Version classiqueVersion mobile

Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle

 | 
Annie Charon
, 
Élisabeth Parinet

La nouvelle édition de Graham Pollard et Albert Ehrman, The Distribution of Books by Catalogue from the invention of printing to AD 1800

Bilan des travaux préparatoires : catalogues français

Giles Mandelbrote

Texte intégral

  • 1 Graham Pollard and Albert Ehrman, The Distribution of Books by Catalogue from the invention of prin (...)

1Nul ne me contredira si j’affirme que le livre de Graham Pollard et Albert Ehrman, The Distribution of Books by Catalogue, est un monument dans l’historiographie des catalogues de vente, et cependant je ne serais pas surpris d’apprendre que beaucoup de collègues n’ont jamais vu un exemplaire de ce livre1. Ce grand et beau volume, The Distribution of Books by Catalogue from the invention of printing to A. D. 1800, based on material in the Broxboume Library, fut imprimé, à titre privé, pour le bibliophile et collectionneur Albert Ehrman (1890-1969). Ehrman faisait partie d’un des plus importants clubs britanniques de bibliophiles, le Roxburghe Club ; aujourd’hui encore, il est de coutume, dans ce club, que chacun des membres fasse imprimer, à un nombre limité d’exemplaires, un livre, le plus souvent consacré à sa propre collection, et qu’il en fasse présent aux autres membres.

  • 2 Sur A. Ehrman, voir la notice nécrologique dans The Times, 20 août 1969, et Albert Ehrman, « Contem (...)

2Le livre d’Ehrman s’appuyait en partie sur sa propre bibliothèque, la Broxbourne Library, du nom de la localité dans le Hertfordshire où il demeura pendant un temps. Sa collection de catalogues constitue une partie de la collection Broxbourne, aujourd’hui conservée à la bibliothèque Bodléienne à Oxford2.

3Les circonstances de cette publication expliquent pourquoi la diffusion de The Distribution of Books by Catalogue fut très limitée. Quinze exemplaires de tête furent imprimés pour être offerts à titre gracieux ; quarante furent réservés aux membres du Roxburghe Club ; quatre-vingt-quinze seulement furent destinés à la vente. Depuis trente ans, il est devenu quasi impossible de se procurer ce livre et, quand un exemplaire apparaît, le prix en est très élevé. Je n’ai pas entrepris un recensement systématique dans les bibliothèques européennes, mais je ne connais en France qu’un exemplaire, celui de la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France (Rés. g. Q. 167), où l’on relève de très intéressantes annotations du personnel de la Bibliothèque. Je serais bien évidemment très curieux de pouvoir en découvrir d’autres. L’une des conséquences de cette rareté est que The Distribution of Books by Catalogue n’est pas connu comme il devrait l’être ; en effet, pour les différents types de catalogues de livres ayant été publiés en Europe, il demeure l’ouvrage de référence le plus utile. Enfin, c’est encore aujourd’hui la plus vaste étude consacrée au commerce du livre en Europe à cette époque qui ait été publiée en anglais.

  • 3 Sur G. Pollard, voir John Carter, « Graham Pollard », dans Studies in the Book Trade in Honour of G (...)
  • 4 Archer Taylor, Book Catalogues : their varieties and uses, Chicago, 1957 ; les références renvoient (...)
  • 5 A. Taylor, Book Catalogues..., p. IX, 92,153,159-164.
  • 6 G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., p. XVIII, XXI.

4L’auteur de The Distribution of Books by Catalogue est Graham Pollard (1903-1976). La carrière de Pollard fut d’une grande diversité : pour gagner sa vie, il est libraire d’antiquariat, fonctionnaire, érudit, écrivain et conférencier. Quel que soit son gagne-pain, il est avant tout un bibliographe, un historien du livre, passionné par l’étude des catalogues de vente3. Il est intéressant de comparer The Distribution of Books by Catalogue avec le livre de l’érudit américain Archer Taylor, Book Catalogues : their varieties and uses, publié quelques années auparavant4 L’ouvrage de Taylor aborde les catalogues de vente comme source d’informations bibliographiques ; il met en évidence le fait que les catalogues de livres permettent à l’historien de la vie intellectuelle de repérer des textes, de connaître les systèmes de classification des livres et « l’évolution de l’organisation des connaissances à différentes époques »5. Pollard, au contraire, s’intéresse aux catalogues de vente en tant que source de l’étude du commerce du livre européen et montre, dans cette perspective, comment ont évolué ces catalogues. « Les catalogues, écrit Pollard, ne doivent pas seulement être considérés comme une source d’informations pour la connaissance des livres rares, ou comme un genre bibliographique de second plan, ou encore comme un matériau, permettant une approche statistique des pratiques de lecture des générations passées [...]. Il faut écrire leur propre histoire sans tenir compte de leur intérêt dans les domaines que je viens d’évoquer [...]. Une des idées maîtresses du travail que j’entreprends est de regrouper les catalogues par chapitres et de montrer que l’étude de ces catalogues permet de suivre l’évolution du commerce du livre et leur circulation, au niveau international, du XVe au XVIIIe siècle »6.

5Chacun des chapitres de The Distribution of Books by Catalogue est consacré à un type de catalogues, et globalement organisé de façon chronologique. Le premier, consacré au XVe siècle, a été écrit par Albert Ehrman lui-même, avec l’aide de D. E. Rhodes ; les autres sont dus à Pollard. Après un examen des différents types de catalogues publiés par les imprimeurs du XVIe siècle, Pollard traite du commerce international, étudiant tour à tour les foires du livre allemandes, l’importation de livres en langue latine en Angleterre et l’utilisation des catalogues dans le commerce, de gros et de détail, en Europe au XVIIe siècle. Les chapitres VI et VII sont consacrés aux livres de compte, aux barèmes et aux journaux utilisés par les marchands libraires anglais. Deux autres chapitres ont pour objet les catalogues publiés dans les livres eux-mêmes et les bulletins de souscription ; ils complètent ainsi le panorama des pratiques commerciales des libraires par l’étude des stratégies publicitaires mises en œuvre par les marchands de nouveautés. Pollard envisage ensuite un aspect différent, mais très important, des pratiques commerciales ; il décrit de façon détaillée le commerce des livres d’occasion et d’antiquariat à travers l’Europe en examinant les inventaires imprimés et les catalogues de vente aux enchères. Les derniers chapitres (où l’on constate, peut-être, un certain détournement du sens initial donné au mot du titre distribution, « diffusion »), étudient les catalogues des bibliothèques institutionnelles, des bibliothèques privées ouvertes aux chercheurs avant 1800 et des bibliothèques personnelles de particuliers.

