Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les Cartulaires méridionaux

 | 
Daniel Le Blévec

Les « Thalamus » de Narbonne

Jacqueline Caille

Full text

1Les archives civiles de Narbonne ont heureusement moins souffert que les archives ecclésiastiques dispersées ou brûlées au XVIIIe siècle, notamment lors du grand autodafé du 10 août 1793.

  • 1 Bibl. nat. de France, lat. 11015 et 12778, ainsi que Baluze, 374 : cf. Pierre Chastang, « Les frag (...)
  • 2 Germain Mouynès, Ville de Narbonne. Inventaire des archives communales antérieures à 1790. Série A (...)

2Ainsi, alors qu’on ne conserve aujourd’hui que des fragments de deux cartulaires de l’Église de Narbonne rédigés au milieu du XIIe siècle1, on trouve aux archives municipales de la ville dix-sept cartulaires consulaires, recensés par l’archiviste Mouynès2 sous le nom de « thalamus » pour douze d’entre eux, les cinq autres étant nommés simplement « cartulaire » A, B, C, D, E. Cette numérotation remonte, selon Mouynès, au début du XVIIe siècle (1603) et tous ces registres ont été reliés à nouveau au XIXe siècle (avant 1890-1891). Notons que tous paraissent complets, sauf le onzième auquel manquent les dix premiers feuillets.

  • 3 Deux registres (ou cahiers) de parchemin : cartulaire A (AA 113) et cartulaire C (AA 115). Trois r (...)

3Les douze premiers cartulaires sont les seuls auxquels nous nous intéresserons ici. Composés à partir du milieu du XIIIe siècle, pour certains, au début ou à la fin du XIVe siècle pour d’autres, ou encore à la fin du XVe siècle pour les plus récents (tous continuant à être utilisés jusqu’au XVIe siècle voire au XVIIe siècle), ce sont ceux dans lesquels sont reproduits des documents médiévaux. Les cinq derniers registres sont modernes3, non seulement pour ce qui concerne l’époque de leur rédaction, mais aussi pour ce qui est de la date des textes qui y sont collectés, à trois exceptions près ; en effet, dans le cartulaire B (AA 114), on trouve, traduits en français, trois actes de la première moitié du XIVe siècle (1313, 1340, milieu XIVe siècle).

  • 4 Jacqueline Caille, « Les remparts de Narbonne des origines à la fin du Moyen Âge », dans Défendre (...)
  • 5 Jacqueline Caille, « Le consulat de Narbonne : problème des origines », dans Les origines des libe (...)

4Tous ces registres, même si cela n’est pas expressément précisé, ont été rédigés sous l’égide des autorités municipales. Narbonne, agglomération topographiquement double, la « Cité » et ses faubourgs sur la rive gauche d’un bras sans doute en partie artificiel de l’Aude, le « Bourg » sur la rive droite4, s’est en effet dotée, au tout début du XIIIe siècle, d’un consulat, double lui aussi (un pour chaque partie de la ville), jusqu’à ce que soit prononcée, en 1338, l’union de ces deux institutions5.

5Mais revenons aux douze premiers cartulaires (ceux qui sont nommés thalamus par G. Mouynès), du premier coté AA 99 (un original doublé d’une copie de 1844, cotée AA 100) au douzième (AA 112), en passant par le deuxième coté AA 101 avec une copie du XIXe siècle sous la cote AA 102. Tous les registres originaux sont sur parchemins : cinq grand in-folio (1er, 2e, 4e, 11e, 12e), cinq petits in-folio (3e, 5e, 6e, 7e, 10e) et deux in-4o (8e et 9e).

6Bien qu’apparemment complets (sauf le 11e comme il a déjà été signalé), seulement quatre de ces volumes portent un titre général.

