Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Troisième partie. Les français dans la vie artistique et culturelle russe

Piotr Doubrovski et la communauté d’émigrés français de Saint-Pétersbourg (1797-1812)

Петр Дубровский и французское эмигрантское сообщество в Санкт-Петербурге (1797-1812)

Vladimir A. Somov

Abstract

Les historiens ayant étudié les fonds français conservés en Russie connaissent bien le nom du diplomate et bibliographe russe Piotr Petrovitch Doubrovski (1754-1816), propriétaire d’une collection unique de manuscrits. Doubrovski commença sa collection en France : il eut des contacts avec les antiquaires et les bouquinistes de Paris, qui représentaient, à l’époque de la Révolution, un marché potentiel énorme pour les amateurs de raretés ; c’est ainsi qu’il développa son érudition, son goût pour l’acquisition des manuscrits et ses connaissances en bibliographie. En qualité d’employé de l’ambassade de Russie, Doubrovski connaissait des aristocrates français qui avaient fui la France révolutionnaire pour la Russie. Il quitta lui-même la France en 1792, laissant derrière lui de nombreuses dettes, et fut considéré comme un émigré par les forces républicaines. Il eut l’occasion de fréquenter des réfugiés français à Hambourg, où il servit à la Mission russe sous l’autorité de Frédéric-Melchior Grimm. Il organisa un concours d’odes in memoria de Catherine II, ce qui lui permit de rencontrer des éditeurs et des collaborateurs du Spectateur du Nord, journal édité par des émigrés (notamment, le marquis de la Maisonfort, les frères Fauche, Bodus, Rivarol). Nombre de ses connaissances se retrouvèrent rapidement à Saint-Pétersbourg où il arriva en 1800. En 1805, après avoir vendu sa collection à la cour de Russie, il entra à la Bibliothèque impériale publique, où il retrouva des émigrés (le premier directeur de cette institution fut le comte de Choiseul-Gouffier). Le supérieur direct de Doubrovski était le chevalier d’Augard et on trouvait parmi ses collègues, entre autres, le comte de Chanclos, Pierre Torcy, Antoine Butet, l’abbé Grandidier. Ces émigrés, qui avaient eux-mêmes de riches bibliothèques personnelles, apportèrent à la Russie leurs connaissances de la littérature et de la culture du livre. Leurs travaux et ceux de Doubrovski contribuèrent à l’assimilation de la culture française par la société russe.

Имя Петра Петровича Дубровского (1754-1816), русского дипломата и библиофила, владельца уникальной коллекции рукописей, хорошо известно всем, кто интересуется французскими фондами, сохранившимися в России. Дубровский создал свою коллекцию во Франции; его эрудиция, вкус к приобретению рукописей, познания в библиографии, это результат знакомства с книжным и антикварным рынком Парижа, который в эпоху Революции, представлял огромные возможности для любителей редкостей. Как сотрудник посольства, Дубровский был знаком с аристократами, уезжавшими в Россию. Сам он покинул Францию в 1792 году, оставив много долгов, и рассматривался республиканскими властями как эмигрант. В Гамбурге, где он служил в русской миссии под начальством Фредерика-Мельхиора Гримма, он также общался с беженцами из Франции. Занимаясь проведением конкурса на лучшую оду, посвященную памяти Екатерины II, Дубровский встречался с издателями и сотрудниками эмигрантского журнала «Le Spectateur du Nord» (маркиз де Ла Мезонфор, братья Фош, де Бодюс, Ривароль и др.). Многие из его знакомых вскоре оказались в Санкт-Петербурге, куда он сам вернулся в 1800 г. Продав свою коллекцию русскому двору, в 1805 г. он поступил на службу в Императорскую публичную библиотеку, у истоков существования которой стояли эмигранты (первым ее директором был граф Шуазель-Гуффье). Непосредственным начальником Дубровского в этом учреждении был шевалье д’Огар, а среди его коллег — граф Шанкло, Пьер Торси, аббат Бюте, аббат Грандидье и др. Эмигранты, сами обладавшие богатыми библиотеками, перенесли в Россию свои познания в литературе, свою книжную культуру. Их труды, равно как и деятельность Дубровского, способствовали усвоению французской культуры русским обществом.

Editor's note

AVPRI / АВПРИ : Archives de la politique extérieure de l’empire russe ; RNB ms : Bibliothèque nationale de Russie, département des Manuscrits.

Full text

  • 1 Т. П. Воронова, « П. П. Дубровский-первый хранитель “Депо Манускриптов” Публичной библиотеки », da (...)
  • 2 С. О. Шмидт, « К юбилею П. П. Дубровского : Дипломат-коллекционер в контексте развития отечественн (...)
  • 3 Annie Charon, « Un amateur russe, Doubrovski, à la vente Loménie de Brienne (1790-1792) », dans Le (...)
  • 4 Cette étude a reçu le soutien de la fondation Maison des sciences de l’homme (Paris). Je tiens à r (...)

1Tous ceux qui s’intéressent aux fonds français conservés en Russie connaissent bien le nom de Piotr Petrovitch Doubrovski (1754-1816). Ce bibliophile russe constitua, à la fin du XVIIIe siècle, une collection unique de manuscrits contenant une documentation riche sur l’histoire de France. De nombreuses études sont consacrées aux manuscrits précieux provenant de cette collection. Par contre, la personnalité de Doubrovski, le réseau de ses connaissances, l’histoire de ses acquisitions souvent mystérieuses n’ont pas été suffisamment étudiées. Dans ce domaine, notons les travaux de Tamara Voronova, ancienne conservatrice des manuscrits occidentaux à la Bibliothèque nationale de Russie1, de l’académicien Sigurd Schmidt, qui entreprit une série de recherches pour montrer la place de Doubrovski dans la culture russe de l’époque2, ainsi que ceux d’Annie Charon, qui suivit les acquisitions effectuées par Doubrovski lors de la vente de Loménie de Brienne3. Nos recherches à travers les fonds manuscrits de la Bibliothèque nationale de Russie (les archives privées de Doubrovski, du chevalier d’Augard, etc., les archives administratives de la Bibliothèque) nous ont permis d’aborder l’histoire des contacts de Doubrovski avec les émigrés4.

