Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Cartulaires méridionaux

 | 
Daniel Le Blévec

Les cartulaires des anciens évêchés D’Uzès et de Nîmes

Alain Venturini

Texte intégral

  • 1 Quatorze paroisses, comprises, au civil, dans les vigueries de Roquemaure et Villeneuve-lès-Avigno (...)
  • 2 Six paroisses de la Terre d’Argence, correspondant au civil à la viguerie de Beaucaire.
  • 3 Ce qu’il reste de l’abbaye se trouve aujourd’hui sur le territoire de la commune de Villeneuve-lès (...)
  • 4 Le cartulaire médiéval de l’abbaye datait du XIIe siècle. Copié par Polycarpe de la Rivière au XVI (...)
  • 5 Le prieuré de Montaut, lieu-dit de l’actuelle commune de Villeneuve-lès-Avignon, a été fondé en 13 (...)

1Cette communication vise à recenser les cartulaires subsistants ou attestés dans un espace géographique correspondant à peu près à l’actuel département du Gard. Mais, si le cadre départemental aurait sans doute été commode, il était cependant quelque peu anachronique pour un recensement de cartulaires ecclésiastiques du Moyen Age et de l’Ancien Régime. Aussi a-t-il paru préférable d’user des ressorts diocésains médiévaux. Ce parti arrêté, il reste toutefois quelques précisions à donner au lecteur. Ainsi, certains des cartulaires qui vont être cités datent de l’époque moderne : or, le cadre des évêchés médiévaux cesse d’être valable pour la fin de l’Ancien Régime, où un diocèse d’Alès est créé en 1694 par démembrement de celui de Nîmes. D’autre part, contrairement à ce qui nous est familier sur la base des limites départementales, les deux évêchés médiévaux d’Uzès et de Nîmes n’atteignent pas partout le Rhône, laissant une partie de la rive droite du fleuve à l’évêché d’Avignon1 et à l’archevêché d’Arles2. De la sorte, par exemple, le cartulaire de l’abbaye bénédictine Saint-André au Mont-Andaon, au diocèse d’Avignon3, se trouve exclu du champ de l’enquête4, tout comme celui de son prieuré de Montaut5. Le déséquilibre constaté entre les deux diocèses m’a conduit à présenter successivement les cartulaires relevant du clergé séculier, puis ceux du clergé régulier.

I. — Clergé séculier

Évêché d’Uzès

  • 6 Ou Verdaline, comme l’écrit en août 1788 l’archiviste Champetier de Ribes (voir ci-dessous, note 9 (...)
  • 7 Il est néanmoins impossible d’être trop affirmatif, car l’on ne peut suivre le cartulaire durant l (...)
  • 8 Ce qui ne veut pas dire, comme j’aurai l’occasion de la préciser ci-après, que le district de Nîme (...)
  • 9 En fait, un sort archivistique contraire semble s’acharner sur la Verdeline. Quand il rédigea le S (...)
  • 10 Eugène Caïs de Pierlas, Cartulaire de l’ancienne cathédrale de Nice, Turin, 1888 (Stein, op. cit.,(...)
  • 11 D’après Arch. dép. Gard, G 1633, pièce 5, ou du moins d’après l’analyse qu’en a donnée E. Bonduran (...)
  • 12 Au fol. 31 était copié un acte du 5 des ides de novembre 1276. Les autres copies de la liasse G 16 (...)
  • 13 Sauf à supposer que la Verdeline était un cartulaire fort bref ou bien que l’acte de 1276 a été co (...)

2Encore conservé en août 1788 dans les archives de l’évêché (et non pas du chapitre), le cartulaire de l’Église d’Uzès, dit La Verdeline6, a sans doute été malheureusement détruit lors des triages révolutionnaires7, appliqués avec zèle par tous les districts gardois, sauf celui de Nîmes8. Il n’en subsiste que quelques copies très partielles et de brèves descriptions9, si bien qu’il avait jadis échappé à Henri Stein, lequel entendait pourtant recenser les cartulaires perdus. D’après ces maigres vestiges, il est possible de nous représenter la Verdeline, à l’instar du cartulaire du chapitre de Nice10, comme un recueil composite, où le cartulaire prenait la suite de textes de droit canon et autres. Le cartulaire proprement dit comptait au minimum 31 feuillets11 et contenait au moins des actes du XIIIe siècle (1214 et 1276)12. Comme l’acte de 1276 se trouvait au 31e feuillet, on peut sans douter penser que la Verdeline avait été précisément rédigée au cours de ce siècle et peut-être assez tardivement13.

Evêché de Nîmes

  • 14 Stein, op. cit., no 2729.
  • 15 P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs des cartulaires en Bas Languedoc( (...)
  • 16 E. Germer-Durand, Cartulaire de l’église cathédrale Notre-Dame de Nîmes, Nîmes, 1874.
  • 17 Arch. dép. Gard, 2 Mi 38 (R 1) et IRHT, mi. 38547.

