Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Résumés français

Texte intégral

La France et les Français au XIXe siècle : les ressources des Archives nationales, par Armelle Le Goff

1À Paris, dans les fonds des Archives nationales, les traces des Français partis en Russie, bien que plus difficiles à saisir qu’aux archives des Affaires étrangères, sont aussi présentes.

2La sous-série F/7, traditionnellement appelée « Police générale », accueille les dossiers de diverses autorités chargées de la police au niveau national depuis la Révolution française. Elle abrite des dossiers contenant des listes générales d’émigrés établis en Russie à la suite de la Révolution et des documents classés par ordre alphabétique concernant ces émigrés qui demandent à revenir en France sous le Consulat et sous l’Empire. Dans la sous-série F/7 sont aussi conservés les passeports. Au XIXe siècle, pour se déplacer en France comme à l’étranger, il était nécessaire d’être porteur d’un passeport. Malgré des éliminations, les passeports conservés dans la sous série F/7 forment un groupe homogène pour la période du Directoire jusqu’en 1852. Une fiche d’aide à la recherche, consultable en ligne sur le site des Archives nationales, fait le point sur les cotes des dossiers et sur les années concernées.

3Parmi les fonds versés aux Archives nationales par l’administration de la Justice, la sous-série BB/11 accueille les versements de la division des affaires civiles et du sceau. Cette division s’occupait des autorisations données par décret à des Français d’entrer ou de rester au service des puissances étrangères comme l’empire russe, de jouir d’une pension étrangère et des réintégrations dans la qualité de Français. Grâce à la base nominative Quidam consultable au CARAN, il est possible de faire des recherches dans les dossiers individuels des personnes qui se sont mis au service de la Russie lorsque l’on connaît leur nom.

4Au XIXe siècle, des linguistes, des historiens, des anthropologues et des membres de la société de géographie et d’autres savants français (« érudits de terrain ») ont entretenu des relations suivies avec le monde savant russe. Les sources sur ces savants sont à rechercher, en premier lieu, dans la sous-série F/17 qui abrite les dossiers versés aux Archives nationales par le ministère de l’Instruction publique. Dans cette sous-série, sont conservés les dossiers de carrière de toutes les personnes ayant occupé une fonction dans l’enseignement secondaire, dans l’enseignement supérieur ou dans un établissement scientifique sous tutelle du ministère de l’Instruction publique. On trouve aussi dans la sous-série F/17 des dossiers sur des institutions essentielles dans le domaine de l’histoire scientifique qui étaient sous la tutelle de l’Instruction publique, ainsi que les dossiers de missions scientifiques et littéraires accordées gratuitement ou subventionnées par le ministère et, avec l’internationalisation des sciences, des dossiers relatifs aux différents congrès pour lesquels le ministère envoyait des délégués. La sous-série F/17 abrite ainsi les dossiers d’environ cent trente missions accordées pour voyages d’études, participation à des congrès ou explorations scientifiques dans l’empire russe avant 1914.

5Pour ce qui est des sources sur les Français présents en Russie pour des raisons économiques, il faut penser aux dossiers de carrières des ingénieurs des Mines et des Ponts-et-Chaussées, conservés par le service du personnel du ministère des Travaux publics. Ces dossiers ont été versés aux Archives nationales dans la sous-série F/14, archives du ministère des Travaux publics, et sont recensés nominativement dans la base Quidam.

6Dans les archives du ministère du Commerce, soit la sous-série F/12, on peut repérer des traces concernant les commerçants et les industriels intéressés par le marché russe dans les rapports consulaires et dans les dossiers des expositions universelles, s’ils y ont participé. La sous-série F/12 contient aussi de la documentation sur des expositions tenues à l’étranger, telle l’Exposition française de Moscou en 1891.

7En outre, les distinctions honorifiques ont joué un rôle très important dans la société française du XIXe siècle. Leur attribution a laissé des dossiers essentiels pour les recherches sur les individus et les groupes sociaux.

8Les recherches sur les relations entre savants russes et français seront à approfondir non seulement dans les archives russes mais aussi dans les fonds d’autres institutions françaises : Académie des sciences, Académie de médecine, Institut Pasteur, Muséum d’histoire naturelle. Il importera aussi se mettre aussi en quête des archives personnelles de ces « érudits de terrain » restées en main privée quand elles existent et n’ont pas été malheureusement dispersées.

Les fonds du ministère des Affaires étrangères relatifs à la France et aux Français en Russie (1789-1917) : présentation archivistique et critique, par Jérôme Cras

9Pour bien comprendre la richesse et l’intérêt des fonds du ministère des Affaires étrangères sur un sujet comme la présence française en Russie au XIXe siècle, il est indispensable de rappeler de manière synthétique les principales fonctions de cette institution. À la traditionnelle conduite de la politique extérieure de l’État, vint s’ajouter, à partir de 1793, la protection des intérêts de la communauté française à l’étranger, du fait du rattachement au ministère du bureau des consulats jusque-là sous tutelle de la Marine. La carte du réseau diplomatique et consulaire de la France en Russie au XIXe révèle une intention réelle de répondre à cette nouvelle mission, mais également les faiblesses du dispositif mis en place dans ce territoire russe en continuelle expansion : les consulats généraux, consulats et vice-consulats, occupés par des fonctionnaires du ministère, restent somme toute peu nombreux par rapport aux agences consulaires, dirigés par de simples particuliers dont les pouvoirs et l’influence demeurent très limités. Du moins ce réseau permet-il au Quai d’Orsay d’être bien informé sur les événements de Russie tout au long du XIXe siècle.

10Les documents produits par les Affaires étrangères, tant au niveau des bureaux d’administration centrale que des représentations extérieures, passèrent définitivement au XIXe siècle sous le contrôle du service des Archives. Créé dès le XVIIIe siècle, ce dernier généralisa une procédure de versement anciennement établie qui, consolidée par une ordonnance royale en 1833, assurait la mainmise de l’État sur les papiers des agents en fonction en France comme à l’étranger. Mais tout fonds d’archives a son histoire, et celle des archives des postes diplomatiques et consulaires français en Russie est particulièrement tourmentée après la Révolution de 1917. Une partie d’entre elles furent évacuées du territoire russe et rapatriées en France, mais beaucoup d’autres furent abandonnées sur place et subirent destructions, pillages ou séquestration. Ce fut bien après la seconde guerre mondiale que, à la faveur du réchauffement des relations entre la France et l’URSS dans les années 1960, la lumière se fit sur le sort de cette documentation devenue historique, et que d’importantes restitutions purent avoir lieu.

11Le terme logique de cette étude est une présentation des sources aujourd’hui conservées par le département des Affaires étrangères sur la présence française en Russie de 1789 à 1917. Elles se répartissent entre les deux grands sites de conservation de ce ministère : le tout nouveau Centre des archives diplomatiques de la Courneuve, qui détient les séries d’administration centrale, et le Centre des archives diplomatiques de Nantes, où sont déposées depuis les années 1960 les archives rapatriées des postes diplomatiques et consulaires. Ces deux grands ensembles, tout à fait complémentaires, offrent une grande variété de documents sur le sujet qui nous intéresse : correspondances commerciales et politiques, dossiers d’affaires particulières, registres et actes de chancellerie consulaire offrent une vue certes partielle et sélective, mais, malgré tout, assez fine du rôle économique, politique et culturel de nos ressortissants en Russie à cette époque, jusqu’à pouvoir les compter et, en quelque sorte, entrer dans leur vie.

