Version classiqueVersion mobile

Les Cartulaires méridionaux

 | 
Daniel Le Blévec

Cartulaires cathédraux, réforme de l’Église et aristocratie : l’exemple des cartulaires d’Arles (v. 1093-1095) et d’Apt (v. 1122-1124)*

Florian Mazel

Texte intégral

  • * Cet article a profité des fructueuses discussions que j’ai eues à plusieurs reprises avec Pierre C (...)

« Il en faudra du temps pour repérer les documents dispersés çà et là, pour les réunir en un tout !... »
Leonardo Sciascia, Le Conseil d’Égypte

  • 1 Pour une présentation de tous ces cartulaires et des éventuelles éditions dont ils ont fait l’obje (...)

1La Provence a la chance de conserver un assez grand nombre de cartulaires ou de fragments de cartulaires d’églises cathédrales, des volumes qui ont jusqu’à présent suscité moins d’intérêt et moins d’études que les cartulaires monastiques. Plusieurs d’entre eux datent du XIIe siècle : le cartulaire dit « Autographe B » de l’archevêque d’Arles, les cartulaires d’Apt, Avignon et Nice, ainsi que les fragments d’Orange et Cavaillon. Au XIIIe siècle, viennent s’y ajouter quatre cartulaires arlésiens (le cartulaire du chapitre et les Livres noir, vert et rouge de l’archevêque), le cartulaire de l’évêque d’Avignon, les deux cartulaires marseillais (le Livre jaune du chapitre et le Livre vert de l’évêque) et le cartulaire de l’archevêque d’Aix (registre dit « Thesaurus »)1.

  • 2 « Authentique du chapitre », Bibl. d’Arles, ms. 1242, fol. l-106v (désormais abrégé cartulaire A)  (...)
  • 3 Grasset (vicomte de), « Polyptyque de Notre-Dame de la Seds et de Saint-Sauveur d’Aix », Revue d’H (...)
  • 4 Noël Didier, Henri Dubled, Jean Barruol, Cartulaire de l’Eglise d’Apt, 835-1130 ( ?), Paris, 1967 (...)

2On a surtout la chance, avec la première partie du manuscrit dit « Authentique du chapitre » d’Arles, de disposer d’un cartulaire de la fin du XIe siècle, ce qui en fait non seulement le plus ancien des cartulaires cathédraux méridionaux, mais aussi le second cartulaire rédigé en Provence après celui du monastère Saint-Victor de Marseille, compilé peu après 10802. Avec le fameux polyptique de la cathédrale d’Aix des environs de 1050-1056, ce cartulaire représente la seule source produite par un milieu cathédral parvenue jusqu’à nous en original3. Le cartulaire d’Apt est le second, chronologiquement, des cartulaires cathédraux à avoir été compilé en Provence, dans la troisième décennie du XIIe siècle4.

  • 5 Sur la réforme en Provence, je me permets de renvoyer à Florian Mazel, La noblesse et l’Église en (...)
  • 6 Sur ce contexte, Michael Clanchy, From Memory to Written Record. England, 1066-1307, Oxford-Cambri (...)
  • 7 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas Langued (...)

3Cette relative proximité dans le temps n’est pas le seul trait qui le rapproche du cartulaire arlésien. Par leurs nombreux points communs en terme de contenu et de structure, l’un et l’autre permettent en effet de mettre en lumière les caractères complexes de la réforme de l’Eglise en Provence5 et d’approcher certaines des modalités qui unissent celle-ci au souci d’une formalisation archivistique nouvelle, commun à l’ensemble de l’Europe occidentale dans la seconde moitié du XIIe siècle6. Se dégage alors, à la faveur d’une comparaison fructueuse avec les cartulaires bas languedociens, rendue possible par la récente thèse de Pierre Chastang7, un type de cartulaire cathédral, ou pour être plus juste d’église cathédrale, non encore déterminé par les effets de la réforme grégorienne.

I. — Le cartulaire d’Arles (vers 1093-1095)

Présentation du cartulaire

  • 8 Sur ce point et pour l’histoire du manuscrit, voir Estelle Bœuf, Le cartulaire authentique..., op. (...)
  • 9 Une fois écartée cette fausse lettre (située aux folios 91v-93) et les doublons, les documents se (...)

4Ce que l’on a coutume d’appeler, depuis la fin du XVIIIe siècle, le cartulaire « Authentique » du chapitre d’Arles, aujourd’hui conservé sous la cote 1242 à la bibliothèque municipale d’Arles, est en fait un volume probablement relié à la fin du Moyen Age ou à la période moderne — avant 1639 en tout cas — réunissant deux cartulaires rédigés à deux époques distinctes, la fin du XIe siècle et le début du XIIIe siècle, selon des préoccupations fort différentes8. Le premier cartulaire (cartulaire A) comprend les treize premiers cahiers du manuscrit actuel, soit les feuillets 1 à 106v, et rassemble 126 documents (dont trois doublons) dont les dates s’étalent, à l’exception d’une fausse lettre attribuée à l’épiscopat de Césaire (502-542), du début du IXe siècle à 10939. Le premier folio porte en haut du recto, en lettres majuscules, le titre suivant : « Liber Sancti Stephani vel Sancti Trophimi Arelatensis aecclesiae de rebus ibidem pertinentibus ».

  • 10 Sur Aicard, voir Florian Mazel, La noblesse et l’Eglise..., op. cit., p. 213-222.

5L’acte le plus tardif datant de 1093 et le dernier archevêque mentionné étant Aicard, qui part pour la croisade aux côtés de Raimon IV de Saint-Gilles en 1095 — et n’en revient qu’au début du XIIe siècle —, on peut raisonnablement supposer que le Liber a été rédigé vers 1093-1095, c’est-à-dire vers le milieu de l’épiscopat difficile d’Aicard, théoriquement déposé par le pape Grégoire VII et remplacé par Gibelin depuis 1080, mais qui parvient à rester à la tête du diocèse jusqu’à sa disparition vers 1105-111310.

  • 11 Contra Estelle Boeuf, Le cartulaire authentique..., op. cit., p. XXXIV.

6Le classement topographique du cartulaire paraît assez sommaire, mais il existe bien11. Après une courte section de trois actes d’autorité (actes nos 1 à 3), les documents se répartissent en effet, à cinq exceptions près, en deux ensembles géographiques délimités par le cours du Grand Rhône et de la Durance. Une première partie regroupe les actes concernant les domaines qui se trouvent à l’ouest du Rhône et au nord de la Durance (actes nos 4, puis 8 à 45). Un seconde partie regroupe les actes des domaines situés à Arles et dans les environs de la cité (quartier de Trinque taille et pointe de la Camargue, qui font ainsi exception à la règle de partage fixée par le Rhône), ainsi que ceux situés à l’est du Rhône et au sud de la Durance (actes nos 46 à 124). Au sein de chacun de ces deux groupes, il ne semble pas y avoir de véritables sous-ensembles, même si dans la première on glisse progressivement du nord (comtés de Vaison, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Uzès, Nîmes) vers le sud (Argence, Camargue), avant une courte série d’actes mélangés, et dans la seconde, de la cité d’Arles vers le Trébon, la Crau, la région de Salon et le pourtour de l’étang de Berre, avant une nouvelle petite série d’actes mélangés.

  • 12 Sur cette hiérarchisation en Provence, voir Élisabeth Sauze, « Le polyptyque de Wadalde : problème (...)

7Par ailleurs, les rubriques qui chapeautent la plupart des actes montrent que pour le rédacteur et les utilisateurs potentiels du cartulaire, la répartition géographique du patrimoine de l’Église d’Arles est encore perçue à travers les grands cadres territoriaux postcarolingiens et précastraux. La quasi-totalité des rubriques sont des noms de lieu. Ces noms ne sont qu’exceptionnellement qualifiés (on rencontre une fois comitatus — pour Uzès — et une fois territorium — pour Vaison), mais ils correspondent bien à la hiérarchisation postcarolingienne en comté (comtés d’Arles, d’Avignon, de Nîmes, d’Uzès, de Vaison, de Saint-Paul-Trois-Châteaux), ager (ager Rubianum, ager Triphontium, ager de Argentia), et villa (villa Barcianica, villa Galzignano, villa Marignana...) que reflète par ailleurs le texte même de bien des actes des Xe et XIe siècles12.

  • 13 Estelle Boeuf, Le cartulaire authentique..., op. cit., p. XXXII.

8L’analyse paléographique, effectuée par Estelle Boeuf, montre que le Liber a été écrit d’une traite par un unique rédacteur anonyme13. L’ouvrage semble toutefois ne pas avoir été véritablement terminé si l’on en juge par les rubriques d’attente qui figurent parfois dans les marges et qui n’ont pas été réalisées aussi soigneusement, en grandes lettres noires, que la plupart de celles qui surmontent chaque nouvel acte.

L’œuvre du cartulariste

  • 14 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 221-355.

9Par sa structure et son contenu, et en dépit de sa désignation usuelle comme « Authentique » du chapitre due à son association avec le cartulaire B datant du XIIIe siècle, le cartulaire A apparaît plus complexe et plus original que les cartulaires cathédraux bas-languedociens du XIIe siècle récemment étudiés par Pierre Chastang (cartulaire du chapitre de Nîmes, fragments de cartulaires de l’archevêque de Narbonne, cartulaires du chapitre d’Agde)14. En effet, chose a priori plutôt curieuse au regard de sa date de compilation, le cartulaire arlésien concerne autant l’archevêque que le chapitre et représente en fait une forme d’inventaire des biens de l’Eglise d’Arles dans son ensemble, mense canoniale et mense épiscopale réunies, et cela en dépit de la réforme du chapitre initiée dès les années 1020-1030, ou plutôt en raison même des circonstances de cette réforme.

  • 15 Pour la dédicace de la cathédrale d’Arles et la translation de peu antérieure à 972, voir Eugène D (...)
  • 16 Cartulaire A, fol. 55v-57, 83v-84v, 88 (Inventaire, nos 62, 63, 105, 125).
  • 17 Cartulaire A, fol. 49-49v, 61v-62, 65v-66v (Inventaire, nos 47, 49, 51).
  • 18 Cartulaire A, fol. 4v-5v, 9-10v, 10v-11, 11-12, 12v-13, 16-18v, 18v-20v, 38v-40, 40v-4l, 58-59 (In (...)
  • 19 Le bref se trouve au folio 97 de l’« Authentique » et à la p. 99 de l’« Autographe » B (AD Bouches (...)

