Version classiqueVersion mobile

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Deuxième partie. La communauté française en Russie au XIXe siècle : émigrés et voyageurs

L’émigration française en Russie au tournant du XVIIIe siècle

La composition et le renouvellement de la communauté française d’après les listes de 1793 et de 1806

Французская эмиграция в России на рубеже XVIII-XIX вв.

Vladislav Rjéoutski

Résumé

L’article étudie les résultats des recensements des ressortissants de France en Russie (1793 et 1806). Après la nécessaire analyse critique de ces sources, sont discutés les chiffres, pour la population française, dans les villes capitales et en province, ainsi que la composition professionnelle de la colonie française, et l’origine géographique de ses membres. La différence des sources ne permet pas d’établir avec précision la composition de la communauté française, mais il est possible de présenter les tendances principales.
D’une part, on peut remarquer une relative constance de la composition professionnelle de cette colonie : les précepteurs et les enseignants ainsi que les marchands sont les groupes les plus importants. Le nombre des premiers a même augmenté de 1793 à 1806 et cette augmentation a touché aussi bien les capitales, Saint-Pétersbourg et Moscou, que la province. Dans ces deux villes, la part des Français enseignants est devenue plus importante, alors que dans la province, où presque tous les Français s’occupaient de l’éducation et de l’enseignement, c’est leur nombre qui a augmenté. Cette croissance reflète bien entendu la demande pour l’éducation « à la française » qui se développe malgré la critique virulente dont ces éducateurs sont la cible dans la société russe.
La colonie de Moscou, assez importante et bien organisée en 1793, semble diminuer en 1806, alors que le nombre des Français installés en province est plus important, ce qu’on peut aussi attribuer à la croissance de la demande en éducateurs français parmi les provinciaux et d’abord la noblesse russe de province. On peut donc estimer que c’est cette demande qui a un impact sur la distribution géographique de la population française en Russie.
Le nombre de ressortissants d’Alsace et de Lorraine augmente encore, celui de Paris, au contraire, diminue par rapport à 1793, et c’est particulièrement le nombre de Français qui sont nés en Russie de parents français qui baisse. L’Ouest et le Sud de la France sont relativement peu représentés en Russie.
L’émigration alsacienne et lorraine peut s’expliquer par la situation de ces régions au carrefour de l’Europe, mais aussi par leurs liens avec différents pays européens. Leurs liens avec la Russie sont historiques et se développent tout particulièrement à partir du milieu du XVIIIe siècle, quand beaucoup de Russes viennent étudier à l’université de Strasbourg et que des familles russes engagent des précepteurs et des secrétaires venant de ces régions. L’importance de ce phénomène nous permet de le comparer à l’émigration de la ville de Halle vers la Russie, étudiée par Eduard Winer.

Note de l’éditeur

TsGIA de Saint-Pétersbourg : archives historiques centrales de la ville de Saint-Pétersbourg.

Texte intégral

  • 1 Les Français en Russie au siècle des Lumières, dir. Anne Mézin et Vladislav Rjéoutski, Ferney-Volt (...)

1Tout au long du XVIIIe siècle, les services consulaires français ont dressé des listes de la « nation française » en Russie. Dans le cadre du projet international sur les Français en Russie au XVIIIe siècle, nous avons découvert et utilisé plusieurs de ces listes qui sont reproduites dans le dictionnaire Les Français en Russie au siècle des Lumières1. Pour la fin du XVIIIe siècle, nous ne disposons, du moins à présent, d’aucune liste de recensement faite par la représentation diplomatique de la France. Mais la situation politique en France, notamment l’annonce de l’exécution du roi en 1793, a poussé les autorités russes à prendre une série de mesures strictes à l’égard des Français résidant en Russie et notamment à les recenser. Certaines de ces mesures, telle la restriction des relations avec la France, sont bien connues. D’autres, comme le changement du statut de l’église catholique française de Moscou, l’église Saint-Louis, le sont très peu.

