Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Cartulaires méridionaux

 | 
Daniel Le Blévec

Vers une typologie des cartulaires médiévaux

Paul Bertrand, Caroline Bourlet et Xavier Hélary

Texte intégral

I. — Le répertoire des cartulaires français (provinces ecclésiastiques du « Sud-Est » de la France)

1La parution du volume du Répertoire des cartulaires français [abrégé RCF], consacré au « Sud-Est » de la France, constitue l’occasion pour la section de diplomatique de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT — CNRS) de méditer sur le bilan des années écoulées et, dans le même mouvement, d’entamer une réflexion prospective sur les travaux qu’elle aura désormais à engager.

  • 1 La genèse de l’entreprise a été retracée par Isabelle Vérité, « Les entreprises françaises de recen (...)
  • 2 Sur la base de données « Cartulaires », voir, par exemple, Paul Bertrand, « La base de données “Car (...)

2La section de diplomatique a été créée en 1942, sous le nom de « section des cartulaires », pour mettre à jour le fameux ouvrage de Henri Stein, la Bibliographie des cartulaires français, parue en 1907. Depuis plus de soixante ans, les équipes qui se sont succédé dans la section se sont consacrées à l’étude des cartulaires et ont accumulé des ressources incomparables. Remisé plusieurs fois dans les armoires, enfin relancé en 1991, le projet connaît sa première réalisation avec la parution d’un volume imprimé consacré aux provinces ecclésiastiques du « Sud-Est » de la France1. Désormais, la mise en place d’une base de données évolutive des cartulaires, pour tout l’espace français, permettra la publication régulière de résultats (au départ partiels) et complétera le volume imprimé2.

  • 3 Répertoire des cartulaires français : provinces ecclésiastiques d’Aix, Arles, Embrun, Vienne, diocè (...)

3La parution du volume imprimé consacré aux cartulaires du « Sud-Est » de la France permet de réfléchir aux inflexions que doit subir le travail de la section et aux nouvelles voies qu’elle doit se frayer3.

4Fruit du travail de toute une équipe dont les efforts ont été coordonnés, pendant six ans, par Isabelle Vérité (Anne-Marie Legras, Caroline Bourlet, Annie Dufour, Maylis de Valence), à partir de matériaux rassemblés par Anne-Marie Hayez, Anne-Marie Legras et Jean-Loup Lemaitre, le volume marque le premier aboutissement d’une entreprise de longue haleine.

  • 4 Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge (...)

5L’ouvrage couvre les provinces ecclésiastiques d’Aix, Arles, Embrun, Vienne et le diocèse de Tarentaise. Il était conçu au départ pour servir de pendant au répertoire des sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge, dont les trois premiers volumes s’intéressaient précisément à cette région4. Seuls les cartulaires ecclésiastiques ont été étudiés. Les cartulaires laïques, beaucoup moins nombreux et présentant des caractéristiques spécifiques, pourront faire l’objet d’une étude complémentaire, sur le plan national cette fois. Fe Moyen Age et l’Ancien Régime constituent le cadre chronologique de l’enquête.

6L’entreprise n’était pas aisée. Si on laisse de côté les problèmes matériels, la principale difficulté résidait probablement dans les critères qui devaient présider au choix des manuscrits à retenir. Si, de manière générale, la question ne se posait guère pour les cartulaires proprement médiévaux, les choses se compliquaient pour l’époque moderne.

  • 5 Définition reprise dans la nouvelle édition du vocabulaire de diplomatique, par les soins de Maria (...)

7La définition donnée en 1984 par la Commission de diplomatique a servi de point d’appui au travail de discrimination : Un cartulaire est un recueil de copies de ses propres documents, établi par une personne physique ou morale, qui, dans un volume ou plus rarement dans un rouleau, transcrit ou fait transcrire intégralement ou parfois en extraits, des titres relatif à ses biens et à ses droits et des documents concernant son histoire ou son administration, pour en assurer la conservation et en faciliter la consultation5.

8Au vu de cette définition, ont donc été éliminés d’office les manuscrits suivants :

  • les chartriers reliés en volumes, souvent baptisés « cartulaires » de façon impropre au regard de la définition de la Commission de diplomatique ;

  • les registres de notaires ;

  • les recueils de transcriptions d’actes, effectuées par un érudit, même quand les actes copiés proviennent d’un seul chartrier.

9Néanmoins, dans les dépôts d’archives, il a souvent fallu composer, d’abord en se colletant aux manuscrits pour se faire une opinion, après avoir envisagé dans le détail chaque cas problématique. Nombreux sont les manuscrits sur lesquels il a fallu s’interroger ; nombreux également sont les cas limites, qu’il a été difficile de retenir ou de rejeter. C’est pourquoi le Répertoire contient une annexe où ont été relégués un certain nombre de manuscrits dont on ne pouvait faire des cartulaires, même au sens large :

  • les manuscrits que Stein avait considérés, à tort, comme des « cartulaires » au sens large — et il avait parfois la main lourde ; mais cités par Stein, ces manuscrits devaient être d’une manière ou d’une autre mentionnés dans un ouvrage dont l’ambition première est précisément de reprendre le travail de ce dernier ;

  • les documents imprimés dans lesquels Stein voyait, semble-t-il, des moyens de suppléer l’absence de cartulaire original manuscrit ;

  • les ouvrages parus depuis 1907 et qui portaient le titre trompeur de « cartulaire », sans y avoir droit ;

    • 6 Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale..., op. cit. (...)

    des manuscrits qui avaient été signalés comme des cartulaires, dans des inventaires et catalogues ou des travaux comme le Répertoire des sources de l’histoire économique et sociale, le Catalogue général des manuscrits, le Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés de dom Cottineau6.

