Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Deuxième partie. La communauté française en Russie au XIXe siècle : émigrés et voyageurs

Prêtres et religieuses français en Russie

Impact religieux, culturel et social de la présence d’un clergé catholique étranger dans l’Empire (1890-1917)

Французские священнослужители и верующие в России

Laura Pettinaroli

Résumé

Une étude sur la présence française en Russie au XIXe et au début du XXe siècle ne saurait faire l’économie du facteur religieux. Alors que se multiplient les études sur les confessions religieuses minoritaires dans l’empire russe, il importe de ne pas négliger le cas des croyants étrangers. Ultra-minoritaires, ces croyants étrangers jouent toutefois un rôle clé tant auprès de leurs concitoyens occidentaux résidant en Russie (structuration nationale et identitaire) qu’auprès de leurs coreligionnaires citoyens de l’empire russe, souvent pénalisés par la législation impériale (statut des confessions étrangères). Cette contribution aborde le cas des prêtres et religieuses français et leur action dans le domaine religieux, social et culturel, en particulier sous le règne de Nicolas II.

Изучение французского представительства в России в XIX – начале XX вв. невозможно без учета религиозного фактора. В то время как растет число исследований по религиозным меньшинствам в Российской империи, важно также не пренебрегать изучением роли иностранных верующих. Представляя собой значительное меньшинство, они играли, тем не менее, ключевую роль в среде своих западных сограждан, проживавших в России, являя собой своего рода структурно-образовательные элементы национальной идентификации. Важно также отметить их роль в среде их единоверцев из числа граждан Российской империи, зачастую подвергавшихся наказаниям, установленным имперским законодательством для лиц, принадлежащим к иностранным конфессиям. В данном исследовании речь идет о деятельности французских священнослужителей и французских верующих в религиозной, социальной и культурной сферах в период правления Николая II.

Note de l’éditeur

ASV : Archivio segreto vaticano ; AES : Affari ecclesiastici straordinari ; AOPF : archives de l’ordre des Prêcheurs, province de France ; AGOP : archivum generale ordinis Praedicatorum ; AFMM : archives des Franciscaines missionnaires de Marie ; AA : Archives assomptionnistes ; ACL : archives du carmel de Lisieux ; ACDF : archivio Congregazione per la Dottrina della fede.

Texte intégral

  • 1 L’empire russe intègre alors 3,7 millions de catholiques pour une population totale de 35 millions (...)
  • 2 Voir Elena Astafieva, L’empire russe et le monde catholique : entre représentations et pratiques, (...)

1Une recherche sur la présence française en Russie ne saurait faire l’économie du facteur religieux. Religion d’une minorité significative de sujets de l’empire russe (environ 10 % de la population totale au XIXe siècle)1, le catholicisme reste au même moment « la religion de la grande majorité des citoyens français » (concordat de 1801). Dans un siècle où les questions religieuses demeurent centrales, le catholicisme constitue un point nodal où se jouent les relations entre Russes et Français, sur le mode du conflit ou – au contraire – du rapprochement2.

  • 3 Claude Langlois n’hésite pas à parler de « féminisation du clergé » pour évoquer le phénomène cong (...)

2Nous limiterons ici notre étude au clergé catholique français, tant masculin que féminin, donc essentiellement aux prêtres et aux religieuses3. Quel rôle jouent ces cadres religieux auprès de leurs concitoyens résidant en Russie ? Dans quelle mesure l’influence de ces élites catholiques a-t-elle dépassé ce milieu d’expatriés pour toucher les catholiques sujets de l’empire russe, et même la société russe non catholique ?

3À partir de recherches menées dans les archives religieuses françaises et romaines (congrégations religieuses, Archives vaticanes) en particulier sur la période 1890-1917, on proposera les premiers résultats d’un travail en cours sur le clergé catholique étranger en Russie.

I. — Une clé de voûte de la présence française

4Le clergé catholique assure, de façon assez classique, un soutien cultuel, culturel et social à la communauté d’expatriés français.

1. Le service des lieux de cultes nationaux

  • 4 Voir les travaux de Vladislav Rjéoutski, notamment « La colonie française et l’Église catholique d (...)
  • 5 Bulletin paroissial, mars-avril 1912, no 57, cité par Bernard Le Léannec, « La paroisse Saint-Loui (...)
  • 6 Une première chapelle, consacrée le 10 mars 1790, est installée au domicile du vice-consul Jean de (...)
  • 7 La construction de l’église (1829-1835) est réalisée grâce à un prêt impérial de 50 000 roubles as (...)

5C’est à la fin du XVIIIe siècle, dans un contexte de développement du catholicisme lié aux partitions de la Pologne, qu’est créée la paroisse Saint-Louis-des-Français de Moscou. Sans revenir sur les conditions – bien connues – de cette création en 1786-17894, il convient de rappeler qu’elle constitue le premier espace délibérément dédié à la communauté française de cette ville (qui rassemble environ 2 200 personnes en 1914)5. Cette paroisse se développe au XIXe siècle et reçoit le soutien régulier tant de la diplomatie française6 que de l’empereur de Russie7.

  • 8 AOPF, III, 200-Russie, K : lettre du P. Cuny (Saint-Pétersbourg, 08/20 septembre 1897). Saint-Péte (...)
  • 9 AGOP, XI, 22000 : lettre de M. de Montebello au maître général des Dominicains, Andreas Frühwirth (...)
  • 10 AOPF, III, 200-Russie, K : certificat de MM. A. Hutinet, L. Moser et G. Laugier (membres du comité (...)
  • 11 Jean-Baptiste Amoudru (1878-1961). Entré dans l’ordre dominicain en 1895, ordonné prêtre en 1901, (...)
  • 12 Au début des années 1920, le Père Amoudru apparaît comme le type même du prêtre étranger « qui ne (...)

6Cependant, en dehors du centre moscovite, les lieux de culte français se multiplient au tournant du XXe siècle. À Saint-Pétersbourg, qui compte environ 3 000 Français catholiques en 18978, la diplomatie française, par l’intermédiaire de l’ambassadeur M. de Montebello, crée un comité pour l’établissement d’une église catholique nationale9. Les fonds sont recueillis par le consulat10 et l’église Notre-Dame de France est inaugurée solennellement en 1909. Il s’agit vraiment d’une église nationale : le Père dominicain Amoudru, qui la dessert de 1907 à 193511, passe ainsi ses dix premières années en Russie sans apprendre correctement la langue du pays12 (voir fig. 1 ci-après).

  • 13 Auguste Maniglier (1874-1958), entré chez les Assomptionnistes en 1892, il étudie en Turquie et à (...)
  • 14 AA, 2EQ86 : copie du « rapport » de Maniglier à Mgr Kessler « sur la création d’une chapelle franç (...)

7À Odessa, la communauté francophone se dote également d’une église propre. En novembre 1905, le Père Maniglier est nommé vicaire français de la « paroisse internationale de N. D. de l’Assomption »13. Il s’engage personnellement dans le projet d’une « église catholique exclusivement française ». Financée par les Vassal, une famille française installée à Odessa, l’église Saint-Pierre est ouverte au culte le 27 octobre 1913. Un presbytère, « situé derrière l’église » et « prévu pour une communauté », est également construit (1914-1916). Selon le religieux, tout le projet lui avait incombé : « le consulat de France ne s’en est occupé en rien, il n’a même pas facilité les démarches auprès du gouvernement russe pour la création d’un nouveau lieu de culte »14.

Figure 1 : carton d’invitation pour l’inauguration de l’église Notre-Dame de France à Saint-Pétersbourg, 1909. Bibliothèque du Saulchoir, archives de la province dominicaine de France. Cliché Laura Pettinaroli.

  • 15 François Paris (1878-1948), désireux de devenir prêtre au moins dès 1906 (il sera finalement ordon (...)
  • 16 AA, 2EQ38 : traduction française du procès-verbal (original russe ibid., 2EQ39). Les quatre entrep (...)
  • 17 AA, 2EQ 40 : copie russe et traduction française de la lettre de Mgr Kessler à Franclieu (directeu (...)
  • 18 Pie Neveu (1877-1946), entré chez les Assomptionnistes en 1895, étudie à Jérusalem et en Bulgarie, (...)
  • 19 A. Wenger, Rome…, p. 121-122.

