Version classiqueVersion mobile

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Deuxième partie. La communauté française en Russie au XIXe siècle : émigrés et voyageurs

Témoignages de guide touristiques en langue française et de voyageurs français sur Moscou et son Kremlin (XIXe - début du XXe siècle)

Москва и Московский Кремль в восприятии французских путешественников XIX – начала XX в

Tatiana Balashova

Résumé

Moscou, au XIXe siècle, attirait de nombreux voyageurs russes et étrangers, parmi lesquels nous trouvons plusieurs Français, des écrivains, des poètes, des diplomates et des touristes qui, venant à Moscou, voulaient satisfaire un désir de connaissances historiques et culturelles. Les récits de voyageurs et les guides touristiques consacrés à Moscou exerçaient une influence importante sur la formation de l’image de la Russie en France. Cet article est centré sur Moscou, en raison du rôle important que la ville a joué dans les itinéraires de voyageurs français en Russie. Le Moscou du XIXe siècle était perçu par les contemporains, en opposition à la capitale officielle Saint-Pétersbourg, comme la capitale historique, le centre de l’orthodoxie, le symbole de l’histoire russe. Les témoignages des voyageurs français et des guides touristiques ont contribué à la construction d’une image fabuleuse de Moscou où le Kremlin était considéré comme le monument plus important de la ville, comme le symbole de l’histoire, de la spiritualité et de la culture russe
Le développement des techniques, l’extension du réseau de chemins de fer et l’intégration économique croissante ont ouvert une nouvelle époque pour les voyages. Ils devenaient plus accessibles aux couches moyennes, tandis que les destination étaient plus variées. La période qui suit 1830 est marquée par un accroissement du nombre des guides touristiques et de leur maturité éditoriale ; cela correspond aux débuts du tourisme moderne. Les guides touristiques de la deuxième moitié du XIXe siècle et surtout du début de XXe siècle étaient conçus comme des livres pratiques donnant des informations brèves et indispensables pour un étranger à Moscou.
La comparaison entre les récits de voyageurs français en Russie et les guides touristiques permet de faire l’hypothèse d’une influence réciproque. Leur étude permet de reconstituer quel était le parcours obligé du voyageur français à Moscou au XIXe siècle, de connaître les lieux et les monuments qui attiraient le plus les visiteurs et de situer l’importance que pouvait avoir l’ancienne citadelle du Kremlin.

Texte intégral

1Moscou attirait au XIXe siècle de nombreux voyageurs russes et étrangers, qui voulaient découvrir l’ancienne capitale de la Russie et son Kremlin, la résidence séculaire des tsars russes (voir fig. 1 ci-après). Parmi les voyageurs du XIXe siècle, nous trouvons plusieurs français, écrivains, poètes, diplomates et touristes qui, venant à Moscou, voulaient satisfaire un désir de connaissances historiques et culturelles. Souvent les voyageurs français étaient guidés dans leur itinéraire par des « cicerones » imprimés – des guides touristiques en langue française. Certains d’entre eux ont laissé de précieux témoignages sur leurs séjours en Russie.

2Les récits de voyageurs et les guides touristiques sont deux types de sources littéraires qui permettent de restituer l’ambiance et la vie quotidienne de la ville ; ils témoignent de l’intérêt pour un pays et contribuent à la formation des stéréotypes que celui-ci peut susciter.

3Les guides touristiques donnent de Moscou l’image qui est proposée aux voyageurs tandis que les récits de voyages rendent compte des itinéraires suivis par les visiteurs et de leurs impressions. Leur étude permet de reconstituer quel était le parcours obligé du voyageur français à Moscou au XIXe siècle, de connaître les lieux et les monuments qui attiraient le plus les visiteurs et de situer l’importance que pouvait avoir l’ancienne citadelle du Kremlin. En examinant le contenu des guides touristiques et des récits de voyage, on a la possibilité de repérer et de suivre les lieux communs et les clichés qui passent d’un texte à l’autre. On peut ainsi appréhender ce qui sépare la ville réelle de la ville rêvée par les voyageurs. Les recherches sur ce sujet qui relève de l’histoire sociale et culturelle contribuent à éclairer un thème qui a retenu l’attention de plusieurs chercheurs – l’image de la Russie en France. Pour aborder ce domaine, des sources historiques diverses ont été utilisées, dont les récits des voyageurs qui visitent la Russie. Toutefois les guides touristiques en langue française de Russie et en particulier de Moscou n’ont pas été spécialement étudiés en dépit de l’intérêt considérable que les historiens russes et français portent à ce type de sources. Il est à noter aussi que, malgré les études consacrées à la perception de la Russie en France et à l’importance du voyage à Moscou dans les itinéraires du XIXe siècle, l’image de cette ville telle qu’elle est perçue par les voyageurs français reste encore très peu étudiée.

