Version classiqueVersion mobile

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Troisième partie. Les français dans la vie artistique et culturelle russe

L’installation de la banque Rothschild en Russie de 1883 à 1886

Учреждение банка Ротшильдов в России в 1883-1886 гг

Elena Razvozzhaeva

Résumé

Au début de 1886, la banque Rothschild rachète la société de S. Palaškovskij et devient le concurrent le plus important de la société Nobel jusqu’en 1918. Dans les années 1880, le pétrole n’était pas encore considéré comme combustible mais comme une huile lampante. Peu d’entrepreneurs voyaient en lui un produit important d’exportation. Les historiens se sont interrogés sur les raisons pour lesquelles les Rothschild ont pris la décision d’investir dans le pétrole russe, mais leurs sont restées relativement infructueuses. L’analyse de la correspondance de l’ingénieur français de la banque Rothschild, Jules Aron, conservée aux Archives nationales à Roubaix (ANMT 132 AQ, vol. 840-849), a permis de dresser un tableau plus clair du début des « affaires russes » de la société de banque.
Dans la période du 1883 à 1886, on distingue trois périodes de négociation des Rothschild avec les pétroliers russes : 1. celle des ouvertures de la société Nobel aux Rothschild (de la fin de l’année 1883 à la fin de l’été 1884) ; 2. celle de la confrontation des intérêts des sociétés Nobel, S. Palaškovskij et A. Bunge, de la société pour la vente du pétrole en Autriche-Hongrie Lindheim et Cie auprès de la banque de Rothschild, et le refus des banquiers français de signer le contrat avec L. Nobel (du mois de septembre 1884 au 4 mars 1885) ; 3. et enfin celle du second rapprochement de la banque avec la société S. Palaškovskij et la fondation de BNITO, la Société de Batoum, pour la production et le commerce du pétrole (d’août 1885 au printemps 1886).
L’analyse des correspondances de Jules Arons nous permet de tirer plusieurs conclusions. D’abord, c’est Louis Nobel qui a joué le rôle d’initiateur des investissements des Rothschild dans le pétrole russe. Sa proposition a attiré l’attention du gendre du baron Alphonse Rothschild, Maurice Ephrussi, banquier juif d’origine russe. L’estimation de la rentabilité de cette affaire a été confiée à Jules Aron, ingénieur et administrateur de la société pétrolière de Fiume, financée par les Rothschild. En s’appuyant sur les données recueillies lors de son voyage en Russie en été 1884, Aron prépare un rapport sur le développement de la société Nobel en Russie. Ce rapport sert ensuite de base de la négociation.
Le traitement de cette affaire par les Rothschild montre qu’ils ne prirent jamais de décision sous l’influence du climat d’euphorie autour de la signature de l’entente franco-russe, mais privilégièrent les chiffres froids de la rentabilité des affaires, étudiés par des spécialistes qualifiés. Ils avaient déjà l’expérience de la gestion de l’affaire pétrolière à Fiume. La connaissance de l’élite de l’État russe à travers la mise en place des emprunts russes permit aussi de faciliter les affaires.
Parmi les raisons des blocages de la négociation avec Nobel on trouve, en premier lieu, l’intervention dans la négociation des ingénieurs de l’usine de Fiume, qui avaient démissionné pour aller travailler pour le concurrent, la société Lindheim et Cie. Ensuite, l’attitude de Louis Nobel fut considérée comme hautaine par les banquiers français : il refusait de céder sur quoi que ce soit lors de la signature des contrats et se permettait d’envoyer ses mandataires pour mener les négociations ou bien annulait purement et simplement les rendez-vous pris. Cette attitude a refroidit les banquiers français et, le 4 mars 1895, ils rompirent tous les contacts avec Nobel.
Six mois plus tard, en avril 1886, quand ils apprirent que la société S. Palaškovskij était au bord de la faillite et coûtait dix fois moins cher qu’en août 1884, les Rothschild prirent la décision de la racheter.

Note de l’éditeur

ANMT : Archives nationales du monde du travail.

Texte intégral

  • 1 A. A. Fursenko, The Battle for Oil: The Economics and Politics of International Corporate Conflict (...)

1L’intérêt des Rothschild pour le pétrole russe est depuis longtemps un mystère pour les historiens, intérêt qui s’est soudain manifesté en 1886 quand la banque a racheté la société d’A. Bunge et de S. Palaškovskij en l’appelant Société de Batoum pour la production et le commerce du pétrole ou BNITO. L’intervention de cette banque privée renommée, dans les affaires de pétrole, étonna à l’époque. Le pétrole n’était pas considéré comme un combustible ; il était surtout utilisé comme huile lampante. Peu d’hommes d’affaires voyaient des perspectives d’avenir dans les investissements pour ce produit. L’intervention de la banque, fondée sur de longs calculs et estimations, fut providentielle, puisque le rachat de la société pétrolière russe a apporté aux Rothschild de substantiels dividendes. L’histoire du développement puis des causes du retrait des Rothschild, trente ans plus tard, des affaires russes, a déjà été étudiée par Aleksandr Fursenko, Valerij Bovykin et René Girault1, mais les motifs qui ont conduit les banquiers à investir dans le pétrole de Bakou restent difficiles à comprendre. Les ingénieurs sont alors au cœur de toute initiative bancaire d’investissements dans les entreprises étrangères. L’étude de la correspondance de Jules Aron, ingénieur en chef de la banque de Rothschild, nous permet d’éclairer les débuts des investissements de la banque et surtout d’expliquer les enjeux de cette première démarche.

