Version classiqueVersion mobile

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Troisième partie. Les français dans la vie artistique et culturelle russe

Les orfèvres parisiens au service de la Russie au XIXe siècle

Парижские золотых и серебряных дел мастера на службе в России в XIX в

Wilfried Zeisler

Résumé

L’orfèvrerie parisienne était appréciée par la cour russe depuis le XVIIIe siècle, au cours duquel les souverains russes et leur entourage s’adressent aux orfèvres réputés de la capitale comme en témoigne l’inventaire de l’orfèvrerie impériale publiée par le baron A. de Foelkersam en 1907. Au XIXe siècle, cette tradition se poursuit ; les meilleurs orfèvres et manufactures répondent à de nombreuses commandes et font parfois le déplacement jusqu’en Russie.
Le croisement de sources variées permet de retracer ces échanges. En premier lieu, il est nécessaire de considérer les pièces d’orfèvrerie, conservées dans les collections russes.
Les livres de commandes, lorsqu’ils subsistent dans les archives de certaines maisons françaises, les factures ou les inventaires de collections conservés dans les archives nationales russes (Archives historique d’État de Saint-Pétersbourg ; Archives d’État de la Fédération de Russie, à Moscou) ou dans celles des musées (archives du musée de l’Ermitage ou de certains palais des environs de Saint-Pétersbourg) apportent un nouveau regard sur ces collections. Par ailleurs, ces documents, témoins d’un goût certain pour le luxe français en Russie, sont un moyen de mieux connaître les démarches commerciales des orfèvres parisiens désireux de conquérir le marché russe en développant leurs réseaux, en participant aux expositions internationales organisées tant à Saint-Pétersbourg qu’à Moscou, en entretenant des relations privilégiées avec leur clientèle ou en adaptant leur production au goût local.
Les orfèvres de Napoléon, puis les Romantiques Froment-Meurice, Lebrun ou Morel et plus tard, la manufacture Christofle et les grands maîtres de la Belle Époque, ont exporté le goût français à la cour. Alors que s’affirme l’alliance franco-russe, deux d’entre eux, Odiot et Keller reçoivent même le titre de fournisseurs brevetés de la cour.
Au même titre que celle de la peinture, l’histoire de l’orfèvrerie et de ses dynasties de maîtres parisiens, peut ainsi être évoquée par le prisme des collections russes.

Note de l’éditeur

AGE / АГЭ : archives du musée de l’Ermitage.

Texte intégral

L’auteur tient à remercier M. le professeur Barthélémy Jobert et les conservateurs et responsables des collections françaises et russes auxquels cette étude doit beaucoup : en France, Mme Anne Dion-Tenenbaum (musée du Louvre), Mme Anne Gros (Maison Christofle), Mme Katia Joski et M. Nicolas de la Morinière (Maison Odiot) ; en Russie, Mmes Ekaterina Khmelnitskaïa, Marina Lopato et Tamara Rappe (musée de l’Ermitage), Mmes Svetlana Astakhovskaïa, Elena Efimova et Aïsulu Shukurova (palais-musée de Gatchina), Mme Olga Bazhenova et MM. Rifat Gafifullin et Alexeï Guzanov (palais-musée de Pavlovsk), Mme Irina Tikhova et M. Alekseï Alexeev (palais-musée de Petergof), Mmes Elena Artemeva, Larissa Bardovskaïa et Iraïda Bott (palais-musée de Tsarskoïe-Selo), Mmes Galina Smorodinova, Ludmila Tarasenko et Nadejda Zubanova (Musée historique d’État, Moscou).

  • 1 Sur les orfèvres, sauf études particulières, voir Henri Bouilhet, L’orfèvrerie française aux XVIII(...)

1Cette présentation n’a pas pour but de retracer de manière exhaustive les relations entre les orfèvres parisiens1 et la Russie au XIXe siècle mais de montrer, par des exemples jalonnant le siècle, que le croisement de sources variées – archives publiques et privées françaises ; archives du musée de l’Ermitage (AGE) ; Archives historiques d’État de Saint-Pétersbourg (RGIA) ou archives d’État de la Fédération de Russie à Moscou (GARF) – permet de les étudier.

  • 2 Baron A. de Foelkersam, Inventaire de l’argenterie conservée dans les garde-meubles des palais imp (...)
  • 3 L’étude de ces commandes, déjà entamée, pourrait être poursuivie. Voir par exemple La France et la (...)

2En 1907, paraissait l’inventaire de l’orfèvrerie impériale dressé par le baron de Foelkersam, qui démontrait le caractère international de ces collections2. Aux côtés de pièces russes, anglaises ou allemandes, plusieurs services français résultaient de commandes auprès des orfèvres de l’Ancien Régime et de l’Empire tels Claude II Ballin, François-Thomas Germain, Jacques-Nicolas Röettiers, Robert-Joseph Auguste ou encore Martin-Guillaume Biennais et Jean-Baptiste-Claude Odiot3.

  • 4 Pour les pièces conservées à l’Ermitage, voir entre autres Прикладное Искусство конца XIX начала X (...)
  • 5 Sont exclus de ce propos les bijoutiers-joailliers dont les relations avec la Russie pourraient fa (...)

3Qu’en est-il de l’orfèvrerie française des années 1840-1900 ? La Russie, empreinte d’un romantisme national, poursuit alors le développement de son art et de son industrie qui s’affirment dans le domaine de l’orfèvrerie avec de grands noms tels Fabergé, Gračev, Hlebnikov, Ovčinnikov ou encore Sazikov, tous mentionnés par Foelkersam. Bien que les grands ensembles français semblent avoir disparu de l’inventaire, la mention des orfèvres Marc-Augustin Lebrun et Boin-Taburet illustre l’intérêt de la famille impériale pour l’orfèvrerie française de cette période. Par ailleurs, plusieurs publications russes entreprises depuis les années 1970, ainsi que les travaux précurseurs de Marina Lopato, ont montré que les collections des musées de l’Ermitage ou du Kremlin conservaient de l’orfèvrerie française de cette période4. Sous la forme de services et d’objets d’art, du néoclassicisme Empire au goût moderne de l’Art nouveau, ces maîtres ont exporté le goût parisien ou se sont adaptés au goût local5.

I. — Biennais et Odiot, les orfèvres de Napoléon

  • 6 Sur Biennais, voir l’étude d’Anne Dion-Tenenbaum, L’orfèvre de Napoléon Martin-Guillaume Biennais, (...)
  • 7 Musée de l’Ermitage. Voir Marina Lopato, « L’argenterie de l’époque napoléonienne », dans Sous le (...)
  • 8 Voir Elena Sharnova, « Un vrai musée de la peinture française : la collection française de Nicolaï (...)
  • 9 Olivier Gaube du Gers et Jean-Marie Pinçon, Odiot orfèvre. Trois siècles d’histoire, d’art et de c (...)
  • 10 AN, AF/IV/1501.
  • 11 Л. М. Фролова, Прикладное искусство…, no 74 à 79.
  • 12 Sur les collections d’orfèvrerie Youssoupov conservées à l’Ermitage, voir М. Лопато [M. Lopato], « (...)

4Sous le Consulat et l’Empire, les relations franco-russes favorisent par trois fois les commandes russes en France. La première période débute avec le traité de Paris, qui permet le retour des aristocrates russes. Ce premier lien, bien fragile, se solde par une nouvelle coalition contre Napoléon. La Russie finit néanmoins par conclure une alliance à Tilsit en 1807, renouvelée à Erfurt en 1808. Avec le retour de la paix, certains orfèvres et notamment Biennais6 se mettent au service des Russes, tel le prince Nikolaj B. Youssoupov qui lui achète un nécessaire de voyage7 et en profite pour poursuivre sa collection d’art8. La période 1807-1811 détermine ainsi une nouvelle étape de commandes en France qui, depuis l’instauration du blocus continental, a par ailleurs développé ses relations commerciales avec la Russie. Dans son ouvrage consacré à l’orfèvre J.-B.-C. Odiot, Olivier Gaube du Gers signale l’existence de livres de comptes permettant d’apprécier son activité commerciale jusqu’en 18179 ; mais ces documents ne sont depuis lors plus localisés. Il faut donc se référer à ses écrits et à d’autres sources pour évaluer ces échanges et référencer les clients russes. O. Gaube du Gers mentionne plusieurs membres de l’aristocratie, notamment le diplomate et collectionneur Dmitrij P. Tatiŝev, en 1807, 1808 et 1809, ou l’ambassadeur de Russie, le comte Piotr A. Tolstoï. Installé dans la maison Thélusson à Paris, il fréquente l’orfèvre chez lequel il se rend le 17 novembre 1807 « pour y choisir une partie considérable de vaisselle et d’argenterie »10. Les commandes de cette période peuvent être rapprochées d’un ensemble de pièces, datées 1797-1809, conservées dans les collections du Kremlin11 et du musée de l’Ermitage. Au nombre de ces pièces, on trouve un service de table que le prince Youssoupov fit réaliser par Odiot et par l’orfèvre J. M. B., sans doute Joseph Maximilien Besville12. On peut en effet supposer que les autres maîtres de la capitale, au même titre que les plus grands noms du luxe parisien, ont alors su tirer profit de cette clientèle étrangère, avant que les deux nations ne reprennent le combat.

  • 13 Exposition d’orfèvrerie civile française de la Révolution à nos jours, cat. d’exposition, Paris, 1 (...)
  • 14 Yves Bottineau et al., Les grands orfèvres de Louis XIII à Charles X, Paris, 1965, p. 304-305.

5L’effondrement de l’Empire puis l’échec des Cent Jours ramènent les Russes en France et les deux périodes d’occupation (1814 et 1815-1818) constituent une troisième étape de commandes. Symboliquement, le prince Youssoupov fait graver sur les candélabres du service Odiot susmentionné Париж 1814г Мая 1ого [Paris, 1er mai 1814]. Selon O. Gaube du Gers, le souverain russe, les Demidov, l’officier Lopuhin ou encore l’ambassadeur du tsar, Pozzo di Borgo, sont alors clients. Le service de ce dernier aurait été commandé par le tsar en 1814-181513. La famille Pozzo di Borgo est d’ailleurs mentionnée dans les livres de comptes en 1912 et en 1913 pour divers travaux sur de l’orfèvrerie Empire, vraisemblablement des pièces provenant de ce service impérial. Parmi les commandes attribuées à Alexandre Ier, signalons encore une toilette conçue dans l’esprit de celle livrée à l’impératrice des Français en 1812. D’après les sources françaises, la toilette serait ensuite passée dans la collection Mouraviev et se trouvait à Paris dans les années 192014. En 1911, le comte Nicolaï Mouraviev donne effectivement à réparer à la maison Odiot un « coffre de toilette Empire vermeil », provenant peut-être de cet ensemble.

  • 15 « Séjour de l’empereur Alexandre Ier à Paris en 1814 », Александр I « Сфинкс не разгаданный до гро (...)

6En 1814, Alexandre Ier fait également appel aux services de Biennais qui exécute un ensemble de pièces liturgiques composées d’après les dessins de Charles Percier et dont le calice porte l’inscription commémorative : Въ пребыванiе Импераmора Александра I въ Парижъ 1814 года [« Séjour de l’empereur Alexandre Ier à Paris en 1814 »]15.

  • 16 Palais des armures au Kremlin de Moscou.

