Version classiqueVersion mobile

Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle

 | 
Annie Charon
, 
Élisabeth Parinet

Les ventes de livres en Hollande et leurs catalogues (XVIIe-XVIIIe siècles)

Otto S. Lankhorst

Texte intégral

  • 1 Cet article est la version revue et complétée de deux communications : la première, sur « Les vent (...)
  • 2 Une reproduction en fac-similé de ce célèbre catalogue a été publiée par G. J. Brouwer, Catalogue (...)

1Le 29 mars 1596, la Cour des comptes à La Haye autorisa le libraire Louis Elzevier à vendre des livres aux enchères dans la Grand-Salle de la Cour1. Pour la librairie hollandaise, cette date marque le début d’une nouvelle activité qui prendra de l’ampleur dans les siècles suivants et qui constituera un nouveau moyen de vendre des livres. Les toutes premières ventes étaient probablement accompagnées d’un catalogue manuscrit, mais, bientôt, l’usage des catalogues imprimés s’imposa. Le plus ancien qui soit conservé est celui de la vente de la collection de Philips van Marnix van Sint Aldegonde (le porte-parole des calvinistes néerlandais, secrétaire de Guillaume le Taciturne et auteur présumé de l’hymne national néerlandais). La vente, organisée par Louis Elzevier, se fit le 6 juillet 1599 – il y a tout juste quatre cents ans – dans la Grande-Salle de la Cour à La Haye. Trois exemplaires du catalogue de cette vente sont parvenus jusqu’à nous : ils se trouvent à la Bibliothèque de l’Académie royale des sciences à Amsterdam, à la Bibliothèque royale à Copenhague (Det Kongelige Bibliotek) et à la Bibliothèque interuniversitaire de médecine à Paris2.

  • 3 Sur les catalogues de Frederik Muller, voir A. R. A. Croiset van Uchelen, « De antiquariaatscatalo (...)
  • 4 F. Muller, Catalogus van de bibliotheek der Vereeniging ter bevordering van de belangen des boekha (...)
  • 5 Comme, par exemple, celle de Jan Schouten (1853), où Muller acheta entre autres pour 15,50 florins (...)

2Le catalogue de la vente de Marnix van Sint Aldegonde est le premier d’une impressionnante série de ces publications éphémères, souvent minces, parfois plus étoffées, qui témoignent des activités des collectionneurs et des libraires. Aux Pays-Bas, les catalogues de vente sont reconnus depuis longtemps comme une source importante pour l’histoire littéraire et pour l’histoire du livre. Le célèbre libraire Frederik Muller (1817-1881), qui a lui-même publié un grand nombre de catalogues, dont certains sont restés jusqu’à ce jour d’indispensables instruments de travail3, fut avec son confrère J. L. C. Jacob (1806-1865) le fondateur, en 1845, de la Bibliothèque de l’Association pour la défense des intérêts de la librairie, à Amsterdam (actuellement installée dans les bâtiments de la Bibliothèque de l’université d’Amsterdam). Muller considérait ces catalogues, qui avaient éveillé sa passion pour le livre, comme un élément essentiel de l’initiation des apprentis libraires à la science de la bibliographie4. Dans ce but, il s’employa à en former une collection très large, notamment en les acquérant à l’occasion de la vente de certaines bibliothèques5.

  • 6 Le Catalogus van de bibliotheek van de Vereeniging ter bevordering van de belangen des boekhandels (...)
  • 7 A. Willems, Les Elzevier. Histoire et annales typographiques, Bruxelles, 1880, p. LVI. Willems ava (...)

3La collection de la Bibliothèque de l’Association de la librairie est particulièrement riche pour la période du XIXe et du XXe siècle. Elle contient aussi des catalogues pour le XVIIe et le XVIIIe siècle, mais ceux-ci ne constituent qu’une infime partie du nombre total des catalogues publiés à cette époque6. Dans son ouvrage Les Elzevier (1880), Alphonse Willems constatait que les Elzevier avaient dû organiser des ventes assez fréquemment, « mais il n’en est resté que fort peu de traces, la plupart des catalogues ayant été détruits ». A cause de leur intérêt pour l’histoire littéraire, il donne la liste des catalogues qu’il a rencontrés, mais il ne fait pas de place à « ces documents rédigés à la hâte et imprimés avec assez peu de soin » dans son corpus des descriptions bibliographiques7.

I. – Le projet « Book Sales Catalogues of the Dutch Republic, 1599-1800 »

  • 8 B. van Selm, Een menighte treffelijcke boecken. Nederlandse boekhandelscatalogi in het begin van d (...)

4Pour la période de l’Ancien Régime, Wytze Hellinga (1908-1985), un des pionniers de l’histoire du livre aux Pays-Bas, a été le premier à rassembler des informations concernant ces catalogues de ventes de livres, dispersés dans un si grand nombre de bibliothèques et d’archives, à l’intérieur et hors de nos frontières. Son fichier fut repris par le regretté Bert van Selm (1945-1991), en 1987, en vue de l’établissement de la base de données « Book Sales Catalogues of the Dutch Republic, 1599-1800 ». Depuis le jour où, en 1976, Van Selm avait découvert une grande collection de catalogues néerlandais dans la Herzog August Bibliothek à Wolfenbüttel, il s’était pris de passion pour l’étude des bibliothèques privées et de l’histoire de la lecture. Il publia plusieurs articles sur le sujet, qu’il devait par la suite rassembler pour en faire le noyau de sa thèse intitulée Een menighte treffelijcke boecken, consacrée aux catalogues de libraires et aux catalogues de ventes néerlandais au début du XVIIe siècle8.

  • 9 Un autre instrument de travail préparé par Van Selm n’a été publié qu’après sa mort : H. W. de Koo (...)

5Dans cette thèse très remarquable, Van Selm montre que les catalogues sont une source capitale pour l’histoire du livre, qu’il s’agisse d’étudier sa production, sa diffusion ou sa consommation. Il les utilise, en effet, pour ce triple but : mieux connaître la production de livres (y compris la partie de la production non conservée) ; étudier le fonctionnement et la nature de l’activité des libraires, la composition de leurs fonds, les prix des livres ; enfin, étudier les bibliothèques privées. En ce qui concerne ce dernier point, Van Selm a insisté sur la nécessité de répertorier et de décrire bibliographiquement les catalogues de ventes ; en conséquence, c’est lui-même qui a mis sur pied le projet connu sous le nom de « Book Sales Catalogues of the Dutch Republic, 1599-1800 », en collaboration avec l’entreprise IDC Publishers (Leyde) qui s’est chargée de publier tous ces catalogues sur microfiches9. Après la mort prématurée de Van Selm, le projet a été continué sous la conduite de J. A. Gruys (Bibliothèque royale, La Haye).