2En 1883, le chemin de fer transcaucasien reliant Bakou à Batoum est ouvert au trafic, donnant aux produits pétroliers de la Caspienne un débouché sur la mer Noire. Les constructeurs de cette voie ferrée, A. Bunge et S. Palaškovskij se sont vite rendus compte de son importance pour la conquête des marchés étrangers. Ils fondent le 1er juillet 1883 la Société de Batoum pour la production et le commerce du pétrole. Une nouvelle vague d’exploitation du pétrole de la région se développe. Dès le début, les Rothschild sont mis au courant de son ampleur par Jules Aron.

  • 2 A. A. Фурсенко [A. A. Fursenko], « Парижские Ротшильды и русская нефть [Les Rothschild de Paris et (...)

3Considérées comme illisibles, les correspondances d’Aron sont peu connues des historiens. La plupart de ses lettres sont conservées dans le fonds Rothschild (fonds 132 AQ) aux Archives nationales du monde du travail à Roubaix, sous forme de copies-lettres. Nous avons consulté une dizaine de registres de ces lettres (cotés 840 à 849). Elles permettent de reconstituer les étapes de la négociation qui ont précédé le rachat par la banque Rothschild en avril 1886 de la société de Palaškovskij et Bunge. Contrairement à ce que prétend A. A. Fursenko, la société n’a pas été rachetée en 18852.

4On distingue trois périodes de négociation : celle des ouvertures de la société Nobel aux Rothschild (de la fin de 1883 à la fin de l’été 1884) ; celle de la confrontation des deux sociétés auprès de la banque de Rothschild et son projet d’entente (de septembre 1884 au 4 mars 1885) ; et enfin celle du second rapprochement de la banque avec la société de Palaškovskij et Bunge et le rachat de celle-ci (d’août 1885 au printemps 1886).

I. — Les avances de la société Nobel (fin 1883 - fin de l’été 1884)

  • 3 K. A. Пажитнов [K. A. Pažitnov], Очерки по истории бакинской нефтедобывающей промышленности [Les e (...)
  • 4 RGIA / РГИА, fonds no 1458, opis no 1, no 1725, fol. 1-9.

5Une nouvelle vague de croissance de l’exploitation du pétrole à Bakou se développe au début des années 1880, comme l’atteste en 1883 un pic de croissance du nombre des compagnies pétrolières russes à Bakou depuis 1873 (voir fig. 1)3. Les Rothschild commencent à recevoir des propositions d’investissement dans le pétrole russe. Dans les Archives historiques d’État de Saint-Pétersbourg, un rapport de la société Nobel de 18834 mentionne que les dirigeants de la société de Palaškovskij et Bunge ont besoin de capitaux pour de nouvelles installations pétrolières en Russie et pour développer l’exportation du pétrole à l’étranger par le nouveau chemin de fer transcaucasien reliant Bakou aux ports sur la mer Noire de Batoum et Poti. Ils ont besoin d’augmenter leur capital par l’émission de cinq millions de roubles d’actions. Malgré cette initiative, ils n’arrivent pas à trouver des investisseurs et se tournent vers les Rothschild.

Figure 1 : les compagnies pétrolières à Bakou.

  • 5 ANMT, 132/AQ/842, lettre du 26 mars 1884.

6Nobel avait besoin de capitaux pour maintenir la rapide croissance de l’activité de ses raffineries. À la fin de 1883, par l’entremise du général-major O. de Plemânnikov (Plemiannikoff), Jules Aron reçoit des propositions d’investissement dans le pétrole russe et plus précisément dans la société Nobel, la plus grande société productrice de pétrole en Russie. Jules Aron est un ingénieur consultant de la raffinerie d’huile minérale de Fiume en Autriche-Hongrie, qui appartient aux Rothschild. Aron cherche un expert compétent pour examiner sur le terrain l’état des affaires russes et son choix tombe sur Wilhelm Singer, brillant ingénieur de la même société. Wilhelm Singer se rend à Bakou avec deux autres mandataires de Rothschild, Offenheim et Kornhauser, et rédige un rapport qui attire l’attention de Maurice Ephrussi, gendre du baron Alphonse de Rothschild, banquier d’origine juive russe. Dans ce rapport la société Nobel est décrite comme ayant une excellente réputation « justifiée par la beauté de la lumière aussi bien que par l’absence totale d’odeur »5 de son pétrole lampant.

  • 6 ANMT, 132/AQ/842, lettre du 23 avril 1884.

7Le 16 avril 1884, Aron organise un rendez-vous entre Singer et les Rothschild. Singer reste trois jours à Paris « sans cesse en conférences »6 avec les Rothschild. Les barons semblent être très intéressés et sont sur le point de faire venir Nobel à Paris pour des négociations officieuses, sous réserve de ne pas être obligés de lui envoyer une invitation quelconque. La démarche doit être faite par Maurice Ephrussi.

  • 7 ANMT, 132/AQ/842, lettre du 8 mai 1884.