La Russie aux archives historiques de la Société générale : présentation et perspectives de recherche, par Xavier Breuil et Camille Rey

12Initiée aux affaires russes dès la fin du XIXe siècle, notamment par le truchement de sa société industrielle l’Omnium ou encore de ses participations à différents syndicats interbancaires, la Société générale s’est progressivement imposée comme une banque de dépôts de première importance. Soucieux d’exporter son savoir-faire et disposant d’une bonne connaissance du marché et des coutumes locales, l’établissement bancaire du boulevard Haussmann décida de créer une filiale en 1901, la Banque du Nord, dont le réseau d’agences fut agrégé, neuf ans plus tard, à celui de la Banque russo-chinoise pour donner naissance à la Banque russo-asiatique. Depuis Saint-Pétersbourg, où fut installé le siège social, la nouvelle entité rayonna sur l’ensemble de l’empire russe, participant ainsi à la mise en valeur des ressources naturelles et au décollage industriel du pays.

13De ce fait, les archives historiques de la Société générale offrent une perspective stimulante pour envisager les relations économiques et commerciales entre la France et la Russie avant 1917. Outre les dossiers des entreprises russes ou étrangères implantées, le fonds compte également nombre de rapports d’inspection, des dossiers du personnel expatrié, notamment des cadres, ainsi que les témoignages sur les événements politiques qui ont marqué la Russie tsariste.

14Mais les archives conservées ne concernent pas seulement la seule Société générale et ses filiales en Russie. L’intégration du Crédit du nord au Groupe en 1997 a permis au service des archives historiques d’enrichir ses fonds « russes », en récupérant notamment les dossiers de la Banque de l’union parisienne. Fondée en 1904, cette banque d’affaire s’intéressa de près aux affaires russes, nouant des partenariat avec des groupes français comme Schneider, belge ou encore russe, dont la Banque de l’Union de Moscou.

15Au total, l’ensemble des fonds devraient contribuer à écrire une histoire économique et financière de la Russie et des relations franco-russes, mais aussi une histoire sociale et politique.

Des ingénieurs français au service de la couronne russe, au début du XIXe siècle : sources en Russie et en Ukraine, par Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch

16Sur une trentaine d’ingénieurs français ayant exercé au service de la couronne russe durant la première moitié du XIXe siècle, six ont été élus membres de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg : P. D. Bazaine, M. Destrem, B. Clapeyron, G. Lamé, A. Raucourt (de Charleville) et J. Hauÿ. Les quatre derniers ont été élus membres correspondants de cette compagnie, Destrem a été reçu membre honoraire, Bazaine a eu les deux titres. Huit au moins de ces officiers ont atteint les grades de généraux dans les diverses administrations techniques de l’État (S. Sénovert, I. Résimont, L. Carbonnier, P. D. Bazaine, M. Destrem, C. Potier, A. Fabre, F. De Saint-Aldegonde) ; quelques autres sont devenus colonels ou lieutenants-colonels du corps des ingénieurs des voies de communication (B. Clapeyron, G. Lamé, A. Raucourt, A. Henri, J. Fabre). Leur activité a été extrêmement diversifiée : ils ont enseigné et construit, élaboré des projets et dirigé les chantiers et les administrations, rédigé des mémoires scientifiques et des manuels, et édité des périodiques. Certains se sont distingués dans l’art et la littérature, d’autres ont eu une vie mondaine et sociale intense. 70 % de ces ingénieurs étaient des polytechniciens. Les documents qui les concernent ont été dépistés dans plus de cinquante lieux de conservation en Russie et en Ukraine (ex-URSS) : archives d’État, musées, départements de manuscrits des bibliothèques et fonds privés, et dans une quinzaine de lieux de conservation de documents en France. Il existe également des vestiges matériels associés à leurs noms et activités : des maisons où ils ont habité ; des ouvrages d’art qu’ils ont construit (ponts et écluses, bâtiments et couvertures) ; leurs sépultures, portraits et plaques commémoratives. L’article vise à offrir le survol de l’ensemble de ces sources qui permettent de restituer le parcours souvent inédit de ces experts en Russie. Il comprend la liste de ces ingénieurs, les données sur leurs carrières, l’aperçu du corpus de sources qui les concernent et leur classification.

La correspondance consulaire aux Archives nationales : une source privilégiée sur les origines des communautés françaises en Russie au XVIIIe siècle, par Anne Mézin

17Les archives des consulats de France constituent une source première dans l’étude des colonies françaises à l’étranger et des relations commerciales, culturelles, industrielles, scientifiques et autres. Aux Archives nationales, les fonds conservés couvrent la période de l’Ancien Régime avec la série dite des « Affaires étrangères ». Il faut toutefois préciser que ces correspondances sont rarement complètes, pour des raisons aussi bien politiques (guerres, révolutions) que particulières au consul. À cette première série des Affaires étrangères, il convient d’ajouter les papiers conservés dans la série Marine B7, qui proviennent aussi du fonds des consulats d’Ancien Régime.

18En plus de la correspondance des consuls avec les ministres, des mémoires concernant le commerce et la navigation, des états de navires, et des états d’importation et d’exportation de marchandises, sont conservés dans ces archives, de même que quelques listes ou états de Français. Tous ces documents permettent de se faire une idée, souvent approximative, de la colonie française de l’époque, tant au niveau des individus que de leur activité professionnelle. Ces sources sont complétées par les papiers de chancellerie des consulats dont on peut trouver des récapitulatifs dans la correspondance elle-même.

19Au cours du XIXe siècle, le déploiement du réseau consulaire français en Russie confirme une implantation beaucoup plus importante de la part des Français.

L’émigration française en Russie au tournant du XVIIIe siècle : la composition et le renouvellement de la communauté française d’après les listes de 1793 et 1806, par Vladislav Rjéoutski

20L’article étudie les résultats des recensements des ressortissants de France en Russie (1793 et 1806). Après la nécessaire analyse critique de ces sources, sont discutés les chiffres, pour la population française, dans les villes capitales et en province, ainsi que la composition professionnelle de la colonie française, et l’origine géographique de ses membres. La différence des sources ne permet pas d’établir avec précision la composition de la communauté française, mais il est possible de présenter les tendances principales.

21D’une part, on peut remarquer une relative constance de la composition professionnelle de cette colonie : les précepteurs et les enseignants ainsi que les marchands sont les groupes les plus importants. Le nombre des premiers a même augmenté de 1793 à 1806 et cette augmentation a touché aussi bien les capitales, Saint-Pétersbourg et Moscou, que la province. Dans ces deux villes, la part des Français enseignants est devenue plus importante, alors que dans la province, où presque tous les Français s’occupaient de l’éducation et de l’enseignement, c’est leur nombre qui a augmenté. Cette croissance reflète bien entendu la demande pour l’éducation « à la française » qui se développe malgré la critique virulente dont ces éducateurs sont la cible dans la société russe.