I. — Le recensement de 1793

2Parmi les mesures prises par les autorités russes, l’une concernait tous les ressortissants du royaume de France installés en Russie : obligation leur était faite de rompre toute relation avec la France révolutionnaire et de prêter un serment de fidélité à la couronne de France et ce dans l’église de leur confession, par exemple, pour les catholiques résidant à Saint-Pétersbourg, à l’église Sainte-Catherine.

3Ceux qui acceptaient de prêter ce serment étaient alors identifiés comme des partisans des Princes : leurs noms étaient publiés dans la presse russe (en cyrillique et en caractères latins), ce qui pouvait compliquer leur retour en France. La formule du serment prononcée par les Français contenait, en effet, des expressions fortes :

Je soussigné jure devant Dieu Tout-Puissant et sur son Saint Évangile, que n’ayant jamais adhéré de fait ni de volonté aux principes impies et séditieux introduits et professés maintenant en France, je regarde le gouvernement qui s’y est établi, comme une usurpation et une violation de toutes les loix, et la mort du roi Très-Chrétien Louis XVI comme un acte de scélératesse abominable et de trahison infâme envers le légitime Souverain, dévouant tous les auteurs à l’exécration qu’ils doivent inspirer à tout homme bien-pensant.

  • 2 Cité d’après D. A. Rostislavlev et S. L. Turilova, « Французы в России в 1793 году [Les Français e (...)

4Les Français promettaient aussi « de rompre toute correspondance dans ma patrie avec les françois qui reconnoissent le gouvernement monstrueux actuel en France, et de ne la reprendre que lorsqu’à la suite du rétablissement de l’autorité légitime, de la tranquillité et de l’ordre dans ce royaume, j’en aurai reçu la permission expresse de Sa Majesté Impériale »2. À l’occasion de la prestation de ce serment, les passeports de nombreux Français leur ont été confisqués et une autorisation de résider en Russie leur a été délivrée. C’était, de fait, une mesure de contrôle qui les privait de leur liberté de mouvement.

  • 3 L’antidote ou les Russes tels qu’ils sont, et non tels qu’on les croit, [Lausanne, 1799]. Sur Forn (...)

5Quelques Français ont refusé de prêter ce serment, comme le prêtre Schauer, de Strasbourg, habitant de Moscou. Schauer a, par la suite, changé d’avis, mais l’impératrice a ordonné son expulsion de même que celle de Pesme de Matignicourt, prêtre desservant l’église française Saint-Louis. Parmi les personnes qui ont alors quitté la Russie, il y a évidemment les représentants diplomatiques de la France révolutionnaire, mais aussi quelques personnes connues comme le linguiste Maurdu du Bocage ou le Suisse Fornerod, identifié comme Français, qui écrira quelques années plus tard une diatribe contre la Russie, appelée symboliquement « L’Antidote »3.

  • 4 On en trouve des copies dans les archives du ministère des Affaires étrangères russes. Voir D. A. (...)

6Les listes de ressortissants français dressées à cette occasion ont été étudiées par nous et par d’autres historiens ; elles contiennent des informations intéressantes sur les Français résidant alors dans l’empire de Russie4. On constate des différences parfois étonnantes entre ces listes, dues sans doute à une certaine liberté laissée aux gouverneurs des provinces pour leur mise en œuvre. Par exemple, la liste des ressortissants français à Moscou donne les villes d’origine des personnes, mais n’indique pas les professions. Dans la liste de Saint-Pétersbourg, en revanche, si la profession des recensés est systématiquement citée, leur ville d’origine est omise. D’autre part, si à Moscou la composition des familles est bien indiquée, il semble que pour les habitants de Saint-Pétersbourg les enfants ne sont pas mentionnés. Il est donc impossible de donner aujourd’hui le chiffre exact des Français habitants en Russie à cette époque. Seul un nombre approximatif peut être avancé.

  • 5 D. A. Rostislavlev et S. L. Turilova, « Французы в России… ».

7À Moscou, on dénombre environ 900 Français, à Saint-Pétersbourg environ 800, mais si l’on tient compte des enfants, la communauté de Saint-Pétersbourg devait dépasser de beaucoup celle de Moscou. En province, le nombre des Français était supérieur à 6505.

