Version classiqueVersion mobile

L’Histoire-Bataille

 | 
Laurent Ferri
, 
Christophe Gauthier

Histoire, histoires, récit

Le Procès dans l’histoire, l’histoire dans le Procès

Pierre Savy

Texte intégral

  • 1 René-Alphonse-Marie de Maulde La Clavière avait publié les actes en 1886, dans la deuxième édition (...)

1« Le Procès de Gilles de Rais, nouvelle édition de texte ou nouvelle manière d’écrire l’histoire ? ». Ce fut, à n’en pas douter, une nouvelle édition de texte : l’édition par Georges Bataille et Pierre Klossowski des textes des procès de Gilles de Rais traduits en français moderne1. Mais pour savoir si ce livre constitua en outre une nouvelle manière d’écrire l’histoire, si Bataille inventa une nouvelle écriture historique, on peut observer la place que le Procès occupe dans la bibliographie, dans la riche tradition historiographique des études sur Gilles, et d’abord voir s’il s’inscrit ou non dans cette tradition.

  • 2 Outre divers travaux (Frédéric-Henri Bernelle, E. Courard, Strezova Mila Simeonova, Sylvain Aubry, (...)
  • 3 Les Cahiers Gilles de Rais, 1-4, 1992-1996. On trouve dans ces quatre volumes, outre des articles s (...)
  • 4 On peut évoquer, en demeurant très loin de l’exhaustivité, les oeuvres de Biaise Cendrars, Hugo Cl (...)
  • 5 De Charles Lemire, de Pierre Mertens ou d’Édith Canat de Chizy.
  • 6 A commencer par tous les Jeanne d’Arc ; mais il s’agit alors du Gilles compagnon de Jeanne, non du (...)
  • 7 Sur les rapports entre Gilles et Barbe-Bleue, voir E. Bossard, Gilles..., op. cit., rééd. Grenoble (...)
  • 8 Par exemple chez Maurice Dantec, Gustave Flaubert, Jean Genet, Raymond Queneau, Stendhal ou George (...)

2Chacun sait l’immensité et la variété de la bibliographie concernant Gilles de Rais. Il existe des dizaines d’ouvrages se voulant scientifiques, et écrits par des auteurs très divers, ce qui n’est pas si fréquent : historiens, bien sûr, mais aussi médecins2, journalistes, philosophes, polygraphes de toutes sortes. Une revue, ou du moins une publication en quatre livraisons, lui a même été consacrée3. Gilles a en outre inspiré de nombreuses œuvres artistiques, surtout des textes littéraires (romans, pièces de théâtre, poèmes4), mais aussi des œuvres musicales5, et il est question de lui dans bien des films6. Il est lié — d’un lien souvent mal compris — à la légende de Barbe-Bleue7. Encore ne parlons-nous pas des mille et un textes où il apparaît sans être le personnage principal8. On trouve sur Internet de très nombreuses choses sur Gilles, mais de peu de valeur pour la plupart : preuve du moins que cette figure « haute en couleurs » intéresse bien au-delà du cercle des historiens de métier.

3On voudrait ici construire, rapidement, la tradition de cette question, les étapes de la réflexion, souvent polémique, sur Gilles (cette histoire de l’historiographie de Gilles n’a jamais été vraiment faite) ; et inscrire l’étude de Bataille dans cette tradition. Il s’agit donc ici pour nous de voir comment ce livre s’inscrit dans l’histoire. Il s’agit aussi, a contrario, de voir quelle place occupe l’histoire dans le livre de Bataille, c’est-à-dire comment Bataille y traite le cours du temps, la temporalité historique, le passé.

Étapes de la tradition historiographique

  • 9 Voir Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Br (...)
  • 10 Incomplète pour la première, en traduction pour la seconde ; voir note 1.

4Les sources même, les textes du XVe siècle, constituent la première étape de la tradition historiographique : les textes des procès, bien sûr — ceux que publie Bataille —, mais aussi les documents contemporains, tel le cartulaire des seigneurs de Rais, sans parler des chroniqueurs (Jean Chartier, Enguerrand de Monstrelet), qui ne peuvent pas ne pas évoquer Gilles, car ce maréchal de France appartient à l’histoire « nationale » en formation ; et sans parler des textes qui suivent les procès, comme le mémoire présenté devant la justice par les héritiers de Gilles9. Les procès n’ont pas été publiés tôt ; Bataille offre la première édition solide, mais en français moderne. Les éditions de Maulde et d’Hernandez sont, à leur manière, imparfaites10. Ainsi, et l’on peine à le croire, il manque aujourd’hui encore une édition scientifique des procès dans les langues originales (latin et moyen français).

  • 11 Les histoires de la Bretagne de D’Argentré, Du Paz, Gruel, etc.
  • 12 Voltaire, Essai sur les moeurs et l’esprit des nations et sur les principaux faits de l’histoire de (...)
  • 13 C’est pourtant ce que fera Salomon Reinach, qui écrira que Voltaire a admis l’innocence de Gilles  (...)
  • 14 Voir les articles « Miracles » ou « Préjugés » du Dictionnaire philosophique (1764), éd. R. Pomeau(...)
  • 15 Voir Christian Amalvi, Le Goût du Moyen Age, Paris, 1996.
  • 16 L’Art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes, des chroniques et autres anciens mo (...)

5Le souvenir de ce procès retentissant est assuré au-delà du XVe siècle : on trouve entre le XVIe et le XVIIIe siècle, surtout dans les histoires locales, des mentions des exploits et des crimes de Gilles, de sa participation à la guerre aux côtés de Jeanne d’Arc à son procès en 144011. Passé ces trois siècles, s’ouvre une veine « sceptique » de l’historiographie de Gilles, avec Voltaire, dont l’influence dans la tradition paraît démesurée si l’on songe combien est bref le passage qu’il consacre à Gilles. On ne lit en effet, dans l’Essai sur les mœurs, que ceci : « [...] en Bretagne, on fit mourir par le même supplice [être brûlé] le maréchal de Retz, accusé de magie, et d’avoir égorgé des enfants pour faire avec leur sang de prétendus enchantements »12. On ne peut pas vraiment, à partir de cette formule, trancher sur la position de Voltaire13. Il n’écrit en effet là que des choses avérées : en Bretagne, on a exécuté Gilles, accusé de meurtres et de magie. Tout ce qu’il met en doute, au fond, c’est l’efficacité des enchantements dont on a accusé Gilles (« de prétendus enchantements »), non leur réalité. Pourtant le doute sur la culpabilité est présent dans cette phrase de Voltaire, qui, volontiers incrédule, jette un regard sceptique sur les mythes de la fondation de Rome et ironise sur la Sainte-Ampoule14. L’histoire de Gilles illustre bien l’idée voltairienne d’un Moyen Age obscurantiste interrompant cette histoire du progrès qu’est l’histoire de l’humanité15. Étonnamment, l’érudition bénédictine du siècle de Voltaire va dans le même sens que lui — mais ce passage est tout aussi bref que celui de l’Essai sur les mœurs, et le doute qu’il laisse planer quant à la culpabilité de Gilles n’est pas moins partiel : on lit dans L’art de vérifier les dates que Gilles fut accusé « d’horreurs dont il n’était peut-être point coupable »16.