Figure 1 : J. Weiss, Le Kremlin vu du pont Moskvorezky, aquarelle, 1852. Musée d’État du Kremlin de Moscou.

4L’étude proposée évoque la période allant de la campagne de Russie à la Révolution russe. L’accroissement du nombre des guides touristiques au XIXe siècle, l’intérêt particulier que Moscou suscite après 1812, la transformation considérable de la ville à partir de cette époque, les changements en Russie après la révolution de 1917 justifient cette chronologie.

5Cet article est centré sur Moscou, en raison du rôle important que la ville a joué dans les itinéraires des voyageurs français en Russie et dans la formation de l’image de la Russie en France. Le Moscou du XIXe siècle était perçu par les contemporains en opposition à la capitale officielle. Après la fondation de Saint-Pétersbourg par Pierre le Grand, la nouvelle capitale devient le centre politique du pays, tandis que Moscou reste la capitale historique, le centre de l’orthodoxie, le symbole de l’histoire russe. C’est au Kremlin de Moscou que se déroule traditionnellement la cérémonie du couronnement des empereurs. C’est à Moscou que se trouvent la plupart des monuments historiques et des reliques religieuses. La valeur de symbole national qu’elle a acquis après les événements de 1812 explique l’intérêt que lui portent des écrivains, des historiens et des artistes. Par ailleurs, grâce à sa position centrale, Moscou reste le centre du commerce et de l’industrie. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, avec le développement des chemins de fer, Moscou devient le centre du réseau ferré du pays et le nœud des communications.

  • 1 Heinrich August Ottokar Reichard, Guide des voyageurs en Europe [...], Paris, 1817, p. 147-148.
  • 2 G. Lecointe de Laveau, Guide du voyageur à Moscou contenant ce que cette capitale offre de curieux (...)
  • 3 G. Lecointe de Laveau, Moscou avant et après l’incendie, ou notice contenant une description de ce (...)
  • 4 G. Lecointe de Laveau, Moscou…, p. 1.

6Le premier guide en langue française qui décrit Moscou après la campagne de Russie est le Guide des voyageurs en Europe de Heinrich August Ottokar Reichard, conseiller de guerre du duc de Saxe-Gotha. Ce guide pour toute l’Europe présente Moscou comme « la plus grande ville d’Europe », commençant à « renaître de ses cendres »1 (la première édition du Guide des voyageurs en Europe est publié en 1784 en allemand, et en 1793 en français ; il y a plusieurs rééditions). Mais le premier guide consacré spécialement à Moscou est publié en 1824 sous le titre Guide de voyageur à Moscou contenant ce que cette capitale offre de curieux et d’intéressant (voir fig. 2 ci-après)2. Il est écrit par G. Lecointe de Laveau, secrétaire de la Société impériale des naturalistes de Moscou et éditeur d’une revue scientifique et littéraire, le Bulletin du Nord. Ce n’était pas le premier ouvrage de cet auteur consacré à la ville, qui était devenue sa deuxième patrie. En 1814, il avait publié un livre intitulé Moscou avant et après l’incendie, consacré à l’incendie de Moscou en 1812 et à la retraite de l’armée française3. Ce livre, qui ne peut être considéré comme un véritable guide, contient, dans sa première partie, une notice géographique, sociale et culturelle de Moscou, et présente un panorama de la ville deux ans après l’invasion napoléonienne. Lecointe de Laveau commence par regretter ce que Moscou devient après la reconstruction plus moderne et moins pittoresque que l’antique résidence des tsars et estime que « bien des années s’écouleront avant qu’on puisse de nouveau la compter au nombre des villes de premier ordre »4. Néanmoins son guide publié dix ans plus tard témoigne du contraire et s’ouvre sur un éloge de la ville qui s’est relevée si rapidement d’une ruine presque totale.

