Version classiqueVersion mobile

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Troisième partie. Les français dans la vie artistique et culturelle russe

Paul Boyer, ses liens avec la Russie et les enjeux politiques de la réforme de l’École des langues orientales dans les années 1910

Поль Буайе, его связи с Россией и реформа Парижской Школй восточных языков в 1910-ые годы

Anna Pondopoulo

Résumé

Paul Boyer, slaviste, administrateur et homme de la réforme institutionnelle des études orientales au début du XXe siècle, a durablement marqué les études slaves en France. Sa biographie et ses contacts en Russie, que l’on reconstruit en s’appuyant sur des documents des Archives nationales, nous permet de nous interroger sur les liens entre les réseaux politiques, organisateurs des relations franco-russes au tournant du XXe siècle, et sur le développement des études slaves et orientales.

Texte intégral

  • 1 André Mazon, « Paul Boyer (1864-1949) », dans Revue des études slaves, t. 26, 1950, p. 7-13.
  • 2 Pour l’histoire de l’Institut français de Saint-Pétersbourg, voir Olga Medvedkova, « “Scientifique (...)

1Paul Boyer né à Cormery, en Touraine, le 11 mars 1864, et mort à Paris le 1er octobre 1949, fut une figure centrale du développement des études slaves et orientales en France dans la première moitié du XXe siècle. Linguiste et grammairien, spécialiste des langues slaves et en particulier de la langue russe, il fut l’organisateur d’études universitaires et d’échanges internationaux dans le domaine des sciences humaines, notamment entre la France et la Russie. Professeur de langue russe à l’École nationale des langues orientales (« Langues’O ») pendant près d’un demi-siècle et administrateur de cette même École pendant vingt-huit ans, il fonda et dirigea la Revue d’études slaves et fut vice-président, puis président d’honneur de l’Institut d’études slaves : « c’est à lui que la plupart des russisants français doivent leur formation, et tous ont plus ou moins subi son influence »1. Il fut également à l’origine de la fondation de l’Institut français de Saint-Pétersbourg2.

2Sa carrière universitaire fut brillante et rapide : élève au Lycée de Tours, puis au Lycée Louis-le-Grand à Paris, il est reçu premier à l’agrégation de grammaire en 1888. Chargé de cours de russe à l’École des langues orientales (février 1891 - 5 janvier 1894), il succède en 1894 à Louis Léger (1843-1923) et à Louis Dozon (1822-1890), comme professeur titulaire de la chaire de russe et devient administrateur de l’École (1908-1937). Cependant, sa formation et ses talents de jeune professeur passionné et adoré par ses étudiants n’expliquent pas entièrement son ascension fulgurante au poste d’administrateur d’une prestigieuse école, célèbre par ses traditions d’érudition philologique au service de l’orientalisme classique. Vu son âge – il a alors quarante-quatre ans – et surtout le champ de ses études, considéré à l’époque comme une discipline nouvelle et plutôt étrangère à ce savoir orientaliste dont les domaines traditionnels sont associés à l’arabe, au persan, au turc, à l’arménien et au chinois, sa nomination au poste d’administrateur peut paraître surprenante.

  • 3 Voir à ce sujet, Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, 1959
  • 4 « De l’École des langues orientales à l’Institut national des langues et civilisations orientales  (...)

3Comment expliquer la transformation spectaculaire d’un Paul Boyer, slaviste et grammairien, en un homme fort de l’éducation nationale, qui a ses entrées auprès des ministres et des députés ? La réponse réside probablement dans le rôle que Paul Boyer a joué en tant qu’organisateur de la discipline slavistique et en tant que modernisateur des études orientales. La nomination de Boyer se comprend dans un contexte où une partie de la société française aspirait à la modernisation du système de l’instruction publique, devenue nécessaire après la défaite de 1870. Le début du XXe siècle correspond à une période de réformes de l’université et d’autres organismes d’éducation et de recherche, comme, par exemple, le Collège de France3. On considéra que Boyer avait les qualités nécessaires pour mener à bien la réforme de l’École des langues orientales, une des grandes écoles françaises. Les enseignements de cet établissement restaient encore trop dépendants du système de l’érudition classique du début du XIXe siècle4 ; à l’époque où l’empire colonial français était à son apogée et où les doctrines internationales cherchaient à se renouveler, il était nécessaire de rapprocher la formation orientaliste des objectifs de la politique françaises en Asie et en Afrique, aussi bien qu’en Europe centrale. Mais surtout, peut-être, Boyer a été l’un des instruments et a bénéficié de la politique de rapprochement de la France avec la Russie qui aboutit à l’Alliance franco-russe, puis, au début du XXe siècle, à la Triple Entente. Ce rapprochement est stratégique pour la France. Il lui permet en 1891 de rompre l’isolement diplomatique dans lequel Bismarck, depuis 1871, avait su la maintenir ; et de prendre l’Allemagne à revers. Au cours des années 1890 et jusqu’à la Grande Guerre, cette alliance a été privilégiée par la France, tant dans les domaines militaires que diplomatiques, économiques et financiers. Dans ce contexte la réorientation de l’École des langues orientales vers les études slaves s’imposait.

  • 5 Pour l’histoire de la formation des politiques de coopération scientifique avec la Russie soviétiq (...)

4Mais comment Boyer est-il devenu cet homme susceptible de moderniser l’École des langues orientales ? Comment s’est-il rapproché des milieux politiques qui ont cru possible de lui confier la réforme de cet établissement ? Nous pensons que les liens soutenus de Boyer avec différents milieux en Russie ont pu déterminer le fait qu’il ait été choisi. Ses enseignements s’appuyaient sur des contacts et sur des amitiés avec de nombreux écrivains, artistes, peintres, musiciens, universitaires et hommes politiques russes, contacts qu’il a essayés de poursuivre, autant que possible, après 1917 et la création de la nouvelle Russie soviétique5. Les relations avec la Russie occupent une place centrale dans la biographie de Paul Boyer. À ce stade, sa reconstitution ne peut être que fragmentaire. Mais elle pourrait apporter quelques éléments susceptibles de nous renseigner sur les liens entre l’université et les milieux politiques au début du XXe siècle, et de démontrer l’importance des politiques internationales dans l’élaboration des nouvelles identités des études slaves et orientales qui se forment à la même époque.

I. — Ses études

  • 6 Voir Jacques Veyrenc, « Histoire de la slavistique française », dans Beiträge zur Geschichte der S (...)

5Paul Boyer accède aux études universitaires lorsque l’enseignement de la langue russe s’institutionnalise et bénéficie du rapprochement de la France avec l’empire des tsars dans le cadre de l’Alliance franco-russe conclue à la fin du XIXe siècle6. La spécialisation russe de Boyer s’ajoute avantageusement à sa formation préalable, marquée par la montée en puissance des nouvelles disciplines académiques : il s’est formé à la linguistique à la Sorbonne, à l’ethnographie et à la sociologie à l’École pratique des hautes études. À l’École pratique des hautes études, il a suivi également les cours de linguistique de Ferdinand de Saussure, en même temps que son ami Antoine Meillet.

  • 7 Sur leur engagement, voir L’affaire Dreyfus et l’opinion publique en France et à l’étranger, dir. (...)

6Les choix académiques du jeune Boyer le rapprochent des milieux universitaires où prédominent les convictions républicaines et la croyance à la force libératrice de l’instruction. Boyer accède à la carrière universitaire au moment où éclate l’affaire Dreyfus : ses maîtres les plus proches, Louis Havet et Michel Bréal, sont des dreyfusards engagés7. La curiosité de Boyer pour les langues slaves, et notamment pour le russe et pour la Russie, se développe donc au sein des réseaux qui sont unis par l’appartenance aux nouvelles disciplines, notamment à la linguistique et à la sociologie durkheimienne, par leur esprit républicain et par leur aspiration à la réforme du système éducatif français.

  • 8 Au Collège de France, il suit les cours de russe de Louis Dozon (1822-1890) et de Louis Léger (184 (...)