10L’ouvrage détaille donc près de 250 cartulaires ou recueils de titres et un nombre à peu près équivalent de manuscrits comportant des copies et des extraits, auxquels il faut ajouter une centaine d’autres notices, placées en annexe à la fin du volume. Complétée par une bibliographie tendant à l’exhaustivité, la notice consacrée à chaque cartulaire retenu comprend la description matérielle du manuscrit (datation, nombre de feuillets, support, description et datation de la reliure), l’analyse de son contenu et enfin une reconstitution de l’élaboration et de l’histoire du manuscrit.

11Certaines informations ont été laissées de côté, comme l’agencement des cahiers ou la répartition des actes par auteur. Leur introduction dans la notice aurait alourdi non seulement la tâche de l’équipe, mais aussi la notice elle-même, dont la vocation n’était pas de se transformer en étude monographique. En revanche, on trouvera dans chaque notice le décompte des actes, leur répartition par siècle, l’ordonnancement général du cartulaire, le relevé des prologues, des tables et des index, l’énumération des documents non diplomatiques. La notice signale également, le cas échéant, la présence d’actes en langue vernaculaire antérieurs à 1200.

12Quant à l’élaboration et à l’histoire du manuscrit, une des spécialités de l’IRHT, l’investigation a été aussi complète que possible : le manuscrit lui-même a été étudié ; on a eu également recours aux inventaires d’archives et à la bibliographie : l’ouvrage se veut aussi, dans la meilleure tradition de l’IRHT, un moyen d’aboutir à une meilleure connaissance des conditions de la production et de l’histoire des cartulaires, au-delà même de leur contenu propre.

13Dans le cas des cartulaires perdus, on a procédé à un travail difficile mais en définitive gratifiant, en recherchant de façon aussi large que possible les copies et les extraits. On a également recherché les copies ou les extraits réalisés sur les cartulaires conservés en originaux. Ce qui permettra d’approfondir la connaissance du dépôt d’archives ou de la collection dans lequel était conservé le cartulaire copié ou encore de mieux approcher l’érudition de l’époque moderne.

II. — Les enseignements de la rédaction du RCF

14Il s’agit, à présent, de proposer quelques réflexions issues des enseignements de cette longue aventure.

15Au cours des dépouillements, des documents ont été rencontrés dont, dans un premier temps, l’intérêt pour l’entreprise était difficile à percevoir : ainsi, les pancartes. Le foisonnement et l’extrême variété des recueils composés par les notaires ont été source de beaucoup d’autres interrogations et hésitations. L’enquête s’inscrivait dans une démarche typologique : sélectionner ou rejeter des documents selon qu’ils appartenaient ou non au genre « cartulaire ». Dépendants de connaissances ou de terminologies en usage et depuis longtemps établies, nous avons à grand-peine défriché le terrain.

A. Une enquête à poursuivre : pré-cartulaires et pancartes

  • 7 Pancartes monastiques des XIe et XIIe siècles. Table ronde organisée par l’ARTEM, 6 et 7juillet 199 (...)
  • 8 Michel Parisse, « Les pancartes, étude d’un type d’acte diplomatique », dans Pancartes monastiques. (...)
  • 9 On a rejeté, en revanche, la pancarte du prieuré de Saint-Giniez, dépendant de l’abbaye de Saint-Vi (...)
  • 10 Artem, La diplomatique française du Haut Moyen Âge, Inventaire des chartes originales antérieures à (...)

16Les « pancartes », grandes peaux de parchemin — entières ou découpées — offrant la transcription de plusieurs actes et conservées, soit pliées soit roulées, dans les chartriers, étaient mal connues au début de l’enquête et n’avaient pas été identifiées comme des documents à rechercher systématiquement dans les fonds d’archives. Elles ont fait l’objet de recherches récentes et sont, aujourd’hui, mieux identifiées dans leur diversité. La parenté de certaines d’entre elles avec les cartulaires a été soulignée7, notamment par Michel Parisse qui leur donne le nom de « pancarte cartulaire » ou « pré-cartulaire » et qui les caractérise comme des documents offrant des « copies groupées postérieurement à la rédaction des actes, dans le but de constituer un document de travail ou de consultation » ; elles ne portent donc aucun signe de validation et présentent le plus souvent une mise en forme soignée (disposition en colonnes, titres-analyses)8. Nous avons intégré dans le Répertoire sept documents de ce type, tous conservés dans les fonds des archives de la chartreuse de Durbon9. Faute de points de comparaison, il reste aujourd’hui difficile d’interpréter la présence de si nombreux pré-cartulaires dans un unique établissement de Provence : est-ce réellement une particularité de la chartreuse de Durbon ou — plus vraisemblablement — n’est-ce que le reflet du caractère partiel de l’enquête ? Il est impossible de répondre aujourd’hui mais il serait probablement fructueux d’ouvrir une investigation complémentaire qui, repartant des dépouillements exhaustifs de l’Artem pour la période antérieure à 112010, poursuivrait les recherches dans les fonds d’archives pour la période 1120-1200/1230 (le terminus ante quem étant déterminé par la date du premier cartulaire de l’établissement) et permettrait de repérer éventuellement d’autres pré-cartulaires du type « pancarte » afin de mieux connaître ces premières ébauches de cartulaires.

