Version classiqueVersion mobile

L’Histoire-Bataille

 | 
Laurent Ferri
, 
Christophe Gauthier

Bataille parmi les historiens

Projets d’histoire universelle

Laurent Dubreuil

Texte intégral

  • 1 Cf. Jacques-Bénigne Bossuet, Discours sur l’histoire universelle à Monseigneur le Dauphin, Paris, M (...)
  • 2 Dans le corps du texte, les renvois à l’oeuvre imprimée de Bataille mentionnent en chiffres romain (...)

1Totale, globale, complète, générale, synthétique, mondiale, universelle bien sûr, notre histoire sera tout cela à la fois. Les réflexions que je vais rapporter et formuler ici sont dédiées à un projet d’envergure. Elles sont pleines d’histoires, d’histoires, qui souvent circulent sur l’entière étendue de la terre — disent-elles. En bateleur, je vous annonce donc du « grand spectacle »1, exactement ce que promettait Bossuet au Dauphin en lui présentant son Discours sur l’histoire universelle. La question d’une histoire mondiale des hommes a beaucoup préoccupé Georges Bataille. Dans ses analyses de la religion, de la séparation d’avec l’animal, de la transgression, on peut lire les éléments d’une généralisation historique. De manière explicite, Bataille, dans Critique, a consacré en 1956 un compte rendu au premier volume de l’Histoire universelle de l’Encyclopédie de la Pléiade. Cette étude est simplement intitulée « Qu’est-ce que l’histoire universelle ? » (XII, 414-4362). Elle dépasse le cas isolé d’une entreprise donnée et énonce les conditions de possibilité de toute histoire générale à venir. Par ailleurs, on trouve dans les notes manuscrites de Bataille, l’ébauche d’une « histoire universelle des origines à la veille d’un désastre éventuel », plusieurs plans et de très nombreuses notes sur le même sujet. Le travail que je propose portera essentiellement sur cet ensemble fragmentaire et sur l’article paru dans Critique. C’est par lui que nous commencerons. Il s’inscrit manifestement dans un large débat historiographique, où Bataille prend une position assez singulière. Ces enjeux me permettront de revenir sur quelques conceptions antérieures de l’histoire universelle — comme de constater le discrédit actuel qui semble désormais frapper les ambitions totalisantes. Fait-on pour autant ce qu’on dit ? peut-être pas ; peut-être reste-t-il un rêve d’histoire universelle qui est à l’œuvre là même où on le dénonce. Une relecture « bataillienne » de deux positions historiographiques contemporaines pourrait ainsi nous en remontrer. L’obligation d’un projet d’histoire universelle dans l’histoire va nous arrêter. Le problème est aussi grand que le monde sans doute, et je terminerai sur une solution, inachevée et impossible, celle que peuvent révéler les manuscrits de Bataille.

  • 3 Maurice Crouzet (dir.), Histoire générale des civilisations, Paris, Presses universitaires de Fran (...)

2Bataille certes salue l’Histoire universelle de la Pléiade, mais il la sanctionne surtout. La somme parue chez Gallimard est chronologiquement contemporaine d’une Histoire générale des civilisations qu’éditent les Presses universitaires de France, et que Bataille évoque à plusieurs reprises (cf. XII, 414 n. *, 430, 434 sq.). Deux ouvrages collectifs, encyclopédiques, apparemment proches dans leur dessein et qui s’éloignent aussitôt l’un de l’autre. Car chacun revendique une position dans une guerre théorique qui ferait rage en France depuis quelques décennies. Dans sa « Préface générale à l’’Histoire générale des civilisations », Maurice Crouzet, le maître d’œuvre, se place clairement sous le patronage « du regretté Marc Bloch »3. Nous sommes prévenus : voici une histoire dans le genre des Annales. Bataille le remarque. Pour évoquer la méthode du travail dirigé par Crouzet, il rétablit pour ainsi dire l’un des sous-titres de la prestigieuse revue et loue le souci de « la vie économique et sociale » (XII, 435).

  • 4 René Grousset, Émile G. Léonard (dir.), Histoire universelle, vol. I, Paris, Gallimard, 1956, coll (...)
  • 5 Id., ibid., p. XXVI.

3Pour la Pléiade, le problème ne se pose pas en ces termes. On trouve « au contraire une opposition fondamentale en ce qui touche la manière d’envisager l’histoire » (XII, 434). Nous sommes de l’autre côté, qui nous importe au plus point en ces lieux. Dans cette Histoire universelle-ci, on prend fait et cause pour « le détail des faits » (ibid.), pour la chronologie, pour les successions dynastiques et autres grandes scansions politiques, pour cette « histoire-bataille » que le titre du colloque appelle malicieusement. En d’autres termes, il s’agit cette fois d’une conception que la tradition (polémique) a également qualifiée de l’épithète chartiste. Émile Léonard, introduisant au volume de l’encyclopédie, célèbre de façon appuyée la mémoire de grands archivistes paléographes. Aux mânes de Marc Bloch répondent les ombres et les présences bienveillantes de Louis Halphen, Ferdinand Lot4, André Chamson enfin, « chartiste et [...] écrivain sensible à toutes les voix d’aujourd’hui »5.

  • 6 Id., ibid., p. XIX.
  • 7 Id., ibid., p. XXVI.
  • 8 Id., ibid., p. XXVII.
  • 9 Id., ibid.
  • 10 Repris dans Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Colin, 1953, p. 117.
  • 11 Id., ibid., p. 116-117.

4Léonard rend aussi hommage à Lucien Febvre, notons-le. Mais l’éloge est assez discret et restreint la méthode des Annales au « temps présent, ou du moins [aux] temps proches du nôtre », là où les risques « d’anachronisme », grave péché, seraient plus évitables que pour les époques anciennes6. Une autre référence allusive précise encore la situation de l’encyclopédie de la Pléiade. Pour « l’historien d’aujourd’hui »7, affirme Léonard, « l’idéal de l’œuvre historique a cessé d’être [...] une belle mosaïque bien complète, et bien lisse »8. Son but ultime est cependant la restauration, « les belles résurrections d’ensemble et les œuvres d’art »9. Ce motif mosaïque est une réponse à Febvre, qui avait consacré un article violent au cher Louis Halphen, ravalé au rang du simple « aide technique », qui « n’est pas un historien »10. D’après Febvre, « l’histoire historisante » (Berr), alias l’histoire factuelle et chartiste, croirait que les faits sont « de petits cubes de mosaïque, bien distincts, bien homogènes, bien polis » qu’il suffirait de ramasser11. Léonard corrige. L’histoire chartiste « d’aujourd’hui », sait bien que les cubes ne sont pas lisses et qu’il en manque certains — elle peut le savoir grâce aux Annales. Elle n’en fera pas moins son travail de rénovation. En somme, la rhétorique de Léonard est typique des académismes consensuels, qui, reconnaissant les apports des trublions et les erreurs d’autrefois, prônent désormais un juste milieu, qui ne cède pas aux outrances (que serait en l’occurrence le tout-économique-et-social). Ainsi, la modification reste légère : avec les préfaces et les méthodes de ces deux histoires générale et universelle, nous trouvons deux camps ennemis, jusqu’à la caricature. Ce qui nous intéresse donc en priorité, ce sont les avertissements, les préfaces, les recensions où les postulats ont tendance à s’outrer, à se durcir. Sans doute aucune partie n’a-t-elle réellement l’apanage de l’érudition ou de l’intelligence. Mais les proclamations, les identifications doivent nous retenir.

5Or nombre de reproches adressés par Bataille à l’ouvrage de la Pléiade s’inscrivent dans la droite ligne historiographique des Annales de Febvre et Bloch.

  • 12 Id., ibid., p. 117.

6Avec une grande insistance, Bataille reproche la fragmentation du savoir qui expulse de l’Histoire universelle les considérations sur l’art et les religions, auxquelles l’Encyclopédie de la Pléiade devait consacrer des livres ultérieurs et spécialisés (XII, 418). L’étude de Leroi-Gouhan sur la préhistoire en est gravement lésée et passe à côté de « la question fondamentale de l’histoire universelle » telle que Bataille l’envisage (ibid.) ; rien de moins. Si une telle omission correspond à l’architecture globale d’un ensemble éditorial, elle révèle aussi « un caractère essentiel de la science historique classique » (ibid.), qui sacrifierait le plus important. L’exemple du travail dans la Préhistoire est alors allégué par Bataille. On en parle bien (aucune Histoire du travail n’étant prévue), mais on le réduit à une vision technique de l’évolution de l’outillage (XII, 419). Selon l’analyse de Bataille, Leroi-Gourhan, sur la base pourtant de « documents très imparfaits » (XII, 420), se comporterait à l’égard des artefacts comme l’historien qui se contente d’aller aux Archives, « ces greniers à faits »12. La religion, l’art, le travail ne sont pas pris dans une signification historique générale.

  • 13 Jacques Revel, « Histoire et science sociale : une confrontation instable », dans Passés recomposé (...)

7A cause d’un autre contingentement du savoir, des problèmes supplémentaires échappent encore à l’investigation historique : ceux qui « sont seulement du domaine des sociologues » (XII, 426). « Mais, ajoute Bataille, les sociologues, en principe, dans la mesure où ils les envisagent, le font en dehors de l’histoire, alors que l’histoire en est faite » (ibid.). L’ancien membre du Collège de sociologie paraît plaider pour une rencontre entre l’histoire et les « sciences sociales ». On sait combien ses analyses du travail et du don sont influencées par Marcel Mauss, et qu’il a d’autre part lu des anthropologues comme Alfred Métraux et Claude Lévi-Strauss (voir par exemple un autre article de 1956, « Un livre humain, un grand livre », XII, 381-394). Est-il utile de le rappeler ? les Annales n’ont cessé de lutter pour une « communauté des sciences sociales »13. Devant des conscrits de l’École normale supérieure, Febvre présente ainsi sa discipline comme

  • 14 L. Febvre, op. cit., p. 20.

une histoire qui s’inscrit dans le groupe des disciplines humaines de tous les ordres et de tous les degrés, à côté de l’anthropologie, de la psychologie, de la linguistique, etc.14.

