Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Deuxième partie. La communauté française en Russie au XIXe siècle : émigrés et voyageurs

Attachés militaires et officiers en mission en Russie

Le regard des militaires français sur la Russie à la fin du règne de Nicolas Ier

Взгляд французских военнослужащих на Россию конца правления Николая I

Frédéric Guelton

Résumé

« La Russie est dans le ciel, le tsar dans le sanctuaire, l’église dans la caserne, l’aumônier sous le drapeau, le soldat tout autour et le peuple au milieu » (cité par le capitaine de Laisle, état-major général, Mission militaire en Russie, 6 décembre 1875, Service historique de la défense, DAT, 7N 1468).
Les archives militaires françaises forment un ensemble sui generis remarquable pour quiconque s’intéresse à l’histoire des relations entre la France et la Russie. Celles consacrées à la période qui s’étend de la guerre de Crimée aux débuts de la première guerre mondiale présentent un intérêt particulier en raison de leur volume global et de leur caractère spécifique, tous deux liés à cet événement majeur des relations internationales de la fin du XIXe siècle que fut la signature d’une convention militaire entre les deux pays généralement connue et présentée sous le vocable simplificateur mais évocateur d’« l’alliance franco-russe ». L’évolution générale des relations extérieures de la France et de la Russie, depuis le temps des premiers contacts réalisés sous le Second Empire jusqu’à la signature de la convention et à la naissance de l’Alliance font passer les deux États de la posture d’ennemis mortels à celle d’alliés indéfectibles. Cette période faste des relations franco-russes survit, dans des conditions dramatiques, à la Grande Guerre, jusqu’à ce que la tourmente révolutionnaire emporte l’empire russe. Elle connaît son épilogue au début des années vingt alors que des militaires français continuent de combattre aux côtés des armées blanches contre les forces bolcheviques et que la France accueille sur son sol une partie de la première émigration russe contrainte de fuir sa terre natale.
Cet ensemble historique long de plus de soixante années est rythmé par des moments particuliers qui en représentent autant de chapitres à la fois distincts et successifs. Parmi eux, la décennie 1870-1880 forme un tout cohérent d’un point de vue militaire. Dans les deux pays, le souvenir de la guerre de Crimée s’éloigne tout comme s’estompent les prises de positions antagonistes adoptées lors du soulèvement polonais de 1863. En France, les conséquences dramatiques de la défaite face à la Prusse en 1870-1871 accaparent les esprits. Les militaires français qui, dix ans auparavant, n’hésitaient pas à railler l’armée russe, observent dorénavant avec intérêt la réforme militaire engagée par Milûtin. Ses spécificités intriguent d’autant plus que certaines sont décrites comme d’inspiration allemande. En les analysant, les Français cherchent à comprendre leur défaite récente, à trouver des modèles nouveaux applicables afin de réformer leur armée, enfin à estimer la valeur d’une armée dont chacun sent confusément qu’elle pourrait devenir le bras armé du fameux allié de revers dont la France cherche toujours à disposer dans l’Est européen, depuis au moins le règne de François Ier.
Les archives militaires rendent bien compte, dans leur ensemble, de cette situation nouvelle et changeante. Celles des seuls attachés militaires et des officiers en mission projettent sur elle l’éclairage cru, direct et précis de celui qui se rend en Russie pour voir, pour comprendre et pour informer Paris. Elles peuvent, à première vue, paraître quantitativement limitées avec environ une centaine de cartons d’archives sur la période 1860-1914. Elles le sont beaucoup moins lorsqu’on les compare aux archives de même nature consacrées à la Grande-Bretagne (environ cent dix cartons), à l’empire austro-hongrois (moins d’une trentaine de cartons) et surtout à l’Allemagne (à peine plus d’une vingtaine de cartons). Les Français que l’on découvre à travers ces archives dont ils sont les producteurs sont, de facto, parmi les rares observateurs militaires directs de l’armée et de la société russes dans leur ensemble. Ils sont représentés par douze attachés militaires et environ soixante-dix officiers missionnaires, ce qui est, à l’époque, exceptionnel, même si, au moment, le nombre des Français qui séjournent Russie doit se situer entre 8 000 et 9 000 si l’on prend comme base le chiffre de 9 500 issu du recensement russe de 1897. Les résultats de leurs observations contredisent régulièrement les apports d’une historiographie connue, historiquement marquée et souvent politiquement contrainte par la vie politique du continent européen au XXe siècle. Ils proposent aux chercheurs d’entreprendre une nouvelle réflexion méthodologique et méthodique sur la Russie de cette période, qui demeure en définitive insuffisamment connue dans sa réalité historique. Ils poussent également à envisager un examen nouveau de cette armée russe telle que la découvrent les Français et d’en dresser, avec l’aide des sources de première main disponibles en France et en Russie, un tableau nouveau, plus complexe et plus complet que ce qui est généralement connu, afin de mieux rendre compte et de mieux comprendre l’histoire militaire franco-russe au temps de l’alliance éponyme.

Французские военные архивы представляют собой комплекс sui generis, примечательный для любого исследователя, интересующегося историей отношений России и Франции. Особый интерес представляют архивы, относящиеся к периоду между Крымской войной и началом Первой мировой войны. Это связано с главным событием в истории международных отношений конца XIX в. - подписанием военного соглашения между двумя странами, известного, как правило, под выразительным названием Франко-русского альянса. Развитие отношений Франции и России с первых контактов периода Второй империи и до подписания этого соглашения, ознаменовавшего рождение «альянса», перевело оба государства с позиции смертельных врагов на положение верных союзников. Несмотря на драматические события Первой мировой войны, этот счастливый период франко-русских отношений просуществовал вплоть до того, как революционный шквал захватил Российскую империю. Его эпилог приходится на начало 1920 гг., когда французские военнослужащие еще сражались плечом к плечу с войсками Белой армии против большевиков, а Франция приютила на своей земле часть первой волны русской эмиграции, вынужденной покинуть Родину.
Рассматриваемый исторический период охватывает более чем 60 лет, различные события отмечают его вехи и выделяют отдельные этапы. С точки зрения военной истории, 1870-1880 гг. представляют собой целостный период. В это время в обеих странах воспоминания о Крымской войне, равно как и враждебные политические позиции, занятные во время польского восстания 1863 г. постепенно сходят на нет. Во Франции драматические последствия поражения в войне с Пруссией в 1870-1871 гг. будоражат умы: французские военные, которые еще всего лишь 10 лет назад без какого-либо стеснения высмеивали русскую армию, отныне обращают свое внимание на военную реформу Д. А. Милютина. Такой интерес вызван особенно тем фактом, что некоторые ее особенности были представлены как результат немецкого влияния. Анализируя эту реформу, французы стремятся понять причины своего недавнего поражения и найти модель для реформы собственной армии. Это способствовало достойной оценке заслуг армии, которая, как смутно ощущалось, могла бы стать военным стержнем знаменитого союзника в Восточной Европе, которого Франция рассчитывала заполучить еще со времен правления Франциска I.
Комплекс военных архивов полностью характеризует сложившуюся ситуацию. В документах офицеров и военных атташе ясно выражена точка зрения тех, кто был направлен в Россию с различными миссиями, для того чтобы оценить обстановку и информировать Париж. На первый взгляд, эти документы могут показаться довольно малочисленными: они представляют всего около сотни картонных коробок с архивами за период 1860-1914 гг. Тем не менее, их численность представляется более значимой при сравнении с подобными архивами, касающимися отношений Франции с Великобританией (около 110 картонных коробок), Австро-Венгерской Империей (менее 30 коробок) и, в особенности, с Германией (немногим более 20 коробок). На страницах этих документов мы встречаем имена их создателей - тех самых немногочисленных французских военных, наблюдавших русскую армию и русское общество. Речь идет о 12 военных атташе и около 70 офицеров, исполнявших различные поручения в России: цифры уже по тем временам исключительные, учитывая, что число французских граждан, проживавших в России на тот момент, колеблется от 8 до 9 тыс. (если принимать за основу цифру 9500, обозначенную в российской переписи 1897 г.) Наблюдения этих военных во многом противоречат официальной историографии с ее историческими клише и определенной политической скованностью как результата политического взгляда, сложившегося в Европе в XX в. Эти наблюдения предлагают исследователям новые направления в методологическом анализе применительно к России рассматриваемого периода, историческая реальность которой, в конечном счете, остается еще недостаточно известной для Европы. Также в документах представлен новый взгляд на русскую армию, такую, какой ее открывают для себя французы. С помощью этих и других первоисточников, находящихся во Франции и России представляется возможным сформировать новое более целостное видение, необходимое для лучшего понимания франко-русских военных отношений времен Альянса.

