Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Troisième partie. Les français dans la vie artistique et culturelle russe

Pierre Darcy (1870-1918)

Acteur majeur du développement de l’industrie métallurgique en Russie au début du XXe siècle

Пьер Дарси в России (1870-1918)

Svetlana Kuzmina

Résumé

L’activité des entrepreneurs français fin XIXe - début XXe siècle en Russie constitue une problématique importante et en même temps peu étudiée. Les opérations économiques et financières des Français ont exercé une importante influence sur le développement économique russe. Les hommes d’affaires français, participant dans une large mesure au financement de la transformation d’échelle de l’industrie russe mettaient activement en application des technologies industrielles avancées et des méthodes effectives de direction capitaliste de la production qui, bien évidemment, contribuèrent à l’accélération du rythme d’industrialisation de la Russie.
Un personnage remarquable parmi les hommes d’affaires français en Russie fut la personne de Pierre Darcy, qui joua un rôle éminent dans la fondation et le développement de l’industrie métallurgique russe. En assumant la direction des nombreuses entreprises métallurgiques, Pierre Darcy mena une politique orientée vers l’accélération du processus de concentration de l’industrie russe en catégorie de monopole. Pierre Darcy étant le créateur et chef du cartel « Prodameta » et le représentant du groupe financier et industriel franco-belge, il prit très activement part aux plus importantes opérations financières dans les industries métallurgiques et transformatrices des métaux en Russie.

Деятельность французских предпринимателей в России в конце XIX – начале XX века представляет собой чрезвычайно важную и, вместе с тем, мало исследованную научную проблему. Между тем следует отметить, что деловые операции представителей французской буржуазии оказали значительное влия ние на экономическое развитие России. Участвуя в широкомасштабном финан сировании русской промышленности, французские предприниматели активно внедряли передовые промышленные технологии и эффективные методы капиталистического руководства производством, что безусловно способствовало ускорению темпов промышленной индустриализации России.
Одним из ярких представителей французского предпринимательства в России был Пьер Дарси, сыгравший выдающуюся роль в становлении и развитии российской металлургической промышленности. Осуществляя руководство ряда металлургических предприятий, Пьер Дарси проводил политику направленную на ускорение процесса концентрации российской промышленности и установление новейших методов капиталистической организации в виде монополий. Создатель и руководитель синдиката «Продамета», представитель франко-бельгийской финансово-промышленной группы Пьер Дарси, принимал самое активное участие в наиболее важных финансовых операциях в металлургической и металлообрабатывающей промышленности России.

Note de l’éditeur

AMEF : archives du ministère de l’Économie et des Finances ; AFB : archives de l’Académie François-Bourdon ; AVPRI : archives de la politique extérieure de l’empire russe ; ZGIA : Archives historiques centrales d’État de Saint-Pétersbourg ; ZIAM : archives historiques centrales de Moscou ; RGVIA : Archives d’État d’histoire militaire.

Texte intégral

  • 1 В. И. Бовыкин [V. I. Bovykin], « Введение [Introduction] », dans Иностранное предпринима тельство (...)
  • 2 В. И. Бовыкин [V. I. Bovykin], « Французское предпринимательство в России [Les affaires françaises (...)

1L’activité des entrepreneurs français à la fin du XIXe et au début du XXe siècle en Russie constitue une problématique importante et en même temps peu étudiée1. Les opérations économiques et financières des Français ont exercé une importante influence sur le développement économique russe. Dans les conditions d’organisation du système capitaliste russe, l’action des industriels et financiers étrangers a contribué au développement des relations économiques internationales de l’empire russe, en activant le processus d’intégration au sein même du système économique mondial2.

  • 3 В. И. Бовыкин [V. I. Bovykin], Французские банки в России. Конец XIXв - начало XXв [Les banques fr (...)

2Le développement dynamique de l’industrie russe à la fin du XIXe et au début du XXe siècle a été conditionné dans une très large mesure par d’importants investissements étrangers. La première place en volume de ces investissements étrangers a été occupée par la France. Celle-ci a joué un rôle considérable notamment dans le financement direct de l’industrie. Les dirigeants français qui prirent la responsabilité de la direction des sociétés russes ont été souvent considérés comme audacieux. Ils montrèrent un grand esprit d’initiative et témoignèrent d’une énergie considérable dans le développement des affaires3. Il est d’un grand intérêt de se pencher sur la personnalité prépondérante de Pierre Darcy. Grand homme d’affaires français, il fut, à bien des égards, l’un des acteurs majeurs du développement de l’industrie métallurgique russe.

3Présent en Russie durant la plus grande partie de sa vie active, Pierre Darcy y représenta des intérêts français considérables dans de grandes affaires dont certaines connurent des périodes difficiles. Il s’était acquis dans l’industrie russe une situation de tout premier plan. Sa clairvoyance, sa science administrative, sa connaissance parfaite de la Russie industrielle lui avaient permis de rendre les plus importants services aux intérêts franco-russes. Malheureusement, par suite du cours des événements, son nom a été oublié aussi bien en France qu’en Russie. Le but de cet article est de mettre en lumière le rôle d’un Français dont le destin s’est pour toujours mêlé à celui de ce pays.

4Pour cette recherche portant sur l’activité en Russie de Pierre Darcy, différentes archives ont été consultées en France telles que : les Archives nationales, les archives du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, les archives du ministère des Affaires étrangères, le centre d’archives industrielles de l’Académie François-Bourdon, les archives de la Société générale (fonds de l’Union parisienne) et du groupe Crédit agricole (fonds du Crédit lyonnais). Les archives russes ont également été consultées : les archives de la Politique extérieure de l’empire russe (AVPRI), les Archives d’État historique russe (RGIA), les Archives historiques centrales d’État de Saint-Pétersbourg (ZGIA de Saint-Pétersbourg), les archives centrales historiques de Moscou (ZIAM) et les Archives d’État historique militaire russe (RGVIA).

  • 4 Henry Darcy, À la mémoire de Pierre Darcy, Henry Darcy, Gérard Darcy, Paris, 1926, p. 13.
  • 5 Ibid., p. 14.

