Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Troisième partie. Les français dans la vie artistique et culturelle russe

Les Français dans la vie économique russe

De l’industrie à la banque, la Société générale en Russie (1870-1900)

Банк Сосьете Женераль в России

Jean-François Belhoste

Résumé

Avant de créer en 1901 à Saint-Pétersbourg la Banque du Nord – laquelle donna naissance en 1910, par fusion avec la Banque russo-chinoise, à la Banque russo-asiatique, l’une de principales banques de l’empire russe –, la Société générale y participa activement à l’établissement d’une industrie lourde, fondée sur le modèle déjà existant en Europe occidentale. C’est en 1870, six ans donc après sa fondation, que démarrèrent les premières affaires. Avec le concours d’industriels et d’ingénieurs français et belges, dont certains siégeaient à son conseil d’administration, elle finança principalement des infrastructures de transport et des industries minières, métallurgiques et mécaniques, en tirant parti d’une expérience déjà acquise en France, en Algérie ou encore en Andalousie. Ses interventions progressèrent de façon continue. Elles portèrent d’abord sur la navigation de la Moscova et les chemins de fer du sud du pays, puis sur les charbonnages du Donets, les mines de fer de Krivoï-Rog, la construction de machines à Saint-Pétersbourg, et pour finir la grosse sidérurgie. La plupart de ses intérêts furent finalement regroupés en 1897 au sein d’une holding de droit belge. Ses activités croissantes occasionnèrent de multiples missions d’ingénieurs, puis l’installation sur place de cadres dont certains restèrent en poste plusieurs années. Ce sont notamment les difficultés enregistrées par la Société des usines de Briansk, l’une des plus importantes de Russie, qui conduisirent à la création de la Banque du Nord.

В 1901 г. в Санкт-Петербурге был создан филиал французского банка Сосьете Женераль - Северный банк, который в результате слияния с Русско-Китайским банком стал основой одного из главных банков Российской империи - Русско-Азиатского банка. Но и до этого события Сосьете Женераль принимал активное участие в развитии российской тяжелой промышленности, организованной по западноевропейскому образцу.
Отправочной точкой в сотрудничестве Сосьете Женераль с Россией считается 1870 г. Тогда, спустя шесть лет после своего основания, банк впервые обращается к российской экономике. При участии французских и бельгийских промышленников и инженеров, некоторые из которых состояли в совете управления, Сосьете Женераль осуществлял финансовые и инвестиционные операции в секторе транспортной инфраструктуры, а так же в горной, металлургической и механической промышленностях. Важным для развития деятельности банка стал опыт, приобретенный во Франции, Алжире и Андалузии. Активная политика финансового партнерства касалась развития судоходства по Москве-реке, железных дорог юга России, угольных шахт Донецкой области и железодобывающей промышленности в Кривом-Роге, а также машиностроения в Санкт-Петербурге и черной металлургии.
Эти сферы интересов были объединены в 1897 г. при создании холдинга на основе бельгийского законодательства. Деятельность Сосьете Женераль развивалась быстрыми темпами, чему способствовали многочисленные командировки инженеров, а также деятельность иностранных руководителей на местах, многие из которых работали на территории России долгие годы. В частности, трудности, возникшие в деятельности Общества заводов Брянска, одного из крупнейших в России, привели к созданию дочерней структуры Сосьете Женераль - Северного банка.

Note de l’éditeur

ANMT : Archives nationales du monde du travail ; DEEF : direction des Études économiques et financières.

Texte intégral

  • 1 Voir Bertrand Gille, « La formation de la Société générale » et « Les premières années de la Socié (...)

1La Société générale a été créée en mai 1864 par un groupe de banquiers de la haute banque, dont plusieurs s’étaient déjà trouvés associés huit ans plus tôt au sein de la Réunion financière, constituée alors contre les Pereire et leur Crédit mobilier1. Se voulant d’abord une banque de dépôts, elle installa immédiatement des agences en province et multiplia surtout à Paris des bureaux dits de quartier. Ils étaient déjà une quinzaine en 1870.

  • 2 Bertrand Gille, « Paulin Talabot. Recherches pour une biographie », dans Revue d’histoire des mine (...)
  • 3 Il n’a malheureusement pas fait l’objet de biographie. Voir son inventaire après décès : AN, Minut (...)
  • 4 Bertrand Gille, La sidérurgie française au XIXe siècle, Genève/Paris, 1968, p. 72.
  • 5 Sur les débuts de Fives-Lille, voir ANMT, 198/AQ/8 ; AN, Minutier central des notaires ET/XLII/109 (...)
  • 6 À propos de la formation de la SA du chemin de fer Cordoue/Séville avec les Pereire, AN, Minutier (...)
  • 7 AN, Minutier central des notaires, ET/XLII/1083, 16 juin 1865 : statuts de la Société de Belmez.
  • 8 Nicolas Stoskopf, Les patrons du Second Empire. Banquiers et financiers parisiens, 2002, p. 137.
  • 9 N. Stoskopf, Les patrons…, p. 100.
  • 10 AN, Minutier central des notaires, ET/XXVI/1139, 6 avril 1848. L’acte fait référence à des société (...)
  • 11 Rondo Cameron, La France et le développement économique de l’Europe. 1800-1914, Paris, 1987, p. 30 (...)
  • 12 N. Stoskopf, Les patrons…, p. 207.
  • 13 AN, Minutier central des notaires, ET/XLVIII/974, 20 mars 1868 : acte de société.
  • 14 AN, Minutier central des notaires, ET/XLII/1139, 16 juin 1870 : acte de société.
  • 15 AN, F/12/5167, dossier de demande de légion d’honneur d’Édouard Émile Hentsch, fils d’Édouard, 189 (...)

2Parmi ses fondateurs, elle comptait aussi plusieurs industriels, dont celui qui allait être son premier président jusqu’en 1867, Eugène Schneider, le patron du Creusot. Il y avait également Paulin Talabot (1799-1885), un ingénieur des Ponts et Chaussées qui, dès les années 1830, s’était occupé des charbonnages de la Grand-Combe et des chemins de fer du Gard, et avait œuvré ensuite de façon décisive à la constitution du Paris/Lyon/Marseille (PLM) dont il était devenu en 1864 le directeur général2. Il était aussi présent dans la sidérurgie, au Saut-du-Tarn et à Denain-Anzin. Autre figure importante, Basile Parent (1807-1866) était d’origine belge. Avec son compatriote Pierre Schaken, il avait créé la principale entreprise française de travaux publics spécialisée dans la construction de lignes de chemins de fer, ayant contribué entre autres à la construction du Paris/Strasbourg dans les années 1840, puis à celles du Grand Central et du PLM3. Il avait participé, en outre, dès 1854, à la constitution en région stéphanoise de la compagnie des hauts-fourneaux, forges et aciéries de la Marine et des chemins de fer4, puis créé fin 1865 la Compagnie Fives-Lille spécialisée dans la construction de matériel ferroviaire5. Il avait de plus des intérêts à l’étranger : dans le chemin de fer Cordoue/Séville6 et les charbonnages de Belmez en Andalousie7 ; dans les chemins de fer du sud de l’Italie. L’homme qui succéda en 1867 à E. Schneider à la présidence, Guillaume Denière (1815-1901), était lui issu de la petite industrie parisienne, il dirigeait une entreprise familiale de fabrication de bronzes établie dans le Marais8. Parmi les hommes qui fondèrent la Société générale, plusieurs, en outre, avaient en tant que banquiers de gros intérêts industriels, notamment Édouard Blount (1809-1905) et Édouard Hentsch (1829-1892). Le premier, né dans le Staffordshire, était venu s’installer à Paris en 1831 où il avait créé avec Charles Laffitte, le neveu de Jacques, une maison de banque en 18349. Ensemble, ils avaient été les promoteurs entre 1841 et 1847 de la construction de la ligne Paris/Rouen/Le Havre, puis avaient participé à la création de la Compagnie du nord et du PLM. É. Blount ne se contentait pas d’être un grand financier du chemin de fer, il présida également la Compagnie générale des eaux, investit dans plusieurs compagnies d’éclairage au gaz en Italie et en Espagne (Modène, Bologne, Cadix…)10, prit surtout une part active dans les premiers développements de l’industrie charbonnière et sidérurgique de la Ruhr11. Il présida, en effet, dès 1852, la Compagnie des mines et fonderies du Rhin qui, devenue par fusion Compagnie du Phénix, était en 1856 la plus grande entreprise de Prusse rhénane (environ 6 000 ouvriers). Édouard Hentsch était, quant à lui, originaire de Genève12. Après avoir débuté dans une banque londonienne, il fut sollicité en 1854 par des compatriotes pour devenir l’associé d’une maison de banque parisienne qui prit en 1857 le nom d’Hentsch, Lütscher et Cie. Il participa dès lors de façon rétrospectivement étonnante à presque toutes les créations bancaires qui marquèrent l’époque : celles de la Banque de crédit et de dépôts des Pays-Bas en 1863, de la Banque de Paris et des Pays-Bas en 1872, de la Société générale en 1864 dont il fut même quelque temps directeur à ses débuts et dont il démissionna du conseil d’administration en juillet 1870. Il rejoignit alors le Comptoir d’escompte de Paris qu’il présida de 1873 jusqu’au malheureux krach des cuivres de 1888. Il présida parallèlement de nombreuses sociétés industrielles parmi lesquelles les Ateliers et chantiers de la Loire et les Établissements Cail. La maison Hentsch, Lütscher et Cie qu’il dirigeait avec son frère Auguste, réalisait par ailleurs ses propres opérations, parmi lesquelles il faut noter le soutien décisif apporté à Pierre-Émile Martin (1824-1915) pour la promotion de son nouveau procédé de fabrication de l’acier que les usines du Creusot et du Saut-du-Tarn furent parmi les premières à adopter. Hentsch, Lütscher et Cie fut même le principal actionnaire de la SA des Aciers Martin constituée en 1868, dans laquelle figurait aussi P. Talabot13. É. Hentsch compta encore parmi les principaux soutiens de l’ingénieur Philippe Vitali (1830-1909) qui prit la suite de Basile Parent pour la construction de lignes de chemins de fer au sein de l’Entreprise générale des chemins de fer et des travaux publics, l’une des principales du secteur, très active, entre autres, dans l’empire ottoman14. En 1878 enfin, après qu’É. Hentsch se fut retiré de la Société générale, sa maison fonda à Saint-Pétersbourg sur les bords de la Néva l’usine Aleksandrovskij pour la fabrication d’obus et de canons, cédée en 1894 à la Banque internationale de Saint-Pétersbourg15.