  • 15 J. Revel, op. cit., p. 80.

8Cet engagement répété, Bataille ne peut qu’y souscrire. Il le reprend à son compte en tout cas pour désigner les faiblesses de l’Histoire de la Pléiade. Comme le remarque Jacques Revel, la convergence des « sciences humaines » désigne « une intelligibilité d’ensemble » et doit permettre « l’histoire globale (ou l’histoire totale) »15. Un semblable projet est aussi celui de Bataille. Et il est clair qu’à ses yeux, une histoire universelle ne peut qu’être une histoire totale, qui regroupe les différentes régions du monde et du savoir. Il est bon de parler « de l’Inde et de la Chine » (XII, 434) qu’on taisait naguère. Encore faut-il repérer des phénomènes partagés pour écrire une véritable histoire universelle. On aura donc recours non seulement à toutes les disciplines de la connaissance, mais, sous leurs lumières, on procédera à des comparaisons. A ce prix, on pourrait comprendre la signification de « l’apparition des rois » (XII, 429). De nouveau, l’Histoire universelle a failli. Elle ne sait pas ce qu’elle appelle roi (« elle parle à tout instant de roi, mais impuissante à définir le terme, elle aboutit à la confusion », XII, 430). Elle fait dangereusement l’impasse sur les « travaux de Georges Dumézil » (ibid.). Le nom de Dumézil vaut comme une référence à des savoirs proches de l’histoire et au comparatisme. Croiser les méthodes et les civilisations.

  • 16 Cf. Marc Bloch, Histoire et historiens, Paris, Armand Colin, 1995, p. 94-123 et 124-129.
  • 17 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, Seuil, 1971, coll. « Univer (...)
  • 18 Id., ibid., p. 339.
  • 19 Marcel Detienne, Comparer l’incomparable, Paris, Seuil, 2000.
  • 20 M. Bloch, op. cit., p. 67.

9La comparaison est au cœur de l’œuvre de Marc Bloch, qui voulut se faire élire au Collège de France sur une chaire d’histoire comparée des sociétés européennes16. La comparaison est un des legs des Annales qui est le moins remis en question aujourd’hui, ou qui, peut-être illusoire, a suscité le plus de « relances », de décennies en décennies. Ainsi, Paul Veyne, dans Comment on écrit l’histoire, se déclarera pour une « histoire comparée ou générale » qui dépasse « l’histoire “continue” ou nationale »17, pour une « histoire en liberté, débarrassée de ses limites conventionnelles, [...] une histoire complète »18. Plus près de nous, Marcel Detienne voulant « comparer l’incomparable » a suscité par contrecoup, dans les Annales, une réponse plus ou moins amène de la part des héritiers institutionnels de l’histoire comparée19. La question n’est pas résolue, mais il importe de souligner que le comparatisme va volontiers avec une histoire d’ensemble. Et Marc Bloch en 1933 pouvait se féliciter de la recrudescences des histoires universelles en sa qualité « d’adepte de la méthode comparative »20.

10La volonté de comparaison dans l’histoire, commune aux Annales et à Bataille, a pour corollaire un refus vigoureux de l’esprit de spécialité — dans lequel se serait cantonnée l’Histoire universelle qui est critiquée. L’histoire universelle ne devrait pas être « la somme des histoires régionales de temps donnés » (XII, 421). Par son caractère propre, elle offre, d’après Bataille, l’occasion de dépasser les particularismes et les spécialités. Un spécialiste prend des faits, comme le travail, pour la « base de ses recherches » ; et du coup, il n’en cherche plus « le sens » (XII, 420). Une addition de monographies rédigées par des spécialistes sur leur spécialité est aveugle à toute signification (de l’histoire, de l’histoire universelle, de l’homme). Bataille affirme

une sorte d’incompatibilité des manières de penser propres aux historiens spécialistes et de la manière fondamentale de l’histoire envisagée comme un aspect d’ensemble du savoir (XII, 424).

11Un ouvrage d’histoire du monde humain depuis ses origines ne trouve de valeur qu’à rendre caduque toute spécialité au profit d’un savoir global, que nous interrogerons longuement plus tard. Or, souvent,

le spécialiste oublie que, s’il a lui-même un sens, c’est dans la mesure où il existe en lui, par-delà sa spécialité, un intérêt général pour la connaissance (XII, 433).

  • 21 L. Febvre, op. cit., p. 105.
  • 22 Id., ibid.

12Tandis qu’il fallait aller « au-delà » (XII, 416) de l’empilement des sciences régionales. Encore une fois, Bataille et Febvre se rencontrent, ce dernier définissant « toute la vie » qu’il a menée « jusqu’à présent » comme une action « dirigée contre l’esprit de spécialité »21. Il faut sauvegarder et entretenir « l’unité de l’esprit humain »22.

  • 23 Id., ibid., p. 12.
  • 24 Id., ibid., p. 103.

13L’homme : le mot est donné, qui résume l’orientation historiographique de Bataille et des Annales. « Histoire science de l’Homme, science du passé humain. Et non point des choses, ou des concepts »23, proclame Febvre dans sa leçon inaugurale au Collège de France — nouveau Protagoras appliquant la « maxime » de sa révolution historique, « l’homme, mesure de l’histoire. Sa seule mesure. Bien plus, sa raison d’être »24.

14Pareillement, suivant Bataille, « l’histoire universelle proprement dite » est « celle qui répond à la question : “Que signifie ce que je suis ?” », interrogation immédiatement glosée en note : « C’est-à-dire : que signifie généralement l’existence humaine ? » (XII, 416 sq. et n. *). Tout commence avec l’invention de « l’être humain » et son divorce d’avec « l’existence animale ». Par la suite, tous les phénomènes déjà cités (la religion, l’art, le travail, les guerres, les rois) et tant d’autres (interdits, transgressions, sacrifices, etc.) permettent d’approfondir la connaissance de l’homme dans son histoire. Comme le dit L’Histoire de l’érotisme, « la vue de la totalité », « la vue globale de l’ensemble » (VIII, 62) est intrinsèquement liée à cet obsédant « passage à l’homme » (XII, 417), et ce qui s’ensuit. Dans un mouvement archéologique, Bataille veut toujours en revenir au « sommet à partir duquel » tout se passe (XII, 431). La Pléiade a simplement oublié l’homme : « l’histoire universelle elle-même, de ce point de vue est à reprendre dans l’ensemble » (ibid.).

15L’accord entre les réquisits de Bataille et les préjugés méthodologiques de Febvre et Bloch sont donc nombreux et capitaux. En terminant ici, on pourrait avoir le sentiment de lire dans « Qu’est-ce que l’histoire universelle ? » une recension « annaliste » d’un ouvrage trop marqué par le factualisme. L’encyclopédie de la Pléiade manque de sens et le sens même. Mais les dernières pages de l’article changent la donne. Bataille se livre à une réhabilitation (très) partielle de l’Histoire universelle pour attaquer la rivale Histoire générale des civilisations. Le plus grand mérite dans la Pléiade est finalement de déroger à la mode :

Le volume paru fait à la succession des faits une place que, dans une manière récente d’écrire l’histoire, on tend à lui refuser de plus en plus (XII, 432).

16Certes, le « résultat, surprend, il déconcerte, et même il embarrasse » (ibid.), mais il évite du moins les « lacune[s] » (XII, 435), imputables, dans l’Histoire générale des PUF, à un refus « d’entrer dans le détail des faits » (XII, 434). En omettant les révolutions « de la seconde moitié du troisième millénaire avant J.-C. » en Egypte (XII, 435), l’histoire annaliste passe sous silence la contestation de la souveraineté, elle ne comprend pas l’institution de la royauté (que son souci de « la vie sociale » devrait encourager), elle laisse « passer l’essentiel ».

17Alors, si l’histoire centrée sur « les faits, les batailles et les règnes » (XII, 433) n’est qu’une succession insensée, faute des « déterminations majeures » (XII, 436) que la longue durée exprime, l’histoire générale surplombant le détail risque de demeurer « la succession sans plus des histoires par régions » (XII, 435). Il ne faut « pas nous perdre dans le détail » (XII, 435), il ne faut pas non plus perdre le détail du fait. Une authentique histoire universelle « à la » Bataille articulerait ces deux méthodes. Pas pour en faire un compromis, mais pour altérer radicalement toute façon d’écrire l’histoire. Ne nous y trompons pas. Bataille développe largement son attaque contre le projet « chartiste » de la Pléiade, en utilisant les armes de l’adversaire ; il récuserait tout aussi longuement l’Histoire générale des civilisations à partir des critiques opposées. Les deux formes historiographiques amenées à s’affronter sont l’une et l’autre désignées sous le vocable de « l’histoire classique » (XII, 422, 423). De quoi se distingue « l’“histoire universelle” dans le sens du savoir humain le plus général ». En ce sens, qui est la question même de la signification de « ce que je suis », l’écart des méthodes est proprement dépassé. Une combinaison des perspectives historiques est indispensable dans l’horizon de la totalité ; elle va de pair avec « cette addition, faite à l’histoire universelle, de ses fondements » (XII, 435 sq.). « L’histoire classique » est « l’histoire évidemment [qui] voudrait rester étrangère à la philosophie comme à tout ce qui lui ressemble » (XII, 430), quand la seule vraie histoire devrait trouver, par un savoir universel, « le mouvement d’unité dans lequel l’humanité entière trouve un sens » (XII, 435). Cette histoire reste à écrire, par delà les historiographies instituées.

