Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Troisième partie. Les français dans la vie artistique et culturelle russe

Auguste-René Semen, imprimeur, éditeur et marchand-libraire parisien à Moscou

Август Семен, французский типограф, издатель и книгопродавец в Москве

Anna Markova

Résumé

L’article présente pour la première fois en français l’activité d’imprimeur, de fondeur de caractères et d’éditeur d’Auguste Semen.
Arrivé à Moscou vers la fin des années 1800, ce Français fit une carrière remarquable : il fut engagé pour organiser et prendre la tête de l’imprimerie de Nikolaj Sergeevič Vsevoložskij, une imprimerie « telle que notre Patrie n’en a encore jamais connue ». Pour accomplir ce projet ambitieux, Semen alla à Paris pour acquérir des presses et des caractères typographiques chez les typographes renommés partout en Europe, les Didot et Joseph-Gaspard Gillé.
Par la suite, lorsque Semen ouvrit la fonderie et l’imprimerie auprès de l’Académie médico-chirurgicale de Moscou, il retravailla les caractères cyrilliques de Didot et assura ainsi l’évolution du style néo-classique sur les pages de ses propres éditions.
Auguste Semen ne fut pas un simple typographe ; il considérait la création des caractères, comme un art et non comme un artisanat. Il eut un parcours extraordinaire : il devint franc-maçon ; durant la campagne de Russie, il fut placé en résidence surveillée à Nižnij-Novgorod ; il publia des livres interdits. Tout cela n’empêcha cependant pas le succès de son activité d’imprimeur. Pendant plus de quarante ans, il dirigea les travaux dans l’atelier typographique du Saint Synode et il reçut de l’empereur de nombreuses décorations. Dans sa propre imprimerie, Semen se livra à des publications de tous types : thèses en médecine, journaux et revues illustrés, premières éditions des auteurs russes classiques dont le caractère irréprochable le rendit célèbre dans l’histoire du livre russe.
Outre la présentation de l’activité d’Auguste Semen, cet article se propose de rendre compte d’un document d’archives découvert récemment. Il s’agit de l’inventaire après décès du graveur-géographe Guillaume-François Semen, frère de l’imprimeur. L’étude de ce document et des publications qui y sont relatives ont rendu possible la description de la période parisienne de la vie d’Auguste Semen, peu connue jusqu’alors.

Данная статья представляет собой краткий обзор деятельности типографа, словолитчика и книгоиздателя Августа Семена. Недавно обнаруженные архивные материалы, позволили точнее представить окружение типографа и обрисовать парижский период его жизни.
Приехав в Москву в конце 1800-Х годов, этот француз ярко начал свою карьеру в России: ему было поручено организовать и руководить типографией для Н. С. Всеволожского, такой «какой в Отечестве нашем еще никогда не бывало». Для осуществления этой непростой задачи А. Семен принимает решение отправиться в родной Париж за печатными станками и литерами к известным на всю Европу типографам, Дидо и Жилле. Впоследствии, когда Семен откроет словолитню и учредит свое собственное печатное производство при Медико-хирургической Академии, он существенно переосмыслит рисунок русских шрифтов Дидо, и тем самым обеспечит развитие неоклассического стиля на страницах собственных изданий.
Таким образом, Август Семен не просто типограф, но своего рода мыслитель типографского дела, который был неординарной и одаренной личностью. В России он принял масонство, во время войны 1812 г. был сослан в Нижний Новгород, издавал запрещенные книги. Все это, однако, не помешало успешному развитию его деятельности в России: более сорока лет он руководил печатными работами в Синодальной типографии, за что неоднократно был награжден самим Императором. В своей собственной типографии Семен печатал самые различные сочинения, от медицинских диссертаций, газет и иллюстрированных журналов до первых и прижизненных изданий русских классиков, нашедших благодаря Августу Семену достойное и безупречное по своей форме выражение в виде книги.
Особая ценность данной статьи заключается в том фактическом материале, который был предоставлен недавно обнаруженным архивным источником: описанием имущества, составленным после смерти гравера географических карт Гийома-Франсиса Семена, брата типографа. Этот документ, и связанные с ним печатные материалы позволили точнее представить окружение типографа и обрисовать парижский период его жизни. Кроме того, это первый краткий обзор деятельности Августа Семена, подготовленный на французском языке.

Note de l’éditeur

AM Lunéville : archives municipales de Lunéville ; CGIAM : Archives centrales historiques d’État de Moscou.

Texte intégral

1La présence de libraires et d’imprimeurs français à Moscou dans le premier tiers du XIXe siècle est un phénomène bien connu. Ceux-ci se sont souvent installés dans la rue Kuzneckij most (rue du Pont-des-maréchaux-ferrants (voir fig. 1 ci-après), ce qu’évoquent, d’ailleurs, ces célèbres vers tirés de Горе от ума [Le malheur d’avoir trop d’esprit], d’Aleksandr Griboïedov :

А все кузнецкий мост и вечные французы,
Откуда моды к нам, и авторы, и музы,
Губители карманов и сердец.

[Du pont des Maréchaux ces éternels Français
Nous passent leurs auteurs, leurs muses et leurs modes ;
Ils ravagent nos bourses et nos cœurs.]

2L’imprimeur à qui nous devons la première édition de cette comédie considérée comme un classique de la littérature russe était lui-même un Français installé rue Kuzneckij most. Il s’agit d’Auguste Semen qui, vers 1833, date de publication de la comédie, était un grand imprimeur, libraire et fondeur de caractères reconnu par les amateurs de l’époque pour son excellence dans l’art typographique (voir fig. 2 ci-après).

  • 1 Voir, par exemple, le catalogue de vente de Sotheby’s, Russian and Continental Books and Manuscrip (...)
  • 2 L’activité de Semen a été partiellement étudiée dans le cadre de travaux d’histoire du livre : Але (...)

3Malgré l’intérêt constant accordé aux ouvrages publiés par Semen, dont témoigne l’attention portée par les collectionneurs pour ses éditions de classiques russes et de livres illustrés présents dans de récentes ventes aux enchères1, il n’y a pas de travaux entièrement consacrés à Auguste Semen et à ses livres2.

Figure 1 : vue du Pont-des-maréchaux-ferrants dans la première moitié du XIXe siècle. Москва : Иллюстрированная история в 2-х т. [Moscou : histoire illustrée en deux tomes], t. I : С древнейших времен до 1917 г. [De l’époque ancienne jusqu’en 1917], Moscou, 1985.

4Les activités d’Auguste Semen comportant de multiples facettes, nous avons pris le parti de n’en privilégier aucune en particulier. Nous présenterons la vie et l’œuvre d’Auguste Semen dans toute leur complexité.

Figure 2 : photographie d’Auguste Sémen vers la fin de sa vie. Б. Модзалевский, « Август Иванович Рене-Семен… », p. 322.

5Semen arriva à Moscou dans les toutes premières années du XIXe siècle. Les premières mentions le concernant remontent à 1809, date de l’ouverture de l’imprimerie de Vsevoložskij. Fonctionnaire au conseil des Affaires étrangères et bibliophile, Nikolaj Sergeevič Vsevoložskij (1772-1857) jouissait d’une énorme fortune et avait l’ambition de créer la meilleure maison d’édition de Russie et, dans ce but, il demanda à Semen d’acheter des presses et des caractères typographiques à Paris. C’est dans ce contexte qu’on retrouve la plus ancienne mention du nom de Semen ; il s’agit, en effet, de la lettre d’envoi adressée au prince Aleksandr Kurakin, ambassadeur de Russie à Paris. Ce document ne porte pas de date, il est néanmoins possible de le rapporter au mois de novembre ou de décembre 1809, date indiquée sur le volume de correspondance du prince dans lequel la lettre est conservée. Dans ce document, Vsevoložskij présente sa nouvelle imprimerie et le rôle de Semen dans ce projet :

  • 3 « Зделав в Москве новое заведение Типографии, такой каковой в Отечестве нашем еще никогда не бывал (...)