3Nous sont parvenus deux cartulaires médiévaux. Tout d’abord, le cartulaire du chapitre cathédral de Nîmes, conservé aux Archives départementales du Gard sous la cote G 133*14. Il s’agit d’un cartulaire du XIIe siècle, sur parchemin. Dans sa thèse récemment publiée, Pierre Chastang l’a retenu dans son corpus15. Ce cartulaire a été longtemps connu grâce à l’édition qu’en avait procurée Eugène Germer-Durand en 187416. Alors que je dirigeais le Dépôt central de microfilms d’Espeyran, j’avais eu la possibilité de l’examiner de près à l’occasion de son microfilmage, réalisé pour le compte des Archives du Gard et, à travers elles, de l’Institut de recherche et d’histoire des textes17. J’avais alors rédigé, pour justifier le modus operandi du microfilm, une notice corrigeant la description de GermerDurand et proposant quelques améliorations de sa transcription. En effet, en raison sans doute des dégâts subis lors du sac des archives de l’Eglise de Nîmes pendant les Guerres de religion, le cartulaire nous est parvenu mutilé : s’il compte encore dix quaternions et un ternion complets, il comporte cinq cahiers incomplets, tandis que les deux cahiers de tête ont entièrement disparu. Lorsqu’on l’a muni d’une nouvelle reliure, en parchemin, au XVIIe siècle, le relieur a commis quelques erreurs dans l’ordre des feuillets, lesquelles avaient échappé à l’érudit gardois. P. Chastang a repris en partie cette notice, tout en l’enrichissant notablement, notamment de figures rendant aisément perceptibles le mode de constitution des cahiers mutilés. Il a également été amené à revoir les hypothèses possibles quant au contenu des deux premiers cahiers disparus. Il a surtout souligné la très forte homogénéité codicologique et paléographique du manuscrit. Il a pu en placer la rédaction dans les années 1120, ce qui en fait un des plus anciens cartulaires languedociens, notamment séculiers. Enfin, il a pu en mettre la rédaction en rapport avec la séparation des menses épiscopale et canoniale.

  • 18 Arrondissement du Vigan, chef-lieu de canton.
  • 19 Voir A. Venturini, « La collégiale Notre-Dame de Bonheur. Son cartulaire. Ses origines », dans le (...)
  • 20 Stein, op. cit., no 2760. En fait, Bonheur ne figure dans la Bibliographie générale qu’au titre de (...)
  • 21 Fr. Germer-Durand, La baronnie de Meyrueis au XVIIIe siècle. Le Chapitre collégial de Notre-Dame d (...)
  • 22 Alexandre Bessot de Lamothe, Archives départementales du Gard. Inventaire-sommaire de la série G, (...)
  • 23 À un détail près : lors de la reliure du cartulaire avec les lettres patentes de 1782, les premier (...)

4Subsiste ensuite un cartulaire de la collégiale Notre-Dame de Bonheur, qui se dressait sur le territoire de l’actuelle commune de Valleraugue18. Cet établissement, fondé sans doute dans la première moitié du XIIe siècle, a d’abord été rattaché à la mense capitulaire de Nîmes avant de faire l’objet, en 1247, d’un échange, approuvé par le pape Innocent IV, entre les chanoines et l’évêque. Cependant, à l’époque moderne, il était de nouveau au nombre des biens de la mense capitulaire19. Le cartulaire est également conservé aux Archives départementales du Gard, sous la cote G 757*20. En fait, cette cote réunit sous une même reliure datant du troisième quart du XIXe siècle et le cartulaire proprement dit, soit un registre de 68 feuillets papier, et un bifeuillet de parchemin contenant les lettres patentes du roi Louis XVI d’avril 1782, préparant la suppression du chapitre de Bonheur et l’union de ses biens à la mense capitulaire de l’évêché d’Alès. Avant l’intervention sur ce point de l’archiviste Alexandre Bessot de Lamothe, cartulaire et lettres patentes se trouvaient rangés sous deux cotes différentes : G 97 pour le cartulaire et G 586 pour les lettres. Curieusement, l’édition du cartulaire de Bonheur, due à François GermerDurand, fils de l’éditeur du chapitre de Nîmes21, témoigne encore de cet état ancien, pourtant périmé depuis la publication de l’inventaire-sommaire de la série G en 187622 : il est vrai que ce n’est pas le seul point sur lequel ce travail devrait être amélioré. Le cartulaire nous est parvenu incomplet, dans l’état où il fut contrôlé en 167023. À cette date, il avait déjà subi une importante restauration, portant sur douze feuillets (les fol. 29 à 40), faite selon les possibilités techniques du XVIIe siècle, c’està-dire en recopiant les pages menacées de disparaître. L’écriture de ses feuillets d’origine permet de placer sa rédaction soit à la fin du XVe siècle, soit au début du XVIe. Néanmoins, comme les actes qu’il renferme dans son état présent s’échelonnent entre 1143 et 1309, nous pouvons nous demander s’il ne s’agit pas de la copie d’un cartulaire plus ancien (XIVe siècle).

  • 24 Les ruines de l’abbaye de Psalmodi se trouvent sur la commune de Saint-Laurent d’Aigouze (arr. Nîm (...)
  • 25 Tout le premier volume et les 191 premiers feuillets (sur 306) du second.
  • 26 Stein, op. cit., nos 3113 (H 106*) et 3114 (H 107*). Les deux volumes du cartulaire, bien qu’ancie (...)
  • 27 Compte tenu du statut juridique de l’établissement lors de sa suppression et de la saisie des arch (...)
  • 28 Les inventaires-sommaires des séries G et H ont été publiés par Alexandre Bessot de Lamothe respec (...)
  • 29 Le même accident archivistique est arrivé au fonds de la collégiale séculière de Saint-Gilles, qui (...)

