Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Deuxième partie. La communauté française en Russie au XIXe siècle : émigrés et voyageurs

La correspondance consulaire aux Archives nationales

Une source privilégiée sur les origines des communautés françaises en Russie au XVIIIe siècle

Консульская корреспонденция в Национальном архиве Франции как один

Anne Mézin

Résumé

Les archives des consulats de France constituent une source première dans l’étude des colonies françaises à l’étranger et des relations commerciales, culturelles, industrielles, scientifiques et autres. Aux Archives nationales, les fonds conservés couvrent la période de l’Ancien Régime avec la série dite des « Affaires étrangères ». Il faut toutefois préciser que ces correspondances sont rarement complètes, pour des raisons aussi bien politiques (guerres, révolutions) que particulières au consul. À cette première série des Affaires étrangères, il convient d’ajouter les papiers conservés dans la série Marine B7, qui proviennent aussi du fonds des consulats d’Ancien Régime.
En plus de la correspondance des consuls avec les ministres, des mémoires concernant le commerce et la navigation, des états de navires, et des états d’importation et d’exportation de marchandises, sont conservés dans ces archives, de même que quelques listes ou états de Français. Tous ces documents permettent de se faire une idée, souvent approximative, de la colonie française de l’époque, tant au niveau des individus que de leur activité professionnelle. Ces sources sont complétées par les papiers de chancellerie des consulats dont on peut trouver des récapitulatifs dans la correspondance elle-même.
Au cours du XIXe siècle, le déploiement du réseau consulaire français en Russie confirme une implantation beaucoup plus importante de la part des Français.

Архивы французских консульств представляют собой источник первостепенной значимости для изучения французских колоний за границей, а также коммерческих, промышленных, культурных и научных контактов Франции с иностранными государствами. Эти документы, поступившие на хранение в Национальный архив Франции из Министерства иностранных дел, представляют собой консульскую переписку периода Старого Порядка. Отметим, что подобные архивные фонды нечасто бывают представлены в полном объеме. Это может быть связано как с рядом политических причин (например, военными действиями или революциями), так и с особенностями функционирования самой системы консулатов. К документам серии Министерства иностранных дел стоит добавить и другие источники, которые также относятся к консульствам периода Старого Порядка и хранятся сегодня в серии «Военно-морской флот B7».
Помимо переписки консулов с министрами, эти архивные фонды содержат докладные записки на предмет торговли и навигации, документы о состоянии флота, документы по импорту и экспорту товаров, а также списки и сводные ведомости по учету французских граждан за границей. Эти документы, пусть и достаточно приблизительно, все же дают общее представление о французских колониях существовавших в рассматриваемый период. Они характеризуют данные сообщества как на уровне отдельно взятых индивидуумов, так и в области их профессиональной деятельности. Документы консульской канцелярии, часть из которых также нашла отражение в консульской переписке, значительно дополняют рассматриваемые фонды.
Развитие французской консульской системы в России XIX в. свидетельствует о значимости французского присутствия.

Texte intégral

  • 1 Les consulats sont un observatoire privilégié de l’activité commerciale et économique. Pour la pér (...)
  • 2 Anne Mézin, Correspondance des consuls de France à Saint-Pétersbourg (1713-1792), Paris, 2009.

1Expatriés et commerce sont les piliers de toute activité consulaire à l’étranger1. Par leur abondance et leur richesse, les archives des consulats français constituent la source première et indispensable de toute recherche sur la France et les Français à l’étranger et, dans le cas présent, en Russie. Il semble donc utile d’en donner un rapide aperçu par l’évocation des fonds conservés aux Archives nationales où les archives des consulats ne concernent que la période de l’Ancien Régime. Elles permettent d’éclairer les origines des premières communautés françaises grâce, notamment, à la correspondance des consuls de France à Saint-Pétersbourg2. L’intérêt pratique de ces sources sera illustré par deux exemples, les individus d’une part, et d’autre part l’activité commerciale d’une maison de négoce française à Saint-Pétersbourg dans les années 1800, à travers les premiers états de Français dressés par les consuls, et leurs compléments dans les registres de chancellerie.

I. — Les papiers relatifs aux consulats de Russie aux Archives nationales

  • 3 Il faut rapprocher la série « Affaires étrangères » avec la sous-série « Marine B7 », car elles so (...)

2Les papiers relatifs aux consulats se trouvent dans deux séries : « Affaires étrangères » et « Marine », en raison de l’histoire de la constitution des fonds3.

1. La série « Affaires étrangères » des Archives nationales

3La série « Affaires étrangères » des Archives nationales a pour seul objet les consulats d’Ancien Régime. Elle réunit deux sous-séries, la sous-série AE/B/I, dite « Correspondance consulaire » et la sous-série AE/B/III, « Consulats, mémoires et documents ».

1.1. La sous-série AE/B/I. Correspondance consulaire

  • 4 AN, AE/B/I/1 à 38, Levant et Barbarie.
  • 5 AN, AE/B/I/39 à 74, Espagne, Portugal, Italie et le Nord.

4La première partie de la sous-série AE/B/I réunit dans de grands registres à la couverture de cuir, magnifiquement tenus, la copie des ordres et dépêches du secrétariat d’État de la Marine adressés aux consuls. Elle se compose de deux séries de registres : d’une part ceux qui concernent le Levant et la Barbarie entre 1756 et 17934 et d’autre part ceux des pays dits de chrétienté5. Ils disposent, pour la plupart d’entre eux, d’une table récapitulative comprenant un résumé de chaque missive.

  • 6 AN, AE/B/I/75 à 1188.

5La seconde partie de la sous-série AE/B/I rassemble les lettres reçues des consulats par le secrétariat d’État de la Marine, que l’on appelle communément la correspondance consulaire6.

1.2. L’exemple de la correspondance des consuls de France à Saint-Pétersbourg

6Si elle forme un ensemble homogène, la correspondance des consuls de France de Saint-Pétersbourg n’est pour autant ni continue, ni complète. Il faut aussi noter son caractère tardif : hormis la création des postes consulaires aux États-Unis d’Amérique au moment de leur indépendance, le consulat de Saint-Pétersbourg est le dernier grand poste créé sous l’Ancien Régime, en 1715, en raison de la fondation de cette ville en 1703. Le poste de Moscou, moins important, est créé en 1759.

7La correspondance des consuls de France à Saint-Pétersbourg contient, dans les registres cotés AE/B/I 982 à 989, les lettres envoyées entre 1715 et 1792. Il n’existe pas d’archives d’autres postes consulaires français en Russie avant la Révolution. La correspondance du vice-consul de Moscou, Pierre Martin, n’a pas été conservée en tant que telle.