5Pierre Darcy est né en 1870. Il est fils du célèbre homme d’affaires Henry Darcy, président de la Compagnie des forges Châtillon-Commentry et du Comité des forges. Dès 1891, ses études classiques et son service militaire terminé avec le grade de lieutenant de cavalerie, Pierre Darcy s’initie aux activités industrielles dans l’affaire familiale et commence à travailler à l’usine Saint-Jacques de Montluçon. Au printemps de l’année 1895, il vient pour la première fois en Russie afin de participer aux nouvelles affaires russes4. À cette époque, en effet, la Compagnie des forges Châtillon-Commentry envoit une mission technique en Russie ; elle le fait à la demande d’un groupe financier organisé par la Banque internationale de Paris qui se proposait de créer un établissement métallurgique. Après un voyage de plusieurs mois en Russie, trois voyageurs, Pierre Darcy et deux ingénieurs de la Compagnie, déposèrent un rapport dans lequel il est proposé de construire deux usines : une de hauts-fourneaux à Oufa, où il sera possible d’utiliser les ressources de l’Oural, et la deuxième dans le bassin de la Volga, à Tzaritzine (Caricyn), excellent endroit géographique proches des charbonnages du Donets, du naphte de Bakou, des mines de fer de Krivoi-Rog5.

  • 6 Archives historiques CA, fonds du Crédit lyonnais, DEEF 11857.

6À la suite de cette mission, la Société métallurgique de l’Oural-Volga fut créée le 2 mai 1896. Pierre Darcy fut nommé administrateur et attaché au comité de direction à Paris. Le programme d’investissement se développa, le capital fut porté à vingt-cinq millions de francs et une émission d’obligations pour un chiffre égal fut décidée en 1898. Avec ces capitaux abondants, la compagnie se procura des mines et des minières, construisit trois hauts-fourneaux à Oufa et installa dans la foulée à Caricyn une grande aciérie produisant les profils les plus variés6.

  • 7 В. И. Бовыкин [V. I. Bovykin], Финансовый капитал в России накануне первой мировой войны [Le capit (...)

71899 fut la première année d’exploitation de la société. Malheureusement, en 1900, une grave crise économique toucha très profondément l’industrie métallurgique russe. Cela fut lourd de conséquences pour la jeune société. L’Oural-Volga déposa son bilan et le tribunal de la Seine mit la société en liquidation judiciaire le 3 janvier 1901 ; le tribunal russe la plaça « sous administration » le 20 janvier de la même année. Dans ces moments difficiles pour l’Oural-Volga, les collègues de Pierre Darcy lui confièrent la présidence du conseil d’administration. La liquidation judiciaire des dettes de l’Oural-Volga se termina à Paris par un accord transactionnel entre les créditeurs et la société. Le capital actionnaire de celle-ci fut réduit à 7,5 millions de francs7.

  • 8 RGIA, fonds no 630, opis no 2, dossier no 541, fol. 2-3.

8Les premières années furent critiques : la crise économique, la guerre entre la Russie et le Japon et les troubles politiques de 1905 mirent la société en situation précaire. Mais, peu à peu, les affaires reprirent tant bien que mal sous la férule de Pierre Darcy. Vers 1911 l’administration de l’Oural-Volga remboursa toutes les dettes de la société. Et le 24 mai 1911, l’assemblée générale de l’Oural-Volga décida de réorganiser la société française sous la forme d’une société russe avec Pierre Darcy en tant que principal dirigeant8.

  • 9 Archives historiques SG, fonds de la Banque de l’union parisienne, CN 402, dossier « Darcy ».

9Ainsi, Darcy y était désigné en raison de ses grandes qualités d’administrateur, en tant que président. Il se dévoua particulièrement au développement de Donets-Ûrievka (Donets-Ûrievka) et de la société belge Providence russe. Ces sociétés commanditées par des capitaux français se trouvèrent dans la même situation que l’Oural-Volga, mais, sous la direction de Darcy, leur situation s’améliora beaucoup : « La société Donets-Ûrievka est dans une situation financière très brillante, elle n’a aucune dette et son encaisse se monte à environ 5 000 000 roubles »9. En 1910, Pierre Darcy organisa en un seul groupement les sociétés Oural-Volga, Donets-Ûrievka et Providence russe. La création de ce consortium avait pour but de regrouper et de rationaliser la production de ces trois sociétés métallurgiques :

  • 10 Ibid., 370, no 87.

Leur réunion permettra de spécialiser les fabrications au mieux de leur outillage respectif, et partant, de produire économiquement, cependant que leur rayon de vente étendu facilitera l’écoulement d’une forte production dans de bonnes conditions. Enfin ce groupement permettra de réduire sensiblement les frais généraux. La réunion de ces trois usines constituerait le groupement industriel le plus puissant en Russie et leur permettrait d’envisager sans crainte l’éventualité d’une crise industrielle10.

10En outre, Pierre Darcy fut directeur de la Société de fer de Komarovo, de la Société de chemin de fer, de la Société russe de construction et également administrateur de la Société minière et chimique Alagir, de la Société Mayer, de la Société Iohansson, de la Compagnie franco-russe du ciment à Gelenžik, de la Société foncière Šeremetev, de la Société des embranchements de chemins de fer, etc. Au total, Pierre Henrykovitch Darcy (comme il a été appelé en Russie) fut président du conseil d’administration de onze sociétés anonymes par actions et l’administrateur de la Banque du Nord (1906-1910) et de la Banque russo-asiatique (1910-1917) (voir fig. 1).

I. — L’œuvre majeure de Pierre Darcy : le cartel Prodameta

11La plus grande réalisation de Pierre Darcy fut la création d’un très puissant cartel qui a joué un rôle prépondérant dans le développement de l’industrie métallurgique russe.

1. Raisons de la création et fonctionnement du cartel

Figure 1 : portrait de Pierre Darcy. Coll. part.

  • 11 H. Darcy, À la mémoire de Pierre Darcy…, p. 93.

12Le cartel, fondé en 1902 en forme de société anonyme de vente de métaux, s’appelait Prodameta – nom composé du commencement des deux mots « prodaja » (vente) et « metal » (métallurgie) – et fut le plus éminent et puissant monopole de la Russie tsariste, regroupant peu à peu la presque totalité du marché national des métaux. Pierre Darcy a été l’initiateur principal de la création de ce cartel. Il en fut élu président en 1904 et, dès lors, dirigea constamment la politique du cartel. « Ainsi – s’écriait M. de Rakogsa-Soustcheviski – un Français était placé à la tête d’une des plus puissantes organisations de la Russie, qui devenait de fait le régulateur de toute l’industrie métallurgique russe »11.

