Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Cartulaires méridionaux

 | 
Daniel Le Blévec

Conclusion

Monique Bourin

Texte intégral

  • 1 Les cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 (...)
  • 2 Plusieurs auteurs du présent volume ont contribué à attirer l’attention sur les cartulaires méridi (...)
  • 3 Dès lors l’ordre du cartulaire doit être impérativement respecté pour une publication et rétabli a (...)

1Dix ans après le colloque de l’École des chartes sur les cartulaires1 et l’attention à des approches nouvelles qu’il a imprimée parmi les médiévistes français, l’idée de faire un bilan méridional était excellente. De fait, l’influence de ce renouveau diplomatique2 se conjuguant à l’élan qu’ont donné des études, notamment anglaises, américaines et allemandes, sur la literacy et sur les phénomènes de mémoire et d’oubli, a orienté de jeunes chercheurs travaillant sur la France méridionale vers une étude des cartulaires pour eux-mêmes. Certains, comme Pierre Chastang, les ont pris pour objets propres de leurs recherches ; d’autres les ont traités comme documents de leurs intérêts politiques, sociaux ou religieux. Mais les grandes lignes de la méthode sont les mêmes : loin d’être perçu comme la réunion objective et exhaustive (ou quasi) des archives d’un chartrier, le cartulaire est analysé d’une part comme une construction volontaire, révélatrice d’un projet3, et d’autre part comme l’indice de structures mentales et de logiques générales, signes des hiérarchies sociales contemporaines, indices des systèmes de valeurs aussi bien que des organisations spatiales. Il ne s’agit pas d’oublier l’apport historique des chartes réunies dans les cartulaires mais de mieux permettre la critique du corpus qu’elles constituent.

2Comme les études réunies dans ce volume le montrent, ces jeunes chercheurs et certains de leurs aînés ont su repartir d’une étude codicologique minutieuse pour décortiquer la mise en scène derrière la mise en page et la mise en série des chartes ; ils ont observé l’élaboration souvent complexe de ces « monuments » écrits, repérant les tranches successives ou parfois un feuilletage plus subtil, découvrant dans « un » cartulaire des cartulaires empilés, ajoutés les uns aux autres, chacun mu par ses propres objectifs. Mais loin de confiner leurs approches à de la technique codicologique, ils ont mis leurs observations en perspective dans une histoire conçue à des échelles diverses, une histoire qui va des affaires personnelles de leur commanditaire et des luttes internes des communautés concernées à la « grande politique » impériale, royale ou pontificale, sans oublier ce qui est au centre des cartulaires, le patrimoine des institutions concernées.

  • 4 Daniel Le Blévec et Alain Venturini, Cartulaire du prieuré de Saint-Gilles de l’Hôpital de Saint-J (...)
  • 5 Ainsi Claude-France Hollard, Cartulaire et chartes de la commanderie de l’Hôpital Saint-Jean de Jé (...)
  • 6 Anne-Marie Magnou et Paul Ourliac, Cartulaire de l’abbaye de Lézat, 2 vol. , Paris, 1984-1987.

3L’organisation de ce colloque profitait aussi d’autres bienfaits de la conjoncture historiographique : l’édition de l’Authentique de Saint-Gilles4 n’est plus toute récente, mais elle est encore d’actualité et incitatrice d’autres publications5. Elle a été précédée de la publication d’autres maîtres cartulaires, comme celui de Lézat6, à laquelle ont répondu les chartes de Lagrasse. Et la publication de la « révision du Stein » par l’IRHT pour les provinces ecclésiastiques d’Aix, Arles, Embrun, Vienne et la Tarentaise, qui est en fait une œuvre bien plus vaste encore que la seule révision, achève de mettre à disposition des historiens du Midi des instruments de premier ordre.

Une France méridionale marquée par la culture juridique et notariale

  • 7 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en BasLanguedo (...)
  • 8 Damien Carraz montre la fidélité jusqu’à la ponctuation, la seule différence avec les originaux po (...)
  • 9 Les informations concernant le cartulaire de Valmagne ont été communiquées par M. Henri Barthès qu (...)

4Le Midi dont traite ce volume est bien plus ample que le Midi provençal du premier volume de ce Répertoire des cartulaires français ; c’est tout le Midi méditerranéen des deux côtés du Rhône, généreusement élargi jusqu’à Toulouse. Par-delà les fortes diversités que manifestent la réforme des chapitres, bien plus précoce à l’est du Rhône, les modalités d’introduction de la Réforme grégorienne, la distribution des régions contrôlées par les comtes de Toulouse ou de celles sous protection aragonaise et les processus de rattachement de ces comtés au domaine royal, ce Midi a une unité, fondamentale pour le sujet, la rapide diffusion du notariat public. La culture notariale de l’authenticité y commence bien avant que le terme de notaire public n’y fasse son apparition : Pierre Chastang l’a montré pour le chapitre d’Agde, dès le milieu du XIIe siècle, sous l’influence d’un magister7. Tous les auteurs de ce volume s’accordent sur la qualité précoce des copies, lorsque la vérification est possible avec les originaux conservés8. Plusieurs articles de ce volume insistent, notamment pour les cartulaires du XIIIe siècle dans le Midi rhodanien, sur la proximité entre notaires et auteurs/copistes des cartulaires ; à Toulouse aussi c’est un notaire Guilhem Bernard qui est chargé de la rédaction des deux registres, de la Cité et du Bourg, et il s’entoure de quatre collègues qui souscrivent ses transcriptions des privilèges des deux « universités ». Plus tôt, les chanoines des chapitres méridionaux, peut-être sous l’impulsion de l’ordre de Saint-Ruf, ont joué un rôle fondamental dans la réception et la diffusion de cette culture romanisante. La main d’un juriste talentueux est parfois évidente, comme dans le cartulaire des Guilhem, mais nous sommes là dans cette capitale de l’enseignement du droit qu’est Montpellier. Dans des cartulaires ecclésiastiques comme celui de Valmagne9, on connaît l’auteur du premier volume : le moine Adhémar qui a composé le cartulaire sur l’ordre de l’abbé Amédée, à la quatorzième année de son abbatiat, est aussi l’auteur (scriptor) de 73 des chartes qui y sont reproduites. L’évolution de la literacy et des formes régionales de l’« écriture pragmatique », chères aux auteurs anglo-saxons et allemands, rythme à l’évidence le style des cartulaires qui s’y insère parfaitement.

