Version classiqueVersion mobile

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Troisième partie. Les français dans la vie artistique et culturelle russe

Le comte Ferdinand de La Barthe et les études françaises en Russie

Граф Фердинанд де Ла Барт и изучение французской культуры в России

Piotr Zaborov
Traduction de Jacques Prébet

Résumé

Cette contribution se propose d’apporter quelques informations sur la vie et les activités du comte Ferdinand de La Barthe (1870-1915). Du côté paternel il appartenait à l’aristocratie française, du côté maternel, à la noblesse ukrainienne, mais les deux familles étaient à cette époque assez peu fortunées. Né à Préveranges (Cher) il passa son enfance dans un milieu français, reçut une éducation catholique et l’enseignement primaire dans un collège local. Après quoi la famille quitta la France pour la Russie, où elle s’installa à Saint-Pétersbourg. Le jeune comte y entra dans un lycée réputé dirigé par Â. G. Gurevič et, plus tard, gagna la faculté de philologie et d’histoire de l’université de Saint-Pétersbourg, où il fit ses études de 1890 à 1895 à la section de philologie romane et germanique, fondée peu avant et dirigée par l’académicien Aleksandr Veselovskij. C’est sous l’influence de ce grand savant que La Barthe se forma comme historien littéraire de la France et de l’Europe occidentale en général et écrit ses principaux ouvrages – Chateaubriand et la poétique de la tristesse universelle, en France, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle et La poétique romantique en France, le premier soutenu en 1906 comme thèse de magister, le second comme thèse de doctorat en 1909. De 1898 à la fin de sa vie, il enseigna la langue et la littérature françaises et quelques autres disciplines philologiques dans différents établissements d’instruction, à l’université de Kiev (1901-1909) et à l’université de Moscou (1910-1915). Sa traduction en vers très réussie de La Chanson de Roland obtint le prix Pouchkine en 1897 et fut plusieurs fois rééditée. Il fut l’auteur de quelques manuels et d’une quantité d’articles scientifiques et critiques, publiés dans la presse périodique, et fut un brillant conférencier. Malheureusement, sa mort prématurée ne lui permit pas de mener à bien tous ses projets (par exemple, continuer et achever Recherches dans le domaine de la poétique et du style romantiques), mais, malgré cela, son apport aux sciences humaines russes et notamment à l’histoire de la culture française fut considérable et solide.

Texte intégral

1Éminent philologue, traducteur et homme de lettres russe, le comte Ferdinand Georgievič de La Barthe est presque oublié en Russie et tout à fait inconnu en France, bien que la France ait été son pays natal et qu’il ait consacré toute sa vie à l’étude de la culture française.

2Nous savons très peu de choses sur sa famille. Son père, le comte de La Barthe, appartenait à la noblesse française, c’était un militaire (il avait le grade de colonel) et il prit part à la guerre de 1870-1871. On sait aussi qu’il était très cultivé et qu’il était amateur de littérature. Sa mère, née Tarnovskaâ, était issue de la noblesse ukrainienne. Selon toutes les apparences, ni l’un ni l’autre, au moment de leur mariage, ne disposaient d’une fortune considérable.

3Ferdinand de La Barthe naquit en 1870, à Préveranges (dép. Cher). C’est là qu’il passa son enfance, c’est là qu’il reçut une éducation catholique, d’abord à domicile puis dans le collège local. Les raisons pour lesquelles la famille décida de quitter la France et de s’établir en Russie restent inconnues, mais pourraient, à un degré ou à un autre, être liées à la nomination en 1879 comme ambassadeur à Saint-Pétersbourg du général Alfred Chanzy, sous les ordres duquel le comte de La Barthe avait servi auparavant.

4Malgré la situation matérielle plus que modeste de sa famille, le jeune Ferdinand fut inscrit dans un gymnase prestigieux de Pétersbourg, celui de la G. Gurevič et, après y avoir terminé ses études, il entra en 1890 à la faculté d’histoire et de philologie de l’université de Saint-Pétersbourg. Parlant aussi couramment le français que le russe, pratiquement bilingue, il décida tout naturellement de s’inscrire à la section des études romanes et germaniques qui venait de s’ouvrir, dans cette faculté, à l’initiative de l’académicien Aleksandr Veselovskij (1838-1906), le grand savant russe – historien de la littérature, linguiste, folkloriste, ethnographe –, et qu’il dirigeait. Ferdinand de La Barthe choisit comme spécialité la philologie romane.