13En fait, Prodameta fut non seulement un cartel, mais aussi l’union de cinq syndicats, successivement constitués pour la vente des produits suivants :

  1. tôles (à l’exclusion des tôles de toiture), larges plats et chutes (fondé en 1902) ;
  2. poutrelles et longerons (1903) ;
  3. essieux et bandages (1903) ;
  4. fers marchands et petits rails (1909) ;
  5. gros rails (1910).

14Le cartel a été fondé en pleine crise économique causée par la surcapacité de production. Dès 1899, il commença à apparaître clairement que la production, toujours en augmentation, dépassait de plus en plus les besoins de la consommation tant de l’État que des particuliers. Cette différence entre la production et la consommation mit en danger la jeune industrie des métaux. En effet, les prix s’effondrèrent à un niveau inférieur au prix de revient. Les usines ne pouvaient plus réaliser de bénéfices ni souvent même couvrir leurs frais généraux :

  • 12 MAE La courneuve, Correspondance politique et commerciale, Nouvelle série, Russie, no 87, d. IX.

La grave erreur commise, qui est collective, a été le développement trop hâtif d’un outillage qui n’aurait dû grandir qu’avec les besoins du pays. Trop en avance sur la consommation, il a tourné à vide, au moins en partie ; les prix de revient ont considérablement augmenté tandis que la concurrence abaissait les prix de vente12.

15La situation dans l’industrie s’aggrava.

  • 13 Un « pud » (« poud ») vaut 16,3 kg. Voir ibid., d. XVIII.

Les prix de la fonte après avoir atteint 80 kopeks le « poud », oscillent actuellement en forge russe entre 39,5 et 42 kopeks le « poud », chiffres très voisins du prix de revient et même sensiblement inférieurs pour quelques usines, tandis qu’en Allemagne les pris oscillent entre 43 et 51 kopeks et en Amérique entre 65 et 7013.

16Le quart des sociétés métallurgiques furent ruinées et bien d’autres s’endettèrent. Ceci devint un motif de grande inquiétude dans le milieu gouvernemental russe mais aussi parmi les dirigeants de ces sociétés. P. Darcy fut l’un des premiers à envisager l’idée de réunir en une puissante association les principaux concurrents d’une industrie déterminée. Le but était de partager les profits et les pertes proportionnellement à la mise de fonds et à l’importance de la maison associée, de régler le chiffre de la production et surtout de fixer et maintenir les prix.

17Alors, Pierre Darcy, Ignatius, administrateur de la Dniéprovienne et Yasukovitch (nommé premier président de Prodameta), en mai 1902, présentèrent au ministre des Finances de Witte le projet de création d’une société anonyme de vente de métaux. Lors de la réunion avec celui-ci pour présenter les statuts de la société, ils obtinrent l’accord du ministre. Le 5 juillet 1902 les statuts furent agréés par le tsar. Dès octobre 1902, quatorze sociétés métallurgiques s’organisèrent ainsi en cartel pour la vente de tôles. Il faut dire que toutes les sociétés contractantes étaient jeunes, étaient les plus puissantes et aussi techniquement les plus modernes. Ce regroupement prit tout de suite le contrôle de 50 % du marché national des tôles. Aussitôt, en août 1903, deux autres cartels, ceux des poutrelles-longerons et des essieux et bandages, s’organisèrent.

18Aux termes de ces statuts, Prodameta n’avait comme actionnaires que les diverses usines contractantes. Leurs représentants n’avaient pas le droit de vendre ou de céder leurs titres avant qu’expire le contrat d’association. Ainsi le cartel fut une organisation de monopoleurs refermés sur eux-mêmes. Le principe de fonctionnement de Prodameta était que toutes les sociétés contractantes avaient confié à celui-ci la vente de la totalité de leur production. Prodameta de son côté garantissait à chaque société un pourcentage des commandes qu’elle recevrait, de sorte que les usines se trouvaient ainsi complètement déchargées de tout service commercial.

19L’expérience a prouvé la remarquable efficacité de ce système, ainsi qu’on peut en juger par le graphique qui suit où sont portés en roubles les cours de vente des produits avant et après leur commercialisation par Prodameta (voir fig. 2).

20On observe, grâce aux chiffres ci-dessus, que le cartel arrêta la chute des prix de vente qui affaiblissait considérablement les jeunes entreprises métallurgiques russes. Le regroupement en cartel selon les différents types de produits démontra son efficacité. On doit également reconnaître que Prodameta n’a pas artificiellement élevé les prix de vente. Donc, on peut constater que le cartel maintenait ses exigences dans des limites raisonnables et exerçait une action régulatrice sur le cours, stabilisant les prix dans le but de protéger les intérêts des exploitants. Grace à cette action, plusieurs sociétés métallurgiques bénéficièrent de l’entente commune. Elles purent trouver les appuis financiers leur permettant d’attendre le retour de circonstances meilleures.

  • 14 MAE La courneuve, Correspondance politique et commerciale, Nouvelle série, Russie, no 87, d. IX.

Le grand mérite des organisateurs de Prodameta a été de comprendre qu’une bonne répartition géographique du travail améliorerait les profits industriels tandis que diminueraient les frais commerciaux s’il n’existait qu’un service commun pour la vente14.

Figure 2 : prix des produits métallurgiques. Source : « Гливиц И », dans Железная промышленность России, Saint-Pétersbourg, 1911, p. viii.

2. L’influence du capital étranger dans Prodameta

  • 15 В. С. Зив [V. S. Ziv], Иностранные капиталы в русской горнозаводской промышленности [Les capitaux (...)

21La caractéristique de Prodameta était la densité élevée du capital étranger dans les sociétés métallurgiques composant le cartel. Dans toutes les catégories de produits syndicalisés, la part des sociétés métallurgiques à capitaux étranger représentait en moyenne 70 %, les sociétés métallurgiques à capitaux mixtes étrangers et russes, 20 %, et, à capitaux exclusivement russes, moins de 10 %15. On trouve dans le tableau qui suit la liste des sociétés membres de Prodameta, dans lesquelles tout ou partie du capital était étranger, et leurs quotas dans le cartel (voir tableau 1, ci-après).