7Sa formation à la linguistique théorique lui a ouvert une voie royale permettant l’accès à l’étude concrète des langues, et également à la carrière universitaire. Son parcours s’est enrichi par des études en Allemagne. En 1886-1887, il est à Leipzig au même moment que le futur journaliste et homme politique Albert Thomas, ensuite à Varsovie et, en 1888-1889, à l’université de Moscou où il prépare sa thèse. Sa vie personnelle a déterminé sa spécialisation russe : en 1888, l’année de son agrégation, il a épousé Rebecca Grünberg, née à Mir (en Pologne) le 26 août 1867 et originaire de l’empire russe. Pour devenir médecin, elle était obligée de faire ses études en France. Jeune agrégé, Boyer suit les cours de russe, de philologie et de linguistique au Collège de France et à l’École des langues orientales8.

  • 9 Au sujet des influences des philologues russes sur les choix de recherches du jeune Boyer, voir An (...)
  • 10 Pavel Nikolaevič Milûkov (1859-1943), historien et homme politique russe, l’un des fondateurs du p (...)
  • 11 Vasilij Aleksandrovič Maklakov (1870-1957), avocat et journaliste. Membre du comité central du par (...)
  • 12 P. Boyer, Chez Tolstoï. Trois jours à Iasnaïa Poliana. Premier séjour (juillet 1901), dans Paul Bo (...)

8La préparation de sa thèse à l’université de Moscou9 est déterminante pour ses contacts avec le monde académique russe, mais aussi avec celui de la politique. Il suit les cours de Buslaev (1818-1897), de Brandt (1853-1920), de Fortunatov (1848-1914) et de Šahmatov (1864-1920), et aussi de Tihonravov (1832-1893). Beaucoup parmi ses maîtres et ses connaissances dans le milieu étudiant sont engagés politiquement. Ils contestent le système absolutiste et participent au mouvement qui veut installer en Russie un régime parlementaire et la doter d’une constitution. Certains professeurs (notamment Šahmatov) sont devenus par la suite des leaders de la fraction politique des cadets (les démocrates constitutionnels). De l’époque de ses jeunes années passées à Moscou datent ses nombreuses amitiés avec des universitaires et des chercheurs russes, qui étaient aussi des hommes politiques de tendance républicaine et constitutionnaliste, futurs membres du gouvernement provisoire russe (1917), comme Pavel Milûkov10 ou Vasilij Maklakov11 : « Boyer était un cadet du dehors : ami de Milioukov, de Kotlârevskij, de Maksim Kovalevskij, de Kareev […] Il est un adversaire convaincu du tsarisme »12.

  • 13 Institut Mémoire de l’édition contemporaine, fonds du Collège de France, dossier Antoine Meillet, (...)

9Le séjour à Moscou permet à Boyer d’élaborer un point de vue critique à l’égard du statut marginal dont les études russes bénéficient en France ; l’opinion de ses tuteurs russes est décisive pour définir son sujet de thèse. La scolarité à Moscou est également stimulante. Dans ses lettres à Antoine Meillet13, le jeune Boyer formule des jugements sévères sur le système éducatif des « Langues’O » : trop vieux, trop sclérosé, avec des professeurs dont les enseignements ne tiennent pas compte des exigences du monde moderne : « J’ai très peu d’estime pour la science des professeurs à l’École des langues orientales ».

10Boyer participe à la création d’un nouveau type de slavisant qui s’élabore à son époque. Tout en étant spécialiste de langue, il est également versé dans l’observation de la vie contemporaine en tant qu’historien, sociologue, politologue (comme on dirait aujourd’hui). Les formes linguistiques sont pour lui des phénomènes sociaux et historiques. D’où son intérêt pour les parlers populaires, pour l’oralité, mais aussi pour la vie politique et sociale. Dorénavant, l’expérience personnelle du chercheur « sur le terrain » est aussi importante et obligatoire que ses connaissances livresques et théoriques. Cette nouvelle importance accordée à l’expérience personnelle évoque un changement radical qui se produit dans les sciences humaines : elles s’ouvrent davantage aux études des mondes asiatiques et africains et intègrent de nouveaux domaines comme la sociologie, l’anthropologie et la psychologie sociale, centrés sur l’oralité et l’observation directe du fait social.

II. — Son mentor, Louis Léger

  • 14 Voir Revue des études slaves, t. 3, 1923, p. 127-132. Voir aussi Louis Léger, « Les études russes (...)
  • 15 Les enseignements de russe de Léger à l’École des langues orientales ont commencé par un cours com (...)

11La façon « d’être slaviste » que Boyer défend exige que les travaux de recherche et d’enseignement soient intimement liés aux contacts avec les acteurs des domaines politique, économique et culturel russes. Ce qui transforme Boyer lui-même en un participant actif des politiques internationales liant la France à la Russie. Dès son jeune âge, il s’impose en tant qu’expert des affaires russes et conseiller pour les questions slaves auprès des hommes politiques. C’est certainement Louis Léger, le maître et le précurseur de Boyer dans l’enseignement de russe à l’École des langues orientales, qui lui a servi de modèle14. Boyer se définissait comme un continuateur direct de la politique scientifique de Léger15, mais aussi comme un rénovateur de son héritage.

  • 16 AN, 20100053 (fonds de l’Institut national des langues et civilisations orientales), art. 43 (doss (...)
  • 17 Ibid., lettre de l’administrateur au ministre de l’Instruction publique (4 octobre 1873).
  • 18 Ibid., lettre de l’administrateur à Louis Léger (15 janvier 1877). Voir également le décret du min (...)

12On relèvera que Boyer a assimilé et perfectionné le « modèle Léger ». À plusieurs niveaux : Boyer a certainement hérité de cette conception de la langue russe inspirée par Léger et qui a présidé à l’inauguration du russe à l’École des langues orientales, selon laquelle son importance découle de son rôle d’intermédiaire entre l’Europe et l’Asie16. Ainsi présenté, le russe devenait un instrument indispensable pour les études orientales. Léger a convaincu l’administration de l’École que l’étendue des territoires où on parlait le russe, mais surtout son emploi dans les relations politiques et commerciales en Asie, conférait à cette langue sa signification pour la France. À ce sujet, l’administrateur soulignait à l’attention du ministre : « Il serait de plus d’une haute importance de parvenir à connaître les travaux si nombreux publiés par les journaux et les revues russes sur le Turkestan, la Chine, l’Asie centrale, le Caucase et l’Arménie. Ces renseignements sont du plus haut intérêt et malheureusement ils sont complètement perdus pour nous »17. Après son retour de la mission en Russie en 1872, Louis Léger devint titulaire de la première chaire de russe à l’École des langues orientales (1877)18 et aussi de celle du Collège de France.

  • 19 Léger fait connaissance du professeur de littérature et de langue russe ancienne de l’université d (...)
  • 20 Ф. И. Буслаев [F. I. Buslaev], Мои досуги : воспоминания, статьи, размышления [Mes loisirs : les s (...)
  • 21 А. Белый [Andrej Belyj], На рубеже двух столетий [Au tournant de deux siècles], Moscou, 1989, p. 3 (...)

13Avec Léger, les séjours en Russie deviennent essentiels dans le parcours formateur d’un russisant. Boyer a fait sien ce modèle, le transmettant par la suite à ses élèves. Durant sa mission en 1872, Léger se lia d’amitié avec les professeurs de l’université de Moscou, Mihail Petrovič Pogodin (1800-1875) et Fedor Ivanovič Buslaev19 (1818-1897) ; Boyer hérita de certains de ces contacts, notamment avec Buslaev dont il a suivi les cours20. Il connaissait bien l’écrivain Andrej Belyj (Bugaev) et il était ami de sa famille qu’il voyait systématiquement en Russie et en France21. On peut supposer que ce lien constituait aussi l’héritage de Léger, car c’était chez le père de l’écrivain, Nikolaj Vasil’evič Bugaev (1837-1903), mathématicien et professeur à l’université de Moscou et son ami, que Louis Léger logeait les quinze premiers jours de son séjour.

  • 22 Léger envoie ses correspondances dans les revues telles que L’illustration, la Revue de France, le (...)
  • 23 Il remarquait, par exemple, qu’en 1897, Léger fut le conférencier de la « croisière » russe organi (...)