Figure 2 : G. Lecointe de Laveau, Guide du voyageur à Moscou, Moscou, 1824. Bibliothèque du musée d’État du Kremlin de Moscou.

7Le Guide du voyageur à Moscou, comme l’annonçait son auteur, avait pour but de rectifier plusieurs erreurs répétées par des voyageurs depuis les premiers voyages en Moscovie jusqu’à son époque. Malgré les nombreuses relations que Moscou entretenait avec les états de l’Europe, cette ville restait peu connue et les voyageurs manquaient d’un guide sûr leur permettant de faire une visite détaillée. Lecointe de Laveau présente son ouvrage comme « une histoire matérielle de Moscou ». Bien qu’il présente la topographie de Moscou divisée en quatre parties que sont le Kremlin, Kitaj-gorod, Belyj-gorod et Zemlânoj-gorod, il trouve plus clair de réunir tous les monuments et les établissements d’un même genre sous une même rubrique. Son ouvrage commence par un long précis historique et chronologique comprenant les principaux événements de l’histoire de la ville et du pays.

8Ses sources d’informations sont les premiers guides de Moscou en russe de la fin du XVIIIe siècle, l’Histoire de Karamzin, des descriptions statistiques de Moscou du début du XIXe siècle et quelques ouvrages de voyageurs des XVIIe-XVIIIe siècles. L’édition est illustrée de gravures au burin de Dmitrij Arkad’ev (voir fig. 3).

9Ce Guide du voyageur à Moscou, écrit par un émigré français qui admirait la nation russe et avait assisté aux événements de 1812, donna une certaine image de Moscou à toute une génération de voyageurs. Ils y trouvaient une ville riche en monuments historiques, dotée d’établissements de bienfaisance, de centres de commerce et d’industrie, « mise au rang des capitales de premier ordre par sa célébrité, sa grandeur et sa population » et conservant cependant son goût et sa singularité nationale.

  • 5 Н. М. Сперанская, « Н. Франсуа Ансело и его книга о России », dans Ф. Ансело, Шесть месяцев в Росс (...)

10La portée considérable de cet ouvrage se mesure à son influence sur la culture russe et française. Le Guide de Lecointe de Laveau est devenu l’un des premiers guides de Moscou du XIXe siècle. Pendant trois décennies, ce fut presque l’unique guide pour les français arrivant à Moscou et il a été souvent cité. Par exemple, nous retrouvons son empreinte dans la description de Moscou faite par Jacques-François Ancelot pour son livre Six mois en Russie. Comme l’a noté N. Speranskaâ5, des passages de ce guide réapparaissent aussi dans Le maître d’armes d’Alexandre Dumas qui a reproduit des extraits de Six mois d’Ancelot en décrivant le Kremlin.

Figure 3 : G. Lecointe de Laveau, Guide du voyageur à Moscou, Moscou, 1824. Bibliothèque du musée d’État du Kremlin de Moscou (détail).

  • 6 Лекуант де Лаво, Путеводитель в Москве. Изданный Сергеем Глинкою, сообразно французскому подлинник (...)

11En 1824, le Guide du voyageur fut traduit et publié en russe par Sergej Glinka, écrivain et éditeur russe6. Cette traduction, très appréciée, fut rééditée cinq ans plus tard et devint une source pour plusieurs guides russes qui la citent souvent. Pour mesurer son impact sur l’opinion publique, il faut tenir compte du fait que les livres de ce genre étaient encore peu nombreux en Russie au début du XIXe siècle.

