Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Troisième partie. Les français dans la vie artistique et culturelle russe

La Société de construction des Batignolles en Russie (1851-1914)

Строительное общество «Батиньоль» в России

Rang-Ri Park-Barjot

Résumé

Jusqu’à la première guerre mondiale, la Société de construction des Batignolles (SCB) fait figure de leader français du bâtiment et des travaux publics. Elle est aussi très internationalisée : en 1913, elle réalise 73 % de son chiffre d’affaires à l’étranger. Fondée en 1846 par Ernest Goüin, la Société Ernest Goüin et Cie se transforme en Société de construction des Batignolles en 1871. En dépit de son passage à la société anonyme par actions, elle demeure une entreprise familiale, contrôlée par la famille Goüin. Son implantation en Russie est précoce, puisqu’elle date de 1857.
Elle résulte de trois facteurs convergents. En premier lieu, la Société Ernest Goüin (puis SCB) réalise à l’exportation l’essentiel de son chiffre d’affaires, grâce à son avance en matière de construction de ponts métalliques (Alexandre Lavalley et Ernest Goüin accumulent en la matière les prouesses technologiques. Elle met en place, à partir de 1859, tous les ouvrages de la ligne Saint-Pétersbourg/Varsovie, le pont de Rybinsk sur la Volga, puis prend part aux chantiers de la Grande Société des chemins de fer russes, de 1857 à 1862. Condamnée à l’exportation par la dépression du marché métropolitain, elle se tourne vers la Russie sans en dépendre jamais outre mesure (7,7 % des marchés de 1885-1886 à 1913-1914). L’alliance franco-russe lui ouvre, en second lieu, une opportunité majeure : le rôle des ingénieurs doit donc être souligné à côté de celui des banquiers. En troisième lieu, Jules Goüin manifeste, à titre personnel, un intérêt pour la Russie qu’atteste l’importance de ses placements dans le pays, surtout de 1886 à 1893.
La SCB y met à son actif le grand pont Troïtzky, édifié à Saint-Pétersbourg, de 1897 à 1901. Cet ouvrage monumental, mais de construction difficile, ouvre la voie à d’autres : le pont du Palais, toujours à Saint-Pétersbourg (1906-1908), le pont sur le Vistule à Varsovie (alors en Russie). La SCB se dote, à Saint-Pétersbourg, d’ateliers de montage destinés en particulier à l’équipement du Transsibérien : ils sont établis à Volynkino. Ceux-ci voient se ralentir leur activité à partir de 1909, donc assez tôt. L’expérience russe de la SCB s’interrompt dès l’éclatement du premier conflit mondial.

В период до Первой мировой войны строительное общество «Батиньоль» являлось лидером среди французских компаний, работавших в области частного и гражданского строительства. Отличительной чертой Общества можно назвать его ориентацию на зарубежный рынок: так, в 1913 г. 73% от общего объема торговых операций были осуществлены за границей. Созданное в 1871 г. Строительное общество «Батиньоль» является результатом преобразования Общество Эрнест Гуйан и К°, основанного Эрнестом Гуйан (Ernest Goüin) в 1846 г. Несмотря на переход к анонимному акционерному обществу, «Батиньоль» по-прежнему остается семейным предприятием. Начало его деятельности в России было положено в 1857 г.
Три фактора способствовали интересу Общества «Батиньоль» к России. Во-первых, «Батиньоль» с выгодой проводит торговые операции за границей благодаря своему превосходству в области строительства металлических мостов. С 1859 г. оно ведет все строительные работы на линии Санкт-Петербург-Варшава, возводит Рыбинский мост через Волгу, в 1857-1862 гг. оно участвует в строительных работах Общества российских железных дорог. Когда же рынки сбыта Парижской метрополии переживают кризис, «Батиньоль» ориентируется на политику экспорта, в частности, на территории России (что составляет 7,7% торговых операций, осуществленных в период с 1885-1886 гг. по 1913-1914 гг.). Во-вторых, благодаря Франко-русскому альянсу, «Батиньоль» приобретает великолепную возможность расширения этого направления своей деятельности. Наконец, сам Жюль Гуйан (Jules Goüin) проявляет личный интерес к России, где он часто бывает, особенно в период 1886-1893 гг.
Одним из знаковых сооружений Общества «Батиньоль» в России можно с уверенностью назвать Троицкий мост, возведенный в Санкт-Петербурге в 1897-1901 гг. Возведение этого монументального, и непростого по своей конструкции сооружения открыло путь к новым творениям «Батиньоль» в России: Дворцовому мосту в Санкт-Петербурге (1906-1908 гг.) и мосту через реку Вислу в Варшаве (на тот период еще относившейся к России). Для оснащения Транссибирской магистрали Общество специально приобретает и оборудует монтажные мастерские. Эта активная деятельность строительного общества «Батиньоль» в России с 1909 г. постепенно сходит на нет и окончательно прерывается с Первой мировой войной.

Note de l’éditeur

ANMT : Archives nationales du monde du travail.

Texte intégral

  • 1 Rang-Ri Park-Barjot, La Société de construction des Batignolles : des origines à la première guerr (...)
  • 2 Ead., « La Société de construction des Batignolles : des origines à la première guerre mondiale (1 (...)