5L’on conserve également un cartulaire de la fin du XVIIe siècle (1683) pour la collégiale d’Aigues-Mortes, avatar sécularisé de l’abbaye bénédictine Saint-Pierre de Psalmodi24. Ce cartulaire, en deux volumes, rédigés sur papier et reliés originellement en basane verte — d’où son nom de Livre vert —, fut l’oeuvre de Noël Loys, conseiller du roi, professeur en droit de l’Université de Montpellier, qui le rédigea très largement en forme authentique25. Il est aujourd’hui conservé aux Archives départementales du Gard sous les cotes H 106* et H 107*26. Ce classement en série H — et non pas G, comme cela aurait dû être le cas27 — s’explique par le fait que, lors de son classement au XIXe siècle28 le fonds de la collégiale d’Aigues-Mortes a été coupé en deux parties : l’une mise sous son nom et rangée en série G, l’autre mise sous le nom de l’ancienne abbaye de Psalmodi et rangée en série H29. Il s’agit bien évidemment de la transcription du chartrier de l’ancienne abbaye dans son état de conservation du moment : elle ne rend donc que très partiellement compte de son état médiéval. Le cartulaire est jusqu’ici demeuré inédit, mais une édition est en préparation depuis quelques années par les soins de Patrick Florençon. Néanmoins, si le choix était fait de publier le texte des originaux, ce qui paraît le plus expédient vu la date tardive du Livre vert, ce travail devrait se présenter majoritairement comme une édition des pièces subsistantes du chartrier, telles cependant que les a rangées N. Loys. Il serait donc également possible d’apprécier la façon dont ce dernier a travaillé.

II. — Clergé régulier

Évêché d’Uzès

  • 30 Stein, op. cit., no 3074. Cf. ci-dessus, note 20.
  • 31 L. Bruguier-Roure, Chronique et cartulaire de l’oeuvre des église, maison et hôpitaux du Pont-Sain (...)
  • 32 Acquis en 1922, ce registre est en très mauvais état et fort mutilé. Il en subsiste toutefois asse (...)

6Bien que l’évêché d’Uzès ait compté de nombreux établissements, masculins et féminins, il ne subsiste qu’un seul cartulaire. Précisons notamment que la mention d’un cartulaire de l’oeuvre du Pont-Saint-Esprit dans la Bibliographie générale d’Henri Stein30 résulte de ce que ce dernier a « considéré comme cartulaires des recueils très modernes », notamment ceux constitués par des érudits. En fait, Louis Bruguier-Roure, fort honnête érudit gardois du XIXe siècle, a publié le chartrier de cette institution31. Il faut également écarter un « cartulaire » XVIIe siècle du prieuré ruffien de Notre-Dame de Bonnevaux, conservé aux Archives du Gard sous la cote H 922*, lequel, après examen, apparaît être plutôt un livre terrier « farci » de pièces justificatives, transcrites tout au long ou simplement analysées32.

  • 33 Stein, op. cit., no 4409 (l’auteur plaçant à tort Montfrin dans l’ancien diocèse de Nîmes).
  • 34 Cf. Édouard Baratier et Madeleine Villard, Archives départementales des Bouchesdu-Rhône. Répertoir (...)

7Le cartulaire en question est celui de la commanderie de Montfrin de l’ordre de l’Hôpital, ou plutôt, vu la date de sa confection, de l’ordre de Malte33. Il s’agit en effet d’un cartulaire rédigé en 1619, par le notaire Jean de Mesayer, député par le Parlement de Toulouse, pour servir dans un procès opposant la commanderie au baron de Montfrin. Il s’agit donc d’un cartulaire « authentique ». Rédigé sur papier, il comprend la copie de 219 actes échelonnés de 1146 à 1417. Il est conservé aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône, sous la cote 56 H 2564*34. Ce cartulaire est demeuré inédit. Néanmoins, son éventuelle publication amènerait aussi, bien que dans une moindre mesure que dans le cas de Psalmodi, à éditer les pièces subsistantes du chartrier de la commanderie.

Évêché de Nîmes

  • 35 Pour laquelle il existe aussi un cartulaire d’érudit, compilé au XVIIIe siècle, en un temps où ell (...)
  • 36 Il n’y a pas lieu de retenir le « Cartulaire des recettes et dépenses du couvent des Frères mineur (...)

8Par rapport à l’évêché d’Uzès, celui de Nîmes est mieux fourni en cartulaires d’établissements réguliers. En dehors du bullaire de l’abbaye de Saint-Gilles35, qui est en somme un cartulaire portant sur un type particulier d’actes, il nous est parvenu un cartulaire tardif (fin XVIIe siècle) de l’abbaye bénédictine de Cendras, tandis que nous connaissons l’existence d’un cartulaire médiéval perdu de l’abbaye cistercienne de Franquevaux36.

9Surtout, les maisons saint-gilloises des deux grands ordres militaires, Hôpital et Temple, nous ont laissé chacune un cartulaire médiéval.