  • 1 Saint-Pétersbourg, Maison Pouchkine / Санкт-Петербург, Пушкинский Дом, fonds no 45, opis no 3, no (...)
  • 2 Граф Ф. де Ла-Барт, Шатобриан и поэтика мировой скорби во Франции, Кiev, 1905, p. i.

5La Barthe nourrissait un immense respect pour son maître. De son côté, Veselovskij appréciait la curiosité d’esprit de son élève et, comme il comprenait les difficultés matérielles qui étaient les siennes, il s’efforçait de lui venir en aide. C’est ainsi que, alors qu’il était encore étudiant, Veselovskij lui proposa de donner des cours de français à son fils. Cette offre fut maintenue après que La Barthe eut fini ses études en 1895, et ce d’autant plus que la carrière universitaire ne s’offrait pas à lui, à la différence, par exemple, de son aîné Fedor Batiouchkov, qui à l’époque avait déjà commencé à enseigner. Le jeune homme refusa de « prendre une telle responsabilité »1 et déclina la proposition de Veselovskij. D’ailleurs, une telle activité avait peu d’attrait pour lui : il rêvait plutôt d’une carrière scientifique et avait l’intention de pousser plus avant l’étude des chansons de geste qu’il avait commencée à l’université. Comme il l’écrivit plus tard, il voulait « entreprendre un travail de recherche sur ce qui relève de l’art populaire et ce qui relève du génie personnel dans la poésie épique française »2.

  • 3 Песнь о Роланде, Saint-Pétersbourg, 1897, p. iv.
  • 4 Песнь о Роланде, Moscou, 1958, p. 235.

6Veselovskij était plutôt d’avis que ce travail n’était pas à la portée d’un chercheur inexpérimenté et il lui proposa pour commencer de traduire en russe La Chanson de Roland, dont les diverses traductions avaient considérablement vieilli. La Barthe fut d’accord, et deux ans plus tard sa traduction voyait le jour, accompagnée d’une introduction et de notes dont il était l’auteur. Dans une préface signée par Veselovskij, ce grand médiéviste disait tout le bien qu’il pensait du travail de celui qui peu de temps avant était encore son élève, et il notait qu’il avait été le premier à réussir à « concilier la fidélité non seulement à la lettre mais encore à l’esprit du texte original, avec les nécessités de sa transposition artistique dans une autre langue »3. Ce n’est pas un hasard si cette traduction obtint le prix Pouchkine, la plus haute récompense littéraire dans la Russie d’avant la Révolution. Il est tout à fait significatif aussi qu’elle ait été rééditée à plusieurs reprises par la suite et que, plus d’un demi-siècle plus tard, Dmitrij Mihalči, auteur d’une nouvelle préface, n’ait pu que tomber d’accord avec Veselovskij : « Il est de fait que cette vieille traduction de 1897 a toutes les qualités d’une authentique œuvre poétique »4.

  • 5 Saint-Pétersbourg, Maison Pouchkine / Санкт-Петербург, Пушкинский Дом, fonds no 45, opis no 3, no (...)

7Pourtant, en dépit de débuts si prometteurs, La Barthe avait besoin d’une source de revenus stable, et après avoir longuement hésité, il quitta Pétersbourg pour le royaume de Pologne (qui faisait alors partie de l’empire russe). À compter du 24 septembre 1898, il occupa le poste de professeur de français et de surveillant d’études dans une école commerciale à Pabianitzy, petite ville des environs de Łódź. Il y passa trois ans, s’acquittant consciencieusement de ses obligations, mais peu à peu cette vie « au bout du monde », sans amis et sans bibliothèques, commença à lui peser : « la solitude et un ennui mortel », c’est ainsi que dans une lettre à Veselovskij datée du 19 octobre 1900 il décrit l’état dans lequel il se trouve5. Deux mois plus tard, sur l’intervention de l’académicien, La Barthe fut invité par l’université de Tomsk, en Sibérie occidentale, à venir occuper un poste de « lecteur », c’est-à-dire de professeur de français. Il ne devait d’ailleurs passer que peu de temps là-bas, car il souffrit beaucoup du froid sibérien et, à partir du 1er janvier 1901, il occupa une fonction du même type à l’université de Kiev, où il resta huit ans.