8À Makeevka (région du Donets), ce sont les entreprises minières, françaises, belges ou franco-russes, qui demandent – à l’initiative d’un laïc très pieux, François Paris15 – un prêtre francophone pour leurs employés. Le procès-verbal de la réunion du 28 juin/11 juillet 1907 entre quatre directeurs d’usines, le curé local et le Père Maniglier éclaire très précisément la genèse de cette « paroisse française ». Les quatre entreprises s’engagent pour cinq ans à verser un salaire mensuel de 220 roubles pour le culte catholique à Makeevka (dont 167 roubles pour le prêtre français « qui devra avec ce traitement avoir sa voiture particulière »). La Russo-Donets assure également le logement et le chauffage du prêtre et doit aménager « une petite chapelle […] dans un local de la Société »16. L’évêque de Tiraspol « sollicit[e] auprès du ministère des Affaires intérieures [l’]entrée en Russie » d’un prêtre venu de l’étranger, que le Père Maniglier est chargé de « trouver »17. Il reviendra ensuite au prêtre français choisi, Pie Neveu18, assomptionniste présent à Saint-Pétersbourg depuis 1906, de développer cette implantation avec la construction d’une église (1913-1915), qui obtient le statut de paroisse française en 191619.

2. Une offre sociale et culturelle adaptée aux besoins des francophones

9Au-delà du service du culte, les églises françaises offrent toute une gamme de services sociaux et culturels animés par des prêtres et des religieuses.

  • 20 Patricia Trottet, La congrégation des sœurs de Saint-Joseph de Chambéry en Russie, 1862-1922, dir. (...)
  • 21 P. Trottet, La congrégation…, p. 41 (rapport triennal, 1889-1893).

10Dans le domaine de l’assistance, l’asile Sainte-Dorothée (Sainte-Darie), hospice de vieillards fondé à Moscou en 1821 sous le patronage de la paroisse Saint-Louis, fonctionne grâce à des dons privés et reçoit l’approbation impériale. Profondément rénové et développé avec l’arrivée à sa tête des sœurs de Saint-Joseph de Chambéry en 188520, cet asile se développe rapidement : dès 1893, quarante-cinq vieillards sont secourus en permanence ; l’asile dispose de 125 lits et 900 malades sont accueillis chaque année21.

  • 22 Sur les écoles, voir B. Le Léannec, « La paroisse… », p. 12-14.
  • 23 P. Trottet, La congrégation…, p. 70.
  • 24 Ibid., p. 112 ; voir aussi ibid., p. 176-177.

11Dans le domaine éducatif, sans revenir sur le cas des écoles françaises mises en place autour de Saint-Louis qui constituent – en particulier l’école de garçons Saint-Philippe-Néri – un vivier de recrutement pour les entreprises françaises22, on peut évoquer la garderie pour enfants de deux à sept ans créée à l’initiative du Comité français de bienfaisance. Cette garderie, confiée en 1903 aux sœurs de Saint-Joseph, accueille une trentaine d’enfants et est pensée comme une œuvre de préservation de « l’innocence des enfants d’ouvriers catholiques laissés sans cela au sein de femmes russes, souvent corrompues », peut-on lire dans un rapport des religieuses savoyardes23. L’importance de ces institutions pour la communauté française est d’ailleurs officiellement reconnue : Mère Marie Clémentine (Louise Giani, 1846-1911), la supérieure des sœurs de Saint-Joseph en Russie, reçoit ainsi en 1902 des mains du consul de France à Moscou les palmes académiques pour services rendus à l’enseignement24.

  • 25 Une brochure sur les œuvres françaises à Kiev de 1914 souligne que « les Belges profitent au même (...)
  • 26 Ibid., « Le “foyer français”… », p. 1-2.
  • 27 AA, 2EQ86 : copie du « rapport » de Maniglier à Mgr Kessler « sur la création d’une chapelle franç (...)
  • 28 AA, 2EQ80 : pétition de la « colonie catholique française d’Odessa » à « Sa Grandeur Monseigneur l (...)

12À Vilna, Kiev et Odessa, les religieux assomptionnistes (qui sont entrés en Russie comme simples prêtres diocésains) occupent des places importantes dans l’encadrement des activités sociales et culturelles des communautés françaises, en rapport étroit avec les autorités consulaires. À Kiev, où la communauté francophone comprend une forte composante belge25, le Père Evrard, à côté d’autres notables, notamment de l’« agent consulaire de France à Kief », fait partie des « membres fondateurs » et du conseil d’administration de l’œuvre du « foyer français », sorte de « maison de famille » pour les domestiques et gouvernantes26. À Odessa, le Père Maniglier s’engage dans le développement des œuvres francophones, notamment par la fondation en 1908 d’un autre « foyer français » qui se développe rapidement (de la location d’un appartement de sept pièces en novembre 1908 à l’achat d’un immeuble de vingt-cinq pièces en novembre 1911)27. Cette action est très appréciée par la « colonie catholique française d’Odessa », qui intervient en 1910 auprès de l’évêque de Tiraspol pour éviter le départ de ce « prêtre compatriote »28.

  • 29 Ibid.

13Le clergé catholique, qui cimente souvent les communautés locales, « à l’époque même où les questions religieuses provoquent en France les dissensions les plus pénibles »29, ne se cantonne toutefois pas au service des expatriés et s’intéresse à la situation des catholiques sujets de l’Empire.

II. — Au service des catholiques de Russie

  • 30 E. Astafieva, « L’Église gréco-catholique et l’État russe à la fin du XVIIIe - début du XXe siècle (...)
  • 31 Sophie Olszamowska-Skowrońska, « Pie IX et l’Église catholique en Pologne : la suppression des dio (...)
  • 32 Nous nous permettons de renvoyer à L. Pettinaroli, La politique russe du Saint-Siège (1905-1939), (...)

14Dans un contexte de crise du catholicisme, marqué par la suppression du rite oriental30, la déstructuration de l’Église de rite latin31 et la fragilisation du lien avec Rome32, les catholiques français constituent un secours et une référence pour les catholiques de Russie.

1. Suppléer aux faiblesses structurelles du catholicisme de rite latin : l’appel aux congrégations féminines françaises

  • 33 Sur ce phénomène, voir, pour la France, C. Langlois, Le catholicisme…

15Si la Russie reste globalement à l’écart du grand développement congréganiste du XIXe siècle33, quelques congrégations religieuses féminines françaises répondent à l’appel de catholiques en difficulté et obtiennent avec une relative facilité l’agrément du gouvernement.

  • 34 Sur Fanny Jaume (1813-1900), voir deux brochures imprimées : Памяти Фанни Жомь [En souvenir de Mme(...)
  • 35 Памяти Фанни Жомь…, p. 10-13.
  • 36 P. Trottet, La congrégation…, p. 12-24.
  • 37 Ibid., p. 99.

16En 1860, la princesse Mariâ Vasil’evna Voroncova achète pour Fanny Jaume, une femme d’œuvres originaire de Trieste, veuve d’un professeur de français installé en Russie et elle-même enseignante de français34, une petite maison à Saint-Pétersbourg (rue Donskaâ, no 9). Le Bon Pasteur, institution d’accueil de « madeleines », expressément destinée aux catholiques, recueillera 295 filles entre 865 et 190035. Cependant, dès 1862, Fanny Jaume demande au gouvernement russe d’accepter la venue de « sœurs de charité pour lui apprendre à faire “la charité” ». En 1863, trois sœurs de Saint-Joseph de Chambéry arrivent en Russie pour répondre à cet appel36. Débute alors une histoire mouvementée, qui mettra les sœurs savoyardes, au début du XXe siècle, à la tête de dix œuvres – rassemblant 985 élèves et 425 malades – encadrées par une centaine de religieuses37.

  • 38 AFMM, Fondations en Europe. Notre histoire, t. VI, 1905-1911, p. 715-716.
  • 39 AFMM, 4.079 : lettre du frère Raphaël [Delarbre] à « Chère fille » [Mère Marie Jeanne] (Paris, 27 (...)
  • 40 Pour faire entrer de nouvelles religieuses en Russie, la congrégation insiste sur sa capacité à do (...)
  • 41 En avril 1907, sur la recommandation du cardinal Rampolla, la supérieure générale obtient « en que (...)
  • 42 Ibid. : note du début des années 1920. Sur la fusion, voir ibid., 2.083 (notamment « Copie authent (...)
  • 43 Ibid., 4.079 : note, début des années 1920.

