Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Cartulaires méridionaux

 | 
Daniel Le Blévec

L’abbaye de Saint-Victor de Marseille et ses cartulaires : retour aux manuscrits

Monique Zerner

Texte intégral

  • 1 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 1H629 (infra abrégé ms.) et 1 H 630. Édition par Benjamin Guérard, av (...)
  • 2 Arch. dép. Alpes-Maritimes, H10. Édition par Henri Moris et Edmond Blanc, Cartulaire de l’abbaye d (...)

1Cinq abbayes ont été fondées ou refondées entre le milieu du Xe siècle et le tout début du XIe siècle en Provence. Deux n’ont pas produit de cartulaire, Saint-Pierre de Montmajour à l’ouest de la Provence — mais le prieuré de Correns qui en dépend confectionne un cartulaire à la fin du XIe siècle — et Saint-Pons de Nice à l’extrémité orientale. Une troisième a bien confectionné un cartulaire mais il est perdu et quelques fragments seulement avaient été copiés au XVIe siècle : l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon. Seules deux abbayes nous ont légué leurs cartulaires. L’abbaye de Saint-Victor de Marseille en a produit deux, un premier à la fin du XIe siècle, auquel les moines ont ajouté à divers moments au XIIe siècle une soixantaine de chartes (au total 817 chartes suivant le décompte de Benjamin Guérard), dit le « grand cartulaire », et un deuxième au milieu du XIIIe siècle (230 chartes), dit le « petit cartulaire » ; les deux se trouvent aujourd’hui aux Archives départementales des Bouchesdu-Rhône et ont été édités à la suite l’un de l’autre par Benjamin Guérard1. L’abbaye Saint-Honorat de l’île de Lérins en a produit un, confectionné dans la deuxième moitié du XIIe siècle (un peu plus de 300 chartes si l’on ne tient pas compte des ajouts) qui se trouve aujourd’hui aux Archives départementales des Alpes-Maritimes et qui a été édité deux fois2.

  • 3 Eugène Caïs de Pierlas, Chartrier de l’abbaye Saint-Pons-hors-les-murs de Nice, Monaco, 1903.
  • 4 Si le projet du cartulaire est dû à Odilon (994-1049), il a été réalisé sous l’abbatiat d’Hugues, (...)
  • 5 Joël Cristofari, article à paraître ; voir en attendant Contribution à l’étude du cartulaire de l’ (...)
  • 6 Voir Monique Zerner, « La capture de Mayeul et la guerre de libération en Provence : le départ des (...)

2On voudrait comprendre pourquoi ni Montmajour ni Saint-Pons n’ont fait de cartulaire. Peut-être les chartriers que l’une et l’autre abbaye ont laissés, celui de Montmajour qui est encore inédit, celui de Saint-Pons qui a été édité par Caïs de Pierlas3, apporteraient-ils quelques éléments de réponse. Montmajour entre dans une grave crise de gouvernement dès avant le milieu du XIe siècle, à un moment où la famille comtale qui lui est très liée est dans un grand état de faiblesse, tandis que l’archevêque d’Arles Raimbaud de Reillanne (1030-1070) est un ancien moine de Saint-Victor. Un cartulaire aurait peut-être été concevable dans les années 1030 mais il aurait été très précoce — rappelons que le cartulaire de Cluny n’était probablement encore qu’à l’état de projet4. À la même époque, Saint-Victor était gouvernée par un abbé à qui on fit une réputation de sainteté, Isarn (1021-1047), ami d’Odilon. On voit mal comment la confection d’un cartulaire aurait pu être décidée sous son abbatiat alors que les donations ou fondations d’églises, les donations de ville, de manses et de terres connaissaient une croissance particulièrement rapide ; la décision vint plus de trente ans après sa mort, quand le mouvement de donations s’était beaucoup ralenti. Les moines de Lérins attendirent encore presque un siècle. Je laisse de côté leur cartulaire et les problèmes qu’il pose, parce qu’il est au centre d’une thèse sur la Provence orientale qui n’est pas encore achevée5 et qu’il est dépourvu de toute introduction, ou de dossier qui puisse en tenir lieu, permettant d’aborder le point de vue des moines sur leur œuvre ou leur histoire : si la « guerre de Mayeul » est mentionnée dans la troisième charte, c’est la seule mention de l’abbé de Cluny, cité pour une raison juridique (donation d’une terre conquise et non héritée), à cette place car le cartulaire commence par le diocèse de Fréjus et les possessions les plus proches du monastère6.

  • 7 Voir Édouard Baratier, « La fondation et l’étendue du temporel de l’abbaye de Saint-Victor », dans(...)
  • 8 Voir Monique Zerner, « L’élaboration du grand cartulaire de Marseille », dans Les cartulaires. Act (...)

3Je me suis donc limitée à la plus grande de cette première génération d’abbayes fondées ou refondées avant la crise grégorienne, celle de Saint-Victor de Marseille, devenue la plus importante abbaye des régions méridionales à la fin du XIe siècle, à laquelle de nombreux monastères ont été donnés, ou sont venus se rattacher, ou encore ont été rattachés d’autorité par la papauté réformatrice à partir de 1080 à l’ouest et à l’est de la Provence, certains durablement (en Languedoc, en Catalogne, en Rouergue, en Sardaigne), d’autres brièvement (ainsi Lagrasse, Psalmodi, Montmajour)7. Le premier cartulaire est fait dans ce contexte. Nous verrons qu’il est commencé au plus tôt fin 1079 et achevé dans un laps de temps relativement bref. Remarquable est le fait qu’on n’y copie aucune des chartes déjà existantes concernant les monastères dépendants — quelques-unes sont ajoutées au XIIe siècle8. A ces chartes, en revanche, on donne la plus grande importance au milieu du XIIIe siècle puisqu’elles sont copiées en premier dans le petit cartulaire.

  • 9 Éliana Magnani Soares-Christen, Monastères et aristocratie en Provence, milieu Xedébut XIIe siècle (...)
  • 10 Voir Monique Zerner, « Cartulaire et historiographie à l’époque grégorienne : le cas de Saint-Vict (...)
  • 11 Voir en attendant Donatella Nebbiai-Dalla Guarda, « Les bibliothèques médiévales des abbayes bénéd (...)
  • 12 Michel Fixot, « Saint-Victor, saint Victor, à propos d’un livre récent », dans Marseille, Trames e (...)
  • 13 Vita S. Ysarni, abbatis Sancti Victoris, AA. SS., 24 sept., sept., t. 6, vol. 46, p. 737-749 : un (...)

4Le grand cartulaire a donc été confectionné quand les principes de la réforme grégorienne commencent à pénétrer en Provence, dont justement les deux abbés de Saint-Victor qui se succèdent à ce moment-là, Bernard fils du vicomte de Millau († 1079), puis Richard son frère, tous deux légats du pape, sont d’ardents promoteurs. Le problème est de savoir si la conception et la réalisation du cartulaire sont liées à la réforme et, si oui, comment. Éliana Magnani a fait remarquer que Grégoire VII avait mis Saint-Victor à égalité avec Cluny ; avec elle, Florian Mazel qui voit une rupture se faire alors entre Saint-Victor et la famille vicomtale (à l’origine de la refondation du monastère un siècle plus tôt) pense que les premières chartes du cartulaire ont été réunies pour défendre l’exemption auprès de la papauté, obtenue en avril 10819. L’un et l’autre considèrent que les deux actes clefs copiés à la fin du dossier introductif, le « pseudo-privilège » de Benoît IX daté de 1040 et la Car ta liberalis datée de 1005, ont été retravaillés, interpolés sinon entièrement inventés à ce moment-là. Pour ma part, je m’étais surtout intéressée au contraste vigoureux entre ces deux très longs textes copiés à la suite en inversant l’ordre chronologique, qui me semblait signifier l’existence de tensions10. Un colloque consacré aux cartulaires méridionaux m’a paru une bonne occasion de revenir sur le rapport des moines marseillais à leur premier cartulaire. L’achèvement des travaux de Donatella Nebbiai-Dalla Guarda sur la bibliothèque de Saint-Victor11, les conclusions des fouilles menées sur le site dont Michel Fixot vient de présenter une synthèse qu’il confronte aux sources écrites12, enfin la mise au point de la traduction annotée de la Vita Isarni dans le cadre du séminaire de l’équipe des médiévistes de l’université de Nice13, tous ces travaux piquent un peu plus la curiosité sur le sens à donner au dossier introductif.

5Il fallait commencer par présenter à nouveau l’œuvre du grand cartulaire, en réexaminant le processus de transcription des actes, pour en préciser un peu plus la date et le contexte et tenir compte des remarques d’Éliana Magnani et de Florian Mazel. Le confronter au second cartulaire permet de faire ressortir la spécificité des enjeux vers 1080. J’ai donc maintenu la rapide présentation du second cartulaire que j’avais faite au colloque, en espérant susciter un nouvel intérêt à l’égard de ce bel instrument de travail sur la Provence des années 1100-1250, encore trop négligé.

6La seconde partie sur le sens du début du grand cartulaire a pris des proportions inattendues : revenir au manuscrit et tenir compte de la mise en valeur inégale des copies et de leur classement par les cartularistes pour en rechercher la cohérence, s’interroger sur leur fiabilité, a entraîné une analyse des actes un par un. Les exigences de la rédaction m’ont ainsi obligée à pénétrer dans un domaine de l’érudition qui ne m’était pas familier. Je dois rendre hommage ici à Laurent Morelle qui a bien voulu répondre à mes sollicitations, dont les remarques et les questions rigoureuses m’ont amenée à approfondir à plusieurs reprises bien des points de cet article et m’ont aidée à reconsidérer la production victorine dans un sens qui me paraît beaucoup plus satisfaisant. Je l’en remercie encore.

I. — Les deux cartulaires de Saint-Victor

7Les deux cartulaires ont en commun très peu d’actes, mais d’importance, et la place qui leur est respectivement donnée est significative. En particulier, les deux dernières chartes du dossier introductif du grand cartulaire (qui se prolonge bien au-delà de la Carta liberalis), que 1 'incipit en grandes capitales rehaussées de rouge rend remarquables, ont été recopiées en tête du petit cartulaire : la première est le plus ancien acte connu pour Saint-Victor (780, De cartis Adaltrudis), la seconde est une charte vicomtale d’une grande portée symbolique (1044, Carta Sancti Petri de Paradiso). La fin de l’introduction du grand cartulaire fait le début du second et prend d’autant plus de relief.

Le manuscrit du grand cartulaire, une œuvre collective

  • 14 Voir Monique Zerner, « L’élaboration du grand cartulaire... », art. cit. supra. Voir aussi la noti (...)

8Le manuscrit du grand cartulaire est dense, épais et complet. De grand format (290 X 377 mm / 220 X 310 mm), il comprend vingt-quatre cahiers presque tous munis de signature qui sont pour la plupart des quaternions — quelques-uns ont un feuillet retranché, d’autres un feuillet ajouté, l’un est factice. Il compte 187 folios de 46 ou 41 lignes, d’assez gros module (autour de 2 mm), mais le cartulaire d’origine se termine au recto du folio 184 et les dernières pages ont été remplies plus tard par différentes mains14.

  • 15 Ms. fol. 1v à 8, cap. I à XXI. Éd. 5 à 25 (cf. les planches 1 à 4 : cap.I-III, VIII-X, XIII).
  • 16 Sur l’éventualité d’une décoration programmée pour la première page, voir les remarques de Patrici (...)

9Les premières pages se distinguent par un certain luxe de la mise en page, l’usage de caractères allongés ou de lettres capitales, la reproduction des signes de validation et d’abondants rehauts de rouge. Le cartulariste écrivit capitula (au féminin), en haut et à droite des trois premiers actes, devant une potence, avec un numéro d’ordre, et tous les actes jusqu’à la fin du premier cahier sont comptés et généralement désignés de même (désormais abrégé cap,)15. Le cartulariste n’avait rien écrit au recto du premier folio et en haut du verso, où l’on copia plus tard quatre chartes, à divers moments, sans soin particulier (c’est pourquoi la capitula I porte le numéro 5 dans l’édition de Guérard) : l’image ou le texte prévu probablement au commencement de l’œuvre n’est donc plus de mise quand on l’achève16.

10L’analyse du manuscrit soulève trois sortes de questions :

  1. Beaucoup de moines ont participé à la copie du cartulaire, car les changements de main sont nombreux, tantôt au début d’un cahier, tantôt à l’intérieur, parfois même au cours de la copie d’une charte. Certaines écritures se ressemblent beaucoup, d’autres se distinguent fortement. A ceci s’ajoutent des manières différentes de concevoir les initiales, tantôt nues, tantôt largement rehaussées de noir et de rouge, tantôt filigranées — par exemple, une vingtaine de pages sont d’une écriture plus fine et pourvues d’initiales dragonnées rehaussées de rouge du plus élégant effet17. La question est de savoir si ces différences de style peuvent être imputées à la diversité d’origine des moines copistes, certains pouvant venir en particulier de Catalogne. Il faudrait comparer les écritures du cartulaire à celles des actes de la même époque qui nous restent en grand nombre et continuer en ce sens l’enquête sur le scriptorium de Saint-Victor au XIe siècle entamée par Paul Amargier, qui dénombre 72 noms de scriptores différents, et appelée de ses vœux par Donatella Nebbiai-Dalla Guarda18. En tout cas, le cartulaire est une œuvre indiscutablement collective.
  2. La division en cahiers suit la division en diocèses, qu’il y ait plusieurs cahiers pour un diocèse (une charte commencée à la fin d’un cahier continue souvent au début du suivant), un cahier, ou un demi-cahier19. C’est un choix auquel les copistes ont voulu se tenir malgré des difficultés. Pour le diocèse de Marseille, ils se procurèrent un cahier supplémentaire réglé de façon plus aérée (38 ou 39 lignes). Des feuillets furent découpés ; il restait encore des pages blanches où on ajouta d’autres copies plus tard20. Pour le diocèse d’Aix, on a manqué de place au point qu’on a dû ajouter un feuillet à deux cahiers et les dernières chartes sont copiées sur des feuilles jointes à d’autres pour former le seul cahier factice du cartulaire21. Il est possible que le travail ait été mené parallèlement par diocèse avec quelque décalage entre la copie des chartes marseillaises, des chartes aixoises et des chartes des diocèses de Haute-Provence (Riez, Sisteron, Gap, Digne, Sénez et Glandèves) où le copiste (ou plusieurs) a une manière à lui de transcrire les souscriptions en mettant une majuscule au nom et en espaçant les lettres. D’une façon générale, chaque acte commence au début d’une ligne par une initiale plus ou moins grande, calligraphiée par le copiste lui-même comme on peut le constater d’après la manière dont il ajuste le début des lignes suivantes. Les rehauts de rouge ont pu être ajoutés ensuite, mais pourquoi s’interrompent-ils à partir du folio 122 (second folio du deuxième cahier de Fréjus) ? Ont-ils été ajoutés avant ou après que les cahiers ont été cousus ensemble ? Est-il certain que tous les cahiers ont été copiés dans le scriptorium de Marseille ? Nous avons affaire à un travail fort organisé, dont une analyse plus attentive que celle que j’ai pu mener devrait pouvoir faire mieux apparaître les règles.
  3. Enfin, dans quelle mesure la manière dont se présentent les transcriptions sur le cartulaire permet-elle de remonter aux originaux ?22 Exceptionnellement, apparaît la volonté d’imiter la présentation d’un original de prestige — ainsi, dans le cahier des diocèses de Sénez et Glandèves, la charte où l’évêque de Sénez restitue à Saint-Victor les églises de Castellane, le 15 octobre 1040, dont la première ligne est écrite en capitales avec des lettres enclavées et d’autres liées, à rapprocher de chartes originales de l’abbaye de Lérins23 ; ou encore ces chartes dont un ou plusieurs mots latins sont écrits en caractères grecs24. Quelques sondages dans le fonds des archives de Saint-Victor montrent que le cartulariste ne recopiait pas forcément le préambule et le nom du scribe25, que parfois il ne recopiait pas la date26, qu’il lui arrivait de modifier l’orthographe des noms propres27. Par ailleurs, nombre de documents transcrits étaient peut-être des copies, ou des chartes très imparfaites du point de vue de la diplomatique, ainsi le pseudo-original de la donation de la moitié de la villa de Roquebrune (en bonne forme avec douze souscripteurs) suivie de deux « mémoires » sur une vilaine affaire arrivée quinze à vingt ans après, le tout copié sur le même côté du parchemin, scrupuleusement recopié par le cartulariste, malencontreusement distingué dans l’édition28.
  • 29 Voir, à une époque plus haute et en pays germanique, le processus étudié par Rosamond McKitterick,(...)

11Il faudrait étudier les copies du cartulaire sous l’angle de la diplomatique. Environ 10 % seulement contiennent l’indication de qui a écrit l’acte et du lieu où il a été fait — le monastère de Marseille, les cités de Marseille, d’Arles, Aix, Apt, une cella, une église, un castrum... Le caractère élaboré des clauses comminatoires ou de la formule de datation et plus encore les qualités littéraires de beaucoup de préambules pourraient signifier que bien des chartes étaient rédigées au monastère par des moines spécialistes, après la conclusion de l’acte29.

La date de la confection du grand cartulaire

  • 30 Ms. fol. 13v. Éd. 38, donation de l’aqueduc de l’Huveaune et des eaux de source, depuis l’église S (...)

12La date avant laquelle la copie du cartulaire n’a pu commencer se déduit du contenu du cartulaire d’origine et il est possible de la déterminer avec précision. L’immense majorité des chartes sont antérieures à 1070. Deux chartes seulement sont datées de 1079, qui sont l’une et l’autre des donations du vicomte de Marseille, Geoffroy, à l’abbé Bernard (1065-1079). L’une porte aussi le mois et le jour de l’acte, le 21 juillet 1079 : fort importante pour l’économie du monastère puisqu’elle lui donne la maîtrise des eaux de l’Huveaune, elle est faite solennellement en présence du clergé séculier et régulier et de laïcs, et datée avec minutie30. La charte est copiée à une place parfaitement cohérente dans le deuxième cahier du cartulaire, parmi les dernières chartes concernant les abords du monastère. Il est donc impossible de soutenir que ce cahier, qui s’enchaîne au premier avec une charte à cheval sur les deux, avait été commencé ou même seulement préparé avant cette date.

  • 31 Voir Monique Zerner, « L’élaboration du grand cartulaire... », art. cit. supra, l’annexe où sont d (...)
  • 32 Éd. 722 (1080, Dromon), 573 (1085, Saint-Cassien), 391 (Garéoult), 605 (Aiguines).
  • 33 Éd. 618 (Sponsalitium de l’église de Moustiers), 619 (18 juin 1097, Tavernes) fol. I40bis.
  • 34 Cf. supra n. 21, voir fol. 79 et fol. 88bis.

13Mais l’ensemble des chartes qu’on voulait copier dans le cartulaire a dû être trié et classé très peu de temps après, la décision prise très vite. Si l’on considère tous les cahiers, sur les 750 chartes environ que compte le cartulaire d’origine, seulement 19 datent de l’abbatiat de Richard (qui commence à la fin de l’année 1079 et finit après l’achèvement du cartulaire avec son élection à l’archevêché de Narbonne en 1105)31. Seules, quatre d’entre elles sont copiées en bonne et due place au fil des pages, une donation de 1080 à Dromon dans le diocèse de Gap, une donation de 1085 à Saint-Cassien au Muy dans le diocèse de Fréjus et deux chartes datées de l’abbatiat de Richard sans autre précision, dans le diocèse d’Aix et dans celui de Riez32. Quinze ont dû être classées et ajoutées au dernier moment. La plupart se trouvent à la fin du dernier cahier de Marseille très probablement préparé après les autres vu sa réglure différente : onze chartes, cinq précisément datées, la plus ancienne de 1087, la plus récente de 1097. Les autres se trouvent sur le petit feuillet glissé dans la couture du cahier de Riez au milieu des chartes de Moustiers (au recto une dotation de l’église de Moustiers du temps de Richard, au verso une charte de 1097)33, et à la fin des deux feuillets ajoutés dans les cahiers d’Aix : une charte ajoutée d’une écriture très différente (hastes et hampes prolongées, tildes et ligatures décoratifs) qui cherche probablement à rendre l’effet de l’original, de nature exceptionnelle car c’est une donation à l’abbé Richard faite par un couple de Rians qui prend la route du Saint-Sépulcre vraisemblablement pour partir à la croisade, qu’il faudrait donc dater de 1096 (éd. 326) ; et une charte de 1092 (éd. 372)34. Sans aucun doute, le cahier du diocèse de Riez et les cahiers du diocèse d’Aix étaient achevés avant que ces chartes ne soient copiées.

  • 35 Cahier 7, fol. 49-56 : les deux confirmations se trouvent fol. 55v-56 (éd. 221-222), au vo est ajo (...)
  • 36 Cahier 17 (fol. 129-136) : les deux confirmations se trouvent fol. 136 (éd. 600-601).
  • 37 Cahier 20 (fol. 153-159, quaternion dont le demi-feuillet correspondant au fol. 156 a été coupé) : (...)

14Les confirmations épiscopales, qui datent toutes des années 1082-1099, ont été ajoutées après le rassemblement des cahiers. Faute de place certainement, les deux confirmations de l’archevêque d’Aix de 1082 et 1093 sont ajoutées à la fin du second cahier d’Arles qui précède les cahiers d’Aix35. Les deux confirmations de l’évêque de Fréjus de 1085 et 1099 se trouvent très logiquement à la fin des cahiers du diocèse, au dernier folio qui n’était qu’en partie rempli36. Mais les confirmations de l’évêque de Riez (1098) et de l’archevêque d’Embrun (1080-1105) ont dû être copiées plus tard dans le seul cahier disparate du cartulaire37. Les moines semblent s’être vite désintéressés de l’œuvre puisque la première page n’est pas remplie et les rehauts de rouge ne sont pas continués après le folio 122.

15Les cahiers ont donc été préparés au début des années 1080 dans leur ensemble, sauf le dernier cahier de Marseille. La copie tramant en longueur, ou la réunion des cahiers en volume tardant à venir, exceptionnellement, il y eût quelques mises à jour. Le gros œuvre date du début de l’abbatiat de Richard.

Le contexte

  • 38 Sur les événements qui scandent les étapes de la réforme grégorienne en Provence, voir la mise au (...)

16La confection du cartulaire d’origine coïncide avec le redémarrage de la réforme romaine en Provence. Précocement introduites à la fin des années 1050, les nouvelles orientations ont été gravement mises en échec dix ans plus tard par les évêques et les grands, généralement parents, surtout après la mort de l’archevêque d’Arles Raimbaud de Reillanne (1030-1069), ancien moine de Saint-Victor, qui avait su allier les principes romains avec les traditions provençales. L’éviction par la force en 1074 de l’évêque de Gap (qui meurt de ses blessures), originaire de l’abbaye de la Trinité de Vendôme, nommé en 1063 par Alexandre II à la place de l’évêque déposé au concile d’Avignon, marque le retournement du clergé. Ainsi, après la mort en 1075-1076 de l’évêque d’Avignon frère du vicomte de la cité, le siège reste vacant jusqu’en 1096. Malgré sa déposition en 1080 par Grégoire VII, l’archevêque d’Arles Aicard, l’un des fils aînés du vicomte Geoffroy, qui avait sept fils, accusé de simonie, se maintient sur son siège au moins jusqu’en 1090 et empêche le nouvel archevêque désigné par le pape de s’installer. De Marseille, part en douceur la contre-offensive grégorienne après la mort de l’évêque Pons (1009-1073), oncle paternel des vicomtes : avec, pour la première fois depuis un siècle, l’élection à l’évêché non d’un parent mais d’un inconnu, Raymond (1073 ?-1122) ; et avec l’élection sur le siège archiépiscopal d’Aix d’un autre fils du vicomte, Pierre (1082-1101), offert à Saint-Victor en 1079, favorable à la réforme romaine à l’inverse de son frère aîné l’archevêque d’Arles. Mais ses meilleurs soutiens, Grégoire VII les trouve dans les deux abbés qui se sont succédés à la tête de Saint-Victor, Bernard et Richard38.

