Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les Cartulaires méridionaux

 | 
Daniel Le Blévec

À propos de l’espace rural durant le haut Moyen Âge méridional : archéologie et cartulaires

Laurent Schneider

Testo integrale

1La démarche qui conduit aujourd’hui à insister sur la singularité de chaque cartulaire, sur l’émergence d’une nouvelle manière de pratiquer ce type de sources, n’est en définitive pas totalement étrangère à l’archéologue parce que le champ de cette discipline fait lui-même l’objet, depuis une vingtaine d’années, de ses propres bouleversements. Les questions touchant aux cartulaires se déplacent au moment où une mutation documentaire marquée par un accroissement spectaculaire des données provoque un changement d’échelle d’analyse de l’archéologie. Ainsi dans le domaine rural, l’histoire de l’occupation des sols et de l’habitat ne se pose plus seulement en termes de flux et de reflux du peuplement, mais repose davantage sur l’exploration des dynamiques de transformation de l’habitat en un même lieu, sur la compréhension d’un processus interne dû d’abord à des facteurs économiques et sociaux.

2C’est de cette double évolution qui conduit, d’une part, les historiens des cartulaires à une réflexion sur le statut de l’écrit, sur l’histoire des patrimoines et des pouvoirs, sur les logiques mémorielles et, d’autre part, les archéologues du monde rural à ouvrir le champ de leur recherche vers des notions de spatialisation plutôt que de localisation, vers des réflexions sur la stratégie, la mémoire et la puissance organisatrice d’un lieu et d’un territoire, dont je voudrais tenter de rendre compte dans ces lignes à travers l’exposé de quelques dossiers.

I. — La démarche topographique et toponymique

A. Le texte, le lieu-dit et la carte

3Les premiers usages faits par les archéologues méridionaux des cartulaires ne sont a priori guère différents de ce qui s’est produit ailleurs en France. Principales sources écrites permettant d’aborder avant le XIIIe siècle différents aspects du monde rural, les cartulaires livrent d’abord d’anciens noms de lieux habités dont on s’occupe prioritairement de rechercher les localisations. En ce sens, la démarche initiale est avant tout topographique et surtout toponymique.

4Dans un article récent, E. Zadora-Rio a montré néanmoins comment cet usage de la toponymie pour l’histoire de l’occupation des sols avait finalement longtemps fonctionné comme un substitut de l’archéologie (Zadora-Rio 2001). Et l’auteur de rappeler cette phrase terrible de Camille Jullian qui écrivait, en 1926, qu’il « était plus important de reporter les noms anciens sur une carte que les ruines elles-mêmes ». En effet, à la suite de d’Arbois de Jubainville, on établit des listes de noms de lieux que l’on répartit en grandes catégories chronologiques, en distinguant des toponymes « prélatins, gallo-romains, germaniques ou romans ». Ces différentes catégories permettaient dès lors de dresser des cartes du peuplement, disséquées en couches historiques superposées, censées représenter l’évolution de la géographie humaine, tout en établissant un point commun avec l’archéologie du fait de la métaphore constituée par l’empilement des couches « toponymiques ».

5Mais les cartes dressées n’apparaissaient dans bien des cas que comme des béquilles pour le texte et ne jouaient qu’un faible rôle dans l’élaboration du propos de l’historien et de l’archéologue. D’une part, la géographie historique et l’histoire de l’occupation des sols se posaient essentiellement en termes de flux et de reflux du peuplement que l’on associait bien souvent à des phases migratoires des populations ; d’autre part, une certaine inadéquation demeurait entre la mention textuelle d’un ancien lieu habité et la réalité des vestiges que l’on pouvait en retrouver, lorsque l’on n’opérait pas tout bonnement une correspondance hasardeuse avec un simple toponyme puisé dans les cadastres du XIXe siècle. Le texte se suffisait à lui-même et l’on ne percevait pas ou mal la rupture documentaire et la complexité nouvelle que les cartulaires introduisaient dans l’élaboration des cartes archéologiques départementales ou dans les études d’occupation des sols, notamment lorsqu’il s’agissait d’explorer la transition entre monde antique et société féodale.

6Schématiquement les cartulaires permettaient d’abord de dresser des listes de lieux habités et fournissaient des dates. L’attitude des archéologues vis-à-vis de cette source demeurait somme toute très passive.

7Il fallut attendre, dans les années 1980, le développement des prospections de surface et l’essor de l’archéologie préventive pour que les dynamiques de transformation de l’habitat en un même lieu commencent à être mieux perçues et que les propos sur le changement accordent une plus grande attention aux facteurs sociaux et économiques. Le renouveau est d’abord documentaire. Là où on ne connaissait auparavant qu’un nom de lieu évoqué au détour d'une charte, là où la carte archéologique était squelettique, on dispose aujourd’hui de plusieurs sites à la ronde si bien que l’on est parfois en peine de proposer une identification, tant les possibilités deviennent multiples. Dans le même temps apparaissait aussi une certaine vanité du texte car ce sont parfois des sites inconnus des cartulaires que les enquêtes archéologiques systématiques faisaient émerger.

8Mais la mutation n’est pas seulement quantitative, elle est aussi qualitative. Les chartes des cartulaires offraient non seulement des noms de lieux mais aussi et surtout des dates précieuses abondamment utilisées. Or ce n’est que depuis un jour récent que l’archéologie du haut Moyen Âge méditerranéen a gagné elle aussi en précision dans les méthodes des datations, ce qui lui permet aujourd’hui de s’affranchir bien souvent du texte et de la fameuse « première mention » dont on discutait rarement la fiabilité intrinsèque.

9Ce changement d’échelle de l’archéologie a entraîné un changement radical de perspective dont les enjeux continuent de faire progresser la discussion. D’une démarche initiale essentiellement topographique, qui se traduisait surtout par la recherche d’une localisation toponymique et/ou archéologique du lieu nommé par les textes, on est passé à des approches qui touchent plus largement à l’organisation de l’espace.

10Les études archéologiques qui peuvent être conduites aujourd’hui à partir des cartulaires contribuent désormais à inscrire la dynamique de l’habitat dans un temps long qui dépasse l’échelle temporelle du cartulaire examiné. Elles s’inscrivent aussi dans l’histoire globale d’un espace humanisé qui introduit ses propres éléments de complexité, ce qui permet de mieux mesurer les faiblesses de la documentation écrite, car les bien-fonds répertoriés dans les cartulaires ne constituent pas vraiment un échantillonnage aléatoire et n’évoquent qu’une partie seulement du maillage de l’habitat. En ce sens, le déplacement récent de l’intérêt porté aux cartulaires trouve, me semble-t-il, de nombreux points communs avec la démarche archéologique. Après tout, la profondeur mémorielle d’un dossier réuni dans tel ou tel cartulaire, de même que l’analyse des rapports sociaux et des pouvoirs passent aussi par une évocation de la stratégie des lieux et des espaces qui sont des objets d’étude de l’archéologie.

11Alors que la relation archéologique au cartulaire était surtout celle d’un usage passif, la question se pose désormais de savoir si la démarche archéologique offre un recours possible dans ces affaires, dans cet art du mentir vrai et ces histoires reconstituées. Il nous semble que l’archéologie médiévale enfin devenue mature doit pouvoir, si elle s’en donne les moyens, apporter sa pierre aux réflexions qui s’engagent dans l’élaboration des interprétations que l’on peut faire de cette documentation.

B. De la localisation archéologique à la spatialisation

12En Languedoc, l’intérêt renouvelé des chercheurs pour les campagnes durant l’Antiquité et le haut Moyen Âge, depuis deux décennies, conduit à user de nouveaux cadres d’analyse. La mise en place d’une archéologie extensive, avec des prospections pédestres menées dans des micro-régions de quelques centaines de kilomètres carrés, la réalisation de fouilles programmées ainsi que la place grandissante prise par l’archéologie préventive, permettent de reconsidérer le maillage de l’habitat rural, depuis les agglomérations secondaires et les villages, les villae, jusqu’aux établissements les plus modestes.

13L’un des apports méthodologiques de ce renouveau réside désormais dans le fait que le « site » n’est plus considéré comme un point isolé mais s’insère à la fois dans un semis d’établissements divers et dans un espace cohérent qui peut être politique ou s’identifier plus simplement à une unité paysagère. À cette dernière échelle notamment, il devient possible de saisir les relations de tel ou tel « point » archéologique avec le tissu des habitats ruraux les plus proches pour voir évoluer sur le long terme les sociétés agraires dans leur cadre de vie. Dans cette optique, la confrontation avec les informations contenues dans les cartulaires gagne en pertinence et donne une tout autre profondeur à l’histoire des patrimoines. Elle ouvre d’abord l’archéologie médiévale à un nécessaire temps de réflexion dans l’élaboration des interprétations, alors que celle-ci est encore trop souvent limitée à l’acquisition et à la description des données. Elle incite aussi l’historien ruraliste à une pratique plus concrète de l’analyse historique, en plongeant dans les réalités régionales et locales pour saisir l’évolution du cadre de vie des sociétés agraires.