22La colonie de Moscou, assez importante et bien organisée en 1793, semble diminuer en 1806, alors que le nombre des Français installés en province est plus important, ce qu’on peut aussi attribuer à la croissance de la demande en éducateurs français parmi les provinciaux et d’abord la noblesse russe de province. On peut donc estimer que c’est cette demande qui a un impact sur la distribution géographique de la population française en Russie.

23Le nombre de ressortissants d’Alsace et de Lorraine augmente encore, celui de Paris, au contraire, diminue par rapport à 1793, et c’est particulièrement le nombre de Français qui sont nés en Russie de parents français qui baisse. L’Ouest et le Sud de la France sont relativement peu représentés en Russie.

24L’émigration alsacienne et lorraine peut s’expliquer par la situation de ces régions au carrefour de l’Europe, mais aussi par leurs liens avec différents pays européens. Leurs liens avec la Russie sont historiques et se développent tout particulièrement à partir du milieu du XVIIIe siècle, quand beaucoup de Russes viennent étudier à l’université de Strasbourg et que des familles russes engagent des précepteurs et des secrétaires venant de ces régions. L’importance de ce phénomène nous permet de le comparer à l’émigration de la ville de Halle vers la Russie, étudiée par Eduard Winer.

Les Français en Russie sous Nicolas Ier (1825-1855) d’après les documents de la Troisième Section de la Chancellerie impériale, par Véra Milchina

25Une des missions de la haute police créée par l’empereur Nicolas Ier en 1826, autrement dit la Troisième Section de la Chancellerie Impériale, est la surveillance des étrangers ; il lui revient donc de prendre tous les arrêtés et dispositions concernant les étrangers à leur arrivée et à leur départ du pays et pendant leur séjour provisoire ou définitif en Russie. Les dossiers de travail de cette haute police qui sont conservés aux Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF) comportent de nombreux renseignements sur les Français en Russie. On peut distinguer quatre grandes thématiques concernant les Français en Russie :

  1. l’arrivée et le départ des Français en Russie ; les documents nécessaires pour voyager dans le pays et pour en partir ; les méthodes de surveillance dont les Français étaient l’objet en Russie ;
  2. les Français considérés comme dangereux et donc objet d’une surveillance rigoureuse ou expulsés de Russie ; les sources qui mettent le gouvernement en alerte : rapports des agents russes à l’étranger, rapports des affidés travaillant dans le pays, lettres interceptées par la haute police ;
  3. les Français considérés par le pouvoir russe comme utiles et les Français devenus sujets russes et donc ayant perdu le droit à la protection de la part des diplomates français ; les documents nécessaires aux procédures de naturalisation et les listes des Français ayant prêté le serment de sujétion à l’empereur de Russie, particulièrement celle de 1834, qui donnent des éléments sur les métiers exercés par cette communauté et sur les parcours de ses membres ;
  4. les activités des diplomates français en Russie et leurs efforts pour défendre les intérêts de leurs concitoyens. Cette thématique, étroitement liée avec les précédentes, est abordée plus en détails dans l’article à partir de documents conservés au GARF mais aussi d’autres documents conservés par le service des archives du ministère des Affaires étrangères en France.

26Ces documents révèlent que les diplomates ont été non seulement les défenseurs de leurs compatriotes persécutés, mais aussi victimes eux-mêmes de persécution et étroitement surveillés. L’article démontre comment procèdent les diplomates français au poste en Russie (Mortemart, Lagrené, Barante) lorsque leurs compatriotes persécutés par la police russe ont besoin d’aide. Parfois les efforts des diplomates sont couronnés du succès, sinon les Français suspects sont expulsés du pays. L’article analyse aussi les activités des diplomates français, en premier lieu du baron de Bourgoing en été et en automne 1830, pour défendre non seulement des particuliers Français, mais aussi l’honneur de la France.

Attachés militaires et officiers en mission en Russie. Le regard des militaires français sur la Russie à la fin du règne de Nicolas Ier, par Frédéric Guelton

27« La Russie est dans le ciel, le tsar dans le sanctuaire, l’église dans la caserne, l’aumônier sous le drapeau, le soldat tout autour et le peuple au milieu » (cité par le capitaine de Laisle, état-major général, Mission militaire en Russie, 6 décembre 1875, Service historique de la défense, DAT, 7N 1468).

28Les archives militaires françaises forment un ensemble sui generis remarquable pour quiconque s’intéresse à l’histoire des relations entre la France et la Russie. Celles consacrées à la période qui s’étend de la guerre de Crimée aux débuts de la première guerre mondiale présentent un intérêt particulier en raison de leur volume global et de leur caractère spécifique, tous deux liés à cet événement majeur des relations internationales de la fin du XIXe siècle que fut la signature d’une convention militaire entre les deux pays généralement connue et présentée sous le vocable simplificateur mais évocateur d’« l’alliance franco-russe ». L’évolution générale des relations extérieures de la France et de la Russie, depuis le temps des premiers contacts réalisés sous le Second Empire jusqu’à la signature de la convention et à la naissance de l’Alliance font passer les deux États de la posture d’ennemis mortels à celle d’alliés indéfectibles. Cette période faste des relations franco-russes survit, dans des conditions dramatiques, à la Grande Guerre, jusqu’à ce que la tourmente révolutionnaire emporte l’empire russe. Elle connaît son épilogue au début des années vingt alors que des militaires français continuent de combattre aux côtés des armées blanches contre les forces bolcheviques et que la France accueille sur son sol une partie de la première émigration russe contrainte de fuir sa terre natale.

29Cet ensemble historique long de plus de soixante années est rythmé par des moments particuliers qui en représentent autant de chapitres à la fois distincts et successifs. Parmi eux, la décennie 1870-1880 forme un tout cohérent d’un point de vue militaire. Dans les deux pays, le souvenir de la guerre de Crimée s’éloigne tout comme s’estompent les prises de positions antagonistes adoptées lors du soulèvement polonais de 1863. En France, les conséquences dramatiques de la défaite face à la Prusse en 1870-1871 accaparent les esprits. Les militaires français qui, dix ans auparavant, n’hésitaient pas à railler l’armée russe, observent dorénavant avec intérêt la réforme militaire engagée par Milûtin. Ses spécificités intriguent d’autant plus que certaines sont décrites comme d’inspiration allemande. En les analysant, les Français cherchent à comprendre leur défaite récente, à trouver des modèles nouveaux applicables afin de réformer leur armée, enfin à estimer la valeur d’une armée dont chacun sent confusément qu’elle pourrait devenir le bras armé du fameux allié de revers dont la France cherche toujours à disposer dans l’Est européen, depuis au moins le règne de François Ier.