  • 39 Paul Amargier, « Saint-Victor de Marseille et l’église de Marseille au temps du cardinal Richard ( (...)

17Bernard (1065-1079) et Richard (1079-1105) sont fils du vicomte Richard de Millau († avant 1051) et de Rixende († après 1080, fille du vicomte de Narbonne). On a depuis longtemps fait l’hypothèse d’un lien de parenté entre eux et les vicomtes de Marseille par la femme du vicomte Geoffroy, vu que celle-ci porte aussi le nom de Rixende ; les derniers travaux en font même leur soeur39. En ce sens, Bernard, sans être un provençal, ne devrait donc pas être considéré comme un étranger quand il est élu en 1065, comme l’a fait remarquer Florian Mazel, ni Richard entré à sa suite. Mais avec Bernard, paradoxe, pour la première fois, un abbé de Saint-Victor serait allié aux vicomtes par des liens de parenté.

  • 40 Voir Paul Amargier, « Les élections abbatiales à l’âge d’or de Saint-Victor de Marseille », Revue (...)
  • 41 Voir Florian Mazel, op. cit., p. 163. La pagelle est éditée par Edmond Martène et Ursin Durand, Ve (...)

18Les moines n’ont copié aucune pagelle d’élection d’abbé dans le cartulaire. Ils avaient pourtant dans leurs archives celles de Guifred (1005-1021), Pierre (1047-1060), Durand (1060-1065) et Bernard, qui nous restent encore40. Manque celle d’Isarn (1021-1047), l’abbé ami d’Odilon qui laissa à sa mort une réputation de sainteté et dont on écrivit une Vita vers 1070. Celle de Richard n’a peut-être jamais existé. Florian Mazel a reconsidéré avec bonheur la pagelle d’élection de Bernard, en discernant les changements depuis les élections de Guifred, Pierre et Durand. Il montre comment, « par l’association rhétorique de modèles royaux, prophétiques et apostolique, l’abbé, plus que le père d’une communauté spirituelle retirée du monde, est élevé en figure politique et sacerdotale appelée à rayonner sur l’Église et sur le monde »41. Autrement dit, cette élection porte l’espoir d’une action dans le sens attendu par Rome. Il me semble qu’il faut aussi retenir que fauteur de la pagelle, par son insistance à souligner la jeunesse de ces modèles — David, Samuel et Daniel qui sont dits pueri, Josias qui est dit octo annorum, Jean l’évangéliste dit adolescens — fait penser que Bernard, entré au monastère seulement quatre ans plus tôt, avait encore l’air fort jeune au milieu d’une communauté où, peut-être, les vieux moines étaient nombreux et montraient quelques réticences à son élection. Elle porterait les germes d’une certaine tension entre l’abbé et la communauté monastique.

  • 42 C’est l’hypothèse intéressante de Jérôme Belmon, « Les débuts d’un prieuré victorin en Gévaudan : (...)
  • 43 Je remercie Donatella Nebbiai-Dalla Guarda qui m’a rappelé l’existence de la lettre du moine E. (M (...)
  • 44 Cf. Erich Caspar, Das Register Gregors VII, MGH, Epistolae selectoe, Berlin, 1920, VI/15, (lettre (...)
  • 45 Ibid., VII/7 (lettre aux frères de Marseille) et 8 (lettre à Richard), Rome, 2 nov. 1079 :...et qu (...)
  • 46 Ibid., VII/24 (lettre à l’abbé d’Hirsau, 8 mai 1080) :...Sed ita ab omni seculari potestate securu (...)

19C’est avec Grégoire VII que Bernard passe au devant de la scène. Il est probable qu’il accompagne son parent l’évêque de Mende au concile réuni à Rome en 107542. En 1076, il est chargé d’une légation en Castille. Puis il est envoyé comme légat à la cour impériale au lendemain de l’entrevue de Canossa, en 1077. Fait prisonnier sur le chemin de retour, il est délivré sur l’intervention de l’abbé de Cluny et se réfugie dans l’abbaye d’Hirsau où il reste un an. Son absence du monastère dure déjà depuis deux ans. Elle est peut-être durement ressentie : on possède une lettre d’un moine de Marseille à l’abbé Bernard alors en mission en Allemagne qui regrette que les domaines de l’abbaye, trop nombreux, dépérissent, se plaint de l’inertie des responsables et fait état du souhait de ses frères de retrouver la paix dans la vie conventuelle43. Début 1079, le pape envoie une lettre de réconfort aux moines qui attendent toujours le retour de leur abbé et exprime son désir d’unir leur communauté au siège apostolique à l’égal de Cluny44. Bernard arrive à Marseille seulement courant 1079, en mauvaise santé. Il meurt vers la fin de l’été ou au début de l’automne. Le 2 novembre, le pape répond aux moines qui lui ont annoncé sa mort, approuve leur choix d’élire son frère Richard pour lui succéder et réitère ses déclarations sur la position de Saint-Victor qui doit être égale à celle de Cluny ; le même jour il écrit à Richard alors en Castille pour lui annoncer son élection — depuis 1078 Richard était légat du pape en Espagne45. Il est permis de penser que Grégoire VII n’y était pas pour rien. Le monastère de Marseille est mis encore une fois sur le même plan que Cluny dans une lettre de Grégoire VII à l’abbé d’Hirsau en 108046. Le pape avait choisi de s’appuyer sur Saint-Victor et ses jeunes abbés dans Faire méridionale, au détriment de la vie monastique pour beaucoup de moines. Le parti-pris de ne pas intégrer au cartulaire les chartes des monastères extérieurs dont le rattachement était favorisé pour les besoins de la réforme paraît significatif de leur réticence et plus généralement de la difficile réception du programme grégorien en Provence.

  • 47 Éd. 843. Les diocèses apparaissent dans cet ordre : 1o Marseille. 2o Arles. 3o Aix. 4o Fréjus. 5o (...)
  • 48 Cf. éd. 848 (bulle de 1113) et 844 (bulle de 1135).
  • 49 Cf. les deux bulles où Urbain II confirme la possession d’églises absentes de la bulle de Grégoire (...)
  • 50 Éd. 841 et 842.

20Deux bulles qui ne se trouvent pas dans la grand cartulaire concrétisent la faveur où le pape tient l’abbaye de Marseille. Le 4 juillet 1079, Grégoire VII adresse à Bernard une bulle où il confirme d’abord le rattachement à Saint-Victor de monastères qui sont en majorité extérieurs à la Provence, puis ses possessions, les celle énumérées par diocèse dans un ordre assez voisin de celui du cartulaire, ensuite les ville et en dernier les castella47. Pour que l’énumération des possessions soit toute entière enserrée dans le cadre diocésain comme elle l’est implicitement dans le cartulaire, il faut attendre les grandes bulles de confirmation de Pascal II (1113) et Innocent II (1135) qui s’accompagnent de changements significatifs dans le vocabulaire : sont distinguées désormais celle, ecclesie et ecclesie parrochiales48, une évolution qui s’annonce déjà avec Urbain II49. Dans le cartulaire, les ecclesie sont partout, mais cella et l’adjectif parrochialis sont des termes assez rarement employés. Certes, un lien doit exister entre l’entreprise du cartulaire et la bulle de juillet 1079, mais plutôt comme une réaction de défense de l’implantation provençale mise en danger par la création d’un vaste réseau d’abbayes dépendantes. La deuxième bulle, adressée à Richard le 18 avril 1081, accorde au monastère l’exemption complète à l’image de Cluny ; elle est suivie d’une autre bulle du même jour qui confie à Saint-Victor la réforme de Montmajour et Lagrasse50.

21On a été tenté de supposer que les privilèges copiés au début du cartulaire avaient été réunis pour appuyer une demande d’exemption et même réécrits ou interpolés dans ce but. Mais le pape avait déjà mis Saint-Victor de Marseille sur le même pied que Cluny à plusieurs reprises entre 1079 et 1080 et en avait besoin. Un tel dossier n’était nullement nécessaire. Au demeurant, les moines n’ont pas fait place à ces bulles, qui sont seulement copiées dans le petit cartulaire.

Le petit cartulaire, le plan d’ensemble, les chartes en doublon, les variantes

  • 51 Seul exemplaire connu : cf. Rolf Grosse, « Die Wahlanzeige Papst Alexanders III. Für die Abtei Sai (...)
  • 52 Monique Zerner, « Cartulaire et historiographie à l’époque grégorienne... », art. cit. supra.
  • 53 Cf. supra n. 1. Les actes les plus récents datent des années 1240 (13 copies, dont 2 bulles d’inno (...)

22Bien que le grand cartulaire ait été conçu comme une œuvre finie, on copia occasionnellement des chartes là où restait de la place au cours du XIIe siècle : un peu plus d’une vingtaine de chartes provençales, une dizaine de chartes concernant des possessions extérieures, deux séries de petites bulles, de Gélase II et Calixte II, d’Anastase et Adrien, les canons du concile de Reims de 1119, une lettre circulaire d’Alexandre III du 5 octobre 1159 adressée à l’abbé de Saint-Denis faisant le récit de l’élection d’Octavien et de son départ de Rome51. L’acte le plus tardif est la charte de Saint-Martin de Bromes de 1182 copiée au verso du folio 56, sans compter une charte de 1318 copiée au bas du folio 158 qui prouve qu’on s’est servi du grand cartulaire au temps du « second âge d’or » de l’abbaye52. Bien entendu, depuis la fin du XIe siècle, les nouveaux actes s’accumulaient. Un peu avant le milieu du XIIIe siècle, la communauté monastique éprouva la nécessité d’en copier une bonne partie dans un nouveau cartulaire53.

  • 54 Cf. supra n. 35.

23Ce second cartulaire, édité par Guérard à la suite du premier (éd. 818 à 1036), est d’un format encore assez grand (223 X 298 mm/148 X 215 mm). Il comprend vingt-trois cahiers généralement de 8 folios et compte 189 folios, avec une réglure de 30 lignes. Il semble inachevé : après quatre chartes récentes liées à la vente d’un affar à Saint-Maximin (1221-1246), au verso du dernier folio, sont copiées une courte lettre d’innocent II aux vicomtes de Marseille pour condamner leurs abus, puis la confirmation de l’archevêque d’Aix de 1082, interrompue au bout de quelques lignes54.

  • 55 Les folios 94 à 100 (éd. 915-922), 102-103 (éd. 924) et 184 à 189 (1032 et ss) ont été ajoutés au (...)

24Le cartulaire est remarquablement homogène : peu de changements de main, un style auquel les initiales donnent une grande unité — toutes ont la hauteur de trois réglures, décorées de rinceaux en filigrane à l’encre noire qui se prolongent parfois très bas, où le corps de la lettre est galbé et rehaussé de noir avec une ligne blanche médiane, du premier au dernier texte, quelle que soit sa date ou sa nature, bulles pontificales ou chartes seigneuriales, sauf au milieu et à la fin du cartulaire où quelques feuillets ont été ajoutés par la suite55. Le seul effort pour rapprocher la copie de l’original concerne les grandes bulles dont le scribe a reproduit la rota et le Bene Valete et la disposition des souscriptions ; mais l’initiale est de style gothique comme pour les chartes.

  • 56 Roncelin, frère du vicomte de Marseille, moine à Saint-Victor, est appelé en 1193 par les Marseill (...)
  • 57 Actes non réédités, références au petit cartulaire, au grand cartulaire et à l’édition :
    — fol. 1 : (...)

25Quand le nouveau cartulaire est entrepris, au milieu du XIIIe siècle, le contexte politique a bien changé. L’abbaye a été confrontée à la grande crise religieuse et politique du Midi, qui commence à Marseille avec la venue en 1210 du légat Arnaud Amaury qui supprime la commune, établit les statuts de la confrérie destinée à la remplacer, qu’il pensait à tort avoir en main, et excommunie Roncelin56. Vers 1250, au moment où le cartulaire est rédigé, la commune de Marseille vit ses derniers moments d’indépendance, la Provence est en train de passer dans l’orbite capétienne, enfin Rome triomphe, tandis que l’Empire a perdu son chef. C’est dans ces conditions que, après avoir sacrifié les deux premiers feuillets à la mémoire des origines en y recopiant deux chartes qui font le lien avec le grand cartulaire comme je l’ai dit pour commencer, sans retenir un seul diplôme impérial, les auteurs du cartulaire consacrent les deux premiers cahiers aux plus anciennes chartes concernant le rattachement des fondations et des monastères extérieurs à Saint-Victor et les cinq cahiers suivants à des bulles, avant de passer aux chartes concernant la vie du monastère et les nouveaux titres de possession, probablement le motif principal de leur entreprise. Mais l’édition est trompeuse. Dix actes en effet sont des doublons, que Benjamin Guérard n’a pas comptés, seulement signalés dans l’édition du grand cartulaire où il a noté scrupuleusement les variantes. Non seulement les deux premières chartes du petit cartulaire sautent, mais aussi les troisième, quatrième et sixième ! La première charte dans l’édition est la cinquième dans le manuscrit57.

261. Le premier soin fut donc de combler ce qui apparaissait probablement comme une lacune du grand cartulaire en réunissant systématiquement toutes les anciennes chartes concernant les monastères et les fondations hors de la Provence, y compris certaines qui avaient été copiées une première fois au XIIe siècle. Elles sont vingt-quatre en tout, dix-neuf de la deuxième moitié du XIe siècle (la plus ancienne datée de 1054), cinq du premier tiers du XIIe siècle (la plus récente de 1134). Pour faire tenir l’ensemble sur deux cahiers, il fallut faire le deuxième un peu plus épais (douze folios) et ajouter un petit feuillet (fol. 21) afin de terminer la dernière charte (la troisième charte de Saint-Amans au diocèse de Rodez, 1120).

  • 58 Éd. 832 (donation à Saint-Victor de l’abbaye Saint-Martin de la Carnougue). Treize ans plus tard, (...)

27La série de ces chartes commence par les donations à l’abbé Richard du comte et de la comtesse de Bigorre, celles du monastère de Saint-Savin en 1080 et du monastère de Saint-Sever en 1087, qui avaient été ajoutées à la suite l’une de l’autre dans le grand cartulaire, à la fin du cahier du diocèse de Toulon. Guérard ne signale pas de variante par rapport aux copies du petit cartulaire, si bien qu’on peut penser que le cartulariste les a copiées dans l’ancien. Elles sont suivies d’une deuxième charte de Saint-Sever, cinquième charte du cartulaire, où la comtesse confie l’élection abbatiale à l’abbé Richard (1091, éd. 818), qui apparaît faussement comme la première dans l’édition. La suivante, la charte de peuplement de La Romieu en Gascogne, se trouvait déjà dans le grand cartulaire à la fin du cahier de Marseille. Mais je doute que le cartulariste en ait tiré sa copie, car Guérard compte pas moins de 48 variantes. Il apparaît que le scribe du XIIIe siècle utilise des graphies plus proches de la langue vulgaire, il écrit par exemple Eimeli de Pannolag là où le copiste du XIIe siècle écrit Aimil de Paulac. Il donne la date correcte, 1082, alors que le premier copiste a lu, ou du moins écrit, 1052. Ces variantes nous renseigneraient ainsi sur les libertés que pouvait prendre un copiste de fortune au XIIe siècle, les difficultés que représentait pour lui une écriture étrangère et, peut-être, les effets de la recherche d’un meilleur latin. En tous cas, les raisons qui ont poussé les moines à copier à tel moment telle charte sur tel espace laissé blanc nous échappent. Plusieurs, de grande valeur pour nous, ont été laissées pour compte. Témoin cette donation de 1060 dans le diocèse de Mende, rédigée par un moine de Saint-Victor connu, occasion de dénoncer nommément et décrire l’hérésie simoniaque, du jamais vu dans les chartes provençales58.

  • 59 Par exemple, la donation du castrum d’Albalat par le roi d’Aragon en 1101 (éd. 445) et celle de Gi (...)

28En revanche, la réunion des chartes copiées dans les deux premiers cahiers du petit cartulaire a été faite avec cohérence. Le cartulariste n’a pas retenu toutes les chartes ajoutées au siècle précédent, il en laisse au total sept sur onze. Après la charte de La Romieu, il choisit de copier celle du 28 décembre 1070 par laquelle le comte de Besalù donne l’abbaye de Ripoll à l’abbé Bernard et ses successeurs pour qu’ils y installent l’abbé et fassent en sorte que la règle de saint Benoît soit respectée (éd. 819), de préférence à la lettre non datée du comte de Besalù à l’abbé de Ripoll copiée d’une écriture nettement gothique au verso du dernier folio du grand cartulaire (éd. 817). Par ailleurs, il ne recopie pas les chartes concernant des donations perdues sans retour possible59.

292. Après ces chartes, le cartulariste a rassemblé les bulles pontificales, d’abord les grandes bulles pour lesquelles il reproduit la rota et le benevalete, puis une série de petites bulles. Il a mis en tête la plus ancienne à sa disposition, la bulle interpolée de Jean XVIII (fol. 22). Les quelques variantes signifient-elles que le cartulariste a copié son texte sur l’ancien cartulaire (éd. 5-6) et rétabli une meilleure version selon lui : corrigeant des fautes de conjugaison qui ne sont peut-être que la disparition d’un titulus (« Omnia sua que eidem monasterio pertinent » au lieu de « Omnia sua que eidem monasterio pertinet » dans le grand cartulaire), des fautes de style (nec au lieu de ac nec), ou se laissant entraîner par ses habitudes (cortes au lieu de cartes) — à moins qu’il ne disposât d’une autre copie (d’où voluerit au lieu de temptaverit) ? En tout cas, en ce milieu du XIIIe siècle et dans ce contexte, le critère le plus important dans le choix de la première bulle est bien l’ancienneté, mais il ne vaut que pour cellelà. La deuxième bulle dans l’ordre chronologique, celle de Léon IX, qui suit celle de Jean XVIII dans le grand cartulaire, est reléguée beaucoup plus loin (fol. 33v) : après la bulle de Jean XVIII, le cartulariste copie deux bulles d’Urbain II, puis trois bulles de Grégoire VII, d’abord celle du 18 avril 1081 qui accorde l’exemption (éd. 84l), puis celle du même jour qui confie à Saint-Victor la réforme des monastères de Montmajour et Lagrasse (éd. 842), ensuite seulement la bulle de confirmation de 1079 (éd. 843). Il continue avec les deux bulles de confirmation d’innocent II. Arrivé là, pas avant, il copie la bulle de Léon IX. Guérard y relève trois variantes, une différence d’orthographe (arcibus pour archibus dans le grand cartulaire), le changement sans conséquence d’un mot (persistat au lieu de consistai), la disparition d’une liaison (nec quicquani).

30Les petites bulles, certaines très récentes, sont au total quarante-sept, qui se succèdent dans un certain désordre. On n’y retrouve pas les treize petites bulles de Calixte II, Anastase IV et Adrien IV ajoutées au grand cartulaire, à l’exception d’une bulle de Calixte IL Dans certains cas, il semble que l’auteur ait regroupé les actes en fonction du nom du pape, un acte de Lucius II est suivi de plusieurs actes de Lucius III, de même une bulle de Grégoire VII est suivie de plusieurs bulles de Grégoire IX, mais des bulles de ces mêmes papes se trouvent ailleurs — dix-huit autres bulles sont insérées au milieu des dossiers des domaines de l’abbaye. Au total, les actes pontificaux représentent 28 % des actes copiés dans le petit cartulaire.

  • 60 La charte où l’abbé de Vabres rend à l’obédience de Saint-Victor les églises de la commune de Sain (...)

313. Après les bulles, le cartulariste semble avoir principalement regroupé les chartes concernant la vie monastique (coutumes, règlements, conflits), principalement au monastère de Marseille, secondairement dans trois abbayes extérieures à la Provence, Saint-Geri d’Urgel, Saint-Savin et Vabres dont la première charte se trouve dans le grand cartulaire60, en laissant à part les documents sur l’affaire de Roncelin. Vers le milieu du cartulaire, au folio 100v (avant-dernier folio du cahier 13), le cartulariste écrit sur la marge supérieure, comme un titre courant, en lettres de plus gros module, « que jusque-là il s’agit de la tête », Huc usque pertinet ad capud, et en face, folio 101, « qu’à partir de là, il s’agit des membres », Hinc inde pertinet ad membra.

  • 61 Éd. 931 à 935.
  • 62 Éd. 759 et 223.

32Peu après, en effet, commence la copie de chartes groupées par lieux (villa ou village), sans principe de classement apparent, qui vont du milieu du XIIe au milieu du XIIIe siècle. Quelques chartes ne concernent pas la Provence. Une proportion non négligeable sont des arbitrages, des compositions, des transactions. On y trouve quelques bulles — cinq par exemple pour Chorges61. Mais on n’y retrouve pas les quelques chartes ajoutées tardivement au grand cartulaire, je pense à celles de Peypin (1177) et Saint-Martin-de-Brômes (1182)62. Les auteurs du petit cartulaire ont donc évité de recopier les chartes du grand cartulaire et n’ont fait d’exception que pour les chartes des monastères extérieurs, les bulles les plus anciennes et les deux textes qu’ils ont voulu mettre en exergue.

Les deux premières chartes du petit cartulaire « De cartis Adaltrudis » (780) — « Carta Sancti Petri de Paradisio » (1044)

33C’est sur la copie de deux chartes, très soigneusement mises en valeur à la fin du dossier introductif du grand cartulaire, que s’ouvre le petit cartulaire, à nouveau copiées à la suite l’une de l’autre. L’auteur a vraisemblablement fait son choix en feuilletant le vieux cartulaire, mais il n’est pas certain qu’il en ait tiré ses deux copies, du moins la première qui comporte trente-cinq variantes, il est vrai sans importance.

  • 63 Éd. 31, fol. 11 ; voir infra.
  • 64 Cf. Jean-Pierre Brunterc’h, Le Moyen âge (Ve-XIe siècle), Paris, 1994, p. 176-186 (Archives de la (...)

34Le premier texte est la « Transcription d’une ancienne charte déjà presque totalement effacée », laquelle est datée du mercredi 23 février 780, 12e année du règne de Charles, soit le plus ancien acte copié dans le grand cartulaire comme le petit63. Il s’agit de la relation par l’évêque de Marseille, Mauronte, du jugement des deux envoyés du roi sur la villa du Chaudol dans le pagus de Digne, qu’il a réclamée pour Saint-Victor en produisant d’anciennes chartes sauvées du feu lors de la rébellion d’Antener par une ruse d’Adaltrudis la veuve du donateur (entre 697 et 714), objet d’un acte de notoriété au temps du patrice Abbon et retrocédée à Saint-Victor (entre 737 et 741), de nouveau perdue et restituée en 780 sur la foi de ces chartes et d’une enquête des missi64. Le titre, De cartis Adaltrudis, qui rend hommage à celle qui avait sauvé les anciennes chartes, est le même que dans le grand cartulaire. Il est bien évident que le cartulariste du XIIIe siècle la choisit d’abord à cause de son ancienneté. Mais probablement était-il aussi conscient de son intérêt archivistique en tant que témoignage de nombreux actes disparus, et plus fondamentalement c’était une manière élégante de célébrer l’ancienneté du recours au témoignage de l’écrit à Saint-Victor. Une variante au moins interdit de dire que le cartulariste du XIIIe siècle a fait sa copie sur celle du grand cartulaire : il a noté le nom du scribe (Jeronimus scripsit) qui ne se trouve pas dans le grand cartulaire, à la place des souscriptions qu’il ne reproduit pas (Hagimaris f. Taurinus f. Magnebertus f. Sanctebertus). La consultation du grand cartulaire permet d’affirmer que le cartulariste n’avait pas en main l’original de la notice de 780 mais sa transcription, comme nous le verrons. Il est possible que les deux copistes, à un siècle et demi d’intervalle, se soient servis de la transcription originale. Ils auront respecté plus ou moins et différemment ses bizarreries, sinon ses « absurdités », je cite Jean-Pierre Brunterc’h, par exemple l’incompréhensible parevoles transcrit parvule dans le petit cartulaire.

