Version classiqueVersion mobile

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Troisième partie. Les français dans la vie artistique et culturelle russe

Une face méconnue du capitalisme français en Russie

L’activité des entrepreneurs de travaux publics (1857-1914)

Неизвестная сторона французского капитализма в России

Dominique Barjot

Résumé

Au terme du XIXe siècle, la chute, en France, des dépenses d’investissement ferroviaires pousse les entrepreneurs français de travaux publics ou de constructions métalliques et mécaniques à exporter massivement en Russie. Ils y pénètrent en deux vagues d’expansion : 1857-1862, puis 1908-1914, entrecoupées d’une longue phase de dépression. Pour y faire face, ils concluent des alliances interfirmes, parfois avec l’apport d’entreprises belges (Hersent ou GTM avec Ackermans Van Haaren), et collaborent de façon étroite avec la banque (Régie générale des chemins de fer et Banque de l’union parisienne).
Parmi les entrepreneurs les plus anciennement actifs en Russie, Hildevert Hersent, fondateur de l’entreprise, et son associé Alphonse Couvreux se rapprochent de Schneider et du Crédit lyonnais afin d’obtenir, en 1872-1875, les travaux du canal de Kronstadt à Saint-Pétersbourg. Ils se heurtent à la forte opposition de Nicolas Putilov : c’est un échec. Mais les fils d’Hildevert, Jean et Georges, sont plus heureux. Intéressés d’abord au canal Volga-Don et au pétrole de la région de Bakou, ils aménagement les ports de Saint-Pétersbourg (1905-1906) et de Reval (1911-1916), toujours avec Schneider et Ackermans Van Haaren.
Au début du XXe siècle, surgissent de nouveaux compétiteurs : Schneider et Cie, Société des grands travaux de Marseille et Société générale d’entreprises. Tandis que le premier groupe agit par l’entremise du Syndicat des affaires russes et de la Société nationale de construction (1912), la Société des GTM s’impose comme la firme la plus active en Russie, qui lui procure, entre 1892 et 1913, la majorité de ses profits. Elle y aménage les ports de Tuapse et Taganrog et s’associe à la SGE dans les affaires de chemin de fer. Quant à la Société générale d’entreprises, elle opère une percée sur le marché russe, à partir de 1912 : formation de la Compagnie du chemin de fer d’Olonec, puis de la Société Podrâdčik (génie civil), travaux de la centrale thermique de Saint-Pétersbourg. Mais cet engagement ne dure pas, car les mêmes entreprises se retirent de Russie dès 1916.

Texte intégral

  • 1 Dominique Barjot, « French exports in the public works sector (1857-1914) », dans W. Fischer, R. M (...)
  • 2 Rondo Cameron, La France et le développement économique de l’Europe (1800-1914), Paris, 1971, p. 7

1Au milieu du XIXe siècle, la chute, en France, des dépenses d’investissement ferroviaire pousse les entrepreneurs français de travaux publics ou de constructions métalliques et mécaniques à exporter massivement1. Leurs succès en Russie sont beaucoup favorisés par la réputation internationale des ingénieurs français, « consultants de l’Europe » (Rondo Cameron) : ainsi Prosper Enfantin (1796-1864), Charles Collignon (1806-1886) et Adolphe Guérard (1848-1921)2. En effet la Russie offre un débouché majeur pour les grands entrepreneurs de travaux publics (I), parmi lesquels les Goüin et les Hersent (II), surtout à partir du début du XXe siècle, marqué par le surgissement de nouveaux compétiteurs (III).

I. — le marché russe : un débouché majeur pour les grandes entreprises françaises

  • 3 René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie 1887-1914, Paris, 1999.

2Entre 1857 et 1914, le marché russe constitue en effet un débouché majeur pour les grands entrepreneurs français3. Cette pénétration s’effectue en deux vagues successives entrecoupées d’une longue période de basse activité.

1. Deux vagues successives d’expansion

3La première vague d’expansion correspond en gros aux années 1857-1862.

1.1. Phase 1. 1857-1862 : une percée éphémère

  • 4 Rang-Ri Park-Barjot, La Société de construction des Batignolles : des origines à la première guerr (...)
  • 5 Dominique Barjot, La grande entreprise française de travaux publics (1883-1974), Paris, 2006, chap (...)

4Cette période voit une poussée éphémère, qui est en particulier le fait de la société Ernest Goüin et Cie4 : les entreprises françaises commencent alors à supplanter la concurrence britannique. Mais le marché russe se referme rapidement. Y contribue d’abord l’échec de la Grande Société des chemins de fer russes, lui-même consécutif à celui des frères Pereire, que traduit notamment la faillite du Crédit mobilier. S’y ajoutent ensuite, en 1876-1877, l’adoption de mesures protectionnistes, dont souffrent surtout les grandes firmes françaises de constructions mécaniques et métalliques5.