8Mais Nobel ne s’empresse pas, il garde le silence pendant deux semaines quand, le 8 mai 1884, Aron apprend que l’affaire a été gâchée par les deux mandataires de la maison Rothschild qui ont voyagé avec Singer en Russie et ont promis à Nobel « monts et merveilles : installation de réservoirs, construction de bateaux, réservoirs, etc. »7. C’est pourquoi, le 21 mai, Nobel informe « Messieurs de Rothschild » qu’il envoie à Paris son mandataire Solitica pour négocier les conditions d’investissement sur les bases fausses, proposées par les accompagnateurs de Singer. Les négociations n’avancent pas et Aron décide d’inviter à Paris Nobel en personne. Le 21 mai 1884, il écrit au banquier autrichien, Henri Deutch, amis des Rothschild :

  • 8 ANMT, 132/AQ/842, lettre du 21 mai 1884.

Grande réunion aujourd’hui avec Mr Solitica. Les renseignements sur le personnage ne sont pas parfaits, loin de là. Nous nous sommes donc tenus sur une réserve dictée par les circonstances. Voyant que son projet n’aurait aucune chance d’être pris en considération en haut lieu, s’il n’est pas présenté par Mr Nobel et s’est décidé à télégraphier : « Nobel – Petersbourg ». Ai trouvé ces Messieurs disposés en principe à examiner combinaison importante dans l’affaire pétrole. Il faut battre le fer pendant qu’il est chaud. Vous engage à venir au plutôt Paris. Solitica8.

  • 9 ANMT, 132/AQ/843, lettre du 5 septembre 1884.
  • 10 Ibid.

9Au début de l’été 1884, Louis Nobel (Ludwig Nobel) en personne vient à Paris, et le 13 juin le projet commun est élaboré. Suite à ces négociations, Aron se déplace à Bakou pour examiner la situation. Pendant ce voyage, il fait la connaissance de I. Lagerwall, le secrétaire général suédois de la maison Nobel. Lagerwall lui donne tous les chiffres et renseignements nécessaires sur la maison Nobel. Il « m’assurait du sincère désir qu’avait Mr Nobel d’obtenir le concours de la maison en vue du développement de ses affaires par la voie transcaucasienne »9. Aron lui écrit qu’il est en train de rédiger un rapport sur l’affaire russe et que celle-ci sera prise par les Rothschild « en très sérieuse considération »10.

10Mais les agitations de Nobel auprès des Rothschild, malgré tous leurs efforts pour garder l’affaire confidentielle, attirent l’attention de ses principaux concurrents : A. A. Bunge et S. Palaškovskij. Bunge fait également une proposition d’investissements aux Rothschild.

  • 11 René Girault, Emprunts russes…, p. 273.

11Cependant, les ex-mandataires des Rothschild ont eux aussi vu des occasions de s’enrichir, en proposant à Nobel un contrat de distribution du naphte en Autriche-Hongrie par la maison Lindheim. En effet, comme l’a souligné R. Girault, pour les sociétés pétrolières russes, le problème essentiel était moins la production du pétrole que sa vente à l’étranger11. Les contrats de distribution en Europe par des distributeurs expérimentés étaient donc essentiels pour les sociétés russes. Nobel, comme on le verra plus tard, signe un contrat de distribution exclusif du pétrole avec Lindheim et ne se sent pas obligé de le rompre au bénéfice d’un nouveau contrat avec la société de Fiume.

12Une autre pierre d’achoppement était la question de l’estimation du prix minimum du mélange distillé, différent selon les calculs d’Aron et de Nobel.

13Ainsi, dans l’affaire russe, on constate dès le début l’apparition de difficultés dans les négociations de Nobel avec les Rothschild. L’automne de 1884 se transforme en une période d’hésitation tant du côté des Rothschild que du côté de Nobel.

II. — Les offres concurrentes des sociétés Nobel, Bunge et Palaškovskij (septembre 1884 - 4 mars 1885)

14La deuxième période est marquée par les hésitations des Rothschild à signer un contrat avec Nobel. Ces hésitations s’expliquent, d’un côté, par le besoin de bien étudier l’affaire avant de s’y lancer, de l’autre, par une série d’imprévus qui freinent les négociations.

1. La faisabilité des projets de Nobel

15Au début de septembre 1884, Aron prépare son rapport sur les affaires russes. Il y décrit la position exceptionnelle de la maison Nobel dans les affaires pétrolières à Bakou face à ses concurrents américains et russes (Bunge et Palaškovskij). Jules Aron, avant de se lancer dans la deuxième étape des négociations avec Nobel, devait analyser la faisabilité des deux projets de Nobel. Son analyse est fondée sur les notes prises pendant son voyage à Bakou.

  • 12 Un « pud » (« poud ») vaut 16,38 kg.
  • 13 ANMT, 132/AQ/843, lettre du 5 septembre 1884.

16Le premier projet consistait à augmenter le capital de l’entreprise Nobel de cinq millions roubles, somme recherchée par Nobel depuis un an. Selon Aron, l’affaire pourrait s’avérer intéressante : il constatait la croissance de la consommation de pétrole lampant en Russie et dans les pays voisins, et remarquait l’activité performante de la société Nobel. En effet, de janvier à la fin de l’été de 1883, 1 078 130 « pouds »12 de naphte ont été livrés aux acheteurs russes et 3 020 000 aux distributeurs étrangers. Pour la même période de 1884, la quantité a augmenté de 50 %. Aron conclut : « Le pétrole russe est donc destiné, sauf événements imprévus, à prendre une large place dans la consommation des pays baignés par la Méditerranée et de l’Extrême Orient »13. Le projet d’investissement direct dans la société Nobel semble donc très intéressant.

