Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Troisième partie. Les français dans la vie artistique et culturelle russe

Le Crédit lyonnais, acteur et témoin de la présence française en Russie (1878-1920)

Деятельность банка Лионский кредит в контексте французского присутствия в России (1878-1920)

Roger Nougaret

Résumé

Le Crédit lyonnais fut la seule banque française à opérer sous son propre nom en Russie au XIXe siècle : elle s’installa à Saint-Pétersbourg en 1878, puis à Moscou en 1891 et Odessa en 1892. Elle développa ses opérations de façon profitable malgré l’alerte de 1905 et ne cessa de fonctionner qu’après le séquestre des agences consécutif à la Révolution. Le Crédit lyonnais agit comme une banque de dépôts, s’abstenant de prises de participations industrielles, mais adaptant pragmatiquement ses activités à chaque place financière et commerciale, pratiquant ainsi les avances garanties par des marchandises à Odessa, ce qu’elle ne faisait pas ailleurs. Une exploitation systématique des archives disponibles (correspondances, bilans, comptes de profits et pertes des agences, dossiers de clients, dossiers d’inspection) permettrait une analyse micro économique jusque ici un peu délaissée par les historiens, ainsi qu’une étude comparative sociale novatrice sur le personnel. Les archives du Crédit lyonnais renseignent également sur les entreprises françaises en Russie, notamment grâce à son unique collection d’études financières : quand elles ne constituent pas l’unique source de connaissance sur certaines entreprises, ces études, qui expriment une opinion indépendante, offrent un contrepoint utile aux conclusions que l’on peut tirer à partir des documents provenant des entreprises elles-mêmes. Pour compléter nos sources sur le milieu français opérant en Russie, on a ajouté les dossiers d’émissions d’actions et d’obligations et certaines listes de clients. L’exploitation de ces documents permet de porter notre connaissance de l’histoire des entreprises au niveau de celle des relations internationales.

Лионский кредит стал единственным французским банком, допущенным к работе в России под собственным именем и без создания дочерних предприятий. Его представительства были учреждены сначала в Санкт-Петербурге (1878 г.), затем в Москве (1891 г.) и в Одессе (1892 г.). Несмотря на события 1905 г. деятельность банка протекало успешно, и его работа была прекращена только в связи с постепенным закрытием филиалов во время Революции. Деятельность банка была сосредоточена на краткои среднесрочном кредитовании и активном участии в финансовой и коммерческой деятельности страны (в частности, в торговом секторе Одессы) - это существенно выделяло Лионский кредит среди других банков. Что касается инвестиций в промышленный сектор, отметим, что они не входили в круг его интересов. Обращение к доступным архивным документам (переписка, отчеты, подсчеты прибыли и убытков отделений банка, дела клиентов, дела об инспекциях) позволило бы осуществить до сих пор мало применяемый историками микроэкономический анализ, а также провести сравнительные социологические исследования о персонале банка.
Благодаря уникальной коллекции финансовых обзоров различных предприятий, в архиве Лионского кредита можно обнаружить множество сведений о деятельности различных французских организаций, функционировавших в России. Эти документы содержат независимую оценку, и даже если они и не являются единственным источником по истории того или иного предприятия, то их анализ позволяет во многом дополнить и переосмыслить выводы, сделанные на основе изучения архивов самих организаций. В дополнение к этим источникам по деятельности французов в России, следует добавить документы о выпуске акций и облигаций, а также некоторые клиентские списки. Изучение этих архивных фондов позволило бы обогатить наше знание по истории французских предприятий новыми сведениями из области международных отношений.

Texte intégral

  • 1 John P. Mc Kay, Pioneers for Profit: Foreign Entrepreneurship and Russian Industrialization, 1885- (...)
  • 2 Depuis l’acquisition du Crédit lyonnais par Crédit agricole SA, le fonds d’archives historiques du (...)

1Les archives des banques françaises, et celles du Crédit lyonnais au premier chef, ne sont pas inconnues des historiens de tous horizons qui ont travaillé sur les relations franco-russes. John Mc Kay, René Girault, Valerij Ivanovič Bovykin (Valéri Bovykin) les ont largement utilisées dès les années 19601. Pour autant, ces archives n’étaient pas ouvertes dans les mêmes conditions qu’aujourd’hui et sont loin d’avoir livré tout leur potentiel d’information. D’autre part, s’il faut naturellement reconnaître l’apport majeur de ces travaux, les problématiques étudiées ont largement privilégié les relations internationales et les aspects macro-économiques, laissant la place, si ce n’est à une révision des points de vue exprimés, du moins à de nouveaux territoires de recherche fondée sur de la micro-analyse. Après avoir rappelé les circonstances de l’installation du Crédit lyonnais en Russie et ses vicissitudes, j’analyserai ses activités bancaires et proposerai de nouvelles pistes de recherche ; en sortant du champ strictement économique et financier, je rappellerai enfin toutes les ressources offertes aux chercheurs par les archives du Crédit lyonnais, et notamment ses études financières2.

I. — Contexte et installation du Crédit lyonnais en Russie

  • 3 Jean Bouvier, Le Crédit lyonnais de 1863 à 1882, les années de formation d’une banque de dépôts, P (...)

2Les circonstances de l’installation du Crédit lyonnais en Russie sont bien connues3 : le fulgurant développement industriel de la Russie des années 1860, doublé de l’émergence de structures bancaires (création de la Banque de Russie en 1860) avait suscité un fort intérêt des Européens de l’Ouest. Intérêt que Jacques Letourneur, directeur du Crédit lyonnais, traduisait en 1868 par ces mots : « Pour le moment, nous n’avons qu’un cri de ralliement : Russie ! Russie ! ».

  • 4 Notamment dans la Fuchsine, affaire lyonnaise de colorants industriels.