17De même, la congrégation « secrète » – c’est-à-dire de femmes émettant des vœux privés – de la Famille de Marie (« Institut des Saints-Noms-de-Jésus-et-Marie »38) affiliée au Tiers-Ordre franciscain, demande en 1906 de l’« aide » au généralat des Franciscains à Rome. Le frère Raphaël Delarbre, proche des Franciscaines missionnaires de Marie, met alors en contact la congrégation « polonaise » et la congrégation « française », qu’il savait désireuse de s’implanter en Russie en vue de « favorise[r] leurs fréquentes relations avec les missions de Chine »39. Le gouvernement russe, sensible à l’expérience des Franciscaines dans le domaine social mais aussi à leur nationalité40, accorde facilement le visa à huit sœurs dont six Françaises, une Italienne et une Irlandaise pour l’automne 190741. Quelques mois plus tard, à l’été 1908, les religieuses polonaises prononcent leurs vœux comme franciscaines missionnaires de Marie42. L’« aide » prévue initialement se traduit donc par une fusion, ou plutôt une intégration de la congrégation polonaise, qui met la congrégation occidentale à la tête de six maisons (Odessa, Kiev, Krasilov), comprenant chaque fois plusieurs œuvres sociales (asiles de vieillards et de petits enfants, orphelinats, écoles)43.

2. Informer Rome à l’heure de l’altération du lien entre Rome et l’épiscopat de Russie

  • 44 Kazimierz Skirmunt (1861-1931), prêtre du diocèse de Cracovie, consulteur de la congrégation De pr (...)
  • 45 Félix-Jules Jourdan de la Passardière (1841-1913), oratorien, évêque titulaire de Rosea (1884), ef (...)
  • 46 ASV, AES III Russia, fasc. 294, pos. 907, fol. 41-42 : Jourdan de la Passardière à Merry del Val, (...)

18Alors que les évêques peinent à communiquer avec Rome (contrôle étatique des correspondances, restriction des visites ad limina) et que l’essentiel de l’information sur l’Église de Russie entre 1905 et 1917 passe par des relais polonais, en particulier par Mgr Casimir Skirmunt44, quelques Français conservent une certaine audience auprès des organes romains qui concentrent le pouvoir de décision sur la Russie (secrétairerie d’État et congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires). Au lendemain de la révolution de 1905, Mgr Jourdan de la Passardière45, qui a effectué deux séjours en Russie, soumet ainsi au « cardinal secrétaire d’État les pensées que lui suggèrent les circonstances actuelles dans l’empire russe », comme l’établissement d’un diocèse de rite latin en Sibérie et la restauration du rite oriental46.

  • 47 ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1914), fasc. 3, fol. 118-121 : lettre d’O’Rourke (Dunabourg, 29 janvie (...)

19D’une façon générale, les prêtres étrangers, séjournant en Russie mais jouissant d’un accès privilégié au monde romain (séjours brefs à Rome, contacts personnels en Curie), jouent un rôle de relais, dont certains catholiques de Russie comprennent bien l’importance. C’est ainsi que le jeune abbé O’Rourke, très critique à l’égard de la circulaire de 1913 de Mgr Kluczynski, archevêque de Mogilev, pénalisant les convertis de 1905, donne des détails sur ces questions à un père assomptionniste « pour le cas que vous partiez à Rome, ou que vous auriez l’occasion à causer avec des personnages influents »47.

3. Le clergé français et la renaissance du rite oriental en Russie dans les années 1890 : une alternative au « latinisme polonais »

  • 48 L. Lescœur, L’Église catholique en Pologne sous le gouvernement russe depuis le premier partage ju (...)
  • 49 Leroy-Beaulieu n’hésite pas à citer certaines anecdotes sanglantes : « Un de mes amis, un Russe or (...)
  • 50 Gérard van Caloen (1853-1932) : bénédictin belge, passionné des questions orientales, également ch (...)
  • 51 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, no 1126, 1909, Sacra congregazione degli AES, Russia : condizion (...)
  • 52 Albert-Marie Libercier (1841-1928), dominicain depuis 1863, curé de Saint-Louis de 1901 à 1911 (Am (...)
  • 53 AGOP, XIII, 91050 : note de Libercier (Moscou, 02/15 avril 1912). Voir A. K. Eszer, « Ekaterina… » (...)

20L’audience du clergé français à Rome concerne surtout la question du rite oriental. La suppression de ce rite et les violentes persécutions qui s’ensuivirent constituent un point à vif dans le contentieux entre la Russie et les catholiques français, comme en témoignent – dans des registres différents – les ouvrages de l’oratorien Louis Lescœur (1876)48 et d’Anatole Leroy-Beaulieu (1889)49. Lorsque, à la fin du XIXe siècle, se dessine une discrète renaissance du rite oriental, d’importants membres du clergé français et francophone apportent leur soutien. La conversion secrète du prêtre orthodoxe Nicolas Tolstoï en 1894 se déroule à Saint-Louis, en présence des prélats Jourdan de la Passardière et Van Caloen50. Lors de la constitution d’un groupe de rite slave à Saint-Pétersbourg en 1908, le père Bois, assomptionniste, informe le Saint-Siège et est chargé – officiellement (1909-1911) puis officieusement (1911-1912) – de « surveiller » le groupe et de le tenir à distance tant de Mgr Szeptickij, métropolite ruthène de Lemberg, que des menées « latines » et « polonaises » de la curie épiscopale de Mogilev51. À Moscou, au début des années 1910, le père dominicain Libercier52, curé de Saint-Louis, joue un rôle essentiel dans la constitution d’un groupe de tertiaires dominicains, autour des époux Abrikosov, embryon de la future communauté de dominicaines de rite oriental qui se développera à partir de 191753.

III. — Des « passeurs »54 entre la France et la Russie

  • 54 L’historiographie a mis en valeur le rôle joué par certains intellectuels, au mode de vie cosmopol (...)
  • 55 Le manifeste du 22 juillet 1763 « interdit aux prêtres catholiques de convertir à la foi romaine l (...)

21Malgré les efforts du pouvoir impérial pour circonscrire l’audience du catholicisme55, les clergés français ont joué, en certaines occasions, un rôle de passeurs vers la société russe non catholique.

1. Le rayonnement des œuvres éducatives et sociales

  • 56 James T. Flynn, « The role of the Jesuits in the politics of russian education, 1801-1820 », dans (...)

22Le succès des institutions éducatives fondées au début du XIXe siècle tant par les jésuites que par l’abbé Nicolle, avec des enseignants issus du vivier des jésuites réfugiés d’Europe occidentale et des prêtres réfractaires, constitue un bon exemple de transfert de savoirs et de méthodes, qui influe sur la politique russe56.

  • 57 Photographie dans C. Sorrel, Des Savoyardes dans les prisons de Lénine. Le drame russe de la congr (...)
  • 58 P. Trottet, La congrégation…, p. 59-60.

23On peut également citer le cas de l’hôpital français de Saint-Pétersbourg, dirigé par les sœurs de Saint-Joseph de Chambéry à partir de 190157. Fondé grâce à une très forte subvention du gouvernement français et de nombreux dons de la colonie française, l’hôpital est inauguré le 14 juillet 1901. Il ne comprend alors que vingt-cinq lits mais s’agrandit rapidement (soixante-quinze lits en 1911). Les Français indigents y sont accueillis gratuitement, mais l’hôpital est accessible aux patients de toutes nationalités, attirés par un personnel très qualifié, comme le docteur Fortuné Cresson (1874-1945), issu d’un couple mixte franco-russe et ex-interne des hôpitaux de Paris58.

2. La présence intellectuelle des clercs français

  • 59 Stefano Maria Capilupi, « La missione di François Marie Gaillard nella Russia ortodossa del primo (...)
  • 60 S. M. Capilupi, « La missione… », p. 140.
  • 61 Joannès Thibaut (1872-1938), entré en 1891 à l’Assomption, étudie en Orient et est ordonné en 1900 (...)
  • 62 J.-B. Thibaut, Monuments de la notation ekphonétique et hagiopolite de l’Église grecque : exposé d (...)
  • 63 Vladimir Frolov, « Assomptionnistes en Russie et Russes catholiques : correspondance et biographie (...)