10Tout d’abord, à la différence des cartulaires d’Agde, il apparaît clairement que le cartulaire ne rassemble pas exclusivement les actes concernant les domaines de la seigneurie du chapitre telle que celle-ci nous est connue dans la seconde moitié du XIIe siècle : on y trouve autant d’actes se rapportant au patrimoine proprement épiscopal que d’actes concernant le patrimoine canonial. L’archevêque est en effet présent dans la quasi-totalité des actes. Lorsqu’il s’agit de biens ou de droits dits « de Saint Étienne » ou, à partir de la translation du corps de saint Trophime dans la cathédrale peu avant 972, de « Saint-Étienne et Saint Trophime », l’archevêque peut agir soit seul, soit avec le consentement ou l’accord de son chapitre — plus rarement du prévôt —, et cela même pour les actes les plus anciens (IXe siècle)15. A contrario, le cartulaire dans son ensemble ne compte que quatre actes où le chapitre ou le prévôt agissent seuls, en l’absence de l’archevêque16. L’archevêque est toujours seul dans les actes de concessions en bénéfice de biens de l’Église d’Arles17. Enfin, il est surtout seul à agir dans les actes qui concernent les abbayes — et leurs patrimoines — rattachés à l’episcopatus arlésien à la fin du IXe ou au début du Xe siècle, par les souverains carolingiens ou bosonides, c’est-à-dire les abbayes de Goudargues (diocèse d’Uzès), Cruas (diocèse de Viviers), Saint-Martin d’Arles, Saint-Césaire d’Arles, Saint-Geniès (des Alyscamps), Saint-André de La Cappe (diocèse d’Arles) et Saint-Roman d’Argence (diocèse d’Arles)18. De manière significative, le cartulaire contient — sous une rubrique réductrice — le premier véritable inventaire du patrimoine archiépiscopal : le « breve de honore » de l’archevêque Manassès, réalisé peu après 961/963 — un texte que le premier cartulaire spécifiquement archiépiscopal, rédigé vers 1178-1190 (l’« Autographe » B), prendra soin de recopier, mais qu’ignorera en revanche le cartulaire B du chapitre, au début du XIIIe siècle19.

  • 20 René Poupardin, Recueil des actes des rois de Provence (855-928), Paris, 1920, no 59.
  • 21 René Poupardin, Recueil des actes..., op. cit., no 21.
  • 22 GCNN, Arles, no 272. Pour la fausseté de cet acte, voir Harald Zimmermann, Papsturkunden, t. I, 89 (...)
  • 23 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 239-272.
  • 24 Dom Devic et Dom Vaissète, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, 1875, t. V, no 298. Voir Flor (...)
  • 25 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 221-238.

11Cette primauté de l’archevêque est confirmée par l’effet de lecture produit par l’ordre des actes du cartulaire et en particulier par le dossier d’ouverture (annexe I). Sur les trois actes qui constituent la section des autorités, les deux premiers se rapportent précisément à l’archevêque : le premier est le diplôme du roi de Provence Louis l’Aveugle, daté de 921, qui confirme la possession par l’archevêque de l’abbaye de Cruas et lui ajoute celle des abbayes d’Aniane et de Goudargues, ainsi que le port, le tonlieu, la monnaie d’Arles, et les juridictions sur les Grecs et les Juifs de la métropole20 ; le second est le diplôme par lequel le roi Boson (879-887) confirme les diplômes précédents, et perdus, de Lothaire Ier et Lothaire II accordant à l’archevêque d’Arles l’abbaye de Cruas21. Le troisième acte, plus général, est une fausse bulle, attribuée au pape Jean XIII (965-972), qui proclame le siège d’Arles premier des Gaules et « second après Rome » et affirme l’immunité complète de la terre de Saint-Etienne22. Par sa profondeur temporelle, qui ancre la seigneurie de l’archevêque d’Arles dans les temps carolingiens, comme par son contenu même, qui associe concession de droits régaliens (le contrôle d’abbayes royales, la monnaie, les péages, la juridiction des Juifs), immunité des terres d’Église et affirmation de la primatie de la métropole arlésienne, ce prologue a bien des traits communs avec ce que l’on peut deviner du dossier confectionné par l’archevêque Guifred de Narbonne dans les années 1060-1070 et qui est retranscrit au milieu du XIIe siècle dans plusieurs cartulaires aujourd’hui fragmentaires. En 1066, Guifred s’est d’ailleurs directement appuyé sur un diplôme de Charles le Chauve pour obtenir de Raimon IV de Saint-Gilles la moitié de la cité de Narbonne et le contrôle des tours23. Il ne serait pas étonnant qu’Aicard se soit appuyé sur le diplôme de Louis l’Aveugle pour obtenir du même Raimon IV, entre 1079 et 1082, la montatio sur les navires de passage à Arles ; la situation plus difficile de l’archevêque d’Arles l’a toutefois placé en position nettement plus défavorable que Guifred face à Raimon IV24. L’effet de lecture produit par le dossier d’ouverture est en outre prolongé par les actes qui le suivent dans la première série d’actes patrimoniaux (biens situés outre Rhône et outre Durance) et qui sont, pour la plupart, des actes de précaire concédés par les archevêques, au cours du Xe siècle, sur les biens des abbayes épiscopales de Goudargues, Saint-Césaire et Saint-André (annexe I). Cette étroite connexion entre le dossier d’ouverture et les premiers actes patrimoniaux explique sans doute pourquoi le cartulaire commence par les biens les plus éloignés d’Arles, la deuxième série (les biens situés à l’est du Rhône et au sud de la Durance) s’ouvrant par des actes concernant la cité d’Arles elle-même et des biens attribués au chapitre seul. La logique topographique du cartulaire apparaît ainsi presque inverse de celle mise en oeuvre dans le cartulaire de Nîmes dans les années 1120, qui est bien, lui, un véritable cartulaire du chapitre (il s’intitule d’ailleurs « Liber de honore canonicorum »)25.

  • 26 Estelle Boeuf, Édition du chartrier de l'archevêché d’Arles (417-1202), thèse de l’École des chart (...)
  • 27 On peut aussi relever l’absence des célèbres actes d’autorité tardo-antiques qui figurent en premi (...)

12Tous ces éléments permettent-ils pour autant de parler de cartulaire épiscopal ? Deux choses nous en empêchent. La première est le tri auquel semble avoir procédé le scribe du cartulaire, qui ignore certains actes de l’archevêque Aicard pourtant antérieurs à la compilation et qui seront jugés, à la fin du XIIe siècle, fondamentaux pour la seigneurie archiépiscopale, à savoir la concession par le comte Raimon IV de Saint-Gilles, vers 1079-1082, de plusieurs droits, églises et seigneuries du comté d’Arles, et la restitution par le lignage des Baux de droits importants au Pont-Saint-Geniès en 109126. Si le cartulaire avait pour but principal d’inventorier entièrement le patrimoine archiépiscopal au milieu des années 1090, on aurait du mal à s’expliquer ces absences27.

  • 28 Contra Jean-Pierre Poly, La Provence..., op. cit., p. 188 et 255 et Yves Esquieu, Autour de nos ca (...)
  • 29 L’archevêque Pons ne restitue Saint-Hippolyte qu’après que les chanoines ont obtenu le soutien du (...)
  • 30 Cartulaire A, fol. 8-9 (Inventaire, no 64 ; éd. GCNN, Arles, no 319) : « ... tali tenore, ut nichi (...)
  • 31 Il s’agit des chapitres d’Apt, Vaison, Carpentras, Forcalquier et peut-être Cavaillon. Voir Jean-P (...)
  • 32 Cartulaire A, fol. 76-77 (Inventaire, no 91 ; éd. GCNN, Arles, no 407, à la date de 1060). Raimbau (...)
  • 33 M.-H. Laurent, « Chanoines et réforme à Aix-en-Provence », Studi gregoriani, t. IV, Rome, 1952, p. (...)
  • 34 Cartulaire A, fol. 65-65v (Inventaire, no 101 ; éd. GCNN, Arles, no 431), fol. 88v-89v (Inventaire (...)
  • 35 Le dernier acte du cartulaire A concerne des biens qui ne relèvent que du capiscol (fol. 104v), ma (...)
  • 36 Yves Esquieu, Autour de nos cathédrales..., op. cit., p. 151-154. Pour Apt, voir CA, no 91.
  • 37 Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. cit., p. 204-207.
  • 38 Cartulaire A, fol. 98v (Inventaire, no 128), 104v-106v (Inventaire, no 112).

13La seconde est la mise en valeur de la constitution d’un patrimoine propre aux chanoines, parallèlement à la réforme du chapitre et à l’introduction de la vie commune, à l’initiative de l’archevêque bien sûr. En effet, de nombreux actes rendent compte de la donation aux chanoines de biens, églises et droits divers, essentiellement de la part de l’archevêque lui-même ou par son intermédiaire. Contrairement à ce que l’on a longtemps affirmé, le phénomène est antérieur à l’accession de Raimbaud (de Reillanne) au siège d’Arles en 103028. Il commence sous l’épiscopat de Pons (issu des familles de Fréjus et de Baux-Rians), archevêque entre 1003/1005 et 1029. Le sixième acte du cartulaire montre en effet ce dernier restituant aux chanoines d’Arles l’église Saint-Hippolyte, en Crau (annexe I). Le fait que l’archevêque semble ici se faire un peu violence pourrait inciter à le croire réticent à cette évolution29. Si c’était peut-être le cas au début de son épiscopat, cela ne l’est en tout cas plus à son terme, comme l’atteste le septième acte du cartulaire, daté du 20 juin 1029. À cette date, Pons procède à une importante donation (un alleu au comté d’Arles, le quart de la villa de Marignane, l’église du lieu et plusieurs dîmes) en faveur de ses chanoines, à la condition qu’aucun des revenus ainsi donnés ne soit partagé entre eux, mais qu’ils les possèdent et n’en profitent qu’en commun30, ce qui montre indéniablement son souhait d’une évolution vers l’adoption de la vie commune déjà pratiquée dans plusieurs chapitres provençaux depuis la fin du Xe siècle31. Celle-ci n’est véritablement établie que sous le successeur de Pons, l’archevêque Raimbaud (1030-1069), issu de la famille de Reillanne. Dans l’une de ses plus importantes donations en faveur du chapitre, qui n’est malheureusement pas précisément datable (vers 1030-1067), Raimbaud manifeste de manière très vive son vœu d’être entouré d’une petite équipe de chanoines vivant en commun pour le service de sa cathédrale32. Le texte laisse cependant bien voir qu’il y a à cette date deux groupes de chanoines : ceux qui vivent déjà en commun et auxquels sont destinées toutes les donations de Raimbaud ; et ceux qui ne veulent pas vivre en commun et disposent donc sans doute de prébendes individuelles. Cette situation n’est pas unique en Provence. Au milieu du XIe siècle, le chapitre d’Aix apparaît lui aussi divisé en deux groupes : un groupe de chanoines vivant en commun desservait l’oratoire Saint-Sauveur, tandis qu’un groupe de treize chanoines dotés de prébendes individuelles assurait le service de la cathédrale Sainte-Marie. À Aix, la situation perdure au moins jusque vers 1082-109633. À Arles, Raimbaud, en imposant que les biens tenus par les chanoines prébendiers fassent à leur mort retour à la communauté et en décidant que toute entrée d’un nouveau chanoine dans le chapitre fasse l’objet de l’accord du chapitre entier, programme toutefois l’extinction de ce groupe. Sous l’épiscopat d’Aicard, la vie commune est ainsi régulièrement attestée34 et l’on n’a plus trace, sauf pour certains dignitaires du chapitre (le capiscol), de revenus affectés individuellement35. On doit d’ailleurs souligner que dans le cartulaire, la donation décisive de Raimbaud se termine par un rajout postérieur : Aicard, le sacriste Bertran (Porcelet), le doyen Aufant et les chanoines ont confirmé l’acte désigné comme une « autorité » (Hanc auctoritatem firmat Aicardus archiepiscopus et Bertrannus sacrista, necnon et Alfantus decanus, et omnes canonici...). Depuis l’épiscopat de Pons, et plus encore depuis celui de Raimbaud, les chanoines disposent donc d’un patrimoine propre, en perpétuel accroissement. Sans doute disposent-ils aussi d’une « maison commune », attenante à la cathédrale, comme des textes l’attestent à Avignon dès 1027 et à Apt vers 1064, et comme des fouilles archéologiques l’ont révélé pour Aix à la fin du siècle36. Les donations viennent surtout des archevêques eux-mêmes, de leur patrimoine familial parfois (donation de Pons en 1029, donation de Raimbaud et son frère Fouque en 1061), du patrimoine dit de Saint-Étienne et Saint-Trophime le plus souvent. Mais à partir de l’épiscopat de Raimbaud, et plus encore sous celui d’Aicard, les donations viennent aussi des laïcs, qui précisent toujours que leur générosité s’adresse aux chanoines « qui vivent en commun », et non aux autres. Concrètement, ces donations représentent surtout des églises et l’ensemble des droits ecclésiastiques qui leur sont rattachés (offrandes, prémices, oblations, dîmes). Dans les actes des années 1070-1080, ces donations d’églises et de dîmes se multiplient et prennent de plus en plus souvent le nom de restitution37. Cette inflation est sans doute ce qui explique l’apparition, dans les derniers feuillets, d’un autre mode de transcription, avec des notices résumant de cinq à dix-huit actes au lieu de les rapporter entièrement comme auparavant — ce qui entraîne assez logiquement une raréfaction des rubriques38. A côté de la puissance archiépiscopale, le cartulaire donne donc aussi à voir la constitution, entre 1029 et 1093, d’une mense canoniale.