14Du point de vue de l’histoire de l’occupation des sols et de l’habitat, les cartulaires semblent pouvoir être analysés en suivant deux fils conducteurs étroitement liés : celui de la propriété tout d’abord, celui des cadres territoriaux et de l’organisation topographique de l’habitat ensuite.

15La première perspective invite à s’interroger sur les formes de détention et d’exploitation de la terre, sur les hommes qui interviennent dans les transactions, mais aussi sur l’histoire des patrimoines et les logiques mémorielles qui ont pu guider les transmissions.

16La seconde perspective constitue sans doute le terrain de rencontre privilégié avec l’archéologie médiévale parce qu’elle conduit à une analyse des cadres territoriaux de l’habitat et de la hiérarchie plus ou moins stricte qui les régit du pagus à la villa ou au locus, en passant par la vicaria et le castrum, pour mettre en évidence les liens qui associent ou non les différentes unités de l’espace rural. Or, de ce point de vue, les cartulaires nous placent à cette époque charnière qui voit émerger, puis s’affirmer le village en même temps qu’une certaine organisation concentrique des différents terroirs qu’il contrôle. Et l’historien de scruter dans les chartes les pôles qui, de la villa au castrum, conduisent à l’émergence d’un centre qui induirait ensuite une forme auréolaire des finages. Villages, concentration de l’habitat, féodalité, incastellamento, paroisse, terroirs, mobilité ou enracinement, les cartulaires sont au cœur de ces débats qui agitent les ruralistes.

17Pénétrer dans l’organisation de l’habitat et des terroirs du haut Moyen Age impose finalement un regard sur les principales structures spatiales qui sous-tendent ces réalités : la villa, le castrum et la viguerie. Je voudrais maintenant, en évoquant quelques dossiers languedociens tirés des cartulaires qui me sont les plus familiers, ceux de l’église de Béziers, de Saint-Sauveur d’Aniane et de Saint-Sauveur de Gellone, présenter quelques tendances nouvelles de l’archéologie médiévale méditerranéenne. L’objectif du propos est de montrer modestement comment les informations livrées par les cartulaires nourrissent les recherches qui s’attachent à la notion d’espaces savants ou vécus.

II. — Changement d’échelle : les dynamiques de transformation de l’habitat

A. La villa : absence d’archétype

18Cellule territoriale de base du monde rural du haut Moyen Âge dans laquelle sont localisés divers biens fonciers, la villa apparaît dans les cartulaires languedociens comme l’un des plus petits territoires à partir duquel est perçu l’espace. Après tant et tant d’approches, on ne se risquera pas ici à dégager un ou plusieurs modèles cohérents de cette structure, mais l’on tentera plus modestement d’illustrer que l’usage abondant et quasiment exclusif de ce terme avant l’an mil pour évoquer les cellules de base du monde rural n’implique nullement une homogénéité des formes et des structures de l’habitat (Schneider 2003b).

19On admet sans difficulté que malgré le caractère parfois stéréotypé des énumérations descriptives et une certaine élaboration qui demeure tributaire de l’usage de formules, les chartes restent ouvertes néanmoins au détail concret, à l’expérience, et possèdent par conséquent une dimension réaliste, témoignage d’une certaine attention portée à l’identification et à la localisation des terres et des lieux dans l’espace. Pourtant, outre un aspect singulièrement abstrait, l’impression qui domine à leur lecture est malgré tout celle d’une certaine uniformité qui, à son tour, évoque une image de stabilité de ce monde rural, si bien que l’on a tôt fait d’assimiler la villa à une unité de vie rurale dont l’origine se perdrait dans des temps immémoriaux.

20Aveu de faiblesse ou argument de paresse ? Faut-il dès lors renoncer à explorer ces temps réputés obscurs qui précèdent les plus anciennes chartes réunies dans les cartulaires méridionaux ? Sur ce terrain, l’archéologie du haut Moyen Âge méditerranéen ne cesse pourtant de progresser : la réalité des VIe-Xe siècles commence à émerger. Or les cartulaires sont au cœur de cette mutation parce qu’ils constituent une sorte de lien entre l’essor des pôles d’habitat que l’archéologue voit émerger dès les Ve-Ve siècles et les formes de terroirs et les centres ruraux élaborés par l’incastellamento.

21Dans cette perspective, la villa des cartulaires marque le temps de l’ancrage territorial des pôles issus de la phase pré-carolingienne et, dans cette étape intermédiaire, l’écrit entérine un processus qui accorde finalement une plus grande stabilité à l’espace et au territoire qu’à l’habitat lui-même.

22Certes quelques chartes semblent indiquer, dès la seconde moitié du Xe siècle, que la villa et son terminium peuvent déjà s’identifier à un village et à son finage, mais ces documents concernent surtout des périphéries urbaines qui ont pu connaître des évolutions plus précoces. Mais pour peu qu’on tente de les confronter aux vestiges matériels, l’affaire devient souvent moins limpide.

  • 1 C. Béz., no 23, p. 15-17.

23Dans le secteur de Béziers, une charte, datée de 946, mentionne pour la première fois une villa portant le nom de Sclacianum/Esclatian, aujourd’hui La Savoie, sur la commune de Vendres (Hérault)1. On retient de ce document son exceptionnelle et apparente clarté qui invite à déceler un terroir organisé en quartiers de culture autour d’un « centre » habité. Quatre manses sont en effet localisés in ipsa villa, tandis que de nombreuses parcelles de cultures sont situées in ipso terminio, subdivisé à son tour en onze lieux-dits, tous introduits par une locution de type in loco ubi vocant X, ou in loco ubi dicunt Y. Dans ce texte donc, les choses paraissent relativement claires. Le scribe distinguerait en effet la partie habitée de la villa (in ipsa villa) où se trouvent les manses avec leur dépendances, du terminium de cette même villa, découpé pour sa part en multiples quartiers ruraux accueillant les terres de culture. En tout état de cause, le texte particulièrement explicite montre que la villa d’Esclatian qui comprend une zone d’habitat « centré » se fractionne aussi en plusieurs petits terroirs et qu’il n’y a pas de confusion entre la référence toponymique à la villa et la micro-toponymie de ses lieux-dits. C’est en s’appuyant sur ces éléments de micro-toponymie que F. Cheyette et C. Duhamel-Amado ont tenté de dater la structuration de cette villa en quartiers de culture.

Fig. 1. — Entre Antiquité et Moyen Âge : mobilité de l’habitat dans l’espace de l’ancienne villa d’Esclatian (Vendres, Hérault)

24Comme deux des onze quartiers de culture repérés portent des noms qui font allusion à des pratiques agricoles a priori disparues en 946, puisque deux vignobles colonisent maintenant d’anciennes terres de pâture (ubivocant Armentarias) et deux champs de terre arable une ancienne olivette (ubi vocant Oliveto), il a semblé que la mise en place de ce terroir agricole était bien antérieure aux premiers textes qui le documentent (Cheyette, Duhamel-Amado 1983, 38-40). Renforçait encore cette hypothèse l’existence de plusieurs chemins reliant les centres qui donnaient leur nom aux terroirs entiers.

« Tout cela, bien sûr, est fragmentaire. Mais on ne peut guère espérer mieux, étant donné la rareté des documents de l’époque. Cela suffit pour affirmer que la structure de ces terroirs villageois, la mise en place des chemins d’exploitation et des quartiers ruraux, étaient accomplies dès le début du Xe siècle. » (Cheyette, Duhamel-Amado 1983, 39).

  • 2 C. Béz., no 31, p. 26 ; voir également note 6.
  • 3 C. Béz., no 264, p. 370-372.

25À vrai dire, la situation est particulièrement complexe. Dans ce secteur, de vastes fouilles réalisées au début du XXe siècle ont mis au jour, sur plus d’un hectare, les vestiges d’un établissement antique de type villa occupé au moins jusqu’au Ve siècle (Mouret 1913, pl. 50-54). Des silos médiévaux superposés aux vestiges antiques ont également été repérés en ce lieu. Au sud, à 300 mètres de distance sur le sommet d’un petit relief, furent également mis au jour au début du siècle dernier (Mouret 1906, 458-473), plus de 150 sépultures rupestres, quelques silos et les vestiges d’un édifice en petit appareil qui pourraient bien être ceux de l’église Saint-Baudile, placée dans une charte de 969 dans la villa Slaciano, avec tour, podium, cellier et cimetière2. Deux siècles plus tard, la hauteur sur laquelle est édifiée l’église, la mention de la tour et du podium peuvent encore faire songer à ce mont d’Esclatian que l’évêque de Béziers donne en fief à un laïc en 1177 pour qu’il l’améliore, acte d’inscastellamento proprement dit3. Or l’enquête archéologique nous révèle l’existence sur un autre relief qui encadre ce petit bassin, cette fois-ci à quelque 700 mètres de distance, des ruines de la villa antique et du pôle ecclésial de la villa du haut Moyen Âge, d’une fortification de hauteur de type motte comprenant fossés, levées de terre et ouvrages maçonnés (Schneider 1992, 18, fig. 16).