Note de l’éditeur

SHD : Service historique de la Défense.

Texte intégral

Je remercie M. Emmanuel Pénicaut, conservateur au département de l’armée de terre du Service historique de la Défense pour l’aide précieuse apportée à l’élaboration de cet article.

  • 1 Cité par le capitaine de Laisle, état-major général du ministre, 2e bureau, Mission militaire en R (...)

La Russie est dans le ciel, le tsar dans le sanctuaire, l’église dans la caserne, l’aumônier sous le drapeau, le soldat tout autour et le peuple au milieu1.

  • 2 La convention militaire est signée le 18 août 1892. Elle est ratifiée à Saint-Pétersbourg le 27 dé (...)

1Les archives militaires françaises forment un ensemble sui generis remarquable pour quiconque s’intéresse à l’histoire des relations entre la France et la Russie. Celles consacrées à la période qui s’étend de la guerre de Crimée aux débuts de la première guerre mondiale présentent un intérêt particulier en raison de leur volume global et de leur caractère spécifique, tous deux liés à cet événement majeur des relations internationales de la fin du XIXe siècle que fut la signature d’une convention militaire entre les deux pays généralement connue et présentée sous le vocable simplificateur mais évocateur de l’Alliance franco-russe2. L’évolution générale des relations extérieures de la France et de la Russie, depuis le temps des premiers contacts réalisés sous le Second Empire jusqu’à la signature de la convention et la naissance de l’Alliance font passer les deux États de la posture d’ennemis mortels à celle d’alliés indéfectibles. Cette période faste des relations franco-russes survit, dans des conditions dramatiques, à la Grande Guerre, jusqu’à ce que la tourmente révolutionnaire emporte l’empire russe. Elle connaît son épilogue au début des années vingt, alors que des militaires français continuent de combattre aux côtés des armées blanches contre les forces bolcheviques et que la France accueille sur son sol une partie de la première émigration russe contrainte de fuir sa terre natale.

2Cet ensemble historique long de plus de soixante années est rythmé par des moments particuliers qui en représentent autant de chapitres, à la fois distincts et successifs. Parmi eux, la décennie 1870-1880 forme un tout cohérent d’un point de vue militaire.

  • 3 Lors de ce soulèvement, Napoléon III qui avait entrepris de se rapprocher de la Russie – comme le (...)
  • 4 Milûtin réforme complètement le système militaire russe en s’inspirant grandement du modèle prussi (...)

3Dans les deux pays, le souvenir de la guerre de Crimée s’éloigne tout comme s’estompent les prises de positions antagonistes adoptées lors du soulèvement polonais de 18633. En France, les conséquences dramatiques de la défaite face à la Prusse en 1870-1871 accaparent les esprits. Les militaires français qui, dix ans auparavant, n’hésitaient pas à railler l’armée russe, observent dorénavant avec intérêt la réforme militaire engagée par Milûtin (Milioutine)4. Ses spécificités intriguent d’autant plus que certaines sont décrites comme d’inspiration allemande. En les analysant, les Français cherchent à comprendre leur défaite récente, à trouver des modèles nouveaux applicables afin de réformer leur armée, enfin à estimer la valeur d’une armée dont chacun sent confusément qu’elle pourrait devenir le bras armé du fameux allié de revers dont la France cherche toujours à disposer dans l’Est européen depuis au moins le règne de François Ier.

I. — Une approche des archives militaires françaises au temps de la Convention militaire franco-russe

  • 5 Ce chiffre doit néanmoins être utilisé avec précaution car l’Allemagne est par ailleurs omniprésen (...)
  • 6 Au cours de la même période, la France envoie successivement dix attachés militaires à Londres, qu (...)
  • 7 Le dénombrement précis reste à faire.
  • 8 Même si, à l’époque, le nombre des Français qui séjournent Russie doit se situer entre 8000 et 900 (...)

4Les archives militaires rendent bien compte, dans leur ensemble, de cette situation nouvelle et changeante. Celles des seuls attachés militaires et des officiers en mission projettent sur elle l’éclairage cru, direct et précis de celui qui se rend en Russie pour voir, pour comprendre et pour informer Paris. Elles peuvent, à première vue, paraître quantitativement limitées avec environ une centaine de cartons d’archives sur la période 1860-1914. Elles le sont beaucoup moins lorsqu’on les compare aux archives de même nature consacrées à la Grande-Bretagne (environ cent dix cartons), à l’empire austro-hongrois (moins d’une trentaine de cartons) et surtout à l’Allemagne (à peine plus d’une vingtaine de cartons5). Les Français que l’on découvre à travers ces archives, dont ils sont les producteurs, sont, de facto, parmi les rares observateurs militaires directs de l’armée et de la société russes dans leur ensemble. Ils sont représentés par douze attachés militaires6 et environ soixante-dix officiers missionnaires7, ce qui est, à l’époque, exceptionnel8.

II. — Attachés militaires et officiers en mission

  • 9 Le capitaine de Laisle fait explicitement référence aux consignes reçues lorsqu’il écrit dans l’in (...)

5Les rapports et autres comptes rendus adressés à Paris par les attachés militaires et les officiers en mission sont d’autant plus intéressants et utiles pour les historiens qu’ils se conforment à des schémas préétablis connus. Tous doivent répondre explicitement à des questions posées par le 2e bureau de l’état-major de l’armée (EMA) faisant ainsi, chacun en ce qui le concerne, du renseignement à partir de sources normalement « ouvertes », mais aussi, parfois, « fermées »9.

6Dans leurs rapports, les attachés militaires fournissent à l’état-major de l’armée et au ministère de la Guerre une vision large de l’empire russe, à travers et au-delà de son armée.

7Participant, en premier lieu, à la vie diplomatique et mondaine de la capitale russe, les attachés militaires nous renseignent sur son fonctionnement politique, ses rites, ses codes et ses usages. Ce faisant ils remplissent une mission de renseignement « ouvert » en cherchant à identifier les Russes favorables à la France, tout comme ceux qui lui sont opposés. Ils remplissent, en second lieu, des missions d’intérêt militaire à travers l’empire, en accompagnant les états-majors impériaux lors des campagnes militaires, ou en assistant, plus modestement, aux grandes manœuvres de l’armée russe. Ils disposent enfin d’une grande marge d’initiative qui leur permet, au-delà des attentes exprimées par le 2e bureau, d’adresser à Paris les impressions ou les réflexions personnelles, fussent-elles parfois loufoques, que leur inspirent telle ou telle personnalité, telle ou telle rencontre ou visite et qui permettent de modeler une représentation imagée, plus vivante et plus humaine d’une réalité russe qui demeure encore très étrangère aux militaires français de l’époque.

