Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Deuxième partie. La communauté française en Russie au XIXe siècle : émigrés et voyageurs

Les français en Russie sous Nicolas Ier (1825-1855)

D’après les documents de la Troisième Section de la Chancellerie impériale

Французы в России в царствование Николая Первого (1825-1855)

Véra Milchina

Résumé

Une des missions de la haute police créée par l’empereur Nicolas Ier en 1826, autrement dit la Troisième Section de la Chancellerie Impériale, est la surveillance des étrangers ; il lui revient donc de prendre tous les arrêtés et dispositions concernant les étrangers à leur arrivée et à leur départ du pays et pendant leur séjour provisoire ou définitif en Russie. Les dossiers de travail de cette haute police qui sont conservés aux Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF) comportent de nombreux renseignements sur les Français en Russie. On peut distinguer quatre grandes thématiques concernant les Français en Russie :
1. l’arrivée et le départ des Français en Russie ; les documents nécessaires pour voyager dans le pays et pour en partir ; les méthodes de surveillance dont les Français étaient l’objet en Russie ;
2. les Français considérés comme dangereux et donc objet d’une surveillance rigoureuse ou expulsés de Russie ; les sources qui mettent le gouvernement en alerte : rapports des agents russes à l’étranger, rapports des affidés travaillant dans le pays, lettres interceptées par la haute police ;
3. les Français considérés par le pouvoir russe comme utiles et les Français devenus sujets russes et donc ayant perdu le droit à la protection de la part des diplomates français ; les documents nécessaires aux procédures de naturalisation et les listes des Français ayant prêté le serment de sujétion à l’empereur de Russie, particulièrement celle de 1834, qui donnent des éléments sur les métiers exercés par cette communauté et sur les parcours de ses membres ;
4. les activités des diplomates français en Russie et leurs efforts pour défendre les intérêts de leurs concitoyens. Cette thématique, étroitement liée avec les précédentes, est abordée plus en détails dans l’article à partir de documents conservés au GARF mais aussi d’autres documents conservés par le service des archives du ministère des Affaires étrangères en France.
Ces documents révèlent que les diplomates ont été non seulement les défenseurs de leurs compatriotes persécutés, mais aussi victimes eux-mêmes de persécution et étroitement surveillés. L’article démontre comment procèdent les diplomates français au poste en Russie (Mortemart, Lagrené, Barante) lorsque leurs compatriotes persécutés par la police russe ont besoin d’aide. Parfois les efforts des diplomates sont couronnés du succès, sinon les Français suspects sont expulsés du pays. L’article analyse aussi les activités des diplomates français, en premier lieu du baron de Bourgoing en été et en automne 1830, pour défendre non seulement des particuliers Français, mais aussi l’honneur de la France.

Одной из целей созданного в 1826 г. Третьего Отделения Собственного Его Императорского Величества канцелярии был объявлен надзор за иностранцами, приезжающими в России, уезжающими из нее и в ней пребывающими. Архив Третьего Отделения, хранящийся в Государственном архиве Российской федерации (ГАРФ), содержит разнообразные сведения о французах в России в царствование Николая Первого. Эти сведения можно разделить на четыре группы: 1) информация о том, какие документы в эту эпоху требовались французам для въезда в Российскую Империю, для передвижения по ее территории и наконец, для того, чтобы покинуть Россию; 2) судьбы французов, которых русские власти на основании разнообразных источников (донесения русских дипломатов из-за границы, доносы местных секретных агентов, наконец, перлюстрированные письма) высылали из России без права возвращения либо учреждали над ними тайный надзор; 3) судьбы французов «полезных», которые мирно трудились в России и зачастую по тем или иным (экономическим или семейным) соображениям переходили в русское подданство; в этих случаях они уже не подлежали защите со стороны французского посольства, а потому французские дипломаты были заинтересованы в получении точных списков таких французов; в статье анализируется досье 1834, содержащие списки французов, ставших русскими подданными; наконец, 4) информация о деятельности в России французских дипломатов, которые, с одной стороны, были призваны защищать интересы своих соотечественников от притеснений русских властей и неизменно, хотя и не всегда успешно, пытались это сделать, а с другой, сами зачастую подвергались тайному надзору. В статье подробно рассматривается этот последний, четвертый пункт. На основании документов ГАРФа и архива Министерства иностранных дел Франции автор показывает, как действовали французские послы и поверенные в делах (Мортемар, Лагрене, Барант и др.), когда соотечественники просили их о помощи: в некоторых случаях дипломатам удавалось уберечь французских подданных от высылки из России, в других российские власти не прислушивались к их аргументам и французовтаки высылали за пределы империи. Анализируется также деятельность французских дипломатов (в частности, барона де Бургуэна, поверенного в делах летом-осенью 1830 г.), направленная на защиту не столько отдельных соотечественников, сколько в целом чести Франции.

Texte intégral

  • 1 Voir Т. Г. Деревнина, « Из истории образования III Отделения », dans Вестник Московского университ (...)

1En décembre 1825, l’accession au trône de Nicolas Ier provoque une tentative de coup d’État menée par les membres des sociétés secrètes dénommés plus tard « décembristes ». Aussi, dès 1826, marqué par cette dure épreuve, le nouvel empereur réorganise les services secrets de l’État et remplace la haute police du règne d’Alexandre Ier (dénommée Chancellerie spéciale auprès du ministère de l’Intérieur) par une nouvelle structure qui dépend de lui seul : la Troisième Section de la Chancellerie impériale. Une des missions de cette Troisième Section est la surveillance des étrangers ; il lui revient donc de prendre tous les arrêtés et dispositions concernant les étrangers à leur arrivée et à leur départ du pays et pendant leur séjour provisoire ou définitif en Russie1. Les dossiers de travail de cette haute police sont conservés aux Archives d’État de la Fédération de Russie où ils constituent le fonds n ° 109 (fonds de la Troisième Section). Ces dossiers comportent de nombreux renseignements sur les Français en Russie. Après une brève évocation des sujets que ces dossiers permettent d’éclairer, je me propose dans cet article de traiter des activités et du statut des diplomates français en Russie à cette époque, tels qu’ils se présentent d’après ces documents d’archives.

2On peut distinguer quatre grandes thématiques concernant les Français en Russie :

  • 2 Cet aspect du problème est étudié par Michel Cadot, « Débuts de la navigation à vapeur et l’émigra (...)

31. les documents qui étaient nécessaires pour voyager dans le pays et pour en sortir, soit les passeports visés par le consulat de Russie en France et les documents délivrés par les autorités russes : les permis de séjour et les titres de transport, dénommés billets de voyage2 ;

42. les Français considérés par le pouvoir russe comme dangereux, donc faisant l’objet d’une surveillance rigoureuse ou expulsés de Russie ; ils sont repérables grâce aux sources qui mettent le gouvernement en alerte : les rapports des agents russes à l’étranger, les rapports des affidés travaillant dans le pays, les lettres interceptées par la haute police ;

53. les Français considérés par le pouvoir russe comme utiles et les Français devenus sujets russes. Les documents nécessaires aux procédures de naturalisation et les listes des Français ayant prêté le serment de sujétion à l’empereur de Russie donnent des éléments sur les métiers exercés par cette communauté et sur les parcours de ses membres. Cette thématique est d’autant plus intéressante à traiter qu’il est courant de croire que Nicolas Ier détestait les Français et que ces derniers ont été plus spécialement persécutés sous son règne. Or cela n’est pas tout à fait exact. L’ambassadeur de France en Russie Prosper de Barante, en bon connaisseur des lieux, explique en ces termes, dans sa dépêche du 22 juillet 1837, ce qu’il faut penser de l’« humeur contre la France et contre l’Europe » que manifeste souvent l’empereur :

  • 3 MAE La courneuve, Correspondance politique, Russie, t. 192, fol. 144v.

Cet isolement de la Russie ne consiste en fait qu’à voir avec mécontentement le goût que les Russes riches et bien élevés ont pour les voyages, en leur refusant autant que possible d’aller en France et qu’à ne plus laisser, dans les établissements publics, la même latitude d’admettre les professeurs français et d’enseigner plusieurs cours dans cette langue. Quant aux Français qui viennent en Russie, ils sont, en général, bien accueillis et nullement tracassés. Plusieurs même sont appelés et encouragés à venir lorsqu’ils peuvent être utiles. C’est sous la direction d’un Français M. Chateau qu’on établit les lignes télégraphiques. M. le baron Heurleloup a été mandé pour apporter un nouveau modèle de fusil qu’on dit fort ingénieux et vient de recevoir, outre une somme considérable, la décoration de St Wladimir. M. Brosset, élève de M. de Sacy, a été nommé membre de l’Académie et on lui a arrangé une bonne position ici3.

