Version classiqueVersion mobile

L’Histoire-Bataille

 | 
Laurent Ferri
, 
Christophe Gauthier

Annexe

Présentation

Laurent Ferri

Texte intégral

1Michel Surya a tout à fait raison de noter que le projet d’histoire universelle est susceptible « d’unifier toute la seconde période de son œuvre (1944 à 1962) », en ajoutant :

  • 1 M. Surya, Georges Bataille, une liberté souveraine, Paris, Fourbis, 1997, p. 10-11.

S’il ne fait pas de doute que Bataille eut le projet que ce qu’il écrivait servît le projet d’une histoire que lui-même voulait universelle, il ne fait pas moins de doute que ne restent de celui-ci que des « chutes »... Les tomes successifs de La Part maudite, mais aussi bien L’Érotisme, Lascaux, Théorie de la religion, Les larmes d’Éros, etc. forment ces « chutes » admirables, essentielles (ce sont des livres à part entière, même s’ils ne représentent pas l’entièreté de cette « Histoire »)1.

  • 2 G. Bataille, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1988, tome XII, p. 644-645.

2Toutefois, la datation du projet demande à être re-précisée. Si l’on considère la trilogie publiée entre 1949 et 1953-1954 (La Part maudite, L’Histoire de l’érotisme, La Souveraineté) comme en rapport direct avec le projet d’écriture d’une histoire universelle, les premiers fragments remontent à 1933 : ils sont contemporains, pour le premier jet, de l’œuvre collective qu’est L’Encyclopédie française, pour l’édition de L’Encyclopédie de la Pléiade créée et dirigée par Raymond Queneau. D’autre part, il existe, au sein des manuscrits de Bataille, des notes disparates ayant trait précisément au projet. Dans les remarquables Œuvres complètes, s’il est indiqué en notes que « le projet d’Histoire universelle apparaît trois fois dans les papiers de la boîte 10 », seul le fragment intitulé « La Bouteille à la mer » est publié de manière partielle2. Il est contemporain de l’article « Qu’est ce que l’histoire universelle ? » paru dans le numéro de Critique d’août-septembre 1956. Les autres « plans » (on en compte, en fait, non pas trois, mais cinq) ont été rédigés entre 1956 et 1959 ; leur statut est incertain : s’agit-il d’un véritable planning ou d’une matrice pour la pensée et pour l’écriture ? Quoi qu’il en soit, ces synthèses inédites, si elles ne constituent pas des « œuvres », gardent leur caractère stimulant et fascinant de densité et de pénétration. Des notes de 1960 montrent que Bataille réfléchissait encore au projet, comme si réfléchir périodiquement le tout permettait d’engendrer les parties.

Notes

1 M. Surya, Georges Bataille, une liberté souveraine, Paris, Fourbis, 1997, p. 10-11.

2 G. Bataille, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1988, tome XII, p. 644-645.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search