8Les officiers en mission réalisent quant à eux de véritables coupes stratigraphiques qui plongent les lecteurs de leurs rapports au plus profond de la société militaire russe et permettent d’en apprécier toutes les nuances (voir fig. 1). Certains sont chargés de décrire avec précision l’organisation et le fonctionnement de l’infanterie, de la cavalerie, de l’artillerie ou encore de ce « monde cosaque » qui fascine. D’autres s’intéressent aux règlements, à l’instruction de la troupe ou à la formation des officiers. D’autres enfin s’efforcent d’évaluer la capacité opérationnelle et la valeur réelle de l’armée russe en assistant ou en participant aux exercices et aux manœuvres grandes et petites, etc.

Figure 1 : deux morceaux de tissus prélevés par le capitaine de Laisle sur des uniformes russes, 1875. SHD – Terre 7N1481.

  • 10 Capitaine de Laisle, Mission militaire en Russie…
  • 11 Lieutenant-colonel Négrier, état-major général du ministre, 2e bureau, Mission militaire en Russie (...)
  • 12 Voir ici principalement parmi les documents réalisés par le lieutenant-colonel de Boisdeffre, les (...)

9Tous fournissent des informations dont la précision permet de constituer un panorama qui, dépassant leur objet strict, tend vers la généralité, ce qui concourt largement à proposer, à Paris, une vision à la fois spécifique et large de l’empire russe. Les rapports réalisés par deux officiers en mission, le capitaine de Laisle10 en 1875, puis le lieutenant-colonel Négrier11 en 1876, nous fournissent un exemple type de l’approche stratigraphique. Ceux du lieutenant-colonel de Boisdeffre12, premier attaché militaire près l’ambassade de France à Saint-Pétersbourg au cours de la même décennie, répondent davantage à la première approche, précédemment évoquée (voir fig. 2). L’étude croisée des écrits, des rapports ou des comptes rendus de ces trois officiers forme la structure centrale du texte qui suit. Elle permet d’évoquer le climat général dans lequel travaillent ces officiers français, et de mettre en évidence les impressions personnelles qu’ils retirent de leur découverte de l’armée russe. Elle participe ensuite à l’élaboration d’une certaine idée de la Russie impériale constituée à travers le prisme spécifique de sa société militaire. Elle propose enfin une description de la Russie militaire d’une précision et d’une qualité étonnantes.

Figure 2 : voyage du lieutenant-colonel de Boisdeffre, 1er attaché militaire près l’ambassade de France, 1881. SHD – Terre.

III. — Climat général et impressions personnelles

10Les réflexions concernant la politique internationale sont absentes des rapports étudiés. Dans la « Grande muette » naissante, les préoccupations des militaires français sont ailleurs. Cherchant à comprendre l’armée russe et à la positionner sur un échiquier européen dominé par la Grande-Bretagne et le Reich allemand, les comparaisons vont bon train. Pour le capitaine de Laisle, qui s’intéresse particulièrement à la cavalerie russe, cette dernière ne doit-elle pas être allégoriquement « […] pour la Russie ce que la marine est pour l’Angleterre » ?

11Vivant dans un milieu international où chacun s’observe, se jauge et s’épie, les militaires français cherchent à gagner l’estime des Russes non pas tant pour être appréciés d’eux mais afin de se montrer, de faire des envieux voire des jaloux parmi les autres attachés militaires, surtout s’ils sont allemands ou autrichiens. Ce que réussit à faire le capitaine de Laisle :

Le grand duc [Nicolas], écrit-il, à proprement parler ne nous disait pas bonjour, il nous hélait gaillardement, ou bien un geste amical accompagnait son gai et franc sourire. S’il nous parlait, c’était d’une voix haute et cordiale et l’entretien se terminait toujours sur un mot aimable et plaisant. Ce traitement sympathique en public, sans affection, nous a donné la place que nous devions ambitionner au milieu des délégations étrangères. [voir fig. 3]

12Les officiers français cherchent également à comprendre la Russie et à découvrir les tendances intellectuelles de ses dirigeants. Cela confère à leurs rapports une dimension humaine originale, parfois précise, intelligente et prophétique, parfois farfelue ou impertinente comme cette description du futur empereur Alexandre due à la plume du lieutenant-colonel Négrier en 1876 :

le césarévitch n’est pas militaire. Grand, très gros et gras, il est très lourd, ne monte que des chevaux de petite taille pour n’avoir pas de difficulté à se mettre en selle […] ; allant toujours au pas, il met fréquemment pied à terre et se couche assez souvent… ! [voir fig. 4, ci-après]

13Notons ici que, dans la suite de son rapport, Négrier fournit une description précise et sans emphase des différents cercles du pouvoir impérial, émettant des jugements tranchés sur les hommes d’influence qui entourent le futur empereur et qui ne peuvent en conséquence laisser indifférent leurs lecteurs parisiens.

Figure 3 : le grand-duc Nicolas en tenue de ville avec épaulettes, portant les insignes d’aide de camp général de l’empereur et la croix de Saint-Georges, 1875. SHD – Terre 7N1481.

IV. — La Russie impériale à travers le prisme de la société militaire

  • 13 Ce choix présente un intérêt particulier car il nous renseigne à la fois sur l’armée et la société (...)

14Les représentations contemporaines de la Russie impériale ont souvent été construites alors que les historiographies bolchevique puis soviétique dominaient sans contestation possible. Leur omnipotence dépassait largement, en termes d’influence, les frontières de l’Union soviétique ne serait-ce que parce qu’elle rendait tout accès aux sources primaires « presque » impossible. Elles proposaient une image unique de la Russie, marquée par une entrée décalée et archaïque dans l’ère industrielle, caractérisée par l’oppression du pouvoir impérial et l’exploitation d’un monde ouvrier en cours de constitution. Les rap ports établis par les officiers français décrivent un monde différent qui mérite d’autant plus d’attention qu’il est éloigné des descriptions généralement véhiculées. Ces descriptions imposent à l’historien de s’interroger. Les rapports sont-ils fiables et sont-ils constants dans leur contenu de 1872 à 1914 ? Les officiers qui les rédigent sont-ils unanimement et excessivement russophiles ou s’efforcent-ils de décrire objectivement ce qu’ils voient ? Voient-ils tout, presque tout ou sont-ils orientés, guidés voire strictement encadrés lors de leurs visites ? Ces questions méritent d’être posées et étudiées à travers un dépouillement systématique des archives qui n’a, jusqu’à présent et à notre connaissance, pas été réalisé. Notons simplement que les officiers travaillent pour l’état-major français, et en priorité pour le 2e bureau. Ce qui induit normalement dans leur activité la recherche d’une approche descriptive et analytique exempte de toute interprétation des faits, sauf si cela est explicitement demandé ou annoncé. C’est pourquoi leur travail peut être considéré comme une source de première main, fiable et pertinente, qui apparaît comme un apport nouveau et important à la connaissance de la Russie du dernier quart du XIXe siècle. Cette contribution peut être observée sous de nombreux angles. Nous en avons choisi deux qui semblent retenir l’attention des militaires français : les usines d’armement et les structures hospitalières militaires13.