  • 16 А. А. Цукерник [A. A. Zoukernik], Синдикат « Продамет » [Le cartel « Prodamet »], Moscou, 1959, p. (...)

22On observera que presque la totalité des sociétés métallurgiques russes ont fonctionné avec la participation de capitaux étrangers considérables. De plus, dans la plupart des cas les capitaux français étaient présents. Les quotas distribués sur la base de la puissance des sociétés permettent de comprendre l’importance du cartel Prodameta. Les plus importants quotas se fixèrent souvent sur les sociétés à capitaux français et belge qui se trouvaient au sud de la Russie. Par voie de conséquence, les banques étrangères se présentant comme principaux investisseurs des sociétés métallurgiques russes jouèrent un rôle important dans le fonctionnement de Prodameta. Ce sont, avant tout, les banques françaises, telles que la Société générale, la Banque de l’union parisienne, le Crédit lyonnais et d’autres qui déterminaient la politique de Prodameta. Leurs capitaux composaient environ 60-65 % de tous les investissements dans l’industrie métallurgique du sud de la Russie16. Aussi, on peut affirmer que, dans cette situation, Pierre Darcy joua un rôle de représentant de ces intérêts étrangers, car il avait des relations très étroites avec les banques françaises qui participaient aux affaires russes.

Tableau 1 : les sociétés participantes de Prodameta et leurs quotas en 1912 en % de vente. Source : А. А. Цукерник [A. A. Zoukernik], Синдикат « Продамет » [Le cartel « Prodamet »], Moscou, 1959, p. 286-287.

23L’influence des banques sur l’activité de Prodameta était tellement évidente qu’en 1913, l’édition officielle du ministère des Finances Le messager des finances, de l’industrie et du commerce fit le communiqué suivant :

  • 17 « Русские ценные бумаги на Парижской бирже [Les valeurs russes à la Bourse de Paris] », dans Вестн (...)

Au fond, le sort du cartel dépendrait principalement des désirs et des humeurs des dirigeants à Paris. Les directeurs d’usines étaient seulement dans la majorité des cas de simples exécutants de la volonté des banques françaises et partiellement des banques russes17.

  • 18 Ibid.

24Fait intéressant, en 1912, les actions des quatorze membres du cartel furent cotées à la bourse de Paris et représentèrent de 65 à 75 % du quota de la participation dans le cartel. Dans le même temps, les actions des treize membres du cartel étaient cotées à la bourse de Saint-Pétersbourg. Leurs quotas représentèrent de 47 à 54 % en fonction de la catégorie de production18.

25Preuve supplémentaire de l’influence des banques françaises, chaque fois que le cartel fut menacé de disparition au moment de la fixation des quotas à cause de la lutte acharnée entre les membres du monopole, l’accord entre toutes les sociétés fut toujours trouvé par les véritables dirigeants étrangers et leur représentant Pierre Darcy. Grâce à son talent de négociateur, son étonnante énergie et son inlassable patience, il conserva l’unité du cartel.

3. Une politique de position dominante sur le marché russe

  • 19 ZGIA, fonds no 37, opis no 73, dossier no 478, fol.

26Le cartel mena une politique agressive contre les concurrents et les sociétés qui n’en étaient pas membres, ce que l’on appelait « les sauvages ». Prodameta mena une lutte acharnée en vue de la destruction de son concurrent principal : le cartel de l’Oural, Krovlâ (Krovlia). Le cartel Krovlâ, par la dimension de ses sociétés-membres, leur équipement technique et l’organisation de leur production métallurgique, était en nette infériorité par rapport à Prodameta. Néanmoins Prodameta traita Krovlâ comme un véritable rival et engagea contre lui une lutte tellement acharnée qu’en 1909, la commission « des mesures pour trouver une solution à la situation critique en Oural » qualifia l’activité de Prodameta de « campagne [militaire] en Oural du cartel du sud »19. Il était indiqué que :

  • 20 ZGIA, fonds no 273, opis no 9, dossier no 1248, fol. 113-114.

[…] actuellement, l’Oural éprouve une crise industrielle exceptionnellement difficile et aigue par suite du chômage total, de l’insuffisance des commandes et de la situation extrêmement catastrophique de l’industrie et de l’économie. Elle a été provoquée et, entre autres, par la concurrence aggravée ces derniers temps des usines du Sud, unies en cartel, et pour la plupart d’entre elles, soutenues par de puissants établissements de crédit étrangers20

27Disposant d’immenses possibilités de pression sur les usines ouraliennes, Prodameta empêcha toute tentative de renforcement de la position du cartel de l’Oural. De même, pour consolider sa domination sur le marché intérieur, Prodameta développa son activité jusqu’à exercer une pression excessive sur les plus éminents établissements ouraliens pour qu’ils deviennent ses membres. Pour cela, Prodameta combina habilement les différents moyens d’user de son influence. Le cartel fit pression sur les sociétés en jouant sur les prix, mais également fit des propositions intéressantes avec divers privilèges à la condition d’en devenir membre. Finalement, en 1912, Prodameta arriva à ses fins. Deux des plus importants établissements ouraliens se joignirent au cartel, tels que Kama produisant près de 25 % du fer marchand et Bogoslov fabriquant près de 70 % des rails de l’Oural. L’entrée de ces deux entreprises dans Prodameta affaiblit fortement les positions de Krovlâ. La lutte commerciale se termina vers 1914 par la victoire de Prodameta sur Krovlâ et sa substitution à la métallurgie de l’Oural dans les principaux débouchés du marché national.

28Le principal instrument du cartel contre ces sociétés « sauvages » était la politique des prix. Prodameta disposait de possibilités illimitées de baisser les prix, même à un niveau préjudiciable, là où la concurrence existait. Cette politique, menée par Prodameta pendant toute la période de son existence, contraignit les outsiders à rejoindre le cartel. Le résultat de cette guerre commerciale fut que, peu à peu, la presque totalité des sociétés métallurgiques russes se regroupèrent sous la domination du cartel Prodameta.

4. L’essor de Prodameta

  • 21 Общество для продажи изделий русских металлургических заводов [La société de vente des produits d’ (...)