30Les archives militaires rendent bien compte, dans leur ensemble, de cette situation nouvelle et changeante. Celles des seuls attachés militaires et des officiers en mission projettent sur elle l’éclairage cru, direct et précis de celui qui se rend en Russie pour voir, pour comprendre et pour informer Paris. Elles peuvent, à première vue, paraître quantitativement limitées avec environ une centaine de cartons d’archives sur la période 1860-1914. Elles le sont beaucoup moins lorsqu’on les compare aux archives de même nature consacrées à la Grande-Bretagne (environ cent dix cartons), à l’empire austro-hongrois (moins d’une trentaine de cartons) et surtout à l’Allemagne (à peine plus d’une vingtaine de cartons). Les Français que l’on découvre à travers ces archives dont ils sont les producteurs sont, de facto, parmi les rares observateurs militaires directs de l’armée et de la société russes dans leur ensemble. Ils sont représentés par douze attachés militaires et environ soixante-dix officiers missionnaires, ce qui est, à l’époque, exceptionnel, même si, au moment, le nombre des Français qui séjournent Russie doit se situer entre 8 000 et 9 000 si l’on prend comme base le chiffre de 9 500 issu du recensement russe de 1897. Les résultats de leurs observations contredisent régulièrement les apports d’une historiographie connue, historiquement marquée et souvent politiquement contrainte par la vie politique du continent européen au XXe siècle. Ils proposent aux chercheurs d’entreprendre une nouvelle réflexion méthodologique et méthodique sur la Russie de cette période, qui demeure en définitive insuffisamment connue dans sa réalité historique. Ils poussent également à envisager un examen nouveau de cette armée russe telle que la découvrent les Français et d’en dresser, avec l’aide des sources de première main disponibles en France et en Russie, un tableau nouveau, plus complexe et plus complet que ce qui est généralement connu, afin de mieux rendre compte et de mieux comprendre l’histoire militaire franco-russe au temps de l’alliance éponyme.

Prêtres et religieuses français en Russie : impact religieux, culturel et social de la présence d’un clergé catholique étranger dans l’Empire (1890-1917), par Laura Pettinaroli

31Une étude sur la présence française en Russie au XIXe et au début du XXe siècle ne saurait faire l’économie du facteur religieux. Alors que se multiplient les études sur les confessions religieuses minoritaires dans l’empire russe, il importe de ne pas négliger le cas des croyants étrangers. Ultra-minoritaires, ces croyants étrangers jouent toutefois un rôle clé tant auprès de leurs concitoyens occidentaux résidant en Russie (structuration nationale et identitaire) qu’auprès de leurs coreligionnaires citoyens de l’empire russe, souvent pénalisés par la législation impériale (statut des confessions étrangères). Cette contribution aborde le cas des prêtres et religieuses français et leur action dans le domaine religieux, social et culturel, en particulier sous le règne de Nicolas II.

Témoignages de guides touristiques en langue française et de voyageurs français sur Moscou et son Kremlin (XIXe - début du XXe siècle), par Tatiana Balashova

32Moscou, au XIXe siècle, attirait de nombreux voyageurs russes et étrangers, parmi lesquels nous trouvons plusieurs Français, des écrivains, des poètes, des diplomates et des touristes qui, venant à Moscou, voulaient satisfaire un désir de connaissances historiques et culturelles. Les récits de voyageurs et les guides touristiques consacrés à Moscou exerçaient une influence importante sur la formation de l’image de la Russie en France. Cet article est centré sur Moscou, en raison du rôle important que la ville a joué dans les itinéraires de voyageurs français en Russie. Le Moscou du XIXe siècle était perçu par les contemporains, en opposition à la capitale officielle Saint-Pétersbourg, comme la capitale historique, le centre de l’orthodoxie, le symbole de l’histoire russe. Les témoignages des voyageurs français et des guides touristiques ont contribué à la construction d’une image fabuleuse de Moscou où le Kremlin était considéré comme le monument plus important de la ville, comme le symbole de l’histoire, de la spiritualité et de la culture russe

33Le développement des techniques, l’extension du réseau de chemins de fer et l’intégration économique croissante ont ouvert une nouvelle époque pour les voyages. Ils devenaient plus accessibles aux couches moyennes, tandis que les destination étaient plus variées. La période qui suit 1830 est marquée par un accroissement du nombre des guides touristiques et de leur maturité éditoriale ; cela correspond aux débuts du tourisme moderne. Les guides touristiques de la deuxième moitié du XIXe siècle et surtout du début de XXe siècle étaient conçus comme des livres pratiques donnant des informations brèves et indispensables pour un étranger à Moscou.

34La comparaison entre les récits de voyageurs français en Russie et les guides touristiques permet de faire l’hypothèse d’une influence réciproque. Leur étude permet de reconstituer quel était le parcours obligé du voyageur français à Moscou au XIXe siècle, de connaître les lieux et les monuments qui attiraient le plus les visiteurs et de situer l’importance que pouvait avoir l’ancienne citadelle du Kremlin.

Une source inédite pour l’étude des rapports franco-russes à la Belle Époque : le carnet de voyage d’Henri Vever, par N. Christine Brookes et Willa Z. Silverman

35Ce texte a pour but de présenter et d’analyser le carnet de voyage inédit rédigé par Henri Vever (1854-1942) lors de son voyage en Russie en été 1891. Maître joaillier militant dans les combats en faveur de l’Art Nouveau, Vever occupa une place décisive dans le monde artistique du tournant du XXe siècle. C’est donc en tant que figure de proue de la bijouterie française que Vever part en Russie, afin de représenter les intérêts commerciaux et culturels français lors de l’Exposition de Moscou. Cette exposition, témoignant du climat du rapprochement franco-russe qui avait abouti à la ratification de l’alliance entre ces deux pays, avait comme but de faire connaître l’expertise industrielle et artisanale française au marché russe. Une fois ses activités professionnelles acquittées, Vever entreprend son propre voyage en Russie, qu’il raconte en détail dans un journal manuscrit d’environ quatre-vingt pages dactylographiées. Il reviendra de ce voyage, qui le mène de Moscou jusqu’à Samarkand, en passant par Bakou et Tiflis, ébloui par la diversité des cultures rencontrées, et ce fait aura des retombées importantes sur ses activités jumelées de bijoutier et de collectionneur. Assurément, ses remarques font parfois écho à celles des autres voyageurs français, mais ce récit reste un témoignage privilégié d’une période charnière dans l’évolution des rapports franco-russes.

Auguste-René Semen, imprimeur, éditeur et marchand-libraire parisien à Moscou, par Anna Markova

36L’article présente pour la première fois en français l’activité d’imprimeur, de fondeur de caractères et d’éditeur d’Auguste Semen.

37Arrivé à Moscou vers la fin des années 1800, ce Français fit une carrière remarquable : il fut engagé pour organiser et prendre la tête de l’imprimerie de Nikolaj Sergeevič Vsevoložskij, une imprimerie « telle que notre Patrie n’en a encore jamais connue ». Pour accomplir ce projet ambitieux, Semen alla à Paris pour acquérir des presses et des caractères typographiques chez les typographes renommés partout en Europe, les Didot et Joseph-Gaspard Gillé.

38Par la suite, lorsque Semen ouvrit la fonderie et l’imprimerie auprès de l’Académie médico-chirurgicale de Moscou, il retravailla les caractères cyrilliques de Didot et assura ainsi l’évolution du style néo-classique sur les pages de ses propres éditions.

39Auguste Semen ne fut pas un simple typographe ; il considérait la création des caractères, comme un art et non comme un artisanat. Il eut un parcours extraordinaire : il devint franc-maçon ; durant la campagne de Russie, il fut placé en résidence surveillée à Nižnij-Novgorod ; il publia des livres interdits. Tout cela n’empêcha cependant pas le succès de son activité d’imprimeur. Pendant plus de quarante ans, il dirigea les travaux dans l’atelier typographique du Saint Synode et il reçut de l’empereur de nombreuses décorations. Dans sa propre imprimerie, Semen se livra à des publications de tous types : thèses en médecine, journaux et revues illustrés, premières éditions des auteurs russes classiques dont le caractère irréprochable le rendit célèbre dans l’histoire du livre russe.