Figure 4 : le grand-duc héritier (futur Alexandre III), en tenue d’ataman général des cosaques, 1875. SHD – Terre 7N1481.

V. — L’usine russe : le cas de la manufacture d’armes de Toula

  • 14 Villes qui abritent, à l’époque, les principales et les plus anciennes manufactures d’armes de Fra (...)
  • 15 Lieutenant-colonel de Boisdeffre, Notes et observations…
  • 16 Revolvers, fusils, carabines et armes blanches pour l’essentiel.
  • 17 Il remarque avec une prescience dont il ignore la portée que la cartoucherie de Toula est fondamen (...)
  • 18 La construction en fut achevée en 1874.

15Arrivant à Toula, le lieutenant-colonel de Boisdeffre commence par décrire, comme l’imposent les consignes permanentes du 2e bureau, la ville et son environnement. Il les caractérise avec précision en termes géographiques, économiques, démographiques, militaires, etc. Rappelant que Toula est avant tout une gigantesque manufacture d’armes depuis le règne de Pierre le Grand, il la compare volontiers à « Châtellerault ou Saint-Étienne »14, précisant qu’elle compte « 60 000 habitants dont 20 000 ouvriers »15 et abrite deux cents manufactures de toutes tailles dont une grande cartoucherie et la plus importante manufacture d’armes légères de Russie16. Puis, après avoir rappelé que la cartoucherie de Toula complète intelligemment celles déjà installées à Saint-Pétersbourg, Boisdeffre entreprend de relater sa visite de la grande manufacture d’État de Toula17. Que remarque-t-il d’essentiel et parfois de surprenant dans ce qu’il présente comme une des manufactures d’armes les plus modernes d’Europe18 ?

  • 19 Lieutenant-colonel de Boisdeffre, Notes et observations…
  • 20 Ibid.

16Il note tout d’abord que les officiers d’artillerie qui la conçurent eurent la sagesse de visiter, au préalable, « avec le plus grand soin » et afin de s’en inspirer, « tous les établissements similaires du continent ». Puis il s’intéresse successivement aux conditions techniques de fabrication des armes et aux capacités de production de la manufacture. Il décrit les différentes sources d’énergie utilisées, détaille les types et le nombre de machines outils déployées dans les ateliers, prend le temps de préciser, entre autres, que l’usine possède soixante « rayeuses » capables de réaliser ensemble soixante canons de fusil à l’heure, et ajoute que parmi ces machines : « il y en a sept américaines, mais dont on est fort peu satisfait, et qu’on n’utilise pas, les autres étant anglaises […] et belges… »19. Il évalue la production de la manufacture à 150 000 fusils par an, avec la possibilité, annoncée par son directeur, de pousser jusqu’à « 300 000 en travaillant les 24 heures consécutives avec 3 équipes de 8 heures chacune »20.

  • 21 Quatorze pages manuscrites.
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid., les impressions que retire le lieutenant-colonel de Boisdeffre, peu après, de sa visite de (...)
  • 24 Ibid.

17Passés les longs développements techniques21, qui traduisent autant l’intérêt porté par l’auteur que les attentes de Paris, Boisdeffre se penche sur les conditions de travail des ouvriers russes. Il note la présence d’infirmeries au cœur de la manufacture qui dispensent tous les soins médicaux nécessaires aux ouvriers et à leurs familles, l’existence d’une « école-maison » qui assure la formation professionnelle de ses propres contremaîtres dans l’enceinte de la fabrique et remarque, dans un style empreint d’admiration, « l’irréprochable propreté » des ateliers et la présence, dans certains, « de ventilateurs disposés pour aspirer les poussières, aussi l’état de santé des ouvriers est-il très satisfaisant »22. Comparant ensuite, d’après les informations qui lui sont fournies, le sort des ouvriers d’État à celui des ouvriers du secteur privé, il note que tous travaillent douze heures par jour mais que la situation des premiers est « meilleure » que celle des seconds23. Il découvre enfin avec surprise et intérêt, l’existence d’un musée qui conserve tous les modèles d’armes produites par la manufacture ainsi que « les principaux modèles d’armes en usage en Europe »24.

  • 25 Nous avons ici respecté la translittération utilisée à l’époque par les auteurs des rapports cités (...)
  • 26 La nature des propos du général Pistouieff comme le ton qu’il utilise nous poussent à penser, sans (...)

18Sa visite se termine par un entretien avec le directeur de la manufacture, le général Pistouieff25 dont on ne peut, malheureusement, déterminer s’il se déroule ou non en tête à tête26. Quoi qu’il en soit, Boisdeffre découvre, s’il l’ignore encore à cette date, que les réformes de l’armée russe entreprises par Milûtin ne font pas l’unanimité dans les milieux militaires. Pistouieff raconte par exemple, et sans la retenue « diplomatique » que lui impose normalement ses fonctions et l’identité de son invité, qu’il est en désaccord avec son ministre, et tout particulièrement qu’il est opposé aux réductions budgétaires qui lui sont imposées. Il affirme ainsi au lieutenant-colonel de Boisdeffre avoir directement déclaré à Milûtin : « M. le ministre, quand vous aurez la guerre, vous trouverez de l’argent et vous ne trouverez pas de fusils ».

  • 27 Ibid.
  • 28 Ce qui permet ensuite au 2e bureau de croiser cette information avec celles fournies par l’attaché (...)
  • 29 Ibid.

19Mettant à profit une ambiance générale visiblement détendue, courtoise, voire conviviale, Boisdeffre s’efforce d’obtenir le plus d’informations possible de son interlocuteur. Mis en confiance, le général Pistouieff l’invite à sa table et lui montre ainsi avec fierté « un superbe service à thé en argent que le prince de Bulgarie lui avait offert »27, avant de préciser que ce cadeau lui a été fait lors de la livraison par sa manufacture d’une commande de 20 000 fusils passée par le gouvernement bulgare28. Boisdeffre s’efforce également d’accéder discrètement à des informations considérées comme secrètes. Ce qu’il parvient à faire lorsqu’il réussit à voir « rapidement et non sans difficultés le chargeur rapide automatique inventé et expérimenté au régiment Moskowski, qu’on avait caché avec le plus grand soin… »29. Mémorisant ce qu’il voit ou peut lire, Boisdeffre en rédige ensuite une description détaillée de quatre pages et accompagnée d’un croquis précis.

  • 30 Ibid.

20Quittant Toula, Boisdeffre découvre à son grand étonnement que le service de transport sur la Volga est, entre autres, assuré, entre Nijni-Novgorod et Kazan, par quelque 400 bateaux dont les moteurs fonctionnent grâce à des « résidus liquides provenant de la purification du pétrole » et estime que, « grâce à cette découverte, on ménage les forêts et on diminue la dépense [en combustible] de 25 % »30.

21Dans la suite de son voyage Boisdeffre porte toute son attention, outre les questions purement militaires, sur l’organisation et le fonctionnement du système hospitalier russe. Agit-il une nouvelle fois sur ordre ? C’est très probable, même si les consignes ou les demandes du 2e bureau n’apparaissent pas explicitement dans les archives. Notons seulement que sa démarche n’est pas surprenante quand on connaît l’état sanitaire moyen des armées occidentales de la période, qui est médiocre, et les nouvelles formes de létalité apparues pendant les premières guerres du Second Empire, outre-mer, en Italie ou face à la Prusse, qui imposent toutes aux armées des adaptations, nouvelles et imprévues, de leurs services de santé.