1Jusqu’à la veille de la première guerre mondiale, la Société de construction des Batignolles (SCB) fait figure de leader français du bâtiment et des travaux publics1. Elle n’est dépassée qu’à partir de 1908 par les Grands Travaux de Marseille et la Société générale d’entreprises. Elle est aussi très internationalisée : en 1913, elle réalise 73 % de son chiffre d’affaires à l’étranger. Fondée en 1846 par Ernest Goüin (1815-1885), la société Ernest Goüin et Cie s’est transformée en Société de construction des Batignolles en 18712. En dépit du passage au statut de société anonyme par actions, elle demeure une entreprise familiale. Présente dans toutes les zones d’influence du capitalisme français, elle travaille aussi en Russie. À propos de l’expérience russe de la SCB, deux axes de réflexion seront développés ici : les facteurs de l’implantation en Russie d’une part ; les réalisations, réalités et limites, de l’autre.

I. — Les facteurs de l’implantation en Russie

2L’implantation en Russie résulte de trois facteurs convergents.

1. Une vocation exportatrice affirmée

  • 3 R.-R. Park-Barjot, « La Société de construction des Batignolles (1846-1914) », dans Transnational (...)

3En premier lieu, la Société de construction des Batignolles réalise l’essentiel de son chiffre d’affaires à l’exportation, plus précisément les deux tiers de 1857 à 1869 ; les trois quarts de 1871 à 1885 ; les quatre cinquièmes de 1886 à 1914. Ainsi s’explique une stratégie précoce d’implantation en Russie3.

4En effet, les Établissements Ernest Goüin et Cie tirent avantage de leur avance en matière de construction des ponts métalliques. Ernest Goüin renouvelle la construction des ponts, notamment à travers la réalisation du pont d’Asnières-sur-Seine (1852-1853), l’introduction de renforts obliques dans le voisinage des appuis, les ponts-poutres à parois ajourées (notamment en Russie, à partir de 1859), les ponts en arcs et à tablier en treillis, la fondation des piles au moyen de caissons à air comprimé. En Russie, Ernest Goüin met en place tous les ouvrages de la ligne Saint-Pétersbourg/Varsovie et le pont de Rybinsk sur la Volga.

5Les établissements Ernest Goüin et Cie bénéficient du premier boom des chemins de fer en Russie, de 1857 à 1862. Ils le doivent à la fondation par les Pereire de la Grande Société des chemins de fer russes, à capitaux majoritairement français. Mais la Russie se ferme à partir de 1867 (du fait de l’échec des Pereire) et surtout, de 1876-1877, en raison du protectionnisme. Les Établissements Ernest Goüin réalisent de très importants travaux pour le compte de la Grande Société des chemins de fer russes et pour celui du gouvernement russe : pont sur la Vistule à Varsovie (470 m), phares sur la Mer noire et la Baltique, commandes de dragues. Même après le désengagement de Russie, les relations ne sont pas rompues. SCB continue de vendre du matériel à la Grande Société des chemins de fer russes, en particulier de 1871 à 1874 : les commandes russes de locomotives aident beaucoup à surmonter les difficultés des années 1870-1871.

6Dans les années 1885 à 1914, la SCB doit exporter, en raison de la dépression du marché français métropolitain. L’activité se réoriente de façon continue. La SCB livre de nombreux ponts pour le Transsibérien, sorti notamment des ateliers établis à Volynkino, en 1898. De plus, l’activité de Volynkino connaît une reprise sensible à la veille de la première guerre mondiale. La Russie offre des débouchés non négligeables : en moyenne, de 1885-1986 à 1913-1914, elle représente 7,7 % des marchés de SCB. Le retour en force sur ce marché s’effectue entre 1897-1998 et 1902-1903 : la Russie représente alors en moyenne 30 % des marchés. Puis l’activité diminue de façon progressive : 7,5 % en moyenne de 1903-1904 à 1907-1908, 5,9 % de 1908-1909 à 1913-1914. En effet, elle demeure soutenue par les ateliers de Volynkino.

  • 4 Contrairement à la période 1871-1872 à 1884-1885 sont pris en compte la totalité des marchés exécu (...)

Tableau 1 : répartition géographique des marchés exécutés par la SCB de 1885-1886 à 1913-1914 (en % du total). Source : ANMT, 89/AQ/600-6294.

2. L’alliance franco-russe, une opportunité majeure

7L’alliance franco-russe offre une opportunité majeure. À partir de 1892, la politique de Witte, ministre des Finances du tsar, favorise un afflux massif de capitaux français.

8Dès 1892, se produit un décollage de l’économie russe. En premier lieu, le surpeuplement des terres pousse à l’industrialisation. De plus, l’insuffisance du marché financier russe oblige à faire appel aux capitaux étrangers, principalement venus de France. À l’époque, les voies ferrées connaissent un développement important, avec le Transsibérien (1891-1903). Il s’ensuit une industrialisation rapide accompagnée d’une forte concentration technique et financière.

1885-1889

+ 6,1 %

1890-1899

+ 8,0 %

1900-1906

+ 1,5 %

1907-1913

+ 6,3 %

Tableau 2 : taux de croissance annuel moyens de la production industrielle russe de 1885 à 1914 (en % annuels moyens et roubles constants). Source: A. Gerschenkron, Europe in the Russian Mirror, Cambridge (MA), 1970.