8Le contenu de cette correspondance rend compte du travail effectué par le consul. En plus des nouvelles d’ordre politique surtout transmises jusqu’en 1733, l’essentiel est consacré aux affaires des Français de Russie (obligations du consul en matière de contrôle, de police, d’état civil, de notariat), ainsi qu’aux affaires de commerce et de navigation. De même, la négociation d’un traité de commerce avec la Russie tient une place importante tout au long de la période.

  • 7 Entre 1730 et 1732, 1743 et 1748.

9La correspondance est discontinue. Pour des raisons politiques, les guerres et la Révolution, ou des raisons particulières tenant au consul, la représentation consulaire a été interrompue à plusieurs reprises. De même, aucune régularité n’est observée dans l’envoi des lettres : pour les meilleures années7, plus de cinquante lettres par an sont conservées ; pour d’autres années, moins de dix par an.

1.3. Les sources russes dans les autres correspondances consulaires

  • 8 AN, AE/B/I/474 à 482.
  • 9 Entre 1638 et 1792, AN, AE/B/I/376 à 448.
  • 10 Entre 1759 et 1777, AN, AE/B/I/948 à 949.
  • 11 Entre 1758 et 1792, AN, AE/B/I/1082 à 1087.

10Des correspondances consulaires d’autres cités contiennent des documents relatifs à la Russie. La correspondance consulaire de Dantzig de 1715 à 17928 est la plus riche avec notamment des pièces relatives aux relations de la Russie avec des États voisins (Pologne, Saxe, Mecklembourg, Suède, etc.) et, dans le volume 480, un « État de la colonie française de Moscou (1777) » (fol. 213-224). Des pièces concernant la Russie sont également présentes dans les correspondances consulaires de Constantinople9, Raguse10 et Trieste11.

1.4. La sous-série AE/B/III, « Consulats, mémoires et documents »

  • 12 AN, AE/B/III/432 : mémoires et documents sur le commerce (1728-1768).
  • 13 AN, AE/B/III/433 : états de commerce et de navigation, bulletins commerciaux (1810-1812).
  • 14 AN, AE/B/III/434 : ukases, instructions, avis, tableaux sur les douanes (1820-1840). AN, AE/B/III/ (...)

11Quelques cartons de la sous-série AE/B/III, cotés 432 à 435, concernent la Russie. Ils couvrent la période 1728-1854 et contiennent essentiellement des mémoires sur le commerce12, des états de commerce et de navigation13, des documents divers sur les douanes, la navigation et le commerce14.

2. La série « Marine »

  • 15 AN, Mar/B/7, t. 1 à 4 et 10 à 47.
  • 16 AN, Mar/B/7, t. 204 à 283.

12Les autres papiers consulaires se trouvent pour l’essentiel rassemblés dans la sous-série « Marine B7 » (Mar/B/7). Outre les « Lettres d’agents divers »15 et les « Lettres reçues, mémoires et documents divers »16, les documents sur la Russie sont nombreux dans la suite de cette sous-série. On peut mentionner le carton Marine B/7/457 (1721-1787) particulièrement riche d’informations. Il regroupe des mémoires relatifs à la mer Noire, à la Crimée, au commerce de Marseille avec Kherson, au commerce du Nord, aux consulats français en Russie, aux négociations du traité de commerce entre la France et la Russie (1785-1786), aux missions du négociant marseillais Anthoine pour l’ouverture de la mer Noire au commerce occidental, etc. De même, on trouve dans le carton Marine B/7/481, consacré aux marines étrangères, de nombreux mémoires sur la marine de Russie (1715-1787).

II. — États de Français et papiers de chancellerie

  • 17 On ne rencontre d’assemblée de la communauté française en nation qu’au tout début, en 1720-1721, q (...)

13Par rapport aux « nations françaises » du Levant et de Barbarie, la principale caractéristique de la communauté française de Russie au XVIIIe siècle est de n’être ni organisée ni structurée. À la lecture des archives consulaires, on ne perçoit pas de besoin particulier d’identité ou de protection de la part des individus. Si les marchands et négociants s’adressent au consulat pour telle ou telle formalité, ils ne s’organisent pas en « nation française »17 et n’élisent pas de député de la nation, pour les représenter et porter leur voix tant en France qu’en Russie. Le manque de cohésion de la communauté française se manifeste également par l’absence de commémoration nationale, que ce soit pour la fête de Saint-Louis, les événements concernant la famille royale ou les victoires militaires. En d’autres termes, à cette époque, le Français expatrié en Russie apparaît davantage comme un consommateur des services que peut lui rendre le consul que comme un acteur d’une communauté structurée. De plus, jusqu’à la réouverture du consulat en 1802, le consul ne semble pas avoir eu les moyens de contrôler les Français de son département et de les immatriculer en contrepartie d’une protection du roi. Il n’avait donc aucune vue d’ensemble sur la communauté française de son ressort. Quand il a dû dresser des listes de Français, à la demande du ministère, le consul a été obligé de mener de véritables enquêtes.

  • 18 AN, Mar/B/7/355 : « État des Français catholiques qui sont en Russie en juin 1746 ».

14Le plus ancien état conservé recense les Français catholiques de Saint-Pétersbourg et de Moscou. Il a été établi par le consul Decury de Saint-Sauveur en juin 174618. Il répertorie 206 Français avec leurs femmes et enfants, ainsi que les membres de la « Comédie française et plaisirs de Sa Majesté », quelques « particuliers qui se regardent comme Français ou sous la protection de la France » et des « sujets du roi des pays nouvellement conquis », de Gand et de Tournai. Des protestants ou réformés sont aussi signalés. Cet état indique le patronyme, la profession, parfois le lieu de naissance et le prénom, l’année ou mieux encore la date d’arrivée en Russie, la situation de famille, la religion pour les conjoints non catholiques, et même de temps à autre des éléments du passé de chaque individu. C’est l’état des Français le plus précis.

  • 19 MAE Nantes, Archives du vice-consulat de France à Moscou (1759-1764) : « État des Français, 1er ja (...)