6La base de données est constituée par des descriptions bibliographiques assez détaillées. Ses éléments les plus importants sont les suivants :

  • titre du catalogue ;
  • genre du catalogue (catalogue de vente d’une bibliothèque privée, catalogue de vente d’un fonds d’éditeur ou de libraire, catalogue d’assortiment d’un libraire) ;
  • possesseur de la collection ;
  • lieu d’habitation du possesseur ;
  • profession ou qualités du possesseur ;
  • date de la vente (compte tenu des ventes différées et des dates ajoutées à la main) ;
  • lieu de la vente ;
  • lieu plus spécifique de la vente : maison du propriétaire, boutique du libraire, hôtel public, etc. ;
  • lieu d’impression du catalogue ;
  • directeur de la vente (« vendu-meester ») ;
  • imprimeur du catalogue ;
  • millésime de la publication ;
  • exemplaires localisés (avec mention d’éventuelles notes sur les prix d’adjudication ou les noms des acquéreurs) ;
  • collation du catalogue ;
  • renvoi aux microfiches qui donnent le texte du catalogue ;
  • bibliographie ;
  • conditions de la vente ;
  • observations diverses.
  • 10 Lettre de Ph. Stosch à J. D. Schumacher, 24 juillet 1721 (Archives de l’Académie des sciences, Sai (...)

7Jusqu’à présent (automne 2000), plus de 3 000 catalogues sont déjà disponibles sur microfiches. Pour le choix de l’exemplaire, la préférence est donnée à celui portant des annotations manuscrites (prix ou noms des acheteurs). Déjà au XVIIIe siècle, de tels exemplaires annotés étaient recherchés par les collectionneurs. Par exemple, Johann Daniel Schumacher, le bibliothécaire du tsar Pierre le Grand, demande en 1721, lors de sa visite aux libraires Pierre Gosse père et Johannes Groenewegen à La Haye de lui copier les prix dans quelques catalogues importants10. Le choix du microfilmage des catalogues s’explique par le fait que, jusqu’à présent, les résultats d’une numérisation des documents sont restés insuffisants, à cause de problèmes techniques dus à la qualité médiocre du papier et de la typographie des catalogues. Dans un avenir proche ou lointain, il sera néanmoins possible de numériser à partir des microfiches.

  • 11 J. A. Gruys, H. W. de Kooker (éd.), Book Sales Catalogues of the Dutch Republic, 1599-1800. A cumu (...)

8Les microfiches sont accompagnées d’un guide qui donne, dans l’ordre chronologique, les descriptions bibliographiques des catalogues et un index des noms de personnes et de lieux11. Disponible sur cédérom, ce guide semble appelé à rendre de grands services aux chercheurs. A signaler que le cédérom contient les reproductions de toutes les pages de titre des catalogues recensés.

II. – Disparition et dispersion des catalogues

  • 12 J. A. Gruys, « Rijklof Michael van Goens. Het mysterie van de 24.200 verdwenen catalogi », dans Va (...)

9J. A. Gruys, l’éditeur actuel du projet « Book Sales Catalogues... », a récemment estimé qu’entre 25 000 et 30 000 ventes ont eu lieu dans la république des Provinces-Unies aux XVIIe et XVIIIe siècles et qu’au maximum 20 % de leurs catalogues ont été conservés12.

10Le nombre élevé des catalogues ayant primitivement existé s’explique par l’obligation imposée par les autorités néerlandaises d’imprimer un catalogue pour chaque vente. Cette obligation est attestée par les règlements fixant le déroulement des ventes. Lorsqu’une autorisation est donnée pour l’organisation d’une vente, il est fixé que l’organisateur versera une somme de deux florins et dix sous et remettra huit exemplaires du catalogue.

  • 13 Gazette d’Amsterdam, 1750, no 32 (24 avril).

11La parution effective de milliers de catalogues dont aucun exemplaire n’a été conservé, est, d’autre part, confirmée par les annonces dans les gazettes : le libraire annonçant une vente signale aux intéressés les adresses où l’on peut se procurer un exemplaire du catalogue. Cela nous permet de reconstituer tout un réseau de libraires à travers l’Europe. Par exemple, pour la vente de la collection du comte de Wassenaar Obdam, en 1750, le catalogue se trouve, d’après une annonce dans la Gazette d’Amsterdam, « à Londres, Edimbourg, Paris, Vienne, Hambourg, Francfort, Leipzig, Dresden, Berlin, Zurich, Berne, Bâle, Lausanne, Genève, Hanover, Copenhague, Wolfenbüttel, Breslau, Gotha, Gottingue, Manheim, Munich, Bayreuth, Augsbourg, Nuremberg, Ratisbonne, Wetzlar, Mayence, Lisbonne, Rome, Florence, Venise, Milan, Turin, Parme, Gênes, et dans les autres principales villes de l’Europe chez les libraires »13.

12La base de données des catalogues de livres néerlandais compte, à la fin de 1998, la description bibliographique d’environ 4 150 catalogues (aussi bien les catalogues de vente que les catalogues de fonds et d’assortiment des libraires). En 1990, leur nombre n’était que de 2 600. Cet accroissement est dû principalement au dépouillement des collections de la Bibliothèque nationale de France et de celle de Russie, à Saint-Pétersbourg, ainsi qu’aux découvertes faites dans d’autres bibliothèques et archives des pays d’Europe de l’Est. On peut espérer que d’autres trouvailles feront encore monter ce chiffre, mais il est d’ores et déjà certain que le nombre de catalogues conservés ne sera jamais qu’une faible partie de ceux qui ont existé.

  • 14 Je tiens à remercier Monsieur J. A. Gruys (La Haye, Bibliothèque royale), qui a eu l’amabilité de (...)

13Jusqu’à ce jour, environ 9 000 exemplaires de catalogues ont été localisés14. Pour les deux tiers des catalogues, on n’a retrouvé qu’un seul exemplaire. Pour le dernier tiers, on en connaît plusieurs (4,6 en moyenne). Les catalogues de la collection du baron von Hohendorf (Bibliotheca Hohendorfiana, La Haye 1720) et de celle de Du Bois (Bibliotheca Duboisiana, La Haye 1725) sont les mieux représentés avec, respectivement, 45 et 46 exemplaires.

14En 1995, Gruys a donné les chiffres suivants pour le total des 3 900 catalogues enregistrés alors :

  • 2 400 catalogues de ventes de bibliothèques privées ;
  • 675 catalogues de ventes de collections anonymes ;
  • 150 catalogues de ventes de fonds de libraires ;
  • 75 catalogues de ventes d’assortiment de libraires ;
  • 600 autres catalogues, principalement de fonds et d’assortiment.
  • 15 J. A. Gruys, « Rijklof Michael van Goens... », p. 152.

15En ce qui concerne les ventes dont le catalogue a été conservé, environ 900 ont eu lieu à La Haye ; autant à Leyde ; environ 600 à Amsterdam et à peu près 800 pour un total de 43 autres villes (190 à Utrecht ; 130 à Middelbourg ; 110 à Rotterdam, etc.)15.