  • 6 R. Girault, Emprunts russes et investissements français…

5Les années 1863-1907 correspondent à une longue phase de dépression. L’amélioration de la conjoncture ne se manifeste pas avant le milieu des années 1890. Deux facteurs favorables y concourent, à savoir l’alliance franco-russe et, à partir de 1892, la politique de Witte, ministre des Finances du tsar. En effet, l’un et l’autre favorisent un afflux massif de capitaux français en Russie6. Leur portée apparaît cependant limitée, même si les projets des municipalités et l’équipement du sud attirent à nouveau les entrepreneurs. Cependant, à l’exception des ponts métalliques, les marchés de génie civil bénéficient surtout à la concurrence britannique, allemande et même russe.

1.2. Phase 2. 1908-1914 : percée

  • 7 Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898 (...)

6À partir de 1908, à l’inverse, les entreprises françaises de travaux publics tirent avantage d’une conjonction de facteurs favorables. Au dynamisme de la construction urbaine s’ajoutent une réorientation de l’effort d’investissement public russe des chemins de fer vers les ports et une attitude nouvelle des capitalistes français, qui exigent des russes qu’ils paient le prix de l’aide financière française : en définitive, des marchés contre des capitaux7. Au total, de 1908 à 1914, les grands chantiers de travaux portuaires représentent plus de 80 % du chiffre d’affaires des firmes françaises de génie civil : modernisation des ports de Saint-Pétersbourg et de Reval (Hersent), agrandissement de celui de Taganrog et création, à partir de 1910, de celui de Tuapse (Grands Travaux de Marseille, GTM).

7L’investissement en Russie favorise ainsi la pénétration, dans ce pays, des entreprises françaises de travaux publics :

Tableau 1 : taux de croissance annuels moyens du chiffre d’affaires des entreprises françaises de travaux publics et des capitaux français investis en Russie (en %). Source : Dominique Barjot, La grande entreprise française de travaux publics (1883-1974). Contraintes et stratégies, thèse de doctorat d’État, histoire, univ. Paris-Sorbonne (Paris-IV), 1989, t. I, chap. 3.

8De 1897 à 1913, il existe une excellente corrélation entre l’évolution du stock de fonds publics placés par la Russie en France et celle du chiffre d’affaires de ces mêmes entreprises. Elle s’observe également avec la progression des capitaux placés en Russie dans les entreprises privées. Un changement survient cependant en 1908. Jusqu’à cette date, la croissance du stock des fonds publics russes investis en Russie apparaît strictement parallèle à celle des firmes. La progression du stock des capitaux français placés dans des entreprises privées est sensiblement plus rapide : durant les années 1897-1907, les investissements industriels sont les plus dynamiques. À partir de 1908, se produit une véritable explosion de l’activité des entreprises françaises de travaux publics : elles opèrent leur percée et prennent l’ascendant sur la concurrence étrangère.

2. Une nécessité : faire face à la concurrence internationale

9Il s’agit de conclure des alliances inter-firmes.

2.1. Recherche des alliances inter-firmes

  • 8 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics…, thèse, t. I, p. 307-308.
  • 9 Dominique Barjot, « Les grandes entreprises européennes de travaux publics face au marché internat (...)

10Y pousse la faiblesse des barrières à l’entrée sur le marché. Entre les firmes, existent trois types principaux de relations : « l’amitié », fondée sur une confiance durable et une coopération systématique dans les grandes affaires ; « l’alliance », le plus souvent occasionnelle et imposée par la nécessité afin d’enlever un marché donné ; « la concurrence », âpre, mais n’excluant pas la recherche d’un accord8. En conséquence de quoi les firmes françaises s’associent en particulier avec leurs homologues belges. Tel est le cas avec Ackermans-Van Haaren d’Anvers. Spécialisée dans les travaux de dragages, introductrice des premières dragues suceuses-refouleuses, la firme dispose alors d’un parc de matériel sans égal, même aux États-Unis, et réalise hors de ses frontières plus des deux tiers de son chiffre d’affaires9. Elle s’impose rapidement comme un partenaire à part entière de toutes les associations en participation constituées par les entreprises françaises en vue de la construction de ports. L’alliance devient dès lors l’axe majeur de la stratégie d’exportation d’Ackermans-Van Haaren : en Russie, elle collabore avec Hersent pour les dragages de Saint-Pétersbourg (1905-1906), et, avec GTM, à Taganrog (1909-1914).

2.2. Une collaboration étroite entre les entrepreneurs et les banquiers

  • 10 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux…, p. 126-130.
  • 11 Ibid., p. 355-357.
  • 12 Jacques Thobie, « Les choix financiers de l’Ottomane en Méditerranée orientale de 1856 à 1939 », d (...)