  • 5 Jean-Baptiste B. Duroselle, L’Europe de 1815 à nos jours : vie politique et relations internationa (...)

9De fait, le facteur politique joue un rôle essentiel dans le rapprochement économique entre la Russie et la France5. Contre l’Allemagne, qui essaie, depuis Bismarck, d’y imposer son hégémonie en Europe continentale, la France cherche des alliances. Or, vers 1890, les conditions changent. En Allemagne même, le nouvel empereur Guillaume II inaugure sa « Weltpolitik » (politique mondiale). Les désaccords sont de plus en plus nombreux entre le chancelier Bismarck et Guillaume II. En conséquence de quoi, le 18 mars 1890, le premier démissionne. Pour la France, s’ouvre désormais un contexte diplomatique nouveau. Guillaume II ne croit pas à une alliance entre la Russie et la France. Or, pour la Russie, l’alliance française présente bien des avantages. La Russie sait qu’elle ne pourra rien dans les Balkans sans allié en Europe ; elle commence à regarder vers l’Extrême-Orient et a donc besoin d’une protection contre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie.

  • 6 René Girault et Marc Ferro, De la Russie à l’URSS. L’histoire de la Russie de 1850 à nos jours, Pa (...)

10Or le terrain a déjà été préparé sur le plan économique6. Lors de l’élection de Ferdinand de Saxe-Cobourg comme roi de Bulgarie, la Russie a brutalement protesté. Bismarck soutient l’Autriche-Hongrie et fait interdire à la Reichsbank de pratiquer des avances sur valeurs russes. La France profite des difficultés financières de la Russie : en novembre 1888, celle-ci émet en France un premier grand emprunt, couvert par les groupes financiers français. D’autres suivent, mais le tsar demeure fidèle à l’alliance allemande. En revanche, l’abandon de l’alliance russe par l’Allemagne conduit le gouvernement du tsar à répondre aux avances françaises. En mai 1890, des anarchistes russes sont arrêtés en France. En août, le général de Boisdeffre, sous-chef d’état-major français, assiste aux grandes manœuvres de l’armée russe et s’entretient avec les généraux russes d’une possible convention militaire. Au début de 1891, la Russie commande des armements en France et, quelques semaines plus tard, le tsar remet l’ordre de Saint-André au président Sadi Carnot. En mars, le tsar semblant encore indécis, le gouvernement français intervient auprès de la banque Rothschild pour bloquer le placement d’un emprunt russe tant qu’un accord politique ne sera pas signé.

11Le renouvellement anticipé de la Triple Alliance – ou Triplice – entre l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie, en mai 1891, décide le tsar à sauter le pas, par crainte de l’adhésion de la Grande-Bretagne à cette alliance. En juillet, la flotte française est reçue de façon enthousiaste à Cronstadt : le tsar y écoute la Marseillaise ! Dès le 27 août est conclu le premier accord politique. Secret, cet accord ne donne pas à la France l’assurance formelle d’un appui, mais il met fin à son isolement. Le 18 août 1892, une convention militaire est signée entre la Russie et la France. Elle prévoit que si la France est attaquée par l’Allemagne ou l’Italie soutenue par l’Allemagne, la Russie lui assurerait une aide de 800 000 hommes ; en revanche, si la Russie est attaquée par l’Allemagne ou par l’Autriche-Hongrie soutenue par l’Allemagne, la France lui apportera, de façon automatique, une aide de 1,3 millions d’hommes. La mobilisation, même partielle, d’une force de la Triplice, entraînera la mobilisation générale en France et en Russie. Excluant l’idée d’une paix séparée, l’alliance durera aussi longtemps que la Triplice et la convention demeurera secrète. Après l’envoi en novembre 1893 d’une escadre russe à Toulon, triomphalement accueillie, l’accord est ratifié par la Russie le 27 décembre. La ratification française suit presque aussitôt : le 4 janvier. Obtenant son premier grand succès diplomatique depuis 1871, la France vient de rompre son isolement.

12Sa diplomatie s’oriente désormais, de plus en plus, vers la Russie. En octobre 1896, Nicolas II vient à Paris. En août 1897, Félix Faure lui rend sa visite à Saint-Pétersbourg. À cette époque, la Société de construction des Batignolles vient de se voir confier la construction d’un pont monumental sur la Néva. Le président de la République française, Félix Faure, ayant à ses côtés Jules Goüin, en pose la première pierre lors d’une somptueuse cérémonie. Pour construire ce magnifique ouvrage, la SCB doit créer sur les bords même du fleuve un très important chantier, où sont assemblées et rivées les pièces préparées par un atelier installé à Volynkino, faubourg de Saint-Pétersbourg. Chaque travée est alors mâtée sur deux chalands que l’on remorque jusqu’au lieu de pose, un peu en amont du Palais d’hiver.

3. Jules Goüin : un intérêt personnel à la Russie

  • 7 R.-R. Park-Barjot, « Jules Goüin (1846-1908) : dirigeant de la Société de construction des Batigno (...)

13À titre personnel, Jules Goüin s’intéresse financièrement à la Russie7. Les placements russes représentent en moyenne entre 3 et 5 % de sa fortune, avec un maximum marqué en 1893 (plus de 7 %) et un niveau toujours élevé de 1894 à 1898.