14Comme son maître et prédécesseur22, Boyer collaborait souvent avec des périodiques français et russes. Lorsque Boyer préparait sa thèse à Moscou, il était déjà correspondant du Temps. Il a écrit pour les journaux français et russes durant toute sa vie ; pendant les années de la Grande Guerre, il était correspondant français du journal russe Russkie Vedomosti [Bulletin de Russie]. Le lien avec la presse jouait un rôle important dans l’établissement des relations russes de Boyer : ses cartes de visites, françaises et russes (destinées aux Russes et écrites en russe, sur lesquelles son nom est russifié : Pavel Ûl’evič Boje) le présentent comme le correspondant du journal Le temps. Comme Léger, Paul Boyer représentait la France lors de solennités marquant les relations bilatérales23. Dans son article sur Léger, il a pris soin d’évoquer l’importance politique de ces événements. La reconnaissance que Léger a eue en Russie a contribué à asseoir son autorité en France ; de même pour Boyer qui, à plusieurs reprises, a reçu des marques de la plus haute distinction de la part de l’État russe (par exemple, en avril 1905, l’empereur Nicolas II l’a décoré de l’Ordre de Sainte Anne, 3e classe ; au mois de mars 1914, il a reçu le brevet et les insignes de l’Ordre de Saint Stanislas, 2e classe).

15Boyer et Léger avaient en commun le même mode opératoire en Russie : la multiplication de contacts avec les universitaires russes et étrangers, y compris en province, mais aussi le développement de liens dans d’autres milieux, diplomatiques, militaires, industriels, l’envoi de correspondances fréquentes à la presse française, des publications dans la presse russe. La sociabilité importait beaucoup pour Léger.

16La curiosité qu’éprouvait Léger pour la Russie avait pour origine son intérêt pour la politique internationale, ses convictions anti-allemandes qui remontaient au contexte de 1870 et ses sympathies panslavistes. Ainsi, au moment même de leurs mises en place en France, les études slaves étaient-elles marquées par le lien avec la politique et les relations internationales ; elles avaient toujours eu un caractère engagé. Selon Léger, s’initier aux choses slaves était une sorte de devoir patriotique.

17Malgré la similitude de leurs « stratégies russes », la lecture de quelques correspondances de Boyer laisse pourtant supposer une certaine distance entre « le maître » et « l’élève » qui se creuse avec le temps. Lorsque Boyer devient administrateur, il porte un regard critique sur l’attitude que pouvait adopter Léger, notamment au moment du vote pour les candidats au Collège de France : Léger fait figure d’« ancêtre », tandis que les objectifs de renouvellement des études russes et orientales imposaient à Boyer de nouveaux enjeux et la création de nouveaux réseaux.

III. — L’administrateur de l’École des langues orientale : soutiens politiques et adversités

  • 24 AN, 62/AJ/3 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise no 3, lettre de félicitat (...)
  • 25 Ibid., lettre de félicitations de Paul Desjardin à Paul Boyer (26 mai 1908). Une certaine proximit (...)
  • 26 Ibid., lettre de félicitations de William Marçais à Paul Boyer (16 mai 1908).
  • 27 Brillant élève de l’École normale supérieure, Tardieu (1876-1945) choisit la carrière au ministère (...)
  • 28 AN, 324/AP/5 (fonds André Tardieu), pièce no 384 : lettre de Paul Boyer à André Tardieu (Saint-Pét (...)
  • 29 Il s’agit probablement d’André Tardieu, La conférence d’Algésiras : histoire diplomatique de la cr (...)
  • 30 AN 324/AP/5 (fonds André Tardieu), pièce no 385 : lettre de Paul Boyer à André Tardieu (Paris, 22 (...)

18La nomination de Boyer au poste d’administrateur de l’École des langues orientales en 1908 signifiait qu’une certaine classe politique acquise à l’idée de la réforme de l’instruction publique voyait en lui une figure privilégiée capable de moderniser l’École des langues orientales. Les lettres de félicitation que Boyer reçoit à cette occasion confirment qu’il est proche de ce milieu ; elles témoignent de l’étendue de ses relations et aussi des espérances qui ont été placées dans son élection. Philippe Berthelot, qui était chargé à cette époque de la direction des Affaires politiques et commerciales du ministère des Affaires étrangères, précisait que la nomination de Boyer était une « excellente augure pour la réforme si désirable de l’École des Langues » et qui promettait une collaboration entre le ministère des Affaires étrangères et l’École24. Gaston Doumergue (ministre de l’Instruction publique de 1908 à 1910) accueille également avec satisfaction sa nomination. Au mois d’avril 1908, il écrivait au président du Conseil, Georges Clemenceau, qui portait à la candidature de Boyer « le plus vif intérêt » que celle-ci serait, de sa part, l’objet du plus sérieux et du plus bienveillant examen. L’homme de lettres, Paul Desjardin soulignait dans sa lettre de félicitations25 qu’outre sa compétence de slavisant, Boyer possédait des idées personnelles et ouvertes sur l’enseignement. Les linguistes se joignaient aux politiciens. Le directeur de la médersa d’Alger, le professeur d’arabe William Marçais, dans sa lettre de félicitations du 16 mai 1908, se réjouissait, avec tous les amis communs, en évoquant les avantages que l’École pouvait tirer de l’élection de Boyer : « un linguiste d’une méthode sûre est placé à la tête d’une école de linguistique ; un praticien hors pair dirige des études d’un caractère pratique ; un professeur qui a tout fait pour renouveler l’enseignement qui lui était confié est chargé de rajeunir la plus vieille maison de Paris – du moins la plus vieille de par ses traditions caduques »26. Marçais voyait dans la nomination de Boyer un signe de la renaissance et du renouvellement de l’enseignement supérieur en France en général : « c’est tout l’avenir de nos études en France qui dépendait de votre nomination ». Cependant, il remarquait, prudent, que « la brigue peut balancer les titres les plus sérieux ». On en déduit que la candidature de Boyer était aussi celle de linguistes réunis au sein de la Société de linguistique, mais que sa nomination résultait d’un affrontement entre partisans et adversaires du statu quo. Hormis ces lettres de félicitation, les correspondances de Boyer attestent de ses relations proches avec le journaliste, député et ministre André Tardieu27. Une lettre de Boyer à Tardieu, postée de Saint-Pétersbourg (1907)28, témoigne de leurs relations soutenues. À cette époque, Tardieu était chargé de la rubrique internationale dans le journal Le temps. On y découvre le rôle d’intermédiaire que jouait Boyer entre Tardieu et les politiciens russes. Dans cette lettre, Boyer informe Tardieu que Milûkov n’a pas encore reçu son livre29, mais surtout il le tient au courant de ses conversations avec Isvolskij et de ses observations au sujet de l’avancement du rapprochement entre la France, la Russie et l’Angleterre. Dans une lettre de 22 avril, il s’informe auprès de Tardieu pour savoir s’il possède le texte complet de la lettre du ministre Witte (20 février) et du télégramme du chancelier prince Bernhard von Bülow à Witte (12 mars) et il demande de lui procurer une copie de ces deux documents30. Ces deux lettres rapprochées dans le temps (mars et avril 1907) témoignent de la communauté d’intérêts de Boyer et de Tardieu en Russie à cette époque, des tentatives de Boyer d’être proche des acteurs des relations internationales impliquant la France et la Russie. La troisième et la dernière lettre de Boyer à Tardieu conservée aux Archives nationales est espacée de quelques années (31 janvier 1911) ; c’est plutôt un billet demandant à Tardieu de faciliter la réception du Temps par l’École des Langues orientales.

  • 31 « De l’École des langues orientales à… », p. 34.
  • 32 Alain Renaut, « Louis Liard et l’élitisme républicain », dans Observatoire européen des politiques (...)
  • 33 AN, 62/AJ/3 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise no 2, lettre de Boyer à L (...)

19Entre 1908 et 1912, Boyer prit une série de mesures qui avaient pour objectif, d’une part, de rapprocher les enseignements des besoins pratiques de la politique internationale française, d’autre part, d’assurer aux étudiants une formation scientifique moderne, notamment dans le domaine de la linguistique31. Le nombre d’heures obligatoires pour les professeurs fut porté, non sans résistance de leur part, de trois à cinq. Dans ses réformes, Boyer s’appuyait sur Louis Liard (1846-1917), directeur de l’Enseignement supérieur au ministère de l’Instruction publique et l’un des fondateurs de l’École pratique des hautes études (1868), vice-recteur de l’académie de Paris, et, à partir de 1903, membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Liard était partisan du renouveau de la Sorbonne et l’un des théoriciens de l’université républicaine32. Dans une lettre de 1912, Boyer informait Liard du nouveau règlement de l’École33.