  • 10 En Provence, ont ainsi disparu aussi, connus par des fragments, les cartulaires d’Orange et de Cav (...)
  • 11 Ainsi que Monique Zerner le fait remarquer (p. 163).

5Il faut peut-être aussi chercher dans cette culture précoce et ses antécédents immédiats l’explication du nombre élevé de cartulaires produits par ce Midi méditerranéen. N’évoquons pas les cartulaires perdus ou détruits comme celui Narbonne, celui de l’évêché d’Uzès, celui de l’abbaye de Saint-Thibéry ou celui de Saint André de Villeneuve-les-Avignon10. Il est des absents et des absents de marque, comme l’abbaye de Montmajour ou Saint Pons de Nice parmi les cinq grandes abbayes11 provençales fondées ou refondées aux environs de l’an mil. Pas de cartulaire pour l’évêché de Marseille. Dans les diocèses d’Uzès et de Nîmes, les établissements réguliers n’ont pas été féconds en cartulaires. Et parmi les cartulaires médiévaux, bien peu émanent de petits établissements, collégiales ou prieurés.

6Certaines régions de ce Midi semblent avoir produit plus de cartulaires que d’autres, par exemple les pays du Bas-Rhône. Mais pour évaluer le différentiel régional, il faudrait le rapporter au nombre d’établissements religieux qui en sont les plus gros pourvoyeurs et comparer aussi, établissement par établissement, l’importance des chartriers et la production de cartulaires. Se vérifierait ainsi l’hypothèse d’îlots de « surproduction » de cartulaires : cette impression est-elle simplement le reflet d’une pratique particulièrement intense de l’écriture et de la constitution d’archives ou ces régions ont-elles plus que d’autres adopté la forme archivistique du cartulaire ? Il reste que l’ensemble du Midi méditerranéen fournit un nombre imposant de cartulaires.

  • 12 C’est ce que semble montrer le relevé de vocabulaire fait par Pascale Bourgain et Marie-Clotilde H (...)

7Si le genre y a été abondamment cultivé, il ne porte pas de nom spécifique : Liber instrumentorum vicecomitalium pour le cartulaire des Trencavel et Liber instrumentorum memorialis pour celui des Guilhem, Liber tout simplement pour les autres, comme dans l’incipit du premier volume de Valmagne. Les mots pour désigner les cartulaires sont peut-être plus pauvres dans le Midi que dans d’autres régions de France12.

Une originalité méridionale : la précocité de cartulaires laïcs et urbains

8Au-delà de la culture juridique et notariale commune et de la densité régionale des cartulaires, c’est cependant la diversité qui frappe au travers des études proposées dans ce colloque.

9Diversité des autorités qui ont commandé les cartulaires. Tous les types d’établissements religieux ont participé de cette élaboration. Certains avec une densité déjà exprimée, par exemple les ordres militaires, comme l’ont fait remarquer jadis Daniel Le Blévec et Alain Venturini. Dans le Languedoc méditerranéen leur production de cartulaire est médiocre, limitée à l’extrême ouest à celui de Douzens, ou à l’extrême sud au Mas-Deu ; à l’est de Manosque, même absence, mais dans la zone rhodanienne, le nombre de cartulaires aligné par les commanderies de l’Hôpital et du Temple est impressionnante. L’étude de Damien Carraz, dans ce volume, en est un exemple. En revanche, on s’étonne de la pauvreté de la production cistercienne : Valmagne en est une sorte d’exception. Les abbayes provençales dont la beauté architecturale révèle la richesse n’ont pas donné naissance à des cartulaires.

  • 13 Il faudrait peut-être y associer l’épave d’un cartulaire des vicomtes de Millau, parvenue dans le (...)
  • 14 Elle a été notée par Lucie Fossier et Olivier Guyotjeannin dans l’article qu’ils ont consacré aux (...)
  • 15 Jacques Verger et Charles Vulliez, dans Les Cartulaires..., op. cit., p. 435.

10S’il est tout à fait habituel que les chapitres cathédraux et les établissements monastiques fassent transcrire une bonne part de leurs archives dans un cartulaire, la région étudiée offre deux particularités notoires. D’une part l’existence de cartulaires urbains d’une grande précocité, notamment les thalamus de Narbonne et surtout les cartulaires de Toulouse, dont la série commence par les deux cartulaires réalisés en 1205 par Guilhem Bernard, l’un pour la Cité, l’autre pour le Bourg. D’autre part les cartulaires des seigneuries laïques, justement célèbres, le cartulaire des Trencavel et celui des Guilhem de Montpellier, qui sont les deux plus anciens cartulaires laïcs connus en France13. La précocité méridionale est dans l’un et l’autre cas, urbain et laïc14, très remarquable, et sans doute encore à rattacher à l’intense culture notariale du Midi. Curieusement, les universités méridionales n’ont pas produit de cartulaires, ni en aussi grand nombre ni aussi tôt que leurs homologues du Nord de la France15. On pourrait penser, — et on l’a souvent écrit — que le modèle des deux cartulaires laïcs languedociens est le Liber feudorum maior qu’ils auraient reproduit. C’est peut-être le cas pour le cartulaire des Trencavel ; mais comme le montre Pierre Chastang, celui des Guilhem a plus de parenté avec les autres cartulaires languedociens contemporains qu’avec le Liber feudorum. Il est écrit dans une optique patrimoniale et contentieuse plus que comme affirmation d’une souveraineté ; et avec une finesse et une rigueur qui en font le premier cartulaire d’une seigneurie laïque et non un cartulaire princier à l’instar de celui de Barcelone ou des Trencavel.