  • 16 O. S. Lankhorst, « Vijftien pakketten catalogi teruggevonden. Nederlandse boekhandelscatalogi in S (...)

16Une partie seulement des catalogues se trouvent dans des bibliothèques néerlandaises. La collection la plus riche est celle de la Bibliothèque de l’Association de la librairie, à Amsterdam : environ 900 catalogues. Hors de nos frontières, les collections les plus importantes sont celles de la Bibliothèque nationale de France (923 catalogues) ; de la Herzog August Bibliothek à Wolfenbüttel (environ 800), et de la British Library à Londres (environ 300). En 1990, j’ai eu personnellement le plaisir et le privilège de découvrir autour de 730 catalogues néerlandais à la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg, dont plus de la moitié se trouvaient être des exemplaires uniques16.

17Pour l’ensemble de la France, et jusqu’à ce jour, 973 catalogues néerlandais (en 1 184 exemplaires) ont été enregistrés dans la base de données. Parmi ceux-ci, 350 sont des exemplaires uniques. Les catalogues se répartissent ainsi sur les diverses bibliothèques :

Paris :

Bibliothèque nationale de France*

923

Bibliothèque Mazarine*

26

Bibliothèque interuniversitaire de médecine*

20

Bibliothèque de l’Arsenal*

7

Bibliothèque Sainte-Geneviève*

6

Bibliothèque d’art et d’archéologie*

1

Archives du ministère des Affaires étrangères*

1

Institut de France*

1

Province :

Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg*

89

Bibliothèques municipales :

– Toulouse°

26

– Amiens°

21

– Lyon*

15

– Lille°

11

– Bordeaux°

10

– Rouen*

9

– Grenoble*

6

– Marseille°

3

– Troyes°

3

– Chalon-sur-Saône°

2

– Valenciennes*

2

– Angers°

1

– Besançon°

1

  • 17 Les catalogues suivants ont été consultés : Catalogue méthodique de la bibliothèque communale de l (...)

* consultation faite sur place. — ° localisation par catalogue imprimé17.

18Des recherches dans un plus grand nombre de bibliothèques et la consultation généralisée sur place feront sans doute encore monter le chiffre des 1 184 exemplaires en France. Les catalogues par matières constituent le moyen le plus approprié pour retrouver les catalogues de vente dans les fonds des bibliothèques. Évidemment, les exemplaires non relevés sont les plus difficiles à localiser. Dans les archives, les catalogues de vente sont perdus parmi d’autres documents et leur découverte dépend alors du hasard ; ainsi, un exemplaire du catalogue de la vente des livres de Jean Barbeyrac (1754) se trouve parmi la « Correspondance politique de Hollande », aux Archives du ministère des Affaires étrangères à Paris.

III. – La collection de catalogues néerlandais a la Bibliothèque nationale de France

  • 18 Ce catalogue manuscrit est conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote Hémicycle 3 (...)

19A la Bibliothèque nationale de France, les catalogues néerlandais se trouvent principalement dans la division Q, « Bibliographie », et la collection Delta (A). La division Q fut créée par Nicolas Clément (commis à la garde de la Bibliothèque, 1691-1712), avec ces subdivisions : catalogues de bibliothèques privées, de libraires, des foires de Francfort, etc. Les catalogues dans le fonds ancien de la Bibliothèque nationale de France sont répertoriés dans le second catalogue de Clément, achevé en 1697 : Catalogus librorum impressorum Bibliothecae regiae, tome VIII : divisions N à Q18.

  • 19 Inventaire no 886 – t. I : ∆ 1 à 29989 ; no 887 = t. II : ∆ 29990 à 48800.

20Les références aux catalogues néerlandais de la division Q étaient déjà entrées partiellement dans la base de données, grâce à la photocopie du catalogue de cette division, disponible à la Bibliothèque royale à La Haye. J’ai pu faire ensuite des recherches supplémentaires pour la division Q et la collection ∆ pendant plusieurs séjours à Paris dans les années 1989-1992. Le dépouillement de la collection ∆ a été fait grâce aux inventaires 886 et 88719.

21Sous l’administration de Léopold Delisle, la collection ∆ et la collection Q10 furent créées, à partir de 1875, parmi les nouveaux recueils factices. La collection ∆ était destinée à réunir les catalogues de ventes de livres, la collection Q10 les catalogues de libraires.

  • 20 Le catalogue de vente de la collection d’Anisson-Duperron mentionne sous le lot 1366 : « Recueil d (...)
  • 21 Catalogue de la bibliothèque de feu M. Baron, premier médecin des Camps..., Paris, 1788, t. II, p. (...)

22Les numéros 1 à 7118 de la collection ∆ proviennent pour une grande partie de la collection Anisson-Duperron, acquise par la Bibliothèque en 1795, et c’est notamment cette section-là qui contient de nombreux catalogues néerlandais20. Étienne-Alexandre-Jacques Anisson-Duperron, directeur de l’Imprimerie royale, devait ces catalogues néerlandais en partie à Hyacinthe-Théodore Baron, doyen de la faculté de médecine à Paris. Lors de la vente de la collection de Baron, en 1788, quelques lots particulièrement intéressants avaient été proposés : par exemple, le no 6358 : « Catalogues de différentes bibliothèques vendues à La Haye depuis 1712 jusqu’en 1776 [...], 80 vol. in-8° & 27 vol. in-12° », et le no 6380 : « Catalogues officinaux de différens libraires domiciliés en Hollande & dans les Pays-Bas, 38 vol. in-8° & in-12° »21. Dans le « Précis sur la vie de M. Baron » écrit par Née de La Rochelle, au début du catalogue Baron, on lit :

« Il [Baron] entretenoit une correspondance suivie avec les libraires d’Allemagne & de Hollande qui lui procuroient ce qu’ils avoient de mieux & s’empressoient de lui envoyer les catalogues de nouveautés & tous ceux des bibliothèques à vendre. »

23Une note manuscrite de Baron se trouve sur la feuille de garde d’un catalogue publié à La Haye en 1772. Baron écrit que ce catalogue est le dernier qu’il ait reçu dans le cadre de sa correspondance avec les libraires de Hollande. C’est qu’il a été obligé de cesser cette correspondance en raison du prix excessif des livres en Hollande, en raison aussi des difficultés et des longueurs du transport, et surtout :

  • 22 Il s’agit du catalogue intitulé Bibliotheca universalis vetus et nova, ou catalogue d’une magnifiq (...)

« à cause de l’impost nouveau et exorbitant, que l’on a mis sur les livres qui viennent de l’étranger. [...] Cet impost doit nécessairement devenir destructif des belles-lettres en France »22.

24Les numéros ∆ 1 à 4149 sont classés alphabétiquement selon le nom du possesseur ; les numéros 4150 à 7118 chronologiquement pour les collections anonymes. Nombreux sont les catalogues du XIXe siècle qui se trouvent dans cette deuxième partie ; ils n’appartiennent pas à la collection propre d’Anisson-Duperron.