15Une seconde liste fut dressée par le vice-consul de Moscou le 1er janvier 176219. Ses lettres d’instructions lui en faisaient l’obligation et il s’y conforma. Cette liste rassemble 156 Français, dont 69 hommes, 39 femmes et 43 enfants (pour cinq personnes, aucun renseignement n’est donné). Elle est très sommaire et ne mentionne que des patronymes au mieux accompagnés d’une profession. Les prénoms ne sont pas indiqués, les patronymes des épouses non plus. La liste n’est pas exhaustive, les instructions lui ordonnant de ne prendre en charge que les « bons et fidèles sujets du roi ». Le vice-consul précise qu’il y a « quelques autres Français et Françaises répandus dans les différentes provinces des environs de Moscou » mais qu’il n’en sait pas les noms.

  • 20 Cet état est classé par erreur dans la correspondance consulaire de Dantzig. AN, AE/B/I/480, CC Da (...)

16Le dernier état fut aussi rédigé par Pierre Martin, le 15 janvier 177720. Il fait suite au retour, à Moscou, de nombreux Français recrutés dans le cadre de la colonisation de la Volga à la fin de leur contrat. Faute d’avoir fait fortune, de nombreux colons se regroupèrent à Moscou ou dans ses environs. Cet état est un peu plus détaillé que le précédent ; Il indique le plus souvent l’origine géographique des Français, les prénoms et, pour un tiers des hommes répertoriés, les professions. Les femmes ne sont indiquées que lorsqu’elles sont veuves (et en conséquence chefs de famille) ou demoiselles exerçant une profession. Le nombre d’enfants est le plus souvent précisé. Ce dernier état recense quelque 650 Français, hommes, femmes et enfants.

  • 21 Voir Санкт-Петербургские ведомости, Saint-Pétersbourg, 1793, no 45 à 53.

17S’ils présentent un intérêt incontestable, ces trois états de Français ne peuvent en aucun cas donner une évaluation exacte et précise de la communauté française au cours du XVIIIe siècle. Pour la seule ville de Saint-Pétersbourg, les listes du serment exigé des Français, à la suite de la mort de Louis XVI, qui ont été publiées dans le journal de Saint-Pétersbourg, répertorient plus de 1000 personnes21. On peut seulement souligner que cette communauté francophone du siècle des Lumières est essentiellement urbaine. Les deux grands pôles en sont Saint-Pétersbourg et Moscou, où des postes consulaires avaient été ouverts, respectivement en 1715 et 1759.

  • 22 MAE La courneuve, Correspondance consulaire et commerciale, Saint-Pétersbourg, t. 9, fol. 43-44v ( (...)
  • 23 MAE La courneuve, Correspondance consulaire et commerciale, Saint-Pétersbourg, t. 9, fol. 101-102v (...)

18Dans ce contexte, le neuvième volume de la correspondance consulaire de Saint-Pétersbourg présente un intérêt tout particulier. Couvrant nominalement la période 1792-1805, il concerne en fait les années 1802-1805. Le commissaire général des relations commerciales, Barthélemy de Lesseps est de retour à Saint-Pétersbourg le 5 juin 1802. Deux jours plus tard, il fait rendre aux négociants français les droits dont ils jouissaient avant la guerre et les fait sortir de la guilde, c’est-à-dire « une espèce de nationalisation à laquelle ont été soumis de tous temps les marchands de toute nation qui trafiquent dans l’intérieur de la Russie et à laquelle on a assujetti les premières maisons qui en étaient exemptées parce qu’elles ne faisaient le commerce qu’en grand »22. Les négociants et marchands français sont obligés de racheter leur sortie de la guilde en payant trois années d’impôt23. En contrepartie de cette mesure, on leur redonne la protection de la France. Le consul ouvre donc un registre d’immatriculation pour les Français, en leur demandant de préciser les noms, prénoms, lieux de naissance et professions.

  • 24 Voir annexe I.

19En juillet 1802, il envoie une première liste de Français, tenue entre le 8 juin et le 8 juillet 1802, complétée par un tableau des négociants et commerçants. Cent quatre-vingt-un Français viennent se faire recenser au cours du premier mois suivant la réouverture du consulat24. Ce nombre ne reflète en rien la réalité car les Français sont bien plus nombreux à Saint-Pétersbourg. Les négociants et marchands y représentent près de la moitié des personnes répertoriées ; on y trouve aussi des artisans, des artistes, des gens de maison et des enseignants. Plus de la moitié d’entre eux déclarent venir de Paris et de sa région, du Nord et de l’Est de la France. Enfin, près de 40 % d’entre eux ne figuraient pas sur les listes du serment de 1793 ; sauf à remettre en cause l’efficacité de l’administration impériale, ce pourcentage important pourrait s’expliquer pour des raisons politiques.

  • 25 Voir notamment MAE La courneuve, Correspondance consulaire et commerciale, Saint-Pétersbourg, t. 9 (...)
  • 26 MAE La courneuve, Correspondance consulaire et commerciale, Saint-Pétersbourg, t. 9, fol. 321v : « (...)

20Il faut noter que certains émigrés, qui ne devaient rentrer en France qu’après la chute de Napoléon comme l’abbé Charles Dominique Nicolle ou Joseph Villedieu de Torcy, ou qui ne devaient jamais y retourner tel Jean Augustin Prévost de Lumian, ont néanmoins recours aux services de la chancellerie pour la gestion de leurs biens ou affaires en France25. Par la suite, on continua à enregistrer les Français qui le souhaitaient, un état est tenu jusqu’à la fin septembre 180426.

  • 27 MAE La courneuve, Correspondance consulaire et commerciale, Tiflis, t. 1 (1821-1830), fol. 353-353 (...)

21Enfin, on peut mentionner un état de Français qui est conservé dans la correspondance consulaire de Tiflis, la Géorgie ayant été annexée par la Russie en 1801. Il a été établi en 1828 par le chevalier Gamba, consul de France à Tiflis, et rassemble soixante-quatre personnes, hommes, femmes et enfants27.

  • 28 État des marchandises exportées en 1803 ; état des montants des marchandises importées et exportée (...)
  • 29 Les registres de chancellerie inventoriés sont les registres BB, CC, DD, GG, HH et LL, certains d’ (...)
  • 30 Voir AN, AE/B/I/988, fol. 137-185v; AE/B/I/989, fol. 104-126v.

22Pendant les années 1802-1805, le commissaire Barthélemy de Lesseps ne limita pas son activité à l’établissement de ces deux listes, à l’envoi de différents états commerciaux28 et à la tenue de la correspondance avec le ministre des Relations extérieures. Non seulement il dresse l’inventaire général des papiers du consulat jusqu’en 1792, puis de 1802 à 1805, mais encore il envoie régulièrement des « récapitulations » ou inventaires des registres courants de la chancellerie29, suivant en cela l’exemple donné par son père, ancien consul général à Saint-Pétersbourg entre 1775 et 178730. On est frappé par le nombre important des actes qui sont répertoriés, probablement en raison de la réouverture du consulat après dix ans d’interruption. Il faut naturellement se reporter aux archives rapatriées du poste, conservées aux archives des Affaires étrangères à Nantes, pour trouver le détail de ces actes.