26À la stabilité toponymique que véhiculent les actes du cartulaire de Béziers, à l’idée d’enracinement de l’habitat en un point fixe et unique du terroir, au sentiment d’avoir affaire à un pôle d’habitat « centré », l’enquête archéologique oppose une image plus complexe puisque, entre le Ve siècle et le XIIe siècle, ce sont au moins trois grands « pôles » bâtis qui peuvent être distingués à l’intérieur du cadre territorial de la villa d’Esclatian (Fig. 1). Certes l’enquête est encore bien superficielle. On ignore en effet dans le détail les modalités chronologiques qui rythment les créations, les effacements et absorptions ou les réoccupations de ces différents sites. Cela peut suffire néanmoins à montrer, dans le temps long, que l’histoire de la concentration de l’habitat et de sa cristallisation en un point fixe fait appel à la notion de système dynamique, à une sorte de mouvement continu d’équilibre spatial. Les notions de stabilité ou de mobilité rurale impliquent sans doute de penser un peu plus le fait spatial et le fait social de manière simultanée.

27Les enquêtes archéologiques qui sont désormais conduites à l’échelle micro-régionale et locale rendent les chartes moins abstraites et nous montrent surtout combien de villae ont pu présenter jusqu’au seuil de l’an mil un aspect polynucléaire.

28Ainsi, les tours qui commencent à devenir de plus en plus fréquentes en Biterrois et en Agadès dans l’énumération descriptive de villae après les années 930, sont souvent bâties à distance des pôles d’habitat préexistants, alors que l’on a pu croire un temps qu’elles venaient les renforcer, qu’elles constituaient un facteur majeur de la structuration des finages en contribuant à l’émergence d’un centre.

29En Biterrois nord-oriental, sur les marges du fisc carolingien de Miliacus, dans la villa vicomtale d’Adeilhan, la tour a été édifiée sur le sommet du relief de Montredon à plus de deux kilomètres de l’église Saint-Marcel, associée pour sa part à un noyau d’habitat antique et carolingien (Schneider 1992, 10). Plus au nord, dans la villa de Teulet, la tour domine un habitat préexistant situé à plusieurs centaines de mètres de distance, tandis que l’église de la villa, le sanctuaire de Saint-Amans construit sur un autre coteau, constitue un troisième pôle bâti dans l’espace de la villa. Dans la villa de Caux encore, cette fois-ci en Agadès sur le rivage de l’étang de Thau, la tour est implantée à plus de 500 mètres du principal pôle d’habitat de la villa, enraciné pour sa part autour des bâtiments d’un ancien domaine aristocratique tardo-antique (Bermond et al. 1989 ; Lugand, Pellecuer 1994).

30À force de rechercher les premiers symptômes de la concentration de l’habitat, à force de rechercher les signes de l’émergence du village, on a peut-être perdu de vue le poids réel, sinon d’une dispersion de l’habitat, du moins de l’organisation polynucléaire de l’espace de la villa. Le poids historiographique du pôle et du centre laisse songer que l’on a pu projeter trop rapidement sur la réalité des IXe et Xe siècles des formes de terroirs et d’habitat élaborées par l’incastellamento. Il fallait du moins que les chartes puissent être confrontées à l’étude matérielle des espaces et des lieux qu’elles énumèrent pour que l’on puisse opérer ces ajustements, pour que l’on commence à distinguer dans une même unité paysagère et dans le long terme ce qui relève de l’héritage tardo-antique et de l’innovation du haut Moyen Âge.

B. Enquête lexicologique et démarche archéologique : l’exemple des villae avec tour

31À partir du second tiers du Xe siècle, les mentions de tour se multiplient rapidement dans les cartulaires ecclésiastiques de Béziers et d’Agde, principalement dans la basse vallée de l’Hérault, en zone littorale, et à proximité de la cité lodévoise, dans l’arrière-pays.

  • 4 C. Béz., no 39, p. 38 : Villa vocabulo Lignano cum suis terminiis cum ipse turre vel cinctos vel c (...)
  • 5 C. Lod., no 11, p. 15 (988) : in villam quam dicunt Foderias ecclesiam quae fundata in honorem San (...)
  • 6 C. Béz., no 31, p. 26 :...medietatem de ecclesia Sancti-Baudilii qui est fundata in villa Sclatian (...)
  • 7 C. Agde, no 315, p. 281 :...Et in ipsa villam (Aviates) donamus tibi mansiones duas que sunt infra (...)

32 Villam quem vocant X cum ipsa ecclesia et cum ipsa turre, simple tour associée à une villa ou placée dans son terminium comme peut l’être une église, cette formule lapidaire est parfois enrichie de termes additionnels. De temps à autre sont en effet évoqués des éléments fortifiés complémentaires. Dans la villa de Lignan, à proximité de Béziers, la tour mentionnée en 977 possède également cinctus et vallum4. Autour de Lodève, les villae avec tour de Soubès et Fozières comprennent d’autres fortalicia5. Ces tours paraissent associées dans d’autres cas à une église, comme dans la villa d’Esclatian où est cité en outre un pogium6. Plus rarement ces tours rassemblent quelques mansiones à l’intérieur de leur enceinte ou de leur fossé7.

33Ce type de mention si particulière aux cartulaires languedociens a attiré l’attention de plusieurs historiens depuis une bonne trentaine d’années. E. Magnou-Nortier y voit la manifestation d’une richesse, un peu à la manière des maisons de maître de l’Antiquité tardive pour les mentions les plus complexes. Elle propose de distinguer le simple donjon d’un modèle plus sophistiqué proche d’une maison forte. Qu’il s’agisse du premier ou du second cas, on aurait affaire avant tout à des fortifications privées (Magnou-Nortier 1974, 251). Pour M. Bourin, la différence entre castrum et villa fortifiée réside dans le caractère public qui est au centre de la notion de castrum, support véritable de l’autorité banale (Gramain 1980, 123). Elle relève par ailleurs trois principaux types de villae fortifiées : une simple tour sans autre appareil défensif, des maisons fortes avec donjon et une tour possédant enceinte de murs ou de fossés. La configuration du troisième type pose le problème du regroupement de l’habitat paysan. Les mansiones qui jouxtent la tour de la villa de Bouran et celles qui sont comprises infra cincto de turre Sancti Stephani à Vias correspondent-elles à des maisons de tenanciers non domestiques ? Autrement dit, la tour, lorsqu’elle est associée à un cinctus, est-elle une fortification strictement individuelle ou commande-t-elle parfois une fortification collective ? À vrai dire, on ne possède que très peu de mentions de ce genre et M. Bourin met en garde de ne pas conclure trop vite à une sorte de préfiguration du modèle urbanistique des bourgs castraux biterrois du XIIe siècle (Bourin 1987, 412).

34Qui sont les maîtres de ces tours ? C. Duhamel-Amado a montré qu’une bonne moitié d’entre elles était aux mains de la famille vicomtale d’Agde-Béziers, les quelques autres restantes étant par ailleurs tenues par des familles « nobles » qui avaient des liens privilégiés avec les dynasties vicomtales du Lodévois, du Biterrois et du Narbonnais (Duhamel-Amado 1991, 172, no 47). Poursuivant dans cette voie, A. Durand a proposé de comprendre la diffusion extrêmement bien limitée du système de la villa cum turre comme une sorte de positionnement de la puissance vicomtale biterroise vis-à-vis des investissements comtaux toulousains en pays nîmois. Les recherches de C. Duhamel-Amado révèlent en effet « des alliances privilégiées du groupe aristocratique biterrois avec les vicomtes de Narbonne, de Carcassonne et du Roussillon à la quasi-exclusion de la lignée comtale » (Durand 1991, 137).

35Pour F. Journot, qui a principalement étudié les châteaux du Biterrois montagnard, les contextes topographiques hospitaliers (voies de communication nombreuses, zones densément peuplées et perchement atténué) font de la villa cum turre un type de fortification aisément contrôlable et c’est peut-être tant qu’elles restent sous contrôle qu’elles ne sont pas désignées comme castella (Journot 1990, 114).

36Tout au long du Xe siècle, la multiplication de ces tours de villa, qui précèdent de deux à trois générations la phase d’émergence des castra et des dominations châtelaines dans les deux premiers tiers du XIe siècle, pose un double problème : celui de leur signification politique et, de manière peut-être plus pragmatique, celui de leur morphologie et de leur lien avec l’habitat. Sur ce terrain l’enquête archéologique apporte ses propres éléments de réflexion et autorise une confrontation entre enquête lexicologique et vestiges matériels. A dire vrai, la démarche est plus complexe qu’il n’y paraît car l’enquête de terrain est particulièrement difficile. Parmi les dix-neuf tours connues par les chartes entre 924 et 1007 dans les anciens diocèses de Béziers, d’Agde et de Lodève, plus de la moitié (dix cas) s’identifient avec des sites villageois actuels, de sorte qu’il sera délicat sinon impossible d’en reconnaître un jour les topographies primitives. La localisation de trois autres tours demeure par ailleurs très incertaine, tandis que quatre autres encore ne présentent plus de vestiges en élévation et correspondent à des sites détruits, réoccupés ou trop bouleversés. Sur les deux tours restantes, l’une d’elles, celle de Teulet, a pu heureusement bénéficier d’une fouille ces dernières années (Schneider 1997). On mesurera dans ce seul énoncé toute la distance qui sépare la transmission des sources écrites des contingences de la démarche archéologique !