8Parallèlement à son enseignement de la langue française il y donna des cours sur l’évolution du roman français et sur la poésie lyrique en France au XIXe siècle et, plus tard quelques autres, dont une introduction à la philologie romane et au provençal ; tout cela ne l’empêchait pas de travailler avec une énergie croissante à la rédaction de sa première thèse qu’il avait entreprise dès son séjour en Pologne.

9Son projet initial était assez ambitieux : il avait l’intention d’écrire l’histoire du romantisme européen, mais il avait vite compris le caractère irréaliste de l’entreprise et avait décidé de concentrer ses efforts sur les débuts du romantisme français. La figure centrale de son étude était Châteaubriand, qui avait joué, comme il le dit lui-même, « un rôle de tout premier plan aussi bien dans la littérature universelle que dans la littérature de ma patrie en particulier ». Dans l’intitulé définitif de la thèse, ce thème était formulé de manière plus précise : « Chateaubriand et la poétique de la tristesse universelle en France, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècles ».

10Pour les besoins de la tâche qu’il s’était fixée, La Barthe dut étudier les origines du sentimentalisme en France, en identifiant sa principale caractéristique, la « mélancolie », sous ses différentes formes et avec toutes ses nuances. Mais la plus grande partie de son travail était consacrée à la conception du monde de Châteaubriand, marquée par « la tristesse », « la souffrance », « l’ennui », autant de traits typiques de l’époque qui, en retour exerçaient une influence sur sa « manière d’écrire » et sur son « vocabulaire poétique ». La principale conclusion à laquelle arriva La Barthe était que Châteaubriand n’était pas le créateur de ces nouveaux principes esthétiques, mais qu’il avait réuni en un système des idées qui étaient dans l’air du temps : sa poétique apparaissait comme un condensé de l’évolution du sentimentalisme.

  • 6 Ф де Ла-Барт, Шатобриан…, p. vii-viii

11La Barthe travailla dix ans sur ce sujet et y consacra un livre qui parut à Kiev en 1905. Selon son propre témoignage, il avait tout d’abord envisagé de le faire paraître à Paris et l’avait en conséquence écrit en français, mais « des considérations matérielles » l’avaient contraint à « renoncer à ce projet ». La progression de son travail avait aussi été entravée par l’absence des livres indispensables, surtout quand il avait dû « vivre loin des grandes bibliothèques », ce que n’avait que partiellement compensé un voyage d’études à Paris et à Londres accordé en 1904 par l’université de Kiev6.

  • 7 Ibid., p. ix.

12Le 8 octobre 1906, La Barthe soutint sa thèse à l’université de Saint-Pétersbourg et obtint le grade de maître ès lettres [магистр]. À cette occasion, Veselovskij, sans pour autant être en accord avec lui sur tout, fit beaucoup pour lui, aussi bien lors de la préparation de la soutenance que tout au long du processus qui mena à la parution du livre. « L’intérêt porté à notre travail par l’académicien Vesselovskij, écrit La Barthe dans sa préface, nous fut d’un grand secours. Quiconque chez nous s’occupe des questions liées au style et à la poétique doit appliquer les procédés et les méthodes de celui dont les paroles prophétiques ont, dans notre pays, ouvert à la critique de nouveaux horizons jusqu’alors ignorés d’elle. J’exprime ma reconnaissance non seulement au grand savant dont les conseils m’ont aidé plus d’une fois mais aussi à l’homme, auquel j’ai été si souvent redevable dans la vie »7. On doit à la vérité de préciser que Veselovskij n’assista pas à la soutenance elle-même, mais c’est parce qu’elle eut lieu deux jours avant qu’il ne fut emporté par une grave maladie.