40Outre la présentation de l’activité d’Auguste Semen, cet article se propose de rendre compte d’un document d’archives découvert récemment. Il s’agit de l’inventaire après décès du graveur-géographe Guillaume-François Semen, frère de l’imprimeur. L’étude de ce document et des publications qui y sont relatives ont rendu possible la description de la période parisienne de la vie d’Auguste Semen, peu connue jusqu’alors.

Piotr Doubrovski et la communauté d’émigrés français de Saint-Pétersbourg (1797-1812), par Vladimir Somov

41Les historiens ayant étudié les fonds français conservés en Russie connaissent bien le nom du diplomate et bibliographe russe Piotr Petrovitch Doubrovski (1754-1816), propriétaire d’une collection unique de manuscrits. Doubrovski commença sa collection en France : il eut des contacts avec les antiquaires et les bouquinistes de Paris, qui représentaient, à l’époque de la Révolution, un marché potentiel énorme pour les amateurs de raretés ; c’est ainsi qu’il développa son érudition, son goût pour l’acquisition des manuscrits et ses connaissances en bibliographie. En qualité d’employé de l’ambassade de Russie, Doubrovski connaissait des aristocrates français qui avaient fui la France révolutionnaire pour la Russie. Il quitta lui-même la France en 1792, laissant derrière lui de nombreuses dettes, et fut considéré comme un émigré par les forces républicaines. Il eut l’occasion de fréquenter des réfugiés français à Hambourg, où il servit à la Mission russe sous l’autorité de Frédéric-Melchior Grimm. Il organisa un concours d’odes in memoria de Catherine II, ce qui lui permit de rencontrer des éditeurs et des collaborateurs du Spectateur du Nord, journal édité par des émigrés (notamment, le marquis de la Maisonfort, les frères Fauche, Bodus, Rivarol). Nombre de ses connaissances se retrouvèrent rapidement à Saint-Pétersbourg où il arriva en 1800. En 1805, après avoir vendu sa collection à la cour de Russie, il entra à la Bibliothèque impériale publique, où il retrouva des émigrés (le premier directeur de cette institution fut le comte de Choiseul-Gouffier). Le supérieur direct de Doubrovski était le chevalier d’Augard et on trouvait parmi ses collègues, entre autres, le comte de Chanclos, Pierre Torcy, Antoine Butet, l’abbé Grandidier. Ces émigrés, qui avaient eux-mêmes de riches bibliothèques personnelles, apportèrent à la Russie leurs connaissances de la littérature et de la culture du livre. Leurs travaux et ceux de Doubrovski contribuèrent à l’assimilation de la culture française par la société russe.

Le comte Ferdinand de La Barthe et les études françaises en Russie, par Piotr Zaborov

42Cette contribution se propose d’apporter quelques informations sur la vie et les activités du comte Ferdinand de La Barthe (1870-1915). Du côté paternel il appartenait à l’aristocratie française, du côté maternel, à la noblesse ukrainienne, mais les deux familles étaient à cette époque assez peu fortunées. Né à Préveranges (Cher) il passa son enfance dans un milieu français, reçut une éducation catholique et l’enseignement primaire dans un collège local. Après quoi la famille quitta la France pour la Russie, où elle s’installa à Saint-Pétersbourg. Le jeune comte y entra dans un lycée réputé dirigé par Â. G. Gurevič et, plus tard, gagna la faculté de philologie et d’histoire de l’université de Saint-Pétersbourg, où il fit ses études de 1890 à 1895 à la section de philologie romane et germanique, fondée peu avant et dirigée par l’académicien Aleksandr Veselovskij. C’est sous l’influence de ce grand savant que La Barthe se forma comme historien littéraire de la France et de l’Europe occidentale en général et écrit ses principaux ouvrages – Chateaubriand et la poétique de la tristesse universelle, en France, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle et La poétique romantique en France, le premier soutenu en 1906 comme thèse de magister, le second comme thèse de doctorat en 1909. De 1898 à la fin de sa vie, il enseigna la langue et la littérature françaises et quelques autres disciplines philologiques dans différents établissements d’instruction, à l’université de Kiev (1901-1909) et à l’université de Moscou (1910-1915). Sa traduction en vers très réussie de La Chanson de Roland obtint le prix Pouchkine en 1897 et fut plusieurs fois rééditée. Il fut l’auteur de quelques manuels et d’une quantité d’articles scientifiques et critiques, publiés dans la presse périodique, et fut un brillant conférencier. Malheureusement, sa mort prématurée ne lui permit pas de mener à bien tous ses projets (par exemple, continuer et achever Recherches dans le domaine de la poétique et du style romantiques), mais, malgré cela, son apport aux sciences humaines russes et notamment à l’histoire de la culture française fut considérable et solide.

La peinture française dans la formation de la Galerie impériale de l’Ermitage jusqu’à son ouverture au public par Nicolas Ier en 1852, par Guillaume Nicoud

43Au XIXe siècle, les acquisitions en France de peinture pour la Galerie impériale de l’Ermitage se poursuivent, bien qu’à une moindre échelle que sous Catherine II. Au cours du règne d’Alexandre Ier, elles sont notamment réalisées par Dominique Vivant Denon (1747-1825), directeur du Musée Napoléon, et par le prince Vasilij Sergeevič Trubeckoj (1776-1841), général, aide de camp du tsar. Leurs achats complètent l’ensemble déjà amoncelé par Catherine la Grande en semblant suivre les propositions de développement de l’établissement prônées en 1804 par le directeur d’alors, le comte Dmitrij Petrovič Buturlin (1763-1829) dans son Tableau de l’Hermitage impérial. Ce document constitue une des sources principales conservées dans les archives du Musée d’État de l’Ermitage, archives qui nous permettent de retracer ici l’apport français dans la constitution de cette collection particulière des tsars avant son ouverture au public sous Nicolas Ier en 1852.

44Ces sources nous apprennent aussi que l’établissement s’adjoint sous Alexandre Ier les services d’un secrétaire français, Auguste Planat, qui devient ainsi le troisième Français à travailler dans l’Ermitage, après les peintres Gabriel François Doyen (1726-1806) et Armand Charles Caraffe (1762-1822).

45Parallèlement, de nouveaux aménagements architecturaux et muséaux modifient la sélection des œuvres acquises en France depuis Catherine II tout comme l’importance relative de l’école de peinture française au sein de la collection. Ces transformations ont aussi pour objectif de mettre en valeur les deux grandes collections achetées en bloc par Alexandre durant son séjour en Europe occidentale entre 1814 et 1815 : celle de l’impératrice Joséphine (1763-1814), provenant de la Malmaison, et celle du banquier William Gordon Coesvelt, produit indirect de la campagne napoléonienne en Espagne.