  • 65 Voir en 1212 une élection de sépulture dans l’église Sainte-Marie-de-Paradis, pour laquelle les mo (...)

35La deuxième charte du petit cartulaire est celle de Saint-Pierre-de-Paradis. Il s’agit de la fondation de l’église et de sa dotation par le vicomte Foulque en 1044, à la demande d’Isarn. La copie pourrait avoir été faite sur le grand cartulaire car le nombre de variantes (quatorze selon les indications de Guérard) est restreint pour un texte fort long : deux termes précisant les relations de parenté sautent, deux noms de lieu et trois noms propres ont une orthographe légèrement différente, la forme plus classique influxerunt est préférée à inflixerunt, l’usage de prépositions est plus fréquent (cf. l’ajout de cum et a), l’épacte est corrigée mais aussi erronée. Choisir cette charte était peut-être une solution de facilité. Il est possible aussi que l’importance de la fondation pour la piété marseillaise ait joué un rôle. J’insisterai plus loin sur cette charte qu’il y a tout intérêt à étudier dans son contexte. Retenons ici que la fondation a probablement signifié la récupération religieuse d’un lieu encore fréquenté par les Marseillais pour leurs morts au début du XIIIe siècle65.

36Après avoir mis en tête du nouveau cartulaire le témoignage le plus ancien en sa possession, préféré au diplôme de Charlemagne à peine postérieur et à la plus ancienne bulle dont la place au début de la collection des bulles avait été certainement méditée d’avance, le cartulariste a donc tenu à mettre un témoin, mais un seul, de la période fondatrice du XIe siècle. On comprend qu’il n’en ait pas copié d’autre, ce n’était pas le but de l’entreprise et ce n’était pas nécessaire car le grand cartulaire était toujours consultable. Au milieu du XIIIe siècle, le cartulariste ne sacrifie pas vraiment à la mémoire des origines mais à l’ancienneté stricto sensu. Son point de vue est avant tout celui d’un « antiquaire ».

II. — Le sens du début du grand cartulaire

37Conçu entre 1079 et 1081 dans le contexte de l’offensive grégorienne dans le Midi, le début du grand cartulaire semble s’articuler autour de trois préoccupations, si on le fait aller jusqu’aux chartes qui suivent immédiatement la notice de 780 et la fondation de Saint-Pierre-de-Paradis qui lui donnent toute sa cohérence. En tête, les actes dont les auteurs sont les papes et les empereurs (capitula I à VIII, éd. 5 à 13). En second, deux textes particulièrement longs qui témoignent du passé de la fondation monastique et regardent ses privilèges, le « pseudo-privilège » de Benoît IX et la Carta liberalis (capitula IX et X, éd. 14 et 15), qui ont focalisé l’attention des chercheurs jusqu’à aujourd’hui. Enfin, les actes fondateurs du patrimoine, soit qu’ils englobent des biens dispersés dans toute la Provence, soit qu’ils touchent au site du monastère (éd. 16 à 33, du folio 6 au folio 13), dont nos deux actes mis en tête du petit cartulaire sont les fleurons.

  • 66 La première main se distingue à son module légèrement supérieur, à la hampe du g dont la boucle es (...)
  • 67 Les titres donnés dans l’édition de Guérard correspondent généralement à ceux de la marge quand il (...)

38Le fait que les actes du premier cahier, et eux seuls, se présentent comme des capitula, qui sont numérotées, suggère un dossier préparé pour argumenter une cause. Mais à part cette distinction, il n’y a rupture ni sur la forme, ni sur le contenu entre le premier et le deuxième cahier. La dernière charte du premier cahier (cap. XXI, éd. 25) se termine en effet sur la première page du deuxième cahier, de la même main, qui poursuit avec une nouvelle charte et va jusqu’en bas de cette page, de sa belle et grosse écriture bien reconnaissable66. La main change en haut du verso, au milieu de la charte. De même, la première ligne en lettres allongées ou en capitales et, selon les cas, la croix, ou le chrisme, ou les monogrammes, ces signes rehaussées de rouge qui rendent les huit premiers textes remarquables, ne sont plus systématiquement présents à partir du cap. XII (fol. 6, éd. 17). Inversement, des chartes du second cahier, qui ne sont plus désignées comme des capitula, en sont pourvues, comme la notice de 780 et la charte de Saint-Pierre-de-Paradis que les capitales particulièrement grandes utilisées pour la première ligne mettent spécialement bien en valeur. Enfin, donnant une unité à l’ensemble, depuis le premier acte (éd. 5-6) jusqu’à la charte de Saint-Pierre-de-Paradis comprise (éd. 32), chaque copie a reçu un titre en marge, à droite si elle commence sur un recto, à gauche si elle commence sur un verso, titre qui pourrait avoir été écrit de la même main que capitula. Ensuite, seuls quelques actes portent un titre en marge67.

Les huit premiers textes, du verso du folio 1 au verso du folio 3 Deux bulles (1005-1009 et 1050) et six diplômes (790-904) : quelle fiabilité ?

39Les huit premiers textes sont relativement brefs et tiennent sur moins de cinq pages. Ils s’ouvrent sur les deux seuls privilèges pontificaux du cartulaire d’origine, qui en est l’unique source.

  • 68 Planche 1 (fol. lv). Éd. 5 et 6. Voir Harald Zimmermann, Papsturkunden 896-1046, Vienne, 1984-1989 (...)

40La capitula I réunit ce qui apparaît comme deux bulles de Jean XVIII (1005-1009) dans l’édition de Guérard, que l’on considère aujourd’hui comme une bulle interpolée vu la présentation du cartulaire (voir la planche 1 bien lisible)68. La première partie paraît copier un original authentique : remarquons la grande croix nue maladroite, la titulature du pape en grandes capitales allongées [Johannes, episcopus, servus servorum Dei), le début de l’adresse en petites capitales (Guifredo, abbé de 1005 à 1021), un dispositif à la première personne (volumus) — confirmation des possessions du monastère, celle, curtes, ville et autres loca —, des clauses comminatoires qui visent toute personne importante ou non (nulla magna parvaque persona).

  • 69 Ainsi pourrait s’expliquer l’emploi du démonstratif hoc pour introduire le dispositif, m’a fait re (...)

41La suite serait une interpolation : soulignons la croix pattée plus petite, la répétition du nom du pape calligraphié très différemment suivi d’un intitulé inhabituel (Johannes, sancte katholice et apostolice ecclesie apostolicus presul) où presul est mis en valeur, l’absence d’adresse. Le dispositif à la troisième personne (hoc dedit privilegium) pourrait s’interpréter comme un commentaire explicitant le dispositif précédent : il y est dit que nul métropolitain, évêque, comte, vicomte ne s’empare de biens, ne rende un jugement et ne tienne un plaid dans le monastère de Saint-Victor et ses possessions, et que nul abbé ne soit intronisé « sans que toute la congrégation ne l’ait élu » (citation de la règle de saint Benoît), sous la menace d’une excommunication assortie d’une amende de 100 livres d’or69. Le Bene Valete final en toutes lettres comme il est usuel à cette date, précédé d’une croix encore différente, semble appartenir à l’interpolation.

  • 70 Éliana Magnani pense que l’interpolation pourrait dater de la transcription des chartes dans le gr (...)

42Revenir au manuscrit permet de voir que les trois mots espacés Petrus scrinarius scripsit en lettres capitales allongées, à la fin du texte, répondent à l’intitulé du début. Le cartulariste semble donner à sa copie l’apparence de l’original, ou du pseudo-original, avec une touche propre aux habitudes du scriptorium — je pense aux noms propres de Guifredo et de Victoris en petites capitales, systématiquement rehaussées de rouge. Il est difficile de croire qu’il copie un faux qui viendrait d’être forgé70. L’ensemble est en étroite relation avec la Carta liberalis et nous y reviendrons à ce propos.

  • 71 Leo, episcopus, servus servorum Dei, Petro abbati [...] Quia veto tu, dilectissime fili, cum ad sy (...)
  • 72 Planches 1 (fol. lv) et 2 (fol. 2).

43La seconde capitula est un privilège daté de 1050, adressé par Léon IX à l’abbé Pierre qui a succédé à Isarn : l’abbé est venu au synode de Verceil solliciter la protection apostolique pour son monastère qui appartient à saint Pierre et le pape lui accorde la liberté selon le droit de saint Pierre afin qu’il soit libéré du joug des hommes71. La copie reproduit la mise en page, nouvelle alors, bien établie en 1080, des bulles de la chancellerie romaine dont la première ligne est en capitales allongées, avec en bas à gauche la rota, à droite le Bene Valete et le komma72. On peut se demander cependant jusqu’à quel point le cartulariste ne fait pas triompher son propre style avec les rehauts de rouge, l’emploi des petites capitales dans la formule de datation, par ailleurs disposée entre la rota et le Bene Valete (habituellement au-dessous). Surtout, il me paraît impossible qu’il ait reproduit l’original quand il a conçu l’adresse, Petro, non pas en toutes lettres comme on pourrait le croire d’après l’édition, mais en un monogramme très habile, de 15 mm de haut, qui ressort au milieu de la première ligne autant que l’initiale L du nom du pape, et dont la forme évoque selon moi une clef. En suggérant graphiquement un transfert de saint Pierre sur l’abbé, si je ne m’abuse pas, que veut signifier le cartulariste ? Il est en tout cas permis de douter qu’une telle présentation de la bulle entrait dans les vues romaines vers 1080.

  • 73 Éd. 8 à 13. Le cartulaire comporte aussi des actes de l’époque carolingienne qui n’émanent pas des (...)
  • 74 Éd. 8, cap. III. Voir MGH, Die Urkunden der Karolinger, t. 1, éd. Engelbert Mühlbacher, Hanovre, 1 (...)
  • 75 Éd. 9, cap. IV. Compiègne, 2 fév. 884, restitution par Carloman de la villa Ciliano dans le comté (...)
  • 76 Éd. 10. Arles, 21 avr. 904. Voir René Poupardin, op. cit., p. 191. Planche 3.
  • 77 Éd. 11. Isembourg, 1er nov. 822, concession par Louis le Pieux du tonlieu de la villa Leonio sur l (...)
  • 78 Éd. 12, cap. VII (la mention cap. n’est pas portée en face des deux diplômes précédents). Aix-la-C (...)
  • 79 Éd. 13, cap. VIII. Même jour, confirmation par Lothaire, Charles et Louis de la concession du tonl (...)

44Ensuite viennent les six diplômes carolingiens73. Cinq ne sont connus que par leur copie dans le cartulaire. En premier, le privilège d’immunité accordé par Charlemagne, daté de mars 790, dont on ne possède pas l’original, qui a aussi grande allure que le privilège de Léon IX : la première ligne est du même type à caractères allongés et rehaussés de rouge, le nom du roi est en petites capitales rehaussées de rouge, le signum royal est suivi du monogramme bien connu de Charles74. Ensuite, dans l’ordre : un diplôme de Carloman II (restitution de la villa de Seillans)75, un diplôme de Louis l’Aveugle, roi de Provence-Viennois, intitulé gratia Dei imperator augustus (donation du fisc dénommé Pinus, Paradisus en langue vulgaire)76, un diplôme de Louis le Pieux (concession de péage sur les bateaux venant d’Italie)77, un diplôme de Lothaire (confirmation de l’immunité du monastère)78 et un diplôme de Lothaire et ses frères (confirmation de la concession du péage)79. Les diplômes de Carloman et Lothaire se présentent comme celui de Charlemagne avec la première ligne en lettres allongées et leur monogramme.

  • 80 Cf. Peter Rück, Bildberichte vom Konig. Kauzlerzeichen, königliche Monogramme und das Signet der s (...)
  • 81 En 904, Louis n’a pas renoncé à conquérir la couronne d’Italie où il va repartir (défait, il sera (...)

45Le cartulariste paraît vouloir donner à travers ces copies une bonne idée de l’apparence de diplômes émanant de la chancellerie impériale ou royale. Il convient donc d’attacher de l’importance au fait qu’il ne cherche pas à donner la même impression avec la donation de Louis l’Aveugle, dont il n’écrit pas la première ligne en lettres allongées, tout en reproduisant le monogramme de Louis caractéristique de Louis le Pieux et Louis le Germanique80. La titulature suspecte de ce roi qui ne fut jamais couronné empereur mais était le descendant le plus direct de la lignée impériale par sa mère, met plus en cause la chancellerie royale que l’acte lui-même81. Bref, l’acte copié est probablement l’original. Nous verrons à propos de la charte de Saint-Pierre-de-Paradis tout l’intérêt de la mention et de la description du lieu dit Paradisus.

  • 82 Cf. « Originaux et copies : la reproduction des éléments graphiques des actes des Xe et XIe siècle (...)

46La présentation des premières pages du manuscrit implique une relative fidélité aux originaux ou pseudo-originaux à laquelle me semblent bien s’appliquer les remarques de Hartmut Atsma et Jean Vezin à propos du cartulaire de Cluny, qui montrent que l’objectif était de donner une idée de l’impression générale du document plutôt qu’une imitation scrupuleuse82. Au cartulariste est revenu le soin de choisir les documents et l’ordre dans lequel les copier. Il le fait avec à la fois un sens de la chronologie et un sens de la typologie. Choisissant de mettre en tête les bulles pontificales, il copie en premier la bulle de Jean XVIII, ensuite celle de Léon IX. Continuant avec les diplômes carolingiens, il commence par la concession de l’immunité par Charlemagne (datée de 790), puis la restitution d’un domaine (884), enfin la concession d’un fisc (904) ; il poursuit avec la concession d’un tonlieu (822) ; et il finit sur deux diplômes de confirmation de Lothaire et ses frères (841). L’ordre est d’abord logique — en premier le privilège, en second les domaines fonciers, en troisième la taxe, en dernier les confirmations —, ensuite chronologique.

« Privilegium Benedicti pape et omnium episcoporum Galliarum », cap. IX (1040) — « Carta liberalis », cap. X (1005)

  • 83 Les changements de ligne sont indiqués malgré la lourdeur, pour permettre de retrouver aisément le (...)
  • 84 Planches 4 (fol. 3v) et 5 (fol. 5). Le cap. IX (éd. 14) commence 13 lignes avant la fin du fol. 3 (...)
  • 85 Harald Zimmermann, op. cit., 417 (1005) et † 613 (1040).

47Il faut garder à l’esprit l’art avec lequel est construit le début du dossier introductif pour examiner les deux très longs textes suivants qui prennent presque autant de place que les huit précédents, que nous rééditons en annexe83. Ils sont bien mis en valeur mais d’une manière différente et donnent l’impression d’avoir été copiés sur des actes écrits dans le scriptorium plutôt que dans une chancellerie84. L’un et l’autre sont considérés comme des privilèges pontificaux et reproduits dans les Papsturkunden, le premier comme faux privilège de Benoît IX, le second comme privilège inspiré par Jean XVIII85. Le titre accolé dans la marge est une bonne indication de la manière dont on les a considérés au moment de la confection du cartulaire. Pour le premier, un privilège où le pape est associé à l’ensemble de l’épiscopat des Gaules, Privilegium Benedicti pape et omnium episcoporum Galliarum, l’auteur renchérissant encore sur le contenu du texte. Pour le second, une charte assortie d’un qualificatif moral, Carta liberalis, intraduisible, tiré de l’un des noms qui lui est donné dans le texte (roborationis, liberalitatis ac donationis chartam, fol. 5, 43-44), retenu peut-être aussi pour sa proximité avec libertas.

  • 86 Voir Eugène Duprat, « Étude de la Charte de 1040 relative à la consécration de l’église Saint-Vict (...)

48Le privilège de 1040 a été jugé assez important pour être copié au moins une deuxième fois au même moment, et encore recopié au XIVe siècle, accompagné d’une représentation peinte de la cérémonie de consécration86. En fait, sur sa nature de privilège apostolique, le texte même est d’une grande discrétion. Le pape n’est cité qu’une seule fois au milieu du texte (fol. 4, 46, Benedictus sancte sedis Romane ecclesie apostolicus), son nom est en petites capitales, la désignation « privilège » est faite en passant (fol. 4v, 18, apostolico privilegio predictam ecclesiam sanctificamus). Le privilège n’a rien du formulaire propre à une bulle, sauf la mention finale du scribe notaire, mise aussi en petites capitales. Le pape est associé à l’archevêque d’Arles, l’archevêque de Vienne accompagné des évêques de Valence et du Tricastin, et à l’ensemble des vingt-deux évêques de Provence, chacun énuméré par son nom propre et le nom de son siège, entourés de la foule des clercs, des moines et des fidèles. A la demande de l’abbé Isarn et des vicomtes de Marseille, avec le consentement des comtes de Provence et des nobles, le jour de la consécration du « lieu », ils ordonnent que tout pénitent venant au seuil de l’église puisse entrer et retourner librement chez lui absous de ses crimes, s’étant confessé aux prêtres et amendé, et lancent l’anathème contre quiconque attaquerait ceux qui viennent au monastère honorer le lieu et les saints, ou ferait tort aux moines.

49La Carta liberalis se présente clairement comme un privilège, malgré son titre et à la différence du texte daté de 1040 : hunc privilegium... scribimus (fol. 5v, 12-14). Le privilège est épiscopal, mais le pape, associé au roi de Bourgogne-Provence et au comte de Provence, est mentionné avec insistance. Les dispositions sont prises avec le consentement du roi, sur ordre du pape, cum precepto et conibentia domni apostolici et selon la volonté du comte (fol. 5, 40-41), la charte est écrite sur l’ordre du roi et du pape, cum precepto regis, de jussione domni apostolicii (fol. 5v, 12-13), l’excommunication est brandie en premier par le pape, domno papa Romano sedis apostolice (fol. 5v, 19-20), le monastère a le droit de faire appel aux cours royales ou devant le pape, in omni regalia curia vel ante domnum apostolicum Rome (fol. 5v, 33-34), enfin la date se réfère au roi et au pape. Avec leur consentement, l’évêque de Marseille garantit la sécurité des possessions des moines pour qu’ils puissent vivre sous la règle de saint Benoît.

  • 87 Pour Eugène Duprat, dans un second article tardif (« La charte de 1040 relative à la consécration (...)
  • 88 Éliana Magnani, op. cit., p. 267.
  • 89 Florian Mazel, op. cit., p. 173.
  • 90 Paul Amargier, Un âge d'or du monachisme, Saint-Victor de Marseille (990-1090), Marseille, 1990, p (...)

50Très commentés et discutés, ces textes n’avaient pas été étudiés l’un par rapport à l’autre, bien que leur place respective dans le cartulaire y invite. Le privilège de 1040 a été mis en doute dès le XVIIe siècle, la présence de Benoît IX en 1040 à Marseille paraissant impossible, mais a gardé des partisans jusqu’à ce qu’Eugène Duprat le mette en pièces dans deux articles à vingt-cinq ans d’intervalle87. De ce fait, il a été assez peu exploité par les historiens de la Provence, sinon comme une forgerie qui témoigne de la volonté des moines dans les années 1080 de rappeler un attachement ancien à Rome88 et de procéder à l’invention d’une tradition enracinée dans un passé lointain et prestigieux89. Mais pour Paul Amargier, l’acte presque entièrement interpolé relate néanmoins un fait réel, ce que reprend Jean-Claude Moulinier qui démontre la réalité d’une cérémonie de dédicace à la mi-octobre 1040, que Michel Fixot retient lui aussi90.

  • 91 Proposition de Martin Aurell, Dominique Iogna Prat, Jean-Pierre Poly, dans Les sociétés méridional (...)
  • 92 Proposition de Florian Mazel, op. cit., p. 86-87 et p. 173 : le contexte de la rédaction du cartul (...)
  • 93 Éd. 1054 (app.). Reproduction photographique de l’original dans Paul Amargier, op. cit.
  • 94 Éd. 630 (1018, donation de la comtesse de Provence) : ego Girfredus licet indigne vocitatus abba s (...)

51Le privilège de 1005 a été mis en doute ces dernières années ; il aurait été forgé peu avant 1050 quand l’abbé Pierre se préparait à partir au concile de Verceil91, ou même seulement au moment de la rédaction du cartulaire92. Mais l’acte, fait après l’élection de Guifred qui souscrit en tant qu’abbé, semble préparer la bulle de Jean XVIII copiée en tête du cartulaire à la fois pour la partie considérée comme authentique, non datée et adressée au même Guifred, et pour la partie interpolée ; H. Zimmermann pense que la bulle et la Carta liberalis pourraient avoir été faits presque simultanément — j’y ajouterais l’interpolation —, quoiqu’on ne sache pas que ni l’évêque Pons, ni l’abbé aient fait le voyage à Rome. Je fais remarquer aussi que, dans la bulle comme dans la Carta liberalis, le nom de l’abbé est orthographié d’une manière inusitée, Guifredus, alors que dans la pagelle d’élection datée aussi de 1005, dont nous possédons l’original93, il est orthographié Wifredus comme dans le privilège de 1040 (fol. 4, 42) et dans une majorité de chartes ; mais la graphie Guifredus ne rend pas l’acte plus suspect, au contraire puisque l’abbé se nomme Girfredus dans une charte qu’il « écrit » lui-même94.

  • 95 Éd. 38, cf. supra n. 30. La référence à Cassien est dans l’adresse :...eidem omnipotenti Deo ac sa (...)
  • 96 Michel Fixot, « Saint-Victor, saint Victor... », art. cit. supra.

52On s’est donc mis à voir ces textes comme des faux fabriqués au moment de l’élaboration du cartulaire en vue de la demande d’exemption. Rien n’est moins sûr. Outre les remarques ci-dessus, à considérer leur cohérence interne et la manière dont ils sont mis en page par comparaison avec les précédents, à pousser plus rigoureusement la comparaison entre eux et avec d’autres chartes rédigées de façon très lettrée, il apparaît plutôt que le cartulariste a su avec intelligence organiser et présenter la copie d’actes anciens. Au-delà, bien plutôt, c’est la question de l’écriture même des chartes victorines qui est posée, dans un milieu monastique dont les travaux actuels de Donatella Nebbiai-Dalla Guarda contribuent à mieux faire connaître la qualité intellectuelle. Ainsi, le privilège de 1040 est le premier en date des actes qui font de Saint-Victor une fondation de Cassien et la charte du 21 juillet 1079 qui donne le terminus a quo de l’écriture du cartulaire, le dernier95. Michel Fixot a fait un sort à l’attribution de la paternité de l’abbaye de Saint-Victor à Cassien, mentionnée dans quelques-unes de ces « chartes solennelles » comme il les appelle, les unes d’origine vicomtale, les autres liées à la réforme, qui rapportent des actes solennellement conclus devant un grand concours d’ecclésiastiques et de laïcs96. Nos deux privilèges s’insèrent dans une pratique textuelle qui n’a pas encore été assez étudiée. Leur richesse et leur cohérence suggèrent même qu’ils faisaient figure de productions-modèles du scriptorium aux yeux des moines, l’une datant de ses débuts quand l’abbé ne dédaignait pas d’écrire lui-même un acte aussi important qu’une charte comtale, l’autre de la fin de l’abbatiat d’Isarn.