B. Des notaires et des chartriers ecclésiastiques

17Dans cette terre de notaires sur laquelle ont porté les recherches, nous avons été confrontés à de nombreux recueils composés par ceux-ci.

18Certains de ces recueils, bien que dédiés à un seul « client » et conservés dans ses archives, ont semblé devoir être assimilés à des registres de notaire, où ce dernier transcrit, enregistre, les actes passés devant lui au jour le jour. Ces registres, comme on l’a indiqué plus haut, n’ont pas été retenus dans le Répertoire. D’autres manuscrits, portant copie d’actes provenant de plusieurs études notariales, transcrits dans un ordre moins strictement chronologique et couvrant une période souvent plus vaste que les registres de notaires, semblent résulter d’une autre démarche : des institutions, à un moment donné de leur histoire, ont éprouvé le besoin, pour faire mémoire de leurs prérogatives et de leurs biens ou pour faciliter la gestion de leur domaine, de faire copier dans un recueil particulier, qu’elles conserveraient désormais dans leurs archives, les actes jusqu’alors dispersés dans diverses études notariales. Cette volonté est tout à fait comparable à celle qui avait poussé à la compilation des cartulaires des XIIe et XIIIe siècles, et les manuscrits composés en de telles occasions ont été intégrés au Répertoire. C’est le cas du Liber commuais de l’église paroissiale de Vanosc (RCF no 517), rédigé à la fin du XVe siècle, dans lequel ont été transcrits les actes qui fondent ou explicitent les droits, devoirs, charges et revenus tant du curé et des prêtres desservants, que des confréries installées dans l’église et de l’œuvre paroissiale. Ou encore, le Livre troisième des cordeliers de Grenoble (RCF no 312), composé vers 1636, dans lequel le notaire François Froment, à la demande du couvent (qui avait obtenu pour ce faire des lettres de commission du parlement), a transcrit les actes passés devant divers notaires grenoblois décédés. Le cas du Recueil de testaments de l’église paroissiale de Mazan, que l’on a choisi d’intégrer au Répertoire (RCF no 412), est plus douteux : ce manuscrit composite, formé de deux parties qui semblent avoir eu d’abord des existences indépendantes, pourrait devoir son origine moins à la volonté de faire mémoire des prérogatives de la paroisse qu’au hasard de la réunion tardive de fragments de registres de notaires. L’histoire de ce manuscrit est malheureusement inconnue ; seule une étude conjointe du notariat local et de son rôle dans la gestion des archives de la paroisse — à condition qu’elle soit possible — permettrait de trancher la question.

  • 11 Édition et longue étude du ms. et de son élaboration par Martin Dietrich Glessgen, « Lo thesaur del (...)
  • 12 Robert-Henri Bautier, Compte rendu de Martin Dietrich Glessgen, « Lo thesaur del Hospital de Sant S (...)

19L’un des caractères communs à ces trois manuscrits est de contenir des copies intégrales des actes. Au contraire, le recueil de l’hôpital du Saint-Esprit de Marseille, connu sous le titre de « Lo thesaur del Hospital de Sant Sperit », se compose d’analyses détaillées, en provençal, d’actes divers (testaments, ventes, donations, échanges et contrats divers) concernant cet hôpital mais aussi ceux du Saint-Esprit d’Aubagne et de l’Annonciade de Marseille. D’après son éditeur, M. D. Glessgen11, les recteurs de l’hôpital du Saint-Esprit ont chargé le premier rédacteur, le notaire Laurent Aycart, de remettre de l’ordre dans les archives de l’hôpital et d’en faire l’inventaire détaillé en langue vernaculaire dans le but de faciliter la gestion des biens de l’hôpital par ses recteurs et administrateurs issus de la bourgeoisie et peu versés en latin. Cet inventaire fut continué par d’autres notaires au XVe siècle et, de toute évidence, utilisé fréquemment. Il fut notamment copié deux fois et même traduit en français au XVIIe siècle. La précision des analyses rédigées par les notaires est suffisamment grande pour que ce volume ait parfois été signalé comme un inventaire-cartulaire12. Mais, selon son éditeur, l’inventaire prime ici (aucun acte n’est transcrit en entier), c’est pourquoi il a été écarté du répertoire (RCF no A69).

20Ces quelques exemples illustrent l’importante contribution apportée par les notaires de la région à la gestion des temporels des institutions ecclésiastiques et les pratiques spécifiques engendrées par cette contribution. Les établissements ecclésiastiques ont pu — au moins dans un premier temps ou pour partie — laisser le soin de conserver la mémoire de leurs biens aux études notariales locales ; leur chartrier était alors éclaté en plusieurs unités. Les notaires, à coté de leurs registres courants, ont parfois tenu des registres spécifiques à une (ou plusieurs) institution(s), dans lesquels, outre les actes passés devant eux, ils ont transcrit des actes utiles trouvés dans les archives de l’institution ou dans d’autres études notariales. Ils ont ainsi constitué pour le compte de leur client des recueils qui peuvent être assimilés à des cartulaires. Les notaires ont également assumé le rôle d’archivistes, assurant la mise en ordre, l’inventaire, la gestion des archives de certains établissements ecclésiastiques. Avec ces exemples, d’autres interrogations sont posées qui débordent le cadre de cette entreprise : l’examen des recueils conservés dans les études de notaires, écarté de l’enquête pour des raisons évidentes de temps, serait indispensable pour mieux comprendre les conditions d’élaboration de nombreux recueils trouvés dans les charniers des établissements ecclésiastiques de la région et l’histoire de ces chartriers.