  • 39 Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. cit., p. 214-219.
  • 40 Bien au contraire, l’archevêque, s’il a l’accord du chapitre, peut encore intervenir dans la gesti (...)

14Quel bilan tirer de ces analyses ? À la différence du cartulaire de Nîmes, le cartulaire A d’Arles n’est pas un inventaire des biens affectés au chapitre à la suite de l’adoption de la vie commune et de la séparation du patrimoine cathédral en deux menses. À la différence des fragments de cartulaires de Narbonne, il n’est pas non plus, à proprement parler, un instrument de défense des droits de l’archevêque. Comme sa rubrique l’indique, il est un peu tout cela et autre chose aussi. Il concerne l’Eglise d’Arles en général, archevêque et chanoines réunis, et procède probablement d’une décision commune et d’une réalisation effectuée sous l’autorité de l’archevêque. Car il met en effet avant tout l’accent sur la puissance de l’archevêque. Telle qu’elle est exposée dans le cartulaire, cette puissance est d’abord temporelle, seigneuriale. Son origine fiscale et son ancrage dans les temps carolingiens permettent, à la fin du XIe siècle, d’en poser l’indépendance à l’égard de tout pouvoir laïque, c’est-à-dire en l’occurrence de tout pouvoir comtal. Cette prétention s’explique aisément lorsque l’on connaît les déboires de l’archevêque Aicard avec le comte de Provence Bertran II avant 108239 et les exigences que pose Raimon IV de Saint-Gilles à son soutien avant comme après cette date. Mais la puissance de l’archevêque d’Arles est aussi spirituelle. Elle doit s’élever au niveau de dignité de la cité « seconde après Rome » qu’Arles est appelée à être, selon les termes mêmes de la fausse bulle de Jean XIII. Le signe le plus manifeste de cette prétention est la réforme canoniale, qui doit faire du groupe des chanoines une image du collège apostolique, dont l’archevêque apparaît comme le promoteur et le principal architecte. On s’explique alors que si le cartulaire donne globalement à lire l’adoption de la vie commune et la constitution d’une mense canoniale, son classement ne sépare jamais systématiquement patrimoine épiscopal et patrimoine canonial et ne permet jamais de conclure à une réelle autonomie de gestion du chapitre40. Plus encore, on comprend pourquoi, immédiatement à la suite des trois actes d’autorité qui ouvrent le cartulaire, et étrangement mêlés à une série de précaires effectuées par l’archevêque sur ses terres abbatiales, on trouve les deux premières donations de l’archevêque Pons qui marquent les premiers jalons de la réforme canoniale (actes nos 6 et 7). Avec les deux premières précaires (actes nos 4 et 5), ces donations constituent en fait une sorte de section de transition qui oriente ensuite tout le cartulaire (annexe I).

II. — Lecartulaire d’Apt (vers 1122-1124)

Présentation du cartulaire

  • 41 CA, p. 25-26 et note 1.
  • 42 Une fois écartés les doublons, les actes se répartissent ainsi : six du IXe siècle, quarantehuit d (...)
  • 43 CA, p. 26-29 et RCF, t. I, p. 10-18.
  • 44 Les actes concernant les Agoult, et donc en particulier les actes des épiscopats d’Aufant (1048-10 (...)
  • 45 Mémoire pour les bénéficiers de la cathédrale d’Apt, Aix-en-Provence, 1773, p. 12.

15L’étude du cartulaire d’Apt se révèle beaucoup plus délicate à mener pour la simple et bonne raison que le manuscrit original, autrefois conservé dans le trésor de la cathédrale, est perdu depuis la fin du XVIIIe siècle. La dernière mention connue de ce manuscrit date de 1773 et nous apprend qu’il s’agissait d’un volume de 143 folios, dont trois étaient restés vierges41 ; il rassemblait 128 actes (dont deux doublons) dont les dates s’échelonnaient de 835 à 112242. On dispose de plusieurs copies de ce manuscrit, dont la plus ancienne précisément datée remonte à 1665, ainsi que d’un inventaire analytique sommaire réalisé au XVIIe siècle43, mais les curieuses lacunes de la première copie et les modes de classement des actes des différentes copies et du premier inventaire posent de nombreux problèmes et ne permettent pas, à l’exception des vingt-deux premiers actes, de reconstituer avec certitude le classement originel du cartulaire (annexe II). Ces problèmes expliquent sans doute que les plus récents éditeurs du cartulaire, Noël Didier, Henri Dubled et Jean Barruol, aient choisi en 1967 de reclasser les actes dans un ordre qui se voulait strictement chronologique, même si, vérifications faites, tel n’est pas toujours le cas44. Selon la description du manuscrit effectuée en 1773, le volume était alors couvert par deux plats de bois, dont le premier portait l’exhortation suivante : « Custodite sicut scitis »45.

  • 46 Florian Mazel, La noblesse et l'Église..., op. cit., p. 222-236 et 656.

16La date de la compilation est assez facile à établir. L’acte daté le plus ancien (le no 119 de l’édition Didier, c’est-à-dire le dixième acte du manuscrit orginal) est de 1122. 11 met en scène l’évêque Laugier, issu de la famille d’Agoult, qui est évêque d’Apt depuis la fin du XIe siècle et qui est pour la dernière fois présent dans la documentation en 1124, lorsqu’il participe au concile de Vienne présidé par l’archevêque Pierre, légat du pape. Son obit dans le nécrologe de l’abbaye Saint-André du Mont Andaon nous apprend qu’il est mort un 22 décembre. Son successeur, Raimon, un moine de l’abbaye de Saint-Gilles, n’est connu qu’à partir de 114046. A ces éléments chronologiques, il faut ajouter ce que l’on perçoit de la structure du cartulaire, dont le premier dossier patrimonial est entièrement élaboré autour de l’action entreprise par l’évêque Laugier, dans les années 1110-1120, pour établir la seigneurie épiscopale sur quelques castra des environs d’Apt (annexe II). En conséquence, il est presque certain que le cartulaire a été compilé sous l’épiscopat de Laugier, vers le milieu des années 1120, après 1122 en tout cas.

  • 47 Grossy a fait l’acquisition du manuscrit original du cartulaire d’Apt en 1660 (voir CA, p. 25). Un (...)
  • 48 Bibliothèque municipale de Lyon, ms. 193 (identifié B 1 dans l’édition Didier, qui le tient de man (...)
  • 49 Bibliothèque municipale de Carpentras (Inguimbertine), ms. 1654, fol. 4-15.

17Comme nous l’avons souligné, le classement complet du cartulaire original est difficile à percevoir en l’état actuel des sources. Les deux copies les plus anciennes datent de la fin du XVIIe siècle et sont dues à Pierre-Marc-Antoine Grossy (1604-1687), prieur de Lioux, à côté d’Apt : la première date des années 1660-166547 ; la seconde prend la suite d’un manuscrit commencé par le jésuite Jean Colombi en 166548. Ces deux copies présentent toutefois quelques travers gênants : au regard d’autres copies plus tardives, elles comportent quelques lacunes que l’on ne s’explique pas ; surtout, l’ordre varie selon l’une ou l’autre des copies et aucun ne correspond de manière systématique à celui qui figure dans l’inventaire analytique du XVIIe siècle49. De leur côté, les autres copies d’Ancien Régime optent toutes pour un reclassement chronologique (fonds Clairambaut, Remerville de Saint-Quentin, Lecointe). Pour toutes ces raisons, il nous a semblé prudent de nous limiter à rétablir l’ordre des vingt-deux premiers actes, seule série assez longue sur laquelle toutes les sources s’accordent (annexe II).

  • 50 Voir la carte du pagus d’Apt dans CA, reprise dans Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. (...)

18Le cartulaire s’ouvre alors par une courte section d'actes d’autorité (actes nos 1 à 3) et, après deux actes de transition, se poursuit par dix actes de l’évêque Laugier en rapport avec sa politique de construction d’une véritable seigneurie épiscopale dans plusieurs castra des environs d’Apt (Saint-Martin de Castillon, Saignon, Tourettes, Clermont). À la suite, les actes 17 à 22 ne permettent pas vraiment de comprendre la logique de classement : les cinq premiers se rapportent à l’évêque Thierry (...988-1009...), le dernier à l’évêque Étienne (...1010-1046...) ; ils concernent des domaines qui se trouvent aussi bien au sud d’Apt (villa Cicadio dans l’acte no 17, villa Arculas dans l’acte no 19) qu’au nord ou à l’est de la cité (villa Calvicias dans les actes nos 18 et 22, les lieux-dits Interrivos et Podio Martis dans les actes nos 20 et 21), voire la ville elle-même (acte no 20)50. Lorsqu’au-delà de ces vingt-deux premiers actes, les données concordent à nouveau pour quelques petites séries, on n’y perçoit curieusement aucune cohérence chronologique, topographique ou diplomatique : les actes nos 31-32, 34, 37-40 concernent ainsi dans le désordre Apt, Alpester, Saignon, la villa Calvicias, à des dates diverses et dans des actes de nature multiple.

  • 51 Ce type de rubricage est le plus fréquent dans les cartulaires compilés à partir de la fin du XIe (...)
  • 52 Michel Fixot, « La construction des châteaux dans la campagne d’Apt et de Pélissane du XIe au XIII(...)

19À la différence du cartulaire d’Arles, les rubriques qui précèdent toutes les chartes du cartulaire ne se limitent pas à une brève indication géographique et ne correspondent pas à la hiérarchisation postcarolingienne en comté, ager, villa (annexe II). L’étendue beaucoup plus modeste des biens concernés explique en partie cette différence : quelques actes élargissent bien l’horizon aux comtés de Gap, Sisteron et Nice, mais la quasi-totalité concernent le pagus ou comté d’Apt ; la plupart des rubriques sont donc naturellement conduites soit à préciser la nature des actes retranscrits (donatio, permutatio, venditio, feudum, sacramentum...), en les associant à une personne ou à un lieu, soit à les situer plus précisément dans l’espace (carta de terra in Podio Martis, Carta de Calviciis...)51. Mais cet horizon limité n’explique pas tout : derrière la multiplication des rubriques faisant référence au castrum, on perçoit aussi l’émergence de nouveaux repères, en liaison étroite avec un processus d’incastellamento qui, en pays d’Apt, paraît pratiquement achevé dans les premières décennies du XIIe siècle52.