17Le second projet mis sur la table de négociation est celui de la création d’une société d’exportation de pétrole par la mer Noire et de la cession de parts de fondateurs à Nobel. Ensuite, après la défalcation des intérêts et l’amortissement de l’emprunt, le bénéfice net sur les ventes de pétrole serait divisé en deux parties entre Nobel et les Rothschild.

18Les calculs faits par Aron devaient surtout vérifier la faisabilité du premier projet. L’ingénieur se penche sur l’estimation du coût initial du pétrole russe, question cruciale pour l’affaire. Pour cela, il prend en compte les coûts de l’extraction du pétrole, de son transport à Batoum, de la manutention et les prix du pétrole américain. La condition de base est que le prix du pétrole russe soit moins élevé de 1,5 francs que le cours du pétrole brut américain en vrac à New York. Selon les calculs d’Aron du 8 septembre, le cours du pétrole américain est de 6,59 francs les 15 kg, le cours minimal étant de 5 francs les 15 kg en vrac. Le prix du pétrole russe se compose de 10 à 12 kopecks par « poud » sur wagon-citerne à Bakou, du coût de transport du pétrole jusqu’à Batoum de 20 à 23,5 kopecks par « poud » et du coût de manutention et d’embarquement de 3 kopecks par « poud » dans le port de Batoum. Ainsi, le coût total d’un « poud » de pétrole russe est autour de 4,50 francs ce qui promet des marges intéressantes sur la vente du pétrole russe à l’étranger.

19Les estimations du coût minimum du mélange distillé de Nobel étaient plus élevées de 20 % que celles d’Aron : 13,5 kopecks par « poud », ce qui faisait du pétrole russe une marchandise moins concurrentielle à l’exportation que le pétrole américain. Les estimations d’Aron et de Nobel n’étant pas les mêmes, elles ne contribuaient pas à l’avancement des négociations.

2. Les ex-mandataires jouent pour leur propre compte

20L’autre complication venait de l’intervention dans les négociations des distributeurs autrichiens de pétrole, Kornhauser et Offenheim, qui avaient travaillé auparavant pour les Rothschild, mais étaient devenus associés de la compagnie autrichienne Lindheim et Co. Singer, l’ingénieur de la raffinerie de Fiume, qui avait voyagé en Russie pour faire le premier rapport, avait de son côté démissionné pour s’associer avec cette compagnie.

21Alors que les négociations officielles approchaient, Aron apprit que les mandataires de Rothschild avaient décidé de jouer pour leur propre compte et avaient commencé à négocier avec Nobel un contrat de monopole pour la distribution de pétrole lampant en Autriche-Hongrie. Lindheim, l’importateur autrichien les rejoignit, et ce n’est que l’intervention directe d’Alphonse de Rothschild qui mit fin à ces manœuvres.

22Les Rothschild cherchaient à signer avec Nobel un contrat de distribution exclusive du pétrole russe par la société romaine de Fiume, financée par la banque, et patronnée par Jules Aron : le contrat obligerait Nobel à vendre le pétrole russe en Europe par l’intermédiaire de la société de Fiume. Mais, d’après les lettres de Jules Aron, les banquiers prennent progressivement conscience qu’en cas de choix entre le contrat avec les Russes et l’exclusivité de la société de Fiume, le contrat avec les Russes pèserait plus et serait plus profitable. Toutefois, dans les négociations, ils continuent d’insister sur le contrat de partenariat avec Fiume.

  • 14 ANMT, 132/AQ/843, lettre du 9 septembre 1884.

23En même temps, Nobel, ayant déjà un contrat de distribution de son pétrole avec la société autrichienne Lindheim, n’a pas intérêt à se lier les mains en signant un autre contrat avec Fiume. Lagerwall, le secrétaire de Nobel, écrit à Aron : « Il est évident que les bas prix d’Amérique ne nous empêchent pas de bien vendre en Autriche. La Roumanie nous empêchera-t-elle de le faire ? »14 Surtout que l’industrie là-bas était condamnée à l’avance selon lui. Lagerwall souligne que la société Nobel vend bien son pétrole en Autriche-Hongrie, malgré la concurrence du pétrole américain et roumain, et que le contrat avec la raffinerie de Fiume ne changerait pas grand-chose.

24Nobel propose donc de diviser le marché de l’Autriche-Hongrie en deux parties entre les sociétés de distribution de Lindheim et de Fiume, et de vendre le pétrole au même prix par l’intermédiaire des deux sociétés. Cependant, la facilité avec laquelle Nobel entame et s’investit dans les pourparlers avec les autres acteurs économiques, alors qu’il est en négociation avec les Rothschild, agace ces derniers. Aron écrit à ce propos à Singer :

  • 15 ANMT, 132/AQ/843, lettre du 8 septembre 1884.

Je crains bien que ces avances ne soient pas favorablement accueillies. Mss de Rothschild entreront de plein pied dans les affaires russes et alors ils ne sauraient participer à une opération secondaire et dépendante de ces affaires, ou bien ils se retirent et dans ce cas leur abstention sera complète15.