12En 1835, soit onze ans plus tard, Lecointe de Laveau décida de publier une deuxième édition et changea le titre qui devint Description de Moscou, ce qui lui parut mieux convenir. Cette seconde édition fut enrichie de tableaux statistiques et d’une description des environs de Moscou. Dans l’avertissement, l’auteur exprime ses remerciements à Sergej Glinka pour sa traduction mais également son indignation envers un auteur inconnu d’un Guide de Moscou édité en russe en 1827. Dans ses citations, ce dernier renvoie au traducteur et non à l’auteur.

  • 7 J. Bastin, Guide du voyageur à St-Petersbourg, ses environs immédiats et ses résidences impériales (...)

13Malheureusement ou heureusement, tel était désormais le sort de cette œuvre comme celui de la plupart des guides touristiques. Elle trouvait une deuxième vie dans les récits des voyageurs et dans leurs mémoires, sans aucune référence à la source. D’ailleurs, l’influence entre les différents genres de la littérature de voyage était réciproque. Tandis que des fragments des guides étaient utilisés par les auteurs des journaux de voyages, les créateurs des guides touristiques citaient parfois des passages tirés des récits de voyageurs célèbres. Ainsi la description de Moscou dans le guide de J. Bastin (1866) commence par des lignes de Mme de Staël écrites en 18127.

14La période qui suit 1830 est marquée par un accroissement du nombre des guides touristiques et une certaine modification de ce genre qui correspond aux débuts du tourisme moderne. Le développement des techniques, l’extension du réseau de chemins de fer et l’accroissement des échanges commerciaux ouvrent une nouvelle époque pour les voyages. Les changements dans la société contribuent à l’avènement d’un nouveau type de touriste. Du voyage aristocratique réservé à un nombre limité de voyageurs, on passe au voyage touristique, ce qui amène des changements profonds dans la perception du voyage. Les distances se raccourcissent, les voyages deviennent plus accessibles aux couches moyennes et les destinations sont plus variées. Le développement significatif du phénomène touristique exigeait un nouveau type de guide touristique. Aux guides descriptifs analogues à des œuvres historiques et littéraires succèdent des ouvrages, au texte bien formalisé, donnant des informations brèves et pratiques. Les guides touristiques de la deuxième moitié du XIXe siècle et, en particulier, du début de XXe, furent conçus comme des livres pratiques donnant les informations indispensables pour un étranger à Moscou : les passeports, la monnaie, les poids et mesures, le calendrier russe, les gares, les hôtels, les restaurants, les transports, etc. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, les grandes collections européennes des guides : Murray, Baedeker et Joanne etaient déjà à la disposition des voyageurs.

  • 8 F. et A. Tastevin, Guide complet du voyageur à Moscou, Moscou, 1881.
  • 9 Moscou en 1856. Description de cette capitale, tirée des meilleurs auteurs russes, Saint-Pétersbou (...)

15En Russie, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, un phénomène identique apparaît, à la suite des changements intervenus dans la vie sociale et économique après les réformes de l’empereur Alexandre II. La deuxième moitié du XIXe et le début du XXe siècle sont marqués par un essor de l’édition de guides de Moscou. L’ancienne capitale de la Russie offre aux voyageurs français des guides écrits notamment en français, comme ceux de Bastin et de Tastevin (voir fig. 4)8, ainsi que des traductions de guides russes adaptés aux voyageurs étrangers9.

  • 10 Karl Baedeker, La Russie : manuel du voyageur : avec 14 cartes et 22 plans : manuel de langue russ (...)

16En dépit de la diversité des guides en français, toutes ces sources, qu’elles soient descriptives ou informatives, contribuent à donner une image stéréotypée de la deuxième capitale de la Russie que les récits des voyageurs ne faisaient que renforcer. Les guides et les récits étudiés témoignent de l’importance de Moscou pour un voyageur en Russie. Moscou est représentée comme « une ville aux murs blancs » (chez Baedeker), une ville « légendaire » (chez Dumas), « fabuleusement splendide » (Gautier), « Moscou la Sainte » (Juliette Adam). L’histoire, l’architecture, les coutumes des habitants avaient contribué à la construction d’une image fabuleuse de Moscou. Baedeker, en 1897, constate qu’il est impossible de ne pas reconnaître à Moscou le caractère d’une grande ville, alors qu’elle « n’a aucune ressemblance extérieure avec n’importe quelle capitale de l’Europe »10.

