot beuvoit, mangeoit, dormoit, changeoit de linge quand la fantaisie luy en prenoit... » Suit l’anecdote des huit chemises que Thévenot revêtit, l’une après l’autre, sur sa chemise de nuit, sans s’en rendre compte, en réclamant toujours une nouvelle à sa servante17.

  • 18 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 69.
  • 19 BNF, Archives 19, p. 90-97.
  • 20 D’après notes mss., cf. F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 70 ; BNF, Archives 53, f (...)

15La vente Giraud commença le 26 juillet 170718 ; les achats s’élevèrent à 257 livres pour le roi, payés au fur et à mesure du déroulement de la vente, qui dura jusqu’en octobre19. Là encore le registre de la Bibliothèque royale porte les termes « inventaire » et « auction », et ce, dans la même phrase : « Livres achetés à l’inventaire de M. Giraud, à l’auction au collège de Me Gervais, juillet, août 1707. » Clément acheta à nouveau à Martin, pour la somme de 99 livres 16 sols, des livres provenant de la bibliothèque de Jean Burlugay dont la vente publique eut lieu le 29 avril 170920. Chaque ouvrage est, cette fois, accompagné d’un prix et on remarque que les plus élevés sont accolés à des ouvrages « sensibles » : 4 livres 10 sols pour les « Lettres de Richard Simon, à Rouen, 1704, 3 volumes », et 4 livres pour les « Lettres de Guy Patin ».

  • 21 BNF, nouv. acq. fr. 1328, fol. 286v.
  • 22 BNF, Archives 19, p. 112-203 ; Jean Buvat, Mémoire-journal, éd. Henri Omont, Paris, 1900, no 305, (...)
  • 23 J. Buvat, Mémoire-Journal..., no 301.

16Une grande vente qui fit date, celle de la bibliothèque Bulteau, doyen des secrétaires du roi, dura du 3 avril au 13 août 1712. Cette belle collection historique avait été rassemblée, d’après Jean Boivin21, par un « parfait honnête homme, qui aimoit passionnément les livres, surtout les livres d’histoire, dont il avoit recueilli la fleur avec autant de soin que de dépense. » Il avait peu publié « sous son nom », mais « il avoit fait beaucoup de recherches, qu’il a communiquées à différentes personnes et qui sont entrées dans de bons ouvrages que le public a entre les mains ». Il était mort le 28 mai 1710, âgé de quatre-vingt-trois ans. Bulteau possédait des livres de Bigot, son parent et compatriote, vendus par son neveu, trésorier de France. Les jours de vacation sont, cette fois, indiquées sur le registre d’acquisition de la Bibliothèque royale, et pourtant on y retrouve l’expression ambiguë « à l’inventaire » : « Livres acheptez pour la Bibliothèque du Roy à l’inventaire de feu M. Bulteau », suivie d’une description des acquisitions, qui furent très importantes. On acheta 850 imprimés (824 articles) décomptés en 63 in-folio (39 articles), 278 in-quarto (269 articles), 509 in-octavo, etc. (496 articles), pour la somme de 1 214 livres avancée par Targny et qui lui fut remboursée ensuite. Le nom de Targny figure d’ailleurs parmi les noms d’acquéreurs dans un exemplaire annoté du catalogue Bulteau. Les quatre-vingt-dix pages d’acquisitions qui suivent sont de l’écriture de Jean Buvat, copiste attitré de la Bibliothèque du Roi22. Il signalait d’ailleurs dans son Journal : « Le 22 novembre 1714, j’ay enregistré les livres acquis de feu M. Bulteau, secrétaire du Roy »23. Buvat enregistrait de même les livres doubles donnés aux libraires Coustelier, Clousier et Osmont pour les payer des acquisitions Thévenot, Bulteau et autres.

17Le catalogue Bulteau, Bibliotheca Bultelliana, établi par le savant libraire Gabriel Martin, imprimé en 1711, remarquable et soigné, devint très vite et pour longtemps une référence, un modèle de classification bibliographique pour les professionnels du livre qui étaient à la recherche d’un système idéal de classement du savoir ; on peut en effet lire dans un manuscrit intitulé Préliminaires à la bibliographie, anonyme et non daté, sans doute de la fin du XVIIIe siècle :

  • 24 Bibl. Arsenal, ms. 14554/9, fol. 81.

« La connaissance des livres a des bornes si étendues pour ceux qui font profession des sciences qu’il y aurait de l’injustice à proposer une carrière aussi variée et aussi épineuse à des personnes engagées dans les entours du commerce [...]. En général nous avons suivi le système de la bibliothèque de M. Bulteau comme le mieux digéré de tous »24.

18Chacun des livres est précisément décrit, vacation après vacation, avec le prix auquel il a été payé.

19Cette vente fut un événement mais, pendant ces quinze premières années de ventes publiques, la Bibliothèque royale s’accrut donc au gré des libraires et au hasard des « inventaires ». En 1716 encore, des livres furent achetés à F « inventaire » de bibliothèques pour lesquelles on n’a pas retrouvé de catalogue imprimé, comme la bibliothèque de Le Fèvre.

20Quelque dix années avaient passé lorsque fut mise en vente, en juin 1725, la bibliothèque de Charles-Jérôme de Cisternay Du Fay, lieutenant aux gardes françaises, collection de beaux livres, comportant des reliures remarquables de Boyet. On peut dire que ce catalogue est le premier d’un type nouveau et qu’il marque les débuts de la bibliophilie en France. Des acquéreurs aussi célèbres que le comte de Toulouse ou le comte d’Hoym achetèrent des livres, mais la Bibliothèque royale laissa passer l’occasion et l’abbé Bignon en garda un souvenir amer. Lors des discussions interminables pour acquérir le cabinet Cangé, Bignon rappelait à qui voulait l’entendre que c’était de cette manière qu’on avait laissé échapper le cabinet Du Fay.

21Quand l’abbé Bignon remplaça l’abbé de Louvois à la tête de la Bibliothèque royale en 1718, une véritable politique fut mise en place pour acheter aux ventes aux enchères. Dans une lettre de compte rendu adressée le 8 avril 1729 au ministre de tutelle, le comte de Maurepas, secrétaire d’Etat de la Maison du Roi, Bignon rappelait les circonstances de la vente Du Fay quatre ans auparavant. Ce document nous donne une mine d’informations sur la position adoptée par la Bibliothèque ; il nous renseigne sur le rôle joué par les gardes et, en particulier, le garde des imprimés Claude Sallier, indispensable bras droit qui alliait compétence et modération, et sur les procédures complexes qu’entraînait ce nouveau commerce du livre. Véritable condensé de la réaction de l’administration de la Bibliothèque du Roi devant le développement de cette pratique inhabituelle, la lettre mérite d’être éditée en entier (annexe ci-après).