  • 17 Voir ce que Noël Valois dit d’eux dans « Le Procès de Gilles de Rais », Annuaire-bulletin de la So (...)
  • 18 Voir Armand Guéraud, Notice sur Gilles de Rais (extrait de la Biographie bretonne), Rennes, Impr. (...)

6Des travaux réalisés au XIXe siècle, à commencer par l’Histoire de France de Jules Michelet, évoquent le maréchal, en des termes souvent vagues, parfois même fantaisistes17. Le scepticisme de Voltaire ne fait pas d’émules. Certains auteurs, souvent des chartistes, parfois des historiens spécialistes d’histoire locale, s’approchent de l’objet « Gilles de Rais » sans l’étudier à fond18.

7On doit « l’invention » scientifique de Gilles à Eugène Bossard. Sa thèse, soutenue en 1885, est un travail solide et important, un gros livre savant rédigé par un abbé historien doublé d’un polémiste catholique virulent : il est certain que celui-ci l’emporte parfois sur celui-là, si bien que la tentation est forte de ne voir dans ce livre qu’une œuvre partisane. Sa valeur demeure pourtant réelle.

  • 19 S. Reinach, « Gilles... », art. cit.
  • 20 Avant la publication de l’article cité dans la Revue de l’université de Bruxelles en 1904, Reinach (...)
  • 21 Noël Valois, « Le procès... », art. cit., p. 193.
  • 22 Comme le disait Marc Bloch à propos de la réception par des enfants du Languedoc de l’histoire des (...)

8Peu après, en écho à Voltaire et contre Bossard et d’autres, s’ouvre une période critique de la bibliographie sur Gilles : Salomon Reinach, dreyfusard, publiciste, historien parfois fantasque (voir ses fameux errements sur la tiare de Saïtapharnès), entreprend de défendre Gilles19. Son texte illustre bien comment l’histoire est fille de son temps : il tente d’innocenter le seigneur de Rais entre 190220 et 1912, donc dans un contexte particulier, où les débats sur la question religieuse, le souvenir de l’Affaire Dreyfus, et l’assurance de l’esprit scientifique poussent à une « réhabilitation » dans l’air du temps : Anatole France, dans Les Sept femmes de la Barbe-Bleue, tout en distinguant nettement Barbe-Bleue et Gilles, ne tente-t-il pas, comme fait Reinach pour Gilles — mais sur un mode ironique — une réhabilitation de « la Barbe-Bleue », injustement salie par la légende ? Du reste, France évoque la thèse de Reinach. C’est à tort que Noël Valois affirmera dans sa critique de Reinach que « la question de la culpabilité ou de l’innocence de Gilles de Rais [...] est de celles qu’on peut, au XXe siècle, discuter sans passion21 » — il est des sujets que le passage du temps n’a pas refroidis22, et Gilles est l’un d’eux.

  • 23 Voir p. 1038.
  • 24 L’abbé Bossard dédie son livre à Mgr Freppel, évêque d’Angers.
  • 25 Gabriel Monod, « Publications diverses », Revue historique, 93, 1, 1907, p. 356-357. On lit p. 357 (...)
  • 26 Charles-Victor LANGLOIS, « Notice sur la vie et les travaux de M. Noël Valois », Comptes rendus de (...)
  • 27 N. Valois, « Le procès... », art. cit. Voir aussi la discussion entre Reinach et Valois (« Séance (...)

9Reinach défend donc que l’inculpation de Gilles avait des motifs politiques cachés, et que les juges, loin de le croire coupable des crimes dont on l’accusait, savaient fort bien son innocence23. L’idée est nouvelle. L’historiographie dominante, celle des historiens hommes d’Église, est critiquée comme héritière de l’Inquisition médiévale24. Malgré son échec à terme, il ne faut pas s’imaginer que le texte de Reinach fut aussitôt rejeté par toute l’institution. Deux auteurs importants lui témoignèrent du respect, à défaut d’être pleinement convaincus : Gabriel Monod, qui jugea que ce travail constituait un « plaidoyer [...] impressionnant »25, et Charles-Victor Langlois, qui avoua sa perplexité tout en semblant enclin à croire Gilles coupable26. Valois, lui, critiqua très sévèrement les thèses de son « savant confrère »27.

  • 28 L. Hernandez, Le Procès..., op. cit., notamment p. II-IV. « Gilles Rais » apparaît du reste dans l (...)
  • 29 Il n’est, pour se convaincre du voltairianisme de Fleuret, que de lire les p. 149-151 de Jim Click
  • 30 Confiant dans l’esprit scientifique, ou dans la force persuasive de son article, Valois supposait (...)

10Sous le pseudonyme de Ludovico Hernandez, Fernand Fleuret semble le seul qui, à cette époque, ait suivi Reinach. Une quinzaine d’années plus tard, il développe de nouveau les thèses de l’innocence de Gilles, selon la même ligne interprétative anti-cléricale28. Reinach et Hernandez sont en somme la réhabilitation première manière, héritière de Voltaire29 — et tous deux l’affichent, qui portent le sous-titre : « essai de réhabilitation »30. On peut encore mentionner les idées développées par le sataniste Aleister Crowley, dans une conférence sur Gilles de Rais tenue à Oxford en 1930. The Banned Lecture, la « conférence interdite », comme on l’a appelée pour insister sur sa dimension « hétérodoxe », soutient que Gilles est innocent : tant de meurtres ne purent rester inaperçus si longtemps, et Gilles, dont les crimes ont été exagérés voire fabriqués, fut la victime de l’implacable logique de l’Église catholique, qui développait la chasse aux sorcières. Loin des thèses « positivistes » de Reinach ou des thèses d’une responsabilité du système développées plus tard encore, cette conférence est surtout celle d’un mystique haïssant l’Église et instrumentalisant l’innocence de Gilles pour défendre les satanistes du XXe siècle : plus grand-chose ici de voltairien...

Le procès dans le champ historique

  • 31 Notamment Jacques Heers, Gilles de Rais, Paris, Librairie académique Perrin, 1994, la plus récente (...)
  • 32 En outre, l’apparition d’un Timoleo Timolei, alchimiste italien qui se fait recruter par le duc d’ (...)