VI. — Le traitement de la question sanitaire par les militaires russes. Une découverte

  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.

22Le procédé sanitaire russe que découvre avec étonnement le lieutenant-colonel de Boisdeffre et sur lequel, comme d’autres, il revient avec régularité, est celui qui consiste à évacuer chaque été casernes et hôpitaux militaires afin de les installer dans des camps à la campagne, au « grand air » : « je trouvais là, dès le premier pas, la constatation de ce fait que je devais rencontrer désormais chaque fois, à savoir que le principe des camps d’été est absolu en Russie… »31. Le constat fait, Boisdeffre s’interroge sur les raisons d’une telle méthode. S’il pense, à juste titre, qu’il s’agit d’un bon moyen pour aguerrir les hommes et les accoutumer à la vie en campagne, il y voit surtout un moyen très efficace et peu onéreux mis en place par le commandement russe pour « repeindre, reblanchir et réparer chaque année [les casernes, ainsi] complètement remises à neuf ». Il tire de cette observation un enseignement et une leçon pour l’armée française : « L’hygiène y gagne assurément d’une manière considérable et si nous imitions cet exemple de réfection complète nous aurions peut-être moins d’épidémies à déplorer et la diminution des frais d’hôpitaux compenserait facilement l’accroissement des dépenses du budget du génie »32.

VII. — Les hôpitaux militaires

23Les différentes descriptions données par Boisdeffre des structures hospitalières russes sont dans l’ensemble très positives. Il ne retient néanmoins pas sa plume lorsqu’il l’estime nécessaire pour la justesse de son propos. Ce point est notoire car il renforce, en creux, l’intérêt général de ses écrits comme ceux des autres officiers qui ont régulièrement des comportements analogues.

  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid.

24Au nombre des grands hôpitaux russes visités, Boisdeffre décrit celui de Moscou en des termes qui rendent compte d’une « réalité russe » tout comme ils nous renseignent de façon originale sur les mœurs françaises du temps lorsqu’il écrit qu’il pénètre, à Moscou, dans « une magnifique construction, trop belle pour un hôpital »33. Puis il en détaille le nombre de lits, 1500 en temps normal et 2500 en cas de crise, et constate que l’été, il est « complètement évacué et tous les malades installés sous tentes ou sous baraques mobiles dans un beau jardin planté de grands arbres, [avant d’être] repeint, reblanchi, désinfecté, remis à neuf »34. Il fait le même constat en visitant Kazan, où il signale simplement que la capacité de l’hôpital militaire, par ailleurs « très bien situé et bien tenu », n’est que de 400 lits. Le ton change à Kiev (voir fig. 5) où l’hôpital miliaire et son personnel sont présentés comme « médiocres »35. Au-delà de sa critique acerbe de l’établissement, Boisdeffre est frappé d’effroi lors de sa visite de la section des fous au sujet de laquelle il écrit qu’il a « rarement vu quelque-chose de plus triste et de plus lugubre ». Il entreprend de dépeindre par le menu le système d’internement préventif expliquant que « lorsqu’un officier ou un soldat soupçonné d’aliénation mentale est envoyé à l’hôpital, il doit y rester un an en observation… ». Ce qui apparaît comme une forme de prévention dissuasive ! Sa visite de la « division des fous » de l’hôpital de Moscou est beaucoup plus neutre que celle de Kiev. Elle lui permet seulement de comprendre qu’à la différence de la France, en Russie « on n’envoie pas les fous dans des asiles spéciaux ».

Figure 5 : coupe de Kiev (« coupe de terrain suivant XY »), réalisée par le lieutenant-colonel de Boisdeffre, 1881. SHD – Terre, 7N 1468.

  • 36 Les calculs approximatifs réalisés à partir du rapport de Boisdeffre donnent les résultats suivant (...)

25La comptabilité sommaire qu’il effectue, à Kazan et à Kiev, des malades hospitalisés permet de mettre en évidence la prédominance de trois maladies, le typhus, la syphilis et « les maladies des yeux »36.

  • 37 Ibid.

26Notons enfin que, dans toutes ses visites, Boisdeffre s’intéresse au sort réservé aux amputés qui représentent souvent, dans les armées de l’époque, une cause importante de mortalité par gangrène. Il note avec intérêt qu’ils sont, dans plusieurs hôpitaux, « installés dans des baraques à parois mobiles qu’on relève de manière à les mettre pour ainsi dire dans un bain d’air perpétuel. Aussi les résultats obtenus sont-ils des plus satisfaisants »37.

  • 38 Boisdeffre consacre également de longs développements à l’organisation et au fonctionnement dans l (...)
  • 39 Capitaine de Laisle, Mission militaire en Russie… ; lieutenant-colonel de Boisdeffre, Notes et obs (...)

27Au bilan38, pour le capitaine de Laisle comme pour le lieutenant-colonel de Boisdeffre, et ce dans des rapports rédigés à six ans d’intervalle, « les grands hôpitaux ne le cèdent au point de vue de la science, de la salubrité, de la charité chrétienne à aucun de ceux qu’il m’ait été donné de visiter en Europe » et « le service médical de l’armée est digne d’éloges »39.

  • 40 Le capitaine de Laisle illustre également son rapport d’une carte, de vingt photographies et d’aut (...)
  • 41 Ce souci du détail va, en ce qui concerne par exemple l’équipement et l’armement individuel que no (...)

28Si les rapports militaires nous permettent de découvrir, directement ou indirectement, l’ensemble de la société russe à travers le prisme spécifique de son armée, ils demeurent centrés sur l’observation de cette dernière afin d’en juger la réforme par Milûtin, d’en évaluer la valeur comme allié au temps des négociations de la convention militaire puis d’en mesurer la puissance réelle et les capacités d’intervention contre l’Allemagne dès le début des années quatre-vingt-dix. Pendant toutes ces années, l’armée russe est observée, scrutée, analysée, disséquée avec une précision qui pousse le souci du détail jusqu’à recueillir et à ramener en France, avec le capitaine de Laisle40, des échantillons des tissus des uniformes des unités qu’ils visite ainsi que des échantillons des cuirs utilisés pour confectionner les bottes de cavalerie ou les différents articles de sellerie41 (voir fig. 6). Nous évoquerons ici principalement, dans la continuité des propos sur les manufactures et les hôpitaux militaires, les aspects considérés ou perçus comme caractéristiques de la vie quotidienne des soldats de l’armée impériale russe puis la découverte progressive par les officiers français du monde cosaque.

Figure 6 : croquis d’un sabre russe dessiné par le capitaine de Laisle, 1875. SHD – Terre, 7N 1481.

VIII. — Quelques aspects de la vie quotidienne du soldat russe

  • 42 Lieutenant-colonel de Boisdeffre, Notes et observations…

29À une époque où la France construit toutes les casernes et quartiers qui structurent peu à peu l’espace national de la IIIe République, les officiers en mission portent une attention particulière aux conditions de logement des soldats russes. Ils découvrent que les casernes, là où elles existent, sont, en règle générale, en très bon état. Ce qui pousse à penser que le conscrit russe comme son homologue français y découvre des conditions de vie et d’hygiène quotidiennes meilleures que celles de leurs campagnes respectives. Seul bémol de taille, la Russie ne compte pas suffisamment de casernes pour loger tous ces conscrits. Ceux qui ne peuvent être encasernés sont logés dans des maisons louées à des particuliers décrites comme « sales, petites, disséminées »42 à Voronej et à Kazan. La literie est très bien décrite avec, dans les chambrées des casernes, une « épaisse paillasse », des draps et des couvertures fournis par les services de l’intendance et un couvrepied, acheté par le soldat. À la différence de la France, le paquetage n’est pas rangé, conformément au règlement, sur une « planche à bagages », mais dans un grand coffre de bois glissé sous le lit – ce qui est considéré comme judicieux – et « au lieu de traversin chaque homme a, suivant la mode russe, deux petits oreillers ».