24Au tournant du XXe siècle, plusieurs prêtres français séjournent en Russie pour des recherches. Des historiens travaillent aux archives russes comme le jésuite François-Marie Gaillard59. Né en Dordogne en 1853, il commence en autodidacte l’étude du russe en 1880 et obtient en 1908 un visa de six mois pour la Russie. Arrivé en juin 1909 à Saint-Pétersbourg, il reste finalement jusqu’en septembre 1911 et étudie dans de nombreux fonds (ministère des Affaires étrangères, ministère de l’Instruction publique, bibliothèque de l’Université, Bibliothèque impériale)60. Si Gaillard, spécialiste de l’histoire des jésuites, reste assez isolé, l’assomptionniste Joannès Thibaut, dont les travaux portent sur les origines de la musique byzantine, est parfaitement intégré aux milieux scientifiques russes. Membre de la Société archéologique russe de Constantinople61, il obtient facilement un permis de séjour pour Saint-Pétersbourg. Ses travaux reçoivent le soutien financier de personnalités russes et il présente le 24 février 1912 ses recherches lors d’une conférence au Conservatoire impérial de Saint-Pétersbourg. En 1913, il publie – en Russie – les résultats de ses travaux62, mais sera toutefois contraint de quitter la Russie en septembre 191363.

3. Une influence religieuse entre importation du modèle français et rencontre de l’orthodoxie

  • 64 Sur la diffusion de la dévotion à Thérèse, voir Antoinette Guise, Thérèse de Lisieux et ses miracl (...)
  • 65 ACL, Correspondance Russie, Jules Calbet : lettre de Jules Calbet (30 novembre 1913).
  • 66 Ibid., Mme Tillet : lettre de Mme Tillet, en tête « École réale S. Philippe Néri » (Moscou, 13/26 (...)
  • 67 Ibid., Neveu : lettre de Neveu (Makiéevka, 28 février 1912).
  • 68 Ibid., O’Rourke (Édouard) : lettre d’O’Rourke (Saint-Pétersbourg, 2 avril 1914).
  • 69 Ibid., Mlle Sophie Popoff : lettre de Sophie Popoff (Russie-Kieff, 3 mars 1910).
  • 70 ACL, Russe trad-4, Russe trad-2.
  • 71 Ibid., Russe trad-3 et Russe trad-4.
  • 72 L. Pettinaroli, La politique…, p. 1052-1059.

25Grâce aux correspondances conservées aux archives du carmel de Lisieux, on peut retracer les relais de la diffusion de la dévotion à Thérèse en Russie, entre la mort de la religieuse française (1897) et sa béatification (1923)64. La dévotion à Thérèse semble d’abord inséparable des milieux français et de la langue française. Des laïcs français de Moscou, comme un « professeur au lycée impérial Nicolas »65 et une enseignante de l’école Saint-Philippe-Néri66, ou encore le Père Neveu67, contribuent à diffuser cette dévotion. Cependant, des catholiques de l’empire sont touchés, comme le montre, en 1914, la demande de reliques de l’abbé francophone O’Rourke68. On découvre également le témoignage étonnant d’une petite fille russe orthodoxe écrivant en français en 1910 : « J’appartiens à l’Église russe. J’ai treize ans et j’aime votre petite Thérèse », qui demande des prières « pour obtenir le miracle de [s] a conversion »69. Cependant, la dévotion thérésienne part progressivement à l’assaut du monde russophone. Dès 1910, on connaît une première tentative – inachevée – de traduction russe de l’Histoire d’une âme70. D’autres ouvrages, plus courts, sont traduits en russe avant 191471, mais il faudra attendre les années 1920 et la politique menée par Mgr Neveu et Pie XI pour observer une acculturation de cette dévotion importée (icônes, prières spécifiques)72.

  • 73 Au sein de la famille Rostopchine (Rostopčin), Ekaterina (1775-1859, conversion entre 1806 et 1810 (...)
  • 74 Katia Dimitrieva, « Les conversions au catholicisme en Russie au XIXe siècle : ruptures historique (...)
  • 75 Lucian Suchanek, « Les catholiques russes et les pro-catholiques en Russie dans la première moitié (...)
  • 76 Е. Н. Шимбаева, Русский католицизм : забытое прошлое российского либерализма, Moscou, 1999.
  • 77 P. Werth, « Трудный путь к католицизму. Вероисповедная принадлежность и гражданское состояние посл (...)

26Le dynamisme du catholicisme est souvent interprété comme une volonté délibérée de conversion et donc de perversion d’une société et d’un État fondés sur l’orthodoxie. S’il est indéniable que certains prêtres français, engagés comme précepteurs dans de grandes familles russes, ont joué un rôle central dans les conversions de plusieurs personnalités marquantes de la haute société russe du début du XIXe siècle, le cas d’Adrien Surrugues et des Rostopchine (Rostopčin) serait en fait plus exceptionnel qu’emblématique73. En effet, la Russie n’a pas été une destination privilégiée par les prêtres réfractaires, et ces conversions – très peu nombreuses – doivent se comprendre dans un contexte d’échanges nobiliaires cosmopolites (pensons aux voyages en France de Sophie Swetchine et d’Ivan Gagarin)74 et comme le résultat de dynamiques internes à la société russe (le « pro-catholicisme », ou attirance pour le catholicisme sans conversion, a pu être interprété comme « un acte d’opposition spirituelle » aux liens entretenus par l’Église et l’État75, voire comme une manifestation du « libéralisme russe »76). Au tournant du XXe siècle, l’immense majorité des conversions au catholicisme s’expliquent par le brutal changement de politique religieuse en 1905 et fonctionnent comme des phénomènes régionaux (à Chełm en particulier)77.

  • 78 V. S. Soloviev, La Russie et l’Église universelle, Paris, 1889 ; Régis Ladous, Monsieur Portal et (...)
  • 79 M. d’Herbigny, Un Newman russe, Vladimir Soloviev, 1853-1900, Paris, 1911.
  • 80 Id., Assurons aux Russes des prêtres catholiques russes, Paris, 1920, p. 8.
  • 81 Kathy Rousselet, « Le Père Emmanuel d’Alzon et la Russie », dans Les Assomptionnistes…, p. 63-82.

27En revanche, l’idée d’une réunion des Églises par la valorisation du rite oriental sur les bases du concile de Florence est fortement encouragée par des catholiques français. Des laïcs, comme Henri Lorin, Anatole Leroy-Beaulieu et Eugène Tavernier prennent une part décisive à la rédaction en 1889 – directement en langue française – de La Russie et l’Église universelle78. Érigée en modèle de converti russe79, la figure de Soloviev inspire une action paternaliste d’aide aux néo-convertis de rite oriental, dont le meilleur exemple est le séminaire d’Enghien, fondé par d’Herbigny, dans laquelle des prêtres français se font les « initiateurs » d’un « clergé indigène » russe (1912-1914)80. L’attirance pour la Russie, particulièrement forte au sein du clergé français81, débouche donc sur un unionisme volontiers convertisseur malgré l’adoption d’un nouveau langage favorable au retour des « orthodoxes » dans le « troupeau » de l’Église romaine, comme le montre la prière des assomptionnistes français en Russie (voir fig. 2 ci-après).

  • 82 G. Morel, « La question religieuse en Russie », 5e partie : « L’état présent de l’Église russe », (...)
  • 83 Joseph Wilbois, « L’abbé Morel et la Russie », dans Jean Calvet, L’abbé Gustave Morel, professeur (...)
  • 84 Il décrit la fête de la Vierge de Smolensk. M [Morel], « Correspondance-Russie », dans Revue catho (...)
  • 85 G. Morel, « La théologie de Khomiakov », dans Revue catholique des Églises, t. 1/2, fév. 1904, p.  (...)
  • 86 Il répondait à qui lui demandait ce qu’il venait faire en Russie : « je suis venu m’édifier ; je s (...)
  • 87 J. Calvet, L’abbé Gustave Morel…, p. 284-285.
  • 88 G. Morel, « La question religieuse en Russie », dans L’univers, 12 mars 1905, 27 mars 1905, 4 avri (...)