64. les activités des diplomates français en Russie et leurs efforts pour défendre les intérêts de leurs concitoyens. Cette thématique, étroitement liée avec les précédentes, sera abordée dans cet article à partir de documents qui révèlent que les diplomates ont été non seulement les défenseurs de leurs compatriotes persécutés, mais aussi victimes eux-mêmes de persécution et étroitement surveillés. Pour traiter de ce sujet, j’ai eu recours bien entendu aux documents conservés au GARF, mais aussi à ceux conservés par le service des archives du ministère des Affaires étrangères en France.

I. — Représenter la France à l’étranger : les missions des diplomates

  • 4 Полное собрание законов Российской империи : Собрание 2, t. 2, no 802, 1827.
  • 5 Louis-Antoine Léouzon le Duc, La Russie contemporaine, Paris, 1854, p. 413-421.
  • 6 MAE La courneuve, Mémoires et documents, Russie, t. 35, fol. 331.

7Alors que le cérémonial officiel de leur présentation auprès de l’empereur est bien décrit en menus détails par un oukase impérial4, les tâches quotidiennes des diplomates les amènent à être confrontés sur le terrain à des situations et des problèmes non prévus par les lois. Les diplomates de la mission française à Saint-Pétersbourg et des autres consulats français s’occupent de tous leurs compatriotes arrivant en Russie, ils leur délivrent des certificats de nationalité ou d’immatriculation qui « restaient conservés aux matricules de l’ambassade et servaient à l’étranger, non seulement pour le premier voyage qu’il faisait en Russie, mais encore pour tous ceux qu’il lui plairait d’y entreprendre dans la suite »5. Mais ce n’est pas leur seule fonction, ils doivent aussi défendre les intérêts de leurs compatriotes résidant en Russie ou y séjournant provisoirement. Le 1er mai 1828, le ministre des Affaires étrangères français le comte de La Ferronnays, lui-même ancien ambassadeur à Saint-Pétersbourg, signale dans les instructions qu’il donne au duc de Mortemart, nouvel ambassadeur du roi en Russie, qu’il « aurait aussi à s’occuper des intérêts des sujets français que leurs affaires peuvent appeler en Russie. Il leur accorderait sa protection en la réservant plus particulièrement pour ceux qui seront dans le cas de la justifier »6. Respectueux de ces instructions, tous les diplomates envoyés au poste en Russie sont spécialement sensibles au sort des Français victimes d’injustice ou de persécution ; tous, par l’intermédiaire du vice-chancelier russe le comte Nesselrode, interviennent auprès de la Troisième Section en faveur de leurs compatriotes persécutés.

8Ainsi, en décembre 1829 le duc de Mortemart envoie au comte de Nesselrode une « note confidentielle » traitant de ces questions :

  • 7 GARF, fonds no 109, expédition no 3, liste no 114 (1829), no 121, fol. 1-5.

À la suite des entretiens que l’ambassadeur de France a eu l’honneur d’avoir avec M. le vice-chancelier de l’Empire au sujet de l’arrestation du sieur Étienne Donniere et des formes sévères dont la police impériale avait cru devoir user envers ce sujet du roi, Son Excellence a bien voulu prier le duc de Mortemart de lui adresser quelques observations qui servissent à régler à l’avenir la marche qu’adopterait à l’égard de l’ambassade de Sa Majesté le gouvernement impérial en cas d’expulsion de sujets français du territoire russe.
C’est pour se conformer à ce désir que le duc de Mortemart à l’honneur de proposer aujourd’hui à M. le comte de Nesselrode l’adoption des mesures suivantes :
1. Dans le cas où un sujet du roi, par l’imprudence de sa conduite ou l’inconvenance de ses propos, aurait éveillé les soupçons de la police impériale, l’ambassadeur de S. M. convaincu qu’il suffirait souvent d’un langage énergique ou d’un avertissement salutaire pour prévenir de fâcheux résultats, désirerait que des informations préalables qui lui seraient transmises par l’intermédiaire du ministère impérial lui fournissent les moyens d’éclairer l’individu qui s’est rendu suspect sur le sort qu’il se prépare et le danger qui le menace. En effet des discours indifférents, légaux même en France, peuvent être répréhensibles et dangereux en Russie. Un Français qui veut s’y établir ignore trop souvent les nouveaux usages auxquels il s’est soumis ; se croyant innocent, il est sans défiance. Cependant, surveillé par la police, excité peut-être par des agents subalternes qui, dans tous les pays, se laissent par un zèle mal entendu emporter au-delà du devoir, il donne ainsi lieu, sans s’en douter, aux accusations les plus graves, et se trouve enfin justement puni sans pouvoir se persuader qu’il est coupable. Mais prévenu à temps par quelques mots à la fois bienveillants et sévères de l’ambassadeur ou, s’il est établi dans l’intérieur, par une lettre catégorique, il ouvrira les yeux sur son imprudence et ne tardera pas à mieux comprendre sa position. L’adoption de cette mesure préservative, si conforme en tous points à l’esprit du gouvernement de Sa Majesté Impériale, rendrait, on l’espère au moins, les autres inutiles.
2. Lorsqu’il s’agirait d’accusations plus graves, ou lorsque l’individu soupçonné n’aurait point tenu compte des avertissements de l’ambassadeur, la police ordonnerait son expulsion du territoire, prendrait soin de la porter à l’instant même à la connaissance du représentant de S. M. par l’organe du ministère impérial. De cette manière, le sujet français contraint de quitter la Russie pourrait du moins recevoir un passeport autre que celui de la police, peu propre à lui mériter la bienveillance des autorités auxquelles il doit se présenter au sortir du territoire russe et, suivant les circonstances, des secours pécuniaires qui le missent à l’abri du désespoir et de la misère. On attacherait d’autant plus d’importance à l’observation de cette formalité qu’à son défaut des intérêts de la plus haute importance se trouveraient souvent compromis.
Il serait inutile de faire ici l’énumération des conséquences qu’entraînerait son omission, mais, par exemple, un négociant français qui, pour suivre à Saint-Pétersbourg une opération décisive peut-être pour sa fortune, y enverrait un agent, chassé plus tard par la police, deviendrait certainement contre l’intention du gouvernement impérial la victime de l’imprudence de l’employé qu’il aurait choisi, dans le cas où celui-ci ne pourrait point, avant son départ, charger l’ambassade ou le consulat de veiller aux intérêts de son commettant. Dans cette dernière hypothèse, que de sourdes intrigues, que de délations coupables, dont le but véritable échapperait peut-être à la police, qui, n’agissant en effet que pour le maintien de l’ordre, servirait malgré elle la haine et la cupidité.
3. Si l’individu expulsé était fixé en Russie avec sa famille, peut-être pour prévenir des abus qui ne seraient point sans exemples, serait-il à désirer que l’ambassadeur du roi fût, avec l’assentiment du ministère impérial, reçu à provoquer l’expulsion simultanée de sa femme et de ses enfants. Cette mesure qui, appliquée à tous les cas, pourrait être taxée d’extrême rigueur, deviendrait dans quelques autres un acte de justice et d’humanité.
De son côté l’ambassade du roi s’empressera de communiquer au ministère impérial tous les faits qui viendraient à sa connaissance, au sujet des Français établis dans l’Empire et qui seraient de nature à intéresser le maintien de bon ordre et de la tranquillité publique, bien convaincu que rien n’est plus propre à resserrer encore l’intimité des relations existantes entre les deux pays, qu’un mutuel échange de procédés officieux et d’informations amicales7.

II. — Recenser les Français naturalisés russes

  • 8 Ibid., liste 119 (1834), no 90, fol. 1-59v.

9Il est évident que les ambassadeurs français tiennent à distinguer les Français « purs », soit ceux qui ont gardé la nationalité française au sens juridique du terme, des Français devenus sujets russes et, par ce fait, ayant perdu droit à la protection de la part de l’ambassade. Nous devons à leur volonté d’obtenir les listes des naturalisés des documents précieux dont un dossier daté de 1834 intitulé « O всех вступивших в русское подданство французских подданных » [« De tous les Français naturalisés sujets russes »]8. Ce dossier s’ouvre sur la demande adressée par le maréchal Maison, ambassadeur de France, le 7/19 avril 1834 au comte Nesselrode, vice-chancelier. Cette demande est transmise, selon la procédure habituelle, au comte Benkendorf, chef suprême de la Troisième Section.