  • 37 Bibl. nat. de France, lat. 11018. Stein, op. cit., no 3433.
  • 38 P. Chastang, op. et loc. à la note 15. La réponse de l’Église de Nîmes fut non pas le cartulaire, (...)
  • 39 Au format in-16.
  • 40 Abbé Étienne Goiffon, Bullaire de l’abbaye de Saint-Gilles, Nîmes, 1882. Sur ce registre factice, (...)
  • 41 Tout comme d’ailleurs le registre factice constitué par Hector Mazer.
  • 42 Le travail de l’abbé Goiffon reçut un accueil favorable : cf. le compte-rendu critique de Léopold (...)

10Voyons d’abord le bullaire de Saint-Gilles37. Dans son étude sur le cartulaire du chapitre cathédral de Nîmes, Pierre Chastang a été amené à souligner que ce « dossier documentaire » avait été constitué par les moines saint-gillois pour asseoir leur prétention à échapper à la juridiction de l’ordinaire, en l’espèce l’évêque de Nîmes38. Ce bullaire du XIIe siècle, petit39 registre parchemin de 76 feuillets, comportant quelques ajouts postérieurs, n’a jamais fait l’objet d’une édition pour lui-même. En revanche, l’abbé Goiffon l’a utilisé pour donner son Bullaire de l’abbaye de SaintGilles, dont la pièce maîtresse était le registre factice constitué par Hector Mazer et donné par lui à la fabrique de l’église de Saint-Gilles40 : tandis qu’il trouvait dans le second 134 bulles originales et 10 copies, le premier lui fournissait un peu moins de 50 documents supplémentaires. Mais, son Bullaire suivant un ordre chronologique41, l’éditeur a plié le bullaire primitif à cet ordre, ce qui a bien entendu abouti à brouiller la structure originelle du manuscrit42.

  • 43 Arch. dép. Gard, H 34* (la minute en est conservée, au moins partiellement, sous la cote H 925). C (...)

11Pour suivre l’ordre d’ancienneté, et bien qu’il ait disparu, je traiterai du cartulaire de l’abbaye cistercienne de Franquevaux, copié pour l’essentiel en 1187. Comme la Verdeline, ce cartulaire existait encore à la veille de la Révolution, puisqu’il est décrit dans le « sommaire des titres de l’abbaye de Franquevaux » de 1786-178743 : il fit donc partie des « pertes » constatées pour le district de Nîmes, malgré une plus grande modération dans la pratique des triages révolutionnaires. Contrairement à la Verdeline, l’aspect et le contenu du cartulaire de Franquevaux nous sont bien connus.

12Ainsi l’inventaire de 1786-1787 donne-t-il, à la page 14, les détails suivants :

« Premièrement, un cartulaire ancien de l’année mille cent quatre vingt sept fait par Pons sous-prieur de l’abbaye, écrit en cent quinze feuillets de parchemin, dont le vint septième recto n’a que vint une lignes, le reste coupé et le verso est en blanc, et le fol. quarante-quatre recto n’a que sept lignes, le reste coupé, et le verso est en blanc. Avec sa Rubrique à la tête écrite en huit pages, et un intitulé mis à la fin en lettres entremelées, contenant tous les actes qui semblent avoir existé en cette année onze cent quatre vint sept, et en outre quelques actes postérieurs ajoutés d’autre main quoique très anciens. Le dit cartulaire couvert de planches vermoulues. »

  • 44 Arch. dép. Gard, H 33*, consultable sous forme de microfilm : soit l’ancien, 2 Mi 25 (R 1), soit l (...)
  • 45 H 33*, fol. 146 à 189v.
  • 46 Cet acte se trouvait aux fol. 103-104 du cartulaire.

13Cette description, suggestive malgré son caractère succinct, peut être notablement enrichie grâce à un inventaire d’un siècle antérieur, que celui de 1786-1787 rendait totalement obsolète. Cet inventaire de 168744, où le cartulaire avait reçu la cote « Liasse DD », nous confirme le nombre de feuillets et leur matière, de même que la reliure en bois (« un livre [...] couvert d’un ais »). Surtout, il donne l’analyse de tous les actes que le cartulaire contenait45, le plus ancien étant de 1147, le plus récent de 120246. On peut y vérifier l’existence d’un noyau initial attribuable au sous-prieur Pons, puis d’ajouts postérieurs limités, ainsi que le portait l’inventaire de 1786-1787.

  • 47 Stein, op. cit., no 3434.
  • 48 Demeuré ignoré de Stein.
  • 49 La description de ces cartulaires est ici succinctement reprise de : Daniel Le Blévec et A. Ventur (...)
  • 50 D. Le Blévec et A. Venturini, Cartulaire du prieuré de Saint-Gilles de l’Hôpital de Saint-Jean de (...)