29Prodameta entra dans la période d’essor de l’industrie russe avec une position considérablement renforcée. La syndicalisation de l’écoulement des principales catégories de produits métallurgiques s’acheva par un nouveau regroupement. Il fut réalisé en 1909 pour les fers marchands et en 1910 pour les rails. La conséquence de l’accroissement de la sphère d’activité de Prodameta fut l’augmentation importante de la syndicalisation de la production de l’industrie métallurgique russe. Dans le graphique ci-dessous, on observe les tonnages livrés par Prodameta en vertu de l’ensemble de ses contrats depuis l’origine21 :

Figure 3 : Tonnage de métal vendu par Prodameta (en tonne).

30On peut observer l’évolution des ventes du cartel. L’écoulement des produits s’accrut rapidement à partir de 1908-1910, en relation avec le renforcement de la position du cartel et la syndicalisation de nouveaux produits comme le fer marchand et les rails. Les autres ventes de Prodameta furent multipliées par 1,4 en 1908-1909 par rapport à 1903-1904. La multiplication fut de quatre fois en 1913-1914 par rapport à 1908-1909. De 1903-1904 à 1913-1914, la vente de métaux par le même syndicat augmenta 5,5 fois et l’on passa ainsi de 379 754 tonnes à 2 087 385 tonnes. Cela fit qu’en 1913-1914, plus de 85 % des produits métallurgiques nationaux avaient été vendus par Prodameta, alors qu’en 1909 le cartel représentait 60 % du marché et en 1909-1911 déjà 75 %. La dynamique de la croissance des ventes de métaux par Prodameta, détaillée par types de produits et leurs pourcentages respectifs est représentée dans le graphique ci-dessous.

Figure 4 : croissance de vente de métaux par Prodameta. Source : « Обшество для родажи изделий русских металлургических заводов », dans Дополнительные сведения к отчету за 1914-1915 операционный год, Petrograd, 1915.

31L’importance relative du cartel est mise en lumière par les données du présent graphique. Il conclu les opérations effectuées au cours des exercices depuis 1904-1905. Déjà en 1913, avec trente sociétés et soixante-dix hauts-fourneaux, les associés représentaient 79,7 % de la production de tôles, ainsi que 93 % des poutrelles et longerons, 84,5 % d’essieux et bandages, 85,7 % des fers marchands et 84 % de la production russe de rails. Le tonnage des produits se montait alors à 500 000 tonnes de rails, 380 000 tonnes de tôles, 320 000 tonnes de poutrelles, 1 000 000 de tonnes de fers marchands opérant au total des ventes. Il se chiffrait à 479 millions de franc-or. Ces chiffres montrent clairement le rôle joué par Prodameta à travers l’ensemble de ses opérations.

  • 22 А. А. Цукерник [A. A. Zoukernik], Синдикат « Продамет » [Le cartel « Prodamet »]…, p. 225.
  • 23 Предпринимательство и предприниматели России от истоков до начала XX века [L’entreprise et les ent (...)

32La participation des sociétés métallurgiques au sein du cartel augmenta considérablement les bénéfices de celles-ci. Ils s’élevèrent, en moyenne, de 11,4 % en 1910 à 19 % en 1913, ceci par rapport à leur capital de départ22. Seule une petite partie de ces bénéfices profitèrent aux investisseurs étrangers en tant que dividendes, mais la plupart de ceux-ci furent réutilisés en autofinancement afin d’assurer la poursuite du développement des entreprises russes23.

33Jusqu’alors à peu près inconnue, l’exportation vers l’étranger, avait pris sous l’impulsion de Darcy une importance considérable. Déjà, en 1908, 140 000 tonnes de produits russes avaient été vendus à la Serbie, à la Bulgarie, à l’Égypte, etc. Prodameta poursuivait ainsi le but d’obtenir le droit de vente des marchandises, pas seulement en Russie, mais aussi d’établir un monopole sur l’exportation des métaux russes. Finalement, en 1912, un certain nombre de contractants transmirent au cartel le droit exclusif d’exportation des métaux russes. À partir de ce moment là, Prodameta marqua un intérêt progressif pour la conquête du marché extérieur. Une mission dans les pays du Proche-Orient fut organisée pour étudier le marché des métaux et évaluer les perspectives pour l’exportation russe. Le résultat de cette mission fut un important rapport où la question de la possibilité du remplacement des métaux produits par l’Europe occidentale par ceux de la Russie retint particulièrement l’attention.

  • 24 ZCIAM, fonds no 489, opis no 1, dossier no 789, fol. 138-143.

Compter sur le remplacement total des métaux allemands, anglais et belges des marchés du Proche-Orient, serait bien sûr prématuré, mais il y a une raison objective de supposer qu’avec une organisation compétente d’exportation, une partie considérable de cette quantité peut être remplacée avec succès par de la marchandise russe24.

34Ce rapport fourmillait de détails concernant la technique de vente des articles. Aussi, ils étaient prêts, avec une série de propositions pour l’export de métaux russes. Tout ceci indique, qu’à la veille de la première guerre mondiale, la conquête des marchés du Proche-Orient était certainement une des plus importantes questions politiques de Prodameta, émanant de Darcy, pour l’accroissement de son activité.

35Prodameta sut s’imposer à une opinion publique malveillante et peu éclairée et se faire agréer d’un gouvernement ombrageux et méfiant. Plus tard, le cartel fut considéré par l’historiographie soviétique, comme le moyen privilégié d’enrichissement du capital étranger. Prodameta a été accusé d’être un régulateur de prix élevés, de créer une prétendue « famine » métallique, de provoquer ainsi la limitation artificielle de la production de métaux dans le but d’augmenter ses bénéfices, de restreindre la construction de nouvelles usines. On lui a même reproché le retard du développement technique des usines métallurgiques russes. Les débats à propos du rôle de Prodameta dans l’histoire russe se poursuivent encore aujourd’hui tant le sujet a besoin d’une étude plus complète. Cependant il ne faut pas ignorer le fait qu’à la veille de la première guerre mondiale, l’industrie métallurgique russe occupait la cinquième place mondiale et, surtout, était la première en rapidité de croissance économique. Le modèle régulateur, mis en place sous la direction de Pierre Darcy, fut donc efficace. Dans la situation économique générale où se trouvait la jeune industrie métallurgique russe, la création du cartel Prodameta a constitué une mesure indispensable à la régulation du marché national.