  • 25 J. Revel, op. cit., p. 80.
  • 26 Jacques Derrida, L'Écriture et la différence, Paris, Seuil [1967], réédition de 1979, coll. « Poin (...)
  • 27 Id., ibid., p. 405.

18Semblable ambition n’est-elle pas datée ? La ligne de front historiographique existe-t-elle sous cette forme aujourd’hui ? rien de sûr. Parmi les légataires des Annales, de la sixième section de l’École pratique devenue l’EHESS, le grand dessein des sciences de l’homme unifiées serait « provisoirement au moins, entre parenthèses »25. Le comparatisme, je l’ai dit, n’est pas vraiment une évidence, et les postes et les chaires de l’institution universitaire restent désespérément vouées à des périodes et des régions. La spécialité est le prix à payer du sérieux, semble-t-il. Quant à l’Homme en tant que tel, je ne jure pas qu’on lui laisse sa capitale et qu’on revendique sa cause. Mais plus qu’un problème circonscrit à une pratique et à sa réflexion, l’idée d’histoire universelle reste-t-elle vive ? Dans les grandes opérations éditoriales et « scientifiques » des dernières décennies en France, les histoires de la vie privée, des femmes, des « lieux de mémoire » sont immenses, mais restreignent malgré tout le champ universel à des problèmes apparemment plus bornés. Surtout, la volonté d’histoire universelle, totalisante, générale, et, qui plus est, unifiée suscite volontiers une gêne. On « verserait » assez vite dans l’hégélianisme ou le marxisme. D’autant que Bataille a directement consacré deux articles à Hegel, parus en 1955 et 1956, dont le second s’intitule « Hegel, l’homme et l’histoire » (XII, 349-369), et qui sont plus des exposés de doctrine que des interprétations. Indirectement, l’incidence est grande, en particulier dans certains écrits théoriques de Bataille. Sur ce terrain, l’étude fondatrice est évidemment « De l’économie restreinte à l’économie générale »26 où Jacques Derrida étudie le « déplacement auquel est [...] soumis tout le discours hegelien » par un Bataille « encore moins hegelien qu’il ne croit »27. Je pense volontiers que Bataille sait à l’occasion utiliser Hegel, mais qu’il ne s’arrête pas à lui. Ce déplacement, dont le mouvement a été transcrit par Derrida, ne me semble donc pas une urgence du commentaire en l’occurrence. Je me permets de renvoyer à d’autres travaux ; mais, plus encore, je crois indispensable de ne pas centrer l’histoire universelle sur le seul nom de Hegel. Et je veux faire un rappel simple, un peu court, un peu long, sur une tradition.

  • 28 L’Histoire universelle des poissons & autres monstres aquatiques, Lyon, d’Ogerolles, 1562.
  • 29 Malingre, Histoire universelle de ce qui s’est passé ès années 619 et 620, savoir depuis le départ (...)
  • 30 Agrippa D’aubigné, L’Histoire universelle, Maillé, Moussat, 1616-1620, 3 t. en 2 vol. 
  • 31 Jacques de Charron, Histoire universelle de toutes les nations, et spécialement des Gaulois et Fra (...)
  • 32 François de Belleforest, L'Histoire universelle du monde, Paris, Mallot, 1570.

19Les projets d’histoire universelle existent bien avant Hegel. Si nous privilégions pour l’instant le français dans son état « moderne », l’expression d’histoire universelle donne son titre à nombre de livres, aux contenus divers. Une compilation de livres ichtyologiques peut paraître à la Renaissance sous le nom de L’Histoire universelle des poissons & autres monstres aquatiques28. Plus proche de nos préoccupations, prenons trois « histoires universelles » éditées dans les mêmes années (1616-1621). L’une, attribuée à un certain Malingre est une Histoire universelle de ce qui s’est passé es années 619 et 620, savoir depuis le départ de la reine, mère du roi, du château de Blois jusques à présent29. Il s’agit donc d’un récit portant sur deux ans seulement de la vie en France. L’Histoire universelle d’Agrippa d’Aubigné30 va des années 1550 au règne d’Henri IV ou à peu près. Enfin, Jacques de Charron signe en 1621 une Histoire universelle de toutes les nations, et spécialement des Gaulois et François31. Ces trois exemples laissent comprendre que l’épithète universel ainsi appliquée désigne surtout un souhait de large vue, voire d’exhaustivité ; elle ne renvoie pas à la totalité de l’Univers créé ni humain. Il convient donc de préciser, sans redondance, et Charron fait une histoire universelle de toutes les nations, comme, au siècle précédent, François de Belleforest écrivait L’Histoire universelle du monde32. Des trois traités chronologiquement contemporains du dix-septième siècle, seul celui de Charron pourrait donc s’inscrire dans l’ascendance des livres que critiquait Bataille. Certes, on commence avec la Création et non la Préhistoire, certes l’exposé est centré sur les règnes de rois gaulois et français (et, pour les premiers millénaires, de leurs illustres ancêtres imaginaires), certes les autres peuples se partagent les addenda en petits caractères qui suivent chaque règne et commencent par un mystérieux « en ce temps-là ». Certes ; il reste un projet totalisant.

20Par la suite, le label d’histoire universelle pris absolument, semble suffire pour désigner une grande fresque « du monde » ou de « toutes les nations ». Bossuet, plus d’un demi-siècle après Charron, n’a que besoin de dire Discours sur l’histoire universelle. La pratique répétée d’histoires générales des débuts aux temps présents caractérise plus particulièrement une expression. De plus en plus, qui parlera d’histoire universelle devra dépasser le cadre d’un peuple et embrasser une étendue pluri-millénaire. Toutefois, l’acception ainsi pré-définie est vague. Et il faut à chaque fois justifier l’emploi des termes et configurer sa propre conception. D’où l’utilité absolue des préfaces. C’est dans ce lever de rideau que se prépare la scène à venir. Bossuet est un des spécialistes de la métaphore spectaculaire et optique. Mon ouvrage comme une carte :

  • 33 J. B. Bossuet, op. cit., p. 3-4.

Cette maniere d’Histoire universelle est à l’égard des Histoires de chaque Pais & de chaque Peuple, ce qu’est une carte générale à l’égard des cartes particulieres. Dans les cartes particulieres vous voyez tout le détail d’un Royaume, ou d’une Province en elle-mesme : dans les cartes universelles vous apprenez à situer ces parties du monde dans leur tout ; vous voyez ce que Paris ou l’Isle de France est dans le Royaume, ce que le Royaume est dans l’Europe, & ce que l’Europe est dans l’Univers33.

21L’histoire universelle n’est pas une « histoire en général », elle est celle de l’Univers entier. Bossuet développe le syntagme, il élabore de la signification. Cette opération est nécessaire, et se répète inlassablement, donnant la valeur d’un projet.

  • 34 Cf. Georg Weber, Allgemeine Weltgescbichte, Leipzig, Engelmann, 1857-1880, 15 vol. ; Leopold Von Ra (...)
  • 35 Cf. l’avant-propos sur l’histoire universelle signé de René MAHEU, dans l'Histoire du développement (...)

22Les histoires universelles diffèrent toutes les unes des autres, dans leur méthode, leurs intérêts (géographiques, civilisationnels), et la question de leur orientation. Logiquement, les auteurs sacrifient donc au rite de signification. Du coup, l’univers peut signifier surtout la Chrétienté, comme chez Bossuet. Ou, en fait, « le monde civilisé » (et civilisateur) dans les monumentales histoires des savants allemands du dix-neuvième siècle (celles de Georg Weber et Leopold von Ranke par exemple34). L’univers peut encore être la composante d’un « universalisme » UNESCO, soi-disant nouveau et qui reposerait « sur la base d’une diversité franchement reconnue »35. Etc.

  • 36 L. Von Ranke, op. cit., vol. I, p. VIL Je traduis.
  • 37 Enciclopedia storica, ovvero Storia universale. Racconto, Turin, Pomba, 1839-1848, 18 vol. ; cf. la (...)
  • 38 Ibid., vol. XVIII, p. 1039. Je traduis.
  • 39 Respectivement : Imanuel Kant, Idee zu einer allgemeinen Geschichte in weltbürgerlicher Absicht da (...)
  • 40 Oswald Spengler, Der Untergang des Abendlandes. Umrisse einer Morphologie der Weltgeschichte, Muni (...)

23Mais la difficulté du passage des histoires isolées à l’histoire universelle est souvent posée en outre, comme le faisait Bataille. « Une collection des histoires des peuples dans des limites larges ou étroites ne constituerait aucunement une histoire universelle », souligne Ranke36. S’inscrivant dans une tradition fortement marquée par la perspective biblique et les autres discours religieux (tel celui de Bossuet), les auteurs font souvent le choix d’une orientation. Pour Cesare Cantù, juste avant les révolutions de Quarante-huit, l’histoire marche vers le socialisme, non marxiste évidemment, grâce à la Providence divine37. L’histoire est alors universelle par la réalisation socialiste de la liberté et de la fraternité dans « l’association universelle »38. La position théorique un peu surprenante de Cantù rend bien la difficulté d’une direction de l’histoire universelle partagée entre la relève chrétienne des temps et l’idéal laïcisé de progrès. Kant et Hegel, d’ailleurs, avec plus ou moins d’ironie, soulignaient l’origine religieuse possible d’une avancée de l’histoire. Le premier avouait que la philosophie aussi peut avoir son « millénarisme », le second proclamait dans un passage très célèbre que la marche de l’Esprit est « la véritable théodicée »39. Il demeure néanmoins d’autres solutions. Certaines se veulent sans doute plus discrètes (la consolidation des hégémonies mondiales chez Ranke, l’invention progressive des nations chez Weber). D’aucuns mettent en doute la possibilité d’un rapport évolutif entre les civilisations antiques et les sociétés actuelles, ainsi que le fait Spengler au profit d’une discontinuité des sphères historiques40. La liste n’est pas close, il s’en faut.