Ayant créé à Moscou une nouvelle imprimerie, telle que notre Patrie n’en a encore jamais connue et souhaitant atteindre le même degré de perfection que cet art atteint dans d’autres contrées, j’ai investi une grande somme d’argent en pensant autant à l’intérêt de tous qu’à mon intérêt personnel, j’ai envoyé le porteur de cette lettre, monsieur Semen à Paris, je lui ai confié de commander des caractères russes chez les Didot et [Joseph-Gaspard] Gillé, aussi bien que d’emmener des maîtres habiles, un graveur, un fondeur, etc. Je prends la liberté de le mettre sous votre protection, d’abord, parce qu’il est un sujet de l’empereur de Russie et aussi comme c’est une personne honnête à laquelle je m’intéresse et à qui j’ai confié une grande partie de mes biens3.

  • 4 Р. Клейменова, Книжная Москва первой половины XIX в.…, p. 100.

6L’ouverture de l’imprimerie et l’acquisition des équipements coûtèrent à Vsevoložskij 150 000 roubles4. Compte tenu du prix moyen d’une imprimerie à Moscou au début du XIXe siècle, qui était de 5 à 10 000 roubles, il paraît tout à fait logique que, deux ans après son ouverture, cette imprimerie soit devenue, avec ses onze presses typographiques, la plus grande imprimerie privée de Moscou.

7À Moscou, au début du XIXe siècle, on ne peut pas encore parler de division stricte des métiers d’éditeur et d’imprimeur. En réalité l’imprimeur était amené à assumer plusieurs fonctions : faire fondre des caractères, préparer l’édition des ouvrages et s’occuper de la diffusion dans sa propre librairie ou auprès d’autres libraires. Rien n’empêchait, d’ailleurs, la spécialisation dans le domaine technique, ce qui fut le cas de Vsevoložskij, qui se consacra aux travaux d’impression.

  • 5 Voir Ю. Герчук, Эпоха политипажей…, p. 29.

8C’est à Auguste Semen que Vsevoložskij confia la réalisation de ses objectifs ambitieux et il l’engagea pour prendre la tête de l’imprimerie. On peut s’interroger sur les raisons d’un tel choix. Quelle pouvait être l’histoire de cet étranger pour qu’on lui ait confié la direction d’une si grande imprimerie ? Dans les travaux russes, on qualifie Semen d’habile maître parisien lorsqu’il arrive à Moscou âgé d’environ vingt-sept ans5. Quelles avaient été sa vie et sa formation en France et de quel milieu était issu ce maître ? La connaissance de cette partie de la vie de Semen est encore lacunaire. Toutefois, nous en avons des traces grâce aux recherches de Louis de Grandmaison et par des documents d’archives récemment découverts.

  • 6 AM Lunéville, 2 E 3/69. Je tiens à remercier vivement Bernadette Gérard, archiviste aux archives d (...)
  • 7 L’acte de naissance de son petit-fils, Augustin-Gabriel-Louis Semen, du 7 octobre 1809 (cité par L (...)

9Auguste Semen naquit à Paris en 1781. En l’absence de son acte de baptême, détruit dans l’incendie de 1871 des archives de Paris, on peut reconstituer cette date en se référant à l’acte de décès, le 8 mars 1862 à Lunéville (Meurthe-et-Moselle). Ce document précise que Semen à l’époque de sa mort était âgé de 80 ans6. Il est issu d’une famille parisienne ; son père, Louis-René-Pierre Semen, installé rue Saint-André-des-Arts, était maître graveur. Dans divers actes de 1809 à 18137, il est désigné comme employé à l’administration de la Loterie, mais il était également éditeur de cartes géographique, cette dernière charge étant étroitement liée à l’activité de son fils. De son union avec Thérèse Bellanger naquirent une fille, Marie-Antoinette-Thérèse et deux fils, Auguste-René et Guillaume-François.

  • 8 Jacotin, Leceane et Simonel, Environs du Kaire. Plan particulier de l’île de Roudah, du vieux Kair (...)
  • 9 Vicente Tofiño de San Miguel, Nouvelle carte politique et itinéraire de l’Espagne et du Portugal :(...)
  • 10 Nouvelle carte politique et itinéraire de l’Italie, gravé par Semen, Paris, Hyacinthe Langlois, 18 (...)
  • 11 Voir Pierre-François-Félix-Joseph Giraud, À la mémoire de Guillaume-François Semen […] Adieux pron (...)
  • 12 AN, Minutier central des notaires, ET/LXXXIII/753. Je remercie très chaleureusement Vincent Bouat, (...)

10Ce dernier, né le 1er septembre 1782, décédé à Paris le 31 janvier 1813, fut graveur-géographe attaché au dépôt de la Guerre. Il participa au projet de la description cartographique de l’Égypte, notamment en collaborant au Plan particulier de l’île de Roudah, du vieux Kaire et de Gizeh8. Parmi les cartes de petit format exécutées par Guillaume-François Semen, citons la Nouvelle carte politique et itinéraire de l’Espagne et du Portugal9 et la Nouvelle carte politique et itinéraire de l’Italie10. Sans aucun doute, sa réalisation la plus connue et la plus importante fut la Carte d’Europe où sont tracées les limites des empires […] d’après les derniers traités de paix, composée par Pierre Lapie et gravée par G.-F. Semen en 1812. Cette carte, dont Semen fut également éditeur11, est composée de six planches de cuivre, qui furent conservées, avec les vingt-cinq exemplaires de ladite carte, tirés sur papier grand aigle, chez le graveur, jusqu’à sa mort. Grâce à l’inventaire après décès (acte du 6 avril 1813), nous connaissons en effet le prix de cet ensemble, qui s’élève à 6000 francs ; cette mention révèle aussi l’estime dans laquelle on tenait alors les réalisations de Guillaume-François Semen12.

  • 13 L. de Grandmaison, « Un imprimeur parisien à Moscou… », p. 52.

11Quant à Auguste Semen, la partie parisienne de son itinéraire présente aussi de nombreuses zones d’ombre, mais nous savons au moins qu’il aurait été apprenti imprimeur chez l’imprimeur-libraire Hugues Barbou13. Ce dernier, spécialisé dans les éditions de classiques, fut en activité de 1790 à septembre 1808, date à laquelle il céda son fonds à Jacques-Auguste Delalain. Il mourut peu de temps après. Il n’est pas exclu qu’une fois le travail de Semen chez Barbou terminé en 1808, ce dernier ait eu l’intention de lancer sa propre activité et qu’il soit à ce moment parti à Moscou. Rien ne permet de l’affirmer, mais c’est une hypothèse séduisante.

  • 14 Voir Vladislav Rjéoutski, La librairie française en émigration : le cas de la Russie (deuxième moi (...)

12Semen n’était pas le premier imprimeur français à partir en Russie au XIXe siècle ; à cette époque, sur le marché du livre de Moscou, on rencontre également Maurice-Gérard Allart, André Lemoine, Auguste et Charles Urbain14.

  • 15 La statistique de la production de cette imprimerie a été établie par R. N. Klejmenova, Книжная Мо (...)

13En 1809, Semen prit donc la tête de l’imprimerie Vsevoložskij. Huit ans plus tard, en 1817, elle fut rachetée par l’État pour la direction générale des Écoles et fut transférée à Saint-Pétersbourg. Dans ce laps de temps, cent ving-huit ouvrages furent publiés, pour une moitié des auteurs russes, pour l’autre des traductions et des publications en langues étrangères : allemand, français, grec et latin. Les différents caractères utilisés par Vsevoložskij sont présentés dans le catalogue des fontes, publié en 1810 sous le titre de Collection de différentes écritures pour servir de modèle. Un tiers de la production est constitué par des ouvrages de belles lettres, le reste se répartissant entre l’histoire (28 livres) et la médecine (11 livres)15.