11Ces alliances ne se limitent pas aux entrepreneurs. Elles les associent fréquemment aux banquiers, comme le montre l’exemple de la Régie générale des chemins de fer et de travaux publics (RGCF)10. En 1901, elle participe ainsi à la constitution de la Société russo-française d’entreprises industrielles de construction11. Celle-ci se fixe pour objectif de mettre la main, comme elle l’a déjà fait dans l’empire ottoman12, sur une grande partie du réseau des chemins de fer de l’État russe. L’initiateur, Théodore Lombardo, est administrateur de la Banque des pays du Nord ; il bénéficie du soutien de la Banque de l’union parisienne (BUP) et du groupe Bardac-Vitali. La Régie générale des chemins de fer se fixe de construire une ligne de Kharkov au nord du Donets. Ce projet ouvre la voie à un autre projet, plus vaste, de la société Nord-Donets. Celle-ci doit acquérir de l’État russe tout un ensemble de lignes bénéficiaires. Une telle politique correspond à la vision de Kokovcov : sur le modèle chinois ou ottoman, l’État russe doit céder ses lignes les plus rentables afin de se procurer des ressources financières. C’est un échec, parce que Paribas constitue un grand consortium concurrent. En conséquence de quoi la RGCF et le groupe Bardac abandonnent la partie.

  • 13 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics…, thèse, t. I, p. 355-356.

12En 1913, la Régie générale des chemins de fer et de travaux publics demande la concession du chemin de fer sud-sibérien13. Elle la sollicite pour elle-même avec l’appui de la banque Bardac et par l’intermédiaire de Verneuil, ancien syndic de la Compagnie des agents de change de la bourse de Paris. Le projet échoue face aux hésitations du gouvernement russe, à la méfiance des grandes banques françaises, au souci des autorités françaises de donner la priorité aux lignes stratégiques. Un coup décisif y est porté par la crise boursière de mai et juin 1914, puis le déclenchement de la première guerre mondiale.

II. — Des entrepreneurs pionniers : les Goüin et les Hersent

  • 14 Dominique Barjot, « L’entreprise Hersent : ascension, prospérité et chute d’une famille d’entrepre (...)
  • 15 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics…, chap. 4, p. 156-160 ; id., La grand (...)

13Parmi les entrepreneurs les plus anciennement actifs en Russie, l’on trouve en particulier les familles Goüin et Hersent. Sous l’impulsion des premiers, la Maison Ernest Goüin et Cie, puis la Société de construction des Batignolles (SCB) a réalisé en Russie une percée précoce, ouvrant la voie à une activité forte (voir la contribution de Rang-Ri Park dans ce même volume). Il en va de même des Hersent. Vers 1870, le marché russe semble avoir tout pour attirer des entrepreneurs comme Hildevert Hersent (1827-1903) et ses fils Jean (1863-1946) et Georges (1865-1950)14. En effet, le pays manque d’entrepreneurs capables de mener à bien de grands travaux publics. Les hommes d’affaires issus de la noblesse (prince Eugène de Leuchtenberg) ou les grands négociants (S. Mamontov), attirés par la construction des chemins de fer n’ont pas, sauf exception, la compétence technique nécessaire. Il s’ensuit l’afflux d’hommes d’affaires venus de l’extérieur : Allemands, Belges, Français et Britanniques. Hildevert Hersent se trouve parmi eux15.

1. Hildevert Hersent : bras de fer contre Putilov (1872-1875)

  • 16 Dominique Barjot, « Un grand ingénieur entrepreneur du XIXe siècle : Hildevert Hersent (1827-1903) (...)

14En Russie, l’ingénieur Hildevert Hersent tente d’obtenir des travaux de l’importance de ceux menés par lui sur le Danube à Vienne16. En novembre 1872, Hersent et son associé Alphonse Couvreux proposent au gouvernement d’Alexandre II de construire le canal de Kronstadt à Saint-Pétersbourg. En mars 1873, il obtient l’appui du Crédit lyonnais. En août, c’est au tour du grand-duc Constantin de lui apporter son appui. En octobre, H. Hersent recrute Guillaume de Lindheim, déjà fondé de pouvoir des Schneider en Russie, afin de les représenter auprès du gouvernement impérial. Un mois plus tard, un accord est conclu entre Hersent et Couvreux d’une part, le banquier viennois Wodianer de l’autre, afin d’obtenir son concours financier et l’appui de son représentant sur place. Fin novembre, Hildevert Hersent se rend à Saint-Pétersbourg. Lindheim discute alors avec l’ingénieur russe Vyšnegradskij en vue de l’obtention du port de Libau sur la Baltique et, au nom de l’association Couvreux-Hersent-Schneider, ceux d’un pont tournant sur la Néva.

