Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Cartulaires méridionaux

 | 
Daniel Le Blévec

Le cartulaire du temple de Saint-Gilles, outil de gestion et instrument de pouvoir

Damien Carraz

Texte intégral

  • 1 Le développement de ce réseau est présenté à grands traits dans Damien Carraz, « Les ordres milita (...)
  • 2 Daniel Le Blévec, Alain Venturini, « Cartulaires des ordres militaires, XIIe-XIIIe siècles (Proven (...)
  • 3 Arch. mun. d’Arles, GG 90 (désormais abrégé CaTSG). La numérotation des actes est de mon fait.

1La basse vallée du Rhône se distingue par la densité des réseaux de maisons mis en place par les ordres du Temple et de l’Hôpital entre le début du XIIe et le milieu du siècle suivant1. Beaucoup de ces fondations ont conservé de beaux chartriers que viennent encore enrichir un nombre non négligeable de cartulaires. Daniel Le Blévec et Alain Venturini avaient, dans le cadre de la table ronde sur les cartulaires organisée en 1991, attiré l’attention sur ces productions2. Cinq de ces codices, sur les sept encore conservés, ont fait l’objet d’une édition. L’un des derniers restés inédits, et de ce fait l’un des plus méconnus, a été commandé par la maison du Temple de Saint-Gilles3.

  • 4 CaTSG, no 2 (1139).
  • 5 Leur maison est citée pour la première fois en 1150 (CaTSG, no 272).

2La présence du Temple à Saint-Gilles s’inscrit dans le contexte des premières fondations de la basse vallée du Rhône, notamment à Richerenches et à Roaix dès 1136-1138, puis à Arles vers 1143. En 1139, les Templiers sont ainsi attestés dans cette villa du delta rhodanien4. Tout comme les Hospitaliers, ils s’installent dès l’origine sur une île formée par un bras du Petit-Rhône, donc à l’extérieur de l’enceinte du bourg monastique5. Bien que soumis à de rudes restrictions de la part de l’abbé, seigneur du lieu, ils accumulent rapidement un important temporel dans les terroirs de Saint-Gilles et de la basse plaine de la rive droite du Rhône.

  • 6 Daniel Le Blévec, Alain Venturini, Cartulaire du prieuré de Saint-Gilles de l’Hôpital de Saint-Jea (...)
  • 7 Bib. nat. de France, nouv. acq. lat. 5 et 12. Cette campagne de transcription n’a pas tenu compte (...)

3Le cartulaire documente parfaitement cette période d’acquisitions et les modalités de la gestion seigneuriale développée par l’ordre. Intégré aux archives du Grand-Prieuré de Saint-Gilles après la disparition du Temple (1312), il a connu sous l’Ancien Régime exactement les mêmes tribulations que son homologue de l’Hôpital édité par Daniel Le Blévec et Alain Venturini6. Au début du XXe siècle, il a fait l’objet d’une transcription intégrale figurant dans le « Cartulaire général de l’ordre du Temple » constitué par le marquis d’Albon (1866-1912)7.

  • 8 Pour une réflexion récente sur le concept de memoria et sur son utilisation par les médiévistes, M (...)

4L’intérêt de ce document tient en une triple question : comment, quand et pourquoi ce cartulaire fut-il réalisé ? Il s’agira donc dans un premier temps de présenter ses particularités codicologiques et son contenu diplomatique. Cette description autorisera une proposition de datation, et elle fournira quelques remarques sur les critères qui ont présidé à la sélection des actes transcrits dans ce codex. On tentera ensuite de replacer ce dernier dans le mouvement de production des autres cartulaires des ordres militaires de la basse vallée du Rhône, en privilégiant ici deux approches de l’ouvrage. L’une, traditionnelle, s’attachera à l’outil de gestion du patrimoine d’une seigneurie monastique. La seconde envisagera le monument d’archives au service du dominium de la commanderie et de la memoria des lignages qui lui sont liés8.

I. Le manuscrit : description codicologique et contenu diplomatique

Description codicologique

5Le tableau suivant résume l’aspect matériel du recueil :

Fig. 1. Les Authentiques du Temple et de l’Hôpital de Saint-Gilles : quelques points comparatifs

  • 9 CaHSG, p. X-XVII.

Temple
(arch. mun. d’Arles, GG 90)

Hôpital
(arch. mun. d’Arles, GG 89)9

Dimensions

24,5 cm x 16,5 cm

34 cm X 23 cm

Nombre de fol.

218

184

Nombre de cahiers

27 quaternions

23 quaternions

Nombre d’actes

388 (+ 2)

378

Dates de confection

[1199 ?]-1203

1206-1214

Ecriture

pleine page, longues lignes

pleine page, longues lignes

Mise en page

encadrement (12,7 X 18 cm) et réglures côtés chair et poils, piqûres

encadrement (23,5 x 14,3 cm) et réglures côté chair, piqûres

Hauteur des lignes

6,5-7 mm

8,5 mm

Nombre de lignes/page

25 (21 aux fol. 212, 214, 217vo)

30-32 en moyenne

Homogénéité codicologique

Une main du fol. 1 à 209 (sauf 102vo-104vo) ; une seconde main du fol. 209vo à 218

Une main du fol. 1 à 170 ; cinq ou six mains du fol. 170vo à 184

Classement des actes

Topographique (cinq secteurs) + un seul privilège comtal

Topographique (quatre secteurs) + privilèges comtaux et pontificaux

Ornementation

Rubriques en rouge

Deux initiales ornées, autres initiales rouges ou/et bleues, rubriques en rouge

Signes de validation

Reproduction des seings seulement aux nos 378 à 388

Reproduction des seings seulement aux nos 341 et 345

Auteur probable

Milieu notarial

Milieu notarial

6Les vingt-sept cahiers ont été assemblés en même temps, ce qui indique que la fabrication matérielle du cartulaire n’est pas le fruit de plusieurs phases d’élaboration. Chaque cahier est numéroté en chiffres romains au recto du premier folio et au verso du dernier. Cette numérotation s’interrompt toutefois au quinzième cahier. Le parchemin est de bonne qualité, seuls sont à déplorer quelques trous et tâches d’humidité. On remarque également la présence de « restaurations », probablement médiévales, qui révèlent une certaine attention portée à la conservation du recueil : au folio 210, une déchirure fut par exemple recousue avec du fil. L’écriture en pleine page et à longues lignes est soigneusement encadrée par des réglures tracées à la mine de plomb. Les repères des lignes sont délimités par des piqûres à droite.

  • 10 Par exemple au fol. 36vo, l’indication marginale mentionne : « Hec est carta de orto Iohannis Rufi(...)

7L’ornementation demeure fort modeste : seules les rubriques sont rehaussées de rouge — sauf aux folios 102vo-104 où elles ont été laissées en noir — et chaque début d’acte est valorisé par une mouchette en noir, parfois surlignée de rouge. Chaque acte est précédé d’une rubrique qui semble avoir été ajoutée dans un second temps. Si une ligne a souvent été laissée pour la rubrique (par exemple au fol. 36vo), il arrive encore fréquemment que celle-ci soit reportée en marge faute de place (fol. 10), ou qu’elle empiète sur la fin de l’acte précédent (fol. 216). Des indications ont parfois été portées à l’intention du rubricateur, puisqu’on retrouve transversalement en marge l’intitulé attendu pour la rubrique. Lorsque cette indication existe, on constate toutefois que le rubricateur ne l’a, en général, pas respectée10. Les analyses des actes au dos des parchemins originaux étant tardives (XIVe-XVe siècle), elles n’ont pu guider la rédaction des rubriques.