14Venant immédiatement à la suite dans l’ordre chronologique d’apparition, les deux cartulaires des ordres militaires ne sont plus, depuis longtemps, conservés dans le Gard : tous deux se trouvent aux Archives municipales d’Arles, sous les cotes GG 89 (Hôpital)47 et GG 90 (Temple)48. La raison en est double : tout d’abord, le prieuré de Saint-Gilles et ses archives ont été repliés sur la rive gauche du Rhône au cours des Guerres de Religion ; d’autre part, au moment de la constitution des Archives départementales (fin 1796), et plus précisément de celles des Bouchesdu-Rhône, nombre de documents provenant de l’ordre de Malte n’ont pas été transférés à Marseille mais sont restés à Arles, où ils ont été intégrés aux Archives de la ville. Rédigés tous deux sur parchemin, les deux cartulaires ont été confectionnés à quelques années d’écart : celui du Temple a été entrepris dès 1202-1203 et achevé très probablement avant 1208 ; celui de l’Hôpital a été commencé après 1206 et achevé avant 121449. Si la décision de réaliser le premier ne doit donc sans doute rien à la pression des événements, qui ont agité le Languedoc et conduit à la croisade albigeoise, il en va différemment du second, commencé alors que la situation se tendait et poursuivi alors que la croisade battait son plein. Le cartulaire de l’Hôpital a été récemment édité par Daniel Le Blévec et moi-même50. L’édition de celui du Temple est envisagée par Damien Carraz.

  • 51 Cf. J. Simon, Catalogue du legs Achille Bardon, Nîmes, 1902, p. 263. Cartulaire demeuré ignoré de (...)
  • 52 Il a d’ailleurs modestement intitulé son oeuvre, achevée le 22 octobre 1693, « livre que j’ay fait (...)
  • 53 Il en va ainsi des fol. 1 à 8, du fol. 31 (en réalité deux feuillets, dont un seul a été pris en c (...)

15Vient enfin le cartulaire de l’abbaye bénédictine de Cendras, conservé à la Bibliothèque municipale de Nîmes, sous la cote ms. 62651. Bien que rédigé en forme non authentique, ce cartulaire tardif (1693) ne saurait être confondu avec un cartulaire d’érudit. En effet, son rédacteur, Delperrier, vicaire conventuel et capiscol de l’abbaye, n’a pas agi dans un but historique, mais bien au contraire dans l’espoir de contribuer à la restauration du temporel de Cendras52. En fait, ce fort volume de 657 feuillets papier, relié en parchemin, n’est pas entièrement de la main du capiscol. Celuici n’a pas hésité à y inclure des copies antérieures53, ce qui nous donne au final un registre partiellement factice, même si sa contribution reste prépondérante.

  • 54 À l’ancienne, pourrait-on dire.

16Je donnerai pour conclure quelques chiffres résumant cette rapide présentation. On recense pour l’évêché d’Uzès deux cartulaires seulement : le cartulaire médiéval de l’Église d’Uzès, perdu, et le cartulaire moderne, et de type « authentique », de la commanderie de Montfrin de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem. Quant à l’évêché de Nîmes, l’on y dénombre, sans compter le cartulaire d’érudit de l’abbaye puis collégiale de Saint-Gilles, huit cartulaires : six médiévaux (par ordre chronologique : Saint-Gilles [bullaire], chapitre de Nîmes, Franquevaux [perdu], maison de Saint-Gilles du Temple, prieuré de Saint-Gilles de l’Hôpital, collégiale Notre-Dame de Bonheur) et deux modernes, l’un partiellement de type « authentique » (collégiale d’Aigues-Mortes, ci-devant abbaye Saint-Pierre de Psalmodi), l’autre non authentique54 (abbaye de Cendras).

17Des huit cartulaires (sur dix connus) dont nous disposons aujourd’hui, quatre ont été édités — même si les trois éditions les plus anciennes mériteraient d’être reprises. Quatre restent à éditer, dont deux font l’objet d’un projet en phase de réalisation plus ou moins avancée.

18On distingue donc bien dans le cas des évêchés « gardois » les deux vagues d’intérêt pour la publication de sources, et notamment de cartulaires : la vague bien connue du XIXe siècle, se prolongeant sur les débuts du siècle suivant ; la vague de la fin du XXe siècle, dont l’effet se fait toujours sentir. S’y est ajouté, comme en témoigne le beau travail de Pierre Chastang, l’étude de l’objet « cartulaire ».

Notes

1 Quatorze paroisses, comprises, au civil, dans les vigueries de Roquemaure et Villeneuve-lès-Avignon.

2 Six paroisses de la Terre d’Argence, correspondant au civil à la viguerie de Beaucaire.

3 Ce qu’il reste de l’abbaye se trouve aujourd’hui sur le territoire de la commune de Villeneuve-lès-Avignon (arrondissement de Nîmes, chef-lieu de canton).

4 Le cartulaire médiéval de l’abbaye datait du XIIe siècle. Copié par Polycarpe de la Rivière au XVIIe siècle, il avait disparu au siècle suivant quand Léon Ménard visita les archives de l’abbaye (Jean-Pierre Poly, La Provence et la société féodale (879-1166), Paris, 1976, p. 367, qui en signale une copie du XVIe siècle : Bibl. nat. de France, n.a.l. 2029). D’après la copie de dom Polycarpe, il comptait au moins 49 feuillets et contenait des actes couvrant la période 982-1125 (cf. Henri Stein, Bibliographie générale des cartulaires français, Paris, 1907, no 4111). À noter que, parmi les sources manuscrites de son Dictionnaire topographique du département du Gard (Paris, 1868), Eugène Germer-Durand signalait, p. XXXII, au titre des Archives du Gard, un cartulaire de l’abbaye de Saint-André-de-Villeneuve : sans doute visait-il le registre aujourd’hui coté H 269*, contenant l’inventaire des archives de l’abbaye dressé en 1790 (voir mon article cité à la note 8).

