Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Troisième partie. Les français dans la vie artistique et culturelle russe

La peinture française dans la formation de la Galerie impériale de l’Ermitage jusqu’à son ouverture au public par Nicolas Ier en 1852

Роль Франции в становлении Императорского музея Эрмитаж до его торжественного открытия при Николае I

Guillaume Nicoud

Résumé

Au XIXe siècle, les acquisitions en France de peinture pour la Galerie impériale de l’Ermitage se poursuivent, bien qu’à une moindre échelle que sous Catherine II. Au cours du règne d’Alexandre Ier, elles sont notamment réalisées par Dominique Vivant Denon (1747-1825), directeur du Musée Napoléon, et par le prince Vasilij Sergeevič Trubeckoj (1776-1841), général, aide de camp du tsar. Leurs achats complètent l’ensemble déjà amoncelé par Catherine la Grande en semblant suivre les propositions de développement de l’établissement prônées en 1804 par le directeur d’alors, le comte Dmitrij Petrovič Buturlin (1763-1829) dans son Tableau de l’Hermitage impérial. Ce document constitue une des sources principales conservées dans les archives du Musée d’État de l’Ermitage, archives qui nous permettent de retracer ici l’apport français dans la constitution de cette collection particulière des tsars avant son ouverture au public sous Nicolas Ier en 1852.
Ces sources nous apprennent aussi que l’établissement s’adjoint sous Alexandre Ier les services d’un secrétaire français, Auguste Planat, qui devient ainsi le troisième Français à travailler dans l’Ermitage, après les peintres Gabriel François Doyen (1726-1806) et Armand Charles Caraffe (1762-1822).
Parallèlement, de nouveaux aménagements architecturaux et muséaux modifient la sélection des œuvres acquises en France depuis Catherine II tout comme l’importance relative de l’école de peinture française au sein de la collection. Ces transformations ont aussi pour objectif de mettre en valeur les deux grandes collections achetées en bloc par Alexandre durant son séjour en Europe occidentale entre 1814 et 1815 : celle de l’impératrice Joséphine (1763-1814), provenant de la Malmaison, et celle du banquier William Gordon Coesvelt, produit indirect de la campagne napoléonienne en Espagne.

В XIX в. продолжается, в несколько меньшем масштабе, начатое Екатериной II пополнение картинной галереи Императорского музея Эрмитажа произведениями живописи из Франции. В периодправления Александра I, закупки картин осуществляются преимущественно директором Музея Наполеона (впоследствии переименованного в Лувр) Домиником Виваном Деноном (1747-1825) и генерал-адъютантом князем Василием Сергеевичем Трубецким (1776-1841). Для обогащенияекатери нинской коллекции они руководствуются программой директора музея Эрмитаж графа Дмитрия Петровича Бутурлина (1763-1829), изложенной в его докладе императору «Tableau de l’Hermitage Impérial». Этот документ является одним из главных источников, хранящихся в архиве Государственного Эрмитажа, на основе которых в настоящей статье рас смотрена роль Франции в истории составления этой личнойимператор ской коллекции в период до ее преобразования в публичный музей и торжественного открытия при Николае I в 1852 г.
В этих документах мы также находим указание на участие в программе пополнения коллекций секретаря Августа Планата. После художников Габриэля Франсуа Дуайена (1726-1806) и Армана Шарля Караффа (1762-1822), он стал третьим французом, работающим в Эрмитаже.
Одновременно с закупкой новых шедевров, в Музее переосмысляется раз веска картин, купленных во Франции со времен правления Екатерины II, а также в целом, роль французской школы живописи в коллекции Эрмитажа. Проводится архитектурная перепланировка, а вслед за ней и изменение музей ной экспозиции. Одной из задач этих преобразований являлось достойное представление двух крупных личных коллекций, целиком приобретенных Александром I в западной Европе в 1814-1815 гг.: коллекции императрицы Жозефины (1763-1814) из галереи Мальмезонского дворца, и коллекции банкира Уильяма Гордона Кузвельта, история которой напрямую связана с наполеоновской кампанией в Испании.