  • 31 Légalisations d’extraits de baptême, de mariage ou de décès, publications de mariage.
  • 32 Contrats de mariage, testaments.

23Néanmoins, le travail du consul Lesseps permet de se faire une idée assez précise de l’activité du consulat et d’identifier de nombreux autres ressortissants français. Plus de 600 personnes sont ainsi mentionnées au fil des actes. Un rapide examen de ces inventaires permet d’identifier une première série de documents comme des actes d’état civil31, des actes notariaux32, des procurations, essentiellement pour des successions ou la gestion de biens en France, et des certificats de vie. Le consul intervient également comme arbitre en cas de différend entre Français afin d’obtenir un compromis entre les parties et d’éviter un recours à la justice locale. Il s’occupe encore des successions des Français morts à Saint-Pétersbourg (pose des scellés, inventaire après décès, liquidation de la succession, etc.). Le dernier volet de l’activité consulaire, telle qu’on peut la percevoir au travers de ces inventaires sommaires, concerne les affaires de commerce et de négoce : établissement de contrats de société, dissolution de sociétés, expéditions de marchandises, dépôts de lettres de change, de cautions en chancellerie, certificats d’origine de marchandises, acquits à caution, etc.

III. — L’exemple de la maison de négoce Frères Raimbert, neveux et Cie

24Les récapitulations d’actes de chancellerie contenues dans la correspondance consulaire de Saint-Pétersbourg permettent également de suivre, en 1802, d’une manière assez précise, l’activité d’une maison de commerce française renommée de Saint-Pétersbourg, celle des Frères Raimbert, neveux et Cie.

  • 33 Il signa le 25 janvier 1752 un contrat d’une première société avec deux négociants lyonnais, Antoi (...)
  • 34 C’était la guerre de Sept Ans. Les Français voulaient trouver d’autres fournisseurs de tabac que l (...)

25Installés depuis le milieu du XVIIIe siècle à Saint-Pétersbourg, les frères Raimbert sont originaires de Grasse (Var). Joseph, l’aîné, y est signalé dès janvier 175233, son frère François en 1769. Ils y sont toujours, après la campagne de Russie de 1812, dévoués à leur patrie et à son gouvernement. Joseph Raimbert avait été l’un des deux négociants français de Saint-Pétersbourg signataire du traité des tabacs d’Ukraine en 175834. À partir des années 1760, il avait été chargé de commissions de la marine de France, tout en continuant une activité de négoce général et en assurant, par périodes, l’intérim du consulat, avec un brevet de vice-consul.

  • 35 Jean François Reynaud est mentionné lors de son mariage avec Anne Bertin, le 8 novembre 1795 à l’é (...)
  • 36 À titre de comparaison, en 1803, la maison française Livio frères et Cie exporta des marchandises (...)

26La maison Raimbert fut l’une des plus importantes maisons de négoce française jusqu’à la guerre d’Indépendance américaine, avec l’armement d’une trentaine de navires par an et un chiffre d’affaires annuel approchant les 200 000 roubles, les trois-quarts se faisant à l’exportation. Cette firme s’était en effet spécialisée dans l’exportation des marchandises russes. En 1802, les frères Raimbert se sont associés à leurs neveux, Jean François Reynaud35 et Maximin Laure, l’un et l’autre originaires de Grasse. Ils ne sont plus les premiers négociants français36 de la place de Saint-Pétersbourg mais ils ont gardé leur activité de fournisseurs des arsenaux français pour le fer et le chanvre.

  • 37 Voir MAE La courneuve, Correspondance consulaire et commerciale, Saint-Pétersbourg, t. 9, fol. 121 (...)

27À partir de juillet 1802, les résumés du registre de chancellerie CC du commissariat général des relations commerciales à Saint-Pétersbourg37 permettent de suivre les expéditions de la maison Raimbert. Les expéditions s’arrêtent logiquement à la mi-novembre 1802 à cause des glaces qui empêchent toute navigation en mer Baltique. La période est en elle-même intéressante car elle correspond à la petite année de paix entre les guerres de la Révolution et celles de l’Empire. La France et la Russie ont signé un traité de paix le 8 octobre 1801, à Paris. Avec l’Angleterre, les pourparlers de paix ouverts en décembre 1801 aboutissent, le 25 mars 1802, à la signature de la paix d’Amiens. La reprise de la navigation suit logiquement. Elle ne devait pas durer à cause du problème de la restitution de l’île de Malte, l’une des conditions de la paix d’Amiens, et de l’embargo par les Anglais, dès le 16 mai 1803, sur tous les navires de commerce ennemis à leur nation, dont les navires hollandais.

  • 38 Le « pud » est alors l’unité de mesure utilisée en Russie. Il équivaut à 16,38 kg.
  • 39 En Russie, le meilleur chanvre pour la marine était cultivé en Livonie. Selon la variété, chanvre (...)
  • 40 En 1804, la France possédait une cinquantaine de vaisseaux de guerre. Il fallait entre 60 et 80 to (...)

28Pour cette période de quelque mois, on relève soixante-sept expéditions de barres de fer et de balles de chanvre effectuées par les Raimbert. Elles sont toutes adressées à la maison Solier fils et Delarue, de Paris, qui agit au nom du gouvernement français pour la fourniture des arsenaux. De juillet à novembre 1802, la firme Raimbert envoie à Brest, Lorient, Rochefort et Toulon environ 500 tonnes38 de fer, c’est-à-dire 18 000 barres pesant environ 28 kg chacune, et près de 5500 tonnes de chanvre, soit 5346 balles de chanvre39 d’un peu plus une tonne chacune. Elle utilise une bonne douzaine de navires de commerce pour assurer ses expéditions jusqu’aux arsenaux français dont les besoins sont réels ; entre les défaites d’Aboukir et de Trafalgar, la France réalise un grand effort de reconstruction de sa marine de guerre40. Il faut du fer pour les ancres et les munitions de guerre, et du chanvre pour les cordages et les voiles. Durant cette année 1802, les Raimbert n’utilisent que trois navires français. Les autres navires affrétés sont bataves, anglais, prussiens ou suédois. Les navires de commerce séjournent entre deux et sept semaines à Saint-Pétersbourg. L’examen des expéditions permet d’évaluer le poids des chargements pour les Raimbert entre 40 et 600 tonnes, pour une à sept expéditions, selon les navires. Les navires hollandais et anglais ont le plus fort tonnage.