  • 11 Sur le terme d’« Authentique », popularisé aux XVIIe-XVIIIe siècles, Daniel Le Blévec, Alain Ventu (...)

8L’ouvrage n’a connu que des adjonctions mineures par la suite : foliotation en chiffres romains à la fin du Moyen Age, attribution du titre d’« Autenticum domus Militiae Templi Sti. Egidii » sur le premier folio, probablement au XVIIIe siècle11, et enfin adjonction d’une table des rubriques sur onze feuillets de papier en 1837. La couverture a été restaurée récemment avec une reliure en cuir.

  • 12 Dans l’aire occitane, les documents de gestion en latin farci sont surtout fréquents en Languedoc  (...)

9Le codex regroupe 388 actes, dont les dates s’échelonnent de 1134 à mars 1203. Tous sont rédigés en latin, ce qui n’a rien d’étonnant dans ce Midi profondément romanisé, a fortiori en milieu urbain. Les occitanismes affleurent toutefois dans certains noms propres, notamment dans la toponymie. Ainsi, les censiers retranscrits dans le cartulaire présentent un latin farci d’expressions vernaculaires qui montrent que l’oral est à l’origine du processus d’enquête qui a conduit les Templiers à dresser ces listes de redevances (no 58)12.

10Les originaux conservés permettent d’apprécier le travail de transcription. Seuls 23 originaux subsistent sur 388 actes, soit 6 %, ce qui est très peu, par rapport aux chartes originales conservées pour les cartulaires de l’Hôpital de Saint-Gilles et surtout d’Avignon.

Fig. 2. Quelques cartulaires des ordres militaires du Bas-Rhône

  • 13 Ces dates, proposées par les éditeurs de chaque cartulaire, sont reprises par Daniel Le Blévec, Al (...)

Cartulaires

Dates de confection13

% d’originaux conservés

Actes laïques

Temple de Richerenches

c. 1150-c 1214

0 %

0 %

Temple de Saint-Gilles

[1199 ?]-1203

6 %

15,4 %

Hôpital de Saint-Gilles

1206-1214

13 %

14 %

Hôpital de Trinquetaille

1212-...

9,( %

9,9 %

Temple de Roaix

1225-...

0 %

0 %

Hôpital d’Avignon

1245

57 %

6,4 %

  • 14 Acte no 164; original: arch. mun. d’Arles, GG 85, no 16.
  • 15 Acte no 106; original: arch. mun. d’Arles, GG 85, no 3. Peire Guilabert est un notaire attesté ent (...)
  • 16 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Langued (...)

11Les comparaisons révèlent toutefois la très bonne qualité de la transcription, toujours intégrale. La fidélité à l’original s’étend même au système de ponctuation qui est rigoureusement respecté, ce qui laisse penser que le scribe a travaillé avec l’original sous les yeux et non sous la dictée. Parfois, il arrive même que la copie corrige l’original. Une omission renvoyée à la fin de l’original par une croix a été, par exemple, restituée à la bonne place dans la copie au folio 14014. Alors qu’un autre original donne pour le nom du notaire : « P. Guilaberti », la copie développe le prénom « Petrus Guilaberti » (fol. 68)15. Le scribe est donc habitué aux « ficelles » des notaires et semble bien connaître ce milieu. Aux folios 211 à 218 correspondant chronologiquement aux dernières transcriptions du cartulaire, les seings notariaux ont en outre été reproduits. Cela s’inscrit dans une logique, désormais bien établie, de transcription authentique issue des nouvelles pratiques de l’écrit mises en place avec la réappropriation par les notaires des formulaires romanisants16. En définitive, les seules différences entre originaux et copies résident dans certaines habitudes orthographiques — qui peuvent d’ailleurs varier à l’intérieur d’un même acte — et dans le fait que les transcriptions recèlent souvent plus d’abréviations — ce ne sont d’ailleurs pas forcément les mêmes systèmes entre originaux et copies, chaque scribe gardant ses habitudes en la matière.

  • 17 Il s’agit des actes nos 46/47, 177/197, 193/194, 203/225 et 220/250.
  • 18 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône (désormais ADBdR), 56 H 5299 ( = CaTSG, no 347), 56 H 5302 (= no 1 (...)

12Cinq actes ont été transcrits en double17. Ces doublets offrent quelques variantes, dans certaines graphies et abréviations, mais présentent surtout des rubriques à chaque fois différentes. Ils ne sont pas dus à l’inattention du copiste, mais sont volontaires puisque les deux versions du même acte se suivent à deux reprises. La double transcription de la donation de Vidian Gasinel (1182), un riche alleutier, provient de deux originaux. L’un était conservé à la commanderie, tandis que l’autre, initialement détenu par le donateur, fut versé aux archives du Temple avec le reste du chartrier privé de ce laïc lorsque celui-ci remit l’ensemble de ses biens à l’ordre. Le cartulariste a donc poussé le scrupule à recopier les deux originaux d’un même acte lorsque ceux-ci étaient à sa disposition. Ces doublets constituent sans doute fréquemment la transcription des deux parties d’un chirographe. Plusieurs originaux subsistent en effet sous cette forme18. La double transcription, qui réunit en quelque sorte les deux chartes-parties, rajoute valeur et authenticité aux copies.

  • 19 A l’exception des folios 102vo-104vo, effectivement complétés, des espaces ont été préservés aux f (...)
  • 20 Il s’agit, au folio 218, d’un diplôme de saint Louis confirmant les biens du Temple dans les sénéc (...)
  • 21 ADBdR, B 433. Le terme désigne en effet plus fréquemment des registres de toutes sortes qu un cart (...)

13L’analyse confirme donc la grande homogénéité de l’ouvrage : le cartulaire paraît avoir été rédigé d’un trait. La même main semble à l’œuvre dans l’essentiel du recueil, sauf peut-être aux folios 102vo-104vo — qui coïncident avec la fin du treizième cahier — où figure un dossier de quatre actes (no 163-166) concernant la seigneurie de Saliers. Les folios 209vo-218 qui comptent une dizaine d’actes de 1201-1203 (no 378-388), et où les seings ont été reproduits, peuvent être attribués à une autre main. Au total, on peut donc identifier deux scribes différents, peut-être trois. Peu d’espaces ont été laissés vierges afin d’être complétés ultérieurement, comme c’est parfois le cas19. Signalons simplement que la dernière page du recueil a reçu deux nouvelles transcriptions dans le dernier tiers du XIIIe siècle20. Le cartulaire de Saint-Gilles, comme les autres cartulaires des ordres militaires, n’a donc pas été mis à jour au fil des nouvelles acquisitions foncières. D’autres instruments, peut-être moins coûteux à confectionner — censiers, registres de reconnaissances —, ont dû remplacer ces codices au cours du XIIIe siècle. Ainsi, pas moins de dix sept cartularii — dont aucun n’est arrivé jusqu’à nous — sont inventoriés dans les archives de la maison templière d’Arles en janvier 130821.