  • 5 V. A. Somov, « Les aristocrates russes, acheteurs de livres en France pendant la Révolution », dan (...)
  • 6 AVPRI, fonds no 14/1 (Lettres et requêtes), D-114 ; A. Charon, « Un amateur russe, Doubrovski… », (...)
  • 7 AVPRI, fonds no 44 (Les relations de la Russie avec Hambourg), opis no 4, no 319, fol. 37.
  • 8 Copie du procès-verbal des administrateurs et commissaires nommés par le Directoire pour arrêter c (...)
  • 9 A. Charon, « Un amateur russe, Doubrovski… », p. 229-230. On trouve dans la Bibliothèque nationale (...)

2L’activité de Doubrovski se situe en grande partie à l’époque révolutionnaire. Il résida en France pendant une quinzaine d’années, d’abord comme étudiant, ensuite comme employé de l’ambassade de Russie. Il fut vite en contact avec les cercles littéraires parisiens et le monde des libraires et des antiquaires. Tout en faisant des acquisitions pour son compte, il exécutait les commissions que lui donnaient des aristocrates russes et la cour impériale5. Son train de vie l’amenait à faire des dépenses extraordinaires. Durant la Révolution, les créanciers de Doubrovski (les libraires, les tailleurs, les restaurateurs, etc.) l’accusèrent de mauvaise foi6. Doubrovski, à son tour, se plaignit du pillage accompli par « les rebelles qui se sont emparés de la France »7. En 1792, à la suite de la rupture diplomatique intervenue entre la Russie et la France, Doubrovski dut quitter Paris, en rapatriant les archives de l’ambassade (et, sans doute, une partie de sa collection), d’abord aux Pays-Bas, ensuite à Hambourg et en Russie. Il suivit donc la même route que les émigrés français et fut, comme eux, soumis aux bouleversements politiques ; il n’est donc pas étonnant que dans le procès verbal fait par les officiers du Directoire chargés d’enquêter sur ses dettes, il soit désigné comme « le sieur Doubrovski, émigré »8. Les manuscrits appartenant à Doubrovski suivirent aussi ce chemin de Paris à Saint-Pétersbourg par Hambourg et furent des trésors déplacés, soumis aux aléas du moment. En revanche, ses effets personnels et une autre partie de sa collection furent vendus aux enchères à Paris9.

  • 10 Т. П. Воронова, « Письма П. П. Дубровского… », p. 120-130 ; AVPRI, fonds no 93, opis no 7, no 820 (...)
  • 11 Alexandre Stroev, « Friedrich-Melchior Grimm et ses correspondants d’après ses papiers conservés d (...)

3En France, Doubrovski, en qualité d’employé de l’ambassade, entra en contact avec des émigrés partant en Russie (le duc de Richelieu, le comte de Langeron, le comte de Sombreuil, etc.)10. Par la suite, dans les années 1796 à 1800, Doubrovski résida à Hambourg, une ville libre et riche qui était devenue l’un des importants centres de l’émigration. Il y occupa le poste de secrétaire de la Légation russe et c’est Frédéric-Melchior Grimm, le ministre plénipotentiaire de Russie, qui fut son chef jusqu’en 1798. Grimm fut lui-même un émigré ; ses errances ont été décrites récemment par Alexandre Stroev11.

  • 12 V. A. Somov, « Le livre de Castéra d’Artigues sur Catherine II et sa fortune », dans Catherine II (...)
  • 13 Т. П. Воронова, « Литературный конкурс… », p. 382-387.

4Pendant son séjour à Hambourg, Doubrovski, à l’instigation de Grimm, organisa un concours pour la meilleure Ode en français en hommage à Catherine II, décédée en 1796. Ce concours devait opposer l’image de « l’héroïne du Nord » à cette image négative apparue dans une série de pamphlets politiques et d’ouvrages historiques parus après la mort de Catherine II12. La correspondance qu’il entretint à l’occasion de ce concours, ainsi que des ouvrages poétiques reçus, sont conservés à la Bibliothèque nationale de Russie13. Cette documentation montre que Doubrovski prit en charge toute l’organisation du concours : les poèmes furent envoyés à son nom ; il répondit aux participants, rechercha des financements et, pour le concours, il négocia la publication des meilleures odes, etc.

  • 14 RNB ms, fonds no 971 (Doubrovski), autographe 147, fol. 235.

5Quelque soixante personnes participèrent au concours ; bien que les envois fussent anonymes, il y a tout lieu de penser qu’une grande partie des auteurs furent des émigrés français. Une commission de douze membres appelée « Lycée » fut créée pour examiner les ouvrages. On fit appel à six « savants nationaux », c’est-à-dire des hommes de lettres allemands dont Friedrich Klopstock, et à six « savants étrangers » qui étaient tous des Français émigrés : le marquis de La Maisonfort ; Charles-Julien de Chênodolé, conseiller au parlement de Bordeaux ; le médecin Jean-Joseph Menuret (dit Menuret de Chambaud) ; d’Augeard, président au parlement de Paris (à ne pas confondre avec le chevalier d’Augard) ; Antoine de Rivarol et Jean-Louis Amable de Baudus, ancien avocat du roi au présidial de Cahors14. C’était un groupe d’hommes de lettres qui gravitait autour du Spectateur du Nord, journal politique, littéraire et moral, l’un des périodiques les plus connus des émigrés.

  • 15 Ibid., fol. 278.
  • 16 Ibid., fol. 284-284 v.

6Ce comité franco-allemand, le « Lycée », attribua le premier prix à Jean Baptiste Le Rebours, ancien avocat général à la cour des comptes de Paris. Pour publier les meilleurs compositions, Doubrovski s’adressa à Pierre François Fauche, libraire-imprimeur, éditeur du Spectateur du Nord. Baudus, le rédacteur de cette revue, qui possédait en qualité de membre du « Lycée » les textes des meilleures odes décida de les publier sans délai. Cette tentative provoqua les protestations fermes de Doubrovski : « il est impossible qu’elles [les odes] soient publiées avant d’avoir été présentées à S. M. l’Empereur »15. Finalement, Baudus et Fauche, en présence de l’un des auteurs, Le Rebours, signèrent une attestation déclarant que « lesdites pièces qui étaient mises sous presses par un malentendu ne seront publiées que d’après l’agrément de la Société qui a proposé le concours et d’après l’autorisation de M. Doubrovski, secrétaire à la légation de Russie »16.