II. — Le recensement de 1806

  • 6 Полное собрание законов [Recueil complet des lois ]– 1, t. XXIX, no 22371.
  • 7 А. Зорин, « “Бескровная победа” князя Пожарского (события Смутного времени в русской литературе 18 (...)

8Treize ans plus tard, en 1806, de nouvelles mesures coercitives sont prises à l’égard des Français à cause des hostilités entre la France et la Russie et un nouveau recensement est réalisé. À la suite de la formation de la quatrième coalition contre Napoléon et de la défaite de l’armée prussienne, est en effet, publié le 28 novembre 1806 un oukase ordonnant de cesser toute relation commerciale et diplomatique avec l’empire français, d’expulser de Russie non seulement les ressortissants français, mais aussi les ressortissants des territoires occupés par la France, à l’exception de ceux qui acceptent de se faire naturaliser et de quelques autres catégories de personnes ayant renoncé à entretenir des relations avec la France6. Le pouvoir civil est fortement soutenu par l’Église : par décision du Saint-Synode du 30 novembre 1806, une annonce est lue dans toutes les églises orthodoxes accusant Napoléon d’avoir renié la foi chrétienne et de s’adonner à l’idolâtrie7. Le conflit prend ainsi des accents de guerre religieuse.

  • 8 С. Богданов [S. Bogdanov], « Перепись подданных французской империи 1806 г. [Le recensement des su (...)

9L’oukase de 1806 ne concerne pas les personnes qui ont une situation stable et des sources de revenus en Russie, tels les commerçants, les savants et les professeurs. On peut donc se demander si les chiffres du recensement de 1806 reflètent bien le nombre total des Français en Russie. Ce recensement a touché en tout 2741 personnes soit 2031 hommes et 710 femmes. Sur ce nombre, environ 1500 personnes sont nées en France8.

10À Moscou et dans la province de Moscou, on compte ainsi 619 Français et, pour le reste de la province russe, 900 Français sont recensés. Ces deux résultats sont intéressants car la colonie française de Moscou semble très diminuée par rapport à 1793, alors que la présence des Français dans la province s’est accrue.

III. — Le renouvellement et la structure professionnelle de la communauté française

11Les chiffres cités par l’historien S. Bogdanov ne semblent pas fiables sur au moins un point, probablement parce que les sources qu’il a utilisées n’étaient pas complètes. Alors que, selon le recensement de 1806, il y a 619 Français dans la province de Moscou, Moscou compris, il n’y aurait selon lui qu’une cinquantaine de Français dans celle de Saint-Pétersbourg. Ce chiffre semble pour le moins surprenant quand on connaît le nombre des Français résidant dans la capitale russe treize ans auparavant. Les Français de Saint-Pétersbourg ne sont certainement pas pris en compte. Auquel cas, les chiffres proposés par cet historien sont à revoir.

  • 9 TsGIA de Saint-Pétersbourg, fonds no 781 (Assemblée des députés de la ville de Saint-Pétersbourg), (...)

12Aux archives historiques de la ville de Saint-Pétersbourg, nous avons découvert un document intéressant où sont enregistrés les noms de 564 familles et individus résidant à Saint-Pétersbourg ayant pris la nationalité russe en 18069. Environ 300 familles et individus enregistrés sont d’origine française, les autres sont originaires de différentes contrées qui se trouvaient alors sous domination française (Bologne, Milan, etc.)

  • 10 De plus, la liste en question est en russe, certains noms de famille pouvaient donc être déformés (...)

13Quel pourcentage du nombre total des habitants français de Saint-Pétersbourg représentent ces 300 familles et individus enregistrés dans ce document ? Nous ne le savons pas. Mais ce document peut donner une idée de la composition de la communauté française de Saint-Pétersbourg. Bien qu’il ne concerne qu’un échantillon relativement modeste de personnes, il peut nous permettre, au moins, d’émettre des hypothèses que les recherches ultérieures pourront confirmer ou pas10.