Petits et grands cartulaires : de 100 à 1 000 chartes

11Diversité aussi dans le nombre de chartes rassemblées dans les cartulaires : une centaine pour un premier groupe qui comprend tout aussi bien les premiers cartulaires des cathédrales d’Apt et d’Arles que celui des Hospitaliers d’Avignon, deux fois plus pour le cartulaire du Temple de Saint Gilles, environ 300 et plus pour le cartulaire de Lérins ou Aniane, près de 400 pour l’Authentique de Saint Gilles, pour le chapitre d’Agde, près de 600 pour Gellone, 750 pour le premier cartulaire de Saint-Victor.

12Les cartulaires « laïcs » sont parmi les gros : plus de 600 chartes pour celui des Trencavel et à peu près autant pour celui des Guilhem. Les deux premiers cartulaires de Toulouse ne dépassent guère la centaine d’actes. Comment compter les deux volumes du cartulaire de Valmagne, distants d’une trentaine d’années seulement et regroupant au total près de 1 000 chartes ? Assurément la taille du cartulaire va de pair avec l’importance de l’établissement, mais ce principe est loin d’être systématique.

13Bien entendu le format de ces codices — car le cartulaire en rouleau est rarissime dans cette région — est adapté au nombre de chartes recopiées. L’homogénéité du format révèle entre les volumes la volonté de poursuite d’une œuvre : les deux volumes du cartulaire de Valmagne ont le même format (240 X 350 mm), mais une épaisseur différente liée au nombre de folios (6,5 et 8,5 cm respectivement). On ne s’étonnera pas que les 750 chartes du grand cartulaire de Saint-Victor figurent dans un format supérieur (220 X 377) à celui du cartulaire du XIIe siècle, qui avec ses 220 X 298 a cependant une reliure d’une taille confortable. Le cartulaire du Temple de Saint-Gilles et de la commanderie de l’hôpital d’Avignon ont le même format (240 X 150) l’un avec près de 400 folios, l’autre à peine plus de 100. Et le cartulaire de Trinquetaille est d’un format bien supérieur pour 300 actes et 85 folios à celui de l’Authentique de Saint-Gilles avec ses 400 actes et 185 folios. Solennité de l’œuvre et taille vont aussi de pair évidemment : le cartulaire de l’évêché de Nîmes n’a que 108 folios, mais au format de 370 X 240. Pourtant la règle est loin d’être absolue : le cartulaire des Trencavel est un in-octavo de 180 X 260.

Un travail souvent sobre et soigné

  • 16 Monique Zerner, dans Les Cartulaires..., op. cit., p. 220-221.

14Rares sont les très beaux cartulaires enluminés, mais celui de Gellone est magnifique. L’ancienneté ne fait pas la richesse de l’œuvre : le grand cartulaire de Saint-Victor devait peut-être bénéficier d’une première page enluminée qui n’a pas été réalisée, mais passés les onze premiers textes, les cinq premiers cahiers du dossier marseillais ont tout simplement une écriture plus espacée et une première lettre plus grosse ornée de rouge, avec une ornementation plus soigneuse dans le quatrième cahier. Et au XIIe siècle on ajouta sans doute des titres qui passent la marge16. La plupart des cartulaires méridionaux manifestent un travail soigné, pages réglées et écrites d’un nombre régulier de lignes, en lignes longues le plus souvent, parfois en deux colonnes. Ils sont sans décoration autre qu’un jeu de couleur pour les rubriques et les initiales. On ne s’étonnera pas de la belle sobriété du cartulaire de l’abbaye cistercienne de Valmagne, qui fut présenté lors du colloque : rubriques en rouge, lettrines alternativement rouges et noires, plus simples dans le second volume. Dans le cartulaire des Trencavel aussi, les titres sont écrits à l’encre rouge, les initiales rehaussées de rouge et quelques grandes majuscules rouges et vertes décorées d’entrelacs marquent d’un soin particulier les premières pages. Mais on est loin dans ce cartulaire comme dans celui des Guilhem de la belle ornementation du Liber Feudorum catalan ! Loin aussi de la richesse des deux cartulaires toulousains, aux initiales filigranées, enluminés l’un et l’autre.

Entre 1070 et 1230

15La période de rédaction du cartulaire intervient aussi dans le nombre d’actes recopiés, mais d’une manière encore moins systématique que la richesse de l’établissement. Pour une même catégorie d’établissement, les cartulaires les plus anciens sont souvent les moins fournis, mais les 750 actes du premier cartulaire de Saint-Victor, le « grand cartulaire », constituent une exception majeure à cette règle.

  • 17 Cf. Patrick J. Geary, La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, 1996, p. 140-16 (...)