36Darcy conçut un projet beaucoup plus vaste : il envisageait le regroupement, en un consortium unique, de l’Oural-Volga, de la Dnieprovienne, de la Russo-belge, de la Providence russe, de Briansk, Prohorov (Prokhroff), Makeevka, Taganrog, Rutčenko (Routchenko). Le projet fut sur le point d’aboutir, mais, au dernier moment, la Dnieprovienne et la Russo-belge retirèrent leur adhésion ; cet échec fut l’un des plus grands regrets de Pierre Darcy.

  • 25 Archives historiques SG, fonds de la Banque de l’union parisienne, CN 402, dossier « Darcy ».

Je regrette bien souvent que notre projet de grand trust des affaires métallurgiques russes ait croulé il y a dix ans bientôt. Quelle magnifique affaire c’eût été… L’affaire avait été à un doigt de réussir ; elle a croulé uniquement sur des questions de personnes, sur les jalousies de Yassoukovitch, directeur de la Dniéprovienne, de Potier, directeur de la Russo-belge. Si elle avait pu se réaliser, l’essor qu’a pris la métallurgie entre 1908 et 1914 aurait donné des résultats que nous n’avions même pas envisagés et ce second steel trust, fondé sur des bases très saines, aurait donné des résultats admirables. Dans ce steel trust, les affaires étrangères, belges et françaises, auraient eu la majorité ; nous ne serions plus à nous débattre au milieu des difficultés que nous rencontrons ici et, au point de vue politique, les conséquences auraient pu être importantes25.

37Les succès de Prodameta engagèrent les exploitants de ciment à suivre l’exemple donné : les producteurs organisèrent un cartel central de vente et demandèrent à Pierre Darcy d’en prendre la présidence.

II. — Les autres actions de Pierre Darcy

1. Le Syndicat des affaires russes

38Outre ses fonctions très importantes en Russie, Pierre Darcy y exerçait aussi celles de représentant de la Banque de l’union parisienne. Dans cette fonction, M. Darcy représenta les intérêts français dans un puissant groupe financier et industriel qui rassemblait la Banque de l’union parisienne, Schneider-Creusot, les maisons Thalmann et Cie, Hirsch, la Société générale de Belgique, et des banques russes telles que la Banque russo-asiatique, la Banque de commerce privé de Saint-Pétersbourg, et la Banque russe du commerce et de l’industrie dans le fameux Syndicat des affaires russes. Ce consortium franco-russe a été fondé en vue de la promotion d’affaires telles que : construction de navires de guerre, artillerie, munitions, projectiles, fusées et optiques qui avaient lieu dans des établissements tels que Putilov, Nevskij, Baranovskij, la Société russo-baltique de construction navale et mécanique et la Société russe de munitions et d’armement. C’était une très puissante organisation dans le secteur de l’armement. Elle joua un rôle très important dans l’évolution du système de défense russe à la veille de la première guerre mondiale.

39Darcy se présentait en Russie comme un homme de confiance, pas toujours seulement pour les intérêts de la Banque de l’union parisienne, mais aussi pour la plupart des participants du Syndicat des affaires russes, les « établissements-compagnons » :

  • 26 Archives historiques SG, fonds de la Banque de l’union parisienne, CN 413, dossier « Darcy ».

J’ai retiré les pouvoirs de votre établissement, MM. Schneider et Cie, Thalmann et Cie, Jacques Gunzburg et Cie, relativement à l’assemblée générale des actionnaires de la Société russo-baltique de constructions navales. J’ai également reçu le pouvoir de la Société générale de Belgique. Je ferai le nécessaire pour assurer la représentation de ces établissements à ladite assemblée. P. Darcy26.

  • 27 Ibid.

40Darcy s’est révélé particulièrement actif dans les affaires des établissements Putilov, l’une des plus importantes sociétés russes, grands producteurs de canons et même ceux du système Schneider. Il en arriva même à devenir administrateur de cette société. « La société Putilov m’a adressé une lettre personnelle insistant beaucoup pour que j’entre dans le Conseil le plus tôt possible »27.

41Darcy participa encore dans les affaires d’un autre groupe anglo-franco-belgo-russe du Syndicat qui s’appelait Société des ateliers et chantiers de Nikolaev (Nicolaeff) rassemblant la Société générale, le Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie, Vickers Ltd, la Banque d’outremer, la Banque anglo-austrian, la Banque russo-asiatique et la Banque privée de Saint-Pétersbourg. L’étude de l’activité de Pierre Darcy dans ces deux importants consortiums présente un très grand intérêt pour l’histoire des relations économiques franco-russes, mais ce sujet aurait besoin d’être étudié de façon plus approfondie.

2. La chambre de commerce russo-française

42Mais l’action de Pierre Darcy ne se limitait pas à ses fonctions d’administrateur de diverses sociétés et à son rôle d’industriel. Darcy participa à la création de la chambre de commerce russo-française à Saint-Pétersbourg, œuvre à laquelle il se dévoua en qualité de vice-président. À ce poste, il soutint activement les intérêts des hommes d’affaires français en Russie. Dans les Archives de la politique étrangère de l’empire russe à Moscou, on conserve encore les requêtes de P. Darcy aux ministres russes dans le but de protéger les affaires françaises :

  • 28 AVPRI, fonds 158, opis no 451, dossier no 84, fol. 1.

Selon nos informations, le département du Commerce retient la régularisation de situation de certaines compagnies françaises, déclarant leur demande d’autorisation d’activité en Russie… Attendu que le retard de légalisation de ces sociétés peut avoir des conséquences particulièrement indésirables pour eux et que la réduction des formabilités pour compagnies étrangères voulant travailler en Russie est urgent, la chambre de commerce russo-français demande humblement à Vous, Monsieur le ministre des Affaires étrangères, de contribuer d’urgence à la résolution de cette question. [Signé] Pierre Darcy28.

43Son soutien a souvent pu être utile :

  • 29 Ibid., fol. 2.

Le département Économique estime de son devoir de noter que le ministère des Affaires étrangères, dans le but de l’implication des capitaux étrangers chez nous, croit qu’il est souhaitable de répondre aux désirs de la chambre de commerce russo-français29.