11Depuis le milieu du XXe siècle, le rythme des études sur Gilles s’accélère et les choses se compliquent un peu. Des études destinées au grand public sont écrites, parfois fort bien, parfois dans une intention moins scientifique31. Vient surtout, dans cette deuxième moitié du XXe, le livre de Bataille. Il s’inscrit dans un moment où Gilles de Rais suscite l’intérêt d’un certain nombre d’intellectuels et d’écrivains français : Raymond Queneau, cher et ancien ami de Bataille, ne publie-t-il pas, en 1965 précisément, ses Fleurs bleues, chères aux historiens pour diverses raisons, et où il est longuement question de Gilles32 ? Jean Genet l’évoque également. Gilles a sans doute été assez en vogue, un peu comme Sade, dans les mêmes cercles que lui, encore qu’à un degré sans doute moindre.

  • 33 En particulier l’édition des Œuvres complètes de Victor Hugo que dirigea Jean Massin (1967-1970, 1 (...)

12Une première façon, assez extérieure, d’aborder le Procès et de savoir s’il s’inscrit dans la discipline des historiens est de voir quel livre (comme objet) il était : il fut publié au Club français du livre en 1959, maison d’édition spécialisée dans la publication de « beaux livres », c’est-à-dire d’ouvrages illustrés de façon originale, avec un graphisme novateur ; ou encore dans la publication de livres « rares », plutôt que dans celle d’ouvrages universitaires, même s’il arriva aussi qu’elle publiât des ouvrages de grande valeur scientifique33. Le Procès fut de nouveau publié, six ans plus tard, chez Pauvert cette fois-ci, ce qui est notable : on peut d’un mot dire cet éditeur spécialisé dans les publications pornographiques et contestataires. Après maintes rééditions, le livre a été repris dans les Œuvres complètes de Bataille, dans la collection blanche de Gallimard. Il est enfin passé en poche en 1997 — mais dans la collection 10/18, elle aussi peu fréquentée des historiens : que d’inertie, dans cette suite de choix éditoriaux ! Le Procès ne fut pas publié par des éditeurs habitués à publier de l’histoire et reconnus comme tels : c’est le premier brouillage opéré par ce texte dans les habitudes des « spécialistes ».

  • 34 G. Bataille et P. Klossowski, Le Procès de Gilles de Rais, Paris, J.-J. Pauvert, rééd. 1985 (désor (...)
  • 35 Procès, p. 12.
  • 36 Sartre porte ces jugements dans un article sur L’Expérience intérieure repris dans Situation, I, P (...)
  • 37 Procès, p. 30.
  • 38 Procès, p. 32.
  • 39 Procès, p. 12.

13On éprouve à la lecture ce même sentiment que les frontières entre les disciplines sont brouillées : dès l’avant-propos, on est emmené hors du champ de l’histoire comme discipline, et la question des temps permet de saisir ce point. La temporalité dominante dans le Procès est le légendaire ; le crime se situe dans la légende et c’est dans le domaine légendaire que l’on en trouve la meilleure incarnation34. « Jamais nous ne pouvons, écrit-il, oublier que les aspects légendaires du crime en ont seuls crié la vérité »35. En somme, la tragédie de Gilles échappe au temps : le caractère terrible de l’histoire de Gilles et des textes qui en parlent fait que l’on échappe à l’histoire — et du même coup, pourrait-on dire, le livre de Bataille échappe à l’histoire comme discipline. En cela le Procès témoigne bien de cette désaffection qu’avait notée Jean-Paul Sartre chez Bataille pour les temps politique et historique36. Des éléments intemporels, sinon éternels, apparaissent à plusieurs reprises : un caractère immuable est prêté à « l’oisiveté » et aux « désordres de l’enfance »37. Le crime même échappe au temps : Bataille lui attribue une continuité totale. Gilles même est vu comme le représentant d’une espèce d’hommes qui dépasse l’histoire — il « est de ceux que le délire des combats jette en avant »38. Bataille écrit en outre l’histoire de Gilles en empruntant à des formes littéraires : on lit ainsi que Gilles de Rais fut un « personnage de comédie »39, et il sera plus tard maintes fois question de la « tragédie » de Gilles. Bref, que l’on aille vers la légende ou vers le théâtre, on est hors du registre de l’histoire.

  • 40 Procès, p. 7.
  • 41 N’était « l’irrationalité » de Gilles, dont nous reparlerons.
  • 42 Procès, p. 28 : « Devant Gilles et son grand-père, il est possible de songer aux brutalités des naz (...)

14Mais parallèlement, un autre temps est présent dans le texte de Bataille : ce même temps qui est perçu comme légendaire, qui est situé loin, dans Tailleurs, l’exotique, la légende, est aussi un temps rapprochable, directement comparable au nôtre ; dès l’avant-propos, Bataille affirme que les textes du procès n’ont pas vieilli, que cette histoire n’a pas vieilli40. Le temps nous est, en somme, contemporain et intelligible41. Des « points communs » sont tranquillement mis en avant. On trouve ainsi un rapprochement de Gilles et son grand-père, Jean de Craon, avec les nazis ! La figure du marquis de Sade apparaît parfois ; et ce sentiment d’une proximité de Gilles avec les criminels contemporains est plus net encore dans une conférence sur Gilles qu’avait donnée Bataille42.

15Ce paradoxe d’un temps contemporain et légendaire à la fois est la caractéristique première de la temporalité dans le livre de Bataille, et cette caractéristique situe largement le Procès hors du champ « histoire » — sans l’empêcher, bien évidemment, de présenter de l’intérêt pour les historiens.

  • 43 Procès, p. 67 et p. 70.
  • 44 Voir ainsi l’anaphore de « Je crois » (p. 77).

16Un deuxième aspect frappant à la lecture de Bataille, et qui le distingue de la plupart des historiens, est la part du sujet et de l’imagination dans son écriture, la position de l’historien concernant le statut de la vérité, de la conviction, de la reconstitution : Bataille fonctionne par empathie, fait des suppositions que rien dans les sources n’autorise, il suppose des liens, des intimités, de l’ennui, il prête une psychologie que les sources ne présentent pas. Il suppose ainsi une liaison entre Gilles et Francesco Prelati, ce Florentin dont il s’est entiché et qui s’occupe d’alchimie et de satanisme. Un peu plus tard, la liaison demeure supposée, mais voici que Prelati est hypothétiquement fait amoureux passif (il « s’offrait aux étreintes »), et Gilles actif43 ! C’est là de l’histoire imaginaire — et cette part qu’a l’historien dans la reconstitution historique paraît pleinement assumée44.

  • 45 Procès, p. 179.