53Je développerai ici quelques raisons seulement m’amenant à proposer que nos textes ont été composés à peu près à la date donnée, loin d’épuiser tout ce qu’on pourrait dire encore. Des raisons de cohérence interne : les considérations générales de chacun des deux textes sont en rapport étroit avec la présentation du passé marseillais et le libellé du dispositif. De cohérence externe : les deux actes, conclus devant un vaste rassemblement d’ecclésiastiques et de laïcs, s’insèrent parfaitement bien dans le contexte historique en 1040 comme en 1005. Je reviendrai pour finir sur la manière dont le cartulariste les a copiés à la suite l’un de l’autre, qui peut se comprendre dans la logique de l’année 1079, année de crise s’il en est : je rappelle qu’elle commence alors que l’abbé est absent depuis presque quatre ans, qu’elle voit le retour de l’abbé, sa mort entre l’été et l’automne et l’élection de son frère pourtant au loin en mission.

1. Deux préambules en rapport étroit avec le dispositif

  • 97 Voir Paul Amargier, op. cit., p. 14, le premier à faire le rapprochement.

54Le préambule du privilège de 1005 commence au lendemain de l’Ascension par la description du collège des apôtres à Jérusalem, qui mirent tous leurs biens en commun avant de se disperser pour prêcher le nom du Christ dans le monde entier et connurent la gloire du martyre, pour dire comment, la foi de la multitude des croyants commençant à tiédir, certains se séparèrent, se mirent à habiter ensemble et s’appelèrent du mot grec cénobites, c’est-à-dire vivant en commun : alors, prirent naissance les monastères, ex tunc monasteria exordium sumpsere (fol. 5, 15-16). Sans que Cassien soit jamais nommé, tout le passage est décalqué de la Conférence XVIII, 597. Comme introduction à une charte qui impose le respect de la règle de saint Benoît aux abbés et aux moines en précisant qu’ils doivent offrir sans interruption des prières pour le salut de tous les chrétiens vivants et morts, ces considérations sur le monachisme des premiers temps sont bienvenues. Mais il est visible qu’elles sont plaquées sur le dispositif qui n’en reprend aucun terme, pas même celui de communio.

  • 98 Benjamin Guérard saute les lignes 1 à 29 (signalées par etc), depuis in sua stabilitatis substanti (...)
  • 99 Grossière imposture pour Eugène Duprat, qui l’explique par la rivalité avec l’abbaye de Montmajour (...)
  • 100 Sur le lien étroit entre intercession, pardon et droit d’asile, voir Pierre Timbal Duclaux de Mart (...)

55Tout autre est le préambule du privilège de 1040, deux fois plus long, dont le début est généralement ignoré parce que B. Guérard ne l’a pas édité98, qui ne parle pas de la naissance du monachisme mais de la naissance de l’Église : de la création et ses voies insondables, de la condition humaine qui a reçu la connaissance, de la corruption de la chair et la victoire de l’esprit, de l’amour (karitas) venu s’ajouter aux lois. Cet amour, l’enseignent le Christ pardonnant sur la croix, Étienne premier des martyrs, le chœur des apôtres, l’Église universelle. En lui, les églises trouvèrent leur commencement, ecclesie inicium sumpserunt (fol. 4, 8). L’élection des apôtres et la succession des disciples firent se multiplier les églises dans les cités à travers le monde, qui n’auraient pu éviter la chute sans l’aide de Dieu. À ces considérations générales sur l’amour, le pardon et la naissance des églises s’enchaîne un discours glorifiant l’église du martyr Victor. Ce sont « les chefs des églises et les abbés des monastères », redresseurs de torts, qui parlent (fol. 4, 15). Ils veulent servir « la sainte église du martyr Victor », « couche immaculée, sine ruga, immaculato thoro », une image nuptiale reprise plusieurs fois (20 : « maison, aula, de son éternel époux le Christ ») et poursuivie jusqu’au dispositif (fol. 4v, 12 : ad ejus thalamum reparandum venimus) ; « brillant de la bénédiction apostolique et l’absolution des péchés (fol. 4, 20) », bénédiction répétée dans le récit des origines (fol. 4, 26), et dans le dispositif (fol. 4v, 18-19) ; « Seconde Rome ainsi qu’il est encore gravé sur les marbres antiques » (fol. 4, 22)99. Où l’auteur de ces premières lignes puise-t-il son inspiration ? L’association pardon et pureté, comme préambule à la bénédiction de l’église et à la délimitation d’un espace protégé tout autour en faveur des pénitents, pourrait être inspirée par des écrits ou des abrégés des Pères qui ont défendu le droit d’asile pour les églises100.

2. Le passé du monastère comme exemplum au service du privilège

  • 101 Voir déjà la recension des chartes mentionnant Cassien (la plus complète se trouve dans l’article (...)

56Dans les deux textes, aux considérations générales s’enchaîne l’histoire des débuts du monastère, emmenée jusqu’aux temps présents, l’ordination de l’abbé dans le privilège de 1005 (fol. 5, 33), l’abhatiat d’Isarn dans le privilège de 1040 (fol. 4, 44). Deux visions différentes s’offrent à nous, non pas contradictoires mais contrastées. Aussi bien, elles servent l’une et l’autre un propos différent et jouent le rôle d’exempla destinés à illustrer le sens du privilège. Ces deux histoires exemplaires ont suivi leur chemin dans le scriptorium et ont fourni de la matière aux rédacteurs des chartes solennelles. Ce chemin reste à tracer101.

  • 102 Cf. Éd. 77 (vers 1020 : igitur cum gens pagana fùisset e finibus suis, videlicet de Fraxineto, exp (...)
  • 103 Sur Syr auteur de la Vita Maioli, voir Dominique Iogna Prat, Agni immaculati. Recherches sur les s (...)
  • 104 Pour Florian Mazel, la famille vicomtale est mise ainsi sur le même plan que l’empereur.

57Dans le privilège de 1005, l’histoire (fol. 5, 16-33) commence ainsi : « En Provence, à l’imitation de ces communautés, fut le célèbre monastère situé non loin des murs de la cité de Marseille » — Massilie civitatis haud procul menia situm, l’expression est récurrente dans les chartes. Le monastère a été « sanctifié par le corps du martyr Victor, élevé par les privilèges et les très grands dons du glorieux empereur Charles » — le flou est grand par rapport aux diplômes copiés dans le cartulaire. « Il est longtemps resté dans cette position sublime en suivant la voie régulière (19 : sub regulari tramite),...mais beaucoup d’années après la mort du prince très pieux, Dieu a voulu flageller le peuple chrétien en faisant sévir les païens, la gent barbaresque a fait irruption dans le royaume de Provence (21-22) ». Ici commence le récit de la dévastation de la Provence et de la ruine du monastère. Plutôt qu’un récit, une envolée rhétorique, un topos qui se retrouve dans quelques autres préambules sous une forme très abrégée102 et dans la Vita Maioli composée par Syr entre 999 et 1031/1033 sous une forme en revanche un peu plus développée, avec des recoupements qui prouvent la dépendance des deux passages, le plus ancien étant peut-être celui de Saint-Victor si l’on admet avec moi que la Carta liberalis a bien été composée en 1005 (voir infra)103. Retenons pour notre propos l’idée d’une affliction voulue par Dieu, absente du privilège de 1040 qui passe rapidement sur l’épisode. En 1005, l’insistance sur la période sombre donne plus d’éclat à la refondation d’une communauté encore modeste (vingt-et-un moines selon la pagelle d’élection) sur laquelle s’achève le récit : le relèvement du monastère par la famille donatrice de Marseille, l’évêque Honorât, son frère le vicomte Guillaume et son fils l’évêque Pons, qui ordonnèrent l’abbé104.

  • 105 Seule référence du cartulaire à Antonin (qui a la réputation de ne pas avoir appliqué la loi contr (...)
  • 106 Majorent ecclesiam. Dans la Vita Isarni (op. cit., p. 740, 17) la crypte à l’entrée de laquelle l’ (...)
  • 107 Il faut noter l’association du vocable de Marie à celui de Jean-Baptiste auquel est en train de se (...)
  • 108 Michel Fixot, ibid., montre comment les divers aménagements du site abbatial, avec le recreusement (...)
  • 109 Voir id., ibid., p. 246-247 : il existe aujourd’hui une chapelle Saint-Lazare et une chapelle des (...)

58Dans le préambule de 1040, l’histoire est circonstanciée et plus longue (fol. 4, 23-45). Le récit commence par se référer au temps d’Antonin, ce qui est pour le moins inhabituel105, et dit que le monastère a été construit selon les anciens par l’abbé Cassien à la demande du pape Léon le Grand qui a consacré le monastère et lui a donné la bénédiction apostolique (fol. 4, 26). Ils y consacrèrent l’église principale106 en l’honneur des saints apôtres Pierre et Paul et tous les autres et une autre église en l’honneur de sainte Marie mère de Dieu et de saint Jean-Baptiste107 et de beaucoup de saints. L’auteur du préambule distingue deux églises qui ne correspondent pas à la réalité archéologique, ni de la période tardo-andque, ni de l’époque d’Isarn pour autant qu’on puisse en connaître, une caractéristique constante de ces chartes, que la complexité du site sur une excavation toujours susceptible d’être recreusée explique en partie108. La fondation, poursuit l’auteur, a grandi « grâce aux préceptes des empereurs, Pépin, Charles, Carloman, Louis et Lothaire rois des Francs » : par rapport aux diplômes copiés juste avant dans le cartulaire, s’ajoute celui de Pépin et manque celui de Louis l’Aveugle, qui n’était pas roi des Francs, il est vrai. A l’évidence, l’auteur connaît ces diplômes. De même, continue-t-il, « ses martyrs et ses saints ont fait grandir le monastère, Victor et ses compagnons, Hermès et Adrien, Lazare ressuscité par Jésus-Christ, les saints Innocents et encore d’innombrables saints martyrs confesseurs et saintes vierges, dont témoignent plusieurs volumes sacrés »109. Ainsi à la date où le privilège est rédigé, ces saints devaient-ils contribuer au rayonnement du monastère, soit dans la réalité, soit dans le projet des moines. Quoi qu’il en soit, telle était bien la question : le privilège devait protéger la venue des pénitents, et peut-être ainsi favoriser la naissance d’un pèlerinage. Les seules allusions à la vocation monastique de Saint-Victor se placent ici (fol. 4, 34-35) : en Occident, Cassien est le premier qui se lança dans la « voie régulière » (cf. la carta liberalis) et diffusa la règle, legem. Pour dépeindre l’épanouissement du monastère, la métaphore du mariage d’amour avec l’Epoux est poursuivie, quodque monasterium ita in amore Christi sponsi ambiensperduravit (36), cumque diutius in tanti amoris matrimonio perdurasset (38).

  • 110 Cf. Vita Isarni, op. cit., p. 738, 6. Les Vandales sont bien connus et situés correctement dans le (...)
  • 111 Éd. 101 (1033) :...dudum nescio aut vetustate consumptam aut a Mauris dirutam.
  • 112 Que l’évocation d’Isarn soit au passé démontrerait selon Eugène Duprat que le rédacteur est un moi (...)

59Après sont venues les larmes du veuvage, viduitatis lacrima (40). Le mal est venu par les Vandales110, qui sont évoqués là où l’on attendrait pagani ou gens barbarica, et le monastère a perduré sans fruit, consumé par trop de vieillesse, nimioque senio consumptum. Le souvenir des Sarrasins, qui ne semble pas entré dans le mythe, s’estompe peut-être à la date où est rédigé le privilège : déjà en 1033, l’archevêque d’Arles, qui s’exprime avec une précision qui lui est propre, ne sait pas si l’église Saint-Zacharie se consume de vétusté ou si elle est en ruine à cause des Maures111. Mais pourquoi cette référence aux Vandales, reprise dans la Vita Isarni vers 1070 ? L’auteur n’insiste pas sur la ruine du monastère et passe rapidement à sa restauration au temps du pape Jean, à son rayonnement avec l’abbé Wifredus dépeint avec emphase, qui se mundo crucifixit et mundus sibi (fol. 4, 42), et au soutien des vicomtes et de l’évêque ; il finit sobrement sur le gouvernement du monastère assumé par Isarn en sorte qu’il fleurisse devant le siècle, in seculum (45)112. Le mot de la fin donne la clef de ce très long préambule, s’il en est encore besoin : c’est de présence au siècle qu’il s’agit, grâce aux sépultures des saints.

3. De la réalité ou non des faits (1) : la copie du privilège de 1005

  • 113 Voir le récit de la mort de Guillaume II (994) de Vita Maioli (éd. cit. supra, p. 277). À sa mort, (...)
  • 114 Cf. la pagelle d’élection. Sur l’institution de Guifred comme prévôt, cf. éd. 71 (1004).

60Dans le privilège de 1005, les comtes de Provence sont mis en avant. Roubaud, la comtesse et son fils figurent après le roi et le pape dans les clauses de consentement, qui ne citent personne d’autre. La souscription de Roubaud est la première, et si celle (précédée d'une croix) de l’évêque de Marseille est la suivante, viennent aussitôt après celles de la comtesse qualifiée d’inclita (veuve de Guillaume I frère de Roubaud), de son fils Guillaume II comte de Provence, de Guillaume comte de Toulouse (qui épouse Emma, fille de Roubaud en 1008), et d’Ermengarde femme de Roubaud. Quoi qu’il en soit de leur pouvoir réel par nature très faible, le prestige des comtes, en effet, est grand vers l’an mil dans le monde monastique sur la voie de la réforme113. Le milieu s’active pour mettre un abbé à la tête de la communauté de Saint-Victor. L’abbaye de Montmajour a obtenu du pape le privilège d’exemption en 998, la même année que Cluny ; Archinric, abbé de Montmajour depuis 1000, est aux côtés de Warnier, abbé de Psalmodi, artisan de l’élection de Guifred qu’il avait installé à Saint-Victor comme prévôt114. Dans les souscriptions, celles de ces trois abbés, Warnier, Guifred et Archinric, suivent celles des comtes.

  • 115 Éd. 630, cf. supra, n. 94. Guifred n’est pas le seul abbé à rédiger et écrire lui-même des actes. (...)
  • 116 Éd. 71, 15 oct. 1004 : à Marseille, le vicomte Guillaume malade, entouré par les frères du monastè (...)

61Que la souscription de Guifred, curieusement dépourvue de firmavit, soit accompagnée de la formule licet indignus ejusdem monasterii opilio vocatus (fol. 5v, 42-43,), proche de celle dont il use pour se désigner lui-même quand il écrit l’acte de la comtesse de Provence, pourrait signifier que la rédaction de la carta liberalis est son œuvre115. Ainsi s’expliquerait la manière très laudative dont l’évêque et les vicomtes sont présentés à la fin de l’exposé narratif, ceci à la troisième personne (fol. 5, 31-32), tandis que l’évêque serait le rédacteur de la clause insérée à la fin (fol. 5v, 24 et ss : Hoc etiam inserere placuit michi..), faisant de lui et ses frères les protecteurs des biens donnés à l’abbaye par leurs parents et par eux-mêmes. Quoi qu’il en soit d’ailleurs de sa participation à la rédaction du texte, l’évêque en est l’acteur, lui dont le père a rejoint la communauté monastique l’année précédente en prenant l’habit selon la règle de saint Benoît et qui va s’y retirer lui-même en 1008116.

62En quelque sorte, le contexte imposait de rédiger un texte développant le choix victorin, d’autant plus que la bulle de Jean XVIII faisait piètre figure à côté du privilège d’exemption que l’abbaye de Montmajour avait obtenu sept ans plus tôt. Une exemption qu’il n’était pas question de demander pour Saint-Victor, trop lié à la famille vicomtale, mais que l’abbé connaissait forcément, au moins lui. Je ne vois pas quel aurait été l’intérêt pour les moines de fabriquer de toutes pièces le privilège au moment où leur abbé se rendait au concile de Verceil ; l’auraient-ils fait néanmoins, qu’on s’attendrait à ce que la bulle de Léon IX en reprenne des éléments ; il n’en est rien. En 1080, le copier n’était pas un argument pour solliciter l’exemption, dont Saint-Victor n’avait nul besoin comme je l’ai montré plus haut, mais une manière de célébrer un choix presque centenaire, à un moment de crise.

4. De la réalité ou non des faits (2) : la copie du privilège de 1040

63Tout autre est le problème posé par le privilège de 1040 : diplomatiquement invraisemblable, tissu de fables historiques, « faux » au sens d’aujourd'hui, si peu crédible qu’il ne peut pas avoir été fait pour renforcer le dossier de demande d’exemption en 1080 ; pourtant accepté à cette date et présenté comme un privilège apostolique par l’auteur des titres, ce qui montre que la mémoire politique est courte (elle peut l’être aussi au XXIe siècle). Aussi bien, il faut souligner que la mention aberrante de Benoît IX, pape au moment de l’acte, remplit un vide symbolique évident en comparaison de la carta liberalis, insupportable vu la logique narrative du préambule qui s’attarde sur Léon le Grand et cite Jean XVIII. Loin d’être une interpolation, la discrète mention du pape ferait partie intégrante du texte au moment de sa composition. La mystérieuse trifida benedictio précédée d’un ambigu in unum congregati (fol. 4v, 18), une bénédiction littéralement fendue en trois, pourrait se rapporter 1o au pape absent, 2o à l’archevêque présent et distingué par sa titulature : Arelatensis apostolatus Trophymi vicarius (fol. 4v, 1), 3o au Sauveur absent/présent d’après Matthieu, 18, 20 (fol. 4v, 16 : Ubi duo vel tres congregati fuerint in nomine meo, in medio eorum sum...), les trois rassemblés en un seul.

  • 117 L’ordre est géographique. En tête, l’archevêque d’Arles et l’évêque de Marseille. Ensuite, 1o la P (...)
  • 118 Voir Michel Fixot, qui développe une suggestion de Jean-Claude Moulinier.
  • 119 Éd. 16, cap. XI :...Iccirco, huic sancte ecclesie in honorem sanctorum apostolorum Petri et Pauli (...)
  • 120 Éd. 769, un acte dont le cartulariste a respecté la belle apparence (cf. supra n. 23) : Acta pupli (...)
  • 121 Éd. 795, Acta puplice apud Sanctum Victorem, idibus octobris, die sanctorum apostolorum ecclesie d (...)

64Mais la grande assemblée qu’on déduit des suscriptions est vraisemblable, sinon que sa perfection la rend suspecte, car tous les évêques de Provence sont énumérés, cités par leur nom exact et en bon ordre117. L’existence d’une cérémonie de dédicace ou de consécration le 15 octobre 1040 (date anniversaire de l’entrée en religion du vicomte de Marseille en 1004118) est confirmée par trois chartes faites ce jour là au monastère de Saint-Victor : la dotation de l’église construite dans le monastère de Marseille en l’honneur des saints apôtres Pierre et Paul et tous les apôtres par le vicomte Foulque et son frère Guillaume ainsi que Guillaume de Grasse119, et deux chartes écrites par le même moine Durand (le futur abbé ?) en présence de nombreux évêques : la restitution à Saint-Victor par l’évêque de Sénez des églises de son diocèse120 et la donation par l’évêque de Vence des églises de Crotton121.

  • 122 Cf. la minutieuse analyse de Jean-Pierre Poly, op. cit., qu’il faudrait peut-être mettre à jour, m (...)
  • 123 Sur la règle des trente pas, voir l’ouvrage très clair de Pierre Timbal cité supra, qui présente l (...)

65Je n’insisterai pas sur l’assemblée, avant tout composée d’évêques accompagnés de leur clergé et de « la foule des abbés et des moines », et « presque dix mille clercs de tout grade et fidèles chrétiens des deux sexes », grossie pour l’effet rhétorique. Mais un personnage nous intéresse : Léger, l’archevêque de Vienne, est là, accompagné des évêques de Valence et du Tricastin, cité aussitôt après l’archevêque d’Arles et Pons de Marseille. Il faut savoir qu’autour de l’année 1040, alors que les comtes de Provence sont très faibles et que la référence royale n’existe plus depuis la mort du roi de Bourgogne-Provence, le clergé provençal a un rôle politique important. On sait que l’archevêque de Vienne est aux côtés de Raimbaud d’Arles au concile réuni à Saint-Gilles entre 1042 et 1044 où semble avoir été lancée la formule de la Trêve de Dieu, dont les termes sont mis au point probablement au concile de Narbonne en août 1043, réuni conjointement par les deux archevêques, mais ne sont attestés qu’au concile tenu à Narbonne en 1055/1056122. Or, on y trouve énoncée la règle d’un espace inviolable à trente pas de l’église, absente du premier statut de paix définissant la trêve de Dieu qui soit connu, envoyé sous forme de lettre aux évêques d’Italie entre 1041 et 1043 par l’archevêque d’Arles, Odilon de Cluny et les évêques de Nice et d’Avignon. La règle est couramment citée dans faire wisigothique. La papauté va chercher à la généraliser : en 1059, Nicolas II demande que les cimetières puissent s’étendre jusqu’à une distance de 60 pas autour des majores ecclesiae et de 30 pas autour des capellae sive minores ecclesiae. On peut voir dans l’étrange formulation du privilège de 1040 (fol. 4v, 19-20), qui absout et assure de pouvoir rentrer chez lui librement « tout pénitent qui viendrait au seuil de l’église en le foulant de ses pas », qui ad ejus limina tritis passibus venerit, une trace déformée du droit écrit perdu en Provence. Les Victorins en tirent un privilège qui favorise le rayonnement du monastère à travers les reliques des saints123.

66Revenons à la consécration. Le dispositif ne précise nullement de quelle église il s’agit, bien que le préambule évoque deux églises pour la période antique. Le die consecrationis de la formule de datation se rapporte à locus qui renvoie à monasterium. Michel Fixot parle de « l’objet inconnu de la dédicace de 1040 ». Je suggère de prendre le privilège au pied de la lettre. L’objet de la consécration serait le site entier réputé saint, avec ses tombes et ses autels, l’église en général, le monastère (apud Massiliam, in eodem monasterio, idibus octobris, die ejusdem loci consecrationis, fol. 4v, 42-43), le « lieu » où les pénitents affluent, du moins où l’on voudrait qu’ils affluent. Peu importe en ce sens qu’une telle cérémonie ait réellement eu lieu, ou même qu’elle soit possible, vu la dimension symbolique de tout le texte. Quoi qu’il en soit, tout comme pour le privilège de 1005, on ne voit pas comment les moines auraient pu composer en 1080 un texte de cette actualité, ni en quoi c’eût été leur intérêt. Pour autant, il est peu probable que l’abbé l’ait emporté avec lui en se rendant à Verceil, dans la mesure où la bulle de Léon IX ne le recoupe en aucune façon, bien qu’on aurait pu croire que le privilège de 1040 venait clore un dossier d’actes classés et numérotés pour cette occasion.

67Ces deux grandes compositions me semblent mises à l’honneur au début du cartulaire pour trois raisons. L’une est évidente et pourrait être suffisante. Ce sont des privilèges généraux et comme tels ils devaient figurer en premier, raison pour laquelle, peut-être, il fallait copier d’abord le privilège de 1040 vu la qualité de ses auteurs. Une autre raison serait qu’ils faisaient figure de chefs-d’œuvre au milieu des chartes qui devaient s’empiler dans le scriptorium ; encore voudrait-on savoir ce qui comptait le plus, les considérations générales, l’historique, le contenu des dispositions, ou l’esthétique d’ensemble. La troisième raison serait qu’à eux deux, ils donnaient un aperçu très complet de l’esprit victorin ; celui de 1005 illustrait la vie intérieure de la communauté, celui de 1040 la sainteté du lieu de culte et ses rapports avec l’extérieur. Deux visions contrastées qui pouvaient provoquer des tensions entre les moines, mais toutes deux très éloignées du programme pontifical et que les exigences de Grégoire VII faisaient passer au second plan.

