Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Conclusion

Table ronde : de nouvelles perspectives de recherche ?

Testo integrale

1Bruno Delmas :

Au terme de ces trois journées, nous voici réunis pour une table ronde destinée à tirer les conclusions de nos échanges et à esquisser des pistes de recherches futures sur la France et les Français en Russie, non seulement au XIXe siècle, mais plus largement au cours de l’histoire. Pendant ces séances particulièrement riches, nous avons entendu vingt-six communications. Je pense que, pour beaucoup d’entre-nous, ces exposés ont été une révélation ; une révélation, d’abord, de l’importance des sources existantes en France et en Russie et de leur sous-utilisation, mais aussi de la variété des champs de recherche actuellement en cours d’études sur la Russie, qu’il s’agisse de l’éducation, des arts, des échanges touristiques et commerciaux, de projets d’équipements, d’investissements et de réalisations de toutes sortes. Ces travaux révèlent à la fois des vies, des aventures humaines d’artistes et d’entrepreneurs, partis, en particulier à la fin du XIXe siècle, à la découverte ou à la conquête d’un « far East » alors tout aussi dynamique que son homologue américain ; aventures d’entreprises aussi, qui ont développé des liens, scientifiques, techniques et économiques entre nos deux pays. Le souvenir que ce mouvement fut porté par un formidable soutien financier, les emprunts russes, mais aussi par un soutien patriotique de la population française grâce à l’Alliance franco-russe, s’est aujourd’hui quelque peu estompé. Ce que nous avons vu, ce sont des acteurs et des réalisations portées par cet engouement multiséculaire, pour lequel la France avait des concurrents très dynamiques en Europe (Grande-Bretagne, Allemagne et Italie) et même plus tard en Amérique avec les États-Unis.

2Ce qui m’a frappé, également, c’est la diversité d’origine des participants à nos travaux. Ils venaient d’horizons très différents. Bien sûr, il y a les organisateurs, les Archives nationales, l’École nationale des chartes, l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV). Mais il y a aussi l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne et le ministère des Affaires étrangères, des collègues étrangers des États-Unis et surtout, pour terminer par le plus important, nos collègues de Moscou et de Saint-Pétersbourg : Académie des sciences de Russie, Institut d’histoire universelle, université d’État des sciences humaines, Université Lomonossov, Musée du Kremlin, Conservatoire national de la Russie, etc.

3Je vais vous présenter maintenant les personnes qui participent à cette table ronde en allant de gauche à droite. M. Dominique Barjot, professeur à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV) ; je commence par lui, parce que c’est lui qui est notre hôte ici aujourd’hui et je le remercie encore au nom de tous pour son accueil dans ce bel amphithéâtre de la maison de la recherche. Ensuite, vous connaissez tous, Mme Marie-Pierre Rey, qui est professeur à l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne, M. Pivovar, recteur de l’université d’État des sciences humaines et M. Alexandre Tchoubarian, directeur de l’Institut d’histoire universelle de l’Académie des sciences de Moscou, la grande institution de la recherche historique russe, Mme Francine Dominique Liechtenhan, notre partenaire de Paris-Sorbonne. Et bien sûr, je termine par M. Eugène Starostine, professeur titulaire de la chaire d’histoire et d’organisation des archives de l’Institut d’histoire et des archives (RGGU) qui est, pour une part, à l’origine de notre rencontre d’aujourd’hui. Merci à tous de leur présence.

4Pour essayer de voir quelles sont les perspectives ouvertes par nos travaux, il me semble que nous pourrions demander à nos invités de nous dire leurs sentiments, de nous faire leurs propositions, de nous présenter leurs analyses à partir de trois thèmes. Tout d’abord, les acteurs, ces histoires individuelles, auxquelles je faisais allusion à l’instant. Les acteurs sont nombreux, ils sont divers. Est-ce qu’il n’y a pas là des pistes pour lancer des programmes de recherches biographiques sur des personnages clés ou prosopographiques sur des groupes ? Le deuxième thème que je proposerai à nos collègues, porte sur le rôle des institutions, des entreprises, des sociétés savantes et des groupements humains. N’y a-t-il pas là aussi des domaines inconnus à explorer ? En troisième lieu, cela a été largement vu au cours de ces journées, quelles ont été les réalisations, quel bilan pouvons-nous en tirer avec ses échecs et ses succès ? Les communications ont montré que les réussites sont très importantes et qu’il en subsiste de nombreux témoignages. N’y a-t-il pas encore beaucoup de travaux à entreprendre pour les redécouvrir ?

5J’inviterai chacun des quatre intervenants à s’exprimer à tour de rôle, sur chacun de ces thèmes. Et pour commencer, abordons le premier thème, les individus ; Francine-Dominique Liechtenhan, voulez-vous commencer, puisque vous êtes à la tête d’une grande entreprise prosopographique ?

6Francine Dominique Liechtenhan :

Je vous remercie, M. le président. Je vais vous donner une réponse très technique, parce que nous dirigeons un groupe de recherche qui associe des chercheurs, des enseignants-chercheurs, de plusieurs établissements français ; je me permettrais de citer en premier les universités de Paris I – Panthéon-Sorbonne, Paris-Sorbonne (Paris IV), l’École normale supérieure, les Archives nationales, les Archives des affaires étrangères et l’École nationale des chartes. Du côté russe, l’Institut d’histoire universelle de l’Académie des sciences, mais aussi, bien sûr, l’Université des sciences humaines, les Archives nationales russes, les Archives des actes anciens d’État de Russie ; bref, j’ai peur d’en avoir oublié.

7Avec ce groupe de recherche qui compte quarante personnes, nous avons entrepris de constituer deux banques de données, l’une prosopographique dirigée par Vladislas Rjéoutski et Anne Mézin ; l’autre plus bibliographique dirigée par Irina Gouzévitch et son époux Dmitri.

8Nous venons de commencer la première banque de données qui permettra l’analyse à la fois sociale et économique des individus comme des personnes qui sont venues en mission. Avec ce groupe de recherche, nous avons déjà organisé des colloques sur le XVIIIe siècle. Nous ferons aussi des tables rondes, une école d’été, et surtout nous avons, avec Bruno Delmas, Armelle Le Goff et Dominique Barjot, un séminaire de recherche mensuel.

9Le projet en question va chronologiquement du début du XVIIIe siècle, de la fondation de l’Académie impériale de Russie, jusqu’à l’ère de Khrouchtchev, c’est-à-dire 1964, car les archives russes sont consultables jusqu’à cette date récente.

10Pour les individus sur lesquels vous m’avez interrogée, il faut revenir à la question qui nous avait été posée le premier jour, c’est-à-dire les limites géographiques de cette entreprise. Que signifie la Russie du XVIIIe siècle ? Que signifie la Russie du XIXe siècle, voire celle du XXe siècle ? Elle est à géographie variable. Je ne donnerai que deux exemples. Bien sûr, c’est le démantèlement en 1991 de l’URSS avec des États indépendants qui émergent. Mais n’oublions pas non plus certains éléments comme la Pologne, avec le duché de Varsovie qui a fait partie intégrante de l’empire de la fin du XVIIIe siècle jusqu’en 1919. Cette géographie historique pose un petit problème d’enquête dans les archives, que ce soit sur les individus, que ce soit sur les institutions, étant donné que les Polonais se montrent un peu frileux sur ce passé douloureux de leur histoire.