6Le texte analyse et critique chacune des différentes catégories de catalogues ; il est accompagné de tables qui soutiennent en quelque sorte l’ensemble, tables des dates, des références bibliographiques et des localisations des catalogues mentionnés dans le texte. Le livre ne contient pas moins de trente-neuf tables au total ; on relève, par exemple, les catalogues des foires de Francfort et de Leipzig et les catalogues des libraires italiens et espagnols jusqu’en 1700, les périodiques anglais où l’on peut trouver des informations publicitaires concernant le livre et les listes des œuvres d’un auteur établies par des éditeurs de 1561 à 1660, les ventes aux enchères ayant eu lieu en Scandinavie et en Allemagne jusqu’en 1720, et les catalogues de bibliothèques américaines antérieurs à 1765.

  • 7 Ibid., p. XX.

7Bien que cette liste des catalogues constitue en quelque sorte l’ossature de l’ouvrage, Pollard concevait The Distribution of Books by Catalogue d’abord comme un ouvrage de critique et de commentaire historique ; loin d’être une simple bibliographie, c’était, selon ses propres termes, « une série d’essais historiques traitant des différents types de catalogues »7. Pour classer, distinguer et analyser ces documents que sont les catalogues, Pollard avait toutes les compétences : une expérience approfondie des livres et des bibliothèques, une grande compréhension des pratiques commerciales, une attention toute particulière au contexte social, économique et géographique et une vaste connaissance des sources (notamment pour le domaine anglais).

  • 8 Françoise Bléchet, Les ventes publiques de livres en France, 1630-1750. Répertoire des catalogues c (...)
  • 9 Pour plus d’informations sur la méthode retenue, voir mon article « A new edition of The Distributi (...)

8Une nouvelle édition d’un tel livre, jamais réédité et considéré comme un classique, impose des choix difficiles. The Distribution of Books by Catalogue reste le seul ouvrage qui traite le sujet dans une perspective internationale ; cependant, depuis sa publication, de nombreuses études systématiques ont été réalisées au niveau national8. Mon travail consiste donc à respecter le texte original de Pollard et Ehrman, tout en permettant aux lecteurs d’aujourd’hui d’en repérer les forces et les faiblesses ; il convient aussi de replacer cet ouvrage dans le contexte des recherches plus récentes. Des notes ajoutées au texte, des compléments aux tables et des suppléments bibliographiques devraient permettre de corriger les erreurs de détail et les omissions importantes, d’informer le lecteur des travaux publiés au cours des trente dernières années et de l’état actuel des recherches sur le sujet ; il est, en effet, prévu de mentionner les travaux en cours et de rendre compte de leur état d’avancement9. J’ai récemment entrepris de me familiariser avec les catalogues français en comparant les tables de Pollard et les collections de catalogues conservées dans les principales bibliothèques parisiennes. J’ai été impressionné par la richesse de ces collections ; je suis sûr que leur connaissance ouvrira de nouvelles perspectives pour l’étude de ce sujet.

  • 10 Fred Schreiber, The Estiennes, New York, 1982; id., Simon de Colines: an annoted catalogue of 230 e (...)
  • 11 Christian Coppens, « Sixteenth-century octavo publishers’ catalogues mainly from the Omont collecti (...)

9Les catalogues français répertoriés dans les tables de Pollard commencent par une série de catalogues in-8° publiés à Paris dans les premières décennies du XVIe siècle, par Simon de Colines, Robert Estienne, Chrétien Wechel, Guillaume Morel et d’autres. Ces catalogues, où l’on relève pour la première fois l’usage du format in-8°, suivent, pour leur classement, le modèle inventé par Estienne ; ils se présentent pour la plupart comme des listes des éditions sorties des presses de ces imprimeurs, avec quelques livres d’assortiment (ceux-ci ont été acquis principalement par héritage ou par échange, ou encore achetés à l’étranger). Les connaissances de Pollard dans ce domaine reposent surtout sur les travaux de Henri Omont. Dans le cadre de ma révision du texte de Pollard, je fais largement appel aux recherches récentes de M. Fred Schreiber et de Mme Veyrin-Forrer sur Simon de Colines et Estienne10 ; je m’appuie aussi sur le recensement des catalogues du XVIe siècle entrepris par Christian Coppens11.

  • 12 Henri-Jean Martin, « L’édition parisienne au XVIIe siècle. Quelques aspects économiques » (1952), r (...)
  • 13 Bibliotheca D. Joannis Giraud, Paris, 1707, no. 6328*.
  • 14 Sur le développement des catalogues de livres de fonds et de livres d’assortiment au XVIIe siècle e (...)
  • 15 Pour le catalogue de Morel, voir l’exemplaire annoté « Catalogus librorum Morelli Bibliopolae Paris (...)

10Graham Pollard avait été perplexe lorsqu’il avait constaté l’absence totale de catalogues à Paris, pendant quatre-vingts ans, de 1563 à 1643. Bien que les libraires parisiens des débuts du XVIIe siècle aient fait régulièrement de la publicité dans les catalogues des foires de Francfort, ils ne semblent pas avoir publié eux-mêmes de catalogues. Cette situation est due, en partie, à la désorganisation causée par les guerres de religion, comme l’a remarqué Henri-Jean Martin : « Entre les grandes dynasties de libraires du XVIe siècle et celles du XVIIe, il existe une coupure très nette »12. Je n’ai pu trouver que quelques exemples de catalogues, de publications nouvelles ou de livres d’assortiment, pour combler cette lacune. Le catalogue de la bibliothèque personnelle de Jean Giraud contient une brève mention d’un catalogue du libraire Claude Cramoisy (Paris, 1624, in-8°), mais ceux que j’ai trouvés datent tous de la fin des années 1630 ou du début des années 164013. La plupart des catalogues parisiens qui subsistent des années 1640 respectent la tradition des catalogues in-4° de la foire de Francfort et prennent en compte les livres nouveaux et anciens importés : beaucoup d’entre eux sont destinés à la foire Saint-Germain. Les plus nombreux d’entre eux, l’ensemble des catalogues de livres d’assortiment apportés à Paris pour la foire Saint-Germain par Pierre Du Buisson de Montpellier, sont eux-mêmes des exceptions puisqu’ils contiennent des livres anciens acquis auprès de bibliothèques privées du sud de la France, ou des livres importés à la faveur de contacts commerciaux noués à Lyon ou Genève. De même, Adrien Vlacq travaillait en marge du commerce parisien établi, tandis que les catalogues de la veuve Pelé reflètent son activité de représentante des Elsevier14. C’est aussi dans ces années-là que Gilles Morel, Louis de Villac et la veuve de Pierre II Chevalier éditèrent leurs catalogues, qui restent problématiques car ils ne portent pas de date15.