C. Terminologie des recueils de documents d’archives : cartulaires, recueils d’actes, recueils de titres

21Afin de guider le lecteur dans le maquis des manuscrits décrits dans le RCF, on a ajouté, avant chaque notice de manuscrit retenu, une indication de type générique qui permette de l’identifier plus sûrement (complétée d’une indication d’époque et, si besoin, du nom sous lequel ce manuscrit est connu).

  • 13 Olivier Guyotjeannin et Lucie Fossier, « Cartulaires français laïques : seigneuries et particuliers (...)

22Mais quelle terminologie adopter ? S’il était facile de signaler les liens hiérarchiques entre un original, ses copies, ses extraits ou ses analyses, fallait-il regrouper les originaux sous la seule dénomination de « cartulaire », au risque d’effacer les grandes disparités entre eux et de privilégier une cohérence « qui était surtout vue du recenseur »13 ? Et si nous introduisions des distinctions, sur quels critères les fonder ?

  • 14 Tels les quatre tomes du Cartulaire général de l’évêché de Marseille projeté par Mgr de Belsunce et (...)
  • 15 Cf. les titres des nombreuses copies des cartulaires de l’évêché de Grenoble connues sous le nom de (...)

23Les éléments livrés par les documents eux-mêmes — titre, date d’élaboration, contenu et indices sur leur histoire — sont d’un intérêt inégal. Les titres portés en couverture ou au premier feuillet des manuscrits ne sont pas toujours d’un grand secours. Ils sont souvent peu explicites (Livre vert, Liber commuais, Livre premier..) et se présentent sous forme de titres-analyses de longueur variable. L’usage dans ces titres du mot « cartulaire » ou « cartularium » est extrêmement rare et, lorsqu’il apparaît, c’est sur un cartulaire tardif14 ou bien porté d’une main de l’époque moderne sur un manuscrit plus ancien. Il est d’ailleurs significatif que ce terme apparaisse surtout dans les titres donnés aux copies de cartulaires faites par des érudits au XVIIe siècle15.

24L’examen des plans et des contenus ainsi que des prologues ouvre des pistes et permet, comme pour les cartulaires seigneuriaux, de percevoir l’évolution et la diversification des contenus. Il laisse parfois entrevoir des similitudes dans les conditions de l’élaboration ou les objectifs poursuivis par les compilateurs : cartulaires liés à la remise en ordre de fonds d’archives, cartulaires de gestion, cartulaires-dossiers pour défendre des droits en justice. Toutefois, ces éléments ne se révèlent pas suffisamment éclairants pour établir des distinctions typologiques fermes et convaincantes entre les manuscrits. Seule, probablement, la mise en perspective du document dans son fonds d’archives pourrait permettre d’en comprendre la portée et de fonder une distinction typologique satisfaisante.

25Une telle entreprise ne pouvait être menée dans le cadre du RCF : on a dû se résoudre à s’appuyer sur la tradition bibliographique de chaque manuscrit, se contentant de privilégier quelques-uns des termes génériques couramment utilisés pour désigner ces recueils : outre le terme de « cartulaire », celui de « recueil de titres » qui a été préféré à ceux de « recueil d’actes » et « recueil de chartes ». Lorsque, faute d’éléments bibliographiques, nous avons dû choisir nous-mêmes, le terme de « cartulaire » a été réservé à ceux, souvent anciens, qui correspondaient sans restriction à la définition du cartulaire classique. Lorsque le manuscrit s’éloignait de cette définition, et ce lut en général le cas des documents de l’époque moderne, on a préféré le signaler au lecteur sous le terme, plus large, de « recueil de titres ».

26Au total, il était inévitable que, de la confrontation quotidienne avec les documents d’archives, naissent de nouvelles interrogations sur ces sources et sur leurs fonctions, sur leurs rédacteurs et sur leurs commanditaires, sur les chartriers et leur gestion. C’est au cours de la réalisation de ce volume du RCF du « Sud-Est » que sont apparues ces interrogations et c’est maintenant qu’elles prennent corps. Les notices du RCF forment les fondations qu’il fallait à la section de diplomatique de l’IRHT pour construire « en élévation », pour aborder ces questions et y répondre, l’une après l’autre. Un des instruments par lesquels nous comptons nous atteler à cette tâche consiste à élaborer une typologie des cartulaires médiévaux.

III. — Typologie des cartulaires

  • 16 Les cartulaires..., op. cit. ; Pratiques de l’écrit documentaire au XIe siècle, éd. Olivier Guyotje (...)
  • 17 Ce concept désigne « un aspect de l’usage de l’écriture (...) qui doit être considéré “comme le noy (...)
  • 18 On lira avec profit quelques articles programmatiques en français concernant ce projet : Florent Cy (...)
  • 19 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedo (...)

