Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Cartulaires méridionaux

 | 
Daniel Le Blévec

Les cartulaires urbains de Toulouse (XIIIe-XVIe siècles)

François Bordes

Texte intégral

  • 1 Les cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’Ecole nationale des chartes et le GDR 121 (...)

1Lorsque l’on dresse un bilan de la recherche consacrée aux cartulaires urbains, force est de constater son extrême indigence. Cette désaffection, ou ce désintérêt, est apparue de manière flagrante en 1991 par l’absence de toute contribution sur ce sujet lors du colloque que l’École nationale des Chartes et le CNRS organisèrent à Paris, et dont les actes sont devenus depuis un ouvrage de référence1. Pour reprendre une expression désormais classique, les munimenta urbains n’étaient pas encore devenus des monumenta dignes d’être étudiés en tant que tels. Il est vrai qu’ils n’ont pas pour eux l’ancienneté remarquable de leurs homologues ecclésiastiques. Si quelques-uns remontent au XIIIe siècle, nombreux sont en effet ceux des XIVe et XVe siècles, qui perdent beaucoup de leur intérêt documentaire en raison de la présence concurrente dans nos archives des titres originaux qu’ils transcrivaient.

2Ils sont pourtant aussi indispensables à analyser pour comprendre le fonctionnement des villes médiévales que leurs aînés le sont pour saisir celui des abbayes. À leur contact, les mêmes interrogations se font jour : quels événements ou quels personnages ont présidé à leur confection, et dans quel but ? Quels scribes les ont rédigés ? Quels documents y ont-ils été transcrits et comment ont-ils été organisés ? Enfin dans quelle mesure et à quelles fins ont-ils été utilisés ?

« Vrais » et « faux » cartulaires

  • 2 Ernest Roschach, Inventaire des archives communales antérieures à 1790. Tome premier. Série AA N (...)
  • 3 François Galabert, Répertoire numérique des Archives. Ancien Régime et Révolution.1re partie Sér (...)

3Les Archives de Toulouse ont la chance d’avoir préservé des injures du temps et des hommes l’ensemble des recueils de privilèges qui y furent constitués depuis le début du XIIIe siècle. Ils sont conservés dans la série réglementaire AA, classée et répertoriée de manière exhaustive en 1891 par Ernest Roschach qui organisa les documents de manière à la fois chronologique et typologique2. Trois grands ensembles furent ainsi constitués : un premier groupe de 33 registres (AA 1 à 33) rassembla les recueils généraux ou particuliers de privilèges ; puis Roschach regroupa dans des layettes de bois ou dans des recueils factices les documents originaux qu’il avait pu retrouver (AA 34 à 48) ; enfin il fit relier en registres toutes les copies et transcriptions isolées d’actes concernant les privilèges de la ville (AA 49 à 60). Lorsque son successeur François Galabert, dont l’œuvre fut terminée par Odon de Saint-Blanquat, reprit ce travail afin de le compléter par l’ensemble des séries anciennes3, il ne changea en rien cette partition de base, qu’il simplifia même en distinguant d’un côté les « Cartulaires » (AA 1 à 33) et de l’autre les « Documents originaux » (AA 34 à 60). C’est bien évidemment le premier groupe qui va nous retenir ici.

  • 4 Ibid., p. 1.

4La première étape, fondamentale, consiste à examiner de manière plus fine les recueils qui ont été regroupés sous ce terme générique de cartulaires. Galabert lui-même avait opéré dans cet ensemble une certaine distinction4 entre d’une part ce que l’on pourrait appeler les vrais cartulaires (AA 1 à 9), d’autre part les recueils factices et un registre relatifs aux péages (AA 10 à 12), et enfin des recueils de copies d’actes divers (AA 13 à 33). L’on ne peut cependant se satisfaire de cette classification qui semble conforter l’organisation des documents telle que l’avait mise en place Roschach. Celui-ci avait en effet privilégié le traitement chronologique des registres par rapport à leur typologie, entraînant par là-même une certaine confusion des genres et un éclatement de certaines suites logiques. Il est donc nécessaire de retrouver la cohérence des sous-ensembles afin de pouvoir isoler les véritables cartulaires des autres types de recueils et de constituer ainsi un corpus homogène (voir annexe I).

5Un premier niveau d’analyse fait ressortir que la pratique du cartulaire a connu deux grandes périodes, qui se caractérisent par deux différents types de recueils. La première, qui couvre le Moyen Âge et la première moitié du XVIe siècle, voit naître plusieurs compilations successives et plus ou moins méthodiques des privilèges qui semblent essentiels pour la défense des libertés de la ville. Toutes furent provoquées par des événements ou des décisions que l’on peut identifier et sur lesquels nous reviendrons. C’est le cas dès 1205 avec les deux cartulaires confectionnés par le notaire Guilhem Bernard pour le Bourg (AA 1) et la Cité (AA 2), puis en 1295 avec celui de Bernard de Sainte-Eulalie (AA 3), enfin en 1539-1540 sous la direction du notaire Pierre Salamonis et du syndic Jean Balard (AA 5).

  • 5 Jean-Philippe Genet, cit., p. 352. Cartulaires anglais du Moyen Âge », dans Les cartulaires, op.

6Parallèlement, depuis les années 1525, et de façon exclusive après 1560, cette pratique est remplacée par la tenue régulière et à peu près chronologique de livres où sont enregistrés les actes « de conséquence » (AA 17) intéressant « le prouffict de la ville » (AA 16). Deux séries différentes vont en être tenues. La première, que l’on pourrait qualifier de « noble », est écrite sur parchemin (AA 17-18, 21, 23-24, 26-27, 29, 33) ; elle débute en 1525, et forme la suite ininterrompue des « recueils des arrêts ». Par leur forme et la teneur des actes qui y sont transcrits (privilèges, lettres patentes, édits, déclarations, arrêts, etc.), ces recueils constituent une version moderne des cartulaires traditionnels et sont assimilables aux cartulairesregistres anglais5.

7Une seconde série de registres, mais sur papier cette fois-ci, naît dans les années 1515. Elle apparaît constituée d’éléments disparates, souvent qualifiés de « livres de copies », et qui se chevauchent parfois chronologiquement au XVIe siècle. Elle semble correspondre à la création d’outils d’administration devant faciliter le travail des officiers et des clercs de la ville, en relation étroite avec la réforme due à Pierre Salamonis. Très peu d’actes qui y sont copiés se retrouvent dans les livres des arrêts de la même époque et un plus grand nombre de documents concernent des affaires individuelles et réglementaires. Une suite s’en distingue, entre 1675 et 1790, celle des « registres d’arrêts en papier » (AA 28, 30 à 32).

8Quelle décision a présidé à la constitution de ces deux ensembles distincts, tant par le contenu que par le support ? Comment s’est opéré le choix de transcrire tel acte dans l’un ou dans l’autre de ces recueils ? Aucun document ne nous l’apprend malheureusement, et il y a certainement là un nouveau champ d’étude à explorer. Ce que l’on peut avancer, cependant, c’est que le support papier de ces derniers registres semble les exclure de fait du corpus des cartulaires. Dans la tradition toulousaine, comme dans celle de beaucoup d’autres cités, le parchemin reste jusqu’à la Révolution le support noble par excellence, celui sur lequel on transcrit les actes authentiques ou d’importance (« livres des matricules » des notaires créés par les capitouls jusqu’en 1530, ou bien encore les 12 « livres des Histoires », les fameuses Annales de Toulouse dont le dernier volume se clôt en 1787). Les quatre premiers grands cartulaires sont également en feuillets de parchemin, et il est donc logique que les « grands livres des arrêts » qui prennent leur suite le soient aussi.