14Premier constat : la colonie française semble s’être considérablement renouvelée depuis 1793. Seulement une cinquantaine de personnes sur les 300 enregistrées résidaient déjà à Saint-Pétersbourg ou, plus rarement, à Moscou en 1793.

  • 11 V. Rjéoutski, « La communauté française à Saint-Pétersbourg au XVIIIe siècle... », p. 74.

15En 1793, à Saint-Pétersbourg, les professions exercées par les Français sont les suivantes : soit les commerçants (environ 10 % des adultes), les enseignants (environ 12 %), les domestiques (environ 10 %) et les militaires (9,3 %). Quelques autres professions, moins nombreuses, reflètent l’image que donnent les Français à cette époque en Russie, ce sont notamment les cuisiniers (environ 4 %) et les perruquiers ou les coiffeurs (un peu plus de 3 %). Parmi les commerçants, quelques maisons importantes sont installées à Saint-Pétersbourg depuis longtemps, telles les Michel, les Raimbert, mais aussi les La Croix, les Livio originaires d’Alsace. Les enseignants sont plus mobiles, beaucoup circulent entre Saint-Pétersbourg et Moscou et, quand ils ne trouvent pas d’emploi dans les villes-capitales, ils se rendent en province où le métier d’enseignant est celui de presque tous les Français. Le nombre de commerçants a sans doute augmenté dans les dernières années du siècle. À Moscou par exemple, il y a 26 marchands français dans les guildes marchandes en 1786 mais plus de 60 en 179311.

16En 1806, sur les 274 Français dont la profession est indiquée dans le document cité ci-dessus, le plus grand nombre travaillent, ce qui n’est pas surprenant, dans l’enseignement, soit 61 personnes (plus de 22 %), en grande partie des hommes. Ce chiffre serait encore plus important si l’on y ajoutait quelques Français travaillant au Corps des cadets nobles de l’armée de terre (8) dont certains sont sans doute enseignants. La deuxième profession représentée est celle de commerçant soit 31 personnes (11 %).

17Toutes les autres professions sont bien moins représentées, mais certaines sont à noter. Par exemple, on trouve 18 modistes (6,5 %) et 11 lingères (4 %), 16 cuisiniers (5,8 %) y compris à la cour de Russie, seulement 10 militaires (3,6 %) dont 2 au service de la France, 11 intendants (4 %), 7 maîtres d’hôtel et 4 serviteurs (4 % en tout). On peut aussi mentionner les doreurs (7 personnes, soit 2,5 % et les peintres, 6 personnes). Il y a en tout environ 60 professions différentes, quelques-unes sont très peu représentées comme celles de bibliothécaire (1), d’imprimeur (2), de maître en feux d’artifice (2) et de traducteur (1). Ce qui attire aussi l’attention, c’est le petit nombre de coiffeurs (3 personnes). Mais étant donné les dimensions modestes de l’échantillon, ces chiffres peuvent ne pas refléter la proportion réelle de ces professions dans la colonie de Saint-Pétersbourg.

  • 12 С. Богданов, « Перепись подданных… », p. 47.

18Dans la liste de l’ensemble des Français recensés en Russie en 1806, le nombre d’enseignants de toute catégorie est encore plus impressionnant (près de 50 %), alors que le nombre des commerçants ne dépasse pas 10 %12. Pour les enseignants, la différence de chiffres peut étonner, mais elle s’explique sans doute par le fait que l’écrasante majorité des Français établis en province est composée d’enseignants : c’était déjà le cas en 1793 et cela n’a sans doute pas changé. Bien que les Anglais commencent à faire de la concurrence aux Français, le nombre global des enseignants français semble tout de même avoir augmenté depuis 1793.

IV. — Les vagues migratoires et l’origine des émigrés français

  • 13 V. Rjéoutski, « La communauté francophone de Moscou sous le règne de Catherine II », dans Revue de (...)
  • 14 V. Rjéoutski, « La communauté française à Saint-Pétersbourg au XVIIIe siècle », dans Catalogue de (...)