  • 16 Voir les ouvrages cités note 1. Voir aussi Arch. Société générale, registres du conseil d’administ (...)
  • 17 Bertrand Gille, « Minerais algériens et sidérurgie métropolitaine », dans Revue d’histoire de la s (...)

3On comprend que, comptant parmi ses fondateurs des hommes aussi impliqués dans le développement de l’industrie lourde et la construction ferroviaire, la Société générale se soit dès ses débuts fortement engagée dans ces secteurs. Elle prêta son concours aux sociétés Denain-Anzin, Saut-du-Tarn, Marine, Firminy, De Dietrich16, participa aussi activement dès 1865 à la fondation, patronnée par P. Talabot et É. Hentsch, de la Société Mokta-el-Hadid, créée pour l’extraction en Algérie, près de Bône, de minerais de fer propres à la fabrication de l’acier17. Elle aida encore à la création à Marseille, sous les auspices du même Talabot, de la Compagnie des transports maritimes à vapeur, qui permettait d’acheminer via le PLM ces minerais algériens vers les usines stéphanoises, apporta son soutien à Émile Martin (prêt de 700 000 francs en 1868), aux affaires ferroviaires de Parent et Schaken et à Fives-Lille.

  • 18 Voir en particulier, B. Gille, « Premières années… », p. 259-262. Ce sont 15 millions de francs qu (...)

4Très tôt, aussi, la Société générale eut d’importants intérêts à l’étranger. En participant d’abord au placement en métropole d’emprunts d’État, espagnols, italiens, portugais, ou encore turcs, égyptiens, mexicains et péruviens. Mais aussi par l’aide apportée, sous forme d’avances ou d’émissions d’actions ou d’obligations à des compagnies ferroviaires : lignes Saragosse/Pampelune et Ciudad Real/Badajoz en Espagne, chemins de fer de l’Est hongrois et de Turquie d’Europe, notamment18. L’engagement se fit aussi sous couvert d’opérations internationales réalisées par Parent et Schaken, Fives-Lille et bientôt P. Vitali. Un crédit accordé à Fives-Lille pour la construction de la ligne Kiev/Balta fut ainsi, sans doute, sa première affaire concernant la Russie.

I. — Débuts en Russie

  • 19 Archives historiques SG, CA du 10 décembre 1869.
  • 20 Ibid., CA du 25 janvier 1870.
  • 21 Ibid., CA du 1er mars 1870.

5Les premières manifestations d’un intérêt direct de la Société générale vis-à-vis de la Russie ne datent cependant que de la fin 1869. É. Hentsch, au nom du Comité central de la banque (autrement dit de son comité de direction) vint donner au conseil d’administration « quelques détails sur certaines affaires qui seraient à traiter en Russie » et sur l’intérêt qu’il y aurait à s’en occuper19. Il en résulta l’envoi en février 1870, pour une mission d’exploration, d’un ingénieur des Ponts et Chaussées, Achile-Jules Daigremont, lequel avait dirigé des travaux des chemins de fer de la Haute-Italie, une entreprise contrôlée par la Maison Rothschild dans laquelle P. Talabot intervenait20. A.-J. Daigremont rendit son rapport fin février. Même s’il concluait qu’il n’y avait pour le moment aucune affaire intéressante à signaler, il fut décidé d’installer pour quelques mois à Saint-Pétersbourg un ingénieur de son choix (on ignore son nom) « qui se tiendrait au courant des affaires industrielles et des chemins de fer, et les étudierait sur place de manière à permettre à la Société d’intervenir en temps opportun »21.

  • 22 Bertrand Gille, Histoire économique et sociale de la Russie du Moyen Âge au vingtième siècle, Pari (...)
  • 23 De Keppen, « Aperçu général sur l’industrie minérale de la Russie », dans Annales des Mines, t. 5, (...)
  • 24 Archives historiques SG, CA du 22 février 1870.
  • 25 Ibid., CA du 8 mars 1870.
  • 26 Ibid., CA du 26 mars et du 19 avril 1870.
  • 27 Ibid., CA du 31 mai 1870.
  • 28 Ibid., CA du 8 août 1871.

6L’enjeu, alors, pour l’empire russe, était la construction d’un vaste réseau ferré, notamment de lignes destinées à relier Moscou et Saint-Pétersbourg aux régions méridionales, lignes qui avaient fait cruellement défaut durant la guerre de Crimée. Ce programme ne prit cependant vraiment corps qu’à partir de 1866 lorsque l’État russe eut décidé d’en confier la construction et l’exploitation à des concessionnaires privés tout en assurant la garantie d’obligations émises pour leur financement22. Ainsi furent réalisées les lignes Kozlov/Voronej/Suerevo (1868-1871) et Koursk/Kharkov/Taganrog (1869)23. C’est à la construction de ce réseau qu’au retour de A.-J. Daigremont, la Société générale décida logiquement de s’intéresser. Elle accorda ainsi une avance à la Compagnie de Krementschov (Kremencov) à Kharkov24 et prit une part du capital de celle de Smolensk à Brest25, ce qui l’amena à envisager un engagement plus lourd en participant cette fois directement à l’adjudication de son prolongement en direction de la mer Noire (investissement globalement chiffré à 28 millions de roubles, soit 75 millions de francs)26. Le 31 mai 1870, un mois et demi donc avant le début de la guerre franco-prussienne, elle donna encore son accord (après avis de ses Comités central et de l’industrie) pour la signature de deux contrats passés avec deux entrepreneurs russes, le colonel Zubov (Zouboff) et M. Gouriev (Gourieff)27 : le premier concernait des travaux d’exploration à entreprendre dans l’ancien bassin houiller de Toula, au sud de Moscou, pour un montant de seulement 20 000 roubles ; le second qui lui exigeait une avance plus importante (260 000 roubles, soit 690 000 francs), portait sur la construction du chemin de fer de Constantinovka (au sud-est de Kharkov), ligne qui avait été concédée à l’anglais John Hugues (l’entrepreneur du premier charbonnage établi dans le Donets) avec qui Zubov et Gouriev avaient traité ; à charge pour eux de traiter à leur tour avec l’entrepreneur des travaux Creningham. La guerre de 1870 mit entre parenthèse ces projets dont certains furent abandonnés et les négociations ne reprirent qu’après la paix. Toujours sur les conseils d’A.-J. Daigremont, un vaste programme fut alors proposé au conseil d’administration en août 187128. Il prévoyait toujours un partenariat avec Zubov et Gouriev, et comportait deux volets : participation à deux affaires de chemin de fer, le prolongement de la ligne Constantinovka en direction de la mer d’Azov et la construction de celle d’Elisabethgrad (aujourd’hui Kirovograd) à Nikolaev (Nicolaïeff) (sur la mer Noire, à l’est d’Odessa) ; l’établissement et l’exploitation d’un « touage » (remorquage à vapeur) sur la Moskova, de Moscou à Kolomna sur l’Oka (opération qui pouvait à elle seule nécessiter une avance de 2 millions de roubles, soit 5,3 millions de francs). L’ampleur des investissements en cause fit envisager dès cette époque la création, pour suivre et financer ces affaires, d’une société dédiée dont le capital fut fixé à 20 millions de francs, la moitié au moins devant être directement souscrite par la Société générale.