9Outre ces recueils généraux, nous trouvons une série de registres spécifiques assimilables à des cartulaires-dossiers, et dont la confection fut dictée par la nécessité de regrouper des titres dans le cadre de procès particuliers. Dans notre cas, à Toulouse, ce furent essentiellement les problèmes liés aux leudes et aux péages qui provoquèrent la naissance de telles compilations (AA 7, 9-12). Nous pouvons agréger à ce sous-ensemble le recueil réalisé en 1547 à l’occasion de la confirmation des privilèges de la ville par Henri II (AA 8). Il ne s’agit en fait ici que de la vérification et de la légalisation par le juge mage des actes originaux qui furent présentés à l’occasion de cette confirmation.

  • 6 Pour ce cartulaire, voir Roschach, p. 104-105.

10Enfin, un dernier recueil mérite d’être mentionné et traité à part, c’est pourquoi nous nous y arrêterons plus longuement. On pourrait le qualifier de « cartulaire-répertoire d’archives », car sa confection fut dictée par une véritable réflexion archivistique (AA 6)6. C’est le seul qui soit introduit par un prologue justificatif. Empreint de toute une culture antiquisante, ce texte à la louange des édiles qui firent exécuter le recueil n’en est pas moins fort intéressant sur les motivations qui les poussèrent à cette opération de sauvegarde des archives de la maison commune. Le narrateur, qui s’adresse à son « frere et amy lecteur » et se place donc dans une logique de certaine publicité du document, nous explique qu’ils

eurent en soy ung desir ardent acompaigné d’une prompte execution de faire commencer de vidimer, suyvant le priviliege du roy par le feu roy Henry sur ce à eulx octroyé et arrest du conseil general de la ville sur ce intervenu et deliberé, les pieces et actes des archifz et iceulz desquelz la plus grande partie par leur grande antiquité et abreviations estoient de très difficille lecture et intelligence et dispergés confusemment en divers armoires et sacz desdictz archifz en dangier de soy esgarer et du tout aneantir.

11Voilà les raisons, techniques pourrait-on dire, qui les amenèrent à

faire transcripre en belle lectre et reduyre par matieres separées et suyvant l’ordre de leurs dattes en grandz livres de parchemin aux fins que plus aiseement en iceulx soient conservez et plus facilles à les lire et concepvoir leur substance, ce que fut si dextrement executé que en leur année non seullement le present code fut relié, mais ung aultre volume esgal fut quasi du tout parachevé, avec ordonnence desdictz seigneurs que iceulx seraient toutjours tenuz dans iceulxdictz archifz sans jamais en bouger aux fins que en iceulx soient par ce moyen en plus grande asseurance tenuz et conservez.

12Et pour donner encore plus de lustre à cette œuvre qui s’avérait inoubliable, on fit peindre, en face des noms des capitouls de l’année 1559, leurs portraits, comme depuis deux siècles et demi ils l’étaient sur le « Livre des histoires ».

  • 7 CC 1704, passim.

13L’affaire est assez claire : ce recueil doit être un outil méthodique et organisé de manière à se retrouver dans un dédale d’archives qu’on semblait avoir beaucoup de difficultés à appréhender. C’est ce qui explique le nom de « Premier livre des vidimus des actes et pancartes des archifz » qu’on lui donne dans les différentes pièces comptables qui lui sont consacrées7. La tâche que l’on confiait à Jean Balard fils, qui avait succédé à son père dans la charge de garde des archives, était donc à terme de transcrire et d’organiser la totalité des documents conservés dans le dépôt de la tour « des archieux ». Seul ce volume put être réalisé, les évènements politico-religieux de 1561-1562 ayant mis un terme à ce vaste chantier.

  • 8 À titre de comparaison, les Archives municipales de Lyon conservent de la même façon les cartulair (...)

14Au terme de cette analyse, nous pouvons donc conclure que la collection des cartulaires de la ville de Toulouse se compose des quatre « grands cartulaires » de l’époque médiévale et de la Renaissance, et des neuf grands « livres des arrêts » qui prennent leur suite jusqu’à la Révolution8. Nous nous en tiendrons ici à l’étude des premiers, les plus anciens et les plus prestigieux, et dont la logique de constitution n’est pas sans poser quelques problèmes.

Les cartulaires de Guilhem Bernard (AA 1 et 2)9

  • 9 Pour ces deux cartulaires, outre Roschach, p. II-IV, 1-3 et 14, voir l’édition critique de Roger L (...)
  • 10 La date de septembre 1206 pour la transcription du titre 71 semble être en effet une erreur de mil (...)
  • 11 Transaction du 5 décembre 1269 (AA 3/129).
  • 12 Il y a simplement une interversion des titres nos 69 et 70 dans AA 2.

15C’est en février 1205 que le notaire Guilhem Bernard commence à transcrire de manière authentique les privilèges et actes essentiels de la commune de Toulouse. Son travail va durer huit mois, jusqu’en septembre de la même année10, et aboutira à la constitution de deux registres, l’un pour le Bourg (AA 1) et l’autre pour la Cité (AA 2). Jusqu’à l’accord de 126911 en effet, même si le commun conseil regroupe dès le début les consuls des deux entités, celles-ci forment deux communes distinctes jouissant en particulier d’une complète autonomie financière. Guilhem Bernard copie dans chacun de ces volumes les 71 mêmes actes, pratiquement dans le même ordre12 et suivant la même forme : ils en constituent le noyau primitif. Seule diffère parfois, de quelques jours tout au plus, la date de la transcription. C’est donc au nom de l’universitas de la ville qu’il réalise ces deux recueils, et cette constatation ne peut que nous renvoyer à une première question : pourquoi, en ce début d’année 1205, décide-t-on de faire compiler les privilèges de la ville ?

  • 13 Roschach, p. 1.
  • 14 Limouzin, p. 8.

16Aucun préambule n’accompagnant les registres, aucun texte n’ayant été conservé sur le sujet, la réponse s’avère délicate, et mon prédécesseur Roschach préféra d’ailleurs rester dans le vague : « Nous ne possédons pas la délibération consulaire en vertu de laquelle la compilation a été faite ; mais, à la nature de la collection, aux précautions prises pour en assurer l’authenticité, il est aisé de voir qu’elle a une origine officielle13. » Quarante ans plus tard, Limouzin-Lamothe reprenait cette citation et se contentait d’ajouter : « Nous pouvons donc supposer que les consuls s’inquiétèrent, au début du XIIIe siècle, alors qu’ils avaient déjà conquis la plus grande partie de leurs libertés, de réunir les titres de leur indépendance et d’en conserver les copies dans leurs archives, de peur que les actes originaux ne soient soustraits frauduleusement ou ne se perdent14. » Si cette préoccupation de sauvegarde s’avère effective pour expliquer bon nombre de rédactions de cartulaires, il est pourtant difficile de s’en contenter sans chercher si des conditions particulières ne l’ont pas favorisée.