1er janvier

Total des placements en Russie (en francs)

% du total de la fortune

% du total des placements étrangers

1886

235 000

3,2

11,8

1887

238 000

2,8

9,8

1888

233 000

2,6

8,4

1889

480 000

4,7

14,0

1890

525 000

4,8

12,5

1891

519 000

4,4

12,6

1892

532 000

4,4

12,5

1893

988 000

7,3

20,4

1894

815 000

5,5

16,3

1895

832 000

5,6

16,5

1896

795 000

5,2

15,7

1897

797 000

5,1

15,5

1898

832 000

5,2

15,8

1899

689 000

4,3

13,7

1900

720 000

4,4

13,6

1901

639 000

3,9

12,0

Tableau 3 : évolution des placements effectués en Russie par Jules Goüin du 1er janvier 1886 au 1er janvier 1901. Source : archives de Mme Christine Daudy.

14En effet, ses investissements se développent beaucoup de 1886 à 1893, avant de se réduire. La progression est forte de 1886 à 1893, tandis que la réduction paraît sensible de 1893 à 1901 :

1886-1893

+ 20,5

1893-1901

- 5,5

Tableau 4 : taux de croissance annuels moyens des placements effectués en Russie par Jules Goüin, du premier janvier 1886 au premier janvier 1901 (en %). Source : archives de Mme Christine Daudy.

15De plus, sa stratégie de placement apparaît d’une grande prudence.

1. Société minière de Volga-Vichera.
Tableau 5 : répartition des placements effectués en Russie par Jules Goüin, du 1er janvier 1886 au 1er janvier 1901. Source : archives de Mme Christine Daudy.

16Jusqu’en 1892, ses placements se constituent uniquement de titres de rente à taux d’intérêt élevé ou indexé sur l’or. Ensuite s’observe une diversification largement liée aux grands travaux de Saint-Pétersbourg et à la création d’ateliers permanents.

17Le rendement financier de la rente russe explique largement les choix de placement. En effet, si le taux d’intérêt est le même quel que soit le type de placement, la rente offre l’avantage considérable d’une indexation sur l’or.

Roubles billets (change)

3,9

Obligations de chemin de fer

3,9

Rente 4 % 1889 (garantie sur l’or)

3,9

Rente 3 % 1891

3,1

Tableau 6 : le rendement des placements effectués par Jules Goüin en Russie en 1895-1896 (en %).
Source : archives de Mme Christine Daudy.

II. — La SCB : des réalisations importantes

18En dépit d’un climat économique et politique de plus en plus favorable, les marchés de génie civil profitent surtout à la concurrence allemande, britannique ou russe. Il existe cependant une exception : les fournitures de ponts métalliques, domaine d’excellence de la SCB. De fait, la Russie est probablement le pays où la Société de construction des Batignolles a construit le plus de ponts.

1. Le pont Troickij (Troïtzky), symbole de l’alliance franco-russe

19L’un des ouvrages les plus considérables est le pont édifié d’août 1897 à mai 1901 à Saint-Pétersbourg, sur la Néva.

20Le monumental pont Troickij traverse la Néva un peu en amont du Palais d’hiver à Saint-Pétersbourg (voir fig. 1). Cet ouvrage, d’une largeur de 23,5 mètres entre les parapets, présente un débouché total de 480 mètres et comportait, pour le passage des navires, une travée mobile de 80 mètres se manouvrant par l’électricité. Les appuis étaient fondés à des profondeurs atteignant 23 mètres sous l’étiage. La première pierre de l’ouvrage fut posée, on l’a dit, en 1897 par le président de la République française et l’empereur de Russie. L’inauguration eut lieu le 19 mai 1903 en présence du tsar et de la tsarine. Elle constitua le clou des fêtes données à l’occasion du deuxième centenaire de la fondation de Saint-Pétersbourg.

Figure 1 : vue du pont Troickij, prise de la rive gauche. On voit ses cinq arches et le tablier levant. © Antoine Pollio

  • 8 ANMT, 89/AQ/2429.

21Le pont comporte un tablier métallique de cinq travées en allant de la rive gauche à la rive droite de la Néva8, précédé d’un tablier levant. La travée centrale est constituée par des fermes en arc à trois articulations, se prolongeant en encorbellement en dehors des piles de cette travée. Les travées sont formées par des poutres en forme d’arc. Sur la rive gauche, se trouve le pont levant métallique à deux volées. Ces tabliers métalliques sont supportés par une culée raccordée avec le quai et soutenant l’extrémité du pont levant. Cette culée fait une saillie de cinq mètres environ sur le parement du quai. La largeur du pont entre garde-corps atteint 17,7 mètres pour la chaussée et les voies des tramways et 2,9 mètres pour chaque trottoir, soit 5,8 mètres pour les deux trottoirs ensembles. Le profil longitudinal du pont forme en élévation une courbe régulière raccordée aux deux rives par des parties droites (voir fig. 2).