Les orfèvres parisiens au service de la Russie au XIXe siècle, par Wilfried Zeisler

46L’orfèvrerie parisienne était appréciée par la cour russe depuis le XVIIIe siècle, au cours duquel les souverains russes et leur entourage s’adressent aux orfèvres réputés de la capitale comme en témoigne l’inventaire de l’orfèvrerie impériale publiée par le baron A. de Foelkersam en 1907. Au XIXe siècle, cette tradition se poursuit ; les meilleurs orfèvres et manufactures répondent à de nombreuses commandes et font parfois le déplacement jusqu’en Russie.

47Le croisement de sources variées permet de retracer ces échanges. En premier lieu, il est nécessaire de considérer les pièces d’orfèvrerie, conservées dans les collections russes.

48Les livres de commandes, lorsqu’ils subsistent dans les archives de certaines maisons françaises, les factures ou les inventaires de collections conservés dans les archives nationales russes (Archives historique d’État de Saint-Pétersbourg ; Archives d’État de la Fédération de Russie, à Moscou) ou dans celles des musées (archives du musée de l’Ermitage ou de certains palais des environs de Saint-Pétersbourg) apportent un nouveau regard sur ces collections. Par ailleurs, ces documents, témoins d’un goût certain pour le luxe français en Russie, sont un moyen de mieux connaître les démarches commerciales des orfèvres parisiens désireux de conquérir le marché russe en développant leurs réseaux, en participant aux expositions internationales organisées tant à Saint-Pétersbourg qu’à Moscou, en entretenant des relations privilégiées avec leur clientèle ou en adaptant leur production au goût local.

49Les orfèvres de Napoléon, puis les Romantiques Froment-Meurice, Lebrun ou Morel et plus tard, la manufacture Christofle et les grands maîtres de la Belle Époque, ont exporté le goût français à la cour. Alors que s’affirme l’alliance franco-russe, deux d’entre eux, Odiot et Keller reçoivent même le titre de fournisseurs brevetés de la cour.

50Au même titre que celle de la peinture, l’histoire de l’orfèvrerie et de ses dynasties de maîtres parisiens, peut ainsi être évoquée par le prisme des collections russes.

Paul Boyer, ses liens avec la Russie et les enjeux politiques de la réforme de l’École des langues orientales dans les années 1910, par Anna Pondopoulo

51Paul Boyer, slaviste, administrateur et homme de la réforme institutionnelle des études orientales au début du XXe siècle, a durablement marqué les études slaves en France. Sa biographie et ses contacts en Russie, que l’on reconstruit en s’appuyant sur des documents des Archives nationales, nous permet de nous interroger sur les liens entre les réseaux politiques, organisateurs des relations franco-russes au tournant du XXe siècle, et sur le développement des études slaves et orientales.

Les Français dans la vie économique russe. De l’industrie à la banque. La Société générale en Russie (1870-1900), par Jean-François Belhoste

52Avant de créer en 1901 à Saint-Pétersbourg la Banque du Nord – laquelle donna naissance en 1910, par fusion avec la Banque russo-chinoise, à la Banque russo-asiatique, l’une de principales banques de l’empire russe –, la Société générale y participa activement à l’établissement d’une industrie lourde, fondée sur le modèle déjà existant en Europe occidentale. C’est en 1870, six ans donc après sa fondation, que démarrèrent les premières affaires. Avec le concours d’industriels et d’ingénieurs français et belges, dont certains siégeaient à son conseil d’administration, elle finança principalement des infrastructures de transport et des industries minières, métallurgiques et mécaniques, en tirant parti d’une expérience déjà acquise en France, en Algérie ou encore en Andalousie. Ses interventions progressèrent de façon continue. Elles portèrent d’abord sur la navigation de la Moscova et les chemins de fer du sud du pays, puis sur les charbonnages du Donets, les mines de fer de Krivoï-Rog, la construction de machines à Saint-Pétersbourg, et pour finir la grosse sidérurgie. La plupart de ses intérêts furent finalement regroupés en 1897 au sein d’une holding de droit belge. Ses activités croissantes occasionnèrent de multiples missions d’ingénieurs, puis l’installation sur place de cadres dont certains restèrent en poste plusieurs années. Ce sont notamment les difficultés enregistrées par la Société des usines de Briansk, l’une des plus importantes de Russie, qui conduisirent à la création de la Banque du Nord.

Le Crédit lyonnais, acteur et témoin de la présence française en Russie (1878-1920), par Roger Nougaret

53Le Crédit lyonnais fut la seule banque française à opérer sous son propre nom en Russie au XIXe siècle : elle s’installa à Saint-Pétersbourg en 1878, puis à Moscou en 1891 et Odessa en 1892. Elle développa ses opérations de façon profitable malgré l’alerte de 1905 et ne cessa de fonctionner qu’après le séquestre des agences consécutif à la Révolution. Le Crédit lyonnais agit comme une banque de dépôts, s’abstenant de prises de participations industrielles, mais adaptant pragmatiquement ses activités à chaque place financière et commerciale, pratiquant ainsi les avances garanties par des marchandises à Odessa, ce qu’elle ne faisait pas ailleurs. Une exploitation systématique des archives disponibles (correspondances, bilans, comptes de profits et pertes des agences, dossiers de clients, dossiers d’inspection) permettrait une analyse micro économique jusque ici un peu délaissée par les historiens, ainsi qu’une étude comparative sociale novatrice sur le personnel. Les archives du Crédit lyonnais renseignent également sur les entreprises françaises en Russie, notamment grâce à son unique collection d’études financières : quand elles ne constituent pas l’unique source de connaissance sur certaines entreprises, ces études, qui expriment une opinion indépendante, offrent un contrepoint utile aux conclusions que l’on peut tirer à partir des documents provenant des entreprises elles-mêmes. Pour compléter nos sources sur le milieu français opérant en Russie, on a ajouté les dossiers d’émissions d’actions et d’obligations et certaines listes de clients. L’exploitation de ces documents permet de porter notre connaissance de l’histoire des entreprises au niveau de celle des relations internationales.

L’installation de la banque Rothschild en Russie de 1883 à 1886, par Elena Razvozzhaeva

54Au début de 1886, la banque Rothschild rachète la société de S. Palaškovskij et devient le concurrent le plus important de la société Nobel jusqu’en 1918. Dans les années 1880, le pétrole n’était pas encore considéré comme combustible mais comme une huile lampante. Peu d’entrepreneurs voyaient en lui un produit important d’exportation. Les historiens se sont interrogés sur les raisons pour lesquelles les Rothschild ont pris la décision d’investir dans le pétrole russe, mais leurs sont restées relativement infructueuses. L’analyse de la correspondance de l’ingénieur français de la banque Rothschild, Jules Aron, conservée aux Archives nationales à Roubaix (ANMT 132 AQ, Vol. 840-849), a permis de dresser un tableau plus clair du début des « affaires russes » de la société de banque.

55Dans la période du 1883 à 1886, on distingue trois périodes de négociation des Rothschild avec les pétroliers russes : 1. celle des ouvertures de la société Nobel aux Rothschild (de la fin de l’année 1883 à la fin de l’été 1884) ; 2. celle de la confrontation des intérêts des sociétés Nobel, S. Palaškovskij et A. Bunge, de la société pour la vente du pétrole en Autriche-Hongrie Lindheim et Cie auprès de la banque de Rothschild, et le refus des banquiers français de signer le contrat avec L. Nobel (du mois de septembre 1884 au 4 mars 1885) ; 3. et enfin celle du second rapprochement de la banque avec la société S. Palaškovskij et la fondation de BNITO, la Société de Batoum, pour la production et le commerce du pétrole (d’août 1885 au printemps 1886).