15Mais les trois associés se heurtent à une rude opposition. De tous ces concurrents, le plus dangereux est, du côté russe, Nicolaj Putilov, mais il faut aussi compter avec les Autrichiens (Schmoll und Gaertner), les Britanniques (Public Works Company, White) et les Français (Société de construction des Batignolles, toujours intéressée aux affaires russes). De surcroît, Couvreux et Hersent sousestiment l’influence de Putilov auprès de l’administration. Mal informés par Lindheim, ils échouent dans la conclusion d’un accord avec l’entreprise russe Kerbetz Contractors et, surtout, ne répondent pas, en juin 1874, aux avances de Nicolas Putilov.

  • 17 Lettre d’Hildevert Hersent à Schneider et Cie, 1er juin 1874. Voir D. Barjot, La grande entreprise (...)

16Ce dernier marque des points. La démission du comte Bobrinski, ministre des Voies et Communications, qui ne lui est pas favorable, constitue une première chance pour lui. Il tire aussi profit de la défection de Schmoll und Gaertner ainsi que du ralliement des entrepreneurs anglais, qui espèrent reprendre les travaux en sous-traitance. En septembre 1874, il remporte un succès facile, lors de l’adjudication face à Panaev, un entrepreneur russe, à la SCB, soutenue par la Société générale, et à Couvreux et Hersent, eux-mêmes appuyés par le Crédit lyonnais et par Wodianer. Ces derniers présentent pourtant un dossier solide. Mais l’échec s’avère fondateur : Couvreux et Hersent concluent à cette occasion une alliance durable avec Schneider et Cie17. Elle doit beaucoup à l’ampleur du marché : 36,6 millions de roubles (ou 90 millions de francs).

17Couvreux et Hersent font face à la situation. Nicolas Putilov, un ingénieur militaire, a tiré parti de la guerre de Crimée puis des grands travaux de chemin de fer, pour s’imposer comme le principal fournisseur d’armements et d’équipements ferroviaires de l’État russe. Il a obtenu le marché des travaux du canal de Kronstadt, en raison de sa puissance propre : dès 1871, il emploie 60 ingénieurs et 12000 ouvriers dans ses usines. Mais il a aussi bénéficié de son influence dans l’administration tsariste et de l’appui britannique, en particulier celui de Clarke, important constructeur de matériel.

18Mais Couvreux et Hersent ne s’avouent pas vaincus. Ils tentent d’isoler Nicolaj Putilov en se rapprochant de Clarke, sans succès, et des Russes, en particulier par l’entremise du grand-duc Constantin. Avec le soutien du Creusot, ils se rapprochent de Barkonov, l’un des principaux concurrents de N. Putilov, ainsi que de la Banque internationale de Saint-Pétersbourg. Putilov rencontre aussi des difficultés. En effet, l’accord avec Clarke échoue, parce que Putilov ne peut obtenir l’émission d’obligations nécessaires à la réalisation des travaux. En juin 1875, N. Putilov prend l’initiative d’une négociation avec Couvreux et Hersent. Ces derniers lui proposent d’étudier une réduction du volume des travaux et de partager par moitié les bénéfices, en contrepartie de la certitude de fournir eux-mêmes les matériels. Mais les négociations échouent, parce que N. Putilov se trouve dans l’impossibilité de fournir des garanties et que Couvreux craint de n’être plus qu’un simple sous-traitant. En conséquence de quoi, en août 1875, toutes les négociations se trouvent rompues.

2. Tardifs succès : Georges Hersent

  • 18 Ibid., p. 158-160.

19Hildevert Hersent ne renonce pas au marché russe18. En 1892-1893, il étudie, sans succès, le projet du canal de Perekop, promu par le prince Eugène de Leuchtenberg et destiné à trancher l’isthme de Crimée : les banques françaises (Société générale, CIC) refusent alors d’y apporter leur concours. Entre 1894 et 1899, H. Hersent et son fils Georges suivent de près toutes les affaires russes, grâce aux informations fournies par leur agent sur place, Théodore Cordier. Associé à Hildevert dès 1899, Georges réussit à implanter durablement son entreprise en Russie, même si les études menées par lui et ses ingénieurs n’aboutissent pas : projet de canal Volga/Don (79 millions de roubles de travaux) ; mise en exploitation du gisement pétrolier de la baie de Bibi Aybat, sur la mer Caspienne.

20Les frères Jean et Georges Hersent, successeurs de leur père décédé en 1903, prennent leur revanche dans l’équipement des ports. Leur entreprise réalise d’importants dragages dans le port de Saint-Pétersbourg (1905-1906) et, surtout, l’aménagement du port de Reval, aujourd’hui Tallinn, de 1911 à 1916 (voir tableau 2). Il s’agit d’abord de 2,5 millions de francs de travaux de dragage commandés par Putilov dès 1911. Surtout, avec l’appui de Schneider et Cie et d’Ackermans-Van Haaren, la maison Hersent Jean et Georges enlève, à la suite de l’accord de janvier 1913, trois importants marchés pour un total de 41,7 millions de francs. Ces marchés constituent un succès pour Hersent, au moment même où de nouvelles entreprises françaises se sont implantées en Russie.