7D’autres sources témoignent des livraisons de Biennais et de ses contemporains au début de la Restauration, tels les rapports des expositions des produits de l’industrie ou les inventaires de la famille impériale. En 1819, le rapport de l’exposition des produits de l’industrie signale un vase Médicis monumental en vermeil orné de bas-reliefs et décoré de trophées qui fut offert par l’armée à son général, le comte Mihail S. Voroncov16. Les somptueux services destinés aux frères de l’empereur, les grands-ducs Nicolaj et Mihail, datent également de cette période.

  • 17 M. Lopato, « L’argenterie… », p. 73.
  • 18 Serge Grandjean, « A dinner service by Biennais at the Rijksmuseum », dans The connoisseur, octobr (...)
  • 19 AGE, fonds no 1, opis no 5 (partie 2), dossier no 467, fol. 6, no 63-74.
  • 20 Л. М. Фролова, Прикладное искусство…, no 91. Huit pièces sont conservées au Rijksmuseum d’Amsterda (...)
  • 21 L’aigle et le papillon, symboles des pouvoirs sous Napoléon, cat. d’exposition, Paris, 2008.
  • 22 Музей Эрмитаж [Musée de l’Ermitage], Под знаком орла, Искусство ампира - Краткий каталог выставки (...)
  • 23 Service à thé et à café de l’ancienne collection Ricardo do Espirito Santo. Voir cat. de vente, Ad (...)
  • 24 18 juin 1824, no 171, p. 824.
  • 25 Е. И. Кочерова [E. I. Kotcherova], « Коллекции Ораниенбаумских Дворцов в 1827-1918 годах [Collecti (...)

8Le service du grand-duc Nicolaj Pavlovič (voir fig. 1) fut exécuté pour son mariage avec Charlotte de Prusse le 13 juillet 1817 et fut peut-être commandé par un intermédiaire dont le rôle était primordial dans ce type de réalisations, même si le prince héritier séjourne à plusieurs reprises en France à cette époque. L’empereur offre au jeune couple le palais Aničkov, où sera conservé le service jusqu’à la Révolution. Intégralement listé dans l’inventaire impérial, ce service d’apparat en vermeil – mille cinq cent vingt-cinq pièces comptabilisées par M. Lopato17 – avait été exécuté par Biennais et François-Dominique Naudin, avant d’être complété par Nicholls et Plincke ou Fabergé. Considéré comme une des preuves les plus convaincantes de la diffusion du goût français à l’étranger18, l’ensemble, saisi à la Révolution, est encore mentionné dans une liste dressée en 1925 à partir de l’inventaire de Foelkersam19. Elle est rédigée en anglais, vraisemblablement afin de favoriser les transactions commerciales entreprises avec l’étranger. En effet, l’essentiel du service fut vendu au cours des années 1925-1935 et seule une pièce se trouve encore en Russie20. Inspirés par Percier, les modèles utilisés par Biennais rappellent ceux de services antérieurs, comme le service à thé de Joséphine (1801) ou le service pour le royaume d’Italie (1807-1809). Le service utilise un vocabulaire ornemental antiquisant, symbole d’union et d’amour, tel le relief des Noces aldobrandines dont le modèle fut diffusé sous la forme de plaquette par Augustin Dupré. Le même type de décor signifiant, répondant aux principes édictés par Percier et Fontaine dans leur Recueil de décoration intérieure21, se retrouve consacré à la beauté sur la table de toilette réalisée par Biennais pour la même occasion22 ou sur le service de Mihail Pavlovič. Ce second service livré à la Russie comporte des pièces réalisées entre 1798 et 1838 par les orfèvres Biennais, Jean-Charles Cahier (son successeur depuis 1821), Marie-Joseph-Gabriel Genu, le maître S. L. N. et Odiot23. Ces éléments dispersés ont été rapprochés d’une mention du Moniteur universel de 182424 : « S. M. l’Empereur de Russie a fait présent à son frère, le grand duc Michel, d’un service en argenterie dont la valeur est estimée à 1 500 000 francs […] ». Ce texte renvoie effectivement à un service de Cahier, mais il apparaît aujourd’hui plus vraisemblable de considérer que plusieurs ensembles furent réalisés à Paris pour le grand-duc. Le service de Cahier fut, selon la tradition, offert au grand-duc lors de son mariage avec Hélène-Charlotte de Wurtemberg et se retrouve cité dans l’inventaire de l’orfèvrerie (1858) de cette dernière, devenue Helena Pavlovna. Ce document, dont l’organisation annonce celle de l’inventaire impérial dressé par Foelkersam, signale, ajoutés au crayon, les destinataires de ces collections. Elles passent à la grande-duchesse Ekaterina Mihailovna, grande-duchesse de Mecklembourg-Strelitz, et ensuite aux enfants de celle-ci, la princesse Helena G. de Saxe-Altenbourg et les princes Georges G. et Mikhaïl G. de Mecklembourg-Strelitz25. À la Révolution, cette orfèvrerie, conservée au palais de Kameny Ostrov et au palais d’Oranienbaum, fut transférée pour partie au musée Russe ou au musée du baron Stieglitz (1919) avant d’intégrer en 1922 ou en 1925 les collections de l’Ermitage.

Figure 1 : pièces du service du grand-duc Nicolas Pavlovitch. Baron A. de Foelkersam, Inventaire de l’argenterie conservée dans les garde-meubles des palais impériaux : Palais d’hiver, Palais Anitchkov, château de Gatchino, éd. Golick et A. Willborg, Saint-Pétersbourg, 1907, pl. 53.

  • 26 RGIA, fonds no 548, opis no 1, dossier no 1543, fol. 3-14, 16-21 et 47-53.
  • 27 Telle était vraisemblablement l’origine des pièces des collections Ricardo do Esperito Santo et Al (...)
  • 28 AGE, fonds no 1, opis no 5 (partie 2), dossier no 267, fol. 15 ; opis no 9, dossier no 89, fol. 34 (...)

9La longue liste de 1858 détaille plusieurs services, dont au moins sept sont dits « français » et dont une partie constitue vraisemblablement le (ou les) « service de Michel Pavlovitch ». Il s’agit tout d’abord d’un « grand service de table en argent », qui comptait plus de deux mille pièces. Un service à dessert complétait le tout avec théières, sucriers et plusieurs centaines de couverts. Ce service fut en grande partie hérité par le prince Mikhaïl, qui reçut également deux « petits services à déjeuner en argent » à dix-huit couverts constitués de cent quarante-deux pièces ainsi que deux « services à thé en argent doré à l’intérieur »26. Le prince en emporta vraisemblablement une partie dans sa résidence de Remplin lorsqu’il devint souverain de Mecklembourg-Strelitz27. Le frère du prince Mikhaïl, le prince Georges, reçut essentiellement de l’orfèvrerie russe. Sa sœur Helena hérita quelques éléments du grand service de table ainsi que deux services français : un « grand service à thé en vermeil » et un « service à thé en vermeil ». Les cinquante pièces conservées au musée de l’Ermitage proviennent de cette dernière collection et composaient une partie des trois services monogrammés entrés en 1925 au musée28.

  • 29 Service de cent dix-sept pièces réalisées d’après des modèles de Cavelier, en partie conservé au M (...)
  • 30 Л. М. Фролова, Прикладное искусство…, no 82-85 et 87-89, p. 75-78 et 80-81.
  • 31 Exposition d’orfèvrerie …, no 711, 712 et 713. Cat. de vente, Charles Pillet, Collection de San Do (...)
  • 32 Cat. de vente, Sotheby’s, Monaco, 16 juin 1996, no 190.
  • 33 Jules Burat, Exposition de l’industrie française 1844, Paris, 1844, t. II, p. 34.
  • 34 H. Bouilhet, L’orfèvrerie française…, t. II, p. 181-182.

10Les services de Nikolaj et de Mihail Pavlovič démontrent à quel point le style Empire reste apprécié au cours des années 1810-1820, comme le prouve également le service Demidov commandé à Odiot en 181729 ou le tête-à-tête offert par l’impératrice à son fils Alexandre en 182830. Tandis que les dynasties d’orfèvres se renouvellent – Charles-Nicolas Odiot succède à son père en 1827 – les commandes se poursuivent et le style évolue. Les clients sont les Demidov31, le comte Gouriev32 ou un mystérieux « millionnaire russe »33. Certaines de ces livraisons surprennent par leur goût, comme le remarque Bouilhet en 191234 :

Dans le service qu’Odiot fit pour le prince Demidoff, la donnée décorative est tout autre. Était-ce une tentative de retour à l’interprétation de la nature qui ne devait pas avoir de lendemain ? Était-ce une fantaisie d’un grand seigneur ? […] Cet ensemble contraste complètement avec les œuvres précédentes.

II. — Les orfèvres romantiques et le renouvellement du style : Froment-Meurice, Lebrun, Morel et les autres

11Si le règne de Nicolas Ier est souvent caractérisé par sa fermeture, les privilégiés – membres de la famille impériale et riches aristocrates – continuent à apprécier une orfèvrerie parisienne, concurrencée par les modèles anglais mais qui maintient un haut degré de qualité et de style.

  • 35 Sur l’orfèvre, voir Trésors d’argent. Les Froment-Meurice, orfèvres romantiques parisiens, cat. d’ (...)
  • 36 Vraisemblablement Bobrinskij. H. Bouilhet (L’orfèvrerie française…, t. II, p. 239) mentionne la co (...)
  • 37 Trésors d’argent. Les Froment-Meurice …, no 16 et 17, ill. p. 219.
  • 38 AGE, fonds no 1, opis no 5 (partie 2), dossier no 267, fol. 10, no 37-47. Service à thé de style r (...)
  • 39 Honoré de Balzac, Lettres à Madame Hanska, Paris, 1990, t. II, lettres 264, 281, 283 et 287.
  • 40 Le musée Balzac à Paris conserve un exemplaire de cette canne réalisée d’après un modèle de Pierre (...)

12Orfèvre romantique s’il en est, François-Désiré Froment-Meurice35, également bijoutier, travaille avec succès pour l’aristocratie russe, dont la comtesse Brobinzka36, le prince Saltykov, les Demidov37 ou la grande-duchesse Ekaterina Mihajlovna38. Pour cette période, rares sont les témoignages qui renseignent sur la manière dont les étrangers passent commande. Chez Froment-Meurice, Balzac, lui-même un fidèle client, sert d’intermédiaire à la famille de Madame Hanska, comme le montre sa Correspondance. On y signale la préparation d’une toilette pour Anna, finalement inachevée mais dont le miroir servira à la composition de celle de la duchesse de Parme39. Par la suite, Balzac commande un pommeau en argent à décor de singes pour Georges Mniszech40.

  • 41 Un autre exemplaire de ce bouclier, daté de 1851, est conservé dans les collections royales espagn (...)

13Comme sous l’Empire et sous la Restauration, certaines commandes russes sont exhibées à l’occasion des expositions des produits de l’industrie, d’autres sont suggérées par l’étude des inventaires. En 1844, Froment-Meurice présente un bouclier, bel exemple de sa production d’armes d’apparat (voir fig. 2). Alliant l’argent au fer, ce prix de course appartient alors au comte Lazarev à Saint-Pétersbourg avant de devenir, selon la tradition, la propriété de l’empereur de Russie41.

Figure 2 : bouclier d’apparat présenté par François-Desiré Froment-Meurice à l’exposition des produits de l’industrie de 1844. Jules Burat, Exposition de l’industrie française 1844, Paris, 1844.

