Version classiqueVersion mobile

L’Histoire-Bataille

 | 
Laurent Ferri
, 
Christophe Gauthier

Bataille parmi les historiens

Histoire-Bataille ?

Laurent Ferri

Texte intégral

1Organiser une telle journée d’études, qui plus est à l’École nationale des chartes, n'allait pas de soi. C’était aller au-devant de préjugés tenaces, à commencer par les préjugés concernant Bataille.

  • 1 Il n’est pas incongru de rappeler ici les étapes de la vie de chartiste de Georges Bataille (1897- (...)
  • 2 André Masson, Bibliothèque de l’École des chartes, 1964, p. 380. Il ne s’agit pas du peintre surré (...)

2D’un côté, la réputation de cet auteur « sulfureux » entre pornographie névrotique et surfascisme fait fuir ou du moins ricaner : nous l’avons assez expérimenté lors de nos études, quand un certain nombre de nos condisciples, futurs historiens patentés, ne voulaient pas se souvenir que Bataille avait été un élève, puis un penseur et même un conservateur plus brillant qu’eux1. Pourtant, la vénérable Bibliothèque de l’École des chartes, tout en déplorant son « goût trop prononcé pour les outrances verbales », avait salué en lui, dès 1964, « un grand serviteur des Lettres »2

  • 3 Julien Gracq a vu juste en notant combien « l’œuvre de Bataille renvoie au paysage spirituel du ch (...)
  • 4 J’emprunte cette expression à Georges Didi-Huberman, présentant l’expérience « œuvrée » de Bataill (...)
  • 5 « Bataille quitte son habit d’érudit pour endosser celui de penseur qui ébauche les principaux thè (...)
  • 6 « Par je ne sais quelle inconséquence, quel manque de lucidité cruel, il est arrivé à Bataille d’é (...)

3A rebours de cette attitude frileuse, une certaine critique a insisté sur le caractère « coextensif » de l’écriture et de l’érotisme. Elle se concentre alors sur des expériences extrêmes et tributaires d’un contexte de mystique religieuse assez daté3, ce qui l’amène à négliger certains pans de la réflexion et de l’écriture de Bataille relevant de l’expérimentation intellectuelle ou du « gai savoir »4. « L’érudit » est fréquemment opposé au « penseur »5. Les écrits anthropologiques et sociologiques ainsi que les essais sur l’art se voient ainsi congédiés sans autre forme de procès, dans un livre récent6.

  • 7 Nul ne saurait reprocher à Bataille la pléthore de ses « héritiers » donnant dans le genre pornogr (...)
  • 8 Je renvoie au récit piaculaire de Christine Angot, à qui l’institution passa commande d’un texte « (...)
  • 9 A. Masson, « Hommage à Bataille », op. cit., p. 703.

4Or Bataille ne se réduit pas au pathos transgressif des récits. Ces aspects, nous ne l’ignorons pas, ont leur sens, leur force et leur beauté convulsive. Ils ont malheureusement engendré nombre de poncifs7. Au pire, le bataillien se réduit à l’orgie sexuelle et à l’obsession scatologique8. Comme le faisait remarquer avec ironie et tristesse André Masson, « l’érotisme pour Georges Bataille n’était pas une “spécialité”. On a voulu, cependant, l’y enfermer »9. Il n’est pas non plus réductible à certains énoncés radicaux, qui le situerait forcément dans la solitude irréductible d’un « ailleurs ».

  • 10 Voir, par exemple, le rappel de Jean-Pierre Le Bouler, « Georges Bataille et la société des ancien (...)
  • 11 Référence à une expression de Bataille : « la redingote historique », Documents, no 7, 1929, p. 38 (...)

5C’est pourquoi, loin de toute volonté corporatiste de ré-appropriation, de toute velléité, dérisoire au demeurant, de nier les différents et les incompréhensions l’ayant opposé aux milieux scientifiques10 pour mieux réhabiliter un Georges Bataille enfin « présentable » auquel nous ferions passer « la redingote historique »11, il paraît pour le moins légitime de s’interroger sur « l’Histoire-Bataille ».

  • 12 Pour l’anecdote, ce souvenir de Raymond Barre, qui collabora à Critique au début des années 1950 : (...)
  • 13 Citons les photographies en gros plan d’orteil dans Documents-, certains rites de la société secrè (...)
  • 14 Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits (BnF-Mss), Fonds Georges Bataille, bo (...)
  • 15 « Le temps ne lui fut pas laissé de le mener à bien (si tant est qu’il pût l’être. Si un tel proje (...)