17A ce propos, la manière dont Bataille rejette la thèse de l’innocence de Gilles est intéressante : c’est par conviction, c’est une évidence, et « l’émotion » est même évoquée et manifestement préférée aux voies de la raison pour rejeter la réhabilitation de Reinach45. A la « méthode historique », chère pourtant aux chartistes, Bataille préfère ici « l’intime conviction ».

  • 46 Procès, p. 73-74.
  • 47 Procès, p. 76.

18La thèse de Reinach est pourtant tentante : il est possible que Gilles ait exagéré ses crimes, qu’il se soit noirci46. Il se sut perdu. L’aveu est bien « la tentation du coupable »47 — elle lui permet une désastreuse flambée, mais une flambée tout de même. L’énormité de ses aveux n’est du reste pas le seul point à quoi s’accroche une interprétation sceptique, et plusieurs points permettent de douter de la culpabilité de Gilles : le fait qu’on n’ait pas retrouvé de cadavres de victimes ; la parfaite coïncidence des témoignages portés contre Gilles (mais Reinach voit, dans la parfaite harmonie entre les dépositions de Henriet et Poitou, « l’indice du faux et du mensonge imposé », non, comme fait l’abbé Bossard, la preuve de la véracité des témoignages !) ; les intérêts que la condamnation de Gilles servait trop évidemment ; etc.

  • 48 L’admiration de Bataille pour ce roman est connue (É. Roudinesco, Jacques..., op. cit., p. 181). V (...)
  • 49 E. Bossard, Gilles..., op. cit., postface F. Angelier, art. cit., p. 327-333, p. 332.

19Mais pas question pour Bataille de verser dans la réhabilitation : comme le Durtal du Là-bas de Huysmans, ce livre qu’il aime tant, Bataille ne veut pas « amollir » son Gilles comme font les réhabilitateurs, qui pourraient bien, en fait, être bien-pensants entre tous48 ! Et ainsi que le remarque justement, dans sa postface à la réédition du livre de Bossard, François Angelier, « Bataille a besoin de l’existense [sic] de Gilles de Rais », « Rais prouve Bataille » ; s’il aime son histoire, c’est parce qu’elle valide ses idées sur l’érotisme, et c’est peut-être aussi pour cette raison qu’il réfute les tentatives de l’innocenter49.

  • 50 Voir notamment p. 12-13.
  • 51 Pour reprendre la fameuse expression (et elle seulement) de Lawrence Stone, « The Revival of Narra (...)
  • 52 Procès, p. 24-25.

20On pourrait encore, au risque de paraître un peu grincheux, voir par quoi Bataille écrit de façon obsolète. Le jeu est facile, voire absurde, plus de quarante ans après. L’histoire que pratique ici Bataille est empathique, non « scientifique » — parfois même elle paraît un peu vieillie50 : alors, est-ce autre chose qu’une nouvelle manière d’écrire l’histoire en fait bien vieille, A New Old History51 ? Le rapport aux sources, pourtant si important dans un cas comme celui de Gilles, est assez classique. Il n’est pas encore marqué par le doute sur leur capacité référentielle, il est encore assez peu critique. Des notations sur la vérité du témoignage révèlent que Bataille croit que ce document, c’est la vérité, c’est un accès direct à ce qui a eu lieu : « l’illusion référentielle » joue à plein52.

  • 53 Procès, p. 21 et p. 24-25.

21La dimension narrative est pleinement assumée : la première partie du texte de Bataille présente des récits fort classiques, par exemple le récit des journées du printemps 1440 où tout bascula, où commença le processus qui déboucha en octobre sur le procès de Nantes et l’exécution53. Quelques pages plus tard, apparaît un autre trait « daté » de l’historiographie de Bataille, sa vision du « contexte » où s’inscrit l’histoire de Gilles — une vision bien classique, où la féodalité est vue comme un pouvoir violent, opprimant les campagnes, un pouvoir « en quelque sorte religieux ».

  • 54 Procès, p. 68, p. 80 et p. 103.
  • 55 De nombreux auteurs ayant écrit sur Gilles se sont aussi intéressés à des questions non-historique (...)

22Un dernier trait de l’historiographie de Bataille peut être critiqué : sa dimension téléologique. Gilles va vers sa fin, il a un destin, il est question de son étoile54. Concession au grand public, emprunt d’expressions communes pour clarifier le propos, qui demeure, il est vrai, accessible ? C’est en somme une manière contrastée d’écrire l’histoire, entre allégeance aux règles et refus de la discipline : le rapport du Procès au champ « histoire » est problématique — le Procès s’inscrit aussi dans la littérature et la philosophie ; comme toute l’œuvre de Bataille (et comme celle de Klossowski), il s’inscrit dans un écart par rapport aux disciplines. Il croise philosophie, histoire et littérature, comme souvent la figure de Gilles l’a fait faire à des écrivains — Bataille n’est pas le seul à se situer aux frontières du champ : Gilles se prête à pareil croisement de l’histoire, de la psychologie, et de la philosophie notamment55. Mais il est plus intéressant de voir par quoi Bataille fait œuvre nouvelle.

  • 56 Procès, p. 36, p. 38, p. 47, p. 51, etc.
  • 57 Procès, p. 56. Bataille évoque aussi les Aztèques (p. 14). On sait l’influence de Mauss sur Bataill (...)
  • 58 Une date-clef pour la rupture de l’histoire médiévale avec cette conception « continuiste » et pou (...)

23Plus modernes sont les emprunts à l’anthropologie, même s’ils sont toujours assez lâches. Un usage large est fait par Bataille du concept de Berserkir, ces guerriers germains furieux, enivrés de sang56. Ou pour les « inintelligibles dépenses du sire de Rais », les ruineuses dépenses théâtrales d’Orléans, en 1435, il fait le parallèle avec le potlatch57. Bataille adopte une posture anthropologique quand il rejette Gilles de Rais à la fois dans Tailleurs et dans le jadis, en rupture avec la conception longtemps dominante du Moyen Age, qui voyait en lui l’époque de la formation de notre modernité, en continuité, en filiation avec lui58.

  • 59 Procès, p. 46. Du reste, pour ce qui est de la qualification des crimes, il faut noter une grande d (...)