  • 42 Exposition d’orfèvrerie civile…, no 302 ; cat. de vente, Collection de San Donato…, 1870, no 1220.
  • 43 J. Burat, Exposition de l’industrie…, p. 34.
  • 44 Cat. de vente, Sotheby’s, Genève, 15 nov. 1993, no 101.
  • 45 H. Bouilhet, L’orfèvrerie française…, t. II, p. 176.
  • 46 Rapport du jury central sur les produits de l’agriculture et de l’industrie exposés en 1849, Paris (...)
  • 47 AGE, fonds no 548, opis no 1, dossier no 1543, fol. 35-37.
  • 48 Блестящая эпоха Фаберже - С- Петербург Париж Москва [L’époque brillante de Fabergé – Saint-Pétersb (...)

14À la même époque, Marc-Augustin Lebrun travaille lui aussi pour les Demidov42 ou la grande-duchesse Ekaterina. À l’exposition des produits de l’industrie de 1844, il présente « une fontaine et un service à thé complet pour la cour de Russie, composé dans le genre mauresque […] »43, dont une partie au monogramme de la grande-duchesse Ekaterina fut peut-être vendue en 199344 (voir fig. 3). La grande-duchesse Helena est également connue pour avoir commandé un important service à Lebrun dont une partie de l’historique peut être désormais retracé. Ce « grand service dans le genre du XVIIIe siècle », entrepris par Odiot avant d’être confié à Lebrun, aurait nécessité dix années de travail45. Présenté à l’exposition des produits de l’industrie de 1849, son surtout inachevé est « une des plus grandes pièces de l’exposition », constitué de « ceps de vigne après lesquels grimpent des enfants, et qui entourent Bacchus et une Bacchante »46, en réalité Ariane. Sa réalisation, qui empêche la participation de l’orfèvre à l’Exposition universelle de 1851, est le fruit d’un important travail d’équipe : Gagne pour les ornements, Carrier pour les figures ; Poux et Dalbergue cisèlent les ornements et les figures d’animaux placées aux extrémités, Shropp, les enfants. De plus, Lebrun cite les ouvriers qui ont travaillé à l’exécution de cette œuvre : Bastie, Posseron, Gautier, Touseiller, Chevalier et Juillot. Ce monument d’orfèvrerie évoque les « grands candélabres […] avec figures », dont un à vingt lumières, signalés dans l’inventaire de la grande-duchesse47. Il appartient à un « grand service de table en argent, parisien », composé de plus de cent dix pièces dont proviennent certainement une coupe et une saucière conservées au musée de l’Ermitage48.

Figure 3 : fontaine à thé dans le genre mauresque présentée par Marc-Augustin Lebrun à l’exposition des produits de l’industrie de 1844. Jules Burat, Exposition de l’industrie française 1844, Paris, 1844.

  • 49 Блестящая эпоха Фаберже…, no 9, ill. p. 83. Après avoir subi le même cheminement que les autres se (...)
  • 50 Baronne Maria T. Paškova (1807- ?), épouse de Mihail V. Paškov, mort à Paris le 7 juin 1863. A. de (...)
  • 51 AN, Minutier central des notaires, III/1564.

15Un autre service conservé au musée de l’Ermitage témoigne du goût de l’orfèvrerie française dans cette branche de la famille impériale et du succès du style Louis XV-1840, que les Russes appellent parfois le Second Rococo ou, en référence à leur propre histoire stylistique, le Second Baroque. Ce nécessaire de toilette provenant de la grande-duchesse Ekaterina Mihajlovna est l’œuvre d’un orfèvre spécialisé dans ce type d’ouvrage : Louis Aucoc. Formé à l’origine de quarante-cinq pièces, il fut réalisé avant 1848 comme le suggère la mention « fournisseur du roi et de la famille royale » appliquée sur le miroir49. La clientèle russe de l’orfèvre Aucoc ne se limitait pas à la grande-duchesse et à son entourage. Elle comptait très vraisemblablement la famille Paškov, à l’origine d’un service entré dans les collections impériales en 1869 et signalé par Foelkersam50, ainsi que plusieurs membres de la noblesse mentionnés dans l’inventaire après décès de Madame Aucoc en 1849 : le comte Gur’ev, le comte Obrescoff ou encore le prince Trubeckoj51.

  • 52 Sur Morel et Cie, voir Isabelle Lucas, « Jean-Valentin Morel (1794-1860), un bijoutier parisien à (...)
  • 53 Exposition des produits de l’industrie française en 1844. Rapport du jury central, Paris, 1844, t. (...)
  • 54 Cat. de vente, Collection de San Donato…, 1870, no 1253-1255 et 1289.
  • 55 Petit courrier des dames, 20 juil. 1844, p. 32.
  • 56 AN, F/12/5217. Mortimer avait proposé un devis de 130 000 francs ; celui de Morel était inférieur (...)
  • 57 H. Bouilhet, L’orfèvrerie française…, t. III, p. 261-262. La pièce centrale faisait près d’un mètr (...)
  • 58 Victor Champier, « Les artistes de l’industrie : Constant-Sévin », dans Revue des arts décoratifs, (...)
  • 59 L’illustration, 19 déc. 1846, p. 248.
  • 60 Comte L. Clément de Ris, « Mouvement des arts », dans L’artiste, 1er avril 1854, p. 76-77.
  • 61 AN, F/12/5217 : « c’est donc bien à moi que cette industrie doit d’avoir repris son rang dans ce p (...)

16La maison Morel et Cie, active sous cette raison sociale entre 1842 et 1848, travaillait pour la même clientèle52. Elle exécuta des objets d’art dans l’esprit de la Renaissance, très en vogue, et dont les ornemanistes et les sculpteurs tel J.-B.-.J. Klagmann sont les inspirateurs. En 1844, Morel présente dans la section bijouterie de l’exposition des produits de l’industrie « une belle pièce de M. le comte de Demidoff »53 dont la famille avait par ailleurs rassemblé d’autres œuvres de l’orfèvre à San Donato54. Parfois, Morel s’adaptait au goût du commanditaire. En 1844, la presse signale dans son atelier un portrait de « la jeune princesse russe O. » dont seules les mains et le visage sont peints ; le reste est recouvert, telle une icône, d’un décor d’orfèvrerie en or, argent et pierres précieuses55. Mais la plus extraordinaire des commandes est celle que l’orfèvre reçoit en 1846 du prince Léon Radziwill (voir fig. 4). Morel aurait convaincu le prince avant son départ pour la Russie, en lui présentant un projet dessiné en quatre jours à réaliser au repoussé, technique plus économique que la fonte56. Moins cher que l’orfèvre anglais Mortimer, Morel exécute le surtout composé d’une pièce centrale, de deux candélabres, de quatre seaux à glace et de huit salières57. Selon les volontés du prince, il devait représenter l’acte fondateur de l’immense domaine lituanien des Radziwill. Au cours d’une chasse à l’ours au XIIIe siècle, Jean Radziwill sauve son souverain, le prince Alexis. En récompense, il reçoit la totalité du territoire sur lequel le son de son corse fait entendre. Ce thème historique, propre à une interprétation sculpturale, illustre la vogue des surtouts testimoniaux. Plusieurs maîtres œuvrent à sa réalisation dont Morel fils, Schoenewerk et Jacquemard ; Constant-Sévin, pour rendre les effets de la neige sur les sapins des candélabres et des rafraîchissoirs, aurait séjourné chez le duc de Luynes pour y observer la nature hivernale58. Le surtout est publié par L’illustration59 alors que Morel et son fils le livrent avec le service à thé du comte Nesselrode au cours d’un voyage de quatre mois60. Morel, fier de son œuvre, la présente à l’empereur Nicolas Ier à Tsarskoïe-Selo, qui, enthousiaste, la laisse plusieurs jours exposée. Morel se considère alors comme le défenseur de l’orfèvrerie française en Russie61. Ce succès concurrence celui de l’orfèvrerie anglaise incarnée par les créations de Hunt et Ruskell, et influence certains maîtres russes. En effet, à l’exposition de Londres en 1851, I. Sazikov présente un surtout dont le sujet sculptural, Dimitri Donskoï blessé à la bataille de Koulikovo en 1380, est placé au pied d’un arbre ; cette composition rappelle celle des candélabres Radziwill.

Figure 4a : « Le surtout de table du prince Léon Radziwill ». L’illustration, 19 décembre 1846, p. 248.

Figure 4b et 4c : « Le surtout de table du prince Léon Radziwill ». L'illustration, 19 décembre 1846, p. 248.

  • 62 Localisation actuelle inconnue.
  • 63 Sur Duponchel, voir Anne Dion-Tenenbaum, « Multiple Duponchel », dans Revue de l’art, 1997/2, no 1 (...)
  • 64 Peut-être Honoré Bourdoncle dit Honoré (1823-1893), aussi ciseleur chez Froment-Meurice.
  • 65 L’illustration, 23 avril 1853, no 1, p. 272. Localisation actuelle inconnue.

17Après ce voyage russe, le succès de Morel se confirme : l’orfèvre travaille pour le prince Kočubej et expose en 1851 une coupe créée d’après une composition maniériste de M. Nevillé pour la grande-duchesse Mariâ Nikolaevna, duchesse de Leuchtenberg62. Son ancien associé, Henri Duponchel63 reçoit lui aussi des commandes de Russie, notamment celle d’une cloche ciselée par Honoré64 pour l’impératrice Aleksandra Fedorovna. Publiée par L’illustration en 185365, la composition est d’un style Renaissance dont le dessin aurait été fourni par le sculpteur Félicie de Fauveau, incarnation de l’esprit romantique, lui-même très apprécié par Nicolas Ier (voir fig. 5 ci-après).

III. — De Christofle à Falize, manufactures et orfèvres du Second Empire à la IIIe République

18L’inauguration d’un règne plus libéral avec Alexandre II et la résolution de la guerre de Crimée par le traité de Paris en 1856 annoncent une nouvelle ère dans les relations franco-russes. Le Second Empire voit augmenter le nombre des séjours russes en France – l’impératrice ouvrant le chemin en séjournant dès l’hiver 1856-1857 sur la Côte d’Azur – et, de fait, les commandes et les échanges.

  • 66 L’artiste, 3e livraison, 28 mars 1858, p. 215-216.
  • 67 Блестящая эпоха Фаберже…, no 5, ill. p. 86; Historicism…, no 73-75, ill. p. 178.
  • 68 Cat. de vente, Sotheby’s, New York, 20 mai 2004, no 163.
  • 69 Rue Marszakowska, no 91, mais aussi rue Wilcza, no 6. Il représente Henri Harleux ; voir archives (...)

19L’une de ces commandes émane du prince Nikolaj B. Youssoupov dit le jeune, qui demande vers 1857 à l’orfèvre Alexandre Gueyton un service de style byzantin parfois dit « gréco-byzantin »66, « scandinave »67 ou « celtique »68. Comme Gueyton, la manufacture Christofle a remporté son succès international par la mise en application des techniques de galvanoplastie. Reconnue comme un modèle de l’union de l’art et de l’industrie, la maison entreprend la conquête du marché russe, y exporte le goût français et, dans la lignée du service réalisé par Gueyton, adapte une partie de sa production au goût local. À partir de 1854, la création des ateliers de Karlsruhe, destinée à contrecarrer le Zollverein, permet de renforcer la présence européenne de la manufacture et son implantation en Russie où, à partir de 1859, elle fait déposer par Stanilas Jansen ses poinçons de marque à Saint-Pétersbourg. Un système complexe de représentants, d’intermédiaires et de revendeurs se met alors en place. Les représentants, établis à Moscou, Saint-Pétersbourg ainsi qu’à Odessa et Tiflis sont des distributeurs exclusifs de marchandises. Ils sont en relation directe avec la manufacture ou font appel à un intermédiaire. L’un d’entre eux, Jean Bernhard, basé à Varsovie69, couvre toute la Russie et reçoit les commandes des revendeurs lors de ses tournées. Certains d’entre eux travaillaient d’ailleurs sur le même principe avec la cristallerie Baccarat.