  • 23 Il existe un inventaire manuscrit de la collection Q 10 : L.-E. Duveau, Inventaire sommaire du fon (...)

25En principe, la collection Q10 était destinée aux catalogues de libraires, mais en fait, un grand nombre de ceux-ci ont été classés dans la collection ∆. Pour les libraires néerlandais, nous n’avons d’ailleurs trouvé dans la collection Q10 que onze catalogues23.

  • 24 A citer notamment un recueil factice (Rés. p. V. 786) qui contient sept catalogues de vente des im (...)

26A la Bibliothèque nationale de France, on trouve encore quelques catalogues néerlandais dans d’autres collections que les séries Q et ∆. Par exemple, à la Réserve des livres rares, un fichier établi par Mme Veyrin-Forrer signale une dizaine de catalogues de vente des imprimeries hollandaises24.

27Les catalogues néerlandais de la Bibliothèque nationale sont, dans leur grande majorité, déjà publiés sur microfiches dans le projet « Book Sales Catalogues... ».

IV. – Différences entre la Hollande et la France dans la manière d’organiser les ventes

28Contrairement à leurs confrères hollandais, les libraires français n’étaient pas tenus de publier un catalogue pour chaque vente. Ils pouvaient se limiter à imprimer une simple notice des principaux articles ou bien préparer un catalogue manuscrit que les intéressés consultaient sur place. Ou bien encore, la vente était seulement annoncée par un placard publicitaire. Tout cela explique pourquoi, en France, le nombre des catalogues imprimés est beaucoup moins grand qu’en Hollande.

29De plus, on reste dans l’incertitude quant au nombre des ventes qui ont eu réellement heu en France. A cause de la plus grande liberté qui régnait dans ce domaine, on y trouve moins de ces registres, tenus par les autorités locales ou les corporations, qui auraient pu nous renseigner sur le nombre exact des ventes organisées. Ainsi, il est difficile de prouver que l’usage de vendre des bibliothèques était plus répandu en Hollande qu’en France. Ce qu’on sait, c’est que les Hollandais ont été, de tout temps, moins attachés à leur patrimoine livresque que les Français. Citons, à ce propos, le témoignage d’un auteur du XVIIIe siècle, le publiciste italien Carlo Antonio Pilati, qui note dans ses Lettres sur la Hollande :

  • 25 [Carlo Antonio Pilati], Lettres sur la Hollande, La Haye, 1780, t. II, p. 262. Une observation sem (...)

« Il est d’usage dans cette contrée [la république des Provinces-Unies], que quand quelqu’un meurt les enfants ou les autres héritiers se défont, par une vente publique, de tous les biens meubles ou immeubles qu’ils ne trouvent pas leur compte à garder. Cela se pratique surtout quand il y a plusieurs cohéritiers, ou quand le défunt a laissé des enfants en bas âge, ou quand il a laissé des dettes de quelque importance. Dans tous ces cas les bibliothèques sont ce que l’on se soucie le moins de garder. Ceux-mêmes qui aiment la lecture, vendent la bibliothèque qu’ils ont héritée pour s’en faire une autre à leur goût »25.

V. – Quelques observations sur le déroulement d’une vente en Hollande

  • 26 Ordonnantie voor het boek-en konstverkoopers, nevens boeck- kaert- en plaet-drukkers, mitsgaders b (...)

30Il y avait des différences d’une ville hollandaise à l’autre en ce qui concerne la réglementation des ventes. Dans les premières décennies du XVIIe siècle, les conditions de ces ventes étaient plus favorables à Leyde qu’à La Haye. Au cours du siècle, les libraires de La Haye deviennent cependant de plus en plus actifs dans l’acquisition et la vente des bibliothèques privées. La présence du « Grote Zaal van het Binnenhof » (la Grand-Salle de la Cour) joue un rôle important dans cette évolution. La Grand-Salle était située sur le territoire du « Hof van Holland » et dépendait de sa juridiction. En conséquence, les libraires tenant leur boutique dans la Grand-Salle n’étaient pas tenus de respecter le règlement de la corporation des libraires de La Haye. Cette liberté particulière à un quartier de la ville engendra un assouplissement des règles observées dans les autres quartiers. Le seul article du règlement de la ville de La Haye concernant les ventes exigeait que chaque libraire demandât à l’avance l’accord du magistrat. Mais les libraires étaient libres de vendre des bibliothèques provenant d’autres villes des Provinces-Unies ou de l’étranger26. Cette pratique était interdite à Amsterdam, aussi bien qu’à Utrecht et à Rotterdam. A Leyde, la situation était un peu spéciale : les libraires pouvaient y vendre des livres ayant appartenu à des savants ou des étudiants morts à l’intérieur ou hors de la ville, mais la présence de l’université limitait les possibilités pour les libraires quant aux jours de vente.

  • 27 Cf. B. Van Selm, Een menighte treffelijcke boecken..., p. 82.
  • 28 Bibliotheca Vriesiana, La Haye, R. Alberts, 1719 : « Patebit haec Bibliotheca conspicienda sex ant (...)
  • 29 Catalogus van allerley soort van boeken, nagelaten door den heer C. van der Kun, La Haye, E. de Ha (...)
  • 30 Z. C. von Uffenbach, Merckwürdige Reisen durch Niedersachsen, Holland und Engelland, Ulm, 1754, t. (...)

31Une fois les catalogues de la vente distribués parmi les libraires et les curieux, on pouvait aller voir les livres proposés pendant les jours précédant la vente. Pour le XVIIe aussi bien que pour le XVIIIe siècle, nous sommes plutôt mal informés quant à ces jours d’exposition27. Parfois il en est question dans les préliminaires du catalogue, comme dans le cas de la Bibliotheca Vriesiana28, parfois aussi au bas de la page de titre, comme dans le catalogue de la collection de C. van der Kun29. Pendant son séjour à La Haye en 1710, le bibliophile allemand Zacharias Conrad von Uffenbach assista à la vente de la bibliothèque de J. Moelardt par C. van Lom, et il alla voir les livres la veille de la vente, comme il le raconte dans son récit de voyage (en allemand dans le texte) : « Le 16 décembre nous examinâmes chez Van Lomm les livres qui devaient être vendus aux enchères. [...] Le 17 décembre et les jours suivants nous assistâmes à la vente chez Van Lomm »30.

  • 31 Cf., par exemple, les conditions dans le catalogue de la collection de Johan W. Indervelde, La Hay (...)