11L’autre question qui se pose concerne les individus, les personnes envoyées en mission. Qu’est-ce qu’un Français qui part en Russie ? On se heurte au problème, bien sûr, des Alsaciens, avec leur histoire variable. On se heurte aussi aux francophones des régions limitrophes ; je pense notamment aux Genevois, qui se disent souvent français, alors qu’ils ne sont pas même nés en France.

12Les acteurs individuels posent un problème. Que veut dire un acteur individuel ? Nous avons beaucoup d’aventuriers qui partent en Russie, que ce soit au XVIIIe siècle ou au XIXe siècle. Au XXe siècle, bien sûr, cela devient beaucoup plus rare, nous avons des problèmes de visas. On a alors plutôt des personnalités officielles. Ils posent un problème dans la mesure où il faut pouvoir cerner le groupe auquel ils appartiennent. Par exemple, nous avons, surtout au XIXe siècle, des milliers de précepteurs, des gens souvent non formés pour être enseignants, souvent des gens qui ne savent pas même parler notre langue, et qui échouent en Russie comptant sur la naïveté de leurs interlocuteurs et se présentant comme des enseignants chevronnés de leur culture et de leur langue. Cela concerne surtout ce groupe d’individus, parce qu’on n’a pas ce problème avec les personnages institutionnels. On peut les cerner. Ils sont envoyés officiellement. Lesquels retenir ? Comment préparer ces banques de données ? Avec Vladislav Rjéoutski et Anne Mézin, nous avons décidé de retenir seulement les personnages qui ont laissé une trace, une réalisation, quelque chose, par exemple un journal de voyage ou qui, de précepteurs, sont passés entrepreneurs. Il y en a eu plusieurs qui ont laissé une entreprise, qui ont monté des établissements scolaires. Il y a eu aussi un certain nombre de médecins. Il y a aussi, souvent d’ailleurs, des aventuriers, certains ont créé des hôpitaux. Bref, nous avons décidé d’un commun accord de limiter notre base aux personnes qui ont laissé une trace concrète dans le pays, et de ne pas commencer à cerner tous ces aventuriers dont nous avons des traces seulement dans les archives, car bien sûr, nous avons parfois des passeports, des immatriculations mais leur action reste très difficile à connaître.

13Eugène Starostine :

Je vais commencer mon intervention par une remarque banale. Finalement ce sont les hommes qui font l’histoire. C’est pourquoi, la plus grande attention a été accordée dans le programme de notre colloque aux personnes, à leurs activités et à leurs œuvres. Actuellement, à l’Institut d’histoire et des archives (RGGU), nous étudions la possibilité de créer une base de données sur les Français qui vivaient en Russie et en Union soviétique, et sur les Russes qui vivaient en France ; ce serait donc une action convergente avec les travaux de Vladislav Rjéoutski et d’Anne Mézin.

14Afin de limiter raisonnablement le projet, nous avons pris le parti de n’inclure, dans un premier temps, dans cette liste que les personnalités qui ont obtenu la reconnaissance publique. Plus tard, cette base de données pourra être élargie à d’autres personnes. Je suis persuadé, par exemple, que les Français qui, après la défaite de la Grande Armée, restèrent en Russie et furent pris comme précepteurs dans les familles aristocratiques russes, ont transmis à la génération qui leurs a été confiée une éducation libérale et progressiste. Je me souviens d’un vers de Pouchkine :

Monsieur l’abbé, pour qui l’étude
Devait distraire le bambin,
Parlait de tout d’un ton badin,
Fuyait toute morale rude
Et le tançait sans insister
En flânant au Jardin d’été.

15Cette description ne reflète qu’une partie de la réalité. Les maîtres français d’esprit libéral étaient assez nombreux et leur influence a provoqué le basculement de leurs élèves dans 1’opposition au régime impérial. Si cette opinion est fausse, comment pouvons nous alors expliquer l’opposition à la monarchie de la jeunesse noble au cours du XIXe siècle ? L’aristocrate, qui était imprégné de ce sentiment de culpabilité vis-à-vis du peuple, était issu de la même tradition philanthropique que le mouvement « dans le peuple » qui s’est développé en Russie dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le prince Petr Alekseïvitch Kropotkine est un représentant de cette noblesse. Nous lui devons le portrait touchant de son précepteur, un vieux soldat de la Grande Armée qui s’appelait Poulain. Descendant des Rurikovicht, première dynastie des tsars russes, il a activement participé au mouvement révolutionnaire français. Il a été condamné en 1883 à cinq ans d’emprisonnement dans la centrale de Clairvaux pour propagande des idées anarchistes. Durant sa détention, il a rédigé la plaidoirie de défense de son codétenu, un simple ouvrier français. Plus tard, les historiens du syndicalisme révolutionnaire, tel Hubert Lagardelle, l’ont considéré comme à l’origine de l’anarcho-syndicalisme en France. Dans sa cellule de Clairvaux, le « prince anarchiste » prépara pour son ami le grand géographe Élisée Reclus une description très détaillée de la Sibérie qu’il avait explorée. Elle a été publiée dans le quatrième volume de la Géographie universelle d’Elisée Reclus, sans l’indication, bien sûr, de son véritable auteur.

16Une place primordiale dans l’étude des sources de l’histoire de la France doit être consacrée aux correspondances conservées dans nos institutions patrimoniales, archives, bibliothèques et musées. Il y a énormément de sources, un océan de sources. Pour prolonger cet exemple révolutionnaire, mentionnons Mikhail Bakounine qui a participé à la Révolution de 1848, également Petr Lavrov, Alexandre Guertzine, Anatoli Lounatcharski, Lénine, etc. On n’a dépouillé qu’une infime partie des archives et il reste encore beaucoup à découvrir. Des surprises nous attendent partout. Par exemple, j’ai eu la chance de trouver dans le fonds de la chancellerie impériale un document par lequel, en 1902, Nicolas II faisait un don de vingt mille roubles or pour sauver de la famine les familles des pécheurs bretons en cette année où le poisson avait déserté les côtes bretonnes. Il fut un temps où la Russie joua le rôle de bienfaiteur du peuple français. Beaucoup de choses restent encore à découvrir dans les archives.

17Pour terminer, je voudrais dire que nous devons réunir nos efforts. Et mon appel s’adresse d’abord aux archivistes et aux historiens franco-russes.

18Marie-Pierre Rey :

D’abord, puisque je n’ai pas encore eu l’occasion de le faire, je voudrais vous féliciter pour le magnifique travail que constitue la publication des Sources de l’histoire de France en Russie. Guide de recherche dans les Archives d’État de la Fédération de Russie à Moscou (XVIe-XXe siècles). Je l’ai lu hier, avec beaucoup d’intérêt et j’ai été fascinée en voyant à quel point ce travail est énorme, rigoureux, méthodique et à quel point il va constituer un outil extraordinaire pour les historiens et, je l’espère, pour la jeune génération qui va continuer à travailler sur ces questions. Je tenais à vous rendre hommage parce que c’est vraiment une magnifique réalisation.