19Selon une idée bien ancrée même chez les historiens, l’émigration française en Russie serait essentiellement un effet de la Révolution française. Cette idée est fausse. Même si pour la ville de Saint-Pétersbourg les statistiques manquent, quelques données permettent néanmoins d’avoir une idée des vagues migratoires et de l’origine géographique des émigrés français. En 1793, à Moscou, le groupe le plus important des Français, soit 20 %, est constitué par des personnes nées en Russie de parents français. Suivent les Français originaires de Paris (16 %), d’Alsace et de Lorraine (presque 15 %)13 et, d’après nos recherches, la grande majorité des Français s’est établie à Moscou avant la Révolution française. Dans la province russe, en 1793, c’est seulement 1 % des Français qui sont arrivés avec la Révolution en France. À Saint-Pétersbourg, le nombre des émigrés dû à la Révolution est sans doute plus important car beaucoup de ces émigrés gravitent autour de la cour. Parmi ces familles émigrées, on peut citer les d’Autichamps, les Bellegarde, les Vioménil, les Lambert, les Laval de la Loubrerie, les Quinsonnas, les Toulouse-Lautrec, les Choiseul-Gouffier. Il faut aussi ajouter tout un groupe de prêtres catholiques qui émigrent suite à leur refus de prêter serment à la constitution civile de clergé en 179114.

  • 15 С. Богданов, « Перепись подданных… », p. 44-50.
  • 16 TsGIA, fonds no 781, opis no 4, dossier no 60.

20En 1806, pour toute la Russie, ce sont les provinces du nord-est de la France qui arrivent en tête des lieux d’origine des Français : 219 personnes viennent de Lorraine (14,6 %), 93 d’Alsace (6 %) dont 60 personnes sont originaires de Strasbourg. L’Île-de-France est représentée par 203 personnes (environ 13,5 %) dont 180 (12 %) se disent Parisiens et 106 sont nées en Russie de parents français (7 %)15. À Saint-Pétersbourg, les résultats sont différents : sur les 300 familles naturalisées, 70 au moins sont originaires de Paris (23 % env.), 21 seulement viennent de Strasbourg (7 %) et plus de 40 sont nés en Russie (13 %)16.

V. — Conclusion

21Soulignons une relative constance du profil professionnel de cette émigration française, dans laquelle les enseignants et les commerçants jouent le rôle principal. La première de ces deux professions semble même en progression pour la période allant de 1793 à 1806, progression qui touche à la fois la capitale, où la proportion des enseignants dans la communauté française s’est accrue, et la province où la presque totalité des Français qui y résident sont enseignants. Cette progression reflète sans doute moins l’engouement exclusif pour les éducateurs français, qui ont été très critiqués dans la société russe, et notamment dans la presse, depuis la fin du XVIIIe siècle, qu’un besoin plus grand d’instruire les enfants et de leur faire apprendre le français. Il est, en effet, traditionnel en Russie de confier l’enseignement du français à des enseignants de langue maternelle française, ce qui n’est pas le cas dans tous les pays européens.

22Concernant la répartition géographique des Français, quelques changements notables sont survenus dans ces années : la communauté de Moscou, très forte et bien organisée lors du début de la Révolution française, semble avoir diminué, alors que la présence des Français dans la province russe est, au contraire, en augmentation. Cette augmentation est probablement due à une plus forte demande en enseignants de la population provinciale russe et essentiellement des familles nobles. On peut donc estimer que les besoins des couches occidentalisées de la population russe ont eu un impact direct sur la structure professionnelle de la communauté française.

23Quelques changements sont aussi à noter dans les lieux d’origine des ressortissants de France installés en Russie. On constate que le nombre d’émigrés venant d’Alsace et de Lorraine a augmenté en 1806 par rapport à 1793, que celui des Parisiens a légèrement baissé et que celui des Français nés en Russie a considérablement diminué. L’ouest, le sud et le centre de la France sont relativement peu représentés en 1806 comme en 1793.

  • 17 Voir sur cette question notre contribution : V. Rjéoutski, « De Strasbourg à la Russie : histoire (...)
  • 18 Voir sur cette question notre contribution : V. Rjéoutski, « Librairie française en émigration : c (...)
  • 19 Edward Winter, Halle als Ausgangspunkt der Deutschen Russlandkunde im. 18. Jahrhundert [Halle comm (...)