  • 15 Philippe Wolff, dir., Histoire de Toulouse. Toulouse, 1982, p. 94 et 100.
  • 16 Mentionnée pour la première fois en 1226 (AA 2/83), après la période trouble de la croisade, elle (...)

17En ce début de l’année 1205, Toulouse vit une situation relativement paradoxale. D’un côté, c’est une ville quasiment indépendante dont les consuls ont su, entre 1152 et 1189, s’affranchir du pouvoir des comtes, au point même de récupérer l’exercice de la justice criminelle et de réduire sous leur coupe un territoire très vaste. Comment, dès lors, ne pas lui accorder le titre de « république urbaine » et la comparer à ses grandes sœurs italiennes15 ? Il est par ailleurs symptomatique de voir qu’au lendemain même du serment réciproque de 1189 entre le comte Raimond V et les consuls, ceux-ci commencent une série d’acquisitions immobilières (une dizaine au total) qui prennent justement fin en 1204, à la veille de la confection des cartulaires, et aboutissent à la création d’une véritable maison commune16. Enfin, les Toulousains émancipés de la tutelle comtale viennent de mettre fin à une série de conflits avec d’autres communautés du « plat pays » : entre 1202 et 1204, pas moins de 22 traités de paix sont signés avec elles. On peut dès lors mieux comprendre qu’en ce début de l’année 1205 le chapitre consulaire ait souhaité conserver de manière plus efficace mais également plus symbolique la mémoire de ses droits et de ses actes.

  • 17 Sur cette légation, voir Michel Roquebert, L épopée cathare. 1198-1212 : l’invasion, Toulouse, 197 (...)
  • 18 Édité dans A. Villemagne, Bullaire du bienheureux Pierre de Castelnau, martyr de la Foi (16 févrie (...)

18Mais il y a un autre élément important dans l’histoire de Toulouse de l’époque qui me semble ne pas avoir été assez souligné et qui a pu servir de déclencheur à la confection de ces recueils. La ville est alors en première ligne dans la lutte qu’innocent III a entreprise pour extirper l’hérésie dans le Midi. Le comte Raimond VI ne démontrant pas spécialement sa bonne volonté sur le sujet, le pape décide en 1203 d’agir directement dans la principale cité de son domaine. Il envoie donc à Toulouse deux légats, Pierre de Castelnau et Raoul de Fontfroide, avec pour mission de soumettre les habitants à l’autorité de l’Église17. Ils vont s’y employer avec succès et obtenir, le 13 décembre 1203, un serment de fidélité que les consuls leur prêtent au nom de tous les habitants, et qui sera confirmé officiellement en mars 120418. Cet acte montre clairement la menace que les Toulousains sentaient alors peser sur eux de perdre leurs précieuses libertés : ils y font confirmer par les légats omnes illas libertates, usatica et omnes illos mores qui in Tolosa erant. Comment ne pas penser, dès lors, qu’il y avait une urgente nécessité pour eux de pouvoir disposer d’un corpus garantissant à la fois l’authenticité de ces privilèges et la sauvegarde des originaux ?

  • 19 Eadem ratione et eisdem verbis.
  • 20 AA 1/1, 28 et 33.
  • 21 Petrus Sancius, Willelmus de Sancto-Petro, Ramundus Agobertus, Arnaldus Barravus.
  • 22 Les deux cartulaires sont formés de cahiers de 4 feuillets doubles de parchemin fin et de bonne qu (...)

19C’est ce qui explique certainement la forme même de ces deux cartulaires que le notaire Guilhem Bernard entreprit de réaliser en février 1205. Tout d’abord il prend soin de copier intégralement19 les actes qu’il rassemble, allant jusqu’à transcrire fidèlement la souscription des rédacteurs primitifs et, dans trois cas20, la mention d’une copie précédente. D’autre part, il s’entoure de quatre de ses collègues21, qui souscrivent consciencieusement les 71 privilèges qu’il transcrit dans les deux recueils. Enfin, la présentation même de ceux-ci, écrits de façon régulière et soignée22, ornés d’initiales bicolores (rouge et bleu) et filigranées, démontre une importance symbolique que souligne encore la lettre enluminée du premier folio.

  • 23 Cf. François Garnier, Le langage de l’image au Moyen Âge. II : Grammaire des gestes, Paris, 1989, (...)
  • 24 Ibid., p. 89.
  • 25 Roschach, p. 14, a voulu voir dans ce personnage la représentation d’un noble.
  • 26 François Garnier, op. cit., p. 230.
  • 27 Sur l’analyse de cette seconde enluminure, voir l’article de Laurent Macé, « Pouvoir comtal et aut (...)

20Dans celle qui décore le cartulaire du bourg, un personnage aux jambes croisées revêtu d’une robe, de chausses et d’une coiffe rouges ainsi que d’un manteau bleu, pointe de son index un passage d’une charte qu’il déroule. Sa pose23, son geste et son attribut symbolisent sans conteste le droit. L’enluminure du cartulaire de la cité est plus riche mais aussi plus complexe. A n’en pas douter, le rôle prééminent de cette partie de la ville, la plus ancienne, celle qui abrite le pouvoir politique (le Château Narbonnais des comtes) et le pouvoir religieux (la cathédrale Saint-Étienne), a dû certainement jouer dans l’esprit de l’enlumineur et de ses commanditaires pour cette représentation. On y distingue clairement trois registres superposés et bien distincts, où sont représentés trois personnages inscrits dans des cercles. Au bas de l’enluminure, nous retrouvons un homme qui rappelle par son costume celui de l’exemplaire du bourg. Vêtu du même costume (peut-on y voir la première représentation des robes capitulaires ?), il arbore une barbe, signe par excellence de la sagesse24, et il désigne non plus un parchemin mais un livre ouvert, celui de la loi. L’interprétation que l’on peut avancer est que nous sommes en présence ici, comme dans le cartulaire du bourg, d’une image du consulat dans l’exercice de la justice. Au-dessus, un personnage plus jeune présente également de sa main gauche un livre ouvert. Assis sur un coussin, il a les jambes croisées et tient dans sa main droite l’épée de la justice25. On peut l’identifier sans crainte de se tromper au viguier comtal qui assurait, conjointement avec les consuls, la juridiction sur la ville. Enfin, dans le registre supérieur, le comte en majesté, ceint de sa couronne, déroule de sa main droite un phylactère (symbole de possession de la vérité et de la sagesse26) et tient de sa main droite un sceptre. C’est lui qui, d’Alphonse-Jourdain à Raimond VI, a concédé ou confirmé les principaux privilèges de la ville et c’est à lui que les consuls restent fidèles dans les temps de crise27.

  • 28 Roschach, p. III.
  • 29 Limouzin, p. 27.