19En ce qui concerne les acteurs individuels, les relations franco-russes sont un champ de recherche relativement récent à l’échelle de l’histoire des relations internationales. Pendant longtemps on a eu une approche purement institutionnelle et, de ce fait, très abstraite. De là, l’intérêt de se focaliser sur les individus, sur les acteurs individuels, on déplace ainsi le regard vers le concret ; on va, comme disait Catherine II, vers la peau humaine qui est autrement plus chatouilleuse que le papier. C’est exactement ça, on va vers les destins individuels qui rencontrent les intérêts étatiques, qui les soutiennent et qui parfois aussi les contredisent.

20Les différentes communications ont montré la variété des destins individuels. Il y a des Français qui s’installent définitivement, qui prennent souche ; il y a ceux qui sont en mission ; il y a ceux qui sont là malgré eux, fruits de l’exil, fruits des complications politiques ; et puis il y a ceux qui vont et qui repartent, qui sont à la confluence encore peut-être plus nettement des deux pays. Quel que soit finalement leur parcours individuel, ce qui est très frappant c’est qu’ils sont souvent porteurs d’un certain nombre d’idées intéressantes et de pratiques. On a vu ainsi avec la communication sur les ingénieurs qu’ils sont des facteurs de transfert de connaissances, mais ils sont également des passeurs d’influence littéraire ou artistique, ils sont aussi créateurs de liens, créateurs de pratiques, et puis, on ne l’a pas peut-être dit assez, créateurs de mythe. Donc, d’un côté ils font avancer les choses, mais parfois aussi ils figent un certain nombre d’idées. Ils participent à la construction d’un imaginaire. Cela me paraît quelque chose d’important, j’y reviendrai tout à l’heure.

21Quand on parle d’individu, on peut d’abord évoquer les individus qui ont été bien identifiés dans le passé, qui sont en missions officielles et qui sont, en fait, faciles à appréhender dans leurs fonctions. Il me semble que, bien qu’on ait déjà bien avancé dans cette voie, on peut encore faire beaucoup de travaux, par exemple sur la place des Français dans la diplomatie russe, et s’intéresser à ceux qui ont été à la marge de cette activité diplomatique et qui ont été de grands acteurs du développement économique ou militaire de la Russie.

22Le duc de Richelieu à Odessa est un cas emblématique. Mais d’autres individus mériteraient d’être redécouverts et appréhendés. Langeron, cas archétypal, est trop négligé par l’historiographie et on peut en aborder l’étude au travers d’archives françaises et russes. Et, c’est un point sur lequel je vais insister : l’intérêt du partenariat franco-russe. Il est extrêmement important à mes yeux, qu’on aille vers des projets comme des études biographiques mais avec des sources croisées. Le cas Langeron est intéressant parce qu’il y a à la fois des sources du côté français, du côté russe et des sources privées ; donc, on est là vraiment dans des parcours à mieux identifier grâce à ces sources croisées.

23Autre chose qui m’a frappée dans le guide, nous avons énormément de renseignements sur les Français dans les fonds privés des grandes familles russes, les Narychkine, les Stroganoff, dans lesquels des documents parlent de nos Français, tout spécialement de nos diplomates français. Là aussi, c’est une manière de diversifier les prismes que de percevoir ces diplomates français vus par les Russes car, on le sait, c’est un fait établi, que les diplomates français vivent en symbiose complète avec la cour de Saint-Pétersbourg et qu’ils y nouent de nombreux liens. Il y a une grande sociabilité. Et là-dessus aussi le fait de recourir aux sources croisées rend mieux compte, à mon sens, de la richesse de ces interactions.

24On a aussi tous les architectes, les peintres, tous ces personnages qu’on a bien repérés pour le XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle, mais nettement moins pour la fin du XIXe et le début du XXe siècle, et là, je crois que ce sont des territoires à explorer.

25Pour la période soviétique, on a également de grandes figures qui méritent aussi d’être appréhendées par les sources croisées. J’étais fascinée de voir dans le Guide que vous mentionnez nombre de dossiers sur Aragon, Romain Rolland. Là aussi, ce sont des massifs gigantesques qui méritent d’être explorés. L’étude de Sophie Cœuré, qui a beaucoup travaillé sur ces questions, a ouvert la voie, mais manifestement, si on se reporte au Guide, il y a de nouvelles sources que l’on pourrait utiliser. Et ce qui a été négligé aussi, ce sont les intellectuels français, les artistes, les peintres, ils sont nombreux à aller en Union soviétique, comme compagnons de route pendant la Guerre froide durant les années 1950-1960, plus que pendant les années 1920 et 1930. Là aussi, on a des sources tout à fait intéressantes dans les archives ex-soviétiques qui mériteraient d’être exploitées.

26Deuxième aspect, les individus que l’on peut appréhender, je dirais, dans les réseaux collectifs ; je renvoie à nouveau à l’étude sur les ingénieurs, c’est-à-dire avec une logique prosopographique beaucoup plus nette : d’où viennent-ils, comment sont-ils formés, que font-ils ? Puis on a également des études à mener sur les sociétés – l’exemple modèle, évidemment, c’est la Société des Batignolles où l’on voit ce lien entre les réseaux collectifs et les réseaux familiaux. C’est très important, je crois, d’insister peut-être plus sur ces individus en tant qu’élément d’une entreprise familiale qui se développe. W. Ziesler a parlé des orfèvres parisiens qui fondent de véritables dynasties. C’est un peu cette même logique de lien dynastique qu’il faudrait peut-être davantage exploiter.

27En ce qui concerne aussi les réseaux de sociabilité de groupe, ça a été un tout petit peu fait pour la danse, mais il me semble qu’il faut consacrer des études systématiques aux grandes figures de grands professeurs de danse, de musique, qui ont travaillé dans les théâtres impériaux. Certains s’y sont installés, et ça vaudrait la peine là aussi de mener des études plus systématiques.

28Enfin, troisième élément, les anonymes. C’est un thème de plus en plus à la mode dans l’historiographie contemporaine, mais ça me paraît fascinant. Ce que j’appelle les anonymes, c’est-à-dire ceux qui ont déjà été bien repérés dans le programme, et Vladislav Rjéoutski a mené une jolie étude sur ces fameux « anonymes » que sont les précepteurs, les gouvernantes, les directeurs d’écoles, qu’on repère bien pour le XVIIIe et le début du XIXe siècle mais qui ont été moins étudiés pour le début du XXe siècle. Et puis, le cas qui m’intéresse en ce moment – je suis contente d’en parler – c’est le cas des prisonniers de guerre, de 1812 évidemment. Beaucoup sont restés en Russie. Pourquoi restent-ils après leur libération ? Ce fait demande à être étudié vraiment de façon plus systématique. Et puis il y a le cas, complètement ignoré jusqu’à présent – et c’est pourquoi on lance une recherche sur cette question – celui des prisonniers russes de la guerre de Crimée, qui sont venus en France et y sont restés. Donc, là aussi on a des choses absolument passionnantes, ces prisonniers de guerre, qui sont des passeurs d’influence et des acteurs non négligeables. Et puis il y a, plus on avance dans le temps, le cas beaucoup plus douloureux des « malgré nous », tous ces déplacés dont certains n’ont pas réussi à repartir à leur corps défendant et pour lesquels, on sait, qu’il y a beaucoup d’archives ex-soviétiques. Malheureusement, on butte là sur la question de l’ouverture de ces archives. Donc, voilà, on a un très beau gisement concernant les individus, me semble-t-il.