Texte intégral

  • 1 Journal de l’architecture et des arts relatifs à la construction, 1851, quatrième année, première (...)

1En janvier 1851, le Journal de l’architecture et des arts relatifs à la construction de Bruxelles annonce que l’architecte allemand Leo von Klenze (1784-1864) est sur le point d’achever le musée impérial de l’Ermitage : « lorsqu’en 1838, l’empereur Nicolas visita Munich, il fut accompagné par M. Klenze, dans sa visite à la Pinacothèque. L’année suivante, cet architecte fut appelé à Saint-Pétersbourg et chargé de dresser les plans d’un musée »1. Le 7 février 1852, le musée impérial de l’Ermitage ouvre ses portes aux visiteurs. Avec la construction de ce nouvel Ermitage disparaissent les derniers aménagements antérieurs de ce complexe palatial fondé par Catherine II comme une retraite à proximité du Palais d’hiver et abritant l’essentiel des collections particulières d’art des souverains russes.

  • 2 Livret de la galerie impériale de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, contenant l’explication des tab (...)

2En 1838, le premier guide officiel et détaillé des collections paraît à Saint-Pétersbourg : ce Livret de la galerie impériale de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg2 nous offre un état des lieux avant travaux. Il nous permet d’appréhender à la fois l’apport de la France à la constitution et à la mise en valeur des collections durant la première période de son histoire et, complété par l’étude de divers documents d’archives conservés au musée d’État de l’Ermitage, il nous éclaire plus précisément sur les motivations esthétiques, voire politiques, des grandes acquisitions réalisées en France au début du XIXe siècle. Des motivations qui transparaissent jusque dans l’agencement des salles d’exposition de ces derniers achats, dans cet Ermitage impérial d’avant sa reconstruction.

  • 3 Inspecteur adjoint de la galerie à partir de 1795, Labensky dirige ensuite cette section de l’Ermi (...)
  • 4 Bernhard von Köhne, Ermitage impérial : catalogue de la galerie des tableaux, Saint-Pétersbourg, 1 (...)
  • 5 Ludwig von Wolzogen, Mémoires d’un général d’infanterie au service de la Prusse et de la Russie, 2 (...)
  • 6 Archives du musée d’État de l’Ermitage / Архив Музея Эрмитаж, fonds no 1, opis no 2, dossier no 8 (...)
  • 7 P. P. Svin’in, « Ermitage », dans id., Description des objets les plus remarquables de Saint-Péter (...)

3Le Livret de 1838 est édité sous l’autorité du directeur de la galerie de l’Ermitage, François Xavier Labensky (1769-1850), qui commença sa carrière en ces lieux sous Paul Ier3. Mais cet ouvrage, au titre évoquant les publications accompagnant les salons d’exposition au Louvre, fut « rédigé en français par Mr. de Planat » selon le catalogue de 18634. Auguste Planat est le frère cadet de Louis Planat de la Faye (1784-1864), un officier d’ordonnance de Napoléon Ier5. Après la faillite au début du siècle des activités commerciales franco-russes paternelles, Auguste tente de se fixer à Saint-Pétersbourg. Le 20 décembre 1809, il est reçu au poste de secrétaire de l’Ermitage6. En 1816, il est devenu « l’adjoint » de Labensky7.

  • 8 Heinrich Christoph von Reimers, Sankt Petersburg am Ende seines ersten Jahrunderts, Saint-Pétersbo (...)
  • 9 H. C. von Reimers, L’Académie impériale des beaux-arts à Saint-Pétersbourg, depuis son origine jus (...)

4Planat ne fut pas le seul Français à travailler dans l’Ermitage durant cette période. Après avoir rejoint la Russie en 1791 pour professer à l’Académie impériale de Saint-Pétersbourg, le peintre Gabriel François Doyen (1726-1806) est directement attaché à la galerie par Catherine II en 1794, en tant que peintre d’histoire ; il est chargé notamment de surveiller le travail des copistes8. C’est sans doute peu après sa mort, survenue le 13 mars 1806, qu’il est remplacé à ce poste par un autre Français, le peintre Armand Charles Caraffe (1762-1822)9.