Les donations générales et les possessions attenantes au monastère

68Après les deux privilèges, commencent les donations qui forment la majorité écrasante des actes copiés dans le grand cartulaire. Mais les premières prolongent le dossier introductif, tant par la forme comme il a déjà été dit plus haut que par le fond : les donations concernent soit les terres aux abords immédiats du monastère et la construction de l’église à l’intérieur (la mystérieuse église des saints Pierre et Paul et tous les apôtres) et à l’extérieur (Saint-Pierre-de-Paradis), soit des manses et des droits détachés de ville géographiquement éloignées, donnés ou restitués dans la même charte, inclassables par diocèse. Deux chartes attirent le regard et mettent en avant le vocable de saint Pierre, l’une au début, l’autre à la fin de cet ensemble.

1. L’église des saints Pierre et Paul et l’église Saint-Pierre-de-Paradis

  • 124 Éd. 16. Planche 5. Cf. supra n. 119.
  • 125 Éd. 17 : Guillaume donne un muid de terre cultivée, Foulque un muid de vigne de leur alleu dans la(...)

69Commençant en haut du folio 6, la Dos sancti Petri huius cenobii (cap. XJ) est mise en page un peu comme le privilège de 1005 : elle commence en haut du folio, elle est de même décorée d’un chrisme, quoiqu’un peu plus petit (14 mm de haut) et au milieu de la ligne, avec le titre en petites capitales à gauche et l’invocation à droite, où Christus est écrit en toutes lettres, pour une fois des capitales grecques124. Mais en fait, la Dos sancti Petri prend la suite du privilège de 1040 en tant que dotation faite par les vicomtes le jour de la consécration. À la suite, sur la même page, vient une charte intitulée dans la marge Sponsalitium ecclesie Sancti Petri (cap. XII), dotation des mêmes vicomtes à l’autel consacré aux apôtres Pierre et Paul, mais ceci en 1005 !125 L’enchaînement, probablement voulu, encourage à considérer les chartes copiées à la suite des privilèges comme faisant partie d’un dossier introductif soigneusement pensé.

  • 126 Éd. 32. Dei omnipotentis providentia, qua cunctarum rerum succedant (1re ligne). Planche 6.
  • 127 J’hésite à avancer une raison purement technique comme la mauvaise qualité du parchemin (peut-être (...)

70Cinq folios plus loin, leur répond la charte de présentation également très soignée intitulée dans la marge Carta Sancti Petri de Paradiso, datée de 1044, à laquelle il a déjà été fait allusion plusieurs fois. La copie commence par un chrisme d’un type différent de très grande taille (24 X 20 mm) et la première ligne est en grandes capitales (6 mm) largement rehaussées de rouge ; mais le début du texte, qui commence au tiers inférieur du verso du folio 11, est barré jusqu’en bas et recopié sur la page suivante inchangé, d’une écriture plus fine, avec un chrisme de même type un peu plus petit (20 X 20 mm), sans rehauts de rouge126. Ce signe d’hésitation, ce repentir, a-t-il à voir avec la charte elle-même ou avec sa copie à cet endroit ? Je n’ai pas de réponse ; on pourrait le retenir comme un témoignage de résistances au sein de l’équipe des cartularistes devant des choix difficiles127. Car la charte semble avoir une grande importance matérielle et symbolique.

  • 128 Cf. supra n. 119.

71La charte commence par une invocation à la providence divine puis évoque les accidents qui font passer de la prospérité à l’adversité et viceversa, pour raconter comment Foulque, le vicomte, a été gravement blessé en défendant ses castra, ce qui l’a décidé, avec sa femme Odile, à donner post mortem à Saint-Victor le tiers de castella ou ville, ou le quart selon le cas, qui sont ceux-là même où il avait prélevé un manse pour doter l’église des saints Pierre et Paul lors de la consécration de 1040128. Dieu lui permit de guérir. La charte continue en exposant sa décision prise alors de faire reconstruire « l’église autrefois en ruines à cause de sa vétusté, laquelle église ou lieu s’appelait aux temps passés Paradisus », d’où de nouvelles donations consistant en droits (parrochia, decimus, dans quelques cas tascha) perçus dans des ville ou castra situés dans le diocèse de Toulon (Six-Fours, Ollioules, Solliès, Belgentier) et en manses situés dans le comté d’Aix, tous décrits dans une langue très soignée, précise et non dénuée d’effet rhétorique.

  • 129 Éd. 32, 1044 : Dei vero omnipotentis miseratione, qui omnes vult salvare et neminem perire, reddit (...)
  • 130 Éd. 34, 22 juillet 1044, concession comtale de tout ce que veulent donner le vicomte et sa femme q (...)
  • 131 Éd. 40, notice du cellérier non datée :...memoria sive noticia de diversis sive partibus terrarum (...)
  • 132 Éd. 84, 1065-1079 : restitution de vigne à l’altario sancti Petri de Paradiso. Éd. 841, 18 avril 1 (...)

72C’est dans ce contexte que le rédacteur nous livre un commentaire du nom de Paradisus : le lieu, locus, est appelé ainsi parce qu’il est situé ad portam monasterii, parce que de nombreux corps de saints, martyrs, confesseurs et vierges y reposent (en termes presque semblables à ceux du privilège de 1040, fol. 4, 32-33) et il est aussi appelé porta Paradisii parce que les délices des âmes saintes y fleurissaient au temps du grand Cassien qui a institué le monastère ; le nom a trois sens que le rédacteur s’efforce de transcender : ut et merito et actu et nomine vocatur Paradisus, écritil129. Ce commentaire est unique. Le nom n’est pas commenté dans la charte du comte de Provence faite en parallèle, qui cède tous ses droits sur le lieu appelé ad Paradiso (ce qui signifie que le lieu avait conservé un certain caractère public)130. L’église fut construite. Elle est citée dans la notice du cellérier qui énumère les vignes et les terres situées non loin de l’église Saint-Pierre « à l’extérieur de la porta appelée Paradisi »131. Dans la bulle d’exemption de 1081, la chapelle est la première nommée de celles qui entourent le monastère132.

  • 133 Éd. 10, 904 :...concederemus, jure perpetuo, videlicet fiscum quod nominatur Pinus, cum salinis et (...)
  • 134 Jean-Charles Picard, « Les origines du mot Paradisus-Parvis », Mélanges de l’École française de Ro (...)

73Reportons-nous au diplôme de Louis l’Aveugle, soigneusement copié au folio 3 (voir supra), qui avait concédé à Saint-Victor un fisc et ce qui en dépendait, « appelé en langue vulgaire Paradisus », situé du chemin de La Garde à Fourmiguier avec les Salines (la rive sud-est du port)133. La description est obscure mais comporte une information essentielle, l’existence d’un carnarium, soit d’un lieu d’ensevelissement et de sépultures, qui confirme l’impression d’ensemble des archéologues d’une région funéraire diffuse « à l’antique ». Au carnarium à un bout, semble correspondre à l’autre bout un porche ou portique, porta, devant la terre comtale à la porte, foris, d’un « château ». Faut-il mettre en rapport ladite porta et ledit Paradisus ? Jean-Charles Picard a montré que le terme médiéval « Paradis » qui a donné « parvis » en français, venu de la langue vulgaire, apparaît dans les textes à la fin du VIIIe siècle pour désigner le quadriportique ou atrium à l’entrée de Saint-Pierre de Rome, né de l’admiration des visiteurs de la basilique pour la grande mosaïque de la Jérusalem céleste, et qu’il se serait rapidement diffusé hors de Rome selon ce sens, par l’intermédiaire du milieu monastique134. En tout cas, à la différence des cas étudiés par lui, on voit qu’à la même date, à Marseille, le terme est en rapport avec un site funéraire. En s’appuyant sur sa belle étude, on peut ajouter que le rédacteur de la charte devait savoir qu’on appelait ainsi le quadriportique de la basilique Saint-Pierre à Rome. Quant au cartulariste qui lui donne son titre, il est tout à fait possible qu’il ait vu de ses yeux l’abbatiale du Mont-Cassin reconstruite entre 1066 et 1071 à l’image de Saint-Pierre-du-Vatican, où l’on a fait un atrium, qu’on appelle « paradis suivant l’habitude de Rome » (Léon d’Ostie).

  • 135 Cf. Vita S. Ysarni..., AA. SS..., vol. 46, p. 747-749. Sur ce périple, inconnu par ailleurs mais i (...)

74Enfin, il faut souligner que la décision de construire une église dédiée à saint Pierre au lieu appelé Paradis a été prise « sur le conseil et l’ordre de l’abbé Isarn d’heureuse mémoire, felicie memorie ». On pourrait penser qu’Isarn était donc mort à cette date ; mais une charte le montre encore vivant en 1047 et l’élection de son successeur date de cette année-là. 11 est fort possible qu’au moment où la charte est rédigée, avec un certain décalage par rapport à la conclusion de l’acte, Isarn était déjà parti pour le voyage périlleux raconté dans sa Vita, qu’il entreprit jusqu’au royaume des Taïfas des Baléares pour racheter des moines de Lérins qui venaient d’être capturés, dans la perspective d’un martyre, au retour duquel il mourut135. On pensait probablement ne jamais le revoir. Je suppose qu’Isarn attacha une grande importance à cette fondation qui signifiait la récupération religieuse d’un lieu de sépultures et qui visait sans aucun doute à renforcer le développement d’un pèlerinage vers Saint-Victor, ce qui semble avoir été un motif puissant pour les moines dans ces années.

  • 136 Éd. 33 :...Quicque abeuntes omnes gentes, libera voce predicantes Jhesum Christum esse Dei vivi fi (...)

75La charte copiée à la suite sans relief particulier est une autre donation de Foulque, elle aussi inspirée par Isarn (de jussu Isarni), cette fois faite à l’église de Pierre prince des apôtres, Paul, Jacques et Jean, Thomas et Barthélémy — il s’agit de la donation aux abords du monastère de clos de vigne, de terres arables et d’un moulin à construire, datée du même jour que le pseudo-privilège de 1040. Le préambule est tout aussi spécifique : il y est dit que tous les peuples après la résurrection décidèrent d’édifier des maisons avec des matériaux de pierre et de bois pour y prêcher les fidèles rassemblés pour les « monitions » dominicales, pour cette raison appelées abusivement par eux églises (le rédacteur connaît donc le sens du mot en grec)136. L’accent est mis sur la vocation du monastère dans le siècle. La charte est marquée du même souci ecclésial que le privilège de 1040.

2. Des actes particulièrement anciens en position seconde

  • 137 Éd. 40 (sans titre, Noticia sive memoria...), 41 (1028, donation au monastère non longe a civitato (...)

76Entre la Dos sancti Petri et le Sponsalitium sancti Petri copiés au folio 6 et la Car ta sancti Petri de Paradiso commencée au folio 11, se suivent des donations aux abords du monastère qui lui donnent son assise marseillaise, mélangées à des donations générales faites de droits répartis sur différentes ville ou manses dans des lieux dispersés de l’est à l’ouest de la Provence. Le dossier introductif se termine au folio 13 avec les ultimes acquisitions de pièces de vigne et de terre au bord de l’Huveaune (la plus récente étant celle du 21 juillet 1079 dont il a été plusieurs fois question), la longue notice qui énumère les vignes dépendant du cellérier, la donation d’un clos en 1028 et la notice des biens laissés aux aumônes137.

  • 138 Cap. XII. Éd. 17. Voir supra n. 125.
  • 139 Cap. XIII. Éd. 18 : l’évêque donne sa part de six ville (Val de Trets, Peynier, Saint-Andeol, Olli (...)
  • 140 Cap. XIV. Éd. 19 : cf. la donation de Guillaume en 1040 (éd. 16).
  • 141 Cap. XV à XVII. Éd. 20 à 22 : Les deux vicomtes donnent deux moulins, l’évêque donne le decimum. L (...)

77Suivant un principe gouvernant souvent le classement des chartes par villa tout au long du cartulaire, qui consiste à placer en premier la donation qui semble coiffer les autres par son importance et qui n’est que très rarement la plus ancienne, la Dos sancti Petri de 1040 est suivie des actes précurseurs : en 1005 le Sponsalitium ecclesie Sancti Petri dont on a déjà parlé138, en 1008 une donation de l’évêque139, en 1020 une donation post mortem du vicomte Foulque140, enfin trois chartes de donation non datées provenant des mêmes et concernant deux moulins sur l’Huveaune141. Les premiers titres sont infralinéaires et écrits en petites capitales, ensuite les chartes ne se distinguent plus que par l’initiale.

  • 142 Cap. XVIII. Éd. 23. Cf. éd. 10, supra n. 133.

78C’est seulement en dix-huitième position que se place la charte de refondation du monastère en 977, par l’évêque Honorât, souscrite par le vicomte de Marseille, son frère, et par le comte de Provence. Consulter le manuscrit permet de constater que le cartulariste était bien conscient de son importance qu’il s’est appliqué à mettre en évidence en écrivant l’invocation en grandes capitales rehaussées de rouge. De même l’auteur des titres de la marge, qui lui donne le plus long de tous et l’écrit en plus gros caractères : Carta Honorati episcopi Massiliensis et clericorum suorum de honore quam reddidit sancto Victoris martiris monasterii Massiliensis. Honorat, désirant faire revivre une communauté de moines en l’honneur de saint Victor, lui concède ce qui est connu lui avoir appartenu et le droit de rechercher ce qui pourrait encore lui avoir appartenu : sont ainsi concédées les possessions autour de l’église Saint-Victor, de deux côtés jusqu’à la mer, de l’autre côté jusqu’aux hauteurs de La Garde et jusqu’à la voie longeant le lieu qu’on appelle Paradis ; les droits à Saint-Damien (diocèse de Toulon) ; à Marignane (diocèse de Marseille) ; à Grimaud (diocèse de Fréjus) ; à Lambesc (diocèse d’Aix) ; à Castellane (diocèse de Sénez) — des implantations phares pour l’abbaye142.

  • 143 Cap. XIX et XX. Éd. 24, 1045 : donation-vente de droits par le vicomte Guillaume à l’église Saint- (...)
  • 144 Éd. 26 à 30 (29 et 30 commencent par une invocation à la Trinité en capitales).

79La charte d’Honorat ressort d’autant plus dans le manuscrit que les chartes suivantes sont copiées sans marque distinctive sauf celle qui la suit dont l’invocation est aussi en capitales. Ces chartes nous font revenir à proximité du monastère. D’abord deux donations en 1045 du vicomte Guillaume, frère de Foulque143. Puis cinq textes singuliers qui ont trait à des litiges anciens. La notice très élaborée d’un jugement public rendu sous le règne de Lothaire, le 2 juillet 845, où le vicarius qui contestait les droits de Saint-Victor sur le tonlieu de la villa Leonio est débouté (dernier des textes intitulés capitula). La notice de restitution de la villa Carviliano, non loin de l’abbaye, rapportant la longue lutte pour obtenir une procédure judiciaire, qui amena les moines à sortir la châsse de saint Victor, qu’on date des années 1010-1020. Elle est suivie en bonne rigueur de la charte de donation de ladite villa datée du 24 juin 840. Puis vient l’acte de restitution de biens appartenant à Saint-Victor obtenu par l’évêque Honorat en mars 965, trois lieux sur les rives de l’Huveaune détenus injustement par le comte de Provence Boson, fils de feu Roubaud, avec le consentement de ses deux fils Roubaud et Guillaume, comte, à Arles, dans une grande assemblée publique — cet acte très fameux donne le point de départ de la généalogie des comtes de Provence. Enfin, vient la donation en 1047 de la decimatio que les moines possèdent ou ont possédée dans dix ville, contre un cens de 5 livres de cire144.

  • 145 Éd. 31, fol. 11, voir supra.
  • 146 Éd. 24, voir la fin du dispositif : Igitur ego jam dictus Honoratus episcopus, cum clericis meis, (...)
  • 147 Voir les allusions aux anciens textes dans deux chartes de Bargemon (avantdernière villa décrite d (...)

80C’est ici qu’est copiée la charte la plus ancienne du cartulaire, insérée en tête du nouveau cartulaire au XIIIe siècle145. Toutefois, ce n’est pas l’original de la notice de 780 qui figure dans le cartulaire, qui aurait été encore conservé dans les archives du monastère, mais une transcription comme l’indique la première ligne de la copie qui est rédigée en forme de titre, Translatio ex antiqua carta jam pene funditus deleta, en grandes capitales rehaussées de rouge comme l’invocation au début de la charte de refondation d’Honorat. Le titre donné en marge renvoie non à la charte de Mauronte mais aux chartes antérieures, De cartis Adaltrudis. Par translatio, il faut entendre qu’il avait fallu déchiffrer et réécrire sinon traduire la charte. A quel moment ? À l’époque d’Honorat lui-même peut-être, qui encourageait la recherche d’anciennes chartes146. Précieuse parce qu’elle concernait une zone qui n’était pas mentionnée dans la charte de refondation, la région du Chaudol (l’ager Galadius du polyptyque où colonies et bergeries étaient beaucoup plus nombreuses que partout ailleurs), on aura fait l’effort de la rendre compréhensible. En Provence, la réforme de l’écriture n’était pas encore bien introduite au début du IXe siècle comme on peut le constater avec le polyptyque de Wuadalde de 813-814, que Marion et Delisle ont retrouvé dans les archives de la cathédrale de Marseille en plein XIXe siècle, ce polyptyque qu’on évoque mais qu’on ne cite pas au XIe siècle147. Le cas est unique dans le cartulaire. Il n’est pas sans intérêt de constater que les moines avaient signalé comme tel l’acte qu’ils avaient été obligés en quelque sorte de rétablir.

81La charte de Saint-Pierre-de-Paradis, on le sait, vient après cet acte vénérable d’un évêque de Marseille. Faire ainsi ressortir en fin de dossier le nom de Pierre est moins une forme d’allégeance à Rome qu’une célébration du monastère marseillais s’appuyant sur son antiquité, élevé presqu’à l’égal de Rome, renchérissant sur la faveur que semblait déjà lui accorder Grégoire VII — souvenons-nous du monogramme de l’abbé, Pierre, au début de la bulle de Léon IX. De même, copier l’un après l’autre les deux privilèges de 1040 et 1005 — les moines auraient pu ne retenir que l’un ou l’autre — exprime plus leur trouble et l’ambivalence revendiquée de la vocation du monastère, qu’une stratégie quelconque face à Rome.

***

82C’est ainsi qu’à l’heure d’introduire leur cartulaire, en l’absence de l’abbé légat du pape dans des terres lointaines, probablement douloureusement ressentie, les moines conçoivent leur œuvre de mémoire, non en réécrivant leur histoire mais en ordonnant subtilement les chartes qui illustraient leur passé et convenaient pour l’introduction. Les chartes à long préambule, au dispositif circonstancié, sont des morceaux littéraires savamment composés au scriptorium par des moines qui n’oubliaient pas leur culture monastique quand ils rédigeaient des actes de la pratique, une culture pas encore juridique. La rédaction des chartes était probablement une activité qui prenait beaucoup de leur temps, pour laquelle les moines qui en étaient capables aimaient déployer leurs talents — je n’avais pas à parler ici des chartes rimées qui émaillent le cartulaire. Nous avons affaire à des actes non pas falsifiés mais fortement porteurs d’idéologie, qui furent un lieu d’expression privilégié et vivant pour trois bonnes générations de moines, qu’il faut étudier comme tels.

83En 1005, Saint-Victor de Marseille est partie prenante du grand essor du monachisme. La Carta liberalis en est un remarquable témoignage. Elle aurait une belle place à tenir dans une histoire de l’exemption, comme solution alternative quand l’exemption du pouvoir diocésain est impensable : à Marseille, l’évêque et la famille vicomtale à laquelle il appartient sont les meilleurs garants de la liberté du monastère qui n’existerait pas sans eux. La charte proclame la vocation spirituelle du monastère aussi fortement qu’un privilège pontifical, dont elle joue le rôle. Vers 1040, au faîte de l’abbatiat d’Isarn, quand les donations atteignent un sommet probablement plus important que ne l’indique le seul comptage des chartes datées, à un moment où d’une façon générale en Occident pèlerinages et cultes de reliques sont en plein essor, les moines valorisent leurs tombes et cherchent apparemment à développer un pèlerinage, parallèlement au réaménagement du site de l’abbaye qu’ils sont peut-être allés jusqu’à consacrer en un jour qui a fait date, c’est le moins qu’on puisse dire. Le pseudo-privilège et la charte de Saint-Pierre-de-Paradis inspirée par Isarn paraissent l’émanation même de ce climat. En 1080, l’abbaye atteint une position jusqu’alors inégalée par elle dans le monde monastique, entraînant la formation d’une vaste congrégation d’abbayes bénédictines sous sa direction, sur la pression de Grégoire VII et voulue par l’abbé, mais peut-être désavouée par une partie des moines qui voient s’éloigner leur idéal. La communauté affronte une crise interne, se tourne vers son passé et son cartulaire voit alors le jour.