21L’analyse de la logique de constitution de ces cartulaires n’est pas sans poser problème. Selon Roschach, « cette compilation est faite sans aucune espèce de méthode, mais avec une velléité d’ordre chronologique peu rigoureux et compromis par de fréquentes interversions »28, critique reprise par Limouzin-Lamothe. Ce dernier attribue cette absence de toute méthode à la difficulté pour Guilhem Bernard de se procurer les originaux dispersés chez des particuliers, et donc à l’obligation qu’il eut de les transcrire au jour le jour, au fur et à mesure de ses récupérations29. Il semble difficile aujourd’hui de se satisfaire de ce discours, et sans que l’on puisse parler véritablement d’organisation logique du travail du copiste, on discerne un certain nombre d’ensembles cohérents de documents.

  • 30 Ces 9 derniers documents datent tous de l’année 1203.

22Le recueil commence par trois privilèges des comtes parmi les plus anciens (1141, 1147 et 1164 ; AA 1/1-3), immédiatement suivis par les « établissements » des consuls également les plus anciens (deux de 1152, puis 1181 et 1182 ; AA 1/4-7), dans un strict ordre chronologique. Viennent ensuite une nouvelle série de privilèges, moins éloignés dans le temps mais également transcrits du plus ancien au plus récent (entre 1189 et 1196 ; AA 1/8-12), puis de nouveaux deux groupes de constitutions consulaires (de 1193 à 1197 et de 1201 à 1204 ; AA 1/16-18 et 23-27) séparés par une série de jugements des consuls (de 1193 à 1199 ; AA 1/20-22). Deux autres ensembles concernant le patrimoine de la ville, et en particulier les achats d’immeubles et de droits pour ce qui sera le noyau de la maison commune, sont transcrits un peu plus loin (AA 1/31-32, 34-37 et 43-5130), entrecoupés par une première série de traités passés en 1202 (AA 1/38-42) et suivis d’une seconde plus récente (de 1202 à 1204 ; AA 1/57-70). On peut donc conclure que même si, de temps en temps, quelques documents isolés viennent s’intercaler de façon illogique dans l’ensemble général, Guilhem Bernard a travaillé avec une certaine organisation, dictée peut-être par un embryon d’organisation des archives de la ville.

  • 31 33 actes furent transcrits sur le cartulaire du Bourg entre 1227 et 1279 et 15 dans celui de la Ci (...)
  • 32 Limouzin, p. 139-143.
  • 33 AA 1/73 (Limouzin, p. 405) : propter incuriam aut negligentiam consulum et notariorum eorumdem, pe (...)
  • 34 Ibid. : thesauro stabilamentorum in civitate tolosana et suburbio nichil preciosus habeatur ; les (...)

23Ce fut également en partie le cas de ses continuateurs, qui augmentèrent les deux recueils primitifs d’un certain nombre d’actes à partir de 122731. Cette reprise, après la grave crise albigeoise qui vit de sérieuses privations de libertés pour la ville32, s’explique certainement en partie par l’établissement que les consuls firent le 13 mai de cette année : ils y signalaient qu’en raison de l’incurie de leurs prédécesseurs les établissements n’étaient plus transcrits dans des registres publics33, qu’il n’y avait pourtant rien de plus précieux que ce trésor34, et prescrivaient en conséquence que quatre notaires (deux du bourg et deux de la cité) tiennent à jour chaque année les livres de ces établissements consulaires.

24Malgré la négligence soulignée par Roschach et Limouzin-Lamothe, et en particulier l’absence de toute décoration, le cartulaire du bourg, plus complet, renferme dans ce supplément deux ensembles logiques : le premier est composé de 12 privilèges transcrits dans un ordre chronologique strict (d’avril 1222 à avril 1223 ; AA 1/76-87), et le second de 6 puis 2 constitutions consulaires (AA 1/88-93 et 96-97). On peut noter ici que sur la cinquantaine d’actes supplémentaires une dizaine seulement comporte des mentions de souscriptions.

Le cartulaire de Bernard de Sainte-Eulalie ou « Livre blanc » (AA 3)35

  • 35 Pour ce cartulaire, voir Roschach, p. XIII-XV et 15-17.
  • 36 Et non du 8 septembre, comme le déclare Roschach, suivant en cela une copie fautive du XVIIIe sièc (...)
  • 37 Ad conservationem statutorum, libertatum, immunitatum et aliorum jurium ad Tolosam pertinentium.
  • 38 Et ad memoriam eorum (...) ut venerabilium nobiliumque virorum res gestae pateant.

25La deuxième grande compilation voit son origine dans une décision capitulaire de novembre 129536. Par cet acte, les membres du chapitre communal chargent le notaire Bernard de Sainte-Eulalie de commencer la tenue d’un grand livre de la ville, divisé en six parties distinctes. Leurs motivations, exprimées dans leur délibération, sont dictées d’un côté par un souci de bonne conservation de leurs privilèges37, et de l’autre par un désir évident de commémoration38.

  • 39 BB 204 à 213.

26La répartition primitive ordonnée par le chapitre communal prévoyait donc six chapitres distincts. Le premier comportait essentiellement le procès-verbal des élections consulaires annuelles et la formule du serment prêté par les consuls ; le deuxième consistait en une copie des coutumes de la ville ; le troisième devait recueillir les privilèges et statuts intéressant la commune ; on trouvait dans le quatrième la copie des lettres des rois, puis dans le cinquième la copie des arrêts des juridictions royales et de tous les documents pouvant être utiles au bon gouvernement de la ville ; et enfin, dans le sixième serait dressée la liste de tous les notaires détenteurs de minutes et protocoles de notaires décédés ou éloignés de la ville de manière définitive. On peut aisément comprendre que très vite un seul volume ne suffit pas à contenir cet ensemble, qui fut, dès le XIVe siècle, démembré. La première partie devint vers 1390, sous le nom de « Libre vermeilh », le premier volume de l’exceptionnelle série des « Annales » de la ville. La sixième ne fut peut-être jamais mise en œuvre, mais la chancellerie capitulaire tenait par ailleurs à jour depuis 1266 des « livres matricules » enregistrant tous les notaires créés ainsi que les mutations39.

27Enfin les parties 2 à 5 donnèrent naissance à ce nouveau cartulaire, que commença Bernard de Sainte-Eulalie et qui fut enrichi pendant plus de deux cents ans. On y remarque deux belles enluminures : l’une, qui devait se situer au début du recueil originel, représente un I majuscule terminé par la tête d’un serpent soufflant dans une trompette (AA 3/12) ; l’autre, plus tardive puisque illustrant la publication d’une ordonnance du sénéchal réglant le différend entre le viguier et le corps de ville sur l’élection des capitouls en 1402 (AA 3/247), fait nettement apparaître Toulouse comme l’une des bonnes villes du royaume : l’écu de France, à gauche, côtoie sur un même niveau celui de la ville. La forme sous laquelle se présente aujourd’hui le manuscrit traduit bien cette situation. Le relieur qui, vers le début du XVe siècle, fut chargé de regrouper en un volume les cahiers qu’on lui apporta le fit sans discernement (ou sans instructions précises). Nous sommes donc face à un véritable puzzle, constitué alternativement d’ensembles écrits sur deux colonnes ou à longues lignes, avec des groupes de feuillets de différentes époques ayant perdu leur logique d’origine.