29En revanche, dans les récapitulatifs des registres de chancellerie, il n’y a aucune indication sur le coût des expéditions de marchandises, le prix d’achat du chanvre et du fer, les frais de douane afférents et les conditions financières des contrats. L’examen des actes eux-mêmes permettrait sans doute d’éclairer certains points, de même que les tableaux des exportations de Russie, envoyés par les services consulaires français, tableaux qui sont régulièrement joints à la correspondance.

30Comme on l’a vu, au XVIIIe siècle, les états des Français ne peuvent en aucun cas suffire pour donner une vue d’ensemble des colonies françaises en Russie, ils en donnent tout au plus un squelette. Il est important de souligner qu’ils n’ont pas été systématiquement établis et qu’on les retrouve éparpillés dans les fonds consulaires. Des registres matricules ont été dressés par la suite qui se trouvent à Nantes.

  • 41 En plus des diverses correspondances, voir notamment MAE La courneuve, Correspondance politique et (...)

31En revanche, il est certain que le déploiement du réseau consulaire français n’a pu se produire en l’absence de communautés françaises et de relations de commerce. L’expansion des postes consulaires en Russie, entre 1815 et 1914, confirme l’implantation beaucoup plus importante des Français. De trois postes consulaires sous l’Ancien Régime (Saint-Pétersbourg, Moscou et Cronstadt), on passe à sept consulats (Saint-Pétersbourg, Moscou, Odessa, Riga, Tiflis, Varsovie, Helsingsfors), et à une trentaine d’agences consulaires. La France entretient alors des représentations consulaires de la Baltique à la mer Noire et de la Pologne à l’océan Pacifique. Les correspondances consulaires et commerciales, complétées par les correspondances politiques et commerciales, qui sont les unes et les autres conservées dans les archives du ministère des Affaires étrangères, reflètent cette réalité. Elles sont autant de sources pour de nouvelles approches dans l’étude de la présence française en Russie41.

Annexes

ANNEXE I

Liste des citoyens français inscrits sur le registre de la chancellerie du commissariat général des relations commerciales de la République française à Saint-Pétersbourg depuis le 19 prairial an X / 8 juin 1802 jusqu’au 19 messidor an X / 8 juillet 180242.

MAE La courneuve, CC Saint-Pétersbourg, t. 9, fol. 63-66.