  • 16 Sur le contexte général, voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société...

11Cette longue interruption dans la succession des catalogues des libraires parisiens peut aussi tenir, naturellement, à des problèmes de conservation et non de pratiques commerciales, encore que les mêmes bibliothèques aient conservé des catalogues du XVIIe siècle d’autres provenances, comme Lyon et Genève, jusqu’aux environs de 1650, on trouve peu de catalogues de nouveautés édités individuellement par des libraires ; c’est sans doute dû en partie au caractère monopolistique du marché parisien à cette époque et à sa dépendance à l’égard du marché des bibliothèques institutionnelles. Il est certain que l’évolution progressive ultérieure est liée à la nécessité de vendre un plus grand choix d’ouvrages à une clientèle plus étendue, tant socialement que géographiquement16.

  • 17 La table ci-dessous doit beaucoup au travail de Véronique Sarrazin, en particulier, sur les catalog (...)

12Le problème inverse se pose pour les catalogues des libraires parisiens de la fin du XVIIe siècle. Les tables de Pollard ne relèvent que quarante et un catalogues publiés entre 1643 et 1700 ; une telle liste ne constitue que la pointe émergée de l’iceberg. Une recherche exhaustive de ces catalogues demanderait que l’on passât au peigne fin de nombreux fonds de bibliothèques, ce qui déborde largement le champ de ma révision du travail de Pollard. Cependant, j’ai commencé à comparer la liste de Pollard pour cette période (établie principalement à partir des fonds de la British Library et de la Bodléienne) avec le catalogue informatisé de la Bibliothèque nationale de France et avec les importantes collections de la bibliothèque Mazarine et de la bibliothèque Sainte-Geneviève. La table donnée en annexe rassemble mes premières découvertes. Bien qu’elle soit, à n’en pas douter, encore très incomplète, je pense que les deux cent quatre-vingts catalogues environ recensés constituent une part substantielle (et suffisamment représentative) de ce qui a survécu. Remarquons tout de même qu’un grand nombre des catalogues répertoriés ici n’ont été trouvés que dans une seule bibliothèque et que, par conséquent, les recherches dans d’autres collections pourraient sensiblement changer les données. Ma liste n’a pas la prétention de fournir un recensement de tous les exemplaires mais j’y ai fait figurer tous les catalogues que j’ai pu rencontrer dans les cinq bibliothèques mentionnées, en en ajoutant quelques-uns repérés ailleurs. Cette liste a un caractère provisoire, notamment pour les propositions de datation ; je n’ai pas eu la possibilité d’examiner tous les catalogues figurant sur la liste et je souhaite que cette publication inspire à d’autres le désir d’apporter enrichissements et corrections17.

  • 18 Henri-Jean Martin, « Les espaces de la vente à Paris à l’époque artisanale » (1979), rééd. dans id. (...)
  • 19 G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., p. 115-116. Pour une analyse détaillée du co (...)

13Ce qui, en dehors de leur quantité, est particulièrement frappant dans ces catalogues, c’est leur grande variété. Leur format varie de l’in-folio à l’in-douze, leur nombre de pages va de deux à deux cents ; quant au contenu, on y trouve les dernières nouveautés aussi bien que des manuscrits et des incunables. Beaucoup de ces libraires parisiens sont aussi des imprimeurs ; les petits livrets de quelques pages qu’ils publient fréquemment contiennent habituellement une liste de leurs propres publications — de tels catalogues sont surtout destinés à leurs confrères et visent à encourager les ventes et les échanges. Mais il se peut que ces catalogues de livres de fonds aient aussi servi à informer et à attirer la clientèle particulière, puisqu’on sait combien la plupart des librairies parisiennes manquaient de place pour présenter leur stock18. D’autres catalogues sont de volumineux inventaires des livres d’assortiment ; ils présentent des livres reliés destinés à être vendus au détail à une clientèle de particuliers ; on y trouve aussi bien des nouveautés que des livres d’occasion. Par ailleurs, certains libraires publient des catalogues spécialisés consacrés à un sujet ou à un type de livres — nouveautés et livres d’occasion — qu’ils ont fait venir spécialement de l’étranger19.

14Si l’on examine les différents types de catalogues, on s’aperçoit que le marché parisien du livre, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, offre aux amateurs un choix relativement étendu de livres d’antiquariat et qu’un certain nombre de bibliothèques importantes sont alors dispersées, vivifiant ainsi le commerce du livre. Le nombre et l’importance des catalogues de livres d’assortiment sont, avant 1700, bien plus considérables en France qu’en Angleterre. Je pense qu’il est important d’avoir ce fait à l’esprit lorsqu’on s’intéresse aux débuts des ventes publiques de livres à Paris.

  • 20 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres... ; Jean Viardot, « Livres rares et pratiques bibliophi (...)
  • 21 Christian Péligry, Les catalogues de bibliothèques du XVIIe, du XVIIIe et du XIXe siècle jusqu’en 1 (...)

15Grâce aux importants travaux de Françoise Bléchet et de Jean Viardot, on est en mesure de suivre les étapes du développement, dans les premières années du XVIIIe siècle, des ventes aux enchères de livres à Paris, d’un commerce spécialisé dans l’antiquariat et d’un goût pour la collection de livres rares. Prosper Marchand et Gabriel Martin jouèrent un rôle décisif, en contribuant à une notable élévation du niveau intellectuel de l’organisation des catalogues de vente et à une forte augmentation de leur quantité20. On peut mesurer en termes statistiques ce développement, en consultant les listes de catalogues de vente de la Bibliothèque nationale de France et celles de la bibliothèque municipale de Toulouse, établies par Françoise Bléchet et Christian Péligry21. Il faut évidemment rester prudent lorsqu’on se réfère aux collections d’une ou deux bibliothèques, mais il semble bien que l’on puisse repérer un accroissement dès 1700, qui s’accentue à partir de 1720 et devient décisif en 1750. Je me demande pourquoi ce développement, si bien attesté, est si tardif.