20Les années de réforme furent également pour Boyer celles d’une forte opposition à sa politique. La « brigue » évoquée dans la lettre de William Marçais se manifesta surtout durant les années 1910-1912 où Boyer se trouva au cœur d’une campagne de dénigrement dirigée contre lui, son cercle et ses réformes. Elle fut menée par quelques enseignants mécontents de l’augmentation des heures d’enseignement obligatoire, pour les professeurs et aussi par l’introduction de nouvelles formes de contrôle des connaissances des étudiants. Ces critiques furent reprises par une presse coloniale à tendance antisémite et chauvine qui cherchait à destituer Boyer et à atteindre ainsi les cercles qui l’avaient porté à l’administration de l’École.

  • 34 Ibid., chemise no 3.
  • 35 Une série d’articles publiés en 1912 dans La presse coloniale par F. Soulier-Valbert, « élève dipl (...)

21Boyer conserva tous les articles qui concernaient cette affaire34. Le lecteur contemporain est choqué par la violence de leurs expressions et par le contenu de ces textes où l’antisémitisme se veut militant et mobilisateur. On comprend que « l’affaire de l’École des langues orientales » n’est que le prétexte, dans une partie de la société française, pour reprendre les propos antidreyfusards35.

22Cependant les thèmes dont se saisit la droite coloniale pour attaquer Boyer révèlent les lignes de sa politique et laissent mieux cerner sa personnalité de réformateur et d’organisateur des études orientales.

  • 36 AN, 62/AJ/3 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise no 3, coupures de presse (...)

23Durant les années 1910-1912, Paris-Journal et La presse coloniale36 mènent une véritable campagne contre Boyer, et avec lui contre le ministère de l’Instruction publique. Par exemple, le 9 février 1912, La presse coloniale publia une « Lettre ouverte à Monsieur Gust’hau, ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts », signée Hubert Languet. La lettre veut attirer l’attention du ministre sur « la situation alarmante de l’École des langues orientales » qui se résume par le fait que l’administrateur de l’École ne connaît « aucune langue orientale et qu’il enseigne le russe ». De nombreux articles critiquent la politique de Boyer qui ouvre l’École à de nouveaux domaines. On accuse Boyer « d’avoir relégué comme accessoires les vraies langues orientales », le turc, le persan, l’arabe : « la seule langue enseignée est la langue russe ». Aussi, Boyer a-t-il instauré le cours de français à l’attention d’étudiants étrangers. L’enseignement des langues européennes, comme le hongrois et le roumain, est l’objet d’une indignation particulière : de nouvelles disciplines apparaissent, et avec elles de nouveaux professeurs.

  • 37 Au cœur du scandale se trouvait la tentative de remplacer le chargé du cours de malgache, M. Duran (...)

24Le deuxième groupe de reproches que l’on faisait à Boyer concernait ses choix en matière d’encadrement : il a fait quelques remaniements à l’École, lesquels ont été interprétés comme du favoritisme à l’égard de ses amis ; il s’agissait notamment des chargés de cours d’arabe littéral, d’annamite, des cours de langues soudanaises et malgache37. Boyer a essayé d’imposer un nouveau style de communication, moins formel et plus rapproché, entre le personnel enseignant, les élèves et la direction : il discutait longuement avec les étudiants et les enseignants, les conviait aux bals, se tenait au courant de leurs avis sur les enseignements, ce que ses opposants qualifiaient de régime policier qu’il aurait instauré à l’École. Il était aussi renseigné sur le parcours des élèves et sur leurs carrières : « Chaque élève a sa fiche (les auditeurs libres n’y échappent pas non plus), disant ce que sont sa famille, sa conduite, ses opinions, sa situation de fortune, ses projets d’avenir, etc. ».

25Boyer sortit indemne et même renforcé de cette période d’hostilités. Le rapport du député Steeg sur la situation de l’École le félicitait « d’avoir réorganisé – comme il en était chargé par le ministre – l’École des langues orientales. Désorganiser et réorganiser, cela fait deux, pour les gens de bonne foi ». Des débats au sujet de l’École des langues orientales eurent lieu au Sénat (au mois de février 1912). Le rapporteur hostile à Boyer prétendit que l’administrateur « n’encourageait pas » le personnel enseignant. Le ministre de l’Instruction publique (Gabriel Guist’hau, du 14 janvier 1912 au 21 janvier 1913) prit la défense de Boyer suggérant que ce jugement était exagéré. On trouve dans les brouillons de Boyer ses notes (non datées) concernant sa stratégie de défense. Il dressait une liste de personnalités qui devaient être informées des résultats de son administration et dont le soutien lui était nécessaire : « Service du projet de réforme : 1. Briand, 2. Bayet, 3. Berthelot, 4. Deschanel, 5. Delcassé, 6. Liard, 7. Londres ». Un brouillon daté du 13 mai 1912 établissait une sorte d’aide-mémoire des questions sur lesquelles il devait répondre à ses calomniateurs. Le caractère très bref de ces notes rend leur compréhension difficile, mais permet néanmoins de connaître les arguments portés au débat :

  • 38 AN, 62/AJ/3 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise no 3.

1. Hostilités à l’École ? ; 2. Statistiques des élèves ; 3. Trop de science (Vis.) [Vissière] ; 4. Trop de pratique (Vinson) ; 5. Mon appui : Sénart ; Durkheim. Contre moi : jalousies et haines personnelles. Mes réponses : […] ; 1. Extrait de mon rapport de 1908. 2. Réformes 1908. 3. Programme de l’École. 4. Affiches 1911-1912. 5. Ma note sur le berbère. 6. Enseignement du berbère en Algérie38.

26En 1914, l’École des langues orientales se transforma en École nationale des langues orientales vivantes (ENLOV). Elle bénéficia de plus d’autonomie, put se détacher de la tutelle de l’Institut de France, mais elle ne faisait pas partie de l’université et n’avait pas de budget autonome.

IV. — Les contacts en Russie

27Peut-on reconstituer les principaux domaines pour lesquels Boyer avait des contacts russes et surtout comprendre leurs mécanismes ? Comment s’organisaient-ils et comment fonctionnaient-ils ? S’appuyant uniquement sur la consultation d’archives en France, cette reconstitution sera nécessairement lacunaire et fragmentaire, mais elle donnera l’idée de la diversité et de l’envergure des liens de Boyer.

  • 39 AN, 20100053 (fonds de l’Institut national des langues et civilisations orientales), art. 3 (dossi (...)

28Nombre de ses relations avaient un caractère amical et relevaient du tempérament de Boyer et de son savoir-vivre. Jusqu’en 1914, il passa systématiquement ses vacances en Russie, à Saint-Pétersbourg et à la campagne chez ses nombreux amis. À Paris, « c’était avec les Russes de toutes sortes » qu’il entretenait des amitiés, et aussi bien évidemment avec les savants et les chercheurs russes installés en France. Dans sa lettre du 7 novembre 1902, Ilia Mečnikov, président de l’École russe des hautes études sociales informait Boyer que le conseil des professeurs l’avait fait élire, à l’unanimité, professeur et membre du conseil39.

  • 40 П. В. Милюков [P. V. Milûkov], Воспоминания [Mémoires], Moscou, 1990, t. I, p. 164.
  • 41 Ibid., p. 330.