32En ce qui concerne les conditions des ventes, il faut bien distinguer encore entre les ventes publiques, accessibles à tous, et celles qui étaient réservées aux seuls libraires (« veilingen onder boekverkopers »), où se vendait le fonds d’un libraire, droits de copie et privilèges inclus. Dans les ventes publiques, les acheteurs étaient tenus de payer comptant. Aux commissionnaires et aux libraires était accordé un délai ordinaire de six semaines. Ce délai était souvent imposé au libraire vendeur par le contrat passé avec les héritiers. Ceux-ci voulaient, bien entendu, être payés aussi rapidement que possible31. Si quelqu’un négligeait de retirer ses livres dans le délai convenu, le libraire était autorisé à les vendre ailleurs. Sur ce point, l’avertissement en tête du catalogue porte habituellement que « s’il en vient moins, la perte et les fraix seront pour compte du premier acheteur, et s’il en vient plus, ce profit sera à l’avantage des vendeurs ».

  • 32 Huit « duiten » font un « stuiver » et vingt « stuivers » font un florin.

33Les acheteurs payaient d’ordinaire une somme de cinq dutes par florin d’impôt municipal32. Le payement des achats faits lors d’une vente de fonds d’un confrère pouvait s’effectuer par versements échelonnés, le nombre de ces versements dépendant des sommes à payer. Tout libraire payant sa dette immédiatement pouvait obtenir un rabais intéressant.

  • 33 I. H. van Eeghen, De Amsterdamse boekhandel 1680-1725, t. V-1 : De boekhandel van de Republiek, Am (...)

34Il n’est pas certain que les conditions de vente fussent toujours proclamées à haute voix avant le début de la vente. Nous sommes au courant de cette pratique pour quelques ventes, mais peut-être s’agissait-il là justement de conditions exceptionnelles, comme en 1681, lors de la vente du fonds d’Elzevier33.

  • 34 Catalogue d’une partie nombreuse de livres en blanc, la plus part François, quelques-uns Latins, A (...)

35Dans les ventes de fonds de libraire, un certain nombre de livres étaient vendus en plusieurs exemplaires. Ces quantités supplémentaires n’étaient pas mentionnées dans le catalogue, mais elles étaient indiquées sur des listes à part. Citons, par exemple, la remarque à la fin des « Conditions de la vente » dans un catalogue de fonds des libraires Arkstée et Merkus : « On donnera quelques jours avant la vente, la note des nombres des articles qui se vendront avec le droit de copie »34.

  • 35 Voir : « Avis aux acheteurs », dans Bibliotheca selectissima, seu Catalogue omnis generis librorum (...)
  • 36 H. de la Fontaine Verwey, « De geschiedenis van de particuliere bibliotheken in Nederland », dans (...)

36Les ventes commençaient normalement le lundi matin et duraient quelques jours, voire plusieurs semaines, selon le nombre des livres proposés. Les heures de vente furent sujettes à certains changements : alors qu’au commencement du XVIIIe siècle les intéressés étaient priés d’être présents à 9 heures du matin et à 14 heures, quelques décennies plus tard les ventes commencèrent plutôt à 9 heures 30 et à 14 heures 30 ; et même à 10 et à 15 heures vers la fin du siècle. A La Haye, la vente se déroulait en principe selon les trois formats : in-folio, in-quarto, in-octavo ou formats plus petits. Pendant une matinée ou un après-midi, on vendait les livres rubrique par rubrique, à commencer par les livres de théologie in-folio. A Amsterdam, au contraire, le commissaire-priseur commençait par les ouvrages de la fin du catalogue, les miscellanea in-12, et il terminait au dernier jour par les ouvrages de théologie in-folio35. M. de la Fontaine Verwey a suggéré que cette dernière pratique pourrait s’expliquer par le besoin de se débarrasser plus rapidement des piles de livres36. A Dordrecht, l’ordre de la vente était encore différent, comme il ressort du catalogue d’une vente tenue chez J. van Braam en 1717 : « Men zal beginnen te Verkoopen met de Boeken in Duodecimo, waar op zullen volgen de Folianten, daar na de Quartijnen, en eyndelijk de Boeken in Octavo » (On commencera la vente par les livres in-12 et on continuera par les livres in-folio, in-quarto et in-octavo).

  • 37 Voir E. H. Kossmann, De boekverkoopers, notarissen en cramers op het Binnenhof, La Haye, 1932, p.  (...)

37Une vente pouvait se limiter à quelques centaines de livres, comme celle de monsieur le B. de M***, « intendant de plusieurs mines en S** », en 1748. Le catalogue, distribué par Benjamin Gibert, mentionne 39 ouvrages in-folio, 63 in-quarto, 453 in-octavo ou in-douze et 30 livres de musique. Par contre, il y eut parfois des ventes comportant des milliers de livres. Adriaen Moetjens vendit, du 22 novembre au 20 décembre 1728, une Bibliotheca anonymiana de 2 730 livres in-folio, 3 912 in-quarto et 5 989 in-octavo ou in-douze. La vente de la bibliothèque de l’abbé Du Bois (ayant appartenu à l’abbé Jean-Paul Bignon), par Pierre De Hondt et Jean Swart, dura jusqu’à huit semaines, du 27 août au 19 octobre 1725. Au total près de trente mille livres y furent vendus. Pour rassembler des collections d’une telle envergure, les libraires demandaient l’autorisation d’utiliser les greniers du Binnenhof37. En moyenne, entre sept cents et mille lots furent vendus par jour.

VI. – La fiabilité des catalogues

38Il s’avère de plus en plus que les catalogues ne doivent être utilisés qu’avec prudence pour reconstituer la bibliothèque d’un personnage : il faut toujours s’attendre à ce que des livres soient restés entre les mains des héritiers, ou bien que d’autres aient été ajoutés par le libraire vendeur. Les deux éventualités peuvent être illustrées par des exemples.

39Le premier concerne la vente du marchand Daniel van der Meulen (Leyde, 1600). Parmi les papiers de la famille de Van der Meulen (conservés aux Archives municipales de Leyde) se trouve l’inventaire après décès de Daniel. Cet inventaire a été utilisé pour la rédaction du catalogue de la bibliothèque, mais il se trouve qu’il y a une deuxième partie qui donne les titres (82 au total) qui sont restés hors de la vente, parce que Daniel van der Meulen fils avait besoin de ces livres pour ses études : éditions d’auteurs classiques, dictionnaires, ouvrages scientifiques et une édition d’Amadis de Gaule.

  • 38 M. Keblusek, « ‘Heerlijke’ boeken voor de hertog. Hertog August en de verkoop van de bibliotheek v (...)

40Lors de la vente de la collection du conseiller-pensionnaire Adriaen Pauw (La Haye, 1656), une des plus grandes collections privées hollandaises du XVIIe siècle, un quart des livres étaient déjà vendus avant le commencement de la vente. Nous le savons par la correspondance du duc Auguste de Wolfenbüttel (l’un des principaux acquéreurs) et par la comparaison du catalogue de la vente avec un premier inventaire imprimé immédiatement après la mort de Pauw38.

  • 39 M. Keyser, The Gold-Tooled Bookbinding: Amsterdam bookbinders from the second half of the seventee (...)