24J’ai donné cette image en vue cavalière de l’histoire universelle afin d’insister sur plusieurs points. D’abord, il existe une longue tradition des histoires universelles qui empêche de ramener ce vaste dessein à la seule figure de Hegel (ou à Janus bifrons Hegel-Marx). Ensuite, la volonté de passage « au-delà », si elle est réalisée par une histoire universelle, n’est pas donnée d’avance comme un progrès d’émancipation, même si c’est souvent le cas. Enfin, la signification de l’histoire universelle est toujours à construire. Ce qui est répertoriable est minimal. Parler de l’histoire universelle sans construire une signification, prendre l’expression comme une donnée ne peut être légitime que dans le domaine de la citation (et encore). L’histoire universelle n’a pas d’autre contenu que celui qu’on lui invente ad hoc.

  • 41 G. W. F. Hegel, op. cit., p. 557. Je traduis.
  • 42 ID., ibid. Je traduis.

25Du coup, prétendre « ce qu’est l’histoire, l’histoire universelle, je n’ai rien besoin d’en dire, la représentation qu’on en a en général est suffisante, nous avons pour ainsi dire la même opinion là-dessus » pourrait bien être la formule d’une naïveté commode. Mais en l’occurrence, la phrase est tout sauf ingénue. Elle ouvrait les leçons sur l’histoire que donna Hegel en 183041. Elle signe l’étonnant coup de force de la philosophie hégélienne, qui se livre à une captation. L’histoire universelle, tout le monde sait ce que c’est (bien sûr que non) ; la difficulté tient dans la « philosophie de l’histoire universelle »42. Moyennant quoi, en dépit des distinctions conceptuelles entre les « histoires », le texte pose le premier jalon d’une large opération d’identification. A cause d’elle, l’expression d’histoire universelle risque toujours de passer pour un hégélianisme plus ou moins larvé. L’évidence du sens commun vide la signification de l’histoire universelle pour la remplir par la philosophie de l’Esprit. La grande manipulation technique de Hegel nous incite donc à nous méfier de tous ceux qui savent ce qu’est l’histoire universelle.

  • 43 Les derniers termes sont par exemple largement utilisés par Theodor W. Adorno ; Cf. T. Adorno, Zur (...)

26Une autre remarque de méthode s’impose. Le fait qu’il y ait construction de la signification, que les mots mêmes ne soient que des symptômes, justifie les traductions courantes entre l’allemand et le français qui posent une équivalence entre « histoire universelle » et l’allgemeine Geschichte (histoire générale), la Weltgeschichte (histoire mondiale), l’Universalgeschichte ; sans oublier universalhistorisch, universell, et ainsi de suite43. Nous sommes toujours renvoyés à la production de signification, que Bataille, justement, mettait au cœur du projet d’histoire universelle.

27Alors, la tentation de Bataille est-elle datée ? Assurément, elle s’inscrit dans une histoire dont nous avons déduit quelques grands moments et des tendances fortes. Encore nous sommes-nous limités au sort d’une expression, sans chercher plus avant des « préfigurations » chez Augustin, voire Hérodote — ce qui, avec une perspective différente, se justifierait.

28La critique de Bataille date aussi : elle forme un repère dans une séquence histori(ographi)que. Elle redéfinit la possibilité d’une histoire universelle après les entreprises historiennes (de Charron à l’Encyclopédie de la Pléiade), après la théodicée catholique, après l’histoire philosophique (des Lumières à Marx), après les critiques de cette dernière (par Spengler et d’autres), après les réinventions successives des sciences humaines — et avec tous ces discours. La quête d’un sens de l’histoire doit déboucher sur le processus renouvelé de sa signification. Mais le projet reste ouvert, on l’a dit. Et, pour les historiens d’aujourd’hui, qui avouerait le reprendre ?

29Pourtant, se débarrasse-t-on aussi facilement de l’histoire universelle ? Évidemment, peu d’historiens donneraient encore du crédit au passage au-delà. Du moins, ils l’affirment. Je voudrais évoquer ici deux directions de l’historiographie des vingt-cinq dernières années, qui livrent combat avec l’histoire universelle, de manière centrale ou plus connexe. Et puisque nous comparons les époques, lisons avec anachronie. Voyons si Bataille, les espoirs, les réussites, les échecs dont il hérite, peut nous aider à comprendre une situation d’écriture historique aujourd’hui.

  • 44 Hans Peter Duerr, Nudité et pudeur. Le mythe du processus de civilisation, traduction française Vé (...)
  • 45 Norbert Elias, Uber den Prozeβ der Zivilisation. Soziogenetische und psychogenetische Untersuchung (...)
  • 46 Id., ibid., vol. II, p. 451 et passim.

30Notre premier texte sera celui de Hans-Peter Duerr. Avec Le Mythe du processus de civilisation44, Duerr s’attaque frontalement à Norbert Elias. Mais avec lui, il vise toute donation d’un sens à l’histoire considérée comme un tout, valable pour l’ensemble de l’humanité. C’est donc l’image de l’histoire universelle progressiste qui est invoquée et menacée. Si Duerr a raison, la plupart des histoires universelles que nous avons citées deviennent caduques, mais pas toutes. Si, comme le soutient l’auteur, la pudeur due à la nudité se trouve en tout temps et dans toutes les ethnies, elle ne peut être un acquis de la civilisation (occidentale) postérieur au Moyen Age. Le devenir humain comme processus (inachevé) de réalisation, la rationalisation progressive des comportements dans une direction, ces motifs qui structurent la pensée d’Elias45 s’avèreraient des constructions métaphysiques faussement unificatrices, que l’emploi régulier de substantifs comme Aufhebung trahirait comme post-hégéliennes46. L’histoire universelle comme avancée est aussitôt répudiée. Mais puisque nous avons vu que le sens a minima de l’expression ne se réduit pas même à toute hypostase d’un progrès général, nous pouvons douter de la portée de la démonstration de Duerr dès qu’on l’extrait du contexte forcé du « processus de civilisation ».

  • 47 H. P. Duerr, Der Mythos von Zivilisationsprozess, vol. II, Intimität, Francfort, Suhrkamp, 1990, p (...)
  • 48 Id., ibid., fin de l’introduction et avant-dernier paragraphe du vol. I (cf. Nudité et pudeur).
  • 49 Id., ibid.

31Établissant une sorte de permanence ou d’universel des attitudes, Duerr croit prouver qu’il n’existe donc pas en histoire une « courbe de l’Évolution »47 comme il en existe dans la biologie darwinienne. L’histoire concernerait des changements ayant pour base « la nature humaine » ou « l’essence de l’homme »48. Seulement, demandera-t-on, cette nature, cette essence sont-elles hors de l’histoire universelle ? Ont-elles un début ? Duerr, en énonçant la « vérité » du mythe de la Genèse49 semble bien indiquer un point de départ. Celui justement où l’homme serait fait homme. Duerr est donc exactement dans une visée d’histoire universelle. En ce qu’il suppose, volens nolens, une création de « l’être humain mondial essentiel », c’est-à-dire un progrès général et valable pour toute l’histoire de l’homme. Le phénomène n’est plus graduel ni daté comme chez Elias, mais il existe cependant, coïncidant avec une « origine » « essentielle ». Plus, Hans-Peter Duerr rejoint l’obsession de Bataille, pour qui la question de l’histoire universelle « sous sa forme initiale » est « comment, de l’existence animale, le passage à l’homme eut lieu » (XII, 417). En déduisant une nature, une essence humaines liées à la nudité et à la sexualité, Duerr admet, avec toute une tradition humaniste, que les animaux ne connaissent pas une telle situation. Il répète avec Bataille, et quelques autres, « les animaux ne connaissent pas d’interdits » (XII, 423). Or, martèle Bataille,

Il est hors de question d’avoir une vue d’ensemble de l’histoire et d’aboutir à une histoire universelle, si nous ne tenons pas compte de l’action du travail, et réciproquement, si nous ne tenons pas compte de celle des interdits (XII, 425).

  • 50 A moins, bien sûr, que Duerr ne croie à la vérité littérale du mythe biblique. En ce cas même, fau (...)

32Une histoire de tous les peuples dans leurs rapports aux interdits corporels et sexuels, une histoire qui assigne ses résultats au propre de l’homme s’inscrit dans le projet d’une histoire universelle telle que la conçoit Bataille. Faisons parler les morts. Bataille aurait sans doute été très intéressé par l’immense matériau anthropologique amassé par Hans-Peter Duerr dans les quatre forts volumes qu’il a fait paraître. Il n’aurait sans doute pas manqué de noter non plus que Duerr ne fait que rester dans le projet d’histoire universelle, sans se l’avouer ; et qu’il refuse de pousser ses investigations vers le processus hypothétique permettant que s’établisse une nature pérenne50.