Figure 5 : « Sonnette de table, destinée à S. M. l’Impératrice de Russie ». L’illustration, 23 avril 1853, no 1, p. 272.

  • 70 Lettre du 13 avril 1893 à M. St. Bukowski à l’Hôtel d’Europe.

20Pour séduire cette clientèle, des objets à caractère russe apparaissent dans les catalogues de la maison, tels les premiers samovars russes dans le catalogue de 1862. Par la suite, on rencontre des petites cuillères, des services en émail ou des salières à couvercle « à la russe ». En 1893, la maison Christofle réfléchit à la création d’un couvert de modèle slave pour « faciliter les affaires en Russie »70. La maison s’inspire du modèle Fraget – orfèvre établi à Varsovie – dont le dessin rappelle la forme des couverts en argent massif, car celui-ci est traditionnellement préféré par les Russes. Tous ces efforts portent leurs fruits et les livraisons prestigieuses augmentent. Si les livres de commandes de la maison ne sont pas conservés, le croisement de différentes sources permet de retracer certains achats, que l’on peut illustrer à l’aide de photographies anciennes ou de gravures tirées des catalogues conservées par le musée.

  • 71 Sur les achats du grand-duc voir Wilfried Zeisler, « Grand duchess Maria Pavlovna and grand duke V (...)
  • 72 RGIA, fonds no 528, opis no 1, dossier no 578, fol. 2, 49 et 86-87. Localisation actuelle inconnue

21Le grand-duc Wladimir, grand amateur d’art71, fait plusieurs acquisitions relatées dans les archives de sa Maison à Saint-Pétersbourg. En 1872, il commande pour plus de 100 000 francs, par l’intermédiaire de C. Farks, un service de table à palmette Louis XVI argenté, orné de son monogramme en cyrillique couronné et un surtout Clodion, le tout composé de huit cent quarante-neuf pièces (voir fig. 6). Le responsable de la Maison du grand-duc, G. de Bock, se rend à Paris en 1873 afin de voir les objets en cours d’exécution. La même année, le grand-duc choisit d’autres pièces sur le stand de l’exposition de la manufacture à Vienne : une paire de lampes chinoises, une paire de flambeaux et un plateau bambou. Ces objets que l’on peut rapprocher de quelques modèles contemporains ont été payés 1 845 francs72.

Figure 6 : Modèle du surtout Clodion pouvant correspondre à celui commandé par le grand-duc Wladimir en 1872, photographie ancienne. Paris, archives du musée Bouilhet-Christofle.

  • 73 RGIA / РГИА, fonds no 536, opis no 1, dossier no 385, fol. 10, 15 et 20. Localisation actuelle inc (...)

22Une autre commande impériale du 9 avril 1883 concerne six mille deux cent quarante couverts en métal argenté ornés des armes impériales, payés 16 705 francs (6 832 roubles). Livrée par chemin de fer, la commande partagée en trois colis est réglée à Christofle par l’intermédiaire de l’ambassade de Russie à Paris le 23 mai 188373.

  • 74 MAE LA Courneuve, Protocole, C 145. L’impératrice passe la frontière française le 10 octobre en pr (...)
  • 75 Inv. 22942 ПДМП 2012 мт.
  • 76 RGIA / РГИА, fonds no 528, opis no 1, dossier no 952, fol. 16.
  • 77 Cat. de vente, Charles Pillet, Palais de San Donato, Florence, 15 mars 1880, no 1625.
  • 78 Le musée de l’Ermitage conserve plusieurs pièces de cette origine.
  • 79 Les archives Christofle mentionnent l’achat par Marie Brodsky de deux lions d’après Auguste Cain e (...)

23Si ces commandes sont le fruit de la présence internationale de la manufacture, d’autres sont lièes à la présence des Russes en France, notamment celle de l’impératrice Maria Alexandrovna qui séjourne à Nice en 187974. En octobre, candélabres et flambeaux sont acquis au nom de l’impératrice pour la somme de 4 000 francs. L’un des modèles de candélabres reproduits dans les catalogues commerciaux de l’époque (no 1697) correspond avec une paire conservée dans les collections du palais de Petergof75 (voir fig. 7). Un grand nombre de représentants de l’élite russe possédaient ainsi une vaisselle ou des objets d’art Christofle. Le grand-duc Alexis en conservait dans son palais de Saint-Pétersbourg76, de même les Demidov à San Donato77, les Chouvalov à Saint-Pétersbourg78 ou Marie Brodsky à Odessa79.

Figure 7 : modèle de candélabre (au centre) correspondant à ceux acquis pour l’impératrice de Russie en 1879. Catalogue commercial, Paris, archives du musée Bouilhet-Christofle.

  • 80 Christofle fournit tous les plus célèbres hôtels et buffets d’Europe des années 1880 à la première (...)
  • 81 Il s’agit très certainement du restaurant l’Ermitage de Moscou mentionné par Léon Tolstoï dans Ann (...)
  • 82 Communication orale de Madame Ludmila N. Bakerkina en 2004.
  • 83 Selon les résultats de l’enquête commandée par Christofle auprès de l’agence parisienne de détecti (...)
  • 84 Félix Youssoupoff, Mémoires, Paris, 1990, p. 65 et 77-78.

24La manufacture fournissait également les nombreux restaurants, hôtels et compagnies ferroviaires russes, à l’image de leurs confrères européens80. La marque française se retrouvait dans des hôtels de Bakou, Ekaterinoslav, Kharkov, Moscou, Odessa, Rostov sur le Don, Saint-Pétersbourg, Samara, Sébastopol, Sotchi, Tiflis, des restaurants de Moscou, Saint-Pétersbourg, Tiflis, des buffets de Belgorod, Kharkov, Moscou (gare de Kursk, gare de Iaroslavl’), Voronej, Zverinko. À Moscou et à Saint-Pétersbourg, l’argenterie Christofle ornait les tables des plus luxueux hôtels et restaurants : l’hôtel Métropole, l’Ermitage Olivier81 – qui se fournissait aussi chez Baccarat – et le Grand Hôtel du Nord ou l’Hôtel Klee. Un petit vase provenant de l’Astoria, faisant vraisemblablement partie de l’abondante commande de 1917, est aujourd’hui conservé au musée d’histoire de la ville à Saint-Pétersbourg82. Deux monuments de la vie mondaine de Saint-Pétersbourg étaient garnis d’une telle vaisselle : l’Ours (медведь), restaurant « bien situé et bien fréquenté »83 et de premier ordre selon la classification du Baedecker de 1902 – évoqué dans les Mémoires du prince Youssoupov, il était connu du tout-Pétersbourg – ou encore l’Aquarium, café-concert « alors le plus en vogue de Saint-Pétersbourg »84, appartenant aux frères Alexandrov. À cela, il faut ajouter les commandes du Café de Paris de Pierre Cubat et de différents clubs et mess d’officiers.

25Comme le démontrent certains exemples précédents, les expositions internationales sont un moyen de se faire connaître et d’obtenir des commandes. À la fin du XIXe siècle, dans un contexte de rapprochement franco-russe tant économique que politique, leur nombre tend à augmenter en Russie et les orfèvres parisiens y sont très présents.

  • 85 Sur cette exposition, voir entre autres Wilfried Zeisler, « Moscou, un Far East pour les industrie (...)
  • 86 Archives Christofle, t. 33, no 242, 25 septembre 1890 ; t. 34, no 3, 16 mars, no 41, 31 mars 1891 (...)
  • 87 Le musée Bouilhet-Christofle conserve un exemplaire de cette torchère (inv. OBJ 929) ainsi que le (...)
  • 88 Léon Plarr, La France à Moscou. Exposition de 1891, Paris, 1891, p. 222 et 237 ; Joseph Balmont, « (...)
  • 89 Ce décor a fait l’objet d’un brevet (no 138946) déposé pour quinze ans par Christofle et Cie le 2 (...)
  • 90 Journal de l’exposition française à Moscou en 1891, 16 juin 1891, no 8, p. 4-5.

26L’une de ces expositions, consécutive à l’Exposition universelle de 1889, est organisée à Moscou en 189185. Cette manifestation est un tremplin pour la stratégie commerciale de Christofle. Membre du comité d’admission et d’installation86, la maison est impliquée jusque dans l’exécution de la reliure de l’ouvrage commémoratif destiné à Alexandre III. En mars, des tentures de velours et des tapis sont envoyés à Moscou pour garnir les quatre vitrines et l’emplacement de la manufacture. Vingt-neuf caisses suivent via Le Havre dont deux contiennent uniquement des pièces en argent massif, nouveau témoignage de la volonté de se soumettre au goût local. Les plus grands chefs-d’œuvre de 1889 sont présentés, notamment la torchère « courge », l’encoignure « japonaise » et le samovar déjà exposé à Vienne en 1873 et à Paris en 188987. L’intérêt que suscitent les vitrines de l’orfèvre est vraisemblablement le fruit de l’importante campagne de communication engagée : quasiment chaque numéro du Journal de l’exposition française à Moscou en 1891 publie un encart publicitaire en russe consacré à la maison. Le succès est au rendez-vous : lors de leur visite, Alexandre III et le grand-duc Serge choisissent quelques objets dont deux services de toilette88 et « un plateau ayant la forme d’une feuille de nénuphar » qui correspond vraisemblablement au décor dit d’empreinte naturelle89. Lors d’une troisième visite impériale, Christofle offre aux « augustes visiteurs » « un coffret en argent dans le style hindou, orné d’incrustations »90.

  • 91 Sur le musée Stieglitz et ses achats, voir entre autres G. Prokhorenko et G. Vlassova, Baron Stieg (...)

27Quelques années plus tard, en 1899, le musée d’Art décoratif fondé par le baron Stieglitz à Saint-Pétersbourg, lui-même client régulier des orfèvres parisiens par l’intermédiaire d’Aleksandr Polovcov91, organise une exposition franco-russe à laquelle Christofle et Cie prend part avec d’autres grands orfèvres parisiens dont Boin-Taburet.

  • 92 H. Bouilhet, L’orfèvrerie française…, t. III, p. 151-152, 275, 308 et 344.
  • 93 L’exposition de Moscou, publiée avec la collaboration d’écrivains spéciaux…, p. 58.
  • 94 A. de Foelkersam, Inventaire…, t. II, ct. 448, p. 710.
  • 95 Л. М. Фролова, Прикладное искусство…, no 99-102. Orfèvrerie de la Maison Boin-Taburet. Recueil de (...)
  • 96 Journal de l’exposition française à Moscou en 1891, 16 juin 1891, no 8, p. 4-5.