La tour de Teulet en Biterrois

  • 8 C. An., no 292, p. 415-416.

37Mentionnée pour la première fois en 978 dans la charte no 3l4 du cartulaire d’Aniane, la fortification est localisée dans la vicaria biterroise de Popian et dans le terminium de la villa de Teulet. Elle figure simplement au détour de la description d’un alleu que cède une certaine Adpaix à son mari Bernard. Une dizaine d’années plus tard, en 990, le mari en question offre au monastère d’Aniane ladite tour, puis celle-ci disparaît de la documentation écrite8.

38Le dossier textuel néanmoins est éloquent à plus d’un titre. Il permet d’abord, comme l’a montré C. Duhamel-Amado, de situer les maîtres de la tour au niveau moyen de l’aristocratie régionale, immédiatement placés sous les grandes familles comtales, mais aussi d’entrevoir un exemple local de fusion des aristocraties entre un lignage franc (celui des descendants de Guilhem de Gellone) et un lignage goth (comte d’Empories et de Roussillon) (Duhamel-Amado 1992). Ces deux chartes s’intègrent aussi, nous y reviendrons, dans le principal dossier du Xe siècle qui marque à Aniane, après la crise des années 890-950, une tentative de restauration du domaine monastique, course aux aumônes qui précède de peu les nouvelles dominations châtelaines du XIe siècle.

39Il n’y a pas lieu ici de relater les résultats complets de la fouille mais il convient d’en rappeler les principaux apports pour illustrer la suite de notre propos.

Aspects archéologiques

40Culminant à 160 mètres d’altitude, l’étroite colline où est bâtie la tour de Teulet domine d’abord la majeure partie de la viguerie de Popian et, plus largement encore, le bassin médian de l’Hérault. Incontestablement, le choix du site à lui seul est un programme, ce qui explique peut-être que la fortification ait été établie à distance, non seulement du pôle d’habitat préexistant de la villa, mais aussi d’une église voisine dédiée à Saint-Amans.

41La tour proprement dite se présente comme une forte construction de pierre et de mortier qui atteint 12,30 mètres de long pour 6,50 mètres de large, tandis que ses murs mesurent 1,60 mètre d’épaisseur. Protégée en pied de façade par un léger fossé doublé d’un talus, le relief qui la supporte est aussi remparé et circonscrit par un large fossé taillé dans le rocher. Assurément, le site adopte un caractère militaire extrêmement prononcé, comme l’atteste par ailleurs la découverte de carreaux d’arbalète. Témoignage plus discret mais plus original sur le faciès de cette occupation, l’analyse de la faune découverte dans la dernière couche de comblement du fossé supérieur, datée par radiocarbone des années 901-1031, souligne à la fois l’absence des produits de la chasse dans l’alimentation de la population et la consommation préférentielle d’animaux jeunes (agneaux, porcs de lait et porcelets), reflets de menus privilégiés soigneusement sélectionnés.

42De la confrontation des textes et de l’image fournie par les données archéologiques, plusieurs remarques s’imposent. Tirer argument de la présence dans le texte des chartes de fortifications additionnelles à la tour pour proposer une typologie de ces sites demeure trop aléatoire. À Teulet, les textes ne font apparaître qu’une simple tour, alors que les fouilles ont montré qu’elle demeure pourtant associée à deux fossés, un talus et une enceinte.

43La deuxième remarque concerne les liens entre la fortification et l’habitat. Ici la tour est édifiée à l’écart du pôle d’habitat préexistant. C’est avant tout la recherche d’un point haut qui a prévalu dans le choix du site d’installation, comme d’ailleurs à Adeilhan, la seconde tour de villa dont la topographie et quelques vestiges sont connus. Qui plus est, la fortification de Teulet n’est jamais devenue un point de fixation de l’habitat. Sa fonction est demeurée essentiellement militaire jusqu’à son abandon.

44Il reste néanmoins que la tour de Teulet, sans doute construite entre 930 et 950, constitue l’une des toutes premières initiatives de mise en fortification dans cette zone du pagus de Béziers. Les solutions topographiques adoptées (perchement, aménagement du relief, enceinte de pierre et double fossé défensif circulaire) constituent par ailleurs un modèle fort adopté deux à trois générations plus tard par les castra du XIe siècle.

45Tours de villa du Xe siècle et castra établis sur des sites neufs au cours du premier XIe siècle ne paraissent être finalement guère différents dans la forme, sinon que le diamètre plus important des enceintes des seconds a pu permettre d’accueillir des bâtiments d’habitation.

46Au-delà des approches matérielles les plus diverses, ce témoignage archéologique autorise-t-il d’autres types d’analyses, sur le plan institutionnel, notamment pour favoriser un éventuel retour sur les chartes d’Aniane ?

Fig. 2. — Un espace vicarial aux Xe et XIe siècles : Popian en Biterrois 1. Limite de diocèse (enclave nord-orientale du Biterrois). 2. Limite de commune. 3. Localité placée dans le ressort de la vicaria de Popian. 4. Cours d’eau. 5. Aire d’influence théorique des castra de Gignac, Popian, Aumelas et Le Pouget selon les plus proches voisins. 6. Castrum du XIe siècle. 7. Tour de villa (Xe siècle). 8. Villa associée à une église. 9. Villa. 10. Villa mentionnée à partir du XIIe siècle. 11. Abbaye. 12. Ancien étang.

47La réponse en ce domaine passe d’abord par une meilleure connaissance de la chronologie. Comment faut-il comprendre en effet l’abandon de la tour de Teulet ? Le site est délaissé au tournant de l’an mil, peut-être vers 1003, en tout cas avant 1031. Que la tour ait été tenue par Aniane depuis 990 constitue peut-être une explication de cet abandon, soit que les moines aient simplement préféré développer le site de l’église Saint-Amans situé à moins de 500 mètres de distance, soit que le don de la tour au monastère marque la volonté de neutraliser un enjeu politique ou encore de mettre à l’abri un patrimoine menacé. En tout état de cause, l’aumône demeure exceptionnelle, unique à vrai dire dans l’histoire du monastère car, comme le sanctuaire voisin de Gellone, jamais les moines de ces deux établissements n’ont tenu ni fondé de fortifications tout au long des Xe et XIe siècles.

Les vicomtes de Béziers, de Lodève, l’abbé Rainard et les actes du Xe siècle du cartulaire d’Aniane

48Malgré la complexité du dossier, un retour aux documents d’Aniane permet de proposer des pistes d’interprétation.

49Une lacune documentaire interrompt en effet le cartulaire à l’extrême fin du IXe siècle et pendant toute la première moitié du Xe siècle. Ce n’est pas vraiment un hasard, car cette période « obscure » correspond aussi à la domination de l’église arlésienne sur l’abbatiat anianais, phase « d’oubli » entre le siècle de la fondation du sanctuaire et celui de l’installation des pouvoirs vicomtaux locaux à la veille des premières dominations châtelaines.

  • 9 Parmi les dix chartes du Xe siècle signalant la vicaria de Popian, six la placent in comitatu, deu (...)

50À partir des années 950-960, au sortir de ce silence documentaire, le dossier documentaire anianais présente une nouvelle cohérence. Parmi les quatorze chartes de la seconde moitié du Xe siècle que rassemble le cartulaire, dix se rapportent à un même espace géographique désormais défini comme une vicaria, tandis que deux chartes concernent ses marges immédiates et qu’une seule nous déplace à une cinquantaine de kilomètres (Schneider 1997, 430). Or la viguerie en question est précisément celle de Popian, nouvelle circonscription dans laquelle est localisée la tour de Teulet en 972. Située aux portes méridionales de l’abbaye, cette viguerie correspond peu ou prou à une enclave du pagus de Béziers dans le bassin médian de l’Hérault, sur la rive gauche du fleuve, aux contacts des pagi de Maguelone au nord et à l’est, de Lodève à l’ouest et d’Agde au Midi (Fig. 2). En même temps que les scribes anianais introduisent la localisation des biens par une référence à la vicaria, l’expression in comitatu Biterrensi commence à supplanter la vieille formule carolingienne in pago Biterrensi9. Une certaine logique territoriale et politique semble se dessiner.

  • 10 C. Béz., no 49, p. 53.

51Pourtant, l’implantation des vicomtes de Béziers demeure particulièrement discrète dans le secteur. Elle se cantonne aux marges méridionales de la viguerie, où la maison vicomtale détient une tour dans la villa d’Adeilhan et la villa de Sainton, sur le causse calcaire de La Moure, villa que le vicomte Guilhem offre à Aniane en 99010.