10Le maréchal Maison se réfère à l’ordonnance de Louis-Philippe relative à l’immatriculation dans les chancelleries consulaires des Français résidant à l’étranger. Cette ordonnance, datée du 28 novembre 1833, oblige « les Français résidant à l’étranger qui voudront s’assurer la protection de consul dans l’arrondissement duquel ils sont établis », de se faire inscrire, après la justification de leur nationalité, « sur un registre-matricule, tenu à cet effet dans la chancellerie de chaque consulat », ceci pour garantir aux personnes inscrites qui en feront la demande la livraison gratuite des certificats d’immatriculation. L’ordonnance précise que les Français ayant perdu leur nationalité « ne pourront être admis à l’immatriculation et seront rayés du registre s’ils y ont été inscrits ».

11En vertu de cette ordonnance, le maréchal Maison sollicite du comte de Nesselrode la liste de « tous les Français habitant la Russie, mais particulièrement ceux résidant à Saint-Pétersbourg et à Moscou qui ont prêté serment de sujétion à Sa Majesté Impériale et qui, dès lors, ont perdu tous leurs droits de citoyens français ». Cela est, en effet, nécessaire, car dans plusieurs circonstances « des Français devenus sujets russes dans toute l’acception du mot, croyant de leur intérêt de recourir à la protection française, se sont prévalus de leur origine et de leur nationalité primitive en ayant bien soin de laisser ignorer les actes qui leur en ont fait perdre les droits et les privilèges ». Sa demande concernant la période antérieure à 1827, l’ambassadeur de France joint à sa lettre un document intitulé « État nominatif des Français naturalisés en Russie depuis le 1er janvier 1827, ou État des Français qui, sur leur demande, ont obtenu des lettres de naturalisation en Russie, depuis le 1er janvier 1827, en prêtant serment de sujétion à l’Empire ».

12Cet état comporte les noms de quarante-neuf personnes dont huit femmes ; dix-sept personnes ont prêté serment à Saint-Pétersbourg, huit à Moscou, deux à Odessa, une à Tiflis, une à Tver, deux à Kherson, une à Orenbourg, une à Sébastopol, une à Vyborg, une à Mogilev, une à Astrakhan, pour treize personnes le lieu de prestation du serment n’est pas indiqué. Les professions exercées par ces personnes et mentionnées dans cette liste sont les suivantes : on compte un lieutenant au service de la Russie en retraite, un maître de langue française dans le Corps des pages, un cultivateur, un ci-devant négociant, un précepteur, deux domestiques, quatre négociants, un propriétaire, un maître d’hôtel, un colonel d’artillerie, un marchand, un employé à la régence, un fabricant (avec sa femme et sa fille), deux instituteurs (dont l’un avant d’avoir prêté serment à Mogilev en 1830 « a été sergent aux armées françaises et fait prisonnier de guerre en 1812 »), un lieutenant en retraite, un dentiste, trois « commis-marchands », une actrice, un maître de langue allemande attaché au corps des cadets de Moscou, un relieur, un valet de chambre, un professeur, quatre commerçants, un apothicaire, un fabricant de coton, etc. La liste donne aussi les dates de prestation du serment : deux personnes ont prêté serment en 1827, cinq en 1828, dix en 1829, dix en 1830, un en 1831, six en 1832, quatre en 1833 et onze en 1834.

13Telle est la liste que possède alors l’ambassade de France. Les Français en attendent une autre de la Troisième Section. Pour répondre à cette demande des diplomates français, les chefs des gouvernements reçoivent l’ordre de transmettre à la Troisième Section les renseignements concernant les Français devenus sujets russes, résidant dans leur circonscription. Le premier à répondre est le comte Petr Essen, gouverneur général militaire de Saint-Pétersbourg. Il envoie le 30 novembre 1834 un document intitulé « Список всем вообще французам (обоего пола), в Санкт-петербургской губернии проживающим, принявшим присягу на верность подданства России до1827 года » [« Liste de tous les Français des deux sexes habitant dans le gouvernement de Saint-Pétersbourg, ayant prêté le serment de sujétion à l’empire russe avant 1827 »].

  • 9 Les exceptions existent, bien sûr ; ainsi, dans la liste présentée par Essen, on trouve un certain (...)

14Cette liste contient les noms de quatre-vingt-quatorze personnes dont dix-huit femmes ; quatorze personnes sont nées à Saint-Pétersbourg, trois à Moscou et les autres sont arrivées en Russie entre 1807 et 1823. Si pour la plupart de ces personnes, ni la date de naissance ni la date d’arrivée ne sont signalées, par contre les documents ayant déclenché le processus de la naturalisation sont indiqués : billet ou permis du département étranger de la chancellerie du gouverneur général militaire de Saint-Pétersbourg (cinquante-trois cas), oukase du Sénat (neuf cas), proposition du gouverneur civil (six cas), supplique (quatre cas), lettre officielle du ministre de l’Intérieur (deux cas), proposition du ministre de la police (deux cas), lettre officielle du chef de la Marine (un cas), volonté de Sa Majesté Impériale (un cas), document de l’ambassadeur de France (un cas), proposition du gouverneur général militaire (un cas), document de la chancellerie du grand-duc Constantin (un cas), documents de la chambre des Finances (deux cas), attestation de l’école allemande de Saint-Pierre ou Peterschule (un cas). On voit que les causes de ces prestations sont variées. Il en est de même des professions des naturalisés. Les métiers les plus divers sont représentés, on y trouve des militaires prisonniers de guerre, dont un officier, un maréchal des logis, un grenadier et un général (c’est lui qui en 1822 avait prêté serment avec la permission de l’empereur), mais aussi des marchands (sept personnes), un imprimeur, une institutrice, un tailleur, un fabricant, un ferblantier, deux apprentis de pharmacien, six commis de marchand, un négociant, un copiste, un employé de bureau, un apprenti d’argenteur, trois gouverneurs, une marchande de modes, deux machinistes, un apprenti d’ingénieur des constructions navales, une modiste, deux couturières, un fabricant de drap, un horloger, un apprenti de joaillier, un pédicure, un mouleur en bronze, un fabricant de bronze, un apprenti de passementier, un instituteur, un peintre en bâtiments, une demoiselle de compagnie, un apprenti de serrurier, un cuisinier, un bouilleur de cru, un maître d’hôtel, un étudiant, un charpentier de bâtiments, et pour plusieurs personnes la profession n’est pas mentionnée. Cette liste montre que les Français utiles à la Russie et qui y ont pris racine appartiennent pour la plupart à la classe moyenne et travailleuse9.

  • 10 Plus connu sous la forme francisée de son nom Golitzine.

15Les chefs des autres gouvernements mettent plus de temps à répondre. La « Список всем вообще французам (обоего пола) в Московской губернии проживающим, учинившим присягу на верность подданства России с 1 января 1813 г. по 1 января 1827 г. » [« Liste des Français de deux sexes ayant prêté serment dans le gouvernement de Moscou en 1813-1827 »] n’est envoyée par le prince Dmitri Golitsyn10, gouverneur général militaire de Moscou, que le 29 juin 1835, soit un an après la demande du maréchal Maison, alors que ce dernier a déjà quitté son poste et a regagné la France. Le contenu de cette liste ne présente pas de grandes différences par rapport à celui de la liste de Saint-Pétersbourg. Mais elle concerne un nombre plus restreint de Français (38 en tout, dont 5 femmes) dont le quart (10) est constitué par les marchands de différentes guildes. Outre ces marchands, figurent dans la liste cinq bourgeois, deux employés, un fils d’instituteur, un danseur, un commissionnaire de marchand, un fabricant, un intendant, deux médecins, un commis, une veuve d’officier français et une fille d’instituteur défunt, etc. Quant aux dates du serment, elles varient de 1813 à 1825. La liste moscovite ne dit rien sur les raisons des naturalisations.

16Les employés de la Troisième Section, de leur côté, mettent aussi du temps pour transmettre les résultats de ces enquêtes au vice-chancelier. Ce n’est que le 22 février 1836 que Benkendorf envoie à Nesselrode (pour transmission à l’ambassade de France) les listes venues des gouvernements de Saint-Pétersbourg et de Moscou. Comme les Français veulent obtenir aussi des renseignements sur les autres gouvernements de l’Empire, les enquêtes se prolongent jusqu’à l’automne de 1836. Les listes envoyées par les différents gouvernements (toujours pour la période de 1813 à 1827) informent qu’il y a onze personnes ayant prêté serment de sujétion dans le gouvernement de Tambov, trois personnes dans le gouvernement de Voronej, quatre dans la région de Belostok, aucune dans le gouvernement de Vladimir et quatre dans le gouvernement de Viatka, probablement des prisonniers de guerre car leur serment date des années 1814-1815 et que, célibataires alors, ils se sont ensuite convertis à l’orthodoxie et ont épousé des femmes russes. Dans le gouvernement de Perm, il ne se trouve qu’un seul Français, aussi ancien prisonnier de guerre, qui ait souhaité devenir russe ; dans le gouvernement de Kiev on en compte trois, cinq dans le gouvernement d’Orenbourg, tous prisonniers de guerre, à l’exception de la femme d’un bourgeois. Enfin, une dépêche officielle venue d’Odessa fait savoir que dans cette ville il n’est pas possible de dresser la liste des Français ayant prêté serment de sujétion avant 1827, car à cette époque on n’exigeait pas des étrangers de présenter des documents officiels signés de leurs consuls. Si dans les deux capitales russes les métiers exercés par les Français devenus sujets russes sont, comme on a vu, assez variés, en province on a essentiellement affaire à d’anciens prisonniers de guerre restés en Russie et à des instituteurs, et souvent ces instituteurs sont d’anciens prisonniers de guerre.