  • 22 Cette table doit beaucoup au travail de F. Bléchet, Les ventes publiques de livres... Pour quelques (...)
  • 23 Bibl. Mazarine, ms. 4300 (pièce 7, avec extrait manuscrit des livres de Molé, « faict a Paris 1661  (...)
  • 24 Bibl. nat. de Fr., ms. Baluze 100 : voir Lucien Auvray et René Poupardin, Catalogue des manuscrits (...)

16Une comparaison avec l’Angleterre peut être éclairante ; Munby et Coral signalent plus de cent cinquante catalogues de vente de bibliothèques à Londres entre 1676 et 1700. (Le chiffre pour les Pays-Bas, où les ventes de livres ont commencé à la fin du siècle précédent, avec l’obligation légale d’imprimer un catalogue, serait évidemment bien supérieur.) En revanche, à Paris, au XVIIe siècle, l’habitude est de vendre les bibliothèques importantes, en bloc si possible, au détail par défaut, en se fondant sur des « catalogues d’inventaire » imprimés. Bien qu’on ait imprimé plus d’inventaires en France que dans tout autre pays au XVIIe siècle, leur nombre reste très faible par rapport à celui des bibliothèques qui ont été constituées puis dispersées dans cette période : Pollard compte trente-trois catalogues imprimés en soixante ans à Paris (probablement à l’occasion des ventes), entre 1641 et 1701. Si l’on se réfère au répertoire des catalogues de la Bibliothèque nationale de France établi par Françoise Bléchet, on en trouve encore vingt autres, en remontant jusqu’en 1632. Jusqu’ici, mon travail dans les bibliothèques mentionnées a permis d’en retrouver seulement un ou deux de plus, comme le montre ma table22. Il est très vraisemblable que ce tableau sous-estime le nombre total des catalogues qui ont survécu. Tant qu’on n’aura pas mené à bien une enquête comme celle entreprise aux Pays-Bas ou celle de Munby et Coral pour les ventes de livres en Grande-Bretagne, il est possible que des catalogues restent non inventoriés dans d’autres bibliothèques. Certains peuvent, certes, avoir disparu, bien que, comme les localisations données dans la table le donnent à penser, les catalogues de vente des bibliothèques importantes aient été dans l’ensemble beaucoup mieux préservés, grâce à leur intérêt et à leur rôle d’instruments de référence, que ceux des libraires. Cependant, bien des indices laissent entrevoir que de nombreuses bibliothèques ont été dispersées sans qu’un catalogue de la vente soit imprimé. Pour ne donner qu’un exemple, où est le catalogue de la bibliothèque de plus de sept mille volumes, « bien conditionnez, dont grand nombre sont de grand papier & reliez en maroquin », décrite par Louis Jacob comme l’une des plus belles de France et appartenant à Mathieu Molé (1584-1656), « premier président au Parlement de Paris et garde des sceaux », dont la vente « en détail » commence dans la grande salle des Augustins le 23 mars 1676, selon un placard imprimé qui se trouve aujourd’hui à la bibliothèque Mazarine23 ? Soixante et un « livres achetés à l’inventaire de M. le garde des sceaux Molé » sont mentionnés dans les comptes de la bibliothèque de Colbert pour les années 1674 à 1678 ; les mêmes documents enregistrent des achats semblables de livres imprimés provenant des bibliothèques de six autres collectionneurs, récemment décédés pour la plupart, et dont on ne connaît aucun inventaire imprimé24.

  • 25 Bibl. Mazarine, 4300, Rés. A 16031, Rés. A 15395 et ms. 4299 correspondent aux volumes I à IV dans (...)

17Dans quelques cas, les « catalogues d’inventaire » circulaient sous forme manuscrite : un ensemble intéressant de volumes à la bibliothèque Mazarine, par exemple, rassemble tout un mélange de catalogues de libraires, de catalogues d’inventaire de bibliothèques privées, de catalogues de ventes aux enchères aux Pays-Bas, de résumés manuscrits établis d’après des catalogues imprimés, mais aussi des listes manuscrites décrivant des collections dont on ne connaît aucun catalogue. Ils ont appartenu à Jean Nicolas de Tralage, mort en 1699, et ils montrent bien les divers moyens dont disposait un collectionneur pour se tenir informé, avant de relier tous ces documents pour en faire un instrument de référence. Ces volumes font aussi la démonstration que la survie des catalogues tient à la passion de quelques individus exceptionnels : une bonne centaine de catalogues imprimés de libraires, à la bibliothèque Mazarine, ont appartenu à l’abbé de Tralage, qui possédait en outre un recueil de seize catalogues de libraires muni d’un index manuscrit, aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France, et un recueil des éditions de la Bibliograpbia Parisina et de la Bibliographia Gallica universalis de Louis Jacob, aujourd’hui à la bibliothèque Bodléienne25.

  • 26 Bibl. Mazarine, 18933 (pièce 2). Sur la date de la mort de Pierre Chevalier, voir Philippe Renouard (...)
  • 27 Bibl. Sainte-Geneviève, Qb. 4° 175 inv. 302 (pièce 1) ; annotations sur British Library, S.C. 847 ( (...)

18La table ci-dessous montre clairement que, à côté des ventes avec inventaire de grandes bibliothèques, d’autres catalogues ont été établis pour des ventes publiques plus modestes ou des ventes réservées dans un premier temps aux libraires. Un exemple qui est, semble-t-il, parmi les premiers, est le catalogue sans date établi par Pierre Chevalier (mort en 1628 ?) et Thomas Biaise, qui recense des lots numérotés en vue d’une vente au détail « in Collegio Corisopitensi » ; on ne sait pas si ces livres ont un rapport quelconque avec cette institution26. Vers 1641, quand paraît le catalogue de vente du fonds de Thomas Biaise, les règles sont déjà bien fixées : les livres « se vendront en destail, au plus offrant & dernier encherisseur, aux jours, lieu & heures assignez par les affiches, qui pour cét effet, seront mises és lieux & endroits accoustumez. » Plus tard, de semblables catalogues paraissent avoir été anonymes et n’ont donc pas été inclus dans ma table : on peut toutefois en trouver quelques exemples à la bibliothèque Sainte-Geneviève. Les annotations que porte un tel catalogue qui est aussi conservé à la British Library donnent à penser qu’il contient le reste des livres ayant appartenu à Raphaël Trichet du Fresne27.