  • 11 C. An., no 245, p. 371-372 (968) ; no 253, p. 378-379 (972) et no 305, p. 425-426 (983).

52Déjouant le tracé des frontières diocésaines et politiques, ce sont en fait les vicomtes de Lodève qui sont les mieux implantés dans le ressort vicarial. Sur les huit actes des cartulaires de Béziers, d’Aniane et de Gellone où apparaît la famille vicomtale, un seul concerne le comitatus de Lodève mais trois se rapportent directement à la viguerie de Popian et sont dans le cartulaire d’Aniane11.

  • 12 C. An., no 316 (959) ; no 285 (962) et no 245 (968).

53Pour être discrète, la présence biterroise n’en est pas moins réelle et solide mais on ne la perçoit que par un autre biais. Après les longs abbatiats arlésiens de la première moitié du Xe siècle, c’est en effet un certain Bernard, évêque de Béziers qui gouverne désormais l’abbaye. Connu dans le cartulaire d’Aniane par trois chartes seulement, il procède entre 959 et 968 à des échanges et des acquisitions dans ce que les scribes nomment pour la première fois le ministerium ou la vicaria de Popian12. C’est ce personnage biterrois qui amorce la restauration du domaine de l’abbaye mais celle-ci ne prend véritablement toute sa dimension qu’avec le long abbatiat de Rainard qui couvre tout le dernier tiers du Xe siècle.

54Le nom du personnage évoque tout d’abord celui du fondateur présumé de la lignée vicomtale de Béziers, fidèle du roi Carloman en 881. Il est encore porté par un évêque de la cité, mort avant 933, puis par un autre vicomte entre 956 et 969 (Duhamel-Amado 2001, 367-379). Contemporain de Fulcran, saint évêque de la cité lodévoise et père véritable de cette Eglise, l’abbé Rainard d’Aniane que nous proposons de rattacher à la maison vicomtale de Béziers est un personnage capital dans l’histoire du monastère. L’ombre de saint Fulcran a sans doute conduit l’historiographie à mésestimer son influence et son rôle important dans la restauration de l’abbaye. C’est lui pourtant qui obtient les deux donations les plus conséquentes du Xe siècle, celles qui impriment les lignes de force du domaine local d’Aniane jusqu’au début du XIIe siècle, églises et terroirs que l’on voit graviter ensuite dans les périphéries des nouveaux castra de Gignac et du Pouget.

  • 13 C. An., no 253, p. 378-379 ; le contexte de la charte — Ilduin donne en reconnaissant ses « crimes (...)
  • 14 C. An., no 291, p. 414-415.
  • 15 Engelen est le fondateur présumé du castrum du Pouget ; HGL, t. III, no 134, c. 502 (1036) et LIM,(...)

55C’est lui tout d’abord qui arrache, en 972, à Ilduin vicomte de Lodève l’aumône considérable de la villa de Carcares comprenant deux églises, plusieurs moulins et d’autres biens dans des villae mitoyennes, toutes situées à petite distance du monastère sur la marche septentrionale de la vicaria de Popian13. C’est lui aussi qui obtient d’un certain Ragon, cette fois-ci en 978, l’église Saint-Amans avec ses biens et droits, acte qui déclenche le processus d’acquisition de divers biens dans la villa de Teulet, dont la tour qui nous occupe14. Le poids de ce succès se prolonge encore vers l’an mil par l’aumône d’Engelen15 dans la villa Franconica et/ou de l’Estang, terroirs de rapport situés à moins de deux kilomètres de Teulet qui sont encore disputés aux moines dans le dernier tiers du XIe siècle et pendant les premières décennies du XIIe siècle. Avec plus d’une quinzaine d’actes, le dossier occupe d’ailleurs une place considérable dans le cartulaire (Schneider 1992, 29).

56Derrière le nombre et la belle consistance des biens que l’abbé Rainard obtient à l’avantage d’Aniane entre 972 et 1000 se profile le rôle de médiation que le personnage probablement d’origine biterroise a pu jouer entre les lignées vicomtales de Béziers et de Lodève. Derrière la restauration du domaine d’Aniane et les dévotions qui s’exercent en ce dernier tiers du Xe siècle, se noue un rétrécissement des fronts de pouvoirs et de parentés, jeux d’alliances et stratégies patrimoniales qui sous-tendent la grande vague de construction des forteresses du premier tiers du XIe siècle.

  • 16 Le rapport topographique entre la tour de Teulet construite dans le voisinage du chef-lieu vicaria (...)

57Dans ce processus complexe, la construction de la tour de Teulet, à la fois sur une hauteur qui domine directement le chef-lieu vicarial de Popian16 et dans les grands abords du sanctuaire monastique, amorce de manière relativement précoce (deux à trois générations avant que n’émergent dans l’espace de la viguerie les castra de Gignac, Le Pouget et Aumelas) un mécanisme de crispation et de conflit. L’image matérielle du site, son intégration dans le paysage bâti et dans le semis des établissements contemporains que restitue l’archéologie nous auront du moins permis au détour d’une lecture en filigrane d’un seul terme d’une charte de revenir sur un épisode méconnu de l’histoire du cartulaire d’Aniane, celui des fidélités nouées autour des vicomtes de Béziers et de Lodève à la veille des dominations châtelaines du premier XIe siècle. Finalement, bien plus que dans la confrontation sémantique et matérielle, c’est d’un mouvement dialectique entre les deux types de sources que s’ouvriront de nouvelles perspectives.

III. — Profondeur mémorielle des patrimoines : le vrai, le faux et les vides documentaires

58Les problèmes de confrontation et de croisement entre données des cartulaires et données archéologiques se posent sans doute avec une acuité particulière dès lors que l’on tente un examen des actes les plus anciens. Ainsi les actes de prestige du cartulaire d’Aniane qui pour l’essentiel évoquent les origines de l’abbaye, permettent-ils de guider une approche de l’espace rural aux VIIIe-IXe siècles, malgré les travaux de réécriture postérieurs que l’on sait aujourd’hui ?

59À travers l’exposé d’un dernier dossier, cas d’école s’il en est un, je voudrais revenir à la fois sur l’histoire des rapports entre texte et archéologie dans l’expérience languedocienne, sur la notion d’espace dynamique et sur les différentes clés de lecture qui s’en trouvent proposées.

Aniane et la cella du locus de Saugras

  • 17 C. An., no 8, p. 51.

60Dans un diplôme de Charlemagne daté par les éditeurs du cartulaire du mois de juin 79917, figure la première description du patrimoine anianais, étendu entre les cours de l’Hérault, de la Mosson et du Lez, secteur qui se confond aujourd’hui avec les chênaies de l’arrière-pays montpelliérain. Dans la liste de ces possessions, on retient tout particulièrement le nom de deux sanctuaires, amorce locale de l’essaimage des moines de Benoît maintes fois soulignée par l’historiographie.

61On ne connaît guère l’origine de la première cella, dite Nova Cella (aujourd’hui Celleneuve, quartier englobé dans l’agglomération de Montpellier), mais celle-ci est associée à des terres hermes que les moines auraient mises en valeur dans les limites du fisc royal de Juvignac. Le diplôme précise en revanche clairement que les moines avaient édifié la seconde cella en un lieu nommé Osogrado, aujourd’hui Saugras, petit vallon sis entre Aniane et Montpellier dans une vaste zone de chênaies.

  • 18 C. An., no 13, p. 63 : Et in loco qui dicitur Sogrado, cellulam quam ipsi monachi hedificaverunt c (...)

62En 837, Louis le Pieux renouvelle les concessions de son père, augmente sensiblement le patrimoine, tandis que des précisions sont parfois apportées à propos des biens énumérés18. On rappelle ainsi que dans le lieu de Saugras se trouve une cella construite par les moines et que celle-ci est associée à des dépendances. On précise, dans le même temps et pour la première fois dans le dossier des confirmations royales, que ce lieu avait également fait l’objet d’un bornage par un missus de Charlemagne, l’archevêque Leidrade. La terminatio a pu être réalisée vers 802, lorsque Benoît et l’archevêque de Lyon furent envoyés en mission en Espagne pour exiger la soumission de l’évêque d’Urgel qui ne désarmait pas dans le contexte de la querelle adoptianiste (Mayeur et al. 1993, 728 et 750).

  • 19 C. An., no 11, p. 58 : Et in loco qui dicitur Sogradus, cellulam quant ipsi monachi aedificaverunt
  • 20 C. An., no 12, p. 101.
  • 21 Aujourd’hui Viols-Ie-Fort, chef-lieu de commune du canton d’Aniane.

63Enfin, dans un diplôme de Charles le Chauve daté de 852, réapparaît lapidairement la cella du locus de Saugras mais peine est prise une nouvelle fois de préciser qu’elle fut édifiée par les moines eux-mêmes19. Il faut ensuite attendre le milieu du XIIe siècle, pour retrouver trace de ce sanctuaire, connaître sa dédicace et son statut20. En 1154 Sanctus Andreas de Sugras figure dans la liste des biens qu’Anastase IV confirme à Aniane comme annexe de la paroisse de Saint-Étienne-de-Viols21.