24Cela n’est pas le plus intéressant. Il est certaines choses que Bataille voit fort bien : ainsi la dimension sociale de l’histoire de Gilles, le fait en un mot que Gilles ne fut pas seulement « méchant homme », mais aussi « grand seigneur ». La position dominante que la noblesse occupe dans la société médiévale lui permet de disposer d’une certaine liberté, dans cette société de forte contrainte. Il vit, de plus, sur le devant de la scène, en public. Il y a dans l’exercice de cette liberté contrôlée des limites, difficiles à trouver, et Gilles de Rais illustre cette difficulté de manière paroxystique. Gilles n’a pas su se situer entre l’obligation de largesse qui incombe à l’état nobiliaire — « être grand seigneur » — et l’obligation de modération ; chez lui, christianisme et amour courtois repoussent péniblement la barbarie. Son rang protégea Gilles, d’autant que ses crimes paraissaient moins graves au XVe siècle qu’au XXe59, mais pas au point qu’il pût en réchapper.

  • 60 Certains passages de son livre sont assez extraordinaires — voir par exemple la p. 270.
  • 61 Voir l’insistance sur le fait que Gilles ait commis tous ses crimes au cœur même de ce monde chrét (...)

25Autre bonne intuition de Bataille — intuition d’essayiste ou de philosophe autant que d’historien : l’absence de contradiction entre les crimes et la foi. La foi chrétienne repose sur cette demande de crime, car elle veut pardonner ; les limites morales supposent la transgression, et Ton peut même dire que le christianisme a besoin de la faute. Un livre comme celui de Bossard s’inscrit parfaitement dans le cadre interprétatif tracé par Bataille. Pour Bossard, Gilles était fou d’une certaine façon, mais lucide, conscient — donc coupable60. On se dit, à la lecture de la source, que Bataille a fort bien vu ce trait essentiel : le goût du christianisme pour la faute, son besoin de la faute, son désir qu’il y ait péché à pardonner61.

  • 62 Procès, p. 36-37.
  • 63 La chronologie de Bataille est décalée par rapport à celle d’Elias en ce que c’est précisément au (...)
  • 64 Procès, p. 37.

26Il faut enfin mentionner la grande idée du livre, la thèse qu’il défend, cette interprétation qui voit en Gilles de Rais une sorte d’enfant (par sa niaiserie totale, combinée au goût du crime, du mal), et un sauvage, un homme archaïque, à rapprocher de ses ancêtres germains62, un homme que le processus de civilisation aurait épargné, pour le dire avec Norbert Elias (et en gardant à l’esprit que la chronologie est décalée)63. Bataille voit bien en quoi Gilles de Rais incarne des traits caractéristiques de l’identité nobiliaire : violence, beuverie, terreur. « En principe, des traits archaïques continuèrent à dominer les principes de la chevalerie et de la noblesse : et ces traits répondent justement à des aspects de la vie de Gilles de Rais »64. Il y a là quelque chose comme une atténuation de la faute par dissolution dans l’époque et la mentalité.

  • 65 Par exemple p. 53 (cette p. 53 est importante).
  • 66 Procès, p. 16. Jacques Chiffoleau s’oppose à cette idée ; pour lui, ce n’est pas là une « tragédie (...)
  • 67 Procès, p. 29.

27L’histoire qu’écrit Bataille, avec ses comparaisons hardies et ses interprétations tranchées, personnelles et souvent pénétrantes65, présente Gilles comme le héros de la tragédie du passage de l’âge féodal et nobiliaire à l’âge étatique et rationnel : Gilles était inadapté, il sombra. La tragédie de Gilles est pour Bataille « la tragédie de la féodalité, la tragédie de la noblesse ». En même temps, Gilles n’est pas raisonnable, la raison lui est étrangère66 ; l’idée revient, d’un Gilles « incapable de calcul »67. Mais c’est l’irrationalité d’un dément, non celle d’un système tout entier irrationnel. Il y a donc comme une double folie dont Gilles est victime, celle de ce système obsolète, la féodalité, en crise face au « monde moderne » ; et la sienne propre, qui excède celle de son monde.

  • 68 Sur ce concept, voir notamment Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, 1984.
  • 69 Procès, p. 142. Voir le paragraphe « 2 novembre », très révélateur.
  • 70 Procès, p. 163. Cette pratique a alors beaucoup reculé ; mais elle est encore proposée à Savonarole
  • 71 Même si on peut aisément lui trouver des antécédents : Monod écrit ainsi que Gilles « est resté de (...)

28On trouve en divers endroits cette lecture « épocale » de l’histoire de Gilles de Rais comme l’histoire d’un homme frappé d’hysteresis, pour le dire avec Pierre Bourdieu68 ; un précurseur de don Quichotte, perdu dans le monde de la bourgeoisie, de la rationalité, noyé dans « les eaux glacées du calcul égoïste »69, qui va jusqu’à s’offrir, en plein XVe siècle, à l’épreuve du feu70. Cette grande thèse de Bataille est pour nous le point le plus novateur du livre71, difficile à concilier avec la monstruosité de Gilles — sauf à défendre l’idée que Gilles serait le seul homme qui se sentait perdu dans son siècle, le seul à souffrir d’une hysteresis, ce qui ne peut guère se faire, et que Bataille ne fait pas. Certes, Gilles, échappant au normal, à ce qui s’inscrit aisément dans l’histoire, atteint pour Bataille au rang fascinant de monstre, au sens d’être anormal, hors de nos normes, échappant à la norme et en créant éventuellement de nouvelles, à la façon du monstre biologique de Georges Canguilhem. Mais on peut aussi trouver le monstre, ou du monstrueux, chez des individus « normaux » — il y a une monstruosité du normal ou une banalité du mal dans la personne d’Adolf Eichmann vue par Hannah Arendt, ou chez ces « hommes ordinaires » qu’étudie Christopher Browning, qui nous invitent à une considérable réévaluation de ce qu’est le mal. Entre ces deux pôles, on balance : Bataille tient à la singularité du comportement de Gilles tout en relevant combien son comportement, tout fou qu’il fût, s’inscrit dans son époque. Mais ce caractère archétypique de son comportement ne doit pas masquer sa singularité.

Réception et héritage

  • 72 Voir au contraire Edmond Coarer-Kalondan, La scandaleuse affaire Gilles de Rais (essai de réhabili (...)
  • 73 Cette idée a trouvé un prolongement important dans les travaux de Jacques Chiffoleau ; J. Chiffole (...)

29Il serait schématique de voir dans le livre de Bataille une réhabilitation deuxième manière — des réhabilitations véritables continuent d’être publiées : Bataille n’en propose pas une72. Reste l’insistance, qui remonte aux premières réhabilitations, sur la dimension politique, intéressée, de l’accusation ; et l’idée d’une violence nouvelle mise en œuvre par l’État73.

  • 74 Un exemple entre d’autres : c’était « un temps où [...] la richesse possédée comptait plus qu’aujo (...)
  • 75 Notamment l’anglais, l’allemand et l’italien.