29Parmi les connaissances russes de Boyer, Milûkov occupait une des places les plus importantes. Dans ses Souvenirs, il évoque Boyer à plusieurs reprises : leur amitié remonte à 1893. À cette époque, jeune docteur en histoire russe ayant reçu le prix Solov’ev, il prépare son voyage à l’étranger. À Moscou, il rencontre Boyer, qui, comme Jules Legras, s’est installé dans cette ville afin de perfectionner son russe ; « depuis nous sommes devenus amis. Boyer a épousé une Russe. Ils ont eu un fils, Georges (devenu par la suite aviateur et tué dans la campagne de Salonique), de même âge que notre Nicolas ». Les Boyer et les Milûkov avaient alors décidé de passer leurs vacances sur la côte bretonne (à Plougasnou, aux environs de Brest), « où ensemble on fera des baignades dans la mer démontée des côtes rocheuses du nord de la France. Ces vacances nous ont beaucoup rapprochés »40. Plus tard, essayant de mieux comprendre l’attitude du ministre et la portée de ses démarches auprès du tsar Nicolas II pour l’inciter à publier la constitution, Milûkov a fait appel au témoignage de son « ami de longue date Boyer » qui, ayant rendu visite à Witte, a confirmé, en tant qu’observateur extérieur, que, selon celui-ci, le tsar était décidément contre la constitution41.

  • 42 Voir sa traduction de Jean Smirnov, Les populations finnoises des bassins de la Volga et de la Kam (...)
  • 43 Les entretiens de Boyer avec Tolstoï ont été publiés en 1901 et 1902 dans Le temps (27, 28, 29 aoû (...)

30Les premiers séjours de Boyer en Russie l’ont sensibilisé au caractère multiethnique de l’empire russe. Cette représentation de la Russie où la question nationale était d’une très grande importance a déterminé le caractère de ses premiers travaux et l’a interpellé tout au long de sa carrière42. En 1910, Boyer s’exprima contre la politique de russification de Stolypin. Sa vénération singulière pour Tolstoï, qu’il partageait avec son ami et coauteur de ses traductions russes Charles Salomon, était également liée à l’engagement social de l’écrivain43. Son article au sujet de la vie politique russe dans la Revue des deux mondes (1907), où il décrivait les événements de 1906-1907, notamment le règne de Stolypin après la dissolution de la première douma, témoignait de ses sympathies politiques. Ainsi, « la révolution de 1917 ne pouvait pas le surprendre ». Au mois de juillet 1917, il présenta son exposé au Comité national d’études sociales et politiques de l’École normale, qui laissait entendre qu’il était, selon les souvenirs de Pierre Pascal, élève de Boyer, trop optimiste dans son analyse du gouvernement « de ses chers cadets ».

31Boyer connaissait également Vasilij Maklakov. Nous n’avons pas de preuves directes de leurs relations, sauf le souvenir de Pierre Pascal. Mais de nombreuses circonstances pouvaient contribuer à leurs rencontres. Dans ses Souvenirs publiés à New-York en 1954, Maklakov relate son séjour à Paris en 1889 lorsqu’il était « membre passager » de l’Association générale des étudiants de Paris. Il évoque également les conférences de Petr Lavrov qu’il fréquentait comme de nombreux autres Russes, et certainement comme l’épouse de Boyer, que l’on appelait dans la famille « une populiste ». On peut juger des contacts russes de Boyer à travers ses correspondances avec les hommes politiques français durant les années de la Grande Guerre et des révolutions russes de 1917. Ces correspondances sont révélatrices de son rôle d’expert et de spécialiste des affaires russes, mais aussi de ses initiatives pour jouer un rôle de premier plan dans l’organisation de la politique française en Russie.

V. — Prise de position et actions pendant la Grande Guerre et la révolution d’Octobre 1917

  • 44 AN, 20100053 (fonds de l’Institut national des langues et civilisations orientales), art. 3 (dossi (...)
  • 45 La famille de Boyer a payé un lourd tribut à la guerre ; son fils unique, Georges a péri, sur le f (...)

32Dès le début de la Grande Guerre, Paul Boyer se prononce en tant que défenseur ardent de l’action commune des alliés ; il prépare une lettre dans ce sens à l’ambassadeur russe en France : « Monsieur l’ambassadeur, vive la Russie ! Vive la France ! Puissent les forces jointes de nos deux nations assurer le triomphe du droit des peuples et de la justice internationale ! Trêve aux luttes des partis, dans votre pays comme dans le nôtre. Pour cette guerre […], la Russie et la France ont besoin de tous leurs enfants ; il n’en est aucun, j’en suis sûr, qui faillirait à son devoir […] »44. Durant les années de la guerre et de la révolution de Février en Russie, Paul Boyer participe activement au rapprochement entre la France et la Russie, ce que démontrent ses correspondances conservées aux Archives nationales. Son rôle de compagnon et de conseiller des hommes politiques devient particulièrement visible à cette époque charnière où se produit le changement de régime en Russie. Boyer affirme davantage son rôle d’expert, mais il n’hésite pas à prendre des initiatives pour imposer son point de vue aux politiciens. Autant, sur le plan personnel, les années de la guerre ont correspondu, pour la famille Boyer, à une période tragique45, autant elles furent également son heure de gloire, pour lui qui se trouvait au cœur des événements. Avec la guerre, les compétences des slavistes de formation universitaire étaient, plus que jamais, sollicitées. Mais cet appel aux savoirs de la part des politiciens a été grandement stimulé et organisé par Boyer, qui ne laissait passer aucune occasion pour signaler l’utilité des services que pouvaient rendre ses élèves. Ainsi, l’implication de Boyer auprès des architectes des relations franco-russe était-elle au moins double : il s’agissait de ses compétences personnelles, mais aussi de son rôle de formateur de nombreux agents français. Ses contacts de cette époque prenaient leur source dans ses solides relations préalables ; ils laissent supposer combien Boyer pouvait être proche de certains hommes politiques français avant la guerre et au début de sa carrière à l’École des langues orientales.

  • 46 AN, 62/AJ/66 (fonds de l’École nationale des langues orientales), « chemise 1915-1917 (Association (...)

33La période de la guerre permet également à Boyer d’expliquer plus fermement sa conception des changements que devrait opérer la Russie dans sa politique intérieure, notamment par rapport aux attentes des alliés. Il a exprimé ses idées dans sa note sur le fonctionnement de l’alliance franco-russe pendant la guerre (12 juillet 1915)46. Une place importante y revenait aux échanges d’officiers d’état-major et à l’envoi de techniciens français en Russie. Mais il considérait surtout nécessaire d’appeler l’attention du gouvernement russe sur les dangers de sa politique présente à l’égard des Polonais, des Finlandais, des Juifs, et en général des « allogènes ». En expliquant la nécessité d’accorder l’égalité des droits aux populations juives (et, pour commencer, de supprimer la « limite de l’habitat juif »), il qualifiait cet acte de révolutionnaire : « mais la situation en Russie est assez grave pour que le gouvernement russe ne doive pas reculer devant un acte révolutionnaire » ; il concluait que tout essai de russification par la force allait contre son but. Il proposait aussi aux politiciens français de tenir un langage plus libre avec les Russes : parce qu’on « peut “tout dire” aux Russes » et parce qu’on « ne gagne rien à prendre avec eux l’attitude de petits garçons cherchant à se faire pardonner leur République ».

  • 47 AN, 20100053 (fonds de l’Institut national des langues et civilisations orientales), art. 3 (dossi (...)
  • 48 Ibid., télégramme de Manujlov et Arkadakskij à Boyer (3 septembre 1914).
  • 49 Ibid., télégramme de Manujlov et Arkadakskij à Boyer (19 décembre 1914).
  • 50 La tradition de coopération de slavisants avec les militaires remonte à Louis Léger, qui les incor (...)

34Durant la guerre s’intensifie la collaboration de Boyer avec la presse russe et française. Il faisait partie du groupe des correspondants de guerre des puissances alliées qui avaient visité le théâtre des opérations47. Il fut le correspondant parisien du journal russe Russkie Vedomosti [Bulletin de Russie]. Dans ses télégrammes, le rédacteur en chef de ce journal, Manujlov et son collaborateur Arkadakskij demandaient à Boyer de leur envoyer deux ou trois fois par semaine ses notes sur la vie à Paris pendant la guerre, tout ce qu’il pouvait trouver d’intéressant pour le public russe48, et surtout de privilégier ses impressions personnelles49. Paul Boyer voyait dans ses correspondances une possibilité d’exercer une influence profrançaise sur l’opinion publique russe. Dans une lettre destinée probablement au ministère de la Guerre, il se présentait comme un conseiller précieux pour les militaires50, connaissant la situation dans l’armée russe :

  • 51 Ibid., « Je soussigné Paul Boyer… », 5 novembre 1914.