Annexes

Annexe. Pièces justificatives

I. — Privilège de 1040 (Ms. fol. 3v-4. Éd. 14)

SUPERNE DIVINITATIS POTENCIA SICUT NULLO HUMANITATIS INGENIO |2| in sua stabilitatis substantia ut est comprehendi potest, ita nec ullius perexili sagaci|3|tate in disponendis rerum ordinationibus investigari valet. Quippe qui omnibus creatis |4| vita vigentibus cum motione, suum quodque ingenium attribuit, et si dissimile et ex cogi|5|tatu incomprehensibile, tamen preminenti humane conditioni, quanto cariori tanto potio|6|rem sui cognitionem dedit, et mirabili facilitate sue divinitatis compotem quadam perpetui|7|tate donavit. Hoc in auspiciis creationum quibusdam claruit, quos et vite integritas |8| et morum equitas immaculatos reddiderant, et si carne corruptibiles, spiritu tamen victurus sue |9| perpetuitate conjunxit. Sed in variis temporum successionibus, omnipotentis Dei nutu continencie |10| crevit diversa conditio. Et que sua sponte servando sincera pretulerant, hec illorum pos|11|teritati sunt preceptis injuncta legalibus. Et unde parens assumit victuro spiritui premium |12| preoptatum, inde transgressor emeritum detrimentum. Precipuum namque actenus bonum nec|13| dum legibus humana precurrentibus indicium habebatur, quod ad perfectionis quispiam |FOLIO 4| duceretur. Hoc mira providentia, mirus opifex per suum verbum monstrandum ut specia|2|le bonum elegit, quod quanto attentius artiusque constringitur, tanto sue perfectionis pri|3|vilegio prepollens sublimatur. Hoc vero nominari quod Deus est karitas promeretur, in qua legum |4| omnium extat supplementum, si summa mentis aviditate servetur. Hanc dominus noster Jesus Christus creator |5| et redemptor, effici in dilectione inimicorum et orando pro persequentibus docuit, cum |6| pendens in cruce dixit : « Pater, ignosce illis ». Hanc Stephanus primus post Christum, post |7| quem chorus apostolorum servandam omni seculo intimavit. Hanc universalis ecclesia, per totum orbem diffusa, de|8|bere servari predicat. Hac videlicet karitate, inicio sue ostensionis, ecclesie inicium sumpserunt. |9| Sicque apostolicalis electio, et discipulorum plena karitate successio, singulas per mundum muniunt civi|10|tates ecclesiarum presidio sue benedictionis firmatarum subsidio, in quibus fidei augmentum posteritas |11| capiat, et ab renunciatio stabilitatem, continuata communione vivendi. Sed que diversis |12| Dei beneficiis prelecta, nullam habendo maculam, filios adoptatos Spiritus sancti gracia cohoperante, in |13| largum benignitatis sinum innumeros colligit. Haec in diversis mundi partibus, diversis infesta|14|tionibus inimici aliquando jacturam incurrit, et nisi Dei suffragetur auxilio, non eruitur a precipi|15|cio. Hac de causa permoti, summi antistites ecclesiarum et abbates cenobiorum, diligenti cura solli|16|citi, prevenire damna, impulsu precum ac instanti orationum, debemus, ut quibus jure custodia |17| comissa debetur, Domino juvante, servetur. Denique sanccitum esse a sanctis ecclesie rectoribus perhibetur |18| quo statu quave institutione sancta mardris aecclesia Victoris permanere consuevit, que sine ruga, im|19|maculato thoro, huc usque immaculata viguit, et sponsum Christum via immaculata castoque vesti|20|gio est secuta. Hec est denique illa aeterni sponsi aula, que ita claruit apostolica benedictione atque omnium|21|peccaminum labis absoludone, ceu universalis Romana ecclesia clavigeri Petri, et ideo |22| secunda Roma legitur esse ; quod, ne oblivioni daretur futuris temporibus, actenus impressum antiquis con|23|tinetur marmoribus. Hac diligentia muniendum censuimus predicti martiris monasterium, apud |24| Massiliensem urbem tempore Antonini fundatum, quod postea a beato Cassiano abbate constructum, |25| eodem rogante, ut fertur a majoribus natu, a beatissimo Leone, Romane sedis antistite, conse|26|cratum et apostolica benedictione atque auctoritate confirmatum atque sublimatum. In quo |27| majorem constituentes ecclesiam in honore sanctorum apostolorum Petri et Pauli et omnium apostolorum, aliamque |28| in honore sancte Dei genitricis MARIE sanctique Johannis Babtiste, multorum sanctorum collatis pignoribus, |29| consecrarunt. Quod multis dilatatum honoribus et preceptis decoratum imperialibus, videlicet |30| Pipini, Caroli, Carlomanni, Ludovici et Hlotarii, regum Francorum, necnon passionibus |31| sanctorum martirum Victoris et sociorum ejus, sed et aliorum specialiter duorum, Hermetis et Adria|32|ni, seu et sancti Lazari, a Christo Jhesu resuscitati, ac sanctorum Innocentum, quin himmo innumerabilium |33| aliorum sanctorum martirum et confessorum sanctarumque virginum, plurimorum sacrorum voluminum testi-mo|34|nia produnt. Nam et in his occiduis partibus, ad monachorum profectum ac regularem trami|35|tem, CASSIANUS hinc primus emicuit, ad promulgandam circumquaque monachorum legem. |36| Quodque monasterium ita in amore Christi sponsi ambiens perduravit, ut in omnem terram ejus sonus exiret, |37| et in fines orbis terre ejus doctrina, ut lucerna fulgens, luceret; cunque diutius in tanti |38| amoris matrimonio perdurasset, omissa proie tante nobilitatis, de vagina Wandalorum callidus exactor |39| educitur, quod necare antiqui serpentis framea corrupto velle disponit. Hoc extincto |40| sobolumque flore omisso, viduitatis lacrima, flexibilis et infelix, nimioque senio consumptum |41| permansit. Post nempe annorum curricula, temporibus sancte Romane sedis antistitis Johannis, claruit sacris |42| virtutibus Wifredus abbas, loci hujus rector, qui se mundo crucifixit et mundus sibi. Hic |43| ergo has edes condens miris doctrinis dilatavit, velle necne posse vicecomitum, seu egregii pre|44|sulis Massiliensis. Post cujus vero obitum, Isarnus sumpsit ad regendum cenobium, ut ejus |45| merito floreret in seculum; per quod cenobiale studium nostris in partibus accepit inicium. Hoc igitur a pre |46|decessoribus nostris statutum, Ego benedictus, sancte sedis Romane ecclesie apostolicus, et Rajam|VERSO |ballus Arelatensis apostolatus Trophymi vicarius ceterique presules Galliarum: Pontius vi|2|delicet Massiliensis, cujus tuitione ac patrimonio predicta consistit ecclesia, et Leo|3|garius archiepiscopus Viennensis, Pontius Valentinensis, et Ulduricus Tricastrensis, Fran|4|co Carpentoracensis, et Benedictus Avenionensis, Petrus Aquensis, et Clemens Cavelli|5|censis, Stephanus Aptensis, et Petrus Vasionensis, Hismodo archiepiscopus Embredunen|6|sis, et Feraldus Guapicencis, Petrus Sistericensis, et Ugo Dignensis, Bertrannus Regen|7|sis, et Gaucelmus Forojuliensis, Deodatus Tholonensis, et Heldebertus Antipolensis, |8| Durandus Vinciensis, et Nectardus Niciensis, Amelius Senecensis, et Pontius Glanicensis, |9| cum omni clero nobis comisso, necne abbatum ac monachorum chaterva, qui in vinea patris |10| familie denario beate remunerationis laboraturi intravimus, tulto pondere diei |11| et estus, ac clericorum plurimorum, diversorum graduum, fideliumque chrisdanorum utriusque |12| sexus fere decem milium ad ejus thalamum reparandum venimus, et impenetrabili |13| municione firmamus, et sanccitum testamur, precibus iam dicti pastoris Ysarni, nec |14| non vicecomitum Guillelmi et Fulconis, id ipsum assensum prebentibus principibus |15| Gauzfredo et Bertranno, cum todus Provintie nobilibus, credentes Salvatoris dic|16|tum dicentis: « Ubi duo vel tres congregati fuerint in nomine meo, in medio eorum sum; » |17| et: « Quodcunque pederitis Patrem in nomine meo, dabit vobis. » Igitur in unum congrega|18|, trifida benedictione apostolico privilegio predictam ecclesiam sanctificamus, atque in pris|19|tino absolutionis decore ponimus. Quo omnis penitens, qui ad ejus limina tritis pas|20|sibus venerit, ecclesie fores sibi pateant et indulta facinora peccaminum, absolu|21|tus omnium criminum squaloribus, libere ad propria redeat letus, eo scilicet teno|22|re, ut transacta peccata sacerdotibus confiteatur, et de relico emendetur. De adve|23|nientibus vero ad hoc monasterium, ob honorem sanctorum et reverentiam loci, precipimus |24| ut quicunque quempiam advenientium, vel ibi comorantium, vel ad propria remean|25|tium, leserit aut dampnaverit, in corpore vel in aliqua substantia, iram et male|26|dictionem Dei et omnium sanctorum incurrat, sitque anathema, maranatha, nisi ad emen|27|dationem congruam venerit infra XL dies. Si quis ergo imperator, rex, dux, mar|28|chio, cornes, vicecomes, archiepiscopus aut episcopus vel cujuscunque qualitatis vel quantita|29|tis persona, utriusque sexus, undecunque evenerit, volens sibi vindicare aut inquieta|30|re vel confiscare res supradicti cenobii, in ecclesiis aut in locis, vel in agris seu reliquis |31| possessionibus, quas moderno tempore juste et rationabiliter possidere videtur in qui|33|buslibet pagis ac territoriis, vel quicquid etiam deincebs propter divinum amorem ibidem |34| collatum fuerit, ullo unquam tempore invadere prohibemus, vethamus et excommu|35|nicamus sive maledicimus et in omnia secula anathematizamus. Et qui presump|36|serit careat regno Dei, sitque cibus eterne combustionis, et deleatur de libro viven|37|tium et cum justis non scribatur ! Maledictus sit velle et posse et etiam cogita|38|tu ! Bibat de phyala ire Dei, et ardeat ignivoma flamma Jude et Pilati, in |39| secula seculorum, amen, nisi penitentia ductus emendare dampnum studuerit cum sa|40|tisfactione ! Quin potius hoc monasterium prelibatum, omni ex parte tutum, inviolabile perseveret, et salvum maneat per omne aevum, AMEN ! |41| Et ut hoc verius credatur, multorum nomina testium subter iussimus conscribi.

|42| Acta publice apud Massiliam, in eodem monasterio, IDIBUS OCTOBRIS, die ejusdem loci |43| consecrationis, anno millesimo XLmo dominice incarnationis, indicione VIII, |44| IIII feria. Dominus Rajamballus, archiepiscopus Arelatensis, firmavit. Petrus, archiepiscopus |45| Aquensis, firmavit. Hismodo archiepiscopus Embredunensis, firmavit. Stephanus, Aptensis episcopus, firmavit. |46| Pontius, Massiliensis episcopus, firmavit. Deodatus episcopus Tholonensis. Desiderius notarius scripsit.

II. — Privilège de 1005 (Ms. fol. 5. Éd. 15)

SACRORUM JUDICIUM CONSTAT PAGINIBUS LIBRORUM, QUOD, POST DOMINI SALVATORIS ADVENTUM |2| GLORIOSAMQUE ejus ascensionem, priusquam sacrum illud quod erat in Yherosolimis |3| collegium disjungeretur, ac, Sancto revelante Spiritu, ad predicandam sui nominis gloriam |4| cognitionemque propalandam, per diversa mundi spacia dirigeretur, multitudinis |5| credentium erat cor et anima una. Nec quisquam eorum que possidebat aliquid suum |6| esse dicebat ; sed erant illis omnia comunia, nec quisquam egens erat inter illos. Quot|7|quot enim possessores agrorum aut domorum erant, vendentes afferebant precia eorum que |8| vendebant et ponebant ante pedes apostolorum, dividebanturque singulis, prout cuique opus erat. |9| Nam talis extitit in Jherosolimis omnis ilia credentium multitudo, quales nunc per paucos |10| in cenobiis invenire difficile est. Sed, cum per predicationem apostolorum universarum gen|11| tium colla jugo Domini subderentur essetque infinitus credentium numerus, jamque sancti |12| apostoli per martiri gloriam e mundo ecessissent, cepit illa sancta comunio apostolorumque institutio pau|13|llatim tepescere. Cernentes hec, aliqui quorum mentes in ea que a beatis apostolis acceperant |14| doctrina fervebant, sequestrantes se ceperunt habitare simul, quos greco sermone ceno|15|bitas, id est in comune viventes, ceperunt vocitare. Ex tunc monasteria exordium sump-|16|sere. Ad horum igitur formula cenobiorum, extitit infra pagi nostri fines, hoc est in Provin |17|tia, celebre monasterium, Massilie civitatis haud procul menia situm, precipui marti|18|ris Victoris corpore sacratum, a glorioso imperatore Carolo privilegiis ac maximis donis |19| sublimatum, quod diu in eadem sublimitate, sub regulari tramite, mansit stabilitum. |20| Sed, post multorum curricula annorum, cum idem piissimus princeps a seculo decessisset, et |21| omnipotens Deus flagellare vellet populum christianum per seviciam paganorum, gens barbarica in |22| regno Provincie irruens, circumquaque diffusa, vehementer invaluit, ac munitissima |23| queque loca optinens et inhabitans cuncta vastavit, ecclesias ac monasteria plurima |24| destruxit ; et loca que prius desiderabilia videbantur, in solitudine redacta sunt, |25| et que dudum habitatio fuerat hominum, habitatio postmodum cepit esse fera|26|rum. Sicque factum est ut monasterium illud, quod olim precipuum et famosissimum |27| in tota Provintia fuerat, adnullatum et pene ad nichilum est redactum, quousque |28| bone memorie domnus Guillelmus et domnus Honoratus, prefate civitatis episcopus, |29| ac frater ejus domnus Guillelmus vicecomes, filiusque suus domnus Pontius presul, qui |30| eidem avunculo suo in episcopatum successit, ei jam pene lapso manum sublevationis |31| porrexerunt. Qui non solum ex sua ei aliqua reddiderunt, verum etiam de propriis suis |32| possessionibus, ob remedium animarum suarum, multa largiti sunt, ac, monachos |33| aggregantes, abbatem ibidem ordinaverunt. Igitur ego Poncius, ordinatione |34| omnipotentis Dei, Massiliensis ecclesie pontifex, igne divini amoris succensus, et glorio|35|sissimi ac preciosissimi dominique mei beatissimi martiris Victoris amore flagrans, ut ejus mo|36|nasterium, ubi sacrum ac venerabile corpus ejus requiescit, stabilitum et inconvulsum, |37| absque ulla interruptione vel deminutione, in secuturis seculis maneat. Et ut labor noster |38| ac donatio et reditio vel augmentatio nostra, seu et antecessorum nostrorum supradictorum, indis|39|solubilis firmaque ac stabilis in perpetuum maneat, una cum consensu domni Rodulfi, |40| regis Alamannorum et Provincie, seu etiam cum precepto et conibentia domni apostolici pa|41|pe urbis Rome, cum voluntate etiam domni Rodhbaldi comitis, et domne Adalail|42|zis comitisse, domnique Guillelmi comitis, filii ejus, consentiente etiam pariterque rogan|43|te clero ac populo sancte ecclesie Massiliensis, facio hanc roborationis, liberalitatis ac dona|44|tionis chartam omnipotenti Domino ac sancto Victori, suo martiri, seu et abbatibus ac monachis, |45| tam presentibus quam futuris, ut ab hac die ipsum monasterium sub nullius hominis |VERSO | manu, nisi ad deffensionem, consistat ; sed, sit, sicut cetera sunt monasteria regula|2|ria, ad honorem omnipotentis Dei ac sanctorum ejus consistentia, in his abbatibus ac mona|3|chis qui secundam regulam sancti Benedicti ac sanctos cannones voluerint vivere. Et terram |4| cunctamque possessionem omniaque in presenti tenet vel in futuro adquirere potue|5|rit, nullus episcoporum, nulliusque ordinis persona, tam clericorum quam laicorum, ab eodem |6| monasterio vel ab eisdem abbatibus seu monachis auffere valeant, ut abbates |7| ac monachi, tam presentes quam secuturi, quietes ac securi, absque ullius homi|8|nis voluntate, Deo possint servire, et pro nobis omnibus, jam sepius prelibatis, omniumque |9| salute christianorum, vivorum scilicet ac defunctorum, orationes ac preces valeant in|10|cessanter offerre. Ergo, si potestas surrexerit aliquando inimica, vel sancto Victori |11| ejusque monasterio contraria, que hoc opus nostrum et hanc institutionem, quam |12| pro remedio animarum nostrarum instituimus, vel hunc privilegium, quem cum pre|13|cepto regis, de jussione domni apostolici et auctoritate omnium supra nomina|14|torum scribimus, inrumpere voluerit et irritum facere ac manus nostras falsare, |15| vel a quocunque episcopo vel abbate, seu a quocunque homine aliquod donum pro ipso mo|16|nasterio voluerit accipere, sit anathema, maranatha, sitque anathema, marana|17|tha, sitque anatema dando et anathema recipiendo, id est tam ille qui dat quam ille |18| qui accipit, sicut sacri cannones statuunt. Et sint excommunicati et maledic|19| ac abhominati a Patre et Filio ac Spiritu Sancto necnon et a domno papa Roma|20|no sedis apostolice et ab omnibus ordinibus sancte Dei ecclesie catholice, ab episcopis, a presbyteris, a |21| diachonibus et ab omnibus qui intra eam potestam ligandi solven|22|dique. Et sint dampnati in inferno inferiori, cum Juda traditore, cum Arrio, |23| cum Sabellio, et cum omnibus hereticis et infidelibus Dei, tam qui faciunt quam |24| qui consentiunt facientibus. Hoc etiam inserere placuit michi, Pontio episcopo, |25| ac fratribus meis, domno Guillelmo et domno Fulconi, ut quecunque de hereditate |26| patris nostri vel [matris] nostre parentumque nostrorum huic monasterio a patre nostro et a parentibus |27| nostris vel a nobis collatum est vel collatum fuerit, si aliquando surrexerit aliqua potestas, |28| vel episcopus, vel cujuslibet ordinis persona, qui aliquid ab eodem monasterio, vel ab eis|29|dem abbatibus vel monachis, aufferre vel abstrahere voluerit, hoc vindicare |30| non valeat. Quod si fecerit, heredes ac successores nostri liberam habeant potes|31|tatem resumendi ac recuperandi ea que auffere vel abstrahere aliquis volu|32|erit. Super hec autem omnia licentiam habeant abbas et monachi ejusdem monas|33|terii interpellare eos qui hanc scripturam nostram offuscare voluerint, in omni |34| regalia curia vel ante domnum apostolicum Rome, et reddere cogantur in vinculo |35| auri libras D, et denuo scriptura ista firma stabilisque permaneat. Scripta an|36|no incarnationis dominice millesimo V, rodulfus rex alamannorum |37| seu provintie, johannis, gratia dei papa sedis apostolice.

|38| Rodballus gratia Dei cornes firmavit, voluit et consensit et manu propria roboravit.

|39| † Signum Poncius episcopus manu propria firmavit. Adalax inclita comitissa as|40|sensum prebuit et manu sua firmavit. Guillelmus cornes Provintie filius eius firmavit. |41| Guillelmus Tholose urbis cornes firmavit. Ermengardis uxor Rodballi comitis manu |42| propria firmavit. Warnerius abbas Psalmodie firmavit. Guifredus licet in|43|dignus ejusdem monasterii opilio vocatus. Archinricus abbas Monti Majoris firmavit. |44| Rado episcopus firmavit. Elmeradus episcopus firmavit. Domnus Poncius Arelatensis archiepiscopus firmavit. |45| Pato abbas firmavit. Deodatus firmavit. Andreas firmavit. Massilius firmavit. Ugo firmavit. Guillelmus vicecomes firmavit. |46| Fulco frater ejus firmavit. Lanbertus firmavit. Radaldus firmavit. Amalricus Aquensis episcopus firmavit. Domnus Franco firmavit.

Notes

1 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 1H629 (infra abrégé ms.) et 1 H 630. Édition par Benjamin Guérard, avec la collaboration de Jules Marion et Léopold Delisle, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, t. I et II, Paris, 1857 (infra abrégé éd.).

2 Arch. dép. Alpes-Maritimes, H10. Édition par Henri Moris et Edmond Blanc, Cartulaire de l’abbaye de Lérins, Paris, 1883-1905 ; Henri de Flamare, Cartulaire de l’abbaye de Lérins, Nice, 1883-1885.

3 Eugène Caïs de Pierlas, Chartrier de l’abbaye Saint-Pons-hors-les-murs de Nice, Monaco, 1903.

4 Si le projet du cartulaire est dû à Odilon (994-1049), il a été réalisé sous l’abbatiat d’Hugues, en deux étapes, d’après Hartmut Atsma et Jean Vezin, « Originaux et copies : la reproduction des éléments graphiques des actes des Xe et XIe siècles dans le cartulaire de Cluny », dans Charters, Cartularies and Archives. The Preservation and Transmission of Documents in the Medieval West, éd. Adam J. Kosto et Anders Winroth, Toronto, 2002, p. 113-126 (Papers in medieval studies, 17).

5 Joël Cristofari, article à paraître ; voir en attendant Contribution à l’étude du cartulaire de l’abbaye de Lérins, Mémoire de DEA, Université de Nice-Sophia-Antipolis, 1997.

6 Voir Monique Zerner, « La capture de Mayeul et la guerre de libération en Provence : le départ des Sarrasins vu à travers les cartulaires provençaux », dans Saint Mayeul et son temps. Actes du Congrès international (Valensole, 12-14 mai 1994), Digne-les-Bains, 1997, p. 199-210. Cf. ch. 3 : dono [...] totam illam quartam partem quam ex Avinionensis castri territorio michi bello adquisivi in nomine sancti Maioli ; que videlicet pars Mandanslocus apellatur...

7 Voir Édouard Baratier, « La fondation et l’étendue du temporel de l’abbaye de Saint-Victor », dans Recueil des actes du Congrès sur l’histoire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille (29-30 janvier 1966), Provence Historique, XVI, fasc. 65, 1966, p. 401-402.

8 Voir Monique Zerner, « L’élaboration du grand cartulaire de Marseille », dans Les cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’Ecole nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS (Paris, 5-7 décembre 1991), réunis par Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse, Paris, 1993, p. 217-246 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 39).

9 Éliana Magnani Soares-Christen, Monastères et aristocratie en Provence, milieu Xedébut XIIe siècle, Munich, 1999 ; Florian Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xedébut XIVe siècle. L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, 2002.

10 Voir Monique Zerner, « Cartulaire et historiographie à l’époque grégorienne : le cas de Saint-Victor de Marseille », dans De Provence et d’ailleurs. Mélanges offerts a Noël Coulet, Provence Historique, XLIX, 1-2, 1999, p. 523-539.

11 Voir en attendant Donatella Nebbiai-Dalla Guarda, « Les bibliothèques médiévales des abbayes bénédictines du Languedoc et de la Provence. État de la question et perspectives de recherche », dans Livres et bibliothèques (XIIIe-XVe siècle), Cahiers de Fanjeaux 31, 1996, p. 59-93 ; et ead., « Saint-Victor de Marseille et l’Italie : notes d’histoire culturelle », dans Du copiste au collectionneur. Mélanges d’histoire des textes et des bibliothèques en l’honneur d’André Vernet, Donatella Nebbiai-Dalla Guarda, Jean-François Genest éd., Bibliologia 18, p. 285-300.

12 Michel Fixot, « Saint-Victor, saint Victor, à propos d’un livre récent », dans Marseille, Trames et paysages urbains de Gyptis au roi René. Actes du colloque de Marseille 1999, Aix-en-Provence, 2001, Études Massaliètes 7, pp. 237-254.

13 Vita S. Ysarni, abbatis Sancti Victoris, AA. SS., 24 sept., sept., t. 6, vol. 46, p. 737-749 : un étranger à la communauté fait parler les moines de l’abbé Isarn († 1047) et rédige sa Vita vers 1070. L’édition avec traduction, introduction et notes est à paraître (publication de l’équipe du CEPAM UMR 6130 (CNRS UNSA) — Études médiévales, Nice).

14 Voir Monique Zerner, « L’élaboration du grand cartulaire... », art. cit. supra. Voir aussi la notice du Répertoire des cartulaires français, Provinces ecclésiastiques d’Aix, Arles, Embrun, Vienne, Diocèse de Tarentaise, publié par Isabelle Vérité, Anne-Marie Legras, Caroline Bourlet, Annie Dufour, Paris, 2003, p. 213-214 (Documents, études et répertoires publiés par l’IRHT, 72).

15 Ms. fol. 1v à 8, cap. I à XXI. Éd. 5 à 25 (cf. les planches 1 à 4 : cap.I-III, VIII-X, XIII).

16 Sur l’éventualité d’une décoration programmée pour la première page, voir les remarques de Patricia Stirnemann à propos de l’illustration en tête du premier acte d’un cartulaire de confrérie vers 1200 ; « L’illustration de Saint-Martin-du-Canigou », dans Les Cartulaires..., op. cit., p. 171-178.

17 Du fol. 81v, dernière page du cahier 10 (fol. 73-81), au fol. 90 inclus, première page du cahier 12 (fol. 90-97) : éd. 334 à 378 (chartes de Brignoles et Garéoult).

18 Voir Paul Amargier, « Les « scriptores » du XIe siècle à Saint-Victor de Marseille », Scriptorium, XXXII, 1978, p. 213-220, qui complète la liste donnée par Joseph-Hyacinthe Albanès. Donatella Nebbiai-Dalla Guarda, « Les bibiothèques médiévales... », art. cit. supra.

19 Voir Monique Zerner, « L’élaboration du grand cartulaire... », art. cit. supra : en faisant abstraction des chartes ajoutées là où restait de la place, d’une main différente, en fin de cahier ou de demi-cahier, on peut distinguer ce que j’avais appelé le cartulaire d’origine, tel qu’il se présentait une fois les cahiers cousus ensemble, et constater la cohérence de son plan, construit par diocèse. Dans la marge supérieure du cahier du diocèse de Toulon et du premier cahier du diocèse de Fréjus est d’ailleurs écrit De episcopatu. Les diocèses se présentent dans cet ordre : 1o Marseille (cahiers 1-5). 2o Arles (cahiers 6-7). 3o Aix (cahiers 8-13). 4o Cavaillon et 5o Apt (cahier 13 factice sans signature). 6o Toulon (cahier 14). 7o Fréjus (cahiers 15-17). 8o Riez (cahier 18). 9o Sisteron (cahier 19). 10o Vaison et 11o Embrun (cahier 20). 12o Gap (cahier 21). 13o Digne (cahier 22). 14o Sénez et 15o Glandèves (cahier 23). 16o Vence, 17o Nice-Cimiez et 18o Antibes (lre moitié du cahier 24).