30Une chose fit beaucoup pour la réception de Bataille, pour sa place dans la bibliographie : ce livre est très lisible. Le Bataille du Procès est clair et accessible, ce qui n’est pas si banal. Il faut le créditer d’un bel effort pour être tel. Les comparaisons avec le temps présent, dont la finalité est explicative, vont en ce sens74. S’il est sûr que le Procès est en décalage avec l’histoire traditionnelle, demeurée dominante, il reste que l’on peut faire usage de ce livre, notamment dans l’enseignement. Il n’est pourtant pas particulièrement novateur sur le plan de la méthode. Mais il est puissant, il se lit. Il a du reste été traduit en plusieurs langues75.

  • 76 Voir les articles cités sur la jaquette de la réédition du livre chez Pauvert : Yves Florenne dans (...)
  • 77 Annales. Économies, sociétés, civilisations ; Revue historique ; Annales de Bretagne et des pays de (...)

31La réception du livre lors de sa publication fut sans doute contrastée : la presse lui fit un bon accueil76. Sans doute le livre se vendit-il bien, puisqu’il fut plusieurs fois réédité. Mais l’accueil par la « communauté scientifique » est plus difficile : la réception fut inexistante dans les revues scientifiques, qui, si l’on a bien cherché, ne proposèrent pas de recension du livre, ce qui est assez extraordinaire77 ; les biographies de Gilles récemment publiées ne discutent pas vraiment les idées de Bataille, même s’il figure toujours en bibliographie. Ce peut être le prix payé par le Procès pour cette appartenance multiple et ce rapport difficile à la discipline historique. Mais qu’il suffise, plus de quarante ans après sa publication, de tenter de le lire sans plus se soucier de son appartenance : il continue, sur cette histoire, d’avoir quelque chose à dire.

Notes

1 René-Alphonse-Marie de Maulde La Clavière avait publié les actes en 1886, dans la deuxième édition d’Eugène Bossard,Gilles de Rais, maréchal de France, dit Barbe-Bleue. 1404-1440, Paris, Honoré Champion, 1885 — à notre connaissance la seule édition scientifique en langue originale des sources, mais incomplète, car les passages les plus « choquants » sont coupés. Puis il y eut Ludovico Hernandez, Le Procès inquisitorial de Gilles de Rais (Barbe-Bleue), maréchal de France, avec un essai de réhabilitation. Traduction littérale du procès canonique et reproduction du procès civil, Paris, Bibliothèque des curieux, 1921. Il existe aussi, en anglais, Reginald Hyatte, Laughter for the devil. The trials of Gilles de Rais, companion-in-arms of Joan of Arc (1440). Introduction and translation from Latin and French, Rutherford, Fairleigh Dickinson University Press, 1984.

2 Outre divers travaux (Frédéric-Henri Bernelle, E. Courard, Strezova Mila Simeonova, Sylvain Aubry, etc.), il faut mentionner Richard VON Kraeft-Ebing, Psychopathia sexualis, eine klinisch-forensische Studie, Stuttgart, F. Enke, 1886, traduction française Psychopathia sexualis. Etude médico-légale à l’usage des médecins et des juristes, Paris, Presses pocket, 1999, 2 vol. Psychopathia sexualis exerça sur Bataille, qui pourtant ne l’évoque pas, une forte influence, comme sur de nombreux auteurs d’études consacrées à Gilles — voir Elisabeth Roudinesco, Jacques Lacan. Esquisse d’une vie, histoire d’un système de pensée, Paris, Fayard, 1993, p. 135 et p. 173.

3 Les Cahiers Gilles de Rais, 1-4, 1992-1996. On trouve dans ces quatre volumes, outre des articles scientifiques et d’autres consacrés à la création théâtrale, un large et utile recueil de citations d’oeuvres de toutes sortes où il est question de Gilles.

4 On peut évoquer, en demeurant très loin de l’exhaustivité, les oeuvres de Biaise Cendrars, Hugo Claus, Enzo Cormann, Massimo Dursi, Vicente Huidobro, Joris-Karl Huysmans, Martine Lecoz, Claude Louis-Combet, Roger Planchon, Michel Tournier, etc.

5 De Charles Lemire, de Pierre Mertens ou d’Édith Canat de Chizy.

6 A commencer par tous les Jeanne d’Arc ; mais il s’agit alors du Gilles compagnon de Jeanne, non du Gilles qui nous intéresse ici, et auquel, à notre connaissance, et l’on peut s’en étonner, aucun film n’a été consacré.

7 Sur les rapports entre Gilles et Barbe-Bleue, voir E. Bossard, Gilles..., op. cit., rééd. Grenoble, Jérôme Million, 1992, postface de François Angelier, « Eugène et Gilles », p. 327-333 ; et voir ce qu’écrit Bataille (p. 11-12 et 20).

8 Par exemple chez Maurice Dantec, Gustave Flaubert, Jean Genet, Raymond Queneau, Stendhal ou George Bernard Shaw.

9 Voir Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 1742-1746, 4 vol., 2, 1744, col. 1336-1339.

10 Incomplète pour la première, en traduction pour la seconde ; voir note 1.

11 Les histoires de la Bretagne de D’Argentré, Du Paz, Gruel, etc.

12 Voltaire, Essai sur les moeurs et l’esprit des nations et sur les principaux faits de l’histoire depuis Charlemagne jusqu’à Louis XIII (1756), éd. René Pomeau, Paris, Garnier, 1963, vol. 1, p. 752.

13 C’est pourtant ce que fera Salomon Reinach, qui écrira que Voltaire a admis l’innocence de Gilles ; voir S. Reinach, « Gilles de Rais (essai de réhabilitation) », Revue de l’université de Bruxelles, 10, 1904, p. 161-182, repris dans Cultes, mythes et religions, 4, 1912, p. 276-299, et dans Cultes, mythes et religions, éd. Duchêne (Hervé), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1996, p. 1026-1049, édition ici citée.

14 Voir les articles « Miracles » ou « Préjugés » du Dictionnaire philosophique (1764), éd. R. Pomeau, Paris, Garnier, 1964, mais aussi la p. 188 de l’Essai..., op. cit.

15 Voir Christian Amalvi, Le Goût du Moyen Age, Paris, 1996.

16 L’Art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes, des chroniques et autres anciens monumens, depuis la naissance de N.-S.... par un religieux bénédictin de la congrégation de S. Maur (François Clément), 3e édition, Paris, A. Jombert jeune, 1783-1787, 3 vol., 2, 1784, p. 908.

17 Voir ce que Noël Valois dit d’eux dans « Le Procès de Gilles de Rais », Annuaire-bulletin de la Société de l’histoire de France, 49, 1912, p. 193-239, p. 209. Voir aussi Jules Michelet, OEuvres complètes, 6, Histoire de France (livres X-XVII), éd. Paul Viallaneix, Paris, Flammarion, 1978, livre XI, chapitre 1, « État de la France, 1431-1440 », « Procès de Retz », p. 135-138.