6Ce titre peut faire canular. Laissons de côté la question de savoir si la rigueur (qui caractérisait Bataille12) n’est pas indispensable au canular, et si ce dernier est incompatible avec le sérieux des intentions. Au vrai, le canular, s’il est loin d’épuiser la signification métaphysique du rire, fait partie de l’univers de Bataille, n’en déplaise aux partisans de l’esprit de sérieux13. Certes, il ne fut pas un chercheur conventionnel. En dépit de sa formation, sa démarche n’a pas grand-chose à voir avec l’histoire-bataille, entendons l’histoire dite positiviste ou (curieusement) « historisante » des grands événements politiques, diplomatiques et militaires. Cette histoire, dit-on, se réduit à la chronologie et au rappel d’un contexte documenté par les seuls écrits volontaires et déchiffrables. Bataille la connaissait, et je ne crois pas que l’on puisse dire qu’il l’ait méprisée à l’instar de tout discours de maîtrise. D’une certaine manière même il l’acceptait, comme la conséquence d’un fonctionnement « objectif » de nos sociétés occidentales modernes. Par exemple, dans L’histoire de l’érotisme commencée en 1953, il explique que ce dernier est « en marge de l’histoire proprement dite militaire ou politique » ; mais c’est pour ajouter que « si l’histoire à la fin s’achevait, même touchait à son achèvement [je traduis : si le travail d’une part, les luttes politiques ou territoriales d’autre part cessaient d’absorber l’essentiel des énergies humaines], alors l’érotisme ne serait plus en marge de l’histoire ». Cependant, Georges Bataille a devancé la réalisation de la prophétie hégélienne (version Kojève) d’une fin de l’Histoire, renforcée par la perspective d’un « désastre éventuel » après Hiroshima14 : dans différentes notes relatives à son parfois nébuleux, passionnant et impossible15 projet d’écriture d’une histoire universelle, pour laquelle il avait imaginé différents plans épars, reproduits en annexe de ces actes, il ne parle pas pour rien « d’histoire révélée », de révélation — c’est-à-dire d’apocalypse.

  • 16 Les éléments les plus conservateurs de la rédaction de Documents lui firent tôt le grief. Ainsi Ge (...)
  • 17 C’est pourquoi il a balayé d’un revers de main tel livre traitant de mystique alors qu’il était se (...)

7Bataille lève le voile sur le monde, donc sur lui-même. Il ne fait pas de doute, en effet que l’histoire est chez lui une dimension essentielle, non pas extérieure, non pas développée à distance raisonnable ou « scientifique », de la vie et de l’écriture, même si cette dernière a pu lui sembler transcender le « contexte » (qui n’est pas la même chose que « le sens de l’histoire »16)... Sinon, il n’aurait pas écrit dans le dernier numéro d'Acéphale (en 1939) : « Je suis moi-même la guerre/Je suis la proie et la mâchoire », en écho à l'heautontimoroumenos baudelairien. De manière générale, il pensait ne pouvoir écrire qu’à partir d’un vécu d’une manière ou d’une autre17, en quoi il rompait évidemment avec la mise à distance scientifique et érudite recommandée aux écoliers. Pas de contresens, donc, dans le choix du titre du colloque. Restait, à partir d’intuitions, à formuler quelques questions : en quoi Bataille peut-il (ou non) être considéré comme un historien ? Ses récits ou essais excluent-ils l’érudition et le souci de vérité, impliquent-ils en outre un engagement dans l’Histoire en train de se (dé)faire ?

  • 18 « Il se peut que les hommes aperçoivent enfin clairement qu’il n’est pas de débat intérieur si pro (...)
  • 19 G. Didi-Huberman, op. cit., p. 380.
  • 20 Je fais ici référence tant aux attaques corporatistes de l’économiste François Perroux contre La P (...)

8Il est permis d’énoncer : rien de ce qui est humain et même de ce qui est inhumain ne lui fut étranger. Le sommaire de ses œuvres complètes chez Gallimard, en douze volumes, est de ce point de vue impressionnant d’éclectisme. S’il est vrai que, pour Bataille, c’est le mouvement ou la perspective historiques qui donnent sens à l’ensemble des phénomènes extérieurs et des débats intérieurs18, rien ne dit que c’est l’historien qui connaisse et restitue le mieux ce mouvement et cette perspective. A vrai dire, l’œuvre transgresse et transforme systématiquement les champs traditionnels du savoir19, et refuse la spécialisation — ce qui entre nous explique aussi les refus et les rejets d’une certaine critique elle-même excessivement spécialisée20. Ainsi, La Part maudite tient à la fois de l'histoire culturelle, de la sociologie, de l’anthropologie et de la géopolitique.