Classement des actes

  • 22 Hec sunt cane Egidienses (fol. 1), Hec sunt cane de Pelamonachis (fol. 34, actes no 46-73), Hec su (...)
  • 23 CaHSG, p. XVI. C’est aussi le cas à la commanderie d’Avignon, au moins sous l’Ancien régime : Clau (...)

14Comme la plupart des cartulaires méridionaux, celui-ci adopte un classement topographique fondé sur les terroirs dans lesquels l’ordre est possessionné (cf. carte). Cinq parties annoncées par une rubrique se distinguent donc : Saint-Gilles, Pelamourgues, Saliers, Aubais et Nîmes22. Ce découpage est toutefois indépendant de l’organisation des cahiers. Ces derniers ne forment donc pas des dossiers bien individualisés qui auraient pu être établis séparément et rassemblés lors de la confection du cartulaire. Le nombre restreint d’originaux conservés permet difficilement de préciser si le cartulariste a procédé à partir d’un fonds déjà classé selon des critères topographiques, comme c’est le cas pour le cartulaire de l’Hôpital de Saint-Gilles23. On notera seulement que parmi les 23 originaux rescapés, 19 concernent la dépendance de Saliers. Les hasards de la conservation ont pu préserver ce groupe de chartes déjà rassemblées à une date que l’on ignore.

  • 24 CaTSG, no 1 : cession en emphytéose d’un terrain jouxtant la maison du Temple (23 janvier 1156) ; (...)
  • 25 Sur ce phénomène dans cette partie du Bas-Languedoc, Anne Parodi, Claude Raynaud, Jean-Marc Roger, (...)
  • 26 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 121-127, et pour la nouvelle perception (...)
  • 27 Ces déplacements dans le paysage environnant le centre seigneurial, effectués par le medium de l’é (...)
  • 28 Ainsi, une série d’actes relatifs au lignage des Porcelet (no 138-148), et portant sur des terres (...)

15Le cartulaire s’ouvre par deux importantes concessions de l’abbé de Saint-Gilles aux Templiers24. Les actes suivants illustrent l’acquisition de terres et de maisons qui, pour la plupart, confrontent la commanderie, ou bien sont situées dans son voisinage immédiat (no 3-16). La suite de la section documente d’autres biens sis à Saint-Gilles, mais les regroupements sont plus aléatoires. Deux ensembles se distinguent : l’un dans le quartier de Saint-Privat, situé non loin de la commanderie mais de l’autre côté du bras du Rhône, l’autre dans le quartier de Saint-Jacques, sur la route de Montpellier, au nord-ouest de la ville, où l’ordre a acquis de nombreuses vignes. Cette première section part donc du centre seigneurial symbolisé par la commanderie et énumère les possessions environnantes selon une logique de progression centrifuge caractérisant l’ensemble du cartulaire. La seconde section documente d’abord les biens à Pelamourgues, un quartier extérieur au bourg sur le Petit-Rhône, puis s’en éloigne pour se porter à Corrège, dans la boucle du Petit-Rhône, en Argence, et enfin aux Anglades, en Camargue. On retrouve pour toutes les sections suivantes la même progression du centre vers la périphérie. Pour finir le recueil, une dernière sous-section non rubriquée concerne des acquisitions plus récentes, dans la lagune camarguaise (1175-1195, no 347-378) et à Saliers (1201-1202, no 379-388). Chacune des sections correspond à un lieu où le Temple possède une maison : Saint-Gilles, Saliers, Aubais, Nîmes. C’est vrai également pour chaque subdivision, par exemple Argence, Calvisson et Générac, où l’ordre avait implanté des granges. C’est donc le cadre castral qui sert ici à la description des possessions, ce qui étonne peu, puisque l’implantation des Templiers dans la région est largement contemporaine du processus d’incastellamento25. Castrum, villa et decimaria sont les repères qui structurent leur représentation de l’espace, et non plus les vieux comtés ou pagi carolingiens qui marquaient encore le premier cartulaire de l’abbaye de Gellone (1070/72)26. Le classement topographique n’est toutefois pas d’une rigueur infaillible : il opère de constants allers et retours au travers des possessions de l’ordre et fait clairement de sa maison de Saint-Gilles le centre symbolique du pouvoir templier sur le territoire environnant27. Le cartulaire participe donc ici à la construction d’un espace monastique polarisé autour de la commanderie. Toutefois, il est évident que les entorses concédées au classement topographique s’expliquent encore par la difficulté des Templiers à classer plusieurs documents, et peut-être, également, par leur souci de préserver la cohérence de certains dossiers d’actes28.

  • 29 Marquis de Ripert-Monclar, Cartulaire de la commanderie de Richerenches de l’ordre du Temple (1136 (...)

16On le sait, il ne faut pas attendre de la plupart des cartulaires une image fidèle des archives d’une institution. Ces instruments présentent des lacunes, qui, dans le cas de Saint-Gilles, sont chronologiques autant qu’elles résultent d’un choix conscient. Le cas de Richerenches mis à part29, la plupart des cartulaires des ordres militaires du Bas-Rhône semblent avoir occulté les premiers actes qui furent à la base de la constitution du patrimoine des maisons.

Fig. 3. Distribution chronologique des actes du cartulaire de Saint-Gilles

Fig. 3. Distribution chronologique des actes du cartulaire de Saint-Gilles
  • 30 Les Templiers donnent des biens à bail au Luc (no 279, 9 mars 1150/1 ; no 346, 1162), à Olozargues (...)
  • 31 Par exemple, Valentia reconnaît en 1164 qu’elle a donné une maison (no 23, juin 1164). Et en 1196 (...)
  • 32 L’inventaire des archives du Temple d’Arles dressé en 1308 (ADBdR, B 433) ne mentionne aucun acte (...)
  • 33 Patrick Geary, La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, 1996, p. 133-134.

17Rares sont en effet les actes documentant les premiers temps d’existence de la maison de Saint-Gilles. L’ouvrage illustre plutôt la grande époque d’expansion foncière réalisée dans les années 1180-1200. Pourtant, les plus anciens actes du cartulaire — baux emphytéotiques ou confirmations de biens — révèlent que, dès les années 1150-1160, l’ordre possède déjà un solide noyau patrimonial30. Comme rien ne documente ces premières acquisitions, il est possible que des transactions n’aient pas immédiatement donné lieu à la rédaction de chartes et que les Templiers n’aient été incités qu’après coup à en demander une confirmation écrite31. De manière générale, à l’aube du développement des pratiques notariales dans cette région, on ignore s’il a pu arriver que des donations ou des ventes n’aient pas fait l’objet d’une mise par écrit. Il est vraisemblable également que certains parchemins aient été perdus avant la confection du cartulaire32. Comme l’a noté Patrick Geary, certains monastères prenaient plus de soin à conserver leurs cartulaires que leurs chartes originales33.

  • 34 ADBdR, 56 H 5302 (confirmation d’Alexandre III, 18 mars 1179), 56 H 5292 (échange avec Raimon V, j (...)
  • 35 ADBdR, 56 H 5299 (concession de la chapelle de Saint-Pierre de Campublic par l’archevêque d’Arles, (...)
  • 36 ADBdR, 56 H 5289. Les Hospitaliers n’ont pas agi autrement avec l’acte qui leur avait été concédé (...)