18 Voir Armand Guéraud, Notice sur Gilles de Rais (extrait de la Biographie bretonne), Rennes, Impr. Marteville et Oberthur, 1855 ; et A. V., « Procès de Gilles de Rais (1440) », Bibliothèque de l’École des chartes, 23, 1862, p. 371-372.

19 S. Reinach, « Gilles... », art. cit.

20 Avant la publication de l’article cité dans la Revue de l’université de Bruxelles en 1904, Reinach avait fait paraître à ce sujet une lettre anonyme dans L’Anjou historique en mars 1902 et dans Le Signal du 21 octobre 1902.

21 Noël Valois, « Le procès... », art. cit., p. 193.

22 Comme le disait Marc Bloch à propos de la réception par des enfants du Languedoc de l’histoire des guerres de religion dans l’entre-deux-guerres (M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, 1949, 5e éd. ; Paris, Armand Colin, 1964, p. 10).

23 Voir p. 1038.

24 L’abbé Bossard dédie son livre à Mgr Freppel, évêque d’Angers.

25 Gabriel Monod, « Publications diverses », Revue historique, 93, 1, 1907, p. 356-357. On lit p. 357 : « Le plaidoyer de M. Reinach en faveur de ce monstre de perversité et de luxure sanguinaire est vraiment impressionnant [...] ».

26 Charles-Victor LANGLOIS, « Notice sur la vie et les travaux de M. Noël Valois », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1918, p. 49-73, p. 72-74.

27 N. Valois, « Le procès... », art. cit. Voir aussi la discussion entre Reinach et Valois (« Séance du 13 janvier », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1905, p. 11-14). Bourdeaut et Gabory critiquent Reinach après Valois. Voir A. Bourdeaut, « Chantocé, Gilles de Rays et les ducs de Bretagne », Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1924, p. 41-150, extrait, Rennes, 1924 ; et Émile Gabory, La Vie et la mort de Gilles de Raiz, dit à tort Barbe-bleue, Paris, Librairie académique Perrin, 1926, rééd. 1932).

28 L. Hernandez, Le Procès..., op. cit., notamment p. II-IV. « Gilles Rais » apparaît du reste dans l’étonnant roman de Fernand Fleuret, Jim Click ou la merveilleuse invention. Roman d’aventures, Paris, Éditions de la NRF, 1930, 3e éd. Tours, 2002 (édition ici citée), p. 128 (merci à Dominique Rabaté de nous avoir signalé ce texte).

29 Il n’est, pour se convaincre du voltairianisme de Fleuret, que de lire les p. 149-151 de Jim Click.

30 Confiant dans l’esprit scientifique, ou dans la force persuasive de son article, Valois supposait que la « tentative de réhabilitation » de Gilles par Reinach, qui était, en effet, la première, serait « la dernière aussi peut-être » (« Le Procès... », art. cit., p. 238-239).

31 Notamment Jacques Heers, Gilles de Rais, Paris, Librairie académique Perrin, 1994, la plus récente, écrite contre les historiens fantaisistes qui réhabilitent Gilles et cherchent le sensationnel ; et Philippe Reliquet, Le Moyen Age. Gilles de Rais, maréchal, monstre et martyr, Paris, Pierre Belfond, 1982 ; ainsi que le très recommandable Michel Bataille, notes de Jean Pesez, Gilles de Rais, Paris, Culture, art, loisirs, 1966, rééd. Paris, Mercure de France, 1972 ; mais aussi, plus critiquables, Michel Hérubel, Gilles de Rais et le déclin du Moyen Age, Paris, Librairie académique Perrin, 1982, rééd. Gilles de Rais ou la fin d’un monde, Paris, Jean Picollec, 1993 ; Jean-Pierre Bayard, Plaidoyer pour Gilles de Rais, maréchal de France. 1404-1440, Étréchy, Editions du Soleil natal, 1992; ou Leonard Wolf, Bluebeard. The Life and crimes of Gilles de Rais, New York, Clarkson N. Potter, 1980.

32 En outre, l’apparition d’un Timoleo Timolei, alchimiste italien qui se fait recruter par le duc d’Auge, paraît très frappante pour qui connaît les rapports de Gilles et Francesco Prelati.

33 En particulier l’édition des Œuvres complètes de Victor Hugo que dirigea Jean Massin (1967-1970, 18 vol. ).

34 G. Bataille et P. Klossowski, Le Procès de Gilles de Rais, Paris, J.-J. Pauvert, rééd. 1985 (désormais abrégé Procès) p. 11. Sur la légende encore, Bataille voit dans le rapprochement de Gilles et Barbe-Bleue, le signe du caractère légendaire et un peu indicible du personnage, « monstre de légende », « être fantastique », « ogre » (p. 20).

35 Procès, p. 12.

36 Sartre porte ces jugements dans un article sur L’Expérience intérieure repris dans Situation, I, Paris, Gallimard, 1947 (cité par É. Roudinesco, Jacques..., op. cit., p. 226).

37 Procès, p. 30.

38 Procès, p. 32.

39 Procès, p. 12.

40 Procès, p. 7.

41 N’était « l’irrationalité » de Gilles, dont nous reparlerons.

42 Procès, p. 28 : « Devant Gilles et son grand-père, il est possible de songer aux brutalités des nazis ». Avouons que ce rapprochement scientifiquement inacceptable s’impose à une conscience européenne contemporaine. Il apparaît souvent, chez divers auteurs, par exemple J.-P. Bayard, Plaidoyer..., op. cit. Le rapprochement avec Sade apparaît p. 42 et p. 45. Des extraits de la conférence donnée par Georges Bataille ont été récemment publiés : « “Gilles de Rais” extraits de notes inédites », Les Cahiers Gilles de Rais, 3, 1993, p. 23-25.

43 Procès, p. 67 et p. 70.

44 Voir ainsi l’anaphore de « Je crois » (p. 77).

45 Procès, p. 179.

46 Procès, p. 73-74.

47 Procès, p. 76.

48 L’admiration de Bataille pour ce roman est connue (É. Roudinesco, Jacques..., op. cit., p. 181). Voir Joris-Karl Huysmans, Là-bas, Paris, Tresse et Stock, 1891, et éd. Yves Hersant, Paris, Gallimard, 1985, p. 46.

49 E. Bossard, Gilles..., op. cit., postface F. Angelier, art. cit., p. 327-333, p. 332.

50 Voir notamment p. 12-13.

51 Pour reprendre la fameuse expression (et elle seulement) de Lawrence Stone, « The Revival of Narrative : Reflections on a New Old History », Past and Present, 85, 1979, p. 3-24, traduction française « Retour au récit ou réflexions sur une Nouvelle Vieille Histoire », Le Débat, 4, septembre 1980, p. 116-142.