9Bataille étendit sa curiosité au point de théoriser une hétérologie, connaissance de ce qui est étranger à la connaissance, comme les pratiques corporelles, sexuelles, funéraires, psychologiques qualifiées de bizarres, incompréhensibles, dérangeantes parce qu’elles dégagent une aura sacrée au sens donnée à ce mot par Benjamin : « la force pure de ce qui surgit ».

  • 21 Voir, par exemple, une très étonnante page couverte de graffitis, belle comme un Twombly, et résum (...)

10Il est vrai, cependant, que certains livres de commande, peut-être plus classiques ( ?) ressortissent d’un champ mieux identifié, par exemple « l'histoire de l’art », en dépit des réserves précoces de Bataille vis-à-vis des pièges tendus à cette discipline (biographisme, formalisme, sanctification exagérée des « documents » appelés œuvres d’art). Il est probable qu’en ce domaine il n’ait pas eu le temps de donner son plein de visions et d’intuitions21.

  • 22 La relation Michelet/Bataille demanderait un article en soi. L’étude sur Sade et le 14 juillet 178 (...)
  • 23 L’idée ancienne de réaliser une synthèse des savoirs par l’histoire avait ressurgi au début du XXe(...)
  • 24 « L’objet précis de l’activité envisagée peut recevoir le nom de sociologie sacrée, en tant qu’il (...)
  • 25 Dans son Journal, à la date du 24 mars 1958 : « G. Bataille est en très belle forme... Fonde (enco (...)

11En outre, on peut se demander si l’œuvre de Bataille ne remplit pas le programme de Jules Michelet : faire une « histoire totale », pétrie de sa mythologie personnelle et de son obstination méthodologique, tout en acceptant de se laisser déborder par l’irrationnel22. On pense aussi, malgré de fortes différences, aux Annales : il est probable qu’il approuva, au départ, les critiques de la jeune école contre l’histoire positiviste. Comme Lucien Febvre, qui appelait de ses vœux « une histoire de la méchanceté, de F amour, de la mort », Bataille utilise abondamment les documents non écrits et « involontaires » (d’où l’importance de la numismatique, de l’iconographie de tous les jours), et les apports méthodologiques et factuels des disciplines voisines comme l’anthropo-sociologie (Mauss, Lévi-Strauss) et bien sûr la psychanalyse (Freud). Toutefois, les Annales triomphantes rencontrèrent chez lui des réticences. Braudel voyait dans l’histoire-géographie l’hyper-discipline englobante23. Rien n’est moins sûr concernant Bataille, « historien » pour le moins paradoxal, puisqu’il est successivement le cofondateur d’un Collège de sociologie (1937) se donnant comme objet la « sociologie sacrée »24, le penseur d’une économie généralisée (La Part maudite, éditée en 1949, est sous-titrée Traité d'économie générale), ou encore l’auteur d’une Somme athéologique sous prétexte de proposer « une philosophie du non-savoir ». Quant aux revues, elles ne sont pas a priori historiques : Acéphale est sous-titrée Religion, sociologie, philosophie, Genèse fut définie par Queneau comme une « revue d’érotisme et de sexologie »25.

  • 26 « C’est grâce à son collègue à la BN, Jacques Lavaud, ancien chartiste comme lui et [...] qui m’av (...)

12Mieux vaut par conséquent, s’en tenir à un énoncé prudent : Bataille est susceptible d’être lu comme un historien, même s’il est d’une espèce bizarre. Cette bizarrerie implique-t-elle un renoncement, un reniement ou une mise entre parenthèses de son goût premier pour l’érudition ? Les rapports de Bataille avec cette manie fructueuse relèvent en premier lieu de pratiques de sociabilité intellectuelle : c’est par des confrères de la Bibliothèque nationale qu’il a connu Michel Leiris26 et pour partie Maurice Blanchot ; par la filière chartiste, il a rencontré l’ethnologue Métraux ou le numismate Babelon.

  • 27 Dans une interview donnée au Figaro littéraire en 1947.