22Les fondations et les corps des piles des culées sont construits en maçonnerie avec mortier de ciment. Les fondations des piles ont été établies au moyen de caissons métalliques enfoncés par le procédé pneumatique. Les culées reposent sur des massifs de béton coulé, dans des enceintes préalablement draguées. Le pont levant se compose lui-même de poutres métalliques droites avec parois verticales en treillis, parallèles entre elles et supportant la chaussée et les trottoirs. Des engins mécaniques se disposent de manière que le mouvement de rotation puisse se faire hydrauliquement ou à bras d’hommes. Le temps nécessaire à l’ouverture ou à la fermeture du pont levant atteignait environ cinq minutes avec manœuvre hydraulique et vingt minutes avec manœuvre à bras d’hommes.

Figure 2 : vue du tablier levé du pont Troickij, prise de la rive gauche. © Dimitri Gouzévitch.

  • 9 Soit environ 13,7 millions de francs-or.

23Le 2 août 1897, la SCB s’est engagée par contrat imposant un délai de quatre ans pour la construction de ce pont fixe. Il doit permettre la traversée sur la Néva à l’Uprava (administration) de la ville de Saint-Pétersbourg, en se substituant à l’ancien pont flottant. Il doit être réalisé à forfait pour la somme de 5,2 millions de roubles9. La SCB s’oblige à construire au moyen de matériaux et d’ouvriers russes. Le prix à forfait énoncé plus haut comprend tous les travaux de construction du pont : l’achat et la fourniture de tous les matériaux, l’exécution de tous les travaux sans exception, l’installation, le fonctionnement et l’entretien de toutes les machines, appareils et instruments… Le pont est prêt à livrer passage à la circulation en novembre 1902. La circulation des piétons a été établie temporairement à cette époque. Mais par suite de la difficulté à relier la rive droite au moyen d’une digue en terre, le pont n’est terminé qu’en mai 1903, date à laquelle l’empereur Nicolas II inaugure le pont et l’ouvre à la circulation. Le pont Troickij donne par la suite pleine et entière satisfaction à la ville de Saint-Pétersbourg. En dépit de l’importance des réclamations faites par la SCB en raison de l’exécution de travaux supplémentaires non compris dans les obligations de son contrat, et que la Commission exécutive du pont Troickij refusait de lui payer, la Société de construction des Batignolles n’en renonça pas pour autant à travailler en Russie car, pour des raisons politiques, le gouvernement tsariste lui accorda la plus grande partie de ses réclamations.

2. Vers une implantation durable de la SCB

24En Russie, la SCB connaît une activité soutenue. Il est vrai que la Russie de l’époque laissait entrevoir de très larges perspectives.

25À l’époque de Witte, se développe en Russie une politique cohérente, coordonnée et volontaire visant à financer l’industrialisation et à accélérer la mobilité du capital. Il s’ensuit un assainissement budgétaire obtenu par pression fiscale, conversion de la dette et emprunts à taux faibles à l’étranger, ainsi qu’un vigoureux protectionnisme visant d’abord à une substitution aux importations. Cette amélioration de la situation financière de l’État russe favorise le doublement de la dette de 1893 à 1913, pour financer les investissements de base et l’essor des investissements étrangers directs dans l’industrie : tel est le cas dans le matériel ferroviaire (Volynkino) et dans le secteur minier (Jules Goüin à Volga-Vichera). La révolution de 1905 favorise une transformation du modèle de croissance. Le secteur bancaire russe joue alors un rôle grandissant. Il attire les capitaux étrangers, surtout français. De plus, la révolution accélère aussi l’apparition de managers et de capitalistes russes.

  • 10 Dominique Barjot, La grande entreprise française de travaux publics (1883-1974), Paris, 2006, part (...)

26En outre, à partir de 1908, les firmes françaises de construction mécaniques et métalliques ou de travaux publics développent beaucoup leur activité surtout dans le domaine portuaire (Hersent, Grands Travaux de Marseille)10. L’investissement français en Russie favorise la pénétration de ces entreprises. Il existe une étroite corrélation entre l’essor des capitaux français en Russie et le chiffre d’affaires russes de ces entreprises : leur activité explose entre 1908 et 1913 (+ 43,5 %). La SCB apparaît en outre comme l’une des entreprises les plus présentes en Russie : seule la Société des grands travaux de Marseille réalise un chiffre d’affaires supérieur, mais la SCB est présente plus longtemps.

27La SCB réalise à Saint-Pétersbourg le pont du Palais sur la Grande Néva, ouvrage édifié entre 1906 et 1908. En vue d’enlever le marché, la SCB apporte un financement complémentaire, sous forme d’emprunt. De plus, la SCB renonçe à mettre en place un pont levant comme celui du pont Troickij. Les difficultés de navigation pour la passe dans l’arche extrême de droite obligeaient les bateaux descendant la Néva depuis le pont Troickij, à effectuer un très grand parcours. Ils avaient, à ce prix, toute facilité pour serrer à droite et venir prendre la passe bien en face. Les courants de la Néva suivaient en effet une ligne oblique depuis le Jardin d’été, à travers les passes du pont Troickij, et s’écartaient du quai du Palais. Le courant de la Grande Néva, à partir de ce pont, se dirigeait parallèlement au quai, ce qui facilitait la traversée de la passe. Le pont du Palais avait une longueur de 258 mètres et une largeur de 28 mètres. Il comprenait deux culées, quatre piles et quatre brise-glaces (voir fig. 3).

Figure 3 : vue du pont du Palais © Antoine Polliot.