5 Le prieuré de Montaut, lieu-dit de l’actuelle commune de Villeneuve-lès-Avignon, a été fondé en 1340. Son cartulaire du XIVe siècle, comptant 90 feuillets de parchemin et relié en bois, est aujourd’hui conservé à la Bibliothèque municipale d’Avignon (ms. 4035) : cf. Stein, op. cit., no 2510.

6 Ou Verdaline, comme l’écrit en août 1788 l’archiviste Champetier de Ribes (voir ci-dessous, note 9).

7 Il est néanmoins impossible d’être trop affirmatif, car l’on ne peut suivre le cartulaire durant les premiers temps de la Révolution. En effet, en août 1790, les commissaires chargés de l’inventaire des « effets, argenteries, cuivres et ornement trouvés dans la cy-devant église de la cathédrale d’Uzès » se dispensèrent de faire l’inventaire des archives conservées au second étage du palais épiscopal, au motif que le travail aurait été trop important et qu’il existait déjà « un inventaire en règle [...] lequel inventaire est en trois volumes in-folio manuscrit reliés en basane et couverts d’un bouracan » (Arch. dép. Gard, Q 335, pièce 1, p. 24-26). Les commissaires se dispensèrent d’ailleurs aussi de faire l’inventaire des archives du chapitre, conservées « dans la pièce [...] située dans l’église cathédrale au-dessus de la chapelle Saint-Joseph », vu la grande quantité de titres et papiers et l’absence d’un inventaire préexistant (ibid.., p. 13-14).

8 Ce qui ne veut pas dire, comme j’aurai l’occasion de la préciser ci-après, que le district de Nîmes ait ignoré toute destruction ou perte d’archives. Mais il se distingue nettement des autres districts auxquels j’ai eu l’occasion de m’intéresser : d’une part, Uzès (conférence inédite présentée en 2001 devant la Société historique de l’Uzège) ; d’autre part, Beaucaire, et incidemment Pont-Saint-Esprit : « Les archives de l’abbaye Saint-André, des inventaires révolutionnaires à nos jours. Essai sur un désastre patrimonial », dans L’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon : histoire, archéologie, rayonnement. Actes du colloque interrégional tenu à l’occasion du millénaire de la fondation de l’abbaye (Villeneuvelès-Avignon, 24-26 septembre 1999), Mane, 2001, p. 415-428 (Les Cahiers de Salagon, 4).

9 En fait, un sort archivistique contraire semble s’acharner sur la Verdeline. Quand il rédigea le Supplément à l’inventaire-sommaire de la série G des Archives du Gard, Édouard Bondurand avait signalé, dans la liasse G 1633, trois copies extraites du cartulaire en août 1788 par Pierre Paul Champetier de Ribes, avocat en parlement et archiviste de l’évêché d’Uzès : c’étaient les pièces 3 à 5 de cette liasse. À l’occasion de la préparation des documents qui firent l’objet d’une campagne de microfilmage de l’Institut de recherche et d’histoire des textes à la fin de l’année 1999, je n’avais plus retrouvé que les pièces 3 et 4. Lors de mon passage aux Archives du Gard en mai 2003 pour quelques vérifications, j’ai dû constater que la pièce 3 était à son tour en déficit. Heureusement, elle figure bien sur le microfilm de l’IRHT (dont une copie a été remise aux Arch. dép. Gard : 2 Mi 58, R 1).

10 Eugène Caïs de Pierlas, Cartulaire de l’ancienne cathédrale de Nice, Turin, 1888 (Stein, op. cit., no 2723).

11 D’après Arch. dép. Gard, G 1633, pièce 5, ou du moins d’après l’analyse qu’en a donnée E. Bondurand.

12 Au fol. 31 était copié un acte du 5 des ides de novembre 1276. Les autres copies de la liasse G 1633 (pièces 3 et 4) ne précisent pas à quel(s) endroit(s) du cartulaire était retranscrite la charte du 29 octobre 1214 qu’elles nous ont transmise.

13 Sauf à supposer que la Verdeline était un cartulaire fort bref ou bien que l’acte de 1276 a été copié a posteriori dans un espace laissé libre.

14 Stein, op. cit., no 2729.

15 P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs des cartulaires en Bas Languedoc(XIe-XIIIe siècles), Paris, 2001, p. 221-238 (CTHS — Histoire, 2).

16 E. Germer-Durand, Cartulaire de l’église cathédrale Notre-Dame de Nîmes, Nîmes, 1874.

17 Arch. dép. Gard, 2 Mi 38 (R 1) et IRHT, mi. 38547.

18 Arrondissement du Vigan, chef-lieu de canton.

19 Voir A. Venturini, « La collégiale Notre-Dame de Bonheur. Son cartulaire. Ses origines », dans le Lien des Chercheurs Cévenols, no 113, avec indication de la bibliographie antérieure. Je n’y avais pas mentionné l’échange de 1247 (Arch. dép. Gard, G 324).