II. — La Société minière et industrielle

  • 29 AN, Minutier central des notaires, ET/LXXXV/1246, 6 février 1872.
  • 30 AN, Minutier central des notaires, ET/LXXXV/1260, 23 avril 1873 : procuration de A. J. Daigremont (...)
  • 31 Archives historiques SG, rapport du CA à l’Assemblée générale (1874), p. 15.
  • 32 Archives historiques SG, CA du 28 novembre 1871 : annonce d’une dépêche du colonel Zubov qui a tra (...)
  • 33 Archives historiques SG, boîte 81301.

7Cette société fut effectivement constituée le 6 février 1872, sous l’appellation de Société anonyme franco-russe29. Le capital de 20 millions fut réparti en 800 actions de 25 000 francs. La Société générale en prit 578, le reste étant réparti entre différentes personnes, la plupart membres de son conseil d’administration dont G. Denière, E. Blount et P. Talabot. La direction fut confiée à A.-J. Daigremont. Son activité porta d’abord sur les affaires programmées en août 1871, puis s’élargit en sortant même temporairement du cadre russe avec des investissements effectués dans des mines de plomb et de zinc du nord de l’Espagne30 et des mines de manganèse dans les Hautes-Pyrénées, ce qui conduisit à en modifier l’appellation et les statuts dès avril 1873. Elle devint Société minière et industrielle, sans changement du capital31. Une fois la période de tâtonnement passée, l’entreprise se recentra cependant sur deux programmes : canalisation et installation du touage de la Moskova et création d’un vaste charbonnage dans le sud-ouest du bassin du Donets, à Rutčenko. L’affaire du touage de la Moskova, à laquelle fut bientôt adjointe une opération comparable, mais plus modeste, celle de la canalisation de la Néva entre Saint-Pétersbourg et Kronstadt32, mériterait d’être davantage étudiée. Elle avait été initiée par Gouriev suite à l’obtention d’une concession du même type que celle accordée pour les lignes de chemins de fer33. L’enjeu était de développer la navigation à vapeur jusqu’à l’Oka, et par ce moyen d’accroître le trafic fluvial entre Moscou et la Volga. De vastes travaux furent pour cela entrepris à partir de 1873 par la société concessionnaire dont la Société minière et industrielle était le principal actionnaire. Mais très vite les difficultés s’enchaînèrent. La canalisation qui nécessitait, entre autres, la construction de six écluses, s’avéra beaucoup plus coûteuse que prévu. Fin 1875, les dépenses dépassaient déjà 11 millions alors que le capital de la société concessionnaire n’était que de 8 millions de francs. La Société minière et industrielle dépêcha alors l’ingénieur Stanislas Janicki qui avait travaillé peu avant avec P. Vitali à la construction des chemins de fer roumains. S. Janicki constata que les fondations étaient insuffisantes et demanda le renfort d’un ingénieur des Ponts et Chaussées particulièrement expert en la matière, Auguste Boulé, qui confirma le diagnostic. S. Janicki, nommé à la hâte directeur de l’entreprise, trouva alors heureusement une solution financièrement acceptable – le doublement des rangées de palplanches –, qui nécessita tout de même l’injection, directement par la Société générale, d’1,3 million de francs. La navigation par touage fut finalement inaugurée en octobre 1877. Très vite cependant, on s’aperçut que le trafic n’était pas amélioré, le transport par halage restant plus avantageux. On abandonna donc le touage dès 1879 et deux de ses bateaux à vapeur furent affectés au remorquage sur l’Oka dont les conditions de navigation restaient, elles aussi, inadaptées aux transports modernes. La Société minière et industrielle se désintéressa dès lors de l’activité et s’efforça par tous les moyens d’obtenir la reprise de la concession de la navigation sur la Moskova par l’État russe.

III. — Charbonnage de Rutčenko

  • 34 Anatole Demidoff, Voyage dans la Russie méridionale et en Crimée, Paris, 1842.
  • 35 De Keppen, « Aperçu général sur l’industrie minérale… », p. 295.
  • 36 Archives historiques CL, DEEF 11851/1, « Le bassin houiller du Donets, mai 1896 ».
  • 37 Archives historiques SG, rapport du CA à l’Assemblée générale (1874), p. 15-16.
  • 38 AN, Minutier central des notaires, ET/LXXXV/1260, 26 avril 1873 : pouvoir donné à Aleksandr Andree (...)
  • 39 Archives historiques SG, rapport du CA à l’Assemblée générale (1879). Voir aussi ibid., CA du 10 j (...)
  • 40 De Keppen, « Aperçu général… », p. 296.

8L’essentiel des efforts se reportèrent alors sur l’autre affaire envisagée dans le programme d’août 1871, le charbonnage de Rutčenko dans le Donets. Le bassin houiller du Donets était exploité depuis longtemps, mais à petite échelle. Frédéric Le Play y avait dirigé en 1837 une expédition de reconnaissance, financée par le prince Anatole Demidoff, propriétaire de grandes forges au bois dans l’Oural, dont les conclusions n’avaient pas été très favorables34. L’extraction avait néanmoins progressé par « grattage des affleurements », pour atteindre 56 000 tonnes en 184935. Deux décisions firent ensuite bouger les choses : l’autorisation, d’une part, donnée en mars 1864 à tout particulier, né cosaque ou non, de fonder un charbonnage dans le pays des cosaques du Don (à l’est du bassin) ; l’étude géologique, d’autre part, confiée en 1866 par le tsar Alexandre II aux frères Nossof36, qui, terminée en 1869, permit une réévaluation des ressources disponibles. Le transport restait néanmoins très handicapant, toujours effectué en chars à bœufs dans des zones en grande partie désertiques. C’est l’ouverture de la ligne Koursk/Kharkov/Azov en 1869 tandis qu’était construit le premier chemin de fer minier (soixante-six kilomètres entre le gisement de Grouchevka et le bourg d’Aksï sur le Don), qui changea enfin la donne. Les créations de charbonnages, engagées dorénavant avec des moyens techniques modernes, se multiplièrent, et c’est dans ce contexte qu’en 1873, la Société minière et industrielle put prendre à bail « deux des plus beaux gisements houillers du bassin du Donets couvrant ensemble 5 000 hectares »37. Ils étaient réputés renfermer plusieurs couches de houille de qualité supérieure et être d’une exploitation facile. Leur localisation était, en outre, avantageuse, proche de Iousovo où passait la nouvelle ligne de chemin de fer. La négociation du bail fut confiée en avril 1873 par A.-J. Daigremont, à un ingénieur des mines russe, résidant à Taganrog, Alexandre Andrevitch d’Auerbach, chargé entre autres de traiter pour le village de Kourakovka avec l’un des propriétaires en cause, Nicolas Chabelsky38. Les débuts de l’exploitation ne furent, en fait, pas aussi rapides que prévus. Au lieu de 40 000 tonnes envisagées, 13 000 tonnes furent seulement extraits en 1874, puis 67 000 en 1879 et 74 000 en 1880. Le siège ne fut en effet d’abord équipé que de trois puits à section restreinte dans l’attente du prolongement du chemin de fer jusqu’à Marioupol sur la mer d’Azov39, qui devait permettre d’y aménager un port minéral et d’y développer le cabotage en direction de la mer Noire afin d’approvisionner surtout Odessa, jusqu’alors tributaire du charbon anglais40. Avant que ce prolongement ne soit achevé en 1882, les débouchés restaient régionaux, surtout limités à la région de Kharkov, notamment à ses sucreries. S’y ajouta progressivement l’alimentation des locomotives et des navires à vapeur.

9Par la suite, l’extraction connut une augmentation constante et régulière pour atteindre 307 000 tonnes en 1892. Le matériel était en grande partie français, affecté principalement à l’équipement souterrain, les installations de surface restant relativement réduites. Le problème, il est vrai, dans cette région peu peuplée, était surtout d’attirer et de fixer la main-d’œuvre. Voici ce qu’en disait en 1896 l’envoyé en Russie du Crédit lyonnais :

  • 41 Archives historiques CL, DEEF 17851/1.