44Darcy fut encore vice-président de l’alliance française pour la propagation de la langue et de l’influence française en Russie et de la chambre de commerce française de Saint-Pétersbourg. Il était le président de la colonie française et de la Société de bienfaisance française de Saint-Pétersbourg. Il organisa l’important réseau de bonnes œuvres dont dépendait l’Hôpital français de Saint-Pétersbourg. Grâce à son intervention, les soins devinrent gratuits.

3. L’action de Pierre Darcy durant la guerre et la révolution

  • 30 H. Darcy, À la mémoire de Pierre Darcy…, p. 84.

45En 1914, au début de la première guerre mondiale, l’ambassadeur, Maurice Paléologue, refusa d’autoriser le retour de Darcy en France. Sans prévoir assurément l’ampleur qu’allait prendre son rôle, il jugeait que sa situation en Russie faisait de lui un auxiliaire indispensable des administrations militaires russes et alliées. Darcy demeura donc parmi les alliés russes pour activer la production du matériel et des munitions de guerre. C’est ainsi que Pierre Darcy, comme dirigeant de Prodameta, put réunir et mettre au service de la Russie, sous la direction technique de la Commission militaire, toutes les forces de la métallurgie russe. M. de Loisy – directeur général de la Société de Makeevka, sous-chef de la Mission militaire d’armement –, témoigna : « Je l’ai revu en 1915 et 1916, lors de ma mission en Russie, alors qu’il consumait désespérément son énergie à galvaniser la production des munitions chez nos alliés »30.

46Dès l’avènement des révolutionnaires maximalistes au pouvoir et la sortie de guerre de la Russie, les membres des commissions militaires alliées étudièrent les moyens de faire disparaître le matériel et les approvisionnements de guerre convoités par l’Allemagne. Pierre Darcy s’en chargea. Il organisa une évacuation de wagons chargés de matériel de guerre à Arkhangelsk et les remit aux Alliés. Témoin de cette opération, le comte de Chevilly écrivit :

  • 31 Ibid., p. 32.

L’organisation de ces évacuations en pleine révolution, dans un désarroi complet des transports, au milieu d’une anarchie financière incroyable, malgré l’opposition redoutable de l’Allemagne d’une part et des ouvriers bolcheviks de l’autre, est certainement l’une des œuvres les plus difficiles et les plus méritoires à laquelle se soit attaché Pierre Darcy31.

47Il crut toujours dans l’avenir de la Russie. Il espérait qu’après l’époque tragique que traversait la Russie, la France pourrait être à nouveau présente, et que les affaires reprendraient de plus belle. À la constitution de la Commission de défense des intérêts français en Russie, le président de celle-ci lui demanda son opinion. Darcy répondit dans sa lettre en date du 26 juillet 1918 :

  • 32 Archives historiques CA, fonds du Crédit lyonnais, DAF 94.

La Russie, qui est au début de son développement économique et industriel, a devant elle un tel avenir que ce serait folie de l’abandonner, et il faut au contraire profiter de notre avantage d’avoir dans l’industrie russe une place plus large que celle de toute autre nation, tirer parti d’une expérience que nous avons assez chèrement payée, mais que les autres n’ont pas. Et quant à nos intérêt commerciaux ici qui ont été jusqu’ici bien minimes, il ne dépend que de nous de leur donner le développement que nous voudrons. La Russie absorbera tout ce que nous pourrons lui donner32.

48Un mois plus tard, le 31 août 1918, M. Darcy fut arrêté à Petrograd, puis relâché presque aussitôt, sous condition de se présenter devant le tribunal du soviet de Moscou. Il aurait pu échapper à cela en quittant la Russie, mais il préféra comparaître devant le tribunal. Le 17 septembre, il fut arrêté à Moscou et transféré à la prison de Butyrskaâ (Boutyrskaia), où il fut enfermé pendant trois mois. En prison, M. Darcy souffrit d’une hémorragie cérébrale pendant plusieurs jours et finalement en succomba, sans recevoir aucun soin, à l’hôpital de la prison.

  • 33 H. Darcy, À la mémoire de Pierre Darcy…, p. 107.

49Le 22 décembre 1918, à la demande de la Croix-Rouge auprès de Dzeržinskij (Dzerjinski), Darcy fut libéré mais était déjà mourant dans un état de santé critique. La nuit suivante, le 23 décembre 1918, à 4 h 45, il décéda. Dans ses condoléances, le 1er janvier 1919, M. Fabre Luce, vice-président du Crédit lyonnais, écrivit ces lignes qui mettaient profondément en évidence la mission de Pierre Darcy en Russie : « Son rôle en Russie dans la paix, dans la guerre et dans la révolution, symbolisera ce qu’il y avait de plus sérieux, de plus pur, de plus noble dans cette alliance et fera le plus grand honneur à notre pays »33.

  • 34 René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie 1887-1914, Paris, 1999.
  • 35 Предпринимательство и предприниматели России от истоков до начала XX века [L’entreprise et les ent (...)

50Les importants investissements français en Russie à la fin du XIXe et au début du XXe siècle mirent la France en position de pays de principal partenaire économique34. La présence française en Russie n’apporta pas seulement les capitaux importants et fondamentalement nécessaires à l’industrie qui en ressentait toujours un manque extrême, mais un indispensable savoir-faire, une technologie moderne et un modèle efficace de fonctionnement économique introduit par les industriels, les banquiers, les ingénieurs, les administrateurs, et commerçants français35.

51Pierre Darcy constitue un exemple marquant d’activité et de participation française au développement économique russe. Il mena une politique orientée vers l’accélération du processus de concentration de l’industrie russe et vers l’instigation de méthodes modernes d’organisation capitaliste du système des monopoles. À la même époque, agissaient d’autres hommes d’affaire français tout aussi remarquables tels que Albert Lévy, le proche ami et compagnon de Pierre Darcy ; l’ingénieur Louis Lion, le véritable expert de l’ingénierie industrielle et financière russe ; Alphonse Frédérix, le représentant des intérêts de la maison de banque de Thalmann et Cie en Russie ; Morris Verstraete, l’agent commercial en Russie et membre du conseil de la Russo-asiatique, la plus importante des banques russes ; Jules Goujon un actif homme public, le fondateur et le dirigeant de la célèbre Société métallurgique de Moscou et président (1907-1917) de la Société des industriels et fabricants de Moscou, réunissant des hommes d’affaires de la majeure partie de la Russie centrale. On pourrait prolonger cette liste encore et encore. Tous ces hommes d’affaires français, si actifs en Russie, avaient atteint un tel degré d’investissements personnels par leur attachement aux affaires, qu’ils étaient, dès lors, devenus partie intégrante de la société économique russe.