  • 16 Николай Бантыш-Каменский [Nikolaj Bantyš-Kamenskij], Собрание собственноручных писем государя импе (...)
  • 17 « Чистотою литер, добротою бумаги и тщанием под управлением иностранца фактора Семена все другие з (...)

14Une des premières commandes importantes à l’imprimerie Vsevoložskij fut la publication d’un recueil de lettres de Pierre Ier, empereur de Russie, aux Apraksin, Собрание собственноручных писем государя императора Петра Великого к Апраксиным [Le recueil des lettres écrites par l’empereur Pierre le Grand aux Apraksin], préparé par N. N. Bantysh-Kamenskij et sorti des presses en 181116. La parution de ce livre assura la réputation de l’imprimerie auprès de la clientèle haut placée grâce à Bantysh-Kamenskij qui le recommanda au comte N. P. Rumâncev, celui-ci ayant l’intention de publier un recueil de chartes et de traités d’État russes : « la clarté du style des caractères, la qualité du papier et l’assiduité de Semen, cet étranger qui dirige cette imprimerie, mettent cet atelier à la hauteur de toutes les autres entreprises typographiques »17.

15Cette recommandation porta ses fruits et, en 1812, on lança la préparation du recueil des chartes et des traités dont la direction scientifique fut confiée à Bantysh-Kamenskij. C’est à Auguste Semen que nous devons la conception de la mise en page et la mise en texte du premier volume du livre. Pourtant, il fut obligé d’interrompre le travail entrepris pour cet ouvrage pendant deux ans : en septembre 1812, au moment de la campagne de Russie, et peu avant l’entrée de Napoléon à Moscou, Auguste Semen et sa famille furent placés en résidence surveillée à Nijni-Novgorod avec d’autres étrangers considérés comme « suspects ». Ils ne purent revenir à Moscou qu’en octobre 1814, un an après la publication du premier volume du Recueil.

  • 18 Борис Орлов [Boris Orlov], Полиграфическая промышленность Москвы. Очерк развития до 1917 года [L’i (...)

16Durant l’occupation de Moscou par Napoléon, la plupart des imprimeries furent fermées. En ce qui concerne l’imprimerie Vsevoložskij, elle devint l’Imprimerie impériale de la Grande Armée et fut réutilisée par les Français pour la publication de leurs proclamations et bulletins. La guerre et surtout le grand incendie endommagèrent beaucoup les imprimeries de Moscou, dont les presses typographiques étaient en bois (ce n’est qu’à la fin des années 1810 qu’on voit apparaître les presses en métal, dans les plus riches imprimeries). Ainsi, pour une seule imprimerie, celle du Saint Synode, les pertes ont été estimées à 18 000 roubles18. La libération de Moscou permit aux ateliers de se relever, mais certaines imprimeries ne purent reprendre leurs activités. Vsevoložskij décida en 1817 de vendre l’imprimerie et les équipements. Avec la fermeture de cette imprimerie s’achève la première étape de la carrière de Semen à Moscou.

  • 19 En Russie, le conseiller secret actif occupe la 2e classe dans la table des rangs civils ; cela co (...)

17Le 8 août 1818, Auguste Semen entra à l’imprimerie du Saint Synode, grâce à la protection du prince P.S. Meŝerskij, qui était conseiller secret actif et « ober-prokuror »19 du Saint Synode. Le 21 janvier de l’année suivante, Semen obtint le premier rang civil de 14e classe de la table des rangs, celui d’enregistreur du collège. Vers 1818, cette imprimerie comptait trente-deux presses (avant la guerre de 1812, il y en avait vingt) et comportait également une fonderie de caractères. Semen assuma les fonctions d’inspecteur des travaux typographiques pendant quarante-deux ans, jusqu’à son retour en France en 1857, et accéda au rang de conseiller du collège (le rang civil de 6e classe). En reconnaissance de ses services, il reçut de l’empereur les décorations suivantes : Saint-Stanislas (1836) ; Sainte-Anne, 3e classe (1846) ; Sainte-Anne, 2e classe (1853), et Saint-Wladimir (1856). En 1837, Semen fut anobli par l’empereur.

  • 20 Les documents d’archives concernant cette affaire sont conservés aux CGIAM dans le fonds de l’Acad (...)

18Parallèlement il fonda, en 1818, sa propre imprimerie, pour laquelle il obtint le droit de s’affilier à l’Académie impériale médico-chirurgicale de Moscou (voir fig. 3). Pendant longtemps, suivant B. L. Modzalevskij, on situa cet événement en 1820 ; cette erreur répétée ensuite par les historiens de l’édition provient du fait que ce dernier se fonda sur ses entretiens avec la veuve d’Alexandre Semen, fils d’Auguste. Grâce aux documents d’archives, nous avons pu établir la date exacte de la création de l’imprimerie de Semen ; c’est le 7 mars 1818, que le ministre des Affaires religieuses et de l’Instruction populaire, le prince A. N. Golitsyn, signa le document fondant cette imprimerie20. En se mettant au service de l’Académie impériale médico-chirurgicale, Semen recherche une clientèle stable et un statut qui le place au-dessus des autres imprimeurs. C’est grâce à Vsevoložskij, qui dirigea l’Académie jusqu’à 1817, que Semen obtint vraisemblablement ce poste. Depuis son installation à Moscou, vers 1809, celui-ci avait consolidé sa position dans la société par son mariage avec la belle-fille de Vsevoložskij, Adèle Melez, qui lui donna en 1812 deux enfants, Marie et Alexandre, et par son entrée dans une loge maçonnique, en 1810, sous la protection de son beau-père. Nous en avons des témoignages dans la lettre du gouverneur de Moscou, F.V. Rostopčin, adressée au ministre de la Police et datée de 20 janvier 1813 :

  • 21 « Француз Семен, употребленный в типографии Н. С. Всеволожского, человек хитрый и умный, принадлеж (...)

Le Français Semen qui assure la direction de l’imprimerie N. S. Vsevoložskij est une personne maligne et intelligente ; il appartient à la secte des illuminés, tout comme le libraire Maurice-Gérard Allart. Il a fait plusieurs tentatives d’organiser une loge21.

Figure 3 : seconde lettre de demande d’affiliation à l’Académie médico-chirurgicale (datée du 29 novembre 1817). Seule la signature de Semen est autographe. Archives historiques centrales de la ville de Moscou (CGIAM), fonds no 433, opis no 9, dossier no 32.

  • 22 П. Дружинин, « К биографии типографа и издателя Августа Семена… », p. 211-216.

19P. A. Drujinin a découvert le diplôme de la loge maçonnique « La Palestine », délivré à A. Semen le 1er mars 181222. L’histoire de l’appartenance de Semen à ce mouvement philosophique a été retracée par A. I. Serkov :

  • 23 « Во 2-ой половине 1810 г. в Москву прибыл Огюст Шарль де Лагард шевалье де Мезанс […] бывший член (...)

En 1810, à Moscou, arrive Auguste-Charles de Lagarde chevalier de Mésance […], qui fréquentait une loge maçonnique de Saint-Pétersbourg. Il rassemble autour de lui un cercle de marchands étrangers et de jeunes francs-maçons russes. La loge « la Félicité » se tenait dans l’hôtel particulier de Vsevoložskij dans la rue Pretchistenka23.

20À propos de l’ouverture de l’imprimerie de Semen, Modzalevskij écrivit :

  • 24 Semen Ioannikievič Selivanovskij fut un grand imprimeur, fondeur des caractères et éditeur qui a l (...)
  • 25 Б. Модзалевский, « Август Иванович Рене-Семен »…, p. 6.