  • 10 L’œuvre aurait toutefois été originellement commandée pour orner le cabinet de Mariâ Fedorovna (17 (...)

5Doyen est l’auteur du seul plafond peint conservé de l’Ermitage, antérieur à sa reconstruction10, œuvre inachevée mais encore exposée in situ. Elle décorait en 1838 la salle dite « ovale » et représente, selon le Livret : « la Noblesse, [qui] sous la figure d’un guerrier [confie] à Minerve ses enfants placés sur un bouclier. L’Abondance, symbole de la prospérité de l’État, est à ses pieds. Sur le second plan, on voit un jeune héros orné de toutes pièces, entouré de figures symboliques. L’Histoire, appuyée sur le Temps, écrit les fastes de l’Empire et la Renommée les publie à l’Univers ». Cette toile allégorique illustre heureusement l’emploi qu’une souveraine éclairée pouvait faire de ses collections.

  • 11 Ce portrait, toujours conservé à l’Ermitage, date de 1793 (huile sur toile, 2,90 x 2,08 mètres).
  • 12 Galerie de l’Hermitage, gravée au trait d’après les plus beaux tableaux qui la composent, Saint-Pé (...)
  • 13 Charles Paul Landon, Salon de 1808, Paris, 1808, p. 148 (Annales du musée et de l’École moderne de (...)

6Dans cette même salle ovale, trône en 1838 le portrait de Catherine II par Giambattista Lampi (1751-1830)11. La pièce était donc consacrée à la mémoire de la fondatrice des lieux. Quoi de plus logique pour Labensky que de le faire graver en 1805 pour servir de frontispice au premier volume d’un recueil illustré des plus beaux tableaux de l’Ermitage intitulé Galerie de l’Hermitage12. Labensky suit comme modèle des recueils français contemporains13. Les œuvres gravées au trait sont accompagnées d’un texte en russe et en français. En regroupant par écoles de peinture les tableaux de ce recueil, on compte deux œuvres espagnoles, cinq hollandaises, douze flamandes, seize françaises et trente-huit italiennes. La galerie présenterait ainsi un fond important de tableaux français.

  • 14 Livret…, p. 531.

7Pourtant, dans le Livret de 1838, qui recense en tout 1692 œuvres exposées, un tableau répartit les collections par écoles de la façon suivante : 482 peintures hollandaises, 472 italiennes, 302 flamandes et 222 françaises14. Les salles présentent donc un panorama autre où l’école nordique est prépondérante et où l’école française tient une place secondaire.

8Ce sont cependant les œuvres françaises qui sont les premières à être regroupées en 1804 sur ordre d’Alexandre Ier. Cette nouvelle « galerie française » est aménagée par l’architecte Giacomo Quarenghi (1744-1817) dans le Petit Ermitage, le plus ancien des bâtiments du complexe, attenant au Palais d’hiver. Elle devient ainsi le premier espace dévolu uniquement à une école de peinture au sein de l’établissement. Cette position privilégiée témoigne de la suprématie artistique accordée alors à la France en matière de production picturale. Elle semble aussi correspondre, selon nos recherches, au goût du souverain pour la peinture française.

  • 15 Mille trois cent quatre-vingt-trois tableaux furent acquis par Catherine II, huit par Paul Ier, de (...)
  • 16 En comptant même les pastels. La collection fut acquise auprès de ses héritiers en 1772.