  • 28 G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., p. 207-212, 236-238. Il est souvent impossib (...)

19La notion de « catalogue d’inventaire » retenue par Pollard n’est pas très pertinente ici, je le crains, puisqu’elle rassemble une variété de catalogues qui, pour la plupart, doivent leur existence à l’obligation légale de dresser un inventaire, mais devraient, dans la mesure du possible, être plus clairement différenciés en ce qui concerne les modalités de la vente. Il y en a pour lesquels rien ne prouve que les livres soient passés en vente publique, et d’autres dans lesquels la bibliothèque est décrite - et apparemment proposée à la vente - « en bloc ». D’autres ont l’aspect d’un inventaire, mais ils recensent les livres (un par un ou groupés) en lots affectés d’un numéro ou d’une lettre, ou en paquets, parfois avec des mises à prix, pour une vente au détail, à prix marqués ou « au plus offrant et dernier enchérisseur ». Pollard émet l’hypothèse qu’au XVIIe siècle cette expression avait peut-être le sens plus vague de « meilleure offre » sans impliquer pour autant une vente aux enchères organisée dans les formes, mais, du coup, il semblerait que des adjudications informelles aient eu lieu plus tôt qu’il ne l’envisage28.

  • 29 Pour ne donner qu’un exemple, voir le catalogue d’inventaire des livres de François de Bassompierre (...)

20Le vrai problème, cependant, est la difficulté à reconstituer le déroulement de ces ventes. Qui était responsable de leur organisation ? Y trouvait-on des marchands aussi bien que des collectionneurs privés et quelle concurrence s’y livrait-on ? Les prix y étaient-ils plus élevés qu’en librairie (comme s’en plaignent les libraires londoniens) et comment étaient les livres proposés par rapport à ceux en boutique ? Qu’advenait-il des livres qui n’avaient pas trouvé preneur ? Tout donne à penser que le pragmatisme et la souplesse prévalaient sur le poids des conventions et la rigidité des règles. On pouvait annoncer la vente d’une bibliothèque au détail et la vendre en bloc avant la date fixée, on pouvait annoncer des prix fixés d’avance et en faire des prix de base si quelqu’un en offrait plus. Les conditions de la vente changeaient en fonction des impératifs imposés par le temps, l’espace, le crédit et les exigences légales29.

  • 30 G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., p. 206-207 ; Claude Marin Saugrain, Code de (...)

21Voilà des questions qui mériteraient l’attention d’un historien du livre en France. Pour l’instant, je ne peux fournir que quelques éléments isolés. Pendant la majeure partie du XVIIe siècle, l’organisation de ventes publiques de livres à Paris fut la source de conflits entre les libraires et la communauté des commissaires-priseurs, dont le droit exclusif de faire des expertises et d’organiser des ventes publiques de biens d’occasion datait d’un édit royal de 1556. Cependant, les édits de 1618 et 1636 accordèrent aux libraires parisiens le privilège d’expertiser et vendre les livres, à la condition que le libraire qui avait fait l’inventaire ne pût s’en porter acquéreur « sinon à l’encan, comme plus offrant & dernier enchérisseur »30. Quelle qu’ait été la réglementation, il ne fait aucun doute que beaucoup de livres ont continué à être vendus avec du tout-venant. Néanmoins, cette indication d’ordre réglementaire montre une fois de plus que des ventes publiques de livres se déroulaient bien à Paris au début du XVIIe siècle, bien plus tôt que ne le montrent les catalogues imprimés qui ont survécu.

22Le problème, semble-t-il, était de savoir dans quelle mesure les libraires réussiraient à garder le contrôle de ces ventes et à tenir à l’écart les particuliers. Dans une lettre envoyée de Paris le 23 mars 1637, Jean Chapelain se plaint en ces termes :

  • 31 Jean Chapelain au duc de Longueville, 20 mars 1637, dans Lettres de Jean Chapelain, éd. Ph. Tamizey (...)

« La vente des livres de feu Mr Boulenger [...] est finie, et de sorte que les libraires se sont eschauffés à l’achapt les uns contre les autres ; le nombre est petit des volumes qui nous sont demeurés, à quoy je trouve d’autant moins d’inconvénient qu’il n’y en a pas un de ceux qu’ils ont emportés sur moy que je ne puisse avoir à aussy bon prix dans leurs boutiques »31.

23Un rapport intéressant sur la dispersion de la bibliothèque du cardinal Mazarin en 1652 apporte quelques lueurs sur l’organisation de ces ventes publiques et des preuves supplémentaires de leurs inconvénients :

  • 32 Lettre de Patrick Con, écrivant de Paris au cardinal Francesco Barberini, 19 janvier 1652 ; édité p (...)

« La méthode adoptée pour mener la vente de cette bibliothèque si célèbre est rigoureusement limitée aux libraires et à ceux qui veulent acheter pour revendre, car il n’est donné permission à quiconque de choisir ce qui lui convient, mais tous les livres sont ficelés en ballots sans aucun ordre, puis dans une vaste salle ils proposent ces ballots et prennent les enchères à tant le ballot sans que personne sache ce que contiennent les ballots, de sorte que tous les libraires de la ville sont là pour enchérir »32.

  • 33 « Afin que si quelques-uns vous agreent (Monseigneur) pour mettre au nombre des rares livres, dont (...)

24Les catalogues imprimés apparaissent dans ce contexte comme un moyen de toucher les acquéreurs particuliers, ceux surtout qui sont éloignés de Paris, en portant à leur connaissance des informations qui jusque-là étaient réservées aux professionnels. Pour s’assurer l’achat des livres, l’habitude se serait cependant maintenue de recourir aux services d’un libraire comme intermédiaire. Les catalogues offrent aussi la possibilité à des clients privilégiés de faire des achats avant la vente, comme en témoigne Thomas Biaise dans la dédicace à Séguier, qui figure dans le catalogue de vente de 164133. Cette mainmise de la petite communauté des libraires sur les ventes publiques est sans doute la raison de l’absence d’indications sur le déroulement des ventes. Cela peut aussi expliquer pourquoi, questions de dignité ou de sentiment mises à part, les héritiers des propriétaires de grandes bibliothèques préféraient souvent, dans la mesure du possible, une vente en bloc.

  • 34 Frits Lugt, Répertoire des catalogues de ventes publiques intéressant l’art ou la curiosité. Premiè (...)