Il l’équipa et la porta à un tel niveau de perfection qu’un grand nombre d’éditions moscovites y furent imprimées ; seuls Selivanovskij24 et l’imprimerie de l’université rivalisèrent avec Semen pour la quantité des commandes ; par contre, ils lui cédèrent en qualité25.

  • 26 CGIAM, fonds no 433, opis no 9, dossier no 21, fol. 1-1v.

21Bien qu’il paraisse difficile d’analyser l’ensemble des éditions produites par ces imprimeries, cette affirmation correspond au moins aux intentions de Semen : dans la demande d’affiliation de son entreprise qu’il adressa à l’Académie médicale, il écrivit qu’il avait l’intention d’ouvrir une imprimerie comparable à celle de Vsevoložskij, bien que moins grande et, pour cela, il avait acquis des caractères typographiques à Paris et à Leipzig26.

22Parmi les premiers livres parus en 1818 sous l’adresse « Москва : в типографии Августа Семена при Медико-хирургической академии » [« Moscou : de l’imprimerie d’Auguste Semen, imprimeur de l’Académie impériale médico-chirurgicale »], évoquons trois titres. Il s’agit des Épreuves des caractères, vignettes et polytypages […], d’un recueil populaire de recettes pour se soigner, Полный, настоящий простонародный российский лечебник [Les méthodes russes populaires de traitement contre les maladies] et d’un recueil poétique de Василий Жуковский [Vasilij Jukovskij], Для немногих [Für Wenige]. En les prenant à titre d’exemple, il est possible de cerner les caractéristiques de l’imprimerie Semen, qui se retrouvent tout au long de son activité.

23Concernant les Épreuves des caractères…, soulignons ici que la publication d’un recueil de ce genre, juste après l’ouverture de l’imprimerie, montre que cette dernière accorde une grande importance à la présentation des ouvrages (voir fig. 4 ci-après). Ce n’était pas négligeable en Russie à cette époque où, pour réaliser un beau livre, on devait utiliser un papier, des caractères et des encres de bonne qualité.

24Par ailleurs, Semen publie différents ouvrages liés à la médecine, selon les modalités de son accord avec l’Académie médicale, où il s’engage en ces termes :

  • 27 « […] обязуюсь печатать для академии всякие отдельные листы, как то : для формулярных списков, таб (...)

[…] Je m’engage à publier pour l’Académie les diverses feuilles volantes : les listes d’état de service, les tables pour les examens, les horaires des cours, les étiquettes pour la pharmacie et caetera, sans demander de rémunération de l’Académie, en dehors du prix du papier […] En ce qui concerne les ouvrages de l’Académie, je les imprimerai au même prix que demanderaient d’autres imprimeries libres, à la différence près que je suis garant de la rapidité de l’exécution, de la qualité et de l’exactitude de l’impression27.

25En effet, on retrouve un grand nombre de thèses d’étudiants en latin, des manuels et des études des différentes maladies, et même des discours prononcés lors de l’inauguration de monuments en l’honneur de médecins.

  • 28 Pour la commodité de lecture, on mentionne les titres en français ; tous ces livres, sauf exceptio (...)

26Bien que cette partie de sa production soit abondante, le nom de Semen est surtout célèbre, dans l’histoire du livre russe, en raison des livres d’écrivains russes contemporains qu’il publia. Parmi les éditions les plus intéressantes figurent : Vasilij Jukovskij, Für Wenige (1818) ; Alexandre Pouchkine, La fontaine de Bakhtchisaraï (1824), le deuxième chapitre d’Eugène Onéguine (1826) (voir fig. 5 ci-après), Boris Godounov (1826), Les tsiganes (1827), Les frères brigands (1827) ; Evgenij Baratynskij, Les poésies (1827, 1835), Crépuscule (1842) ; Denis Davydov, Les poésies (1832) ; et Aleksandr Griboïedov, Le malheur d’avoir trop d’esprit (1833)28.

Figure 4 : Épreuves des caractères, vignettes et polytypages de l’imprimerie et fonderie d’Auguste Semen, imprimeur de l’Académie impériale médico-chirurgicale, Moscou, 1818. Bibliothèque d’État de Russie, МК РЕ VI.4/4.1464.

  • 29 Р. Н. Клейменова, Книжная Москва первой половины XIX в.…, p. 109.

27Telles sont quelques caractéristiques des premières impressions de Semen. Par la suite, en dehors des livres de médecine et d’œuvres d’auteurs classiques russes, il publia des ouvrages de belles-lettres, des livres d’histoire, des manuels de langues étrangères, des dictionnaires. Il n’existe pas de catalogue exhaustif des monographies imprimées par Semen, mais on estime que cela représente neuf cent quatre-vingt douze titres29.

  • 30 Parmi les livres de Polevoj, imprimés par Semen, il y a des livres d’histoire et des ouvrages litt (...)

28Semen collabora activement avec les écrivains et les libraires. Le plus illustre exemple fut son travail avec un historien, critique littéraire et journaliste, Nikolaj Alekseevič Polevoj dont il publia les œuvres30 et, entre 1825 et 1834, la revue bimensuelle scienti fique et littéraire, Московский телеграф [Le Télégraphe de Moscou]. De 1835 à 1843, les deux hommes, l’un en tant que rédacteur en chef, l’autre en tant qu’éditeur, entreprirent la publication d’une revue généraliste richement illustrée, où étaient publiés des récits de voyages et des textes sur les activités scientifiques, industrielles et artistiques de différents pays, Живописное обозрение [La revue pittoresque]. Les bois gravés furent commandés à Londres. Ce fut l’une des premières revues de ce type qui suivait l’exemple réussi du Penny Magazine, paru pour la première fois en 1832. Dans l’introduction du premier numéro, Semen précise que sa revue n’est pas une copie de la publication anglaise :

Figure 5 : Alexandre Pouchkine, Eugène Onéguine, deuxième chapitre, Moscou, 1826. Bibliothèque scientifique de l’université d’État de Moscou M. V. Lomonossov, Réserve des livres rares et manuscrits, 1 Rg 5785, no 247095.

  • 31 Живописное обозрение, t. 1, 1835, première partie, p. 2.

Notre Živopisnoe obozrenie va réunir les meilleurs aspects de Penny Magazine et d’autres revues de ce genre, tout en s’adaptant aux besoins du public russe. […] Les textes ne seront pas de simples traductions, mais ils seront rédigés en tenant compte du contexte culturel et intellectuel des lecteurs russes31.

  • 32 Voir la contribution de Tatiana Balashova dans ce même volume.

29Prenons d’autres exemples de collaborations ; citons la publication du Guide du voyageur à Moscou, édité avec G. Le Cointe de Laveau et orné de planches gravées par D. Arkad’ev (1824)32 et un livre illustré ayant pour sujet les personnages féminins de Georges Sand, Галерея женщин Жорж Занда [La galerie des femmes de George Sand] (1843), co-édité avec un marchand-libraire de chromolithographies russes, V.V. Loginov.

30Dans son travail d’édition, Auguste Semen privilégiait surtout les guides et les livres illustrés. Dans cette dernière catégorie se range une belle édition des monuments anciens de Moscou, Памятники московской древности [Les monuments de Moscou ancien], imprimée en 1842-1845, pour laquelle Semen fit appel à trois personnalités russes célèbres : un historien et archéologue, I. M. Snegirev, qui rédigea le texte ; un peintre et architecte, F. G. Solncev, qui prépara les dessins d’après les originaux conservés au Kremlin ; et l’ancien gouverneur de Moscou, D. V. Galitsyne, qui fournit l’argent nécessaire à la préparation de l’ouvrage. Évidemment, le livre ne pouvait être dédié qu’à l’empereur Nicolas Ier. On y trouve plusieurs illustrations, notamment des reproductions des anciens plans de Moscou, aussi bien que des fac-similés de manuscrits anciens et de nombreuses planches. Pour l’impression des images, Semen fit appel aux ateliers de lithographies de Moscou et de Paris. Par exemple, la planche représentant une page du psautier, manuscrit de Boris Godounov, a été réalisée par l’atelier de chromolithographie d’Engelmann et Graf, à Paris (voir fig. 6).