18En revanche, les Templiers ont exclu de leur ouvrage des actes bien présents dans leurs archives. Sur la période couverte par le cartulaire (1134-1203), le chartrier de la commanderie conserve ainsi une vingtaine d’originaux qui n’ont pas fait l’objet de copies : diplômes pontificaux ou comtaux34, transactions conclues avec d’autres institutions ecclésiastiques35, et surtout plusieurs confirmations délivrées par l’abbé de Saint-Gilles. La charte autorisant la construction d’un oratoire dans la maison du Temple (1169) a été écartée, car elle était assortie de lourdes exigences bridant sérieusement le rayonnement spirituel auquel pouvaient prétendre les frères36. Surtout, l’acte soulignait la sujétion des Templiers à l’abbaye en rappelant que leur maison et le jardin dans lequel devait s’élever la chapelle n’étaient pas un alleu, mais une cession emphytéotique de l’abbé. Ces lacunes pourraient être partiellement attribuées au classement des archives : les actes relatifs à certaines autorités, princières et pontificales, ont pu être copiés à part, dans d’autres recueils réservés aux privilèges par exemple. Mais il est surtout logique que les Templiers se soient abstenus de transcrire des actes qui pouvaient limiter leurs droits. Le cartulaire, autant qu’il est œuvre de mémoire, contribue aussi à l’oubli des actes qui peuvent gêner le développement de l’institution.

Datation et contexte de réalisation

  • 37 Le dernier acte, daté de mars 1203 (ri 378), donne un terminus post quem. En avril 1203 puis en fé (...)
  • 38 Après le préceptorat de Saint-Gilles, on le retrouve maître en Provence (1204-1210). Puis, après u (...)
  • 39 En effet, l’acte le plus récent de la partie du cartulaire attribuable à la même main est de novem (...)

19L’homogénéité codicologique de l’essentiel du recueil permet d’envisager une réalisation rapide. On peut placer celle-ci dans l’année 1203, peut-être au printemps37. Cette datation s’accorderait bien avec la personnalité du commandeur alors en place, Guilhem Cadel (1201-1204). Ce personnage promis à une brillante carrière au sein de l’ordre a pu prendre l’initiative d’un tel ouvrage38. Mais on ne peut exclure l’hypothèse que le cartulaire ait été commencé dès la fin de 1198 ou au début de 1199, puis complété dans le courant de l’année 120339.

  • 40 Paul-Antonin Amargier, Cartulaire de Trinquetaille, Aix-en-Provence, 1972, p. II ; CaHSG, p. XIII.
  • 41 En limitant l’inventaire aux scribes ou aux notaires les plus fréquemment mentionnés au service du (...)
  • 42 Peire de Rothenis (1151-1167), Louis (1156-1173), Peire Petit (1167-1188), Bernat de Ornes (1180-1 (...)
  • 43 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 304.
  • 44 Signalons toutefois que les Templiers disposaient dans leur proche entourage de clercs lettrés : p (...)
  • 45 Daniel Le Blévec, Alain Venturini, « Cartulaires des ordres militaires... », op. cit., p. 460.

20Comme cela a été suggéré dans le cas des cartulaires de l’Hôpital de Trinquetaille et de Saint-Gilles40, la qualité des transcriptions porte la marque d’un atelier notarial. Le bourg de Saint-Gilles ne manquait pas de notaires qualifiés, certains utilisés par l’Hôpital comme par le Temple41, d’autres seulement par ce dernier42. D’une manière générale, à partir de la seconde moitié du XIIe siècle, les commanditaires de cartulaires s’adressent le plus souvent aux notaires publics dont la fides publica apporte aux transcriptions une garantie d’authenticité43. Raimon Bodonus ou bien Estève Grailla, deux des notaires les plus fréquemment employés par les Templiers au moment de la rédaction du cartulaire, pourraient avoir été mis à contribution44. Le cartulaire de l’Hôpital est légèrement postérieur à celui du Temple (1206-1214), mais les deux recueils sont issus du même milieu (fig. 1). Les aspects matériels et codicologiques demeurent fort comparables, l’organisation topographique fonctionne de la même manière, tandis que les pratiques de tri sélectif sont équivalentes, notamment à l’égard des actes fixant les rapports avec l’abbaye bénédictine. Les mêmes circonstances ont sans doute présidé à l’élaboration de l’ensemble des cartulaires de Saint-Gilles comme de Trinquetaille dans cette première décennie du XIIIe siècle. Mais plus que la crainte d’une période troublée par l’imminence de la crise albigeoise45, leur rédaction fut surtout justifiée par un motif interne à l’histoire des commanderies : la nécessité de présenter un état des temporels au moment où s’achevait leur constitution.

II. — La portée du cartulaire

Un outil de gestion

21On peut tenter un classement typologique des 388 actes réunis dans le recueil. Celui-ci est assez subjectif puisqu’il ne répond évidemment pas à des catégories médiévales, mais il a le mérite de donner un aperçu de la composition du cartulaire.

Fig. 4. Cartulaire du Temple de Saint-Gilles : typologie des actes transcrits

Fig. 4. Cartulaire du Temple de Saint-Gilles : typologie des actes transcrits
  • 46 Patrick Geary, La mémoire et l’oubli..., op. cit., p. 131-169, et Pierre Chastang, Lire, écrire, t (...)
  • 47 Les actes no 5-6 résument par exemple les biens vendus par une certaine Marie (1188) qui font par (...)
  • 48 Pierre Chastang parle pour cette époque de « cartulaire-dossier » ; Lire, écrire, transcrire..., o (...)
  • 49 Ainsi que cela avait été noté d’une manière générale par Patrick Geary, La mémoire et l’oubli..., (...)

22Le recueil illustre avant tout l’acquisition du patrimoine (232 actes) : c’est donc un état des biens dressé lorsque s’achève la constitution de l’essentiel du temporel. La « vie religieuse » est représentée par une soixantaine de testaments et de contrats de confraternité qui n’ont été enregistrés que pour conserver la mémoire des legs et des donations effectués en faveur de l’ordre. Les arbitrages équivalent de même à des confirmations de droits de propriété. La réalisation du cartulaire entérine donc la grande phase de constitution du patrimoine de la maison de Saint-Gilles autour de laquelle est organisé un réseau de commanderies secondaires et de granges. Elle résulte de la nécessité de présenter un état des biens et des droits de l’institution, au travers d’un inventaire de ses archives. Mais cet inventaire est sélectif puisque le tri des actes originaux en vue de l’élaboration du cartulaire est un travail de manipulation de la mémoire de l’institution46. En ce sens, l'Authentique de Saint-Gilles est bien un monument archivistique servant à affirmer le dominium des Templiers sur leurs possessions face aux laïcs et aux autres seigneurs ecclésiastiques, et notamment l’abbé de Saint-Gilles. Il documente également la gestion quotidienne de la maison puisque y apparaissent les cessions à bail (99 actes). A ce titre, il a continué à servir après la disparition de l’ordre ainsi que l’attestent les notes marginales rajoutées au bas Moyen Age. La transcription de censiers concernant les rentes levées dans les castra d’Aubais (no 258), de Calvisson (no 299) et de Générac (no 336-338) participe de cette fonction utilitaire, tout comme les dossiers documentant certaines parties du patrimoine47. La constitution de dossiers destinés à défendre des droits en justice est tout à fait typique de cette génération de cartulaires48. Le soin porté à garantir les possessions explique notamment l’insertion dans le cartulaire d’actes laïques — il y en a une soixantaine — qui documentent certains biens avant leur acquisition par l’ordre (doc. 2). La « mémoire généalogique » des biens concernés par ces munimina ne remonte pas au-delà de deux générations49. En témoigne par exemple un dossier de huit actes relatifs à la famille Ricard (no 260-268).