56L’analyse des correspondances de Jules Arons nous permet de tirer plusieurs conclusions. D’abord, c’est Louis Nobel qui a joué le rôle d’initiateur des investissements des Rothschild dans le pétrole russe. Sa proposition a attiré l’attention du gendre du baron Alphonse Rothschild, Maurice Ephrussi, banquier juif d’origine russe. L’estimation de la rentabilité de cette affaire a été confiée à Jules Aron, ingénieur et administrateur de la société pétrolière de Fiume, financée par les Rothschild. En s’appuyant sur les données recueillies lors de son voyage en Russie en été 1884, Aron prépare un rapport sur le développement de la société Nobel en Russie. Ce rapport sert ensuite de base de la négociation.

57Le traitement de cette affaire par les Rothschild montre qu’ils ne prirent jamais de décision sous l’influence du climat d’euphorie autour de la signature de l’entente franco-russe, mais privilégièrent les chiffres froids de la rentabilité des affaires, étudiés par des spécialistes qualifiés. Ils avaient déjà l’expérience de la gestion de l’affaire pétrolière à Fiume. La connaissance de l’élite de l’État russe à travers la mise en place des emprunts russes permit aussi de faciliter les affaires.

58Parmi les raisons des blocages de la négociation avec Nobel on trouve, en premier lieu, l’intervention dans la négociation des ingénieurs de l’usine de Fiume, qui avaient démissionné pour aller travailler pour le concurrent, la société Lindheim et Cie. Ensuite, l’attitude de Louis Nobel fut considérée comme hautaine par les banquiers français : il refusait de céder sur quoi que ce soit lors de la signature des contrats et se permettait d’envoyer ses mandataires pour mener les négociations ou bien annulait purement et simplement les rendez-vous pris. Cette attitude a refroidit les banquiers français et, le 4 mars 1895, ils rompirent tous les contacts avec Nobel.

59Six mois plus tard, en avril 1886, quand ils apprirent que la société S. Palaškovskij était au bord de la faillite et coûtait dix fois moins cher qu’en août 1884, les Rothschild prirent la décision de la racheter.

Paysages et risques industriels en Russie, en 1906, l’expertise d’un réassureur français, par Raymond Dartevelle

60Notre contribution a pour ambition de présenter le cas pratique d’une politique de réassurance française dans la Russie industrielle du début du XXe siècle. Ce travail se fonde sur l’exploitation inédite de sources d’archives principalement privées, aujourd’hui conservées par le groupe d’assurance Axa. Pour les besoins de l’enquête historique, ces sources ont été croisées avec d’autres fonds d’archives privées (archives historiques des AGF, du Crédit lyonnais, de la Société générale) et publiques (Archives nationales). Trois thématiques sont privilégiées.

611. Le voyage d’étude d’un réassureur français : une source nouvelle pour une analyse du paysage industriel de la Russie et de ses représentations

62L’inspecteur d’assurance de la compagnie La Paternelle fournit dans son rapport les informations les plus complètes et les plus fiables, afin que le calcul des risques industriels et du tarif des primes soit rendu possible au regard des tables et critères en vigueur (classes et risques) pour les assurances contre les incendies. C’est la raison pour laquelle, outre la description détaillée faite par son auteur, l’historien dispose d’une série de plans, schémas, dessins en couleurs et de photographies en noir et blanc de l’espace des usines et des ateliers. Ce rapport rend compte ainsi d’une histoire, d’une géographie industrielle, et montre l’image d’un « système technique » organisé autour d’une réalité architecturale et spatiale, d’une typologie de manufactures russes (coton, laine, soie, indiennes), localisées dans un espace urbain (Moscou et Saint-Pétersbourg) et péri-urbain et/ou rural, avec leurs spécificités propres, au fondement même de risques industriels potentiels.

632. L’enquête technique du réassureur : histoire et mesure du risque industriel

64Elle permet non seulement une observation des types de matériaux utilisés dans la construction des différents bâtiments composant les manufactures et des moyens divers de lutte contre les sinistres (incendie, explosion, etc.), mais aussi une analyse pertinente et comparée du « système technique », de son évolution dans le temps, avec ses innovations et produits, véritable enjeu de consommation. Enfin l’enquête évoque de façon précise l’organisation rationnelle des usines : taille, nombre d’ateliers, types de machines, volumes de production, capitaux engagés, effectifs, méthode et division du travail. À ce stade, on montrera combien l’inspecteur fonde sa démonstration sur une image photographique construite (ce qui est différent du reportage photographique, instrument de mémoire documentaire), véritable enjeu de représentation, avec ses codes précis, que l’on retrouve dans d’autres rapports illustrés et travaux de commande voulus par des industriels français ou étrangers (en Allemagne et aux États-Unis).

653. Du voyage d’un réassureur aux voyages des ingénieurs et manufacturiers français en Russie : histoire et « culture du voyage »

66Moyens d’information sur la vie économique et le développement industriel d’un pays, le voyage d’étude du réassureur représente aussi une source intéressante qui illustre la tradition et l’impact des voyages d’étude et de formation des ingénieurs dans les pays européens. À cet égard, on soulignera le rôle central des manufacturiers français, plus précisément des chimistes-coloristes de Suisse et d’Alsace, installés en Russie depuis le premier tiers du XIXe siècle. Ce recours à l’histoire représente pour l’historien un apport essentiel afin de mieux comprendre la construction d’un système technique performant et innovant, adapté à la consommation de masse et aux pratiques sociales et culturelles dictées par la mode et l’évolution du marché. Il permet aussi d’appréhender, à travers le maintien des liens fondamentaux de sociabilité familiale, voire d’endogamie, le développement des réseaux transnationaux qui ont facilité les transferts de technologie et la diffusion des savoir-faire. En ce sens, la Russie du début du XXe siècle représente un objet d’étude privilégié pour l’histoire des assurances.

Une face méconnue du capitalisme français en Russie : l’activité des entrepreneurs de travaux publics (1857-1914), par Dominique Barjot

67Au terme du XIXe siècle, la chute, en France, des dépenses d’investissement ferroviaires pousse les entrepreneurs français de travaux publics ou de constructions métalliques et mécaniques à exporter massivement en Russie. Ils y pénètrent en deux vagues d’expansion : 1857-1862, puis 1908-1914, entrecoupées d’une longue phase de dépression. Pour y faire face, ils concluent des alliances interfirmes, parfois avec l’apport d’entreprises belges (Hersent ou GTM avec Ackermans Van Haaren), et collaborent de façon étroite avec la banque (Régie générale des chemins de fer et Banque de l’union parisienne).

68Parmi les entrepreneurs les plus anciennement actifs en Russie, Hildevert Hersent, fondateur de l’entreprise, et son associé Alphonse Couvreux se rapprochent de Schneider et du Crédit lyonnais afin d’obtenir, en 1872-1875, les travaux du canal de Kronstadt à Saint-Pétersbourg. Ils se heurtent à la forte opposition de Nicolas Putilov : c’est un échec. Mais les fils d’Hildevert, Jean et Georges, sont plus heureux. Intéressés d’abord au canal Volga-Don et au pétrole de la région de Bakou, ils aménagement les ports de Saint-Pétersbourg (1905-1906) et de Reval (1911-1916), toujours avec Schneider et Ackermans Van Haaren.