24La prédominance de l’émigration lorraine et alsacienne peut s’expliquer par le rôle de carrefour de l’Europe que jouent ces régions multiculturelles dans lesquelles la mobilité de la population est considérable. Mais il y a aussi des raisons propres à l’histoire commune de nos deux pays. Dès le milieu du XVIIIe siècle, la présence russe est importante dans ces régions et en particulier à Strasbourg qui attire la noblesse russe par la qualité de ses établissements éducatifs (université, École diplomatique, École militaire), mais aussi sans doute par le fait que c’est une terre de protestantisme. Le passage dans cette ville de Russes qui recrutent des Strasbourgeois lettrés (dont Nicolay et Lafermière qui feront des carrières brillantes en Russie), l’installation en Russie de Strasbourgeois qui travaillent à étoffer leurs réseaux conduisent à une émigration soutenue de cette ville tout au long de la deuxième moitié du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle17. Cette émigration a, par ailleurs, aussi un impact sur la structure professionnelle de la colonie française : le réseau de libraires français qui monopolisent presque le commerce du livre étranger à Moscou au tournant du siècle est formé par des marchands originaires de cette ville18. L’importance de ce mouvement nous autorise à le comparer à celui qui s’est formé à partir de la ville de Halle vers la Russie à l’époque pétrovienne et qui a été si bien étudié par Edward Winter19.

Annexes

ANNEXES

1. Résultats des recensements des ressortissants du royaume de France et des territoires se trouvant sous la domination française, 1793 et 1806.

Recensement de

Total de recensés

Dont originaires de France

Moscou

Saint-Pétersbourg

Province

1793
comprend tous les ressortissants de France

2424

2424

907

816
(enfants non compris)

655

1806
ne comprend probablement pas tous les ressortissants de France

2741

1525

619
(avec la province de Moscou)

51
(seulement la province de Saint-Pétersbourg

env. 900

2. Professions des Français en 1793 et 1806.

1793
Saint-Pétersbourg

1806
Saint-Pétersbourg (groupe des Français naturalisés)

1806
Toute la Russie, tous les Français recensés

enseignants

12 %

22 %

presque 50 %

commerçants

10 %

11 %

10 %

serviteurs, valets de chambre

10 %

4 %

militaires

9,3 %

3,6 %

cuisiniers

4 %

5,8 %

perruquiers/coiffeurs

plus de 3 %

env. 1 %

intendants

4 %

modistes

6,5 %

lingères

4 %

tailleurs

env. 3 %

doreurs

env. 2,6 %

médecins

env. 1 %

env. 2,4 %

3. Lieux de naissance ou de sortie des Français et autres francophones établis à Moscou en 1793 et dans toute la Russie en 1806.

Lieu de naissance/départ

Moscou, 1793

Russie, 1806

Russie (Moscou excepté)

96

Moscou

75

Paris

149

180

Strasbourg

50

60

Metz

32

60

Lyon

29

Lunéville

24

43

Saint-Pétersbourg

16

Versailles

16

Nancy

15

41

Genève

10

4. Lieux de naissance ou de sortie des Français établis à Moscou en 1793 et dans toute la Russie en 1806 (en %).

Lieu de naissance/départ

Moscou, 1793

Russie, 1806

Russie

20 %

7 %

Paris

16 %

12 %

Alsace et Lorraine

15 %

20,6 %

Notes

1 Les Français en Russie au siècle des Lumières, dir. Anne Mézin et Vladislav Rjéoutski, Ferney-Voltaire, 2011.

2 Cité d’après D. A. Rostislavlev et S. L. Turilova, « Французы в России в 1793 году [Les Français en Russie en 1793] », dans Cahiers du monde russe, t. 39/3, 1998, p. 315-317.