Fig. 5. La « mémoire généalogique » des biens dans le cartulaire : l’exemple des Ricard

Fig. 5. La « mémoire généalogique » des biens dans le cartulaire : l’exemple des Ricard

1 : 1155 : achat à Peire de Pondra d’un droit d’albergue (no 263).
2 : NB : en 1187, un homonyme (attesté de nombreuses fois dans le cartulaire) élit sépulture au Temple de Saint-Gilles (no 228).
3 : 1172 : avec Raimon Ricard, fils de son mari défunt, elle conclut un litige avec Adhémar d’Estagel à propos de la seigneurie sur un moulin sur l’Aigalade.
4 : 1184 : avec son fils Raimon Ricard, elle achète à Sauzina le 6e du moulin de l’Aigalade (no 287).
5 : 1172 : sa tante Claire lui donne un manse à Souvignargues (no 264).
1179 : achat à Saurine d’Estagel du 8e du moulin de l’Aigalade (no 265).
1182 : achat à Adhémar d’Estagel et à son épouse Azalaïs du quart du moulin de l’Aigalade (no 260).
1184 : avec sa mère Coirana, achat à Flandine de deux terres et de vignes sur le territoire de « Pondie » (no 259).
1192 : avec sa mère Coirana, il donne en facherie le moulin sur l’Aigalade à Pons Andrieu de Saint-Pancras (no 266).
mars 1194 : avec son épouse, ils se confirment des biens mutuellement (no 262).
janv. 1195 : il se fait confrère à la maison du Temple de Saint-Gilles et donne tous ses biens [un Bernat Ricard est alors mentionné comme templier parmi les témoins] (no 261).
NB : Bien d’autres Ricard apparaissent dans le cartulaire, mais n’ont été pris en compte que ceux pour lesquels il était possible d’établir un lien généalogique.

  • 50 L’expression est de Patrick Geary, ibid., p. 126.

23Les ordres militaires étant des ordres nouveaux, attachés à des réseaux lignagers dont l’ascension sociale pouvait elle-même être récente, il n’est guère étonnant que la mémoire des biens possédés ne remonte jamais très loin dans le temps. Malgré tout, la « généalogie de la terre »50 rend possible une généalogie des lignages liés à l’ordre.

Un instrument au service de la cohésion sociale entre Templiers et laïcs

  • 51 CaRi, no 60 (11 septembre 1147), no 32 (août 1148), no 60 (4 juin 1150), no 145 (28 août 1157), no(...)
  • 52 CaTSG, no 97, 105, 367 et 375.
  • 53 CaRi, no 187 ([18 janvier-18 juin] 1151).
  • 54 La compilation des actes de la maison de Richerenches, terminée vers 1214, a sans doute été élabor (...)
  • 55 L’un des premiers à avoir mis ce phénomène en évidence est Jean-Philippe Genet, « Cartulaires, reg (...)

24Les préambules des transactions copiées dans les cartulaires de Richerenches et de Roaix rappellent à l’envi le rôle de l’écrit dans la fixation de la mémoire51. Plusieurs transactions du codex de Saint-Gilles sont également qualifiées de « carta memorialis »52. La terre est donc bien au cœur de la transmission de la memoria, puisque c’est au travers du patrimoine, autour duquel se constitue alors le lignage, que les archives monastiques conservent le souvenir des familles liées à leur établissement. A Richerenches en 1151, Uc de Bourbouton, à l’approche de la mort, dresse la description de la seigneurie de Bourbouton qu’il a contribué à rassembler entre les mains des Templiers53. A cette occasion, c’est également l’histoire de son lignage qu’il retrace, ranimant à la mémoire de tous, les gestes de l’ensemble de sa parentèle large — incluant son fils, son neveu, ses cousins et ses alliés — en faveur de la commanderie. En définitive, c’est toute l’histoire de la fondation de la commanderie de Richerenches, intimement liée à celle du lignage de Bourbouton et de ses amis, qui est résumée ici. La rédaction d’un cartulaire vient alors clore cette œuvre de mémoire : probablement rédigé à l’initiative d’Uc de Bourbouton lui-même, alors devenu commandeur de Richerenches (1145-1151), l’ouvrage est un outil de gestion domaniale autant qu’un monument archivistique destiné à perpétuer le souvenir de la famille fondatrice54. Dans le Bas-Rhône, nul autre cartulaire d’un ordre militaire ne réaffirme aussi clairement les liens entre une commanderie et un lignage de patrons. Pourtant, tous sont également porteurs d’une démarche historique puisqu’ils fixent les diverses étapes de la constitution patrimoniale des commanderies. Ce faisant, ils intègrent donc à leur histoire celle des différentes familles qui ont contribué à leur développement55. Le phénomène ressort à l’évidence lorsque les cartulaires incorporent des chartriers laïques versés aux archives de la maison après l’acquisition des biens qui y sont consignés.

  • 56 Le dossier est circonscrit entre les nos 173 et 222. Douze actes laïques, a priori sans rapport av (...)
  • 57 CaTSG, no 175 : testament d’Azalaïs, épouse de Vidian, léguant tous ses biens à l’ordre (mai 1184) (...)
  • 58 On trouve un cas semblable dans le cartulaire de l’Hôpital de Saint-Gilles : celui-ci s’ouvre par (...)

25Le souvenir de Vidian Gasinel d’Aubais (1159-1193) nous a été entièrement préservé par le cartulaire de Saint-Gilles qui conserve une quarantaine de chartes privées relatives à son lignage. Celles-ci ont été regroupées dans un dossier bien individualisé figurant dans la partie réservée aux possessions de la région d’Aubais56. Huit actes relatent les interventions du chef de famille et des siens en faveur des Templiers, auxquels s’ajoutent trente-et-une autres transactions économiques conclues avec des laïcs de son entourage. Au sein de ce dossier, le cartulariste a veillé à ce que les actes les plus importants délivrés en faveur du Temple se suivent57. Cette quarantaine d’actes permet en effet de reconstituer une partie de la parentèle et du temporel de Vidian. Chef d’une famille alleutière vivant à Aubais et possessionnée autour de ce castrum, Vidian s’est donné au Temple comme confrère avant 1183. L’année suivante, sa femme Azalaïs a légué tous ses biens à l’ordre. En 1191, à la suite d’un litige, il a confirmé la donation de soi et de ses biens. Une fois les deux époux disparus sans descendance directe, tous leurs biens échoient au Temple, et leurs archives avec. Leur chartrier a donc été intégré au cartulaire. Dans ce cas comme dans bien d’autres, l’objectif du cartulariste fut avant tout de préserver la mémoire des biens acquis par son ordre58. Mais à travers cette mémoire patrimoniale, c’est le souvenir des lignages liés à la maison monastique qui s’est perpétué. Sans doute les laïcs en étaient-ils conscients lorsqu’ils donnaient des terres. Le cartulaire-monument, en inscrivant sur le parchemin les liens d’amitié privilégiés noués entre la commanderie et ses voisins laïques, sert donc la cohésion sociale.