9Un autre tableau du Livret classe les œuvres exposées suivant leurs dates d’acquisition : 80 % furent achetées par Catherine II, 1 % par son fils Paul Ier, 13 % par son petit-fils Alexandre Ier et 5 % par son autre petit-fils et souve rain régnant, Nicolas Ier. La quasi-totalité des tableaux a donc été acquise sous Catherine II15. D’après les notices d’œuvres du Livret, une centaine au moins de ces tableaux proviendrait de France. Catherine II acquit à Paris plus de six cents œuvres, parfois par collections entières. Mais comment interpréter le fait que la collection de Louis Antoine Crozat, baron de Thiers (1700-1770), riche d’environs quatre cent quatre-vingt-dix œuvres, n’apparaisse qu’avec vingt-huit œuvres dans le Livret16 ? Même constat pour la collection du comte Sylvain Raphaël Baudouin (1715-1797), acquise en France en 1780 : neuf tableaux recensés sur cent dixneuf. Or, sont exposées en 1838 au moins cent quatre-vingt-treize œuvres des quelque six cents tableaux acquis en Allemagne en 1769 auprès des héritiers du comte de Brühl (1700-1763), ancien ministre du roi de Saxe, Auguste II. Cent quatre-vingt-dix des deux cent trois tableaux acquis en Angleterre en 1779 auprès des descendants du ministre anglais Lord Robert Walpole (1676-1745) sont aussi accrochés. Seuls l’oubli de la provenance et la mise en réserve de tableaux provenant de France expliqueraient cette différence.

  • 17 L’œuvre porte comme autres inscriptions : « Gerard inv. » et « Saunders sc. ».

10L’apport de la France à l’enrichissement et à la mise en valeur des collections de l’Ermitage reste toutefois remarquable durant le règne de Catherine II et est aussi relativement conséquent sous Alexandre Ier. C’est d’ailleurs sans doute à un Français, le peintre François Gérard (1770-1837), que revient l’honneur de fournir une illustration pour servir de frontispice au second volume de recueil de planches de Labensky. Elle porte comme légende : « Chefs-d’œuvres immortels, accourez à sa voix ! / Les beaux-arts sont toujours le luxe des grands rois »17.

  • 18 Archives du musée d’État de l’Ermitage / Архив Музея Эрмитаж, fonds no 1, opis no 6 A, no 149.

11Penchons nous donc maintenant sur les liens entre la France et les acquisitions de ce règne. Les archives de l’Ermitage conservent un inventaire manuscrit inédit de la main d’Auguste Planat : le Catalogue des tableaux acquis sous le règne de Sa Majesté l’empereur Alexandre Ier18. Selon notre retranscription, il totalise 393 tableaux, dont au moins quatre-vingt-dix œuvres espagnoles, soixante-six œuvres françaises, soixante-trois italiennes, quarante-cinq russes, vingt-neuf hollandaises et vingt-sept flamandes. Toutes ne sont pas destinées à être exposées dans l’Ermitage ; certaines sont reléguées dans les réserves ou envoyées à l’extérieur pour orner les résidences impériales.

12Si Alexandre veut réunir un ensemble cohérent de peintures françaises, il désire aussi posséder une collection significative de peintures russes contemporaines. Des tableaux russes sont donc acquis et regroupés dans une galerie située dans le prolongement des salles françaises, soulignant ainsi le rôle de modèle de cette dernière école.

  • 19 Archives du musée d’État de l’Ermitage / Архив Музея Эрмитаж, fonds no 1, opis no 2, dossier no 13 (...)

13Les achats d’Alexandre sont partiellement le reflet d’une politique concertée, toutefois moins tournée vers les œuvres françaises ou russes qu’italiennes. En 1804, le directeur de l’époque, le comte Dmitrij Petrovič Buturlin (1763-1829), remet à l’empereur Alexandre un rapport intitulé Tableau de l’Hermitage impérial19. Il propose des « mesures à prendre pour entretenir et augmenter [la] collection ». Concernant les tableaux, il précise :

Je ne crains point d’affirmer que si nous pourrions profiter des circonstances actuelles pour nous renforcer dans les parties de l’École italienne (qui de tout temps a été la plus difficile à rassembler), notre collection serait alors et toujours, considérée collectivement, la plus belle de toutes celles connues et décrites.

14Suite aux récentes campagnes françaises en Italie, de nombreuses œuvres italiennes sont en effet disponibles sur le marché de l’art. Quand vient l’heure du rapprochement entre Alexandre et Napoléon, ces acquisitions d’œuvres françaises et italiennes sont subitement facilitées.