  • 8 Граф Ф. де Ла-Барт, Французский классицизм в литературе и искусстве, Кiev, 1903, p. 16.
  • 9 Театр Соловцов, Серия спектаклей-лекций, Кiev, 1907, p. 7-20.

13À Kiev, La Barthe enseignait non seulement à l’université mais aussi dans plusieurs autres établissements scolaires il participait activement à la vie culturelle de la ville, prenant la parole ou donnant des conférences sur divers sujets. C’est ainsi que le 1er octobre 1903, au collège de Pavel Galagan, il prononça un discours important contre « les jugements en vogue » sur le classicisme français, selon lesquels il n’était qu’une imitation aveugle et servile du classicisme antique. Dans le classicisme, La Barthe voyait « la plus brillante illustration de ce qu’avait été la France d’avant la Révolution, de cette aspiration au vraisemblable, au symétrique, à la rigueur dans la composition et à la perfection formelle qui étaient le propre de toutes les nations romanes et de la France en particulier »8. À cette occasion, il rejetait avec vigueur le terme « pseudo-classicisme », admis par tous les critiques russes et en honneur chez les spécialistes. Le 9 septembre 1907, La Barthe fit une conférence publique au théâtre d’art dramatique de Kiev, dont le sujet était « Le théâtre et la vie », et qui ouvrait la saison théâtrale, une série de spectacles mis en scène par Konstantin Mardžanov, qui devait par la suite devenir célèbre9.

  • 10 Граф Ф. де Ла-Барт, Разыскания в области романтической поэтики и стиля, t. I : Романтическая поэти (...)

14La Barthe n’abandonnait pas pour autant ses travaux scientifiques : son nouveau sujet d’étude était la littérature française de l’époque de la Restauration et de la monarchie de Juillet, et son intention était de passer en revue la presque totalité des auteurs de cette époque, les grands et les petits, afin d’étudier leurs procédés de création et leur style, recherches qui devaient en fin de compte lui permettre de comprendre quelle avait été la genèse et quelle était l’esthétique du romantisme français. Mais il ne put mener à bien son dessein que partiellement : sur les trois tomes envisagés, il ne rédigea que le premier qui parut séparément en 1908 (il était dédié à la mémoire de « l’inoubliable Aleksandr Nikolaevič Veselovskij ») et devint l’année suivante la thèse de doctorat qu’il soutint à l’université de Kharkov10.

15Malgré tout cela, La Barthe n’avait toujours pas l’espoir de se voir attribuer un poste de professeur à l’université de Kiev : il ne s’y sentait décidément pas « chez lui », et c’est pourquoi il jugea préférable de s’établir à Moscou, où l’université lui avait accordé le poste de « privat-docent » (chargé de cours) en littérature générale. Comme cela avait été le cas à Kiev, il s’acquitta de ses obligations tout en enseignant dans d’autres établissements. En outre, le fait d’être à Moscou élargit considérablement le champ de ses possibilités éditoriales : il fit paraître deux manuels scolaires (Le mouvement littéraire en Occident pendant le premier tiers du XIXe siècle, 1914 ; et Causeries sur l’histoire de la littérature, 1914) ; c’est également à lui que l’on doit deux chapitres de l’Histoire de la littérature d’Occident, publiée sous la direction de F. Batiouchkov (t. II, livre 5), et une série d’articles parus dans le dictionnaire encyclopédique Granat (« Chateaubriand », « Lamartine », « La littérature provençale », « Gaston Paris », etc.) ; il préfaça la traduction en russe d’une monographie de Gustave Lanson sur Voltaire (1911), d’Atala et de René (1913), ainsi que du premier tome des Œuvres complètes de Paul Bourget (1911).

16On pouvait aussi voir sa signature dans les revues et les journaux moscovites, où furent publiés, entre autres, des articles comme « Socialisme et critique littéraire », « Subjectivisme et dilettantisme dans la critique littéraire historique », « Le romantisme comme phénomène pathologique », « Trois ouvrages russes sur le romantisme », etc.