31Il y a encore un domaine de l’édition qui intéressa Semen, celui des livres pour enfants. Dans les années 1840, il édita Библиотека для чтения [La bibliothèque de lecture], un des premiers périodiques spécialisé dans les méthodes d’apprentissage des enfants. L’ouvrage était imprimé en six livraisons par an ; les trois premières destinées pour parents et aux précepteurs, comportaient des traductions et des analyses des meilleurs systèmes européens d’éducation ; les trois autres étaient une sorte de bibliothèque pour le jeune public où l’on retrouvait des textes classiques, comme l’Histoire d’Hérodote, l’Iliade et l’Odyssée.

Figure 6 : Памятники московской древности… Planche représentant une page du psautier, manuscrit de Boris Godounov, réalisé par l’atelier de chromolithographie d’Engelmann et Graf, à Paris. Bibliothèque scientifique de l’Université d’État de Moscou M. V. Lomonossov, Réserve des livres rares et des manuscrits, Остр. X 6/11, no 4252.

  • 33 Новые усовершенствованные литеры для русского алфавита…, p. 7-8 : « я отбросил бесконечные : Азы, (...)
  • 34 « Spraшivali u odnogo, kakoe razliчie on nahodit mejdu prosvesчennыm чelovekom I nevejeю ? Tot otv (...)
  • 35 Новые усовершенствованные литеры…, p. 16 : « какое торжество для типографий, тогда прямо могут печ (...)

32Auguste Semen est lui-même l’auteur d’un curieux ouvrage où il présente sa méthode pour enseigner le russe, Новые усовершенствованные литеры для русского алфавита или удобнейшее средство учиться чтению и письму Русскому [Les caractères typographiques nouveaux et améliorés, ou le moyen pratique d’apprendre à lire et à écrire en russe] (1833). Dans ce livre, Semen retrace l’histoire de l’alphabet et propose de changer les lettres cyrilliques par les caractères romains (« j’ai refusé les innombrables Azy, Buki, et je les ai appelés simplement A, B [… pour] faciliter et rendre plus court l’apprentissage de base » et mettre en valeur l’apprentissage des langues étrangères, si nécessaires à l’époque33. Pour illustrer sa méthode, Auguste Semen a mis plusieurs exemples dans son livre, comme celui-ci : « L’on a demandé à un monsieur quelle est la différence entre un homme cultivé et un malappris ? Il a répondu : c’est la même différence qu’entre un médecin et un malade »34. D’après Semen, cette méthode a permis d’apprendre à quelques soldats à lire et à écrire en russe en trois mois. En outre, l’imprimeur écrivit : « quelle fête pour les imprimeries, elles pourront utiliser directement les beaux caractères Didot, ou commander les plus beaux caractères de toutes les capitales de l’Europe »35. Cet ouvrage surprenant permet de mieux comprendre les intentions et les intérêts de Semen ; il nous fait également découvrir un certain nombre de renseignements sur sa vie. Ainsi, au début du livre, il raconte son service militaire pendant lequel il apprit à des soldats à lire en russe et il relate son voyage en France, en passant par Leipzig. Soulignons que les déplacements de Semen n’ont jamais été mentionnés dans les travaux des historiens russes.

33Auguste Semen ne rencontra pas de problèmes particuliers avec la censure. Étant franc-maçon, il publia en 1823, sous forme d’un manuel de langue italienne, un texte interdit, Scelta di alcune lettere di Jacopo d’Ortis – Jacopo d’Ortis est un personnage d’un roman d’un poète italien Ugo Niccolo, participant au mouvement des carbonari –, après l’interdiction complète de toute activité maçonnique en Russie par l’oukase d’Alexandre Ier de 1er août 1822 ; il échappa au Comité de la censure.

  • 36 « При нынешних обстоятельствах неприлично было бы выпустить в свет стихотворение, впрочем, оно не (...)
  • 37 Р. Клейменова, Книжная Москва первой половины XIX в.…, p. 157.

34Parmi tous les livres imprimés par Semen, un seul fut interdit. Il s’agit d’un poème de S. Glinka paru en 1828, Поэма о нынешних происшествиях или воззвание к народам о единодушном восстании против турок, подражание Вольтеру [Le poème des événements actuels où l’appel aux peuples à manifester contre les Turcs, à l’imitation de Voltaire] (1828) (voir fig. 7). À propos de cet ouvrage, le ministre de l’Instruction publique, le comte K. A. Liven écrivit : « dans les circonstances actuelles, il serait indécent de faire paraître cette poésie, d’ailleurs, elle ne contient rien d’intolérable par rapport aux règles de la censure »36. Bien que ce jugement fut peu sévère, tout le tirage de quatre cents exemplaires fut confisqué par le Comité de la censure et Semen envoya à l’auteur la facture de cent cinquante-cinq roubles37.

35Dans l’histoire du livre russe, les éditions de Semen sont traditionnellement considérées comme le modèle du style Empire. Cela tient pour beaucoup au fait que Semen possédait également une fonderie de caractères ; en 1826-1830 elle se trouvait avec l’imprimerie dans la rue Kislovka, en l’hôtel particulier de Lang (le bâtiment est conservé, son adresse actuelle est 6, rue Malyj Kislovskij). À Semen revient le mérite d’avoir adapté le dessin des lettres de Didot introduites en Russie. Au début, il utilisa les caractères cyrilliques fabriqués par les Didot eux-mêmes et il les fit faire pour d’autres imprimeries de Moscou. Il collabora, par exemple, avec l’imprimerie de l’Université impériale de Moscou. Grâce aux recherches de R. N. Klejmenova, nous savons que durant la période allant de 1813 à 1849, l’université commanda chez les Didot des matrices, des poinçons, des ornements typographiques, souvent par l’intermédiaire de Semen. Néanmoins, il retravailla les caractères pour rendre les lettres cyrilliques plus lisibles. Deux catalogues des caractères sont parvenus jusqu’à nous : Épreuves des caractères, vignettes et polytypages de l’imprimerie et fonderie d’Auguste Semen, imprimeur de l’Académie impériale médico-chirurgicale (1818) et Épreuves des caractères, vignettes et polytypages de l’imprimerie et fonderie d’Auguste Semen, imprimeur de l’Académie impériale médico-chirurgicale et inspecteur de la typographie du Saint-Synode (1826). Ces catalogues bilingues sont extrêmement rares. Les exemplaires de la Bibliothèque d’État de Russie sont conservés dans leur condition d’origine : les couvertures de papier légèrement teinté et orné d’un large encadrement et les tranches dorées nous montrent toute l’importance de ces recueils pour Auguste Semen, qui considérait la création des caractères comme un art et non comme un artisanat.

Figure 7 : С. Глинка, Поэма о нынешних происшествиях…, Moscou, 1828 : exemplaire conservé du tirage détruit. Bibliothèque scientifique de l’Université d’État de Moscou M. V. Lomonossov, Réserve des livres rares et des manuscrits, 1 Rg 5624, no 344463.