Figure 4 : A. et F. Tastevin, Guide du voyageur à Moscou, Moscou, 1897. Bibliothèque du musée d’État du Kremlin de Moscou.

  • 11 J. Bastin, Guide du voyageur…, p. 300.

17C’est la vue générale de Moscou qui suscite, au premier abord, l’interêt des voyageurs. Le panorama « vaste », « pittoresque », « poétique », frappe celui qui s’approche de l’ancienne capitale. Le guide de Bastin en 1866, affirme que « de l’aveu de tout le monde, il est un des plus frappants et des plus grandioses que l’on puisse avoir en Europe »11. La comparaison avec Constantinople en raison de son immensité et de ses très nombreux clochers et tours qui ressemblent à des minarets est devenue un lieu commun.

18Outre ses dimensions, Moscou impressionne par les couleurs vives des coupoles peintes ou dorées de ses églises et des toitures des maisons peintes. Cette palette multicolore, qui la différencie des villes anciennes de l’Europe dominées par le gris et le beige, frappe beaucoup les visiteurs dès qu’ils aperçoivent la ville de loin. Même le développement urbain du début du XXe siècle n’enlève rien de cette image enchanteresse et inoubliable de la ville.

  • 12 Victor Meignan, De Paris à Pékin par terre […], Paris, 1876, p. 31.

19À cette époque, les très nombreux monastères et églises, avec leurs célèbres coupoles « en bulbe » et leurs croix plantées sur des croissants faisaient la gloire de Moscou. À cause de ces formes et de ces couleurs, l’image de la ville est perçue comme plus orientale qu’occidentale, plus asiatique qu’européenne, plus fabuleuse que réelle. Le style de l’architecture de Moscou est souvent considéré comme bizarre, mixte, « un mélange de tous les goûts asiatiques depuis l’Extrême Orient jusqu’à Byzance »12 comme le résume Victor Meignan en visitant Moscou lors de son voyage de Paris à Pékin (1876).

20Cette belle image de Moscou n’est accessible que de loin ou d’une hauteur. À l’approche de la ville, on l’admire du Mont des Moineaux ou du sommet de quelque clocher, comme ceux d’Ivan le Grand au Kremlin, du monastère Strastnoj ou Simonov. De ces points panoramiques, Moscou ressemble à un amphithéâtre fabuleux. Mais cette image disparaît lorsque le voyageur approche ; le bruit et la poussière de la ville suscitent alors son étonnement et son désagrément.

  • 13 Astolphe de Custine, La Russie en 1839 […], 3 t., Paris, 1843, p. 262.
  • 14 Juliette Adam, Impressions francaises en Russie […], Paris, 1912.

21C’est au cœur de la capitale des tsars, au Kremlin de Moscou que les voyageurs cherchaient à retrouver l’image qu’ils pouvaient se faire de la beauté fabuleuse de la ville. Si nous ouvrons un guide touristique de la fin du XIXe siècle, nous voyons que le lexique franco-russe du voyageur commence par la phrase : « Cocher, porte-moi au Kremlin ». Le Kremlin, le monument le plus attractif de Moscou, était considéré comme l’objectif prioritaire du voyageur visitant la ville (voir fig. 5). On le visite souvent à plusieurs reprises. On le décrit comme « un lieu saint pour la nation russe », « le cœur et l’âme de Moscou », « un monument entièrement historique » où « tous les trésors des tsars sont rassemblés ». Même le célèbre marquis de Custine qui, poursuivi par l’image funeste d’Ivan le Terrible, a laissé la description d’une forteresse ressemblant à un paysage de pierres, a noté que « le Kremlin vaut le voyage de Moscou »13. Quant à Juliette Adam, elle signalait qu’aucune comparaison, dans aucun de ses voyages, « n’avait en rien altéré le souvenir du Kremlin »14.

Figure 5 : A. et F. Tastevin, Guide du voyageur à Moscou, Moscou, 1897. Bibliothèque du musée d’État du Kremlin de Moscou.