  • 59 Sur l’usage que les ordres militaires du Midi ont fait du droit, je me permets de renvoyer à ma th (...)
  • 60 CaRi, p. XI.

26Réalisé entre 1199 et 1203, l'Authentique du Temple de Saint-Gilles fournit une bonne illustration de la portée des cartulaires monastiques, à la fois outils de gestion et instruments au service du dominium seigneurial, comme du lien social entre les religieux et leurs voisins laïcs. Par son organisation matérielle, comme par la valeur des transcriptions, ce codex s’intègre tout à fait dans le mouvement de production des cartulaires méridionaux, entre le XIIe siècle et le XIIIe siècle. La part prise par les ordres militaires dans ces nouvelles pratiques scripturaires et archivistiques participe d’un intérêt certain pour les progrès juridiques mis à profit dans la défense des droits des commanderies59. La comparaison entre le cartulaire de Richerenches d’un côté, et ceux de Saint-Gilles ou de Trinquetaille de l’autre, est sur ce point éloquente. Le premier, commencé dès le milieu du XIIe siècle, concerne une commanderie rurale. Il porte la marque dominante d’un même lignage, et il reflète la forte influence d’un milieu ecclésiastique très présent autour de cette maison — peut-être même fut-il transcrit par un scribe monastique60. Il témoigne enfin d’une spiritualité très traditionnelle qui transparaît dans les préambules, les références évangéliques et les clauses comminatoires. Les codices de Saint-Gilles et de Trinquetaille concernent des commanderies urbaines. Ils révèlent une nébuleuse de milites et d’alleutiers gravitant autour des maisons des ordres militaires. Les références scripturaires ont disparu, tout comme les traditionnelles menaces spirituelles : on est définitivement entré dans l’âge du notariat et du droit romain.

Notes

1 Le développement de ce réseau est présenté à grands traits dans Damien Carraz, « Les ordres militaires et la ville (XIIe-XIIIe siècles). L’exemple des commanderies urbaines de la basse vallée du Rhône », Annales du Midi, no 239, 2002, p. 275-292. Pour une mise en perspective à l’échelle du Midi, Dominic Selwood, Knights of the Cloister. Templars and Hospitaliers in Central-Southern Occitania (1100-1300), Woodbridge, 1999.

2 Daniel Le Blévec, Alain Venturini, « Cartulaires des ordres militaires, XIIe-XIIIe siècles (Provence occidentale - basse vallée du Rhône) », dans Les cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’Ecole nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS (Paris, 5-7 décembre 1991), réunis par Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse, Paris, 1993, p. 451-466 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 39).

3 Arch. mun. d’Arles, GG 90 (désormais abrégé CaTSG). La numérotation des actes est de mon fait.

4 CaTSG, no 2 (1139).

5 Leur maison est citée pour la première fois en 1150 (CaTSG, no 272).

6 Daniel Le Blévec, Alain Venturini, Cartulaire du prieuré de Saint-Gilles de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem (1129-1210), Turnhout-Paris, 1997, p. X (désormais abrégé CaHSG). Les deux cartulaires durent quitter la maison prieurale de Saint-Gilles avec l’ensemble des archives lors des troubles religieux de 1562. En 1610, celui du Temple est également conservé à la maison de Saliers, comme l’attestent les copies d’actes relatifs au lignage des Porcelet effectuées par le notaire arlésien Elias Arfueille (Bibl. mun. de Carpentras, ms. 1845 : copie des actes du CaTSG, nos 138, 139, 142, 143, 145, 146, 147, 148, 253, 254, 348, 349). Dans la première moitié du XVIIe siècle, l’ouvrage se trouve au prieuré de l’ordre de Malte à Arles, où certains de ses actes sont collationnés par Guillaume Raybaud, secrétaire général du prieuré (nos 90, 981, 393). Lors du transfert du fonds de l’ordre de Malte aux nouvelles archives départementales à Marseille en 1796, les deux cartulaires restent à Arles avec de nombreux autres parchemins et papiers. Ils finiront alors par intégrer les archives municipales.

7 Bib. nat. de France, nouv. acq. lat. 5 et 12. Cette campagne de transcription n’a pas tenu compte de l’intérêt du cartulaire en tant qu’objet historique, mais n’y a vu qu’un réservoir d’actes puisque la classification des copies n’a pas respecté l’ordre du recueil pour préférer un classement chronologique des actes. Bien que tributaire des conceptions de son époque, la contribution de cet érudit à la connaissance de l’ordre fut immense. Sur ce point, Humbert de Terrebasse, Le Marquis d’Albon, Lyon, 1913, et Emile-Guillaume Léonard, Gallicarum militiae Templi domorum earumque praeceptorum seriem secundum Albonensia apographia in Bibliotheca nationali parisiensi asservata, Paris, 1930.

8 Pour une réflexion récente sur le concept de memoria et sur son utilisation par les médiévistes, Michel Lauwers, « Memoria. À propos d’un objet d’histoire en Allemagne », dans Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Age en France et en Allemagne, éd. Jean-Claude Schmitt, Otto Gerhard Oexle, Paris, 2002, p. 105-126.

9 CaHSG, p. X-XVII.

10 Par exemple au fol. 36vo, l’indication marginale mentionne : « Hec est carta de orto Iohannis Rufi », alors que la rubrique s’en tient à : « Emtio de orto Iohannis Rufi ».

11 Sur le terme d’« Authentique », popularisé aux XVIIe-XVIIIe siècles, Daniel Le Blévec, Alain Venturini, « Cartulaires des ordres militaires... », op. cit., p. 458.

12 Dans l’aire occitane, les documents de gestion en latin farci sont surtout fréquents en Languedoc ; Jérôme Belmon, Françoise Vielliard, « Latin farci et occitan dans les actes du XIe siècle », dans Pratiques de l’écrit documentaire au XIe siècle, éd. Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse, Paris-Genève, 1997, p. 173-175 (= Bibliothèque de l’École des chartes, t. 155, 1997).

13 Ces dates, proposées par les éditeurs de chaque cartulaire, sont reprises par Daniel Le Blévec, Alain Venturini, « Cartulaires des ordres militaires... », op. cit., p. 462-463.

14 Acte no 164; original: arch. mun. d’Arles, GG 85, no 16.

15 Acte no 106; original: arch. mun. d’Arles, GG 85, no 3. Peire Guilabert est un notaire attesté entre 1185 et 1202 dans les actes du Temple.

16 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (XIe-XIIe siècles), Paris, 2001, p. 200-209 et p. 272-306 (CTHS — Histoire, 2).

17 Il s’agit des actes nos 46/47, 177/197, 193/194, 203/225 et 220/250.

18 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône (désormais ADBdR), 56 H 5299 ( = CaTSG, no 347), 56 H 5302 (= no 141) ; arch. mun. d’Arles, GG 85, no 1 (= no 86) et no 2 ( = no 113).

19 A l’exception des folios 102vo-104vo, effectivement complétés, des espaces ont été préservés aux folios 145 et 164, après les censiers d’Aubais et de Calvisson, mais ils n’ont pas été utilisés.