16Depuis la fin du XIe siècle donc, la France méditerranéenne a vu rédiger des cartulaires. Dans ce pays où les traditions diplomatiques et les habitudes de chancellerie sont particulièrement solides, ou si l’on veut archaïques, où les notices sont bien plus rares que les chartes au XIe siècle, les cartulaires ne sont donc pas apparus particulièrement tôt. Plus tard que dans les pays germaniques ou dans la Bourgogne de Cluny, plus tard que dans la Francie occidentale de Saint-Calais ou de Saint-Bertin17. Le premier d’entre les cartulaires méridionaux est celui de Saint-Victor ; il ouvre la série des grands cartulaires monastiques. Suivi par ce qui est aujourd’hui la première partie de l’Authentique d’Arles, premier cartulaire issu du milieu capitulaire. C’est sans doute à peu près au même moment que Gellone copie le premier cartulaire. Mais en Languedoc le premier cartulaire cathédral, celui de Nîmes, est un peu postérieur. Le contexte général de cette naissance a été bien mis en lumière par Patrick Geary et pour le Languedoc par Pierre Chastang : un « besoin inédit de mémoire » qui prend forme dans un contexte réformateur, non pas sous la forme de récits, mais d’attention aux instrumenta. Il est difficile de dire dans quelle mesure cette modernité s’appuie sur une tradition d’écriture administrative, telle que celle des polyptyques, scandée par le polyptyque de Wadalde et récemment, vers 1050-1056, le polyptyque de la cathédrale d’Aix. Le mouvement de rédaction des cartulaires ne cesse pas ensuite, même si le développement de l’enregistrement des chartes par le notariat public correspond à un fort ralentissement de la confection des cartulaires.

  • 18 C’est en 1295 que les capitouls font entreprendre la deuxième compilation des archives toulousaine (...)

17De la fin du XIIIe siècle datent cependant encore de grandes œuvres, le petit cartulaire de Saint-Victor, un peu plus tard encore l’immense cartulaire de Maguelone avec ses six volumes d’environ 300 chartes chacun. Et bien entendu les livres urbains18 dont la série commence vraiment au XIVe siècle.

18Pour l’essentiel l’élaboration se fait donc en un siècle et demi, entre 1070 et 1230. Mais en Languedoc du moins, cette production n’est pas parfaitement continue. Le XIIe siècle connaît deux temps forts de rédaction, l’un aux alentours de 1120, l’autre dans la dernière décennie du siècle, se prolongeant dans les premières années du XIIIe siècle.

Des cartulaires souvent composés de strates successives ajoutées

  • 19 Les deux cartulaires de Toulouse sont fabriqués en huit mois.
  • 20 Ainsi la période aragonaise a ajouté 25 folios d’actes divers à la belle facture du Liber des Guil (...)
  • 21 Daniel Le Blévec et Alain Venturini, dans les Cartulaires..., op. cit., p. 459.

19Au cours de cette période la stratégie archivistique en matière de cartulaire a été différente selon les établissements et les commanditaires. Certains établissements ont créé rapidement et d’un seul jet un cartulaire très homogène19. Pour le Temple d’Avignon, une seule main pour la quasi-totalité des actes. Une seule main aussi pour le cartulaire d’Arles qui rassemble au XIIIe siècle la première version du cartulaire et des actes nouveaux. Mais la plupart des cartulaires continuent à servir des années après leur période de rédaction principale ; on y copie parfois sans la même belle ordonnance qu’au temps de la première rédaction, des acquisitions nouvelles20. Curieusement les cartulaires des ordres militaires échappent à cette pratique. Pourtant ils ont continué à servir au-delà de leur période de rédaction : celui de l’hôpital de Saint-Gilles fut annoté et pourvu d’une table au XVe siècle21. Etrangement certains ne semblent pas parfaitement achevés, ni celui de Saint-Victor, ni l’Authentique d’Arles, où les rubriques en attente contrastent avec les beaux titres et les grandes lettrines. Les raisons de cet abandon en phase finale échappent.

  • 22 Monique Zerner fait remarquer que Benjamin Guérard a édité les deux cartulaires l’un à la suite de (...)
  • 23 Dans certains cas, la reliure moderne de deux cartulaires médiévaux initialement distincts, comme (...)

20C’est surtout dans la décision de créer un nouveau cartulaire que résident les différences. Certains, comme Saint-Victor, peut-être à cause de l’énormité du premier cartulaire, choisissent de constituer un nouveau cartulaire22. L’intervalle entre les deux cartulaires est de près de deux siècles. Moins d’une génération entre les deux volumes du cartulaire de Valmagne. D’autres recopient le cartulaire primitif et y ajoutent une strate nouvelle, pour l’essentiel plus récente, mais incorporant parfois des actes anciens, voire même très anciens comme les actes du Xe siècle du second cartulaire du chapitre d’Agde23. Tel est le parti pris à Gellone, où dès 1120 l’abbé fait adjoindre au premier cartulaire un second, relié avec le premier, placé dans la continuité, mais pourtant classé selon des cadres spatiaux différents. Tel est le parti aussi au chapitre d’Agde. Tel est enfin celui des Trencavel : Raimond Roger a fait poursuivre, au plus tôt en 1201, selon un ordre bien moins rigoureux, l’œuvre que son père avait organisée une quinzaine d’année plus tôt. Dans ce feuilletage successif, on ne démembre pas l’ancien cartulaire dont se maintient l’autorité, mais on y ajoute une nouvelle strate, dont les objectifs et les principes de classement diffèrent pourtant fortement de la précédente, dans la plupart des cas.

Pourquoi transcrire des pièces d’un chartrier à tel moment ?

  • 24 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 52 sq.