Le plus grand nombre des ouvriers viennent de la Grande Russie. Chassés par la nécessité, ne pouvant vivre sur des terrains devenus insuffisants, ils acceptent les propositions des contremaîtres envoyés pour recueillir des engagements et viennent aux mines travailler pour une période de six mois. À ces étrangers, l’exploitation houillère doit offrir un abri – de là la création de casernes pour les travailleurs, puis de maisons ouvrières pour leurs familles. Ces dépenses résultant d’installations de logements, dans un pays à peu près désert, dépassent souvent 20 % du capital nécessaire pour l’aménagement complet de la mine. À ces charges, s’ajoutent la création rendue obligatoire par le gouvernement d’églises et d’écoles41.

10Rutčenko construisit, en effet, une cité ouvrière, ainsi qu’une école et une église, ce qui était une obligation imposée par l’État russe. Par la suite, elle bénéficia même d’une réputation plutôt bonne en la matière :

  • 42 Ibid., DEEF 30130, « Société minière et industrielle de Rutčenko » (mai 1905).

La société a fait tout son possible pour attirer et garder ses ouvriers. Elle a construit des maisons ouvrières, des écoles, une église etc., et est ainsi arrivée par l’amélioration des conditions d’existence de ses ouvriers à être sous le rapport de la main d’œuvre une des sociétés les mieux pourvues du bassin42.

IV. — Mines de fer de Krivoï-Rog

  • 43 Ibid., DEEF 11851/1, « La Métallurgie dans le sud de la Russie », 1895 (Société de la Nouvelle Rus (...)
  • 44 Jean-Baptiste Silly, « Capitaux français et sidérurgie russe », dans Revue d’histoire de la sidéru (...)

11Jusqu’en 1880, le développement de l’industrie charbonnière en Russie méridionale s’est fait sans que lui soit adjointe, comme dans les grands centres d’industrie lourde d’Europe occidentale, une sidérurgie fonctionnant à la houille et au coke. Seule existait l’usine qu’avait créée en 1872 l’Anglais Hughes à côté de ses charbonnages et qui n’avait qu’une production réduite43. Il manquait l’extraction en grand de minerais de fer permettant d’alimenter des hauts fourneaux fonctionnant au coke et des aciéries Bessemer ou Martin, base d’une industrie de transformation et de grosse mécanique en mesure de fournir l’équipement de ces usines, mais aussi les rails et le matériel roulant nécessaires à la réalisation des chemins de fer assurant d’abord la liaison entre ces différentes usines et au-delà, de ceux projetés en direction du Caucase et de la Sibérie. Il fallait donc mettre en exploitation des mines de fer pour que puissent être constitués des « combinats » associant charbonnages et usines métallurgiques, sur le modèle de ceux existant en Angleterre autour de Sheffied, en Allemagne dans la Ruhr, en France au Creusot et dans les régions du Nord et de Saint-Étienne. La Société générale à nouveau joua un rôle moteur dans l’évolution, par l’intermédiaire cette fois de l’un de ses principaux animateurs, Paulin Talabot. Un gisement de fer avait en effet été reconnu à Krivoï-Rog à l’ouest d’Ekaterinoslav. L’idée était de décalquer le modèle constitué par les mines de Mokta-el-Hadid en Algérie mises en route en 1865 à l’initiative de P. Talabot et de plusieurs établissements sidérurgiques de la région stéphanoise44, que la Société générale soutenait depuis l’origine.

  • 45 Archives historiques SG, CA du 28 décembre 1880.

M. Paulin Talabot poursuit depuis longtemps l’acquisition de mines de fer situées à Krivoï-Rog dont la richesse est paraît-il égale à celle des mines de Mokta. Les pourparlers engagés avec M. Poll concessionnaire des dites mines pour quatre-vingt-cinq ans viennent enfin d’aboutir. M. Poll a cédé à M. Talabot agissant au nom d’une société à former au capital de cinq millions de francs tous les droits d’exploitation qu’il avait lui-même. Cette acquisition a une très grande importance au point de vue de la Société minière et industrielle. En effet la formation de la Société de Krivoï-Rog nécessitera la création d’établissements métallurgiques importants pour exploiter la richesse minière et par suite entraînera une consommation considérable de charbon qui profitera à nos usines du Donets45.

  • 46 AN, Minutier central des notaires, ET/XLVIII/1132, 23 décembre 1880.
  • 47 Jean Bouvier, Le krach de l’Union générale (1878-1885), Paris, 1960.
  • 48 Samuel Lajeunesse, Grands mineurs français, Paris, 1948.

12La Société de Krivoï-Rog fut ainsi fondée à Paris fin décembre 1880 avec un capital de cinq millions de francs (10 000 actions de 500 francs)46. Le quart fut cédé à Poll en rémunération de ses apports. La Société générale en prit 2 250, presque le quart, l’Union générale d’Eugène Bontoux 1 000 (qu’elle conserva jusqu’à son naufrage en 188247), la Compagnie Mokta aussi 1 000, le reste étant réparti notamment entre plusieurs dirigeants de la Société générale dont P. Talabot, É. Blount et G. Denière, Adrien de Montgolfier, directeur des Aciéries de la marine, Joseph Martelet, directeur de Denain-Anzin ou encore Stanislas Janicki, toujours directeur de la Société de la Moscova. L’étude et la mise en route de l’exploitation furent confiées à un ingénieur des Mines, Alphonse Parran (1826-1903), qui s’était occupé depuis 1864 d’installer puis de diriger les mines de Mokta48.

  • 49 De Keppen, « Aperçu général… », p. 296.
  • 50 Maurice Verstraete, La Russie industrielle, l’exposition de Nijni Novgorod, Paris, 1897, p. 127.
  • 51 Archives historiques CL, DEEF 11851/2.
  • 52 Ibid., DEEF 11851/2, « La métallurgie dans le sud de la Russie » (1895).
  • 53 Ibid., DEEF 11852/1, mars 1903.
  • 54 J.-B. Silly, « Capitaux français… », p. 36.

13La disponibilité de bons minerais de fer offrait la possibilité matérielle de développer une sidérurgie lourde en Russie méridionale. Restait cependant la question des transports, le gisement se trouvant à quatre cent kilomètres à l’ouest du bassin du Donets. Seule la construction d’une ligne ferroviaire pouvait donc permettre la combinaison rentable de ces deux ressources. Soutenu par le gouvernement russe, le chemin de fer dit Ekaterina ou Catherine fut heureusement inauguré dès 188349. Il traversait des zones particulièrement vides et, sur les 1 040 verstes (1 110 kilomètres) de son parcours, ne rencontraient que trois villes : Ekaterinoslav, Lougansk et Marioupol. « Sur la ligne Catherine, expliquait-on, l’État russe a dû construire des écoles, des bibliothèques, des hôpitaux et des églises où des prêtres orthodoxes russes viennent de temps en temps célébrer les offices […] »50. C’est bien, en tout cas, l’ouverture de la ligne qui rendit possible l’érection de hauts-fourneaux, aciéries et laminoirs. Quatre établissements furent créés ainsi avant 1895. Le premier fut construit en 1885 à Ekaterinoslav sur les bords du Dniepr par les Établissements Briansk qui avaient été eux-mêmes créés en 1873 par les Russes Gubonin (Goubonine) et Golubev (Goloubeff)51. Suivit dès 1886, la création, à l’initiative du Liégeois Cockerill, de la Société dnieprovienne, sur le Dniepr à cinquante kilomètres en aval de la précédente52. En 1890, la société Krivoï-Rog décida à son tour d’élever un haut-fourneau à côté de ses mines de fer53, puis en 1892 apparut la première usine sidérurgique du bassin charbonnier, celle des Aciéries du Donets, créées au capital de six millions de francs sous le patronage de la Société Huta Bankowa qui avait elle-même été fondée en 1876 sous les auspices des Aciéries de Firminy en Silésie polonaise54. À cette époque, la Société générale ne possédait encore en Russie méridionale que des intérêts miniers et charbonniers.

V. — Usine Baird de Saint-Pétersbourg

  • 55 Archives historiques SG, boîtes 2842 et 3142.
  • 56 Bertrand Gille, « Capitaux français… », p. 54. Archives historiques SG, rapport du CA à l’Assemblé (...)
  • 57 G. Baird avait notamment construit en 1815 le premier bateau à vapeur de Russie, l’Elizaveta. Eric (...)
  • 58 B. Gille, « Capitaux français… », p. 80. Il y eut manifestement des projets plus importants qui n’ (...)
  • 59 Archives historiques CL, DEEF 13601, rapport de janvier 1905.