27Une réflexion plus ample s’impose donc, réflexion qui s’amorce à la section de diplomatique de l’IRHT, sur le concept de cartulaire. La mise en place du répertoire des cartulaires français du « Sud-Est » et les nombreuses questions qu’elle a induites, mais aussi la production historiographique récente mènent à se poser mille questions sur le genre en soi. Depuis quelques années, l’intérêt pour les documents diplomatiques s’est en effet renouvelé : pour ne prendre que quelques exemples français parmi bien d’autres, la diplomatique s’enorgueillit désormais des résultats de la table ronde sur les cartulaires de 1991 ou encore de ceux du colloque sur la pratique de l’écrit documentaire au XIe siècle16. D’autre part, les historiens sont de plus en plus attentifs à l’écrit comme témoin mais aussi comme acteur du changement et de la stabilisation des groupes humains et des individus dans l’histoire : les programmes de recherche menés en Allemagne ces dix dernières années en sont la preuve, avec, notamment le Sonderforschungsbereich 231 de l’université de Münster consacré à la Pragmatische Schriftlichkeit, à l’étude de la documentation conçue et réalisée, à partir du Moyen Age central, dans un cadre de motivations très concrètes17. Issu de ce programme, un autre projet, le Sonderforschungsbereich 537 de l’université de Dresde, concernant Institutionalität und Geschichdichkeit, s’attache notamment à l’étude des écrits « pratiques » dédiés à la « mise en institution » de groupes sociaux, notamment religieux18. En France, la publication de la thèse de Pierre Chastang, consacrée aux rédacteurs de cartulaires du Bas-Languedoc, ressortit à ce courant d’histoire de l’écrit19. La mise en place d’une typologie des cartulaires médiévaux au sein de la production écrite du Moyen Âge ne peut se concevoir hors de ces cadres conceptuels nouveaux qui, à la fois, la justifient et l’exigent. Les réflexions issues de ces programmes et de ces études nombreuses nourrissent le questionnaire détaillé qui sous-tendra ce projet de typologie des cartulaires, à présenter ultérieurement.

28Ainsi, pour bien cataloguer, pour bien comprendre le cartulaire, pour définir clairement la valeur des copies qui y sont conservées, pour appréhender la place du cartulaire au sein d’une histoire de l’institution qui l’a produit, pour placer ce genre dans le cadre d’une histoire de l’écrit diplomatique, pour tout cela, une étude de fond s’impose. Définir le genre, la source : un préalable à toute grande enquête. Les chercheurs de la section de diplomatique de l’IRHT sont idéalement placés pour l’entreprendre.

  • 20 Constance B. Bouchard tente une première approche typologique, assez légère : « Monastic Cartularie (...)
  • 21 Patrick Geary, « Entre gestion et gesta », dans Les cartulaires..., op. cit., p. 13-24.
  • 22 Pancartes monastiques des XIe et XIIe siècles, op. cit., et les lignes précédentes.
  • 23 Parmi les nombreux manuscrits municipaux qui ont été considérés comme des cartulaires et qui sont à (...)

29Une typologie est-elle envisageable ? Oui, sans hésiter : pour qui a déjà fréquenté des cartulaires, c’est une évidence20. Qu’étaient les premiers cartulaires21 ? Quand apparaissent-ils en France ? Les pancartes faisaient-elles office de « protocartulaires » ou bien étaient-elles un genre spécifique à une époque et à une zone géographique ?22 Un cartulaire du XIIe siècle ne ressemble pas à un cartulaire du XVIIIe siècle ; entre un cartulaire bénédictin du XIIe siècle et un cartulaire d’ordre mendiant du XVe siècle, les différences sont marquantes, aussi bien pour la forme, l’aspect extérieur que pour le fond, le contenu. Et si un cartulaire ecclésiastique ressemble de prime abord à un cartulaire municipal, ce n’est pas nécessairement le cas en y regardant de plus près, que ce soit en approfondissant l’étude du contenu — ce ne sont pas les mêmes types d’actes qui y sont copiés — ou en s’attachant au codex lui-même — en effet, souvent, le registre de la municipalité ne contient pas qu’un cartulaire : on y trouve des « pièces annexes » très particulières et dont la singularité n’échappe à personne : statuts, textes de serments23... Quant au genre du « cartulaire de notaire », on a montré plus haut combien il est complexe à définir.

  • 24 Un remarquable article, qui montre toute l’importance de cette démarche : Olivier Guyotjeannin, « L (...)

30Plusieurs axes peuvent structurer cette typologie : par exemple, un axe diachronique, distinguant les cartulaires dans le temps, du IXe au XVIIIe siècle, les répartissant en types bien définis : le cartulaire du IXe siècle, les pancartes ou protocartulaires, les cartulaires classiques des XIIe-XIIIe siècles, etc. Un autre axe : l’axe institutionnel, s’impose aussi, pour distinguer les cartulaires des institutions laïques des cartulaires ecclésiastiques, les cartulaires propres à certains ordres religieux des cartulaires du clergé séculier. Encore un autre angle d’étude : l’axe géographique. En effet, dans le « Sud-Est » de la France, dans la province ecclésiastique de Reims, dans les brumes de l’Angleterre, sur les terres brûlées de l’Italie ou froides de la Saxe, on trouve autant de cartulaires différents, par la forme (rouleau, dimensions, support...) que par le fond (le type d’actes, leur organisation au sein du cartulaire...). Ou encore : l’axe « archivistique », c’est-à-dire la volonté de placer ou replacer les cartulaires au sein de la production de documents normatifs et d’administration d’une institution, parmi et par rapport au chartrier, réorganisé et réinventorié, mais aussi aux registres terriers, chassereaux, aux registres de baux, aux registres de recettes et de dépenses, aux registres de comptabilité générale comme spéciale. Bien souvent, la mise en œuvre de cartulaires n’est qu’une facette — importante, certes, mais une facette seulement — du renouveau administratif et économique d’une institution24. Bien d’autres axes peuvent être proposés, évidemment : autant de façons d’envisager l’histoire.