1

Travaux de dragages pour Putilov

7,4 millions de francs
Hersent 50 %
Ackermans-Van Haaren 50 %

2

Construction des formes de radoub de Reval
Hersent
Schneider et Cie
Ackermans-Van Haaren (Belgique)
M. de Vriés (Belgique)

13,4 millions de francs
30,6 %
30,6 %
30,6 %
8,2 %

3

Port militaire
Société de construction (filiale du Syndicat des Affaires russes)
Ackermans-Van Haaren
Hersent
Schneider et Cie

20,9 millions de francs
33,4 %
22,2 %
22,2 %
22,2 %

Tableau 2 : travaux obtenus par la Société Jean et Georges Hersent en vue de la construction du port de Reval en janvier 1913.
Sources : archives Hersent.

III. — Au début du XXe siècle, surgissement de nouveaux compétiteurs

21Il s’agit notamment de Schneider et Cie, de la Société des grands travaux de Marseille et de la Société générale d’entreprises.

1. Schneider et Cie : le port de Reval

  • 19 Agnès D’Angio, Schneider et Cie et les travaux publics (1895-1949), Paris, 1995, p. 140-143 ; ead. (...)

22À partir de la fin du XIXe siècle, la maison Schneider et Cie s’intéresse beaucoup au marché russe19. Elle assure par exemple la direction technique des travaux de l’usine de Volga-Vichera dans l’Oural, avec le soutien du groupe Wendel et de la Banque de Paris et des Pays-Bas (BPPB). Mais cette société de Volga-Vichera se heurte à des difficultés financières, d’où la cession de ses usines métallurgiques et son repli sur les usines et hauts fourneaux. Par méfiance envers les grandes opérations financières, Eugène II Schneider préfère s’orienter vers les fabrications d’artillerie et la prise de contrôle de sociétés russes existantes. Telles est l’origine de la création du Syndicat des affaires russes, lui-même composé, outre de Schneider et Cie, de la Banque de l’union parisienne (BUP), de la Société générale de Belgique, des banques Hirsch et Cie d’une part, Thalmann de l’autre, ainsi que de l’ingénieur Enakiev. À travers, ce syndicat, Schneider et Cie participe à la Société russe de munitions et d’armement (1911) ainsi qu’aux Chantiers et Ateliers mécaniques Newsky (Nevski) (1912).

23En septembre 1912, la maison Schneider et Cie constitue la Société de construction, au sein de laquelle Le Creusot dispose de 10 % du capital et de deux sièges d’administrateurs. L’objectif consiste à réaliser les travaux d’aménagement du port de Reval, le second de la Baltique et le troisième de l’empire après Odessa et Saint-Pétersbourg. Une fois les travaux du port obtenus, la Société de construction s’associe avec Schneider et Cie, la Société Hersent Jean et Georges ainsi que l’entreprise Ackermans-Van Haaren.

2. La Société des grands travaux de Marseille, leader français

  • 20 Dominique Barjot, « Contraintes et stratégies : les débuts de la Société des grands travaux de Mar (...)

24Principale entreprise française de travaux publics en 1914 (voir tableau 4), la Société des grands travaux de Marseille est aussi la plus active au Russie à cette date20. La Russie constitue en effet le premier débouché de GTM (voir tableau 3).

1

Société des grands travaux de Marseille

45,4 %

2

Société de construction des Batignolles

26,9 %

3

Hersent Jean et Georges

16,8 %

4

Société générale d’entreprises

10,9 %

Tableau 3 : ventilation du chiffre d’affaires des quatre entreprises françaises les plus actives en Russie de 1897 à 1914 (en % du chiffre d’affaires total).
Source : calculs à partir des informations issues des archives des sociétés concernées.

25Entreprise très exportatrice, elle réalise à l’étranger, entre 1892 et 1913, 43,3 % de son chiffre d’affaires et 57,3 % de ses profits.

Chiffre d’affaires total (en millions de francs constants 1913)

Chiffre d’affaires hors métropole

Part des travaux hors métropole au sein du chiffre d’affaires total (en %)

1 - Grands travaux de Marseille

68,7

47,6

69,3

2 - Société générale d’entreprises

45,8

11,2

24,5

3 - Société de construction des Batignolles

31,6

23,1

73

4 - Fougerolle frères

31,4

17,7

56,2

5 - Régie générale des chemins de fer

26,5

26,5

100

6 - Entreprise Hersent Jean et Georges

22,7

18,6

81,9

7-Association Arcada

14,4

14,4

100

8 - Établissements Daydé

12,3

3,8

31,2

9 - Schneider et Cie (direction des travaux publics)

12,1

?

?

10 - Dragages et Travaux publics (SFEDTP)

10,1

4,4

43,8

Tableau 4 : les leaders de l’industrie française des travaux publics au 31 décembre 1913.