7— Deux concernent la « Cité » :

  • En tête du 5e thalamus (AA 105 : 115 feuillets ; actes depuis 1146 jusqu’au XVIe siècle inclus) 6, on peut lire, rédigé une première fois à l’encre noire et une seconde fois à l’encre rouge, le texte suivant : Hoc est registrum communitatis seu universitatis civitatis Narbone quod fuit factum anno nativitatis Domini nostri Jesu Christi 1249, mense junii, rege Ludoyco regnante et domino Amalrico Dei gratia vicecomite et domino Narbone, consulibus ejusdem civitatis existentibus... (suivent cinq noms).
  • Au folio 1 du 10e thalamus (AA 110 : 143 feuillets ; actes depuis 1221 jusqu’au XVIe siècle inclus) figure le titre suivant : Aquest libre fou compilatz e translatatz de las costumas de la ciutat de Narbona e de Narbones en l’an de nostre Senhior Jesu Christ quan hom contava de la Encarnation 1266 empoder dels senhiors consols so es asaber... (suivent cinq noms). Il faut noter que si le texte des « coutumes des chevaliers de Narbonne et du Narbonnais » est effectivement reproduit (folio 4 et sq.), de même que celui des « coutumes » de la ville (folio 8 et sq. en langue d’oc et 89 et sq. en latin), on voit par ailleurs insérés dans ce volume divers règlements consulaires concernant l’administration urbaine ainsi que des actes ayant trait à la vie des métiers, aux relations avec les seigneurs, etc.

8— Deux concernent le « Bourg » :

  • Le 3e thalamus (AA 103 : 157 feuillets ; actes depuis 1153 jusqu’au XVIe siècle inclus) porte en rubrique au folio 7 les lignes suivantes : Aquest libre fou compilatz e translatatz de las coutumas del Borc de Narbona e de Narbones en l’an de nostre Seior Jesu Christ que hom contava de la Carnatio 1256 empodier des seiors consols so es asabier... (suivent six noms). Comme ci-dessus, si les coutumes figurent bien, l’essentiel est constitué par d’autres documents.
  • Le 6e thalamus (AA 106 : 115 feuillets ; actes depuis 1148 jusqu’au XVIe siècle inclus) porte en titre au folio 1 : Aqueste libre fou compilatz e translatatz de las costumas de Narbona e de Narbones, en l’an de nostre Senhor Jesu Christ que hom comtava de l’Incarnatio 1255 en poder dels senhors cossols so es a saber (suivent six noms de personnages dont on sait par ailleurs que ce sont des consuls du Bourg, bien que ce ne soit pas précisé dans ce passage).

9Les huit autres thalamus ne comportent pas de titre mais, pour trois d’entre eux, chacune des copies qui y figurent étant datée, on a une indication sur le moment de la rédaction initiale de la majeure partie du volume ; il s’agit des 2e, 1er et 4e thalamus.

  • Le 2e thalamus (AA 101 : actes depuis 1148 jusqu’au XVIe siècle inclus)7, comprend une première partie rédigée dans les années 1318-1319, se terminant au folio 115v par une table des matières. On trouve ensuite (jusqu’au folio 182v) des actes plus récents, remontant dans le désordre à la fin du XIVe siècle, à la fin du XVe et aussi au XVIe siècle. Bien que la rédaction soit pour la première partie antérieure à 1338 (date de l’union des deux consulats), il est question dans celle-ci aussi bien des consuls de la Cité que de ceux du Bourg, les uns et les autres y estant éventuellement ensemble dans un certain nombre de circonstances.
  • Le 1er thalamus (AA 99 : actes depuis 1148 jusqu’en 1567)8 : la majeure partie de ce volume est constituée de copies effectuées en quelques mois, dans les années 1344-1345.
  • Le 4e thalamus (AA 104 : actes depuis 1166 jusqu’au XVIe siècle inclus) paraît contemporain du précédent. Il semble avoir dans un premier temps été utilisé pour y insérer directement des actes de la pratique, au fur et à mesure de leur rédaction, dans les années 1345-1346. On en a la preuve formelle pour l’un d’entre eux, daté du 13 janvier 1345 (folio 167-168), où l’on voit les consuls, d’une part, et le bénéficiaire de la décision, d’autre part, enjoindre un notaire de coucher par écrit dans ce registre le texte de ladite décision que ledit notaire corrobore de son seing manuel. On y recopie par ailleurs, au même moment, un certain nombre d’actes, relativement récents d’abord, puis de plus en plus anciens qui remontent au XIIIe ou même au XIIe siècle.