41Le règlement des corporations de libraires interdisait d’ajouter des livres à ceux de la collection dont on proposait la vente. Cependant, des plaintes au sujet de cette pratique reviennent régulièrement dans les archives des corporations. Ainsi, en 1674, la vente après décès du fameux relieur Magnus Hendriksz. est reportée à cause de la plainte d’un des ouvriers du relieur qui déclare que beaucoup de livres figurant sur le catalogue n’avaient jamais appartenu à Magnus. Ce n’est que plus tard que les héritiers obtiendront la permission de vendre une partie de la collection39.

  • 40 H. van Goinga, « The long life of the book: public auctions in Leiden 1725-1805 and the second-han (...)

42Dans les villes de Leyde et de La Haye, cet usage de « gonfler » les ventes devient plus régulier au cours du XVIIIe siècle. A Leyde, il est même légalisé en 1703 : chaque libraire a désormais le droit de vendre une fois par an des livres de son fonds, dans une vente à part ou à la faveur de la vente d’un particulier. Mme Van Goinga a estimé, d’après les registres des requêtes, que les libraires de Leyde ont ajouté ainsi des livres de manière légale pour un peu plus de la moitié des ventes tenues entre 1736 et 1770 (464 sur un total de 821)40.

  • 41 Lettre de J. van der Linden à J. H. von Bülow, 5 mai 1716 (Niedersächsiche Staats- und Universität (...)

43A la Haye aussi, les libraires organisaient des ventes aux enchères, en ajoutant des livres de leur boutique à telle ou telle collection privée. Parfois, même, ils n’hésitaient pas à créer une Bibliotheca anonymiana ou Bibliotbeca selectissima. Alberts, Gosse et Van Lom organisèrent en 1716 la vente d’une telle Bibliotheca selectissima. A ce propos, Johan van der Linden écrivit à son correspondant Joachim Hinrich von Bülow que les livres proposés dans cette vente venaient pour un quart de Dantzig et que le reste consistait en une « collection de plusieurs libraires ensemble qui tascheront de pousser leurs livres à un grand prix, principalement quand ils rencontrent des acheteurs de peu de connoissance »41.

  • 42 Sur la présence de manuscrits dans les catalogues, voir G. C. Huisman, « Going, going, gone ! Medi (...)

44La prudence avec laquelle les catalogues doivent être utilisés n’empêche pas qu’aux Pays-Bas leur publication sous forme de microfiches commence à porter ses fruits. Les études utilisant les catalogues de vente deviennent de plus en plus nombreuses : notons les recherches sur la présence de manuscrits dans les catalogues, sur les bibliothèques des juristes, sur la présence d’ouvrages de certains auteurs français42. Et tout cela, comme on dit, n’est sans doute qu’un début. L’achèvement de l’édition sur microfiches marquera un nouveau pas en avant.

Ill. 1. — Frontispice du catalogue de vente de la collection du savant Gisbertus Cuperus, professeur d’histoire et d’éloquence (Deventer, 1717).

Ill. 2. -— Page de titre du catalogue de vente de la collection du libraire Jean Desbordes (Leyde, 1690). Exemplaire ayant appartenu au libraire Pierre van der Aa. (Bibl. nat. de Saint-Pétersbourg.)

Notes

1 Cet article est la version revue et complétée de deux communications : la première, sur « Les ventes de livres en Hollande et leurs catalogues (XVIIe-XVIIIe siècles) », faite le 15 janvier 1998 lors de la journée d’étude « Les ventes publiques de livres et leurs catalogues », à l’École nationale des chartes, à Paris ; l’autre, sur « Les catalogues hollandais et la base Book Sales Catalogues of the Dutch Republic, 1599-1800 », faite le 22 janvier 1998 à l’occasion de la journée d’étude « Les bibliothèques privées (1680-1815) : projet d’une base de données des catalogues de vente », à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB), à Lyon. Monsieur J. Th. de Booy (Roosendaal) a bien voulu relire attentivement ces pages, je lui en sais gré.

2 Une reproduction en fac-similé de ce célèbre catalogue a été publiée par G. J. Brouwer, Catalogue of the library of Philips Marnix van Sint-Aldegonde sold hy auction (July 6th), Leiden, Christophorus Guyot, 1599, Nieuwkoop, 1964.

3 Sur les catalogues de Frederik Muller, voir A. R. A. Croiset van Uchelen, « De antiquariaatscatalogi van Frederik Muller. Een eerste verkenning », dans M. Keyser, J. F. Heijbroek, I. Verheul (éd.), Frederik Muller (1817-1881). Leven en werken, Zutphen, 1996, p. 73-81; et A. R. A. Croiset van Uchelen, « Lijst van Frederik Mullers antiquariaatscatalogi (1848-1880) », ibid., p. 199-212.

4 F. Muller, Catalogus van de bibliotheek der Vereeniging ter bevordering van de belangen des boekhandels, Amsterdam, 1855, p. XI.

5 Comme, par exemple, celle de Jan Schouten (1853), où Muller acheta entre autres pour 15,50 florins le lot no 2838 : 12 recueils de catalogues divers ; et pour 1,90 florins le lot no 2825, consistant en un paquet de catalogues de diverses ventes faites à Londres, à Paris, etc. Voir Catalogus eener uitgebreide en hoogstbelangrijke bibliotheek, Amsterdam, févr. 1853, p. 156-157.

6 Le Catalogus van de bibliotheek van de Vereeniging ter bevordering van de belangen des boekhandels, t. IV (La Haye, 1934) et VIII (Amsterdam, 1979), présente l’inventaire de la collection des catalogues de vente.

7 A. Willems, Les Elzevier. Histoire et annales typographiques, Bruxelles, 1880, p. LVI. Willems avait trouvé les catalogues de 18 ventes organisées par les Elzevier. A l’heure actuelle, la base de données « Book Sales Catalogues of the Dutch Republic, 1599-1800 » répertorie 106 de ces catalogues.

8 B. van Selm, Een menighte treffelijcke boecken. Nederlandse boekhandelscatalogi in het begin van de zeventiende eeuw, Utrecht, 1987.

9 Un autre instrument de travail préparé par Van Selm n’a été publié qu’après sa mort : H. W. de Kooker, B. van Selm, Boekcultuur in de Lage Landen 1500-1800. Bibliografie van publikaties over particulier boekenbezit in Noord- en Zuid-Nederland, verschenen voor 1991, Utrecht, 1993. Il s’agit d’une bibliographie concernant les bibliothèques privées néerlandaises, comprenant 525 publications portant sur 400 bibliothèques, dont plusieurs articles ayant paru dans des revues obscures ou des publications locales.