20 Stein, op. cit., no 2760. En fait, Bonheur ne figure dans la Bibliographie générale qu’au titre des cartulaires d’érudits même « très modernes » (cf. p. XIII), car, au vu de l’ouvrage cité à la note suivante, Stein a cru qu’il s’agissait de la publication d’un petit chartrier, tandis que le lieu d’édition lui faisait attribuer à tort Bonheur au diocèse de Mende.

21 Fr. Germer-Durand, La baronnie de Meyrueis au XVIIIe siècle. Le Chapitre collégial de Notre-Dame de Bonheur, Mende, 1902, 234-XXXIX p. (tiré à part des Mémoires de la Société d’Agriculture de la Lozère, 1901 et 1902).

22 Alexandre Bessot de Lamothe, Archives départementales du Gard. Inventaire-sommaire de la série G, Nîmes, 1876.

23 À un détail près : lors de la reliure du cartulaire avec les lettres patentes de 1782, les premier et dernier feuillets ont été intervertis, incident demeuré ignoré de Fr. GermerDurand, qui travaillait d’après des notes antérieures au reclassement de la série G et à qui il ne fut pas nécessaire de revoir l’original.

24 Les ruines de l’abbaye de Psalmodi se trouvent sur la commune de Saint-Laurent d’Aigouze (arr. Nîmes, canton Aigues-Mortes).

25 Tout le premier volume et les 191 premiers feuillets (sur 306) du second.

26 Stein, op. cit., nos 3113 (H 106*) et 3114 (H 107*). Les deux volumes du cartulaire, bien qu’anciennement microfilmés : Arch. dép. Gard, 2 Mi 17 (R 1), l’ont cependant été de nouveau lors de la campagne 1999 de l’IRHT [copies aux Arch. dép. Gard : 2 Mi 51 (R 1) pour H 106*, et 2 Mi 53 (R 1) pour H 107*].

27 Compte tenu du statut juridique de l’établissement lors de sa suppression et de la saisie des archives.

28 Les inventaires-sommaires des séries G et H ont été publiés par Alexandre Bessot de Lamothe respectivement en 1876 et 1877. Néanmoins, il est possible que les fonds des collégiales d’Aigues-Mortes et Saint-Gilles (voir note suivante) aient déjà été coupés en deux par son prédécesseur Antoine-Joseph Chamand, archiviste de 1820 à 1863.

29 Le même accident archivistique est arrivé au fonds de la collégiale séculière de Saint-Gilles, qui avait succédé à l’abbaye bénédictine en 1538 (bulle de sécularisation fulminée par le pape Paul III le 17 août). Il est coupé en deux parties rangées l’une en série G, sous le nom de la collégiale, l’autre en série H, sous le nom de l’abbaye. Pourtant, ce fonds avait été muni au XVIIIe siècle d’un inventaire qui aurait dû lui éviter ce sort, puisqu’il est parvenu jusqu’à nous (Arch. dép. Gard, G 1588*). Le mal étant fait, c’est d’ailleurs dans la série H que, après son entrée tardive (juin 1911) aux Archives départementales grâce aux effets de la Séparation des Églises et de l’État (il avait été donné à la fabrique de l’église de Saint-Gilles, le 22 août 1839, par l’érudit saint-gillois Hector Mazer), a été coté le registre factice rassemblant les bulles pontificales du chartrier de l’ancienne abbaye et connu pour cette raison sous le nom de « bullaire de Saint-Gilles » (sous la cote H 785) ou encore un cartulaire d’érudit du XVIIIe siècle (voir ci-après, note 35).

30 Stein, op. cit., no 3074. Cf. ci-dessus, note 20.

31 L. Bruguier-Roure, Chronique et cartulaire de l’oeuvre des église, maison et hôpitaux du Pont-Saint-Esprit (1265-1791), Nîmes, 1889-1895.

32 Acquis en 1922, ce registre est en très mauvais état et fort mutilé. Il en subsiste toutefois assez pour juger qu’il ne s’agit pas d’un cartulaire. Ainsi, il nous est précisé, à propos de l’acte transcrit aux fol. 227 à 229v, qu’il était reproduit au fol. 281 de l’ancien livre terrier. Nous serions donc bien devant un « nouveau » livre terrier, de plus petit format que son prédécesseur. Dans son état actuel, les copies ou analyses qui subsistent nous gardent la trace d’actes allant de 1240 à 1611.

33 Stein, op. cit., no 4409 (l’auteur plaçant à tort Montfrin dans l’ancien diocèse de Nîmes).

34 Cf. Édouard Baratier et Madeleine Villard, Archives départementales des Bouchesdu-Rhône. Répertoire de la série H. 56H : Grand Prieuré de Saint-Gilles des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Marseille, 1966, p. 97. Il existe aussi une copie incomplète du cartulaire sous la cote 56 H 2565*.