  • 25 C’est la thèse soutenue par Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit.

31On en déduira, outre l’inscription du genre dans le temps et dans l’espace, des conclusions historiques déterminantes concernant les fonctions de ces cartulaires : pour prolonger la memoria de l’institution25 ? Pour préserver le contenu d’un chartrier en mauvais état, illisible ? Pour permettre une gestion économique plus efficace ? Pour répondre à des obsessions de collectionneurs d’actes, comme à l’époque moderne ? Pour permettre, tels ces extraordinaires cartulaires-dossiers de l’abbaye de Corbie, la « présentation » de privilèges regroupés en un seul volume, au prince ou au pape, afin que celui-ci ou celui-là les confirme en un seul acte ? Ou pour défendre plus facilement les droits des institutions lors de litiges sur des biens ou des droits — et dans ce cas, quel est le moment où les copies dans le cartulaire n’ont plus eu la même valeur que les chartes originales, en droit médiéval : est-ce le XIe siècle ? le XIIe siècle ?

32Au-delà des apports fondamentaux pour une histoire de l’écrit, l’importance de cette approche typologique n’échappe pas au diplomatiste soucieux d’établir la qualité des copies qu’il utilise, dans cette grande quête du vrai, dans les grands tourments du discrimen veri et falsi. La qualité des copies d’un cartulaire-dossier du XIIe ou du XIIIe siècle destiné à être utilisé en justice pour faire triompher une cause peut être davantage sujette à caution que celle des copies d’un cartulaire du XVe siècle qui voudrait faire l’inventaire et la transcription complète, presque objective, de tous les actes d’un chartrier.

33De cette grande enquête qui vise à dégager une typologie des cartulaires sortira une publication, dans la ligne de celles produites par la « Typologie des sources du Moyen Âge occidental ».

  • 26 C’était d’ailleurs l’objectif initial de la section de diplomatique de l’IRHT, tel qu’on le trouve (...)

34L’érudition bien menée, « wohltemperierte » dirait Bach, est à la base des travaux de la section de diplomatique de l’IRHT. Certes, nous produisons des instruments de travail relatifs aux cartulaires. Mais nous ne voulons pas nous limiter à des accumulations de fiches sans réfléchir davantage à l’objet de nos recherches. Et ces réflexions à propos des cartulaires, que nous publions et continuerons à publier, ces travaux de diplomatique, d’histoire institutionnelle, d’histoire du droit, d’histoire de l’écrit, sont un contrepoids à ce travail de catalogage des manuscrits au demeurant essentiel. La section de diplomatique n’entend d’ailleurs pas se limiter aux cartulaires : il s’agit de mettre en place une nouvelle diplomatique des originaux et des copies, certes, mais aussi élargie aux documents d’administration et de gestion26 ; une nouvelle diplomatique plus en cheville avec une histoire des institutions et des sociétés ; une nouvelle diplomatique plus ouverte que jamais aux autres sciences fondamentales du manuscrit médiéval comme la codicologie ou la paléographie. Prenant assise sur les travaux du répertoire des cartulaires du « Sud-Est » de la France, la typologie des cartulaires médiévaux, destinée elle-même à appuyer la mise en place de la base de données « Cartulaires », en cours de conception, est la première manifestation de cette nécessaire ouverture.

Notes

1 La genèse de l’entreprise a été retracée par Isabelle Vérité, « Les entreprises françaises de recensement des cartulaires (XVIIIe-XXe siècles) », dans Les cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS (Paris, 5-7 décembre 1991), réunis par Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse, Paris, 1993, p. 179-213 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 39).

2 Sur la base de données « Cartulaires », voir, par exemple, Paul Bertrand, « La base de données “Cartulaires” de la section de diplomatique de l’IRHT », dans Le médiéviste et l’ordinateur, no 42, 2003, en ligne : http://www.irht.cnrs.fr/meto/mo42_04.htm ou encore, Id., « La base de données “Cartulaires” de la section de diplomatique de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (Orléans) et l’entreprise du Répertoire des cartulaires français », dans Resourcing sources, éd. Katharine Keats-Rohan, Oxford, 2002, p. 145-152 (Prosopographica et Genealogica, 7).

3 Répertoire des cartulaires français : provinces ecclésiastiques d’Aix, Arles, Embrun, Vienne, diocèse de Tarentaise, éd. Isabelle Vérité, Anne-Marie Legras, Caroline Bourlet, Annie Dufour, Paris, 2003 (Documents, études et répertoires publiés par l’IRHT, 72).

4 Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge. t. I : Provence, Comtat Venaissin, Dauphiné, états de la maison de Savoie. vol. 1, Archives des principautés territoriales et archives seigneuriales, Paris, 1968 ; vol. 2, Archives ecclésiastiques, communales et notariales. Archives des marchands et des particuliers, Paris, 1971 ; vol. 3, Mises à jour : additions et corrections. Index des noms de personne et de lieu. Index des matières, Paris, 1974.