Je soussigné, Paul Boyer, administrateur de l’École nationale des Langues orientales vivantes, ai accepté sur le conseil de MM. Liard et Lavisse, d’envoyer tous les deux jours, et pour la durée de quatre ans aux Rousskie Vedomosti, le plus important des grands journaux de Moscou (libéral), des lettres télégraphiques de 300-400 mots. Ces lettres exercent sur l’opinion russe une influence que je m’efforce de maintenir au service de la France […] 1. Je me déclare prêt à tenir compte de toutes instructions que le ministère de la Guerre et le ministère des Affaires étrangères voudraient bien me donner quant à l’action à mener sur l’opinion russe. 2. Soucieux de joindre des récits de choses vues à mes impressions forcément subjectives, je serai reconnaissant […] de m’accorder toute autorisation d’enquête ou de visite qu’il ne croit pas incompatibles avec les intérêts de la défense nationale. 3. Sachant, pour l’avoir étudiée, l’armée russe, de très près, que le point faible de cette armée, armée de terre comme armée navale, est le recrutement de ses officiers d’état-major, je me permets de signaler l’intérêt qu’il y aurait à ce qu’un certain nombre d’officiers d’état-major puissent être mis à la disposition du [pouvoir] russe51.

  • 52 Anne Hogenhuis-Seliverstoff, Une alliance franco-russe. La France, la Russie et l’Europe au tourna (...)

35Les documents d’archives évoquent à plusieurs reprises les liens très suivis de Boyer avec les militaires, ce qui se comprend dans un contexte où « les militaires deviennent, à différents niveaux, le dénominateur commun des relations franco-russes »52.

  • 53 Gaston Doumergue (1863-1937), député et sénateur radical-socialiste. Il fut ministre de l’Instruct (...)
  • 54 AN, 62/AJ/66 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise « 1915-1917 (Russie. M. (...)

36Boyer profitait de ses entretiens avec les acteurs politiques les plus en vue pour s’informer de la situation en Russie et de leurs points de vue, mais surtout pour suggérer ses idées et ses propositions. Suite à sa conversation avec Gaston Doumergue53 qui revenait de sa visite officielle en Russie (1917), Boyer a marqué sur un brouillon les notes et les impressions de cette rencontre54. Ce document, qui fait partie de nombreux témoignages des hauts fonctionnaires français sur la situation tourmentée de la Russie en 1917, est singulier par la possibilité qu’il offre de suivre le dialogue entre un « expert » et un « acteur politique », mais surtout parce qu’il présente les façons d’agir et de communiquer de Boyer. Sur certains points, il partage l’opinion de son interlocuteur, et sur d’autres non. La fresque dessinée par Doumergue est plutôt sombre (« tous redoutent la révolution qui balaierait tout ») ; le commentaire de Boyer l’est encore davantage, mais c’est vers un consensus optimiste au sujet de l’avenir qu’il oriente la conversation : « Doum. [Doumergue] est d’accord avec moi que pour nous l’avenir est non à nos importations en Russie, mais à nos fabrications en Russie. Je lui dis que pour cela il faut que nos hommes sachent le russe. Il en convient ».

37Au centre de l’activité de Boyer, au cours de ces années et jusqu’à 1918 – telle est du moins l’impression que nous laissent ses papiers triés préalablement par lui – se trouve l’organisation de l’envoi de ses élèves avec des missions de renseignement et de propagande en Russie. Les papiers de Boyer à l’Institut d’études slaves, aussi bien que les documents de l’École des langues orientales conservés aux Archives nationales, contiennent plusieurs listes confidentielles des Français « susceptibles d’être employés utilement en Russie », adressées aux différents organismes politiques et surtout militaires. Boyer y fait des commentaires au sujet des candidats, qui sont tous ses élèves ou anciens élèves à l’École des langues orientales, en précisant le niveau de leurs connaissances du russe, leurs options politiques, leurs aptitudes professionnelles, leurs qualités morales. À travers ses caractéristiques brèves, se dessinent les options politiques de Boyer lui-même.

  • 55 Elle comprenait « Vicomte Robert de Caix de Saint-Aymour, publiciste, secrétaire ; de Céligny, sec (...)

38On relèvera surtout l’énergie avec laquelle il insiste auprès de plusieurs ministères pour faire aboutir son projet d’envoi d’agents français en Russie. Au mois de décembre 1917 se met en place la politique française concernant l’intervention en Russie. Boyer faisait partie d’une commission créée le 8 décembre 1917 au sein du ministère des Affaires étrangères, par la décision du ministre Stephen Pichon, et chargée de dresser un inventaire de personnalités françaises sachant le russe ou ayant des compétences spéciales relatives aux questions russes « en vue de leur utilisation rapide en Russie ». La commission fut créée sous la présidence de Franklin Bouillon, député et ancien ministre, président de la commission des Affaires extérieures et avec, comme vice-président, le général de division Janin, ancien chef de la Mission militaire française en Russie. Elle se composait d’une dizaine de personnes, militaires, diplomates, universitaires et journalistes55.

  • 56 AN, 62/AJ/65 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise « Correspondance et docu (...)

39Dans sa lettre du 23 janvier 1918 au président du comité « France-Russie », Boyer affirmait que c’était surtout lui qui a été appelé, en tant que membre de cette commission russe, à établir une liste de personnalités françaises susceptibles d’être envoyées en Russie : « J’ai remis directement cette liste, qui comprend vingt noms, avec notices individuelles pour chacun d’eux, à M. le ministre des Affaires étrangères »56. Probablement suite aux propositions de Boyer, la direction des Affaires politiques et commerciales du ministère des Affaires étrangères fit le répertoire de toutes les missions françaises se trouvant en Russie.

40Le 25 juillet 1918, Boyer écrivit à l’ambassadeur en Russie, Noulens, suite à leur entretien. Boyer revenait dans sa lettre sur son idée d’augmenter le nombre d’agents d’information et d’influence :

  • 57 AN, 62/AJ/67 65 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise « Correspondance et d (...)

Vous pouvez vous adresser à moi : je vous indiquerai, sans complaisance, des garçons, qui, sachant le russe, possédant le maniement des hommes et des choses de Russie, seront pour vous des auxiliaires précieux, précieux par ce qu’ils seront compétents, disciplinés et très sûrs […]. C’est donc de mon propre chef, au risque même peut-être d’aller contre vos intentions, que j’ai réclamé et obtenu l’envoi en Russie et la mise à votre disposition de MM. Gauquié et André Mazon. […] N’étais-je pas très à l’aise pour insister auprès du département des Affaires étrangères et de la présidence du Conseil sur la nécessité d’envoyer en Russie tels hommes qui, sous votre direction, travailleraient à la sauvegarde des intérêts énormes que nous avons là-bas, intérêts économiques et politiques tout ensemble57 ?

41Il écrivit dans ce sens une lettre au ministre des Affaires étrangères (22 juillet 1918) :

  • 58 Ibid., lettre de Paul Boyer au ministre des Affaires étrangères (22 juillet 1918).

J’ai l’honneur d’insister auprès de vous de la façon la plus pressante pour que soit prescrit, par vos ordres, et d’urgence, l’envoi en Russie des mobilisés dont les noms suivent […] j’ai en réserve une cinquantaine d’autres candidats, mobilisés ou non mobilisés, d’aptitudes diverses et possédant tous le maniement de la langue russe et la connaissance plus ou moins approfondie des choses en Russie58.

42Boyer fit également des démarches auprès du député Margaine (24 juillet 1918) pour lui demander de soutenir la lettre en question remise en mains propres au ministre des Affaires étrangères (S. Pichon) et relative à l’envoi immédiat en Russie de sept mobilisés officiers (Souberbielle et Sichel-Dulong, de l’aide-major d’origine russe Kleiman, de l’aumônier Quenet, du soldat Caussy, et de deux Russes, le docteur Cheinisse et l’officier interprète Eck). Ainsi Boyer est-il particulièrement décidé à faire aboutir son projet, malgré la forte résistance de Noulens.