3Alors que le Crédit lyonnais n’avait été créé qu’en 1863 et qu’il n’était encore qu’une banque régionale, son président Henri Germain avait envoyé Édouard Kleinmann, un des cadres dirigeants, en mission en Russie dès 1867 puis à nouveau en 1868, pour y détecter les affaires potentielles. Dans l’esprit d’Henri Germain, déjà échaudé par des prises de participations non profitables dans des entreprises4, il s’agissait de rechercher les opérations d’avances sur titres aux compagnies de chemins de fer russes ou à l’État russe lui-même, avances gagées par des titres garantis par l’État. Il s’agissait ainsi de placer, sans risques, l’excédent des ressources importantes collectées en France. La banque souhaitait aussi financer le commerce international et accompagner quelques grands clients comme Schneider et Cie, qui étaient fournisseurs de sociétés russes.

4La première mission ne s’étant pas révélée fructueuse, une seconde lui succéda en 1874, conduite par Émile Mercet, sans plus de résultats : les places de Saint-Pétersbourg et Moscou ne manquaient pas alors de ressources et n’offraient pas la sécurité des emplois recherchée. La banque continua néanmoins de s’intéresser à la Russie et à ses emprunts d’État : le Crédit lyonnais prit une petite part dans un emprunt de 1872 et surtout dans celui de 1877. Ce dernier fut le point de départ pour l’installation d’une agence à Saint-Pétersbourg, dont le rôle devait aussi consister à fournir des informations sur le climat politico-économique, en vue de la participation à de nouveaux emprunts.

5Fort de la première place prise au sein des banquiers français dans l’emprunt de 1877, Henri Germain hâta l’installation d’une agence à Saint-Pétersbourg, capitale politique de la Russie, et donc relais vers les autorités politiques et financières. La mission d’ouvrir l’agence fut confiée à Auguste Cellérier, un cadre suisse du Crédit lyonnais. Aucune banque étrangère ne s’étant alors installée sous son nom dans le pays, Cellérier dut affronter une série d’obstacles politiques et juridiques : il put ouvrir l’agence en janvier 1878 sous la raison sociale « Auguste Cellérier », les autorités russes acceptant seulement que le Crédit lyonnais garantisse ses opérations et refusant même l’appellation de correspondant du Crédit lyonnais. À la crainte de la concurrence apportée aux établissements de la place, s’ajoutait celle d’une hypothétique exportation des dépôts de la clientèle russe. Ces préventions s’estompèrent dans l’année 1878 et l’agence de Saint-Pétersbourg put ouvrir sous les couleurs du Crédit lyonnais le 1er août 1879 (voir fig. 1).

Figure 1 : l’agence principale du Crédit lyonnais à Saint-Pétersbourg, au 48 Perspective Nevski (galerie du Passage), en 1917. Archives historiques CL, 2 CL-P-NB-1373.

6Les ouvertures d’une seconde agence à Moscou puis d’une troisième à Odessa (dans l’Ukraine alors russe) s’inscrivent dans le contexte de la réussite du premier emprunt d’État russe coté à la bourse de Paris en 1888, et du rapprochement diplomatique franco-russe, dont le symbole marquant fut la visite de la flotte française à Cronstadt le 23 juillet 1891. L’agence de Moscou fut inaugurée le 22 décembre 1891 (voir fig. 2 ci-après) ; le 14 juin précédent, un oukase avait autorisé son ouverture ainsi que celle d’Odessa, et avait élargi les possibilités d’opérations des trois agences. L’inauguration de l’agence d’Odessa eut lieu en février 1892 (voir fig. 3 ci-après).

7Des sous-agences complétèrent ce dispositif à Saint-Pétersbourg et Moscou : dans la capitale, c’est dans le quartier huppé de Vassilevski Ostrov, sur les quais de la Néva, qu’une sous-agence fut chargée en 1901 de capter les dépôts et offrir des services bancaires à une clientèle haut de gamme. À Moscou, la sous-agence qui ouvrit aussi en 1901 dans la rue Il’inka, près du Kremlin, s’adressait davantage à une clientèle d’affaires.

Figure 2 : l’agence principale du Crédit lyonnais à Moscou, sur le Pont des Maréchaux (immeuble Tretiakov), 1906. Archives historiques CL, CL-CP-NB-304.

Figure 1 : l’agence du Crédit lyonnais à Odessa, rue Richelieu, vers 1910. Archives historiques CL, 3 CL-P-NB-613.

  • 5 Harold Van B. Cleveland et Thomas F. Huertas, Citibank, 1812-1970, Cambridge (MA), 1985, p. 99-101 (...)

8Le Crédit lyonnais resta la seule banque occidentale à opérer sous son propre nom jusqu’en 1917, date à laquelle une agence de la National City Bank (of New York) prit aussi pied, brièvement, dans le pays5. En dépit des événements de 1905, qui devaient inciter à la prudence, le Crédit lyonnais maintint ses trois agences en activité, d’une part afin de ne pas compromettre ses relations avec le gouvernement russe, d’autre part pour ne pas donner un signe négatif à sa clientèle française qui avait massivement souscrit aux emprunts russes. Si l’on excepte une période d’inquiétude en 1905, où les agences se préparent à une liquidation en rapatriant des capitaux et en limitant l’escompte, les indicateurs d’activités (total de bilan, employés) montrent même une progression constante jusqu’à la première guerre mondiale, comme l’indique le graphique ci-après des emplois de l’agence de Saint-Pétersbourg.

Graphique 1 : emplois de l’agence de Saint-Pétersbourg.

  • 6 Sur les effets de la révolution sur les agences russes, voir Roger Nougaret, Le Crédit lyonnais en (...)