33Notre second cas de persistance involontaire du projet universel, je le prendrai dans une déclaration fondatrice de la micro-histoire. Un tel nom de ralliement paraît congédier sans appel les tentatives de « giga-histoire » totalisantes. Dans un article de positionnement spéculatif, deux des fondateurs du courant de recherches, Carlo Ginzburg et Carlo Poni sont d’ailleurs explicites :

  • 51 Carlo Ginzburg, Carlo PONI, « La micro-histoire », Le Débat, 1981, no 17, p. 133-136 (citation p.  (...)

La fin de l’illusion ethnocentrique (qui coïncide paradoxalement avec l’unification du marché mondial) a rendu inconcevable l’idée d’une histoire universelle51.

34J’imagine qu’est désignée ici, comme chez Duerr, toute histoire une du genre humain marchant dans une seule direction. La diversité ethnologique pourrait rendre celle-ci « inconcevable » et rappeler quelques vérités (sur l’Afrique par exemple) aux éventuels hégéliens attardés. Mais quelle curieuse parenthèse : « qui coïncide paradoxalement avec l’unification du marché mondial ». Le marché serait donc unifié au niveau du monde ? En ce cas, nous serions depuis quelques décennies au moins dans un moment universel de l’histoire, où l’économie serait à considérer en bloc pour tout le monde. Se pourrait-il que « l’illusion ethnocentrique » disparaisse pour le passé mais vaille pour le présent ? Car après tout, dans les discours de la globalisation, de la mondialisation — et dont l’article de Ginzburg et Poni, paru il y a vingt ans, modère d’ailleurs la nouveauté —, on suppose qu’il existe au moins une légitime histoire universelle d’aujourd’hui ; et que, chaque peuple désormais est, ou sera forcément, partie prenante d’une seule économie, voire d’une seule civilisation.

35De surcroît, en quoi la connaissance de l’ethnologie rendrait-elle impossible non pas l’histoire universelle comme référence bien connue (encore le coup de la représentation générale !), mais tel ou tel projet singulier, comme celui de Bataille ? A cet égard, la suite immédiate du propos de Ginzburg et Poni est éloquente :

  • 52 Id., ibid., p. 134.

Seule une anthropologie imprégnée d’histoire, ou, ce qui revient au même, une histoire imprégnée d’anthropologie, pourra repenser l’aventure multi-millénaire de l’espèce homo sapiens52.

  • 53 Id., ibid. Le refus est relatif, car la « spécialité » visée n’est plus tel ou tel champ disciplina (...)
  • 54 Id., ibid., p. 136.

36Le dialogue entre l’histoire et l’anthropologie va avec un refus relatif de « la spécialisation du chercheur »53, avec un statut reconnu à « l’importance décisive de la comparaison »54 ; cela ne nous éloigne pas tellement de Bataille. J’ai de plus en plus de mal à voir à quoi tient la révocation de l’histoire universelle. La grandiose exclamation sur « l’aventure multimillénaire de l’espèce homo sapiens » me trouble encore davantage. Donc : une histoire de l’Homme. Mieux encore, de toute l’humanité. Toujours mieux : de « l’Homo sapiens, doué d’intelligence » (XII, 422, n. *), pour reprendre le langage des préhistoriens. « La préhistoire [...] ne serait-elle pas finalement la clé de l’histoire ? » (XII, 417), et la référence à une « espèce » un moyen de situer les millénaires historiques ?

  • 55 Id., « Il nome e il corne », art. cit., p. 188 du texte italien, que je traduis ici ; la version fr (...)
  • 56 Id., « La micro-histoire », art. cit., p. 134.
  • 57 Id., ibid., p. 136.
  • 58 Id., ibid.

37La micro-histoire se méfie du giga et du macro, fort bien, mais nous avons déjà lu certains de ses postulats ailleurs. Elle construit un modèle miniature avec des règles universalistes. Elle agit « sur une échelle réduite »55. Très exactement, elle modifie l’échelle, mais pas le principe. Dans son projet inavouable tel quel, elle est une micro-histoire universelle, qui prend tout un individu, elle met au jour « les relations complexes » qu’il entretient « avec une société donnée »56, elle repère même des « structures invisibles »57. Elle approche ses « micro-sujets » comme des univers monadiques, ou des monades universelles. Il n’est pas étonnant que Poni et Ginzburg évoquent l’intérêt pratique de l’Italie qui a « une histoire polycentrique »58. Il s’agit bien de cela : multiplier les centres et les microcosmes.

  • 59 Id., ibid., p. 134.

38Pas plus que la tentative de Duerr, la micro-histoire ne répond aux critères de l’histoire universelle qu’exigeait Bataille. Mais comme chez Duerr, le « cadre de référence conceptuel »59 ne s’est en aucun cas détaché d’une ambition totalisante. Il s’applique cette fois, sans se le dire vraiment, à un modèle réduit à la taille humaine. Les micro-historiens sont nos indiens Jivaros. Leur collection de têtes regroupe toutes les lettres capitales de la Grande Histoire, sous l’hypostase des individus.

  • 60 T. Adorno, Zur Lehre... op. cit., p. 118 et sqq. et 128 par exemple.

39Cette mise en garde ne prouve pas qu’on ait établi des faillites de personnes ou de groupes. Peut-on aujourd’hui simplement biffer le projet d’une histoire universelle, quel que soit le but escompté en histoire ? Dans des cours que Theodor Adorno professa en 1964-1965, et qui viennent d’être récemment édités, le philosophe s’en prend aux schématismes hégéliens de l’histoire60. Il ajoute néanmoins :

  • 61 Id., ibid., p. 119.

Ce concept d’histoire universelle est aujourd’hui extraordinairement contesté et problématique. Mais d’un autre côté, [...] beaucoup d’arguments parlent bel et bien en sa faveur ; et je pense ainsi que lorsqu’on veut dire quelque chose sur les leçons de l’histoire, on est contraint d’en passer bel et bien par la construction de l’histoire universelle.61

  • 62 Id., Dialectique négative, Paris, Payot, traduction française collective, 1978, coll. Critique de l (...)

40Adorno parle plutôt des philosophes que des historiens. Il suit un peu trop vite la tradition inaugurée par les Leçons sur la philosophie de l’histoire et identifie l’histoire universelle au nom de Hegel. Mais il nous aide à reformuler ce que nous avons constaté. Il se peut qu’en dépit de ses défauts et de ses impossibilités, l’histoire universelle demeure le projet de toute histoire. Elle est inévitablement prise dans la signification historique. En même temps, elle est évitée comme pure fin. Repoussée tant bien que mal par les savants, elle reste une présence qui attire. Surtout, comme le remarque Adorno, « dans la totalité de l’universel s’exprime le propre échec de l’universel »62. Dans son concept, l’histoire universelle est vouée à sa défaillance, mais elle continue d’orienter les recherches.

41Comprenons donc que la critique de toute histoire universelle par des historiens est légitime et terriblement périlleuse. Au nom de quoi l’histoire refuse-t-elle le propos universel ? Au nom d’une unification indue ? d’une généralisation abusive ? de la vocation à trouver un (ou des) sens ? Sommes-nous sûrs que les historiens évitent absolument ce genre de procédures, même quand ils prétendent ne pas faire du « grand spectacle » ?

42La plupart des protagonistes de l’histoire universelle ont souligné à quel point leur dessein différait de celui de l’histoire « locale » ou « classique ». Cette différence reste à saisir, et je gage qu’elle ne tient pas à deux conceptions du modus operandi qui seraient absolument étrangères l’une à l’autre. Georges Bataille nous propose l’écart entre le moyen et la fin (XII, 414-416), ce qui nous ramène au savoir, entre philosophie, histoire et littérature. Tel est son projet, que nous allons revisiter, en nous appuyant sur des notes manuscrites pour un ouvrage interminé.

43 Projet est le mot sur lequel je veux insister d’abord. L’histoire universelle pourrait donc demeurer la visée de l’histoire. Même quand on l’oublie. Cette omission est scandaleuse pour Bataille, car elle appartient à la « confusion générale » (XII, 415) qui menace le « savoir général ». Inversé, le point de vue de la totalité schématise au lieu de produire la signification la plus large. Mais le dessein d’histoire universelle persiste, et je gage que nous le retrouverions partout, comme chez Duerr et les micro-historiens, souvent nié, bafoué, et là, quand même. Qu’il manque la réalisation du projet n’est pas pour autant si étonnant ni honteux. L’histoire universelle sans doute ne peut qu’être un projet, sans trajet terminal d’aucune sorte, fût-ce dans un grand œuvre volumineux. Bataille n’a pas dépassé le stade des plans et des notes. Des fragments sont parus, l’ensemble fait défaut. Il n’y a pas d’histoire absolument totale et globale. Nous devons donc prendre au sérieux l’inachèvement factuel de la grande Histoire-Bataille et ne pas le tenir comme fortuit. Il nous faut aussi examiner à quelles conditions, d’après les textes, cette chose impossible aurait été possible.

44Même à l’état d’esquisses, l’histoire universelle de Bataille observe un schéma d’ensemble, qui varie suivant les moments. En lisant les manuscrits, nous repérons une sorte de trame générale, déjà visible dans l’article de Critique. L’histoire qui se soucie de l’Homme a tendance à privilégier le début et la fin, qui unifieraient l’espèce. D’où les nombreux travaux sur la préhistoire. D’où également une croyance dans une résolution politique de la guerre froide, qui entraînerait le monde entier. Comme toujours, les notes transcrivent une pensée qui se cherche, et Bataille lance surtout des pistes. Peut-être que les deux blocs vont se renforcer, se pérenniser ; peut-être qu’ils se mélangeront étrangement :

  • 63 BnF-Mss, Fonds Georges Bataille, boîte X, dossier L, f° 9.