L’œuvre du cartulariste

  • 53 Troisième acte du cartulaire (éd. CA, no 42), qui porte la rubrique « Carta de canonica constructa(...)
  • 54 Le patrimoine de l’Église d’Apt est connu à cette époque grâce à la bulle de confirmation d’Adrien (...)
  • 55 Avant 991 : CA, n“8 (906), 9 (906), 15 (v. 931-937), 17 (v. 943-950), 19 (v. 952-958)... Après 991 (...)
  • 56 CA, nos 64 (v. 1010-1032), 65 (v. 1010-1032), 72 (1039), 76 (v. 1041-1046), 79 (v. 1048), 84 (1053 (...)

20En dépit des limites précisées ci-dessus, il reste possible de proposer une interprétation de la structure et du contenu du cartulaire d’Apt, en définitive très proches de ceux du cartulaire d’Arles. En effet, comme à Arles, les actes compilés concernent autant l’évêque que le chapitre, pourtant réformé dès 99153 et bénéficiaire, tout au long du XIe siècle, de nombreuses donations. Au regard de la situation patrimoniale de l’évêque et du chapitre telles qu’elles sont connues à la fin du XIIe ou au XIIIe siècle54, le cartulaire d’Apt rassemble les archives des deux menses. En outre, et comme à Arles, l’évêque est au total bien plus présent dans les actes que les chanoines. Au Xe comme au XIe siècle, il est toujours seul à agir en cas de précaire, de contrat de complant, de concession en fief ou de réception de serment de fidélité. En ce qui concerne les donations, la réforme de 991 ne marque pas véritablement un tournant. Avant comme après, les donations sont généralement adressées à Sainte-Marie et Saint-Castor, auxquels sont dédiées les deux églises de l’ensemble cathédral. On perçoit malgré tout une évolution, qui s’accentue à partir de l’épiscopat d’Étienne (1010-1046) : les chanoines apparaissent de plus en plus souvent comme donataires, parfois avec la précision qu’ils « vivent en commun »55. Mais même alors, l’évêque joue un rôle essentiel, comme bienfaiteur, comme entremetteur entre les laïcs et le chapitre, voire comme donataire56.

  • 57 René Poupardin, Recueil des actes..., op. cit., no 33.
  • 58 Pour la fausseté de cet acte, voir CA, no 1, et note 1, p. 87-88.
  • 59 Pour la fausseté de cet acte, voir CA, no 11, et note 1, p. 105-108 ; ainsi que Michel Fixot, « La (...)
  • 60 Pour le détail de ces opérations, voir Florian Mazel, La noblesse et l’Eglise..., op. rit., p. 222 (...)
  • 61 La citation du psaume 26, verset 8, revient régulièrement dans les préambules d’actes de dotation (...)

21Comme dans le cartulaire d’Arles toujours, la mise en valeur de l’évêque est accrue par l’effet de lecture produit par le début du cartulaire (annexe II). Dans la section des actes d’autorité, deux des trois actes se rapportent au patrimoine épiscopal et plus précisément à l’une des deux principales seigneuries castrales de l’évêque aux XIIe-XIIIe siècles : Saint-Martin de Castillon, l’autre étant Saignon. Le premier est un diplôme du roi Louis l’Aveugle de 896, qui donne et confirme au siège d’Apt le lieu appelé « Monasteriolum » avec ses deux églises, l’une dédiée à Saint-Pierre, l’autre à Saint-Martin, un ensemble qui correspond au futur castrum de Saint-Martin de Castillon, à l’est d’Apt57. Le deuxième acte est un faux qui se présente comme une charte de donation d’un prétendu comte Milo Montanus qui, le 17 juillet 835, aurait donné au siège d’Apt l’« abbatia » de Saint-Martin, « avec ses bâtiments, ses manses, ses cavaliers et paysans (...), ses champs, vignes, prés, moulins et tous ses revenus »58, une abbaye dont on devine qu’elle est censée correspondre au monasteriolum confirmé par Louis l’Aveugle en 896. Les actes émanant des autorités royale ou comtale sont immédiatement suivis par deux autres actes anciens, émanant l’un d’un laïc, l’autre de l’évêque, et concernant l’autre grande seigneurie rurale épiscopale du XIIe siècle, Saignon. Ils constituent une sorte de section de transition avant la série des actes de l’évêque Laugier. Le premier de ces deux actes, la donation d’un certain Georges, effectuée « Karoli tempore », est lui aussi un faux qui vient ancrer la possession épiscopale de Saignon cette fois, dans les temps carolingiens59. Comme on l’a vu, les pièces patrimoniales qui suivent immédiatement ces cinq premiers actes rapportent la véritable construction de la seigneurie épiscopale entreprise par l’évêque Laugier au début du XIIe siècle, qui mise ainsi en perspective se donne à lire comme une entreprise de restauration et de retour à l’âge d’or carolingien. À travers cinq chartes (obtention de donation, vente, échange) et une notice récapitulative, Laugier met en scène son œuvre de restaurateur du siège d’Apt et résume l’établissement de la seigneurie épiscopale sur les castra de Saignon, Tourrettes (comté d’Apt) et Clermont60. Particulièrement significative est la notice de 1113 (acte no 8), qui récapitule la série d’opérations effectuées dans les années précédentes par Laugier pour récupérer les deux ensembles fortifiés de La Crugère et Tortamollis (alias Le Méjean), qui réunis forment le castrum de Saignon. Laugier y souligne son investissement personnel, rappelant que pour financer ces acquisitions au profit de son Eglise il a vendu la moitié de son castrum « héréditaire et allodial » des Tourettes, au comté de Nice, et donné 400 sous de son trésor. L’acte s’ouvre par un préambule plein de fierté et d’assurance, qui permet en outre à Laugier, par le biais d’une citation bien connue du psalmiste61, d’associer à son œuvre de restauration du patrimoine temporel l’œuvre de reconstruction de la cathédrale elle-même, un chantier entamé par son oncle Aufant vers 1056 et qui se poursuit encore dans les années 1110-1120 :

  • 62 CA, no 115.

Moi Laugier, évêque d’Apt par la grâce de Dieu, je me suis appliqué à secourir mon Eglise cathédrale [meae Sedis Ecclesiae], spoliée de ses honneurs et entièrement dépouillée de ses richesses par les méchancetés des mauvais hommes, de telle sorte qu’avec le prophète, je chanterai avec joie : « Seigneur, j’ai honoré la beauté de ta maison et le lieu où demeure ta gloire » [Ps. 26, 8], et je recevrai dans la félicité, avec les saints, dans le Temple de Dieu, le fruit de cette béatitude : « Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde [Matt. 5, 7] »62.

22Avec les actes d’autorité, les actes de transition et le dossier de l’évêque Laugier, le cartulaire présente ainsi, en ouverture, l’ensemble de la seigneurie épiscopale telle qu’elle existe dans la deuxième moitié du XIIe siècle, à l’exception des droits sur la cité d’Apt.

  • 63 CA, no 42. L’évêque d’Avignon Garnier souscrit en outre la charte.
  • 64 Ces douze chanoines devront vivre en commun, « juxta chanonicam auctoritatem », et reçoivent un ce (...)
  • 65 CA, no 56 (1003 ou 1013 : « dono Sanctae Mariae et Sancto Caston »), 57 (1006 : « cedo... ad eccle (...)
  • 66 CA, nos 123 (v. 1120-1124) et 126 (v. 1120-1124).
  • 67 Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. cit., p. 223-224.

23Comme dans le cartulaire d’Arles enfin, la réforme du chapitre est mise en valeur, mais tout en étant étroitement rapportée à l’action de l’évêque. Le troisième acte de la section des autorités joue ici un rôle équivalent aux deux chartes fondatrices de l’archevêque Pons dans le cartulaire arlésien. Il s’agit en effet de la charte par laquelle, le 2 août 991, l’évêque d’Apt Thierry, avec le conseil et sur la volonté (cum consilio et volumptate) de Guilhem, prince de toute la Provence (totius Provinciae principis), Annon, archevêque d’Arles (979-994), Amalric, archevêque d’Aix (991-1024), et Enguerran, évêque de Cavaillon63, établit en sa cathédrale un chapitre de douze chanoines vivant en commun et leur constitue en dîmes, terres et vignes, une mense canoniale64. Le cartulaire contient ensuite de très nombreuses chartes de donation faites en faveur des chanoines « vivant en commun ». La vie commune ne semble en effet jamais avoir été abandonnée entre 991 et le moment de rédaction du cartulaire ; dans la seconde moitié du XIe siècle, en 1064 puis à la fin du siècle, on trouve même mention d’une « maison commune »65. Cependant, pas plus qu’à Arles, le chapitre n’apparaît disposer d’une véritable autonomie. À l’exception du prévôt et de l’ouvrier, les offices canoniaux ne sont signalés que sous l’épiscopat de Laugier (annexe III). Jusqu’à l’épiscopat de Laugier, l’évêque reste en outre le principal bienfaiteur du chapitre, que cela soit par des donations de biens issus de son patrimoine personnel ou familial, par des affectations de revenus de l’Église cathédrale (des dîmes, des églises et des droits ecclésiastiques afférents), ou par le rôle d’intermédiaire qu’il joue entre les donateurs laïcs et les chanoines. Deux actes de Laugier le montrent ainsi donnant à son chapitre, à titre personnel, de nombreuses églises qui appartenaient encore à son lignage dans l’étendue du diocèse, et à titre d’évêque, les dîmes et droits ecclésiastiques rattachés à ces églises66. Se dégage ainsi une nouvelle fois du cartulaire l’image d’un évêque Laugier réformateur qui garantit le maintien de la vie commune, contribue et encourage le transfert des églises et des dîmes en faveur des chanoines et s’entoure des dignitaires du chapitre à chaque décision qu’il se soucie de faire coucher par écrit. De manière significative, son épiscopat est d’ailleurs celui où l’on constate, dans le vocabulaire des chartes, la substitution du terme episcopatus à celui de comitatus67.

24Un élément d’importance distingue cependant le cartulaire d’Apt de celui d’Arles : à la mise en valeur de l’évêque se trouve ici associée celle d’une grande famille aristocratique, les Agoult, dont sont issus les évêques Aufant et Laugier.

  • 68 CA, no 43.
  • 69 C4, no 65.
  • 70 C’est ainsi que des petits dossiers familiaux peuvent être intégrés aux cartulaires ecclésiastique (...)
  • 71 CA, no 65 : « Quodcirca ego Wilelmus omnipotenti Domino et ecclesiae Sanctae Mariae genitriris Dei (...)
  • 72 Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. rit., p. 81-82.
  • 73 CA, no 86 : « Sicque ad hoc, exquirendo sodales invenio sodales idoneas personas duorum fratrum me (...)