  • 11 ANMT, 89/AQ/2424.

28Le 16 janvier 1906, la Commission financière de la Douma avait invité les experts à se réunir : E. K. Knorre, C. E. Polašovskij et J. P. Taburnov. Il s’agissait de procéder à l’examen des projets du pont du Palais et, par suite, d’aboutir à une conclusion sur le choix du projet à exécuter11. La surprise des dirigeants de la SCB, qui avaient précédemment remis une proposition, fut de voir que siégeait à la Commission et parmi les experts E. K. Knorre qui, lui-même, avait présenté un projet. Il estimait la dépense pour ce projet à 4,8 millions de roubles. Quant à M. Polašovskij, autre expert membre de la Commission, il avait participé à l’adjudication des travaux du troisième pont de Varsovie. La SCB avait ainsi soumis son projet à l’examen d’ingénieurs et d’entrepreneurs, qui, en réalité, étaient ses concurrents. Il n’était pas douteux que le projet de la SCB avait inspiré le projet final dans ses lignes générales.

  • 12 ANMT, 89/AQ/2425.

29Mais le montant élevé du projet de la SCB le rendait trop cher aux yeux des membres de la dite commission. Étant donné que la Douma de Saint-Pétersbourg ne possédait que 3,5 millions de roubles de budget pour la construction de ce pont, la SCB proposa de trouver elle-même la somme manquante pour la construction du pont du Palais, les conditions de l’emprunt dès lors nécessaire devant être discutées de façon contradictoire12. Tout renseignement quant à son crédit pouvait être pris auprès de la Banque internationale de commerce de Moscou. La question de l’emprunt et du crédit, elle, n’était pas de la compétence de la Commission des experts techniciens : c’était un moyen efficace de les disqualifier. De plus, afin de préserver les intérêts de l’administration russe, Jules Goüin donna l’ordre de diminuer autant que possible, dans les propositions de la SCB, le prix de la construction. La SCB enleva ainsi un second très grand marché, qui relança sérieusement l’activité des ateliers de Volynkino.

  • 13 Avant ce projet, en 1901, la SCB avait eu des relations avec Rudnicki, ingénieur de la ville de Va (...)
  • 14 ANMT, 89/AQ/2378.

30Spécialiste des grands ponts métalliques, la SCB édifia avec le troisième pont sur la Vistule à Varsovie l’un de ses plus beaux ouvrages. Édifié de 1904 à 1906, ce pont est conçu par Paul Bodin et atteint 470 mètres de long. En 1902, la SCB avait été entendue à propos du projet de construction de ce même pont sur la Vistule à Varsovie13. Si le projet était accepté, la somme nécessaire à fournir à la ville de Varsovie dépasserait 700 000 roubles. En effet, la ville de Varsovie donnait pour ce pont 4,5 millions de roubles argent comptant ou 5 millions de roubles en obligations. Or le projet de la SCB se basait sur une prévision de dépense de 5,2 millions de roubles14. Auparavant, le projet devait être examiné par les conseils techniques de la ville de Varsovie. Ce projet fut reconnu comme répondant le mieux aux besoins de la ville, tout en se conformant aux vues du gouvernement militaire et aux considérations esthétiques. L’exécution des travaux fit l’objet d’une entente spéciale entre la municipalité et la SCB.

  • 15 Paul Bodin a passé six semaines en juillet et en août 1902 à Varsovie et à Saint-Pétersbourg pour (...)
  • 16 ANMT, 89/AQ/2375.
  • 17 ANMT, 89/AQ/2378.

31En mai 1903, le projet fut examiné par une commission spéciale, dont faisaient partie Paul Bodin, administrateur de la SCB, et un ingénieur de la ville de Varsovie15. Après bien des démarches et des efforts, le projet de la SCB fut expédié à Saint-Pétersbourg et examiné par le Comité technique du ministère de l’Intérieur. Le 24 mai 1904, ce même Comité technique du ministère de l’Intérieur, après avis conforme, donna la préférence au projet de la SCB, aussi bien au point de vue technique qu’au point de vue financier. Le contrat comprenait à la fois la construction du pont, celle des abattoirs de la ville et la fourniture des capitaux nécessaires au paiement des travaux. En échange la ville de Varsovie remettrait au contractant des annuités égales pendant trente-cinq ans, chaque annuité payable par quart et par trimestre, soit cent quarante paiements16. La ville de Varsovie obtint définitivement l’emprunt de dix-neuf millions de roubles nécessaires et, en plus, le droit de convertir un ancien emprunt de douze millions de roubles à 5 % en un nouvel emprunt à 4,5 %, ce qui lui donnait le droit d’émettre cinq millions nouveaux à 4,5 %17.

32Ainsi se trouvait réglé le problème du financement. Les travaux furent d’abord exécutés sur la rive gauche. Une route d’accès, à établir en rampe, devait permettre d’atteindre la Vistule à la hauteur convenable. Sur la rive droite, une route d’accès fut ensuite établie à peu près horizontalement à un niveau un peu supérieur à celui des plus hautes eaux, dans la plus grande partie de sa longueur, et en rampe à son extrémité, pour atteindre la Vistule à la hauteur convenable. À son achèvement, sur la Vistule, le pont proprement dit atteignait une longueur de 470 mètres mesurée entre les culées. Il était en outre établi perpendiculairement à la Vistule, constituant ainsi une voie essentielle pour la circulation urbaine. En définitive, à la veille de la première guerre mondiale, la SCB avait apporté une importante contribution à l’équipement de l’empire russe.