22Quatre ans après la vente de sa bibliothèque, Du Fay offrait à la Bibliothèque du Roi pour 3 946 livres des manuscrits qui n’avaient pas été vendus, alors que la première estimation de Du Fay lui-même, précieusement conservée par Bignon, ne s’élevait qu’à 1 313 livres. Notons que Bignon se sert du catalogue imprimé. On peut penser que l’affaire échoua, en cette occurrence, à cause de l’âpreté de Bignon qui ne voulut pas négocier le prix, arguant du fait que Du Fay avait gardé ces livres pour lui parce qu’ils n’étaient pas montés asse2 haut. Mais, en dépit de cette marque d’intransigeance, sa lettre montre la capacité d’adaptation dont devaient faire preuve les responsables de la Bibliothèque devant un phénomène nouveau. Son chef y faisait au passage l’éloge de ses gardes et de leur talent de négociateurs : ils se montraient aussi éloignés des excès de la folle enchère que de la dépréciation ou de l’ignorance du juste prix.

II. – Les années 1730

23La Bibliothèque joua un rôle de plus en plus actif dans les années 1730 qui marquèrent l’essor de la « fureur des ventes », âge d’or de la bibliophilie dont Paris allait devenir la capitale. L’acquisition de la Colbertine, qui allait faire de la Bibliothèque du Roi la première du monde occidental, était alors en négociations : les discussions entamées depuis 1728 ne se terminèrent qu’en 1732.

24Dans une lettre de Maurepas à Sallier du 2 mai 1730, le cardinal de Fleury approuvait que la Bibliothèque achetât à une vente plus modeste, celle du président Lambert qui se déroula du 4 mai au 6 juin (le ministre Maurepas avait pris l’habitude, à force de sollicitations de l’abbé Bignon, de donner à la Bibliothèque du Roi la consigne claire d’acheter ce qui lui manquait, en accord avec le cardinal de Fleury) :

  • 25 BNF, Archives 54, fol. 134.

« S. E. approuve que vous achetiez à cet inventaire les livres que vous pourrez y trouver qui manquent à la Bibliothèque du Roy ; lorsque vous m’aurez envoyé le catalogue de ceux que vous aurez retenu et le prix de l’achat, j’expédieray une ordonnance pour votre remboursement de la somme que vous aurez avancée ou au nom des héritiers de M. le président Lambert, suivant que vous me le marquerez »25.

25Sallier avertissait Bignon le 10 mai :

« J’use de la permission qu’il m’a donnée avec retenue. J’achète les grands livres seulement et j’en ay déjà eu plusieurs à bon marché. Je n’auray pas dans ces acquisitions un seul double à rebutter. Je me flatte que vous serés content de cette petite augmentation et de l’employ des fonds. »

  • 26 BNF, Archives 44, fol. 62-62v.
  • 27 BNF, Archives 78, fol. 56.

26Bignon glosait sur la lettre même de Sallier le 12 mai : « C’est sur quoi je ne suis pas en peine. » Sallier enchaînait sur le retard de paiement de leurs propres traitements : « Nous sommes presque tous icy dans une disette qui sera bientost plus grande sans vos bontés et vos sollicitations. » A quoi Bignon répondait : « J’ay parlé très vivement. Mais franchement je ne vois nulle assurance prochaine »26. Les achats pour le roi s’élevèrent à 565 livres 14 sols ; certains livres étaient destinés à la petite bibliothèque du roi à Versailles, réservée au roi et à ses proches27.

  • 28 Ibid., fol. 266-269.

27La bibliothèque de Jacques Terry-Athlone, « roy d’armes et généalogiste d’Angleterre », suivant les termes employés dans le catalogue imprimé, riche en livres d’héraldique et traités de noblesse, fut vendue le 10 janvier 1731. La Bibliothèque royale y acheta, comme l’indique l’« État des livres acquis à la vente faite chez Martin en janvier 1731 », 53 volumes pour 200 livres, décrits en sept pages28. L’état fut arrêté le 10 janvier 1731 et acquitté sur le quartier de janvier ; le reçu fut signé de Sallier le 11 janvier 1731. Par ailleurs Claude Gros de Boze, garde du Cabinet des médailles, figure parmi les acquéreurs notés sur un exemplaire du catalogue. Il n’appliquait pas la règle que Bignon avait édictée pour lui-même, de ne pas entretenir une bibliothèque privée dès lors qu’il était gardien des collections du roi.

  • 29 BNF, Archives 54, fol. 140, Maurepas à Sallier, à Marly le 21 mai 1731.
  • 30 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 84.

28Le comte de Maurepas écrivait le 21 mai 1731 à Sallier qu’il avait consulté le cardinal de Fleury et que celui-ci approuvait que la Bibliothèque royale achetât des livres du savant Geoffroy jusqu’à la somme de 1 500 livres, « s’il s’en trouve de convenables pour cette somme, dont je vous expédieray ensuite une ordonnance de remboursement »29. La bibliothèque d’Étienne-François Geoffroy, botaniste bien connu de Bignon, président de l’Académie des sciences, comprenait un cabinet scientifique remarquable : herbier, droguier, microscopes et livres de médecine30. L’abbé Sallier fut dépêché à cette vente pour la Bibliothèque du Roi, du 18 juin au 10 juillet 1731, et tint Bignon au courant de son avancement :

  • 31 BNF, Archives 44, fol. 80, 25 juin [1731].

« Je suis, Monsieur, la vente de la Bibliothèque de Mr Geoffroy et j’ay déjà tiré de là plusieurs bons livres qui conviennent fort à la Bibliothèque du Roy. Voilà pour l’aprèsdinée. Je continue le matin l’arrangement des doubles. Il va lentement »31.

  • 32 BNF, Archives 78, fol. 284-295, « État des acquisitions faites par Mr l’abbé Sallier pour la Bibli (...)