25Cette mise en valeur des Agoult se lit dans le texte même de nombreux actes épiscopaux, les donations des Agoult faisant chaque fois l’objet d’une rédaction plus soignée que la moyenne et d’un exposé plus précis des motifs des donateurs. Deux actes, plus amples et surtout plus narratifs que la plupart, marquent la naissance de l’association à la fois spirituelle et temporelle entre la famille et le siège d’Apt. Le premier est la composition par laquelle Garac (de Castellane-Lacoste) a dédommagé Imbert (d’Agoult), le 14 novembre 992, pour le meurtre de son père, en lui donnant, à la demande de l’évêque d’Apt Thierry, plusieurs de ses domaines allodiaux68. Cette composition judiciaire a vraisemblablement été intégrée aux archives de la cathédrale à l’occasion de la donation par le fils d’Imbert — c’est le deuxième acte —, vingt à quarante années plus tard, des domaines dont le transfert avait contribué à apaiser le conflit69 ; il est en effet courant que la donation d’une terre s’accompagne de la donation des chartes qui la concernent70. La copie de ces deux documents au début du cartulaire, parmi les actes qui suivent le dossier de Laugier, montre assez l’importance que ce dernier leur accordait (annexe II). Le texte de la donation de Guilhem (d’Agoult) en faveur du chapitre, un 29 mai entre 1010 et 1032, permet de comprendre précisément pourquoi. Ce jour-là, Guilhem donnait à Sainte-Marie et Saint-Castor le tiers de la villa de Calvicias, pour moitié à l’évêque Etienne et pour l’autre moitié aux « chanoines vivants en commun » ; il précisait qu’à la mort d’Étienne, la part de celui-ci devait définitivement revenir aux chanoines. Guilhem précisait aussi que le domaine ainsi offert à la cathédrale était revenu à sa famille pour prix du meurtre de son aïeul et qu’il était le signe de la victoire que Dieu lui avait accordée, à lui et sa famille, sur ses ennemis, les auteurs du meurtre bien sûr71. Par cette donation, Guilhem liait donc sa victoire sur terre et son salut dans l’au-delà à l’aide que Dieu avait apportée à sa famille, une aide dont les prières des chanoines devaient perpétuer l’assurance. La donation d’une terre ainsi chargée de sens devait instituer, à travers le souvenir du meurtre de l’aïeul, un lien étroit entre l’Église d’Apt et la famille d’Agoult. Au regard du reste de la documentation rassemblée dans le cartulaire, ce lien sortit considérablement renforcé de l’accession de deux membres de la famille au siège épiscopal après la mort d’Étienne vers 1046-104772. En 1056 en particulier, les Agoult sont « officiellement » associés par l’évêque Aufant à l’entreprise de reconstruction de la cathédrale : l’évêque loue alors en ses frères les « sodales » qu’il attendait pour pouvoir ouvrir le chantier, les hommes dont l’engagement est censé entraîner celui de tous les nobles du comté73. L’association entre les Agoult et le siège d’Apt reste manifeste sous l’épiscopat de Laugier qui s’appuie sur ses neveux pour récupérer les anciennes terres de l’Eglise d’Apt, jadis concédées en précaire au vieux lignage ennemi des Agoult, les Castellane-Lacoste : l’alliance scellée par la donation de Guilhem (d’Agoult) porte bien ses fruits.

  • 74 Florian Mazel, La noblesse et l’Eglise..., op. cit., p. 226 et 616.
  • 75 Ibid., p. 229-233.

26Sans doute est-ce l’étroitesse de cette alliance entre les Agoult et le siège cathédral qui explique le caractère parfois très curieux du cartulaire confectionné à la demande de Laugier — et son usage postérieur si problématique. En effet, Laugier devenant, à partir de la disparition de son frère Raimbaud vers 1112-1113, le chef du lignage tout en restant évêque74, le cartulaire dont il ordonne la compilation semble avoir aussi servi de cartulaire familial, recueillant plusieurs pièces qui n’avaient pas d’utilité directe pour l’Église d’Apt (annexe II). Il s’agit d’abord d’actes qui concernent le patrimoine des Agoult et en particulier des actes par lesquels Laugier règle en faveur de ses neveux sa succession personnelle, c’est-à-dire la transmission du patrimoine qu’il a hérité, au même titre que ses frères, de son père Rostaing. Le douzième acte du cartulaire rapporte ainsi un échange auquel procède Laugier, en faveur de ses neveux, entre deux biens (le quart du castrum de Gordes, dans le diocèse de Cavaillon, et la moitié du castrum des Tourettes, dans celui de Nice) qui appartenaient à son patrimoine propre. Dans un autre acte, le treizième du cartulaire, Laugier cède à sa belle-sœur Sancia et à ses neveux plusieurs autres domaines, eux aussi hérités de son père : la moitié du castrum de Gordes, la grande tour d’Apt et ses droits sur une part de la ville d’Apt. Dans un troisième acte (no 14), dont on comprend mieux qu’il ait été inclus dans le cartulaire, Laugier règle simultanément en faveur de ses neveux l’inféodation d’un domaine épiscopal (l’ancien fief de Boniface de Reillane dans la villa des Tourettes, dans le diocèse d’Apt), pour laquelle il dit avoir obtenu l’accord de ses chanoines, et la donation en héritage de ses biens personnels sous réserve d’usufruit (Gordes, Sorguette, Joucas, Gargas, Caseneuve, Castillon et une part de la ville d’Apt). Le fait qu’à cette occasion Laugier ne se soit pas donné la peine de faire rédiger deux actes distincts montre qu’il gère globalement ses biens personnels, hérités de son père, et les biens de l’Église d’Apt, qu’il contrôle à titre d’évêque. Il semble en fait considérer le cartulaire comme un recueil rassemblant l’ensemble des documents utiles à son gouvernement, et donc à la fois comme le recueil des archives épiscopales et comme celui de certaines de ses décisions purement familiales. Le rôle que Laugier attribue à ses neveux dans la gestion des affaires de l’Église d’Apt en leur inféodant, au début des années 1120, la quasitotalité des seigneuries épiscopales qu’il a (re)constituées, a certainement joué en faveur d’une telle confusion75. Cette hypothèse est d’ailleurs renforcée par la place qu’occupent ces actes familiaux dans le cartulaire, entre les pièces décrivant les récupérations de Laugier (actes nos 6 à 10) et celles procédant aux inféodations (actes nos 14, 15 et 16).

  • 76 Sur cette fonction mémorielle des cartulaires, présente dès les premiers cartulaires du IXe siècle (...)

27À la fois cartulaire de l’évêque et cartulaire du chapitre, et dépositaire à ce double titre de la memoria patrimoniale du siège cathédral, le cartulaire d’Apt est donc aussi le conservatoire de l’alliance privilégiée, depuis l’épiscopat d’Etienne, entre la cathédrale et les Agoult, le dépositaire d’une memoria familiale faite de sang, de transferts de biens et de prières76.

III. — Cartulaires, épiscopat et réforme de l’église au tournant des xie et xiie siècles

  • 77 A l’occasion des discussions du colloque de Béziers, Pierre Chastang a suggéré que le cartulaire d (...)
  • 78 Jean-Pierre Poly, La Provence..., op. cit., p. 269-270 ; Florian Mazel, La noblesse et l’Église... (...)
  • 79 Comme le montrent les exemples d’Arles et d’Apt, la réforme des chapitres doit être comprise comme (...)

28Les deux premiers cartulaires cathédraux de Provence, à la différence des cartulaires canoniaux ou épiscopaux languedociens77, sont donc de véritables cartulaires d’églises cathédrales : s’ils rendent visible la réforme des chapitres et la constitution d’une mense canoniale distincte de la mense épiscopale, ils ne constituent pas en eux-mêmes un signe de l’autonomie des chapitres et manifestent au contraire la perpétuation d’une conception en quelque sorte monocéphale des églises cathédrales, sous l’autorité réelle et unique de l’évêque. Les cartulaires émanent de deux personnalités marquantes de l’épiscopat provençal du tournant des XIe et XIIe siècles. Aicard (de Marseille) et Laugier (d’Agoult) sont issus de la haute aristocratie, comme leurs prédécesseurs des Xe-XIe siècles, mais comme de moins en moins d’évêques depuis les débuts de la réforme grégorienne en Provence78. Ils favorisent la poursuite d’une réforme canoniale qui ici est déjà ancienne, en encourageant la perpétuation de la vie commune instituée avant eux et en contribuant à la constitution d’un patrimoine propre aux chapitres79.

  • 80 Martine Jouve, Etude sur la cathédrale d’Apt..., op. cit. ; Jean-Maurice Rouquette, Provence roman (...)

29En même temps, ils développent activement la seigneurie épiscopale et promeuvent la rénovation ou la reconstruction de leurs cathédrales : un chantier est attesté à Apt à partir de 1056 et la cathédrale d’Arles fait, peut-être à partir de 1078, l’objet d’une restructuration80. La confection de cartulaires s’inscrit dans le prolongement de cette action plus qu’elle ne marque une rupture : elle enracine la seigneurie épiscopale dans un passé carolingien mythifié et en grande partie falsifié ; elle inscrit dans une histoire l’œuvre de réforme spirituelle et temporelle des chapitres ; elle répond, sur le plan de la memoria et du monumentum écrits, à la rénovation des édifices ecclésiaux.

  • 81 Elisabeth Magnou-Nortier, La société laïque et l’Eglise dans la province ecclésiastique de Narbonn (...)
  • 82 Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. cit., p. 247-253.

30À la différence des fragments de cartulaires de Narbonne et surtout du cartulaire d'Agde, qui rendent compte de l’extension de la réforme grégorienne dans une région, le Languedoc, où la réforme canoniale n’est pas antérieure à cette dernière81, les cartulaires d’Arles et Apt témoignent de la poursuite, en Provence, d’une logique aristocratique de la réforme de l’Église, pour laquelle la réforme canoniale et la rénovation des sièges épiscopaux continuent de procéder de la collaboration traditionnelle entre les prélats et leurs familles, dans un cadre régional ou local. Car Aicard et Laugier, avec le soutien de leurs chapitres, rejettent ou se montrent très réticents à l’égard de la réforme pontificale, relayée en Provence par les moines et les légats, comme le montrent la profonde crise arlésienne des années 1079-1110 et les difficultés de Laugier avec la papauté dans les années 1100-1110. L’un comme l’autre s’engagent d’ailleurs aux côtés des comtes de Toulouse, les plus opposés au parti pontifical parmi les différents compétiteurs pour la reprise de l’héritage provençal au début du XIIe siècle82.

  • 83 Ibid, p. 214-219.
  • 84 Cartulaire A, fol. 5v-6v (975 : Inventaire, no 35 ; éd. GCNN, Arles, no 277), 13v-14v (975 : Inven (...)

31Deux éléments très concrets des cartulaires d’Arles et d’Apt paraissent à cet égard significatifs. On sait qu’Aicard a été déposé en 1079 au concile d’Avignon par le légat Hugues de Die, à la suite des accusations lancées contre lui par le comte de Provence Bertran II qui semble bien avoir voulu se débarrasser d’un évêque qui prétendait exercer sa tutelle sur l’abbaye de Montmajour, principal sanctuaire comtal depuis le début du XIe siècle83. Or il est remarquable de voir figurer dans les premiers actes qui suivent le dossier d’ouverture du cartulaire A, plusieurs actes — dont certains, vers 1093-1095, n’ont plus aucun intérêt patrimonial ni pour l’archevêque, ni pour le chapitre —, rappelant le rôle fondamental joué au milieu du Xe siècle par l’archevêque et le chapitre d’Arles dans la fondation de Montmajour84. N’y aurait-il pas là la volonté de faire pièce aux revendications comtales et de contester, implicitement, les torts attribués à Aicard par le parti pontifical dans l’affaire de Montmajour ?

  • 85 Gallia Christiana in provincias ecclesiasticas distributa, t. I, Eccl. Aptensi instrumenta, no XI  (...)