26La Russie constitue en effet pour elle son premier débouché en termes de marché (voir tableau 5). Seuls les marchés d’Amérique latine dépassent en importance ceux de Russie : outre l’Argentine, la Société est active aussi au Brésil et en Uruguay. Ni la Belgique, ni l’empire ottoman ne constituent jamais des débouchés importants.

Tableau 5 : répartition du chiffre d’affaires de la Société des grands travaux de Marseille réalisé à l’étranger par grandes destinations géographiques (en % du total).
N. B. : ne sont mentionnés dans le tableau que les principaux pays concernés. Le solde – pour atteindre 100 % – incombe à l’ensemble des autres pays hors France métropolitaine.

  • 21 Certains pays non mentionnés dans le tableau ont été source d’importantes pertes, à l’instar de l’ (...)

27La Russie offre surtout la première source de profits (voir tableau 6)21.

Tableau 6 : répartition du bénéfice d’exploitation de la Société des grands travaux de Marseille, réalisé à l’étranger par grandes destinations géographiques (en % du total). N. B. : ne sont mentionnés dans le tableau que les principaux pays concernés. Le solde – pour atteindre 100 % – incombe à l’ensemble des autres pays hors France métropolitaine.

28La Russie procure environ 43 % des profits étrangers de l’entreprise et, même, un peu plus de 50 % entre 1908 et 1914. Seule l’Argentine offre des marges équivalentes, loin devant l’Italie, l’Égypte et la Bulgarie. Dans les autres pays d’Amérique latine (Brésil, Uruguay), en Suisse et en Turquie, la Société essuie des pertes importantes. À la veille de la première guerre mondiale, la Russie tient donc une place incomparable. Le chiffre d’affaire réalisé y dépasse cinq fois celui obtenu dans l’empire colonial français. L’empire russe procure des profits supérieurs à ceux dégagés en métropole. Surtout, le phénomène s’amplifie de façon sensible à partir de 1908. La Société des GTM s’engage alors dans de très importants travaux portuaires (8 millions de francs de marchés passés à Taganrog en 1909, par exemple) et ferroviaires (avec la Société générale d’entreprises).

3. La Société générale d’entreprises : une percée tardive, mais spectaculaire

29Sans atteindre le niveau d’activité des GTM, SGE mène une activité importante en Russie.

3.1. En 1912-1913, une percée en Russie

  • 22 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics…, p. 201-224 ; id., « Un grand constr (...)

30Fondée en 1908 par Alexandre Giros (1867-1937) et Louis Loucheur (1870-1932), la SGE apparaît comme une firme beaucoup moins exportatrice que les GTM22. Néanmoins, l’exportation apparaît plus profitable : elle représente moins de 15 % du chiffre d’affaires, mais 21 % du revenu brut d’exploitation. Que la société réalise une rapide percée à l’exportation ne surprend donc pas. De 1908 à 1911, les exportations ne fournissent qu’un peu moins de 10 % du chiffre d’affaires et 9 % du revenu brut d’exploitation. En 1913, en revanche, cette part passe à presque 25 % du chiffre d’affaires et 50 % du revenu brut d’exploitation. La SGE s’oriente vers l’étranger dès les années 1908-1911, mais la tendance s’amplifie entre 1912 et 1913.

31De fait, la Russie représente une part fortement croissante des exportations totales. Sur l’ensemble de la période 1908-1913, celles-ci offrent presque 15 % du chiffre d’affaires et 21 % du revenu brut d’exploitation. La percée s’effectue donc en 1912-1913. En 1913, les exportations en Russie couvrent 24,5 % du chiffre d’affaires et presque 45 % du revenu brut d’exploitation. Comme en 1912, la Russie s’avère un marché très profitable (45 % des bénéfices d’exploitation en 1912, presqu’autant en 1913) et de taille croissante (24 % des exportations en 1912, 43 % en 1913). Cette situation s’explique à la fois par les marchés ferroviaires (chemin de fer d’Olonec) et ceux d’électricité.

Tableau 7 : part de la Russie au sein du chiffre d’affaires et du bénéfice d’exploitation de la Société générale d’entreprises (en %).

3.2. Un chemin de fer stratégique : Olonec

  • 23 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics…, thèse, p. 677-678.
  • 24 Hubert Bonin, Un outre-mer bancaire méditerranéen. Histoire du Crédit foncier d’Algérie et de Tuni (...)

32En 1912, le groupe Giros et Loucheur (Girolou), qui contrôle la SGE, tente de s’implanter en Russie23. Tout commence avec la constitution du chemin de fer d’Olonec. De cette ville, située à une centaine de kilomètres de Saint-Pétersbourg, part une voie ferrée, traversant la taïga et rejoignant tout près de la frontière finlandaise la ligne de Petrozadovsk à Tampere. Ce consortium se constitue de Mazel, entrepreneur russe, de la société en commandite simple Giros et Loucheur ainsi que du Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie (CFAT)24. Il obtient, en novembre 1911, la concession des travaux, soit un montant de quarante millions de francs. Ces travaux doivent être confiés à la SGE, pour la gestion technique, et financés par un emprunt obligataire de 32,5 millions de francs.