36Sur la quatrième de couverture du recueil de 1826 sont indiqués les livres pour les étrangers à Moscou qu’on pouvait acquérir chez Semen. Dans cette liste, sont mentionnées les Épreuves des caractères ; la description indique que le livre a été imprimé sur du papier ordinaire et sur du papier vélin pour le tirage limité, ce qui laisse à penser que Semen recherchait des commandes de personnages haut placés. En outre, les Épreuves de 1818 ont été dédiées à Alexandra Fedorovna (Charlotte de Prusse), femme du futur empereur Nicolas Ier (« Hommage à Son Altesse Impériale la grande-duchesse Alexandrine » imprimé en or sur la page d’avant-titre). À la fin du catalogue de 1826, Semen a publié en français un avertissement à propos de ses caractères ; nous reproduisons ici le texte entier :

L’édition du livre d’épreuves que j’ai fait paraître en 1818 étant épuisée, je l’ai réimprimé aujourd’hui et j’y ai ajouté les nouveaux caractères, russes, français, allemands et arméniens dont j’ai fait depuis l’acquisition. Les caractères arméniens, gravés à Moscou sur les caractères de Venise, ont été fondus dans ma fonderie et ne se trouvent que chez moi.
Le nombre de mes matrices s’élève à plus de quatre mille. Cette collection est maintenant complète et si l’on desiroit un caractère neuf pour l’impression d’un ouvrage soigné, je puis l’établir d’après la commande, en moins de deux mois.
Je me chargerai en outre de l’exécution et de la confection de tableaux d’administrations, de tous formats et sur la plus grande dimension. Une expérience de vingt années dans l’imprimerie a Moscou me met à même de pouvoir promettre garantie, zèle et sécurité, dans tous les travaux qui me seront confiés. Mes prix sont modérés ; on en trouvera le tableau imprimé au comptoir de mon atelier.
A. S. Moscou, août 1826.

  • 38 Александр Говоров [Aleksandr Govorov], История книжной торговли [L’histoire de la librairie], Mosc (...)

37La production de Semen était bien représentée chez les libraires français et russes et dans sa propre librairie, rue Kuzneckij most. On a déjà évoqué le fait que cette rue était le rendez-vous des libraires français ; ajoutons ici que durant la campagne de Russie, elle ne subit pas beaucoup de dommages parce qu’elle était protégée par la garde de Napoléon. Au début des années 1820, la rue Kuzneckij most devint une rue commerçante, et c’étaient les Français qui possédaient la plupart des boutiques, dont des librairies. « C’est ici où les livres furent exposés pour la première fois dans les vitrines », écrit le bibliographe A. Govorov, « entre les libraires de la rue Nikolskaâ et de Kuzneckij most, où, comme l’on disait, entre les orthodoxes et les Français il y avait une vraie guerre »38.

38Dans la librairie Semen, en plus des livres l’on pouvait trouver d’autres articles : des globes terrestres et célestes, des cartes géographiques, des modèles d’écriture et des lithographies. Semen vendait également des encres, du papier et des crayons à papier, ce qu’indique une annonce sur le quatrième de couverture du Catalogue général des livres en vente dans la librairie Semen au pont des Maréchaux (1830).

39À la même adresse se trouvait sa bibliothèque de prêt. Son apparition est étroitement liée à son deuxième mariage ; dans les années 1820, il épousa Charlotte Bouvat avec laquelle il eut trois enfants, Louise (1824-1902), Franz (1826-?) et Georges (1827-?). En 1827, son beau-père, I. Bouvat lui transmit sa collection de livres qui comportait environ six mille volumes et qui fut la base du cabinet de lecture Semen. En 1830, le Catalogue général des livres fut publié ; on y trouve 5350 titres, français pour la plupart, mais aussi les conditions d’inscription et de prêt des ouvrages. Ainsi l’on pouvait obtenir un abonnement d’un mois pour cinq roubles ou d’un an pour quarante-cinq roubles. Les lecteurs pouvaient commander jusqu’à soixante livres d’un coup, il suffisait juste de laisser une caution de vingt-cinq à deux cents roubles, en fonction du nombre de volumes. Les clients se trouvaient dans tout l’empire et les livres étaient acheminées par la poste aux frais du lecteur. Dans le journal Московские ведомости [Le bulletin de Moscou], de 1830, le comte Šalikov écrit :

  • 39 « Кроме новых книг, найдут в сей прекрасной коллекции сочинения весьма важные, равно как и те, кот (...)

[…] dans cette belle collection, en dehors des livres nouveaux, on trouvera des œuvres assez importantes, aussi bien celles qui en raison de leur grand nombre de volumes et de leur prix élevé ont été toujours exclues des bibliothèques de lecture, et qu’on n’a pas dans d’autres bibliothèques de ce genre. Parmi les ouvrages anciens il y a ceux qui sont rares même en France39.

40À ce jour, il reste impossible de dire ce qu’est devenu cette collection et s’il y avait un ex-libris particulier qui garde les traces de sa provenance.

  • 40 L’acte de dissolution fut signé le 1er janvier 1845 ; voir Александр Прейсман [Aleksandr Prejsman] (...)
  • 41 Б. Модзалевский, « Август Иванович Рене-Семен… », p. 6.

411845 fut la dernière année d’existence indépendante de la filiale moscovite de l’Académie médico-chirurgicale40 ; en juin de cette année, elle fut agrégée à la faculté de médecine de l’Université impériale de Moscou. Le 1er octobre 1846, Auguste Semen vendit l’imprimerie avec tout le fonds à Charles Joly, un dentiste attaché au premier corps des cadets de Moscou41. Deux ans après, l’imprimerie et la librairie furent rachetées par une grande maison d’édition française à Moscou, Gauthier & Monighetti, ce qui modifia les orientations de la maison, comme l’a relevé N. G. Martynova-Ponâtovskaâ :

  • 42 « Ни один из Готье не ограничивал свою книжную торговлю иностранными изданиями, но всегда охотно т (...)

Les Gauthier n’ont pas limité exclusivement leur activité au commerce d’ouvrages étrangers ; ils vendaient aussi des livres russes en choisissant systématiquement le meilleur de ce qui était sur le marché du livre à Moscou. Lorsqu’ils reprirent l’imprimerie Semen, les Gauthier commencèrent eux-mêmes à publier des livres russes42.

42D’après les conditions imposées par Semen en 1846, l’imprimerie devait garder le nom du fondateur, et ainsi, jusqu’à la fin des années 1850, on voit paraître les livres avec mention « dans l’imprimerie de A. Semen ».

43L’activité d’imprimeur de Semen fut reprise par son fils, Alexandre, qui fut employé à la Typographie du Saint Synode et qui, dans les années 1840, ouvrit sa propre imprimerie, rue Sofijskaâ, chez Argamakov. Comme son père, il se consacra à la fabrication des caractères typographiques et, en 1848, il publia son catalogue des épreuves des caractères, vignettes et polytypages, Образцы шрифтов, виньетов и политипажей, находящихся в типографии Александра Семена [Les épreuves des caractères, vignettes et polytypages se trouvant à l’imprimerie Aleksandr Semen]. La vie des autres enfants de Semen reste encore peu connue. On sait que son fils cadet et le seul qu’il eut de sa troisième femme, Antoinette-Élisabeth Constans, Auguste (1835-189 ?), enseigna à l’Institut Lazarev des langues étrangères.

  • 43 А. Шицгал, Русский типографский шрифт…, p. 114.

44Pour conclure, remarquons qu’Auguste Semen a su conserver les acquis de l’imprimerie française de cette époque, les intégrer à un milieu culturel différent et les développer de façon remarquable. Les fontes réalisées dans sa fonderie furent estimées par les typographes contemporains ; ses caractères russes furent employés par un imprimeur célèbre de Saint-Pétersbourg, A. F. Smirdin, et par l’imprimerie du département de l’Instruction populaire43. Les œuvres des classiques russes, A. Pouchkine, E. A. Baratynskij, A. S. Griboïedov, D. V. Davydov et de plusieurs autres auteurs furent publiés par Semen sous une forme irréprochable.

Notes

1 Voir, par exemple, le catalogue de vente de Sotheby’s, Russian and Continental Books and Manuscripts Including Science and Medicine, Londres, 2007, no 92, 94 et 105.