13Des réflexes d’historien (de chartiste ?) ont chez lui perduré, comme l’attachement à la profondeur historique des événements. Concernant ce dernier point, je rappelle qu’en opposition à la ligne des Temps modernes, revue sartrienne d’actualité créée en 1945, Bataille a fondé en 1946 Critique sur le modèle avoué27 du Journal des savants du XVIIe siècle.

14A l’occasion enfin, Bataille a fait le choix de sujets où l’érudition était requise : ainsi, le procès de Gilles de Rais co-édité et commenté avec l’ami Klossowski. Il prenait alors indéniablement le risque d’aller au-devant de son propre procès, non seulement pour affinités monstrueuses, mais aussi pour manque de sérieux scientifique. Entre juridisme positiviste et fantasmes individuels ou collectifs, Bataille ne réécrit-il pas l’histoire, ne nous raconterait-t-il pas des histoires ? Vieille peur d’être dupes du génie incongru...

  • 28 Un seul exemple : dans sa brillante étude sur Manet, Bataille écrit « C’est expressément à Manet q (...)

15La vraie duperie n’émane-t-elle pas des idolâtres du spontanéisme subjectif, faisant du passé table rase ? Les expériences critiques et épistémologiques, la subversion, le saut du connu (« ce que nous croyons connaître ») dans l’inconnu, n’excluent pas systématiquement l’érudition et les emprunts à la tradition, même si parfois, le désir de produire une démonstration, d’affirmer des généralités peut entrer en contradiction avec eux28. De fait, nos grands modernes furent souvent des érudits, voire « des archivistes » (Jean-Michel Leniaud) : Duchamp, Picasso, Le Corbusier, Breton, Warhol, etc. Évidemment, cette érudition n’est absolument pas une polymathie gratuite. Elle n’enferme pas non plus le créateur, le savant dans une tour d’ivoire, d’où une troisième question : quel est le rapport entre la démarche historienne de Bataille et son engagement (ou son désengagement) historique(s) ?

  • 29 Leiris, dans son Journal, s’en prend vivement en 1941 aux « B[ataille] et autres partisans d’une m (...)

16Bataille oscilla, comme intellectuel, entre l’engagement (principalement entre 1932 et 1939) et le désengagement, l’apathie voire la fascination pour le sacrifice, ce qui lui fut reproché, sous l’Occupation et même au moment de l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle en 195829. Dès cet instant, les interrogations ne manquent pas d’affluer : j’en retiens trois.

  • 30 La liste des emprunts de Georges Bataille à la BN se trouve à la fin du volume XII des Œuvres comp (...)
  • 31 Voir l’article intitulé « Maîtres ou esclaves ? », O. C., II, p. 159-202.

17Sont-ce les livres d’histoire qui nous aident le mieux à comprendre l’Histoire ? La réaction de Bataille voulant comprendre la vérité du fascisme est significative. Après janvier 1933, il emprunte à la Bibliothèque nationale30 des ouvrages d’historiens du temps présent (les travaux du germaniste Vermeil, les souvenirs du comte Sforza, L’Histoire de l’armée allemande de Benoist-Méchin). Mais aussi les travaux sur les fourmis et les termites de Verhaeren, et des essais de psychanalyse : sa conférence publiée dans la revue marxiste Critique sociale s’intitule d’ailleurs « La structure psychologique du fascisme » et constitue, bien avant les analyses de Wilhelm Reich, une application du freudisme à l’analyse politique31.

  • 32 J. Gracq, En lisant en écrivant, Paris, José Corti, 1980, p. 253.
  • 33 On se rappelle que dans un article ironiquement intitulé « Un nouveau mystique » (Les Temps modern (...)

18Une deuxième question est celle de l’autonomie de la vie intellectuelle. Avec sa remarquable acuité de jugement, Julien Gracq a noté que la révolution lui avait toujours semblé tenir lieu, pour les Surréalistes, « d’ersatz pour les jours sans, pour les jours ouvrables, et il demeura toujours parfaitement clair qu’elle ne serait jamais admise à empiéter sur les vrais dimanches de la vie »32. Quand les échanges d’idées, quand la quête irréductible de la vérité de l’homme, refusent la dictature des jours, doit-on railler, avec Sartre, ennemi juré de Bataille33, les « assis de bibliothèque » ?

  • 34 « On ne lit pas Le Bleu du ciel comme un récit pressé par l’histoire, directement appelé et bouscu (...)
  • 35 D. Hollier, Les Dépossédés, Paris, Minuit, 1993, p. 87 et 88.