29Il acquit au total, pour la somme de 1 500 livres que le cardinal de Fleury avait autorisée, 309 volumes sur l’ensemble des 2 123 que comportait la bibliothèque, essentiellement des livres de physique, médecine, chimie, pharmacie, botanique et sciences naturelles32. On y remarque les ouvrages de Boerhaave, les herbiers de Ray, de Wolckamer, celui de Scheuchzer à 12 livres, l’Anatomie de Guillaume Cowper (Oxford, 1698), vendue 181 livres, celle de Ruysch à 15 livres 10 sols, l’Amphitheatrum zootomicum de Valentini à 19 livres, des livres anglais et même 86 volumes du Mercure historique pour 220 livres. Comme toujours, on devait s’attendre à des problèmes de paiement : le 11 juillet 1731, Sallier engageait Hardion, garde de la petite Bibliothèque du roi à Versailles, à « persécuter » Tourel, l’un des gardes du trésor, pour le règlement de l’ordonnance de 1 500 livres de la vente Geoffroy.

  • 33 H. Bots et F. Bléchet, La librairie hollandaise et ses rapports avec la Bibliothèque du Roi, 1731- (...)

30Bignon manifestait un grand intérêt pour les ventes publiques qui se déroulaient à l’étranger, puisque ses commissionnaires dans toute l’Europe (libraires ou consuls) devaient lui rendre compte de ces événements. Ainsi Laugier de Tassy, commissaire du roi en Hollande, lui annonçait la vente de la collection de Samuel van Hulst, avocat et échevin à La Haye, « qui a eu la fureur d’acheter des livres comme d’autres l’ont d’acquérir des porcelaines pour des sommes immenses »33. Bignon n’osa pas réclamer à Maurepas et Fleury la somme exorbitante de 100 000 florins et ne put se porter acquéreur à cette vente.

III. – 1733 : le cabinet Châtre de Cangé et les doubles

31L’acquisition du cabinet de Jean-Pierre Imbert Châtre de Cangé, premier valet de chambre du Roi, exigea de longues négociations. Ses collections concernaient l’histoire et l’administration militaire, et comprenaient aussi des romans de chevalerie, des poésies, des pièces fugitives et un bon nombre d’opéras et chansons. Cette acquisition se fit dans des conditions particulières. En effet, elle fut liée à la vente des livres doubles de la Bibliothèque, projet préparé de longue date, qui devait financer en partie cet nouvel achat.

32Suivant la procédure habituelle, Sallier rédigea un mémoire vraisemblablement demandé par Bignon pour convaincre les autorités :

  • 34 BNF, Archives 44, fol. 120, non daté. A ce sujet, voir les lettres de Bignon des 24, 27 juin, 2, 5 (...)

« L’importance de cette acquisition est connue... Les difficultés que l’on a fait naître sont légères mais si elles étoient plus considérables, il serait à souhaiter que l’on n’y eust pas d’égard et que l’on profitast de l’occasion présente pour acquérir un cabinet qui ne pourrait jamais se former et aussi singulier en son genre que celuy de M. Du Fay, que l’on regrettera toujours à la Bibliothèque du Roy. Je suis convenu avec M. de Cangé que le libraire qui a acheté les doubles luy donnera quinze mille livres. C’est un employ certain, avantageux à la Bibliothèque du Roy et qui n’est sujet à aucun inconvénient »34.

  • 35 BNF, fr. 22235, fol. 224-224v, 27 juin 1733.

33Sallier espérait terminer « la distraction des doubles » avant la fin de l’année et tirer de leur vente au moins 10 000 livres. Cangé devrait accepter que le paiement de l’ordonnance fût différé jusqu’en janvier 1734 et effectué en plusieurs versements. Tout au long des mois de juin à août 1733, Bignon défendit dans ses lettres à Maurepas l’importance de cette acquisition et l’entretint de la « curiosité de ce cabinet »35. Parmi ces richesses, il y avait plus de quatre mille volumes qui n’étaient pas à la Bibliothèque et cinq cents autres,

« que nous ne pourrions jamais avoir ou que nous n’achèterions qu’à des prix énormes. Je crois bien qu’il s’en trouverait à peu près autant que nous avons déjà et qui deviendraient donc de nouveaux doubles, [...] à parler exactement il n’y a rien que de curieux dans ce catalogue, et j’en parle d’autant plus hardiment que par cette seule raison de la singularité des livres contenus dans le catalogue, il est déjà triplé ou quadruplé de prix depuis que les étrangers en ont eu. Tous y courent pour en faire l’acquisition de manière qu’au lieu de 30 sols qu’il s’est vendu d’abord, il fut acheté avant hier cent sols et que le libraire ne veut plus en donner qu’à 6 livres. Rien, ce me semble, ne peut vous donner une plus juste idée du gain que ferait la Bibliothèque du Roy s’il plaisoit à Sa Majesté de faire l’acquisition d’un si précieux recueil. »

34Bignon craignait que le cabinet Cangé lui échappât car il avait ouï dire que le président Crozat de Tugny en avait offert plus de 10 000 écus, et il laissait négligemment tomber cette remarque après avoir bien inquiété Maurepas : « C’est une nouvelle de caffé qui peut n’avoir pas de fondement. »

  • 36 Ibid, fol. 226.
  • 37 Ibid., fol. 228v, lettre de Bignon à de Boze, 29 juillet 1733.
  • 38 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 87 ; BNF, Rés. Q. 739-740.
  • 39 BNF, Rés. Q. 742.

35Le 2 juillet 1733, l’abbé se réjouissait auprès de Maurepas de l’approbation du garde des sceaux. Quant à lui, le cardinal de Fleury accorda les 40 000 livres. Bignon proposait Sallier pour traiter l’affaire en s’excusant : « ... Personne n’est moins propre que moy à discuter avec luy [Cangé] ce prix. On me reproche tous les jours avec trop de raison que je ne ne sçay pas assés bien marchander... »36. Cangé se montra si flatté que son cabinet passât à la Bibliothèque, qu’il consentit à ne recevoir du trésor royal que la moitié et à attendre un an le reste du paiement, provenant de la vente des doubles. Le 17 juillet, Maurepas approuva ce marché. On donna à Cangé le produit des livres doubles, 15 000 livres, plus 10 000 livres de la vente des nouveaux doubles qui se trouveraient dans la bibliothèque Cangé, sur les 40 000 livres en tout qu’on lui devait. Cangé consentit à attendre cette ordonnance jusqu’en janvier 1734. Au cours de cet été 1733, Bignon souffrit à nouveau de l’estomac et s’impatienta de cette indisposition : « Ce n’a pas été une de mes moindres peines d’être malade dans le temps précieux que s’est négotiée l’acquisition du cabinet de M. de Cangé »37. L’affaire avait pris une tournure qui n’était pas de son goût. On ne sait s’il faut attribuer ce mécontentement au prix que coûta cette acquisition : la Bibliothèque du Roi aurait payé finalement les 40 000 livres, comme l’attestent la correspondance de Bignon et les notes manuscrites portées sur le catalogue imprimé38 ; le reçu de l’abbé Sallier du 30 juillet 1733 le confirme encore39.