5 Définition reprise dans la nouvelle édition du vocabulaire de diplomatique, par les soins de Maria Milagros Cárcel Ortí, Vocabulaire international de diplomatique, Valence, 1994, p. 36, no 74 (Col-lecció oberta, 28).

6 Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale..., op. cit. — Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements, Paris, depuis 1886, 66 vol. à ce jour. — Léon-Henri Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés, Mâcon, 1935-1939 et 1970, 3 vol. — Pour les inventaires, on se reportera à la liste des inventaires publiée en introduction du RCF.

7 Pancartes monastiques des XIe et XIIe siècles. Table ronde organisée par l’ARTEM, 6 et 7juillet 1994, Nancy, éd. Michel Parisse, Pierre Pégeot, Benoît-Michel Tock, [Turnhout], 1998. Notamment, Isabelle Vérité, « Des pancartes dans les fonds des prieurés de Marmoutier ? L’exemple des prieurés poitevins », p. 63-93.

8 Michel Parisse, « Les pancartes, étude d’un type d’acte diplomatique », dans Pancartes monastiques..., op. cit., p. 11-62, à la p. 34. Dans le même volume d’études, voir l’article de Jérôme Belmon, « La pancarte d’Irissac. Un document inédit de l’abbaye cistercienne de Bonneval en Rouergue (1168-1180) » (p. 159-202), où la pancarte (ou bref) regroupant les quarante et une acquisitions réalisées par l’abbaye de Bonneval dans la villa et le territoire d’Irissac est qualifiée par son éditeur, sans hésitation et après une démonstration probante, de cartulaire (p. 165).

9 On a rejeté, en revanche, la pancarte du prieuré de Saint-Giniez, dépendant de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille (RCF A70) qui est une pancarte confirmative bien qu’elle ait été qualifiée de « véritable petit cartulaire » par Paul-A. Armargier, Chartes inédites (XIe siècle) du fonds de Saint-Victor de Marseille. Edition précédée d’une étude historique, thèse de 3e cycle, Aix-en-Provence, 1967 (dactyl.) puis par Monique Zerner, « L’élaboration du grand cartulaire de Saint-Victor... », dans Les cartulaires..., op. cit., p. 217-245, à la p. 232. Les pancartes de Durbon ont été depuis longtemps signalées par les inventaires d’archives et par l’édition des chartes de cette chartreuse. Voir Louis Arthaud, Archives départementales des Hautes-Alpes. Répertoire numérique de la série H et H supplément, Gap, 1941, p. X et p. 1 et abbé Paul Guillaume, Chartes de Durbon, quatrième monastère de Tordre des chartreux au diocèse de Gap, Montreuil-sur-Mer, 1893 (Archives historiques des Hautes-Alpes, 2), passim.

10 Artem, La diplomatique française du Haut Moyen Âge, Inventaire des chartes originales antérieures à 1121 conservées en France, sous la dir. de Benoît-Michel Tock, par Michèle Courtois et Marie-José Gasse-Granjean avec la collab. de Philippe Demonty, Turnhout, 2001, 2 vol. 

11 Édition et longue étude du ms. et de son élaboration par Martin Dietrich Glessgen, « Lo thesaur del Hospital de Sant Sperit », Edition eines Marseiller Urkundeninventars (1399-1511), mit sprachlichem und geschichtlichem Kommentar unter besonderer Berücksichtigung des Rechtswortschatzes, Tübingen, 1989 (Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie, 226).

12 Robert-Henri Bautier, Compte rendu de Martin Dietrich Glessgen, « Lo thesaur del Hospital de Sant Sperit », op. cit., dans Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t. 148, 1990, p. 482-486, notamment p. 483.

13 Olivier Guyotjeannin et Lucie Fossier, « Cartulaires français laïques : seigneuries et particuliers », dans Les cartulaires..., op. cit., p. 379-410, à la p. 391.

14 Tels les quatre tomes du Cartulaire général de l’évêché de Marseille projeté par Mgr de Belsunce et en partie réalisé au milieu du XVIIIe siècle (RCF nos 399-402).

15 Cf. les titres des nombreuses copies des cartulaires de l’évêché de Grenoble connues sous le nom de « cartulaires de Saint-Hugues », dont l’une est de la main de Nicolas Chorier (RCF nos 314-324).

16 Les cartulaires..., op. cit. ; Pratiques de l’écrit documentaire au XIe siècle, éd. Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse, Paris-Genève, 1997 (= Bibliothèque de l’École des chartes, t. 155, 1997).

17 Ce concept désigne « un aspect de l’usage de l’écriture (...) qui doit être considéré “comme le noyau dur du passage à l’écrit, comme la base indispensable d’une culture écrite inscrite dans la durée” et investie d’une visée générale, à savoir l’utilisation de l’écrit pour les besoins de la vie courante en général, l’usage de l’écriture comme stratégie pensée dans le cadre d’agissements fonctionnels, orientés, prévisionnels » : Hagen Keller, « Oralité et écriture », dans Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Age en France et en Allemagne, Actes des colloques de Sèvres (1997) et Gottingen (1998), éd. Jean-Claude Schmitt et Otto Gerhard Œxle, Paris, 2002, p. 127-142 (Histoire ancienne et médiévale, 66), ici, p. 138. On verra, par exemple, une belle monographie réalisée dans cette optique : Thomas Behrmann, Domkapitel und Schriftlichkeit in Novara (11.-13. Jahrhundert). Sozial-und Wirtschafisgeschichte von S. Maria und S. Gaudenzio im Spiegel der urkundlichen Überlieferung, Tübingen, 1994 (Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom, 77) ; cf. compte rendu de Paul Bertrand dans Le Moyen Âge, t. 103, 1997, p. 415-416.