9La Révolution russe porta évidemment un coup fatal aux trois agences, qui durent fermer selon des chronologies qui leur furent propres6. Petrograd (nom de Saint-Pétersbourg depuis 1914) fut occupée militairement le 27 décembre 1917 puis contrôlée par un commissaire du peuple ; la situation se dégrada pendant l’année 1918 et un coup de force intervint en avril 1919 lorsque l’on arrêta le directeur de l’agence, Ulysse Baud, qui avait refusé de livrer les titres de la clientèle. Pendant que Baud était déporté (il ne revint qu’en octobre 1920), l’agence fermait définitivement le 20 décembre 1919. À Moscou, l’agence, occupée à partir du 28 décembre 1917, vivota en raison de restrictions de plus en plus sévères et ferma le 2 juin 1920. Odessa présentait une situation différente du fait d’une évolution différente de la guerre dans cette région : l’agence fut placée sous surveillance des Austro-Hongrois en juillet 1918, puis vécut au rythme des avancées et retraites des Russes blancs et du corps expéditionnaire français : évacuée une première fois le 4 avril 1919, elle rouvre le 6 septembre 1919 puis ferme définitivement le 5 février 1920 après le retour de l’Armée rouge à Odessa.

II. — Le Crédit lyonnais en Russie : un établissement bancaire français original

10Quelles activités pratiquait le Crédit lyonnais en Russie ? Et comment les archives documentent-elles ces activités ?

11Lorsqu’Auguste Cellérier part implanter l’agence de Saint-Pétersbourg en 1877, Jacques Letourneur, directeur du siège social à Lyon, lui précise :

  • 7 Archives historiques CA, fonds Crédit lyonnais, 62 AH 128.

Vous nous avez mal compris en pensant que nous entendions que les grosses affaires [les emprunts d’État et de chemins de fer] seraient l’unique aliment de vos agences. Loin de là : il est indispensable que vous ayez un noyau d’affaires de banque courante, qui vous permettra d’avoir une clientèle et de pénétrer dans le monde des affaires7.

  • 8 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 2293.

12Position reprise en 1893 par le directeur des agences étrangères du Crédit lyonnais indiquant au directeur de l’agence de Saint-Pétersbourg, Albert de Fischer : « En allant en Russie, nous avons voulu faire de la banque et non pas placer des fonds en Russie »8.

  • 9 Sur l’histoire de la Société générale en Russie, voir notamment Hubert Bonin, La Société générale (...)

13Le modèle économique choisi par le Crédit lyonnais pour ses agences de Russie est caractérisé par un refus des immobilisations de capitaux et notamment des prises de participations et commandites d’entreprises. En cela, la banque se conforme à la ligne de conduite choisie pour ses agences françaises et diffère de la Société générale qui, à travers la constitution de la Société générale de l’industrie minière et métallurgique en Russie, Omnium, de participations qui contrôlait plusieurs sociétés industrielles, jouait un vrai rôle de banque d’affaires9 ; sur le plan bancaire, la Société générale n’ouvrit pas d’agence sous son nom propre mais opéra en 1901 à travers une filiale, la Banque du Nord qui, après avoir éprouvé de grosses difficultés, fusionna avec la Banque russo-chinoise en 1910 pour former la Banque russo-asiatique, un des plus gros réseaux bancaires russes. Chaque banque suivait ainsi un mode de développement hérité de son histoire. S’il n’y a pas placement de fonds en Russie, les agences sont en revanche totalement intégrées à l’économie russe. L’agence de Saint-Pétersbourg a pu être conçue au départ comme un observatoire de la conjoncture politico-économique russe et une succursale aux activités limitées, mais l’ouverture des agences de Moscou et d’Odessa montre que le dessein s’élargit et qu’il s’agit aussi de s’insérer dans les grands circuits commerciaux et, notamment pour Odessa, de jouer la complémentarité avec l’agence de Constantinople. Comme dans toutes les implantations du Crédit lyonnais à l’étranger, le pragmatisme et l’adaptation au contexte local tempèrent ou corrigent les visées initiales.

  • 10 Notre brochure publiée en 1992 ne prétend pas faire le tour de la question sur le plan scientifiqu (...)
  • 11 Samir Saul, « Les agences du Crédit lyonnais en Égypte : l’insertion d’une banque de dépôts dans u (...)
  • 12 Il s’agit essentiellement des archives de la tutelle (la Direction des agences étrangères, sousfon (...)
  • 13 Jean Morin, Souvenirs d’un banquier français (1875-1947), Paris, 1984. Le témoignage de Jean Morin (...)

14Les travaux d’historiens qui ont utilisé les archives du Crédit lyonnais, essentielle ment centrés sur les problématiques des investissements et de « l’impérialisme à la française », pour reprendre le titre d’un ouvrage classique, nous offrent une peinture d’ensemble du dispositif du Crédit lyonnais en Russie mais il manque encore une micro-analyse10 permettant de suivre ces agences dans le temps, sur le modèle des travaux consacrés par Samir Saul aux agences d’Égypte du Crédit lyonnais, et par Jacques Thobie à celles du Levant11. Cette étude pourrait s’appuyer à la fois sur la correspondance entre la Direction des agences étrangères et les agences, sur les bilans et comptes de profits et pertes des agences, sur un certain nombre de dossiers de clients conservés et sur les rapports d’inspection12. En complément des archives, le témoignage livré dans ses Souvenirs par le banquier Jean Morin, qui travailla à l’agence du Crédit lyonnais de Moscou de 1898 à 1914, livre une précieuse description, colorée et précise à la fois, du travail de banquier et de la vie de la colonie française de Moscou13.

  • 14 Un télégramme du 4 septembre 1877 de Jacques Letourneur à Auguste Cellérier donne le ton du contrô (...)

15Seule banque étrangère établie sous son nom, le Crédit lyonnais utilisa les atouts que lui procurait cette situation : son crédit tout d’abord, qui était excellent dans le monde car la première banque française depuis 1878 devint la première banque mondiale en 1900 ; son réseau ensuite, qui lui permettait de traiter des opérations de change, d’arbitrage et de financements du commerce international grâce notamment à sa présence à Paris, Londres, Constantinople ou Alexandrie ; son professionnalisme enfin, reposant sur une organisation éprouvée, très sûre quoique lourde du fait de contrôles tatillons14, face à des banques russes plus jeunes, plus hardies et donc plus risquées.