  • Agi (Pierre) ; artiste ; Orléans, Loiret ; fol. 64v.
  • Alexandre (François) ; négociant ; Metz, Meurthe-et-Moselle ; fol. 63v.
  • Alin (Pierre) ; libraire ; Lunéville, Meurthe-et-Moselle ; fol. 63.
  • Allart (Gérard Maurice) ; marchand ; Paris, Seine ; fol. 63v.
  • André (François) ; cordonnier ; Nantes, Loire-Atlantique ; fol. 64v.
  • Aristay de Châteaufort (Mlle Cécile Gabrielle Marguerite Joséphine d’) ; Lunéville, Meurthe-et-Moselle ; fol. 64v.
  • Autié (Léonard) ; négociant ; Albi, Tarn ; fol. 64v.
  • Autié (Pierre) ; négociant ; Pamiers, Ariège ; fol. 64v.
  • Barbazan (Ambroise) ; négociant ; Vézelise, Meurthe-et-Moselle ; fol. 63.
  • Basset (Joseph) ; fabricant ; Lyon, Rhône ; fol. 63v.
  • Beghins (Antoine Joseph) ; bijoutier ; Mons, département de Jemmapes ; fol. 64v.
  • Begrain (Claude Antoine) ; négociant ; Besançon, Doubs ; fol. 63v.
  • Bertrand (Michel) ; maître d’hôtel ; Russie, de parents français ; fol. 65.
  • Besson (Mme Philippe) ; rentière ; Saint-Laurent-d’Agny, Rhône ; fol. 64.
  • Blasay (Jean Charles) ; bijoutier ; Paris, Seine ; fol. 64.
  • Boivin (Philippe) ; prêtre ; Couches, Saône-et-Loire ; fol. 65.
  • Bouchené (Charles Joseph) ; coiffeur ; Valenciennes, Nord ; fol. 64v.
  • Braard (Étienne) ; maître d’hôtel ; La Haye, de parents français ; fol. 64.
  • Brabant (Jean) ; marchand ; Bathville, Moselle ; fol. 63v.
  • Brémond (Jean Jacques) ; cuisinier ; Verneuil-sur-Avre, Eure ; fol. 64.
  • Briand (François) ; « cavier » ; Saint-Pierre-aux-Bœufs, Rhône ; fol. 63.
  • Brun (Jacques Balthazar), aîné ; ingénieur constructeur ; Antibes, Var ; fol. 63.
  • Cacqueray (Louis François de) ; Blangy-sur-Bresle, Seine-Maritime ; fol. 64v.
  • Cadet (Jean-Baptiste) ; maître d’hôtel ; Paris, Seine ; fol. 65.
  • Caguet (Jacques Pierre) ; cuisinier ; Brie-Comte-Robert, Seine-et-Marne ; fol. 64.
  • Camousset (Jean Jacques René) ; négociant ; Barthélemy de Farge et fils et Cie ; fol. 66.
  • Capis (Jean Honoré) ; tapissier ; Perpignan, Pyrénées-Orientales ; fol. 63v.
  • Cappy (Julien) ; marchand ; Poix-de-Picardie, Somme ; fol. 65.
  • Cardin (Marie Louis François) ; Condé-sur-Escaut, Nord ; fol. 64v.
  • Cassané de Mandeville (Michel Martin) ; commis ; Amsterdam, de parents français ; fol. 63v ;
  • Cassenel (Jean Jacques René) ; négociant ; Begnier (Suisse), de parents français ; fol. 63.
  • Céon (Jean-Baptiste) ; fabricant de broderie ; Lyon, Rhône ; fol. 63.
  • Cerclet (Claude) ; chirurgien ; Mâcon, Saône-et-Loire ; fol. 63v.
  • Chaillot (Sébastien Christophe Joseph) ; négociant ; Dôle, Jura ; fol. 64.
  • Chardonneau (Jean Pierre) ; Paris, Seine ; fol. 63.
  • Charroy (Nicolas) ; marchand ; Metz, Meurthe-et-Moselle ; fol. 63v.
  • Chassan (André) ; négociant ; Paris, Seine ; fol. 65.
  • Châteaubourg (Emmanuel) ; Rennes, Ille-et-Vilaine ; fol. 65.
  • Chatelain (Charles Antoine) ; bijoutier ; Paris, Seine ; fol. 65.
  • Chauday (Nicolas Philippe) ; chapelier ; Châteaudun, Eure-et-Loir ; fol. 65.
  • Chaudélier (Charles François) ; officier de bouche ; Paris, Seine ; fol. 64.
  • Chol (Vincent) ; « pailloniste » ; Saint-Pétersbourg ; fol. 63v.
  • Contard (François) ; près d’Angers, Mayenne-et-Loire ; fol. 64.
  • Couvreur (Jean) ; tabletier ; Paris, Seine ; fol. 64.
  • Cresp (Jean Basile), fils ; négociant ; Saint-Pétersbourg ; fol. 63.
  • Cresp (Joseph) ; négociant ; Grasse, Var ; fol. 63.
  • Culot (Guillaume) ; négociant ; Spa, département de l’Ourthe.
  • David (Jean Marie) ; marchand ; département du Mont-Blanc ; fol. 63v.
  • Davy (Vital) ; parfumeur ; Charlemont, Ardennes ; fol. 63.
  • de Bonne (François Olivier) ; marchand ; Sisteron, Alpes-Maritimes ; fol. 63.
  • Debure (Bernard) ; instituteur ; Troyes, Aube ; fol. 64v.
  • Defarges (Nicolas) ; négociant ; Hongrie, de parents français ; fol. 64.
  • Delamare (Louis François) ; bijoutier ; Dieppe, Seine-Maritime ; fol. 64.
  • Delobel (Charles) ; instituteur ; Saint-Pétersbourg, de parents français ; fol. 64.
  • Delobel (Jean Louis) ; instituteur ; Paris, Seine ; fol. 64.
  • Deslandes, femme Lambert (Agnès) ; Douai, Nord ; fol. 64.
  • Desruelles (Jean-Baptiste) ; Montdidier, Somme ; fol. 63.
  • De Velly (Jean) ; peintre ; Paris, Seine ; fol. 63v.
  • Dopagne (Marie Josèphe) ; institutrice ; Bouilloy, Sambre-et-Meurthe ; fol. 64.
  • Dormont (Nicolas Basile) ; professeur ; Soisy, Seine-et-Marne ; fol. 63v.
  • Dufailly (Michel) ; professeur ; Paris, Seine ; fol. 63v.
  • Dumesnil (Jean-Baptiste) ; marchand ; Nancy, Meurthe-et-Moselle ; fol. 64.
  • Dumoustier (Louis) ; fabricant de poudre ; Guise, Somme ; fol. 64v.
  • Durby (Pierre Louis) ; homme de loi ; fol. 63v.
  • d’Ussard dit Neuville (Denis) ; Paris, Seine ; fol. 64.
  • Dutertre (Jean Georges Alexandre) ; bijoutier ; Paris, Seine ; fol. 65.
  • Fabre (Jean) ; négociant ; Beaucaire, Gard ; fol. 63.
  • Fallot (Pierre) ; coiffeur ; Montbéliard, Doubs ; fol. 63v.
  • Feuillette (Louis) ; donneur de mascarade ; Autry, Ardennes ; fol. 64.
  • Flamand (Jean Eugène) ; Paris, Seine ; fol. 64v.
  • Fleury (Louis) ; marchand ; Sélestat, Bas-Rhin ; fol. 64v.
  • Foubert (Jean-Baptiste) ; brodeur d’or ; Nancy, Meurthe-et-Moselle ; fol. 64v.
  • Frances (Louis) ; négociant ; Bruxelles, Belgique ; fol. 65.
  • Frégnel (André Joseph) ; maître d’écriture ; Liessies, Nord ; fol. 65.
  • Gaillard (Pierre Dominique) ; Nancy, Meurthe-et-Moselle ; fol. 63.
  • Ganiau (Nicolas) ; homme de confiance ; Viroflay, Hauts-de-Seine ; fol. 64v.
  • Gâtecloux ou Gastecloux (Côme) ; fondeur statuaire ; Paris, Seine ; fol. 64.
  • Gauthier (Louis) ; cuisinier ; Cherbourg, Manche ; fol. 64v.
  • Gauthier, veuve Lebert (Marie Louise) ; couturière ; Boullancy, Oise ; fol. 64v.
  • Gavignat (Jean François César Auguste) ; employé à la poste ; Paris, Seine ; fol. 63.
  • Gay (Dominique) ; négociant ; Lunéville, Meurthe-et-Moselle ; fol. 63v.
  • Gazano (Antoine) ; logeur ; Poitiers, Vienne ; fol. 63v.
  • Gérard (François Rémy) ; marchand ; Verdun, Meuse ; fol. 63v.
  • Gillet (Nicolas) ; vendeur de livres ; Épinal, Vosges ; fol. 64v.
  • Giraud de Crouzay (Mme Marie Alexandrine Joséphine Adélaïde) ; Saint-Maixent, Deux-Sèvres ; fol. 63v.
  • Gribert (Jean) ; traiteur ; Phalsbourg, Moselle ; fol. 65.
  • Grignet (Nicolas) ; traiteur ; Saint-Germain-en-Laye, Yvelines ; fol. 65.
  • Guibal (Dieudonné Barthélemy) ; pensionnaire ; Lunéville, Meurthe-et-Moselle ; fol. 63.
  • Hamaide (Pierre Joseph) ; négociant ; Liège, département de l’Ourthe ; fol. 64v.
  • Henri (Jean-Baptiste) ; tailleur ; Écordal, Ardennes ; fol. 64.
  • Henry (François Marie) ; négociant ; Corse, département du Golo ; fol. 63.