  • 17 Ibid., fol. 231 v, lettre de Ludwig Heinrich Nicolay à P. Doubrovski (26 avril 1797).
  • 18 Charles-François-Philibert Masson, Mémoires secrets sur la Russie, et particulièrement sur la fin (...)
  • 19 RNB ms, fonds no 971 (Doubrovski), autographe 147, fol. 225-226.

7Effectivement, Doubrovski avait raison de craindre la publication prématurée des odes. Il fut même prévenu de Saint-Pétersbourg que Paul Ier était mécontent qu’un concours ait été organisé à la mémoire de sa mère17. En outre, le deuxième prix avait été attribué à Charles Masson, un militaire qui séjourna une dizaine d’années en Russie en qualité de précepteur des jeunes nobles et qui fut chassé au début du nouveau règne18. En revanche, bien que Paul Ier soit glorifié par de nombreux émigrés, certains lui étaient peu favorables. Ainsi l’abbé Mary, l’aumônier de la princesse Élisabeth, la sœur de Louis XVI, déconseilla de mentionner trop souvent le nom de Paul Ier dans les manifestations du concours et écrivit : « Mon avis seroit donc de mettre absolument de côté le nouvel empereur et de ne s’occuper que de sa très illustre mère. Il aura son tour, quand il l’aura mérité »19.

  • 20 « Liste des dames et des messieurs, qui ont demandé des billets. Dames : la comtesse de Frégeville (...)

8Le jour de la naissance de l’impératrice, le 2 mai 1798, on organisa une fête, où Antoine de Rivarol prononça le discours. Quelque quarante personnes demandèrent des billets pour cette manifestation ; la plupart étaient des émigrés : le vicomte de Fouchecourt, le comte de Langeac, le comte d’Asnières, le baron Salignac de Fénélon, « la duchesse de La Force et sa compagnie », « la princesse de Lorraine et sa compagnie », etc.20.

9Pour les émigrés, ce concours fut une occasion de rendre hommage à une bienfaitrice et, en même temps, de se manifester auprès des autorités russes ; pour Doubrovski, cette opération entrait dans ses fonctions, et elle lui donna la possibilité d’élargir ses relations dans le milieu des émigrés et des intellectuels européens.

  • 21 RNB, cote 13.1.3.29. Cet exemplaire appartenait à P. Doubrovski.
  • 22 Sur Pierre-François Fauche, voir V. A. Somov, « The European books on it way to Russia: French boo (...)
  • 23 Abraham-Louis Fauche-Borel, Mémoires, Paris, 1829, t. II, p. 202.
  • 24 RNB ms, Fr. F XVIII, no 21, fol. 13-14.

10On garde de cette compétition poétique un recueil, le Monument littéraire consacré aux mânes de l’Auguste Catherine II, impératrice de toutes les Russies (s. l., 1798, 80 p., 4°), dont un bel exemplaire se trouve à la Bibliothèque nationale de Russie21. Ce livre fut imprimé à Hambourg, chez Pierre François Fauche qui fut une personnalité marquante de la librairie française au nord de l’Europe22. Issu de la famille du libraire neufchâtelois, Fauche résidait dans deux villes allemandes, Hambourg et Brunswick. Dans sa production, il faut signaler des réimpressions des éditions parisiennes et des ouvrages d’éminents émigrés. À cette époque, il gérait avec le marquis de La Maisonfort la Société littéraire et typographique de Brunswick et publiait le Spectateur du Nord. Fauche était lié étroitement au milieu des émigrés, d’autant plus que son frère, Abraham-Louis Fauche-Borel fut un agent royaliste. Borel, écrivit que la maison hambourgeoise de Pierre François était « le rendez-vous des émigrés et des gens des lettres. Le comte de Rivarol y venoit travailler à son fameux Dictionnaire, et Mr. Baudus y composait le Spectateur du Nord qu’il rédigeait pour le compte de mon frère »23. Cette revue était diffusée surtout au nord de l’Europe, y compris en Russie ; elle donnait des nouvelles de la cour de Saint-Pétersbourg et des armées impériales ; elle publiait des comptes rendus des livres russes. Les contacts que les éditeurs pouvaient avoir en Russie n’ont pas encore été étudiés suffisamment ; on peut supposer que l’information sur la Russie était fournie par les intellectuels allemands, par les émigrés français, ainsi que par les russes résidant à l’étranger ; ce fut probablement le cas de Doubrovski et, depuis l’empire même, celui de Nicolaï Karamzin. De son côté, Doubrovski était au courant des problèmes de l’émigration. Dans sa bibliothèque privée (les inventaires après décès en témoignent), on trouve de nombreux ouvrages d’émigrés, dont ceux produits par la maison Pierre François Fauche et Cie : par exemple, une série presque complète du Spectateur du Nord pour les années 1797-179824.

  • 25 Alexandre Pluchart était probablement un descendant d’une famille d’un libraire de Valenciennes. A (...)
  • 26 V. Somov, « La librairie française en Russie au XVIIIe siècle », dans Est-Ouest : transferts et ré (...)

11Les relations hambourgeoises de Doubrovski avaient des contacts en Russie. Fauche fournissait des livres aux libraires de Saint-Pétersbourg et de Moscou ; il effectuait des voyages commerciaux en Russie où il tenta d’installer son entreprise. Le marquis de La Maisonfort remplissait différentes missions diplomatiques pour la cour impériale, puis il entra au service des russes et il fut même nommé ministre plénipotentiaire de Russie auprès du duc de Brunswick. Ce fut La Maisonfort qui organisa en 1806 la venue à Saint-Pétersbourg d’Alexandre Pluchart, l’ancien facteur de l’imprimerie de Fauche. Ce Français25 s’installa solidement en Russie. Chargé de la publication du Journal du Nord, périodique francophone inspiré par les pouvoirs russes, il devint rapidement directeur de l’imprimerie du Sénat, puis il fonda sa propre entreprise où il publia plusieurs éditions gravées et lithographiques. Son fils, Adolphe Pluchart, devint propriétaire d’une des plus importantes maisons d’édition de Saint-Pétersbourg26.