17Il faut ici faire une place particulière à la manière dont La Barthe accueillit la première guerre mondiale. En digne fils de son père, il n’avait jamais pu prendre son parti de la « catastrophe nationale » qu’avait été pour la France la guerre de 1870-1871, et cette douleur, qui avait couvé tout ce temps dans son cœur, se réveillait maintenant avec une violence renouvelée. Dans une série d’articles publiés sous le même titre (« Pensées sur la guerre ») en décembre 1914 dans les colonnes du journal La voix de Moscou, il affirme avec beaucoup de vigueur que c’est l’Allemagne qui est responsable de la guerre et que la Russie et ses alliés, en s’opposant à elle, n’ont fait que défendre leur indépendance, la liberté et la civilisation.

18D’une manière générale, c’est la France qui occupe le premier plan de ses articles, la France qui, selon lui, a supporté avec honneur l’épreuve du feu : à l’appui de ses affirmations, il cite quelques extraits des lettres que les soldats et les officiers français envoient « depuis les champs de bataille ».

  • 11 Голос Москвы, 1914, 15 décembre, no 288.

Nous ne voulions pas la guerre et nous avons tout fait pour l’éviter, dit l’une de ces lettres, mais lorsque les hordes ennemies se sont ruées dans notre pays, toute la nation s’est levée pour la défense de sa liberté et de sa culture. Elle s’est levée, grave, absorbée en elle-même. La lutte sera dure, nous en sommes totalement conscients, nous ne nous berçons d’aucune illusion. Mais en chacun d’entre nous, du simple soldat au commandant en chef, vit la conscience que son devoir est de repousser l’invasion allemande, faute de quoi la France cessera d’exister et la vie n’aura plus aucun sens pour nous, pour nos proches, pour nos enfants. Un peuple qui a fait d’innombrables sacrifices pour conquérir sa liberté ne sera jamais l’esclave d’un autre peuple11.

  • 12 Ibid., 17 décembre, no 290.

19Dans un autre article, intitulé « Les Dieux ressuscités », La Barthe, avec empathie et non sans fierté, parle d’un « changement survenu dans le caractère de la nation française », et dit son espoir que l’année nouvelle « soit non seulement celle où renaîtra la puissance française, mais aussi celle où la France retrouvera son rôle culturel. En effet elle a toujours été un foyer de liberté et de progrès, elle a toujours été le grand cœur brûlant de l’univers, lançant sur l’humanité les rayons d’un amour ardent, et quiconque parmi nous hait la violence conserve dans son cœur une étincelle de ce feu »12.

20Il était tout naturel que La Barthe, à la même époque, apportât son concours chaleureux à la parution d’un recueil intitulé Студенчество – жертвам войны [Les étudiants soutiennent les victimes de guerre], dont il fut le directeur de publication. Cependant, ce recueil ne sortit qu’après le décès prématuré de La Barthe, mort de tuberculose le 10 juillet 1915. Deux de ses poèmes, donnés par sa veuve, y figuraient, l’un en russe, l’autre en français, et le recueil s’ouvrait sur une nécrologie où étaient évoquées les activités du défunt à la tête de la Société estudiantine des arts et des belles lettres auprès de l’université de Moscou :

  • 13 Студенчество – жертвам войны, Моscou, 1916, p. 5-6.

En tant que président, il réunissait en lui les traits d’une authentique noblesse, une grande tolérance et le souci constant de maintenir le haut niveau scientifique de notre société. Il savait, au milieu des jugements les plus divers, faire apparaître le grain de la vérité. Ses synthèses, brillantes et spirituelles, étaient pleines de séduction et d’enseignements pour qui l’écoutait. Bien plus, une salle de faculté présentait pour lui une séduction particulière, car c’était là que professeurs et étudiants pouvaient avoir un contact libre, à la fois scientifique et personnel. Entre le président et les membres de notre société s’étaient noués des liens qui, par la suite, trouvèrent un prolongement hors des murs de l’université. Il s’était créé un cercle étroit et chaleureux, qui vivait pour l’art et la littérature. Notre société respecte en son président défunt, celui qui fut une personnalité non seulement fédératrice mais aussi pleine d’humanité et de finesse13.

  • 14 Voir en appendice de cette notice nécrologique, écrite par son collègue et ami Dmitrij Petrov, une (...)