  • 20 Huile sur toile, 0,62 x 0,52 mètres, inv. M.I. 723.
  • 21 Tableau non localisé, huile sur toile, 3,452 x 4,532 mètres (voir Ludmila Kagané, « Denon et la Ru (...)

15Chargé dès l’entrevue de Tilsit, en 1807, d’acheter des tableaux depuis Paris pour le tsar, Dominique Vivant Denon (1747-1825), directeur du Musée Napoléon, envoie ainsi de 1808 à 1815 quelque 38 tableaux, la plupart de très grande valeur. On compte parmi eux 15 œuvres françaises et autant d’italiennes. Denon reçut en récompense l’ordre de Sainte-Anne qu’il aimait porter, comme sur son portrait par Prud’hon conservé au Louvre20. Denon savait ce que la galerie impériale recherchait en priorité. L’inventaire Planat cite parfois la correspondance accompagnant ses acquisitions et dans sa notice du tableau d’Orphée jouant de la Lyre pour Pluton par la peintre française Marie-Joséphine-Angélique Mongez (1775-1855), il écrit : « J’ai pensé […] que vous verriez avec plaisir l’acquisition de tableaux modernes jointe à celle des tableaux de l’École d’Italie »21.

16Le prince Vasilij Sergeevič Trubeckoj (1776-1841), général, aide de camp du tsar, prend, après 1815, le relais de Denon pour les acquisitions parisiennes. On peut actuellement établir une liste approximative d’une trentaine d’achats, essentiellement des œuvres italiennes.

17Denon, puis le prince Trubeckoj, se sont donc attachés à pourvoir l’Ermitage en tableaux italiens depuis Paris, répondant ainsi à la politique présentée au tsar par Buturlin. Selon le Livret de 1838, trente-trois des œuvres italiennes acquises par eux à Paris sont encore exposées à l’Ermitage.

18Intéressons-nous enfin à deux grands ensembles d’œuvres acquis aussi par Alexandre, en en étudiant plus particulièrement la présentation dans l’Ermitage. Rappelons tout d’abord que les peintures qu’Alexandre acquiert principalement ne sont pas italiennes, ni françaises, mais espagnoles.

  • 22 Archives du musée d’État de l’Ermitage / Архив Музея Эрмитаж, fonds no 1, opis no 2, dossier no 44 (...)
  • 23 Ibid.
  • 24 Jean Chatelain, Dominique Vivant Denon et le Louvre de Napoléon, Paris, 1973, p. 175 et Janine Bat (...)

19En 1815, après Waterloo, l’empereur séjourne à Amsterdam et visite la collection de tableaux espagnols du banquier William Gordon Coesvelt. Pour citer une préface manuscrite de Labensky à un catalogue raisonné de la collection, Coesvelt a formé cet ensemble « à la faveur de l’entière désorganisation causée par l’invasion de l’armée française dans la Péninsule »22. Devant « cette réunion presque complète d’une école peu connue »23, Alexandre décide d’acquérir un peu plus de quatre-vingt œuvres pour l’Ermitage. Il pourvoit ainsi sa galerie d’une école que même Denon ne réussit pas à faire entrer au musée Napoléon avec autant de succès24. Labensky écrit à juste titre que l’Ermitage présente « maintenant une collection tout à fait nouvelle, unique dans son genre ». Cet achat montre à quel point l’empereur de Russie sait profiter « des circonstances actuelles », comme l’écrivait Buturlin.

  • 25 H. C. von Reimers, Sankt Petersburg…, p. 358.

20L’ensemble est regroupé avec les autres œuvres ibériques déjà présentes en une galerie espagnole. Car la création, en 1804, de la galerie française inaugurait un réagencement général des collections. Selon Heinrich Christoph von Reimers (1768-1812), qui visite l’Ermitage vers cette date, « le monarque actuel a ordonné d’accrocher les chefs d’œuvres de chaque école dans des pièces particulières »25. Les espaces restent toutefois meublés et agencés comme sous Catherine II. Ils ont bien souvent encore l’aspect d’appartements palatiaux et servent régulièrement de salles de réceptions. Le manque de place et le grand nombre d’œuvres créent ainsi sous Alexandre une situation ambiguë où modernité – la recherche d’un accrochage par école – et tradition – conserver une partie de l’agencement datant de Catherine II, accueillir des réceptions – s’entrechoquent.