10Pour ce qui concerne les cinq thalamus restants, on relève peu d’éléments permettant de préciser la date de leur rédaction. Le 7e thalamus (AA 107 : actes depuis 1210 jusqu’à 1484) de même que le 8e thalamus (AA 108 : documents depuis 1221 jusqu’au XVIe siècle inclus) paraissent avoir été commencés, l’un et l’autre, au début du XIVe siècle. Le 9e thalamus (AA 109 : documents depuis 1221 jusqu’en 1613), de même que les 11e (AA 111 : actes depuis 1246 jusqu’à 1488 ; les dix premiers feuillets manquent) et 12e thalamus (AA 112 : documents des XVe et XVIe siècles) sont plus récents, le travail de copie ayant ici été entrepris au plus tôt dans le dernier tiers du XIVe siècle pour les deux premiers et la fin du XVe siècle pour le troisième.

  • 9 Cette pratique a cours tout au long du XVIe siècle, mais encore parfois au XVIIe siècle.

11Quelle que soit l’époque de leur rédaction primitive (entre 1249 et les dernières années du XVe siècle), tous ces registres contiennent des textes insérés a posteriori qui ont été, soit rajoutés in fine, soit intercalés parmi les autres actes, en mettant à profit des parties de folios restées vierges9. Il peut s’agir alors aussi bien d’actes recopiés que d’actes introduits directement au fur et à mesure de la mise en forme des décisions prises, comme cela a été vu plus haut dans le cas du 4e thalamus. Néanmoins, tous ces registres se présentent essentiellement comme des « cartulaires », c’est-à-dire des recueils d’actes recopiés systématiquement dans l’intention d’en assurer la pérennité. Notons qu’un certain nombre de documents figurant dans les thalamus ont été par ailleurs conservés sous leur forme originale dans les archives de la ville : il en est ainsi de la charte de privilèges accordée aux Narbonnais à Tortose, en septembre 1148, par le comte de Barcelone (AA 73 : reproduite dans AA 99 fol. 258, AA 101 fol. 33-33v, AA 105 fol. 28v-29 et AA 106 fol. 110-110v). mais, dans la plupart des cas, les originaux ont disparu, ce qui rend les thalamus d’autant plus précieux.

  • 10 Les six premiers thalamus reproduisent des actes depuis le milieu du XIIe siècle (1146-1148-1166)  (...)

12Les douze cartulaires médiévaux narbonnais rassemblent donc une masse documentaire importante, depuis le milieu du XIIe siècle (1146) jusqu’à la fin du XVe siècle10 et ce malgré de nombreuses répétitions ; certains actes sont en effet reproduits jusqu’à onze fois : ainsi les « coutumes de la ville de Narbonne » (1232-1233) qui figurent onze fois dans huit registres (trois d’entre eux donnant de ce texte une version en latin et une seconde en langue d’oc à plusieurs folios d’intervalle). Il est vrai que, même si certains « regroupements » sont perceptibles, on ne constate pas, du moins à première vue, une volonté de classement à l’intérieur de chacun des thalamus. C’est pêle-mêle que sont recopiés des textes exposant coutumes, franchises, privilèges, exemptions, droits et attributions des consuls, accords avec les seigneurs, règlements issus du consulat (concernant notamment les métiers et les institutions hospitalières et charitables). On trouve également la copie de traités de commerce conclus par la ville, de titres de propriété, de même que de quelques actes privés (surtout testaments, parfois contrats de mariage), sans doute parce qu’ils peuvent servir de fondement aux prétentions consulaires sur tel ou tel bien. Certains registres ont été dotés d’une table des matières à l’époque moderne ; un seul (le 2e thalamus) présente une telle table composée à l’époque de la rédaction primitive. Facilitant la consultation, néanmoins, la plupart des transcriptions sont précédées d’une « rubrique » en langue d’oc où le copiste résume, d’une manière plus ou moins soignée, le contenu du document — c’est succinct, mais généralement exact.

  • 11 Dans AA 99 figurent, en outre, les seings manuels du notaire et des deux tabellions.
  • 12 A. Blanc, « Un compte de reliure de deux thalamus de Narbonne au XIVe siècle » dans Bulletin de la (...)
  • 13 Ibidem p. 464 : « Pus, paguey a Mr Johan Arnaud, notari, perparguamin que compret per Ia franquera (...)