29Dominique Barjot :

Je voudrais en premier lieu remercier nos collègues russes de nous avoir fait l’honneur de nous rendre visite, d’abord aux Archives nationales et puis ensuite, aujourd’hui à l’université de la Sorbonne. Je voudrais moi aussi saluer également la parution de ce Guide qui nous a été offert en cadeau d’introduction au colloque et qui suggère beaucoup de pistes extrêmement intéressantes.

30Je vous propose de réfléchir à trois axes. Le premier, plus méthodologique, autour de mon enseignement à l’université, à savoir un enseignement d’histoire économique et sociale. Il me semble que lorsque l’on parle des acteurs individuels, il ne faut pas oublier que, si on se place du point de vue de l’économie, l’individu n’est pas nécessairement l’individu physique. Une société, on en a évoqué beaucoup, constitue un acteur individuel. D’autre part, toujours sous l’angle méthodologique, il faut bien se rappeler que nos sources ont tendance à privilégier le point de vue du producteur par rapport à celui du consommateur. Il y a des pistes de recherche considérables à développer autour de la consommation. On le voit à travers la communication de N. Christine Brookes et Willa Z. Silverman sur Henri Vever, le bijoutier, qui a évoqué les produits de luxe. Qui consomme ces produits de luxe ? Peut-on identifier les consommateurs ? Pourquoi certains produits français ont-ils connu un tel succès ? Donc, renversons les perspectives. Bien sûr, continuons à travailler sur les producteurs, les entrepreneurs individuels, mais intéressons-nous aussi aux sociétés et surtout aux consommateurs.

31D’autre part, il y a une seconde dimension qui est plus évidente à beaucoup d’entre nous. C’est la dimension sociale. Ici, je voudrais insister sur l’importance de la sociologie des réseaux comme outil d’interprétation de nos sources. On a évoqué la question des passeurs d’influence. C’est un thème qui est aujourd’hui à la mode à peu près dans tous les champs de l’histoire. Mais je voudrais insister aussi sur les pivots d’influence, c’est-à-dire les personnalités physiques ou morales qui constituent les nœuds d’articulation des stratégies de réseaux. Il y a bien sûr ceux qui permettent le transfert, mais il y a aussi ceux qui impulsent, qui sont les centres nerveux du système. Il faut les identifier. La sociologie des réseaux nous le permet.

32La deuxième remarque que je voudrais faire concerne les acteurs de l’économie, puisque j’ai eu à vous parler de l’économie. Tous, nous sommes convaincus maintenant du rôle des ingénieurs. Je crois que cela ne se discute pas. Nous avons vu en particulier le rôle des X Polytechniciens, des Mineurs – et Frédéric Le Play en est un bon exemple – celui des ingénieurs des Ponts et Chaussées que je connais peut-être un peu moins mal que ceux de l’école des Mines, vu les orientations de recherche vers lesquelles je me suis porté. Je vous ai cité des gens comme Cézanne, Collignon ou Adolphe Guérard qui ont joué un rôle extrêmement important dans la mise en place d’un certain nombre d’infrastructures en Russie au XIXe siècle. Il y a les Centraliens pour lesquels il y aurait sûrement des recherches à faire de manière à mieux connaître cette population qui a dû jouer un rôle plus important qu’on imagine. À côté des ingénieurs, bien sûr, il y a tout ce qu’on peut considérer comme le monde des entrepreneurs. Le grand écueil, c’est la taille de l’entreprise, parce qu’il est facile d’identifier les grands entrepreneurs, les grandes entreprises. En effet, elles sont articulées avec les banques ; elles ont un rôle privilégié dans la stratégie des pouvoirs publics. La France ne peut pas tourner le dos à la maison Schneider et Cie dans ses négociations avec le gouvernement russe, il faut en tenir compte. Raymond Poidevin, René Girault ont écrit des pages là-dessus maintenant bien connues de tous. Elles font bien le point sur le problème de l’arme financière, qui a souvent été un point crucial du débat historiographique. Qui mène le jeu de l’homme d’affaires ou du politique ? C’est une question qui reste toujours d’actualité.

33Bien sûr, parmi ces entrepreneurs, il y a des banquiers. Vu l’importance des capitaux engagés par la France en Russie, la banque joue forcément un rôle essentiel. Là aussi, un bon nombre de travaux nous ouvrent des pistes. Mais autant l’on connaît bien les très grandes banques, autant certaines banques de moindre importance restent à découvrir. Je pense à une banque que j’ai un peu étudiée, la Société marseillaise de crédit, ou à d’autres assez méconnues comme le Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie. On se doute bien que derrière ces banques, il y a d’autres personnalités peut-être un peu moins connues qui ont joué aussi un rôle essentiel.

34Ces acteurs, on les repère bien. Cependant il existe un troisième groupe sur lequel je voudrais insister, troisième axe de mes remarques. Ce sont les intermédiaires. Il me semble qu’il y a une grande enquête à mener sur ces gens qui se trouvent à l’articulation des hommes d’affaires et des politiques, d’ailleurs tant français que russes. Il y a toute une population de personnalités souvent ambiguës qui jouent un rôle essentiel et qu’il faudrait connaître. Ces hommes peuvent être des commerciaux capables de dénicher les bonnes affaires. Mais ça peut être aussi des gens à qui on demande de verser les pots de vin. Un certain nombre des noms que j’ai cités dans ma communication sont des gens qui pratiquent les pots de vin et, d’ailleurs, il faut bien le dire, dans les deux sens. Ces intermédiaires me semblent être des personnages beaucoup plus importants qu’on ne l’imagine.

35Il y a un troisième élément sur lequel je voudrais insister. C’est le rôle joué par les politiques et les fonctionnaires à l’articulation de l’État et des affaires. En particulier, une chose qui est intéressante, c’est de voir comment des fonctionnaires passent dans les conseils d’administration, au bout d’un certain temps, parce qu’ils sont connus, qu’ils ont la confiance des hommes d’affaires et comment des hommes d’affaires, souvent ingénieurs, vont travailler pour le compte du public, et de manière d’ailleurs tout à fait normale.

36Voilà, quelques pistes sur lesquels je voudrais vous orienter. Il me semble que nous avons beaucoup de travail à faire ensemble.

37Bruno Delmas :

Je vous propose de passer tout de suite au deuxième thème, relatif aux acteurs institutionnels et à leur rôle. M. Barjot, voulez vous enchaîner avec votre propos précédent ?

38Dominique Barjot :

Effectivement, la question des acteurs institutionnels est extrêmement intéressante du point de vue de l’historien économiste et social que je suis. Je voudrais d’abord rappeler que la démarche des économistes accorde beaucoup de place à ces débats autour des institutions, le problème de l’entreprise individuelle, telle qu’elle a été étudiée par les auteurs néo-classiques, mais aussi les institutions comme objet d’étude de l’économie. Les institutionnalistes sur lesquels s’appuient beaucoup les historiens d’aujourd’hui ont également apporté des choses extrêmement importantes.