III. — Protéger les Français

17Si les diplomates français ne veulent pas défendre les intérêts des Français devenus russes, les Français ayant conservé leur nationalité peuvent toujours compter sur leur protection, et, à plusieurs reprises, les efforts des diplomates sont couronnés de succès. Par exemple, en 1831 le duc de Mortemart réussit à prouver l’innocence d’un dénommé Lagrange dont l’histoire compliquée est relatée dans une lettre de l’ambassadeur au vice-chancelier Nesselrode datée du 23 mai/4 juin 1831 :

  • 11 GARF, fonds no 109, expédition no 3, liste no 115 (1831), no 158, fol. 22-23v. Les passeports des (...)

Le Sr Emmanuel Lagrange, sujet français, fils de M. Lagrange, ancien commissaire des guerres, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, demeurant à Metz, est parti de cette dernière ville, muni d’un passeport français en date du 4 ou 5 septembre 1830 délivré pour la Russie par le préfet de la Moselle et revêtu du visa du ministère des Affaires étrangères ainsi que de l’ambassade impériale à Paris. Arrivé à Riga le 20 octobre 1830, le Sr Lagrange obtint un passeport russe, sur le dépôt de celui qui lui avait été délivré en France, et repartit de cette ville, pour accompagner sa sœur dans le gouvernement de Lithuanie, d’où il devait se rendre à Saint-Pétersbourg. Cependant le passeport délivré par l’autorité de Riga ayant été envoyé à Wilna pour être visé, s’égara dans les bureaux. Sur ces entrefaites, le Sr Lagrange, par suite des événements, fut forcé de quitter la terre de Labznire près Rossian, et de se réfugier à Tilsit. Avant de quitter la Russie, il avait vainement réclamé la restitution de son passeport français ; il dut donc en solliciter un nouveau de l’autorité prussienne et, l’ayant obtenu, il rentra en Russie le 19 avril 1831, par Memel et Polangen. Mais à l’échange de ce second passeport à Riga, l’autorité russe trompée par l’origine du document qui lui était présenté, et malgré les représentations du Sr Lagrange, ne voulut le reconnaître qu’en qualité de sujet prussien. C’est pour la rectification de cette erreur que ce sujet français vient de recourir à l’intervention de l’ambassade et je m’empresse, M. le Comte, d’appuyer auprès de Votre Excellence la demande du Sr Lagrange. Le simple récit des faits aura suffi sans doute pour convaincre le ministère impérial de la justesse de cette réclamation, d’autant plus importante pour le Sr Lagrange que la difficulté qu’il éprouve aujourd’hui pourrait l’exposer plus tard à de graves inconvénients.
Votre Excellence trouvera ci-joint une copie de l’acte de naissance du Sr Lagrange. L’époque et le lieu mentionnés dans ce document expliquent suffisamment l’erreur dans laquelle sont tombées les autorités de Riga, qui peuvent n’avoir point songé qu’en 1803 la ville de Trèves était passée sous la domination française11.

18Lagrange obtient ainsi la permission de rester en Russie mais il est soumis à une surveillance secrète.

  • 12 MAE La courneuve, Correspondance politique, Russie, t. 172, fol. 333 et suiv. À comparer la versio (...)

19En l’absence des ambassadeurs, ce sont les chargés d’affaires qui œuvrent pour la défense de leurs compatriotes. Ainsi, en 1826 l’instituteur Rigot est défendu avec succès par G. de Fontenay, chargé d’affaires français, qui relate l’affaire au baron de Damas, ministre des Affaires étrangères, dans une dépêche datée du 14 septembre 1827. Rigot de la Branchardière, « homme instruit, de bonnes mœurs, d’une conduite irréprochable », était employé comme professeur dans une maison d’éducation tenue par un Français Cournand. Dans cette maison, la meilleure de Saint-Pétersbourg, raconte Fontenay, il y a une chapelle desservie par un prêtre grec, où les jeunes Russes sont conduits régulièrement aux offices par un des maîtres de service. Un dimanche, Rigot accomplit ce devoir ; il est malade, a même le bras en écharpe et, fatigué de rester longtemps debout, il s’assied « modestement et avec décence », à la fin de l’office, sur une des chaises qui se trouvaient dans la chapelle ; la comtesse Zubov qui assiste à la messe, souligne Fontenay, est également assise. Or, pour cet acte, Rigot est dénoncé, il est arrêté par la police et traité par le gouverneur général, l’aide de camp du général Koutouzov, « avec une dureté excessive » : sans aucune explication, on fait conduire Rigot dans un asile de fous où il est dépouillé de ses habits et « traité avec toute cette barbarie dont les subalternes ne sont que trop souvent les artisans dans ces tristes refuges ». Grâce aux démarches que Fontenay fait immédiatement auprès du vice-chancelier Nesselrode, Rigot peut sortir de l’asile de fous, mais « il n’en a pas moins passé trente-six heures dans cette épouvantable position ». Il reçoit en même temps l’ordre de quitter non seulement l’établissement où il est employé, mais aussi la Russie, ce qu’il ne manque pas de faire12 !

  • 13 Sur les activités de Lagrené en Russie, voir Véra Milchina, « La censure sous Alexandre Ier vue pa (...)
  • 14 MAE La courneuve, Correspondance politique, Russie, t. 187, fol. 280-281. Suit le texte du « mémor (...)

20Un autre chargé d’affaires, Théodose de Lagrené13, s’emploie en 1833 à la défense d’un Français, « le sieur Pardigon qui avait été vendu aux enchères pour que le prix de son travail, remis par l’acquéreur au créancier, servît à l’extinction d’une dette que Pardigon déclarait ne pouvoir acquitter ». Lagrené proteste contre cette mesure, soumet « des observations à propos des dispositions de la loi russe » au vice-chancelier Nesselrode et reçoit de lui « un mémorandum » dont il envoie la copie au duc de Broglie le 11 décembre 1833. Lors de leur rendez-vous, dit Lagrené, le vice-chancelier « est entré aussi dans quelques explications qui ne pouvaient trouver place dans une note officielle ». Il avait fait savoir au diplomate français que suite à ses entretiens au sujet de ce mémorandum avec le ministre de la Justice Daškov, ce dernier avait pris conscience de la nécessité de revoir quelques points de la législation de l’empire en contradiction avec les progrès de la civilisation, mais que ce travail immense ne pouvait pas être exécuté partiellement et qu’il fallait attendre une révision « concordante et générale ». Lagrené résume la situation dans sa dépêche au duc de Broglie en ces termes : « Il est donc probable, que malgré l’espèce de fin de non-recevoir qui paraîtrait résulter du mémoire mentionné, la disposition rigoureuse appliquée au Sieur Pardigon disparaîtra prochainement des lois russes »14.

  • 15 GARF, fonds no 109, expédition no 3, liste no 114 (1829), no 84, fol. 1-16.
  • 16 Véra Milchina, « Des liaisons dangereuses : lettres des Français en Russie interceptées par les ge (...)

21Si, dans ce cas, le diplomate français a pu se faire entendre par le gouvernement russe, bien qu’une solution n’ait pas été trouvée pour l’infortuné Pardigon, dans plusieurs autres cas les diplomates français se heurtent à un échec absolu. Ainsi, en 1829 Mortemart ne peut rien faire pour un dénommé Coupelier. Cet abbé qui veut prêter serment de sujétion à l’empereur russe, est, malgré les requêtes de l’ambassadeur de France, renvoyé de Russie sans avoir le droit d’y revenir, car il a échoué aux examens pour un poste d’enseignant à l’université et surtout il est soupçonné d’être un jésuite caché15. Mortemart n’a pas plus de succès dans ses tentatives de défendre Louis Paris, dont le célèbre philologue Gaston Paris fut « neveu de prédilection »16.

  • 17 Astolphe de Custine, La Russie en 1839, Paris, 2005 (1re éd. Paris, 1843), p. 742-743.
  • 18 Ibid., p. 741-745, 749 et 758-760. L’histoire de Pernet fut très populaire chez les auteurs frança (...)