13Il semble que toutes ces copies jouissent d’une indiscutable valeur juridique. C’est évident pour les 2e et 1er thalamus, des années 1318-1319 d’une part et, d’autre part, 1344-1345, puisqu’il s’agit de copies notariées, exécutées systématiquement comme le montre la formule qui accompagne chaque document : « hoc est transcriptum sive translatum a quodam originali instrumenta (bu de quodam originali transcripto seu vidimus)... de verbo ad verbum » et ce, en présence de deux notaires publics (AA 101) ou bien d’un notaire et de deux tabellions (AA 99), assistés, dans tous les cas, de quatre viri litterati11. Les quatre thalamus (5e et 10e pour la Cité ; 3e et 6e pour le Bourg) qui comportent un titre général d’où il ressort qu’ils ont été compilés sous l’égide des consuls jouissent très certainement eux aussi d’une authenticité juridique. On peut supposer qu’il en est de même des six autres thalamus bien que cela ne soit pas expressément indiqué. En somme, il semble bien que l’on puisse affirmer que sont rassemblées dans ces cartulaires des « copies ayant valeur d’originaux » à partir desquelles peuvent être faites d’autres « copies authentiques » selon la formule d’Alphonse Blanc12. Il en veut pour preuve un article emprunté au folio 135 du registre de comptes du clavaire G. Ausel où le trésorier consulaire des années 1380-1381 défraie un notaire pour l’achat par celui-ci d’un parchemin que ce dernier avait utilisé pour copier, à partir des thalamus, un acte de franchise qu’il avait dû produire à la cour du roi en tant qu’avocat de la ville13.

  • 14 Ibidem, p. 462-464. Les livres des clavaires, aux archives municipales de Narbonne, sont cotés dan (...)
  • 15 Registre du clavaire Jacme Rogier (juin 1379-juin 1380) : achat de parchemin pour faire un cahier (...)

14Toujours en se fondant sur les comptes d’un des clavaires de la ville (Jacme Rogier pour les années 1379-1380 cette fois), A. Blanc apporte d’intéressantes précisions sur la « fabrication » probable des divers thalamus14 Il semble que le plus souvent ces volumes ont été constitués progressivement, sur une période plus ou moins longue. Au fur et à mesure des besoins, on prépare un certain nombre de parchemins, on en forme un cahier, on ajoute ce cahier à ceux qui ont déjà été rassemblés15 ; enfin, le jour où le registre a atteint une épaisseur suffisante, on le fait relier. Parfois la période de rédaction est très réduite : il en est ainsi pour le 2e thalamus (AA 101) dont nous avons déjà dit que, dans les cent seize premiers folios, les copies sont toutes datées des années 1318-1319 ; pour ce qui concerne le 1er thalamus (AA 99), rappelons que la majeure partie des copies ont été exécutées en quelques mois des années 1344-1345 (à noter cependant que ces copies ne sont pas toujours rangées par ordre chronologique : on en voit de 1345 précédant d’autres de 1344, ce qui prouve bien qu’on ne reliait le registre qu'après son achèvement). Pour ce qui est de la reliure de ces volumes, on voit (folio 155), le clavaire Jacme Rogier, payer pour celle de deux d’entre eux en juin 1380 : « ... pagey per far cobrir libres e per reliar (en) que son encartamentz e costumas » (ces livres qui renferment des chartes et des « coutumes » ne peuvent être que des thalamus). Les dépenses engagées pour la reliure de ces dos libres sont détaillées au folio I64v : à la rémunération du travail du relieur, il faut ajouter les frais d’achat du matériel nécessaire à l’exécution de cette tâche (deux basanes vermeilles, trois peaux de chevreaux accommodées en parchemin, du fil, quatre couvertures en bois poli, une courroie garnie de plaques de métal pour fabriquer les fermoirs) ainsi qu’une somme affectée au travail de polissage des couvertures de bois et une autre à celui de garnissage des fermoirs.

  • 16 Cinquième « thalamus » (AA 105) ci-dessus et n. 6.
  • 17 Troisième, sixième et dixième « thalamus » (AA 103, 106 et 110), de même que dans le livre du clav (...)
  • 18 Ci-dessus n. 13 et n. 15.
  • 19 Grand registre servant pour la reddition des comptes en fin de mandat. Au folio 137 du livre du cl (...)