39Les entreprises, ce sont les entreprises industrielles, les banques. Mais peut-être faut-il nous rappeler qu’aujourd’hui une partie importante de la communauté des économistes, des gestionnaires, des sociologues remet en cause cette entité un peu simpliste qu’est l’entreprise. Je pense notamment aux travaux des sociologues comme Mintzberg, qui réfléchissent aux jeux des acteurs. Au fond, l’entreprise n’est pas seulement un point de départ des décisions, mais c’est, au contraire, un point sur lequel se focalisent des stratégies d’acteurs. Et puis, plus récemment encore, il y a eu la théorie de l’agence. Elle a bien montré que ce qui compte peut-être le plus dans l’entreprise, c’est le rapport qui s’établit entre celui qui, concrètement, la dirige, qui est l’agent délégué en quelque sorte, et puis celui qui détient le capital. C’est là qu’on en arrive aux actionnaires, aux obligataires, groupe social extrêmement important si on se place du point de vue français, et puis, bien sûr, je terminerais là-dessus, à la bourse. C’est vrai que nous avons actuellement avec Mme Svetlana Kuzmina un travail sur les bourses de Saint-Pétersbourg et de Paris. Le travail sur l’articulation des bourses est quelque chose qui est tout à fait d’actualité.

40Marie-Pierre Rey :

En ce qui concerne les acteurs institutionnels, je dirai d’abord quelques mots sur les États. Ce qui me frappe dans l’étude de longue durée des relations franco-russes, c’est qu’on a évidemment beaucoup de travaux, puisque c’est sur les questions étatiques que l’on a commencé à travailler. Mais, bien que ces champs soient extrêmement balisés, on s’aperçoit qu’il y a paradoxalement des périodes qui ont été un peu délaissées, alors même que les sources sont disponibles. C’est quelque chose qu’il serait bon de corriger. Par exemple, on a pléthore d’études sur la période napoléonienne, on conçoit pourquoi. Par contre on a une sorte de creux de la vague pour la période de la Restauration et surtout de la monarchie de Juillet, alors que ce sont des périodes fascinantes où il se passe beaucoup de choses, où on a énormément de travail à réaliser et où les archives sont parfaitement disponibles.

41Autre cas de figure, il arrive qu’on ait des étonnements. Par exemple, en ce qui concerne les relations étatiques, il est toujours facile de travailler aujourd’hui sur les relations franco-russes pendant la période gorbatchévienne grâce aux archives de la Fondation Gorbatchev et à celles de Mitterrand, qui sont relativement faciles d’accès. Alors que les années soixante-dix, en particulier la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, restent aujourd’hui beaucoup moins connues du fait d’un problème d’accès aux archives. Les archives Giscard d’Estaing sont d’accès extrêmement limité et, côté soviétique, ces archives sont fermées. Vous voyez, c’est un paradoxe puisque, finalement, une période beaucoup plus récente a l’air d’être plus facile d’accès et mieux connue.

42Donc, il existe des aléas qui tiennent à la fois à l’intérêt que, plus que d’autres, certaines personnes et certaines époques suscitent, et puis on a l’aléa des sources.

43Nonobstant, il me paraît intéressant dans cette approche institutionnelle d’aller vers ce que disait précédemment Dominique Barjot, c’est-à-dire une étude qui prend en compte les réseaux qui sont beaucoup plus larges et qui intègre, en particulier, les différents acteurs en prenant en compte les aspects économiques, financiers et également technologiques. Ça me paraît extrêmement important, et j’ai vu avec un grand plaisir que dans le Guide, on a justement des sources qui permettent de travailler sur les questions technologiques, la question du rapprochement technologique entre la France et l’Union Soviétique, puis entre la France et la Fédération de Russie.

44Vous avez mentionné les travaux pionniers qui ont été menés, il y a déjà longtemps, par René Giraud. C’était un exemple merveilleux, justement, de travail où l’on voyait cette imbrication permanente entre les intérêts politiques, les stratégies bancaires, les stratégies d’entreprises et puis la façon dont l’opinion publique, finalement, avait été utilisée ou instrumentalisée à des fins politiques et économiques. C’est quelque chose qui est évidemment intéressant et à poursuivre, cette idée qu’il faut démultiplier les prismes, même quand on fait de l’histoire institutionnelle.

45On s’aperçoit que, finalement, grâce à vos travaux en particulier, autant le XVIIIe siècle est maintenant assez connu, autant le XIXe siècle est complètement laissé pour compte, alors même qu’on retrouve des phénomènes identiques. Si vous prenez, par exemple, la grande période de coopération franco-soviétique impulsée par le général de Gaulle, cette détente entraîne dans son sillage des entreprises françaises qui prennent pied sur le marché soviétique. Renault est évidemment l’exemple emblématique. Mais il n’y a pas que Renault, il y a Pierre Cardin. On revient au phénomène de consommation, de mode. La mode française recommence à plaire à l’Union soviétique. Les études, à mon sens, pourraient être beaucoup plus systématiques sur les grandes entreprises présentes en Union soviétique. Non seulement parce que ces grandes entreprises jouent un rôle clé, mais aussi parce que, finalement, quand Renault envoie des ingénieurs, des techniciens en Union soviétique, qui y séjournent plusieurs mois, ils y séjournent dans des conditions assez particulières, relativement isolées, confinées ; pourtant il y a là des liens qui se créent entre les Soviétiques et les Français. Alors, on revient à ces questions de l’image mutuelle, de la représentation, de la meilleure connaissance des autres. Il me paraît important de le mentionner.

46De même, je crois qu’il faudrait, peut-être davantage qu’on ne l’a fait, s’intéresser aux acteurs culturels. La tournée de la Comédie française en 1954 est le signal de la reprise des relations bilatérales au moment où la relation politique va très mal. Il est passionnant de voir – les archives soviétiques sont maintenant disponibles – comment finalement des Soviétiques ont ressenti, perçu cette tournée.

47Même chose pour tout ce qui est lié aux expositions de prestige, qui sont très importantes dans les années 1960-1980. C’est quelque chose aussi que je trouve extrêmement intéressant. Ces grandes expositions sont fascinantes parce qu’elles donnent lieu à des négociations très intenses sur ce qu’on va montrer, sur ce qu’on ne montre pas, sur ce qui est montrable et ce qui n’est pas montrable. Et il y a des entreprises qui se font les intermédiaires. Ce n’est pas toujours des expositions qui mobilisent uniquement les musées nationaux. On a aussi des acteurs privés. Donc, là aussi, la sphère culturelle me paraît intéressante à examiner jusqu’aux années 1980.

48Dernier point concernant ces institutions, il faut aussi penser à diversifier les lieux d’observation et donc avoir recours aux archives consulaires, des archives qui permettent de déplacer le point de vue, de quitter les capitales, pourrait-on dire, et d’aller vers les régions, vers une géographie différente, qui permettent aussi de sentir une administration beaucoup plus décentralisée que l’image classiquement centralisée que l’on a tendance à avoir. Donc, je crois que là aussi, en matière d’institutions, on a énormément de travail.