  • 27 Actuellement, cette institution fait de nombreuses recherches sur son histoire ; et je voudrais si (...)

12En 1800, Piotr Doubrovski rentra de Hambourg en Russie et, en 1805, le gouvernement russe acheta sa prodigieuse collection. À ce moment, il devint conservateur des manuscrits à la Bibliothèque impériale publique. Parmi ses collègues, on relève la présence de plusieurs émigrés, notamment des Français qui ont effectivement participé à la création de la Bibliothèque impériale publique27.

  • 28 Л. Вольфцун, « Мари-Габриель-Флоран-Огюст де Шуазель-Гуффье », dans Историябиб в биографиях ее дир (...)

13Le premier administrateur de la Bibliothèque impériale fut Marie-Gabriel-Florent-Auguste, comte de Choiseul-Gouffier, connu comme diplomate et amateur d’antiquités. Ambassadeur à Constantinople lorsqu’éclata la Révolution, il se retira en Russie. En 1797, il fut nommé par Paul Ier aux postes de directeur des « Bibliothèques impériales » et de président de l’Académie impériale des beaux-arts28. La bibliothèque dont Choiseul était devenu responsable avait été fondée deux ans auparavant en 1795. On sait qu’à l’origine de cette institution se trouve la riche collection des frères Zaluski (dite « bibliothèque de Varsovie »), saisie par les troupes russes à Varsovie et transportée à Saint-Pétersbourg. Il y avait quelque 200 000 volumes d’imprimés en français, en latin, en allemand, en italien, etc., et un grand nombre de manuscrits qui furent stockés dans un pavillon au centre de Saint-Pétersbourg. Ces livres étaient dans un état déplorable ; il fallut mettre à part les volumes abîmés en cours de route, sécher ceux qui avaient été mouillés, ensuite ranger les livres par langues, par formats, les compter, les mettre dans des boîtes et finalement les classer par matières. Ce travail fut confié à une douzaine des personnes, parmi lesquelles se trouvaient quelques émigrés français.

  • 29 Antoine-Philippe marquis de La Maisonfort, Mémoires d’un agent royaliste sous la Révolution, l’Emp (...)
  • 30 Le manuscrit de l’ouvrage Pojarski ou l’avenement de Michel Romanow au trône de Russie en 1612. Tr (...)

14Ce fut le cas du chevalier de Gaston, le jeune littérateur, Marie-Joseph Gaston de Pollier, venu en Russie par Hambourg. Le marquis de La Maisonfort qui le rencontra à Saint-Pétersbourg en 1799 se souvenait de leur première rencontre, six ans avant à Amsterdam : « Il voulait passer en Russie et n’avait juste que ce qu’il falloit pour se jeter sur un méchant bateau danois, au hasard d’être pris par des corsaires français et mené droit à la première guillotine »29. Quelques personnes compatissantes firent une quête pour lui et La Maisonfort remit cent ducats à Gaston pour qu’il parte par terre. D’après les rumeurs de l’époque, son passage de Hambourg en Russie fut extraordinaire ; il fit cette route à pied. À Saint-Pétersbourg, tout en donnant des leçons de français, il poursuivit ses activités littéraires, par exemple une traduction en vers de l’Énéide, qui fut publiée en 1796. La même année, il offrit à Catherine II une œuvre dramatique sur un sujet de l’histoire russe : Pojarsky, ou l’avénement de Michel Romanow au trône de Russie30.

  • 31 Piotr R. Zaborov, « Le Journal littéraire de Saint-Pétersbourg et les échanges culturels entre la (...)
  • 32 В. А. Сомов, « Французская книга в русской цензуре конца XVIII века », dans Le siècle des Lumières (...)

15Gaston trouva à Saint-Pétersbourg un protecteur, le comte Nicolaj Petrovič Rumâncev, homme d’état et mécène, qui réussit à lui faire obtenir une place à la Bibliothèque impériale. Les archives de la bibliothèque ne gardent pas de traces de son activité, mais on sait que le jeune Français occupa ce poste jusqu’en 1800. Le témoignage le plus important sur son séjour en Russie est le Journal littéraire de Saint-Pétersbourg, un bimensuel dont le chevalier de Gaston était le rédacteur. Piotr Zaborov, auteur d’une étude consacrée à ce périodique, a montré que Gaston entretenait des liens avec le milieu émigré de Saint-Pétersbourg et de Moscou, avait des relations épistolaires avec ses compatriotes restés en France ou établis dans divers pays d’Europe31. Le Journal littéraire publia régulièrement des annonces des livres français dans lesquels il y a de nombreux imprimés produits par la maison Fauche et Cie. Le règne de Paul Ier fut une époque où la censure se fit lourdement sentir, les pouvoirs tentant de surveiller l’influence de la France révolutionnaire32. C’est ce qui fait l’importance de ce périodique qui donne une large place aux livres français, mais c’est aussi ce qui détermina sa destinée : le dernier numéro est daté du 15 avril 1800. C’est précisément au mois d’avril que l’importation des livres étrangers fut totalement interdite par Paul Ier. L’entreprise du chevalier de Gaston perdit sa raison d’être.

16Le fait que le protecteur du chevalier de Gaston fut Nicolaj Rumâncev, un élève et ami de Frédéric-Melchior Grimm, permet de supposer que celui-ci fut en relation avec Gaston. On sait que Grimm soutint plusieurs émigrés et les envoya en Russie. Mais son protégé le plus connu fut le chevalier d’Augard, un employé de premier plan, dans les premières années de la Bibliothèque impériale.

  • 33 Л. Вольфцун, « Pro et contra : людикни д’Огар », dans Шyевальебиблиотека : люди, книzu, жизнь, Sai (...)

17Jean-Joseph-Dominique de Bassinet d’Augard (chevalier d’Augard), ancien officier de marine, fut bien accueilli par la société de Saint-Pétersbourg ; il avait des connaissances haut placées, même à la cour. On sait que ce penseur mystique convertit au catholicisme plusieurs aristocrates russes33.

  • 34 RNB ms, fonds no 537 ; voir Les archives de l’Est et la France des Lumières…, p. 248-249.
  • 35 « Le chevalier De Gaston prie Monsieur le chevalier d’Augard de remettre au porteur son Pojarski ; (...)
  • 36 RNB ms, fonds no 537, no 12.