3. Les avances des concurrents russes de Nobel

25Les négociations entre Rothschild et Nobel prennent une telle importance qu’à la surprise des banquiers, toutes les parties prenantes de l’affaire se rendent à Paris ; Bunge et Kornhauser sans invitation des Rothschild. Les négociations commencent le 30 septembre ; Bunge est à Paris le 2 octobre. En effet, quand Nobel envoie son mandataire pour mener les négociations avec les Rothschild, A. Bunge décide de se rendre à Paris en personne et de demander à la maison Rothschild un emprunt de 600 000 roubles (soit 1 500 000 francs).

  • 16 ANMT, 132/AQ/843/II, lettre du 20 octobre 1884.

26Les Rothschild étudient l’affaire mais ils sont plus intéressés par le projet de partenariat avec Nobel. Ils se renseignent aussi sur la réputation de Bunge et Palaškovskij et Aron écrit le 20 octobre que si « des renseignements sont peu favorable sur P., Mr Bunge passait pour un homme très honorable. Ingénieur distingué, mais incapable de réagir contre les tendances spéculatives de son associé »16. Pour Aron, Palaškovskij est « le plus puissant que j’avais auprès du gouvernement et notamment dans la direction des chemins de fer ». Malgré ce contrat, Aron est conscient que les Russes ne pourraient pas garantir à long terme le monopole du transport du pétrole. Comme les deux Russes contrôlent le transfert du pétrole par le Transcaucasien, les Rothschild pensent même leur proposer de créer une entente avec la société Nobel au cours des négociations avec ce dernier. Aron écrit :

  • 17 ANMT, 132/AQ/843, lettre du 22 août 1884.

Je ne voudrais pas faire fonds sur un privilège éphémère et sur le sort de notre entreprise à celui de Mr Palaškovskij. D’autre côté, je suis loin de partager l’optimisme de Mr Lagerwall, et j’estime que notre situation ne serait rendue vraiment favorable que par une alliance avec les deux sociétés russes. Pour atteindre ce but il faut que les deux sociétés rivales se soient préalablement entendues et le meilleur accord serait la fusion des deux sociétés en une seule par l’entremise de la maison de Rothschild dont l’une et l’autre réclament l’appui financier. J’ai conseillé à mes chefs d’inviter Mr Nobel et Palaškovskij à venir discuter avec eux les bases d’un traité provisoire et j’ai tout lieu d’espérer que mon avis sera écouté17.

27Ainsi, selon Aron, sans une alliance avec Palaškovskij et Nobel, il est impossible de rentrer sur le marché russe du pétrole, puisque les dépenses seraient trop élevées. De plus, Palaškovskij semblait être très favorable à la signature du contrat avec Fiume, et pour leur vendre 30 000 barils d’une huile mélangée de distillé et de brut par l’entremise de Kornhauser. Aron pense qu’il faut en profiter parce que, de toute façon, on pourrait renégocier les conditions plus tard.

28Le 7 octobre, Aron commence à analyser de près les propositions de Bunge : Aron veut savoir si les obligations que Mr Bunge veut mettre et remettre en nantissement sont hypothécaires : c’est-à-dire si :

  • 18 ANMT, 132/AQ/843/II, lettre du 7 octobre 1884.

[…] elles garantiraient la propriété de tous ses immeubles : à Bakou et à Batoum […]. La question est de savoir si le bénéfice à réaliser sur les huiles livrées dans l’année justifient les risques quels qu’ils soient d’une avance de 1 500 000 francs (600 000 roubles) et c’était de bonne politique de non seulement empêcher P[alaschkowsky] et B[unge] de s’arranger avec d’autres, mais de l’avoir sous sa coupe comme débiteur […]. Mr le B[aro]n Alphonse en informe par l’entremise de Mr Lagerwall que s’il apportait une nouvelle proposition (10 % de prime au lieu de 20 % et la consignation avec 1 % à 2 % de concession… il y avait toute probabilité pour un accord ou contrat provisoire18.

  • 19 ANMT, 132/AQ/843/II, lettre du 16 octobre 1884

29Les pourparlers avec Palaškovskij et Bunge n’ont pas encore pris de forme officielle parce qu’à ce stade les Rothschild privilégient la société Nobel. Les Rothschild sont tellement sûrs que l’affaire marchera qu’ils commencent à monter un groupe pour financer le projet et jouer la carte de Fiume auprès de Nobel. Nobel restant ferme sur ses déclarations, le 16 octobre 1884 les Rothschild, après avoir étudié les avances de Bunge, décident de faire une proposition à celui-ci à condition de « réduction de l’avance au chiffre de 300 000 roubles, garantis par 750 000 roubles d’obligations à émettre et remboursable en douze ou dix huit mois en vertu d’un marché d’égale durée que le prêt »19.

  • 20 ANMT, 132/AQ/843/II, lettre du 20 octobre 1884.

30Mais le lendemain ils apprennent que la société de Bunge et Palaškovskij, juste après la démission de Singer, a signé un contrat exclusif avec Singer et ses nouveaux partenaires en Autriche-Hongrie pour la distribution du pétrole. Bien évidemment, les Rothschild décident de clore l’affaire et de ne plus prêter les 600 000 roubles en question à Bunge. Aron écrit : « Les choses ont pris une telle tournure que je ne sais pas où j’en suis en tout état de causes »20. Parallèlement, les industriels de Bakou ont demandé au gouvernement d’interdire l’exportation de naphte brut, ce qui oblige les Rothschild à prendre à nouveau leurs distances dans les négociations.