Des chartes servant d’appui à l’interprétation des données archéologiques ?

64Ce n’est qu’à la faveur de tristes circonstances que les archéologues se sont finalement intéressés à ce dossier. A la fin des années I960 des fouilles clandestines mettent au jour sur le sommet du Roc de Pampelune, relief bordant la cuvette de Saugras, une splendide cuve de sarcophage en marbre décoré. Heureusement alertée, la circonscription archéologique de Montpellier autorise une campagne de fouilles dont la conduite est confiée à H. Prades et J.-C. Richard. L’objectif ne vise pas à une exploration complète du site mais se focalise sur le lieu où a été exhumé le sarcophage. Un édifice présentant un plan en tau, interprété comme une église, est rapidement dégagé tandis qu’une publication, confiée à la plume de M. Durliat, est produite dès 1968. Celui-ci établit aussitôt un lien avec le dossier des textes présents dans le cartulaire d’Aniane et propose finalement d’interpréter le sanctuaire mis au jour comme la cella qu’auraient construite les moines de Benoît à la fin du VIIIe siècle (Durliat 1968). Dans le détail, ceux-ci se seraient néanmoins contenté d’adjoindre un chevet tripartite à un édifice rectangulaire plus ancien. Dans ces années 1960, l’absence de stratigraphie véritable se conjuguait à la méconnaissance générale des céramiques du haut Moyen Age pour accorder finalement un rôle salvateur aux chartes qui offraient à la fois un support chronologique et des perspectives d’interprétation.

65Le développement des prospections de surface et des inventaires archéologiques fragilise cependant cette première interprétation au début des années 1980. Il est d’abord montré que le sanctuaire de Pampelune n’était pas du tout isolé sur une hauteur mais qu’il s’intégrait dans un établissement fortifié plus vaste, interprété comme un « oppidum du Bas-Empire » (Soutou 1982 ; Cablat 1983). Une dissociation chronologique commence à être opérée entre les dates fournies par les diplômes du cartulaire et les vestiges archéologiques désormais attribués aux Ve-VIe siècles.

Fig. 3. — Genèse du locus carolingien de Saugras : le village fortifié du Roc de Pampelune (VIe siècle)
1. Rempart (tracé reconnu). 2. Rempart (tracé supposé). 3. Courbes de niveau. 4. Terrasses. 5. Rempart intermédiaire limitant le quartier ecclésial.

66Dans le même temps, une nouvelle église, intégrée dans des bâtiments modernes et contemporains, est repérée au nord-ouest de la cuvette de Saugras, au lieu-dit La Cure, à environ un kilomètre du sanctuaire de Pampelune (Giry 1983). Jugé de tradition préromane parce que pourvu d’une simple nef charpentée terminée par un chevet quadrangulaire, ce nouvel édifice pourrait correspondre en fait à la cella carolingienne édifiée par les moines de Benoît et plus certainement encore à la chapelle Saint-André de Saugras, annexe de la paroisse de Viols en 1154.

67Assurément le dossier gagne en complexité. En une trentaine d’années l’on est passé de la simple identification dans les dictionnaires topographiques d’un toponyme contemporain (Saugras) avec un vocable issu d’actes du IXe siècle, à l’identification par l’archéologie d’une église, puis de deux, données qui invitent, si besoin était, à critiquer l’utilisation du texte comme instrument exclusif de la connaissance historique. Dans le domaine de l’espace rural, cela ne peut qu’aboutir à maintenir l’historien dans l’impasse.

68Revenons néanmoins aux chartes du cartulaire d’Aniane qui évoquent cette cella et ce locus de Saugras, car l’enquête peut être encore prolongée.

Retour au cartulaire : les chartes en question

69Utilisé depuis son édition au début du XXe siècle par plusieurs générations de chercheurs et d’étudiants, le cartulaire d’Aniane n’a fait l’objet d’une étude intrinsèque que depuis un jour récent. P. Chastang (2000, 182-193) a montré entre autres avec quelle réserve les actes de prestige de ce cartulaire devaient être accueillis. Ainsi les diplômes qui évoquent le premier patrimoine d’Aniane et notre cella de Saugras sont-ils très certainement des faux ou des documents largement interpolés, produits dans la seconde moitié du XIe siècle, dans le contexte de la querelle de sujétion avec Gellone.

70Faut-il dès lors renoncer définitivement à les utiliser et la confrontation avec l’analyse archéologique n’en devient-elle pas obsolète ? Le dossier est particulièrement complexe car, si ces documents servent aussi de référence à l’affirmation de la libertas de l’abbaye vis-à-vis de Gellone comme nous l’a révélé P. Chastang, il est plus difficile d’évaluer dans cet art du mentirvrai — pour reprendre l’expression de C. Duhamel-Amado — le degré d’authenticité des biens effectivement acquis au IXe siècle de ceux dont la mention serait une conséquence du travail de réécriture du XIe siècle. Cette documentation interpolée, sinon apocryphe, qui produit une lecture actualisée du passé, laisse néanmoins songeur sur la pertinence du vocabulaire attaché à la description de ces noyaux patrimoniaux originels et par conséquent sur la valeur des études sémantiques. Sur ce terrain complexe, la méthode archéologique apporte cependant son propre éclairage, mouvement dialectique qui devrait permettre, espérons-le, un retour sur la documentation écrite.

Changement d’échelle de l’archéologie

71Depuis l’année 2000, un nouveau programme de fouilles a été engagé sur le sommet du Roc de Pampelune (Schneider 2003a), contribuant à enrichir la documentation des années 1960 (Fig. 3). Cette enquête, dont on ne résumera ici que les points forts, a d’abord permis de revisiter le plan et la chronologie du sanctuaire sommairement dégagé en 1967. La principale relecture réside surtout dans l’identification d’un baptistère établi à l’ouest de l’édifice dans le prolongement de la nef. Le mobilier archéologique mis au jour et la réalisation de datations au radiocarbone sur plusieurs sépultures découvertes en contexte stratigraphique permettent aujourd’hui de dater la construction de l’édifice de la fin du Ve siècle ou de la première moitié du siècle suivant. Vers 650, le sanctuaire est déjà passablement ruiné, sinon totalement abandonné, comme d’ailleurs l’ensemble de l’agglomération dans laquelle il s’insère. La chronologie désormais exclut d’établir un lien direct entre ces architectures et l’intervention dans le secteur des moines de saint Benoît qui se produirait dans le dernier tiers du VIIIe siècle, si l’on s’en tient aux données des chartes.

72Mais les apports de ces nouvelles campagnes de fouilles ne se limitent pas à la seule réinterprétation du plan et de la chronologie du sanctuaire. Ils nous révèlent encore que celui-ci, édifié au point le plus haut de l’éperon de Pampelune, dominait en fait une agglomération contemporaine atteignant une superficie d’un peu plus de deux hectares. La découverte et la fouille d’une vingtaine de bâtiments, tous construits à l’aide de pierres et de mortier et couverts de tuiles, s’ajoutent à l’identification d’un rempart flanqué de tours pour commencer à mieux caractériser cet établissement original jusqu’alors inconnu de la documentation écrite et de l’épigraphie. Créée ex nihilo dans les dernières décennies du Ve siècle, l’agglomération est occupée de manière intensive pendant tout le premier tiers du VIe siècle, puis périclite rapidement pour être abandonnée au plus tard au milieu du VIIe siècle. Intégrée dès son origine dans les grands circuits du commerce méditerranéen, la population importe amphores et vaisselles venues principalement d’Afrique du Nord, mais aussi de Méditerranée orientale. La découverte de greniers incendiés et d’outils agricoles nous livre les premiers témoignages sur l’économie vivrière d’une population dont les activités principales sont néanmoins tournées vers les arts du feu. Le Roc de Pampelune accueille en effet au VIe siècle des verriers et des bronziers, mais surtout des forgerons dont le haut degré de compétence se manifeste par des techniques de forge et de soudure particulièrement savantes.

Nouvelles perspectives

73 Vicus, castrum, oppidum, il est sans doute vain de vouloir caractériser l’établissement selon la terminologie des textes. Il est également trop tôt pour livrer une interprétation définitive, d’autant que les fouilles vont se poursuivre jusqu’en 2005, mais la première impression qui se dégage est d’abord liée à la présence de l’église, à son statut et à sa position topographique. Bâtie au point le plus haut du relief, sur l’aiguille de l’éperon, celle-ci occupe une position privilégiée et symbolique, incontestable mise en scène d’un monument qui pouvait à lui seul signaler la présence de l’agglomération dans le paysage. Quel qu’en soit le commanditaire, évêque ou notable, l’association du sanctuaire à un baptistère évoque une possible paroisse ou du moins un sanctuaire officiel. Sa création à la fin du Ve siècle ou au VIe siècle, qui est contemporaine de la mise en place d’une agglomération nouvelle, se place aussi dans une époque marquée par de nombreuses dispositions disciplinaires en matière de gestion des patrimoines et surtout de définition des compétences légitimes de l’évêque dans son territorium ecclesie (Delaplace 2002).