  • 15 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 7246, inspection de Bonnet.

16Les agences cherchèrent à attirer des dépôts particulièrement dans la bourgeoisie et l’aristocratie russe et dans la colonie française. Contrairement aux agences égyptiennes, qui bénéficiaient de ressources à bon marché (car le Coran ne permettait pas de rémunérer les dépôts), les agences russes ne parvinrent pas à travailler uniquement avec des ressources locales. Bien qu’elles eussent préféré éviter de travailler avec des ressources importées, sujettes aux fluctuations de change, leur bilan montre au passif un fort montant de ressources provenant du siège et des agences de la banque : en 1913, Odessa empruntait encore les deux tiers de ses ressources au siège15.

  • 16 J. Morin, Souvenirs…, p. 117.

17En matière d’activités, les agences russes du Crédit lyonnais offraient les services attendus d’une grande banque de dépôts : ses salles de coffres et de conservation de titres, aménagées par la maison française Fichet-Bauche, jouissaient d’une excellente réputation et affichaient complet pendant les périodes de troubles, qu’il s’agisse d’émeutes politiques ou de pogroms. Pour l’aristocratie russe, qui voyageait beaucoup ; les lettres de crédit constituaient un service apprécié : « quiconque à Moscou allait faire un voyage à l’étranger achetait une lettre de crédit au Crédit lyonnais », indique Jean Morin16. L’usage de ce chèque de voyage avant la lettre permettait d’avoir toute facilité dans les agences de Cannes et de Nice du Crédit lyonnais, tout spécialement aménagées pour l’accueil de ces touristes étrangers.

  • 17 J. Morin, Souvenirs…, p. 117-118.

18Chaque place financière avait sa spécificité et guidait les activités des agences bancaires : pour les changes, Saint-Pétersbourg et Odessa étaient plus actives, même si la concurrence des petits changeurs d’Odessa rendait l’activité peu rentable. Le change et les reports constituèrent le premier poste de bénéfice de Saint-Pétersbourg dans son premier exercice. L’activité résultant de la grande foire de Nijni-Novgorod, qui rassemblait des commerçants de toute l’Asie pendant six semaines, entraînait ensuite des opérations bancaires importantes : pour le Crédit lyonnais, il s’agissait de convertir les roubles apportés par les commerçants en traites de 100 livres à trois mois sur le Crédit lyonnais sur Londres ; ces traites de la banque avaient valeur de papier monnaie17.

  • 18 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 7247, inspection de Richon (1903).
  • 19 J. Morin, Souvenirs…, p. 117.

19Moscou était « la place d’escompte par excellence »18, même si l’activité n’était pas sans danger : Jean Morin rapporte que la plus courte échéance des traites s’établissait à six mois et que le taux moyen faramineux d’impayés, estimé à 23 %, était accepté dans la communauté russe19. Dans cette ville, les soyeux d’origine française Simonod, Giraud et Moussy ainsi que les parfumeurs Brocard, Rallet et Siou constituaient la « belle » clientèle française du Crédit lyonnais.

20À Moscou comme à Saint-Pétersbourg, la bourse présentait une organisation rudimentaire mais bouillonnait d’une activité fébrile à la hauteur du bond industriel du pays. Grâce à leur siège parisien et à l’agence de Londres, les agences du Crédit lyonnais pouvaient réaliser des arbitrages fructueux sur des valeurs russes cotées sur ces places, mais cette activité nécessitait une présence régulière à la bourse du responsable d’agence ou du service des titres afin d’appréhender les risques au plus près.

21Les avances sur titres constituaient le poste le plus important dans le bilan des agences : les inspecteurs du Crédit lyonnais veillaient particulièrement à ce que les avances soient largement garanties par des titres de qualité (emprunts d’État ou de sociétés de chemins de fer) facilement négociables. Les avances « on call », c’est-à-dire remboursables sans préavis à la demande de la banque, étaient particulièrement développées.

  • 20 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 7246, inspection de Bonnet (1913).

22Bien que l’établissement y ait été réticent, les avances gagées par des marchandises se développèrent fortement à Odessa, place commerciale et non industrielle : l’agence disposait même de magasins pour y conserver les marchandises déposées en garantie et, lorsque ces dépôts de garantie diminuaient ou disparaissaient, les locaux étaient loués. Un rapport d’inspection de 1913 nous apprend même que l’agence d’Odessa disposait en 1913 de dix-sept caisses de sardines laissées par la société « les Fils de Giraud Frères », de Marseille, reliquat de deux cents caisses que la société avait chargé le Crédit lyonnais de vendre moyennant commission et courtage20.

  • 21 Lettre du directeur du siège parisien, Adrien Mazerat, à Auguste Cellérier le 15 janvier 1877 (Arc (...)

23Hormis les avances sur titres et l’escompte, le crédit se pratiquait également par des découverts en compte courant, là aussi dûment garantis. En revanche, le prêt hypothécaire avait été exclu des opérations dès le départ en raison des risques encourus, l’hypothèque ne s’inscrivant pas en Russie21.

24Il est légitime de se poser la question de la place des agences russes du Crédit lyonnais dans le système financier russe d’une part et dans le dispositif international du Crédit lyonnais d’autre part.

  • 22 Archives historiques CA, 62 AH 128.
  • 23 H. Bonin, La Société générale…, p. 59.

25L’importance des agences russes dans le système bancaire russe ne peut être appréciée qu’en termes qualitatifs : l’établissement, dont la réputation – le crédit – était établie, occupait une place à part de banque de dépôts « haut de gamme », sûre et rendant des services spécifiques dont il a été rendu compte. En termes de poids dans l’économie russe, l’influence de la banque est plus négligeable : en 1880, le total du bilan de la jeune agence de Saint-Pétersbourg s’élevait à 7,22 millions de roubles, contre 40,5 à la Banque d’escompte et 36 à la Banque internationale de Saint-Pétersbourg22. Les directeurs des agences se sont souvent plaint d’un capital qui n’était pas à la hauteur de la réputation de l’établissement, mais Paris redoutait le risque de change et ne céda jamais : en effet, dès l’exercice 1879, Saint-Pétersbourg avait éprouvé une perte de change de 132 000 francs sur son capital. En total de bilan, les agences russes ne peuvent se comparer avec la puissante Banque russo-asiatique, dont le bilan de 1913 représente 84 % de celui de sa maison mère, la Société générale23.