14Tandis qu’était créé Krivoï-Rog, la Société générale mit aussi un pied dans la métallurgie de transformation en faisant l’acquisition des anciennes usines Baird, situées cette fois à Saint-Pétersbourg55. Elle le fit en partenariat avec deux grandes entreprises de la région stéphanoise, les Aciéries de la marine, promoteurs de l’affaire, et la Maison Marrel frères de Rive-de-Gier, auxquelles s’étaient associées l’Union générale et une banque lyonnaise très active dans la sidérurgie, la banque Guérin56. Installée sur la rive gauche de la Grande Néva, ces usines, autrefois créées par l’Écossais Georges Baird57, portaient alors le nom de Forges et chantiers de la Néva. Elles comportaient une forge à pilon, une fonderie de fer et de cuivre, une chaudronnerie, douze paires de cylindres à laminer, une usine à gaz, un réseau interne de voies ferrées, plusieurs maisons d’habitation. On y fabriquait, entre autres, du laiton à cartouches. Après expertise des techniciens des Aciéries de la marine58, une société fut constituée à Paris le 2 novembre 1880 sous l’appellation SA des Usines franco-russes, avec un capital de 12,5 millions de francs qui servit en partie à payer les 8,5 millions de l’acquisition. La Société générale en était le principal actionnaire. L’activité fut rapidement étendue en y développant le travail de l’acier et la fabrication de chaudières et machines pour la marine militaire russe (et en faisant venir certaines pièces comme les gros arbres de machine, d’usines françaises, notamment celle que les Aciéries de la marine exploitait à Saint-Chamond)59.

VI. — L’Omnium

  • 60 René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie. 1887-1914, Paris, 1973.
  • 61 AN, F/12/7014 : « La Russie industrielle », rapport de J. Belin, vice-consul de l’ambassade de Fra (...)

15C’est durant la décennie 1890 que la grande industrie minière et métallurgique prit tout son essor en Russie. Favorisée par le comte Serge de Witte, ministre des Finances à partir de 1893, et ancien responsable, faut-il le rappeler, des affaires ferroviaires au ministère, elle fut en grande partie financée par des capitaux français et belges, dans un contexte où la montée du protectionniste encourageait les entreprises à implanter des filiales en Russie pour compenser le recul des exportations60. Voici comment le vice-consul à Saint-Pétersbourg, J. Belin justifiait l’intérêt national de voir les entreprises françaises investir directement en Russie61 :

Un des facteurs les plus puissants pour rétablir cet équilibre serait de substituer à la production nationale la production dans le pays même… Cette façon d’envisager le développement de notre expansion industrielle et commerciale soulèvera, je le sais d’avance, d’innombrables critiques qui s’efforceront de faire ressortir les dangers qu’il y aurait à divulguer nos procédés de fabrication. Cet argument, dans les conditions actuelles du travail universel, paraît plus spécieux que solide. Un pays ou même une région ne peuvent plus s’accaparer aujourd’hui à leur seul avantage les secrets d’une industrie exclusive.

  • 62 AN, F/12/7172 : traduction d’un article de la Gazette de Moscou, no 239, 31 août 1895, « Les étran (...)

16Une frénésie d’industrie s’empara, en effet, de la Russie, dont la Gazette de Moscou, en septembre 1895, rendit compte en ces termes62 :

Partout on rencontre des étrangers et ils y pullulent à ce point que le correspondant du Nouveau temps écrivait récemment que dans les trains du chemin de fer d’Jekaterinoslav, on n’entend que gens parlant anglais, allemand, français et flamand… Écoutez les conversations dans les gares et dans les trains, vous n’entendrez parler que de millions d’ingénieurs enrichis en quelques heures, que de nouvelles sociétés se fondant à Bruxelles, à Paris et à Pétersbourg, que de hausses des actions, que de l’extension d’anciennes usines, que de la cession par tel ou tel industriel de son entreprise à des capitalistes étrangers qui l’ont payée des millions de roubles… Pourquoi étrangers et pas russes ?

  • 63 L’affaire fut exposée en détail au CA du 1er janvier 1897. Archives historiques SG, CA du 16 et 26 (...)
  • 64 Archives historiques SG, boîtes 6686 et 6689.
  • 65 R. Girault, Emprunts russes…, p. 300.
  • 66 Archives historiques SG, rapport du CA à l’Assemblée générale (1900), p. 11.
  • 67 Ibid., boîte 6686.
  • 68 Archives historiques CL, DEEF11851/1 et 22118. La concession était située sur la ligne Koursk/Khar (...)
  • 69 Archives historiques SG, boîte 6688, rapport du CA de l’Omnium à l’Assemblée générale (10 octobre (...)
  • 70 Archives historiques CL, DEEF 11852/1, rapport de mai 1901.

17C’est alors que la Société générale entreprit une vaste réorganisation de ses intérêts industriels dont le pivot fut la création, mûrie dès 189663 et concrétisée en février 1897, d’une société de droit belge, établie à Bruxelles, la Société de l’industrie minière et métallurgique en Russie, aussi appelée l’Omnium. C’était une holding financière, trust comme on disait à l’époque64, qui n’avait pas pour vocation de posséder directement des actifs industriels, mais simplement des actions ou des obligations. Selon ses statuts, elle n’était censée pratiquer ses opérations que sur des titres d’entreprises déjà en exploitation, dans la perspective de les développer, avec toutefois la possibilité de prendre quelque intérêt dans certaines nouvelles affaires liées aux sociétés où elle intervenait, mais sans dépasser la moitié de son capital. Ce capital s’élevait à 25 millions de francs, réparti en 50 000 actions de 500 francs. La Société générale en souscrivit la moitié. Des parts furent aussi réservées pour certains établissements financiers partenaires : la Banque impériale privilégiée des Pays-Bas autrichiens, Länderbank (à la fondation de laquelle elle avait participé avec l’Union générale en 1880), et deux sociétés d’investissement, présentes aussi en Belgique, la Société financière internationale et la Société financière russe, animées par Hector Legru et Félicien Maës, dont le rôle était de chercher des opportunités d’investissement industriel en Russie, d’y intéresser ensuite des banques et d’introduire les valeurs constituées sur les marchés occidentaux une fois acquise la participation de celles-ci65. Au conseil d’administration de l’Omnium, siégeaient entre autres Albert Laurans pour la Länderbank et Alexandre Raffalovitch pour la Banque de l’industrie et du commerce de Saint-Pétersbourg. L’Omnium intervint d’abord dans les charbonnages du Donets, avec pour commencer la cession par l’ancienne Société minière et industrielle des charbonnages de Rutčenko (presque 500 000 tonnes de houille extraites alors chaque année sur 7 000 hectares de concession) à une nouvelle société spécialement constituée à Bruxelles le 1er février 1897, au capital de 16 millions de francs, dont l’Omnium détenait la majorité les actions. Le dispositif étant conçu cependant pour « élargir la base d’influence de la Société générale dans la région la plus industrielle de la Russie »66, l’Omnium prit aussi des intérêts dans trois autres charbonnages : ceux de Tchoulkovo, de Golobovka et de Makeevka. Le premier exploitait une concession de 830 hectares octroyée à la famille Danilov. On y avait extrait 100 000 tonnes en 1896 sur plusieurs sièges. La Société générale qui y détenait une créance de 1,1 million de francs, reçut en contrepartie les puits de Tchoulkovo-Midi, un peu plus tard apportés à la société Rutčenko67. La concession de Golubovka était beaucoup plus étendue, couvrant 7 200 hectares, ce qui en faisait l’une des plus importantes du bassin. La société d’exploitation avait été constituée en 1889 par P. et S. Gubonin68. L’extraction était de 370 000 tonnes en 1896, que l’on comptait pouvoir facilement hausser à 5 ou 600 000 tonnes, objectif effectivement atteint dès 1899. Une augmentation de capital porta alors le capital de la société à 3,4 millions de roubles69. L’Omium y détenait 52 % – 3 530 actions sur 6 800 – en 1899. Le charbonnage Rutčenko fut aussi développé et modernisé. On y multiplia jusqu’à cent quarante le nombre des fours à coke pour satisfaire les besoins de la sidérurgie régionale70. La direction avait été confiée, il est vrai, à un excellent ingénieur des Mines, Barbier, « vétéran du bassin houiller du Donets », qui sut « s’assurer un bon personnel d’ingénieurs et de contremaîtres russes » et améliorer les conditions d’accueil de la main-d’œuvre par la construction de nouveaux logements, d’une école et d’un hôpital.

  • 71 Archives historiques SG, boîte 6688, rapport du CA de l’Omnium (1900).
  • 72 Ibid., boîte 6689.
  • 73 Archives historiques CL, DEEF 13601.