  • 21 ANMT, 132/AQ/845, lettre du 23 janvier 1885.

31En janvier 1885, les Rothschild reçoivent les bilans de la société Nobel qui les déçoivent. Aron en témoigne dans sa lettre à Lagerwall : « Il est regrettable qu’au moment même où ma maison doit se décider en principe à entrer dans l’affaire du naphte de Bakou les résultats soient si peu brillants »21. La cause principale de ces résultats est la mauvaise livraison du pétrole. Mais, sachant que c’est la société concurrente de Nobel, la société de Bunge et de Palaškovskij, qui contrôle le chemin de fer transcaucasien, on comprend mieux pourquoi la société Nobel a ces difficultés de livraison. À la fin de janvier, Nobel refuse de signer le contrat avec les Rothschild et de venir à Paris pour des raisons de santé. Les lettres d’Aron montrent que les bilans décevants de la société Nobel ne sont qu’un prétexte pour tester la fiabilité de l’entreprise. Au fond, c’est le comportement de Nobel et sa façon de traiter les banquiers qui déçoivent les Rothschild. Aron écrit sur l’attitude de Nobel :

  • 22 ANMT, 132/AQ/845, lettre du 16 février 1885.

Ces gens là ne connaissent pas le caractère de mes chefs, ils s’imaginent qu’ils ont affaire à de simples banquiers qui cherchent à tenir un profit immédiat de l’opération en vendant leurs actions avec prime, et à réaliser ensuite les entremises auxquelles ils sont intéressés. De là des réticences qui finissent par irriter Mss les Barons, pas habitués à ce qu’on les traite avec méfiance22.

  • 23 Henry Deutsch et son frère Émile continuaient à développer les raffineries fondées par leur père A (...)

32Dans sa lettre à Henry Deutsch23, Jules Aron donne plus de détails sur les causes de cette méfiance :

  • 24 ANMT, 132/AQ/845, lettre du 15 février 1885.

Il [Louis Nobel] apprendra que si Mess. de R. se décident à participer à l’entreprise, ce n’est pas comme les Sociétés de crédit de Berlin ou d’autres bailleurs de fonds pour réaliser au plus tôt une affaire sur les actions. Quand ces Messieurs interviennent dans une affaire industrielle, ils assument devant le public, qui a l’habitude de leur livrer aveuglement une responsabilité qui les oblige, de soutenir cette affaire jusqu’au bout. Voilà pourquoi ils hésitent tant à mettre leurs noms dans des sociétés par actions24.

  • 25 Jean Bouvier, Les Rothschild. Histoire d’un capitalisme familial, Paris, 1983, p. 272.

33La méfiance de Nobel s’expliquerait aussi par le fait que, dans les années 1880, les Rothschild eux-mêmes s’étaient retirés des affaires gouvernementales russes et ce sont des banques berlinoises qui en avaient le monopole25. Ce désengagement des Rothschild des affaires russes en général est dû à la politique antisémite menée par le gouvernement d’Alexandre III.

34Le 4 mars 1885, les irritations de Rothschild ont eu comme résultat la rupture avec la société Nobel. Aron écrit à Lagerwall :

  • 26 ANMT, 132/AQ/845, lettre du 4 mars 1885.

En présence d’une sorte de marchandage du rôle assigné à ma maison dans l’affaire d’exportation et de l’attitude franchement hostile prise par la S Nobel envers la raffinerie de Fiume, messieurs de Rothschild, tout en regrettant les malentendus qui ont subsisté jusqu’au bout, se sont décidés de s’abstenir de toute participation dans l’entreprise Nobel frères. De ces longues et laborieuses négociations, dont l’issue a été si peu conforme à notre mutuel désir, il me restera la satisfaction d’avoir noué avec vous des relations amicales auxquelles j’attacherai un grand prix. J’espère qu’à votre prochain voyage à Paris : vous ne manquerez pas de venir me voir26.

35Il ajoute dans une lettre adressée à Henry Deutsch :

  • 27 ANMT, 132/AQ/845, lettre du 5 mars 1885.

Décidément tout est rompu avec Mr Nobel : on a refusé aujourd’hui par lettre officielle de payer les coupons des obligations aux caisses de la R. Laffitte à l’échéance du 1er avril prochain. […] Selon Aron, les échos dans les journaux que les négociations entre la société russe et la banque de Rothschild n’ont aboutis à rien « doit défavorablement impressionner Mr Nobel et abattre son orgueil27.

36Ainsi, si on reprenait les causes de la rupture des Rothschild avec le meilleur producteur de pétrole lampant russe de l’époque, Louis Nobel, on mettrait en avant les problèmes suivants :

  • les calculs du prix minimum du naphte de Nobel et d’Aron étaient différents, les estimations de Nobel étant plus élevées. Ces dernières diminuaient donc la marge de profit du futur distributeur du pétrole en Europe, faisant du pétrole américain un produit plus intéressant à revendre ;
  • les bilans annuels de la société Nobel étaient décevants aux yeux des experts de la banque de Rothschild ;
  • les négociations furent interrompues par les concurrents de Nobel en Russie, A. Bunge et S. Palaškovskij, et retardées pas la grève des producteurs locaux de pétrole russe ;
  • les négociations furent interrompues aussi par les ex-mandataires de Rothschild, Kornhauser, Offenheim et Singer, qui ont joué constamment double jeu et finalement se sont tournés vers le concurrent de la société de Fiume, financée par Rothschild, la compagnie autrichienne de Lindheim ;
  • Nobel a signé un contrat avec cette dernière compagnie, alors qu’il a refusé de signer un contrat avec les Rothschild. Le Russe, d’origine suédoise, s’est montré arrogant dans son attitude envers des banquiers de grande renommée. Il a évité plusieurs fois les Rothschild pour ne pas continuer les négociations et leur a dit qu’il allait les consulter sur les ventes de pétrole russe seulement dans les pays en dehors de l’Allemagne, la Scandinavie et la Russie. Ce dernier problème était sans doute le plus difficile à surmonter pour les Rothschild, qui n’étaient pas habitués à ce genre de comportement.