21Des espaces si luxueux donnent à montrer au visiteur le mécénat, le goût mais aussi la richesse et la puissance des propriétaires des lieux. En visitant l’Ermitage impérial, nous sommes en quelque sorte autant invités à admirer la collection de peinture qu’à ressentir la grandeur, la puissance et la richesse de la Russie impériale. Cette impression est encore plus manifeste dans la salle consacrée à la collection espagnole, ainsi que dans celle, mitoyenne, dévolue à l’autre grande acquisition du règne : la collection de la Malmaison.

  • 26 Archives du musée d’État de l’Ermitage / Архив Музея Эрмитаж, fonds no 1, opis no 2 (1816), dossie (...)
  • 27 Claude Gellée, dit Le Lorrain, Le matin, huile sur toile, 1,13 x 1,57 mètres, musée d’État de l’Er (...)
  • 28 Paulus Potter, La ferme dit aussi La prairie à l’entrée d’un bois ou encore La vache qui pisse, hu (...)
  • 29 David Téniers, Intérieur de corps de garde, huile sur bois, 0,69 x 1,03 mètres, musée d’État de l’ (...)

22En 1815, Alexandre acquiert à Paris auprès d’Eugène et Hortense de Beauharnais, les deux enfants de l’ancienne impératrice Joséphine décédée le 29 mai 1814, trente-huit des meilleurs tableaux de sa collection. Si nous ne possédons aucune représentation de la salle de la Malmaison, nous avons toutefois retrouvé dans les archives du musée un croquis en esquissant l’accrochage26. La disposition de cette galerie est unique dans l’Ermitage, du fait du nombre relativement peu important de tableaux que comporte l’ensemble, de la variété des formats et de la diversité des écoles représentées. Les plus grands chefs-d’œuvre de la collection étaient mis en valeur, comme les quatre tableaux représentant les Heures du jour du Lorrain27, La ferme de Potter28, ou encore le Corps de garde de Téniers29.

23Or, en suivant le plan de visite proposé par le Livret, la salle espagnole et celle de la Malmaison se découvrent en fin de parcours du « bel étage ». Après avoir traversé une partie des Loges de Raphaël, copies de celles du Vatican, le visiteur entre dans une enfilade de salles attenantes abritant ces collections. Mais il est aussi amené à admirer dans des vitrines des échantillons des plus beaux minéraux russes, des plus belles productions d’orfèvrerie russes conservés par les tsars, ainsi que les plus précieux cadeaux diplomatiques offerts à ces souverains, tant par les représentants des puissances européennes qu’asiatiques.

  • 30 P. P. Svin’in, « Ermitage »…, p. 101.

24La galerie espagnole occupe la pièce principale. Elle donne accès à la collection de la Malmaison. Des détails de la décoration de cette dernière pièce rappellent subtilement au visiteur le glorieux contexte de ces deux acquisitions. Car, selon une description d’époque, « [l]’étoffe de l’ameublement de cette salle a été brodée au canevas par les demoiselles de l’Institut de l’impératrice douairière [Maria Fedorovna], en l’honneur des victoires d’Alexandre, dont les noms sont écrits autour des fauteuils en grandes lettres brodées »30.

  • 31 Livret…, p. 3 89-400 (pour la salle XL ou de la Malmaison) et p. 401-429 (pour la salle XLI ou Gal (...)

25Ces salles sont parmi les rares du Livret à posséder quelques remarques introductives, ce qui souligne l’importance tant artistique qu’historique de ces collections, telle que l’empereur n’a même pas voulu disperser l’ensemble pourtant hétérogène de la Malmaison31. Le brouillon du texte sur cette galerie explique clairement les enjeux :

  • 32 Archives du Musée d’État de l’Ermitage / Архив Музея Эрмитаж, fonds no 1, opis no 2, dossier no 44 (...)