32À Apt, curieusement, le cartulaire ne contient aucune bulle pontificale dans sa section d’autorités. Pourtant, en 1114, le pape Pascal II a adressé une bulle à l’Église d’Apt, confirmant les principales seigneuries épiscopales (les castra de Saint-Martin et de Saignon) et soulignant le rôle joué par Laugier dans leur récupération85. L’absence de cette bulle s’explique toutefois aisément : après cette confirmation, le pape se lançait dans un ferme rappel des nouvelles règles d’élection de l’évêque, condamnant les interventions des laïcs et attribuant au seul chapitre le choix de l’évêque d’Apt, dénonçant presque explicitement la tutelle exercée par les Agoult sur le siège d’Apt et les conditions douteuses de l’accession de Laugier à l’épiscopat. Comment ce dernier aurait-il pu faire figurer cette bulle dans son cartulaire ?

  • 86 Florian Mazel, La noblesse et l'Église..., op. cit., p. 224, 233-234.

33En définitive, il semble très probable qu’Aicard à Arles et Laugier à Apt, dans un contexte où leur légitimité était fortement contestée par l’offensive de la papauté grégorienne et ses légats, aient ordonné la compilation de leurs cartulaires comme une forme de justification de leur action de bons gestionnaires et même d’évêques réformateurs, soucieux du rayonnement spirituel et du prestige de leur église. Sans aucun doute Laugier y est-il mieux parvenu qu’Aicard qui, s’il réussit, en dépit de la nomination d’un nouvel archevêque, à se maintenir sur le siège d’Arles avec le soutien de son chapitre et des élites laïques locales, est toujours resté condamné. La bulle de Pascal II montre en effet que Laugier, après plusieurs condamnations pontificales pour son soutien au comte de Toulouse dans la lutte que mène ce dernier contre l’abbaye de Saint-Gilles, s’est soucié de rentrer en grâce auprès du pape. On le voit aussi participer à plusieurs conciles réformateurs en 1112 à Aix et Vienne, en 1124 à Vienne de nouveau86. Mais malgré cela, son cartulaire, par son contenu, reste autant que celui d’Arles le produit d’une époque appelée à s’effacer.

  • 87 GCNN, Arles, nos 593 (1158) et 639 (1178). Au regard de la pauvreté documentaire de la première mo (...)
  • 88 GCNN, Arles, no 665 : « In primis si quidem statuentes ut ordo canonicus quem nuper secundum beau (...)
  • 89 Sur ces documents, voir : Paul-Albert Février et alii, La Provence des origines à l’an mil, Rennes (...)
  • 90 RCF, t. I, p. 18-21 ; Estelle Bœuf, Édition du chartrier..., op. cit., passim.
  • 91 Bibl. d’Arles, ms. 1242, fol. 107-146.
  • 92 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 373-397.
  • 93 Estelle Boeuf, Le cartulaire authentique..., op. cit., p. XXXIII-XXXVII.

34Au terme de ce parcours, il reste à souligner combien les conditions de compilation des cartulaires arlésien et aptésien expliquent les limites de leur usage postérieur. A Arles, l’autonomie patrimoniale du chapitre, désormais seul maître de la gestion de sa mense, apparaît clairement dans des actes de 1158 et 117887. En 1158, lorsque l’archevêque Raimon de Montredon (1142-1160) fait une donation à l'abbaye de Saint-Gilles, il fait en effet rédiger deux actes, l’un pour le dominium en son nom, l’autre pour les dîmes au nom des chanoines. De même, lorsqu’en 1178, l’empereur Frédéric Ier, à l’occasion de son passage à Arles pour son couronnement comme roi de Bourgogne-Provence, accorde l’immunité à l’Église d’Arles, il fait rédiger deux actes, l’un en faveur de l’archevêque Raimon de Bollène (1164-1182), l’autre en faveur des chanoines. L’épiscopat de Raimon de Bollène est aussi celui de l’adoption par le chapitre de la règle augustinienne, solennellement confirmée par le pape Urbain III le 12 décembre 1186, et celui du début de la construction du cloître roman que l’on peut encore admirer aujourd’hui88. Cette séparation a débouché sur la réalisation d’une nouvelle série de cartulaires, désormais distincts. Vers 1178-1193, l’archevêque a fait compiler l’« Autographe » B, dont le titre exact dit assez la fonction : Liber auctoritatem per apostolice sedis episcopos piissimos Honorium et Theodosium augustos Arelatis ecclesie concesserum. La section des autorités rassemble de nouveaux documents qui enracinent les origines de l’Église d’Arles dans un passé encore plus prestigieux que le dossier d’ouverture du cartulaire A. Y figure bien sûr le privilège concédé par Frédéric Ier en 1178, qui a sans doute été l’événement décisif pour la compilation du nouveau cartulaire, mais on y trouve surtout le rescrit de 418 des empereurs Honorius et Théodose justifiant le choix d’Arles comme capitale des Sept provinces, et les deux lettres de 417 du pape Zozime à l’évêque Patrocle, qui donnent à la métropole arlésienne l’autorité sur toute l’ancienne Narbonnaise et font d’elle la première fille de Rome89. Dans les dossiers patrimoniaux, qui font la part belle aux serments de fidélité des grands de l’aristocratie provençale, l’« Autographe B » ne reprend du cartulaire A que les actes qui concernent le patrimoine épiscopal stricto sensu90. Il est probable que la confection de ce nouveau cartulaire épiscopal a conduit au transfert définitif du cartulaire A entre les mains du chapitre. En tout cas, lorsqu’au début du XIIIe siècle, vers 1211, les chanoines décident eux aussi de se doter d’un nouveau cartulaire (le cartulaire B du manuscrit de la bibliothèque d’Arles91), il prend la suite du cartulaire A plus qu’il ne s’y substitue. Fondé sur une organisation très différente, à première vue proche de celle que l’on rencontre dans le second cartulaire d’Agde compilé vers 123592, et rassemblant pour l’essentiel des actes du XIIe et du début du XIIIe siècle, ce nouveau cartulaire ne reprend pratiquement aucun acte du cartulaire A93.

  • 94 À la fin du XIIe siècle, un dernier membre du lignage, mais issu d’une branche secondaire en confl (...)
  • 95 Sur tout ceci, voir Florian Mazel, La noblesse et l’Eglise..., op. cit., p. 272-278, 423-430.

35À Apt, le cartulaire de Laugier est plus rapidement délaissé encore. Avec l’accession à l’épiscopat de Raimon, ancien moine de Saint-Gilles, la tutelle exercée par les Agoult sur le siège épiscopal prend fin94. Les successeurs de Raimon semblent avoir été profondément embarrassés par un cartulaire qui accordait tant d’importance aux Agoult, célébrait leur action et contenait même certaines de leurs archives familiales. En tout cas, à l’image de Guilhem (...1158-1162...) et surtout de Peire de Saint-Paul (1162-1181...), ancien prévôt et juriste, ils préfèrent désormais fonder leur seigneurie en droit, sur les bulles pontificales — Adrien IV accorde la première en 1158 — et les diplômes impériaux — Frédéric Ier délivre le premier en 1162 — qu’ils recherchent et obtiennent avec régularité. À la fin du XIIe et au XIIIe siècles ils détournent même le sens de certains des actes du cartulaire, profitant de la juxtaposition dans plusieurs actes de Laugier de son domaine familial et de son domaine épiscopal pour revendiquer, au bénéfice de leur église, la seigneurie d’une partie de la cité d’Apt95. Le temps où puissance épiscopale et rayonnement aristocratique allaient de pair est alors bien clos.

Annexes

Annexe I. Début du Liber Sancti Stephani vel Sancti Trophimi Arelatensis aecclesiae de rebus ibidem pertinentibus (Cartulaire A de l’Authentique du chapitre, Bibl. d’Arles, ms. 1242, fol. l-106v.)

Annexe II. Début du cartulaire d’Apt d’après les copies manuscrites de Grossy (Bibl. de Grenoble, ms. R 10040 [D 1, vers 1655) ; Bibl. de Lyon, ms. 193 [B 1, peu après 1655])

Annexe III.96 Premières mentions des offices cathédraux dans les actes des cartulaires d’Arles et d’Apt97

Notes

1 Pour une présentation de tous ces cartulaires et des éventuelles éditions dont ils ont fait l’objet, voir désormais RCF, t. I.

2 « Authentique du chapitre », Bibl. d’Arles, ms. 1242, fol. l-106v (désormais abrégé cartulaire A) ; voir RCF, t. I, p. 36-42. Pour le grand cartulaire de Saint-Victor, voir Monique Zerner, « L’élaboration du grand cartulaire de Saint-Victor », dans Les cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’Ecole nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS (Paris, 5-7 décembre 1991), réunis par Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse, Paris, 1993, p. 217-246 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 39) et infra p. 163-216.

3 Grasset (vicomte de), « Polyptyque de Notre-Dame de la Seds et de Saint-Sauveur d’Aix », Revue d’Histoire de Provence, t. 1, 1891, p. 361-374, t. 2, 1892, p. 113-116.

4 Noël Didier, Henri Dubled, Jean Barruol, Cartulaire de l’Eglise d’Apt, 835-1130 ( ?), Paris, 1967 [désormais abrégé CA]. Voir RCF, t. I, p. 10-18.

5 Sur la réforme en Provence, je me permets de renvoyer à Florian Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle. L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, 2002, p. 157-260 (CTHS — Histoire, 4).

6 Sur ce contexte, Michael Clanchy, From Memory to Written Record. England, 1066-1307, Oxford-Cambridge, 1993 (lre éd. 1979).

7 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas Languedoc (XIe-XIIIe siècles), Paris, 2001 (CTHS — Histoire, 2).

8 Sur ce point et pour l’histoire du manuscrit, voir Estelle Bœuf, Le cartulaire authentique..., op. cit., p. XXX-XXXIII.

9 Une fois écartée cette fausse lettre (située aux folios 91v-93) et les doublons, les documents se répartissent ainsi : cinq du IXe siècle, deux du IXe ou Xe siècle, quarante-cinq du Xe siècle, soixante-dix du XIe siècle. La fausse lettre de Césaire est éditée dans la Gallia christiana novissima, t. III, diocèse d’Arles, Valence, 1901 [désormains abrégé GCNN, Arles], no 130 (voir à son sujet Inventaire, no 1).

10 Sur Aicard, voir Florian Mazel, La noblesse et l’Eglise..., op. cit., p. 213-222.

11 Contra Estelle Boeuf, Le cartulaire authentique..., op. cit., p. XXXIV.

12 Sur cette hiérarchisation en Provence, voir Élisabeth Sauze, « Le polyptyque de Wadalde : problèmes de toponymie et de topographie provençales au IXe siècle », Provence Historique, t. 34, 1984, p. 3-33 ; et pour le Languedoc, Laurent Schneider, Monastères, villages et peuplement en Languedoc central (VIIIe-XIIe s.). Les exemples d’Aniane et de Gellone, thèse de doctorat nouveau régime dactyl., Université d’Aix-Marseille I, 1996.

13 Estelle Boeuf, Le cartulaire authentique..., op. cit., p. XXXII.

14 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 221-355.

15 Pour la dédicace de la cathédrale d’Arles et la translation de peu antérieure à 972, voir Eugène Duprat, « Les légendes saintes de Provence. III, Saint Trophime d’Arles », Mémoires de l'Institut historique de Provence, t. 17, 1940, p. 146-198, ici p. 179 et suivantes.