20 Il s’agit, au folio 218, d’un diplôme de saint Louis confirmant les biens du Temple dans les sénéchaussées de Carcassonne et de Beaucaire (août 1258). Un acte de 1266, aujourd’hui illisible, a été rajouté au verso.

21 ADBdR, B 433. Le terme désigne en effet plus fréquemment des registres de toutes sortes qu un cartulaire stricto sensu ; Olivier Guyotjeannin, « Le vocabulaire de la diplomatique en latin médiéval », dans Vocabulaire du livre et de l’écriture au Moyen Age. Actes de la table ronde (Paris, 24-25 septembre 1987), éd. Olga Weijers, Turnhout, 1989, p. 131.

22 Hec sunt cane Egidienses (fol. 1), Hec sunt cane de Pelamonachis (fol. 34, actes no 46-73), Hec sunt carte de Salegio (fol. 52, actes no 74-166), Hec sunt carte Dalbais (fol. 105, actes no 167-338) et Hec sunt cane de Nemauso (fol. 187vo, à partir du no 339).

23 CaHSG, p. XVI. C’est aussi le cas à la commanderie d’Avignon, au moins sous l’Ancien régime : Claude-France Hollard, Cartulaire et chartes de la commanderie de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem d’Avignon au temps de la Commune (1170-1250), Paris, 2001, p. 19.

24 CaTSG, no 1 : cession en emphytéose d’un terrain jouxtant la maison du Temple (23 janvier 1156) ; et no 2 : concession du droit de mesure des grains vendus à Saint-Gilles (1139).

25 Sur ce phénomène dans cette partie du Bas-Languedoc, Anne Parodi, Claude Raynaud, Jean-Marc Roger, « La Vaunage du IIIe siècle au milieu du XIIe siècle. Habitat et occupation des sols », Archéologie du Midi Médiéval, t. 5, 1987, p. 15-29, et Aline Durand, Les paysages médiévaux du Languedoc (Xe-XIIe siècles), Toulouse, 1998, p. 103-115. Le processus d’incastellamento ressort nettement, dès le milieu du XIIe siècle, des chartes du cartulaire de Richerenches : Michèle Bois, Le sud du département de la Drôme entre le et le XIIIe siècle. Organisation du terroir, fortifications et structure d’habitat, thèse de doctorat, Université de Provence, 1992, p. 112-117.

26 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 121-127, et pour la nouvelle perception de l’espace liée à l’encellulement, p. 185-199.

27 Ces déplacements dans le paysage environnant le centre seigneurial, effectués par le medium de l’écrit, rappellent l’itinérance sur le terrain qui préside à l’établissement des « livres fonciers » seigneuriaux ; Robert Fossier, Polyptiques et censiers, Turnhout, 1978, p. 38.

28 Ainsi, une série d’actes relatifs au lignage des Porcelet (no 138-148), et portant sur des terres cédées à l’ordre dans l’embouchure du Petit-Rhône (La Vernède, Venrella, Consoude...), a été classée dans la partie réservée au site de Saliers, localisé à une vingtaine de kilomètres en amont.

29 Marquis de Ripert-Monclar, Cartulaire de la commanderie de Richerenches de l’ordre du Temple (1136-1214), Avignon-Paris, 1907 (désormais abrégé CaRi). Ce cartulaire doit être mis à part car, pour des raisons qui sont évoquées plus loin, les premières acquisitions sont fort bien documentées dès la fondation de la maison.

30 Les Templiers donnent des biens à bail au Luc (no 279, 9 mars 1150/1 ; no 346, 1162), à Olozargues (no 246, 1158), à Marguerittes (no 342, 1160), à Saint-Gilles (no 42, 1160), à Manduel (no 346, 1162), à Bédilhan (no 280, janvier 1165/6) etc. Dès les années 1160, ils possèdent encore des points d’ancrage au Caylar, à Aimargues ou à Calvisson, qui semblent bien prouver qu’ils ont déjà rassemblé en ces lieux un temporel suffisant pour justifier la fondation des premières granges, no 276 (novembre 1161) et no 169 (septembre 1167).

31 Par exemple, Valentia reconnaît en 1164 qu’elle a donné une maison (no 23, juin 1164). Et en 1196 Raimon de Saint-Sauveur confirme une vente effectuée dix-huit ans plus tôt, dont le cartulaire ne conserve pas d’autre trace (no 45, 1er novembre 1196).

32 L’inventaire des archives du Temple d’Arles dressé en 1308 (ADBdR, B 433) ne mentionne aucun acte antérieur à 1156, alors que l’activité de cette maison débute dès les années 1140.

33 Patrick Geary, La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, 1996, p. 133-134.

34 ADBdR, 56 H 5302 (confirmation d’Alexandre III, 18 mars 1179), 56 H 5292 (échange avec Raimon V, janvier 1161), 56 H 5295 (transaction avec Raimon V, août 1194). À l’inverse de son homologue de l’Hôpital qui conserve 17 actes comtaux, le cartulaire du Temple ne témoigne pas d’un soutien particulier des Toulousains. Le seul privilège général émanant d’Alphonse Jourdain est relégué au début des actes relatifs à Nîmes (no 339, 1134).

35 ADBdR, 56 H 5299 (concession de la chapelle de Saint-Pierre de Campublic par l’archevêque d’Arles, 1193), AD Gard, H 39 (partage d’un honneur avec Franquevaux, février 1188). Deux litiges avec l’Hôpital où le Temple est perdant figurent dans le cartulaire du premier, mais non du second (CaHSG, no 348, avril 1191 ; no 82, juin 1197).

36 ADBdR, 56 H 5289. Les Hospitaliers n’ont pas agi autrement avec l’acte qui leur avait été concédé exactement dans les mêmes termes en 1157 (CaHSG, suppl. 1). En revanche, ces deux actes se suivent dans le bullaire de l’abbaye de Saint-Gilles (Bib. nat. de France, ms. lat. 11018, fol. 70 vo-73). Une autre omission est commune aux cartulaires des deux ordres militaires : il s’agit de la confirmation de leurs possessions respectives à Saint-Gilles, qui réitère l’interdiction d’acquérir des biens infra villam Sancti Egidii et fait le compte des cens dus au monastère (pour l’Hôpital : CaHSG, suppl. 2, décembre 1174 ; et le Temple : 56 H 5289, 13 juin 1202).

37 Le dernier acte, daté de mars 1203 (ri 378), donne un terminus post quem. En avril 1203 puis en février 1204, deux échanges passés avec l’Hôpital figurent dans le cartulaire de cet ordre (CaHSG, no 193 et no 202), mais ne paraissent plus dans celui du Temple, alors qu’ils auraient pu y être consignés. En effet, en juillet 1202 encore, le Temple et l’Hôpital se confirment mutuellement leurs possessions à Saliers et ces deux actes apparaissent dans les cartulaires des deux ordres (CaTSG, no 383 = CaHSG, no 83 ; et CaTSG, no 384 = CaHSG, no 84).

38 Après le préceptorat de Saint-Gilles, on le retrouve maître en Provence (1204-1210). Puis, après un intermède comme commandeur de Monzon, en Aragon (1210-1212), il devient maître en Provence et partie des Espagnes (1212-1232), charge qu’il accomplit brillamment en la cumulant pour un temps avec celle de magister cis mare (1215-1216).