19Enfin, comment définir ce que pèsent nos sentiments, désirs, névroses et autres hallucinations dans nos engagements ? Ce sont eux qui filtrent, conditionnent et parfois anticipent nos perceptions historiques au jour le jour. Seul peut-être Klaus Mann, dans son Journal, est parvenu autant que Bataille à nous rendre tangible ce phénomène. Il n’est pas question de réduire, par exemple, Le Bleu du ciel à « un drame politique... pressé par l’histoire »34, mais son charme ne s’évapore pas si l’on pressent, avec Denis Hollier, combien « la simultanéité des motifs politiques et des motifs érotiques est remarquable. Sans jamais se confondre, ils s’accompagnent, se doublent, se font écho ». Ainsi, « la sexualité de Troppmann, constamment acculée à la mort, est à bien des égards une allégorie pour l’énergie révolutionnaire qui est, elle aussi, acculée à la mort depuis 1933 »35. L’histoire n’est pas qu’une toile de fond, un décor : les personnages doivent faire avec. Pis : en de certains moments, comme dans l’amour, affrontement des nations et affrontement des sexes sont impossibles à démêler : les rituels (stratégies d’approche et d’éloignement, peintures de guerre...), et l’essence du jeu (possession/perte de soi en l’autre, coïncidence de la volupté et du dégoût) ne se superposent-ils pas ?

  • 36 G. Bataille, Le Bleu du ciel [1935, publié en 1957], Paris, Gallimard, 1997, p. 185.

Dorothea, détendue, se peigna. Elle mit du rouge à lèvres. Elle me dit :
Je suis mieux... Qu’as-tu demandé au médecin ?
Pourquoi une guerre civile ?
Entre les Catalans et les Espagnols.
Il y a une grève générale et peut-être il va y avoir une guerre civile.
Une guerre civile ?
L’idée d’une guerre civile la déconcertait36.

20Sur les étals des libraires, des milliers de livres qui tentent d’apporter des réponses ; ceux de Bataille n’ont pas fini de faire question.

Notes

1 Il n’est pas incongru de rappeler ici les étapes de la vie de chartiste de Georges Bataille (1897-1962) : admis à l’École des chartes (novembre 1918), archiviste paléographe après une thèse sur L’Ordre de chevalerie, conte en vers du XIIIe siècle, avec introduction et notes (février 1922), chargé de mission scientifique à l’École des hautes études hispaniques (jusqu’en juin 1922), bibliothécaire stagiaire à la Bibliothèque nationale (juin 1922), conservateur au département des Médailles (juillet 1924), muté au département des Imprimés (janvier 1930), en disponibilité pour raisons médicales (avril 1942), conservateur en chef de la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras (mai 1949), de la Bibliothèque municipale d’Orléans (juin 1951), chevalier de la Légion d’honneur (février 1956), muté sur sa demande à la Bibliothèque nationale (février 1962, mutation non effective du fait de son décès).

2 André Masson, Bibliothèque de l’École des chartes, 1964, p. 380. Il ne s’agit pas du peintre surréaliste et illustrateur de Bataille cité plus bas, mais d’un homonyme, camarade de promotion de Bataille aux Chartes, devenu conservateur de la Bibliothèque de Bordeaux puis des bibliothèques et archives de l’Indochine.

3 Julien Gracq a vu juste en notant combien « l’œuvre de Bataille renvoie au paysage spirituel du christianisme — [à] son climat affectif surtout — aussi fidèlement que la médaille au creux du moule » (J. Gracq, En lisant, en écrivant, Paris, José Corti, 1980, p. 212). En dépit de sa vocation monastique de jeunesse et de son aspect ecclésiastique (assez répandu dans sa génération, voir la NRF), Bataille n’a en réalité jamais fréquenté le séminaire. Mais il est plus que probable que son imagination fut à jamais marquée, entre 1915 et 1922, par le mélange détonnant de rigorisme et d’attrait pour l’abaissement propre à la « folie de la Croix », très caractéristique de l’époque : citons Marie Alacoque (béatifiée en 1864, canonisée en 1920), Mme Guyon (réhabilitée), sans oublier sœur Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face (béatifiée en 1923, canonisée en 1925), dont pouvait le rapprocher la figure d’un père « martyr » totalement handicapé, et la quasi-déréliction au bord de l’abîme (où lui-même basculera). Après 1922, l’influence de Nietzsche (méprisant l’Église catholique, cette « maison de fous », mais pris au piège de sa propre folie) l’emportera. Cependant, Bataille restera hanté, et fera pour le moins figure, pour citer Bloy, de « catholique à rebours », au grand dam des orthodoxes. Ainsi, Gabriel Marcel protestera violemment contre la référence à l’ascétisme de Jean de la Croix dans L'expérience intérieure : « On ne saurait s’élever trop expressément contre le procédé qui consiste à isoler dans le témoignage des grands mystiques tels éléments qu’on croit pouvoir exploiter, indépendamment de toute affirmation chrétienne, ou même contre les positions fondamentales d’un christianisme quelconque... » (G. Marcel, « Le refus du salut », Homo viator, Paris, Aubier, 1944, p. 270 et 275-276). Plus détaché, Jean Wahl écrira : « Ne posons pas trop la question de savoir si un jour Bataille sera rangé parmi les grands mystiques, ou si certains mystiques auront été rangés pour une part parmi les sadomasochistes, ou si tous échappent aux classifications » (J. Wahl, « Hommage à Bataille », Critique, no 195-196, 1963, p. 778). Ces querelles nous semblent datées... à tort ?