28La principale tâche de Bernard de Sainte-Eulalie consista en fait à recopier l’ensemble du cartulaire du Bourg, ce qu’il réalisa entre novembre 1295 et mai 1296 (AA 3/12-115). Il le fit très consciencieusement, dans le même ordre strict que l’original, et s’entourant comme son prédécesseur Guilhem Bernard de deux de ses collègues qui souscrivent les actes. Dès lors, ce nouveau recueil va devenir le seul cartulaire de référence jusqu’au XVIe siècle sous le nom de « Livre blanc », et l’on va suivre sa trace jusqu’à la Révolution sous celui de « Livre blanc ancien ». Sainte-Eulalie copia peut-être également les coutumes, complétées des articles refusés par le roi, ainsi que le règlement royal de 1283 sur l’organisation municipale, mais ces textes ne comportent aucune mention de souscription (AA 1-4).

29D’autres notaires poursuivirent cette œuvre, dans le même esprit et la même forme que son initiateur, associant deux confrères à l’authentification de leurs copies. En 1322 ce fut le cas de Petrus Boneti (AA 3/125-127 et 242-246), puis entre 1326 et 1340 de Guillermus Ayssada (AA 3/129, 256-258), suivi entre 1352 et 1357 de Jacobus Athonus de Lauduno (AA 3/230-237 et 248-249), et enfin, entre autres au XVe siècle, par Petrus Guillermus de Fraxino, alias Peyronis (AA 3/281-282, 285, 287, 289, 298-299). Il est à noter que trois actes ont une souscription de Ramundus Vitalis et de deux autres notaires datée de juillet 1294 (AA 3/239/241), mais leur cursivité et leur réunion à un ensemble de la même main transcrit en 1322 par Petrus Boneti nous incitent à penser qu’ils furent copiés à cette dernière date. Une analyse rapide, qu’il serait nécessaire d’approfondir, fait apparaître que ce sont les actes les plus anciens ou les plus importants pour la défense éventuelle des droits de la ville qui bénéficièrent de ce traitement de faveur. Les mandements et les arrêts du parlement, souvent d’ailleurs transcrits au fil du temps sans application et dans un simple ordre chronologique qui laisse parfois à désirer, ne comportent aucune souscription.

  • 40 Roschach, p. XXXVIII-XXXIX.

30Deux siècles après sa naissance, ce cartulaire, déjà relié de façon illogique, servit de base au travail méthodique de l’assesseur Bernard de Gaillac, auteur du premier grand répertoire des archives de la maison commune en 149540. Et c’est certainement lui qui le premier se rendit compte de la dégradation du document, fragilisé par un maniement répété et dans lequel l’effacement de certains passages se doublait déjà de difficultés paléographiques pour ses utilisateurs.

Le « Vidimat du Livre blanc » (AA 5)41

  • 41 Pour ce cartulaire, voir Roschach, p. 62-63.
  • 42 BB 9, fol. 108.
  • 43 Roschach, p. XLV-XLVIII.
  • 44 Ibid., p. LI-LVII.

31Il revient aux capitouls de 1528-1529 de décider enfin de la réfection du recueil de Bernard de Sainte-Eulalie. Dans leur délibération du 10 décembre 1529, trois jours à peine avant de céder la place à leurs successeurs, ils évoquent le problème devant le conseil : « En tractant d’aultres affaires concernans le bien, profit et utilité de la chouse publicque, et entre aultres pour ce que, ainsi qu’est notoire, le livre blanc de la maison de céans, à cause de son ancienneté, en plusieurs parties d’icelluy est effacé et difficille à lire et journellement la lettre se consume, qui redonde au grand dommaige du bien publicque, et plus serait si n’y estoit pourveu, pour icelle cause et aultres plusieurs considérations à ce mouvans, ledit conseil general illec present, par deliberation d’icelluy a esté conclud et ordonné que ledict libre blanc sera reffaict tout neuf en parchemin par maniere de vidimus et script en grosse lettre en fourme deue, faisant faire aux despens de la ville, et de ce seront chairgés les prochains capitouls42. » Cette décision intervenait logiquement comme un point d’orgue d’une part au travail de reprise en main des archives engagé depuis 1519 par les élus sous la houlette de leur syndic Jean Balard43, et d’autre part à l’aboutissement, en cette année 1529, de la construction de la « tour des archieux » entamée en 152544.

  • 45 BB 79, p. 789-790 ; La Perrière reçoit pour ce travail la somme de 6 écus au soleil ; sur ce perso (...)

32Malheureusement, les capitouls qui se succédèrent pendant les dix ans suivants ne purent (ou ne voulurent) honorer l’engagement de leurs prédécesseurs et il fallut attendre les années 1538-1540 pour que l’opération de réfection du vieux cartulaire puisse enfin voir le jour. La décision fut prise en consistoire le 30 septembre 1538 : « Pour ce que, par advis de conseil general, a esté dict que le libre blanc sera reffaict à cause de son ancienneté attendu la qualité dudict libre qui est ung des principaulx et necessaires registres de ladicte ville, a esté ordonné que ung commencement sera faict audict libre sur la fondation antique de ladicte ville et autres chouses que maistre Guillaume La Perriere, docteur, sçaura trop mieulx adviser, ce que despuis il a faict et mys devers messieurs les capitoulz45 ».

  • 46 Greffier et secrétaire du consistoire depuis 1522, il fut à l’origine de la modernisation de l’adm (...)
  • 47 BB 9, fol. 307.

33Les circonstances précises de la réactivation de cette refonte ne sont pas données, mais nous pouvons ici aussi avancer une hypothèse. Ces années sont marquées par un long (et énième) procès sur les droits de leude, au cours duquel la ville se voit contrainte de fournir au Conseil du roi l’ensemble des titres originaux concernant ce sujet. Pierre Salamonis, greffier du consistoire46, fut chargé de leur sélection et l’on transféra à Paris deux grands coffres de parchemins. On prit cependant soin de confectionner un registre particulier rassemblant les copies des privilèges liés à ces droits de leudes et péages (AA 12). Les archives de la ville furent ainsi privées de leurs chartes de mars à juillet 1540 et les capitouls eurent toutes les peines à en récupérer une partie transférée entre temps à Orléans. L’urgence d’une nouvelle transcription de tous les titres originaux les plus importants avait donc dû se faire sentir d’une manière très claire à cette occasion. D’autre part, l’un des privilèges ancestraux des capitouls, celui de créer les notaires, faisait l’objet depuis plusieurs mois d’attaques en règle de la part de la royauté et nécessitait fréquemment le recours à des documents originaux dont certains, semble-t-il, avaient brûlé lors du grand incendie de 146347.

34En fait, si le nom de « vidimé » ou « vidimat » (en occitan) lui fut dès le début et définitivement appliqué, selon les termes mêmes de la délibération de 1529, ce recueil ne constitue en rien une copie fidèle et complète de son illustre grand frère, dont il ne transcrit même pas le quart des actes qu’il conservait (voir annexe II, tableau 2).

35Il se compose de deux parties distinctes. La première, introduite par la plus ancienne chronique sur la naissance de la ville et le règlement des archives, comprend un certain nombre de pièces historiques (on y trouve entre autres des relations d’entrées royales) ainsi que des actes essentiels et des privilèges de la ville (AA 5/1-164) ; la seconde consiste en une transcription de titres suivant un ordre méthodique (classement alphabétique de matières), qui reproduisait en fait celui des archives de la maison commune depuis le XVe siècle. Le document est soigné dans sa réalisation malgré de très nombreuses enluminures dont la place fut réservée mais qui ne furent jamais exécutées, comme chez ses prédécesseurs. Il est aussi très imposant, avec ses 885 folios protégés par une reliure ancienne en peau, estampée de fleurs de lis, de croix de Toulouse et de fleurons.