21Cette nécrologie ne disait mot de ce qu’on devait à La Barthe sur le plan scientifique : « cela, c’est l’affaire des spécialistes » s’en excusait son auteur. Et il est de fait que la mort du savant ne laissa pas ses collègues indifférents. Les articles qui lui furent consacrés dans divers périodiques (Pensée russe, Messager philologique de Russie, Voix du passé, Journal du ministère de l’Instruction publique14) retraçaient, de manière plus ou moins détaillée, l’histoire de sa vie, donnaient un aperçu de ce qu’avaient été ses recherches et reconnaissaient la valeur de sa contribution aux progrès de la science russe. Tous faisaient le même constat : La Barthe avait été un digne représentant de l’école d’Aleksandr Veselovskij, un positiviste convaincu, un authentique historien de la littérature, qui avait lutté sans relâche contre les intrusions du subjectivisme et de l’amateurisme dans ce domaine de la science. Tous mentionnaient son appartenance à deux nations et l’amour qu’il portait à ses deux patries.

22C’est aussi l’idée que développa avec beaucoup de clarté, Dmitri Mouretov, philosophe et journaliste du début du XXe siècle, dans l’article qu’il lui consacra :

  • 15 Русская мысль, 1915, no 10, p. 142-143.

Son amour pour la Russie et pour la France faisait du défunt une incarnation vivante du dialogue spirituel existant entre les deux peuples. […] Le Destin n’a pas voulu qu’il prenne part à la lutte menée en commun par les deux peuples qui lui étaient chers. Mais s’il est vrai, de nos jours, et à l’avenir, que le dialogue spirituel avec le génie français joue un rôle dans l’histoire de la Russie, alors le travail qui donna son sens à la vie du professeur de La Barthe laissera une trace dans cette histoire et méritera qu’on en garde un souvenir marquant15.

Notes

1 Saint-Pétersbourg, Maison Pouchkine / Санкт-Петербург, Пушкинский Дом, fonds no 45, opis no 3, no 3, fol. 3.

2 Граф Ф. де Ла-Барт, Шатобриан и поэтика мировой скорби во Франции, Кiev, 1905, p. i.

3 Песнь о Роланде, Saint-Pétersbourg, 1897, p. iv.

4 Песнь о Роланде, Moscou, 1958, p. 235.

5 Saint-Pétersbourg, Maison Pouchkine / Санкт-Петербург, Пушкинский Дом, fonds no 45, opis no 3, no 108, fol. 9.

6 Ф де Ла-Барт, Шатобриан…, p. vii-viii

7 Ibid., p. ix.

8 Граф Ф. де Ла-Барт, Французский классицизм в литературе и искусстве, Кiev, 1903, p. 16.

9 Театр Соловцов, Серия спектаклей-лекций, Кiev, 1907, p. 7-20.

10 Граф Ф. де Ла-Барт, Разыскания в области романтической поэтики и стиля, t. I : Романтическая поэтика во Франции, Кiev, 1908.

11 Голос Москвы, 1914, 15 décembre, no 288.

12 Ibid., 17 décembre, no 290.

13 Студенчество – жертвам войны, Моscou, 1916, p. 5-6.

14 Voir en appendice de cette notice nécrologique, écrite par son collègue et ami Dmitrij Petrov, une bibliographie complète des ouvrages de Ferdinand de La Barthe, dans Journal du ministère de l’Instruction publique, nouvelle série, t. 61, 1916, no 1, section 4, p. 12-14. Quant aux sources manuscrites, en dehors de ses lettres à Aleksandr Veselovskij, publiées en partie dans le recueil Наследие Александра Веселовского (Saint-Pétersbourg, 1992, p. 328-340), signalons trois lettres à Aleksandr Pypin (Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale de Russie) et douze lettres à Vladimir Perec (Moscou, Archives russes d’État de littérature et d’art).

15 Русская мысль, 1915, no 10, p. 142-143.

Auteur

Institut de littérature russe (Maison Pouchkine) de l’Académie des sciences de Russie, Saint-Pétersbourg

Jacques Prébet (Traducteur)

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search