  • 40 BNF, fr. 22235, fol. 228v.

36Les livres de Cangé furent apportés à la Bibliothèque le 6 août 1733. Le 9 août, Bignon s’adressa cette fois directement à Cangé « au Palais royal », pour le féliciter de son désintéressement40. En août 1733, Sallier procéda à l’arrangement de ce cabinet suivant l’ordre du catalogue publié par Cangé.

  • 41 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 87.

37La Bibliothèque décida de vendre ses doubles, environ 18 000 volumes, à la suite de l’acquisition du cabinet Cangé qui en avait grossi le nombre41. Depuis son arrivée, Bignon essayait d’amener le ministre Maurepas à cette décision qu’il jugeait indispensable et il lui proposait de choisir entre trois modes de vente : échange, vente en gros à un libraire, ou même à un particulier. Maurepas donna enfin son accord le 24 avril 1733. Le catalogue imprimé est daté de 1733, mais la vente des doubles n’eut lieu qu’en juillet 1734. Elle ne se passa pas tout à fait selon les désirs de Bignon. Le 24 juillet 1733, Sallier avertissait Bignon qu’il n’avait pu résister aux instances continuelles du libraire Gandouin et avait dû lui laisser enlever la veille, le 23 juillet, la plus grande partie des livres doubles qu’il avait payés : « J’ay tiré de Gandouin un billet tel que Mr de Boze le souhaitte pour ma décharge et pour le payement de Mr de Cangé. » Bignon approuva en apostille et l’encouragea à se hâter. Maurepas recommanda aussi de faire diligence. Mais l’affaire ne donna pas toute satisfaction : « Quelque tour qu’on y donne, se lamentait Bignon, il s’en faut de beaucoup qu’elle soit comme il auroit esté à souhaitter. » Des discussions avec Maurepas s’engageaient encore le 28 novembre sur le prix de vente des doubles : quatre sols pour un in-folio, trois pour un in-quarto et deux sols pour les petits formats. Tous les livres doubles accumulés jusqu’en 1732 furent ainsi vendus puis, par la suite, la Bibliothèque s’en défit au fur et à mesure.

IV. – Les ventes du comte d’Hoym et des maréchaux de Noailles et d’Estrées

38En 1738, la vente de la bibliothèque de Charles-Henry, comte d’Hoym, ambassadeur du roi de Pologne, atteignit la somme de 85 000 livres en cinquante-neuf vacations. Le célèbre bibliophile du XIXe siècle, le baron Jérôme Pichon, s’est intéressé au destin de l’homme et de sa collection. Ce remarquable ensemble d’environ 5 000 raretés que le possesseur avait constitué depuis plus de vingt ans, en achetant aux ventes Du Fay, Colbert et Brochard entre autres, comprenait de précieuses reliures de Boyet, Derôme et Padeloup. La procédure suivie par la Bibliothèque royale fut la même : lettre de Maurepas à Bignon du 14 mai 1738, par laquelle le ministre approuvait l’idée de Bignon (ill. 2) :

  • 42 BNF, lat. 17173, fol. 167.

« Puisque vous croyés, Monsieur, que dans la vente des livres de feu M. le comte d’Hoym, il pourra s’en trouver pour environ 2 000 livres dont l’acquisition vous paroit très nécessaire à la Bibliothèque du Roy, Sa Majesté approuve qu’on y employe jusqu’à cette somme »42.

  • 43 Ibid., fol. 168-171, en double exemplaire.
  • 44 Ibid., fol. 169v.
  • 45 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 97.

39Cette lettre est suivie de l’état manuscrit du 13 septembre 1738 des livres achetés par l’abbé Sallier à la vente, avec les prix, dont la somme totale s’élevait bien à 2 000 livres pour 102 volumes (19 in-folio, 9 in-quarto, 74 in-octavo)43. Une note autographe de Bignon du même jour, témoin d’une gestion rigoureuse, accompagne cette liste : « J’ay remis un pareil entièrement conforme à celui entre les mains de M. de Maurepas pour l’expédition d’une ordonnance de 2 000 livres en remboursement de M. l’abbé Sallier et en son nom. » Il était fréquent que les gardes envoyés aux ventes dussent avancer l’argent, comme c’était déjà le cas sous l’abbé de Targny. Le paiement fut effectué le 25 novembre 1738 entre les mains de l’huissier chargé de la succession du comte d’Hoym. On note dans cette liste la présence du livre de Michel Servet, « Libri VII de Trinitatis erroribus et libri duo de Trinitate, 1531, 1532, in-8°, 2 vol. », payé le prix fort de 450 livres44. D’autres livres interdits se trouvaient dans cette bibliothèque dont Lenglet Du Fresnoy dressa la liste en la commentant45.

  • 46 BNF, lat. 17173, fol. 219-223 et 172 ; F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 102-103.

40Deux grandes ventes marquèrent l’année 1740, celles des maréchaux de Noailles et d’Estrées, chant du cygne de la carrière de l’abbé Bignon, qui se retira en 1741, à l’âge de soixante-dix-neuf ans. Sur la vente de la bibliothèque d’Adrien-Maurice, comte d’Ayen, duc de Noailles, maréchal et pair de France, qui eut lieu le 11 juillet 1740, nous disposons de nombreux documents : des lettres échangées entre Maurepas, Bignon et Sallier sur ces acquisitions se déroulant sur six mois, l’accord donné par Maurepas le 27 novembre 1740, celui de Noailles lui-même qui rappelait son « ancienne amitié » à Bignon le 29 novembre. Sallier prévoyait d’aller avec Sevin reconnaître les manuscrits chez le maréchal le 31 décembre 1740. Le transfert des manuscrits à la Bibliothèque royale s’effectua le 13 janvier 1741 ; le récolement fut entrepris le lendemain et le 10 février, enfin, les recueils furent apportés à leur tour46.