28Véritable « temple de l’orfèvrerie Louis XV »92, cette maison conforte ses liens avec la Russie. Georges Boin, « qui a exécuté beaucoup de travaux d’orfèvrerie pour les grands-ducs et pour la cour »93, avait livré à la famille impériale une « machine à café »94 entrée le 3 septembre 1887 au palais Aničkov. C’est l’un des plus importants participants à l’exposition française ; il y présente plusieurs pièces dont une toilette composée à partir des modèles de l’orfèvre Germain. Ces sources illustrent l’intérêt « archéologique » porté au style dans les arts décoratifs de cette période. Lors de sa visite, l’impératrice, qui apprécie ces formes fin-de-siècle, fait l’acquisition de trois cafetières et théières en argent dans le style rococo qui rappelle celui du service acquis en 1986 par le palais des armures à Moscou, lui-même très proche d’un modèle de Germain proposé par la maison dans son catalogue de 189395. À leur tour, les grands-ducs Wladimir, Serge et leurs épouses font quelques achats. À l’occasion de leur troisième et dernière visite, l’orfèvre « offre une bonbonnière dans le style ancien aux augustes visiteurs » qui achètent « deux plats en argent » et « une lampe en vieil argent »96.

  • 97 Martial Bernard, Exposition internationale artistique de Saint-Pétersbourg 1901-1902. Section fran (...)

29Au nombre des expositions russes auxquelles participe Boin-Taburet, signalons encore celle placée sous le patronage de la princesse Eugénie d’Oldenburg et organisée à Saint-Pétersbourg en 1901-1902 par la Croix-Rouge. Boin-Taburet y expose de l’orfèvrerie de style, des porcelaines, des verreries et des céramiques montées dont des vases de Gallé et de Delaherche97.

  • 98 Sur Falize, voir Katherine Purcell, Falize. A Dynasty of Jewelers, Londres, 1999.
  • 99 Cat. de vente, Charles Pillet, Palais de San Donato…, 1880, no 1372-1373.
  • 100 K. Purcell, Falize…, p. 137, ill. 198 et 199, les publie comme des vues de l’exposition de 1901-19 (...)
  • 101 Musée historique de Moscou.
  • 102 H. Bouilhet, L’orfèvrerie française…, t. III, p. 360, ill. Localisation actuelle inconnue.
  • 103 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris. Rapports du jury international. Groupe XV, (...)
  • 104 Henri Vever, La bijouterie française au XIXe siècle, Paris, 1906-1908, t. III, p. 517.
  • 105 Le sculpteur est par ailleurs impliqué dans l’exécution de plusieurs commandes impériales faites à (...)
  • 106 A Time to Gather. Russian Art from Foreign Private Collections, cat. d’exposition, Saint-Pétersbou (...)

30Comme la plupart de ces grandes maisons, l’orfèvre Falize98 multiplie ses liens avec la clientèle russe, comme l’illustre le candélabre Demidov présenté à l’Exposition universelle de Paris en 188999. Falize participe à l’Exposition française de Moscou en 1891, à l’exposition franco-russe de 1899 et à l’exposition internationale artistique de 1901-1902. Sur des photographies prises en 1899 dans la grande salle d’exposition du musée Stieglitz100, il est possible de reconnaître plusieurs pièces livrées à la Russie : le grand surtout de table avec la figure de Pierre le Grand ou Vaisseau de la Russie commandé par le grand-duc Wladimir101, ou la photographie du surtout dit La Vague102 (voir fig. 8 ci-après). Celui-ci fut commandé à l’occasion du couronnement de Nicolas II en mai 1896 à la demande des communautés juives et offert au jeune souverain avant d’être présenté à Paris en 1900103. Monument en argent (70 kg) ciselé par Joindy, il représente une figure ailée, allégorie du ciel selon Vever104, portant entre ses mains la couronne impériale. Elle se dresse sur une mappemonde placée en équilibre sur une vague reposant sur une volute d’inspiration rocaille au bout de laquelle, inscrit dans un cartouche, apparaît l’aigle bicéphale de Russie. La figure principale modelée par le sculpteur russe Marc M. Antokolsky105 reprend le modèle de la Victoire en bronze conservée dans une collection particulière, sur laquelle la coiffe impériale est remplacée par une couronne de laurier106.

Figure 8 : surtout du couronnement dit La Vague. Le magasin pittoresque, 1896, p. 377.

IV. — 1900, la « Belle Époque » de l’orfèvrerie parisienne en Russie

31Autour de 1900, l’industrie parisienne de l’orfèvrerie voit ses relations avec la Russie s’intensifier, comme en témoignent les rapports des expositions universelles dans lesquels sont décrites certaines commandes, les comptes du cabinet impérial ou ceux de plusieurs grands-ducs ainsi que leurs inventaires, sans oublier les papiers personnels des derniers Romanov.

  • 107 RGIA, fonds no 528, opis no 1, dossier no 1684, fol. 178.
  • 108 RGIA, fonds no 528, opis no 1, dossier no 1679, fol. 355 ; dossier no 1692, fol. 68.
  • 109 GARF, fonds no 655, opis no 1, dossier no 958, fol. 90 ; dossier no 979, fol. 63 ; dossier no 981, (...)
  • 110 AGE, fonds no 1, opis no 8 (G), dossier no 7, fol. 57, no 226 ; fonds no 1, opis no 8 (G), dossier (...)

32Les comptes du grand-duc et de la grande-duchesse Wladimir, conservés tant à Saint-Pétersbourg qu’à Moscou, confirment ainsi ces liens avec l’orfèvre Falize107 ou les maisons Boin-Taburet108 et Risler et Carré109. Les factures décrivent surtout des petites pièces de style ou des accessoires élégants produits par la plupart des grandes maisons de cette période et qui contribuaient à leur succès. Les lampes ou vases montés, l’une des spécialités de la maison Boin-Taburet, sont à considérer dans cette lignée. C’est peut-être à l’occasion d’un voyage ou des expositions organisées sur le sol russe que le couple impérial acquit la lampe électrique inventoriée en 1909 dans ses appartements privés au Palais d’hiver110.

  • 111 RGIA, fonds no 528, opis no 1, dossier no 1692, fol. 69.
  • 112 H. Bouilhet, L’orfèvrerie française…, t. III, p. 350, ill. p. 351. Localisation actuelle inconnue.
  • 113 « 16 АВГ. 1874 ГОДА И 16 АВГ. 1899 ГОДА ».
  • 114 GARF. Information communiquée par Mme Ekaterina S. Khmelnitskaïa.
  • 115 RGIA, fonds no 528, opis no 1, dossier no 949, fol. 30. Les autres tablettes étaient garnies de pi (...)

33Loin de se limiter à ces petits objets à la mode, les commandes aux orfèvres parisiens concernent toujours l’art de la table, telles les pièces choisies – plats, surtouts ou candélabres – en décembre 1899, mai, novembre, décembre 1900 et novembre 1901 par le grand-duc Wladimir (4 327 francs) chez André Aucoc111, successeur de Louis Aucoc. En 1900, à l’Exposition universelle de Paris, l’orfèvre présente « […] le surtout testimonial112, de style Louis XVI, que les enfants du grand-duc Wladimir Aleksandrovič et de Madame la grande-duchesse Marie Pauline [Maria Pavlovna] leur ont offert à l’occasion du 25e anniversaire de leur mariage » en août 1899113 (voir fig. 9 ci-après). Sur un plateau miroir de forme légèrement chantournée en partie bordé d’une balustrade enrichie de guirlandes, vingt-cinq putti dansent une farandole autour du temple de l’amour, porté par quatre colonnes aux pieds desquelles sont placées les représentations allégoriques des quatre donateurs : Cyril, Boris, André et Hélène. Fleurs et feuillages dorés ont été modelés par Daragnon et ciselés par Brard. La statuaire est de Moreau, tandis que le reste des travaux de ciselure est l’œuvre de Beaulieu. Dans une lettre du 6 avril 1900, André Aucoc annonce bonne réception dudit surtout qu’il a très certainement réclamé pour être présenté à l’exposition114. Retourné ensuite en Russie, le monument orfévré est décrit en 1910 dans un inventaire du palais Wladimir. Particulièrement mis en valeur, le surtout y était présenté à la vue de tous, sur la première étagère de la vitrine de l’escalier d’apparat qui donne accès au grand salon, au jardin d’hiver et aux appartements de la grande-duchesse115.

Figure 9 : surtout commandé par les enfants du grand-duc Wladimir et présenté à l’Exposition universelle de Paris en 1900. Victor Champier, Les industries d’art à l’Exposition universelle de 1889 et de 1900, Paris, 1902.

  • 116 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris…, p. 238-239. Localisation actuelle inconnue
  • 117 Victor Champier, Les industries d’art à l’Exposition universelle de 1889 et de 1900, dans Revue de (...)
  • 118 H. Bouilhet, L’orfèvrerie française…, t. III, p. 350-351, ill. p. 353.

34En 1900, Aucoc expose également « la coupe dite Bratina, offerte au régiment de la garde à cheval par S. A. I. le grand-duc Paul Alexandrovič »116 (voir fig. 10). Réalisée au marteau, « jamais sous Louis XV, on ne fit si grand et mieux »117, la coupe chantournée, est directement inspirée de l’estampe Nef pour le roy de Juste-Aurèle Meissonnier, modèle daté de 1728-1729 et imposé par le grand-duc. Le « gigantesque » plateau est, quant à lui, une création de l’orfèvre prise dans une seule pièce de métal, réalisée au repoussé et fondue en partie118.

Figure 10 : coupe Bratina commandée par le grand-duc Paul et présentée à l’Exposition universelle de Paris en 1900. Victor Champier, Les industries d’art à l’Exposition universelle de 1889 et de 1900, Paris, 1902.

  • 119 O. Gaube du Gers et J. M. Pinçon, Odiot…, p. 191 ; В.В. Скурлов et А.Н. Иванов [V. V. Skurlov et A (...)

35À la « Belle Époque » de l’alliance franco-russe, deux grands orfèvres parisiens deviennent fournisseurs brevetés de la cour impériale, ce qui, plus que ces mentions, factures et autres inventaires, démontre explicitement les liens commerciaux entre les deux pays. Le 17 janvier 1898119, le ministère de la Cour octroie le titre de fournisseur breveté à l’orfèvre Odiot. Obtenu lorsque l’on pouvait justifier de commandes régulières et répétées, ce privilège témoigne de son activité avec la cour ou la famille impériale. Entre 1875 et 1914, les livres de comptes en sont en effet le reflet. La clientèle comporte tous les plus grands noms de la société russe qui avait ses habitudes à Paris, tels le sénateur Polovcov, la princesse Lobanov, les Trubeckoj, les Galicyn, les Šeremetev, la princesse Gočakov, les Urusov, le prince Saltykov ainsi que Tenišev ou la princesse Ûr’evskij. Les membres de la famille Orlov, dont le prince Nicolas fut ambassadeur à Paris de 1872 à 1884, sont eux aussi mentionnés entre 1898 et 1913. Plusieurs familles de diplomates font également partie de la clientèle. En effet, l’ambassade fait régulièrement appel aux services de la maison pour l’entretien de son orfèvrerie. Dans les livres consultés, la première mention « ambassade de Russie à Paris » apparaît en 1876 et se retrouve jusqu’en 1913. La baronne de Mohrenheim, vraisemblablement l’épouse de l’ambassadeur entre 1884 et 1898, apparaît en 1898 pour des travaux de réparation. Le comte Nelidov, attaché d’ambassade puis ambassadeur de 1903 à 1910, est client en 1910 et en 1912. Le dernier ambassadeur de Russie à Paris avant la Révolution, Aleksandr P. Izvolskij, est lui aussi signalé, dans les archives (1913). Les ouvrages demandés par l’ambassade restent modestes mais témoignent de relations officielles.

  • 120 Sur Keller, voir Wilfried Zeisler, « Французский Ар-Нуво в России и императорские покупки изделий (...)