2 L’activité de Semen a été partiellement étudiée dans le cadre de travaux d’histoire du livre : Алексей Сидоров [Aleksej Sidorov], История оформления русской книги [L’histoire de la présentation du livre russe], Moscou, 1964 ; Юрий Герчук [Ûrij Gerčuk], Эпоха политипажей [L’époque des polytypages], Moscou, 1982 ; Абрам Шицгал [Abram Šicgal], Русский типографский шрифт [Les caractères russes d’imprimerie], Moscou, 1985 ; Раиса Клейменова [Raisa Klejmenova], Книжная Москва первой половины XIX в [Le livre à Moscou, dans la première moitié du XIXe siècle], Moscou, 1991. Parmi les articles spécialisés citons Борис Модзалевский [Boris Modzalevskij], « Август Иванович Рене-Семéн [Auguste-René Semen] », dans Печатное искусство [L’art typographique], 1903, no 10-11, p. 321-323 ; Петр Дружинин [Petr Družinin], « К биографии типографа и издателя Августа Семена [Matériaux pour la biographie d’Auguste Semen, imprimeur et éditeur] », dans Книга. Исследования и материалы [Le livre. Recherches et matériaux], t. 72, 1996 et Анна Маркова [Anna Markova], « Август Семен, типограф, словолитчик, издатель [Auguste Semen, imprimeur, fondeur de caractères et éditeur] », dans Библиофилы России [Les bibliophiles de la Russie], t. IV, Moscou, 2009. On peut signaler aussi un article publié en France : L. de Grandmaison, « Un imprimeur parisien à Moscou : Auguste Semen (1781(?)-1862) », dans Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 1953, p. 51-54.

3 « Зделав в Москве новое заведение Типографии, такой каковой в Отечестве нашем еще никогда не бывало. и соревнуясь достигнуть до таковаго же совершенства, до какова дошло сие искусство в других землях ; я употребил на сие большой капитал, имея в предмете столько пользу общую, сколько и собственный прибыток ; и для сего отправлен мною в Париж податель сего письма Господин Сèмèн, которому препоручил я заказать российския буквы у Дидота и Жиле, а притом чтоб он вывез с собою искусных художников, как то Гравера, литейщика и проч. Я буре смелость поручить Его вашему покровительству во первых как поданного Российского Императора а потом, как человека честного, в коем я беру живейшее участие и которому поручена знатная часть моего имущества ». L’original du document en russe est conservé au département des Sources écrites du Musée historique d’État, coté ОПИ ГИМ. Ф. 3. Оп. Ст. Е. х. 265. Л. 223-223об :. Cité d’après Петр Дружинин [Petr Družinin], « История написания и издания книги Историческое собрание списков кавалерам четырех российских императорских орденов [L’histoire de la création du livre La collection historique des listes des chevaliers des quatres ordres russes impériaux] », dans Николай Бантыш-Каменский [Nikolaj Bantyš-Kamenskij], Списки кавалерам российских императорский орденов [Les listes des chevaliers des ordres russes impériaux], Moscou, 2006, p. 33-35.

4 Р. Клейменова, Книжная Москва первой половины XIX в.…, p. 100.

5 Voir Ю. Герчук, Эпоха политипажей…, p. 29.

6 AM Lunéville, 2 E 3/69. Je tiens à remercier vivement Bernadette Gérard, archiviste aux archives de Lunéville, des recherches qu’elle a faites pour retrouver ce document.

7 L’acte de naissance de son petit-fils, Augustin-Gabriel-Louis Semen, du 7 octobre 1809 (cité par Louis de Grandmaison, « Un imprimeur parisien à Moscou… », p. 51) et l’inventaire après décès de son fils, Guillaume-François Semen, le avril 1813, AN, Minutier central des notaires, ET/LXXXIII/753.

8 Jacotin, Leceane et Simonel, Environs du Kaire. Plan particulier de l’île de Roudah, du vieux Kaire et de Gizeh, 1000 mètres, gravé par Chamouin et Semen, [s. l.], [s. n.], [vers 1810], 950 x 600 cm (BNF, département des Cartes et Plans, GE BB-233).

9 Vicente Tofiño de San Miguel, Nouvelle carte politique et itinéraire de l’Espagne et du Portugal : avec la nouvelle division des cartes en 51 provinces, Semen sculp., [Paris], Hyacinthe Langlois, 1823, 45 x 57 cm (BNF, département des Cartes et Plans, GE D-26980).

10 Nouvelle carte politique et itinéraire de l’Italie, gravé par Semen, Paris, Hyacinthe Langlois, 1821, 58 x 57 cm (BNF, département des Cartes et plans, GE C-3514).

11 Voir Pierre-François-Félix-Joseph Giraud, À la mémoire de Guillaume-François Semen […] Adieux prononcés sur sa tombe, Paris, 1813.

12 AN, Minutier central des notaires, ET/LXXXIII/753. Je remercie très chaleureusement Vincent Bouat, conservateur aux Archives nationales, de m’avoir signalé ce document.

13 L. de Grandmaison, « Un imprimeur parisien à Moscou… », p. 52.

14 Voir Vladislav Rjéoutski, La librairie française en émigration : le cas de la Russie (deuxième moitié du XVIIIe - début du XIXe siècles), 2005, en ligne à l’adresse suivante : http://classiques.uqac.ca

15 La statistique de la production de cette imprimerie a été établie par R. N. Klejmenova, Книжная Москва первой половины XIX в.…, p. 101. Pour l’histoire de l’imprimerie Vsevoložskij, voir également П. Дружинин, « История написания и издания книги… », passim.

16 Николай Бантыш-Каменский [Nikolaj Bantyš-Kamenskij], Собрание собственноручных писем государя императора Петра Великого к Апраксиным [Le recueil des lettres écrites par l’empereur Pierre le Grand aux Apraksin], Moscou, 1811.

17 « Чистотою литер, добротою бумаги и тщанием под управлением иностранца фактора Семена все другие здешние типографии превышает ». Cité d’après 400 лет русского книгопечатания : Русское книгопечатание до 1917 года [400 ans de l’édition russe : édition russe jusqu’en 1917], dir. Алексей Сидоров [Aleksej Sidorov], t. I, Moscou, 1964, à la p. 31.

18 Борис Орлов [Boris Orlov], Полиграфическая промышленность Москвы. Очерк развития до 1917 года [L’industrie du livre de Moscou. Essais sur son développement jusqu’en 1917], Moscou, 1953, p. 117.

19 En Russie, le conseiller secret actif occupe la 2e classe dans la table des rangs civils ; cela correspond au grade de général en chef ; l’« ober-prokuror » est le représentant de l’empereur au Saint Synode.

20 Les documents d’archives concernant cette affaire sont conservés aux CGIAM dans le fonds de l’Académie médico-chirurgicale de Moscou, sous la cote ЦГИАМ, fonds no 433, opis no 9. L’édition de la requête de Semen pour l’ouverture de l’imprimerie et la demande de son affiliation à l’Académie est donnée dans А. И. Маркова, « Август Семен… ».

21 « Француз Семен, употребленный в типографии Н. С. Всеволожского, человек хитрый и умный, принадлежит, так как и книгопродавец Аллар к секте иллюминатов. Он покушался много раз завести ложу […] », cité et traduit d’après Николай Дубровин [Nikolaj Dubrovin], Отечественная война в письмах современников [La guerre patriotique dans les lettres des contemporains] (1812-1815), t. XLIII, Saint-Pétersbourg, 1882, p. 483.

22 П. Дружинин, « К биографии типографа и издателя Августа Семена… », p. 211-216.