15Il faut maintenant aborder le problème de la dénomination de ces cartulaires. Nous avons vu que, dans l’inventaire de Mouynès, ils figurent sous le nom de thalamus. A. Blanc, dans l’article auquel nous nous sommes référée ci-dessus, les appelle également thalamus. Rappelons d’autre part les termes employés à leur sujet dans les documents médiévaux étudiés ici : ils sont au nombre de trois : registre (registrum)16, livre (libre)17 et enfin talmut que nous avons relevé sous la plume des clavaires, tant celui des années 1380-1381 que celui des années 1379-138018. On retrouve ce mot chez le clavaire de 1415 : au folio 123 de son livre de compte19, il est question de rétribuer un homme qui avait transporté, du Bourg dans la Cité, la caisse de la clavayria ainsi que als talmutz e d’autre libres de clavayria.

  • 20 Cité dans Du Cange (talmut pensionum) et dans Mistral, Le trésor du Félibrige (talmud de Sant Vict (...)
  • 21 Le petit thalamus de Montpellier publié pour la première fois par la Société archéologique de Mont (...)
  • 22 Définition de l’éditeur du « Petit thalamus » : ci-dessus n. 21.
  • 23 « Registre consulaire d’un hôtel de ville ; registre où l’on couchait les délibérations d’une muni (...)
  • 24 Lexique roman, ou Dictionnaire de la langue des troubadours..., Paris, 1836-1844, 4 vol.
  • 25 Leipzig, 1894-1918, 8 vol.
  • 26 Publié en 1909. Les indications tirées de Mistral, de Raynouard et du « grand dictionnaire » Lévy (...)
  • 27 Toulouse, 1966.

16 Talmut ou encore talmutz et non thalamus, soulignons-le, dans les sources narbonnaises médiévales. Il en est de même à Saint-Victor de Marseille où le registre dans lequel sont consignées les pensions dues à l’abbaye par les monastères et prieurés qui lui sont soumis est appelé talmut pensionum20. En revanche, c’est bien sous le nom de thalamus parvus qu’est connu le volume où sont rassemblés « outre une collection de monuments de l’ancienne législation de la commune de Montpellier, une chronique qui commence à des temps très reculés et ne s’arrête qu’au XVIIe siècle »21. Néanmoins, l’habitude d’appeler thalamus (ou bien talamus) des « manuscrits contenant des collections d’actes et de documents officiels destinés à des usages publics »22 est finalement assez peu répandue. On peut d’ailleurs remarquer que si l’on trouve une notice au mot talamus dans le Trésor du Félibrige de Frédéric Mistral23, ce terme n’apparaît ni dans le Lexique roman de F. Raynouard24, ni dans Provenzalisches Supplément Wörterbuch d’E. Lévy25, ni dans le Petit dictionnaire provençal-français du même auteur26, ni dans le Dictionnaire occitan-français de L. Alibert27. Notons enfin qu’aussi bien talmut que thalamus ne paraissent pas avoir été utilisés avant le XIVe siècle : vers 1337 à Saint-Victor, vers 1379-1381 à Narbonne (et encore en 1415), à une date indéterminé, mais semblet-il postérieure au XIIIe siècle, à Montpellier.

  • 28 José Ramón Magdalena Nom de Déu, Libro de viajes de Benjamin de Tudela, Barcelone, 1982, p. 54-56 (...)
  • 29 Jean Régné, Étude sur la condition des juifs de Narbonne du Ve au XIVe siècle, Narbonne, 1912, p.  (...)
  • 30 Aymeric III (et non IV comme le dit Régné), celui-là même qui a sans doute « concédé un consulat » (...)