18 On lira avec profit quelques articles programmatiques en français concernant ce projet : Florent Cygler, Gert Melville, « Nouvelles approches historiographiques des ordres religieux en Allemagne. Le groupe de recherche de Dresde sur les structures institutionnelles des ordres religieux au Moyen Âge », dans Revue Mabillon, n.s., t. 12, 2001, p. 314-321 et Sébastien Barret, « Structures institutionnelles des ordres religieux au Moyen Âge : le Teilprojekt C du Sonderforschungsbereich 537 de l’université de Dresde », dans Bulletin de la Mission historique française en Allemagne, no 37, 2001, p. 121-129. Voir le site web du SFB 537 : http://rcswww.urz.tu-dresden.de/-sfb537/et son extension concernant les ordres religieux : http://vita-religiosa.de/.

19 Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (XIe-XIIIe siècles), Paris, 2001 (CTHS — Histoire, 2).

20 Constance B. Bouchard tente une première approche typologique, assez légère : « Monastic Cartularies : Organizing Eternity », dans Charters, cartularies and archives : the preservation and transmission of documents in the medieval west. Proceedings of a colloquium of the Commission internationale de diplomatique (Princeton and New York, 16-18 September 1999), éd. Adam J. Kosto et Andreas Winroth, Toronto, 2002, p. 22-32 (Papers in mediaeval studies, 17).

21 Patrick Geary, « Entre gestion et gesta », dans Les cartulaires..., op. cit., p. 13-24.

22 Pancartes monastiques des XIe et XIIe siècles, op. cit., et les lignes précédentes.

23 Parmi les nombreux manuscrits municipaux qui ont été considérés comme des cartulaires et qui sont à ce titre recensés dans la bibliographie de Stein citons, à titre d’exemple, le Livre rouge de la municipalité d’Eu, dont l’abbé Legris, dans l’introduction de son édition, en 1911, relevait qu’il s’agit plutôt d’un « registre municipal destiné à recevoir les décisions du corps des échevins et du conseil [ainsi que] des actes privés passés devant les échevins en vertu de la charte de 1151. Chaque année sont inscrits, en haut d’une page, les noms du maire et des échevins ; dans les marges, ceux des jurés entrés cette année dans la commune ». L’éditeur remarque d’ailleurs qu’au cours du temps la consignation des actes privés y devient moins fréquente tandis que s’accroît celle des délibérations municipales, sentences de l’échevinage et ordonnances sur les métiers. La seule partie du ms. qui pourrait, selon l’abbé Legris, mériter réellement le titre de cartulaire, est un cahier de huit feuillets intercalé au XIVe siècle en tête du ms. et qui contient copie de chartes relatives à la commune. Cf. Le Livre rouge d’Eu, 1151-1454, par l’abbé A. Legris, Rouen, 1911, p. VIII-IX. De même le Cartulaire de la ville de Provins, s’il s’ouvrait à l’origine par la transcription des chartes communales, se présente aussi comme un registre, classé chronologiquement, par mandature des magistrats qui se sont succédé à la mairie et contient, outre la copie des actes de juridiction municipale, les comptes, des ordonnances diverses (sur la salubrité, les métiers...). Cf. Félix Bourquelot, Notice sur le manuscrit intitulé « Cartulaire de la ville de Provins » (XIIIe et XIVe siècles), Paris, 1856 et Véronique Terrasse, La commune de Provins (1152-1355)-Histoire institutionnelle, administrative et sociale, Thèse dactylographiée (Dir. Ph. Braunstein), 2000, notamment p. 13-23.

24 Un remarquable article, qui montre toute l’importance de cette démarche : Olivier Guyotjeannin, « La tradition de l’ombre : les actes sous le regard des archivistes médiévaux (Saint-Denis, XIIe-XVe siècle) », dans Charters, cartularies and archives..., op. cit., p. 81-112.

25 C’est la thèse soutenue par Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire..., op. cit.

26 C’était d’ailleurs l’objectif initial de la section de diplomatique de l’IRHT, tel qu’on le trouve défini dans les premiers rapports d’activité de celle-ci, notamment par Jacqueline Le Braz, « Section de diplomatique. Etat des travaux », dans Bulletin d’information de l’Institut de recherche et d’histoire des textes, no 2, 1953 [1954], p. 75 et note 1. A ce propos, on lira Paul Bertrand, « La section de diplomatique de l’IRHT. Retour aux sources », dans Bulletin de l’association des amis de l’IRHT, septembre 2003, p. 4-5. Cette diplomatique « élargie » fut prônée aussi, quelques années plus tard, en 1961, par Robert-Henri Bautier, dans sa « Leçon d’ouverture du cours de diplomatique à l’École des chartes », reproduite dans Chartes, sceaux et chancelleries. Etudes de diplomatique et de sigillographie médiévales, éd. Robert-Henri Bautier, t. 1, Paris, 1990, p. 3-33, ici p. 17 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 34). Voir aussi, à sa suite, les encouragements d’Olivier Guyotjeannin, Jacques Pycke et Benoît-Michel Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout, 1993, p. 23-24 (L’atelier du médiéviste, 2).

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540