39 En effet, l’acte le plus récent de la partie du cartulaire attribuable à la même main est de novembre 1198 (no 15). Les actes postérieurs sont de 1199, pour les nos 163, 164, 166, d’une main différente, et de février 1199-mars 1203, pour les rajouts en fin d’ouvrage.

40 Paul-Antonin Amargier, Cartulaire de Trinquetaille, Aix-en-Provence, 1972, p. II ; CaHSG, p. XIII.

41 En limitant l’inventaire aux scribes ou aux notaires les plus fréquemment mentionnés au service du Temple dans le cartulaire : Peire Rostan (1139-1166), Raimon Bodonus (1167-1204), Raimon de Posquières (1175-1194), Bermon (1183-1189), Peire Guilabert (1185-1202), Estève Grailla (1195-1209).

42 Peire de Rothenis (1151-1167), Louis (1156-1173), Peire Petit (1167-1188), Bernat de Ornes (1180-1198), Amic (1191-1195) (les notaires mentionnés une seule fois n’ont pas été comptés).

43 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 304.

44 Signalons toutefois que les Templiers disposaient dans leur proche entourage de clercs lettrés : plusieurs prêtres rédigent ainsi des chartes pour leur compte, no 202 (octobre 1191), 219 (1184), 227 (1183), 275 (c. 1190). D’autre part, à l’instar de l’Hôpital, sans doute comptaient-ils quelques frères capables d’écrire, ADBdR, 56 H 5289 (janvier 1177, le scribe est un chapelain de l’ordre), 56 H 5305 (février 1228, un frère est appelé Guillelmus gramaticus).

45 Daniel Le Blévec, Alain Venturini, « Cartulaires des ordres militaires... », op. cit., p. 460.

46 Patrick Geary, La mémoire et l’oubli..., op. cit., p. 131-169, et Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 18-23.

47 Les actes no 5-6 résument par exemple les biens vendus par une certaine Marie (1188) qui font par la suite l’objet d’une contestation de la part de son second époux (1195). Une autre série d’actes (no 8-10) rassemble une donation du seigneur de Posquières, sa confirmation et le rachat des droits grevant l’honneur donné.

48 Pierre Chastang parle pour cette époque de « cartulaire-dossier » ; Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 353-354. Il faut toutefois souligner que ce cartulaire ne semblait pas être utilisé comme valeur probatoire en justice. On a plusieurs cas de litiges où les Templiers ou bien la partie adverse apportent une charte comme preuve, arch. mun. d’Arles, GG 87, no 26 (mai 1201) ; ADBdR, 56 H 5181 (juillet 1215), 56 H 5179 (19 janvier 1231), 56 H 5186 (23 novembre 1234). Mais il n’est en revanche jamais question de « cartulaire ».

49 Ainsi que cela avait été noté d’une manière générale par Patrick Geary, La mémoire et l’oubli..., op. cit., p. 123-124.

50 L’expression est de Patrick Geary, ibid., p. 126.

51 CaRi, no 60 (11 septembre 1147), no 32 (août 1148), no 60 (4 juin 1150), no 145 (28 août 1157), no 141 ([1158]), no 85 (10 mai 1160), no 178 (26 novembre 1164), no 86 (15 octobre 1167) etc. ; et Ulysse Chevalier, Cartulaires des Hospitaliers et des Templiers en Dauphiné, Vienne, 1875, no 108 (8 novembre 1138), no 120 (s.d., carta commemorationis), no 129 (1164), no 165 (21 mars 1176), et no 181 (15 février 1210).

52 CaTSG, no 97, 105, 367 et 375.

53 CaRi, no 187 ([18 janvier-18 juin] 1151).

54 La compilation des actes de la maison de Richerenches, terminée vers 1214, a sans doute été élaborée en deux temps. Uc de Bourbouton est probablement à l’origine de la première partie due à un seul scribe, et qui s’individualise assez nettement par ses caractères codicologiques comme par son contenu, CaRi, p. X-XI.

55 L’un des premiers à avoir mis ce phénomène en évidence est Jean-Philippe Genet, « Cartulaires, registres et histoire : l’exemple anglais », dans Le métier d’historien au Moyen Age. Études sur l’historiographie médiévale, éd. Bernard Guenée, Paris, 1977, p. 95-96.

56 Le dossier est circonscrit entre les nos 173 et 222. Douze actes laïques, a priori sans rapport avec le lignage de Gasinel, sont intercalés dans ce groupe (no 199, 202-204, 209-212, 214, 217, 219-220).

57 CaTSG, no 175 : testament d’Azalaïs, épouse de Vidian, léguant tous ses biens à l’ordre (mai 1184) ; no 176 : Vidian reconnaît s’être donné comme confrère (avril 1183) ; no 177 : Vidian donne à l’ordre la moitié de son honneur et reçoit 1000 sous melgoriens (1182) ; et no 178 : Vidian donne tout ce que Guilhem Durant tient de lui à Cabrières (6 juin 1193).

58 On trouve un cas semblable dans le cartulaire de l’Hôpital de Saint-Gilles : celui-ci s’ouvre par un dossier d’une trentaine de chartes délivrées par divers membres de la famille du Caylar, soit en faveur de l’ordre, soit auprès d’autres laïcs, CaHSG, no 1-11, no 13-23 et no 26-34.

59 Sur l’usage que les ordres militaires du Midi ont fait du droit, je me permets de renvoyer à ma thèse Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales. L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1314), Université Lumière-Lyon II, 2003.

60 CaRi, p. XI.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Fig. 3. Distribution chronologique des actes du cartulaire de Saint-Gilles
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1380/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 4. Cartulaire du Temple de Saint-Gilles : typologie des actes transcrits
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1380/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 5. La « mémoire généalogique » des biens dans le cartulaire : l’exemple des Ricard
Légende 1 : 1155 : achat à Peire de Pondra d’un droit d’albergue (no 263).2 : NB : en 1187, un homonyme (attesté de nombreuses fois dans le cartulaire) élit sépulture au Temple de Saint-Gilles (no 228).3 : 1172 : avec Raimon Ricard, fils de son mari défunt, elle conclut un litige avec Adhémar d’Estagel à propos de la seigneurie sur un moulin sur l’Aigalade.4 : 1184 : avec son fils Raimon Ricard, elle achète à Sauzina le 6e du moulin de l’Aigalade (no 287).5 : 1172 : sa tante Claire lui donne un manse à Souvignargues (no 264).1179 : achat à Saurine d’Estagel du 8e du moulin de l’Aigalade (no 265).1182 : achat à Adhémar d’Estagel et à son épouse Azalaïs du quart du moulin de l’Aigalade (no 260).1184 : avec sa mère Coirana, achat à Flandine de deux terres et de vignes sur le territoire de « Pondie » (no 259).1192 : avec sa mère Coirana, il donne en facherie le moulin sur l’Aigalade à Pons Andrieu de Saint-Pancras (no 266).mars 1194 : avec son épouse, ils se confirment des biens mutuellement (no 262).janv. 1195 : il se fait confrère à la maison du Temple de Saint-Gilles et donne tous ses biens [un Bernat Ricard est alors mentionné comme templier parmi les témoins] (no 261).NB : Bien d’autres Ricard apparaissent dans le cartulaire, mais n’ont été pris en compte que ceux pour lesquels il était possible d’établir un lien généalogique.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1380/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540