37Tous ces problèmes ont beaucoup refroidi les Rothschild qui décidèrent de ne pas rentrer dans les « affaires russes » de pétrole. Plusieurs mois plus tard, cette décision fut remise en question quand les banquiers apprirent que les principaux concurrents de Nobel, Bunge et Palaškovskij, étaient en faillite. Ici commence la troisième et dernière étape de la saga de l’entrée de Rothschild dans les affaires russes.

III. — Le rapprochement et le rachat de la société Bunge et Palaškovskij (août 1885 - printemps 1886)

38La troisième période commence le 3 août 1885 quand l’affaire Palaškovskij revient sur le tapis des négociations avec les Rothschild. L’ex-associé de Maurice Ephrussi l’informe que la société de Bunge et Palaškovskij connaît des difficultés financières et se vend actuellement au prix de 1 250 000 roubles. Le prix est médiocre si on le compare à celui de l’année précédente qui s’élevait à 10 500 000 roubles…

  • 28 ANMT, 132/AQ/845, lettre du 1 août 1885

39Kornhauser, Singer et Offenheim cherchent à l’acheter et, parallèlement, les Rothschild envoient de leur côté un ingénieur pour examiner l’affaire. Les premiers se montrent très actifs, mais, selon Aron, ce sont eux qui ont contribué le plus à la faillite de la société russe : « Il faut conclure de cette démarche que Mess. Offenheim, Singer, etc., ont apporté à ces Mess. Russes plus de paroles que d’espèces et que la situation est comme ci-devant tout à fait mauvaise »28. Si on tient compte de ces remarques, les raisons pour lesquelles Bunge et Palaškovskij vont préférer reprendre les pourparlers avec les Rothschild deviennent plus claires.

  • 29 ANMT, 132/AQ/848, lettre du 1 mars 1886.
  • 30 ANMT, 132/AQ/848, lettre du 25 mars 1886.

40Aussi, après la remise du rapport de l’ingénieur Étienne en novembre 1885, les Russes viennent à Paris dès la fin de janvier 1886 pour des négociations. Le 1er mars 1886, un an après la rupture avec Nobel, Aron écrit : « Nos négociations avec Mr Palachkowsky se poursuivent activement. Il y a des chances sérieuses en faveur d’une solution prochaine »29. Et le 25 mars, il remarque que la « transaction intervenue consiste en réalité dans l’achat des installations pour une somme de roubles 1 200 000 que Mr Étienne ne trouve pas exagérée. Ces installations ont coûté Rs 2 000 000 et sont toutes nouvelles30 ».

  • 31 ANMT, 132/AQ/848, lettre du 12 avril 1886.

41En avril, enfin, le marché est conclu : finalement les Rothschild achètent les 1 500 actions qui constituent le capital initial de la société de Bunge et Palaškovskij, pour 1 500 000 roubles. Les 1 500 actions sont réparties entre la banque de Rothschild frères (675 actions pour 1 350 000 francs), le baron Albert de Rothschild (250 actions pour 500 000 francs), le baron Fehleisen, le banquier de Saint-Pétersbourg (250 actions pour 500 000 francs), Maurice Ephrussi (75 actions pour 150 000 francs) et la banque Deutsch et fils (250 actions pour 500 000 francs)31.

  • 32 Albert Blazy, Le pétrole à Bakou et les intérêts français au Caucase, Paris, 1902, p. 9.

42Dès lors, les partenaires potentiels, Nobel et Rothschild, deviennent des concurrents directs pour environ trois décennies. La décision de Rothschild a été providentielle : le pétrole commence à apporter des bénéfices et, à Bakou, les deux principales sociétés de production appartiendront à Nobel et aux Rothschild encore pendant au moins dix ans, jusqu’à l’arrivée sur le marché des sociétés pétrolières britanniques en 189632.

43En conclusion, selon la correspondance de Jules Aron, conservée aux Archives nationales du monde du travail, on peut dresser la liste des causes qui ont suscité l’intervention des Rothschild dans les affaires pétrolières russes. Ces lettres montrent qu’Aron a commencé à recevoir des propositions d’investissement en Russie dès la fin de 1883, et que les raisons qui poussaient les banquiers à investir dans les affaires pétrolières se complètent :