  • 43 Capitaine de Laisle, Mission militaire en Russie…
  • 44 La livre russe correspond à 409 grammes.
  • 45 Capitaine de Laisle, Mission militaire en Russie…
  • 46 L’« artel » est un mode d’organisation en coopérative typiquement russe et largement représenté da (...)

30L’alimentation des hommes est abondante et de qualité ce qui leur « permet de résister à la fatigue »43. La ration quotidienne de pain est évaluée à une livre trois-quarts44 par le lieutenant-colonel de Boisdeffre et à 1230 g par le capitaine de Laisle, qui précise qu’il est « noir et gluant, et que les soldats s’en délectent ». Il ajoute en ce qui le concerne : « Je l’ai goûté et ne l’ai pas trouvé mauvais… ». La part de viande est d’une livre pour les officiers et de trois quarts de livre pour les soldats. Le reste de l’alimentation fournie réglementairement est constituée de 154 g de gruau, de 100 g de lard fumé et de 150 g d’eau de vie. Le vin n’est distribué qu’en cas de maladie car il est considéré « uniquement comme un remède ». Notons enfin que les hommes de garde bénéficient d’un supplément à base de « choux aigre, aliment très apprécié du soldat et qui rappelle la choucroute »45. Les deux boissons essentielles sont le thé et le « kvas ». Dans presque tous les régiments, les soldats se cotisent pour disposer de la première à discrétion et les officiers ajoutent régulièrement un supplément pour « améliorer la qualité de cette boisson nationale et garantir la quantité ». Le « kvas », généralement inconnu des Français à leur arrivée, est présenté comme une sorte de deuxième boisson nationale avec le thé. Résultant, explique le capitaine de Laisle, de la fermentation du pain noir dans l’eau, « le goût n’en est pas désagréable ». Il ajoute : « Tout Russe, même l’empereur, boit d’habitude du kvas, cette boisson contient une assez forte proportion d’alcool, elle cause assez facilement l’ivresse ». Les Français découvrent enfin, en s’en étonnant, la composante « communautaire » de l’organisation du service d’alimentation des hommes dans les régiments, articulée autour de l’« Artel’ŝik » (membre de l’association coopérative) qui, élu par ses pairs et agréé par ses chefs, s’occupe de tout ce qui relève de l’alimentation46.

  • 47 Ce qui, toutes choses égales par ailleurs, correspond dans le système français à la « consigne », (...)

31Aspect particulier mais non négligeable de la société militaire, la prison militaire est étudiée sous le double aspect de la salle de police, installée dans l’enceinte de toutes les unités militaires, et de la prison militaire au sens strict du terme. Le capitaine de Laisle note que dans les régiments, l’administration militaire russe a créé un système disciplinaire et répressif organisé en quatre niveaux. Le soldat turbulent à l’excès est envoyé en salle de dépôt sans être puni. Il y « séjourne » sans être réglementairement puni. Si cela n’est pas suffisant, il est enfermé pour la nuit dans la salle de discipline. Enfin, s’il est disciplinairement sanctionné, il est enfermé, selon la gravité de sa faute, en salle claire ou en salle obscure47.

32La seule prison militaire décrite est celle de Moscou, considérée comme « modèle ». Quelques brèves explications suffisent à comprendre la modernité affichée de cette prison dont les bâtiments organisés en étoile contiennent 200 cellules disposées dans des galeries qui convergent sur un centre de surveillance unique. Chaque cellule est constituée d’un lit qui peut se relever, d’un poêle, d’un meuble pour les vêtements, d’un lavabo… et « si le détenu a besoin de quelque chose, il n’a qu’à presser un bouton et un petit signal rouge sort de sa porte dans le couloir et avertit le gardien ». Enfin, la chapelle centrale est la seule destination possible hors de la cellule. Les prisonniers peuvent s’y rendre lors de la messe dominicale et à l’occasion des principales fêtes religieuses orthodoxes. Ils demeurent dans ce cas isolés les uns des autres pendant le parcours de la cellule à la chapelle où ils sont individuellement confinés dans l’une de ses cent cellules individuelles.

33Pour les officiers français de la fin du XIXe siècle, la pratique religieuse des Russes et la place de la religion au cœur de l’armée demeurent une source constante d’émerveillement, comme le note le capitaine de Laisle, lorsque, citant une source russe, il écrit : « La Russie est dans le ciel, le tsar dans le sanctuaire, l’église dans la caserne, l’aumônier sous le drapeau, le soldat tout autour et le peuple au milieu » (voir fig. 7). Émerveillement encore quand il découvre qu’à Saint-Pétersbourg chaque régiment a son église : « on est surpris lorsque, demandant le nom d’une église qui conviendrait à une grande paroisse, on vous répond, c’est l’église des cosaques de la Garde, du régiment Préobrajensky, des gardes à cheval… ». Émerveillement enfin quand le lieutenant-colonel de Boisdeffre note que l’ataman des cosaques du Don dispose de sa propre chapelle, de quarante choristes et de soixante musiciens…

Figure 7 : chevalier-garde en tenue de palais, cuirasse en drap rouge ornée de l’aigle impériale en argent ou en or selon le régiment, 1875. SHD – Terre, 7N 1481.

IX. — Les cosaques

  • 48 Qui, rappelons-le, n’est pas la traduction du mot « estaminet » ou « taverne », mais du mot « vite (...)

34Il semble bien, sans qu’il soit possible dans l’état actuel de notre réflexion d’en fournir une explication définitive, que les cosaques (voir fig. 8 ci-après) exercent une fascination particulière sur les officiers français, surtout sur les officiers de cavalerie. Gageons néanmoins que les souvenirs des campagnes de 1812 à 1815, en Russie, puis en France, ont laissé dans la mémoire collective des militaires français un souvenir supérieur à l’introduction dans le vocabulaire courant français du mot « bistrot »48, que la comparaison entre l’organisation et l’emploi des cosaques et des troupes montées de l’armée d’Afrique peuvent fournir des éléments de réflexion utiles et n’excluons pas enfin une attirance, assez constante chez les militaires français, pour un « exotisme » omniprésent chez les cosaques.

Figure 8 : cosaque portant « très sur l’oreille » le petit schako tromblon vernis. Il porte, selon l’usage « les cheveux rejetés derrière les oreilles et rasés sur la nuque… ». 1875. SHD – Terre, 7N 1481.

  • 49 « L’armée cosaque » ou, comme l’écrit de Boisdeffre, « la Vojsko » constitue la base aussi bien te (...)
  • 50 Lieutenant-colonel de Boisdeffre, Mission militaire en Russie…
  • 51 Ibid.
  • 52 Races, morphologie, élevage, dressage, entretien, conditions d’utilisation, achat, vente, etc.
  • 53 Développements sur l’armement avec le fusil Berdan (donc moderne), le sabre et le poignard traditi (...)
  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid.