28Cependant, d’autres catholiques français, notamment dans l’entourage de Monsieur Portal, cherchent une rencontre directe de l’Église russe, loin de l’esprit de « polémique »82. L’abbé Gustave Morel (1872-1905)83 effectue ainsi trois longs voyages en Russie à partir de 1903, pendant lesquels il apprend la langue et prend des contacts avec des personnalités. Fin observateur des pratiques religieuses84, connaisseur de la théologie85 et respectueux de l’orthodoxie86, l’abbé Morel joue un rôle de passeur en fournissant, par exemple, à un Russe orthodoxe des ouvrages sur le mouvement social catholique87 et – inversement – en publiant en 1905 dans L’univers, quotidien catholique, ses impressions de témoin direct de la première révolution88.

  • 89 On ne peut que souhaiter le rapide classement des dossiers rapatriés de Saint-Pétersbourg au Centr (...)
  • 90 Notamment История римско-католической церкви в Российской империи (XVIII-XX вв.) в документах Росс (...)

29Malgré leur importance statistique très restreinte, les clergés catholiques français ont joué un rôle clé au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Présents aux côtés des occidentaux expatriés, prêtres et religieuses ont parfois également prêté secours aux catholiques sujets de l’empire russe, souvent placés dans des situations difficiles par la législation impériale. Enfin, les initiatives de certains membres du clergé ont joué un rôle non négligeable dans les relations franco-russes et dans l’histoire de la Russie en général, dans le domaine religieux, culturel ou social. Au-delà de la période de la Révolution et de l’Empire, souvent vue comme un âge d’or du catholicisme expatrié en Russie, le règne de Nicolas II mérite toute l’attention des historiens qui peuvent conjuguer les apports des archives ecclésiastiques, ceux des archives diplomatiques françaises89 et ceux des archives russes, tant confessionnelles qu’étatiques, sur lesquelles les guides d’archives se multiplient90. Le dynamisme de la recherche sur les confessions minoritaires dans l’empire devrait également conduire à des comparaisons, en particulier avec les importantes communautés allemandes et la présence luthérienne en Russie.

Annexes

PIÈCE JUSTIFICATIVE

Image de piété de la confrérie de Notre-Dame de l’Assomption pour l’Union des Églises. — Paris, 1908.

ASV, Fondo Benigni 9, fol. 133-134.

[133] CONFRÉRIE DE N. -D. DE l’ASSOMPTION
pour l’Union des Églises.

[Image]
Icone représentant la Vierge célèbre de saint Luc, vénérée à Rome à Sainte-Marie Majeure.

[133v] CONFRÉRIE de Notre-Dame de l’Assomption pour l’Union des Églises

« Nous voulons très instamment exhorter dans le Seigneur tous les fidèles sans exception, tous ceux qui ont profondément à cœur la cause catholique, à s’inscrire dans cette Confrérie. »

Léon XIII (Bref d’érection)
S’il est un spectacle triste pour un chrétien, c’est de voir que les forces hostiles au christianisme savent s’unir pour lutter contre lui, et que, trop souvent, des chrétiens, par leurs dissensions à peine fondées, font le jeu des adversaires de toute foi et de toute religion.

À ce motif d’union entre les fidèles des diverses Églises se joint le vœu de Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui a vivement souhaité que tous ses disciples vivent dans l’union, Ut sint unum !, et ne forment « qu’un seul troupeau » sous la garde « d’un seul pasteur ».

Et c’est aussi le vœu de l’Église : tant des Églises grecques et slaves qui, dans leur liturgie, prient « le Seigneur pour la paix du monde entier, pour la prospérité des saintes Églises de Dieu et pour l’union de tous », que de l’Église latine, qui, dans l’une de ses litanies, demande à Dieu « d’accorder la paix et l’unité à tout le peuple chrétien ».

Il n’est pas difficile de se rendre compte que le mur qui sépare les Églises orthodoxes de l’Église catholique est bien peu épais. Ces Églises ont la même foi et les mêmes sacrements ; la différence des rites est loin d’être un motif de division, puisque tous les rites se trouvent déjà réunis dans [134] l’Église catholique, et que l’Église latine elle-même – qui n’est pas toute l’Église catholique – admet plusieurs rites de langue latine.

Figure 2 : image de piété de la confrérie de Notre-Dame de l’Assomption pour l’Union des Églises, Paris, 1908. ASV, Fondo Benigni 9, fol. 133-134.

Les chrétiens d’Orient et d’Occident sont séparés principalement parce qu’ils s’ignorent ; la mince mais résistante muraille qui les divise est faite de malentendus, de préjugés, de soupçons, de suppositions gratuites, trop souvent de mépris injustifiés ; et il n’est pas rare que des orthodoxes et des catholiques, qui se sont entretenus de religion à cœur ouvert, ne voient l’inanité des griefs qui les divisent et ne se disent : « Pourquoi ne sommes-nous pas de la même Église ? ».

C’est sous l’influence de ces considérations que s’est établie, à [ajout manuscrit]… S. Pétersbourg…, la confrérie de Notre-Dame de l’Assomption pour l’Union des Églises.

STATUTS
Article premier. – La confrérie de Notre-Dame de l’Assomption pour l’Union des Églises est fondée en vue d’obtenir de Dieu, par la prière et les bonnes œuvres, l’Union des Églises et, en particulier, de l’Église orthodoxe avec l’Église catholique, dans l’unité de la foi et la diversité des rites.

Art. 2. - Pour faire partie de la confrérie il suffit de donner son nom et de réciter chaque jour un Pater, un Ave, un Gloria Patri et la prière suivante : Vers vous, Seigneur, qui avez ainsi prié pour nous : « Qu’ils soient un comme Moi et Vous, Père, nous sommes Un », vers Vous nous crions en disant : Mon Dieu, faites l’unité des esprits dans la vérité et l’union des cœurs dans la charité.

Ad Te, Domine, qui sic orasti pro nobis : « Sint unum sicut Ego et Tu, Pater, unum sumus », ad Te clamamus dicentes : Deus meus, fac sit unitas mentium in veritate et unitas cordium in charitate.

Art. 3. - La Confrérie est placée sous le patronage principal de Notre-Dame de l’Assomption. Elle honore encore comme ses protecteurs spéciaux : saint Michel, les saints Anges, saint Pierre et saint Paul, saint André, saint Nicolas, saint Jean Chrysostome, saint Basile, saint Grégoire de Naziance [sic], les saints Cyrille et Méthode, saint Augustin.

[134v] Art. 4. - Les membres de la Confrérie se réunissent une fois par mois dans la chapelle où elle est érigée, pour y prier en commun et attirer la grâce de Dieu sur l’œuvre de l’Union, et pour entendre une instruction sur les moyens d’y travailler.

Art. 5. - Ils s’efforceront de développer en eux et autour d’eux la véritable piété chrétienne, la vie intérieure, fondée sur la foi et l’amour de Dieu avant tout ; de détruire, par leur action individuelle et par leurs bons exemples, les préjugés qui séparent et d’établir les relations charitables et amicales qui unissent ; de propager l’idée et le désir de l’union entre tous les chrétiens ; de préparer l’union des Églises par l’accord des esprits dans la vérité et par le rapprochement des cœurs dans la charité et les œuvres de bienfaisance ; enfin, d’étudier eux-mêmes quels sont les moyens les plus propres à la réaliser et de communiquer autour d’eux leurs propres lumières.

Art. 6. - La Confrérie pourra susciter des études, organiser des conférences, publier des tracts, brochures, journaux ou revues dans le même but.

Art. 7. - Le Directeur pourra choisir des zélateurs et des zélatrices dont la charge sera d’accroître le nombre des associés et de leur délivrer, avec l’autorisation du Directeur, leur billet d’inscription, en ayant soin d’en dresser la liste pour les faire inscrire sur le registre général.

Art. 8. - Le Directeur formera, avec les zélateurs ou zélatrices qu’il désignera, le Conseil de la Confrérie, lequel se réunira à des dates déterminées pour prendre les mesures utiles au bien et à l’extension de la Confrérie. Le Conseil s’occupera aussi de promouvoir les œuvres et les travaux des associés en vue d’atteindre le but général de la Confrérie.