20 Cf. la fin du dernier cahier du diocèse de Marseille, des cahiers de Toulon, Riez, Sistéron, Gap, Digne (ternion dont le dernier feuillet est coupé) et la 2'moitié du dernier cahier réunissant les chartes peu nombreuses des possessions dans les diocèses de l’extrémité orientale de la Provence (Vence, Nice-Cimiez et Antibes).

21 Cahier 10 (fol. 73-81, 9 folios) : feuillet 79 de mauvaise qualité, au recto : fin de la dernière charte de Tourves (éd. 325) et, d’une autre main, charte datant de l’abbatiat de Richard (éd. 326), vierge au verso, dont le bout coupé apparaît entre les folios 74 et 75. Cahier 11 (quaternion, fol. 82-89) : feuillet 88bis, demi-feuillet glissé entre les fol. 88 et 89 dont le bout coupé apparaît entre les fol. 82 et 83 : dernières chartes de Brignoles (éd. 368-fin-, 369, 370, 371), d’une autre main, charte d’Ollières, Rousset et Aix datée de 1092 (372). Cahier 13 factice (fol. 98-104) : feuillets 98 (éd. 416-423) et 99 (fin de 423 et 424, de mauvaise qualité, troué, vierge au verso), dont les bouts coupés et le fil de couture les reliant sont visibles avant le fol. 98 (où sont copiées les dernières chartes du diocèse), cousus à trois feuillets (100 à 102, bouts coupés après le fol. 104) et une feuille pliée (fol. 103-104) où sont copiées les chartes des diocèses de Cavaillon et d’Apt.

22 Voir Laurent Morelle, « De l’original à la copie : remarques sur l’évaluation des transcriptions dans les cartulaires médiévaux » dans Les Cartulaires..., op. cit., p. 91-102.

23 Ms. fol. 175v, éd. 769 : cf. la plus ancienne charte originale de Lérins, Arch. dép. Alpes-Maritimes, H425, 1002 corr. 1022 ; copie, ibid., H10, fol. 93 ; éd. Moris 194 (remarquée par Maurice Prou, Manuel de paléographie latine et française, 4e éd., Paris, 1924, p. 159).

24 On sait par une charte copiée dans le cartulaire que l’évêque Pons de Marseille et l’abbé Isarn ont installé des moines grecs dans la cella de l’église Saint-Pierre d’Auriol, pour y servir Dieu sub cura et regimini abbatis sancti Victoris (éd. 61, donation de l’autel Saint-Pierre et du tiers des possessions de l’église, 6 juillet 1044, Marseille, in conventu clericorum).

25 Cf. Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 1H16/68, ms. fol. 61v, éd. 243 : donation du tiers du castrum Gontardi (com. de la Roque d’Anthéron, B.-du-Rh., diocèse d’Aix), fév. 1037. L’original commence ainsi : Auctoritas antiqua jubet legis quodcumque donum, duorum vel trium virorum confirmatum testimoniis nullis quacumque cogente necessitate, ullo tempore indigere scriptis, temporibus vero modernis, absque cartis et atramentis nullis creditur testamentis. Quocirca ego Raiabertus filius Aurimundi... et les huit souscriptions sont d’une autre écriture. La copie, par ailleurs fidèle, commence à Ego Raiabertus filius Aurimundi et omet la mention finale, Ermenbaldus scripsit. Un préambule semblable, sauf que testamentis est remplacé par sacramentis, est pourtant intégralement transcrit dans une charte du diocèse de Digne datée de mai 1038 (éd. 738).

26 Ibid.., 1H16/69, ms. fol. 61v, éd. 245 : donation d’un bois à côté du même castrum Gontardi. Sur l’original, le nom du scribe est écrit en majuscules espacées et la date de 1037 est ajoutée d’une autre écriture. Le nom et la date sont omis par le cartulariste (Guérard indique : « circ. 1050 »).

27 Ibid., 1H16/66, Wido presbiter. Ms. fol. 128, éd. 564, Guido presbiter.

28 Ibid., 1H16/66. Cartas de Burnis\ donation de 1036 par Franco, vicomte de Fréjus ; Breve memoratorium de villa Burnis (précédé d’un chrisme reproduit par le cartulariste, non signalé dans l’édition) narrant les différents épisodes de la récupération de la donation par l’abbé Pierre avec tentative de meurtre sur la personne du moine de SaintVictor par Durand, viguier, qui fait partie des signataires de l’acte de 1036 ; Breve memoratorium quem Durandus vicarius facit ad sanctum Victorem de villa Burnis, où il donne le tiers du « prespiteratus », du decimum sur le pain, la viande et le vin, etc). Ms. fol. 127v-128. Éd. 564, 565, 566.

29 Voir, à une époque plus haute et en pays germanique, le processus étudié par Rosamond McKitterick, The carolingians and the written word, Cambridge, 1989, à propos des chartes de l’abbaye de Saint-Gall.

30 Ms. fol. 13v. Éd. 38, donation de l’aqueduc de l’Huveaune et des eaux de source, depuis l’église Saint-Méné (dans Marseille) jusqu’à la mer, par le vicomte Geoffroy et ses sept fils, le premier nommé étant Aicard, archevêque d’Arles,...Acta hec donatio in sollempnitate sancti Victoris, in cetu omnium hominum illic adstancium, episcoporum et presbiterorum, abbatum monachorumque ex diversis provinciis congregatorum, ante altare sancti Pétri, principis apostolorum, in hoc ardencium et instancium, laborante et insudante Raimundo, preposito ejusdem cenobii pâtre, id fieri adclamantibus et adsencientibus clericis et laids, in presencia archiepiscopi sancte ecclesie Arelatensis [...] Facta donatio hec anno incarnationis dominice Me LXXe VIIIIe, indicione I, epacta XVma, concurrente I, ciclo lune XIII, regnante Domino nostro Jhesu Christo...

31 Voir Monique Zerner, « L’élaboration du grand cartulaire... », art. cit. supra, l’annexe où sont distinguées les chartes du cartulaire original datant de l’abbatiat de Richard : éd. 138 à 148 (diocèse de Marseille), 326, 372, 391 (Aix), 573 (Fréjus), 605, 618, 619 (Riez), 722 (Gap). Sur les autres chartes datant de cet abbatiat, voir Paul Amargier, Chartes inédites du fonds de Saint-Victor de Marseille, thèse dactylographiée, Aix, 1967, qui en compte 31, sans le cartulaire du prieuré de Saint-Geniès de Marseille qui compte 42 actes, dont 39 donations-ventes.

32 Éd. 722 (1080, Dromon), 573 (1085, Saint-Cassien), 391 (Garéoult), 605 (Aiguines).

33 Éd. 618 (Sponsalitium de l’église de Moustiers), 619 (18 juin 1097, Tavernes) fol. I40bis.

34 Cf. supra n. 21, voir fol. 79 et fol. 88bis.

35 Cahier 7, fol. 49-56 : les deux confirmations se trouvent fol. 55v-56 (éd. 221-222), au vo est ajoutée la charte de Saint-Martin-de-Brômes (1182, éd. 223). La confirmation du prévôt des chanoines d’Aix de 1098, d’une main différente, remplit la première page du premier cahier d’Aix, qui avait dû être laissée vierge au début de l’entreprise (fol. 57).

36 Cahier 17 (fol. 129-136) : les deux confirmations se trouvent fol. 136 (éd. 600-601).

37 Cahier 20 (fol. 153-159, quaternion dont le demi-feuillet correspondant au fol. 156 a été coupé) : fol. 155, confirmation de l’évêque de Riez (éd. 697) à la suite des chartes de Gigors ; fol. 157v, confirmation de l’archévêque d’Embrun à la suite de la charte de Chorges (éd. 699). Fol. 153, chartes de Malaucène (dioc. de Vaison) ; fol. 154 vierge au ro, add. XIVe s. au vo ; fol. 156v-157 vierges ; fol. 158, add. XIVe s. au ro, charte catalane XIIe s. au vo ; fol. 159, arbitrage comtal (1156). Sur les additions du XIVe s., voir Monique Zerner, « Cartulaire et historiographie à l’époque grégorienne... », art. cit. supra, p. 528.

38 Sur les événements qui scandent les étapes de la réforme grégorienne en Provence, voir la mise au point de Jean-Pierre Poly, La Provence et la société féodale, Paris, 1976, dont la chronologie n’est pas à remettre en question, même si son interprétation peut être critiquée.

39 Paul Amargier, « Saint-Victor de Marseille et l’église de Marseille au temps du cardinal Richard (1121) », Annales du Midi, 1980, p. 335-343. Thierry Stasser montre comment Rixende pourrait aussi bien être une fille du vicomte de Millau, cf. « Une alliance Millau-Marseille au XIe siècle ? », Provence Historique, fasc. 175, 1994, p. 65-75.

40 Voir Paul Amargier, « Les élections abbatiales à l’âge d’or de Saint-Victor de Marseille », Revue bénédictine, 1977, no 3-4, p. 375-382.

41 Voir Florian Mazel, op. cit., p. 163. La pagelle est éditée par Edmond Martène et Ursin Durand, Veterum scriptorum et monumentorum amplissima collectio, t. I, Paris, 1724, col. 466-468.

42 C’est l’hypothèse intéressante de Jérôme Belmon, « Les débuts d’un prieuré victorin en Gévaudan : Le Monastier-Chirac (XIe-XIIe siècles) », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 152, 1994, p. 5-90, voir à la p. 14, la n. 46.

43 Je remercie Donatella Nebbiai-Dalla Guarda qui m’a rappelé l’existence de la lettre du moine E. (Marseille, Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 1H154. Éd. par Edmond Martène et Ursin Durand, Veterum... amplissima collectio, op. cit., col. 477-479), qu’elle a évoquée à propos de la bibliothèque de Saint-Victor à une table ronde organisée à Nice le 16 mars 2002 sur la Vita Isarni, dont les actes sont encore inédits.

44 Cf. Erich Caspar, Das Register Gregors VII, MGH, Epistolae selectoe, Berlin, 1920, VI/15, (lettre aux frères de Marseille, 2 janv. 1079) : Constritavi vos [...] Filius namque illius, abbas vester, venit ad nos [...] desideramus enim locum beau Pauli et vestrum ita unire, ut, sicut jam ex longo tempore cluniacus, apostolice sedi specialiter adherat et speciali ecclesie huius adiutorio et benedictione congaudeat.

45 Ibid., VII/7 (lettre aux frères de Marseille) et 8 (lettre à Richard), Rome, 2 nov. 1079 :...et quem admodum cluniacense monasterio longo jam tempore sedis apostolice constat esse unitum, ita quoque vestrum deinceps ut eidem sedi similiter hereat imperpetuum volumus.

46 Ibid., VII/24 (lettre à l’abbé d’Hirsau, 8 mai 1080) :...Sed ita ab omni seculari potestate securus et Romane sedis libertate quietus, sicut constat cluniacense monasterium et Massiliense manere. Voir Éliana Magnani, op. cit., p. 266 et ss.

47 Éd. 843. Les diocèses apparaissent dans cet ordre : 1o Marseille. 2o Arles. 3o Aix. 4o Fréjus. 5o Toulon. Encore Fréjus. 6o Riez. 7o Digne. 8o Gap. 9o Sisteron. 10o Apt. 11o Cavaillon. 12o Carpentras. 13o Embrun. 14o Sénez. 15o Glandèves. 16o Vence. 17o Antibes... (suivent les diocèses hors de Provence). Cf. supra n. 19, l’ordre suivi dans le cartulaire (le même au début et à la fin, mais Gap est avant Digne, Cavaillon avant Apt). Sur les lacunes de la bulle, voir Édouard Baratier, art. cit. supra, p. 399.

48 Cf. éd. 848 (bulle de 1113) et 844 (bulle de 1135).

49 Cf. les deux bulles où Urbain II confirme la possession d’églises absentes de la bulle de Grégoire VII : éd. 839 (1089) : Confirmamus preterea vobis...in Forojuliensi, ecclesia sancte Marie de Barjolis cum ecclesiis et omnibus pertinentibus earum, in Aquensi, sancte Marie de Brusa et ecclesiam sancte Marie parrochialem de Brugnola..., éd. 840 (1095) : Confirmamus salva episcoparum canonica reverencia...in archiepiscopatu Aquensi, parrochialem ecclesiam...et parrochiam de Boch et de Cauda Longa cum eodem Castro..., ecclesiam presbiteralem de Esparo et de Artiga..., in Forojuliensi ecclesiam parrochialem de Grimai, parrochiam de Arx et de Flaiosco...

50 Éd. 841 et 842.

51 Seul exemplaire connu : cf. Rolf Grosse, « Die Wahlanzeige Papst Alexanders III. Für die Abtei Saint-Denis (JL 10588) », dans Inquirens subtilia diversa - Dietrich Lohrmann zum 65. Geburtstag, éd. Horst Kranz et Ludwig Falkenstein, Aix-la-Chapelle, 2002, p. 79-84.

52 Monique Zerner, « Cartulaire et historiographie à l’époque grégorienne... », art. cit. supra.

53 Cf. supra n. 1. Les actes les plus récents datent des années 1240 (13 copies, dont 2 bulles d’innocent IV, 1 charte comtale, 4 lettres de l’abbé), sans compter deux bulles d’innocent IV de 1252 (fol. 94, éd. 915-916) et une d’Alexandre IV de 1261 (fol. 99v, éd. 921) sur des feuillets ajoutés plus tard (Guérard).

54 Cf. supra n. 35.

55 Les folios 94 à 100 (éd. 915-922), 102-103 (éd. 924) et 184 à 189 (1032 et ss) ont été ajoutés au volume avant la fin du XIIIe siècle (Benjamin Guérard, op. cit., p. VIII).

56 Roncelin, frère du vicomte de Marseille, moine à Saint-Victor, est appelé en 1193 par les Marseillais à prendre sa succession. Sorti du monastère, défroqué, devenu vicomte, il est pris dans la tourmente albigeoise à partir de 1207.

57 Actes non réédités, références au petit cartulaire, au grand cartulaire et à l’édition :
— fol. 1 : 1re charte du cartulaire : de cartis Adaltrudis, 780 (ms. fol. 11, éd. 31),
— fol. 2 : 2e charte : carta Sancti Petri de Paradiso, 1044 (ms. fol. 12, éd. 32),
— fol. 4 : 3e charte, Saint-Savin, diocèse de Tarbes, 1er avr 1080 (ms. fol. 112, addition, éd. 483), — fol. 4-5 : 4e charte, Saint-Sever, même diocèse, 12 mai 1087 (ms. fol. 112, addition, éd. 484),
— fol. 6 : 6e charte : La Romieu, diocèse d’Agen, 1082 (ms. fol. 39, addition, éd. 150),
— fol. 22 : bulle de Jean XVIII (ms. fol. l v, éd. 5-6),
— fol. 33v-34 : bulle de Léon IX (ms. fol. lv-2, éd. 7),
— fol. 56v : bulle de Calixte II (ms. fol. 186, addition, éd. 809),
— fol. 67 : sentence sur Vabres, diocèse de Rodez, 1127 (ms. fol. 180v, addition, éd. 785),
— fol. 99 : confirmation de l’archevêque d’Aix, 1093 (ms. fol. 56, addition, éd. 222).
— fol. 189v : confirmation de l’archevêque d’Aix (début), 1082 (ms. fol. 56, addition, éd. 221).

58 Éd. 832 (donation à Saint-Victor de l’abbaye Saint-Martin de la Carnougue). Treize ans plus tard, le même moine rédige aussi savamment mais dans un tout autre esprit la charte de Bargemon (diocèse de Fréjus) où les moines de Marseille se substituent à ceux de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon (éd. 532). Voir Monique Zerner, « Villeneuve et l’abbaye de Saint-Victor de Marseille au haut Moyen Age : la perte d’un prieuré », dans L’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon : histoire, archéologie, rayonnement. Actes du colloque interrégional tenu à l’occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye (24-26 septembre 1999), Mane, 2001, p. 199-208 (Les Cahiers de Salagon, 4).

59 Par exemple, la donation du castrum d’Albalat par le roi d’Aragon en 1101 (éd. 445) et celle de Giblet en Syrie par Raymond IV en 1103 (éd. 802), qui ne sont pas recopiées.

60 La charte où l’abbé de Vabres rend à l’obédience de Saint-Victor les églises de la commune de Saint-Léons copiée isolément dans le grand cartulaire est suivie dans le petit cartulaire par sa réciproque — l’abbé de Saint-Victor de Marseille rend trois églises proches du monastère de Vabres (éd. 890) — ce que les moines n’avaient donc pas jugé utile de recopier au XIIe siècle. Les souscriptions sont quasiment identiques mises à part des différences d’orthographe dans les noms propres et dans la formule de datation : là où le scribe du XIIe siècle écrit Ugoleni, Bruniola, Albania, Mostiol, celui du XIIIe siècle écrit Ugolini, Briniola, Albama, Mostuiol. Le premier écrit Facta karta ista anno ab inkarnacione, le second écrit Facta carta ista anno ab incarnatione.

61 Éd. 931 à 935.

62 Éd. 759 et 223.

63 Éd. 31, fol. 11 ; voir infra.

64 Cf. Jean-Pierre Brunterc’h, Le Moyen âge (Ve-XIe siècle), Paris, 1994, p. 176-186 (Archives de la France, 1), qui édite, traduit et commente la charte sous le titre : « Du VIIe au VIIIe siècle : cent ans d’histoire de Provence ».

65 Voir en 1212 une élection de sépulture dans l’église Sainte-Marie-de-Paradis, pour laquelle les moines doivent faire une procession annuelle (éd. 1003 et 1004, petit cartulaire).

66 La première main se distingue à son module légèrement supérieur, à la hampe du g dont la boucle est ouverte, au petit nombre de a avec crosse, au petit nombre de majuscules.

67 Les titres donnés dans l’édition de Guérard correspondent généralement à ceux de la marge quand ils existent, sinon ils peuvent être de son fait (ainsi le titre Breve de cellalario, éd. 40).

68 Planche 1 (fol. lv). Éd. 5 et 6. Voir Harald Zimmermann, Papsturkunden 896-1046, Vienne, 1984-1989, <418 : la bulle est décrite dans le registre de Nicolas IV (1288-1292).

69 Ainsi pourrait s’expliquer l’emploi du démonstratif hoc pour introduire le dispositif, m’a fait remarquer Laurent Morelle. Le rédacteur, un victorin, se serait inspiré des documents à sa disposition, la règle de saint Benoît, les diplômes d’immunité carolingiens — voir infra les cap. III et VII —, peut-être la carta liberalis (cf. l’amende de 500 livres d’or prévue par l’évêque), les grandes chartes des années 1000-1010 : une étude intertextuelle, qu’il n’était pas possible de mener dans le cadre de cet article, pourrait donner des résultats intéressants.

70 Éliana Magnani pense que l’interpolation pourrait dater de la transcription des chartes dans le grand cartulaire (op. cit., p. 266) et Florian Mazel y voit la première pièce du montage destiné à obtenir la bulle d’exemption de Grégoire VII (op. cit., p. 172-173).

71 Leo, episcopus, servus servorum Dei, Petro abbati [...] Quia veto tu, dilectissime fili, cum ad synodum nostram vercellensem venisti, tutamen nostre apostolice defensionis monasterio tuo, quod proprie est sancti Petri, supplici devotione a nobis postulasti [...] ut liberum ab omni humana conditione et jugo consistat, pro eo quod sub jure sancti Petri positum libertatem meruit adipisci, nostra apostolica auctoritate semper esse decernimus... Le pape restitue ensuite l’abbatiola de Saint-Victor de Valence injustement détenue par une autre abbaye « depuis les temps de la désolation du monastère ».

72 Planches 1 (fol. lv) et 2 (fol. 2).

73 Éd. 8 à 13. Le cartulaire comporte aussi des actes de l’époque carolingienne qui n’émanent pas des chancelleries impériales ou royales (éd. 26, 28, 31, 83, 163).

74 Éd. 8, cap. III. Voir MGH, Die Urkunden der Karolinger, t. 1, éd. Engelbert Mühlbacher, Hanovre, 1906, 163, p. 220. Noter la proximité avec le privilège de Saint-Ambroise de Milan, daté aussi de 790 et donné à Worms. Planches 2 et 3 (fol. 2v et fol. 3v).

75 Éd. 9, cap. IV. Compiègne, 2 fév. 884, restitution par Carloman de la villa Ciliano dans le comté de Fréjus (cf. De agro Ciliano, chap. N de la descriptio de 813-814). Voir Recueil des actes de Louis II le Bègue, Louis III et Carloman II (877-884), éd. Félix Grat, Jacques de Font-Réaulx, Georges Tessier et Robert-Henri Bautier, Paris, 1978, no 72, p. 185-187, qui indique l’existence d’un original et d’une copie du XIe s. que je n’ai pas pu consulter. René Poupardin se fonde sur ce diplôme pour dire que la Provence semble avoir reconnu l’autorité de Carloman ; Le royaume de Provence sous les Carolingiens (855-(855-933 ?), Paris, 1901, p. 134 (Bibliothèque de l’Ecole des hautes études, 131).

76 Éd. 10. Arles, 21 avr. 904. Voir René Poupardin, op. cit., p. 191. Planche 3.

77 Éd. 11. Isembourg, 1er nov. 822, concession par Louis le Pieux du tonlieu de la villa Leonio sur les nefs venant d’Italie au port de Marseille. Cf. Johann-Friedrich Böhmer et Engelbert Mühlbacher, Die Regesten des Kaiserreichs unter den Karolingern 751-918, Innsbruck, 1889, 740.

78 Éd. 12, cap. VII (la mention cap. n’est pas portée en face des deux diplômes précédents). Aix-la-Chapelle, 6 fév. 841, renouvellement de la concession d’immunité de Charlemagne par l’empereur Lothaire, (titre en marge : Lotarii de libertate). Le diplôme n’est pas édité par Theodor Schieffer (MGH, Die Urkunden der Karolinger, t. 3, BerlinZurich, 1966).

79 Éd. 13, cap. VIII. Même jour, confirmation par Lothaire, Charles et Louis de la concession du tonlieu de la villa Leonio par leur père, pour laquelle le cartulariste ne reproduit pas de monogramme et dont Guérard n’édite que l’eschatocole. Absent des Urkunden.

80 Cf. Peter Rück, Bildberichte vom Konig. Kauzlerzeichen, königliche Monogramme und das Signet der satischen Dynastie, Marburg an der Lahn, 1996, p. 101-102 (Elementa diplomatica, 4).

81 En 904, Louis n’a pas renoncé à conquérir la couronne d’Italie où il va repartir (défait, il sera aveuglé). Pour Robert-Henri Bautier, la « dégénérescence de la chancellerie souveraine » commence en 904, avec des actes datés de la cité de Vienne qui s’insèrent dans la chancellerie ecclésiastique ; Chartes, sceaux et chancelleries, études de diplomatique et de sigillographie médiévales, Paris, 1990, t. 2, p. 25-26.

82 Cf. « Originaux et copies : la reproduction des éléments graphiques des actes des Xe et XIe siècles dans le cartulaire de Cluny », art. cit. supra.

83 Les changements de ligne sont indiqués malgré la lourdeur, pour permettre de retrouver aisément les références au texte, ci-dessous entre parenthèses. Les alinéas et l’emploi des grandes et des petites capitales sont reproduits, vu le propos.