  • 47 BNF, lat. 17173, fol. 172-218.
  • 48 François Avril, Manuscrits enluminés de la péninsule Ibérique, Paris, 1983, notice 36.
  • 49 BNF, lat. 17173, fol. 173.
  • 50 François Avril et Patricia Stirnemann, Manuscrits enluminés d’origine insulaire, Paris, 1987, noti (...)
  • 51 BNF, lat. 17173, fol. 195v et 196.

41Dans la liste des manuscrits acquis établie au moment même par la Bibliothèque royale et dépourvue de prix47, on remarque des trésors, en particulier le no 2, la Bible dite de Roda (devenu le ms. lat. 6)48 avec ce commentaire : « Il n’y en a point dans Paris d’une plus grande antiquité »49. Citons, entre autres, le Leviticus du XIIe siècle, no 100 de la collection de Noailles (lat. 184) et le Pontificale, no 10450 (lat. 1218)51.

  • 52 BNF, Archives 44, fol. 192, Bignon à Sallier, L’Islebelle, 10 août 1740 ; fol. 196, 15 août 1740.
  • 53 BNF, fr. 22236, fol. 122, lettre de Bignon à Sallier, 10 août 1740 ; fol. 122v, Bignon à Maurepas, (...)
  • 54 Ibid., fol. 123 (souligné dans l’original).

42La vente du maréchal d’Estrées conserve quelques mystères. Les ordres appropriés furent donnés à Sallier par Bignon qui les avait demandés à Maurepas, comme de coutume, pour cette vente à laquelle il assistait régulièrement. Le catalogue est daté de 1740, celui des estampes et cartes de 1741, tandis qu’on ne donna une table des auteurs qu’en 1760. Mais la date de la vente, qui nous restait inconnue, se précise, du moins en ce qui concerne la Bibliothèque royale. Bignon, le 10 août 1740, attendait les ordres de Maurepas et les transmit à Sallier le 15 août52. Puis, en bon archiviste, Bignon renvoya cette lettre de Maurepas à Jourdain « pour la garder dans les papiers de la Bibliothèque ». Les deux abbés tombaient d’accord pour penser qu’il serait difficile de retrouver pareils volumes ailleurs53 et craignaient que 5 000 livres ne fussent pas suffisantes pour acquérir les seuls manuscrits. Le mot d’ordre fut alors « d’acheter ce qu’on mira impossible de trouver ailleurs dans d’autres occasions »54. Formule frappante, qui faisait prévaloir le critère bibliophilique de rareté sur l’idée moderne de compléter les collections. Sans doute Bignon, qui avait doublé les collections du roi durant son administration, en venait-il à penser qu’il avait presque tout. Il donna ses dernières recommandations à Sallier :

  • 55 BNF, Archives 44, fol. 200, Bignon à Sallier, 21 août 1740.

« ... Il faut absolument s’en tenir à ce qu’il [Maurepas] m’en avoit écrit d’abord et c’est sur quoy il faut donc, s’il vous plaist, vous régler. Tout ce que je puis donc vous dire sur cela, c’est que mon goust seroit que vous pensiés moins aux manuscrits qu’aux imprimés les plus difficiles à retrouver ailleurs, et qu’entre les manuscrits mêmes vous donniés la préférence aux anciens sur ce qu’il y aura de plus moderne parce que je suppose que ces modernes regarderont plustost l’histoire politique que les sciences, et qu’à moins qu’ils ne fussent d’un genre aussi authentique que singulier, on en pourra dans la suite trouver quelqu’espèce d’équivalent »55.

43La vente s’interrompit un moment en septembre. Le 13 septembre 1740, Bignon remerciait Sallier de l’envoi du catalogue des manuscrits de la bibliothèque d’Estrées :

  • 56 Ibid., fol. 204-204v, Bignon à Sallier, 13 septembre 1740.

« Je pense comme vous qu’en les achetant, il n’y aura pas de quoy augmenter beaucoup la somme que M. le cardinal a fixée pour nos achats, puisque tous ces manuscrits ne passent pas 30 volumes. Mais je vous avoue que c’est ce qui m’étonne. J’aurois cru qu’il devoit y en avoir un bien plus grand nombre, et j’ay peine à comprendre en particulier comment il ne s’y trouve rien des négociations dont tous ceux de son nom ont été chargés pendant un si grand nombre d’années et en tant de différentes cours. Seroit-ce qu’on voudroit les garder ? A qui pourroient-ils être utiles à présent que la maison se trouve éteinte ? »56.

  • 57 Ibid., fol. 221v, Bignon à Sallier.
  • 58 F. Avril, Manuscrits enluminés de la péninsule Ibérique..., notice 166, Portugais 41.

44Cette vente ne se déroula pas conformément à leurs souhaits et Bignon regrettait le 2 janvier 1741 qu’on n’eût pas laissé Sallier « le maître de choisir » ; « certainement tout en auroit été beaucoup mieux après les soins que vous avés pris de dépouiller les catalogues comme je vous en avois prié. Il faut bien se résoudre à ce que l’on ne peut empêcher. Agréés seulement que je vous recommande encore sur cela la diligence »57. Dans cette collection, citons la Cronica de Guinee de Gomes Eanes de Zurara, du XVe siècle, no 18856 du catalogue, acquise à cette vente58. Le maréchal d’Estrées qui se trouvait à Madrid en 1702 avait dû l’acheter à la vente de la bibliothèque de Cortès, son possesseur précédent, dont la bibliothèque avait été mise en vente cette année-là.

45Le conseil donné par Bignon à Sallier de s’intéresser particulièrement aux « sciences » n’étonne pas, de la part de celui qui fut cinquante ans président de l’Académie royale des sciences. Il écrivait en revanche le 20 octobre, à propos de la « cherté des livres d’Angleterre » :

  • 59 BNF, Archives 44, fol. 213.

« Il y a longtems que je ne la connois que trop : mais dans quelque vivacité que l’on soit, à l’heure qu’il est, sur les ouvrages de mathématiques et de physique, je ne laisse pas de penser que ceux d’histoire sont encore plus importants à la Bibliothèque du Roy, et c’est donc ceux que je désirerois bien plus ardemment, bien entendu qu’il faudroit que vous fissiés la représentation vive à M. de Maurepas, comme je vous en supplie »59.