25Il n’y a sans doute pas qu’une seule explication à la singularité du marché du livre ancien à Paris au XVIIe siècle : faible nombre des catalogues de vente imprimés, développement tardif des ventes aux enchères, large choix des livres anciens présents dans les catalogues de fonds des libraires. Toutefois, on peut faire une constatation semblable à propos des catalogues de ventes d’objets d’art, recensés par Frits Lugt, dans lesquels Paris n’apparaît pas avant 169934. Peut-être faut-il en conclure que les catalogues de ventes parisiens, au XVIIe siècle, doivent être tenus pour des essais exceptionnels, alors que le gros du commerce des livres d’antiquariat se déroulait ailleurs.

  • 35 J’exprime ma vive reconnaissance à Annie Charon et Élisabeth Parinet, qui ont traduit mon texte, et (...)

26Il est évident que nous avons besoin d’approfondir la bibliographie des catalogues en ayant accès aux ressources d’autres bibliothèques que celles qui sont mentionnées dans mon exposé : il suffirait de la découverte d’un simple recueil d’unica pour modifier ce premier bilan. Un catalogue collectif (ou une base de données) devrait recenser non seulement la méthode de vente mais aussi la nature des livres mis en vente ; un tel recensement devrait aussi prendre en compte les provenances et les témoignages de l’usage fait de ces catalogues, grâce au relevé des annotations concernant les acheteurs et les prix. Il faut aussi replacer l’étude des ventes publiques de livres et de leurs catalogues à l’époque moderne dans un contexte plus vaste : les ventes publiques ne sont que l’un des moyens de vente et de diffusion des livres et l’un des aspects du commerce international du livre. Les relations pouvant exister entre les différents types de catalogues de vente, les liens entre le commerce du livre neuf et le commerce d’antiquariat doivent être étudiés de façon plus approfondie. Un tel travail s’inscrirait dans la continuité de l’œuvre de Graham Pollard35.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Birrell & Garnett : ancien fonds de la librairie Birrell & Garnett (cité par Pollard) ; cf. Le Roux de Lincy, Recherches sur Jean Grolier, Paris, 1866, p. 115-116, et Gabriel Austin, The Library of Jean Grolier, New York, 1971, p. 126.

BG : Louis Jacob, Bibliographia Gallica universalis pour 1651 (Paris, 1652) et 1652-1653 (Paris, 1654).

BP : Louis Jacob, Bibliographia Parisina pour 1643-1644 (Paris, 1645) et 1647-1648 (Paris, 1649).

Brunet Suppl. : Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l'amateur de livres : Supplément, Paris, 1878-1880, col. 219-222.

Engelsing : Rolf Engelsing, « Französische Verlegerplakate im Zeitalter Ludwigs XIV. », dans Archiv für Geschichte des Buchwesens, t. 11, 1971, p. 806-856.

Galloys : Bibliotheca D. Joannis Galloys... digestus à Taurentio Seneuze, Paris, 1710.

Giraud : Bibliotheca D. Joannis Giraud, seu catalogus librorum, quos ipse dum viveret, summa cura, ingentique sumptu collegit, Paris, 1707.

Grouchy : vicomte de Grouchy, « Vente de livres à l’Imprimerie royale (décembre 1684) », dans Bulletin du bibliophile, 1892.

Harrisse : Henri Harrisse, Le président de Thou et ses descendants, Paris, 1905, p. 30-36, 249-254.

Namur : P. Namur, bliographiegénérale, t. I, Liège, 1838.

Annexes

ANNEXE I. Catalogues de libraires parisiens au XVIIe siècle

abréviations

note ms. = renseignement fourni d’après une note manuscrite,

p = publications, livres édités par le libraire lui-même.

s = livres d’assortiment (« sortes ») : achetés ou échangés à d’autres libraires, parfois en plusieurs exemplaires (« en nombre ») ; livres importés ; livres d’occasion.

ANNEXE II. Catalogues imprimés de ventes de livres parisiennes, jusqu’aux premiers catalogues de Prosper Marchand et Gabriel Martin

LIEUX DE CONSERVATION

Ars. : Bibliothèque de l’Arsenal, Paris.

BL : British Library, Londres.

BN : Bibliothèque nationale de France, Paris. Cf. F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., Oxford, 1991.

Bodl. : Bibliothèque Bodléienne, Oxford.

Börsenverein. Cf. Katalog der Bibliothek des Börsenvereins der deutschen Buchhändler, Leipzig, 1885-1902,3 vol.

Brox. : Broxbourne Library (aujourd’hui à la Bibliothèque Bodléienne, Oxford).

BSG : Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris.

CUL : Cambridge University Library.

Maz. : Bibliothèque Mazarine, Paris.

T : Bibliothèque municipale de Toulouse. Cf. Christian Péligry, Les catalogues de bibliothèques du XVIIe, du XVIIIe et du XIXe siècle jusqu’en 1815 : contribution à l’inventaire du fonds ancien de la bibliothèque municipale de Toulouse, Toulouse, 1974.

Troyes : Bibliothèque municipale de Troyes. Cf. Émile Socard, Catalogue de la bibliothèque de la ville de Troyes, t. V, Troyes, 1879.

Notes

1 Graham Pollard and Albert Ehrman, The Distribution of Books by Catalogue from the invention of printing to A. D. 1800, based on material in the Broxboume Library, Cambridge, printed for presentation to members of the Roxburghe Club, 1965.

2 Sur A. Ehrman, voir la notice nécrologique dans The Times, 20 août 1969, et Albert Ehrman, « Contemporary collectors II: The Broxbourne Library », dans The Book Collector, t. 3, no 3, automne 1954, p. 190-197. Pour la collection de catalogues sur laquelle s’appuie The Distribution of books by Catalogue..., ainsi que la correspondance et les papiers d’Albert Ehrman, qui se trouvent maintenant dans la collection Broxboume à la bibliothèque Bodléienne, à Oxford, voir « The Broxbourne Library », dans bodleian Library Record, t. X, no 2, déc. 1979, p. 78-80.

3 Sur G. Pollard, voir John Carter, « Graham Pollard », dans Studies in the Book Trade in Honour of Graham Pollard, Oxford, 1975 (Oxford Bibliographical Society, nouv. série, 18), p. 3-9; la notice nécrologique de Nicolas Barker dans The Book Collector, t. 26, no 1, printemps 1977, p. 7-28; et Esther Potter, « Graham Pollard at work », dans The Library, 6e série, t. 11, déc. 1989, p. 307-327.