49Francine Dominique Liechtenhan :

En effet, je pense que l’acteur institutionnel, comme on l’a nommé, entraîne aussi l’acteur individuel, comme l’a dit tout à l’heure Dominique Barjot. Quand on conçoit un projet prosopographique sur la longue durée, voire sur la très longue durée, c’est-à-dire, deux siècles et demi, comme celui de notre équipe de recherche, on voit bien qu’ils sont finalement contradictoires avec ce qu’on appelle la période d’ouverture et de fermeture. L’acteur institutionnel sera toujours lié à la période d’ouverture. La preuve en est dans les périodes d’amitié franco-russe : on a toutes les entreprises, les banques qui se déplacent vers la Russie, qui travaillent en Russie. En revanche, l’acteur individuel est très souvent plus significatif dans les périodes de fermeture. Il est souvent un réfugié, dans le cas le plus classique, il peut être évidemment aussi émigré ou alors, tout simplement, il cherche parce que la conjecture politique s’y prête, à s’insérer dans un autre pays, parce qu’il est en difficulté dans son pays d’origine. Ça me paraît aussi très important, et je voudrais aussi revenir sur ce qu’a dit Marie-Pierre Rey concernant les sources et les régions. Je me permets de signaler tout simplement que l’ambassade de France à Moscou a lancé un projet de masters concernant les Français dans les régions. C’est un concours qui s’associe à l’octroi d’une bourse et qui facilite le travail et les déplacements dans les régions de jeunes chercheurs russes. Je souligne bien, il ne s’agit pas de bourses octroyées à des Français mais à des Russes. Et un concours a eu lieu cette année, suite auxquelles ont été retenues six propositions sur dix-huit, l’une venant de Tomsk, l’autre de Vladivostok, une troisième d’Ekaterinbourg ; il y en a une qui ne vient même pas de Russie mais d’Odessa, d’Ukraine. Donc, c’est un vaste projet qui me semble très important, surtout, pour les acteurs institutionnels.

50Bruno Delmas :

Les pistes de recherche concernant les hommes et les acteurs apparaissent très riches. Maintenant nous allons aborder notre troisième thème qui est l’étude des résultats et des réalisations. Je donne la parole à Marie-Pierre Rey pour ouvrir le débat.

51Marie-Pierre Rey :

Je crois qu’on peut mener à la fois des micro-études, pourrait-on dire, par exemple dans le cadre précisément de masters, et puis des études importantes de doctorats ou de post-doctorats. Voici quelques exemples de masters récemment donnés avec beaucoup de joie à la fois aux étudiants de l’université de Paris I – Panthéon-Sorbonne et dans le cadre de notre coopération avec les collèges universitaires français de Moscou et de Saint-Pétersbourg, : un mémoire sur les tournées d’Yves Montant en Union Soviétique et la façon dont elles avaient été perçues. On a des sources documentaires dans les archives ex-soviétiques qui traitent précisément des réactions à travers des émissions de radio, la préparation des émissions de radio, la façon dont il est montré dans les journaux, quelle image officielle est construite sur lui, et à côté de ça le courrier des lecteurs. On a donc, à travers un petit événement, beaucoup de choses concernant les images, la présentation et aussi la censure. Bref, tout ce qui porte sur le culturel.

52Même chose sur l’escadrille Normandie-Niemen, qui a été un grand objet symbolique et militaire. J’ai donné un travail sur ce sujet et c’était aussi extrêmement intéressant de voir à quel point la Normandie-Niemen a été un épisode important et aussi comment elle a été utilisée finalement dans la mémoire collective. C’est aussi un aspect qui me paraît intéressant.

53Il y a également des études à faire sur tout le champ culturel. Là aussi des microétudes, par exemple la réception du cinéma soviétique au festival de Cannes, les grands prix. On sait tous que Quand passent les cigognes a été le premier film du dégel, bien repéré comme tel dans l’opinion internationale. Vous voyez que, à travers des études finalement faisables parce qu’elles sont relativement courtes, on débouche sur des questions fondamentales de coopération mais également de rencontres plus ou moins efficaces et plus ou moins positives entre les deux univers français et russe.

54Puis, sur les études au long cours, pourrait-on dire, sur tout ce qui est du domaine des recherches doctorales ou post-doctorales, je voudrais dire que nous sommes en train, avec des collègues russes, de lancer un programme sur les mémoires des guerres franco-russes, 1812, guerre de Crimée et la première intervention étrangère pendant la première guerre mondiale, avec précisément cette idée qu’on ne doit pas seulement étudier les faits, mais qu’il faut aussi voir en quoi ces faits, réécrits et inventés, sont porteurs d’une mémoire collective, d’un imaginaire, qui ne sont évidemment pas encore bien connus, alors même que ce sont des choses fascinantes. Toute l’étude de la muséographie, par exemple, est quelque chose qui est passionnante. Comment construire le musée de Borodino en 1812, qu’est-ce qu’on montre ? À côté de ça, la guerre de Crimée, par exemple, a donné lieu en France à toute une toponymie triomphante : c’est Malakoff, la rue de Crimée, etc. Les Parisiens d’aujourd’hui ignorent complètement que, quand ils prennent le métro en tel ou tel endroit, c’est un hommage en quelque sorte et une volonté politique de Napoléon III d’inscrire, dans le paysage urbain revu par Haussmann, le souvenir glorieux de la guerre.

55Les sujets peuvent donc être à géométrie variable, selon le temps que les étudiants souhaitent passer à ces études. On a, à mon sens, beaucoup de projets à mener. Mais j’insiste particulièrement sur ce point : dès lors que les études veulent être les plus complètes possibles et les plus riches possibles, il faut le plus possible recourir aux sources croisées, et pour cela, évidemment, monter des projets de partenariat franco-russe parce que les forces humaines sont limitées, et vous voyez aussi l’ampleur des fonds à défricher. Donc, plus que jamais l’union fera la force.

56Eugène Starostine :

Je voudrais ajouter quelque chose sur le programme d’études de ces sources gigantesques, énormes. Dans ma jeunesse, j’étais passionné par l’étude des documents sur le mouvement révolutionnaire « narodniki ». J’ai trouvé une grande quantité de documents qui n’avaient jamais été déchiffrés. Ils dormaient !

57Bruno Delmas :

L’objectif du Guide est précisément de faire connaître toutes ces sources, de les sortir de l’oubli.

58Dominique Barjot :

Sur ce dernier point des résultats et des réalisations, je voudrais insister sur trois dimensions. La première, c’est la technologie, c’est-à-dire à la fois des produits et des procédés. On a bien vu tout ce que la France avait pu construire avant 1914 comme ouvrages publics. Mais il ne faut pas oublier que les produits, ce sont aussi des produits quotidiens. Je donnerai l’exemple d’un produit qui a parfaitement réussi en Russie : le champagne. Ainsi en est-il du Veuve Cliquot, à tel point que Cliquot est devenu un nom commun en Russie. À ce propos, je voudrais insister sur la personnalité d’un commerçant remarquable, Louis Bohne, qui, à l’époque de Napoléon, a sillonné la Russie pour vendre son champagne « Cliquot ». Il a même réussi l’exploit de faire suspendre une bataille pour faire goûter son champagne à chacun des deux camps. Il nous le raconte, évidemment, avec beaucoup de délectation.

59Donc, réussite des produits, importance des procédés, notamment sous l’angle de transferts de technologie, on l’a bien vu pour la métallurgie ou pour le génie civil. Mais rappelons-nous que ce transfert est important aussi dans le domaine de l’industrie textile. De manière plus récente, mais finalement pas si récente que ça, puisque son succès date d’avant 1914, l’aviation est un très important apport de la France à la technologie russe.