33En janvier 1913, la Compagnie de chemin de fer d’Olonec est fondée de manière définitive, dès l’obtention de la garantie du gouvernement russe à l’émission des obligations. La nouvelle société dispose d’un capital social de 1,5 millions de roubles, soit 4,5 millions de francs 1913, se répartissant entre trois établissements bancaires (60 % des fonds, dont 25 % pour le CFAT, 25 % pour la banque Azov-Don et 10 % pour la Banque des pays du Nord) et deux entrepreneurs (40 %, soit 25 % pour Girolou et 15 % pour Mazel).

34Les statuts de la société s’accompagnent d’une convention. Elle prévoit que les profits seront attribués, pour les neuf-dixièmes du total (avec possibilité, si nécessaire, de faire appel à la garantie du gouvernement russe, en vue d’assurer le service des titres), et, pour le dixième restant, aux actionnaires. En outre, si le dividende dépasse 6 %, il y a obligation de verser l’excédent à l’État. La SGE s’attribue en outre 40 % du montant des travaux, le solde se partageant entre Podrâdčik, une société d’entreprises à créer, et des entrepreneurs proches de la Générale d’entreprises, dont la Société des grands travaux de Marseille.

3.3. Affaires nouvelles

  • 25 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics…, thèse, p. 679-680.

35Giros et Loucheur veulent aller plus loin25. En décembre 1913, ils participent pour 75 % de son capital social, à la fondation de la société Podrâdčik, dont la présidence est confiée à Émile Pontzen, un ingénieur des Mines proche de Louis Loucheur et Alexandre Giros. Un mois plus tard, en janvier 1914, les deux hommes constituent un consortium financier, dans lequel entrent la société Giros et Loucheur (Girolou), la Société des grands travaux de Marseille et la Société générale d’entreprises. Le but du consortium est de se répartir les 25 % de Girolou au sein du capital de la Compagnie d’Olonec. Au sein de ce consortium, la répartition s’établit comme suit : SGE 10,6 %, GTM 10,6 % et Girolou 3,8 %.

36Toujours en janvier 1914, Giros et Loucheur participent à la formation de la Compagnie centrale d’électricité. Elle doit reprendre et améliorer la distribution de force et de lumière à Ekaterinbourg et Ekaterinoslav. Certes la SGE n’y participe pas de manière directe, mais le groupe Girolou s’y trouve représenté par le Central électrique du Nord, l’une de ses filiales établie à Bruxelles et jouant le rôle de holding relais, ainsi que par la société en nom collectif Giros et Loucheur, laquelle sert en outre d’intermédiaire pour les commandes de matériel. Les travaux en reviennent pour 50 % à SGE et 50 % à l’association Jacobson-Ruaud. En 1914, les perspectives offertes en Russie apparaissent donc très encourageantes. De fait, en mai, la SGE obtient le marché de la centrale thermique de Saint-Pétersbourg, qui doit fournir de l’électricité à la Société russe de distribution générale d’électricité. Le succès s’avère d’autant plus important que ce marché, d’un montant de neuf millions, est obtenu face à la concurrence allemande, et en dépit de la présence d’intérêts germaniques au sein du maître de l’ouvrage.

IV. — Conclusion

  • 26 Cécyl Tarlier, L’entreprise Guimet de bleu d’outremer de Jean-Baptiste à Jean (1826-1920), mémoire (...)

37En 1914, les entrepreneurs français de travaux publics apparaissent très actifs dans le premier pays d’exportation des capitaux français (27,6 % du total des capitaux français placés à l’étranger en 1914). Jusqu’en 1914, ils y travaillent beaucoup. La mission de Louis Loucheur, effectuée en 1915, en fournit un bon exemple : principal dirigeant de la SGE, avec Alexandre Giros, il joue, à la même époque, un rôle grandissant dans l’effort français d’armement et a pour but un audit des usines russes, afin d’en améliorer l’organisation et la productivité. Toutefois, la présence des firmes françaises ne se limite pas à l’armement et au génie civil : le montre la réussite, dans l’empire russe, de l’entreprise Guimet de Lyon, productrice de colorants pour l’industrie textile26. Mais la révolution russe interrompt de façon brutale l’activité des firmes. Elle entraîne des pertes financières élevées. Pourtant la plupart des entrepreneurs, d’abord les plus puissants, soldent rapidement leurs intérêts russes. La Pologne devient dès les années 1920 un substitut attractif au marché russe perdu.

Notes

1 Dominique Barjot, « French exports in the public works sector (1857-1914) », dans W. Fischer, R. Mc Innis et J. Schneider, The Emergence of a World Economy (1500-1914), Wiesbaden, t. II, 1986, p. 477-504.