  • 48 CC 1678 p. 513 : il reçoit le 5 septembre 1539 60 livres tournois « pour paiement et solution de l (...)
  • 49 CC 2400/190 et 191.

36Si Guillaume de La Perrière fut l’ordonnateur général de l’ouvrage, le syndic Jean Balard en fut la cheville ouvrière. Nanti de l’office de « garde des archives », il travailla de concert avec le greffier Pierre Salamonis. Quant à la transcription, elle fut réalisée sous leurs ordres par deux écrivains, Vidal Mène48 et Guillaume Masaudier. Nos archives ont conservé la requête que ce dernier adressa à la fin de l’année 1540 aux capitouls : il y explique que depuis près d’une année, « pour l’utillité des droiz, pieces et intelligence des archifz de vostre maison commune, il a vacqué à registrer, grossoier et mectre au nect en livre autenticque plusieurs actes, estatuz, privilleiges et aultres documens » et que « par longues journées il a exposé en ce plusieurs peines et travaulx », et il en demande donc une juste rétribution49. Salamonis, au bas de l’acte, confirme que l’écrivain avait jusqu’alors transcrit 166 feuillets du livre blanc et qu’on pouvait donc lui payer le solde de la somme de 83 livres qui lui était due suivant le contrat passé avec lui par la ville.

  • 50 La partie méthodique s’arrête à la lettre P.

37Ce monumental travail, qui semble inachevé50, fut le dernier véritable cartulaire de la maison commune. Avec son prédécesseur, ils devinrent des outils de travail inestimables pour une collectivité en proie incessante aux tracasseries royales. Nombre d’originaux anciens ayant disparu avec le temps, les actes authentiques transcrits tant dans le Livre blanc que dans le Vidimé fournissaient un recours pratique et efficace pour les nombreuses productions que la ville devait faire dans ses nombreux procès. Par ailleurs, la série des registres des arrêts commencée en 1525 permettait de retrouver rapidement les documents plus récents. Enfin, vingt ans plus tard, Jean Balard fils allait continuer l’œuvre archivistique entamée par son père dans la seconde partie du cartulaire de 1539, donnant naissance au superbe répertoire de 1559 dont nous avons parlé plus haut.

  • 51 Seules Abbeville (Stein 5) et Montauban avec son « Livre rouge » (Stein 2506) sembleraient l’avoir (...)

38Au terme de cette présentation, il faut tout d’abord noter l’extrême précocité de la pratique du cartulaire urbain à Toulouse51. Si l’on dépouille consciencieusement la bibliographie de Stein, l'on se rend compte que la majorité des recueils de chartes de villes ont été réalisés aux XIVe et XVe siècles. Il semble évident que la situation politico-religieuse des années 1203-1205 a joué un rôle déterminant dans la rédaction des cartulaires de Guilhem Bernard, mais également que la maturité des institutions municipales était telle qu’elle permettait une telle compilation.

39En second lieu, on décèle une évolution dans la conception même de l’outil cartulaire. D’une simple nécessité juridique, primordiale par ailleurs, de pouvoir retrouver facilement les privilèges fondamentaux de la ville et d’un souci naturel d’assurer ainsi leur sauvegarde, on est passé à une conception plus large de son usage. L’action des gardes des archives, Bernard de Gaillac à la fin du XVe siècle et Jean Balard père et fils à partir des années 1520, n’est sans doute pas étrangère à ce changement. Le cartulaire va dans un premier temps prendre une forme bâtarde, entre véritable cartulaire et répertoire méthodique de documents (AA 5), avant d’être remplacé d’une part par des registres tenus au jour le jour par la chancellerie communale (voir annexe I, no 2 : cartulaires registres) et d’autre part par un début de répertoire systématique et méthodique de l’ensemble des archives (AA 6). La présence à Toulouse du parlement à partir de 1444, la pression qu’il fit subir à la ville depuis son installation et l’augmentation de l’activité et de la production bureaucratique qui en découla jouèrent à coup sûr également un rôle important dans cette mutation. Une des preuves de cette perte de valeur juridique me semble résider dans l’abandon progressif, et définitif en 1540, de la souscription par les notaires des documents qu’ils transcrivaient.

40Enfin, on ne peut qu’être frappé par la symbolique portée à l’origine par ces recueils. Les enluminures et les lettres ornées qui les décorent (AA 1, 2 et 3), l’intégration en guise d’introduction de textes historiques fondateurs (AA 5) le démontrent clairement. Mais la qualité de l’ouvrage des premiers transcripteurs contraste nettement dans chaque recueil avec la négligence de leurs continuateurs. On sent bien que Guilhem Bernard, Bernard de Sainte-Eulalie et Jean Balard (dirigeant le travail de Masaudier) ont pleinement intégré la notion de trésor associée au cartulaire, mais que, le temps passant et les motivations premières s’estompant, leurs successeurs la perdirent complètement : la place des initiales reste en blanc, la couleur n’est plus utilisée dans les titres ni dans les rubriques, l’écriture se relâche. Chacun de ces cartulaires subit la même évolution aboutissant à cette dégradation formelle du document. On peut cependant se réjouir qu’il y ait toujours eu des hommes préoccupés de leur sauvegarde et qui leur ont permis de traverser les siècles sans perte irrémédiable.

Annexes

Annexe I

1) Cartulaires généraux

AA 1

1141-1279
Registre parchemin, 126 fol., 27 X 18cm
Premier cartulaire du Consulat, dit « Ildefonsus » ; cartulaire du Bourg, rédigé en 1205
Stein 3887

AA 2

1141-1279
Registre parchemin, 118 fol., 27 X 18cm
Premier cartulaire du Consulat (variante) ; cartulaire de la Cité, rédigé en 1205

AA 3

1141-1556
Registre parchemin, 251 fol., 44 X 27,5cm
Livre Blanc de la Maison commune, rédigé en 1295
Reliure en veau fauve ; au dos : « Principaux titres de la ville de Toulouse depuis 1141 jusques à 1556 »
Fréquemment cité sous le nom de Livre blanc, Liber magnus albus anticus, Livre blanc ancien de la maison commune
Stein 3888

AA 5

1152-1539
Registre parchemin, 889 fol., 41,5 X 28cm
Compilation générale des privilèges de la ville et de nombreux titres des archives, exécutée par ordre des capitouls de l’année 1539-40, connue sous le nom de Vidimé du Livre Blanc, ou même de Grand Livre Blanc
Stein 3890

2) Cartulaires registres

AA 17

1er livre des arrêts
[1488] 1525-1556
Registre parchemin, 164 fol., 35 X 24 cm
Reliure ancienne en basane verte ; mention manuscrite : « VIII, Io »

AA 18

2e livre des arrêts
[1484] 1555-1588, 1613
Registre parchemin, 216 fol., 43 X 31 cm
Reliure ancienne en basane verte ; mention manuscrite : « II » II »