22Si les diplomates ne peuvent pas s’opposer toujours à l’expulsion de leurs compatriotes, ils réussissent néanmoins de temps en temps à améliorer leur sort. L’exemple le plus connu est celui de Louis Pernet (1814-1846), voyageur français arrêté et envoyé au bureau de police moscovite comme suspect. Selon la version officielle, l’arrestation s’explique par le fait que son passeport n’est pas en règle, tandis que selon ses défenseurs, les opinions libérales exprimées ouvertement par le Français à bord du bateau à vapeur qui l’amenait en Russie en sont la véritable cause. Le consul français à Moscou Nicette-Nicolas Weyer, alerté par Custine, ne veut rien faire pour son compatriote. Il justifie son indifférence par la conduite de Pernet qui, lors de son séjour de quelques mois à Moscou, n’a pas jugé à propos « de faire la moindre démarche auprès du consul de France »17. Sans l’intervention de l’ambassadeur de France Prosper de Barante, averti par le marquis de Custine qui a conté cette histoire dans sa Russie en 1839, Pernet aurait été retenu à la police encore plus longtemps18.

IV. — Défendre l’honneur de la France

  • 19 Vicomte de Guichen, La révolution de Juillet 1830 et l’Europe, Paris, [1916], p. 136.
  • 20 MAE La courneuve, Correspondance politique, Russie, t. 180, fol. 284. Les mêmes événements sont re (...)
  • 21 MAE La courneuve, Correspondance politique, Russie, t. 181, fol. 7.

23Les archives relatent aussi des situations où les diplomates estiment que l’honneur français est en jeu et qu’ils ont le devoir de le défendre. Lors de l’été 1830, le duc de Mortemart est en congé et c’est le chargé d’affaires le baron de Bourgoing qui le remplace à l’ambassade. C’est alors qu’arrive à Saint-Pétersbourg la nouvelle de la révolution de Juillet. L’ambassadeur russe à Paris, Pozzo di Borgo, reçoit alors l’ordre non seulement de faire quitter le territoire français aux sujets russes, mais aussi de ne plus viser les passeports des Français ayant l’intention de se rendre en Russie19. « Les mesures furent prises relativement à la non-admission des Français arrivant désormais en Russie, ainsi qu’au défaut de reconnaissance du pavillon tricolore », se plaint Bourgoing dans sa dépêche du 8/20 août 183020. Cette interdiction d’entrer en Russie concerne d’abord tous les sujets français, y compris les courriers diplomatiques. Ces derniers reçoivent en premier l’autorisation de revenir. Un peu plus tard, d’autres concessions sont faites, et le 20 août/1er septembre 1830 Bourgoing peut, non sans plaisir, écrire au ministre des Affaires étrangères le comte Molé qu’à la suite de l’arrivée du général Athalin, envoyé extraordinaire de Louis-Philippe, « les bâtiments français entrent aujourd’hui sans aucun obstacle dans le port de Kronstadt avec le pavillon national » et que « plusieurs exceptions ont déjà été accordées aux Français arrivés en Russie et qui avaient jusqu’ici obéi à la défense générale de n’y point pénétrer »21.

  • 22 Ibid., t. 180, fol. 283 v.-284.

24Néanmoins, des Français établis en Russie avant les événements de juillet n’ont pas quitté le pays. Bourgoing s’occupe de la défense de leurs intérêts. Le 8/20 août 1830, il informe le ministre des Affaires étrangères du nouveau gouvernement (dont il ignore encore le nom !), qu’il a « établi en principe » que toute faute particulière, tout propos indiscret d’un Français en présence des sujets russes ne doit pas affecter les intérêts généraux de la colonie et les relations de commerce, seul l’auteur de la faute en est responsable. Il fait connaître ces dispositions par une circulaire aux dix consuls et vice-consuls résidant en Russie et leur prescrit de porter à la connaissance de tous les sujets français qu’ils se trouvent ainsi « solidairement intéressés à se donner réciproquement des conseils de prudence et de modération ». Bourgoing communique sa circulaire à l’empereur qui le remercie officiellement et lui « donne en retour l’assurance que pleine et entière protection continuerait à être accordée aux sujets du roi de France qui habitent en Russie et dans le royaume de Pologne »22.

  • 23 Dépêche de Bourgoing du 20 septembre/2 octobre 1830 (MAE La courneuve, Correspondance politique, R (...)

25À l’automne 1830, Bourgoing, toujours chargé d’affaires, s’emploie à défendre les intérêts de la France. Lors de l’épidémie de choléra, il informe le comte Molé ministre des Affaires étrangères de la discrimination qui frappe en Russie les médecins français, discrimination contre laquelle il proteste officiellement. Dans des circonstances aussi graves, écrit-il, le gouvernement impérial a fait un appel aux connaissances médicales de diverses facultés de l’Europe et ouvert un concours pour l’examen des causes déterminantes et des moyens curatifs d’une maladie mal observée et peu connue jusqu’à présent, mais il a oublié de s’adresser à la faculté française. Et si les praticiens français sont tout de même envoyés par le gouvernement russe à Saratov pour lutter contre les progrès du choléra-morbus, ils ne sont que deux des quatre exerçant la médecine à Saint-Pétersbourg. Bourgoing se plaint aussitôt auprès de M. de Nesselrode de cette « exclusion à la fois si injurieuse pour la France et si préjudiciable à la Russie » arguant de « tout ce qu’il y avait d’injuste et de contradictoire dans cette proscription de notre langue et de notre pays quand il s’agit des intérêts de la science et de l’humanité »23.

  • 24 Voir plus en détails : Véra Milchina, « Открытие Александровской французского дипломата : символик (...)

26Les diplomates français sont si scrupuleux sur l’honneur de leur pays que le 30 août/11 septembre 1834 le maréchal Maison est le seul ambassadeur étranger absent à la cérémonie d’inauguration de la colonne Alexandre, place de Palais à Saint-Pétersbourg. En effet, cette colonne ayant été érigée pour commémorer la victoire de l’armée russe et de ses alliés en 1814 sur les Français, Maison préfère ne pas venir à une cérémonie qui pourrait être perçue comme « anti-française »24.

V. — Partager le sort des surveillés et des persécutés

27Il arrive aussi que ces diplomates français en poste à Saint-Pétersbourg soucieux de veiller à la sécurité de leurs compatriotes, deviennent eux-mêmes victimes de délations des agents secrets russes et de persécutions de la part de la Troisième Section.

  • 25 GARF, no 109, dossier no 1, liste no 6, no 383, fol. 1-6. Bourgoing intéressait beaucoup la haute (...)

28Ainsi lorsque le baron de Bourgoing revient en juin 1831 à Saint-Pétersbourg par la Suède et la Finlande, l’empereur Nicolas Ier ordonne qu’il fasse l’objet d’une surveillance secrète lors de son voyage pour connaître les noms des personnes qu’il contacte et savoir quelles rumeurs circulent pendant ce voyage25.

29Quant au duc de Mortemart, il fait en octobre 1831 l’objet d’un rapport anonyme que voici :

  • 26 Aleksej Petrovič Ermolov (1772-1861), général russe qui commandait en 1816-1827 l’armée russe au C (...)

Une personne non mariée, nommée Marie Launer, faisant l’état de gouvernante et donnant des leçons de danse, se trouve à Saint-Pétersbourg depuis l’an 1825. Elle a adressé une lettre à Son Excellence monsieur le général de Benkendorff, pour le prier de lui envoyer un affidé sûr, auquel elle puisse communiquer des choses importantes pour le maintien de l’ordre public. Dans son entrevue avec l’affidé, la demoiselle Launer lui a tenu les propos suivants. Il y a de cela près de deux mois, que le duc de Mortemart a lu, en ma présence, à sa maîtresse, la nommée Szymanowicz, connue sous le nom de Надеждинька, un appel aux Russes, revêtu de la signature du général Yermoloff26. Le duc a observé alors qu’il était surprenant que le gouvernement n’a pris, dans le temps, aucune mesure pour empêcher l’envoi de la traduction de l’appel dans l’intérieur du pays. J’avoue que depuis longtemps, ajouta la demoiselle Launer, je m’aperçois du peu de soin que prend le gouvernement pour prévenir le mal. Oui, on ne songe à le réprimer qu’au moment de l’explosion. […] Nadinka, que le duc de Mortemart n’a point voulu emmener avec lui, soi-disant à cause des quarantaines, n’a pas trop à se louer du duc qui s’est conduit avec elle non comme un ambassadeur, mais comme un simple particulier, elle utilise autant qu’elle le peut le temps de son absence et ne se montre point tigresse pour ceux qui sont disposés à faire quelques sacrifices pour avoir le plaisir de l’entretenir en particulier.