52La phrase du président du conseil des congrès des représentants de l’industrie et du commerce, Avdakov, le résume bien. Il déclara en 1912 :

  • 36 Купечество и промышленность [Les marchands et l’industrie], 1912, no 2, p. 7.

Les capitaux français colossaux, placés en Russie dans des entreprises commerciales et industrielles, firent s’intégrer les hommes d’affaires français au sein des membres du milieu commercial et industriel russe ; on peut affirmer que les intérêts de l’industrie et du commerce russes furent tout aussi proche pour la France que pour nous-mêmes, les Russes36.

Notes

1 В. И. Бовыкин [V. I. Bovykin], « Введение [Introduction] », dans Иностранное предпринима тельство и заграничные инвестиции в России : Очерки [Activité entrepreneuriale et investissements étrangers en Russie : les essais], dir. В. И. Бовыкин [V. I. Bovykin], Moscou, 1997, p. 12.

2 В. И. Бовыкин [V. I. Bovykin], « Французское предпринимательство в России [Les affaires françaises en Russie] », dans Иностранное предпринимательство и заграничные инвестиции…, p. 153-182.

3 В. И. Бовыкин [V. I. Bovykin], Французские банки в России. Конец XIXв - начало XXв [Les banques françaises en Russie. Fin du XIXe - début du XXe siècle], Moscou, 1999, p. 52-57.

4 Henry Darcy, À la mémoire de Pierre Darcy, Henry Darcy, Gérard Darcy, Paris, 1926, p. 13.

5 Ibid., p. 14.

6 Archives historiques CA, fonds du Crédit lyonnais, DEEF 11857.

7 В. И. Бовыкин [V. I. Bovykin], Финансовый капитал в России накануне первой мировой войны [Le capital financier en Russie à la veille de la première guerre mondiale], Moscou, 2001, p. 119.

8 RGIA, fonds no 630, opis no 2, dossier no 541, fol. 2-3.

9 Archives historiques SG, fonds de la Banque de l’union parisienne, CN 402, dossier « Darcy ».

10 Ibid., 370, no 87.

11 H. Darcy, À la mémoire de Pierre Darcy…, p. 93.

12 MAE La courneuve, Correspondance politique et commerciale, Nouvelle série, Russie, no 87, d. IX.

13 Un « pud » (« poud ») vaut 16,3 kg. Voir ibid., d. XVIII.

14 MAE La courneuve, Correspondance politique et commerciale, Nouvelle série, Russie, no 87, d. IX.

15 В. С. Зив [V. S. Ziv], Иностранные капиталы в русской горнозаводской промышленности [Les capitaux étrangers dans l’industrie métallurgique russe], Petrograd, 1917, p. 95-96.

16 А. А. Цукерник [A. A. Zoukernik], Синдикат « Продамет » [Le cartel « Prodamet »], Moscou, 1959, p. 53.

17 « Русские ценные бумаги на Парижской бирже [Les valeurs russes à la Bourse de Paris] », dans Вестник финансов, промышленности и торговли [Le messager des finances, l’industrie et le commerce], no 38, 1913, p. 499.

18 Ibid.

19 ZGIA, fonds no 37, opis no 73, dossier no 478, fol.

20 ZGIA, fonds no 273, opis no 9, dossier no 1248, fol. 113-114.

21 Общество для продажи изделий русских металлургических заводов [La société de vente des produits d’usines métallurgiques russes], Дополнительные сведения к отчету за 1914-1915 операционный год [Les renseignements complémentaires pour le compte rendu des années 1914-1915], Petrograd, 1915, p. 8.

22 А. А. Цукерник [A. A. Zoukernik], Синдикат « Продамет » [Le cartel « Prodamet »]…, p. 225.

23 Предпринимательство и предприниматели России от истоков до начала XX века [L’entreprise et les entrepreneurs de la Russie, des origines aux débuts du XXe siècle], Moscou, 1997, p. 102.

24 ZCIAM, fonds no 489, opis no 1, dossier no 789, fol. 138-143.

25 Archives historiques SG, fonds de la Banque de l’union parisienne, CN 402, dossier « Darcy ».

26 Archives historiques SG, fonds de la Banque de l’union parisienne, CN 413, dossier « Darcy ».

27 Ibid.

28 AVPRI, fonds 158, opis no 451, dossier no 84, fol. 1.

29 Ibid., fol. 2.

30 H. Darcy, À la mémoire de Pierre Darcy…, p. 84.

31 Ibid., p. 32.

32 Archives historiques CA, fonds du Crédit lyonnais, DAF 94.

33 H. Darcy, À la mémoire de Pierre Darcy…, p. 107.

34 René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie 1887-1914, Paris, 1999.

35 Предпринимательство и предприниматели России от истоков до начала XX века [L’entreprise et les entrepreneurs de la Russie, du commencement jusqu’au début du XXe siècle]…, p. 55.

36 Купечество и промышленность [Les marchands et l’industrie], 1912, no 2, p. 7.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : portrait de Pierre Darcy. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 2 : prix des produits métallurgiques. Source : « Гливиц И », dans Железная промышленность России, Saint-Pétersbourg, 1911, p. viii.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Tableau 1 : les sociétés participantes de Prodameta et leurs quotas en 1912 en % de vente. Source : А. А. Цукерник [A. A. Zoukernik], Синдикат « Продамет » [Le cartel « Prodamet »], Moscou, 1959, p. 286-287.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Figure 3 : Tonnage de métal vendu par Prodameta (en tonne).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Figure 4 : croissance de vente de métaux par Prodameta. Source : « Обшество для родажи изделий русских металлургических заводов », dans Дополнительные сведения к отчету за 1914-1915 операционный год, Petrograd, 1915.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1312/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

Auteur

Université Paris-Sorbonne (Paris-IV)
Université d’état Mikhaïl-Lomonossov (MGU Lomonossov)

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540