4 Archer Taylor, Book Catalogues : their varieties and uses, Chicago, 1957 ; les références renvoient à la seconde édition, révisée par W. P. Barlow jr., Winchester, 1986.

5 A. Taylor, Book Catalogues..., p. IX, 92,153,159-164.

6 G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., p. XVIII, XXI.

7 Ibid., p. XX.

8 Françoise Bléchet, Les ventes publiques de livres en France, 1630-1750. Répertoire des catalogues conservés à la bibliothèque nationale, Oxford, 1991 ; Hans Dieter Gebauer, Bücherauktionen in Deutschland im 17. Jahrhundert, Bonn, 1981 ; Gerhard Loh, Verszeichnis der Kataloge von Buchauktionen und Privatbibliotheken aus dem deutschsprachigen Raum, 1607-1730, Leipzig, 1995, et Die europäischen Privatbibliotheken und Buchauktionen, t. I, 1555-1675, Leipzig, 1997 ; A. N. L. Munby et Lenore Coral, British Book Sale Catalogues, 1676-1800, Londres, 1977 ; ou Book Sales Catalogues of the Dutch Republic 1599-1800, dir. J. A. Gruys, Leyde, 1990®.

9 Pour plus d’informations sur la méthode retenue, voir mon article « A new edition of The Distribution of Books by Catalogue: problems and prospects », dans Papers of the Bibliographical Society of America, t. 89, no 4, déc. 1995, p. 399-408.

10 Fred Schreiber, The Estiennes, New York, 1982; id., Simon de Colines: an annoted catalogue of 230 examples of bis press, 1520-1546, introd. Jeanne Veyrin-Forrer, Provo (Utah), 1995.

11 Christian Coppens, « Sixteenth-century octavo publishers’ catalogues mainly from the Omont collection », dans De Gulden Passer, t. 70, 1992, p. 5-34; id., « A census of printers’ and booksellers’ catalogues up to 1600 », dans Papers of the Bibliographical Society of America t. 89, no 4, déc. 1995, p. 447-455.

12 Henri-Jean Martin, « L’édition parisienne au XVIIe siècle. Quelques aspects économiques » (1952), rééd. dans id., Le livre français sous l’Ancien Régime, Paris, 1987, p. 43-54.

13 Bibliotheca D. Joannis Giraud, Paris, 1707, no. 6328*.

14 Sur le développement des catalogues de livres de fonds et de livres d’assortiment au XVIIe siècle en Europe, voir Pollard et Ehrman, chap. V, p. 103-104. Sur les catalogues de la foire Saint-Germain de Du Buisson, Vlacq et autres, voir Christian Péligry, « Le rôle de la foire Saint-Germain dans la diffusion du livre espagnol (milieu XVIIe siècle) », dans Revue française d’histoire du livre, no 12, 1976, p. 3-23. Sur les attaques de John Milton contre Vlacq, l’accusant d’avoir mauvaise réputation dans le monde des libraires à Londres et à Paris, voir G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., chap. V, p. 103-104. Sur les contacts de la veuve Pelé et de l’entreprise Piget-Morel avec l’étranger, voir Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle, Genève, 1969, p. 302-303, 315-316.

15 Pour le catalogue de Morel, voir l’exemplaire annoté « Catalogus librorum Morelli Bibliopolae Paris. 1640 », Bibl. Mazarine, 18617 (pièce 2). Louis Jacob, Bibliographia Parisina... Annis 1643 & 1644, Paris, 1645, p. 91, fait mention de l’apparition du catalogue de Louis de Villac. Selon Roméo Arbour, Les femmes et les métiers du livre (1600-1650), Chicago-Paris, 1997, p. 136-138, Élisabeth Chevalier continua d’exercer jusqu’en 1650 et son catalogue, Bibl. Mazarine, 18933 (pièce 3), date de [1645]. Louis Jacob, dans sa Bibliographia Parisina pour les années 1647 et 1648, Paris, 1649, p. 48, signale un autre catalogue publié par ses soins, à la même adresse en 1648, mais aucun exemplaire n’en a été retrouvé.

16 Sur le contexte général, voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société...

17 La table ci-dessous doit beaucoup au travail de Véronique Sarrazin, en particulier, sur les catalogues de libraire de la Bibliothèque nationale de France.

18 Henri-Jean Martin, « Les espaces de la vente à Paris à l’époque artisanale » (1979), rééd. dans id., Le livre français..., p. 89-111.

19 G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., p. 115-116. Pour une analyse détaillée du contenu de catalogues, voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société..., p. 723-724 et 1082 (catalogue de 1685 de la veuve Edme Martin et Jean Boudot) ; Barbara A. Brown, « From author to agent : the commercial diffusion of Descartes’Discours and Essais de la Méthode in Paris, 1642-1642-1646 », Ph. D., Trinity College, Dublin, 1985, t. II (catalogue [1642-1643] de la veuve Pelé). Parfois, certains catalogues cumulent plusieurs fonctions : le catalogue de livres espagnols de Louis Billaine (1679), par exemple, présentait plusieurs livres en un seul exemplaire alors qu’il offrait une remise aux professionnels. On peut aussi observer que plusieurs catalogues de fonds semblent avoir été publiés par des veuves peu de temps après la mort de leur mari, en utilisant probablement l’inventaire après décès établi récemment.

20 F. Bléchet, Les ventes publiques de livres... ; Jean Viardot, « Livres rares et pratiques bibliophiliques », dans Histoire de l’édition française, dir. Henri-Jean Martin et Roger Chartier, t. II, Le livre triomphant, 1660-1830, Paris, 1984, p. 447-467, et « Naissance de la bibliophilie : les cabinets de livres rares », dans Histoire des bibliothèques françaises, t. II, Les bibliotheques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, dir. Claude Jolly, Paris, 1988, p. 268-289. Voir aussi Pierre Gasnault, « Les collections et leurs enrichissements », ibid., p. 334-351; Jacqueline Glomski, « Book collecting and bookselling in the seventeenth century: notions of rarity and identification of value », dans Publishing History, t. 39, 1996, p. 5-21. Christiane Berkvens-Stevelinck, Prosper Marchand : la vie et l’œuvre (1678-1756), Leyde, 1987, chap. II.