  • 27 GARF, fonds no 109, Archives secrètes, liste no 3, no 2337, fol. 67-68. Cette délation est. GARF, (...)

30L’auteur du rapport continue en décrivant les relations de « Nadinka » avec un certain Djafaro, « un bel homme que son costume asiatique rend encore plus piquant » qui est « doublement et peut-être triplement utile à Nadinka, soit en lui fournissant l’occasion de se faire acheter des châles, soit en lui procurant des adorateurs, soit enfin en se contentant pour ses bons offices d’un salaire qu’il prélève en nature »27.

  • 28 MAE La courneuve, Correspondance politique, Russie, t. 186, fol. 283-292.

31Un bel exemple des difficultés rencontrées par les diplomates français en Russie est celui qui concerne un sujet français, ancien officier nommé Pierraggi, affaire relatée dans un rapport de Lagrené daté du 20 mai 183328. Pierraggi, arrivé à Saint-Pétersbourg comme compagnon de l’agent du courrier diplomatique français Franceschi, porteur des papiers du ministre des Affaires étrangères le duc de Broglie, est arrêté par la police russe alertée par une lettre de l’ambassadeur russe à Paris Pozzo di Borgo. Pozzo di Borgo présente Pierraggi comme un révolutionnaire dangereux « par l’exaltation de ses idées républicaines et affilié à une société des amis du peuple ». L’histoire de son arrestation et les efforts de Lagrené pour sa remise en liberté témoigne du soin apporté au traitement des sujets français porteurs de passeports diplomatiques. On peut lire dans ce rapport qu’à en croire Pozzo di Borgo ledit Pierraggi :

[…] s’introduisit à Saint-Pétersbourg en se faisant passer pour le valet de chambre de M. de Franceschi, espérant, à l’aide de ce subterfuge, parvenir à se soustraire à l’action des autorités de la frontière, qui ont ordre de n’admettre en Russie que les individus formellement autorisés à cet effet par le visa des légations impériales à l’étranger. On ajoutait que M. Pierraggi, avant son départ de Paris, avait eu une conférence de deux heures avec le général Lafayette, que c’était un infâme scélérat et qu’il n’y avait pas une minute à perdre pour s’assurer de sa personne.

32Lagrené, d’abord, ne croit ni possible ni convenable de contester au gouvernement impérial le droit de surveiller et d’arrêter un étranger entrant dans l’empire. Il écrit :

Il m’a semblé que je n’aurais pu porter la question sur ce terrain que si M. Pierraggi eût été personnellement porteur d’un passeport de courrier et dans le cas où il aurait été couvert par le toit de l’ambassade. Il était, au contraire, représenté comme étant furtivement introduit dans l’Empire, sous une fausse qualification, sans passeport visé par l’autorité russe, et il avait été s’établir dans un hôtel garni. Quand bien même, ce qui était en effet, ainsi que je l’ai reconnu depuis, il aurait été porté, sous son nom et sa qualité véritable, sur le passeport d’un courrier, n’étant pas lui-même chargé de dépêches, il ne me paraissait pas possible d’alléguer en sa faveur la protection du droit des gens.

  • 29 Procédé rhétorique habituel des diplomates français en poste en Russie sous la monarchie de Juille (...)

33Néanmoins Lagrené demande à Nesselrode de lui remettre Pierraggi ; auquel cas, promet-il, « douze heures après, sans démonstration fâcheuse, sans mesures de rigueur dont il sera bien difficile d’empêcher les journaux de retentir29, M. de Franceschi, avec son compagnon de voyage, se serait dirigé vers la France ». Mais n’ayant pas obtenu satisfaction, Lagrené exige que Pierraggi soit placé sous sa responsabilité personnelle et qu’on ne l’oblige pas à quitter la Russie immédiatement, car il craint que le Français, dont la santé est déjà délabrée par la réclusion, ne puisse supporter le voyage. Or entre-temps la situation change : Lagrené apprend que :

M. Pierraggi était porté nominativement sur le passeport de M. Franceschi indépendamment de son valet de chambre. […] J’ai d’ailleurs acquis la certitude que M. Pierraggi était porteur d’un passeport régulier ; je sais de plus qu’il est inscrit sur les contrôles de l’Ambassade en qualité de Français. S’il ne s’est pas fait présenter à moi, c’est que, retenu chez lui pendant cinq jours, il lui a été impossible de sortir.

34Ces révélations permettent de régler l’affaire Pierraggi et le vice-chancelier confirme que le malentendu n’a été provoqué que par la situation équivoque des passeports des courriers diplomatiques.

  • 30 En 1833 on avait publié une loi prescrivant d’enlever aux barrières les passeports des courriers é (...)

Si j’avais vu dès le premier moment le passeport de M. de Franceschi, qu’on ne m’a remis que plus tard, la chose aurait pu s’arranger entre nous ; car nous aurions été rassurés par la garantie que nous donnait, en quelque sorte, la signature de M. le duc de Broglie. Quoi qu’il en soit, il serait à désirer qu’à l’avenir les passeports des courriers fussent exclusivement personnels et qu’il en fût délivré de spéciaux aux personnes qui voyagent avec eux30.

VI. — Aider ou ne pas aider les Français en difficulté

  • 31 Suzanne Voilquin, Mémoire d’une saint-simonienne en Russie (1839-1846), éd. Maïté Albistur et Dani (...)

35Les Français vivant en Russie sont conscients des avantages que leur vaut la présence à l’ambassade ou au consulat de France d’un diplomate prêt à les aider dans leurs mésaventures. Ainsi, dans une lettre à sa sœur écrite de Saint-Pétersbourg le 1er juillet 1840, la saint-simonienne Suzanne Voilquin se plaint du fait que « M. de Barante notre ambassadeur et sa famille quittent la Russie ». La Française est sûre que cela est fâcheux pour la colonie française car le consul Hugues Valade qui reste à la chancellerie, s’il sait se rendre utile à ses patrons, est plutôt froid quand il s’agit de défendre les intérêts de ses compatriotes31.

36Quelques années plus tard, en 1843, une affaire confirme que Suzanne Voilquin avait bien des raisons de regretter le départ de Barante. Elle souffre alors avec des amis français de Saint-Pétersbourg de la froideur du chargé d’affaires Casimir Périer, qui remplace Barante parti en 1841. Dans une lettre à sa sœur, elle écrit : « si l’histoire que je vais te raconter fût arrivée à des Anglais, l’ambassadeur de ce pays aurait parlé haut et ferme, et justice prompte et entière eût été rendue à ses concitoyens ». En revanche le magistrat français qui doit protéger ses concitoyens « s’est abstenu de toute démarche, et la réparation d’un grief un peu plus sérieux a dépendu entièrement de l’appréciation de la justice russe ». Il s’agit de défendre l’honneur du commis-voyageur Dupré et de sa femme, marchande de mode, dont la fille de quatre ans a été victime des « attouchements malsains » d’une mademoiselle Péchard et surtout de son amant russe, fils d’un très riche marchand. Or ni le consul Valade, ni le chargé d’affaires Périer ne s’empressent de venir en aide à leurs compatriotes. Le consul conseille aux parents offensés de faire écrire une lettre par le chargé d’affaires au comte de Benkendorf, chef suprême de la Troisième Section. À cette fin, la mémorialiste, amie de la famille offensée, demande audience au chargé d’affaires. Celui-ci la fait attendre assez longtemps, se présente « raide et gourmé dans une robe de chambre éclatante de vives couleurs », lui promet d’écrire la lettre en question mais ne le fait pas. Ce n’est que grâce à l’aide d’un Russe haut placé, le comte Zavadovskij, qui obtient de Doubelt, directeur de la Troisième Section, qu’il reçoive le père de la victime, que les Français ont l’espoir de voir leur offenseur puni. Mais, au dire de la mémorialiste, ce dernier, qui a graissé la patte aux juges, ne le sera pas. La Française ressent cette situation comme une capitulation honteuse de la diplomatie de son pays « qui veut la paix à tout prix et n’ira pas s’exposer à faire des représentations au moins inutiles pour une si minime affaire ». Elle s’exprime ainsi :

  • 32 Ibid., p. 227-235.

Il n’y avait pas à en douter, c’était bien là de la part des autorités françaises un déni de justice et de protection dont nous eussions été victimes sans la puissante intervention d’un noble comte russe. Nous en fûmes tous humiliés comme si l’honneur français en eût été amoindri devant les étrangers32.

  • 33 Prosper de Barante, Notes sur la Russie, 1835-1840, Paris, 1875, p. 133-134.