AA 19

1488-1563
Registre parchemin, 643 fol., 35 X 25cm
Reliure moderne
Il s’agit de la copie intégrale du AA 17 (fol. 1-430) et de 94 titres du AA 18

AA 21

3e livre des arrêts
[1553] 1587-1616
Registre parchemin, 129 fol., 41,5 x 32 cm
Reliure ancienne en basane verte ; reste d’inscription manuscrite : « III »

AA 23

4e livre des arrêts
[1526] 1618-1627
Registre parchemin, 128 fol., 38 x 27 cm.
Reliure ancienne en basane verte ; inscription manuscrite : « IV »

AA 24

5e livre des arrêts
[1495] 1627-1652
Registre parchemin, 228 fol., 38 X 27 cm
Reliure ancienne en basane verte ; inscription manuscrite : « V »

AA 26

6e livre des arrêts
[1537] 1653-1671
Registre parchemin, 288 fol., 41,5 X 26 cm
Reliure ancienne en basane verte ; inscription manuscrite : « VI »

AA 27

7 e livre des arrêts
[1661] 1672-1746
Registre parchemin, 206 fol., 42 X 33 cm
Reliure ancienne en basane verte ; inscription manuscrite : « VII »
Page de titre ornée : « Sepdesme livre des arrests consernant les privilèges de la ville de Tolose, commancé l’année M D C LXXII, estans capitouls » ; suit la liste des capitouls par capitoulat

AA 29

8e livre des arrêts
[1555] 1746-1781
Registre parchemin, 195 fol., 43 X 34 cm
Reliure ancienne en basane verte ; inscription manuscrite : « VIII registre des arrêts »

AA 33

9e livre des arrêts
[1774] 1781-1816
Registre parchemin, 217 fol., 47 X 33 cm
Reliure ancienne en basane bleue ; inscription manuscrite : « IX regitre [sic] des arrêts »

3) Cartulaires-dossiers

— Privilèges

AA 8

1264-1574
Registre papier, 409 fol., 29 X 20cm
Reliure moderne
Recueil constitué à l’origine en vue de la confirmation des privilèges de la ville par Henri II en 1547 (actes légalisés en lots par le juge mage Michel du Faur) (1-94) ; augmenté des actes liés à la confirmation des privilèges par François II en 1559 (95-97) et par Henri III en 1574 (98-99)

— Leudes et péages

AA 9

1219-1512
Registre parchemin, 18 fol., 43 X 27,5cm
Reliure moderne
Fragment de registre

AA 12

1529-1539
Registre parchemin, 130 fol., 35 X 28cm
Reliure moderne
Sur le premier folio : « Livre leudaire »

4) Registres

— Registres des arrêts en papier

AA 28

[1673] 1675-1737
Registre papier, 317 fol., 36 X 24,5 cm
Reliure ancienne en basane verte
1er registre des arrêts en papier
Les 44 premiers actes sont la copie du AA 27/17-60

AA 30

[1734] 1741-1763
Registre papier, 233 fol., 42 X 27 cm
Reliure moderne
2e registre des arrêts en papier

AA 31

[1717] 1763-1778
Registre papier, 233 fol., 48 X 31 cm
Reliure moderne
Page de titre : « Troisième registre des arrests en papier commencé le 30 juillet 1763 »

AA 32

[1757] 1778-1790
Registre papier, 217 fol., 49 X 32 cm
Reliure parchemin ; inscription manuscrite : « Quatrième registre des arrêts en papier, commancé le 1778 »

— Recueils de copies

AA 4

1192-1322
Registre papier, 64 fol., 30 x 22,5cm
Reliure moderne
Stein 3889
Cahiers à l’origine enliassés maintenus ensemble par un lien (tous les folios présentent un trou en partie basse)

AA 16

[1546] 1554-1656
Registre papier, 492 fol., 42 x 28 cm
Reliure moderne

AA 14

[1427] 1562-1568
Registre papier, 208 fol., 34 x 24 cm
Reliure moderne

AA 15

[1539] 1568-1575
Registre papier, 451 fol., 33 x 23 cm
Reliure moderne

AA 20

[1488] 1555-1608
Registre papier, 355 fol., 41 x 27,5 cm
Reliure ancienne en basane verte

AA 22

[1563] 1609-1645
Registre papier, 328 fol., 41,5 x 27 cm
Reliure moderne

AA 25

[1248] 1645-1759
Registre papier, 314 fol., 42,5 x 30 cm
Reliure moderne
Page de titre : « Livre des copies comancé en l’année mil six cens quarante cinq, estans capitoulz » ; suit la liste des capitouls

5) Répertoire d’archives

AA 6

1152-1560
Registre parchemin, 267 fol., 46 x 31cm
Fol. 2v : Peinture des capitouls de l’année 1559 Fol. 3 : « Premier livre des pièces, actes et regestres treuvez confusemment en divers armoires, sacz et livres des archifz de la maison de la ville, et au present livre transcriptz, vidimez et reduictz par matieres et rubricques separées et par bonne forme suyvant l’ordre de leurs dattes, et ce l’année du capitole tholozain mil cinq cens cinquante neuf finissant mil cinq cens soixante, estans esleus et instituez à régir et pollicier icelluy les nobles huict seigneurs capitolz cy dessoubz nommez, et en ce mesme fulhet tourné au vif tirez et depainctz » ; suit la liste des capitouls par capitoulat

6) Recueils factices52

AA 7

1220-1528
Registre papier, 345 fol., 28 X 19cm
Reliure moderne
Recueil factice de copies collationnées servant à établir les privilèges de la ville de Toulouse en matière de leude et péage, formé à l’occasion d’un procès de la ville contre le domaine

AA 10

1160-1526
Registre papier, 65 fol., 29 X 20cm
Reliure moderne
Recueil factice de pièces de procédure et de copies collationnées servant à établir les privilèges de la ville de Toulouse en matière de leude et péage, formé à l’occasion d’un procès de la ville contre le domaine

AA 11

1312-1536
Registre papier, 268 fol., 28 X 20cm
Reliure moderne
Recueil factice de pièces de procédure et de copies collationnées servant à établir les privilèges de la ville de Toulouse en matière de leude et péage, formé à l’occasion d’un procès de la ville contre le domaine

AA 13

[1328] 1515-1553
Registre papier, 529 fol., 29 X 20 cm
Recueil en partie factice
Reliure moderne

Annexe II. Tableaux de comparaison des cartulaires toulousains

1) Renouvellement des cartulaires53

1) Renouvellement des cartulaires53

2) Emprunts comparés des cartulaires

2) Emprunts comparés des cartulaires

Notes

1 Les cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’Ecole nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS (Paris, 5-7 décembre 1991), réunis par Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse, Paris, 1993 (Mémoires et documents de l’École des Chartes, 39) ; nous adopterons ici la définition du cartulaire élaborée par les organisateurs de cette rencontre : « transcription organisée, sélective ou exhaustive, de documents diplomatiques, réalisée par le détenteur de ceux-ci ou pour son compte » (ibid, p. 7).

2 Ernest Roschach, Inventaire des archives communales antérieures à 1790. Tome premier. Série AA Numéros 1 à 60, Toulouse, 1891 (désormais : Roschach).