  • Heurtault, femme Saucet ou Sossay (Marie Adélaïde) ; Paris, Seine ; fol. 64v.
  • Hubert (Bernard) ; marchand ; Marseille, Bouches-du-Rhône ; fol. 63v.
  • Huguet (Pierre Michel) ; traiteur ; Saint-Germain-en-Laye, Yvelines ; fol. 64v.
  • Imgarde dit Floridor (Henri) ; acteur de théâtre ; Maastricht, Belgique ; fol. 63v.
  • Isabey (Louis) ; professeur de musique ; Nancy, Meurthe-et-Moselle ; fol. 63.
  • Jauroy (François) ; marchand ; Maubeuge, Nord ; fol. 63v.
  • Jeunebaut (Jean François) ; maître d’hôtel ; département de Jemmapes ; fol. 64v.
  • Jodard (Jean Joseph) ; tailleur ; Dijon, Côte-d’Or ; fol. 65.
  • Jourdain (Marie Marguerite Adélaïde) ; Clermont-en-Argonnes, Meuse ; fol. 64v.
  • Keller (Antoine) ; Schirmeck, Bas-Rhin ; fol. 64.
  • Kirninum, veuve Picalugen (Marie Antoinette) ; Paris, Seine ; fol. 64v.
  • Labanski (Xavier) ; négociant ; Varsovie, Pologne, naturalisé français ; fol. 65.
  • L’Abbé Deslondes ; ancien militaire ; Caen, Calvados ; fol. 63.
  • Labellonière Beaupré (Claude François) ; négociant ; Lyon, Rhône ; fol. 63.
  • Lacoste (Jean Étienne) ; négociant ; Amsterdam, de parents français ; fol. 65.
  • Ladant (Joseph) ; Moscou, de parents français ; fol. 63v.
  • Lafontaine (Pierre) ; rentier ; Vemes, dépt. des Forêts ; fol. 64.
  • Lambert (Henry Jacques Alexandre Marie) ; Paris, Seine ; fol. 65.
  • Lancry (Jean-Baptiste) ; marchand ; Douai, Nord ; fol. 63v.
  • Lang (Jean Philippe) ; négociant ; Landau ; fol. 64v.
  • Laure (Maximin ou Maximilien) ; négociant ; Grasse, Var ; fol. 63v.
  • Le Blanc (Antoine) ; sculpteur ; Paris, Seine ; fol. 63.
  • Lecointe de Lavau (Auguste Jean) ; commis ; La Villette, Paris, Seine ; fol. 65.
  • Le Comte (François) ; cuisinier ; Paris, Seine ; fol. 64.
  • Lemoine (Jean-Baptiste) ; cartier ; Saint-Lô, Manche ; fol. 63v.
  • Le Monier (Jacques André) ; marchand ; Metz, Meurthe-et-Moselle ; fol. 63v.
  • Le Nostre (Victor) ; négociant ; Rouen, Seine-Maritime ; fol. 64.
  • Lentchenwield (Philip Nicolas Germain) ; négociant ; Edenkolm, département du Mont-Tonnerre ; fol. 64.
  • Lévêque (Pierre André) ; Bas-Rhin ; fol. 65.
  • Ligner (Éloi Paul) ; négociant ; Troyes, Aube ; fol. 64v.
  • Lunven (Joachim Yves Marie) ; négociant ; Lesneven, Finistère ; fol. 64.
  • Majault (Maximilien Louis) ; instituteur ; Douai, Nord ; fol. 63.
  • Mallet (Jean Marie) ; marchand ; près d’Arras, Pas-de-Calais ; fol. 65.
  • Marsille (François) ; confiseur ; Aumale, Seine-Maritime ; fol. 64.
  • Martin (Justinien Charles) ; bijoutier ; Paris, Seine ; fol. 65.
  • Masset (Jean Nicolas) ; commis ; Paris, Seine ; fol. 63v.
  • Mathelin (Jean-Baptiste) ; maître d’armes ; Versailles, Yvelines ; fol. 63v.
  • Mathonet (Jean Marie) ; maître d’hôtel ; Selles, Cher (Selles-sur-Cher, Loir-et-Cher ?) ; fol. 63.
  • Mattiey ou Mathieu, veuve Bertin (Marie) ; Paris, Seine ; fol. 64v.
  • Maucourt (Antoine Fortuné) ; négociant ; Metz, Meurthe-et-Moselle ; fol. 64v.
  • Mettais (Pierre) ; cuisinier ; Auxi-le-Château, Pas-de-Calais ; fol. 63v.
  • Michel (Jean Charles) ; négociant ; Varney, Meuse ; fol. 64v.
  • Mitton (Louis Augustin) ; négociant ; Neufchâtel-en-Bray, Seine-Maritime ; fol. 64.
  • Mitton (Louis Raymond) ; négociant ; Neufchâtel-en-Bray, Seine-Maritime ; fol. 64.
  • Montfaucon (Pierre) ; négociant ; Poyrieux, Ain ; fol. 63.
  • Montréal (Joseph) ; négociant ; Fréjus, Var ; fol. 65.
  • Moran (Marie Léonard) ; acteur de théâtre ; Rennes, Ille-et-Vilaine ; fol. 64.
  • Moreau (François Ignace) ; négociant ; Provins, Seine-et-Marne ; fol. 63v.
  • Nadirrel (Jacques) ; intendant ; Gand, Belgique ; fol. 63v.
  • Nattier (Antoine Brice) ; marchand ; Paris, Seine ; fol. 64.
  • Nicot (Charles François) ; marchand ; Paris, Seine ; fol. 65.
  • Nithard (Louis) ; négociant ; Strasbourg, Bas-Rhin ; fol. 64v.
  • Pélissier (André) ; marchand de vin ; Vienne, Isère ; fol. 64.
  • Pélissier (Pierre) ; maître de langues ; Versailles, Yvelines ; fol. 65.
  • Penguilli (Alexandre) ; prêtre ; Quimper, Finistère ; fol. 65.
  • Peronard (Balthazar) ; maître de chapelle ; Senlis, Oise ; fol. 64v.
  • Perrin (Charles François) ; Lunéville, Meurthe-et-Moselle ; fol. 63.
  • Philippot (Jacques Robert) ; négociant ; Chécy, Loiret ; fol. 63v.
  • Picart (Charles) ; cuisinier ; Pierrefonds (Oise) ; fol. 63.
  • Picart (Pierre) ; censeur à la poste ; près Vitry, Aube ; fol. 63.
  • Piedoys (François) ; rentier ; Rennes, Ille-et-Vilaine ; fol. 64.
  • Pochet (Henri Casimir) ; négociant ; Épernay, Haute-Marne ; fol. 64.
  • Pougas (Thomas) ; maître d’hôtel ; Tabastrin, Tarn ; fol. 64.
  • Puissen (Jacques) ; marin ; Dax, Landes ; fol. 63v.
  • Pujot (Jacques) ; négociant ; Pézenas, Hérault ; fol. 63v.
  • Rades (Claude André) ; Besançon, Doubs ; fol. 65.
  • Raimbert (Joseph) ; négociant ; Grasse, Var ; fol. 63v.
  • Raynaud (Jean François) ; négociant ; Grasse, Var ; fol. 64.
  • Régnier (Jean Joseph) ; dessinateur ; Toulon, Var ; fol. 63.
  • Repey ou Repuy (Augustin) ; logeur ; Mâcon, Saône-et-Loire ; fol. 65.
  • Ricard (Nicolas) ; secrétaire ; Paris, Seine ; fol. 63.
  • Rincoud, épouse Jauroy (Marie Amable) ; marchande de modes ; Paris, Seine ; fol. 64v.
  • Rondeleux (Paul Charles) ; négociant ; Paris, Seine ; fol. 64.
  • Roth (Charles Frédéric) ; maître d’hôtel ; W.. Bas-Rhin ; fol. 65.
  • Rousset (Pierre) ; commis ; Saint-Pétersbourg, de parents français ; fol. 65.
  • Saint-Vair (François Sigisbert) ; acteur de théâtre ; Nancy, Meurthe-et-Moselle ; fol. 64v.
  • Saucet ou Sossay (Joseph) ; négociant ; Strasbourg, Bas-Rhin ; fol. 64.
  • Sauvageot (Jean) ; négociant ; Santenay ; Côte-d’Or ; fol. 64v.
  • Schneider (François) ; confiseur ; Porrentruy, département du Mont-Terrible ; fol. 65.
  • Sénac de Meilhan (Philippe Thérèse Gabriel) ; Paris, Seine ; fol. 63v.
  • Spol (Jean-Baptiste) ; Metz, Meurthe-et-Moselle ; fol. 64v.
  • Thévenet (Auguste Henry Joseph) ; commis ; Paris, Seine ; fol. 63v.
  • Thiebault (Marie François) ; sculpteur ; Paris, Seine ; fol. 63v.
  • Thomas de Thomon (Jean François) ; architecte ; Paris, Seine ; fol. 63.
  • Tournay (Martin) ; négociant ; Spa ; fol. 63v.
  • Tournay (Théodore) ; marchand ; Spa ; fol. 63v.
  • Tranchant [de] La Verne, femme Chaillot (Marie Catherine Rosalie) ; rentière ; Borey, Haute-Saône ; fol. 63.
  • Transberguer ou Transberg (Louis) ; Condé-sur-Escaut, Nord ; fol. 63.
  • Vion (Charles André de) ; major ; Annecy, Haute-Savoie ; fol. 64v.
  • Wiedling (Pierre Antoine) ; marchand ; Neuf-Brisach, Haut-Rhin ; fol. 65.
  • Zague (Antoine) ; perruquier ; Briey, Meurthe-et-Moselle ; fol. 65.