18Une partie des archives privées du chevalier d’Augard est conservée à la Bibliothèque nationale de Russie34. Ce petit fonds contient quelque 80 dossiers. On trouve ici des témoignages de l’activité administrative de d’Augard, des notes de lectures, des ébauches d’écrits littéraires, etc. La plus grande partie de ce fonds regroupe sa correspondance : des lettres d’aristocrates, d’hommes d’État russes, d’émigrés français séjournant à Saint-Pétersbourg (de l’abbé Nicole, de Surrugue, du comte Choiseul-Gouffier, etc.). Citons un petit billet du chevalier de Gaston, qui soumet au jugement d’Augard sa tragédie Pojarski35. On trouve ici une quinzaine de lettres d’émigrés dispersés à travers l’Europe, surtout en Allemagne (à Brunswick, à Wolfenbüttel, à Hildesheim, à Erfurt, à Berlin, etc.). D’Augard gardait même les minutes de ses lettres, par exemple celles adressées au comte Fedor Vassilievitch Rostopčin et au comte Aleksandr Sergeevič Stroganov36.

  • 37 Ibid., no 23, fol. 5.

19Arrivé à Saint-Pétersbourg en 1796, un peu avant la mort de Catherine, d’Augard fut soutenu par Paul Ier et attaché aux « Bibliothèques impériales », comme adjoint du comte de Choiseul. Il s’occupa de classer les livres et de dresser un catalogue par matières. Choiseul fut en contact permanent avec son adjoint, avec lequel il entretenait des relations amicales. Dans les archives privées d’Augard, on trouve une vingtaine de lettres de Choiseul, souvent des petits billets non signés, non datés, écrits à la hâte, qui ont pour sujets des travaux quotidiens, le bâtiment de la bibliothèque et la gestion des livres, les problèmes des relations avec des personnes de la cour impériale, les conflits au sein de la bibliothèque, ainsi que les événements politiques. Au moment où Choiseul reçut la nouvelle des victoires de l’armée russe, il lui écrit : « Vous savés sans doute les nouveaux miracles operés par saint Suworoff auquel je vous prie d’accorder le pas sur tout les saints du Paradis. Voila le héros, le bras de Dieu, qu’un vieux coquin de drogman et son jeune séide appellent un radoteur. Voulés vous venir boire à la santé de l’emp[ereu]r et de son général avec nous ? »37. Les deux hommes discutent de l’existence même de cette bibliothèque, le nouveau projet de Paul Ier étant de transmettre tous les livres apportés de Varsovie à l’Académie des sciences. Choiseul, un étranger, un émigré, ne pouvait pas s’opposer à cet ordre. Il fut effectivement déçu et il se soumit à la volonté de l’empereur avec douleur.

  • 38 Ibid., no 23, fol. 9.

20Agacé par tous ces soucis, il déclare à d’Augard : « Mon avis est de vous faire donner un mille r[oubles] en pension et d’envoyer toute la bibliothèque au diable ou à l’Académie des sciences, ce qui est à peu près la même chose »38.

  • 39 В. А. Сомов, « Кабинет для чтения графа Строганова » (иностранный фонд), dans Le siècle des Lumièr (...)

21Au début de l’année 1800, le comte de Choiseul-Gouffier tomba en disgrâce. Paul Ier le démit de tous les postes qu’il occupait et l’expulsa de Saint-Pétersbourg. C’est le comte Aleksandr Stroganov, grand seigneur russe, célèbre franc-maçon, mécène, qui fut nommé aux postes devenus vacants de président de l’Académie impériale des beaux-arts et de directeur de la Bibliothèque impériale39. D’Augard écrivit alors à son nouveau chef une lettre digne et sincère :

  • 40 RNB ms, fonds no 537, no 12, fol. 2v.

Monsieur le comte,
cloué sur mon lit, depuis six semaines, je viens d’apprendre par Mr le comte de Cossé que V[otre] E[xcellence] est nommée d’hier à toutes les places de Mr le comte de Choiseul. Vous ne me croiriés pas, Mr le comte, et vous me reconnoitriés encore moins si j’osois prononcer que je me félicite de cet événement, mais je puis assurer sur l’honneur (le seul bien qui me reste avec les bontés de l’empereur) que s’il m’eut été accordé de nommer un successeur à Monsieur le comte de Choiseul, je n’aurois pas plus hésité que le public à désigner Votre Excellence40.

  • 41 RNB, département des Documents d’archives, fonds no 1, inv. 1 (1797), no 1, fol. 57-60v.
  • 42 Ibid., fonds no 1, opis no 1 (1800), no 20, fol. 27. Traduit du russe en français par Vladislav Rj (...)
  • 43 Ibid., fonds no 1, opis no 1 (1804), no 38 : lettre du chevalier d’Augard à l’empereur Alexandre I(...)

22Stroganov parvint à consolider l’existence de la nouvelle institution et à garder le bâtiment récemment construit. Il appréciait beaucoup les travaux et les connaissances du chevalier d’Augard, qu’il laissa à son poste. Très occupé par différents travaux, Stroganov délégua au chevalier une grande partie de ses fonctions à la Bibliothèque. Ainsi d’Augard fut responsable du déménagement des livres dans le nouveau bâtiment et il était en contact avec des commissionnaires à l’étranger pour des acquisitions. Mais une santé fragile, les rudes attaques de rhumatisme, ralentirent son activité. En 1802, d’Augard obtint un congé de plusieurs mois et partit à l’étranger. Avant de partir, il rédigea « l’Instruction », qui prescrit les devoirs de chaque bibliothécaire41. Pour soutenir sa demande de congé, Stroganov écrivit aux autorités que d’Augard, « se trouvant presque dès son établissement ici auprès de cette bibliothèque, par ses efforts infatigables, application et ses connaissances dans ce domaine, a beaucoup contribué à mettre un tel ordre dans cette bibliothèque qu’il n’était pas possible d’imaginer étant donné l’état dans lequel elle a été acheminée ici »42. En effet, sous la responsabilité et avec la participation directe de d’Augard, une quantité énorme de livres apportés de Varsovie permit de fonder une véritable bibliothèque ; il l’enrichit même par sa propre collection, qu’il retrouva heureusement en 180243. Il décida de la vendre à l’empereur Alexandre Ier, mais, en catholique fervent, il conserva pour lui-même les livres de théologie.