4 J’emprunte cette expression à Georges Didi-Huberman, présentant l’expérience « œuvrée » de Bataille sous la forme d’un « gai savoir » dans son magistral ouvrage La Ressemblance informe ou le gai-savoir visuel selon Georges Bataille, Paris, Macula, 1995.

5 « Bataille quitte son habit d’érudit pour endosser celui de penseur qui ébauche les principaux thèmes autour desquels se définira son œuvre », Marina Galleti, « Georges Bataille et la sociologie du Mexique », L’Infini, no 83, 2003, p. 54.

6 « Par je ne sais quelle inconséquence, quel manque de lucidité cruel, il est arrivé à Bataille d’écrire de volumineux, d’ennuyeux ouvrages de sociologie ou d'anthropologie [...] sans parler de La Part maudite, mais ces ouvrages ne nous touchent guère... On peut se demander pourquoi Lascaux ou la naissance de l’art, sans être négligeable [sic], est la partie faible de l’œuvre de Bataille, alors que les trois grands récits érotiques en constituent la partie la plus forte » (Roger Laporte, A la pointe de l’extrême (Proust, Bataille, Blanchot), Paris, POL, 1997, p. 51-52).

7 Nul ne saurait reprocher à Bataille la pléthore de ses « héritiers » donnant dans le genre pornographique.

8 Je renvoie au récit piaculaire de Christine Angot, à qui l’institution passa commande d’un texte « autour et/ou à propos de Georges Bataille » parce qu’on la trouvait « hard et lui aussi » : « Un jour, un taureau s’était échappé. Nous rentrions des Salles en voiture, nous l’avons croisé. Thème bataillien, le taureau. Le lendemain j’avais écrit dessus une page.[...]. Des globes de même grandeur pendaient dans sa course, animés de mouvements contraires et simultanés. Bataillien, oh ! Un testicule blanc aurait pénétré ma chair rose et noire facilement [...] Ça faisait bien, viande, tout, bataillien », L’Infini, no 64, hiver 1998, p. 22, 25 et 27.

9 A. Masson, « Hommage à Bataille », op. cit., p. 703.

10 Voir, par exemple, le rappel de Jean-Pierre Le Bouler, « Georges Bataille et la société des anciens textes français : deux “échecs sinistres” (1925-1926) », Revue d’histoire littéraire de la France, juillet-octobre 1991, p. 691-703.

11 Référence à une expression de Bataille : « la redingote historique », Documents, no 7, 1929, p. 382.

12 Pour l’anecdote, ce souvenir de Raymond Barre, qui collabora à Critique au début des années 1950 : « Je me souviens d’un incident avec Georges Bataille. J’avais envoyé le texte d’un article où j’avais indiqué conformément à la tradition, quels étaient les livres dont je voulais rendre compte, mais j’avais oublié de mentionner le nom de l’éditeur, le nombre de pages, le prix etc. Le manuscrit m’a été retourné trois fois, jusqu’à ce que tout soit parfaitement indiqué. C’était l’école de la rigueur absolue » (Raymond Barre, entretien avec Jean-Michel Djian, Paris, Flammarion, 2001, p. 38).