21L’un des principaux apports de ce colloque fut de donner du sens à la rédaction des cartulaires méridionaux, en replaçant chacun dans son contexte politique et culturel, contexte qu’ils éclairent et au sein duquel se comprennent les raisons de leur rédaction. Car la première question est : pourquoi un cartulaire en tel lieu, à tel moment ? Il est rare que la réponse soit fournie littéralement par le cartulaire. L’incipit dit parfois l’abbé et le moine à qui il a confié l’œuvre, Bernard à Gellone ou Adhémar à Valmagne, mais reste muet sur les raisons, même si le projet apparaît bien alors comme celui d’un homme, l’abbé. Un événement violent, traumatique, est parfois évoqué : l’incendie du chartrier dont Pierre Chastang a judicieusement montré qu’il n’était peut-être pas un parfait topos, mais qu’en tous cas il avait été bien moins destructeur que les commentateurs le répètent à l’envi depuis plus d’un siècle24. Travail curatif ou préventif de conservation des privilèges et des biens ? Parfois figure une préface en tête du cartulaire qui explique. Dans ce volume Pierre Chastang analyse celle de Raimond de Caldès qui décrit son opus intrumentorum memoriale dans le Liber feudorum, et y lit l’image d’une construction de souveraineté. Il la compare à la préface anonyme du cartulaire des Guilhem, centrée sur la menace de l’oubli, le recours à l’écrit, l’âpreté des relations sociales et situe ce cartulaire comme un outil de défense patrimoniale.

  • 25 Aux p. 80-81 de l’article donné dans ces actes.

22Mais ces actes du colloque de Béziers montrent aussi, fondamentalement, que c’est dans le rapprochement avec d’autres constructions monumentales et d’autres travaux d’écriture que se déchiffre aussi le pourquoi d’un cartulaire. Bien que l’exemple de Valmagne ne confirme pas l’intérêt de cette piste, car la reconstruction de l’église est postérieure de plusieurs dizaines d’années à la rédaction du second volume du cartulaire, il vaudrait la peine de rapprocher la rédaction des cartulaires des campagnes architecturales. Car au moins dans le cas de seigneuries séculières, à Apt comme à Arles, Florian Mazel a fait repérer le lien chronologique entre rédaction du cartulaire, développement de la seigneurie épiscopale et chantier de rénovation ou reconstruction de la cathédrale25.

  • 26 Pierre Chastang, ibid., p. 146, s’appuyant notamment sur les travaux d’Amy Remensnyder, Rememberin (...)

23Plus directement encore, le lien entre la rédaction du cartulaire et l’activité d’écriture de l’établissement s’impose. La complexité du dispositif textuel dans lequel s’insère la rédaction d’un cartulaire a déjà été montrée par Pierre Chastang pour Gellone ; il n’y a pas de barrière entre récit et instrumentarium et la rédaction du cartulaire s’apparente à la création littéraire autour du personnage de saint Guilhem26. Que la vita de Benoît soit placée en tête du cartulaire d’Aniane est un indice de plus de cette transversalité de l’écriture. D’une manière générale, insiste Monique Zerner dans sa communication sur les cartulaires de Saint-Victor, il convient de traiter en parallèle avec la confection du cartulaire toute l’activité du scriptorium, et notamment celle de rédaction des chartes et de leurs préambules.

Grande histoire et petits conflits

  • 27 Cf. la contribution de François Bordes dans ce volume (p. 217-238).
  • 28 Cf. Henri Vidal, « Aspects montpelliérains de la bulle Per venerabilem », Recueil de mémoires et t (...)

24Lien aussi avec les événements politiques. Moins qu’on ne pourrait le penser avec la « grande histoire ». La Croisade des Albigeois ne semble occuper qu’une place négligeable dans l’histoire des cartulaires méridionaux. Même si elle est mentionnée dans l’Authentique de Saint Gilles où figure la soumission de Raimond VI, on ne voit pas qu’elle soit le facteur décisif de rédaction d’un cartulaire. Sauf peut-être à Toulouse où Cité et Bourg, dans le contexte menaçant qui suit le serment de fidélité à l’Eglise imposé par Pierre de Castelnau et Raoul de Fontfroide, peuvent avoir souhaité disposer d’un recueil de privilèges27. Mais ces cartulaires toulousains recopient aussi l’issue des conflits avec les communautés voisines que la ville vient de terminer triomphalement. L’urgence et l’imminence du danger semblent rarement avoir inspiré la rédaction d’un cartulaire dans le Midi. C’est un Trencavel en pleine gloire qui fait dresser le Liber instrumentorum, pas un vicomte aux abois. Le pessimisme pourtant est sans doute perceptible dans la préface du cartulaire des Guilhem rédigé après la crise née du second mariage de Guilhem VIII28, mais la seigneurie montpelliéraine est alors aussi à son acmé.

25Même si la rédaction des cartulaires n’est évidemment pas à l’abri des conflits contemporains, ce sont souvent des affaires plus petites qui semblent décider la rédaction d’un cartulaire. Histoire de famille encore, comme à Montpellier, que celle révélée par l’analyse fine que fait Florian Mazel du cartulaire d’Apt : les liens entre l’évêché et la famille d’Agout, dont sont issus les deux derniers évêques, et notamment le commanditaire du cartulaire, y sont dominants : « conservatoire de l’alliance privilégiée entre la cathédrale et les Agoult, dépositaire d’une memoria familiale faite de sang, de transferts de biens et de prières ». Séparation, parfois conflictuelle ou difficile (Agde) ; réalisée pacifiquement, parfaitement contrôlée par l’archevêque à Arles, dès 1020-1030, elle inspire encore l’Authentique confectionné un demi-siècle plus tard : on y lit tout à la fois la puissance archiépiscopale et la constitution de la mense canoniale, comme le fait aussi remarquer Florian Mazel. Ces situations particulières, ces conflits locaux ont pour arrière-plan la réforme grégorienne. Menée fort différemment de part et d’autre du Rhône, elle commande sans doute tout le mouvement de rédaction des cartulaires, sauf les tout derniers, mais agit, ici ou là, dans des sens contraires. Aicard et Augier menacés par la réforme se justifient de leur bonne gestion, et on comprend pourquoi leurs cartulaires n’ont pas été d’un long usage. À Saint-Victor, il en va tout autrement, et c’est, semble-t-il, un monastère au faîte de son succès, fort de l’appui pontifical, qui s’engage dans cette œuvre immense. Pourtant Monique Zerner y voit aussi l’écho d’un conflit entre un abbé soucieux de la constitution d’une très vaste congrégation et des moines plus préoccupés de la confirmation de leur patrimoine et d’une éventuelle demande d’exemption.