  • 44 Voir par exemple « Registre des ouvrages et volumes des manuscrits livrés à monsieur le conseiller (...)

23Jusqu’à sa retraite en 1808, le chevalier d’Augard fut le chef de Doubrovski et, dans un certain sens, il fut son prédécesseur. C’est lui qui fut responsable des manuscrits, c’est lui qui proposa à Stroganov de les mettre dans une salle à part avec une porte solide et décorée aux armes de l’empire de Russie. Après la création du dépôt des Manuscrits, d’Augard s’occupa du transport des manuscrits de Zaluski dans ce département, dirigé par Doubrovski44.

24Citons encore quelques collègues français de Doubrovski.

  • 45 Auguste-Guillaume-Honoré-Urbain, baron, puis comte de Retz de Chanclos de Bressoles de Servières.
  • 46 Сотрудники Российской национальной библиотеки…, p. 126-127, 520-521 et 575.
  • 47 RNB ms, fonds no 958, Razno-iaz. F. XVIII. 174, fol. 20v, 82, 86, 91 et 137.

25Le comte de Chanclos45, qui travailla à la bibliothèque pendant dix ans jusqu’à sa mort fut à l’origine d’une section spécialisée pour les cartes et plans. Antoine Butet, ancien consul de France à Alexandrie, chargé d’affaires à Constantinople, travailla pour répertorier les doubles ; attaché en même temps au collège des Affaires étrangères, il s’occupa de la publication du Journal du Nord, le périodique déjà mentionné, dont Alexandre Pluchart fut l’imprimeur. Un des principaux employés de cette époque fut Pierre Torcy, responsable du dépouillement des livres français, c’est lui qui remplaçait le chevalier d’Augard pendant son absence. Torcy quitta la bibliothèque en 1811 à cause de dissensions avec le nouveau directeur, Aleksej Nicolaevič Olenin46. Ce fut également le sort de Doubrovski, qui fut persécuté par Olenin et fut démis en 1812. Un autre émigré, l’abbé Joseph Grandidier, prit part au récolement du fonds des manuscrits à la demande du directeur47.

  • 48 RNB ms, fonds no 961 (collection des manuscrits français), Fr. Q. I. no 46 ; voir Т. П. Воронова, (...)

26L’interêt de Doubrovski pour les manuscrits et les livres rares, son savoir de bibliographe, sont sans aucun doute le résultat de son séjour en France, de son expérience du marché du livre parisien. L’époque révolutionnaire représenta une chance unique pour les acquisitions qu’il put faire. Parmi les monuments de la culture française, il y avait également des objets provenant des maisons des émigrés : par exemple, un livre de prières appartenant à la princesse Élisabeth, offert à Doubrovski par l’abbé Mary48. Les émigrés, qui possédaient eux-mêmes de belles collections, transmirent en Russie leurs savoirs, leur culture du livre, leur expérience en matière de constitution de bibliothèques. Leurs travaux, ainsi que l’activité de Piotr Doubrovski, contribuèrent à l’assimilation de la culture française par la société russe.

Notes

1 Т. П. Воронова, « П. П. Дубровский-первый хранитель “Депо Манускриптов” Публичной библиотеки », dans Археографический ежегодник за 1980 год, Moscou, 1981, p. 123-130 ; ead., « Письма П. П. Дубровского к А. Г. Бобринскому и А. Р. Воронцову », dans Источники по истории отечественной культуры в собраниях и архивах Отдела рукописей и редких книг Государственной Публичной библиотеки, Léningrad, 1983, p. 120-130 ; ead., « Литературный конкурс 1797 г. в Гамбурге, посвященный Екатерине II (по материалам архива П. П. Дубровского) », dans Археографический ежегодник за 2004 год, Moscou, 2005, p. 382-387.

2 С. О. Шмидт, « К юбилею П. П. Дубровского : Дипломат-коллекционер в контексте развития отечественной культуры и общественной мысли второй половины XVIII - начала XIX века », dans Археографический ежегодник за 2004 год), Moscou, 2005, p. 276-356.

3 Annie Charon, « Un amateur russe, Doubrovski, à la vente Loménie de Brienne (1790-1792) », dans Le siècle des Lumières : espaces culturel de l’Europe à l’époque de Catherine II, Moscou, 2006, p. 213-231 ; ead., « Les acquisitions de manuscrits de Doubrovski à la vente Loménie de Brienne (1790-1792) », dans Occidentalia Manuscripts and Collections, Saint-Pétersbourg, 2009, p. 15-19.

4 Cette étude a reçu le soutien de la fondation Maison des sciences de l’homme (Paris). Je tiens à remercier mes collègues Georges Dulac, Vladislav Rjéoutski et Kumar Guha pour leurs conseils.

5 V. A. Somov, « Les aristocrates russes, acheteurs de livres en France pendant la Révolution », dans Le livre-voyageur. Actes du colloque les 23 et 24 mai 1997, Paris, 2000, p. 231 ; С. В. Королев et В. А. Сомов, « Иностранные издания xvi - начала xix вв. в личной библиотеке П. П. Дубровского », dans Occidentalia Manuscripts…, p. 24-41 ; Т. П. Воронова, « Письма П. П. Дубровского… », p. 120-130 ; А. Бобринский, « Дневник : 1779-1786 », dans С. А. Козлов, Русский путешественник эпохи Просвещения, Saint-Pétersbourg, 2003, p. 424-426, 428-436, 438, 439 et 443-446.

6 AVPRI, fonds no 14/1 (Lettres et requêtes), D-114 ; A. Charon, « Un amateur russe, Doubrovski… », p. 229 ; Les archives de l’Est et la France des Lumières. Guide des archives et inédits, dir. Georges Dulac et Sergueï Karp, Ferney-Voltaire, 2007, p. 99-100.

7 AVPRI, fonds no 44 (Les relations de la Russie avec Hambourg), opis no 4, no 319, fol. 37.

8 Copie du procès-verbal des administrateurs et commissaires nommés par le Directoire pour arrêter chez Grefuhle, Montz et Cie, banquiers à Paris, la somme de 9822 livres, appartenant à Mr Doubrovsky. AVPRI, fonds no 44 (Les relations de la Russie avec Hambourg), opis no 4, no 319, fol. 39 (copie faite par P. Doubrovski lui-même).