13 Citons les photographies en gros plan d’orteil dans Documents-, certains rites de la société secrète Aréthuse, l’apparition en séminariste dans Une partie de campagne de Jean Renoir, ou encore les réunions du Collège de sociologie dans l’arrière-boutique d’une librairie catholique de la rue Gay-Lussac. Les jugements sévères de Bataille sur Henri Bergson (le rire « limité au minable comique de Bergson », Œuvres complètes (O. C.), Paris, Gallimard, tome VII, p. 562) ne doivent pas abuser : Bataille n’était pas ennemi de tout humour, mais il tire le rire du côté de l’absurde et de l’expérience libératoire d’une capacité de néantisation. Frédéric Keck a bien résumé la question (F. Keck, « Le primitif et le mystique chez Lévy-Bruhl, Bergson et Bataille », Le Fou, le primitif, l’enfant et le mystique en France (1930-1940), journées d’étude, Villeneuve-d’Ascq, université Lille III, 11-13 mai 2001).

14 Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits (BnF-Mss), Fonds Georges Bataille, boîte 10, dossier H. Le projet d’histoire universelle est sous titré « des origines à la veille d’un éventuel désastre » (fol. 1). On trouve aussi une mention rayée : « des premiers outils à l’arme nucléaire ». Enfin, dans le plan envisagé, la cinquième partie sur six se clôt par « L’arme nucléaire et l’abandon du jeu » (fol. 5). Le lecteur ne saurait perdre de vue le contexte historique de la guerre froide. En 1947 Bataille a d’ailleurs donné à la revue américaine Politics un article sur Hiroshima. Plus tard, il a pensé illustrer la fin des Larmes d’Éros par des photographies tirées du film d’Alain Resnais Hiroshima mon amour. Voir l’édition de ce texte en annexe du présent volume.

15 « Le temps ne lui fut pas laissé de le mener à bien (si tant est qu’il pût l’être. Si un tel projet n’est pas lui-même fait pour ne pas pouvoir l’être) », note finement Michel Surya ; M. Surya, Georges Bataille, une liberté souveraine, Paris, Fourbis, 1997, p. 11.

16 Les éléments les plus conservateurs de la rédaction de Documents lui firent tôt le grief. Ainsi Georges d’Éspezel : « le titre de votre revue Documents est justifié qu’en ce sens qu’il donne des “documents sur votre état d’esprit” » ; cité par D. Hollier, « La valeur d’usage de l’impossible », préface à la réimpression de Documents, Paris, Jean-Michel Place, 1991, vol. 1, p. XVII.

17 C’est pourquoi il a balayé d’un revers de main tel livre traitant de mystique alors qu’il était sensible que l’auteur n’en avait pas fait l’expérience : Saint Quelqu’un de Louis Pauwels (prix Concourt 1946), cf. Critique, no 2, juillet 1946, p. 117-119. Des années plus tard, consacrant au livre de son ami l’anthropologue Alfred Métraux une notice dans Les Larmes d’Éros il loue a contrario sa « description fidèle et vivante [du culte vaudou], d’autant plus vivante que l’auteur se fit initier, pour mieux le connaître » ; G. Bataille, Les Larmes d’Éros, Paris, Jean-Jacques Pauvert [1961], réédition de 2001, p. 229.

18 « Il se peut que les hommes aperçoivent enfin clairement qu’il n’est pas de débat intérieur si profond que le seul mouvement historique des sociétés humaines ne lui donne un sens », écrit-il en conclusion d’un article intitulé « Le sens moral de la...sociologie » [c’est moi qui souligne], Critique, no 1, juin 1946, p. 47. Mais, dans une lettre à Dyonis Mascolo, il proteste contre l’énoncé selon lequel chacun vit « dans un contexte historique donné » en ces termes : « C’est faux. Une fourmi est au monde sans rien d’autre. Il n’y a pas de contexte pour une fourmi. Or en moi la fourmi compte au moins autant que l’homme, ou davantage. La fourmi est en moi plus que cet homme. Ce qui se détache en moi du contexte n’est pas réductible à “moi plus qu’une fourmi”. Ce qui se détache en moi du contexte est inhumain, il en est détaché par excès » ; G. BATAILLE, Choix de lettres, établi par Michel Surya, Paris, Gallimard, 1997, p. 477.

19 G. Didi-Huberman, op. cit., p. 380.

20 Je fais ici référence tant aux attaques corporatistes de l’économiste François Perroux contre La Part maudite qu’à la confiscation de Bataille par certains professionnels des Lettres.