60Pendant les années 1930, il existe encore des transferts de technologies de la France vers la Russie. Par exemple, Albert Caquot, le grand ingénieur des Ponts et Chaussées, intervient comme consultant du gouvernement soviétique afin de construire des formes de radoub pour les besoins de la marine bolchevique. Ce sont aussi des choses très considérables.

61Bien sûr, les technologies, mais il y a aussi les échanges, économiques et commerciaux. Il y a beaucoup à faire sur l’étude du commerce bilatéral entre les deux pays : il faut revenir peut-être sur les séries statistiques, les analyser par le menu. Pensons de nouveau à l’importance que joue le textile dans ces échanges. Mais ce sont, bien sûr, les transferts de capitaux qui nous viennent tout de suite à l’esprit. Rappelons qu’en 1914 la France a investi 27,7 % de ses capitaux exportés dans le monde en Russie, 27,7 % c’est-à-dire presque autant que ce que la Grande-Bretagne a investi en Inde. Vous voyez, pour vous donner un ordre d’importance, c’est absolument considérable.

62Enfin, les transferts d’hommes, les échanges d’hommes. Il y aurait à revenir peut-être de manière plus « macro-sociale » sur l’émigration entre les deux pays : l’émigration, bien sûr, au sens quantitatif, mais aussi au sens qualitatif, à savoir les échanges de capital humain. On a bien vu, à travers la problématique des ingénieurs, combien tout cela avait été important.

63Bruno Delmas :

Nous arrivons au terme de cette table ronde. Vous voyez les pistes qui s’ouvrent devant nous, les questions qui sont posées, les sources qui sont à la fois signalées et indiquées, connues mais non explorées, M. Starostine le disait, les gisements d’archives qui sont là et qui attendent d’être défrichés. Le champ est immense, et il ne manque plus que des chercheurs. Nous nous employons pour faciliter leur travail à poursuivre cet effort de dévoilement des sources, puisque, comme vous le savez, nous avons engagé la poursuite de la publication du Guide. Pour le moment, seuls ce qui concerne les onze centres de l’Agence fédérale des archives, c’est-à-dire, pour dire quelque chose qui nous parle, l’équivalent des Archives nationales, a été publié. Il reste d’autres centres, ministériels et gouvernementaux, qui n’ont été ni vus, ni inventoriés. Ils font l’objet d’un second travail. Les centres comme, par exemple, celui des archives diplomatiques, M. Starostine l’évoquait dans son allocution au début de ce colloque ; celui des archives militaires, des archives aussi politiques. Il y a toute une série d’autres institutions qui conservent des archives. Je pense, par exemple, au Musée historique, à la Bibliothèque d’État, ancienne bibliothèque Lénine, qui conserve également beaucoup d’archives. Puis, comme Mme Liechtenhan l’a indiqué tout à l’heure, il y a toutes les archives de l’Académie des sciences et de ses innombrables laboratoires et instituts ; il y a les archives locales de Moscou, archives régionales, archives de la ville de Moscou, qui contiennent énormément de renseignements sur les Français puisque, finalement, c’était l’administration locale qui gérait les Français, et donc, là, elles sont totalement inexplorées.

64Il y a du travail pour les chercheurs, du travail aussi pour les archivistes pour les faire connaître.

65Le dernier mot de cette table ronde revient à M. Tchoubarian que je vous ai présenté tout à l’heure et à qui je passe la parole.

66Alexandre Tchoubarian :

Mesdames, Messieurs, chers collègues. Je voudrais vous donner mon opinion sur les questions abordées au cours du colloque.

67Premièrement, je voudrais vous dire que la coopération de la France avec la Russie dans le domaine de la culture et des technologies a été des plus intenses. Actuellement, la tendance générale de notre pays, soutenu par notre Institut de l’Académie des sciences, ainsi que par les autres institutions de recherche, est d’essayer de renouveler les contacts avec beaucoup de pays. Nous avons des projets avec l’Allemagne, par exemple, un projet consacré à l’étude du rôle de l’Allemagne dans la création de l’Académie des sciences en Russie. Nous avons un programme intitulé « La perception et l’image de l’autre » avec la Grande-Bretagne, consacré à l’étude de la perception réciproque des deux pays. Dans ce cadre nous avons déjà tenu deux colloques. Mais c’est seulement avec la France qu’il y a une véritable coopération, comme le montre ce colloque. Cela nous permet d’envisager de grandes perspectives de développement de nos relations.

68Je ne voudrais pas m’immiscer dans le fonctionnement des institutions scientifiques françaises. Mais j’ai bien retenu que dans certains centres de recherche scientifiques, il y a un vrai intérêt pour ces sujets. Vous avez parlé des Archives nationales, des universités, du CNRS, et des autres institutions qui participent à ces programmes.

69Je voudrais surtout souligner que je suis vraiment impressionné par l’interdisciplinarité des programmes de recherche. Actuellement, en Russie, les sciences humaines ont de grandes difficultés à mener des activités interdisciplinaires et à établir des contacts efficaces entre l’histoire, la philologie, la sociologie, etc. Nous essayons de résoudre cette difficulté. Mais, vous, vous y arrivez. J’ai bien étudié le programme du colloque : les sujets abordés sont complètement interdisciplinaires.

70La question de la perception, de la création de l’image de l’autre est une des questions les plus compliquées de ces vingt dernières années. Tous les exposés du colloque abordent cette question de la perception de la Russie en France et de la France en Russie. J’ai déjà parlé des programmes qui traitent de sujets similaires, des programmes de coopération russes avec les autres pays. Mais je trouve que le développement de ces recherches avec la France est très prometteur.

71Hier matin, il y a eu une réunion au Sénat consacrée à l’année France-Russie. Nous avons discuté le problème de l’identité, l’identité française, l’identité russe, ce qui intéresse peut-être plus l’Europe, et, finalement, l’identité européenne. La question de l’identité est une des plus importantes pour les contacts culturels, techniques, économiques, etc. Par exemple, qu’est-ce que l’identité russe ? Est-ce qu’elle peut être constituée uniquement par les Russes ou faut-il l’envisager en relation avec l’Europe et surtout la France ? Pour moi, votre colloque a fourni beaucoup d’arguments étayant l’idée que la Russie fait partie de l’Europe, idée qui est actuellement en discussion à différents niveaux.

72Un autre aspect, je dirais, c’est le problème des perspectives. Un des bons résultats de notre coopération du point de vue de la Russie, c’est que beaucoup de jeunes chercheurs participent à ces projets communs. Non seulement à l’École nationale des chartes, mais aussi dans les universités en Sorbonne. Il y a beaucoup de jeunes chercheurs qui sont inclus dans ces programmes communs de recherche entre la France et la Russie.

73Pour conclure, je voudrais vous dire que, chez nous, à l’Institut d’histoire universelle de l’Académie des sciences, la question des stages organisés pour les jeunes chercheurs est capitale. Les contacts dans le domaine des recherches entre la France et la Russie sont très importants. Je trouve surtout nécessaire d’inviter à l’Institut d’histoire universelle de jeunes chercheurs. Je sais également que mon collègue, M. Pivovar, partage cette idée, qui trouve un bon soutien à l’Université d’État des sciences humaines de Russie ainsi qu’à l’université Lomonossov de Moscou. Je crois aussi que cela pourrait être une des conditions du succès de notre coopération.