37Les diplomates français eux-mêmes se heurtent parfois, lorsqu’ils se mettent à la défense de leurs compatriotes, à la « vénalité impudente » des employés russes et aux « iniquités les plus révoltantes » dont sont victimes les Français cherchant à obtenir « la plus évidente justice ». L’ambassadeur de France Barante raconte dans ses Notes sur la Russie une mésaventure qui lui est survenue alors qu’il était en poste à Saint-Pétersbourg. Il s’efforce de faire mettre en liberté un marchand de Strasbourg arrêté sur un paquebot à Cronstadt au moment du départ. Ce dernier a été ramené à Saint-Pétersbourg à la suite de la plainte d’une femme qu’il aurait frappée. Barante réclame sa liberté sous caution. Le ministre des Affaires étrangères français écrit à ce propos au gouverneur de Saint-Pétersbourg le comte Essen ; le vice-chancelier par interim Constantin Rodofinikin va lui-même lui parler. Mais la police ne cède pas ; Barante apprend qu’on veut « tirer cinq cents roubles à ce pauvre marchand », et pour cette raison on le tient « au secret, mêlé aux filous ramassés dans les rues ». « De telles aventures ne sont point rares », finit par conclure l’ambassadeur de France33.

  • 34 Voir N. P. Wakar, « Les rapports de l’ambassade de France à Saint-Pétersbourg sur la conjuration d (...)
  • 35 Voir Prosper de Barante, Souvenirs du baron de Barante, de l’Académie française, 1782-1866, éd. Cl (...)

38Les textes écrits par les diplomates français sont considérés depuis longtemps comme une source précieuse pour l’étude de la vie politique et de la vie quotidienne en Russie. Mais, si les rapports des diplomates du XVIIIe siècle et de l’époque napoléonienne sont bien connus, ceux des ambassadeurs de la Restauration et de la monarchie de Juillet le sont moins, et surtout, ils n’ont pas été publiés, à l’exception de quelques dépêches de La Ferronnays34 et de la correspondance politique de Barante35. Nous espérons avoir démontré par cet article que cet oubli partiel est loin d’être juste.

Notes

1 Voir Т. Г. Деревнина, « Из истории образования III Отделения », dans Вестник Московского университета Серия 9. История, 1973, no 4, p. 51-69 ; И. В. Оржеховский, Самодержавие тив революционной России (1826-1880), Moscou, 1982 ; Россия под надзором. Отчеты III отделения1827-1869, Moscou, 2006 ; О. Ю. Абакумов, « […] чтоб нравственная зараза не проникла в наши пределы ». Из истории борьбы III Отделения с европейским влиянием в России (1830-е-начало 1860 - х гг.), Saratov, 2008. Le nombre des travaux consacrés à la police secrète avant 1917 a augmenté ces dernières années, mais leur qualité laisse souvent à désirer ; voir l’analyse pertinente de quelques ouvrages récents dans le livre d’Oleg Abakumov, « […] чтоб нравственная… », p. 4-5.

2 Cet aspect du problème est étudié par Michel Cadot, « Débuts de la navigation à vapeur et l’émigration française en Russie », dans Cahiers du monde russe et soviétique, 1963, t. 4, p. 387-398 ; Paul Gerbot, « Note statistique concernant la présence française en Russie au XIXe siècle », dans Cahiers du monde russe, 1992, t. 33, p. 121-125 ; Galina Kabakova et Alexandre Stroev, « Passer la frontière : une étape cruciale du voyage russe », dans Le chemin, la route, la voie, Paris, 2005, p. 479 et suiv.

3 MAE La courneuve, Correspondance politique, Russie, t. 192, fol. 144v.

4 Полное собрание законов Российской империи : Собрание 2, t. 2, no 802, 1827.

5 Louis-Antoine Léouzon le Duc, La Russie contemporaine, Paris, 1854, p. 413-421.

6 MAE La courneuve, Mémoires et documents, Russie, t. 35, fol. 331.

7 GARF, fonds no 109, expédition no 3, liste no 114 (1829), no 121, fol. 1-5.

8 Ibid., liste 119 (1834), no 90, fol. 1-59v.

9 Les exceptions existent, bien sûr ; ainsi, dans la liste présentée par Essen, on trouve un certain André Gervais, conseiller d’État qui avait prêté serment le 12 octobre 1818 d’après la proposition du ministre de la Police ; or cet homme, né en 1773 à Saint-Pétersbourg, fils d’un architecte français au service de la Russie, fit une carrière au ministère des Affaires étrangères où on lui confiait le décryptage des dépêches chiffrées envoyées par les diplomates russes. Exilé en 1811 à la suite de l’exil du ministre Speranskij, il regagna assez vite la faveur de l’empereur Alexandre et, après 1814, reçut un poste au ministère des Finances où il contrôlait le financement des armées russes à l’étranger, notamment en France. Ce n’est qu’en 1819 qu’il prit congé à cause d’une maladie et partit en France ; mais en 1818 où, selon la liste d’Essen, il avait prêté serment, il était au sommet de sa carrière bureaucratique, occupant un poste dans la commission d’amortissement des dettes d’État ; ainsi pour lui la procédure du serment était une pure formalité. Voir Русский биографический словарь, t. Жабокритский-Зяловский, Petrograd, 1916, p. 29-33.

10 Plus connu sous la forme francisée de son nom Golitzine.

11 GARF, fonds no 109, expédition no 3, liste no 115 (1831), no 158, fol. 22-23v. Les passeports des étrangers leur étaient enlevés pour être envoyés à la Troisième Section et y rester tout le temps de leur séjour. Ce n’est qu’au départ que l’étranger échangeait le billet de séjour qu’il avait reçu en arrivant contre son passeport. Mais dès mars 1832, grâce aux instances des diplomates, l’ambassade de France reçut la permission exclusive de récupérer ces passeports après le contrôle de la Troisième Section ; elle les recevait via le ministère des Affaires étrangères. Cette concession fut faite en réponse aux demandes des diplomates français, dont le duc de Mortemart, auxquels l’arrivée des Français qui « n’apportaient avec eux au lieu de leur destination qu’un passeport russe qui leur est délivré à la frontière en échange de leur passeport français » causait de grandes difficultés, car en leur livrant des « certificats d’immatriculation » les diplomates étaient obligés de « s’en rapporter à leur déclaration, tant pour leurs prénoms et le lieu de leur naissance que pour leur profession ». Pis encore, si ces étrangers, nés Français, avaient perdu des droits de nationalité française, ayant prêté serment de sujétion à l’empereur de Russie, ils pouvaient, faute de passeport, « réclamer au consulat général leur inscription en qualité de sujets français et usurper ainsi la protection de l’ambassade » (ibid., fol. 23v.). Ce n’est qu’après 1844 que les étrangers purent garder eux-mêmes leurs passeports nationaux.

12 MAE La courneuve, Correspondance politique, Russie, t. 172, fol. 333 et suiv. À comparer la version du même épisode exposée dans une dépêche du comte Zichy, représentant de l’Autriche à Saint-Pétersbourg, à Metternich, du 2/14 septembre 1827, dans Monde slave, 1938, no 7, p. 46-47.

13 Sur les activités de Lagrené en Russie, voir Véra Milchina, « La censure sous Alexandre Ier vue par un diplomate français », en ligne à l’adresse suivante : http://russie-europe.ens-lsh.fr/article.php3?id_article=66. Voir aussi В. Мильчина, Россия и Франция. Дипломаты, литераторы, шпионы, Saint-Pétersbourg, 2004, p. 144-181.

14 MAE La courneuve, Correspondance politique, Russie, t. 187, fol. 280-281. Suit le texte du « mémorandum » de Nesselrode : « Par un jugement du tribunal de Théodosie un boulanger français nommé Pardigon, hors d’état de payer une dette de 495 roubles, a été mis en adjudication à l’effet d’être employé à de travaux jusqu’à concurrence de la valeur de sa dette. Ce jugement a donné lieu de la part du gouvernement français à quelques observations, auxquelles le ministère impérial se fait un devoir de répondre. La sentence dont il s’agit est conforme à une loi qui, quelqu’ancienne qu’elle soit, est encore en vigueur. C’est l’oukaze du 16 juillet 1736. Peu de mots suffiront pour en expliquer les dispositions. Dans tous les pays, il a été reconnu la nécessité d’adopter un système quelconque de contrainte par corps contre les débiteurs qui se déclarent insolvables. En France, en Angleterre et en Russie même, dans certains cas, la contrainte par corps consiste dans un emprisonnement plus ou moins prolongé. Mais ce moyen a plus d’un inconvénient. Il en résulte une nouvelle charge pour le créancier, puisqu’il est tenu de pourvoir à l’entretien du débiteur. D’un autre côté, ce dernier, s’il est réellement insolvable, se trouve par la perte de sa liberté plus que jamais privé des moyens de satisfaire à ses engagements. S’il ne l’est pas, la simple détention ne suffit pas toujours pour vaincre sa mauvaise volonté. D’après l’oukaze de 1736 au contraire, l’emprisonnement sans travail et souvent sans utilité quelconque est remplacé par le travail sans privation de liberté. La même chose se retrouve aux États-Unis d’Amérique où l’on voit souvent un créancier mettre à l’enchère et livrer au plus offrant la main d’œuvre de son débiteur. En Amérique, l’adjudication se fait selon le bon plaisir du créancier, en Russie elle a lieu sous les auspices des autorités auxquelles il est prescrit d’y apporter tous les ménagements que recommande l’humanité. Le gouvernement français voudra bien se convaincre par ces observations que la mesure dont le Sr Pardigon a été l’objet, est strictement légale et moins contraire qu’elle ne paraît l’être, aux principes de l’équité » (ibid., fol. 282-282v.).