26Tous les cartulaires méridionaux ne répondent pas aux mêmes soucis, aux mêmes objectifs. Ceux qui appartiennent à la dernière vague, celle que Pierre Chastang a désignée comme appartenant à l’écrit-collection, incluent bien plus de documents de gestion, tels que des censiers. S’ils prévoient les contentieux, c’est à des niveaux modestes, pour des biens précis : c’est dans ce but qu’ils incluent des dossiers rassemblant les éléments nécessaires à la conduite d’une action défensive, spécifique, en justice. Les autres, les plus anciens notamment, ne paraissent pas écrits dans une situation de renaissance, de renovatio, comme on l’a parfois relevé pour d’autres régions, mais plutôt être issus d’établissements forts, mais engagés dans un épisode conflictuel majeur, interne ou les opposant à une puissance voisine.

La structure générale d’un cartulaire « parle » de son auteur

  • 29 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 152.

27L’analyse de la structure du cartulaire, des actes liminaires, du choix des chartes recopiées et de leur classement dans les cahiers successifs, vient étayer dans les études actuelles, par des arguments internes, la connaissance des circonstances qui ont prévalu à la rédaction, souvent acquises par des informations extérieures au cartulaire. Les actes liminaires mettent toute l’œuvre en perspective. Le soin avec lequel la charte de donation du comte Guillaume, de 804, figure dans le second cartulaire de Gellone, encre rouge, noire et ocre pour les initiales, en fait bien le « socle textuel de la puissance et de l’indépendance de l’abbaye » : stratégie hagiographique répondant à celle d’Aniane, la grande rivale, si glorieusement carolingienne29. Les privilèges pontificaux, en tête du grand cartulaire de Saint-Victor, à défaut de préface, suivis des diplômes impériaux et de deux longs actes, le Privilège de Benoît IX de 1040 et la carta liberalis de 1005, avec leur longue liste de souscripteurs sont le « dossier d’introduction », qui apporte à l’œuvre entière la mémoire des origines ; ils mettent en scène la politique du monastère. Il semble que dans ces quelques folios, et tout particulièrement dans les deux textes forgés qui ferment cette série, la mise en perspective est savante. Histoire du passé, assemblée de grands, traitant de l’exemption, ces deux actes ont bien des traits communs, mais pour l’un les vicomtes de Marseille sont mis en avant, pour l’autre les comtes de Provence. Monique Zerner y voit l’écho volontaire et symétrique des tensions qui agitent la communauté et son abbé dans ces années 1080-1090.

28Le principe n’est pas différent dans les cartulaires toulousains où se succèdent les principaux privilèges comtaux et les établissements des consuls les plus anciens. En va-t-il autrement du cartulaire des Trencavel ? Les premiers actes sont un dossier de serments concernant l’Albigeois. Le sens en est décrypté par Hélène Débax : Roger II a délibérément choisi ces actes où paraît une titulature, encore jamais portée jusqu’en 1185, celle de vicomte d’Albi. Les premiers folios du cartulaire proclament ainsi un défi au comte de Toulouse. Et peut-être, dans ces années qui suivent immédiatement l’expédition d’Henri de Marcy, un défi aux autorités ecclésiastiques. Tel est le sens d’un cartulaire tout entier tourné vers la définition d’une souveraineté.

Le choix des chartes à transcrire

29Bien entendu le choix des chartes inscrites dans le cartulaire est le meilleur indice du propos du commanditaire. Que le cartulaire des Trencavel regorge de serments de fidélité, 322 serments, dont une centaine du XIe siècle, dont les protagonistes sont morts depuis longtemps, est un signe clair de la volonté d’affirmer leur domination sur une principauté féodale Rapprochons ce choix de celui fait par ce qu’il reste du cartulaire de l’évêque d’Agde : ici aussi les serments semblent nombreux, et le cartulaire de l’évêché se distingue en ceci fortement de celui du chapitre qui s’occupe pourtant des mêmes biens. Au-delà de la distinction utile entre cartulaires « laïcs » et « ecclésiastiques », le contenu des cartulaires met en lumière des enjeux seigneuriaux distincts, patrimoine dans un cas ou puissance sur les châteaux et les hommes dans l’autre, distinction qui ne recoupe pas le seul caractère de seigneurie laïque ou ecclésiastique.

30Les auteurs de cartulaire font des choix parmi les chartes. Les principes de ce choix sont légion, différents d’un cartulaire à l’autre. La comparaison entre grand et petit cartulaire de Saint-Victor, menée par Monique Zerner dans ce volume, est éclairante. Il n’est pas toujours simple de comprendre ce choix, car pour bien des établissements le charnier est en lambeaux. Lorsque le chartrier est suffisamment bien conservé et que la comparaison est possible, elle révèle les principes du tri. Ce tri semble souvent reprendre le classement des archives, du moins pour les cartulaires du XIIIe siècle : sac après sac, liasse après liasse. Dans le cartulaire des Hospitaliers d’Avignon, ont été reproduits d’une part les actes d’acquisition de biens fonciers, où qu’ils soient situés, et d’autre part tous ceux qui concernent des biens intra muros, fonciers aussi bien que rentes en argent et acaptes. L’auteur a aussi privilégié les procès, tous gagnés, et les actes authentifiés par le sceau des consuls. Mais il a laissé de côté les autres actes du chartrier, et notamment tous ceux qui n’ont pas été écrits par un notaire.