36Ce lien avec une maison qui représente un monument de l’histoire de l’orfèvrerie française inscrit le goût russe dans la tradition. Cependant, en 1900, la nomination de l’orfèvre Keller120 comme fournisseur breveté de la cour témoigne d’un goût certain pour la modernité. Fondée par Gustave Keller en 1857, la maison, spécialisée dans les nécessaires et la maroquinerie, est reprise en 1878 par ses deux fils, qui, sous la raison sociale « Keller frères », se tournent vers l’orfèvrerie.

  • 121 RGIA, fonds no 468, opis no 13, dossier no 1854.
  • 122 AGE, fonds no 1, opis no 8 (G), dossier no 7, fol. 36, no 120 ; fonds no 1, opis no 8 (G), dossier (...)
  • 123 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris…, p. 257-258. V. Champier, Les industries d’ (...)

37De nombreuses sources en France et à l’étranger témoignent de l’importance des relations entretenues avec la cour et avec Nicolas II, client régulier à partir de 1897121. Le nombre des pièces impériales présentées à l’Exposition universelle de 1900 en est un premier exemple. Signalons, parmi ces œuvres, deux lampes en céramique montées en bronze, dont une ornait les appartements privés du Palais d’hiver (voir fig. 11a et 11b)122 ou encore le broc en argent du grand-duc Paul. Ce dernier appartient à une célèbre série dont l’originalité et la pureté moderne ont interpellé les rapporteurs de l’exposition (voir fig. 12)123.

38Dans la plupart des résidences impériales, on trouvait des objets composés dans un style propre à Keller, tel que tente de le décrire Maurice Demaison en 1902 :

  • 124 Maurice Demaison, « Les montures de vases », dans Art et décoration, déc. 1902, p. 206.

MM. Keller se sont fait un style défini et spécial qui ne dérive de l’interprétation d’aucun objet réel. Ils ne cherchent que la ligne, l’arrangement élégant de courbes presque géométriques mais modelées d’épaisseur et de sections variables, présentant alternativement des arêtes et des surfaces arrondies124.

Figure 11a et 11b : lampes de S. M. l’Empereur Nicolas II présentées à l’Exposition universelle de Paris en 1900. Gustave Keller, Keller Frères, Paris 1900. Exposition universelle, cl. 94 et 98, Paris, 1900, pl. I et II.

Figure 12 : couteau de chasse et boucle de ceinturon, exécutés pour S. A. I. le grand-duc Alexis Alexandrovič et broc appartenant à S. A. I. le grand-duc Paul Alexandrovič, présentés à l’Exposition universelle de Paris en 1900.Gustave Keller, Keller Frères, Paris 1900. Exposition universelle, cl. 94 et 98, Paris, 1900, pl. IV.

  • 125 Musée de l’Ermitage, inv. Э 17256.
  • 126 Archives du palais de Gatchina, inventaire de l’argenterie (1920), no 213 ; inventaire de l’argent (...)
  • 127 Localisation actuelle inconnue.
  • 128 RGIA, fonds no 528, opis no 1, dossier no 952, fol. 11, no 94, fol. 19 ; no 194 et 195.
  • 129 RGIA, fonds no 528, opis no 1, dossier no 1692, fol. 70 et 73.
  • 130 Landeshauptarchiv, Schwerin, Kabinett III, 5. 2. 1., no 734 : reçu daté du 31 janvier 1911 par « G (...)
  • 131 Cat. de vente, Romanov Heirlooms. The Lost Inheritance of Grand Duchess Maria Pavlovna, Sotheby’s, (...)

39La veilleuse de la dernière impératrice en est une belle illustration125 (voir fig. 13). Signalée dans l’inventaire des appartements privés du palais Aleksandr à Tsarskoïe-Selo (1938-1940), elle est caractérisée par un décor ajouré composé par un enchevêtrement savamment organisé de volutes et de lignes anguleuses, façonné à la main et au marteau. Au Palais d’hiver, on trouvait en 1909 un encrier en porcelaine blanche à motifs bleus monté par Keller et placé sur la table à écrire de la bibliothèque de Nicolas II, peut-être l’objet visible sur des photographies des années 1920. Dans les inventaires du palais de Gatchina126, ce sont des boîtes et une canne au pommeau d’argent qui étaient conservées dans les appartements privés, situés dans l’entresol du carré de l’Arsenal, notamment dans la chambre d’Alexandre III. Le grand-duc Alexis, dont plusieurs pièces avaient été exposées en 1900 – un couteau de chasse, des couverts de voyage et une boucle (fig. 12)127 – conservait dans son palais un surtout et des coupes à caviar de Keller128. Dans ces palais, ces objets illustraient la diversité des accessoires et des objets décoratifs que produisait la maison Keller avec une extrême qualité. On en retrouve l’esprit dans les achats faits par le grand-duc Aleksandr Mihajlovič et son épouse la grande-duchesse Ksenia, sœur de l’empereur, ou encore dans ceux du grand-duc Wladimir en novembre 1900 et décembre 1901 (1 865 francs)129. Sa veuve, la grande-duchesse Maria Pavlovna, reste fidèle à la maison ; en 1911, elle lui verse une somme de 1000 francs, « partie de débits » dont le reçu est conservé dans les archives de Schwerin130. Le seul témoin de ces derniers achats précieux est un étui à cigarettes en argent131 (voir fig. 14). Sobre et élégant, d’une grande qualité d’exécution, cet objet porte, gravée dans son intérieur vermeil, l’inscription symbolique « Fumer est plaisir / Plaisir est fumée ».

Figure 13 : veilleuse appartenant à S. M. l’Impératrice de Russie et couvert de voyage exécuté pour S. A. I. le grand-duc Alexis Alexandrovič, présentés à l’Exposition universelle de Paris en 1900. Gustave Keller, Keller Frères, Paris 1900, Exposition universelle, cl. 94 et 98, Paris, 1900, pl. III.

40Les orfèvres parisiens présents en Russie tout au long du XIXe siècle, tant physiquement qu’au travers de leur art, ont exporté le goût français à la cour. Au même titre que celle de la peinture, l’histoire de l’orfèvrerie et de ses dynasties de maîtres parisiens, peut ainsi être évoquée par le prisme des collections russes.

Figure 14 : G. Keller, étui à cigarettes « Fumer est plaisir / plaisir est fumée », provenant de la grande-duchesse Wladimir. Coll. part., Paris.

Notes

1 Sur les orfèvres, sauf études particulières, voir Henri Bouilhet, L’orfèvrerie française aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, 1912 et les biographies dans Un âge d’or des arts décoratifs (1815-1848), cat. d’exposition, Paris, 1991 (avec bibliographie).

2 Baron A. de Foelkersam, Inventaire de l’argenterie conservée dans les garde-meubles des palais impériaux : Palais d’hiver, Palais Anitchkov, château de Gatchino, Saint-Pétersbourg, 1907.

3 L’étude de ces commandes, déjà entamée, pourrait être poursuivie. Voir par exemple La France et la Russie au siècle des Lumières. Relations culturelles et artistiques de la France et de la Russie au XVIIIe siècle, cat. d’exposition, Paris, 1986-1987, p. 324-339.

4 Pour les pièces conservées à l’Ermitage, voir entre autres Прикладное Искусство конца XIX начала XX века [L’art appliqué de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle], cat. d’exposition, Léningrad, 1974 ; Historicism in Russia, Style and Epoch, in the Decorative Arts, 1820-1890s, cat. d’exposition, 1996 et М. Лопато Лопато [M. Lopato], Ювелиры Старого Петербурга [Les bijoutiers de l’ancien Pétersbourg], Saint-Pétersbourg, 2006. Pour celles du Palais des armures à Moscou, voir Прикладное искусство Франции XVII-XX веков - Каталог [L’art appliqué français, XVIIIe-XXe siècle – Catalogue], dir. Л. М. Фролова [L. M. Frolova], Moscou, 1995.

5 Sont exclus de ce propos les bijoutiers-joailliers dont les relations avec la Russie pourraient faire l’objet d’une étude spécifique.

6 Sur Biennais, voir l’étude d’Anne Dion-Tenenbaum, L’orfèvre de Napoléon Martin-Guillaume Biennais, Paris, 2003.

7 Musée de l’Ermitage. Voir Marina Lopato, « L’argenterie de l’époque napoléonienne », dans Sous le signe de l’aigle, cat. d’exposition, Saint-Pétersbourg, 1999, p. 74-75, ill. p. 75.

8 Voir Elena Sharnova, « Un vrai musée de la peinture française : la collection française de Nicolaï Borissovitch Youssoupov », dans Collections et marché de l’art en France, 1789-1848, Rennes, 2005, p. 359-373.

9 Olivier Gaube du Gers et Jean-Marie Pinçon, Odiot orfèvre. Trois siècles d’histoire, d’art et de création, Paris, 1990.

10 AN, AF/IV/1501.

11 Л. М. Фролова, Прикладное искусство…, no 74 à 79.

12 Sur les collections d’orfèvrerie Youssoupov conservées à l’Ermitage, voir М. Лопато [M. Lopato], « Собрание художественного серебра князей Юсуповых в Эрмитаже [La collection de l’orfèvrerie des princes Youssoupov de l'Ermitage] », dans Декоративно-прикладное искусство Западной Европы [L’art décoratif appliqué de l’Europe occidentale]. ФГУК Государственный исто-рико-культурный музей-заповедник « Московский кремль », dans Материалы и исследования. xviii, Moscou, 2006, p. 247-263.

13 Exposition d’orfèvrerie civile française de la Révolution à nos jours, cat. d’exposition, Paris, 1929, no 203.

14 Yves Bottineau et al., Les grands orfèvres de Louis XIII à Charles X, Paris, 1965, p. 304-305.

15 « Séjour de l’empereur Alexandre Ier à Paris en 1814 », Александр I « Сфинкс не разгаданный до гроба… » [Alexandre Ier « Le sphinx qui garda son secret jusqu’au tombeau »], cat. d’exposition, Saint-Pétersbourg, no 385, p. 260, ill. p. 47. Un autre ensemble identique est conservé au musée historique de Moscou. Louis Dussieux signale la commande d’un calice et d’un ciboire en or, peutêtre une confusion avec le vermeil ? (Les artistes français à l’étranger, Paris, 1876, p. 566).

16 Palais des armures au Kremlin de Moscou.

17 M. Lopato, « L’argenterie… », p. 73.

18 Serge Grandjean, « A dinner service by Biennais at the Rijksmuseum », dans The connoisseur, octobre 1958, p. 84-87.

19 AGE, fonds no 1, opis no 5 (partie 2), dossier no 467, fol. 6, no 63-74.

20 Л. М. Фролова, Прикладное искусство…, no 91. Huit pièces sont conservées au Rijksmuseum d’Amsterdam (ancienne collection F. Mannheimmer), neuf pièces sont à la Fondation Gulbenkian de Lisbonne et d’autres ont fait partie des collections Helft, David-Weill ou Al Tajir. Informations communiquées par Mme Anne Dion-Tenenbaum.

21 L’aigle et le papillon, symboles des pouvoirs sous Napoléon, cat. d’exposition, Paris, 2008.

22 Музей Эрмитаж [Musée de l’Ermitage], Под знаком орла, Искусство ампира - Краткий каталог выставки [Sous le signe de l’aigle. L’art Empire – Catalogue sommaire de l’exposition], Saint-Pétersbourg, 2000, no 183.