69Au début du XXe siècle, surgissent de nouveaux compétiteurs : Schneider et Cie, Société des grands travaux de Marseille et Société générale d’entreprises. Tandis que le premier groupe agit par l’entremise du Syndicat des affaires russes et de la Société nationale de construction (1912), la Société des GTM s’impose comme la firme la plus active en Russie, qui lui procure, entre 1892 et 1913, la majorité de ses profits. Elle y aménage les ports de Tuapse et Taganrog et s’associe à la SGE dans les affaires de chemin de fer. Quant à la Société générale d’entreprises, elle opère une percée sur le marché russe, à partir de 1912 : formation de la Compagnie du chemin de fer d’Olonec, puis de la Société Podrâdčik (génie civil), travaux de la centrale thermique de Saint-Pétersbourg. Mais cet engagement ne dure pas, car les mêmes entreprises se retirent de Russie dès 1916.

La société Schneider et Cie en Russie de 1856 à 1899 : l’ère des constructions civiles à vapeur, par Agnès D’Angio-Barros

70L’entreprise française Schneider et Cie, créée en 1836 et spécialisée dans la métallurgie et les machines à vapeur, fait une première incursion en Russie à l’occasion du rapprochement franco-russe de 1856. Son gérant, Eugène Schneider, est alors vice-président du Corps législatif et un pilier du Second Empire. Schneider et Cie obtient des locomotives de la part de la Grande Société des chemins de fer russes, fondée par les frères Pereire sous le parrainage du duc de Morny, président du Corps législatif, et quelques commandes de la part du ministère russe de la marine. Mais dès 1861, la dynamique s’arrête, parce que la Grande Société n’a pas les moyens de ses ambitions et que le contexte économique russe n’est pas propice.

71L’Exposition universelle de Paris en 1867 donne une nouvelle impulsion, plus forte et plus durable, liée à la multiplication des compagnies ferroviaires. Celles-ci réclament des locomotives et parfois des ponts, mais aussi – grâce au développement d’aciéries Martin et Bessemer au Creusot, l’usine principale de Schneider et Cie – des rails et des bandages en acier, plus résistants que ceux en fer. Schneider se dote même d’un représentant qui, basé à Vienne, s’occupe de l’Autriche et de la Russie. L’Exposition universelle de Vienne en 1873 lui permet de drainer des clients quelques années encore après le début du cycle de dépression économique qui dure jusqu’en 1896. L’année 1878 marque la fin de cette période faste, et aussi de la clientèle ferroviaire.

72Après l’absence de commandes pendant une dizaine d’années, une époque de transition s’ouvre en 1891. L’équipement d’usines métallurgiques prend le relais dans les fabrications civiles, et Schneider entreprend la recherche de marchés liés à l’armement (plaques de blindage, canons). Symbole de cette mutation qui se développera pleinement à partir de 1907, c’est la Société des usines Putilov qui devient son représentant en Russie en 1897. Quant aux aléas de certains chantiers financés par la Banque de Paris et des Pays-Bas ou la Société générale entre 1896 et 1899, ils démontrent à Schneider le besoin de disposer de sa propre banque pour bâtir une politique réaliste et viable dans ce pays.

La Société de construction des Batignolles en Russie (1851-1914), par Rang-Ri Park-Barjot

73Jusqu’à la première guerre mondiale, la Société de construction des Batignolles (SCB) fait figure de leader français du bâtiment et des travaux publics. Elle est aussi très internationalisée : en 1913, elle réalise 73 % de son chiffre d’affaires à l’étranger. Fondée en 1846 par Ernest Goüin, la Société Ernest Goüin et Cie se transforme en Société de construction des Batignolles en 1871. En dépit de son passage à la société anonyme par actions, elle demeure une entreprise familiale, contrôlée par la famille Goüin. Son implantation en Russie est précoce, puisqu’elle date de 1857.

74Elle résulte de trois facteurs convergents. En premier lieu, la Société Ernest Goüin (puis SCB) réalise à l’exportation l’essentiel de son chiffre d’affaires, grâce à son avance en matière de construction de ponts métalliques (Alexandre Lavalley et Ernest Goüin accumulent en la matière les prouesses technologiques. Elle met en place, à partir de 1859, tous les ouvrages de la ligne Saint-Pétersbourg/Varsovie, le pont de Rybinsk sur la Volga, puis prend part aux chantiers de la Grande Société des chemins de fer russes, de 1857 à 1862. Condamnée à l’exportation par la dépression du marché métropolitain, elle se tourne vers la Russie sans en dépendre jamais outre mesure (7,7 % des marchés de 1885-1886 à 1913-1914). L’alliance franco-russe lui ouvre, en second lieu, une opportunité majeure : le rôle des ingénieurs doit donc être souligné à côté de celui des banquiers. En troisième lieu, Jules Goüin manifeste, à titre personnel, un intérêt pour la Russie qu’atteste l’importance de ses placements dans le pays, surtout de 1886 à 1893.

75La SCB y met à son actif le grand pont Troïtzky, édifié à Saint-Pétersbourg, de 1897 à 1901. Cet ouvrage monumental, mais de construction difficile, ouvre la voie à d’autres : le pont du Palais, toujours à Saint-Pétersbourg (1906-1908), le pont sur le Vistule à Varsovie (alors en Russie). La SCB se dote, à Saint-Pétersbourg, d’ateliers de montage destinés en particulier à l’équipement du Transsibérien : ils sont établis à Volynkino. Ceux-ci voient se ralentir leur activité à partir de 1909, donc assez tôt. L’expérience russe de la SCB s’interrompt dès l’éclatement du premier conflit mondial.

Pierre Darcy (1870-1918), acteur majeur du développement de l’industrie métallurgique en Russie au début du XXe siècle, par Svetlana Kuzmina

76L’activité des entrepreneurs français fin XIXe - début XXe siècle en Russie constitue une problématique importante et en même temps peu étudiée. Les opérations économiques et financières des Français ont exercé une importante influence sur le développement économique russe. Les hommes d’affaires français, participant dans une large mesure au financement de la transformation d’échelle de l’industrie russe mettaient activement en application des technologies industrielles avancées et des méthodes effectives de direction capitaliste de la production qui, bien évidemment, contribuèrent à l’accélération du rythme d’industrialisation de la Russie.

77Un personnage remarquable parmi les hommes d’affaires français en Russie fut la personne de Pierre Darcy, qui joua un rôle éminent dans la fondation et le développement de l’industrie métallurgique russe. En assumant la direction des nombreuses entreprises métallurgiques, Pierre Darcy mena une politique orientée vers l’accélération du processus de concentration de l’industrie russe en catégorie de monopole. Pierre Darcy étant le créateur et chef du cartel « Prodameta » et le représentant du groupe financier et industriel franco-belge, il prit très activement part aux plus importantes opérations financières dans les industries métallurgiques et transformatrices des métaux en Russie.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540