74Dans ce sens, l’érection d’un sanctuaire officiel et d’une agglomération nouvelle dans ce secteur forestier pourrait être comprise comme une sorte de positionnement territorial, à une époque marquée localement par des remaniements administratifs considérables. C’est le problème du démembrement du territoire antique de la civitas de Nîmes au profit de nouvelles sedes qui pourrait être finalement posé : Uzès, Arisitum, et surtout Maguelone, pagus dans lequel est implanté le monastère d’Aniane.

75Cet éclairage archéologique, malgré les nouvelles incertitudes engendrées, nous livre des informations qui n’apparaissent qu’en filigrane dans la documentation écrite et ouvre assurément de nouvelles perspectives dans l’analyse du dossier apocryphe des actes de prestige du cartulaire d’Aniane. Il y a lieu sans doute d’accorder quelque crédit à l’énumération qui est faite dans les diplômes de Charlemagne et de Louis le Pieux des premiers noyaux patrimoniaux du monastère, même si la terminologie qui sert à les désigner pose problème.

76Ce que nous révèle avant tout ce va-et-vient permanent entre la lecture des chartes et les enquêtes de terrain, c’est finalement une certaine profondeur mémorielle de l’histoire des lieux énumérés.

77Lorsque les moines de Benoît vinrent, à la fin du VIIIe siècle, s’établir dans les massifs boisés de l’arrière-pays du pagus de Maguelone, il ne s’agissait pas à proprement parler de défrichements véritables, comme pouvait le suggérer l’acte de 799 qui évoque les terres hermes du fisc royal de Juvignac. Dans le locus de Saugras, les moines s’établirent auprès de la source de l’Arnède, au pied d’une ancienne agglomération fortifiée, certes abandonnée depuis 150 à 200 ans mais dont les ruines devaient être encore particulièrement visibles dans le paysage. En l’état actuel des données, il ne semble pas y avoir de continuité directe entre les deux sites, qui plus est topographiquement distincts, mais il faut peut-être, comme dans le cas de figure des villae de la plaine, y substituer cette notion allemande de Siedlungsräume, une continuité d’espaces d’occupation marquée ici par la survie dans la culture savante et dans les mémoires d’un vieux territoire administratif, mais aussi de terres dont la possession se teinte d’une concession de pouvoirs et d’une certaine profondeur historique et politique.

  • 22 C. An., p. 6: In patris suamque possessionem.
  • 23 C. An., no 1, p. 41.

78La Vita de saint Benoît d’Aniane, qui est aussi le fils du premier comte connu de Maguelone, rapporte que celui-ci aurait fondé son abbaye sur des biens propres22, et cette origine est encore rappelée dans le diplôme royal de 78723. On connaît par ailleurs l’importance et le nombre de fiscs qui sont ensuite cédés à Saint-Sauveur d’Aniane et à Saint-Sauveur de Gellone, transfert considérable de terres qui accompagne le mouvement monastique naissant et consolide l’intégration de l’ancienne Septimanie wisigothique à l’Empire franc. Les possessions de Benoît à partir desquelles se constituent les premiers noyaux patrimoniaux d’Aniane se combinent peut-être avec une partie de l’héritage comtal et de l’ancien fisc royal wisigothique du pagus de Maguelone. L’originalité de l’établissement qui précède l’installation des moines dans le locus de Saugras nous apprend du moins que le choix de cette implantation répondait à un souci plus complexe que celui d’un simple essaimage agraire. L’enquête archéologique nous montre, quant à elle, que la stratégie du lieu pouvait être fondée sur la préexistence d’un établissement de vieille mémoire et répondre à une logique mémorielle que les chartes du cartulaire permettaient difficilement d’entrevoir à elles seules.

79À travers l’exposé de ce dernier dossier, historiographie d'une enquête locale ouverte depuis une trentaine d’années, on mesurera mieux sans doute que le recours aux actes des cartulaires régionaux ne livre pas forcément les clés d’interprétation des données archéologiques, comme on avait pu le penser au moment de la découverte de l’église de Pampelune à la fin des années 1960. Sur ce point nous rejoignons l’opinion d’E. Zadora-Rio qui a récemment rappelé que l’apport des sources écrites ne permettra pas aux archéologues médiévistes de faire l’économie d’une réflexion sur l’exploitation historique de leurs propres documents (Zadora-Rio 2003, 8).

80Loin de conduire à une impasse, les cartulaires constituent néanmoins un atout considérable pour l’archéologie rurale du haut Moyen Âge et l’archéologie médiévale une aide possible pour les réflexions qui s’engagent sur l’histoire propre de chaque cartulaire et la perception écrite des cadres de vie et des espaces.

Bibliografia

BIBLIOGRAPHIE

Bermond et al. 1989 : Iouri Bermond, Marc Lugand, Christophe Pellecuer, « Le site de Mas Lavit, commune de Mèze (Hérault). Essai de prospection systématique d’un habitat antique et médiéval », Archéologie en Languedoc, 1989, no 2-3 [Actes des journées d’étude sur les méthodes de prospection (Loupian, 19-20 novembre 1988)], p. 43-57.

Bourin 1987 : Monique Bourin, « Le paysage bâti dans les campagnes bas-languedociennes : le temps de nos incertitudes », dans Xavier Barrai i Altet (dir.), Le paysage monumental de la France autour de l’an mil, Paris, 1987, p. 409-414.

Cablat 1983 : André Cablat, « Les habitats de pierre sèche de l’Hérault. Quelques aspects de la vie rurale au Moyen Age dans la région d’Aniane », Archéologie en Languedoc, 1982-1983, p. 149-176.

C. An. : Léon Cassan et Edmond Meynial, Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publiés d’après les manuscrits originaux. Cartulaire d’Aniane, Montpellier, 1898.

C. Béz. : Jean Rouquette, Cartulaire de Béziers (Livre Noir), Paris-Montpellier, 1918.

C. Gel. : Paul Alaus, Léon Cassan, Edmond Meynial, Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publiés d’après les manuscrits originaux. Cartulaire de Gellone, Montpellier, 1900.

C. Lod. : Ernest Martin, Cartulaire de la ville de Lodève dressé d’après des documents inédits, Montpellier, 1900.

Chastang 2000 : Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (XIe-XIIIe siècles), Thèse de doctorat nouveau régime, Université Paris I-Panthéon — Sorbonne, 2000. Publiée sous le même titre, Paris, 2001 (CTHS — Histoire, 2).

Cheyette, Duhamel-Amado 1983 : Fredric Cheyette, Claudie Duhamel-Amado, « Organisation d’un terroir et d’un habitat concentré : un exemple languedocien », dans Habitat fortifié et organisation de l’espace en Méditerranée médiévale. Actes de la table ronde (Lyon, 4-5 mai 1982), recueillis et publiés par André Bazzana, Pierre Guichard et Jean-Marie Poisson, Lyon, 1983, p. 35-44 (Travaux de la Maison de l’Orient, 4).

Delaplace 2002 : Christine Delaplace, « Les premières églises rurales (Ve-VIe siècles). À propos d’une formule de Grégoire de Tours », Histoire et Sociétés Rurales, no 18, 2002, p. 11-40.

Duhamel-Amado 1991 : Claudie Duhamel-Amado, « Pouvoirs et noblesse dans la Gothie : formation du réseau aristocratique biterrois au Xe siècle » dans Xavier Barrai i Altet, Dominique Iogna-Prat, Anscari Manuel Mundó, Josep Maria Salrach, Michel Zimmermann (dir.), La Catalogne et la France méridionale autour de l’an mil. Actes du colloque international DNRS-Generalitat de Catalunya (Barcelone, 2-5 juillet 1987), Barcelone, 1991, p. 160-173.

Duhamel-Amado 1991-1992 : Claudie Duhamel-Amado, « Aux origines des Guilhems de Montpellier (Xe-XIe siècles). Questions généalogiques et retour à l’historiographie », Études sur l’Hérault, 7-8, 1991-1992, p. 89-109.

Duhamel-Amado 1992 : Claudie Duhamel-Amado, « Poids de l’aristocratie d’origine wisigothique et genèse de la noblesse septimanienne », dans L Europe héritière de l’Espagne wisigothique. Actes du colloque international du CNRS (Paris, 14-16 mai 1990), réunis et préparés par Jean Fontaine et Christine Pellistrandi, Madrid, 1992, p. 81-100 (Collection de la Casa de Velázquez, 35).

Duhamel-Amado 2001 : Claudie Duhamel-Amado, Genèse des lignages méridionaux, tome 1 : L'aristocratie languedocienne du Xe au XIIe siècle, Toulouse, 2001 (Collection Méridiennes).

Durand 1991 : Aline Durand, Paysages, terroirs et peuplement dans les campagnes du Bas-Languedoc (Xe-XIIe siècles). Thèse de doctorat, Université Paris I-Panthéon — Sorbonne, 1991. Publiée sous le titre : Les paysages médiévaux du Languedoc (Xe-XIIe siècles), Toulouse, 1998 (Collection Tempus).