3 François Galabert, Répertoire numérique des Archives. Ancien Régime et Révolution.1re partie Séries AA-FF, terminé par Odon de Saint-Blanquat, Toulouse, 1961.

4 Ibid., p. 1.

5 Jean-Philippe Genet, cit., p. 352. Cartulaires anglais du Moyen Âge », dans Les cartulaires, op.

6 Pour ce cartulaire, voir Roschach, p. 104-105.

7 CC 1704, passim.

8 À titre de comparaison, les Archives municipales de Lyon conservent de la même façon les cartulaires médiévaux réalisés au XIVe siècle par Étienne de Villeneuve (AA 1 et 2), puis, à partir du début du XVIe siècle, des registres chronologiques d’édits, ordonnances, arrêts, etc. (AA 6-19 et 151)

9 Pour ces deux cartulaires, outre Roschach, p. II-IV, 1-3 et 14, voir l’édition critique de Roger Limouzin-Lamothe, La commune de Toulouse et les sources de son histoire (1120-1249), Toulouse-Paris, 1932 (désormais : Limouzin).

10 La date de septembre 1206 pour la transcription du titre 71 semble être en effet une erreur de millésime de la part du scribe, comme le pensait Limouzin (p. 45).

11 Transaction du 5 décembre 1269 (AA 3/129).

12 Il y a simplement une interversion des titres nos 69 et 70 dans AA 2.

13 Roschach, p. 1.

14 Limouzin, p. 8.

15 Philippe Wolff, dir., Histoire de Toulouse. Toulouse, 1982, p. 94 et 100.

16 Mentionnée pour la première fois en 1226 (AA 2/83), après la période trouble de la croisade, elle devait certainement exister dans les faits dès les années 1205-1210.

17 Sur cette légation, voir Michel Roquebert, L épopée cathare. 1198-1212 : l’invasion, Toulouse, 1970, p. 158-161.

18 Édité dans A. Villemagne, Bullaire du bienheureux Pierre de Castelnau, martyr de la Foi (16 février 1208), Montpellier, 1917, p. 42-44, et dans Guillaume de Catel, Histoire des comtes de Tolose..., Toulouse, 1623, p. 236-237.

19 Eadem ratione et eisdem verbis.

20 AA 1/1, 28 et 33.

21 Petrus Sancius, Willelmus de Sancto-Petro, Ramundus Agobertus, Arnaldus Barravus.

22 Les deux cartulaires sont formés de cahiers de 4 feuillets doubles de parchemin fin et de bonne qualité, de petit format, avec réglure à la mine de plomb, et écrits en majorité sur 26 lignes.

23 Cf. François Garnier, Le langage de l’image au Moyen Âge. II : Grammaire des gestes, Paris, 1989, p. 158-159, qui a en particulier la conviction que l’attitude des jambes croisées « est par excellence celle du personnage qui remplit les fonctions de Juge ».

24 Ibid., p. 89.

25 Roschach, p. 14, a voulu voir dans ce personnage la représentation d’un noble.

26 François Garnier, op. cit., p. 230.

27 Sur l’analyse de cette seconde enluminure, voir l’article de Laurent Macé, « Pouvoir comtal et autonomie consulaire à Toulouse : analyse d’une miniature du XIIIe siècle », dans Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, tome LXII, 2002, p. 51-59.

28 Roschach, p. III.

29 Limouzin, p. 27.

30 Ces 9 derniers documents datent tous de l’année 1203.

31 33 actes furent transcrits sur le cartulaire du Bourg entre 1227 et 1279 et 15 dans celui de la Cité entre 1227 et 1249, dont 11 communs sur lesquels 10 ont été copiés dans un ordre différent entre les deux exemplaires.

32 Limouzin, p. 139-143.

33 AA 1/73 (Limouzin, p. 405) : propter incuriam aut negligentiam consulum et notariorum eorumdem, penes eosdem notarios inscripta remanerent neque in libris publicis scriberentur, immo oblivionis nebula tegerentur.

34 Ibid. : thesauro stabilamentorum in civitate tolosana et suburbio nichil preciosus habeatur ; les consuls ajoutent qu’ils prennent cette décision ne gemma stabilimentorum negligentie et oblivionis pedibus conculcetur.

35 Pour ce cartulaire, voir Roschach, p. XIII-XV et 15-17.

36 Et non du 8 septembre, comme le déclare Roschach, suivant en cela une copie fautive du XVIIIe siècle, l’original ayant disparu avec le premier livre des Annales dans la tourmente révolutionnaire ; le texte d’origine a été rétabli à partir d’un manuscrit des Archives départementales de la Haute-Garonne (ms. 17), d’une copie du XVIIIe siècle des AMT (non cotée) et d’un manuscrit de la Bibliothèque municipale de Toulouse (ms. 696) ; il sera publié dans ma thèse actuellement en préparation : « Le premier livre des Annales de Toulouse : formes et enjeux de la mémoire urbaine au Moyen Âge », Univ. Toulouse-Le Mirail, sous la dir. de M. Fournié.

37 Ad conservationem statutorum, libertatum, immunitatum et aliorum jurium ad Tolosam pertinentium.

38 Et ad memoriam eorum (...) ut venerabilium nobiliumque virorum res gestae pateant.

39 BB 204 à 213.

40 Roschach, p. XXXVIII-XXXIX.

41 Pour ce cartulaire, voir Roschach, p. 62-63.

42 BB 9, fol. 108.

43 Roschach, p. XLV-XLVIII.

44 Ibid., p. LI-LVII.

45 BB 79, p. 789-790 ; La Perrière reçoit pour ce travail la somme de 6 écus au soleil ; sur ce personnage important pour l’histoire des idées à Toulouse dans la première moitié du XVIe siècle, nous pourrons bientôt disposer de la thèse d’histoire du droit de Géraldine Cazals, « Guillaume de La Perrière (1490-1553), un humaniste dans la Cité », sous la dir. de J. Krynen, Univ. de Toulouse 1 ; je tiens à la remercier ici des informations et références qu’elle m’a communiquées pour ce colloque.

46 Greffier et secrétaire du consistoire depuis 1522, il fut à l’origine de la modernisation de l’administration de la ville ; sur ce personnage, voir ibid., p. XLIX-L.

47 BB 9, fol. 307.

48 CC 1678 p. 513 : il reçoit le 5 septembre 1539 60 livres tournois « pour paiement et solution de l’escripture par luy faicte au libre blanc noveau de la maison comune auquel a escriptz troys vingtz et six peaulx de parchemin » ; voir aussi CC 1897 p. 48.

49 CC 2400/190 et 191.

50 La partie méthodique s’arrête à la lettre P.

51 Seules Abbeville (Stein 5) et Montauban avec son « Livre rouge » (Stein 2506) sembleraient l’avoir précédé.

52 Dans la logique du traitement de la série AA par Roschach, ces registres auraient dû se retrouver dans l’ensemble de recueils factices classés à partir du AA 47.

53 Pourcentage d’actes originaux par rapport au nombre d’actes total.

Table des illustrations

Titre 1) Renouvellement des cartulaires53
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1384/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre 2) Emprunts comparés des cartulaires
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1384/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

Auteur

Archives municipales de Toulouse.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540