Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Cartulaires méridionaux

 | 
Daniel Le Blévec

Avant-propos

Daniel Le Blévec

Texte intégral

1L’intérêt que les médiévistes portent aux cartulaires n’est pas nouveau, comme en témoignent nombre d’oeuvres historiques majeures élaborées, depuis plus d’un demi-siècle, à partir de ce type de source. Transcription organisée d’actes, à finalité essentiellement économique et juridique, le cartulaire livre en effet à l’historien une documentation incomparable pour aborder les aspects les plus divers de la civilisation du Moyen Âge occidental.

  • 1 Les cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 (...)

2Un regard sensiblement différent est toutefois porté depuis quelques années sur les cartulaires à la suite des préoccupations des chartistes, qui se penchent sur ces registres en les envisageant pour eux-mêmes, dans leurs finalités propres et dans les moyens de leur confection. C’est du reste logiquement à l’École nationale des chartes que fut organisée en 1991 une rencontre destinée à croiser les approches des chercheurs travaillant sur les cartulaires ou les exploitant à des fins diverses1.

  • 2 Notamment la thèse de Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cart (...)
  • 3 CHREMMO, Équipe d’accueil 3764.
  • 4 Antenne biterroise de l’Université Paul-Valéry.

3Les perspectives ouvertes à l’occasion du colloque de Paris ont contribué à stimuler la recherche. Non seulement l’entreprise d’édition des recueils, longtemps en sommeil, s’est trouvée relancée, mais des travaux universitaires de qualité ont pu bénéficier des apports épistémologiques alors présentés et discutés2. Dès sa création en 1998, le Centre historique de recherches et d’études médiévales sur la Méditerranée occidentale3 avait souhaité faire figurer en bonne place au sein de ses programmes l’inventaire et l’étude des sources médiévales de l’histoire méridionale. La convergence entre plusieurs entreprises d’édition et l’aboutissement de recherches universitaires attendues lui a fourni l’occasion de prolonger dans un cadre régional, celui de la France du Sud, les réflexions développées lors de la rencontre parisienne de 1991 par l’organisation en 2002 au Centre Duguesclin de Béziers4 d’un colloque scientifique. À partir d’exemples concrets et récents d’utilisation et d’édition de cartulaires, un panorama a donc été présenté sur les problèmes posés à l’historien par leur exploitation. Ce panorama, dont le présent volume se veut le reflet, n’est pas exhaustif cela s’entend. Il s’efforce cependant de ne laisser dans l’ombre aucun des domaines concernés par une telle approche.

4La sortie, alors imminente et réalisée depuis, du Répertoire des cartulaires français consacré au Sud-Est, préparé par une équipe de l’IRHT, imposait que fussent dévoilés en préalable les principaux résultats de l’enquête, présentation complétée par celle des cartulaires de la région immédiatement voisine, située sur l’autre rive du Rhône et donc (provisoirement) exclue de l’entreprise, correspondant aux anciens diocèses de Nîmes et d’Uzès. Ont été ensuite étudiés trois grands types de cartulaires, identifiés par l’institution qui en fut à l’origine : d’une part les établissements ecclésiastiques (chapitres, abbayes, commanderies), d’autre part les familles aristocratiques, enfin les villes.

  • 5 SALVÉ (Sources, acteurs et lieux de la vie religieuse à l’époque médiévale).

5Les organisateurs du colloque expriment leur gratitude envers les responsables des publications de l’École nationale des chartes pour l’accueil qu’ils ont bien voulu réserver, dans une de leurs collections, aux actes de cette rencontre. Ils sont particulièrement reconnaissants pour leur soutien, à divers titres, à cette entreprise éditoriale à Olivier Guyotjeannin et à Hélène Millet, directrice du GDR 2513 du CNRS5.

Notes

1 Les cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS (Paris, 5-7 décembre 1991), réunis par Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse, Paris, 1993 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 39).

2 Notamment la thèse de Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (XIe-XIIIe siècles), Paris, 2001 (CTHS — Histoire, 2).

3 CHREMMO, Équipe d’accueil 3764.

4 Antenne biterroise de l’Université Paul-Valéry.

5 SALVÉ (Sources, acteurs et lieux de la vie religieuse à l’époque médiévale).

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540