10 Lettre de Ph. Stosch à J. D. Schumacher, 24 juillet 1721 (Archives de l’Académie des sciences, Saint-Pétersbourg, fonds 1, inv. no 3, no 7, fol. 230) : « Pour répondre à la lettre obligeante, que Vous m’avés fait l’honneur de m’écrire, j’ay été chez Mess. Gosse et Groenewegen dont le premier m’a promis de vous garder les livres que Vous aviés mis a côté, et l’autre est occupé à vous copier les prix de tous les meilleurs catalogues dont les auctions se sont faites dans ces pais icy. »

11 J. A. Gruys, H. W. de Kooker (éd.), Book Sales Catalogues of the Dutch Republic, 1599-1800. A cumulative guide to instalments 1-13, Leyde, 1997; ... instalments 14-16,1999; ... instalment 17, 2000.

12 J. A. Gruys, « Rijklof Michael van Goens. Het mysterie van de 24.200 verdwenen catalogi », dans Van pen tot laser. 31 opstellen over boek en schrift aangeboden aan Ernst Broches bij zijn afscheid als hoogleraar aan de Universiteit van Amsterdam in oktober van het jaar 1995, Amsterdam, 1995, p. 150-156.

13 Gazette d’Amsterdam, 1750, no 32 (24 avril).

14 Je tiens à remercier Monsieur J. A. Gruys (La Haye, Bibliothèque royale), qui a eu l’amabilité de me fournir les chiffres donnés dans ce paragraphe.

15 J. A. Gruys, « Rijklof Michael van Goens... », p. 152.

16 O. S. Lankhorst, « Vijftien pakketten catalogi teruggevonden. Nederlandse boekhandelscatalogi in Sint Petersburg », dans De Boekenwereld, 9, 1992-1993, p. 66-76. Le titre de cet article (« Quinze paquets de catalogues retrouvés ») fait allusion au lot no 2121 du catalogue de la Bibliotheca selectissima de Pieter van der Aa, de 1729 : « Quinze paquets des catalogues des impressions des libraires & leur venditions, le tout mis sur l’Alphabeth ». J’ai de bonnes raisons pour penser que ce lot, acheté par un collectionneur polonais, a été ensuite à l’origine de la collection de catalogues néerlandais à Saint-Pétersbourg.

17 Les catalogues suivants ont été consultés : Catalogue méthodique de la bibliothèque communale de la ville d'Amiens. Polygraphie, Histoire littéraire, Bibliographie, Amiens, 1873 ; Catalogue des imprimés de la bibliothèque d'Angers. Histoire, 3e partie, Angers, 1871 ; Catalogue des livres imprimés de la bibliothèque de la ville de Besançon. Histoire, Besançon, 1841 ; Catalogue des livres composant la bibliothèque de la ville de Bordeaux. Histoire, Paris, 1832 ; Catalogue de la bibliothèque municipale de Chalon-sur-Saône, t. IV, Chalon-sur-Saône, 1905 ; Catalogue de la bibliothèque de la ville de Lille. Histoire, t. II, Lille, 1856 ; Catalogue de la bibliothèque communale de Marseille. Histoire, t. I, Marseille, 1864 ; C. Péligry, Les catalogues de bibliothèques du XVIIe, du XVIIIe et du XIXe siècles jusqu’en 1815 : contribution à l’inventaire du fonds ancien de la bibliothèque municipale de Toulouse, Toulouse, 1974 ; Catalogue de la bibliothèque de la ville de Troyes. Histoire, t. V, Troyes, 1879.

18 Ce catalogue manuscrit est conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote Hémicycle 32. La division Q (« Bibliothecarii ») comporte deux chapitres : 1, « Scriptorum et auctorum nomenclatores » ; 2, « Bibliothecarum descriptiones ; item catalogi et indices librorum ».

19 Inventaire no 886 – t. I : ∆ 1 à 29989 ; no 887 = t. II : ∆ 29990 à 48800.

20 Le catalogue de vente de la collection d’Anisson-Duperron mentionne sous le lot 1366 : « Recueil de différens Catalogues de livres au nombre de plus de 5 000. [...] cette collection [...] est peut-être la plus complète qui existe. » Catalogue des livres rares et précieux de feu le citoyen Anisson Dupéron, Paris, 1795, p. 128 (Bibl. nat. de Fr. : Rés. Q 721 [1]). Il existe trois inventaires manuscrits de la même collection : ∆ 7117 (classement chronologique), ms. nouv. acq. fr. 319 (liste alphabétique de 1788) et ms. fr. 22190 (fol. 287-400 : listes alphabétiques). Sur la vente de la collection d’Anisson-Duperron, voir E. Coyecque, Inventaire de la collection Anisson sur l’histoire de l’imprimerie et la librairie principalement à Paris (manuscrits français 22061-22193), t. I, Paris, 1900, p. LXXIII-LXXVIII.

21 Catalogue de la bibliothèque de feu M. Baron, premier médecin des Camps..., Paris, 1788, t. II, p. 123 et 132 (Bibl. nat. de Fr. : ∆ 12011). Quelques catalogues manuscrits de bibliothèques, provenant de la collection de Baron, se trouvent au département des Manuscrits de la Bibl. nat. de Fr. : par exemple ms. nouv. acq. fr. 322 et 3169.

22 Il s’agit du catalogue intitulé Bibliotheca universalis vetus et nova, ou catalogue d’une magnifique collection de livres [...] delaissez par deux amateurs de distinction. Vente par Nicolas van Daalen, le 18 mai 1772, dans la maison d’Isaac Beauregard à La Haye (Bibl. nat. de Fr. : ∆ 3866). Il y a d’autres catalogues néerlandais qui portent des marques de propriété de Baron : ∆ 1743 à 1747, 2063, 2722, 3457, 3898. Pour des catalogues français ayant appartenu à Baron, voir F. Bléchet, Les ventes publiques de livres en France 1630-1750. Répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque nationale, Oxford, 1991, p. 152 (index des provenances).

23 Il existe un inventaire manuscrit de la collection Q 10 : L.-E. Duveau, Inventaire sommaire du fonds Q 10 (catalogues de libraires) (arrêté à l’année 1925), à consulter sous la cote Hémicycle 2189. Voici la liste des catalogues néerlandais. 4° Q 10 : Johannes Janssonius (1640) et Arkstee et Merkus (1767) ; 8° Q 10 : Elzevier (1638 et 1644), Nicolas Van Daalen (1758, 1767 et 1772), Bartholomeus Wild (1778), Dusaulchoy (1784), Pierre Frederik Gosse (1790) et Luchtmans (1793).

24 A citer notamment un recueil factice (Rés. p. V. 786) qui contient sept catalogues de vente des imprimeries de la période 1714-1732.