26En termes de résultats, les agences russes du Crédit lyonnais ont été la plupart du temps actives et profitables : à l’exception des années d’établissement, déficitaires par nature, elles n’ont connu que de courtes périodes difficiles, dans des chronologies différentes qui suggèrent la particularité de chaque région économique : Saint-Pétersbourg est déficitaire en 1904 et 1914, Moscou de 1896 à 1898 et Odessa en 1893, 1894 et 1904. Il est particulièrement remarquable que les agences aient été bénéficiaires continûment de 1905 à 1916 (à l’exception de 1914 pour Moscou). Si, faute de participations dans des entreprises, elles sont partiellement passées à côté du boom industriel de la deuxième moitié des années 1890, elles n’ont pas connu les difficultés sérieuses et les pertes essuyées par leurs homologues pendant la crise de 1899-1905 (la Banque du Nord menace de s’effondrer en 1905), même si la banque quotidienne dans un pays « émergent » n’était pas de tout repos.

  • 24 Nous avons compris dans les agences étrangères celles de Bruxelles et de Genève, qui étaient en ma (...)

27En 1913, avec un bénéfice de 2,3 millions de francs, les agences russes pesaient un tiers des bénéfices des agences étrangères du Crédit lyonnais et 5 % des bénéfices totaux de la banque24. Saint-Pétersbourg et Moscou venaient respectivement aux troisièmes et quatrièmes rangs des agences étrangères derrière les puissantes agences de Londres et d’Alexandrie.

  • 25 Le fonds de la Direction des agences étrangères (DAE) renferme des dossiers du personnel ayant qui (...)

28Comme pour leur activité purement économique, les agences russes du Crédit lyonnais mériteraient une étude approfondie, de préférence comparative, en matière sociale. Les sources permettant de mener cette étude existent, qu’il s’agisse des rapports d’inspection des agences, des états du personnel, de la correspondance ou bien des dossiers de personnels, répartis toutefois en plusieurs fonds25.

  • 26 Statistiques extraites des comptes de profits et pertes du Crédit lyonnais ; voir archives histori (...)
  • 27 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 7248.
  • 28 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 7243/1.

29Plusieurs caractéristiques émergent en première analyse. Les effectifs étaient importants, du fait d’une organisation du travail peu mécanisée et de nombreux contrôles sur lesquels reposait en partie la gestion des risques ; en 1913, Saint-Pétersbourg comptait 235 employés, Moscou 188 et Odessa 11726. Si les effectifs étaient importants, le « turn over » ne l’était pas moins et constituait une préoccupation réelle par ses effets sur l’organisation : à Saint-Pétersbourg, on compta ainsi cinquante-deux démissions en 1911 et soixante en 191227. Cette rotation des effectifs trouvait son explication dans les rémunérations relativement faibles proposées par le Crédit lyonnais, qui avait la réputation de bien former ses employés, et dans la surenchère à laquelle se livraient des banques jeunes pressées de progresser. L’inspecteur Richon expliquait en 1891 à l’administrateur délégué Kleinmann que les salaires étaient supérieurs à ceux en vigueur dans la banque en France et en Égypte28.

  • 29 J. Morin, Souvenirs…, p. 85, à propos du directeur Louis Roth.
  • 30 Edwin Green et Sara Kinsey, « Married to the bank. Wives and families in the history of HSBC », da (...)

30Seul l’encadrement des agences était formé d’expatriés, pas tous français, car le Crédit lyonnais employait beaucoup d’étrangers parmi ses cadres et chefs de service de la Direction des agences étrangères (DAE) ; notamment des Suisses, tel Auguste Cellérier, qui ouvrit l’agence de Saint-Pétersbourg. Il arriva même que l’on recrutât sur place un dirigeant, comme Érik Gisiko, courtier reconnu à Saint-Pétersbourg, devenu directeur de l’agence de 1892 à 1896, avant de partir pour la Banque russo-asiatique. Comme souvent dans les agences étrangères des banques, les épouses des directeurs jouaient un rôle de représentation non négligeable, à l’instar des épouses de diplomates : la direction parisienne y avait un œil attentif, félicitant ou réprimandant tel directeur pour la conduite de son épouse, forçant tel autre à épouser une maîtresse29… Ce rôle des épouses mériterait assurément une étude comme cela a pu être fait pour la banque HSBC sous le titre non équivoque : « Mariées à la banque »30. Jean Morin a écrit également des pages intéressantes sur le rôle social des épouses d’industriels et sur la vie sociale de la colonie française de Moscou.

  • 31 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 7243/1.

31Outre les employés de banque classiques, les agences russes employaient certaines catégories de personnel originales comme les suisses Švejcar (Schwitsar), portiers bardés de décorations, les gorodovoj (gardovoïs), agents de police armés, les dvornik, agents de sécurité de l’immeuble, et les storož (storoje), gardiens de nuit. Plus originaux, quoique rappelant les compradores d’autres régions du monde, étaient les artel’ŝik (artelchiks), « hommes honnêtes et experts dans les affaires d’argent qui tiennent lieu de caissiers et de coursier »31. L’« artel » était une coopérative prenant en charge les opérations concernant les valeurs (argent, titres, effets, timbres) : elle percevait une rémunération globale qu’elle redistribuait à chaque « artelchik », dont elle répondait solidairement en cas de perte ou de vol. 

  • 32 Voir R. Nougaret, Le Crédit lyonnais en Russie…, p. 10-24.
  • 33 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 7241/2.
  • 34 Par une ironie de l’histoire, l’usage de la banque assise gagnera les agences bancaires françaises (...)