17Reste à s’interroger sur l’origine de cette double appellation. L’auteur de l’introduction à la publication du Petit thalamus de Montpellier en propose deux. D’une part, le substantif latin thalamus : « chambre, lit, partie la plus secrète des temples, lieu où l’on enferme les objets précieux » d’où, par extension, collection d’actes et de documents de valeur, couchés par écrit et mis ainsi à l’abri... D’autre part, le mot talmud (écrit également thalmud ou encore talémus au Moyen Age) qui désigne « le livre des juifs, recueil de coutumes, de traditions, de lois... » à l’instar des cartulaires consulaires. Il peut paraître surprenant, néanmoins, que des chrétiens aient adopté, pour désigner ces derniers, le nom de « ce livre proscrit », objet de maintes persécutions à compter du milieu du XIIIe siècle... Il faut cependant remarquer que les villes (Narbonne, Montpellier, Marseille) où cet usage a été constaté abritent toutes trois une importante communauté juive, saluée chacune avec admiration par Benjamin de Tudèle, lors de son fameux périple, dans les années soixante-dix du XIIe siècle28. À Narbonne, en outre, cette communauté continue de bénéficier de la bienveillance des deux seigneurs de la ville tout au long du XIIIe siècle29 : en effet, le 8 mars 1218, la « juiverie vicomtale » reçoit une charte de franchises du vicomte Aymeric III30, tandis que le 10 janvier 1284, la « juiverie archiépiscopale » se voit octroyer d’importants privilèges par l’archevêque Pierre de Montbrun. Malgré tout, l’une comme l’autre sont victimes de l’ordre royal d’expulsion au début du XIVe siècle. Le débat demeure donc ouvert.

18Quoi qu’il en soit de l’origine de leur dénomination, il n’en reste pas moins que les cartulaires municipaux de Narbonne s’avèrent être une source essentielle pour la connaissance de l’histoire de la ville. Aussi faudrait-il poursuivre plus avant l’examen de ces volumes. Cette courte étude ne prétend donc pas avoir épuisé le sujet ; elle se veut, au contraire, invitation à approfondir la question...

Notes

1 Bibl. nat. de France, lat. 11015 et 12778, ainsi que Baluze, 374 : cf. Pierre Chastang, « Les fragments des cartulaires narbonnais ou la conservation de la mémoire des temps carolingiens élaborée du temps de Guifred de Cerdagne », dans Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (XIe-XIIe siècles), Paris, 2001, p. 219-272 (CTHS — Histoire, 2).

2 Germain Mouynès, Ville de Narbonne. Inventaire des archives communales antérieures à 1790. Série AA (Actes constitutifs et politiques de la commune), Narbonne, 1877 : analyses de documents classés de AA 1 à AA 189 inclus (pièces individuelles, parfois regroupées sous une cote unique, d’une part, et, d’autre part, registres). Du même auteur un second volume est consacré à ces mêmes archives communales avec comme sous-titre Annexe de la série AA, Narbonne, 1871 : il s’agit cette fois de la publication, en tout ou en partie, d’un certain nombre de documents classés par ordre chronologique du plus ancien (1148), au plus récent (1735).

3 Deux registres (ou cahiers) de parchemin : cartulaire A (AA 113) et cartulaire C (AA 115). Trois registres de papier : cartulaire B (AA 114), cartulaire D (AA 116), cartulaire E (AA 117).

4 Jacqueline Caille, « Les remparts de Narbonne des origines à la fin du Moyen Âge », dans Défendre la ville dans les pays de la Méditerranée occidentale au Moyen Age. Actes de la journée d’études du 6 mars 1999 du CHREMMO, Montpellier, Université Paul-Valéry, 2002, p. 9-37 (Monspeliensia Medievalia, 1).

5 Jacqueline Caille, « Le consulat de Narbonne : problème des origines », dans Les origines des libertés urbaines. Actes du XVIe Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public (Rouen, 1985), Rouen, 1990, p. 242-263 (Publications de l’Université de Rouen, 157).

6 À partir du folio 99, on trouve des actes du XVIe siècle, collationnés sur les originaux par un notaire. La main du XVIe siècle a rédigé (fol. 1) une « table des matières ».

7 On a une copie de ce thalamus sous la cote AA 102 : registre de papier des années 1845-1846.

8 Cf. une copie de ce thalamus sous la cote AA 100 des années 1844.

9 Cette pratique a cours tout au long du XVIe siècle, mais encore parfois au XVIIe siècle.

10 Les six premiers thalamus reproduisent des actes depuis le milieu du XIIe siècle (1146-1148-1166) ; les 7e, 8e, 9e et 10e thalamus à partir du début du XIIIe siècle (1210, 1221) ; le 11e à partir de 1246 et le 12e à partir de 1483.