Art. 9. - La Confrérie a son siège… [ajout manuscrit]… B.[асильевский] O.[стров] [Vasil’evskij Ostrov] rue Donskaïa, no 9…

IMPRIMATUR

Paris, le 28 février 1908
+ Léon-Adolphe [Amette]
archev.[êque] de Paris

Notes

1 L’empire russe intègre alors 3,7 millions de catholiques pour une population totale de 35 millions ; voir Hanna Dylagowa, « La Pologne », dans Histoire du christianisme, t. X : Les défis de la modernité (1750-1840), dir. Bernard Plongeron, Paris, 1997, p. 783. En 1897, la population catholique de l’empire s’élève à 11,5 millions pour un total de 125 millions ; voir Nationalitäten des Russischen Reiches in der Volkszählung von 1897, éd. Henning Bauer, Andreas Kappeler et Brigitte Roth, Stuttgart, 1991, p. 285-323. Dans un contexte historiographique particulièrement dynamique sur les confessions religieuses minoritaires, l’histoire du catholicisme a récemment beaucoup progressé (Paul Werth, Theodore R. Weeks, Marian Radwan, Irena Wodzianowska…).

2 Voir Elena Astafieva, L’empire russe et le monde catholique : entre représentations et pratiques, 1772-1905, thèse de doctorat, École pratique des hautes études, Paris, 2006.

3 Claude Langlois n’hésite pas à parler de « féminisation du clergé » pour évoquer le phénomène congréganiste ; voir C. Langlois, Le catholicisme au féminin : les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, 1984, p. 14.

4 Voir les travaux de Vladislav Rjéoutski, notamment « La colonie française et l’Église catholique de Moscou à la fin du XVIIIe siècle », dans Cahiers du monde russe, t. 41, 2000, p. 615-628.

5 Bulletin paroissial, mars-avril 1912, no 57, cité par Bernard Le Léannec, « La paroisse Saint-Louis-des-Français », dans Église Saint-Louis-des-Français à Moscou, s. l., 1993, p. 14.

6 Une première chapelle, consacrée le 10 mars 1790, est installée au domicile du vice-consul Jean de Bosse. Ce n’est qu’après l’achat d’un bâtiment rue de la « Malen’kaâ Lubânka » qu’une première église est consacrée en mars 1791, avant l’édification de l’église actuelle. Voir V. Rjéoutski, « La colonie française… », p. 616 ; B. Le Léannec, « La paroisse… », p. 11. La réalisation d’une monographie détaillée sur cette paroisse est souhaitable.

7 La construction de l’église (1829-1835) est réalisée grâce à un prêt impérial de 50 000 roubles assignats remboursables sur vingt ans à des conditions avantageuses ; voir ibid., p. 11.

8 AOPF, III, 200-Russie, K : lettre du P. Cuny (Saint-Pétersbourg, 08/20 septembre 1897). Saint-Pétersbourg est au début du XXe siècle une grande ville particulièrement bigarrée, où presque un habitant sur cinq n’est pas de nationalité russe ; voir A. Kappeler, La Russie, empire multiethnique, Paris, 1994, p. 275.

9 AGOP, XI, 22000 : lettre de M. de Montebello au maître général des Dominicains, Andreas Frühwirth (Saint-Pétersbourg, 5 mars 1895).

10 AOPF, III, 200-Russie, K : certificat de MM. A. Hutinet, L. Moser et G. Laugier (membres du comité pour l’érection de l’église) à M… (Saint-Pétersbourg, 4 novembre 1898), chancellerie de l’ambassade de France Saint-Pétersbourg, no 339.

11 Jean-Baptiste Amoudru (1878-1961). Entré dans l’ordre dominicain en 1895, ordonné prêtre en 1901, étudie et enseigne à Jérusalem (1897-1903) puis enseigne la théologie à Ottawa (1903-1907). Il arrive à Saint-Pétersbourg en décembre 1907. Le 14 août 1934, il sera nommé évêque titulaire de Pyrgos et administrateur apostolique de Léningrad, sacré par Mgr Neveu le 30 avril 1935 et expulsé de Russie le 25 août suivant. AOPF, Dossiers de frères, V-A, Amoudru, 01 : lettre du Père P. Duval, archiviste, à Antoine Wenger (Paris, 3 juin 1985).

12 Au début des années 1920, le Père Amoudru apparaît comme le type même du prêtre étranger « qui ne sa [i] t pas la langue du pays » : AFMM, 4.083, copie de lettre de M. Mélanie Rose à Mère générale (Pétrograd, 18 mars 1923). Après cette date, toutefois, la mission du Père Amoudru évolue avec la persécution religieuse. En 1931, le dominicain français dessert neuf églises et se met au service d’une population essentiellement russophone à un moment où seuls deux prêtres catholiques sont en liberté à Léningrad ; voir AOPF, III, 200-Russie, K : lettre d’Amoudru (7 novembre 1931).

13 Auguste Maniglier (1874-1958), entré chez les Assomptionnistes en 1892, il étudie en Turquie et à Jérusalem et est ordonné prêtre en 1899. Il enseigne à Plovdiv (1900-1905) puis travaille en Russie (1905-1920), avant de regagner la France jusqu’à sa mort. Voir Jean-Paul Périer-Muzet, Notices biographiques des religieux de l’Assomption, 1850-2000. Contribution à l’histoire de l’Assomption, 5 t., Rome, 2000, t. III, p. 1997-1998. Sur les Assomptionnistes et la Russie, voir le colloque du centenaire, Les Assomptionnistes et la Russie (1903-2003), actes du colloque d’histoire, Rome 20-22 novembre 2003, éd. Bernard Holzer, Paris, 2005.

14 AA, 2EQ86 : copie du « rapport » de Maniglier à Mgr Kessler « sur la création d’une chapelle française à Odessa » (Odessa, juillet 1910). Ibid., 2EQ80 : pétition de la « colonie catholique française d’Odessa » à « Sa Grandeur Monseigneur l’évêque de Tiraspol » (Odessa, 30 mai 1910). Ibid., 2EQ87 : note de A. Maniglier, « Mission des Augustins de l’Assomption à Odessa (1905-1920) », p. 1 et 3 (15 août 1942).

15 François Paris (1878-1948), désireux de devenir prêtre au moins dès 1906 (il sera finalement ordonné en 1935), collabore avec les Assomptionnistes en Russie, où il travaille dans des entreprises françaises et belges. Rentré en France après la Révolution, il témoigne sur son expérience russe et collabore à l’Œuvre d’Orient. Voir A. Wenger, Rome et Moscou, 1900-1950, Paris, 1987, p. 108 ; Christian Sorrel, dans Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. VIII : La Savoie, Paris/Chambéry, 1996, p. 322-323. Les Archives assomptionnistes indiquent clairement qu’il est à l’origine de l’appel d’un prêtre français dans le Donets (AA, 2EQ74sq, lettre de F. Paris au Père Emmanuel [Bailly], Rutčenko, 17/30 décembre 1906).

16 AA, 2EQ38 : traduction française du procès-verbal (original russe ibid., 2EQ39). Les quatre entreprises sont la Société d’Ekaterinovka-Rykovskij (versement de 55 roubles mensuels), la Société Générale à Makeevka (55 roubles), la Franco-Russe à Hanženkovo (46 roubles), la Russo-Donets à Makeevka (64 roubles).

17 AA, 2EQ 40 : copie russe et traduction française de la lettre de Mgr Kessler à Franclieu (directeur de la Russo-Donets) (Saratov, 25 juillet 1907).

18 Pie Neveu (1877-1946), entré chez les Assomptionnistes en 1895, étudie à Jérusalem et en Bulgarie, ordonné prêtre en 1905. En avril 1926, il est ordonné évêque titulaire (Citrus) par Michel d’Herbigny et exerce les fonctions d’administrateur apostolique de Moscou. Rentré en France à l’été 1936, on lui refusera son visa de retour en Russie. A. Wenger, Rome…, p. 49-52 ; J.- P. Périer-Muzet, Notices biographiques…, t. IV, p. 2243-2244.

19 A. Wenger, Rome…, p. 121-122.

20 Patricia Trottet, La congrégation des sœurs de Saint-Joseph de Chambéry en Russie, 1862-1922, dir. C. Sorrel, 1994, p. 39. Sur cette congrégation, voir Dizionario degli Istituti di perfezione, Rome, 1997, t. VIII, col. 521-571.