2 possibilités : ou la voie du capitalisme dans un monde bipartite et sans guerre possible mène à la dichotomie
ou il y a synthèse63

45Cette réunion envisagée du capitalisme et du socialisme pourrait constituer une mort du processus de différenciation, c’est-à-dire « la fin de l’histoire » (VII, 341) :

  • 64 Ibid., mss, X, H, 15.

Le dépassement de l’histoire identique à la suppression des différences entre les hommes
la volonté de non-différence, l’action se poursuivant comme une résolution vers la non différence64

46La fin du processus historique serait la fin d’un développement, menant de l’émergence de l’homme un à un homme indifférencié, en l’occurrence « polytechnique » (VII, 342). L’histoire est une involution qui retourne à son niveau de départ, mais pas au même point, et en fait « sur un autre versant » (mss, X, L, 12). « La perspective de l’équilibre » est « la fin de l’histoire » (mss, X, L, 6 v°). Les hommes sont tous identiques, revenus par un long chemin au même qui relèverait de l’animalité.

47Une autre résolution est possible encore que la synthèse. Elle tient dans le « DÉSASTRE ÉVENTUEL » (mss, X, H, 2) qui risque de détruire la planète. La destruction nucléaire est considérée avec inquiétude, elle irait dans le sens de l’histoire qui « doit inévitable finir mal. Inévitablement... » (mss, XX, Ag, f. 187).

48Entre les pôles comparables du début et de la fin, que s’est-il passé qui touche à la totalité ? Dans la plupart des textes qu’il a publiés de son vivant, Bataille a un peu de mal à citer des événements qui ne soient pas très anciens. Dans la vaste période où les hommes ne cessent de se différencier et de se constituer en une multitude de communautés, on risque de verser toujours dans l’étude particulière. Le travail des réflexions manuscrites est de trouver ce qui se passe après la liste rebattue des moments marquants que sont l’invention du travail, de l’art, des interdits, des rois, etc. Une nouvelle périodisation va de pair, donnée en plusieurs tentatives.

49Parfois, un schéma tripartite semble suffire : « de l’origine à l’esclavage », puis de l’Égypte à 1789 où se joue la lutte entre « le plan religieux » et « le plan rationnel », enfin « le triomphe de la raison et l’effondrement de la raison » de la révolution aux guerres mondiales (mss, X, L, 8-9). Cela ne suffit pas. Dans trois plans qui semblent postérieurs à celui que je viens de citer, Bataille pense à quatre et même six grandes phases (mss, X, G, f. I et X, H, 2-6 ainsi que X, L, 6). Les éléments moteurs de l’histoire sont alors les interdits, la religion, la souveraineté, le jeu et la guerre, le travail, la raison, la démesure, la négation. Les places respectives de ces concepts déterminent le parcours global. Dans une perspective unifiée au moins par le début et l’issue, Bataille se résout à « parler successivement d’aspects locaux significatifs de l’hist. univ[erselle] » (mss, X, G, I). Dans un fonctionnement d’ensemble, l’auteur se focalise donc sur tel ou tel point — de la même façon que, dans des notes antérieures, on voyait l’histoire passer certains pays dans « les périphéries » et fabriquer des « complexes secondaires » en marge du « complexe central » (mss, X, L, 11). Nous avons donc plusieurs voies possibles, et proches, de la disposition des événements historiques. Les points saillants et qui seraient en commun à l’humanité, Bataille les nomme des faits. Et sa tentative est « la première/ Histoire universelle/ fondée sur l’ensemble des faits » (mss, X, H, 2), comme l’annonce un titre.

50Ajoutons immédiatement ce qui suit deux lignes plus loin. Les faits ne sont pas que du contenu, pas que des complexes émergeant dans une chronologie. En cela, l’histoire universelle de Bataille ne se contente pas de collationner, de réunir, ni même de ré-agencer dans une perspective. Dans les faits de l’histoire figure le fait de la littérature. On compose un livre d’histoire comme un roman.

Présenter un petit nombre de faits précis
le fait que l’on ne peut
écrire un roman sans supplicier
le lecteur sensible, ne pas
réussir à la supplicier c’est échouer
Ceci <Le> fait <n’est pas> indéniable <mais je m’éloigne> il est vrai peut sembler bien loin de semble-t-il des
questions <résoudre> que pose à l’être hu avide de
la question fondamentale (mss, X, H, 2)

51L’étrangeté du raisonnement est redoutée par Bataille : il donne l’impression de s’éloigner, il est au cœur de la question. L’histoire est l’histoire. La distinction, très hégélienne mais pas seulement, entre Historie et Geschichte ne tient pas un instant au regard de l’universel. Bataille confère à son projet une signification qui dépasse la scansion factuelle comme les « déterminations majeures ». Nous touchons à la plus grande force de l’entreprise. Concevoir une histoire universelle ne s’arrête nullement à la réflexion de la recherche, pas plus qu’à sa restitution dans un code « scientifique ». L’Histoire-Bataille est traversée par le fait de la littérature.

52Bataille élabore une véritable poétique de la lecture. S’il « révolutionne l’histoire », ce n’est pas en se posant la question « Comment on écrit l’histoire », mais en se demandant comment on la lit. L’écriture doit être déterminée par la recherche d’un sentiment de lecture. C’est une œuvre littéraire qui ne croit pas que l’essentiel tient dans l’écriture, qui serait immédiatement saisie par une communauté de savants à l’esprit transparent. L’histoire est une double construction toujours prolongée. Sous cet angle est sauvée l’Histoire universelle de la Pléiade. Les historiens spécialistes provoquent le malaise et le dégoût vis-à-vis d’un amas de connaissances.

C’est en somme dans la succession sèche des faits que les arbres dissimulent le mieux la forêt. Et si même de cette succession l’horreur naît, elle tient au sentiment d’excès qu’elle nous donne : les auteurs, semble-t-il, n’ont pas voulu nous la donner. Je dirais volontiers d’elle que nous étions tenus d’en retrouver le jeu vertigineux, disons la frénésie (XII, 435).
Le lecteur est parfois un homme qui succombe, débordé par la somme de connaissances qu’il voudrait acquérir, qu’il s’efforce d’acquérir dans l’angoisse que lui donne cette immensité qui se dérobe sans cesse (XII, 434).

53La lecture guide la main de l’écrivain. Pour l’angoisse, l’horreur, les tremblements.

54Un des noms de l’entreprise générale est « La Torture », qui remplace « Le Supplice universel » et que glose la mention « ou la première/ Histoire universelle » (mss, X, H, 2). Supplice universel : le déroulement de l’histoire n’est qu’une torture, ceux qui s’en approchent sont uniment mis à la question. Il n’y a pas de confusion pré-conceptuelle entre objet et sujet, tout se dépasse dans la totalité d’une souffrance vive.

  • 65 Michel de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, coll. « Bibliothèque des hist (...)
  • 66 Id., ibid., p. 72.
  • 67 Id., ibid., p. 73.
  • 68 Id., ibid.

55Le souci extrême de la lecture, l’exigence de la douleur ressentie par chacun (acteur, auteur, lecteur de l’histoire) font donc apparaître la portée du mot de « roman ». Il arrive à Bataille de suivre la comparaison majoritaire et de désigner l’histoire comme un « drame » (mss, XX, Ag, 187). Mais il s’attarde aussi sur la catégorie du roman, à l’instar de l’historiographie des dernières décennies. Là, mesurons l’écart entre l’écrivain et quelques penseurs. Michel de Certeau a abondamment développé la relation entre l’histoire et le mythe, le récit, la fiction. Mais confondre ces dernières catégories avec le roman ou la littérature ne me paraît pas acceptable. La narration ne suffit pas à faire de la littérature. Quoique Certeau plaide pour « la construction d’une écriture (au sens large d’une organisation de signifiants) », il explique aussitôt cet impératif par la narrativisation et la contrainte chronologique, étant en retard sur sa propre pratique65. On dérive du roman à la diégèse, cette chimérique entité qu’auscultent les narratologues. Si l’on tient, par sentiment de noblesse, à apparier l’histoire et la littérature, mieux vaut se rappeler que celle-ci ne se limite pas à l’écriture. Or, comme le titre L’Écriture de l’histoire le dit assez, Michel de Certeau ne veut ou ne peut guère entendre parler de lecture. Pour lui, les « vrais lecteurs » de l’historien sont ses « pairs », c’est-à-dire des représentants symptomatiques et objectifs d’un « groupe », les vérificateurs d’une institution qui évaluent « comme [dans] un laboratoire »66. Donc des décodeurs de message, des juges, bref des non-lecteurs. Quant au « public », « il n’est pas le véritable destinataire du livre d’histoire, même s’il en est le support financier et moral »67. En évitant la lecture, comme le structuralisme critique des années 1960 dont il est théoriquement tributaire, Certeau ne peut que postuler une écriture diaphane, délivrant un « résultat »68. Il en vient donc à nier son postulat sur l’écriture de l’histoire parente de la littérature.

  • 69 Par exemple : « Pour une histoire expérimentale, ou le gai savoir », dans Alter histoire. Essais d (...)

56Ici, comme ailleurs, chez Ricœur par exemple, le motif de la littérature est utile, mais la confrontation est évitée. Oubli de la lecture, oubli du texte. Et, dans les références épisodiques, l’historiographe préfère une narrativité assez traditionnelle. Daniel Milo va plus loin que Flaubert et cite volontiers Perec69. Mais y a-t-il place pour autre chose ? En tout cas, n’en doutons pas, pour Bataille, l’histoire universelle devra se lire comme un roman de Bataille. L’intrigue sera violemment altérée, dans, par la souffrance conjointe de l’écriture et de la lecture.