23 Service à thé et à café de l’ancienne collection Ricardo do Espirito Santo. Voir cat. de vente, Ader, Picard et Tajan, Objets d’art et de très bel ameublement, Paris, 14 juin 1977, no 15. Voir aussi Les trésors de l’argenterie du Portugal, cat. d’exposition, Paris, 1954, no 490, pl. 182. Cette collection comptait aussi six flambeaux d’Odiot de même origine (ibid., no 491, pl. 184). Voir aussi cat. de vente, Tajan, Paris, 21 mai 2003, no 67.

24 18 juin 1824, no 171, p. 824.

25 Е. И. Кочерова [E. I. Kotcherova], « Коллекции Ораниенбаумских Дворцов в 1827-1918 годах [Collections des palais d'Oranienbaum 1827-1918] », dans Ораниенбаум. Век XIX… По материалам выставки « осколки зеркала » к 150 летию Меклембург-Срелицкого дома в России [Oranienbaum au XIXe siècle… d’après les documents de l’exposition « Les éclats du miroir », à l’occasion des 150 ans de la maison des Meklenbourg-Strelitz en Russie], cat. d’exposition, 2006, p. 98.

26 RGIA, fonds no 548, opis no 1, dossier no 1543, fol. 3-14, 16-21 et 47-53.

27 Telle était vraisemblablement l’origine des pièces des collections Ricardo do Esperito Santo et Al Tajir. Voir cat. de vente, Christie’s, Londres, 30 juin 1965, no 117 ; Ader, Picard et Tajan, Paris, 14 juin 1977, no 13 à 25 ; Christie’s, Londres, 30 nov. 2004, no 438. D’autres pièces circulent sur le marché de l’art, notamment deux candélabres de Cahier (1819-1838) présentés à la Biennale de Paris en 2006 et au Salon du collectionneur en 2009 (Bernard de Leye, Bruxelles), ou une cuillère à ragoût de Naudin (1819-1838) (cat. de vente, Adjug’art, Brest, 14 mars 2006, no 254). Voir aussi cat. de vente, Tajan, Paris, 21 mai 2003, no 78.

28 AGE, fonds no 1, opis no 5 (partie 2), dossier no 267, fol. 15 ; opis no 9, dossier no 89, fol. 34-35, no 4 I, 4 VI et 4 VII.

29 Service de cent dix-sept pièces réalisées d’après des modèles de Cavelier, en partie conservé au Metropolitan Museum of Art de New York (The Arts under Napoleon, cat. d’exposition, Metropolitan Museum of Art, New York, 1978, no 156 à 159) et au musée du Louvre, inv. OA 12163-12168.

30 Л. М. Фролова, Прикладное искусство…, no 82-85 et 87-89, p. 75-78 et 80-81.

31 Exposition d’orfèvrerie …, no 711, 712 et 713. Cat. de vente, Charles Pillet, Collection de San Donato, Paris, 1870, no 1298-1324 et 1331-1391.

32 Cat. de vente, Sotheby’s, Monaco, 16 juin 1996, no 190.

33 Jules Burat, Exposition de l’industrie française 1844, Paris, 1844, t. II, p. 34.

34 H. Bouilhet, L’orfèvrerie française…, t. II, p. 181-182.

35 Sur l’orfèvre, voir Trésors d’argent. Les Froment-Meurice, orfèvres romantiques parisiens, cat. d’exposition, Paris, 2003.

36 Vraisemblablement Bobrinskij. H. Bouilhet (L’orfèvrerie française…, t. II, p. 239) mentionne la commande en 1841 d’une toilette, peut-être celle de la comtesse Boubre mentionnée par L. Dussieux en 1876 (Les artistes français…, p. 573).

37 Trésors d’argent. Les Froment-Meurice …, no 16 et 17, ill. p. 219.

38 AGE, fonds no 1, opis no 5 (partie 2), dossier no 267, fol. 10, no 37-47. Service à thé de style rocaille, monogrammé, provenant des collections Saxe-Altenbourg (1922). Localisation actuelle inconnue.

39 Honoré de Balzac, Lettres à Madame Hanska, Paris, 1990, t. II, lettres 264, 281, 283 et 287.

40 Le musée Balzac à Paris conserve un exemplaire de cette canne réalisée d’après un modèle de Pierre-Jules Cavelier. Inv. Bal 135.

41 Un autre exemplaire de ce bouclier, daté de 1851, est conservé dans les collections royales espagnoles. Voir Trésors d’argent. Les Froment-Meurice…, p. 72-73, ill. p. 74, no 22.

42 Exposition d’orfèvrerie civile…, no 302 ; cat. de vente, Collection de San Donato…, 1870, no 1220.

43 J. Burat, Exposition de l’industrie…, p. 34.

44 Cat. de vente, Sotheby’s, Genève, 15 nov. 1993, no 101.

45 H. Bouilhet, L’orfèvrerie française…, t. II, p. 176.

46 Rapport du jury central sur les produits de l’agriculture et de l’industrie exposés en 1849, Paris, t. III, p. 322.

47 AGE, fonds no 548, opis no 1, dossier no 1543, fol. 35-37.

48 Блестящая эпоха Фаберже - С- Петербург Париж Москва [L’époque brillante de Fabergé – Saint-Pétersbourg, Paris, Moscou], cat. d’exposition, Tsarskoïe-Selo, 1992, no 8, ill. p. 80. AGE/АГЭ, fonds no 1, opis no 9, dossier no 89 ; opis no 5 (partie 2), dossier no 267, fol. 13, no 359-360 ; fol. 14-16, no 427-471 et 566-587 ; fol. 34, no 1583-1584 et 1586. Ce service fut lui aussi partagé entre les héritiers de la grande-duchesse avant de passer au musée de l’Ermitage via la collection Saxe-Altenbourg. Toutes les pièces de ce service ne sont pas localisées, notamment le surtout.

49 Блестящая эпоха Фаберже…, no 9, ill. p. 83. Après avoir subi le même cheminement que les autres services (via le musée Russe en 1922), dix-neuf pièces ont été vendues chez Wartski à Londres et acquises par Joseph E. Davies avant d’être offertes à Marjorie Merrieather Post. Anne Odom, A Taste for Splendour. Russian Imperial and European Treasures from the Hillwood Museum, Alexandria (VA), 1998, no 149, p. 269-270.

50 Baronne Maria T. Paškova (1807- ?), épouse de Mihail V. Paškov, mort à Paris le 7 juin 1863. A. de Foelkersam, Inventaire…, t. II, carton 309-316, p. 469-470. Ce service, aujourd’hui disparu, est encore décrit dans l’inventaire de 1925 AGE, fonds no 1, opis no 5 (partie 2), dossier no 467, fol. 97, no 2320.

51 AN, Minutier central des notaires, III/1564.

52 Sur Morel et Cie, voir Isabelle Lucas, « Jean-Valentin Morel (1794-1860), un bijoutier parisien à l’époque romantique », dans Histoire de l’art, 48, juin 2001, p. 77-86.

53 Exposition des produits de l’industrie française en 1844. Rapport du jury central, Paris, 1844, t. III, p. 172.

54 Cat. de vente, Collection de San Donato…, 1870, no 1253-1255 et 1289.

55 Petit courrier des dames, 20 juil. 1844, p. 32.

56 AN, F/12/5217. Mortimer avait proposé un devis de 130 000 francs ; celui de Morel était inférieur à 100 000 francs.

57 H. Bouilhet, L’orfèvrerie française…, t. III, p. 261-262. La pièce centrale faisait près d’un mètre de haut et les candélabres cinq pieds. Passé par héritage dans les collections de la Rochefoucauld, le surtout est exposé au musée des Arts décoratifs en 1929 ; voir Exposition d’orfèvrerie civile…, no 702. Les six salières sont passées en vente avec des couverts en 1985 ; voir cat. de vente, Couturier-Nicolay Drouot, 4 déc. 1985, no 183 et no 187.

58 Victor Champier, « Les artistes de l’industrie : Constant-Sévin », dans Revue des arts décoratifs, t. 9, 1888-1889, p. 171.

59 L’illustration, 19 déc. 1846, p. 248.

60 Comte L. Clément de Ris, « Mouvement des arts », dans L’artiste, 1er avril 1854, p. 76-77.

61 AN, F/12/5217 : « c’est donc bien à moi que cette industrie doit d’avoir repris son rang dans ce pays ».

62 Localisation actuelle inconnue.

63 Sur Duponchel, voir Anne Dion-Tenenbaum, « Multiple Duponchel », dans Revue de l’art, 1997/2, no 116, p. 66-75.

64 Peut-être Honoré Bourdoncle dit Honoré (1823-1893), aussi ciseleur chez Froment-Meurice.

65 L’illustration, 23 avril 1853, no 1, p. 272. Localisation actuelle inconnue.

66 L’artiste, 3e livraison, 28 mars 1858, p. 215-216.

67 Блестящая эпоха Фаберже…, no 5, ill. p. 86; Historicism…, no 73-75, ill. p. 178.

68 Cat. de vente, Sotheby’s, New York, 20 mai 2004, no 163.

69 Rue Marszakowska, no 91, mais aussi rue Wilcza, no 6. Il représente Henri Harleux ; voir archives et documentation de la maison Christofle, Paris.

70 Lettre du 13 avril 1893 à M. St. Bukowski à l’Hôtel d’Europe.

71 Sur les achats du grand-duc voir Wilfried Zeisler, « Grand duchess Maria Pavlovna and grand duke Vladimir : enthusiasts of Artistic luxury », dans Artistic Luxury : Fabergé, Tiffany, Lalique, cat. d’exposition, Cleveland, 2008, p. 188-195.

72 RGIA, fonds no 528, opis no 1, dossier no 578, fol. 2, 49 et 86-87. Localisation actuelle inconnue.

73 RGIA / РГИА, fonds no 536, opis no 1, dossier no 385, fol. 10, 15 et 20. Localisation actuelle inconnue. Ces couverts ont peut-être été pillés lors de la prise du Palais d’hiver. Voir Alexandre Polovtsov, Les trésors d’art en Russie sous le régime bolcheviste, Paris, 1919, p. 104.

74 MAE LA Courneuve, Protocole, C 145. L’impératrice passe la frontière française le 10 octobre en prove nance de Berlin et passe par Paris avant de gagner Nice.

75 Inv. 22942 ПДМП 2012 мт.

76 RGIA / РГИА, fonds no 528, opis no 1, dossier no 952, fol. 16.

77 Cat. de vente, Charles Pillet, Palais de San Donato, Florence, 15 mars 1880, no 1625.

78 Le musée de l’Ermitage conserve plusieurs pièces de cette origine.

79 Les archives Christofle mentionnent l’achat par Marie Brodsky de deux lions d’après Auguste Cain en bronze galvanique (12 500 francs), livrés en 1901 pour orner sa villa, 6, place Catherine, à Odessa.

80 Christofle fournit tous les plus célèbres hôtels et buffets d’Europe des années 1880 à la première guerre mondiale. Ce mouvement est engagé par les grandes commandes de l’hôtellerie française comme celle de l’Hôtel du Louvre et du Grand Hôtel (1855 et 1862) ; voir Marc de Ferrières, « Christofle 150 ans d’art et de rêve », dans Dossier de l’art, juil. -août 1991, p. 65.

81 Il s’agit très certainement du restaurant l’Ermitage de Moscou mentionné par Léon Tolstoï dans Anna Karénine, première partie, chapitre 9 : Lévine et Oblonski hésitent entre ce restaurant et l’Hôtel d’Angleterre pour parler de Kitty.