35 Pour laquelle il existe aussi un cartulaire d’érudit, compilé au XVIIIe siècle, en un temps où elle était devenue une collégiale séculière : Thesaurus chartarum in quo varia quae ad Galliae Narbonensis historiam spectant monumenta in unum collecta reperiuntur, opera et labore p. fratris G. Loÿs, minoris conventualis (Arch. dép. Gard, H 916*, don de Georges de Manteyer du 19 mai 1939 ; inconnu de Stein). Le sous-titre précise qu’il ne s’agit que d’une partie de ce « Trésor » : Chartas extradas ex Archivo Sanctegidiano inservantes ad historiam abbatum ejusdem loci. Ce cartulaire de 167 feuillets papier, relié en basane, contient la copie de 229 actes, dont 124 inédits. Les 105 autres ont été majoritairement publiés par l’abbé Goiffon (cf. note 40 ci-dessous). A signaler le no 170, qui est une copie des coutumes de Saint-Gilles, publiées par Édouard [Bligny-] Bondurand : Les coutumes de Saint-Gilles (XVIIe-XIVe siècles), Paris, 1915.

36 Il n’y a pas lieu de retenir le « Cartulaire des recettes et dépenses du couvent des Frères mineurs d’Alais, du 13 octobre 1671 au 10 octobre 1691 » (Bibl. mun. Nîmes, ms. 624, décrit dans : Joseph Simon, Catalogue du legs Achille Bardon, Nîmes, 1902, p. 263). Il s’agit bien évidemment d’un « simple » livre de comptes. Quant au cartulaire du monastère de Saint-Sauveur-de-la-Font cité par E. Germer-Durand au titre des Archives du Gard dans sa liste de sources manuscrites (p. XXXII), je n’ai su lui trouver de correspondance dans le fonds actuel de cet établissement. Il paraît notamment difficile d’y voir l’une des deux lièves de cens des XIVe et XVe siècles (Arch. dép. Gard, H 676 et 677) : il y a donc là un problème pendant, à la différence de Saint-André de Villeneuve (cf. note 4).

37 Bibl. nat. de France, lat. 11018. Stein, op. cit., no 3433.

38 P. Chastang, op. et loc. à la note 15. La réponse de l’Église de Nîmes fut non pas le cartulaire, mais un catalogue des évêques (Bibl. mun. Nîmes, ms. 14).

39 Au format in-16.

40 Abbé Étienne Goiffon, Bullaire de l’abbaye de Saint-Gilles, Nîmes, 1882. Sur ce registre factice, voir la note 29 ci-dessus.

41 Tout comme d’ailleurs le registre factice constitué par Hector Mazer.

42 Le travail de l’abbé Goiffon reçut un accueil favorable : cf. le compte-rendu critique de Léopold Delisle dans la Bibliothèque de l’École des Chartes, t. XLV, 1884, p. 209-211.

43 Arch. dép. Gard, H 34* (la minute en est conservée, au moins partiellement, sous la cote H 925). Cet inventaire fut établi en exécution d’un arrêt du parlement de Toulouse du 5 décembre 1785, comme l’un des moyens d’aboutir au partage en deux lots égaux, entre l’abbé (commendataire) et les moines, des biens et droits du monastère. Remplaçant totalement un précédent inventaire, fait en 1687, le nouveau fut l’oeuvre, au cours des années 1786-1787, de Jean-Isaac Fontanieu, de Marsillargues, avocat en parlement et feudiste, et de Jean-François Mercier, également avocat en parlement et notaire royal de la ville de Nîmes. Le travail fut achevé avant le 27 août 1787, date à laquelle dom Tixerandet, « sindic de la communauté », en remettait un exemplaire à l’abbé de Rey, conseiller au parlement de Toulouse, abbé commendataire de Franquevaux.

44 Arch. dép. Gard, H 33*, consultable sous forme de microfilm : soit l’ancien, 2 Mi 25 (R 1), soit la copie de celui issu de la campagne 1999 de l’IRHT, 2 Mi 56 (R 1). Cet inventaire n’a pas de nom d’auteur.

45 H 33*, fol. 146 à 189v.

46 Cet acte se trouvait aux fol. 103-104 du cartulaire.

47 Stein, op. cit., no 3434.

48 Demeuré ignoré de Stein.

49 La description de ces cartulaires est ici succinctement reprise de : Daniel Le Blévec et A. Venturini, « Les cartulaires des ordres militaires, XIIe-XIIIe siècles (Provence occidentale, basse vallée du Rhône) », dans Les cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS (Paris, 5-7 décembre 1991), réunis par Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse, Paris, 1993, p. 451-466 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 39).

50 D. Le Blévec et A. Venturini, Cartulaire du prieuré de Saint-Gilles de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem (1129-1210), Paris-Turnhout, 1997.

51 Cf. J. Simon, Catalogue du legs Achille Bardon, Nîmes, 1902, p. 263. Cartulaire demeuré ignoré de Stein.

52 Il a d’ailleurs modestement intitulé son oeuvre, achevée le 22 octobre 1693, « livre que j’ay fait des contratz que j’ay moy mesme tiré [...] pour remettre le temporel de cette pouvre abbaye au temps (sic) qu’il plaira à la providence de Dieu et à sa bonté ».

53 Il en va ainsi des fol. 1 à 8, du fol. 31 (en réalité deux feuillets, dont un seul a été pris en compte dans la foliotation générale), ou encore des fol. 585 à 594.

54 À l’ancienne, pourrait-on dire.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540