57L’histoire universelle si elle pouvait être rédigée, subirait un constant déport vers la littérature. Les inventions relèveraient d’une aventure du texte, qui s’est interrompue. Je ne garde que deux exemples. Cette plainte, ce chagrin confié à une page vide, et qui ressaisit tant d’études sur le sacrifice :

Ramener à la vie de chaque jour
ils tuaient les animaux
mais ils les aimaient s’excusant auprès d’eux de les tuer
l’interdit mais l’au-delà (mss, X, L, 40).

58L’exposé spéculatif n’est pas effacé par ces cinq lignes. Il surcharge l’œuvre de pathétique. La vibration de la douleur emmène l’écriture, dans un transport global. Comme dans la fin de « Qu’est-ce que l’histoire universelle », ces derniers mots si peu intelligibles qui définissent le projet :

En ce sens que le savoir lui-même, au moins dans son essence, se trouverait de lui-même au centre, le savoir étant finalement, avec l’équipement technique, la grande œuvre de l’histoire (XII, 436).

59Le savoir étant création de l’histoire, l’histoire doit revenir à lui, qui l’autorise ; c’est entendu. Le savoir lui-même, et de lui-même ; admettons. Mais ce qu’est pareil savoir, nous l’ignorons encore. Il se dit avec le sens en tout cas. Sens, essence, centre. Et j’ajoute, dans le début de cette ample phrase dont je ne citais que le bout : encyclopédie, ensemble, connaissances, me semble-t-il, connaissance (encore deux fois avec ou sans s), sens, encyclopédique. L’écriture de Bataille signifie la lecture et son sens, elle signifie la littérature, avec une « organisation des signifiants » et beaucoup plus. Et au centre du sens, dépassant l’encyclopédie dans la vue d’ensemble des connaissances, se tient le savoir.

60Mais ce savoir, quel est-il donc ? et arrive-t-il par hasard avec la littérature ?

61Sans doute la tentation philosophique et théologique d’un Savoir capital, absolu et un, existe-t-elle chez Bataille, en ce point sous le coup hégélien. Le désir d’unification, la majuscule de l’Homme font retour vers le Savoir. La généralité, sous cet angle, est la condition d’une science, reprenant la tradition aristotélicienne. Dans ce savoir, le souci de l’histoire est fondamental, il permet une unité d’exercice. Dans cette hypostase totalisatrice, Bataille paraît sur les traces d’Henri Berr, qui prônait « la Synthèse » comme une réunion des activités humaines :

  • 70 Henri Berr, L’Avenir de la philosophie. Esquisse d’une synthèse des connaissances fondées sur l’hi (...)

Désormais, le vrai philosophe, c’est le savant qui comprend l’histoire ; c’est l’historien qui rattache l’histoire à la science ; c’est celui qui par la synthèse des connaissances règle la vie. Le vrai philosophe est maître de l’action [...]
La Synthèse doit absorber toutes les énergies, dériver et raviver l’ancien esprit d’aventure. Se lancer à la conquête de tout l’inconnu ; contrôler l’hypothèse de l’Unité ; réaliser les fins unifiantes de l’Être : n’est-ce pas une aventure assez passionnante ?70.

62L’histoire universelle qui retournerait inévitablement à l’émergence du savoir permettrait l’unification des sciences dans la quête de l’homme. Seulement, cette conciliation synthétique est aussitôt menacée par son essence totalisatrice. Il lui arriverait la même chose qu’à l’homme « poly technique » : elle sortirait de l’histoire. Et en fait, l’histoire universelle rend caduque l’histoire comme discipline. La quête du Savoir fait apparaître la nécessité d’un attribut historique pour la connaissance. Mais l’attribut n’est pas l’essence, et « l’histoire classique » doit être intégralement subsumée dans le Savoir.

  • 71 T. Adorno, Dialectique négative, op. cit., « Critique de la politique », p. 250.

63Ainsi, l’unification passe par la négation, autre reliquat hégélien. On ne s’arrête pourtant pas là. Car à son tour, irrémédiablement, le Savoir un va tomber en tant que tel. Chez Bataille, l’aspiration à une totalité positive est aussitôt battue en brèche par la tentation d’un non-savoir. L’extrême insistance sur le mot de fin dans l’article dédié au volume de la Pléiade nous en dit long. Bataille reconnaît que la fin est la fin. La fin de l’histoire humaine est aussi la disparition de l’homme ; et le savoir qui se trouve comme fin est la mort du savoir. C’est la conversion dans un savoir dénudé du savoir, qui pose et dépose, fait et défait. Le parcours de la positivité de la connaissance mène à l’évidence du vide. Ce pour quoi Bataille note sur une page « Ne pas prétendre aboutir à quelque chose de ferme et de définitif » (mss, XX, Ag, 207). Il faut au contraire ouvrir une béance dans le corps de l’affirmation. Dans cette réflexion sur et par l’histoire, Bataille est à mon sens très proche de ce qu’élabore Adorno à peu près au même moment. Malgré l’écart entre les deux penseurs, tous deux se côtoient ici dans une descendance hégélienne, l’invocation et la révocation d’une histoire universelle, l’intuition d’une fin de l’histoire dans « la menace totale » de « la bombe atomique »71,, et la projection vers un « savoir négatif ». Avec la discontinuité d’Adorno résonne chez Bataille la mention de « l’ouverture à l’excès » (mss, X, L, f. 46, p. I), ouverture excessive de toute totalité à l’excès même. « La totalité se divise, ses parties s’en / se retirent d’elle, <elles> refusant la totalité » (ibid.) : il ne peut y avoir d’unité achevée. Au plus près de lui, Bataille se sépare alors d’Adorno. Ne voulant pas mettre en place le système performant d’une dialectique négative, Bataille reste face à la négation et à la position. Il n’y a pas de réassurance dans un mouvement philosophique liant les contraires. Du coup, Bataille est plus dubitatif qu’Adorno. Il espère à l’occasion dans une « résolution, dans un tremblement, / comparable à celui de la jouissance... » (ibid.). Il doit malgré tout se colleter avec l’effroi et la joie et l’angoisse ensemble — la réflexion sur la totalité que je viens de citer est naturellement vouée à un « Peutêtre ?... » (ibid.). L’interrogation se maintient par delà l’affirmation et son contraire. Bataille échappe davantage qu’Adorno au danger d’une tentation positive retournée en négativité. « Mener / la négation jusqu’au bout » (mss, X, H, 6) fait émerger un savoir négatif (et positif) et interrogatif, qui a pu justifier l’intérêt de la philosophie de la déconstruction pour Bataille (chez Derrida, chez Jean-Luc Nancy de façon plus notable). « Peut-être » « non-savoir », le savoir que recèle l’histoire universelle et qui la porte est finalement déterminé par la totalité en même temps qu’il l’empêche. La dimension projective en sort renforcée. On ne peut qu’être poussé vers l’histoire universelle, on ne peut que buter contre elle.

64Tel est le savoir que Bataille se promet — tout en ménageant une place pour autre chose. Littéralement les mots du manuscrit, « il y a autre chose » (mss, X, L, 67). Même si l’hypothèse n’est qu’à peine entrevue par le texte, je veux la formuler, pour nous-mêmes. Il reste, en proie aux doutes et aux destructions, la persistance d’une croyance effective. Le fait de la littérature, indispensable pour faire l’histoire, indique un autre mode de la connaissance. Niée et affirmée, la littérature est à même d’être le savoir recherché. La lutte que mènent entre elles les disciplines, les sciences, les domaines de la connaissance, la littérature ne peut y entrer. Elle ne supporte pas la comparaison, elle est trop faible, trop loin des démonstrations logiques ou du surplomb philosophique. Elle ne peut perdre cependant, car sa vie est proprement la mise en œuvre des savoirs, parcellaires et unifiants, positifs et négatifs. L’article « Qu’est-ce que l’histoire universelle ? » se termine par l’émergence littéraire du sens qu’exhibe à cette occasion un fonctionnement de l’écriture. Nous pouvons préciser. Par sa dernière phrase, le texte trouve dans le centre du savoir essentiel non pas l’encyclopédisme mais la « valeur encyclopédique » de toutes les connaissances ensemble qui traversent la littérature. L’hésitation entre « connaissance » et « connaissances » transcrit la singularité de la littérature. Le savoir général n’est pas un savoir un mais le savoir que sont les savoirs. La littérature est toujours plus qu’elle-même. Dans la décomposition, la dispersion inéluctable des discours, des actes, des gestes qui la traversent, il reste néanmoins qu’elle existe, intensément, précairement. Cette persistance donne l’ambition d’un savoir en ruines mais singulier, sans généralité autre que l’œuvre. La littérature dépasse la littérature, et l’œuvre de Bataille, poétique, historienne, critique, romanesque, anthropologique, etc., indique le fond du seul savoir accessible à la négation et l’affirmation de la science. A condition d’y croire.

65La réflexion de Bataille sur l’histoire universelle est sans pitié. Elle condamne la spécialité, avec pour conséquence d’atteindre l’autonomie de la discipline de l’histoire. Elle revendique la novation des Annales et réclame l’effroi du factualisme. Elle met au jour le projet totalisant de toute histoire, et somme de participer à l’entreprise d’ensemble — sans promettre une seconde la réussite. Elle exige la philosophie, elle recommande la lecture et l’écriture. L’Histoire-Bataille est entièrement tournée vers la démesure du maximum, forcément impossible. Elle rêve d’un savoir où communiquent chaque chose et chacun. Plutôt que le savoir général, même négatif, je vois des savoirs à l’œuvre, comme dans la littérature.