3. Les ateliers de Volynkino : une activité fragile

33Après l’achèvement du pont Troickij, le gouvernement russe trouva avantageux de confier aux ateliers de Volynkino l’exécution d’un grand nombre de tabliers métalliques, notamment une cinquantaine d’ouvrages pour le Transsibérien. Les ateliers de Volynkino survécurent ainsi utilement pendant quelques années à leur destination première. Il est vrai que le pont Troickij ajoutait encore à la renommée que les chemins de fer de Roumanie et le pont de Budapest avaient déjà valu à la SCB dans les Balkans. Aussi bien la Bulgarie et la Grèce s’adressèrent-elles à la Société de construction des Batignolles en vue de la réalisation d’importants projets.

34À l’inverse des chantiers de Nantes, c’étaient des raisons techniques qui avaient motivé la création de l’atelier de Volynkino. Lorsqu’en 1896, la Société de construction des Batignolles se chargea à Saint-Pétersbourg de la construction du pont Troickij sur la Néva, elle reconnut l’utilité de créer sur les bords mêmes du fleuve un chantier très important où furent assemblées et rivées les pièces élémentaires de l’ouvrage. Ces pièces étaient préparées dans un atelier construit par la SCB à Volynkino, localité située dans un faubourg de Saint-Pétersbourg. Les énormes travées, une fois terminées sur le chantier, étaient transportées à leur emplacement au moyen de chalands et descendues sur leurs appuis.

  • 18 R.-R. Park-Barjot, « Les apports de la comptabilité d’entreprise : l’exemple de la société Ernest (...)

35L’activité des ateliers de Volynkino est difficile à appréhender à travers la comptabilité de la SCB en raison de l’absence, jusqu’en 1909, de véritable autonomie financière de l’agence locale de la SCB à Saint-Pétersbourg18. Néanmoins, il apparaît possible de distinguer trois périodes successives :

Tableau 1 : l’activité des ateliers de Volynkino de 1897-1898 à 1913-1914 d’après la comptabilité de la SCB. Source : ANMT, 89/AQ/611-629.

36Dans une première étape, de 1898 à 1902, les ateliers furent portés par la réalisation du pont Troickij ainsi que par la demande des travaux du Transsibérien. Le chiffre d’affaires de la SCB progressait à un rythme élevé, ce qui justifiait de forts investissements, à l’époque jugés rentables. Si la progression de ces investissements dépassait de beaucoup celle du chiffre d’affaires, en moyenne le ratio chiffre d’affaires/immobilisations demeurait bon. À partir de 1903 débuta une seconde période, particulièrement favorable. Grâce au chantier du pont du Palais et à la demande toujours forte de ponts pour le Transsibérien, le chiffre d’affaires continua d’augmenter à un rythme certes plus faible, mais néanmoins très soutenu. Surtout, les investissements antérieurs arrivant à leur plein rendement, les immobilisations progressèrent deux fois moins vite que le chiffre d’affaires, d’où une amélioration sensible du ratio chiffre d’affaires/immobilisations.

  • 19 ANMT, 89/AQ/10-18, Assemblée générale ordinaire de la SCB, 28 décembre 1909.

37Cette activité soutenue n’était pas passée inaperçue aux yeux de l’administration russe19. Jusqu’ici, la SCB s’était contentée, pour justifier l’activité de son agence locale, de fournir des copies des bilans annuels. Mais, en 1909, cette même administration exigea des bilans spécifiques ainsi que des comptes spéciaux pour les opérations en Russie. Surtout, elle imposa l’identification d’un capital propre de l’agence, fixé à 500 000 roubles (soit 1 333 333 francs) ainsi que l’application des conventions comptables russes, à savoir une année sociale allant du 1er juin au 31 mai de l’année suivante. Mais cette autonomisation accrue de l’agence ne se traduisit pas par une relance de l’activité. Bien au contraire, après une contraction sévère en 1909-1910, l’activité stagna. Le chiffre d’affaires n’augmenta que très peu, tandis que les immobilisations s’alourdissaient rapidement. En moyenne, le ratio chiffre d’affaires/immobilisations brutes tomba à moins de 1. Face à cette situation, les dirigeants durent, en 1912-1913 et 1913-1914, procéder à de larges amortissements (respectivement 642 000 et 689 000 francs). Ainsi, avant même la première guerre mondiale, un retrait était déjà envisagé, même si la Pologne semblait offrir d’intéressantes perspectives.

  • 20 R.-R. Park-Barjot, « La Société de construction des Batignolles : de l’industrie aux services (184 (...)
  • 21 R.-R. Park-Barjot « Les concessions des travaux publics en Méditerranée : incontestables succès de (...)