Les moyens de repérage interne

31C’est cependant l’analyse de la structure interne du cartulaire qui achève d’en préciser la portée et les objectifs. Elle renvoie d’abord à des mécanismes organisationnels. Dans une série constituée est mise en tête la charte jugée la plus puissante, ni nécessairement la première, ni même celle qui émane de l’autorité supérieure. Ce principe, simple, permet de juger de la hiérarchie faite entre des textes voisins. Les tables sont rares : elles renvoient sans doute à la volonté de faciliter la manipulation du cartulaire et à la multiplication générale, dans les manuscrits de la fin du XIIe siècle et du XIIIe, de signes de repérage. Dans le cartulaire de Valmagne, l’auteur, le moine Adhémar, l’écrit explicitement : ut facilius cartam quem voluerit reperire possit. Chaque chapitre a sa table. Adhémar y ajoute des indices marginaux chronologiques (l’abbé) qui croisent donc le principe géographique dominant. Il se peut que la table préfigure une sorte de représentation cartographique : le cartulaire est en effet aussi organisation d’un espace.

32Que l’organisation générale de l’espace du cartulaire soit centrifuge ou centripète n’est pas sans signification. Dans l’Authentique d’Arles la logique topographique est centripète. Florian Mazel relie cet indice à d’autres qui mettent au centre du dispositif l’archevêque et non le chapitre dont les biens n’arrivent que dans une seconde section. La logique du cartulaire de Nîmes, postérieur de quelques décennies, est autre. Elle organise le classement topographique du chapitre de manière fruste, binaire : explicitement, dans la cité et hors la cité. Puis selon un ordre centrifuge qui est celui des bulles et des privilèges. Il s’agit de l’inventaire sans profondeur chronologique d’un patrimoine issu du partage des deux menses, et qui prend encore bien mal en compte les transformations de l’habitat et des structures du pays.

Le cartulaire organise un espace

33Le colloque de Béziers a en effet confirmé ce que Pierre Chastang avait bien montré pour le Languedoc biterrois au sens large : l’avènement d’une perception castrale de l’espace, particulièrement sensible et intéressante chez des chanoines qui possèdent des biens issus d’un autre découpage de l’espace et d’une répartition de l’habitat per villam, mais qui sont nés dans les familles seigneuriales des castra. À la fin du XIe siècle, dans l’Authentique d’Arles, subsistent les grands cadres territoriaux post-carolingiens. Même s’il n’est pas nommé, c’est le comté qui est le cadre de référence de l’organisation topographique du cartulaire. Il en va de même dans le premier cartulaire de Gellone. Ici pourtant pointe une modernité qui a fait douter de l’authenticité de certains actes : la localisation de biens in parrochia de... Ces biens datent pourtant souvent des toutes premières donations des IXe et Xe siècles : le scribe s’est adapté, en une écriture actualisée, aux temps de la réforme. Puis le scribe Bernard, responsable de la seconde tranche de l’écriture du cartulaire, a organisé le classement des chartes selon les évêchés : dans l’ordre, les biens situés dans le diocèse de Lodève, puis de Béziers, d’Agde, etc. La rigueur de l’organisation spatiale s’arrête à cette échelle, dans cette seconde phase de rédaction du cartulaire. À l’intérieur du cadre diocésain, le rubriquage s’appuie sur des éléments souples et variés, où se combinent un cheminement à travers le diocèse, la notoriété du disposant de l’acte, mais aussi l’apparition des territoria castri : au moment même où les actes de la pratique commencent à les utiliser aussi pour localiser les biens. Castralisation générale de l’espace des cartulaires, avec des nuances entre cartulaire monastique où l’espace est construit à partir du monastère, protégé par lui, et cartulaire cathédral où le centre est celui de l’autorité, la cité.

34L’espace cistercien est celui des granges, dans le Midi comme ailleurs. Un espace spirituel qui aurait dû être divisé en douze chapitres. Mais les donations des princes en constitue un treizième et les maisons de Montpellier un quatorzième. Indice de la puissance de l’urbanisation méridionale ?

  • 30 Cf. l’article d’Hélène Débax dans les actes de ce colloque (p. 141).

35Au terme de ce colloque sait-on mieux ce qu’est un cartulaire ? Et à quoi il servait ? L’image s’est enrichie, pas simplifiée. Il semble vain de chercher une utilité unique. On a discuté de la valeur du cartulaire comme preuve judiciaire. Pierre Chastang ne l’admet guère pour le début du XIIIe siècle. Hélène Débax en voit pourtant un indice dans le cartulaire des Trencavel : une charte recopiée à la fois dans la première partie du cartulaire et dans la partie ajoutée mentionne que la copie a été faite en 1204, non sur l’original mais sur la copie figurant dans le premier cartulaire, dans l’ouvroir du notaire Bernard Martini. Le cartulaire devait donc s’y trouver sans doute précisément pour qu’on l’y copie. A défaut de valeur probatoire en justice, le cartulaire aurait-il au moins, dès cette époque, un rôle comparable à un minutier, à partir duquel on peut faire une expédition30 ? Au début du XVIe siècle, en tous cas, lorsque Valmagne vend le fief de Palnès au baron de Paulhan, le cartulaire est démembré et les actes relatifs au bien vendu, cédés avec lui, comme jadis les seuls munimenta.

36Sans doute connaître le lieu de conservation du cartulaire permettrait de mieux comprendre son utilité principale. Dans le trésor comme un bien précieux ? Il n’est apparemment pas dans la bibliothèque, si l’on en juge par les inventaires. Avec les archives, dans le chartrier ? Pendant combien de temps manipule-t-on le cartulaire pour y chercher, comme le dit le moine Adhémar, une charte plus facilement ?

  • 31 Cf supra p. 17-20.