Durliat 1968 : Marcel Durliat, « Une construction de l’époque de saint Benoît d’Aniane à Argelliers (Hérault) », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 1, 1968, p. 233-247.

Giry 1983 : Joseph Giry, Les vieilles églises à chevet carré de l’Hérault, Rodez, 1983.

Gramain 1980 : Monique Gramain, « Castrum, structures féodales et peuplement en Biterrois au XIe siècle », dans Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles). Actes du colloque international organisé par le CNRS et l’École française de Rome (Rome, 10-13 octobre 1978), Rome, 1980, p. 119-133 (Collection de l’École française de Rome, 44).

Journot 1990 : Florence Journot, Archéologie des châteaux médiévaux de la montagne Héraultaise. Haut bassin de l’Orb et bassin de la Lergue Xe-XIVe siècles, Thèse de doctorat, Université de Haute Bretagne-Rennes II, 1990, dactyl., 3 vol. 

Lugand et al. 1994 : Marc Lugand, Christophe Pellecuer, avec la coll. de Marie-Hélène Bou, « La région de Mèze et la villa des Prés-Bas à Loupian (Hérault) : contribution à l’étude du littoral languedocien », dans François Favory et Jean-Louis Fiches (dir.), Les campagnes de la France méditerranéenne dans l’Antiquité et le haut Moyen Age. Etudes microrégionales, Paris, 1994, p. 246-278 (Documents d’archéologie française, 42).

Magnou-Nortier 1974 : Élisabeth Magnou-Nortier, La société laïque et l’Eglise dans la province ecclésiastique de Narbonne (zone cispyrénéenne) de la fin du VIIIe siècle à la fin du XIe siècle, Toulouse, 1974.

Mayeur et al. 1993 : Jean-Marie Mayeur, Charles et Luce Pietri, André Vauchez et Marc Venard, Histoire du christianisme, tome III : Évêques, moines et empereurs (610-1054), Paris, 1993.

Mouret 1906 : Félix Mouret, « Sulpice Sévère à Primuliac », Bulletin de la Société archéologique de Béziers, vol. XXXVI, 1906, p. 447-568.

Mouret 1913 : Félix Mouret, Corpus vasorum antiquorum. Enserune, collection Mouret, Paris, 1913.

Schneider 1992 : Laurent Schneider, « Habitat et genèse villageoise du haut Moyen Âge. L’exemple d’un terroir du biterrois nord-oriental », Archéologie du Midi médiéval, 10, 1992, p. 3-38.

Schneider 1997 : Laurent Schneider, « Une vicaria languedocienne du Xe siècle : Popian en Biterrois », Annales du Midi, t. 109, no 219-220, juillet-décembre 1997, p. 401-442.

Schneider 2003a : Laurent Schneider, « Nouvelles recherches sur les habitats de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Age en Gaule du Sud-Est : le cas du Roc de Pampelune (Hérault) », Les Nouvelles de l’Archéologie, no 92, 2003, p. 9-16.

Schneider 2003b : Laurent Schneider, « Territoires savants, territoires vécus dans l’ancienne Gothie : de la villa tardo-antique à la villa du haut Moyen Âge et à la paroisse », Hommages à Guy Barruol, Supplément no 35 à la Revue archéologique de Narbonnaise, 2003, p. 355-365.

Soutou 1982 : André Soutou, « Le roc de Pampelune et son rempart (Argelliers, Hérault) », Archéologie en Languedoc, 1982, no 1, p. 11-12.

Zadora-Rio 2001 : Élisabeth Zadora-Rio, « Archéologie et toponymie : le divorce », Les petits cahiers dAnatole, no 8, 05/12/2001, http://www.univ-tours.fr/lat/pdf/F2 8.pdf

Zadora-Rio 2003 : Élisabeth Zadora-Rio, « L’archéologie de l’habitat rural et la pesanteur des paradigmes », Les Nouvelles de l’Archéologie, no 92, 2003, p. 6-9.

Note

1 C. Béz., no 23, p. 15-17.

2 C. Béz., no 31, p. 26 ; voir également note 6.

3 C. Béz., no 264, p. 370-372.

4 C. Béz., no 39, p. 38 : Villa vocabulo Lignano cum suis terminiis cum ipse turre vel cinctos vel cum ipsos vallos.

5 C. Lod., no 11, p. 15 (988) : in villam quam dicunt Foderias ecclesiam quae fundata in honorem Sanctae Mariae cum ipsa turri et cum ipsis fortalitiis quae modo sunt et in antea etiam erunt ;...in villa quam vocant Superbis ecclesiam quae fundata in honorem Sancti Gerardi cum ipsa turre et cum ipso cincto et cum ipsis fortalitiis quae modo sunt et in antea erunt...

6 C. Béz., no 31, p. 26 :...medietatem de ecclesia Sancti-Baudilii qui est fundata in villa Sclatiana cum ipsa sua medietate de ipsa turre et cum ipso pogio et cum ipsa cella et cum ipso cimeterio et cum ipsas terras et vineas...

7 C. Agde, no 315, p. 281 :...Et in ipsa villam (Aviates) donamus tibi mansiones duas que sunt infra cincto de turre Sancti Stephani...

8 C. An., no 292, p. 415-416.

9 Parmi les dix chartes du Xe siècle signalant la vicaria de Popian, six la placent in comitatu, deux in territorio et seulement deux in pago.

10 C. Béz., no 49, p. 53.

11 C. An., no 245, p. 371-372 (968) ; no 253, p. 378-379 (972) et no 305, p. 425-426 (983).

12 C. An., no 316 (959) ; no 285 (962) et no 245 (968).

13 C. An., no 253, p. 378-379 ; le contexte de la charte — Ilduin donne en reconnaissant ses « crimes » — invite plutôt à y voir une restitution déguisée.

14 C. An., no 291, p. 414-415.

15 Engelen est le fondateur présumé du castrum du Pouget ; HGL, t. III, no 134, c. 502 (1036) et LIM, no 482, p. 667 (1059). Claudie Duhamel-Amado a proposé d’identifier Pons et Aranfred, père et oncle d’Engelen, avec les frères de Fulcran, évêque de Lodève, mentionnés en 988 dans son testament (C. Lod., no 11, p. 11-19) ; C. Duhamel Amado, « Aux origines des Guilhems de Montpellier : questions généalogiques et retour à l’historiographie », Études sur l’Hérault, 7-8, 1991-1992, p. 89-109.

16 Le rapport topographique entre la tour de Teulet construite dans le voisinage du chef-lieu vicarial de Popian et surtout en position largement dominante par rapport à lui est troublant. La présence d’un castrum n’est attestée à Popian qu’à partir de 1013. Par ailleurs, la coïncidence chronologique entre l’apparition de la vicaria et la construction de la tour de Teulet laisse envisager que la tour ait pu accueillir la garnison vicariale et constituer finalement le siège militaire de cette nouvelle circonscription !

17 C. An., no 8, p. 51.

18 C. An., no 13, p. 63 : Et in loco qui dicitur Sogrado, cellulam quam ipsi monachi hedificaverunt cum adjacentiis suis. Omnia hec cum omni integritate, sicut a misso genitoris nostri karoli, Leydrath archiepiscopo, traditum et in arboribus per cruces et terminationes adsignatum fuit et ab ipsis monachis a temporibus genitoris nostri possessum.

19 C. An., no 11, p. 58 : Et in loco qui dicitur Sogradus, cellulam quant ipsi monachi aedificaverunt.

20 C. An., no 12, p. 101.

21 Aujourd’hui Viols-Ie-Fort, chef-lieu de commune du canton d’Aniane.

22 C. An., p. 6: In patris suamque possessionem.

23 C. An., no 1, p. 41.

Indice delle illustrazioni

Legenda Fig. 1. — Entre Antiquité et Moyen Âge : mobilité de l’habitat dans l’espace de l’ancienne villa d’Esclatian (Vendres, Hérault)
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1372/img-1.jpg
File image/jpeg, 209k
Legenda Fig. 2. — Un espace vicarial aux Xe et XIe siècles : Popian en Biterrois 1. Limite de diocèse (enclave nord-orientale du Biterrois). 2. Limite de commune. 3. Localité placée dans le ressort de la vicaria de Popian. 4. Cours d’eau. 5. Aire d’influence théorique des castra de Gignac, Popian, Aumelas et Le Pouget selon les plus proches voisins. 6. Castrum du XIe siècle. 7. Tour de villa (Xe siècle). 8. Villa associée à une église. 9. Villa. 10. Villa mentionnée à partir du XIIe siècle. 11. Abbaye. 12. Ancien étang.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1372/img-2.jpg
File image/jpeg, 227k
Legenda Fig. 3. — Genèse du locus carolingien de Saugras : le village fortifié du Roc de Pampelune (VIe siècle)1. Rempart (tracé reconnu). 2. Rempart (tracé supposé). 3. Courbes de niveau. 4. Terrasses. 5. Rempart intermédiaire limitant le quartier ecclésial.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1372/img-3.jpg
File image/jpeg, 126k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540