38La SCB a donc mené une activité importante en Russie, marquée notamment par des réalisations techniques toujours en vue (ponts Troickij et du Palais à Saint-Pétersbourg), mais celle-ci n’a pas constitué son marché le plus important. En effet, entre 1885-1886 et 1913-1914, son chiffre d’affaires le plus élevé est réalisé en France (17,3 %), en Tunisie (14,5 %), en Indochine et Chine du Sud (9,8 %), au Brésil (9,2 %) et au Chili (9 %) et en Grèce (8,1 %). De plus, ses principales filiales ou concessions sont créées dans l’empire français (chemin de fer du Bône/Guelma, port de Tunis), en Grèce (chemin de fer du Pirée à Salonique) et au Brésil (port de Pernambouc). L’activité de la SCB s’interrompt vite durant le premier conflit mondial, à la différence de celle de quelques-uns de ses concurrents (GTM ou SGE). Gaston Goüin concentre alors l’activité de SCB sur la fourniture d’armements en France20, sur les travaux du Bône à Guelma en Algérie et Tunisie, ainsi que sur les Chemins de fer helléniques21.

Notes

1 Rang-Ri Park-Barjot, La Société de construction des Batignolles : des origines à la première guerre mondiale (1846-1914), Paris, 2005. Pour plus de détails, voir aussi ead., La Société de construction des Batignolles : des origines à la première guerre mondiale (1846-1914), thèse, univ. Paris-Sorbonne (Paris IV), 2003.

2 Ead., « La Société de construction des Batignolles : des origines à la première guerre mondiale (1846-1914) : premiers résultats », dans Histoire, économie et société, t. 3, 2000, p. 361-386.

3 R.-R. Park-Barjot, « La Société de construction des Batignolles (1846-1914) », dans Transnational ompagnies (XIXe-XXe siècles), dir. Hubert Bonin, Plage, 2002, p. 913-928.

4 Contrairement à la période 1871-1872 à 1884-1885 sont pris en compte la totalité des marchés exécutés par la SCB.

5 Jean-Baptiste B. Duroselle, L’Europe de 1815 à nos jours : vie politique et relations internationales, Paris, 1967 ; René Girault, Diplomatie européenne et impérialismes, 1871-1914, Paris, 1983 ; Pierre Milza, Les relations internationales de 1871 à 1914, Paris, 1990 ; Pierre Renouvin, Histoire des relations internationales, t. VI : Le XIXe siècle. De 1871 à 1914, Paris, 1955.

6 René Girault et Marc Ferro, De la Russie à l’URSS. L’histoire de la Russie de 1850 à nos jours, Paris, 1974, part chap. 3, p. 55-79.

7 R.-R. Park-Barjot, « Jules Goüin (1846-1908) : dirigeant de la Société de construction des Batignolles », dans Paris et Île-de-France : mémoires, t. 51, Paris, 2000, p. 287-296.

8 ANMT, 89/AQ/2429.

9 Soit environ 13,7 millions de francs-or.

10 Dominique Barjot, La grande entreprise française de travaux publics (1883-1974), Paris, 2006, part. chap. 2 à 6.

11 ANMT, 89/AQ/2424.

12 ANMT, 89/AQ/2425.

13 Avant ce projet, en 1901, la SCB avait eu des relations avec Rudnicki, ingénieur de la ville de Varsovie, en vue de la construction d’abattoirs et d’un pont sur la Vistule à Varsovie ; voir Lettre du président de la municipalité de Varsovie du 3 janvier 1902 (ANMT, 89/AQ/2377).

14 ANMT, 89/AQ/2378.

15 Paul Bodin a passé six semaines en juillet et en août 1902 à Varsovie et à Saint-Pétersbourg pour déposer et défendre le projet.

16 ANMT, 89/AQ/2375.

17 ANMT, 89/AQ/2378.

18 R.-R. Park-Barjot, « Les apports de la comptabilité d’entreprise : l’exemple de la société Ernest Goüin et Cie (1846-1871) », dans Sixièmes journées d’histoire de la comptabilité et du management, Paris, 2000, p. 287-301.

19 ANMT, 89/AQ/10-18, Assemblée générale ordinaire de la SCB, 28 décembre 1909.

20 R.-R. Park-Barjot, « La Société de construction des Batignolles : de l’industrie aux services (1846-1914) », dans From Industry to Services ?, Barcelone, 2005 (CD-Rom).

21 R.-R. Park-Barjot « Les concessions des travaux publics en Méditerranée : incontestables succès de la Société de construction des Batignolles », dans Entreprise et histoire, t. 31, 2002, p. 13-24.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : répartition géographique des marchés exécutés par la SCB de 1885-1886 à 1913-1914 (en % du total). Source : ANMT, 89/AQ/600-6294.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 1. Société minière de Volga-Vichera.Tableau 5 : répartition des placements effectués en Russie par Jules Goüin, du 1er janvier 1886 au 1er janvier 1901. Source : archives de Mme Christine Daudy.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1310/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 1 : vue du pont Troickij, prise de la rive gauche. On voit ses cinq arches et le tablier levant. © Antoine Pollio
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1310/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Figure 2 : vue du tablier levé du pont Troickij, prise de la rive gauche. © Dimitri Gouzévitch.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1310/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Figure 3 : vue du pont du Palais © Antoine Polliot.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1310/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Tableau 1 : l’activité des ateliers de Volynkino de 1897-1898 à 1913-1914 d’après la comptabilité de la SCB. Source : ANMT, 89/AQ/611-629.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1310/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

Auteur

Université Paris-Sorbonne (Paris-IV)

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540