18À côté de ses prises de participation dans les charbonnages et, comme on va le voir, dans la sidérurgie, l’Omnium s’intéressa à quatre entreprises : la Société des usines métallurgiques et mécaniques d’Istia, la Société des extraits de chêne en Russie, la Société des ciments Portland de Gelendžik (Guelendjik) et la Société franco-russe des produits chimiques et d’explosifs71. La Société des ciments constituée à Paris au capital de 2,25 millions de francs était installée comme l’indiquait sa raison sociale, à Gelendžik sur la mer Noire, l’un des principaux centres cimentiers russes. Le point de départ avait été la cession en 1894 d’un droit d’extraction de chaux et de pierres par le lieutenant général Leonid Adamovič (Léonide Adamovitch), représenté à Paris par le vicomte de Villiers72. Quant à la Société des produits chimiques, elle avait été constituée en 1893, avec un capital de 3,5 millions de francs. Elle exploitait une mine de sel dans le district de Bahmut et deux usines, l’une située à 200 km de Saint-Pétersbourg sur la route de Moscou, l’autre, qui produisait surtout de la dynamite, au nord-est du Donets73.

VII. — Forges et aciéries de Makeevka

  • 74 Archives historiques SG, boîte 1357.
  • 75 Ibid., boîte 6689, notice sur la société (avril 1900).
  • 76 Archives historiques CL, DEEF 11850/1, note de 1898 par Baron du Marais.
  • 77 Ibid., DEEF 13601, étude de 1904.

19La création de l’Omnium donna aussi, et peut-être surtout, les moyens à la Société générale d’adjoindre à ses charbonnages une grande usine sidérurgique et d’édifier ainsi, à son tour, un véritable combinat d’industrie lourde en Russie méridionale. Pour ce faire, fut créée une société autonome de droit français, la Société générale des hauts-fourneaux, forges et aciéries en Russie, ayant son siège à Paris dans les locaux de la Société générale. Son capital initial de 8 millions de francs fut rapidement porté à 16 millions de francs74. Sur 16 000 actions émises, 6 000 furent souscrites par l’Omnium, 1 000 par la Société des houillères de Makeevka (sur le domaine de laquelle l’usine devait être construite). Les plans et devis furent établis sous le contrôle technique de la Société des hauts-fourneaux, forges et aciéries de Denain-Anzin qui, du reste, prit aussi une participation dans l’affaire75. Un ingénieur du Creusot, Paul Bouvard, fut recruté pour l’occasion, auquel fut ensuite confiée la direction générale de l’entreprise. L’usine à construire était une usine complète à hauts-fourneaux, aciérie et laminoirs, située près de la station de chemin de fer de Âsinovataâ (Jassinovadoiia)76. Deux grands hauts-fourneaux de vingt-deux et vingt-quatre mètres de haut furent ainsi édifiés, pouvant produire chacun 180 à 190 tonnes par mois ; le premier fut mis à feu en 1899. L’aciérie était à deux fours Martin, auxquels deux autres furent ajoutés dès 1900, ce qui porta sa capacité à 60 000-70 000 tonnes par an. L’usine disposait aussi d’un laminoir à poutrelles et d’un autre à tôles moyennes. On leur adjoignit un petit laminoir pour tôles de toiture, quasi-monopole jusqu’alors de la sidérurgie au bois de l’Oural. Il y avait encore une petite fonderie de tuyaux, en fait déjà existante et rachetée aux houillères de Makeevka. Le site manquant d’eau, il fallut construire spécialement un étang artificiel en établissant un barrage sur une petite rivière voisine. Si la construction des bâtiments fut naturellement confiée à des entreprises russes, l’essentiel des machines et équipements fut livré par des entreprises françaises : Le Creusot (machines soufflantes des hauts-fourneaux notamment), Société alsacienne de constructions mécaniques, Établissements Delattre. Quant à la direction technique de l’entreprise, elle fut confiée à un ingénieur des Arts et Métiers, Corvé, qui, venu en Russie en 1896 pour travailler aux Aciéries du Donets, avait été rapidement débauché par la Banque internationale de Saint-Pétersbourg pour le compte de laquelle il avait, en tant qu’ingénieur conseil, participé à une mission d’études des gisements houillers du Kuzneck (Kouznetzk) en Sibérie. Bien que dotée d’un équipement très moderne et d’excellente qualité, l’usine de Makeevka ne fonctionna pas aussi bien que ses promoteurs l’auraient souhaité. Les experts du Crédit lyonnais portèrent même rapidement sur elle un avis assez critique, déplorant notamment le choix du procédé Martin au lieu du Bessemer pour l’acier à poutrelles : « L’usine Makeevka est bien outillée, mais sa conception est un non-sens puisqu’on y produit principalement des poutrelles en acier Martin ». C’était surtout la disposition générale des équipements qui était en cause : « Le parc à cylindre (de laminoirs) est disposé de telle sorte que la grue chargée du service doit traverser la tôlerie, ce qui nécessite le démontage du train »77. L’entreprise n’enregistra, en effet, que des pertes dans les premières années de son existence et ne distribua aucun bénéfice. Toujours selon le Crédit lyonnais, le directeur Corvé en était en partie responsable ; il fut effectivement remercié fin 1903.

  • 78 Archives historiques SG, boîte 6688, rapport du CA de l’Omnium à l’AG (1900).
  • 79 Archives historiques SG, boîte 6682.
  • 80 R. Girault, Emprunts russes…, p. 300.

20Quoiqu’il en soit, l’usine de Makeevka parvint à se développer, améliora ses résultats en 1903 et surtout après les crises de 1904-1905. Elle put aussi profiter de l’extension des ressources minières autour de Krivoï-Rog avec la mise en exploitation de couches plus profondes dans le nord du bassin. L’Omnium avait, en effet, dès 1898, participé à la création de deux nouvelles sociétés concessionnaires, Rahamonovka-Krivoï-Rog et Želtaâ-Reka-Krivoï-Rog. À l’origine de la première se trouvaient Félicien Maës et sa Société financière russe ; l’Omnium y détenait 1 334 actions en 189978. Le rôle de celui-ci fut plus direct dans la formation en juin 1899 de la seconde société, consécutivement à l’apport de droits d’usage minier effectué par un certain Sergej Mihajlovskij, enseigne de réserve, qui venait de les acquérir pour grande partie du « gentilhomme » Théodore Fedor Aleksnadrovič L’vov (Alexandrovič Lvoff), résidant à Ekaterinoslav79. S. Mihajlovskij (Michaïlovsky), administrateur par ailleurs des charbonnages de Pobedienko, créés en 1898 à l’initiative de Félicien Maës et d’Henri Legru80, reçut pour ses apports 20 000 des 50 000 actions de 100 francs de la nouvelle société Želtaâ-Reka-Krivoï-Rog établie à Bruxelles (plus une somme de trois millions de francs). L’Omnium, principal actionnaire, prit 3 900 actions. Un paquet d’actions fut acquis par les Sociétés financière russe et financière internationale, ainsi que leurs animateurs Maës et Legru. Des ingénieurs des usines Briansk d’Ekaterinoslav en souscrivirent également. Dès octobre 1899, un contrat de fourniture fut signé avec Makeevka : 2,5 millions de « pouds » en 1903 (40 000 tonnes), puis 5 millions de « pouds » (70 000 t) à partir de 1906, dont la moitié au moins devait avoir une teneur égale ou supérieure à 60 % (vérifiée sur échantillon à Krivoï-Rog et à Makeevka, et en cas de contestation, à l’Institut technologique de Kharkov).

VIII. — La Banque du Nord

  • 81 R. Girault, Emprunts russes…, p. 358.
  • 82 Hubert Bonin, La Société générale en Russie, 1994.

21En septembre 1901, la Société générale créait à Saint-Pétersbourg la Banque du Nord, en projet depuis mars avec, du reste, l’idée initiale de l’appeler Société générale pour le commerce et l’industrie en Russie81. Elle se donnait ainsi les moyens de développer en Russie une activité, conforme à sa vocation, de banque de dépôt et de crédit au négoce et à l’industrie, et créa, pour ce faire, un large réseau de succursales. Elles étaient une cinquantaine en 1909, la plupart installées à l’ouest du pays entre Baltique et mer Noire82. Naturellement ses premiers clients furent les entreprises industrielles du groupe de l’Omnium, faisant de la succursale de Kharkov l’une des plus actives du réseau. Mais elle investit aussi dans l’agriculture, le textile, le pétrole de Bakou. Avec la création de la Banque du Nord, la Société générale inaugura une nouvelle phase de son histoire en Russie qui conduisit à la formation en 1910, par fusion avec la Banque russo-chinoise, de l’une des principales banques de l’empire, la Banque russo-asiatique.