82 Communication orale de Madame Ludmila N. Bakerkina en 2004.

83 Selon les résultats de l’enquête commandée par Christofle auprès de l’agence parisienne de détective Wys Muller et Cie en 1913 sur « Alexei Joakimovitsch Soudakoff », propriétaire depuis 1908 de l’Ours à Saint-Pétersbourg et du Jar à Moscou, pour une commande de plusieurs milliers de couverts et objets.

84 Félix Youssoupoff, Mémoires, Paris, 1990, p. 65 et 77-78.

85 Sur cette exposition, voir entre autres Wilfried Zeisler, « Moscou, un Far East pour les industries d’art françaises », dans Moscou, splendeurs des Romanov, cat. d’exposition, Monaco, 2009, p. 167-183.

86 Archives Christofle, t. 33, no 242, 25 septembre 1890 ; t. 34, no 3, 16 mars, no 41, 31 mars 1891 et no 60, 7 avril 1891.

87 Le musée Bouilhet-Christofle conserve un exemplaire de cette torchère (inv. OBJ 929) ainsi que le musée des Arts décoratifs à Paris (inv. 29920), qui possède également l’encoignure conçue en collaboration avec Émile Reiber et Eugène Capy (inv. 27662). Quant au samovar, il est conservé par le musée Bouilhet-Christofle (inv. OBJ 920).

88 Léon Plarr, La France à Moscou. Exposition de 1891, Paris, 1891, p. 222 et 237 ; Joseph Balmont, « Une visite à l’exposition de Moscou », dans Revue des arts décoratifs, juil.-août 1891, p. 31.

89 Ce décor a fait l’objet d’un brevet (no 138946) déposé pour quinze ans par Christofle et Cie le 2 octobre 1880.

90 Journal de l’exposition française à Moscou en 1891, 16 juin 1891, no 8, p. 4-5.

91 Sur le musée Stieglitz et ses achats, voir entre autres G. Prokhorenko et G. Vlassova, Baron Stieglitz Museum. The Past and the Present, Saint-Pétersbourg, 1994; Emmanuel Ducamp et Wilfried Zeisler, « Fabergé and his competitors », dans Artistic Luxury…, p. 155-156.

92 H. Bouilhet, L’orfèvrerie française…, t. III, p. 151-152, 275, 308 et 344.

93 L’exposition de Moscou, publiée avec la collaboration d’écrivains spéciaux…, p. 58.

94 A. de Foelkersam, Inventaire…, t. II, ct. 448, p. 710.

95 Л. М. Фролова, Прикладное искусство…, no 99-102. Orfèvrerie de la Maison Boin-Taburet. Recueil de différentes pièces exécutées par G. Boin fabricant orfèvre joaillier à Paris, Paris, 1893, pl. XXI.

96 Journal de l’exposition française à Moscou en 1891, 16 juin 1891, no 8, p. 4-5.

97 Martial Bernard, Exposition internationale artistique de Saint-Pétersbourg 1901-1902. Section française. Rapport, éd. Georges Petit, Paris, 1902, p. 42.

98 Sur Falize, voir Katherine Purcell, Falize. A Dynasty of Jewelers, Londres, 1999.

99 Cat. de vente, Charles Pillet, Palais de San Donato…, 1880, no 1372-1373.

100 K. Purcell, Falize…, p. 137, ill. 198 et 199, les publie comme des vues de l’exposition de 1901-1902.

101 Musée historique de Moscou.

102 H. Bouilhet, L’orfèvrerie française…, t. III, p. 360, ill. Localisation actuelle inconnue.

103 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris. Rapports du jury international. Groupe XV, classe 94, orfèvrerie, Paris, 1902-1906, p. 250.

104 Henri Vever, La bijouterie française au XIXe siècle, Paris, 1906-1908, t. III, p. 517.

105 Le sculpteur est par ailleurs impliqué dans l’exécution de plusieurs commandes impériales faites à Falize et qui concernent l’alliance franco-russe. Plusieurs orfèvres dont Froment-Meurice ou Aucoc s’engagent en livrant à la République des cadeaux, mais ce sujet nécessiterait une étude spécifique.

106 A Time to Gather. Russian Art from Foreign Private Collections, cat. d’exposition, Saint-Pétersbourg, 2007, no 55, p. 99.

107 RGIA, fonds no 528, opis no 1, dossier no 1684, fol. 178.

108 RGIA, fonds no 528, opis no 1, dossier no 1679, fol. 355 ; dossier no 1692, fol. 68.

109 GARF, fonds no 655, opis no 1, dossier no 958, fol. 90 ; dossier no 979, fol. 63 ; dossier no 981, fol. 72.

110 AGE, fonds no 1, opis no 8 (G), dossier no 7, fol. 57, no 226 ; fonds no 1, opis no 8 (G), dossier no 30, fol. 12, no 86. Localisation actuelle inconnue.

111 RGIA, fonds no 528, opis no 1, dossier no 1692, fol. 69.

112 H. Bouilhet, L’orfèvrerie française…, t. III, p. 350, ill. p. 351. Localisation actuelle inconnue.

113 « 16 АВГ. 1874 ГОДА И 16 АВГ. 1899 ГОДА ».

114 GARF. Information communiquée par Mme Ekaterina S. Khmelnitskaïa.

115 RGIA, fonds no 528, opis no 1, dossier no 949, fol. 30. Les autres tablettes étaient garnies de pièces d’orfèvrerie offertes pour le même événement par différents membres de la famille impériale et de la haute société russe.

116 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris…, p. 238-239. Localisation actuelle inconnue.

117 Victor Champier, Les industries d’art à l’Exposition universelle de 1889 et de 1900, dans Revue des arts décoratifs, 1902, p. 190.

118 H. Bouilhet, L’orfèvrerie française…, t. III, p. 350-351, ill. p. 353.

119 O. Gaube du Gers et J. M. Pinçon, Odiot…, p. 191 ; В.В. Скурлов et А.Н. Иванов [V. V. Skurlov et A. N. Ivanov], Поставщики Высочайшего Двора [Les fournisseurs de la cour impériale], Saint-Pétersbourg, 2002, p. 26.

120 Sur Keller, voir Wilfried Zeisler, « Французский Ар-Нуво в России и императорские покупки изделий фирмы Келлер [L’Art nouveau français en Russie et les achats impériaux auprès de la maison Keller] », dans На рубеже веков Искусство эпохи модерна [Au tournant du siècle… l’art à l’époque du moderne], Saint-Pétersbourg, 2006, p. 137-143.

121 RGIA, fonds no 468, opis no 13, dossier no 1854.

122 AGE, fonds no 1, opis no 8 (G), dossier no 7, fol. 36, no 120 ; fonds no 1, opis no 8 (G), dossier no 31, fol. 10, no 80 [120].

123 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris…, p. 257-258. V. Champier, Les industries d’art…, p. 193. Quatre brocs de cette série sont conservés dans les collections publiques françaises, deux au musée d’Orsay (inv. OAO 1284 – OAO 1283), le troisième au musée des Arts décoratifs à Paris (inv. 997. 119. 1) et le dernier au musée du Petit Palais (inv. ODUT01796). À cette liste, il convient d’ajouter un broc en cristal monté en argent que le musée d’Orsay a acquis en 2005 (inv. OAO 1444).

124 Maurice Demaison, « Les montures de vases », dans Art et décoration, déc. 1902, p. 206.

125 Musée de l’Ermitage, inv. Э 17256.

126 Archives du palais de Gatchina, inventaire de l’argenterie (1920), no 213 ; inventaire de l’argenterie et des objets précieux (1925), no 965.

127 Localisation actuelle inconnue.

128 RGIA, fonds no 528, opis no 1, dossier no 952, fol. 11, no 94, fol. 19 ; no 194 et 195.

129 RGIA, fonds no 528, opis no 1, dossier no 1692, fol. 70 et 73.

130 Landeshauptarchiv, Schwerin, Kabinett III, 5. 2. 1., no 734 : reçu daté du 31 janvier 1911 par « Gustave Keller / Keller Fils et gendre successeurs / 22, rue Joubert ».

131 Cat. de vente, Romanov Heirlooms. The Lost Inheritance of Grand Duchess Maria Pavlovna, Sotheby’s, Londres, 30 nov. 2009, no 61.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : pièces du service du grand-duc Nicolas Pavlovitch. Baron A. de Foelkersam, Inventaire de l’argenterie conservée dans les garde-meubles des palais impériaux : Palais d’hiver, Palais Anitchkov, château de Gatchino, éd. Golick et A. Willborg, Saint-Pétersbourg, 1907, pl. 53.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Figure 2 : bouclier d’apparat présenté par François-Desiré Froment-Meurice à l’exposition des produits de l’industrie de 1844. Jules Burat, Exposition de l’industrie française 1844, Paris, 1844.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Figure 3 : fontaine à thé dans le genre mauresque présentée par Marc-Augustin Lebrun à l’exposition des produits de l’industrie de 1844. Jules Burat, Exposition de l’industrie française 1844, Paris, 1844.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 4a : « Le surtout de table du prince Léon Radziwill ». L’illustration, 19 décembre 1846, p. 248.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 4b et 4c : « Le surtout de table du prince Léon Radziwill ». L'illustration, 19 décembre 1846, p. 248.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Figure 5 : « Sonnette de table, destinée à S. M. l’Impératrice de Russie ». L’illustration, 23 avril 1853, no 1, p. 272.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Figure 6 : Modèle du surtout Clodion pouvant correspondre à celui commandé par le grand-duc Wladimir en 1872, photographie ancienne. Paris, archives du musée Bouilhet-Christofle.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 7 : modèle de candélabre (au centre) correspondant à ceux acquis pour l’impératrice de Russie en 1879. Catalogue commercial, Paris, archives du musée Bouilhet-Christofle.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Figure 8 : surtout du couronnement dit La Vague. Le magasin pittoresque, 1896, p. 377.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Figure 9 : surtout commandé par les enfants du grand-duc Wladimir et présenté à l’Exposition universelle de Paris en 1900. Victor Champier, Les industries d’art à l’Exposition universelle de 1889 et de 1900, Paris, 1902.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Figure 10 : coupe Bratina commandée par le grand-duc Paul et présentée à l’Exposition universelle de Paris en 1900. Victor Champier, Les industries d’art à l’Exposition universelle de 1889 et de 1900, Paris, 1902.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Figure 11a et 11b : lampes de S. M. l’Empereur Nicolas II présentées à l’Exposition universelle de Paris en 1900. Gustave Keller, Keller Frères, Paris 1900. Exposition universelle, cl. 94 et 98, Paris, 1900, pl. I et II.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Figure 12 : couteau de chasse et boucle de ceinturon, exécutés pour S. A. I. le grand-duc Alexis Alexandrovič et broc appartenant à S. A. I. le grand-duc Paul Alexandrovič, présentés à l’Exposition universelle de Paris en 1900.Gustave Keller, Keller Frères, Paris 1900. Exposition universelle, cl. 94 et 98, Paris, 1900, pl. IV.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Figure 13 : veilleuse appartenant à S. M. l’Impératrice de Russie et couvert de voyage exécuté pour S. A. I. le grand-duc Alexis Alexandrovič, présentés à l’Exposition universelle de Paris en 1900. Gustave Keller, Keller Frères, Paris 1900, Exposition universelle, cl. 94 et 98, Paris, 1900, pl. III.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Figure 14 : G. Keller, étui à cigarettes « Fumer est plaisir / plaisir est fumée », provenant de la grande-duchesse Wladimir. Coll. part., Paris.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1294/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

Auteur

Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search