25 [Carlo Antonio Pilati], Lettres sur la Hollande, La Haye, 1780, t. II, p. 262. Une observation semblable se trouve dans J. Grabner, Ueber die Vereinigten Niederlande, Gotha, 1792, p. 411 : « Gleichwohl hält es eben nicht schwer, sich hier [en Hollande] in kurzer Zeit eine gute Bibliothek in den Auktionen mit wenigen Kosten anzuschaffen. Denn weil die Hinterlassenschaften der Verstorbenen seltener in Natura getheilt, öfterer aber verauktionirt werden, und nicht nur Gelehrte, sondern auch oft Kaufleute, ja Handwerker und Bauer ansehnliche Büchersammlungen besitzen, die nach ihrem Ableben öffentlich versteigert werden : so giebt es Gelegenheit genug zumal wenn man nicht auf literarische Seltenheiten Jagd macht, sich mit kleinen Kosten ein ganz artig Bibliothekchen anzuschaffen. »

26 Ordonnantie voor het boek-en konstverkoopers, nevens boeck- kaert- en plaet-drukkers, mitsgaders boeck-binders, papier- en penneverkoopersgilde dezer stade ’s Gravenhage, La Haye, 1702, article VIII.

27 Cf. B. Van Selm, Een menighte treffelijcke boecken..., p. 82.

28 Bibliotheca Vriesiana, La Haye, R. Alberts, 1719 : « Patebit haec Bibliotheca conspicienda sex ante Aucdonem diebus » (Les livres peuvent être vus pendant six jours avant la vente).

29 Catalogus van allerley soort van boeken, nagelaten door den heer C. van der Kun, La Haye, E. de Haen, 1742 : « De Boeken kunnen Vrijdag en Saturdag den 22. en 23. midsgaders Maendag den 25. Junii besien werden » (Les livres peuvent être vus les vendredi et samedi 22 et 23, ainsi que le lundi 25 juin).

30 Z. C. von Uffenbach, Merckwürdige Reisen durch Niedersachsen, Holland und Engelland, Ulm, 1754, t. III, p. 365.

31 Cf., par exemple, les conditions dans le catalogue de la collection de Johan W. Indervelde, La Haye, Haen & Moetjens, 1737 : « Een iegelyk die van dese Bibliotheeq komt te kopen, zal gehouden zyn het gekogte in gereed geld by de afleveringe van het goed te betalen, dog de geene die in commissie gekogt zal hebben, zal zes Weken tyd werden gegund, mids dat hy eene suffisante Borge alhier woonagtig stelle. [...] Wij zyn hier toe genootzaekt uit kragt van de Voorwaerdens die wy met de Eygenaers der Bibliotheeq hebben aengegaen. » (Celui qui achètera des articles de cette bibliothèque sera tenu de payer au comptant lors de la remise des livres. Ceux qui ont acheté par commission auront, cependant, un délai de six semaines à condition qu’ils disposent d’une caution dans cette ville. Nous y sommes obligés en vertu de l’accord conclu avec les propriétaires de la bibliothèque.)

32 Huit « duiten » font un « stuiver » et vingt « stuivers » font un florin.

33 I. H. van Eeghen, De Amsterdamse boekhandel 1680-1725, t. V-1 : De boekhandel van de Republiek, Amsterdam, 1978, p. 261.

34 Catalogue d’une partie nombreuse de livres en blanc, la plus part François, quelques-uns Latins, Allemands, Italiens, Anglois &c. Parmi lesquels on trouve de bonnes copies & des meilleurs assortimens. Delaissés par feu Mrs. Arkstée & Merkus, libraires à Amsterdam & à Leipzig, Amsterdam, Veuve H. Merkus, 1785.

35 Voir : « Avis aux acheteurs », dans Bibliotheca selectissima, seu Catalogue omnis generis librorum, Amsterdam, S. Schouten & P. Mortier, 1743 : « On vendra ces livres à reculons selon la coutume d’ici, ou par le dernier des in-Douze, & de-même ceux des autres Formats, en sorte que le premier Numero in Folio fera la clôture de toute la vente. »

36 H. de la Fontaine Verwey, « De geschiedenis van de particuliere bibliotheken in Nederland », dans Handelingen van het 25e Vlaams Filologencongres, 1963, p. 521-524, à la p. 524.

37 Voir E. H. Kossmann, De boekverkoopers, notarissen en cramers op het Binnenhof, La Haye, 1932, p. 50.

38 M. Keblusek, « ‘Heerlijke’ boeken voor de hertog. Hertog August en de verkoop van de bibliotheek van Adriaan Pauw », dans De Boekemvereld, t. 10, 1993-1994, p. 71-84.

39 M. Keyser, The Gold-Tooled Bookbinding: Amsterdam bookbinders from the second half of the seventeenth century. Catalogue of an exhibition held at the Amsterdam University Library, 19 September-30 October 1997, Amsterdam, 1997, p. 13-14.

40 H. van Goinga, « The long life of the book: public auctions in Leiden 1725-1805 and the second-hand book trade », dans Quaerendo, t. 24, 1994, p. 243-274, à la p. 255.

41 Lettre de J. van der Linden à J. H. von Bülow, 5 mai 1716 (Niedersächsiche Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen, Bibliotheksarchiv A, no 2c).

42 Sur la présence de manuscrits dans les catalogues, voir G. C. Huisman, « Going, going, gone ! Medieval manuscripts in book-sales catalogues of the Dutch Republic, 1599-1800 », dans Jos. M. M. Hermans, K. van der Hoek (réd.), Boeken in de late middeleeuwen. Verslag van de Groningse Codicologendagen 1992, Groningen, 1994 (Boekhistorische reeks, 1), p. 229-238. Sur les bibliothèques de juristes : M. Ahsmann, « De jurist en zijn bibliotheek. Nederlandse veilingcatalogi 1599-1599-1800 », dans A. Berkvens, A. Gehlen (réd.), « Tot beter directie van de saken van justiciën... » Handelingen van het XIIe Belgisch-Nederlands rechtshistorisch congres, Rijksuniversiteit Limburg, Maastricht 20-21 november 1992, Anvers/Apeldoorn, 1994, p. 67-87. Sur la présence d’ouvrages d’auteurs français dans les catalogues néerlandais : P. J. Smith, « Rabelais aux Pays-Bas : l’édition Elzevier (1663) et la présence de Rabelais dans les bibliothèques privées des Hollandais », dans ead. (éd.), Editer et traduire Rabelais à travers les âges, Amsterdam/Atlanta, 1994, p. 141-173 ; ead., « Clément Marot aux Pays-Bas : présence de Marot dans les bibliothèques privées des Hollandais au XVIIe siècle », dans G. Defaux, M. Simonin (éd.), Clément Marot, « Prince des poètes françois », 1496-1996, Paris, 1997, p. 799-813.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. — Frontispice du catalogue de vente de la collection du savant Gisbertus Cuperus, professeur d’histoire et d’éloquence (Deventer, 1717).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Légende Ill. 2. -— Page de titre du catalogue de vente de la collection du libraire Jean Desbordes (Leyde, 1690). Exemplaire ayant appartenu au libraire Pierre van der Aa. (Bibl. nat. de Saint-Pétersbourg.)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 516k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search