9 A. Charon, « Un amateur russe, Doubrovski… », p. 229-230. On trouve dans la Bibliothèque nationale de France, dans le fonds des manuscrits slaves, deux manuscrits avec des notes de la main de Piotr Doubrovski, datées de 1789 (BNF, slave 9 et slave 23). Voir Wladimir Vodoff, « Une description du fonds slave du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale », dans Revue des études slaves, 1963, t. 42, p. 128-132 ; Л. В. Черепнин, « Славянские и русские рукописи Парижской Национальной библиотеки », dans Археографический ежегодник за 1961 год, Moscou, 1962, p. 222-223. Ces deux manuscrits firent partie de la collection Séguier, puis de la collection de l’abbaye de Saint-Germain ; ils appartinrent probablement à Doubrovski avant d’entrer à la Bibliothèque nationale. Je tiens à remercier Mme Nadia Nin pour ces renseignements.

10 Т. П. Воронова, « Письма П. П. Дубровского… », p. 120-130 ; AVPRI, fonds no 93, opis no 7, no 820 (1791), fol. 6 et 6v : lettre de P. Doubrovski au comte de Sombreuil (3 septembre 1791). « […] Monsieur le comte ! J’ai l’honneur de joindre ici la nôte telle que vous desirés. Quoique la première ne vous aurés nullement fait retarder pour obtenir le passeport. Je vous aurai mille obligations monsieur le comte, si vous pouvés vous charger de trois ou quatre paquets de brochures pour M. le comte de Woronzoff et M. de Markoff, tous deux ministres intimes de Sa Majesté l’Impératrice. Au moins, en cas que votre voyage est de longue haleine, de les remettre à Francfort au chargé d’affaires de Russie. Vous souhaitant le bon voyage je suis au désespoir de n’avoir pas fait pendant votre séjour ici la connoissance qui me seroit précieuse que l’honneur d’être monsieur le comte votre très humble et très obéissant serviteur P. Doubrowsky »).

11 Alexandre Stroev, « Friedrich-Melchior Grimm et ses correspondants d’après ses papiers conservés dans les archives russes », dans La culture française et les archives russes : une image de l’Europe au XVIIIe siècle, dir. Georges Dulac, Ferney-Voltaire, 2004, p. 55-82 ; id., « Un “juif errant”. Les émigrations de Fréderic-Melchior Grimm », dans Exil et épistolaires aux XVIIIe et XIXe siècles : des éditions aux inédits, dir. Rodolphe Baudin, Simone Bernard-Griffiths, Christian Croisille et Elena Gretchanaïa, Clermont-Ferrand, 2007 (Cahiers d’études sur les correspondances des XIXe et XXe siècles, 16), p. 47-74.

12 V. A. Somov, « Le livre de Castéra d’Artigues sur Catherine II et sa fortune », dans Catherine II et l’Europe, dir. Anita Davidenkoff, Paris, 1997, p. 211.

13 Т. П. Воронова, « Литературный конкурс… », p. 382-387.

14 RNB ms, fonds no 971 (Doubrovski), autographe 147, fol. 235.

15 Ibid., fol. 278.

16 Ibid., fol. 284-284 v.

17 Ibid., fol. 231 v, lettre de Ludwig Heinrich Nicolay à P. Doubrovski (26 avril 1797).

18 Charles-François-Philibert Masson, Mémoires secrets sur la Russie, et particulièrement sur la fin du règne de Catherine II et sur le commencement de celui de Paul I, 3 t., Paris, 1800-1802.

19 RNB ms, fonds no 971 (Doubrovski), autographe 147, fol. 225-226.

20 « Liste des dames et des messieurs, qui ont demandé des billets. Dames : la comtesse de Frégeville, la marquise d’Ambert, la baronne de Pressigny, avec Mlle sa fille, la comtesse de Neuilli avec Mlle sa fille, Mme de Douet, Mme de Hahn et sa famille, Mme la duchesse de la Force et sa compagnie, la princesse de Lorraine et sa compagnie, la comtesse de Linanges, Mme la générale Quernheim et sa compagnie, Mme la comtesse de Flahall et sa compagnie, Mme Capados et sa compagnie, Mme Osy et sa compagnie. Messieurs : le comte de Frégeville, le marquis de Moneys, le marquis de Nesle, le marquis de la Rochaimond, le chevalier de Blois, le vicomte de Fouchecourt, le vicomte de Carendelet, le comte de Belloy, le baron de Pressigni, l’abbé de Saint-Albin, le comte Espinchal, le comte de Langeac, le baron Salignac de Fénélon, le comte d’Asnières, le vicomte d’Asnières, le vicomte de la Belinay, le chevalier Barry, M. de Richardi, le sénateur Poppe, le sénateur Bauche, le syndic Dormans, M. Faber, conseiller du roi de Prusse, marquis de Suza, M. d’Aguila, M. de Rebours, avocat général de la cour des aîdes, M. Vanderbourg. Billets envoyés aujourhui : M. de Buhl, ministre de l’empereur et sa compagnie, M. Peyron, ministre de Suède et sa compagnie, le chevalier de Corail, M. le chevalier d’Orosco, ministre d’Espagne et sa compagnie ». Ibid., fol. 235v-236.

21 RNB, cote 13.1.3.29. Cet exemplaire appartenait à P. Doubrovski.

22 Sur Pierre-François Fauche, voir V. A. Somov, « The European books on it way to Russia: French book publishing and the book trade in Lower Saxony in the late 18th century », dans Introducing European Manners and Customs to a European Nation: On the Problem of Adapting Western Ideas and Social Practices in the Russian Empire, Moscou, 2008, p. 236-251; id., « Pierre François Fauche, l’imprimeur-libraire européen et ses catalogues », dans Le livre, entre le commerce et l’histoire des idées. Les catalogues de libraires (XVe-XIXe siècle), éd. Annie Charon, Claire Lesage et Ève Netchine, Paris, 2011.