32Les installations matérielles de la banque en Russie sont bien documentées32 : les dossiers consacrés à l’aménagement de chaque agence comprennent aussi bien une réflexion sur l’environnement (quartiers commerçants et place financière), que des informations sur le choix des bâtiments et leur aménagement. « Notre établissement n’est pas disposé en principe à acquérir des immeubles à l’étranger », indiquait un dirigeant à un directeur d’agence en 191333 : cela n’empêchait pas le Crédit lyonnais de s’installer dans des immeubles qui devaient refléter, sans ostentation tapageuse, la position de la banque dans le gotha mondial de la finance, et d’y faire les travaux nécessaires, notamment d’aménagement de serre des titres et de salle des coffres, sous l’œil vigilant de Paris et des architectes du siège central. Dans chaque ville où la banque s’est installée, les agences ont plusieurs fois changé d’emplacement, pour faire face à l’accroissement des affaires notamment. Grâce aux plans d’aménagement des bureaux, on peut étudier l’organisation du travail d’une agence étrangère ; certains usages français ou occidentaux étaient importés, comme l’utilisation à Odessa de comptoirs hauts plutôt que de banques basses où le client conversait habituellement avec son banquier34.

III. — Le Crédit lyonnais comme témoin de la présence française en Russie

33Si les archives du Crédit lyonnais permettent de bien cerner les activités de la banque en Russie, elles sont également très précieuses comme sources de l’histoire de la présence française en Russie.

  • 35 J. Bouvier, Le Crédit lyonnais de 1863 à 1882…, p. 289-294 et Marc Flandreau, « Le service des Étu (...)

34Au premier rang de ces sources, figurent les archives du service des études financières du Crédit lyonnais. On sait que ce service, création du président Henri Germain en 1871 et objet de toutes ses attentions, avait atteint à la fin du XIXe siècle une ampleur et une qualité d’organisation uniques au monde35. Grâce à son imposante documentation, à des méthodes exigeantes sans cesse perfectionnées et à son armada d’ingénieurs et d’économistes, la banque disposait d’un service d’« intelligence économique » qualifié alors d’« université pratique » lui permettant de sonder les finances et budgets des États autant que les comptes et les usines des entreprises. Le service disposait notamment d’une antenne à Saint-Pétersbourg, dirigée par le baron Émile du Marais, qui prit ensuite la tête de la prestigieuse direction des Affaires financières de la banque, chargée des émissions d’actions et d’obligations pour le compte des entreprises. C’est probablement une partie de la documentation de cette antenne, composée essentiellement de coupures de presse, qui fut saisie lors de la révolution de 1917 et fut confiée par la suite aux archives d’État de Saint-Pétersbourg, sous le nom de fonds 621.

  • 36 J. Mc Kay, Pioneers…, p. 397.

35Pour les historiens, les études financières, très largement conservées, constituent une « source extraordinairement riche », selon l’expression de John Mc Kay36. Valerij Bovykin (1927-1998) préparait en 1998 une édition d’extraits des études du Crédit lyonnais sur les entreprises et secteurs industriels en Russie pour la collection « Archives économiques du Crédit lyonnais », lancée en 1995. La mort l’a emporté malheureusement et prématurément lors d’un congrès international d’historiens économistes : dans son introduction inachevée, il écrivait notamment :

Si l’on considère que les archives de nombreuses entreprises industrielles en Russie ont été perdues du fait de la Révolution et surtout de la seconde guerre mondiale, les archives du service des études financières du Crédit lyonnais constituent peut-être la documentation la plus complète sur l’histoire de l’industrie russe à la charnière des XIXe et XXe siècles.

  • 37 R. Girault, Emprunts russes…, p. 64.

36Bovykin rappelle avec Girault que les capitaux français s’étaient principalement investis dans la métallurgie et les industries mécaniques, les industries minière, pétrolière et cimentière : autour de 1900, dans le bassin du Donets, neuf grandes sociétés de charbonnages sur seize étaient contrôlées par des Français37.

37Les études du Crédit lyonnais rendent comptent de cet engouement en suivant les vagues qui le caractérisent, notamment au moment de la croissance de 1909-1913 et du regain d’intérêt pour le pays. La banque a porté principalement ses regards sur les industries minière et métallurgique. Une centaine de cartons d’archives renferment des études industrielles sur la Russie, auxquelles il faudrait ajouter les études économiques concernant les finances et emprunts russes. Nous n’avons en revanche pas distingué parmi les études celles qui concernent des sociétés contrôlées par les Français, sélection que seule une lecture des dossiers permettrait de réaliser.

  • 38 « L’étude financière est l’étude de la situation financière d’une personne morale (État, province, (...)

38Pourquoi une banque de dépôts, dont on a dit qu’elle n’avait pas de participation au capital d’entreprises installées en Russie, s’est-elle intéressée aussi intensément aux sociétés industrielles ? La principale raison est que le Crédit lyonnais pouvait être appelé à participer à un syndicat d’émission de titres puis à placer des titres dans sa clientèle : il devait donc impérativement évaluer le plus objectivement possible la valeur des sociétés et des titres qu’elles émettaient, ainsi que leur capacité à assurer le service de leur dette où à verser des dividendes. Ensuite, le Crédit lyonnais, dans son activité de banque commerciale, pouvait recevoir en garantie de prêt, d’escompte ou d’avances en compte courant des titres de sociétés qu’il convenait d’apprécier à leur juste valeur38.

  • 39 R. Girault, Emprunts russes…, p. 270 et archives historiques CL, DEEF 11850/1 et 13601. Extrait de (...)