16 Cartulaire A, fol. 55v-57, 83v-84v, 88 (Inventaire, nos 62, 63, 105, 125).

17 Cartulaire A, fol. 49-49v, 61v-62, 65v-66v (Inventaire, nos 47, 49, 51).

18 Cartulaire A, fol. 4v-5v, 9-10v, 10v-11, 11-12, 12v-13, 16-18v, 18v-20v, 38v-40, 40v-4l, 58-59 (Inventaire, nos 2, 3, 18, 25, 26, 41, 46, 48, 50, 60). Sur l’intégration de ces abbayes à l’episcopatus arlésien au Xe siècle, voir Jean-Pierre Poly, La Provence et la société féodale, 879-1166, Paris, 1976, p. 66-69.

19 Le bref se trouve au folio 97 de l’« Authentique » et à la p. 99 de l’« Autographe » B (AD Bouches-du-Rhône, 3 G 17).

20 René Poupardin, Recueil des actes des rois de Provence (855-928), Paris, 1920, no 59.

21 René Poupardin, Recueil des actes..., op. cit., no 21.

22 GCNN, Arles, no 272. Pour la fausseté de cet acte, voir Harald Zimmermann, Papsturkunden, t. I, 896-996, Vienne, 1989, no 203, p. 400-402. L’expression « seconde après Rome » appliquée à Arles, dont c’est la première occurrence, figure aussi dans un lectionnaire arlésien de la fin du XIe ou du début du XIIe siècle : voir infra, note 27.

23 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 239-272.

24 Dom Devic et Dom Vaissète, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, 1875, t. V, no 298. Voir Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. cit., p. 222 et 243.

25 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 221-238.

26 Estelle Boeuf, Édition du chartrier de l'archevêché d’Arles (417-1202), thèse de l’École des chartes, dactyl., Paris, 1996, n“34 et 35.

27 On peut aussi relever l’absence des célèbres actes d’autorité tardo-antiques qui figurent en première place dans le dossier d’ouverture du cartulaire archiépiscopal compilé vers 1181-1190 — l’« Autographe » B (voir RCF, t. I, p. 18-21) —, à savoir le rescrit de 418 des empereurs Honorius et Théodose justifiant le choix d’Arles comme capitale des Sept provinces, et les deux lettres adressées en 417 par le pape Zozime à l’évêque Patrocle donnant à Arles l’autorité sur toute l’ancienne Narbonnaise (provinces de Narbonnaise I et II et de Viennoise). Peut-être ces actes n’étaient-ils pas encore connus à Arles vers 1093-1095 ? Les lettres de Zozime sont pourtant connues de deux textes quasi-contemporains du cartulaire A : le martyrologe d’Arles-Toulon, composé vers 1096-1120 (Bibl. Vaticane, Reg. 540, fol. 185) et un lectionnaire arlésien daté de la fin du XIe siècle ou du début du XIIe siècle (Bib. nat. de France, ms. lat. 5295, fol. 7), où l’on rencontre aussi la mention de l’empereur Théodose ainsi que, dans un panégyrique de Trophime, l’idée de secondarité vis-à-vis de Rome, évoquée à Arles pour la première fois dans la fausse bulle de Jean XIII qui figure dans le dossier d’ouverture du cartulaire A.

28 Contra Jean-Pierre Poly, La Provence..., op. cit., p. 188 et 255 et Yves Esquieu, Autour de nos cathédrales. Quartiers canoniaux du sillon rhodanien et du littoral méditerranéen, Paris, 1992, p. 25. Voir Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. cit., p. 100-102.

29 L’archevêque Pons ne restitue Saint-Hippolyte qu’après que les chanoines ont obtenu le soutien du pape dans cette affaire.

30 Cartulaire A, fol. 8-9 (Inventaire, no 64 ; éd. GCNN, Arles, no 319) : « ... tali tenore, ut nichil ex his sumptibus dividatur inter canonicos, nisi in communia possidendo et dispensando sumptus ». Une autre donation de l’archevêque Pons en faveur de son Église s’adresse aux « chanoines vivant en commun » (Cartulaire A, fol. 49v-50 ; Inventaire, no 68).

31 Il s’agit des chapitres d’Apt, Vaison, Carpentras, Forcalquier et peut-être Cavaillon. Voir Jean-Pierre Poly, La Provence..., op. cit., p. 56-57.

32 Cartulaire A, fol. 76-77 (Inventaire, no 91 ; éd. GCNN, Arles, no 407, à la date de 1060). Raimbaud affecte par ailleurs une partie des revenus de la cathédrale aux chanoines vivant en commun, comme en témoignent les actes des fol. 29-29v, 33, 48, 73v, 76-77, 81v-82, 85-87 (Inventaire, nos 69, 73, 76, 82, 83, 86, 91, 97). Par ailleurs, c’est sous son épiscopat et en sa présence que la famille vicomtale de Marseille donne aux chanoines les quatre églises de la Crau qui constituent aux XIIe et XIIIe siècles le cœur de la mense canoniale (GCNN, Arles, no 386).

33 M.-H. Laurent, « Chanoines et réforme à Aix-en-Provence », Studi gregoriani, t. IV, Rome, 1952, p. 171-190. On retrouve une situation proche à Avignon : Ute Vones-Liebenstein, « Les débuts de l'abbaye de Saint-Ruf. Contexte politique et religieux à Avignon au XIe siècle », dans Crises et réformes dans l’Église, actes du 115e congrès national des sociétés savantes (Avignon, 1990), Paris, 1991, p. 9-25. Voir aussi Yves Esquieu, « Les constructions canoniales des chapitres cathédraux du sillon rhodanien et du littoral méditerranéen du temps de la réforme grégorienne », dans Le monde des chanoines (XIe-XIVe s.), Cahiers de Fanjeaux, no 24, Toulouse, 1989, p. 151-163.

34 Cartulaire A, fol. 65-65v (Inventaire, no 101 ; éd. GCNN, Arles, no 431), fol. 88v-89v (Inventaire, no 102 ; éd. GCNN, Arles, no 432), fol. 93-94 (.Inventaire, no 103 ; éd. GCNN, Arles, no 441)...

35 Le dernier acte du cartulaire A concerne des biens qui ne relèvent que du capiscol (fol. 104v), mais il est seulement datable du XIe siècle. Dès 897, le prévôt dispose d’un patrimoine propre (GCNN, Arles, no 234), mais nous ne savons pas si cette situation perdure au-delà de l’adoption de la vie commune dans la première moitié du XIe siècle.

36 Yves Esquieu, Autour de nos cathédrales..., op. cit., p. 151-154. Pour Apt, voir CA, no 91.

37 Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. cit., p. 204-207.

38 Cartulaire A, fol. 98v (Inventaire, no 128), 104v-106v (Inventaire, no 112).

39 Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. cit., p. 214-219.

40 Bien au contraire, l’archevêque, s’il a l’accord du chapitre, peut encore intervenir dans la gestion des biens canoniaux, comme le montre la donation d’Aicard, en faveur de l’abbaye de Montmajour, de l’église Sainte-Marie de Ratis (les Saintes-Maries) [GCNN, Arles, no 430], qui avait été donnée au chapitre par l’archevêque Raimbaud en 1061 (cartulaire A, fol. 79v-80 ; Inventaire, no 86 ; éd. GCNN, Arles, no 414, à la date de septembre 1061).

41 CA, p. 25-26 et note 1.

42 Une fois écartés les doublons, les actes se répartissent ainsi : six du IXe siècle, quarantehuit du Xe siècle, cinquante et un du XIe siècle et vingt-et-un du début du XIIe siècle.

43 CA, p. 26-29 et RCF, t. I, p. 10-18.

44 Les actes concernant les Agoult, et donc en particulier les actes des épiscopats d’Aufant (1048-1076) et Laugier (1097-1124), issus de la famille d’Agoult, ont fait l’objet d’une redatation dans le catalogue des actes de la famille d’Agoult, réalisé en annexe de ma thèse (Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. cit., version dactyl., Université de Provence, 2000, vol. 4).

45 Mémoire pour les bénéficiers de la cathédrale d’Apt, Aix-en-Provence, 1773, p. 12.

46 Florian Mazel, La noblesse et l'Église..., op. cit., p. 222-236 et 656.

47 Grossy a fait l’acquisition du manuscrit original du cartulaire d’Apt en 1660 (voir CA, p. 25). Une première copie, la plus ancienne selon RCF, t. I, a dû être réalisée peu après, avant 1665 ; elle se trouve à la bibliothèque municipale de Grenoble, sous la cote ms. R 10040 (identifié D 1 dans l’édition Didier). Elle a été fidèlement copiée par Lancelot en 1703 (Bib. nat. de France, ms. latin 17778 : identifié D 2 dans l’édition Didier). Elle a fait l’objet d’un inventaire à la fin du XIXe siècle : O. de Poli, « Cartulaire d’Apt, inventaire analytique », Revue historique de Provence, [sans tomaison], 1890, p. 118-126, 156-160, 189-192, 204-205.

48 Bibliothèque municipale de Lyon, ms. 193 (identifié B 1 dans l’édition Didier, qui le tient de manière erronée pour le manuscrit le plus ancien).

49 Bibliothèque municipale de Carpentras (Inguimbertine), ms. 1654, fol. 4-15.

50 Voir la carte du pagus d’Apt dans CA, reprise dans Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. cit., p. 50.

51 Ce type de rubricage est le plus fréquent dans les cartulaires compilés à partir de la fin du XIe siècle. Voir par exemple Monique Zerner, « L’élaboration du grand cartulaire de Saint-Victor », art. cit., et Laurent Morelle, « Des moines face à leur chartrier : étude sur le premier cartulaire de Montier-en-Der (vers 1127) », dans Patrick Corbet, Jackie Lusse, Georges Viard (éd.), Les moines du Der (673-1790), Langres, 2000, p. 211-258, ici p. 234-239.

52 Michel Fixot, « La construction des châteaux dans la campagne d’Apt et de Pélissane du XIe au XIIIe siècle », Archéologie médiévale, 1973-1974, p. 245-296 ; Yann Codou, « L’habitat au Moyen Âge : le cas de la vallée d’Apt », Provence Historique, t. 38, 1988, p. 149-163 ; Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. cit., p. 49-51.

53 Troisième acte du cartulaire (éd. CA, no 42), qui porte la rubrique « Carta de canonica constructa », qui peut se traduire par « charte de fondation de la chanoinie ».

54 Le patrimoine de l’Église d’Apt est connu à cette époque grâce à la bulle de confirmation d’Adrien IV (1158) et aux diplômes impériaux de Frédéric Ier (1162, 1178) et Henri VI (1186, 1193). Voir Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. rit., p. 273-275.

55 Avant 991 : CA, n“8 (906), 9 (906), 15 (v. 931-937), 17 (v. 943-950), 19 (v. 952-958)... Après 991 : CA, nos 56 (1003 ou 1013), 59 (1006), 62 (1019), 63 (v. 1008-1018), 68 (v. 1032-1050), 78 (1048-1056/1060), 80 (XIe s.). Sur la cathédrale double d’Apt, voir Martine Jouve, Étude de la cathédrale d’Apt, mémoire de maîtrise dactyl., Université de Provence, 1983 ; et Yann Codou, Michel Fixot, « Églises doubles et familles d’églises en Provence », Antiquité tardive, t. 4, 1996, p. 196-210.