37Les grandes lignes de la production et des caractéristiques des cartulaires méridionaux sont maintenant connues, grâce à ceux qui ont bénéficié d’études récentes et ils sont nombreux. Une typologie selon les ordres, les temps, les lieux est-elle désormais déjà possible31 ? On sent encore quelques appréhensions à la faire. Nul doute qu’il conviendrait, par-delà la très riche analyse des cartulaires pris chacun comme spécimen, d’analyser la circulation des modèles, de voir par les cartulaires les contacts culturels entre les divers milieux ecclésiastiques et entre les clercs et d’autres professionnels de l’écriture ; et peut-être les limites de ces contacts.

38Nul doute en tout cas qu’on ne pourrait plus écrire l’histoire des villages méridionaux (et des villes) comme autrefois, sans prendre en compte la rigueur et les apports de cette nouvelle génération d’études.

Notes

1 Les cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS (Paris, 5-7 décembre 1991), réunis par Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse, Paris, 1993, p. 179-213 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 39).

2 Plusieurs auteurs du présent volume ont contribué à attirer l’attention sur les cartulaires méridionaux par leurs contributions au colloque sur les Cartulaires : Daniel Le Blévec et Alain Venturini, pour les cartulaires des ordres militaires, Monique Zerner pour l’élaboration du grand cartulaire de Saint-Victor et Hélène Débax pour le cartulaire des Trencavel.

3 Dès lors l’ordre du cartulaire doit être impérativement respecté pour une publication et rétabli avant toute étude lorsque la publication a perturbé l’ordre original pour lui préférer l’ordre chronologique. La dernière publication de ce type est celle de Noël Didier, Henri Dubled et Jean Barruol : Cartulaire de l’Église d’Apt, 835-1130 ( ?), Paris, 1967, fait d’après copies, l’original ayant disparu ; les diverses copies ayant chacune plus ou moins son ordre propre, le choix chronologique peut s’expliquer (cf., dans ce volume, Florian Mazel, p. 71).

4 Daniel Le Blévec et Alain Venturini, Cartulaire du prieuré de Saint-Gilles de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem (1129-1210) Paris-Turnhout, 1997.

5 Ainsi Claude-France Hollard, Cartulaire et chartes de la commanderie de l’Hôpital Saint-Jean de Jérusalem d’Avignon au temps de la commune (1170-1250), Paris 2001. De même la publication en préparation de l’Authentique du Temple par Damien Carraz, qui le présente, en parallèle avec l’Authentique de l’Hôpital de Saint-Gilles, dans ce même présent volume.

6 Anne-Marie Magnou et Paul Ourliac, Cartulaire de l’abbaye de Lézat, 2 vol. , Paris, 1984-1987.

7 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en BasLanguedoc (XIIe -XIIIe siècles), Paris, 2001 (CTHS — Histoire, 2).

8 Damien Carraz montre la fidélité jusqu’à la ponctuation, la seule différence avec les originaux portant sur le système d’abréviation (p. 149).

9 Les informations concernant le cartulaire de Valmagne ont été communiquées par M. Henri Barthès que je remercie vivement.

10 En Provence, ont ainsi disparu aussi, connus par des fragments, les cartulaires d’Orange et de Cavaillon.

11 Ainsi que Monique Zerner le fait remarquer (p. 163).

12 C’est ce que semble montrer le relevé de vocabulaire fait par Pascale Bourgain et Marie-Clotilde Hubert à partir des préfaces, dans Les Cartulaires..., op. cit., p. 135.

13 Il faudrait peut-être y associer l’épave d’un cartulaire des vicomtes de Millau, parvenue dans le chartrier des comtes de Toulouse ; cf. Jérôme Belmon, Les vicomtes de Rouergue-Millau (Xe-XIe siècles), thèse de l’École des Chartes 1992. Le cartulaire des Trencavel, plus ancien que celui des Guilhem, est donc le plus ancien cartulaire laïc conservé en France ; la première phase de rédaction remonte aux années 1186-1188.

14 Elle a été notée par Lucie Fossier et Olivier Guyotjeannin dans l’article qu’ils ont consacré aux cartulaires français laïcs, dans le volume Les Cartulaires..., op. cit., p. 384.

15 Jacques Verger et Charles Vulliez, dans Les Cartulaires..., op. cit., p. 435.

16 Monique Zerner, dans Les Cartulaires..., op. cit., p. 220-221.

17 Cf. Patrick J. Geary, La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, 1996, p. 140-160.

18 C’est en 1295 que les capitouls font entreprendre la deuxième compilation des archives toulousaines.

19 Les deux cartulaires de Toulouse sont fabriqués en huit mois.

20 Ainsi la période aragonaise a ajouté 25 folios d’actes divers à la belle facture du Liber des Guilhem, compilé en 1202.

21 Daniel Le Blévec et Alain Venturini, dans les Cartulaires..., op. cit., p. 459.

22 Monique Zerner fait remarquer que Benjamin Guérard a édité les deux cartulaires l’un à la suite de l’autre, dans une même numérotation et en supprimant les onze chartes qui font doublon.

23 Dans certains cas, la reliure moderne de deux cartulaires médiévaux initialement distincts, comme à Arles, reprend rudement cette stratégie.

24 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 52 sq.

25 Aux p. 80-81 de l’article donné dans ces actes.

26 Pierre Chastang, ibid., p. 146, s’appuyant notamment sur les travaux d’Amy Remensnyder, Remembering the Kings Past. Monastic Foundation Legends in Medieval Southern France, Ithaca-Londres, 1995.

27 Cf. la contribution de François Bordes dans ce volume (p. 217-238).

28 Cf. Henri Vidal, « Aspects montpelliérains de la bulle Per venerabilem », Recueil de mémoires et travaux de la Société du droit et des institutions des anciens pays de droit écrit, XV, 1991, p. 49-65.

29 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 152.

30 Cf. l’article d’Hélène Débax dans les actes de ce colloque (p. 141).

31 Cf supra p. 17-20.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540