  • 59 Ibid., note (22 juillet 1918).

43Paul Boyer a enregistré les principaux points de la conversation qu’il a eue avec Stephen Pichon lors de la remise de sa lettre59 :

1. Kerenski à Paris. Son amertume 2. Mes propositions d’envois en Russie 3. Éventualité d’une convocation de la Commission russe. 4. Les scrupules de M. Noulens et de M. de Chevilly. Réponse : services rendus par Mazon et Gauquié. Contraste allemand. 5. Notre action à Kiev. Abbé Quenet. Le Dr Cheinisse 6. Les Russes en France, militaires et civils 7. Envoi de Duprat à Stockholm 8. Mission de Sauvageot en Finlande 9. Abyssinie : Marcel Cohen et Colin 10. Bulgarie : Bousquet, lieutenant-colonel Lamouche, Mazon. 11. Les journaux français à l’étranger 12. Russie : intervention économique et technique ; démocratie et république ; deux conquêtes de la Révolution : le fédéralisme, la terre aux paysans 13. Le général Alby et Herzenstein 14. Fischer.

  • 60 Il collabore sur ces questions avec sa connaissance de longue date, Albert Thomas, qui a gardé des (...)
  • 61 AN, 62/AJ/67 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise « Correspondance et docu (...)

44À travers de nombreux documents on découvre la volonté de Boyer d’être un acteur actif des politiques à l’égard de la Russie. Il met en œuvre cette ambition grâce à ses relations et à ses élèves. Lorsque le pouvoir des bolcheviks s’installe définitivement en Russie, il concentre ses efforts sur l’aide aux émigrés et sur la recherche de nouveaux contacts en Russie soviétique60. Il essaye de se tenir au courant des profils politiques et humains des nouveaux représentants soviétiques à Paris61. Mais dorénavant, ce sont surtout ses élèves, notamment André Mazon (1881-1967), qui reprennent la tradition qu’il a instaurée, de l’intervention des chercheurs dans la politique à l’égard de la Russie.

Notes

1 André Mazon, « Paul Boyer (1864-1949) », dans Revue des études slaves, t. 26, 1950, p. 7-13.

2 Pour l’histoire de l’Institut français de Saint-Pétersbourg, voir Olga Medvedkova, « “Scientifique” ou “intellectuel” ? Louis Réau et la création de l’Institut français de Saint-Pétersbourg », dans Cahiers du monde russe, t. 43, 2002, p. 411-422 et Vladislav Rjéoutski, « L’Institut français de Saint-Pétersbourg », dans L’Alliance française et l’Institut français de Saint-Pétersbourg, Saint-Pétersbourg, 2001, p. 64-128.

3 Voir à ce sujet, Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, 1959.

4 « De l’École des langues orientales à l’Institut national des langues et civilisations orientales », dans Deux siècles d’histoire de l’École des langues orientales, éd. Pierre Labrousse, Paris, 1995, p. 21-38.

5 Pour l’histoire de la formation des politiques de coopération scientifique avec la Russie soviétique, voir Sophie Cœuré, La grande lueur à l’est, les Français et l’Union soviétique, 1917-1939, Paris, 1999.

6 Voir Jacques Veyrenc, « Histoire de la slavistique française », dans Beiträge zur Geschichte der Slawistik in nichtslawischen Ländern, Vienne, 1985, p. 245-303.

7 Sur leur engagement, voir L’affaire Dreyfus et l’opinion publique en France et à l’étranger, dir. Michel Denis, Michel Lagrée et Jean-Yves Veillard, Rennes, 1995.

8 Au Collège de France, il suit les cours de russe de Louis Dozon (1822-1890) et de Louis Léger (1844-1923), et aussi ceux de philologie et de linguistique de Louis Havet (1849-1925), de James Darmesteter (1849-1894), de Michel Bréal (1835-1915).

9 Au sujet des influences des philologues russes sur les choix de recherches du jeune Boyer, voir André, Mazon, « Paul Boyer à l’université de Moscou », dans Revue des études slaves, t. 26/1-4, 1950, p. 133-135.

10 Pavel Nikolaevič Milûkov (1859-1943), historien et homme politique russe, l’un des fondateurs du parti des constitutionnels-démocrates (« Cadets » ou « KD »), député à la troisième et à la quatrième douma, ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement provisoire.

11 Vasilij Aleksandrovič Maklakov (1870-1957), avocat et journaliste. Membre du comité central du parti KD en janvier 1906, député aux 2e, 3e et 4e doumas, il fit partie du gouvernement provisoire, avant d’être nommé ambassadeur de Russie à Paris. En 1924, Maklakov prit la tête du comité des émigrés russes en France.

12 P. Boyer, Chez Tolstoï. Trois jours à Iasnaïa Poliana. Premier séjour (juillet 1901), dans Paul Boyer (1864-1949) chez Tolstoï. Entretiens à Iasnaïa Poliana, éd. André Mazon, Pierre Pascal et Louis Réau, Paris, 1950, p. 11.

13 Institut Mémoire de l’édition contemporaine, fonds du Collège de France, dossier Antoine Meillet, MLT 12.28 : lettres de Boyer à Meillet (Moscou, 25 novembre 1890 et 11 juin 1911).

14 Voir Revue des études slaves, t. 3, 1923, p. 127-132. Voir aussi Louis Léger, « Les études russes en France », dans La revue encyclopédique, t. 3, no 69, 1891, p. 1027-1032.

15 Les enseignements de russe de Léger à l’École des langues orientales ont commencé par un cours complémentaire (à partir de 1875). À cette époque, il donnait déjà à l’École son cours de langue serbe. Au préalable, Léger fit la demande de l’enseignement d’un cours « des dialectes slaves de l’empire ottoman ».

16 AN, 20100053 (fonds de l’Institut national des langues et civilisations orientales), art. 43 (dossier Louis Léger), lettre de l’administrateur au ministre de l’Instruction publique (26 août 1874).

17 Ibid., lettre de l’administrateur au ministre de l’Instruction publique (4 octobre 1873).

18 Ibid., lettre de l’administrateur à Louis Léger (15 janvier 1877). Voir également le décret du ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts du 1er janvier 1877.

19 Léger fait connaissance du professeur de littérature et de langue russe ancienne de l’université de Moscou (depuis 1847), Fedor Ivanovič Buslaev (1818-1897), auteur de la première histoire de la langue russe, d’études en philologie, mythologie et art ancien de la Russie.

20 Ф. И. Буслаев [F. I. Buslaev], Мои досуги : воспоминания, статьи, размышления [Mes loisirs : les souvenirs, les articles, les pensées], Moscou, 2003 ; С. В. Смирнов [S. V. Smirnov], Фёдор Иванович Буслаев : 1818-1897 [Fedor Ivanovič Buslaev : 1818-1897], Moscou, 1978.

21 А. Белый [Andrej Belyj], На рубеже двух столетий [Au tournant de deux siècles], Moscou, 1989, p. 333-334 ; id., Между двух революций [Entre deux révolutions], Moscou, 1990, p. 164.

22 Léger envoie ses correspondances dans les revues telles que L’illustration, la Revue de France, le nouveau quotidien La cloche, la Bibliothèque universelle, la Revue archéologique et la Revue des deux mondes.

23 Il remarquait, par exemple, qu’en 1897, Léger fut le conférencier de la « croisière » russe organisée par la Revue générale des sciences.

24 AN, 62/AJ/3 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise no 3, lettre de félicitations de Philippe Berthelot à Paul Boyer (12 mai 1908).

25 Ibid., lettre de félicitations de Paul Desjardin à Paul Boyer (26 mai 1908). Une certaine proximité existait entre les deux hommes car, dans la même lettre, Desjardin demandait à Boyer si, au cas où il s’installerait à l’École, son ancien appartement de la rue Monsieur serait disponible.

26 Ibid., lettre de félicitations de William Marçais à Paul Boyer (16 mai 1908).

27 Brillant élève de l’École normale supérieure, Tardieu (1876-1945) choisit la carrière au ministère des Affaires étrangères et devint le collaborateur de Delcassé et ensuite celui de Waldeck-Rousseau. En même temps il est chargé de la chronique diplomatique au Temps. En 1909, il fut chargé de cours à l’École des langues orientales et enseigna également l’histoire diplomatique contemporaine à l’École des sciences politiques. En 1914, il était élu député républicain de gauche de Seine-et-Oise. Il participa à la conclusion du traité de Versailles. Élu député de Belfort, il fut onze fois ministre et trois fois président du Conseil.