Le second séjour à Paris, en 1815, [de] Sa Majesté l’empereur Alexandre, fut signalé dans les annales des Arts par l’achat des tableaux de la galerie de Malmaison et de quelques sculptures du célèbre Canova. C’est ainsi que chaque pas de ses marches mémorables fut marqué par une nouvelle illustration, c’est ainsi que la galerie impériale de l’Hermitage deviendra pour la postérité un dépôt précieux et irrécusable des fastes brillants de l’histoire de la Russie32.

  • 33 Galerie impériale de l’Ermitage, lithographiée par les premiers artistes de France, avec un texte (...)
  • 34 Bulletin de l’Alliance des arts, 3e année, no 1, 25 juin 1844, p. 12.

26En conclusion, le Livret de Planat et de Labensky témoigne donc que l’agencement de certaines salles de l’Ermitage (comme la « galerie de la Malmaison ») tentent de rappeler au visiteur que la Russie depuis Alexandre est dorénavant amenée, après la France de Napoléon, à jouer le premier rôle sur la scène internationale. Mais en 1852, quand le musée s’ouvre au public sous Nicolas Ier, suivant en cela l’exemple donné sous la Révolution française par le Muséum central des arts (ancêtre du musée du Louvre), la plupart des œuvres de la collection de la Malmaison ont été réparties dans les nouvelles salles organisées par école (dont une nouvelle pour la peinture française). Ayant sans doute perdue de son importance symbolique, cette collection rejoint ainsi les grandes acquisitions effectuées en France sous Catherine II. Ironie de l’histoire, durant les années 1840, une tentative de l’éditeur français Gohier Desfontaines de reproduire les chefs d’œuvres de l’Ermitage en lithographie « par les premiers artistes de France » avorta33, malgré le soutien apporté à l’entreprise par le duc Maximilien de Beauharnais (1835-1852), petit-fils de Joséphine et gendre du tsar34. Certaines des quelques planches toutefois imprimées prouvent l’intérêt constant porté dans l’Ermitage à des chefs d’œuvre de la peinture un temps conservés en France et dorénavant fleuron d’une des plus belles collections d’art au monde.

Notes

1 Journal de l’architecture et des arts relatifs à la construction, 1851, quatrième année, première livraison, p. 8.

2 Livret de la galerie impériale de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, contenant l’explication des tableaux qui la composent, avec de courtes notices sur les autres objets d’art ou de curiosité qui y sont exposés, Saint-Pétersbourg, 1838.

3 Inspecteur adjoint de la galerie à partir de 1795, Labensky dirige ensuite cette section de l’Ermitage de 1799 à 1849, date à laquelle il est remplacé par Fedor Antonovitch Bruni (1799-1875).

4 Bernhard von Köhne, Ermitage impérial : catalogue de la galerie des tableaux, Saint-Pétersbourg, 1863, p. 21.

5 Ludwig von Wolzogen, Mémoires d’un général d’infanterie au service de la Prusse et de la Russie, 2002, p. 160. Son portrait, d’auteur anonyme, est conservé aux Invalides.

6 Archives du musée d’État de l’Ermitage / Архив Музея Эрмитаж, fonds no 1, opis no 2, dossier no 8 (1809).

7 P. P. Svin’in, « Ermitage », dans id., Description des objets les plus remarquables de Saint-Pétersbourg et de ses environs, Saint-Pétersbourg, 1816-1826, p. 101.

8 Heinrich Christoph von Reimers, Sankt Petersburg am Ende seines ersten Jahrunderts, Saint-Pétersbourg, 1805, t. I, p. 367.

9 H. C. von Reimers, L’Académie impériale des beaux-arts à Saint-Pétersbourg, depuis son origine jusqu’au règne d’Alexandre Ier en 1807, [Saint-Pétersbourg], [1807], p. 139.

10 L’œuvre aurait toutefois été originellement commandée pour orner le cabinet de Mariâ Fedorovna (1759-1828), épouse de Paul Ier, dans le château Saint-Michel ; voir ibid., p. 138.