21 Voir, par exemple, une très étonnante page couverte de graffitis, belle comme un Twombly, et résumant rien moins que l’histoire de l’art de toutes les époques. En y regardant de près, on découvre des séries fécondes, qu’il s’agisse de confrontations (« Le Bain turc d’Ingres Picasso Grünewald Les demoiselles d’Avignon ») ou de connotations secrètes (« Olympia asperge [de Manet] ») ; BnF-Mss, Fonds Georges Bataille, dossier X/K.

22 La relation Michelet/Bataille demanderait un article en soi. L’étude sur Sade et le 14 juillet 1789, dans La Littérature et Le mal, offrirait alors un terrain d’étude propice.

23 L’idée ancienne de réaliser une synthèse des savoirs par l’histoire avait ressurgi au début du XXe siècle avec l’école de Henri Berr (La synthèse en histoire, 1911). Mais les sociologues de l’école Durkheim soutenaient, de leur côté, que la sociologie était bien la science sociale totalisante (Les Règles de la méthode en sociologie, 1894), allant jusqu’à expliquer que l’histoire bien comprise n’était pas autre chose qu’un secteur de la sociologie. Le maître d’œuvre de la grande Encyclopédie française fut toutefois un professeur d’histoire, Lucien Febvre.

24 « L’objet précis de l’activité envisagée peut recevoir le nom de sociologie sacrée, en tant qu’il implique l’étude de l’existence sociale dans toutes celles de ces manifestations où se fait jour la présence active du sacré » ; G. Bataille, « Pour un Collège de sociologie », La Nouvelle revue française, no 298, 1938.

25 Dans son Journal, à la date du 24 mars 1958 : « G. Bataille est en très belle forme... Fonde (encore) une revue : Genèse, revue d’érotisme et de sexologie » ; R. Queneau, Journal, Paris, Gallimard, 1996, p. 968.

26 « C’est grâce à son collègue à la BN, Jacques Lavaud, ancien chartiste comme lui et [...] qui m’avait initié à la littérature moderne [...], que j’ai rencontré Georges Bataille », racontera Leiris ; M. Leiris, « Hommage... », op. cit., p. 685.

27 Dans une interview donnée au Figaro littéraire en 1947.

28 Un seul exemple : dans sa brillante étude sur Manet, Bataille écrit « C’est expressément à Manet que nous devons attribuer d’abord la naissance de cette peinture sans autre signification que l’art de peindre qu’est la peinture moderne ». Or, cette affirmation entre en contradiction non seulement avec les toiles d’histoire « engagées » (comme L’Évasion de Rochefort ou L’Exécution de Maximilien), mais également avec le rapport de Manet à la tradition. Ainsi, le Déjeuner sur l’herbe est une actualisation bourgeoise et libertaire du Concert champêtre de Titien. Quant à L’espada, cette femme tarera, elle imite exactement un emblème tout sauf gratuit du XVIe siècle (George MAUNER, Manet et les natures mortes, exposition, Paris, Galeries nationales du Grand-Palais, Paris, Réunion des musées nationaux, 2001).

29 Leiris, dans son Journal, s’en prend vivement en 1941 aux « B[ataille] et autres partisans d’une mystique, poétique ou non, mais à coup sûr de tout repos ». En mai 1958, certains n’ont pas compris que Bataille juge « la guerre de rues... anachronique » (noter ce mot).

30 La liste des emprunts de Georges Bataille à la BN se trouve à la fin du volume XII des Œuvres complètes.

31 Voir l’article intitulé « Maîtres ou esclaves ? », O. C., II, p. 159-202.

32 J. Gracq, En lisant en écrivant, Paris, José Corti, 1980, p. 253.

33 On se rappelle que dans un article ironiquement intitulé « Un nouveau mystique » (Les Temps modernes, 1947), Sartre, après avoir traité Bataille successivement de « passionnésionné », « paranoïaque » et « fou », conclut ainsi : « Le reste est affaire de la psychanalyse ».

34 « On ne lit pas Le Bleu du ciel comme un récit pressé par l’histoire, directement appelé et bousculé par elle. On n’a pas décemment cette idée de le lire comme un drame politique (un drame de la politique), parce qu’on redoute à bon droit d’en laisser filer le charme et la déraison », écrit Francis Marmande ; F. Marmande, Georges Bataille politique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1985, p. 173.

35 D. Hollier, Les Dépossédés, Paris, Minuit, 1993, p. 87 et 88.

36 G. Bataille, Le Bleu du ciel [1935, publié en 1957], Paris, Gallimard, 1997, p. 185.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search