28 AN, 324/AP/5 (fonds André Tardieu), pièce no 384 : lettre de Paul Boyer à André Tardieu (Saint-Pétersbourg, 22 mars 1907).

29 Il s’agit probablement d’André Tardieu, La conférence d’Algésiras : histoire diplomatique de la crise marocaine (15 janvier - 7 avril 1906), Paris, 1907.

30 AN 324/AP/5 (fonds André Tardieu), pièce no 385 : lettre de Paul Boyer à André Tardieu (Paris, 22 avril 1907).

31 « De l’École des langues orientales à… », p. 34.

32 Alain Renaut, « Louis Liard et l’élitisme républicain », dans Observatoire européen des politiques universitaires, 16 octobre 2006, en ligne à l’adresse suivante : http://oepu.paris-sorbonne.fr/spip/spip.php?article89

33 AN, 62/AJ/3 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise no 2, lettre de Boyer à Liard (7 décembre 1912).

34 Ibid., chemise no 3.

35 Une série d’articles publiés en 1912 dans La presse coloniale par F. Soulier-Valbert, « élève diplômé de l’École des langues orientales » porte le titre « Souvenirs de l’École des langues orientales ». Comme conclusion, l’auteur propose de « juger et de condamner la tribu de métèques, de Juifs et de protestants hystériques qui lentement envahit l’École française des langues orientales ». L’auteur de l’article compare l’École des langues orientales avec l’École française d’Extrême-Orient : toutes les deux sont gérées par le « syndicat », « avec la complicité de la rue de Grenelle ».

36 AN, 62/AJ/3 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise no 3, coupures de presse (1911).

37 Au cœur du scandale se trouvait la tentative de remplacer le chargé du cours de malgache, M. Durand, « administrateur des colonies, chevalier de la Légion d’honneur » par « un jeune homme de ses amis, qui, en retour, a épousé la nièce de l’administrateur ». Il s’agit ici de Jean Paulhan (1884-1968), écrivain et, de 1925 à 1940, directeur de la Nouvelle revue française. Il fut l’époux de la nièce de la femme de Boyer ; il s’est présenté pour le poste de chargé de cours de malgache et a assuré ces enseignements durant quelques mois. Voir à ce sujet Jean Paulhan, Lettres de Madagascar, 1907-1910, éd. Laurence Ink, Paris, 2007. Mais ensuite, le Conseil d’État a révoqué l’arrêté du ministère de l’Instruction publique et a réintégré Durand dans ses fonctions. L’administrateur a gardé de cet échec le profond sentiment d’amertume dont on trouve l’écho dans sa correspondance avec Antoine Meillet.

38 AN, 62/AJ/3 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise no 3.

39 AN, 20100053 (fonds de l’Institut national des langues et civilisations orientales), art. 3 (dossier Boyer) : lettre de Mečnikov à Paul Boyer (le 7 novembre 1902).

40 П. В. Милюков [P. V. Milûkov], Воспоминания [Mémoires], Moscou, 1990, t. I, p. 164.

41 Ibid., p. 330.

42 Voir sa traduction de Jean Smirnov, Les populations finnoises des bassins de la Volga et de la Kama, qui portait sur les Tchérémisses et les Mordves. En 1912, Boyer publia « La Russie et les nationalités » dans la Revue de synthèse historique. En 1940, il donna une conférence au Centre d’études de politique étrangère, « Finlande et Russie » (publiée dans Politique étrangère, no 2, avril 1940).

43 Les entretiens de Boyer avec Tolstoï ont été publiés en 1901 et 1902 dans Le temps (27, 28, 29 août 1901 et 2, 4 novembre 1902). Sa première visite chez l’écrivain date de 1895. Avec une conférence faite à l’université des Annales en 1909, ces entretiens forment le tome 24 de la Bibliothèque russe de l’Institut d’études slaves.

44 AN, 20100053 (fonds de l’Institut national des langues et civilisations orientales), art. 3 (dossier Boyer), brouillon de la lettre de Paul Boyer à l’ambassadeur de Russie.

45 La famille de Boyer a payé un lourd tribut à la guerre ; son fils unique, Georges a péri, sur le front de Salonique.

46 AN, 62/AJ/66 (fonds de l’École nationale des langues orientales), « chemise 1915-1917 (Association France-Russie) : notes, documents divers, presse ».

47 AN, 20100053 (fonds de l’Institut national des langues et civilisations orientales), art. 3 (dossier Boyer), télégramme non daté du chef du secrétariat particulier de guerre à Paul Boyer.

48 Ibid., télégramme de Manujlov et Arkadakskij à Boyer (3 septembre 1914).

49 Ibid., télégramme de Manujlov et Arkadakskij à Boyer (19 décembre 1914).

50 La tradition de coopération de slavisants avec les militaires remonte à Louis Léger, qui les incorporait à ses premiers enseignements de russe à l’École des langues orientales et qui, à partir de 1881, était chargé de cours de russe à l’École supérieure de guerre (ibid., lettre de Louis Léger à l’administrateur, 28 janvier 1875).

51 Ibid., « Je soussigné Paul Boyer… », 5 novembre 1914.

52 Anne Hogenhuis-Seliverstoff, Une alliance franco-russe. La France, la Russie et l’Europe au tournant du siècle dernier, Bruxelles/Paris, 1997, p. 33.

53 Gaston Doumergue (1863-1937), député et sénateur radical-socialiste. Il fut ministre de l’Instruction publique (1908-1910), ministre des Colonies (1914-1917), président du Conseil (1913-1914), du Sénat (1923) et président de la République (1924-1931).

54 AN, 62/AJ/66 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise « 1915-1917 (Russie. M. Doumergue. 11 mars 1917) ».

55 Elle comprenait « Vicomte Robert de Caix de Saint-Aymour, publiciste, secrétaire ; de Céligny, secrétaire-adjoint ; Ernest Denis, professeur à la Sorbonne ; […] le comte de Chevilly ; Kammerer, consul général ; Clément-Simon, premier secrétaire de l’ambassade ; Benes, secrétaire général du Conseil national des pays tchèques ; le commandant Stefanik ; Charles Salomon ; René Michau » (AN, 62/AJ/65 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise « 1916-1919 » (Association France-Russie) ».

56 AN, 62/AJ/65 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise « Correspondance et documents 1916-1919 (Association France-Russie) », lettre de l’administrateur de l’École des langues orientales vivantes à M. le président de France-Russie (Paris, 23 janvier 1918).

57 AN, 62/AJ/67 65 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise « Correspondance et documents 1918 », lettre de Paul Boyer à l’ambassadeur Noulens (25 juillet 1918).

58 Ibid., lettre de Paul Boyer au ministre des Affaires étrangères (22 juillet 1918).

59 Ibid., note (22 juillet 1918).

60 Il collabore sur ces questions avec sa connaissance de longue date, Albert Thomas, qui a gardé des relations soutenues avec les mencheviks en exil. En 1924, Thomas répondait à la lettre de Boyer : « Cher ami, je tiens à vous accuser réception de votre note sur l’aide aux professeurs, savants et étudiants russes en France. Je l’ai trouvé tout à fait intéressante et elle me servira pour l’action éventuelle que vous voulez bien me demander. Je considère comme un devoir de nous préoccuper de toute l’intellectualité russe, et soit par mes démarches auprès des intellectuels français, soit par des interventions sur d’autres points, j’essayerai de vous aider. Tenez-moi au courant de ce que vous pourrez faire de l’autre côté » (AN, 94/AP/387 (fonds Albert Thomas), lettre d’Albert Thomas à Paul Boyer, 31 décembre 1924).

61 AN, 62/AJ/67 (fonds de l’École nationale des langues orientales), chemise « Correspondance et documents 1922 », note de Boyer : « Représentation officielle et officieuse du gouvernement russe des Soviets à Paris (août 1922) ».

Auteur

Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search