39Le plan type d’une étude complète comprend un historique rapide de la société, sa forme juridique et la composition du conseil d’administration, les relations bancaires, la description de l’outil industriel (usines, outillage, produits, débouchés commerciaux), résultats d’exploitation et bilans, analyse de l’opération financière projetée et appréciation résumée de l’ingénieur sur l’affaire et l’opération financière. Certaines études sont de simples notes, d’autres peuvent comprendre une centaine de pages et de graphiques ou plans annexés. Le service des Études financières étant directement rattaché à la direction générale, ses avis sont indépendants. Ils peuvent être parfois acérés, avec ce que Girault a qualifié pour une étude de « philosophie sereine du concurrent ». C’est notamment le cas pour les Aciéries de Makeevka, du groupe Société générale, qui ne trouvèrent grâce ni en 1899, ni en 190439.

40Aux archives des Études financières, il faut ajouter celles de la direction des Affaires financières (DAF), qui, attachée à la Direction générale, s’occupait des émissions d’emprunts d’États ou de collectivités, et des émissions d’actions et d’obligations de sociétés. Un dossier d’émission comprend en général la correspondance concernant l’affaire (origine de l’affaire, répartition des parts au sein du syndicat bancaire, discussion des commissions), le contrat ou sa copie, la notice d’émission au public, éventuellement l’étude financière demandée à l’occasion. Les dossiers d’affaires financières ont été plutôt bien conservés par les établissements financiers, car les longues périodes d’amortissement des emprunts imposaient d’aussi longues périodes de conservation. Il est donc possible, sur une même affaire, de confronter les sources et donc les points de vue des banques.

41L’étude de la clientèle de la banque et de la colonie française de Moscou peut aussi être approchée par d’autres types de sources :

  • les registres d’inventaires comptables généraux du Crédit lyonnais40 gardent une trace des comptes courants nominatifs (commerciaux en principe) au 31 décembre de chaque exercice à partir de 1890, ce qui permet de connaître non seulement la clientèle, mais aussi le rayonnement de l’agence, puisque l’origine géographique du client est précisée quant il s’agit de comptes dits « Russie », « Étrangers » ou « Banques », par opposition aux comptes « Ville » ;
  • des listes de comptes figurent aussi dans les archives de la Direction des agences étrangères : certaines listes établies en 1918 classent la clientèle par nationalité ; des dossiers relations annulés ont été conservés sans que l’on sache toutefois faire la différence avec les dossiers clients.

42Au total et malgré les travaux importants, toujours valables à bien des égards, des pionniers de l’histoire des relations économiques franco-russes, nous espérons avoir montré qu’il reste de la place pour d’autres études fondées sur de nouvelles problématiques et de nouvelles approches.

43En premier lieu, une approche micro-économique du rôle des banques françaises et de leurs agences, s’appuyant sur une analyse, comparative, de leurs bilans, de leurs clientèles, de leurs opérations et de leur fonctionnement.

44En second lieu, une histoire sociale des employés de tous niveaux, français ou non, des banques françaises en Russie, qui pourrait se fonder sur une démarche prosopographique. Là aussi, la recherche n’a de sens que comparative, à partir de sources facilement accessibles. Cette recherche ne serait qu’un élément d’un programme plus vaste sur les personnels expatriés et les employés des entreprises françaises à l’étranger.

45Enfin, le croisement de sources comme les études financières, les dossiers d’opérations financières (émission d’actions et d’obligations), les correspondances, peut encore ouvrir de belles perspectives en matière d’histoire des entreprises et des secteurs industriels.

Notes

1 John P. Mc Kay, Pioneers for Profit: Foreign Entrepreneurship and Russian Industrialization, 1885-1913, Chicago, 1970. René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1877-1914, Paris, 1973 ; rééd. Paris, 1999. Valéri Bovykin a publié quantité de travaux en langue russe. On retiendra ici une de ses publications majeure en langue anglaise : International Banking, 1870-1914, dir. Rondo Cameron et Valeri I. Bovykin, New York, 1991.

2 Depuis l’acquisition du Crédit lyonnais par Crédit agricole SA, le fonds d’archives historiques du Crédit lyonnais est aujourd’hui géré par le service des Archives historiques du Groupe Crédit agricole SA.

3 Jean Bouvier, Le Crédit lyonnais de 1863 à 1882, les années de formation d’une banque de dépôts, Paris, 1963, p. 733-766.

4 Notamment dans la Fuchsine, affaire lyonnaise de colorants industriels.

5 Harold Van B. Cleveland et Thomas F. Huertas, Citibank, 1812-1970, Cambridge (MA), 1985, p. 99-101. Cet exemple illustre la croyance, très répandue dans les milieux d’affaires occidentaux, dans la capacité de rebond de la Russie tsariste.

6 Sur les effets de la révolution sur les agences russes, voir Roger Nougaret, Le Crédit lyonnais en Russie, 1878-1920, Paris, 1992, p. 38-43. Voir aussi Catherine Potier, « Witnesses to revolution: the archives of foreign banks in Russia » dans Crisis and Renewal in Twentieth Century Banking, dir. Edwin Green, John Lampe et Franjo Stiblar, Londres, 2004, p. 34-49.

7 Archives historiques CA, fonds Crédit lyonnais, 62 AH 128.

8 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 2293.

9 Sur l’histoire de la Société générale en Russie, voir notamment Hubert Bonin, La Société générale en Russie, Paris, 1994.

10 Notre brochure publiée en 1992 ne prétend pas faire le tour de la question sur le plan scientifique (R. Nougaret, Le Crédit lyonnais en Russie…).

11 Samir Saul, « Les agences du Crédit lyonnais en Égypte : l’insertion d’une banque de dépôts dans une économie d’Outre-Mer (1875-1956) », dans Le Crédit lyonnais, 1863-1986. Études historiques, dir. Bernard Desjardins, Michel Lescure, Roger Nougaret, Alain Plessis et André Straus, Genève, 2003, p. 521-548 ; Jacques Thobie, « Le Crédit lyonnais au Levant : Constantinople, Smyrne et Jérusalem », dans ibid., p. 549-592.