3 L’antidote ou les Russes tels qu’ils sont, et non tels qu’on les croit, [Lausanne, 1799]. Sur Fornerod et ses écrits, André Bandelier et Vladislav Rjéoutski, « Fornerod “le républicain” : un précepteur hostile à la propagande tsariste », dans Le précepteur francophone en Europe, XVIIe-XIXe siècle : la Russie et d’autres pays européens, dir. Vladislav Rjéoutski et Alexandre Tchoudinov (à paraître).

4 On en trouve des copies dans les archives du ministère des Affaires étrangères russes. Voir D. A. Rostislavlev et S. L. Turilova, « Французы в России… », p. 297-320 ; В. Ржеуцкий [V. Rjéoutski], « Источники по истории французских землячеств в России в собрании РНБ : списки французов Российской империи 1793 года », dans Коллекции. Книги. Автографы [Les sources sur l’histoire des communautés francophones en Russie dans les collections de la Bibliothèque nationale de Russie : les listes des Français dans l’empire de Russie en 1793 ], t. III, Saint-Pétersbourg, 2003, p. 67-77 ; V. Rjéoutski, « La communauté française à Saint-Pétersbourg au XVIIIe siècle », dans Catalogue de l’exposition « Les Français à Saint-Pétersbourg », Saint-Pétersbourg, 2003, p. 71-74.

5 D. A. Rostislavlev et S. L. Turilova, « Французы в России… ».

6 Полное собрание законов [Recueil complet des lois ]– 1, t. XXIX, no 22371.

7 А. Зорин, « “Бескровная победа” князя Пожарского (события Смутного времени в русской литературе 1806-1807 гг.) », dans Новое Литературное Обозрение [Recueil complet des lois], 1999, p. 38.

8 С. Богданов [S. Bogdanov], « Перепись подданных французской империи 1806 г. [Le recensement des sujets de l’empire français en 1806] », dans Вестник молодых ученых [Bulletin des jeunes chercheurs], исторические науки [division des sciences historiques], t. 2, 2004, p. 44-50. Ces documents sont aujourd’hui conservés aux Archives historiques d’État de Russie à Saint-Pétersbourg, fonds no 1286, opis no 54, dossiers no 50-52. Stanislav Bogdanov, qui a publié les résultats de ce recensement, fait remarquer que les critères utilisés étaient pour le moins flous : on regardait essentiellement de quelle ville les émigrés étaient originaires.

9 TsGIA de Saint-Pétersbourg, fonds no 781 (Assemblée des députés de la ville de Saint-Pétersbourg), opis no 4, dossier no 60.

10 De plus, la liste en question est en russe, certains noms de famille pouvaient donc être déformés au cours de la transcription.

11 V. Rjéoutski, « La communauté française à Saint-Pétersbourg au XVIIIe siècle... », p. 74.

12 С. Богданов, « Перепись подданных… », p. 47.

13 V. Rjéoutski, « La communauté francophone de Moscou sous le règne de Catherine II », dans Revue des études slaves, t. 68, 1996, p. 452.

14 V. Rjéoutski, « La communauté française à Saint-Pétersbourg au XVIIIe siècle », dans Catalogue de l’exposition…, p. 74.

15 С. Богданов, « Перепись подданных… », p. 44-50.

16 TsGIA, fonds no 781, opis no 4, dossier no 60.

17 Voir sur cette question notre contribution : V. Rjéoutski, « De Strasbourg à la Russie : histoire d’une émigration (XVIIIe - début du XIXe siècle) », dans La Revue russe, actes du colloque « L’Alsace et la Russie », dit. Rodolphe Baudin, p. 59-77.

18 Voir sur cette question notre contribution : V. Rjéoutski, « Librairie française en émigration : cas de la Russie (dernier tiers du XVIIIe - première moitié du XIXe siècle) », dans Gens du livre [actes du colloque organisé en 2005 par l’ENSSIB], dir. Frédéric Barbier, Lyon, en ligne à l’adresse suivante : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-1461.

19 Edward Winter, Halle als Ausgangspunkt der Deutschen Russlandkunde im. 18. Jahrhundert [Halle comme point de départ des Allemands pour la Russie au XVIIIe siècle], Berlin, 1953.

Auteur

Université Paris-Ouest Nanterre – La Défense

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search