  • 83 Archives historiques SG, boîte 3043.

22Mais cette création fut aussi le prolongement direct de ce qu’elle avait entrepris depuis trente ans en Russie dans l’industrie lourde, la constitution de l’Omnium ayant constitué en 1897 le précédent épisode. Cette continuité se trouvait, du reste, incarnée dans le choix de celui qui présida dès l’origine aux destinées de la nouvelle banque, Maurice Verstraete. Ancien attaché de la mission commerciale de Saint-Pétersbourg, ce proche du directeur Louis Dorizon qui connaissait bien Joseph Caillaux, ministre des Finances depuis 1899, ainsi que le comte de Witte, était un bon spécialiste de l’industrie russe. Il lui avait consacré un ouvrage, paru en 1897, La Russie industrielle. Avec l’ingénieur Maurice Waton83, c’est lui qui eut en charge désormais le développement des affaires contrôlées par l’Omnium.

  • 84 Archives historiques CL, DEEF 11851/2, rapport de décembre 1895.
  • 85 Archives historiques CL, DEEF 11852/1, rapport de janvier 1903.

23Il faut ajouter que la naissance de la Banque du Nord eut directement à voir avec l’histoire de la plus grosse entreprises de métallurgie et de mécanique de l’empire, la SA des usines Briansk. Cette société avait été créée en 1873 à Briansk au sud-est de Moscou par deux entrepreneurs russes Golubin et Golubev84, avec pour principal objet la fabrication de rails et de matériel ferroviaire. Une fois les gisements de Krivoï-Rog mis en exploitation, une seconde usine avait été édifiée en 1885 à Ekaterinoslav ; l’usine Aleksandrovskij comportait au départ hauts-fourneaux et aciéries Bessemer et Martin et, à partir de 1891, laminoirs à rails. Les deux usines de Briansk et d’Ekaterinoslav employaient ensemble 4 000 ouvriers en 1895. Puis, en 1897, était survenue l’affaire de Kertch. Cette presqu’île de la mer Noire renfermait des minerais de fer phosphoreux qui avaient été depuis longtemps reconnus. La mise au point du procédé d’aciérie Thomas, les ayant rendus exploitables, un ingénieur français, Paul Bayard, conçut en 1896 le projet d’y établir une vaste usine85. Il sut intéresser Briansk qui apporta les capitaux nécessaires au démarrage de sa construction, entreprise dès 1898 sous la direction d’un autre ingénieur français, Hartmann, qui avait déjà construit les usines lorraines de Longwy-le-Bas et de Villerupt.

  • 86 R. Giraud, Emprunts russes…, p. 354.
  • 87 R. Giraud, Emprunts russes…, p. 358-364 (à partir, entre autres, de AN, F/30/344)
  • 88 Archives historiques SG, boîte 6689.

24Le développement accéléré de Briansk, réalisé sans lésiner sur la qualité et la modernité des équipements, réclama d’énormes moyens financiers, imposant une succession d’augmentations de capital (qui de 400 000 roubles, avait déjà été porté à 5,4 millions en 1889), d’emprunts obligataires et d’avances bancaires. La Société générale s’y trouva presque naturellement engagée, surtout lors de la construction de Kertch86. Mais la crise économique qui frappa particulièrement la sidérurgie à partir de 1901 menaça sérieusement l’avenir tant de Briansk que de Kertch. S’ensuivit un vaste et compliqué marchandage auquel participèrent les plus hautes autorités des États russe et français, qu’il n’est pas possible d’analyser ici. Il impliquait à la fois le sauvetage de Briansk et de Kertch, la création de cartels de vente, notamment pour les commandes d’État russes, la création, enfin, de la Banque du Nord87. Si celle-ci a pu être considérée comme une « société débarras » pour la Société générale dans la mesure où elle lui permit de se désengager d’investissements devenus trop lourds, elle lui servit aussi de tête de pont pour des opérations futures, toujours dirigées vers la constitution d’une puissante industrie lourde en Russie. En 1909, la Banque du Nord participa ainsi activement à la restructuration profonde des entreprises industrielles patronnées par l’Omnium88.

  • 89 Archives historiques SG, boîte 3321.
  • 90 Édouard Blanc, « Le nouveau réseau de chemin de fer de l’Asie russe », dans Annales de géographie, (...)
  • 91 De Keppen, « Aperçu général… », p. 313.
  • 92 Archives historiques CL, DEEF 1860/2.

25Une dernière affaire permettra de conclure la fondation en janvier 1913 de la Société des mines de houille de l’Altaï par une entité appelée Consortium sibérien de l’Altaï89. La Société générale s’y trouva associée dans des conditions qui restent à déterminer, via son partenaire historique la Régie générale des chemins de fer et des travaux publics, laquelle se trouvait sans doute impliquée dans le projet d’embranchement du transsibérien conduisant d’Omsk à Semipalatinsk, ville marché des steppes au pied des monts Altaï90. Les richesses minières de ces montagnes de Sibérie occidentale (allant jusqu’à la Mongolie) avaient été depuis longtemps reconnues. On y extrayait de l’or au XVIIIe siècle. Du charbon y avait été également découvert à Kuzneck dont l’extraction avait démarré au milieu du XIXe siècle (mine deBačaty)91. La zone en question était alors domaine du cabinet de l’empereur, donc propriété personnelle des tsars. En 1893, une mission comprenant l’ingénieur des Mines G. Chevallier et Corvée, le futur directeur de Makeevka, avait été chargée d’étudier la présence de mines de fer et l’opportunité de créer une vaste usine sidérurgique92. Les conclusions ayant été favorables, une société dite Société métallurgique et minière de Sibérie avait été créée en 1894, au capital de 12 millions de francs, par l’ingénieur des Ponts Boulangier et l’ingénieur des Mines Georges Rolland (découvreur du bassin de Briey), associés à des entreprises lorraines, entre autres les Aciéries de Longwy. Elle ne paraît pas avoir eu beaucoup de succès sans doute parce qu’il n’y avait toujours pas de réseau ferré, et malgré le fait que la rivière Tom, traversant la zone, était navigable. C’est sans doute la perspective de voir enfin arriver le chemin de fer qui motiva la reprise des projets en 1913. La guerre, puis la révolution de 1917 en différèrent encore la réalisation.

26Jusqu’à ce terme, la Société générale participa en tout cas toujours activement à l’effort d’équipement et d’industrialisation de l’empire, qui de Russie méridionale se déplaça vers la Sibérie. Elle apporta son concours à un grand nombre d’entreprises et d’ingénieurs français qui vinrent alors y tenter leur chance. Le souvenir en est cependant effacé, la mémoire collective n’ayant retenu que l’affaire des fameux emprunts russes.

Notes

1 Voir Bertrand Gille, « La formation de la Société générale » et « Les premières années de la Société générale (1864-1870) », dans La Banque en France au XIXe siècle, Genève/Paris, 1970, p. 144-206 et 207-266. Hubert Bonin, Histoire de la Société générale, t. I : 1864-1890, Genève, 2006.

2 Bertrand Gille, « Paulin Talabot. Recherches pour une biographie », dans Revue d’histoire des mines et de la sidérurgie, t. 2, 1970, p. 49-99.

3 Il n’a malheureusement pas fait l’objet de biographie. Voir son inventaire après décès : AN, Minutier central des notaires, ET/XLII/1090, 13 juin 1866.

4 Bertrand Gille, La sidérurgie française au XIXe siècle, Genève/Paris, 1968, p. 72.

5 Sur les débuts de Fives-Lille, voir ANMT, 198/AQ/8 ; AN, Minutier central des notaires ET/XLII/1090.

6 À propos de la formation de la SA du chemin de fer Cordoue/Séville avec les Pereire, AN, Minutier central des notaires, ET/XXVI/1192, 17 juillet 1856.

7 AN, Minutier central des notaires, ET/XLII/1083, 16 juin 1865 : statuts de la Société de Belmez.

8 Nicolas Stoskopf, Les patrons du Second Empire. Banquiers et financiers parisiens, 2002, p. 137.

9 N. Stoskopf, Les patrons…, p. 100.

10 AN, Minutier central des notaires, ET/XXVI/1139, 6 avril 1848. L’acte fait référence à des sociétés formées en 1846 avec Edmund Elsden Goldsmid et John Grafton, ingénieurs civils demeurant à Paris.

11 Rondo Cameron, La France et le développement économique de l’Europe. 1800-1914, Paris, 1987, p. 306-311. L’entreprise avait été créée en 1848 par l’ingénieur belge, établi à Paris, Charles Detillieux.