21 P. Trottet, La congrégation…, p. 41 (rapport triennal, 1889-1893).

22 Sur les écoles, voir B. Le Léannec, « La paroisse… », p. 12-14.

23 P. Trottet, La congrégation…, p. 70.

24 Ibid., p. 112 ; voir aussi ibid., p. 176-177.

25 Une brochure sur les œuvres françaises à Kiev de 1914 souligne que « les Belges profitent au même titre que les Français des avantages de la Société » (AA, 2EQ33, « Le “foyer français” de Kieff. Rapport du conseil d’administration pour l’exercice 1912-1913 (5e année), Kieff, 1914, 2e de couverture).

26 Ibid., « Le “foyer français”… », p. 1-2.

27 AA, 2EQ86 : copie du « rapport » de Maniglier à Mgr Kessler « sur la création d’une chapelle française à Odessa » (Odessa, juillet 1910). Voir également ibid., 2EQ87 : note d’A. Maniglier, « Mission des Augustins de l’Assomption à Odessa (1905-1920) » (15 août 1942).

28 AA, 2EQ80 : pétition de la « colonie catholique française d’Odessa » à « Sa Grandeur Monseigneur l’Évêque de Tiraspol » (Odessa, 30 mai 1910) (quatre pages de signatures).

29 Ibid.

30 E. Astafieva, « L’Église gréco-catholique et l’État russe à la fin du XVIIIe - début du XXe siècles : la politique impériale de “réunion des uniates” », dans Rivista di Storia del cristianesimo, t. 2, 2005, p. 409-434 ; T. R. Weeks, « The “end” of the Uniate Church in Russia : the Vozsoedinenie of 1875 », dans Jahrbücher für Geschichte Osteuropas, t. 44/1, 1996, p. 28-39.

31 Sophie Olszamowska-Skowrońska, « Pie IX et l’Église catholique en Pologne : la suppression des diocèses catholiques par le gouvernement russe après l’insurrection de 1863-1864 (1866-1869) », dans Antemurale, t. 9, 1965, p. 41-130.

32 Nous nous permettons de renvoyer à L. Pettinaroli, La politique russe du Saint-Siège (1905-1939), thèse, univ. Lyon II, 2008, p. 39-392.

33 Sur ce phénomène, voir, pour la France, C. Langlois, Le catholicisme…

34 Sur Fanny Jaume (1813-1900), voir deux brochures imprimées : Памяти Фанни Жомь [En souvenir de Mme Fanny Jaume], Saint-Pétersbourg, 1901 et Прiютъ Добраго Пастыря/[Asile du Bon Pasteur] (AFMM, 4.079, 13e série/21, no Gal 5223).

35 Памяти Фанни Жомь…, p. 10-13.

36 P. Trottet, La congrégation…, p. 12-24.

37 Ibid., p. 99.

38 AFMM, Fondations en Europe. Notre histoire, t. VI, 1905-1911, p. 715-716.

39 AFMM, 4.079 : lettre du frère Raphaël [Delarbre] à « Chère fille » [Mère Marie Jeanne] (Paris, 27 août 1906), fol. 4-5. Sur cette congrégation, voir Dizionario degli Istituti…, t. IV, col. 348-350.

40 Pour faire entrer de nouvelles religieuses en Russie, la congrégation insiste sur sa capacité à donner « une impulsion catholique […] qui n’aurait en aucune manière un esprit national ou politique » à « ces établissements […] catholiques et polonais » (AFMM, 4.079 : copie de lettre de Marie de la Rédemption à Vladimirov, directeur du département des Cultes du ministère des Affaires intérieures, Saint-Pétersbourg, 07/20 septembre 1908).

41 En avril 1907, sur la recommandation du cardinal Rampolla, la supérieure générale obtient « en quelques minutes » de Vladimirov un accord oral pour une installation de ses religieuses en Russie (AFMM, 4.079 : copie de lettre de M. Marie de la Rédemption à Rampolla, Rome, 15 avril 1907). En juillet 1907, une demande officielle est faite pour des permis de séjour (ibid. : copie de lettre de M. Marie de la Rédemption à Son Excellence, Rome, 9 juillet 1907). L’entrée de ces huit sœurs est acceptée immédiatement (ibid. : copie de l’autorisation du consulat impérial de Russie à Rome, 31 juillet/13 août 1907, no 538).

42 Ibid. : note du début des années 1920. Sur la fusion, voir ibid., 2.083 (notamment « Copie authentique du chapitre général des sœurs franciscaines du Saint-Nom-de-Jésus-et-de-Marie »).

43 Ibid., 4.079 : note, début des années 1920.

44 Kazimierz Skirmunt (1861-1931), prêtre du diocèse de Cracovie, consulteur de la congrégation De propaganda fide (1898) et de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (1904), journaliste. Voir Polski słownik biograficzny, t. XXXVIII, p. 177-178 ; L. Pettinaroli, La politique…, p. 92-96.

45 Félix-Jules Jourdan de la Passardière (1841-1913), oratorien, évêque titulaire de Rosea (1884), effectue plusieurs séjours de prédication en Galicie et se rend en Russie en 1894 et en 1896. Voir Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. XXVIII, Paris, 2002-2003, col. 348-349.

46 ASV, AES III Russia, fasc. 294, pos. 907, fol. 41-42 : Jourdan de la Passardière à Merry del Val, « Notes sur les affaires de l’Église en Russie » (Paris, 28 octobre 1906) ; ibid., fasc. 299, pos. 912, fol. 52.

47 ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1914), fasc. 3, fol. 118-121 : lettre d’O’Rourke (Dunabourg, 29 janvier 1914).

48 L. Lescœur, L’Église catholique en Pologne sous le gouvernement russe depuis le premier partage jusqu’à nos jours (1772-1875), Paris, 1876, p. 312-412.

49 Leroy-Beaulieu n’hésite pas à citer certaines anecdotes sanglantes : « Un de mes amis, un Russe orthodoxe, a vu une femme briser la tête de son nouveau-né contre un mur plutôt que de le laisser baptiser par le pope » (L’empire des tsars et les Russes. Le pays et les habitants. Les institutions. La religion, Paris, 1990 (1re éd. 1881-1889), p. 1317).

50 Gérard van Caloen (1853-1932) : bénédictin belge, passionné des questions orientales, également chargé d’une réforme de son ordre au Brésil. Voir « Un précurseur du mouvement actuel pour l’union : monseigneur van Caloen », dans Irénikon, t. 9/2, 3 avril 1932, p. 129-151 ; ACDF, S.O., R.V. 119/11, 1911, no 14.

51 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, no 1126, 1909, Sacra congregazione degli AES, Russia : condizione dei cattolici di rito greco-russo (juillet 1909), p. 31 et 45 ; ibid., no 1154, 1911, verbale 5, février 1911, p. 2-3. Jean Bois (1875 - après 1953), arrivé en Russie en 1905, quitte la congrégation à l’été 1912. Auteur de plusieurs contributions dans les Échos d’Orient et la Revue d’histoire ecclésiastique. Voir A. Wenger, Rome…, p. 83-86.

52 Albert-Marie Libercier (1841-1928), dominicain depuis 1863, curé de Saint-Louis de 1901 à 1911 (Ambrosius K. Eszer, « Ekaterina Sienskaja (Anna I.) Abrikosova und die Gemeinschaft der Schwestern des III. Ordens vom heiligen Dominikus zu Moskau », dans Archivum Fratrum Praedicatorum, t. 40, 1970, n. 27, p. 289).

53 AGOP, XIII, 91050 : note de Libercier (Moscou, 02/15 avril 1912). Voir A. K. Eszer, « Ekaterina… », p. 277-373; P. Parfent’ev, Anna Abrikosova, Milan, 2004.

54 L’historiographie a mis en valeur le rôle joué par certains intellectuels, au mode de vie cosmopolite, dans la diffusion, par-delà les frontières linguistiques et étatiques, de concepts et d’approches. Voir notamment Christophe Charle, Les intellectuels en Europe au XIXe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, 1996.

55 Le manifeste du 22 juillet 1763 « interdit aux prêtres catholiques de convertir à la foi romaine les chrétiens de l’empire russe ». L’oukase du 15 juillet 1848 interdit même la langue russe aux membres des clergés de confessions.