Seule la littérature peut maintenir le droit à l’absurde
la philosophie n’a pas de donné absurde, elle le supprime
seule la littérature mais la philosophie supprime la littérature ou tend à la supprimer (mss, X, L, 63)

66Un peu plus loin : seule l’histoire universelle pourrait viser le savoir, seule la philosophie donnerait de quoi le comprendre, seule la littérature pourrait s’y tenir et vivre. Les savoirs de la littérature, irrémédiablement distincts, constituent néanmoins son savoir. Peut-où nous commencions. Un grand détour ne veut pas interdire les disciplines, mais interroger leurs valeurs. Il y a des savoirs, et nous nous devons un savoir vivant et vibrant. Que dire ? cela ne se peut pas, essayons quand même. Voyons comment l’histoire passe par la littérature. En d’autres termes, l’ambition est trop grande, il nous faut faire œuvre, ce que nous confie malgré tout Bataille. Il nous faut faire œuvre, commençons.

Notes

1 Cf. Jacques-Bénigne Bossuet, Discours sur l’histoire universelle à Monseigneur le Dauphin, Paris, Mabre-Cramoisy, 1681, p. 4, 7.

2 Dans le corps du texte, les renvois à l’oeuvre imprimée de Bataille mentionnent en chiffres romains le volume des OEuvres complètes (Paris, Gallimard, 1970-1988, 12 vol. ) et en chiffres arabes la page citée.

3 Maurice Crouzet (dir.), Histoire générale des civilisations, Paris, Presses universitaires de France, vol. I, 1953, p. XII.

4 René Grousset, Émile G. Léonard (dir.), Histoire universelle, vol. I, Paris, Gallimard, 1956, coll. « Encyclopédie de la Pléiade » ; respectivement : dans l’introduction de Léonard, passim absolument, p. XXII et XXI, p. XXV.

5 Id., ibid., p. XXVI.

6 Id., ibid., p. XIX.

7 Id., ibid., p. XXVI.

8 Id., ibid., p. XXVII.

9 Id., ibid.

10 Repris dans Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Colin, 1953, p. 117.

11 Id., ibid., p. 116-117.

12 Id., ibid., p. 117.

13 Jacques Revel, « Histoire et science sociale : une confrontation instable », dans Passés recomposés. Champs et chantiers de l’Histoire, dir. Jean Boutier et Dominique Julia, Paris, Autrement, 1995, coll. « Mutations », p. 80.

14 L. Febvre, op. cit., p. 20.

15 J. Revel, op. cit., p. 80.

16 Cf. Marc Bloch, Histoire et historiens, Paris, Armand Colin, 1995, p. 94-123 et 124-129.

17 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, Seuil, 1971, coll. « Univers historique », p. 338.

18 Id., ibid., p. 339.

19 Marcel Detienne, Comparer l’incomparable, Paris, Seuil, 2000.

20 M. Bloch, op. cit., p. 67.

21 L. Febvre, op. cit., p. 105.

22 Id., ibid.

23 Id., ibid., p. 12.

24 Id., ibid., p. 103.

25 J. Revel, op. cit., p. 80.

26 Jacques Derrida, L'Écriture et la différence, Paris, Seuil [1967], réédition de 1979, coll. « Points Littérature », p. 369-407.

27 Id., ibid., p. 405.

28 L’Histoire universelle des poissons & autres monstres aquatiques, Lyon, d’Ogerolles, 1562.

29 Malingre, Histoire universelle de ce qui s’est passé ès années 619 et 620, savoir depuis le départ de la reine, mère du roi, du château de Blois jusques à présent, Paris, Vitray, 1621.

30 Agrippa D’aubigné, L’Histoire universelle, Maillé, Moussat, 1616-1620, 3 t. en 2 vol. 

31 Jacques de Charron, Histoire universelle de toutes les nations, et spécialement des Gaulois et François, Paris, Biaise, 1621.

32 François de Belleforest, L'Histoire universelle du monde, Paris, Mallot, 1570.

33 J. B. Bossuet, op. cit., p. 3-4.

34 Cf. Georg Weber, Allgemeine Weltgescbichte, Leipzig, Engelmann, 1857-1880, 15 vol. ; Leopold Von Ranke, Weltgescbichte, Leipzig, Dunder & Humblot, 1881-1887, 9 vol. (inachevée).

35 Cf. l’avant-propos sur l’histoire universelle signé de René MAHEU, dans l'Histoire du développement culturel et scientifique de l’humanité, préparée par la Commission internationale pour une histoire du développement scientifique et culturel de l’humanité, Paris, Laffont, 1967-1968, 6 vol. , vol. I, p. 9.

36 L. Von Ranke, op. cit., vol. I, p. VIL Je traduis.

37 Enciclopedia storica, ovvero Storia universale. Racconto, Turin, Pomba, 1839-1848, 18 vol. ; cf. la longue et brillante introduction en particulier.

38 Ibid., vol. XVIII, p. 1039. Je traduis.

39 Respectivement : Imanuel Kant, Idee zu einer allgemeinen Geschichte in weltbürgerlicher Absicht dans Gesammelte Schriften, Berlin, Keiner, 1912, vol. VIII, p. 96 ; Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Vorlesungen über die Philosophie der Geschichte, Werke, Francfort, Suhrkamp, 1970, p. 540. Je traduis.

40 Oswald Spengler, Der Untergang des Abendlandes. Umrisse einer Morphologie der Weltgeschichte, Munich, Beck, 2 vol. , 1920-1922, voir en particulier le premier chapitre.

41 G. W. F. Hegel, op. cit., p. 557. Je traduis.

42 ID., ibid. Je traduis.

43 Les derniers termes sont par exemple largement utilisés par Theodor W. Adorno ; Cf. T. Adorno, Zur Lehre von der Geschichte und von der Freiheit (1965/65), dans Nachgelassene Schriften, partie IV, vol. XIII, Francfort, Suhrkamp, 2001, neuvième et dixième leçons en particulier.

44 Hans Peter Duerr, Nudité et pudeur. Le mythe du processus de civilisation, traduction française Véronique Bodin, Jacqueline Pincemin, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1998.

45 Norbert Elias, Uber den Prozeβ der Zivilisation. Soziogenetische und psychogenetische Untersuchungen, Francfort, Suhrkamp, 1997, 2 vol. Pour une position limpide sur le devenir, cf. vol. II, 463-465 ; sur la direction (Richtung), même vol. , p. 451 et passim.

46 Id., ibid., vol. II, p. 451 et passim.

47 H. P. Duerr, Der Mythos von Zivilisationsprozess, vol. II, Intimität, Francfort, Suhrkamp, 1990, p. 20. Je traduis ici Evolutionskurve, qui fait une référence appuyée aux théories de Darwin (là où on pourrait attendre une plus neutre Entwicklungskurve).

48 Id., ibid., fin de l’introduction et avant-dernier paragraphe du vol. I (cf. Nudité et pudeur).

49 Id., ibid.

50 A moins, bien sûr, que Duerr ne croie à la vérité littérale du mythe biblique. En ce cas même, faudrait-il penser que la recherche historique n’a le droit de commencer qu’à partir de la Faute ?

51 Carlo Ginzburg, Carlo PONI, « La micro-histoire », Le Débat, 1981, no 17, p. 133-136 (citation p. 134). Cet article est la traduction et l’adaptation d’un original italien des mêmes auteurs, « Il nome e il corne : scambio ineguale e mercato storiografico », Quaderni storici, 1979, no 40, p. 181-190.

52 Id., ibid., p. 134.

53 Id., ibid. Le refus est relatif, car la « spécialité » visée n’est plus tel ou tel champ disciplinaire mais la « niche » universitaire proprement dite (« historien de l’Église ou des techniques, du commerce ou de l’industrie, de la population ou de la propriété, de la classe ouvrière ou du parti communiste italien », ibid).

54 Id., ibid., p. 136.

55 Id., « Il nome e il corne », art. cit., p. 188 du texte italien, que je traduis ici ; la version française autorisée donne « à petite échelle » (p. 136).

56 Id., « La micro-histoire », art. cit., p. 134.

57 Id., ibid., p. 136.

58 Id., ibid.

59 Id., ibid., p. 134.

60 T. Adorno, Zur Lehre... op. cit., p. 118 et sqq. et 128 par exemple.

61 Id., ibid., p. 119.

62 Id., Dialectique négative, Paris, Payot, traduction française collective, 1978, coll. Critique de la politique », p. 248.

63 BnF-Mss, Fonds Georges Bataille, boîte X, dossier L, f° 9.

64 Ibid., mss, X, H, 15.

65 Michel de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, coll. « Bibliothèque des histoires », p. 101 pour la citation et suivantes pour les considérations évoquées.

66 Id., ibid., p. 72.

67 Id., ibid., p. 73.

68 Id., ibid.

69 Par exemple : « Pour une histoire expérimentale, ou le gai savoir », dans Alter histoire. Essais d’histoire expérimentale, dir. Daniel S. Milo et Alain Boureau, Paris, Les Belles lettres, 1991, coll. « Histoire ».

70 Henri Berr, L’Avenir de la philosophie. Esquisse d’une synthèse des connaissances fondées sur l’histoire, Paris, Hachette, 1899, p. 446 et 510 sq.

71 T. Adorno, Dialectique négative, op. cit., « Critique de la politique », p. 250.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search