84 Planches 4 (fol. 3v) et 5 (fol. 5). Le cap. IX (éd. 14) commence 13 lignes avant la fin du fol. 3 et va jusqu’en bas du verso du fol. 4. Coïncidence ou fait exprès, le cap. X (éd. 15) commence en haut du fol. 5 et se termine à la dernière ligne du verso. La première ligne du cap. IX est en grandes capitales de 5 mm de haut, le S initial faisant 20 mm. Le S initial du cap. X lui est presque semblable ; la première ligne est à rapprocher de celle des diplômes et de la bulle de Léon IX, avec des lettres allongées un peu moins grêles et plus hautes (15 mm). Avec son grand chrisme de 20 mm de haut, en haut et à gauche du recto, le second texte fait peut-être plus d’effet que le premier.

85 Harald Zimmermann, op. cit., 417 (1005) et † 613 (1040).

86 Voir Eugène Duprat, « Étude de la Charte de 1040 relative à la consécration de l’église Saint-Victor de Marseille », Bulletin philologique et historique (jusqu’en 1715), 1922-23, p. 25-33, qui démontre que la copie isolée n’est pas l’original comme le croyait Joseph-Hyacinthe Albanès (Gallia christiana novissima, Marseille, Valence, 1899, t. II, 104).

87 Pour Eugène Duprat, dans un second article tardif (« La charte de 1040 relative à la consécration de l’église Saint-Victor à Marseille est-elle authentique ? », Mémoires de l’Institut historique de Provence, t. 21, 1947, p. 69-85), sont interpolés les mots Benedictus, sancte sedis Romane ecclesie apostolicus, et : ainsi ego se rapporterait à Raimbaud d’Arles (mais comment comprendre alors la référence à « nos prédécesseurs » ?). Harald Zimmermann, op. cit., p. 1154-1155, suit Duprat et ajoute qu’un voyage du pape en Gaule n’est mentionné dans aucune source.

88 Éliana Magnani, op. cit., p. 267.

89 Florian Mazel, op. cit., p. 173.

90 Paul Amargier, Un âge d'or du monachisme, Saint-Victor de Marseille (990-1090), Marseille, 1990, p. 94-96 ; Jean-Claude Moulinier, Saint Victor de Marseille, les récits de sa passion, Città del Vaticano, 1995, p. 351-361 ; Michel Fixot, « Saint-Victor, saint Victor... », art. cit. supra.

91 Proposition de Martin Aurell, Dominique Iogna Prat, Jean-Pierre Poly, dans Les sociétés méridionales autour de l’an mil, répertoire des sources et documents commentés, coord. par Michel Zimmermann, Paris, 1992, p. 415-423, pour le style qui paraît trop prolixe, des archaïsmes qui paraissent volontaires, un contexte favorable : les mêmes auraient aussi fabriqué l’interpolation de la bulle de Jean XVIII et Pierre aurait obtenu la bulle de Léon IX peut-être sur présentation des faux.

92 Proposition de Florian Mazel, op. cit., p. 86-87 et p. 173 : le contexte de la rédaction du cartulaire se prêterait mieux à la formulation de l’exemption, plus vigoureuse que dans la bulle de Léon IX, et serait l’un des signes « du tournant idéologique de Saint-Victor » en rupture avec le pouvoir vicomtal en voie de marginalisation (p. 163-166). Selon lui, sur les quatre textes du dossier introductif faisant référence à la papauté, trois seraient des forgeries de cette époque (cap. I, IX et X).

93 Éd. 1054 (app.). Reproduction photographique de l’original dans Paul Amargier, op. cit.

94 Éd. 630 (1018, donation de la comtesse de Provence) : ego Girfredus licet indigne vocitatus abba scripsi. Graphie Guifredus : éd. 5 (1005), 15 (1005), 18 (1008 : presidente domino Guifredo benignissimi abbato). Wifredus : éd. 14 (1040, pseudo-privilège), 71 (1004, comme prévôt), 487 (1007). Wifretus : éd. 186 (1010), 646 (1013), 647 (1015), 648 (1015). Vifretus : éd. 82 (1058), 110 (1014), 111 (1014), 763 (1043 : in diebus clarissimi Vifreti).

95 Éd. 38, cf. supra n. 30. La référence à Cassien est dans l’adresse :...eidem omnipotenti Deo ac sancte Marie sanctoque Victori, martiri glorioso et preclaro fundatori cenobii Massiliensis Cassiano, domnoque abbate Bernardi...

96 Michel Fixot, « Saint-Victor, saint Victor... », art. cit. supra.

97 Voir Paul Amargier, op. cit., p. 14, le premier à faire le rapprochement.

98 Benjamin Guérard saute les lignes 1 à 29 (signalées par etc), depuis in sua stabilitatis substantia jusqu’à et nisi Dei suffragetur auxilio, non eruitur a precipitio. Edition in extenso par Joseph-Hyacinthe Albanès (qui défend l’authenticité du privilège), Gallia christiana novissima, Valence, 1899, t. II, 54.

99 Grossière imposture pour Eugène Duprat, qui l’explique par la rivalité avec l’abbaye de Montmajour, car si inscription antique il pouvait y avoir, elle devait concerner l’église d’Arles qui avait revendiqué le titre de seconde Rome (art. de 1947 cité supra).

100 Sur le lien étroit entre intercession, pardon et droit d’asile, voir Pierre Timbal Duclaux de Martin, Le droit d'asile, Paris, 1939. Sur la pureté de l’autel « qui ne peut être souillé par l’impur mais au contraire le purifie », voir aussi Anne Ducloux, « Ad ecclesiam confugere », naissance du droit d’asile dans les églises (IVe -milieu du V s.), Paris, 1994, qui s’appuie sur Augustin et Jean Chrysostome.

101 Voir déjà la recension des chartes mentionnant Cassien (la plus complète se trouve dans l’article cité supra de Michel Fixot), et celle des chartes mentionnant pagani et gens barbarica (Monique Zerner, « La capture de Mayeul... », art. cit. supra).

102 Cf. Éd. 77 (vers 1020 : igitur cum gens pagana fùisset e finibus suis, videlicet de Fraxineto, expulsa..), 100 (1025 : sed rursus fide christianorum frigescente, perfidia paganorum passim ingruente, totum est dissipatum, et quod habitat ad aliud reddactum), 269 (994-1032 : qui jam longe vero tempore destructus fuit a paganos), 768 (1043,...non olim a paganis déstructura..). Voir Monique Zerner, « La capture de Mayeul... », art. cit. supra. Les références à la destruction du monastère sans allusion aux paganis sont plus nombreuses, du genre longo post tempore, destructo monasterio (éd. 27, vers 1020).

103 Sur Syr auteur de la Vita Maioli, voir Dominique Iogna Prat, Agni immaculati. Recherches sur les sources hagiographiques relatives à saint Maieul de Cluny (954-994), Paris, 1988. Cf. la Vita, d’après l’éd. D. Iogna Prat, p. 178, où je mets en romaine, les termes en commun avec la carta liberalis :...cum disponeret dominas adfligi genus hominum per seuitiam paganorum, nefande gentis exercitus sarracenorum [...] ita in solitudinem pene totam redegit regionem ut in eremi uastitatem loca prius desiderabilia conuersi uiderentur... Syr parle de Sarrasins, jamais désignés par ce nom dans les chartes du XIe siècle du cartulaire d’origine, mais peut-être ainsi appelés dans la charte de Manassès de 923, copiée plus tard sur la première page du cartulaire (fol. 1, éd. 1), en partie illisible, en tout cas lu ainsi par Benjamin Guérard :...singultuoso planctu canonicos sue ecclesie propter continuos Sarracenorum impetus suis in locis manere non passe...

104 Pour Florian Mazel, la famille vicomtale est mise ainsi sur le même plan que l’empereur.

105 Seule référence du cartulaire à Antonin (qui a la réputation de ne pas avoir appliqué la loi contre les chrétiens, d’après Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, V, v, 7).

106 Majorent ecclesiam. Dans la Vita Isarni (op. cit., p. 740, 17) la crypte à l’entrée de laquelle l’abbé a la vision du dragon est dite majoris, indiquant par là le caractère multiple de l’espace, fait remarquer Michel Fixot, art. cit. supra, ce qui vaut probablement aussi pour l’église.

107 Il faut noter l’association du vocable de Marie à celui de Jean-Baptiste auquel est en train de se substituer celui de Victor ; voir Eugène Duprat, « Histoire des légendes saintes de Provence. Saint-Victor à Marseille », dans Institut historique de Provence, Mémoires et Bulletins, XXI, 1945-1946, p. 1-40, relevé par Michel Fixot, art. cit. supra, p. 251.

108 Michel Fixot, ibid., montre comment les divers aménagements du site abbatial, avec le recreusement de la carrière et les mises en oeuvre architecturales au temps d’Isarn, elles-mêmes masquées par la grande contruction du XIIIe s. et les interventions du XVIIe s., rendent très difficile l’identification du site tardo-antique. Les faits archéologiques sont trop dispersés pour établir des correspondances avec les textes et inversement le vocabulaire imprécis des chartes ou de la Vita Isarni n’est d’aucun secours pour l’archéologue.

109 Voir id., ibid., p. 246-247 : il existe aujourd’hui une chapelle Saint-Lazare et une chapelle des saints Hermès et Adrien, mais elles semblent dans la logique de la construction du XIIIe s. Seule semble bien identifiée la chambre funéraire d’adolescent à laquelle a pu s’attacher le culte des Innocents.

110 Cf. Vita Isarni, op. cit., p. 738, 6. Les Vandales sont bien connus et situés correctement dans le temps, mais je remarque que Salvien de Marseille les cite aussi de façon métaphorique ; De Gubernatione Dei, éd. Georges Lagarrigue, Paris, 1975 (Sources chrétiennes, 220).

111 Éd. 101 (1033) :...dudum nescio aut vetustate consumptam aut a Mauris dirutam.

112 Que l’évocation d’Isarn soit au passé démontrerait selon Eugène Duprat que le rédacteur est un moine de Saint-Victor écrivant bien après la mort d’Isarn. Mais en 1040, Isarn est déjà abbé depuis vingt ans.

113 Voir le récit de la mort de Guillaume II (994) de Vita Maioli (éd. cit. supra, p. 277). À sa mort, Guillaume donne à Cluny sa villa de Sarrians (Auguste Bernard et Alexandre Bruel, Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny..., t. 4, Paris, 1888, no 2866), à l’origine de l’un des prieurés clunisiens en Provence.

114 Cf. la pagelle d’élection. Sur l’institution de Guifred comme prévôt, cf. éd. 71 (1004).

115 Éd. 630, cf. supra, n. 94. Guifred n’est pas le seul abbé à rédiger et écrire lui-même des actes. Voir par exemple le cas d’Archinric étudié par Paul Amargier ; « L’an mil à Montmajour. Archinric, scribe et abbé », Provence Historique, XXIII, 1973, p. 263-269.

116 Éd. 71, 15 oct. 1004 : à Marseille, le vicomte Guillaume malade, entouré par les frères du monastère et Guifred qui n’est encore que prévôt, prend l’habit de moine selon la règle de saint Benoît et donne sa part (la moitié) de la vaste villa de Campagne. Éd. 18, 1008 : l’évêque Pons donne sa part d’héritage et choisit l’habit monastique, elegi ad tempus, in monasterio beati martiris Victoris, sub abitu religionis, degere humiliatus, ut in eternum possim exaltatus... Il semble que son neveu, Pons II, lui succède dès cette date. Les auteurs du dossier provençal dans Les sociétés méridionales autour de l’an mil..., op. cit., qui font de la carta liberalis un faux du milieu du XIe siècle, ont curieusement ignoré ces deux chartes.

117 L’ordre est géographique. En tête, l’archevêque d’Arles et l’évêque de Marseille. Ensuite, 1o la Provence rhodanienne : dans l’ordre, les évêques de Carpentras, Avignon, Aix (qui n’est pas dit archevêque), Cavaillon, Apt, Vaison, 2o la Haute-Provence : l'archevêque d’Embrun, les évêques de Gap, Sisteron, Digne, Riez, 3o la Provence orientale : les évêques de Fréjus, Toulon, Antibes, Vence, Nice, Sénez et Glandèves, en dernier comme dans le cartulaire et dans la bulle de Grégoire VII mais dans un ordre différent (cf. supra. n. 19 et 47).

118 Voir Michel Fixot, qui développe une suggestion de Jean-Claude Moulinier.

119 Éd. 16, cap. XI :...Iccirco, huic sancte ecclesie in honorem sanctorum apostolorum Petri et Pauli et omnium apostolorum in cenobio Massiliensi construte, die dedicationis ejus, ego Guillelmus [1/4 de Cuges] similiter et frater meus Fulco [manses à Pourcieux, Puyloubier, Podio Nigro, Il A de Belcodène] Et Guillelmus de Grassa [manse à Mougins, diocèse d’Antibes].

120 Éd. 769, un acte dont le cartulariste a respecté la belle apparence (cf. supra n. 23) : Acta puplice in monasterio sancti Victoris, idus octubris, die sanctorum apostolorum ecclesie consecrationis. Ego Amelius manu propria firmavi, Pontius episcopus Massiliensis firmavit [suivent, désignés de même, l’évêque d’Arles (sic), Aix, Apt, Fréjus, Avignon, Nice, Toulon, Vence] Durandus monachus scripsit, Amelio episcopo mandante, anno ab incarnacione Domini 1040, indicione VIII, feria III.

121 Éd. 795, Acta puplice apud Sanctum Victorem, idibus octobris, die sanctorum apostolorum ecclesie dedicationis, anno 1040 dominice incarnacionis, indicione VIII. Pontius episcopus firmavit [suivent, désignés de même sans le nom de l’évêché, l’archevêque Raimbaldus (d’Arles), les évêques d’Aix, Apt, Fréjus, Avignon, Nice, Toulon, Vence]. Lambertus Barbeta firmavit. Fulco filius ejus firmavit. Unaldus presbiter et Flavius filius ejus firmaverunt. Adalmus firmavit. Ato firmavit. Durandus monachus scripsit, Durando episcopo mandante.

122 Cf. la minutieuse analyse de Jean-Pierre Poly, op. cit., qu’il faudrait peut-être mettre à jour, mais le rôle de l’archevêque d’Arles et l’importance des années 1040-1043 ne font pas de doute.

123 Sur la règle des trente pas, voir l’ouvrage très clair de Pierre Timbal cité supra, qui présente l’inconvénient de ne pas envisager les pays de l’aire wisigothique, et la mise au point commode d’Elisabeth Zadora-Rio dans l’introduction de L’église, la campagne, le terroir, sous la dir. de Michel Fixot et Élisabeth Zadora-Rio, Paris, 1990, p. 11-16 (« La topographie des lieux d’asile dans les campagnes médiévales ») (Monographie du CRA, 1). Cf. la constitution impériale délimitant un périmètre à 50 pas autour de l’église, à l’intérieur duquel il était interdit de poursuivre un fugitif (419) ; englobant tout l’espace de l’entrée de l'atrium à l’église (constitution de 431 dont les dispositions sont reprises à peu près intégralement dans le bréviaire d’Alaric) ; le concile de Tolède (681) définissant un périmètre à une distance de 30 pas ; le renforcement du droit d’asile à l’époque carolingienne avec l’évolution de l’immunité, et son accentuation avec le mouvement de la paix de Dieu. En Catalogne et plus généralement dans l’aire wisigothique, les textes sont fidèles aux formules du droit et mentionnent la règle des 30 pas : cf. Pierre Bonnassie, « Les sagreres catalanes : la concentration de l’habitat dans le « cercle de paix » des églises (XIe s.) », dans L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales. Actes du IIIe congrès international d’archéologie médiévale (Aix-en-Provence, 28-30 septembre 1989), sous la dir. de Michel Fixot et Élisabeth Zadora-Rio, Paris, 1994, p. 68-79 (Documents d’archéologie française, 46).

124 Éd. 16. Planche 5. Cf. supra n. 119.

125 Éd. 17 : Guillaume donne un muid de terre cultivée, Foulque un muid de vigne de leur alleu dans la villa d’Aubagne. D’après la généalogie établie par F. Mazel, op. cit, Guillaume II († 1045) et Foulque I († 1065) sont les mêmes en 1005 qu’en 1040 : neveux de l’évêque Honorat (t 977) et fils de son frère Guillaume I (t 1004), frères de Pons I évêque de Marseille († 1014), respectivement père et oncle de l’évêque Pons II (t 1073) et des vicomtes Guillaume III († 1085) et Geoffroy I (t 1079).

126 Éd. 32. Dei omnipotentis providentia, qua cunctarum rerum succedant (1re ligne). Planche 6.

127 J’hésite à avancer une raison purement technique comme la mauvaise qualité du parchemin (peut-être gratté, en tout cas qui « boit » l’encre en cet endroit), ou plutôt de la plume qui accroche et dont le trait devient moins net. Je n’ai relevé que deux variantes (fol. 11v, ut provisum ab fol. 12 ut provisum est ab ea ; fol. 11v, Tali uero et hac conuentione] fol. 12, Tali uero thenore et hac conuentione), mais de nombreuses différences dans les abréviations, plus nombreuses par ailleurs dans la seconde copie.

128 Cf. supra n. 119.

129 Éd. 32, 1044 : Dei vero omnipotentis miseratione, qui omnes vult salvare et neminem perire, reddita michi sanitate, ejusdem inspiratione, michi atque uxori mee, Odile, hoc advenit in menta et firma voluntate, quatenus hedificaremus ecclesiam in honore sancti Petri, apostolorum principis, que olim vetustate destructa ad nihilum devenerat et fonitus corruerat. Iccirco vero isdem locus, ad portam monasterii situs, vocatus est Paradisus, sicut et nos comperimus, quia multorum corporum, videlicet sanctorum martyrum, confessorum ac virginum, eodem loca quiescentium, decoratur auxiliis, et suffragaiur mentis. Immo etiam vere vocabatur Paradisus et porta Paradisi, quia in diebus Cassiani, sanctissimi patris et doctoris eximii, institutoris hujusmodi sancti Victoris cenobii, tanta nobilitate viguit et sanctitate floruit apostolice et regularis discipline, ab his sanctis patribus tradite, in qua continentur inserte sanctarum animarum omnes delicie, ut merito et actu et nomine vocatur Paradisus, roris superme gratte illustrus virtutibus. Quare disposuimus edificare supradictam ecclesiam, consilio atque jussu domni abbatis Isarni, felicis memorie...

130 Éd. 34, 22 juillet 1044, concession comtale de tout ce que veulent donner le vicomte et sa femme quelque soit ce qui lui appartient :...concedo [...] ejusque monasterio aput Massiliam fundato, simulque sancto Petro et ejus ecclesie que construitur in loco qui dicitur ad Paradisum, [...] quecumque Fulcho vicecomes atque Odila conjux ejus, concedere voluerint ex his que possident...

131 Éd. 40, notice du cellérier non datée :...memoria sive noticia de diversis sive partibus terrarum vel vinearum non longe igitur ab ecclesia sancti Petri, foris portant que vocatur Paradisi.

132 Éd. 84, 1065-1079 : restitution de vigne à l’altario sancti Petri de Paradiso. Éd. 841, 18 avril 1081 : l'exemption est accordée au monastère cum cappellis circumjacentibus, videlicet Sancti Petri que vocatur ad Paradisum...

133 Éd. 10, 904 :...concederemus, jure perpetuo, videlicet fiscum quod nominatur Pinus, cum salinis et piscationibus et portu navium et omnibus juste et legaliter ad eundem fiscum pertinentibus, conjacentem in comitatu Massiliensi, qui vulgo Paradisus nominatur, sicut est via que descendit a Guardia usque in poium Formigarium, una cum terra comitali que ante portam castri fore videtur, usque ad carnarium... A comparer avec la concession par Honorat (965-977) des terres autour du monastère où le lieu sert de confront :...et est ipsa terra in comitatu Massiliensis, in giro ejusdem ecclesie beati Victoris. Consortes : de duo latus, litus maris ; de alio latus, fontem et montem quem nuncupant Guardiam, et viam juxta locum quem vocant Paradisum (éd. 23, voir infra, p. 207).

134 Jean-Charles Picard, « Les origines du mot Paradisus-Parvis », Mélanges de l’École française de Rome, t. 83, 1971, 2, p. 159-186. Première occurrence dans le Liber Pontificalis : Fecit autem et in atrium (ante turrem sanctae Mariae ad Grada) quod vocatur Paradiso, oraculum. « Le rédacteur introduit prudemment paradiso (employé à un cas grammaticalement incorrect et qui annonce le terme italien) comme un équivalent d’atrium », écrivait Jean-Charles Picard.

135 Cf. Vita S. Ysarni..., AA. SS..., vol. 46, p. 747-749. Sur ce périple, inconnu par ailleurs mais incontestablement authentique vu l’onomastique, au retour duquel meurt Isarn, voir les notes et commentaires de l’édition et la traduction de la Vita à paraître (cf. supra).

136 Éd. 33 :...Quicque abeuntes omnes gentes, libera voce predicantes Jhesum Christum esse Dei vivi filius, decreverunt edificare matheriales domos, et lignis et Lapidibus, in quibus congregatos fideles dominicis instanter imbuerunt monitis. Quas videlicet domos ab hinc et deinceps abusive vocaverunt fideles ecclesias, eo quod, ibi congregati atque ex omnigenis gentibus collecti, verbum Dei percipere auribus erant soliti, in quibus venerando dominica altaria atque sanctorum corpora, disposuerunt eas ditare...

137 Éd. 40 (sans titre, Noticia sive memoria...), 41 (1028, donation au monastère non longe a civitato Massilie fundato, titre en marge, Carta de uno clauso in Sancto Saturnino), 42 (titre en marge, Breve de elemosina) : les trois textes commencent par une grande initiale.

138 Cap. XII. Éd. 17. Voir supra n. 125.

139 Cap. XIII. Éd. 18 : l’évêque donne sa part de six ville (Val de Trets, Peynier, Saint-Andeol, Ollières, Le Freinet, Arles).

140 Cap. XIV. Éd. 19 : cf. la donation de Guillaume en 1040 (éd. 16).

141 Cap. XV à XVII. Éd. 20 à 22 : Les deux vicomtes donnent deux moulins, l’évêque donne le decimum. Les trois donnent tous les poissons pêchés dans l’Huveaune du confluent du Jaren au Rouet jusqu’à la mer.

142 Cap. XVIII. Éd. 23. Cf. éd. 10, supra n. 133.

143 Cap. XIX et XX. Éd. 24, 1045 : donation-vente de droits par le vicomte Guillaume à l’église Saint-Victor et aux autels des saints Pierre et Paul. Éd. 25, 1045 : donation de la moitié de la villa de Céreste pour édifier l’église Sainte-Croix qui doit jouxter l’église Saint-Pierre à sa gauche.

144 Éd. 26 à 30 (29 et 30 commencent par une invocation à la Trinité en capitales).

145 Éd. 31, fol. 11, voir supra.

146 Éd. 24, voir la fin du dispositif : Igitur ego jam dictus Honoratus episcopus, cum clericis meis, concedimus vobis licentiam ad inquirendam terram sancti Victoris, quam nos non sumus possessuri ; et, ubi, eam inveniritis, licentiam habeatis interpellare et tenere illam, sine ulla interpellatione de ullo episcopo.

147 Voir les allusions aux anciens textes dans deux chartes de Bargemon (avantdernière villa décrite dans le polyptyque) :...multi multa dederunt... inter quos hommes nostre patrie, ut vere reperimus in auctoritatibus ejus et cartis pervetustis, loca in denominati Barjamonisposita (éd. 532, 1073)....Quo contra, Massiliensis abbas et ceteri fratres descriptionem grandem de villa Vergemonis et de omni fere territorio in kartis antiquissimis ostendebant (éd. 533, 1075). Voir Monique Zerner, « L’abbaye de Saint-André de Villeneuve et l’abbaye de Saint-Victor de Marseille... », art. cit. supra.

Auteur

Université de Nice — Sophia-Antipolis.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540