35Quelles qu’aient été les raisons de leur intérêt pour le monde cosaque, les Français rapportent de leurs voyages en terres cosaques une somme d’informations remarquables, qui permet d’en dresser un tableau unique d’un point de vue aussi bien militaire qu’ethnographique ou sociologique – qui n’est ici qu’effleuré. Visitant plusieurs « armées cosaques »49, le lieutenant-colonel de Boisdeffre consacre de longs développements aux cosaques du Don. Parcourant ce qu’il appelle en toute logique la « Vojsko du Don » il entreprend de la décrire, signalant que les steppes n’y sont pas « des steppes arides, comme leur nom en évoque quelque fois l’idée, mais des steppes verdoyantes, portant sur leurs plus grands espaces une herbe excellente et, sur d’autres, fertiles en céréales »50. Puis il dépeint leurs villages (ou « stanicy ») qui « présentent l’apparence de villages russes ordinaires, mais de beaux villages »51, avant de consacrer de nombreuses pages à la question centrale des chevaux52, à l’organisation militaire, particulière53 et générale, des différentes armées cosaques et surtout à leur singularité dans l’empire russe. Leur organisation sociale semble attirer Boisdeffre quand on lui présente les conditions dans lesquelles les cosaques exercent la justice dans les « stanicy », chacune ayant, par exemple, « le droit d’expulser les mauvais sujets incorrigibles… »54 et même de les exiler en Sibérie avec l’accord de l’ataman et de l’empereur. L’attire aussi leur fort sentiment d’indépendance, reconnu par Saint-Pétersbourg, et leur sentiment d’appartenir à une caste spécifique qui leur interdit de déchoir ou de se commettre en acceptant des emplois jugés dégradants comme celui de valet de ferme ou d’employé de maison : « le prince Mirski, si élevée que soit sa position, écrit Boisdeffre, me disait qu’il lui était impossible de trouver des domestiques cosaques »55.

  • 56 Ibid.

36Quittant le registre ethnographique, Boisdeffre observe également les pratiques des cosaques et de leurs chefs et leur utilisation comme unités de répression ou de maintien de l’ordre. Évoquant la répression des « émeutes contre les Juifs » pratiquée par le prince Mirski, ce dernier lui explique qu’il n’hésita pas un instant à agir avec « la plus grande énergie ». Ainsi, alors qu’un des « gouverneurs voisins, son collègue moins résolu, avait fini après beaucoup d’atermoiements par faire disperser l’émeute à coups de nagaïka », le prince Mirski, écrit Boisdeffre, qui ne « connaît que la loi et le respect des règlements » fait tirer sur les émeutiers, commentant : « Quant à moi, j’aime mieux tuer les gens que les battre ». Partant du récit de cette répression ponctuelle, Boisdeffre lui confère un intérêt d’un ordre différent lorsqu’il explique, à l’intention de Paris, que le prince Mirski est certainement appelé « à jouer un rôle considérable dans la prochaine réorganisation de ministère de la Guerre56 », qu’il a des idées « très arrêtées sur la défense de la Russie », car il estime que la Russie vit dans des conditions particulières et qu’« il ne lui vaut rien de vouloir calquer l’Allemagne… ».

  • 57 Ibid.
  • 58 Ibid.

37En fait, le prince Mirski apparaît sous la plume de Boisdeffre comme un opposant aux réformes de Milûtin et un partisan du respect d’une certaine tradition russe face à la modernité d’inspiration germanique. Il dénonce dans le premier cas les dépenses militaires, principalement en termes de fortifications face à l’Allemagne, persuadé que la défense de l’empire réside dans son immensité et le patriotisme de son peuple57. Quant aux traditions, il dénonce la modernisation et donc la banalisation voulue par Milûtin de l’organisation des cosaques. Il tente ainsi de s’opposer à la désignation centrale des atamans des « stanicy », traditionnellement élus, et ne comprend pas que l’on veuille former les cosaques dans des « gymnases civils », trouvant « inutile de bourrer de latin et de grec ces jeunes sauvages appelés uniquement à faire des militaires [car] on ne fait ainsi qu’affaiblir et compromettre l’esprit cosaque… »58.

X. — En conclusion

  • 59 Lieutenant-colonel Négrier, Mission militaire en Russie…

38Au-delà de la nécessité déjà évoquée d’étudier systématiquement tous les rapports réalisés par les officiers français qui séjournent en Russie entre la fin de la guerre franco-prussienne et la Grande Guerre, deux axes de réflexion et de recherche apparaissent. Le premier, le plus important est celui du besoin d’une réflexion méthodologique sur la Russie de cette période, insuffisamment connue pour des raisons historiographiques étroitement liées à l’histoire politique de la Russie du XXe siècle. Le second, qui résulte du premier, pousse à envisager un examen nouveau de cette armée russe telle que la découvrent les Français et d’en dresser, avec l’aide des sources de première main disponibles en France et en Russie, un tableau nouveau, plus complexe et plus complet que ce qui est généralement connu, afin de mieux rendre compte et de mieux comprendre l’histoire militaire franco-russe au temps de l’alliance éponyme et de dépasser, en l’approfondissant, cette remarque ultime du lieutenant-colonel Négrier : « Je pense que bien des personnes se font en France des idées peu exactes sur les sympathies que le césarévitch peut avoir pour notre pays. Je crois qu’il n’a pas plus de sympathies pour les Français que pour les Prussiens ou les Autrichiens. Il est Russe, dans toute la force d’expression de ce terme. Le nouveau règne se fera remarquer par un changement notable dans les habitudes et les allures de la cour… La politique du nouvel empereur se résumera en ceci : La Russie d’un côté, le reste des nations de l’autre »59.

Notes

1 Cité par le capitaine de Laisle, état-major général du ministre, 2e bureau, Mission militaire en Russie, Rapport sur la cavalerie russe (6 décembre 1875), SHD, DAT, 7N 1468.

2 La convention militaire est signée le 18 août 1892. Elle est ratifiée à Saint-Pétersbourg le 27 décembre 1893 et à Paris le 4 janvier 1894.

3 Lors de ce soulèvement, Napoléon III qui avait entrepris de se rapprocher de la Russie – comme le montre sa rencontre avec Alexandre II à Stuttgart en 1857 – envisage d’entrer en guerre contre elle. Il en est, entre autres, dissuadé par le refus anglais de le suivre dans son entreprise polonaise.

4 Milûtin réforme complètement le système militaire russe en s’inspirant grandement du modèle prussien. En 1874, il instaure un service militaire obligatoire de six ans. Ce service est assorti d’un système de tirage au sort car les contingents disponibles sont trop nombreux. Il crée parallèlement de nouvelles écoles militaires qui permettent de fournir à l’armée russe environ 2000 jeunes officiers chaque année. Comme toute réforme, cette dernière ne fait pas l’unanimité dans l’armée russe et encore moins chez les cosaques.

5 Ce chiffre doit néanmoins être utilisé avec précaution car l’Allemagne est par ailleurs omniprésente dans les archives de tous les bureaux de l’état-major.

6 Au cours de la même période, la France envoie successivement dix attachés militaires à Londres, quatorze à Berlin et dix-huit à Vienne.

7 Le dénombrement précis reste à faire.

8 Même si, à l’époque, le nombre des Français qui séjournent Russie doit se situer entre 8000 et 9000, si l’on prend comme base le chiffre de 9500 issu du recensement russe de 1897 cité par Marie-Pierre Rey dans Le dilemme russe, la Russie et l’Europe occidentale d’Ivan le Terrible à Boris Eltsine, Paris, 2002.