21 Christian Péligry, Les catalogues de bibliothèques du XVIIe, du XVIIIe et du XIXe siècle jusqu’en 1815 : contribution à l’inventaire du fonds ancien de la bibliothèque municipale de Toulouse, Toulouse, 1974.

22 Cette table doit beaucoup au travail de F. Bléchet, Les ventes publiques de livres... Pour quelques catalogues sans date, j’ai proposé des dates différentes.

23 Bibl. Mazarine, ms. 4300 (pièce 7, avec extrait manuscrit des livres de Molé, « faict a Paris 1661 »), reproduit dans Histoire des bibliothèques françaises, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime..., p. 337 ; Louis Jacob, Traicté des plus belles bibliothèques, Paris, 1644, p. 497. Sur Molé, voir Edmond Bonnaffé, Dictionnaire des amateurs français au XVIIe siècle, Paris, 1884, p. 220. Un volume relié à ses armes est reproduit dans Jean Furstenberg, Le Grand Siècle en France et ses bibliophiles, Hambourg, 1972, p. 196 ; un autre, dans Catalogue de cent un livres anciens, rares ou précieux de la bibliothèque de la Sorbonne, Paris, 1991, no 74.

24 Bibl. nat. de Fr., ms. Baluze 100 : voir Lucien Auvray et René Poupardin, Catalogue des manuscrits de la collection Baluze, Paris, 1921, p. 101-102. Cf. Denise Bloch, « La bibliothèque de Colbert », dans Histoire des bibliothèques françaises : Les bibliothèques sous l’Ancien Régime..., p. 156-179.

25 Bibl. Mazarine, 4300, Rés. A 16031, Rés. A 15395 et ms. 4299 correspondent aux volumes I à IV dans la collection de catalogues constituée par Tralage ; ils contiennent en tout plus de trois cents catalogues différents, manuscrits, imprimés ou gravés. Cf. Bibl. nat. de Fr., Q. 8546-8555 ; Bibl. Bodléienne, Mus. Bibl. III 4° 24. Sur le legs de la bibliothèque de Tralage à l’abbaye de Saint-Victor, voir Alfred Franklin, Les anciennes bibliothèques de Paris, Paris, 1867-1873, t. I, p. 161, 170. Une autre très importante collection de catalogues avait appartenu à Pierre Delaplanche, bibliothécaire du séminaire Saint-Magloire : sur Delaplanche, voir A. Franklin, Les anciennes bibliothèques..., t. II, p. 365-366. Quelques volumes provenant de sa collection de référence bibliographique sont conservés à la Bibl. Mazarine (A 11278, 18422, 18423, 18933, 19144, 19149, 36783, 36848 A) et en outre à la collection Broxbourne (Bibl. Bodléienne, Brox. 107.13). Je remercie Mlle Jacqueline Labaste de ses renseignements concernant la provenance des catalogues conservés à la Bibl. Mazarine.

26 Bibl. Mazarine, 18933 (pièce 2). Sur la date de la mort de Pierre Chevalier, voir Philippe Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens... au XVIIe siècle, Nogent-le-Roi, 1995, p. 83, date adoptée par Jean-Dominique Mellot et Elisabeth Queval, Répertoire d’imprimeurs/libraires, XVIe-XVIIIe siècle, état en 1995, Paris, 1997, p. 166. A. Franklin, Les anciennes bibliothèques..., t. I, p. 411-412, ne donne pas d’informations sur la bibliothèque du collège de Cornouailles à cette époque.

27 Bibl. Sainte-Geneviève, Qb. 4° 175 inv. 302 (pièce 1) ; annotations sur British Library, S.C. 847 (9).

28 G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., p. 207-212, 236-238. Il est souvent impossible d’être sûr des modalités de la vente mais j’ai essayé de donner, dans ma table, les informations les plus précises possibles.

29 Pour ne donner qu’un exemple, voir le catalogue d’inventaire des livres de François de Bassompierre (1646) : un exemplaire à la Bibl. Mazarine, 18611 (pièce 8), porte l’annotation « vendus a l’encan ». Pour d’autres exemples, F. Bléchet, Les ventes publiques de livres..., p. 28-38.

30 G. Pollard et A. Ehrman, The Distribution of Books..., p. 206-207 ; Claude Marin Saugrain, Code de la librairie, Paris, 1744, p. 477-479.

31 Jean Chapelain au duc de Longueville, 20 mars 1637, dans Lettres de Jean Chapelain, éd. Ph. Tamizey de Larroque, t. I, Paris, 1880, p. 140-141, cité par B. A. Brown, « From author to agent... », p. 116.

32 Lettre de Patrick Con, écrivant de Paris au cardinal Francesco Barberini, 19 janvier 1652 ; édité par M. V. Hay, « The Barberini Library », dans Library Review, t. 3,1931-1932, p. 164-170.

33 « Afin que si quelques-uns vous agreent (Monseigneur) pour mettre au nombre des rares livres, dont vostre belle Bibliotheque est remplie, ils vous soient reservez. » Dédicace de Thomas Biaise à Pierre Séguier, Catalogue des livres de la boutique de Thomas Blaise, libraire, Paris, 1641.

34 Frits Lugt, Répertoire des catalogues de ventes publiques intéressant l’art ou la curiosité. Première partie : vers 1600-1825, La Haye, 1938. Cf. Émile Dacier, « Des livres précieux sans en avoir l’air : les anciens catalogues de ventes », dans Bulletin du bibliophile, nouv. série, 1952, p. 117-142.

35 J’exprime ma vive reconnaissance à Annie Charon et Élisabeth Parinet, qui ont traduit mon texte, et aux conservateurs des bibliothèques mentionnées ci-dessus, tout particulièrement à Chantal Faure (Bibliothèque nationale de France), Jacqueline Labaste et Isabelle de Conihout (bibliothèque Mazarine), Yann Sordet (bibliothèque Sainte-Geneviève) et John Hall (Cambridge University Library). J’ai aussi bénéficié des sages conseils de Françoise Bléchet, Chris Coppens, Jean-Claude Garreta, André Jammes, Otto Lankhorst, Henri-Jean Martin, Jean-Dominique Mellot, Christian Péligry et Jean Viardot. Je remercie enfin l’École des chartes et son directeur Yves-Marie Bercé de leur hospitalité et de m’avoir offert l’occasion de présenter ce bilan d’un travail en cours ; je serais très heureux de recevoir en outre toutes suggestions ou corrections (adresse : Early Printed Collections, British Library, 96 Euston Road, London NW1 2DB).

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search