  • l’affaire a été soutenue par le gendre d’Alphonse de Rothschild, Maurice Ephrussi, juif d’origine russe, et par Henry Deutsch et leur ingénieur en chef. La plupart des lettres de Jules Aron concernant les affaires russes sont adressées à Henry Deutsch. Maurice Ephrussi est devenu vice-président du conseil d’administration de la Société de Batoum pour la production et le commerce du pétrole (BNITO), Alphonse Rothschild étant le président ;
  • Jules Aron était un spécialiste en installation de réservoirs et de pompes spéciaux pour l’exploitation du pétrole de Fiume (Autriche-Hongrie) ;
  • l’étude de cette correspondance montre aussi que ces banquiers français en Russie étaient mus par le seul intérêt économique et non par l’euphorie idéologique qui accompagnait l’alliance franco-russe. Ainsi, dès que le calcul du profit a été fait et considéré comme suffisamment élevé, les négociations ont commencé ;
  • vers les années 1880, les Rothschild ont participé à la plupart des emprunts russes placés en France, en commençant par les emprunts des années 1820, ce qui est confirmé par les notes, conservées aux archives de la Banque de France. Ils connaissaient les hauts fonctionnaires des finances de l’empire russe et pouvaient compter sur leur soutien dans les démarches de création de leur société d’exploitation de pétrole de Bakou. Ils connaissaient Bunge personnellement, parce que celui-ci était non seulement l’initiateur de la construction du chemin de fer Transcaspien, mais aussi le neveu du ministre des Finances de Russie ;
  • enfin, les Rothschild ont longtemps hésité avant de se lancer dans l’affaire, et Louis Nobel, ayant fait deux voyages à Paris pour signer le contrat avec eux, ne voulait plus attendre et s’est tourné vers la société autrichienne de Lindheim. Son comportement arrogant a heurté l’amour-propre des Rothschild ; ceux-ci hésitèrent beaucoup moins avant de racheter la société des principaux concurrents de Nobel.

44Cette concurrence ne cessera de s’aviver avec le temps jusqu’au moment où les Rothschild, après la première révolution russe, décidèrent de vendre leur entreprise pétrolière.

Notes

1 A. A. Fursenko, The Battle for Oil: The Economics and Politics of International Corporate Conflict over Petroleum, 1860-1930, Greenwich, 1990; В. И. Бовыкин [V. I. Bovykin], Французские банки в России. Конец XIX-начало XX века [Les banques françaises en Russie, de la fin du XIXe au début du XXe siècle], Moscou, 1999 ; René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887-1914, Paris, 1973.

2 A. A. Фурсенко [A. A. Fursenko], « Парижские Ротшильды и русская нефть [Les Rothschild de Paris et le pétrole russe] », dans Вопросы истории [Les questions de l’histoire], no 8, 1962, p. 29-42.

3 K. A. Пажитнов [K. A. Pažitnov], Очерки по истории бакинской нефтедобывающей промышленности [Les essais sur l’histoire de l’industrie pétrolière de Bakou], Moscou/Léningrad, 1940, p. 78.

4 RGIA / РГИА, fonds no 1458, opis no 1, no 1725, fol. 1-9.

5 ANMT, 132/AQ/842, lettre du 26 mars 1884.

6 ANMT, 132/AQ/842, lettre du 23 avril 1884.

7 ANMT, 132/AQ/842, lettre du 8 mai 1884.

8 ANMT, 132/AQ/842, lettre du 21 mai 1884.

9 ANMT, 132/AQ/843, lettre du 5 septembre 1884.

10 Ibid.

11 René Girault, Emprunts russes…, p. 273.

12 Un « pud » (« poud ») vaut 16,38 kg.

13 ANMT, 132/AQ/843, lettre du 5 septembre 1884.

14 ANMT, 132/AQ/843, lettre du 9 septembre 1884.

15 ANMT, 132/AQ/843, lettre du 8 septembre 1884.

16 ANMT, 132/AQ/843/II, lettre du 20 octobre 1884.

17 ANMT, 132/AQ/843, lettre du 22 août 1884.

18 ANMT, 132/AQ/843/II, lettre du 7 octobre 1884.

19 ANMT, 132/AQ/843/II, lettre du 16 octobre 1884

20 ANMT, 132/AQ/843/II, lettre du 20 octobre 1884.

21 ANMT, 132/AQ/845, lettre du 23 janvier 1885.

22 ANMT, 132/AQ/845, lettre du 16 février 1885.

23 Henry Deutsch et son frère Émile continuaient à développer les raffineries fondées par leur père Alexandre. Ils se sont associés au début des années 1880 avec les frères Rothschild pour construire des raffineries en Espagne et en Autriche-Hongrie. Ils se connaissaient très bien et Henry Deutsch, futur célèbre mécène, menait une riche correspondance avec Jules Aron sur les questions pétrolières, y compris sur les « affaires russes ».

24 ANMT, 132/AQ/845, lettre du 15 février 1885.

25 Jean Bouvier, Les Rothschild. Histoire d’un capitalisme familial, Paris, 1983, p. 272.

26 ANMT, 132/AQ/845, lettre du 4 mars 1885.

27 ANMT, 132/AQ/845, lettre du 5 mars 1885.

28 ANMT, 132/AQ/845, lettre du 1 août 1885

29 ANMT, 132/AQ/848, lettre du 1 mars 1886.

30 ANMT, 132/AQ/848, lettre du 25 mars 1886.

31 ANMT, 132/AQ/848, lettre du 12 avril 1886.

32 Albert Blazy, Le pétrole à Bakou et les intérêts français au Caucase, Paris, 1902, p. 9.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : les compagnies pétrolières à Bakou.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteur

Université Paris I – Panthéon-Sorbonne

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search