46Il manquait de s’étrangler devant les prix de vente des livres en signant l’ordre de payer 188 livres 8 sols au grand amateur qu’était Gersaint :

  • 60 Ibid., fol. 211, à Sallier, 12 octobre 1740.

« ... Je ne saurois m’empêcher de me récrier sur l’horrible cherté de tous ses livres. Quoy ? 22 livres pour l’in-4° et 48 livres pour 3 in-4° de Boyle, cela fait peur. D’ailleurs je ne vois dans ce mémoire que des livres de philosophie et de mathématiques ; combien d’autres surtout d’histoire et de théologie seroient plus importans pour enrichir la Bibliothèque »60.

V. – La filiation d’un exemplaire rare par ses particularités manuscrites, acquis par la Bibliothèque du Roi

  • 61 BNF, Smith-Lesouef 99, page de garde inférieure.
  • 62 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 114.

47Un seul ouvrage, par les longs détours qui aboutirent à son entrée dans les collections publiques, mérite parfois une étude particulière, et l’exemple qui suit illustre la part d’énigme que recèlent les catalogues de vente. Entré à la Bibliothèque royale avec la collection Smith-Lesouef, ce manuscrit : Marquis de Fresne, « Mémoires du temps, contenons les amours de Madame de Norton avec son beau-père ; et Monsieur de Fresne avec le père Faverolles jésuite et plusieurs autres, 1673 », porte à la fin diverses notes manuscrites d’époques différentes, dont voici la première, anonyme, inscrite en page de garde inférieure : « Février 1744. J’ai acheté ce livre à la vente de la bibliothèque de M. Barré et il est écrit de sa main »61. La bibliothèque de Jean-Louis Barré, auditeur des comptes, fut vendue à partir du 13 janvier 174462, mais on ne trouve aucune trace de ce manuscrit dans le catalogue imprimé de 1743. Y sont mentionnées seulement deux éditions imprimées d’Amsterdam, les nos 4060-4061, Mémoires du marquis de Fresne. D’autres notes plus tardives de la plume du célèbre bibliophile Monmerqué, identifié par les auteurs du catalogue Smith-Lesouef, Pierre Champion et Seymour de Ricci, indiquent que le père Faverolles, complice de la présidente du Tillet, fut « renfermé dans un cul-de-basse-fosse » et ajoute des références bibliographiques sur cette sombre affaire. Suit encore une note de 1837 du même Monmerqué : « J’ai trouvé au mois d’août 1837 une édition des Mémoires de la marquise de Fresne, Amsterdam, Jean Malherbe, 1701. L’exemplaire porte la signature de M. Picques, le résident en Suède. » En dépit de ces nombreuses notes de Monmerqué, l’ouvrage ne figure pas dans ses différentes ventes. On voit les enseignements que l’on peut tirer d’un ouvrage du XVIIe siècle, annoté par ses possesseurs successifs pendant deux siècles.

  • 63 Bibl. mun. Lyon, 371371, t. 13 (3).

48Continuons par un clin d’œil en citant un catalogue de Benoît Duplain, libraire à Lyon, d’un cabinet de curiosités original spécialisé dans la taxidermie, mis en vente le 7 juillet 1766. Le heu de la vente était une salle de couvent lyonnais, comme les Augustins à Paris. Il nous paraît intéressant de citer longuement cette collection singulière, à nulle autre pareille, vantée par un libraire bonimenteur et disert : « Inventaire des livres, estampes, tableaux et autres effets de M. de M*** [probablement Magnolas], selon l’ordre journalier de la vente qui sera faite chez Benoît Duplain, libraire rue Mercière à l’Aigle. A Lyon, 1766 »63. Dans l’avis, le nom du collectionneur n’est pas donné, on parle seulement d’une :

« personne qui ne s’est déterminée à les vendre que parce que ses affaires l’obligent de ne plus tenir une maison en cette ville, et qu’il est nécessité de céder son appartement dans le courant de ce mois de juin. Outre une collection d’excellents livres de littérature et d’histoire, convenables à un homme du monde, on y trouvera une quantité assez considérable et bien choisie d’estampes avec de beaux cadres sculptés et ornés et leurs verres, tous propres à orner une gallerie. On y verra également des microscopes de différente espèce, un télescope excellent, des tableaux et ce que l’on n’a point encore trouvé dans les ventes ordinaires, deux très belles volières garnies d’une assez grande quantité d’oiseaux, conservés par les soins du R. Père Foucault religieux minime, très connu par les attitudes naturelles qu’il donne aux différents animaux qu’il prépare. Voici les noms de ceux qui remplissent les deux volières : 3 grippes d’espèce différente, 4 canards d’espèce différente, 1 plongeon de mer, 1 pluvier doré, 1 béccasse, 3 béccassines de différente espèce, 1 hirondelle de mer, 1 vaneau, 1 geay, 1 lièvre, 2 oiseaux de proie tenant une perdrix, 1 oiseau de proie tenant une caille, un autre oiseau de proie tenant un rat, 1 milan, 5 chouettes de différente espèce, 1 faisan noir, 1 perroquet gris, 1 singe tenant un oiseau, 1 tourterelle, 1 pigeon de Malthe, 1 petit héron, 1 cormoran, 1 petite corneille, 1 grive soupe de lait, 1 plongeon, 1 passereau solitaire, 1 lardenne, 3 bergères de différente espèce, 2 bréants, 1 oiseau de buisson, 1 moineau blanc, 1 piquelon de la petite espèce, 2 verdi, 1 quinson, 1 petit oiseau de proie, 1 chauve-souris... »

49Ainsi prend fin cette énumération pittoresque. Un texte en italiques poursuit :

« La vente de ces différents effets sera faite au plus offrant et dernier enchérisseur à la manière accoutumée. Elle commencera le lundi 7 de juillet à trois heures précises de relevée, et elle continuera les jours suivants à la même heure dans la salle où j’ai fait toutes les précédentes ventes, rue Mercière, maison de Mrs les chanoines réguliers de saint Antoine, au second étage. On avertit seulement Messieurs les acquéreurs que l’on ne détaillera point les oiseaux, mais que les deux volières et ce qu’elles contiennent seront adjugées en un seul et même article sans division. Ces volières sont fermées par de beaux verres de bohème de toute grandeur et ornées de moulures vernies et dorées. »

50Ces deux grandes volières, « hautes de six pieds, et fermées par les plus hauts et les plus grands verres de Bohême, contenant une collection d’oiseaux rares sortis des mains du P. Foucault... », comme il est dit encore dans un avis, furent vendues le 20 juillet. L’avant-dernier numéro mérite encore d’être cité : « Une lampe de bibliothèque à mettre sur la tête, plus commode que celle qui a été vendue chez M. de Gauffecourt, attendu que le réverbère est recourbé. » Enfin, le jeudi 17 juillet, on vend un « très ancien tableau peint sur bois, représentant une Vierge avec l’enfant Jésus. Quelques connaisseurs attribuent ce tableau au Titien ». On notait encore une montre en argent « à répétition un peu grosse mais bonne, et sa sonnerie est à sourdine », un microscope et enfin un alambic.