74Le problème des archives est capital. Je voudrais surtout attirer votre attention, et je m’adresse tout d’abord à M. Delmas, sur le fait que vous avez des sujets non politisés. C’est pour cela que la recherche ne pose pas malgré tout trop de difficultés dans le domaine de l’accès aux archives russes. Et il sera peut-être intéressant pour vous d’apprendre qu’actuellement nous préparons une lettre pour notre président. Une lettre où nous proposons quelques mesures pour faciliter l’accès aux archives, surtout s’il s’agit de sujets politiques, mais sans oublier les sujets culturels et autres. Récemment une nouvelle structure dans l’organisation des archives russes a été créée. Nous espérons que cela pourra aussi favoriser notre coopération.

75Je me souviens, il y a quatre ou cinq ans, d’une conférence des archivistes et des historiens à Marseille. Elle était également consacrée à ces sujets de coopération scientifique entre la France et la Russie. Cette année, nous avons une conférence à Moscou. Mme Liechtenhan est parmi les organisateurs de cet événement. Elle aura lieu au mois de septembre 2010. Elle sera consacrée à la coopération culturelle et scientifique entre la Russie et la France. Nos collègues allemands expriment aussi le désir de participer à notre coopération avec la France. Nous aurons peut-être des projets communs. Mais, pour l’instant, je resterai plutôt réservé. Nous sommes en train de préparer des manuels communs avec les Allemands. Je dois dire que c’est la première fois dans notre histoire. Hier, j’ai parlé avec l’ambassadeur de France à Moscou et avec le ministre des Affaires étrangères de la France de la possibilité de lancer le même projet commun avec la France. Bien sûr, il ne s’agit pas d’un manuel qui aborderait toutes les périodes de l’histoire. C’est trop difficile, comme nous l’a bien montré l’expérience analogue entre l’Allemagne et la Pologne. Mais il pourrait traiter de sujets communs concernant notamment les contacts entre la Russie et la France.

76Je dois dire que la France joue un grand rôle dans la vie culturelle en Russie. À vrai dire, nous avons beaucoup de difficultés. Il ne s’agit pas de difficultés de coopération avec les spécialistes, mais avec les « mass media ». C’est compliqué, par exemple, de faire publier un article. J’ai essayé dans un journal français et j’ai eu un échec. Ils sont surtout intéressés par les sujets politiques concrets. Mais il me semble que c’est surtout les sujets culturels qui nous aident à établir des contacts. J’ai participé à deux réunions au Conseil de l’Europe, dont la dernière à Istambul, qui concernaient les manuels d’histoire en Europe aujourd’hui. Et une des conclusions les plus importantes était que ce sont surtout les contacts culturels, les contacts dans le domaine de l’éducation et de l’art, qui donnent la possibilité de rédiger de bons manuels communs.

77M. Delmas, je me souviens bien de mes premiers contacts avec l’École nationale des chartes. C’était dans les années 1970, il y avait alors un congrès des historiens à Moscou. Le secrétaire général de l’Association internationale des historiens était Michel François, professeur à l’École nationale des chartes. Je l’ai vu une fois, et après il m’a invité à l’École nationale des chartes. J’aime beaucoup la Sorbonne, mais je sais qu’une des plus prestigieuses institutions en France, c’est l’École des chartes. Et je n’en connais pas de comparables en Russie. Merci beaucoup.

78Bruno Delmas :

Merci encore, M. Tchoubarian pour ces mots de conclusion qui ont élargi notre réflexion.

79Bruno Delmas :

Avant de nous quitter, je vais passer la parole à M. Pivovar, recteur de l’université d’État des sciences humaines, avec laquelle nous avons établi cette coopération entre les Archives de France, l’École nationale des chartes et l’Institut d’histoire et des archives, pour les derniers mots de conclusion du colloque.

80Efim Pivovar :

Merci beaucoup. Tout d’abord, je suis ravi de constater que le Guide, qui a été réalisé grâce à la collaboration entre l’Université des sciences humaines et l’École nationale des chartes, est déjà devenu un objet d’analyse et d’étude.

81Je suis également admiratif devant l’ampleur des travaux menés dans le domaine des relations franco-russes qui ont été présentés dans ce colloque. Ce matin, une de mes collègues russes, de l’université de Moscou de Lomonossov – qui est d’ailleurs mon université d’origine, – m’a rappelé une histoire. Nous célébrerons bientôt l’anniversaire de l’université des Ponts et Chaussées de Saint-Pétersbourg. En 1808, Alexandre Ier a demandé à Napoléon d’envoyer un spécialiste capable de fonder une institution qui pourrait résoudre les problèmes des mauvaises voies de communication en Russie. Ce spécialiste est bien arrivé en Russie. Il s’agissait d’un personnage d’origine espagnole, mais il a été envoyé par la France : nous considérons donc qu’il s’agit d’un spécialiste français. Et donc, maintenant, je suis invité à la fête d’anniversaire de cette université qui est le résultat de l’influence française. Encore un exemple qui est complètement d’actualité, la Société générale, qui maintenant a ouvert ses portes à Moscou, est une des deux banques partenaires de l’Université des sciences humaines. Avec cette banque partenaire, nous organisons des concours concernant la culture française.

82Ensuite, je voudrais attirer votre attention sur trois points. Premièrement, il est très regrettable que le Guide ne soit pas traduit en russe. C’est un peu absurde. Et bien sûr nous devons le publier en russe. Je m’engage à m’occuper de cela sans tarder. Deuxièmement, nous avons signé avec l’École nationale des chartes une convention de coopération qui rentre en vigueur prochainement. Cette convention concerne le fonctionnement du double master entre l’École nationale des chartes et l’Université des sciences humaines. Les étudiants de master russes et français vont passer un semestre dans le pays d’accueil et, bien sûr, ils vont soutenir leurs mémoires dans les deux langues. C’est une grande réussite. Je crois que c’est le premier double master en archivistique non seulement entre la Russie et la France, mais dans le monde. Et je crois que nous pouvons vraiment être fiers de ce résultat. Je remercie tous ceux qui ont participé à ce travail, du côté russe et bien sûr du côté de l’École nationale des chartes. Enfin, je voudrais dire qu’à l’université des sciences humaines, nous sommes en train de créer une plate-forme permanente de travail pour les recteurs et les directeurs des institutions de recherches en sciences humaines en France et en Russie. Nous avons réuni plus de quarante institutions des deux côtés : une des directions développées concerne notamment les recherches interdisciplinaires et les échanges de méthodes d’enseignements.

83Une dernière chose que je voudrais vous dire. Je pense que les sujets que nous avons abordés au cours de ce colloque peuvent surtout être étudiés de façon beaucoup plus efficace si nous les considérons des deux points de vue, les Français en Russie, mais aussi les Russes en France. J’ai beaucoup étudié l’émigration russe en France. Il est vrai qu’il est parfois difficile de distinguer ces deux sujets qui sont très mêlés parce que les communautés françaises en Russie et les communautés russes en France avaient de multiples contacts.

84Il m’est donc assez facile de conclure ce colloque et de remercier tous ceux qui ont contribué à son succès : l’organisation a été parfaite, l’accueil généreux et la qualité scientifique des exposés a bien montré l’ampleur des champs de recherches à explorer. Grâce à nos diverses collaborations, nous avons tous les atouts pour mener à bien des études fécondes dans l’avenir.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540