9 Le capitaine de Laisle fait explicitement référence aux consignes reçues lorsqu’il écrit dans l’introduction de son rapport « […]. La deuxième partie a pour objet les réponses aux questions qui m’ont été posées à mon départ » (capitaine de Laisle, Mission militaire en Russie…).

10 Capitaine de Laisle, Mission militaire en Russie…

11 Lieutenant-colonel Négrier, état-major général du ministre, 2e bureau, Mission militaire en Russie en 1876, SHD, DAT, 7N 1781.

12 Voir ici principalement parmi les documents réalisés par le lieutenant-colonel de Boisdeffre, les Notes et observations recueillies dans un voyage d’études à l’intérieur de la Russie, ambassade de France à Saint-Pétersbourg (25 décembre 1881), SHD, DAT, 7N 1468.

13 Ce choix présente un intérêt particulier car il nous renseigne à la fois sur l’armée et la société russes dans la mesure où les usines d’armement sont d’abord des usines et les hôpitaux militaires, d’abord des hôpitaux.

14 Villes qui abritent, à l’époque, les principales et les plus anciennes manufactures d’armes de France.

15 Lieutenant-colonel de Boisdeffre, Notes et observations…

16 Revolvers, fusils, carabines et armes blanches pour l’essentiel.

17 Il remarque avec une prescience dont il ignore la portée que la cartoucherie de Toula est fondamentale d’un point de vue stratégique car « si la capitale [venait à être] coupée du reste de l’empire, l’envoi des munitions [serait] arrêté »

18 La construction en fut achevée en 1874.

19 Lieutenant-colonel de Boisdeffre, Notes et observations…

20 Ibid.

21 Quatorze pages manuscrites.

22 Ibid.

23 Ibid., les impressions que retire le lieutenant-colonel de Boisdeffre, peu après, de sa visite de la principale cartoucherie de Toula sont de même nature. Il les dépeint en évoquant par exemple le caractère « très soigné » des constructions et « l’excellence de l’outillage en machine » (ibid., p. 13).

24 Ibid.

25 Nous avons ici respecté la translittération utilisée à l’époque par les auteurs des rapports cités, y compris lorsqu’elles diffèrent les unes des autres.

26 La nature des propos du général Pistouieff comme le ton qu’il utilise nous poussent à penser, sans preuve explicite, que l’entretien est privé.

27 Ibid.

28 Ce qui permet ensuite au 2e bureau de croiser cette information avec celles fournies par l’attaché militaire en Bulgarie, voire avec d’autres sources, et ainsi de tenir le plus à jour possible un état de l’armée bulgare, comme de toutes les autres armées européennes d’ailleurs.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Les calculs approximatifs réalisés à partir du rapport de Boisdeffre donnent les résultats suivants, par ordre décroissant à Kazan : maladies des yeux, entre 40 et 50 % des hospitalisés ; syphilis, 30 % ; typhus, entre 20 et 30 %. Sans qu’il soit possible de donner de chiffres précis, Boisdeffre explique qu’à Kiev la syphilis représente la première source d’hospitalisation avec plus de 30 % des malades.

37 Ibid.

38 Boisdeffre consacre également de longs développements à l’organisation et au fonctionnement dans les unités militaires des « ambulances militaires » qu’il juge par exemple à Kazan et par opposition à l’hôpital, « fort sales et fort mal tenues ». Il pousse le souci du détail jusqu’à décrire avec précision le système sanitaire des régiments sans négliger les questions liées à la salubrité de l’eau et à la mise en place des feuillées.

39 Capitaine de Laisle, Mission militaire en Russie… ; lieutenant-colonel de Boisdeffre, Notes et observations…

40 Le capitaine de Laisle illustre également son rapport d’une carte, de vingt photographies et d’autant de croquis.

41 Ce souci du détail va, en ce qui concerne par exemple l’équipement et l’armement individuel que nous ne développons pas ici, jusqu’à décrire la cuirasse des cuirassiers qui pèse 19,22 kilos et n’est que « peu appréciée comme sécurité contre les balles… », le sabre droit, ou latte (« Palasch » en russe), qui « ressemble au sabre français avec une longueur totale de 1,12 mètres, une largeur au milieu de 0,044, un poids de 2,069 kilos, mais pèche par sa solidité », le revolver réglementaire qui serait un Smith et Wesson à six coups, la lance qui « mesure 2,74 mètres pour 3,075 kilos ».

42 Lieutenant-colonel de Boisdeffre, Notes et observations…

43 Capitaine de Laisle, Mission militaire en Russie…

44 La livre russe correspond à 409 grammes.

45 Capitaine de Laisle, Mission militaire en Russie…

46 L’« artel » est un mode d’organisation en coopérative typiquement russe et largement représenté dans toute la société impériale.

47 Ce qui, toutes choses égales par ailleurs, correspond dans le système français à la « consigne », à la consigne de nuit, aux arrêts simples et aux arrêts de rigueur.

48 Qui, rappelons-le, n’est pas la traduction du mot « estaminet » ou « taverne », mais du mot « vite ».

49 « L’armée cosaque » ou, comme l’écrit de Boisdeffre, « la Vojsko » constitue la base aussi bien territoriale qu’organisationnelle des cosaques. Aussi les expressions généralement utilisées de « cosaques du Don », de « cosaques du Kouban », de « cosaques du Terek » correspondent-elles à une réalité autant administrative qu’humaine.

50 Lieutenant-colonel de Boisdeffre, Mission militaire en Russie…

51 Ibid.

52 Races, morphologie, élevage, dressage, entretien, conditions d’utilisation, achat, vente, etc.

53 Développements sur l’armement avec le fusil Berdan (donc moderne), le sabre et le poignard traditionnels (« Šaška » et « Kinžal »)…

54 Ibid.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 Ibid.

58 Ibid.

59 Lieutenant-colonel Négrier, Mission militaire en Russie…

Table des illustrations

Légende Figure 1 : deux morceaux de tissus prélevés par le capitaine de Laisle sur des uniformes russes, 1875. SHD – Terre 7N1481.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 2 : voyage du lieutenant-colonel de Boisdeffre, 1er attaché militaire près l’ambassade de France, 1881. SHD – Terre.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1275/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Figure 3 : le grand-duc Nicolas en tenue de ville avec épaulettes, portant les insignes d’aide de camp général de l’empereur et la croix de Saint-Georges, 1875. SHD – Terre 7N1481.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1275/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 4 : le grand-duc héritier (futur Alexandre III), en tenue d’ataman général des cosaques, 1875. SHD – Terre 7N1481.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1275/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 5 : coupe de Kiev (« coupe de terrain suivant XY »), réalisée par le lieutenant-colonel de Boisdeffre, 1881. SHD – Terre, 7N 1468.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1275/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 6 : croquis d’un sabre russe dessiné par le capitaine de Laisle, 1875. SHD – Terre, 7N 1481.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1275/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Figure 7 : chevalier-garde en tenue de palais, cuirasse en drap rouge ornée de l’aigle impériale en argent ou en or selon le régiment, 1875. SHD – Terre, 7N 1481.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1275/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Figure 8 : cosaque portant « très sur l’oreille » le petit schako tromblon vernis. Il porte, selon l’usage « les cheveux rejetés derrière les oreilles et rasés sur la nuque… ». 1875. SHD – Terre, 7N 1481.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1275/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540