2 Rondo Cameron, La France et le développement économique de l’Europe (1800-1914), Paris, 1971, p. 7.

3 René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie 1887-1914, Paris, 1999.

4 Rang-Ri Park-Barjot, La Société de construction des Batignolles : des origines à la première guerre mondiale (1846-1914), Paris, 2005. Voir aussi Dominique Barjot, « Un grand entrepreneur du XIXe siècle : Ernest Goüin (1815-1885) », dans Revue d’histoire des chemins de fer (RHCF), no 5-6, automne 1991, p. 65-89.

5 Dominique Barjot, La grande entreprise française de travaux publics (1883-1974), Paris, 2006, chap. 3, p. 111-112.

6 R. Girault, Emprunts russes et investissements français…

7 Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898 à 1914, Paris, 1998, part. p. 706-711.

8 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics…, thèse, t. I, p. 307-308.

9 Dominique Barjot, « Les grandes entreprises européennes de travaux publics face au marché international (1880-1914) », dans HES, no 2, 1995, p. 361-383.

10 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux…, p. 126-130.

11 Ibid., p. 355-357.

12 Jacques Thobie, « Les choix financiers de l’Ottomane en Méditerranée orientale de 1856 à 1939 », dans Banque et investissements en Méditerranée à l’époque contemporaine, Marseille, 1985, p. 57-84.

13 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics…, thèse, t. I, p. 355-356.

14 Dominique Barjot, « L’entreprise Hersent : ascension, prospérité et chute d’une famille d’entrepreneurs (1860-1982) », dans Le capitalisme familial : logiques et trajectoires, dir. J.-C Daumas, Besançon, 2003, p. 133-160.

15 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics…, chap. 4, p. 156-160 ; id., La grande entreprise française de travaux publics…, thèse, t. I, p. 435-448.

16 Dominique Barjot, « Un grand ingénieur entrepreneur du XIXe siècle : Hildevert Hersent (1827-1903) », dans L’information historique, 1985, no 5, p. 177-180.

17 Lettre d’Hildevert Hersent à Schneider et Cie, 1er juin 1874. Voir D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics…, p. 157.

18 Ibid., p. 158-160.

19 Agnès D’Angio, Schneider et Cie et les travaux publics (1895-1949), Paris, 1995, p. 140-143 ; ead., Schneider et Cie et la naissance de l’ingénierie. Des pratiques internes à l’aventure internationale, Paris, 2000, p. 128-133.

20 Dominique Barjot, « Contraintes et stratégies : les débuts de la Société des grands travaux de Marseille (1892-1914) », dans Provence historique, t. 162, 1990, p. 381-401 ; id., La grande entreprise française de travaux publics…, p. 181-199.

21 Certains pays non mentionnés dans le tableau ont été source d’importantes pertes, à l’instar de l’Empire ottoman, du Brésil et de l’Uruguay.

22 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics…, p. 201-224 ; id., « Un grand constructeur de lignes : la SGE (1899-1970) », dans Réseaux électriques et installateurs des origines à nos jours, dir. D. Barjot et M. Trédé, Paris, 1995, p. 175.

23 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics…, thèse, p. 677-678.

24 Hubert Bonin, Un outre-mer bancaire méditerranéen. Histoire du Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie (1880-1997), Paris, 2004, p. 180-182.

25 D. Barjot, La grande entreprise française de travaux publics…, thèse, p. 679-680.

26 Cécyl Tarlier, L’entreprise Guimet de bleu d’outremer de Jean-Baptiste à Jean (1826-1920), mémoire de master 2, univ. Paris-Sorbonne (Paris IV), 2006.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : taux de croissance annuels moyens du chiffre d’affaires des entreprises françaises de travaux publics et des capitaux français investis en Russie (en %). Source : Dominique Barjot, La grande entreprise française de travaux publics (1883-1974). Contraintes et stratégies, thèse de doctorat d’État, histoire, univ. Paris-Sorbonne (Paris-IV), 1989, t. I, chap. 3.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Tableau 5 : répartition du chiffre d’affaires de la Société des grands travaux de Marseille réalisé à l’étranger par grandes destinations géographiques (en % du total).N. B. : ne sont mentionnés dans le tableau que les principaux pays concernés. Le solde – pour atteindre 100 % – incombe à l’ensemble des autres pays hors France métropolitaine.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Tableau 6 : répartition du bénéfice d’exploitation de la Société des grands travaux de Marseille, réalisé à l’étranger par grandes destinations géographiques (en % du total). N. B. : ne sont mentionnés dans le tableau que les principaux pays concernés. Le solde – pour atteindre 100 % – incombe à l’ensemble des autres pays hors France métropolitaine.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Tableau 7 : part de la Russie au sein du chiffre d’affaires et du bénéfice d’exploitation de la Société générale d’entreprises (en %).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1306/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search