22Actuellement le Kremlin cumule les fonctions de résidence officielle du président de la Fédération de Russie et de musée historique et culturel d’État. Toutefois, au XIXe siècle, le Kremlin était considéré comme une partie intégrante de la ville, comptée comme un des quatre quartiers de l’arrondissement central de Moscou nommé « Gorod ». Les guides du XIXe siècle signalent que le Kremlin communiquait avec le reste de la ville au moyen de cinq portes. Plusieurs auteurs racontent la tradition ancienne de la porte Spasskie [du Saint-Sauveur] du Kremlin, conservée jusqu’à la révolution socialiste ; tout le monde se découvrait en passant au-dessous de cette porte et les étrangers ne manquaient pas de se conformer à l’usage général (voir fig. 6).

23Les monuments les plus visités au Kremlin par les voyageurs français de l’époque sont le Palais des armures nommé souvent le trésor du Kremlin, les cathédrales, la cloche « tsarine » et un énorme canon appelé « tsar ». C’est également le clocher d’Ivan le Grand, « la tour plus grande de Moscou » qui joue le rôle de point panoramique mentionné dans la plupart des sources étudiées. Les guides évoquent aussi les deux monastères du Kremlin, ses palais et les bâtiments de la couronne tels que le Sénat ou l’Arsenal devant la façade duquel les canons pris en 1812 étaient placés.

  • 15 Robert Calmon, Trois semaines à Moscou. Mai-juin 1883, Paris, 1883.

24Les souvenirs de 1812 étaient bien visibles au Kremlin, même plusieurs décennies après la guerre. Robert Calmon, venu à Moscou en 1883 pour la fête du couronnement d’Alexandre III, était guidé par le Manuel de voyageur de Baedeker. Bien que ce guide ait attiré son attention sur le canon du XVIe siècle nommé « tsar », Calmon décida que ce dernier ne méritait guère la visite tandis que des canons français de moindre taille à côté de l’Arsenal « rappelait à un Français de douloureux souvenirs »15.

Figure 6 : J. Weiss, La tour Spassky [du Saint-Sauveur]. aquarelle, 1852. Musée d’État du Kremlin de Moscou.

Figure 7 : J. Weiss, Le Kremlin vu du pont Kamenny [de Pierre], aquarelle, 1852. Musée d’État du Kremlin de Moscou.

25Tout au long du XIXe siècle, Moscou a bien changé. Les transformations les plus visibles se sont déroulées après les réformes d’Alexandre II qui ont provoqué des changements sociaux et économiques et ont amené un progrès industriel et urbain. Au début du XXe siècle, Moscou, avec une population de plus d’un million d’habitants, jouait le rôle de centre industriel de l’empire. Le visiteur de Moscou à cette époque-là pouvait voir une ville en pleine construction où les maisons d’un seul étage étaient remplacées par des bâtiments à plusieurs étages, où de nouvelles fabriques et usines étaient construites. Ces mutations ne pouvaient pas être ignorées par les auteurs de la littérature de voyage. Néanmoins les caractéristiques de cette évolution urbaine de Moscou, assez visibles en particulier à la fin de cette période, n’apparaissent presque pas chez les auteurs français. Tout en faisant connaissance de la Moscou industrielle, commerçante et universitaire, ils continuaient à rechercher la capitale ancienne des tsars russes. C’est pour trouver les traces d’une capitale historique et nationale, contrastant avec les atours européens de sa rivale du Nord, que les voyageurs français arrivaient à Moscou. C’est à Moscou que la vie nationale apparaissait sous son aspect le plus caractéristique. Les témoignages des visiteurs de Moscou contribuèrent à construire l’image de la ville et en même temps fixèrent les lieux et les monuments qui devaient entrer dans l’itinéraire des voyageurs français. Le Kremlin était considéré comme le monument plus important de la ville, dont la visite était un devoir. Le Kremlin du XIXe siècle, privé de toute dimension politique, était perçu comme le symbole de l’histoire, de la spiritualité et de la culture russe (fig. 7 ci-avant). Formulée par les guides touristiques, consolidée par les récits des voyageurs, l’image de Moscou, ville fabuleuse, orienta dans une certaine mesure les voyages en Russie et exerça une influence importante sur la formation de l’image de la Russie en France.