12 Il s’agit essentiellement des archives de la tutelle (la Direction des agences étrangères, sousfonds DAE) comprenant la correspondance passive et active (copie des lettres envoyées aux agences et originaux de lettres reçues), des rapports d’inspection, des dossiers de personnels, des dossiers de clients (dossiers rapatriés ?) ; la comptabilité figure à la fois dans la comptabilité générale du Crédit lyonnais (sous-fonds 31 AH) et dans les inventaires et bilans des agences du sous-fonds DAE.

13 Jean Morin, Souvenirs d’un banquier français (1875-1947), Paris, 1984. Le témoignage de Jean Morin demande toutefois à être parfois croisé avec les sources : il signale ainsi (p. 115) que l’agence de Moscou employait 400 personnes alors que les inventaires et statistiques ne mentionnent jamais plus de 200 employés.

14 Un télégramme du 4 septembre 1877 de Jacques Letourneur à Auguste Cellérier donne le ton du contrôle : « Prenez note une fois pour toutes de ne jamais terminer aucune affaire sans avoir reçu notre autorisation expresse » (Archives historiques CA, 62 AH 128).

15 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 7246, inspection de Bonnet.

16 J. Morin, Souvenirs…, p. 117.

17 J. Morin, Souvenirs…, p. 117-118.

18 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 7247, inspection de Richon (1903).

19 J. Morin, Souvenirs…, p. 117.

20 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 7246, inspection de Bonnet (1913).

21 Lettre du directeur du siège parisien, Adrien Mazerat, à Auguste Cellérier le 15 janvier 1877 (Archives historiques CA, 62 AH 128).

22 Archives historiques CA, 62 AH 128.

23 H. Bonin, La Société générale…, p. 59.

24 Nous avons compris dans les agences étrangères celles de Bruxelles et de Genève, qui étaient en matière commerciale et comptable rattachées au réseau français.

25 Le fonds de la Direction des agences étrangères (DAE) renferme des dossiers du personnel ayant quitté les agences ; les dossiers les plus nombreux se trouvent dans une série organique de dossiers de personnels où ont été rassemblés tous les dossiers des agences et services centraux du Crédit lyonnais ; enfin, le siège social à Lyon disposait d’une série de petits dossiers concernant les cadres ayant la signature (sous-série organique 26 AH).

26 Statistiques extraites des comptes de profits et pertes du Crédit lyonnais ; voir archives historiques CA, 31 AH 54. Ces chiffres permettent aussi de relativiser le témoignage de Jean Morin.

27 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 7248.

28 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 7243/1.

29 J. Morin, Souvenirs…, p. 85, à propos du directeur Louis Roth.

30 Edwin Green et Sara Kinsey, « Married to the bank. Wives and families in the history of HSBC », dans The Human Factor in Banking History. Entrepreneurship, Organization, Management and Personnel, dir. Edwin Green et Monika Pohle Fraser, Athènes, 2008, p. 261-279.

31 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 7243/1.

32 Voir R. Nougaret, Le Crédit lyonnais en Russie…, p. 10-24.

33 Archives historiques CA, Direction des agences étrangères, 7241/2.

34 Par une ironie de l’histoire, l’usage de la banque assise gagnera les agences bancaires françaises dans les années 1960.

35 J. Bouvier, Le Crédit lyonnais de 1863 à 1882…, p. 289-294 et Marc Flandreau, « Le service des Études financières sous Henri Germain (1871-1905) : une macro-économie d’acteurs » dans Le Crédit lyonnais, 1863-1986. Études historiques…, p. 271-301.

36 J. Mc Kay, Pioneers…, p. 397.

37 R. Girault, Emprunts russes…, p. 64.

38 « L’étude financière est l’étude de la situation financière d’une personne morale (État, province, département municipalité, société privée) ou physique (industriel ou commerçant) sollicitant sous la forme d’un prêt (emprunt obligataire, avance bancaire) ou d’une participation (action, part sociale etc.) ou d’une mise de fonds quelconque. Le but de cette étude est de permettre au prêteur éventuel de porter un jugement sur l’affaire qui sollicite son concours financier. La critique des données possédées doit aboutir à un jugement porté sur le passé et à une opinion sur l’avenir de l’affaire », dans La banque et ses services, Paris, 1932, t. XI, p. 146.

39 R. Girault, Emprunts russes…, p. 270 et archives historiques CL, DEEF 11850/1 et 13601. Extrait de l’étude de 1904 (ibid., DEEF 13601) : « L’usine de Makeevka est bien outillée mais elle est incomplète et sa conception est un non sens, puisque l’on y produit principalement des poutrelles en acier Martin. La fonderie de tuyaux est mal outillée et en désordre. Les prix de revient de l’usine sont parmi les plus élevés du bassin, ce qui tient à l’emploi illogique du métal Martin aussi bien qu’à la cherté des matières premières… ». « La situation financière est très mauvaise […]. La construction de l’usine a été peu économique mais surtout des fautes surprenantes ont été commises au début de l’affaire, dans la conclusion de contrats ruineux […]. Il a été perdu depuis l’origine une dizaine de millions et les actions n’ont actuellement aucune espèce de valeur ». « […] La direction de la société a été très mauvaise jusqu’en 1904 ; l’ancien directeur a laissé une réputation déplorable à tous points de vue et l’administration a commis une faute de plus en le gardant jusqu’à la fin de 1903 ».

40 Archives historiques CA, 31 AH 85-223, pour la période 1890-1913.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : l’agence principale du Crédit lyonnais à Saint-Pétersbourg, au 48 Perspective Nevski (galerie du Passage), en 1917. Archives historiques CL, 2 CL-P-NB-1373.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Figure 2 : l’agence principale du Crédit lyonnais à Moscou, sur le Pont des Maréchaux (immeuble Tretiakov), 1906. Archives historiques CL, CL-CP-NB-304.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1300/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Figure 1 : l’agence du Crédit lyonnais à Odessa, rue Richelieu, vers 1910. Archives historiques CL, 3 CL-P-NB-613.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1300/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Graphique 1 : emplois de l’agence de Saint-Pétersbourg.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1300/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540