23 Abraham-Louis Fauche-Borel, Mémoires, Paris, 1829, t. II, p. 202.

24 RNB ms, Fr. F XVIII, no 21, fol. 13-14.

25 Alexandre Pluchart était probablement un descendant d’une famille d’un libraire de Valenciennes. Au début de la Révolution, il est apprenti-imprimeur ; ensuite il émigre en Allemagne. Voir Fréderic Barbier et al., Lumières du Nord : imprimeurs, libraires et « gens du livre » dans le Nord au XVIIIe siècle (1701-1789). Dictionnaire prosopographique, éd. Sabine Juratic et Michel Vangheluwe, Genève, 2002, p. 417.

26 V. Somov, « La librairie française en Russie au XVIIIe siècle », dans Est-Ouest : transferts et réceptions dans le monde du livre en Europe (XVIIe-XXe siècles), éd. Fréderic Barbier, Leipzig, 2005, p. 105-107.

27 Actuellement, cette institution fait de nombreuses recherches sur son histoire ; et je voudrais signaler, l’édition d’un Dictionnaire des personnels de la bibliothèque, et tout particulièrement les articles de Ludmilla Wolfzun. Voir Сотрудники Российской Национальной библиотеки деятели науки и культуры : Биографический словарь, Saint-Pétersbourg, 1995, t. I.

28 Л. Вольфцун, « Мари-Габриель-Флоран-Огюст де Шуазель-Гуффье », dans Историябиб в биографиях ее директоров : 1795-2005, Saint-Pétersbourg, 2006, p. 11-29 ; ead., « Граф Шуазель-Гуффье, первый директор Императорской публичной библиотеки », dans Le siècle des Lumières : espace culturel de l’Europe…, p. 127-140.

29 Antoine-Philippe marquis de La Maisonfort, Mémoires d’un agent royaliste sous la Révolution, l’Empire et la Restauration (1763-1827), Paris, 2004, p. 199.

30 Le manuscrit de l’ouvrage Pojarski ou l’avenement de Michel Romanow au trône de Russie en 1612. Tragédie en trois actes. Par le chevalier de Gaston, se trouve actuellement aux AVPRI (fonds no 14/1, G-164). La dédicace adressée à Catherine II est signée par le chevalier de Gaston le 28 juillet 1796.

31 Piotr R. Zaborov, « Le Journal littéraire de Saint-Pétersbourg et les échanges culturels entre la Russie et l’Europe », dans Réseaux de l’esprit en Europe des Lumières au XIXe siècle. Actes du colloque international de Coppet, éd. Wladimir Berelowitch et Michel Porret, Genève, 2009, p. 203-215. Voir également Annett Volmer Presse und Frankophonie im 18. Jahrhundert. Studien zur französischsprachigen Presse in Thüringen, Kursachen und Russland, Leipzig, 2000 (Deutsch-Französischen franz-Kulturbibliothek, 16), p. 256-268.

32 В. А. Сомов, « Французская книга в русской цензуре конца XVIII века », dans Le siècle des Lumières : censure et statut de l’imprimé en France et en Russie au siècle des Lumières, Moscou, 2008, p. 153-191.

33 Л. Вольфцун, « Pro et contra : людикни д’Огар », dans Шyевальебиблиотека : люди, книzu, жизнь, Saint-Pétersbourg, 1998, p. 8-20.

34 RNB ms, fonds no 537 ; voir Les archives de l’Est et la France des Lumières…, p. 248-249.

35 « Le chevalier De Gaston prie Monsieur le chevalier d’Augard de remettre au porteur son Pojarski ; il a l’honneur de lui faire ses compliments ». RNB ms, fonds no 537, no 38.

36 RNB ms, fonds no 537, no 12.

37 Ibid., no 23, fol. 5.

38 Ibid., no 23, fol. 9.

39 В. А. Сомов, « Кабинет для чтения графа Строганова » (иностранный фонд), dans Le siècle des Lumières: espaces culturels de l’Europe…, p. 232-269; Susanne Jaeger, Alexander S. Stroganov (1733-1811). Sammler und Mäzen in Russland der Aufklärung, Cologne/Weimar/Vienne, 2007 (Studien zur Kunst, 5).

40 RNB ms, fonds no 537, no 12, fol. 2v.

41 RNB, département des Documents d’archives, fonds no 1, inv. 1 (1797), no 1, fol. 57-60v.

42 Ibid., fonds no 1, opis no 1 (1800), no 20, fol. 27. Traduit du russe en français par Vladislav Rjéoutski.

43 Ibid., fonds no 1, opis no 1 (1804), no 38 : lettre du chevalier d’Augard à l’empereur Alexandre Ier (4 décembre 1803) (fol. 2 : « L’été dernier, pendant mon absence, ma bibliothèque abandonnée à Paris depuis quinze ans a été retrouvée par un des mes amis et envoyée à Pétersbourg »).

44 Voir par exemple « Registre des ouvrages et volumes des manuscrits livrés à monsieur le conseiller de collège et chevalier Doubrovski ». La note faite par chevalier d’Augard : « Je soussigné déclare qu’une grande partie des manuscrits désignés ci-dessus est dans le mauvais état, que quelque manuscrits sont incomplets, que la plupart ont souffert dans leur reliures, que je le remets enfin dans l’état où je les ai trouvés et qui est connu de tout le monde. Pétersbourg, 7 août 1806. Le conseiller d’État chevalier D’Augard ». RNB ms, fonds no 958, Manuscrits en différentes langues, Razno-iaz, F. XVIII. 174, fol. 1, 157. Je tiens à remercier Mme Nathalie Elaguina, la conservatrice en chef des manuscrits occidentaux à la Bibliothèque nationale de Russie, pour ses conseils.

45 Auguste-Guillaume-Honoré-Urbain, baron, puis comte de Retz de Chanclos de Bressoles de Servières.

46 Сотрудники Российской национальной библиотеки…, p. 126-127, 520-521 et 575.

47 RNB ms, fonds no 958, Razno-iaz. F. XVIII. 174, fol. 20v, 82, 86, 91 et 137.

48 RNB ms, fonds no 961 (collection des manuscrits français), Fr. Q. I. no 46 ; voir Т. П. Воронова, « Литературный конкурс… », p. 387.

Author

Conservatoire national de musique, Saint-Pétersbourg

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540