11 Dans AA 99 figurent, en outre, les seings manuels du notaire et des deux tabellions.

12 A. Blanc, « Un compte de reliure de deux thalamus de Narbonne au XIVe siècle » dans Bulletin de la Commission archéologique de Narbonne, t. I, 1890-1891, p. 460-467, à la p. 464.

13 Ibidem p. 464 : « Pus, paguey a Mr Johan Arnaud, notari, perparguamin que compret per Ia franquera que copiet del Talmut (sic), la cal produc a la Cort del rey coma actor de la viela... ».

14 Ibidem, p. 462-464. Les livres des clavaires, aux archives municipales de Narbonne, sont cotés dans la série CC, mais classés non par cote mais par ordre chronologique.

15 Registre du clavaire Jacme Rogier (juin 1379-juin 1380) : achat de parchemin pour faire un cahier à introduire dans un thalamus : folio l42v : « Pus pagey... per VI pargames per far un carern per metre la carta de Perinhan que fouc mera (pour mesa) al talmut... » ; folio 143 : « Pus pagey per rayre (i.e. polir) V pargames deque fem I carem al talmut... » (A. Blanc, ibidem, p. 461 et n. 2, 3 et 4).

16 Cinquième « thalamus » (AA 105) ci-dessus et n. 6.

17 Troisième, sixième et dixième « thalamus » (AA 103, 106 et 110), de même que dans le livre du clavaire de 1380-1381.

18 Ci-dessus n. 13 et n. 15.

19 Grand registre servant pour la reddition des comptes en fin de mandat. Au folio 137 du livre du clavaire de 1380-1381 on peut lire : « ... pagey a l’obrador del s. Johan Gordana per IV mas de papier de la gran forma per far lo libre en que rendi mon comte » (A. Blanc, art. cité, p. 464, n. 1).

20 Cité dans Du Cange (talmut pensionum) et dans Mistral, Le trésor du Félibrige (talmud de Sant Victor : « livre des pensions de l’abbaye Saint-Victor, pièce qui constatait les revenus de cette maison »). Nous devons ces renseignements à M. Henri Barthès que nous remercions.

21 Le petit thalamus de Montpellier publié pour la première fois par la Société archéologique de Montpellier, d’après les manuscrits originaux, Montpellier, 1840, p. V-VI, « Introduction » : la mention thalamus parvus apparaît « sur l’une des premières feuilles du premier cahier, en caractères assez négligés, postérieurs à ceux du texte même, mais pourtant déjà fort anciens et maintenant presque effacés... ».

22 Définition de l’éditeur du « Petit thalamus » : ci-dessus n. 21.

23 « Registre consulaire d’un hôtel de ville ; registre où l’on couchait les délibérations d’une municipalité. Lu grand talamus, lu pichot talamus : noms que portent deux cartulaires des archives de Montpellier contenant les chartes et franchises municipales de cette ville ». Suit une invitation à se reporter au mot « talmud ».

24 Lexique roman, ou Dictionnaire de la langue des troubadours..., Paris, 1836-1844, 4 vol.

25 Leipzig, 1894-1918, 8 vol.

26 Publié en 1909. Les indications tirées de Mistral, de Raynouard et du « grand dictionnaire » Lévy nous ont été fournies par M. Barthès qui nous a, en outre, fait savoir qu’il n’a trouvé le mot thalamus dans aucun texte biterrois.

27 Toulouse, 1966.

28 José Ramón Magdalena Nom de Déu, Libro de viajes de Benjamin de Tudela, Barcelone, 1982, p. 54-56 (Biblioteca nueva sefarad, no VIII).

29 Jean Régné, Étude sur la condition des juifs de Narbonne du Ve au XIVe siècle, Narbonne, 1912, p. 59-114.

30 Aymeric III (et non IV comme le dit Régné), celui-là même qui a sans doute « concédé un consulat » à la Cité et probablement aussi au Bourg au tout début du XIIIe siècle : Jacqueline Caille, « Le consulat de Narbonne. Problèmes des origines » (ci-dessus n. 5), p. 246 et n. 54, 55, 56, p. 258-259.

Author

Université Paul-Valéry — Montpellier III.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540