12 N. Stoskopf, Les patrons…, p. 207.

13 AN, Minutier central des notaires, ET/XLVIII/974, 20 mars 1868 : acte de société.

14 AN, Minutier central des notaires, ET/XLII/1139, 16 juin 1870 : acte de société.

15 AN, F/12/5167, dossier de demande de légion d’honneur d’Édouard Émile Hentsch, fils d’Édouard, 1898.

16 Voir les ouvrages cités note 1. Voir aussi Arch. Société générale, registres du conseil d’administration.

17 Bertrand Gille, « Minerais algériens et sidérurgie métropolitaine », dans Revue d’histoire de la sidérurgie, t. 1, 1960, p. 37-55.

18 Voir en particulier, B. Gille, « Premières années… », p. 259-262. Ce sont 15 millions de francs qui furent, par exemple, avancés au Ciudad Real/Badajoz dès 1865.

19 Archives historiques SG, CA du 10 décembre 1869.

20 Ibid., CA du 25 janvier 1870.

21 Ibid., CA du 1er mars 1870.

22 Bertrand Gille, Histoire économique et sociale de la Russie du Moyen Âge au vingtième siècle, Paris, 1949, p. 169-171.

23 De Keppen, « Aperçu général sur l’industrie minérale de la Russie », dans Annales des Mines, t. 5, 1894, p. 295.

24 Archives historiques SG, CA du 22 février 1870.

25 Ibid., CA du 8 mars 1870.

26 Ibid., CA du 26 mars et du 19 avril 1870.

27 Ibid., CA du 31 mai 1870.

28 Ibid., CA du 8 août 1871.

29 AN, Minutier central des notaires, ET/LXXXV/1246, 6 février 1872.

30 AN, Minutier central des notaires, ET/LXXXV/1260, 23 avril 1873 : procuration de A. J. Daigremont à Ludovic Denis de Lagarde pour acquérir la Societad Luis Saurion y Compagnia.

31 Archives historiques SG, rapport du CA à l’Assemblée générale (1874), p. 15.

32 Archives historiques SG, CA du 28 novembre 1871 : annonce d’une dépêche du colonel Zubov qui a traité au nom de la Société générale de la concession du touage de la Néva.

33 Archives historiques SG, boîte 81301.

34 Anatole Demidoff, Voyage dans la Russie méridionale et en Crimée, Paris, 1842.

35 De Keppen, « Aperçu général sur l’industrie minérale… », p. 295.

36 Archives historiques CL, DEEF 11851/1, « Le bassin houiller du Donets, mai 1896 ».

37 Archives historiques SG, rapport du CA à l’Assemblée générale (1874), p. 15-16.

38 AN, Minutier central des notaires, ET/LXXXV/1260, 26 avril 1873 : pouvoir donné à Aleksandr Andreevič (Alexandre Andrevitch) d’Auerbach.

39 Archives historiques SG, rapport du CA à l’Assemblée générale (1879). Voir aussi ibid., CA du 10 juin 1879. Le rapport de 1874 s’était montré pourtant optimiste : « Un chemin de fer les réunira prochainement à Marioupol, l’un des meilleurs ports de la mer d’Azov, dont elles ne sont éloignées que de cent trente kilomètres environ ; vers la fin de 1874, elles seront en communication avec le réseau des chemins de fer russes et auront ainsi d’importants débouchés. Des marchés avantageux ont déjà été passés avec les sucreries de Kharkhoff ».

40 De Keppen, « Aperçu général… », p. 296.

41 Archives historiques CL, DEEF 17851/1.

42 Ibid., DEEF 30130, « Société minière et industrielle de Rutčenko » (mai 1905).

43 Ibid., DEEF 11851/1, « La Métallurgie dans le sud de la Russie », 1895 (Société de la Nouvelle Russie Hughes et Cie, p. 20 et suiv.).

44 Jean-Baptiste Silly, « Capitaux français et sidérurgie russe », dans Revue d’histoire de la sidérurgie, t. 6, 1965, p. 37. Un ingénieur des Aciéries de la marine fut, du reste, envoyé en mission pour étudier le projet. Voir archives historiques SG, CA du 3 février 1880.

45 Archives historiques SG, CA du 28 décembre 1880.

46 AN, Minutier central des notaires, ET/XLVIII/1132, 23 décembre 1880.

47 Jean Bouvier, Le krach de l’Union générale (1878-1885), Paris, 1960.

48 Samuel Lajeunesse, Grands mineurs français, Paris, 1948.

49 De Keppen, « Aperçu général… », p. 296.

50 Maurice Verstraete, La Russie industrielle, l’exposition de Nijni Novgorod, Paris, 1897, p. 127.

51 Archives historiques CL, DEEF 11851/2.

52 Ibid., DEEF 11851/2, « La métallurgie dans le sud de la Russie » (1895).

53 Ibid., DEEF 11852/1, mars 1903.

54 J.-B. Silly, « Capitaux français… », p. 36.

55 Archives historiques SG, boîtes 2842 et 3142.

56 Bertrand Gille, « Capitaux français… », p. 54. Archives historiques SG, rapport du CA à l’Assemblée générale, 1881 ; ibid., CA du 19 octobre 1880.

57 G. Baird avait notamment construit en 1815 le premier bateau à vapeur de Russie, l’Elizaveta. Eric Robinson, « The transference of British technology to Russia, 1760-1820: a preliminary enquiry », dans Barie M. Ratcliffe, Great Britain and the World, 1750-1914: Essays in Honor of W. O. Henderson, Oxford, 1975, p. 13.

58 B. Gille, « Capitaux français… », p. 80. Il y eut manifestement des projets plus importants qui n’ont pas abouti. L’entreprise Baird s’était auparavant entendue avec la Compagnie des forges et aciéries de Terrenoire et Bessèges pour la construction des aciéries Aleksandrovskij.

59 Archives historiques CL, DEEF 13601, rapport de janvier 1905.

60 René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie. 1887-1914, Paris, 1973.

61 AN, F/12/7014 : « La Russie industrielle », rapport de J. Belin, vice-consul de l’ambassade de France à Saint-Pétersbourg (septembre 1892).

62 AN, F/12/7172 : traduction d’un article de la Gazette de Moscou, no 239, 31 août 1895, « Les étrangers et notre industrie sidérurgique ».

63 L’affaire fut exposée en détail au CA du 1er janvier 1897. Archives historiques SG, CA du 16 et 26 janvier et du 9 février 1897. Voir aussi B. Gille, « Capitaux français… », p. 41.

64 Archives historiques SG, boîtes 6686 et 6689.

65 R. Girault, Emprunts russes…, p. 300.

66 Archives historiques SG, rapport du CA à l’Assemblée générale (1900), p. 11.

67 Ibid., boîte 6686.

68 Archives historiques CL, DEEF11851/1 et 22118. La concession était située sur la ligne Koursk/Kharkov/Azov. En 1896, elle était propriété de la banque Volga-Kama.

69 Archives historiques SG, boîte 6688, rapport du CA de l’Omnium à l’Assemblée générale (10 octobre 1900).

70 Archives historiques CL, DEEF 11852/1, rapport de mai 1901.

71 Archives historiques SG, boîte 6688, rapport du CA de l’Omnium (1900).

72 Ibid., boîte 6689.

73 Archives historiques CL, DEEF 13601.

74 Archives historiques SG, boîte 1357.

75 Ibid., boîte 6689, notice sur la société (avril 1900).

76 Archives historiques CL, DEEF 11850/1, note de 1898 par Baron du Marais.

77 Ibid., DEEF 13601, étude de 1904.

78 Archives historiques SG, boîte 6688, rapport du CA de l’Omnium à l’AG (1900).

79 Archives historiques SG, boîte 6682.

80 R. Girault, Emprunts russes…, p. 300.

81 R. Girault, Emprunts russes…, p. 358.

82 Hubert Bonin, La Société générale en Russie, 1994.

83 Archives historiques SG, boîte 3043.

84 Archives historiques CL, DEEF 11851/2, rapport de décembre 1895.

85 Archives historiques CL, DEEF 11852/1, rapport de janvier 1903.

86 R. Giraud, Emprunts russes…, p. 354.

87 R. Giraud, Emprunts russes…, p. 358-364 (à partir, entre autres, de AN, F/30/344)

88 Archives historiques SG, boîte 6689.

89 Archives historiques SG, boîte 3321.

90 Édouard Blanc, « Le nouveau réseau de chemin de fer de l’Asie russe », dans Annales de géographie, t. 136, 1916, p. 263.

91 De Keppen, « Aperçu général… », p. 313.

92 Archives historiques CL, DEEF 1860/2.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540