51Dernière glane sur la signification et l’importance que représentait la possession d’une bibliothèque au siècle suivant, nous laisserons le mot de la fin à Lorédan Larchey, conservateur de l’Arsenal, éminent connaisseur des livres :

  • 64 Bibl. Arsenal, ms. 9247, fonds Larchey, à propos d’un livre nouveau de l’éditeur Daragon, Les Bour (...)

« Le titre de bibliophile est de ceux que les révolutions ne sauraient atteindre. Il imagine au contraire que la bibliophilie est faite pour vous y préparer comme pour en adoucir les effets ; cela vous isole si bien dans un idéal milieu [...]. Je songe aux transformations de la bibliophilie qui s’est faite positive avec le siècle et qui, restreinte à une chasse d’amateurs souvent spéculateurs, a perdu beaucoup de terrain dans la classe aisée. Quiconque avait une position dans le monde était tenu d’avoir sa bibliothèque ; cela faisoit pour ainsi dire partie du mobilier, cela tenait une place d’honneur et on en faisait le catalogue, qu’on fût fille de maison de France ou fille d’Opéra. Je ne plaisante pas (j’ai vu les catalogues de quelques-unes de ces demoiselles). Allez en chercher aujourd’hui je ne dis point dans leur monde, mais chez les personnes faisant figure dans ce qu’on appelle la bonne société... »64.

Annexes

ANNEXE. A propos de la vente Du Fay

Lettre de l’abbé Bignon, bibliothécaire du Roi, au comte de Maurepas, secrétaire d’État de la Maison du Roi (8 avril 1729).

BNF, ms. fr. 22234, fol. 253v-254.

J’ay l’honneur, Monsieur, de vous renvoyer aujourd’huy des papiers qui ne produiront pas grand effet, mais qui ne laissent pas d’avoir quelque chose d’assés singulier. Il y a 9 jours que j’appris par M. l’abbé Sallier que M. Dufay luy avoit dit qu’il vous avoit parlé de quelques mss. qui luy étoient restés de la vente de ses livres et qu’il offrait pour la Bibliothèque du Roy moyennant bon payement. Quoique vous ne m’eussiés pas fait l’honneur de m’en parler, je chargeay M. l’abbé Sallier d’aller examiner luy même ces mss., d’en faire le catalogue et de demander ensuite à M. du Fay ce qu’il prétendoit vendre chacun, afin de mettre en paye les prix. C’est ce que vous trouverés écrit sans rien payer. Le total du prix monte à 3 946 livres. Les titres n’ont pas été malaisés à mettre, il n’a fallu que les copier sur l’imprimé de la Bibliothèque de feu M. Dufay.

Quand j’ay eu ce papier, je l’ay comparé avec un exemplaire de cette même Bibliotèque sur lequel j’avois pris soin de faire écrire le prix où chaque article étoit monté lors de la vente avec ceux auxquels M. Dufay avoit compté de faire porter ceux qu’il étoit résolu de garder au cas que dans la vente on ne les portât pas aussi haut qu’il s’étoit flatté. Vous trouverés icy sur un autre papier ces prix de l’estimation que M. Du Fay avoit fait avant la vente et qui ne monte au total qu’à 1 313 livres. J’avois souhaité que M. l’abbé de Targny, M. l’abbé Sallier ou M. de Boze m’eussent joint à ces deux estimations celle qu’ils auront trouvé plus convenable. Mais j’ay cru qu’il n’étoit pas besoin de supplier M. de Targny sachant qu’il s’est fait une loy de n’estimer les mss., l’un portant l’autre, qu’à une pistole et par conséquent il n’auroit pas voulu acheter ceux-cy plus de 200 livres.

Pour M. de Boze, il m’a demandé de le dispenser de dire son sentiment de peur de se brouiller avec M. Du Fay qui l’avoit regardé comme un oracle par raport à sa vente. M. l’abbé Sallier aurait aussi pu m’alléguer une raison à peu près pareille : mais une plus forte encor et qui touche aussi M. de Boze, l’a engagé à garder le même silence, c’est que l’un et l’autre sont rebutés d’entendre dire par tout le monde que l’on mésestime si excessivement les mss. pour la Bibliothèque du Roy, qu’on aimerait mieux les brusler que d’y en apporter un seul.

Quelque bizarrerie qu’il y ait dans cette petite aventure, je vous prie d’en profiter pour remarquer que si des vendeurs estiment fort cher ce qu’ils offrent au Roy, nos Messieurs ne sont pas si faciles à donner dans l’excès et que si d’un autre côté quelques estimateurs prétendent que les mss. ne doivent, l’un portant l’autre, être estimés qu’à une pistole, M. l’abbé Sallier est fort éloigné d’une prisée si modique...

Ill. 1. — Reçu de l’abbé Sallier concernant l’acquisition du cabinet Châtre de Cangé, 30 juillet 1733. (BNF, Rés. Q 742.)

Ill. 2. — Lettre du comte de Maurepas à l’abbé Bignon sur la vente de la bibliothèque d’Hoym, 14 mai 1738. (BNF, MSS., lat. 17173, fol. 167.)

Notes

1 Analectes du bibliophile, Turin, 1876, p. 8.

2 Françoise Blechet. Les ventes publiques de livres en France 1630-1750. Répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque nationale. Oxford, 1991 ; ead., notice « catalogue de vente » dans le Dictionnaire encyclopédique du livre, dir. Jean-Dominique Mellot, Paris (sous presse).

3 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 45, note 44 ; Henri Omont, Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale, Paris, 1913, t. IV, p. 363.