Notes

1 Heinrich August Ottokar Reichard, Guide des voyageurs en Europe [...], Paris, 1817, p. 147-148.

2 G. Lecointe de Laveau, Guide du voyageur à Moscou contenant ce que cette capitale offre de curieux et d’intéressant […], Moscou, 1824.

3 G. Lecointe de Laveau, Moscou avant et après l’incendie, ou notice contenant une description de cette capitale, des moeurs de ses habitans, des événemens qui se passèrent pendant l’incendie et des malheurs qui accablèrent l’armée française pendant la retraite de 1812, par G. L. D. L., témoin oculaire, Paris, 1814.

4 G. Lecointe de Laveau, Moscou…, p. 1.

5 Н. М. Сперанская, « Н. Франсуа Ансело и его книга о России », dans Ф. Ансело, Шесть месяцев в России, Moscou, 2001, p. 15.

6 Лекуант де Лаво, Путеводитель в Москве. Изданный Сергеем Глинкою, сообразно французскому подлиннику г. Лекоента де Лаво ; С некоторыми пересочиненными и дополненными статьями, Moscou, 1824.

7 J. Bastin, Guide du voyageur à St-Petersbourg, ses environs immédiats et ses résidences impériales : Schlusselbourg et les îles du Ladoga, Moscou, Novgorod, Nijni-Novgorod, Kazan, Toula, Orel, Koursk, Kharkof, Poltava, Kieff, Odessa, la Crimée, Réval, Riga, Narva, Viborg, Helsingfors, Varsovie etc. […], Saint-Pétersbourg, 1866, p. 297.

8 F. et A. Tastevin, Guide complet du voyageur à Moscou, Moscou, 1881.

9 Moscou en 1856. Description de cette capitale, tirée des meilleurs auteurs russes, Saint-Pétersbourg, 1856. Moscou et ses environs, rue et monuments. Nouveau guide de voyageur, Moscou, 1891.

10 Karl Baedeker, La Russie : manuel du voyageur : avec 14 cartes et 22 plans : manuel de langue russe édité à part, 2e éd. Leipzig/Paris, 1897, p. 257.

11 J. Bastin, Guide du voyageur…, p. 300.

12 Victor Meignan, De Paris à Pékin par terre […], Paris, 1876, p. 31.

13 Astolphe de Custine, La Russie en 1839 […], 3 t., Paris, 1843, p. 262.

14 Juliette Adam, Impressions francaises en Russie […], Paris, 1912.

15 Robert Calmon, Trois semaines à Moscou. Mai-juin 1883, Paris, 1883.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : J. Weiss, Le Kremlin vu du pont Moskvorezky, aquarelle, 1852. Musée d’État du Kremlin de Moscou.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Figure 2 : G. Lecointe de Laveau, Guide du voyageur à Moscou, Moscou, 1824. Bibliothèque du musée d’État du Kremlin de Moscou.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Figure 3 : G. Lecointe de Laveau, Guide du voyageur à Moscou, Moscou, 1824. Bibliothèque du musée d’État du Kremlin de Moscou (détail).
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1279/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 4 : A. et F. Tastevin, Guide du voyageur à Moscou, Moscou, 1897. Bibliothèque du musée d’État du Kremlin de Moscou.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1279/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Figure 5 : A. et F. Tastevin, Guide du voyageur à Moscou, Moscou, 1897. Bibliothèque du musée d’État du Kremlin de Moscou.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1279/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Figure 6 : J. Weiss, La tour Spassky [du Saint-Sauveur]. aquarelle, 1852. Musée d’État du Kremlin de Moscou.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1279/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Figure 7 : J. Weiss, Le Kremlin vu du pont Kamenny [de Pierre], aquarelle, 1852. Musée d’État du Kremlin de Moscou.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1279/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

Auteur

Musée d’État du Kremlin de Moscou

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search