56 James T. Flynn, « The role of the Jesuits in the politics of russian education, 1801-1820 », dans The Catholic Historical Review, t. 56/2, 1970, p. 249-265; Sabina Pavone Taviani, « Accademia di Polock, collegi gesuiti e riforme statali in Russia all’inizio del XIX secolo », dans Orientalia christiana periodica, t. 61, 1995, p. 163-194.

57 Photographie dans C. Sorrel, Des Savoyardes dans les prisons de Lénine. Le drame russe de la congrégation de Saint-Joseph de Chambéry, Chambéry, 2003, p. 13.

58 P. Trottet, La congrégation…, p. 59-60.

59 Stefano Maria Capilupi, « La missione di François Marie Gaillard nella Russia ortodossa del primo ventennio del xx secolo : caratteristiche e limiti della prospettiva unionistica. Con una appendice di testi inediti », dans Archivum historicum Societatis Iesu, t. 72/143, 2003, p. 127-194 ; F. M. Gaillard, « Ma mission en Russie (décembre 1908 - septembre 1911) », dans Lettres de Vals, t. 4, 1932, p. 173-331.

60 S. M. Capilupi, « La missione… », p. 140.

61 Joannès Thibaut (1872-1938), entré en 1891 à l’Assomption, étudie en Orient et est ordonné en 1900. Enseignant dans l’empire ottoman, collaborateur des Échos d’Orient, aumônier à Odessa (1907-1911), il travaille à Saint-Pétersbourg (1911-1914), avant de rentrer en France. Voir J.- P. Périer-Muzet, Notices…, t. V, p. 2989-2990 ; A. Wenger, Rome…, p. 54-56. J. Thibaut publie dès 1901 « Étude de musique byzantine : la notation de Koukouzélès », dans Известия Русского археологического института в Константинополе, t. 6/2-3, 1901.

62 J.-B. Thibaut, Monuments de la notation ekphonétique et hagiopolite de l’Église grecque : exposé documentaire des manuscrits de Jérusalem du Sinai et de l’Athos, conservés à la bibliothèque impériale de Saint-Pétersbourg, Saint-Pétersbourg, 1913.

63 Vladimir Frolov, « Assomptionnistes en Russie et Russes catholiques : correspondance et biographies », dans Les Assomptionnistes…, p. 39. Sur les expulsions de religieux en 1911-1913, voir L. Pettinaroli, La politique…, p. 348-351.

64 Sur la diffusion de la dévotion à Thérèse, voir Antoinette Guise, Thérèse de Lisieux et ses miracles. Recompositions du surnaturel (1898-1928), thèse de doctorat, Chambéry, 2006, p. 237-252.

65 ACL, Correspondance Russie, Jules Calbet : lettre de Jules Calbet (30 novembre 1913).

66 Ibid., Mme Tillet : lettre de Mme Tillet, en tête « École réale S. Philippe Néri » (Moscou, 13/26 décembre 1913).

67 Ibid., Neveu : lettre de Neveu (Makiéevka, 28 février 1912).

68 Ibid., O’Rourke (Édouard) : lettre d’O’Rourke (Saint-Pétersbourg, 2 avril 1914).

69 Ibid., Mlle Sophie Popoff : lettre de Sophie Popoff (Russie-Kieff, 3 mars 1910).

70 ACL, Russe trad-4, Russe trad-2.

71 Ibid., Russe trad-3 et Russe trad-4.

72 L. Pettinaroli, La politique…, p. 1052-1059.

73 Au sein de la famille Rostopchine (Rostopčin), Ekaterina (1775-1859, conversion entre 1806 et 1810) et sa fille Sophie (1799-1874, conversion vers 1814, épouse du comte de Ségur) passent au catholicisme sous l’influence de l’abbé Adrien Surrugues, alors curé de Saint-Louis et voisin de la demeure familiale à Moscou. Voir Daniel Schlafly, « De Joseph de Maistre à la “Bibliothèque rose” : le catholicisme chez les Rostopčin », dans Cahiers du monde russe et soviétique, t. 11/1, 1970, p. 93-109.

74 Katia Dimitrieva, « Les conversions au catholicisme en Russie au XIXe siècle : ruptures historiques et culturelles », dans Revue des études slaves, t. 67/2-3, 1995, p. 311-336. Voir également Marie-Joseph Rouët de Journel, Une Russe catholique : madame Swetchine, Paris, 1929 ; Robert Danieluk, “Œcuménisme au XIXe siècle. Jésuites russes et union des Églises d’après les archives romaines de la Compagnie de Jésus, Rome, 2009, notamment p. 51-53.

75 Lucian Suchanek, « Les catholiques russes et les pro-catholiques en Russie dans la première moitié du XIXe siècle », dans Cahiers du monde russe et soviétique, t. 29/3-4, 1988, p. 371.

76 Е. Н. Шимбаева, Русский католицизм : забытое прошлое российского либерализма, Moscou, 1999.

77 P. Werth, « Трудный путь к католицизму. Вероисповедная принадлежность и гражданское состояние после 1905 г. », dans Metrastis : Lietuviu Kataliku Mokslo Akademija [Yearbook of Lithuanian Catholic Academy of Sciences], t. 26, 2005, p. 447-474.

78 V. S. Soloviev, La Russie et l’Église universelle, Paris, 1889 ; Régis Ladous, Monsieur Portal et les siens : 1855-1926, Paris, 1985.

79 M. d’Herbigny, Un Newman russe, Vladimir Soloviev, 1853-1900, Paris, 1911.

80 Id., Assurons aux Russes des prêtres catholiques russes, Paris, 1920, p. 8.

81 Kathy Rousselet, « Le Père Emmanuel d’Alzon et la Russie », dans Les Assomptionnistes…, p. 63-82.

82 G. Morel, « La question religieuse en Russie », 5e partie : « L’état présent de l’Église russe », dans L’univers, 22 avril 1905, p. 1.

83 Joseph Wilbois, « L’abbé Morel et la Russie », dans Jean Calvet, L’abbé Gustave Morel, professeur à l’Institut catholique de Paris, Paris, 1907, p. 231-301 ; Georges Goyau, « L’abbé Gustave Morel », dans Revue catholique des Églises, t. 4/6, juin 1907, p. 321-344.

84 Il décrit la fête de la Vierge de Smolensk. M [Morel], « Correspondance-Russie », dans Revue catholique des Églises, t. 1/10, déc. 1904, p. 608-615.

85 G. Morel, « La théologie de Khomiakov », dans Revue catholique des Églises, t. 1/2, fév. 1904, p. 58-65.

86 Il répondait à qui lui demandait ce qu’il venait faire en Russie : « je suis venu m’édifier ; je sais que vous avez un sentiment religieux très profond, je viens me réchauffer près de vous » ; voir J. Calvet, Mes souvenirs sur monsieur Portal, conférence citée dans R. Ladous, Monsieur Portal…, p. 214.

87 J. Calvet, L’abbé Gustave Morel…, p. 284-285.

88 G. Morel, « La question religieuse en Russie », dans L’univers, 12 mars 1905, 27 mars 1905, 4 avril 1905, 17 avril 1905, 22 avril 1905, 21 mai 1905.

89 On ne peut que souhaiter le rapide classement des dossiers rapatriés de Saint-Pétersbourg au Centre des archives diplomatiques de Nantes.

90 Notamment История римско-католической церкви в Российской империи (XVIII-XX вв.) в документах Российского государственного исторического архива/Historia Kościoła Rzymskokatolickiego w Imperium Rosyjskim (XVIII-XX w.) w dokumentach Rosyjskiego Państwowego Archiwum Historicznego, Varsovie/Saint-Pétersbourg, 1999 ; M. Radwan, Kośćiół katolicki w archiwach departamentu wyznań obcych rosyjskiego MSW : repertorium, Lublin, 2001.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : carton d’invitation pour l’inauguration de l’église Notre-Dame de France à Saint-Pétersbourg, 1909. Bibliothèque du Saulchoir, archives de la province dominicaine de France. Cliché Laura Pettinaroli.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1277/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 2 : image de piété de la confrérie de Notre-Dame de l’Assomption pour l’Union des Églises, Paris, 1908. ASV, Fondo Benigni 9, fol. 133-134.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1277/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

Auteur

Centre national de la recherche scientifique / École française de Rome

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540