52 Procès, p. 24-25.

53 Procès, p. 21 et p. 24-25.

54 Procès, p. 68, p. 80 et p. 103.

55 De nombreux auteurs ayant écrit sur Gilles se sont aussi intéressés à des questions non-historiques, touchant par exemple à l’érotisme — et Bataille lui-même s’inscrit dans le champ des études sur la sexualité et l’érotisme, bien entendu. Voir les autres travaux de Ludovico Hernandez.

56 Procès, p. 36, p. 38, p. 47, p. 51, etc.

57 Procès, p. 56. Bataille évoque aussi les Aztèques (p. 14). On sait l’influence de Mauss sur Bataille. Sur les rapports de Bataille à l’anthropologie, voir Alfred Metraux, « Rencontre avec les ethnologues », Critique, n° 195-196, août-septembre 1963, « Hommage à Georges Bataille », numéro spécial, p. 677-684 ; Dominique Lecoq et Jean-Luc LORY, dir., Écrits d’ailleurs. Georges Bataille et les ethnologues, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987, notamment Marie Mauzé, « Georges Bataille et le potlatch-. à propos de La part maudite », p. 31-38.

58 Une date-clef pour la rupture de l’histoire médiévale avec cette conception « continuiste » et pour l’imposition de la conception anthropologique est 1964, l’année de la publication par Jacques Le Goff de sa Civilisation de l’Occident médiéval.

59 Procès, p. 46. Du reste, pour ce qui est de la qualification des crimes, il faut noter une grande différence entre les crimes alors présentés et les crimes tels que nous les concevrions aujourd’hui. Les catégorisations contemporaines, celles du moins qui sont dominantes en Occident aujourd’hui, se distinguent des catégorisations médiévales. Certains crimes demeurent des crimes, d’autres n’en sont plus, et a contrario, ce que nous qualifierions aujourd’hui comme des crimes n’apparaît parfois pas.

60 Certains passages de son livre sont assez extraordinaires — voir par exemple la p. 270.

61 Voir l’insistance sur le fait que Gilles ait commis tous ses crimes au cœur même de ce monde chrétien (p. 211). On note aussi la promptitude de la cour à pardonner les insultes et à lever l’excommunication (p. 229).

62 Procès, p. 36-37.

63 La chronologie de Bataille est décalée par rapport à celle d’Elias en ce que c’est précisément au crépuscule de la féodalité que commence le processus de civilisation, qui n’a pu encore toucher Gilles puisqu’il n’a presque pas commencé !

64 Procès, p. 37.

65 Par exemple p. 53 (cette p. 53 est importante).

66 Procès, p. 16. Jacques Chiffoleau s’oppose à cette idée ; pour lui, ce n’est pas là une « tragédie de l’impuissance de la raison », mais une tragédie des ambiguïtés de la raison, ici inquiétante et négative, et non pas conquérante et en progrès. Voir J. Chiffoleau, « Gilles, la vérité, l’histoire. Un médiéviste et le procès du sire de Rais », Les Cahiers Gilles de Rais, 3, 1993, p. 9-21, p. 20-21.

67 Procès, p. 29.

68 Sur ce concept, voir notamment Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, 1984.

69 Procès, p. 142. Voir le paragraphe « 2 novembre », très révélateur.

70 Procès, p. 163. Cette pratique a alors beaucoup reculé ; mais elle est encore proposée à Savonarole.

71 Même si on peut aisément lui trouver des antécédents : Monod écrit ainsi que Gilles « est resté depuis des siècles le type de la perversité bestiale à laquelle le désordre d’une époque d’anarchie, l’enivrement de la richesse, la force brutale et les pratiques de la sorcellerie pouvaient conduire un seigneur féodal » (« Publications... », art. cit., p. 356). Mais ces mots sont au fond tout différents.

72 Voir au contraire Edmond Coarer-Kalondan, La scandaleuse affaire Gilles de Rais (essai de réhabilitation), Paris, Éditions du Scorpion, 1961 ; J.-P. Bayard, Plaidoyer..., op. cit. ; Gilbert Prouteau, Gilles de Rais, ou la gueule du loup, Monaco, Éditions du Rocher, 1992 ; ces deux derniers auteurs sont parmi les plus ardents défenseurs de la réhabilitation de Gilles. Plus solide, et tendant aussi à innocenter Gilles, Kathleen K. Lehman, Reinterpreting the Life of Gilles de Rais, 1998 — encore inédite, après avoir été disponible sur Internet (merci à l’auteur de nous avoir permis de lire ce texte). Sur ces tentatives de réhabilitation, leurs faiblesses et leurs ambiguïtés, voir J. Heers, Gilles..., op. cit. ; Olivier Bouzy, « La Réhabilitation de Gilles de Rais, canular ou trucage ? », Connaissance de Jeanne d’Arc, 22, 1993, p. 17-25 ; et Jean Kerhervé, « Gilles de Rais, de Gilbert Prouteau, ou le “Naufrage de l’Histoire” », Bulletin de l’Association bretonne, 120, 1992, p. 318-320.

73 Cette idée a trouvé un prolongement important dans les travaux de Jacques Chiffoleau ; J. Chiffoleau, « Gilles... », art. cit. ; ID., « Dire l’indicible. Remarques sur la catégorie du nefandum du XIIe au XVe siècle », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 45, 2, 1990, p. 289-324 ; ID., « Sur le crime de majesté médiéval », dans Genèse de l’État moderne en Méditerranée. Approches historique et anthropologique des pratiques et des représentations, colloque de Paris, 24-26 septembre 1987 et 18-19 mars 1988, actes publiés à Rome, 1993, Collection de l’École française de Rome, 168, p. 183-213.

74 Un exemple entre d’autres : c’était « un temps où [...] la richesse possédée comptait plus qu’aujourd’hui » (p. 30).

75 Notamment l’anglais, l’allemand et l’italien.

76 Voir les articles cités sur la jaquette de la réédition du livre chez Pauvert : Yves Florenne dans Le Monde daté du 12 juin 1965, José Cabanis dans Le Figaro. Daniel Hawley, Bibliographie annotée de la critique sur Georges Bataille de 1929 à 1975, Genève et Paris, 1976, ne signale que les n. 2038-2041 (p. 61) : il n’y eut de comptes rendus du Procès que dans la presse : Le Monde, L’Express, le Times Litterary Supplement, le Nouvel Observateur.

77 Annales. Économies, sociétés, civilisations ; Revue historique ; Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search