15 GARF, fonds no 109, expédition no 3, liste no 114 (1829), no 84, fol. 1-16.

16 Véra Milchina, « Des liaisons dangereuses : lettres des Français en Russie interceptées par les gendarmes dans les années 1820-1840 », dans L’image de l’étranger : les Français en Russie et les Russes en France, actes du colloque international (11-12 avril 2008), éd. A. Stroev., Paris, 2010, p. 229-242.

17 Astolphe de Custine, La Russie en 1839, Paris, 2005 (1re éd. Paris, 1843), p. 742-743.

18 Ibid., p. 741-745, 749 et 758-760. L’histoire de Pernet fut très populaire chez les auteurs français contemporains de Custine, hostiles à la Russie ; voir Frédéric Lacroix, Mystères de la Russie, Paris, 1845, p. 254-262 ; Jules Michelet, Légendes démocratiques du Nord, Paris, 1854, p. 155-156.

19 Vicomte de Guichen, La révolution de Juillet 1830 et l’Europe, Paris, [1916], p. 136.

20 MAE La courneuve, Correspondance politique, Russie, t. 180, fol. 284. Les mêmes événements sont relatés par Bourgoing dans ses mémoires, écrits plus tard ; là il raconte, par exemple, sa conversation avec le prince Liven, qui à cette époque remplaçait le comte Nesselrode au ministère des Affaires étrangères : « J’apprends, repris-je, que plusieurs navires français arrivés devant Cronstadt avec le pavillon tricolore, entre autres un navire marchand nommé le Fulgor, n’ont pu entrer dans ce port. Je m’empresse de protester formellement contre cette exclusion, qui déjà constitue un fait bien grave, et de nature à surexciter l’ardeur belliqueuse que les événements de Paris ont réveillée chez mes compatriotes » (Paul de Bourgoing, Souvenirs d’histoire contemporaine, Paris, 1864, p. 503).

21 MAE La courneuve, Correspondance politique, Russie, t. 181, fol. 7.

22 Ibid., t. 180, fol. 283 v.-284.

23 Dépêche de Bourgoing du 20 septembre/2 octobre 1830 (MAE La courneuve, Correspondance politique, Russie, t. 181, fol. 58-59). À en croire Bourgoing, Nesselrode jugea le reproche juste, expliqua la situation par le malentendu dont était responsable le ministère de l’Intérieur et, au bout d’une semaine, le 27 septembre/9 octobre 1830, Bourgoing informait déjà Molé que la discrimination en question avait pris fin (ibid., fol. 78-79).

24 Voir plus en détails : Véra Milchina, « Открытие Александровской французского дипломата : символика войны или мира ? » dans The Real Life of Pierre Delalande. Studies in Russian and Comparative Literature to Honor Alexander Dolinin, Stanford, 2007, t. II, p. 713-736.

25 GARF, no 109, dossier no 1, liste no 6, no 383, fol. 1-6. Bourgoing intéressait beaucoup la haute police ; un rapport d’agent secret informait le directeur de la Troisième Section des « Propos dans un comité particulier chez M. Bourgoing » ; voir le texte de ces propos concernant les questions de la politique européenne après la révolution de Juillet, attribué par l’éditeur au littérateur Faddej Bulgarin dans Видок Фиглярин. Письма и агентурные записки Ф.В. Булгарина в III Отделение, Moscou, 1998, p. 409.

26 Aleksej Petrovič Ermolov (1772-1861), général russe qui commandait en 1816-1827 l’armée russe au Caucase et fut mis en retraite par Nicolas Ier à cause de ses liaisons avec les décembristes. Voir М. Давыдов, Оппозиция Его Величества, Moscou, 2005.

27 GARF, fonds no 109, Archives secrètes, liste no 3, no 2337, fol. 67-68. Cette délation est. GARF, fonds no 109, Archives secrètes, liste no 3, no 2337, fol. 67-68. Cette délation est loin d’être la seule qui fût consacrée à Mortemart par les agents de la Troisième Section ; un autre rapport, daté du 20 février 1831 et accusant le duc de Mortemart des sympathies envers la révolution de Juillet, est publié dans Видок Фиглярин…, p. 414.

28 MAE La courneuve, Correspondance politique, Russie, t. 186, fol. 283-292.

29 Procédé rhétorique habituel des diplomates français en poste en Russie sous la monarchie de Juillet, notamment Bourgoing et Lagrené : sachant que l’empereur Nicolas, même s’il ne l’avouait pas, était sensible aux attaques des journaux français et anglais, ils ne perdaient aucune occasion de menacer le vice-chancelier Nesselrode avec lequel ils discutaient des affaires, du scandale international dans la presse européenne, et de lui proposer les moyens de l’éviter.

30 En 1833 on avait publié une loi prescrivant d’enlever aux barrières les passeports des courriers étrangers arrivant vers les missions de Saint-Pétersbourg pour que la Troisième Section les transmette au ministère des Affaires étrangères. Les officiers de service en poste auprès des barrières devaient poser les questions sur l’endroit où le courrier et ceux qui l’accompagnaient projetaient de vivre dans la capitale et transmettre ces données à la Troisième Section avec le passeport du courrier. D’habitude, le passeport enlevé était rendu au courrier le jour même de son arrivée via le ministère des Affaires étrangères russe, mais parfois on tardait de le rendre, ce qui dérangeait les plans des courriers pressés de repartir.

31 Suzanne Voilquin, Mémoire d’une saint-simonienne en Russie (1839-1846), éd. Maïté Albistur et Daniel Armogathe, Paris, 1977, p. 169. La dernière assertion trouve la confirmation dans le rapport de Barante lui-même, qui d’ailleurs ne fait que louer non seulement la serviabilité de Valade, mais ses activités en général : « Je m’acquitte consciemment et avec zèle de cette portion de mes devoirs, dit Barante de la protection des sujets français, et je puis dire qu’à aucune époque les moindres intérêts de nos compatriotes n’ont été mieux soignés. Je ne saurais toucher à ce chapitre sans rappeler combien je trouve d’aide et de secours dans l’activité et les lumières de M. Valade, chancelier de l’ambassade » (MAE La courneuve, Correspondance politique, t. 192, fol. 223v-224 ; rapport daté du 4 décembre 1837).

32 Ibid., p. 227-235.

33 Prosper de Barante, Notes sur la Russie, 1835-1840, Paris, 1875, p. 133-134.

34 Voir N. P. Wakar, « Les rapports de l’ambassade de France à Saint-Pétersbourg sur la conjuration des décembristes », dans Le monde slave, t. 12, 1925, p. 447-472 ; Véra Milchina, « Nicolas Ier et la politique intérieure de la France à l’époque de la Restauration : deux épisodes », dans Cahiers du monde russe, t. 43, 2002, p. 355-374.

35 Voir Prosper de Barante, Souvenirs du baron de Barante, de l’Académie française, 1782-1866, éd. Claude de Barante, 6 t., Paris, 1896-1897, t. V et VI ; d’ailleurs cette édition est loin d’être exhaustive, et plusieurs dépêches sont publiées avec coupures ou tout simplement omises – omissions qui sont loin d’être complétées dans la récente monographie sur Barante (Antoine Denis, Amable-Guillaume-Prosper Brugière baron de Barante (1782-1866). Homme politique, diplomate et historien, Paris, 2000). Sur la vision de la Russie propre à Barante voir Véra Milchina, « Prosper de Barante et la Russie : nomination au poste d’ambassadeur et la vision spécifique du pays », dans Il gruppo di Coppet e il viaggio. Liberaliso e conoscenza dell’Europa tra sette e ottocento. Atti del VII convegno di Coppet, Firenze, 6-9 marzo 2002, Florence, 2006, p. 277-288.

Auteur

Institut des hautes recherches en sciences humaines de l’Université russe des sciences humaines de Moscou

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540