4 Bibliothèque nationale de France [BNF], nouv. acq. fr. 1328, fol. 299v.

5 BNF, Archives 53, fol. 129 ; H. Omont, Anciens inventaires..., t. IV, p. 505-506.

6 BNF, Archives 53, fol. 170-174. Notons au passage ce renseignement précisément daté sur la parité évolutive de l’écu et de la livre tournois.

7 BNF, nouv. acq. fr. 1328, fol. 306v.

8 BNF, Archives 53, fol. 190.

9 BNF, nouv. acq. fr. 1328, fol. 310v.

10 BNF, Archives 53, fol. 312.

11 Ibid., fol. 262.

12 BNF, nouv. acq. fr. 1328, fol. 314v.

13 H. Omont, Anciens inventaires..., t. IV, p. 411-440, a édité Archives 19, p. 47-85 ; Léopold Delisle, Bibliotheca Bigotiana, Rouen, 1877.

14 BNF, Archives 19, p. 75. H. Omont, Anciens inventaires..., t.  IV, p. 439-440.

15 BNF, Archives 53, fol. 201-202 : « Livres acheptez à Nuremberg, à la vente publique d’une bibliothèque par les soins dudit sieur Wetstein et envoyez d’Amsterdam, receus à Paris le 10 avril 1702. »

16 BNF, nouv. acq. fr. 1328, fol. 327-327v.

17 Ibid., fol. 286 ; H. Omont, Anciens inventaires..., t. IV, p. 441-462 et 498.

18 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 69.

19 BNF, Archives 19, p. 90-97.

20 D’après notes mss., cf. F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 70 ; BNF, Archives 53, fol. 410.

21 BNF, nouv. acq. fr. 1328, fol. 286v.

22 BNF, Archives 19, p. 112-203 ; Jean Buvat, Mémoire-journal, éd. Henri Omont, Paris, 1900, no 305, 1er décembre 1714.

23 J. Buvat, Mémoire-Journal..., no 301.

24 Bibl. Arsenal, ms. 14554/9, fol. 81.

25 BNF, Archives 54, fol. 134.

26 BNF, Archives 44, fol. 62-62v.

27 BNF, Archives 78, fol. 56.

28 Ibid., fol. 266-269.

29 BNF, Archives 54, fol. 140, Maurepas à Sallier, à Marly le 21 mai 1731.

30 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 84.

31 BNF, Archives 44, fol. 80, 25 juin [1731].

32 BNF, Archives 78, fol. 284-295, « État des acquisitions faites par Mr l’abbé Sallier pour la Bibliothèque du Roy à la vente de la Bibliothèque de Mr Geoffroy faite aux mois de juin et juillet 1731 ». Notice de chaque ouvrage avec son prix et, fol. 297-300, numéros de catalogue et répartition par disciplines. Côtoyant cette vente, on trouve la mention des éditions hollandaises que Réaumur procurait à la Bibliothèque du Roi de 1733 à 1736, une anatomie d’Oribase et surtout les Discours historiques sur l'Ancien et Nouveau Testament de Saurain et Roques, dix ouvrages pour la somme de 197 livres 10 sols, avec reçu signé de sa main du 16 mars 1738. Cf. aussi Archives 54, fol. 140, lettre de Maurepas à Sallier, 21 mai 1731, transmettant les ordres de Fleury.

33 H. Bots et F. Bléchet, La librairie hollandaise et ses rapports avec la Bibliothèque du Roi, 1731-1752, dans Documentatieblad werkgroep achttiende eeuw (Amsterdam et Maarssen), no 23, 1991, p. 47, Laugier de Tassy à Bignon, 26 juin 1730.

34 BNF, Archives 44, fol. 120, non daté. A ce sujet, voir les lettres de Bignon des 24, 27 juin, 2, 5, 29 juillet et 9 août 1733 : fr. 22235, fol. 226-228v.

35 BNF, fr. 22235, fol. 224-224v, 27 juin 1733.

36 Ibid, fol. 226.

37 Ibid., fol. 228v, lettre de Bignon à de Boze, 29 juillet 1733.

38 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 87 ; BNF, Rés. Q. 739-740.

39 BNF, Rés. Q. 742.

40 BNF, fr. 22235, fol. 228v.

41 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 87.

42 BNF, lat. 17173, fol. 167.

43 Ibid., fol. 168-171, en double exemplaire.

44 Ibid., fol. 169v.

45 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 97.

46 BNF, lat. 17173, fol. 219-223 et 172 ; F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 102-103.

47 BNF, lat. 17173, fol. 172-218.

48 François Avril, Manuscrits enluminés de la péninsule Ibérique, Paris, 1983, notice 36.

49 BNF, lat. 17173, fol. 173.

50 François Avril et Patricia Stirnemann, Manuscrits enluminés d’origine insulaire, Paris, 1987, notices 44 et 93.

51 BNF, lat. 17173, fol. 195v et 196.

52 BNF, Archives 44, fol. 192, Bignon à Sallier, L’Islebelle, 10 août 1740 ; fol. 196, 15 août 1740.

53 BNF, fr. 22236, fol. 122, lettre de Bignon à Sallier, 10 août 1740 ; fol. 122v, Bignon à Maurepas, 10 août 1740.

54 Ibid., fol. 123 (souligné dans l’original).

55 BNF, Archives 44, fol. 200, Bignon à Sallier, 21 août 1740.

56 Ibid., fol. 204-204v, Bignon à Sallier, 13 septembre 1740.

57 Ibid., fol. 221v, Bignon à Sallier.

58 F. Avril, Manuscrits enluminés de la péninsule Ibérique..., notice 166, Portugais 41.

59 BNF, Archives 44, fol. 213.

60 Ibid., fol. 211, à Sallier, 12 octobre 1740.

61 BNF, Smith-Lesouef 99, page de garde inférieure.

62 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 114.

63 Bibl. mun. Lyon, 371371, t. 13 (3).

64 Bibl. Arsenal, ms. 9247, fonds Larchey, à propos d’un livre nouveau de l’éditeur Daragon, Les Bourbons et les livres.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. — Reçu de l’abbé Sallier concernant l’acquisition du cabinet Châtre de Cangé, 30 juillet 1733. (BNF, Rés. Q 742.)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Ill. 2. — Lettre du comte de Maurepas à l’abbé Bignon sur la vente de la bibliothèque d’Hoym, 14 mai 1738. (BNF, MSS., lat. 17173, fol. 167.)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 516k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search