11 Ce portrait, toujours conservé à l’Ermitage, date de 1793 (huile sur toile, 2,90 x 2,08 mètres).

12 Galerie de l’Hermitage, gravée au trait d’après les plus beaux tableaux qui la composent, Saint-Pétersbourg/Londres, t. I, 1805 et t. II, 1809. Les dernières livraisons de cet album n’ayant pas été réalisées, l’ouvrage resta inachevé.

13 Charles Paul Landon, Salon de 1808, Paris, 1808, p. 148 (Annales du musée et de l’École moderne des beaux-arts, 24).

14 Livret…, p. 531.

15 Mille trois cent quatre-vingt-trois tableaux furent acquis par Catherine II, huit par Paul Ier, deux cent vingt-trois par Alexandre Ier et soixante-dix-huit par Nicolas II (Livret…, p. 531).

16 En comptant même les pastels. La collection fut acquise auprès de ses héritiers en 1772.

17 L’œuvre porte comme autres inscriptions : « Gerard inv. » et « Saunders sc. ».

18 Archives du musée d’État de l’Ermitage / Архив Музея Эрмитаж, fonds no 1, opis no 6 A, no 149.

19 Archives du musée d’État de l’Ermitage / Архив Музея Эрмитаж, fonds no 1, opis no 2, dossier no 13 (1804).

20 Huile sur toile, 0,62 x 0,52 mètres, inv. M.I. 723.

21 Tableau non localisé, huile sur toile, 3,452 x 4,532 mètres (voir Ludmila Kagané, « Denon et la Russie : intermédiaire pour l’Ermitage impérial », dans Les vies de Dominique Vivant Denon, éd. Daniela Gallo, Paris, 2001, t. I, p. 303).

22 Archives du musée d’État de l’Ermitage / Архив Музея Эрмитаж, fonds no 1, opis no 2, dossier no 44 (1816).

23 Ibid.

24 Jean Chatelain, Dominique Vivant Denon et le Louvre de Napoléon, Paris, 1973, p. 175 et Janine Baticle, « La mission en Espagne », dans Les vies de Dominique-Vivant Denon…, t. I, p. 327-344.

25 H. C. von Reimers, Sankt Petersburg…, p. 358.

26 Archives du musée d’État de l’Ermitage / Архив Музея Эрмитаж, fonds no 1, opis no 2 (1816), dossier no 9. Nous le publierons prochainement.

27 Claude Gellée, dit Le Lorrain, Le matin, huile sur toile, 1,13 x 1,57 mètres, musée d’État de l’Ermitage, inv. 1234 ; Le midi, huile sur toile, 1,13 x 1,57 mètres, inv. 1235 ; Le soir, huile sur toile, 1,16 x 1,535 mètres, inv. 1236 ; La nuit, huile sur toile, 1,16 x 1,30 mètres, inv. 1237.

28 Paulus Potter, La ferme dit aussi La prairie à l’entrée d’un bois ou encore La vache qui pisse, huile sur bois, 0,81 x 1,155 mètres, musée d’État de l’Ermitage, inv. 820.

29 David Téniers, Intérieur de corps de garde, huile sur bois, 0,69 x 1,03 mètres, musée d’État de l’Ermitage, inv. 583.

30 P. P. Svin’in, « Ermitage »…, p. 101.

31 Livret…, p. 3 89-400 (pour la salle XL ou de la Malmaison) et p. 401-429 (pour la salle XLI ou Galerie espagnole).

32 Archives du Musée d’État de l’Ermitage / Архив Музея Эрмитаж, fonds no 1, opis no 2, dossier no 44 (1816).

33 Galerie impériale de l’Ermitage, lithographiée par les premiers artistes de France, avec un texte explicatif sous la direction de M. Gohier Desfontaines, Saint-Pétersbourg, 1845.

34 Bulletin de l’Alliance des arts, 3e année, no 1, 25 juin 1844, p. 12.

Auteur

École pratique des hautes études

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540