23 « Во 2-ой половине 1810 г. в Москву прибыл Огюст Шарль де Лагард шевалье де Мезанс […] бывший член петербургской ложи « Палестина ». […] Постепенно, вокруг Мезанса сложился круг, состоявший из иностранных купцов и русских молодых масонов : Н. С. Всеволожский, книгопродавец М. Н. Аллар, А. И. Семен, которые образовали новую ложу Благополучие (Блаженство), заседавшую в доме Всеволожского на Пречистенке », cité et traduit d’après Андрей Серков [Andrej Serkov], Русское масонство. Материалы и исследования [La francmaçonnerie russe. Les matériaux et les recherches], Saint-Pétersbourg, 2000, no 4, p. 76.

24 Semen Ioannikievič Selivanovskij fut un grand imprimeur, fondeur des caractères et éditeur qui a lancé son affaire sous Catherine II et a réussi à bien la poursuivre malgré « le silence des presses » qui suivit l’oukase de l’impératrice sur la fermeture des imprimeries libres.

25 Б. Модзалевский, « Август Иванович Рене-Семен »…, p. 6.

26 CGIAM, fonds no 433, opis no 9, dossier no 21, fol. 1-1v.

27 « […] обязуюсь печатать для академии всякие отдельные листы, как то : для формулярных списков, таблицы для экзаменов, расписания для лекций, этикеты для аптеки и тому подобные, не требуя за сие от академии никакой платы, кроме бумаги, сколько для чего когда нужно будет. — А относительно до издаваемых от академии книг и сочинений, то и сии буду печатать по такой точно цене, за какую бы и другие вольные типографии взялись оные печатать, с тою только разницей, что я обязуюсь отвечать как за скорость, так и за особенную пред другими типографиями чистоту и исправность в печатании », ibid.

28 Pour la commodité de lecture, on mentionne les titres en français ; tous ces livres, sauf exception, furent imprimés en russe : Василий Жуковский [Vasilij Jukovskij], Для немногих [Für Wenige] (édition russe-allemande, 1818) ; Александр Пушкин [Alexandre Pouchkine], Бахчисарайский фонтан [La fontaine de Bakhtchisaraï] (1824), Вторая глава Евгения Онегина [Eugène Onéguine] (1826), Борис Годунов [Boris Godounov] (1826), Цыганы [Les tsiganes] (1827), Братья-Разбойники [Les frères brigands] (1827) ; Евгений Баратынский [Evgenij Baratynskij], Сборники стихотворений [Les poésies] (1827 et 1835), Сумерки [Crépuscule] (1842) ; Денис Давыдов [Denis Davydov], Стихотворения [Les poésies] (1832) ; Александр Грибоедов [Aleksandr Griboïedov], Горе от ума [Le malheur d’avoir trop d’esprit] (1833).

29 Р. Н. Клейменова, Книжная Москва первой половины XIX в.…, p. 109.

30 Parmi les livres de Polevoj, imprimés par Semen, il y a des livres d’histoire et des ouvrages littéraires : Речь о невещественном капитале [Le discours sur le capital spirituel], 1828 ; История русского народа [L’histoire du peuple russe], 1829-1833 ; Русская история для первоначального чтения [L’histoire russe pour les premières lectures], 1834, et d’autres.

31 Живописное обозрение, t. 1, 1835, première partie, p. 2.

32 Voir la contribution de Tatiana Balashova dans ce même volume.

33 Новые усовершенствованные литеры для русского алфавита…, p. 7-8 : « я отбросил бесконечные : Азы, Буки, а просто назвал : А, Б […] чтобы облегчить и сократить первоначальное учение ».

34 « Spraшivali u odnogo, kakoe razliчie on nahodit mejdu prosvesчennыm чelovekom I nevejeю ? Tot otveчal : toчno takoe, kakoe nahodim mejdu lekarem I bolnыm ».

35 Новые усовершенствованные литеры…, p. 16 : « какое торжество для типографий, тогда прямо могут печатать красивыми Дидотовскими литерами, или получать самые красивые шрифты из всех столиц Европы ».

36 « При нынешних обстоятельствах неприлично было бы выпустить в свет стихотворение, впрочем, оно не заключает в себе ничего собственно противного цензурным правилам ». Cité d’après Лев Добровольский [Lev Dobrovolskij], Запрещенная книга в России 1825-1904 [Les livres interdits en Russie 1825-1904], Moscou, 1962.

37 Р. Клейменова, Книжная Москва первой половины XIX в.…, p. 157.

38 Александр Говоров [Aleksandr Govorov], История книжной торговли [L’histoire de la librairie], Moscou, 1976..

39 « Кроме новых книг, найдут в сей прекрасной коллекции сочинения весьма важные, равно как и те, которые за большим числом томов и за дорогою ценою до сих пор исключались из библиотек для чтения, и которых по этой причине все еще нет в других подобных библиотеках. Между старинными изданиями есть такие, которые редки даже во Франции », dans Московские ведомости [Le bulletin de Moscou], 1830, no 53, p. 2389.

40 L’acte de dissolution fut signé le 1er janvier 1845 ; voir Александр Прейсман [Aleksandr Prejsman], Московская медико-хирургическая академия [L’Académie médico-chirurgicale de Moscou], Moscou, 1961, p. 16.

41 Б. Модзалевский, « Август Иванович Рене-Семен… », p. 6.

42 « Ни один из Готье не ограничивал свою книжную торговлю иностранными изданиями, но всегда охотно торговал и произведениями русских типографий, систематически отбирая лучшее, что было на московском книжном рынке. Позднее, когда типография Семена перешла в 1848 г. в их руки, они сами стали издавать русские книги », dans Н. Мартынова-Понятовская [N. Martynova-Ponâtovskaâ], Материалы к истории французской книжной торговли в Москве [Matériaux pour l’histoire de la librairie française à Moscou], dactyl., s. l., s. d., p. 154.

43 А. Шицгал, Русский типографский шрифт…, p. 114.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : vue du Pont-des-maréchaux-ferrants dans la première moitié du XIXe siècle. Москва : Иллюстрированная история в 2-х т. [Moscou : histoire illustrée en deux tomes], t. I : С древнейших времен до 1917 г. [De l’époque ancienne jusqu’en 1917], Moscou, 1985.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Figure 2 : photographie d’Auguste Sémen vers la fin de sa vie. Б. Модзалевский, « Август Иванович Рене-Семен… », p. 322.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1285/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Figure 3 : seconde lettre de demande d’affiliation à l’Académie médico-chirurgicale (datée du 29 novembre 1817). Seule la signature de Semen est autographe. Archives historiques centrales de la ville de Moscou (CGIAM), fonds no 433, opis no 9, dossier no 32.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1285/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Figure 4 : Épreuves des caractères, vignettes et polytypages de l’imprimerie et fonderie d’Auguste Semen, imprimeur de l’Académie impériale médico-chirurgicale, Moscou, 1818. Bibliothèque d’État de Russie, МК РЕ VI.4/4.1464.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1285/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Figure 5 : Alexandre Pouchkine, Eugène Onéguine, deuxième chapitre, Moscou, 1826. Bibliothèque scientifique de l’université d’État de Moscou M. V. Lomonossov, Réserve des livres rares et manuscrits, 1 Rg 5785, no 247095.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1285/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Figure 6 : Памятники московской древности… Planche représentant une page du psautier, manuscrit de Boris Godounov, réalisé par l’atelier de chromolithographie d’Engelmann et Graf, à Paris. Bibliothèque scientifique de l’Université d’État de Moscou M. V. Lomonossov, Réserve des livres rares et des manuscrits, Остр. X 6/11, no 4252.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1285/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Figure 7 : С. Глинка, Поэма о нынешних происшествиях…, Moscou, 1828 : exemplaire conservé du tirage détruit. Bibliothèque scientifique de l’Université d’État de Moscou M. V. Lomonossov, Réserve des livres rares et des manuscrits, 1 Rg 5624, no 344463.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1285/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Auteur

École nationale des chartes

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540