56 CA, nos 64 (v. 1010-1032), 65 (v. 1010-1032), 72 (1039), 76 (v. 1041-1046), 79 (v. 1048), 84 (1053), 86 (1056), 87 (1056)...

57 René Poupardin, Recueil des actes..., op. cit., no 33.

58 Pour la fausseté de cet acte, voir CA, no 1, et note 1, p. 87-88.

59 Pour la fausseté de cet acte, voir CA, no 11, et note 1, p. 105-108 ; ainsi que Michel Fixot, « La construction des châteaux », art. cit., p. 279.

60 Pour le détail de ces opérations, voir Florian Mazel, La noblesse et l’Eglise..., op. rit., p. 222-236.

61 La citation du psaume 26, verset 8, revient régulièrement dans les préambules d’actes de dotation d’églises (J. Avril, « Observance monastique et spiritualité dans les préambules des actes [Xe-XIIIe s.] », Revue d'Histoire ecclésiastique, t. 85, 1990, p. 5-29, ici p. 26). Elle vient souvent justifier les dépenses d’ornementation, comme en témoigne indirectement un passage du chapitre 29 de l'Apologie adressée à Guillaume de SaintThierry de Bernard de Clairvaux (Saint-Bernard, OEuvres, éd. M. A. Ravelet, t. II, Paris, 1867, p. 286).

62 CA, no 115.

63 CA, no 42. L’évêque d’Avignon Garnier souscrit en outre la charte.

64 Ces douze chanoines devront vivre en commun, « juxta chanonicam auctoritatem », et reçoivent un certain nombre de revenus de la cathédrale (des dîmes, quelques biens et le tiers des revenus des églises de la cité Apt).

65 CA, no 56 (1003 ou 1013 : « dono Sanctae Mariae et Sancto Caston »), 57 (1006 : « cedo... ad ecclesiam Sanctae Mariae et Sancti Castoris et canonicos earum »), 59 (1006 : « facio donationem... omnipotenti Deo et ecclesiae Sanctae Mariae sedis Aptensis et Sancti Castoris episcopi... et sanctorum scilicet et canonicorum ibidem servientium pro Dei dispensatione... »), 62 (1019), 63 (v. 1008-1018), 68 (v. 1032-1050 : « dono... Sanctae Mariae sedis Aptensis et clericis ibi in commune viventibus »), 78 (1048-1056/1060 : « facimus donationem Deo et Sanctae Mariae et canonicis in commune viventibus »), 80 (XIes. : « facio donationem Deo et Sanctae Mariae et canonicis in commune viventibus »)... En 1064, une « maison commune » des chanoines est attestée (CA, no 91 : « facio donationem... domino Deo omnipotenti... et Sanctae Mariae genitrici Dei sedis Aptensis et clericis ibi degentibus in communi domo »).

66 CA, nos 123 (v. 1120-1124) et 126 (v. 1120-1124).

67 Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. cit., p. 223-224.

68 CA, no 43.

69 C4, no 65.

70 C’est ainsi que des petits dossiers familiaux peuvent être intégrés aux cartulaires ecclésiastiques. Voir Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 200-209.

71 CA, no 65 : « Quodcirca ego Wilelmus omnipotenti Domino et ecclesiae Sanctae Mariae genitriris Dei et Sancti Castoris Aptensis sedis dono aliquid ex alode meo qui mihi ex patre meo venit, qui ipse alodis per mortem patris sui scilicet avi mei emandatus est : hoc est unam villam quae vocatur Calicicias, quantum in ipsa villa mihi obvenit, id est tertiam partem ipsius villae cum omnibus apendiciis illic pertinentibus pro remedio animae meae et meorum parentm et ut Dominus tribuat victoriam mihi de inimiris meis qui mihi legitimum meum honorem conantur auferre. Et sic facio hanc donationem Sanctae Mariae et Sancto Castrori et canonicis illic servientibus, ut quamdiu episcopus nomine Stephanus vixerit, qui nunc vivit, unam medietatem ipsius donationis in suo jure subiciat et alia canonici. Post obitum enim ipsius episcopi, scilicet Stephani, medietas tota integra canonicis revertatur absque contrarietate episcopi vel alius potestatis ».

72 Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. rit., p. 81-82.

73 CA, no 86 : « Sicque ad hoc, exquirendo sodales invenio sodales idoneas personas duorum fratrum meae civitatis prinripum, scilicet Rostagnum et Guilelmum, qui inde exhilarati et auxilium se impensuros et de suo daturos fatentur, ad erigendam praedictae matris ecclesiae consternationem. (...) Ego Alfantus, adscito clero et praedictis duorum fratrum personis, alioque nobili comitatu, exquisivi ut promissa impleantur. »

74 Florian Mazel, La noblesse et l’Eglise..., op. cit., p. 226 et 616.

75 Ibid., p. 229-233.

76 Sur cette fonction mémorielle des cartulaires, présente dès les premiers cartulaires du IXe siècle, voir Patrick Geary, « Entre gestion et gesta », dans Les cartulaires..., op. cit., p. 14-24.

77 A l’occasion des discussions du colloque de Béziers, Pierre Chastang a suggéré que le cartulaire de Nîmes pourrait ne pas être si différent des cartulaires d’Arles et d’Apt que l’on pourrait le croire à la lecture de sa thèse. A la réflexion, le cartulaire de Nîmes pourrait en fait plutôt appartenir à la génération des cartulaires « pré-grégoriens », antérieure aux cartulaires proprement grégoriens (cartulaire d’Agde, fragments de cartulaires de Narbonne, cartulaires arlésiens de la fin du XIIe et du début du XIIIe siècle). Il envisage pour le vérifier de reprendre ultérieurement l’analyse du cartulaire de Nîmes.

78 Jean-Pierre Poly, La Provence..., op. cit., p. 269-270 ; Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. cit., p. 178-194, 212-236, 262-282.

79 Comme le montrent les exemples d’Arles et d’Apt, la réforme des chapitres doit être comprise comme un processus et non comme un événement. L’adoption de la vie commune et la constitution d’une mense canoniale ne sont pas nécessairement simultanées et peuvent en outre faire l’objet de retour en arrière (sans parler de la division des chapitres que l’on constate à Aix ou Avignon). De plus, elles ne signifient pas forcément la régularisation stricto sensu du chapitre (au sens de l’adoption de la règle de saint Augustin, qui n’est attestée pour la première fois qu’à Reims en 1067) dont on voit à Arles qu elle peut être postérieure de plus d’un siècle aux premières attestations de vie commune (pour Arles, voir Y. Esquieu, Autour de nos cathédrales..., op. cit., p. 31).

80 Martine Jouve, Etude sur la cathédrale d’Apt..., op. cit. ; Jean-Maurice Rouquette, Provence romane, t. I, La Provence rhodanienne, La-Pierre-qui-Vire, 1974 (2e éd.), p. 271.

81 Elisabeth Magnou-Nortier, La société laïque et l’Eglise dans la province ecclésiastique de Narbonne de la fin du VIIIe à la fin du XIe siècle, Toulouse, 1974, p. 477-481 ; Jean Becquet, « L’évolution des chapitres cathédraux : régularisations et sécularisations », dans Le monde des chanoines..., op. cit., p. 19-39.

82 Florian Mazel, La noblesse et l’Église..., op. cit., p. 247-253.

83 Ibid, p. 214-219.

84 Cartulaire A, fol. 5v-6v (975 : Inventaire, no 35 ; éd. GCNN, Arles, no 277), 13v-14v (975 : Inventaire, no 34 ; éd. GCNN, Arles, no 278), I4v-15 (954 : Inventaire, no 16 ; éd. GCNN, Arles, no 255). Sur la fondation de Montmajour, voir Eliana Magnani SoaresChristen, Monastères et aristocratie en Provence milieu Xe-début XIIe siècle, Münster, 1999, p. 101-124 ; Patrick Geary, La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, 1996, p. 200-217 (en prenant soin de corriger certaines données géographiques et anthroponymiques).

85 Gallia Christiana in provincias ecclesiasticas distributa, t. I, Eccl. Aptensi instrumenta, no XI : « ... confirmamus castrum sancti Martini et castrum de Sagnione, quod cum ex antiquo jure Aptensi ecclesiae pertineret per confratris nostri Laugerii episcopi praesenti industriam eidem ecclesiae restitutum est ».

86 Florian Mazel, La noblesse et l'Église..., op. cit., p. 224, 233-234.

87 GCNN, Arles, nos 593 (1158) et 639 (1178). Au regard de la pauvreté documentaire de la première moitié du XIIe siècle, il est difficile de préciser à quelle date le chapitre a obtenu de l’archevêque la gestion autonome de son patrimoine. Il est probable que les archevêques Aton (de Bruniquel ?) [...1115-1128/29] et Bernat Garin (1129-1138), tous les deux anciens moines victorins et légats du pape, ont joué un rôle essentiel.

88 GCNN, Arles, no 665 : « In primis si quidem statuentes ut ordo canonicus quem nuper secundum beau Augustini regulam Domino professi estis, in ecclesia vestra perpetuis temporibus inviolabiliter obervetur ; ita quod de cetero in ecclesia vestra nullus canonicus assumatur, nisi fuerat vitam regularem professas ».

89 Sur ces documents, voir : Paul-Albert Février et alii, La Provence des origines à l’an mil, Rennes, 1989, p. 401-402 ; D’un monde à l’autre. Naissance d’une chrétienté en Provence, IVe-VIe siècles, catalogue de l’exposition du musée de l’Arles antique (2001-2002), Arles, 2001, p. 99-105 ; Histoire du christianisme, t. 2, Naissance d’une chrétienté (250-430), Paris, 1995, p. 838-839. Pour les premiers témoins manuscrits des lettres de Zozime, voir supra note 27.

90 RCF, t. I, p. 18-21 ; Estelle Bœuf, Édition du chartrier..., op. cit., passim.

91 Bibl. d’Arles, ms. 1242, fol. 107-146.

92 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit., p. 373-397.

93 Estelle Boeuf, Le cartulaire authentique..., op. cit., p. XXXIII-XXXVII.

94 À la fin du XIIe siècle, un dernier membre du lignage, mais issu d’une branche secondaire en conflit avec la branche principale, monte toutefois sur le siège épiscopal, Guiran de Viens (...1184-1193...).

95 Sur tout ceci, voir Florian Mazel, La noblesse et l’Eglise..., op. cit., p. 272-278, 423-430.

96 L’acte no 32 de 852, qui mentionne un prévôt et un archidiacre, a été écarté en raison de son caractère suspect.

97 Il n’est pas sûr qu’il s’agisse alors d’un chanoine (de même vers 1096-1097, CA no 96), ce qui est en revanche clairement le cas en [1117-1122],

Notes de fin

* Cet article a profité des fructueuses discussions que j’ai eues à plusieurs reprises avec Pierre Chastang. Caroline Bourlet m’a par ailleurs bien aimablement permis de consulter les épreuves du Répertoire des cartulaires français, t. I, Provinces d’Aix, Arles, Embrun, Vienne, diocèse de Tarentaise, publié en 2003 par l’IRHT [désormais abrégé RCF, t. I], alors sous presse. Estelle Boeuf m’a enfin prêté son mémoire de DEA, Le cartulaire authentique du chapitre d’Arles, inventaire analytique et chronologique jusqu’à l'épiscopat d'Imbert d’Eyguières, Université de Paris IV-Sorbonne, 1995 [désormais abrégé Inventaire\. Qu’ils reçoivent tous les trois l’expression de ma profonde gratitude.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search