ANNEXE II

Liste séparée des négociants et commerçants français établis à Saint-Pétersbourg qui se sont fait connaître depuis le 19 prairial jusqu’au 19 messidor.

MAE La courneuve, CC Saint-Pétersbourg, t. 9, fol. 66-66v.

  • Raimbert (Joseph) ; négociant ; Frères Raimbert, neveux et Cie.
  • Raimbert (François) ; négociant ; Frères Raimbert, neveux et Cie.
  • Laure (Maximilien) ; négociant ; Frères Raimbert, neveux et Cie.
  • Reynaud (Jean François) ; négociant ; Frères Raimbert, neveux et Cie.
  • Cresp (Joseph); négociant; Joseph Cresp.
  • Cresp (Joseph Basile), fils ; négociant ; Joseph Cresp.
  • Labellonière Beaupré (Claude François) ; négociant.
  • Montfaucon (Pierre de) ; négociant ; Barthélemy de Farge et fils et Cie.
  • Camousset (Jean Jacques René) ; négociant ; Barthélemy de Farge et fils et Cie.
  • Farge (Nicolas de) ; négociant ; Barthélemy de Farge et fils et Cie.
  • Pajols ou Pujols (Jacques) ; négociant.
  • Mitton (Louis Raymond) ; négociant ; Mitton, Le Nostre et Cie.
  • Mitton (Louis Augustin) ; négociant ; Mitton, Le Nostre et Cie.
  • LeNostre (Victor) ; négociant ; Mitton, Le Nostre et Cie.
  • Lacoste (Jean Étienne) ; négociant.
  • Culot (Guillaume) ; négociant.
  • Alexandre (François) ; commerçant.
  • Autié (Léonard) ; commerçant ; se disposant à voyager.
  • Begrain (Claude Antoine) ; commerçant.
  • Cholsen (André) ; commerçant.
  • Couvreur (Jacques) ; commerçant.
  • Fabre (Jean) ; commerçant.
  • François (Louis) ; commerçant.
  • Gay (Dominique) ; commerçant.
  • Henry (François Marie) ; commerçant.
  • Labenski (Xavier) ; commerçant ; prêt à repartir en Pologne.
  • Lang (Jean Philippe) ; commerçant.
  • Lemoine (Jacques André) ; commerçant ; allant à Moscou.
  • Lenschenriend (Philippe Nicolas Germain) ; commerçant.
  • Lunven (Joachim Yves Marie) ; commerçant.
  • Ligner (Éloi Paul) ; commerçant.
  • Lochet ou Cochet (Henri Casimir) ; commerçant ; prêt à retourner en France.
  • Maucourt (Antoine Fortuné) ; commerçant.
  • Michel (Jean Charles) ; commerçant.
  • Montréal (Joseph) ; commerçant.
  • Moreau (François Aymé) ; commerçant.
  • Nithard (Louis) ; commerçant.
  • Philippot (Jacques Robert) ; commerçant.
  • Rondeleux (Paul Charles) ; commerçant ; allant à Moscou.
  • Saucet (Joseph) ; commerçant ; prêt à retourner en France.
  • Sauvageot (Jean) ; commerçant.
  • Tournay (Martin) ; commerçant.

ANNEXE III

« Extrait du registre matricule des sujets français domiciliés et de passage tant à Tiflis que dans tout le ressort du consulat de France en Géorgie ».

MAE La courneuve, CC Tiflis, t. 1 (1821-1830), fol. 353-353v.

  • Alberic (Charles) ; né à Paris ; maître de langue.
  • André (H.) ; né à Rambervillers, Vosges ; charpentier.
  • Audié (Alexis) ; né à Lambesc, Bouches-du-Rhône ; 54 ans ; boulanger.
  • Beausacq (Adélaïde), épouse Maillard ; née à Rainneville, Somme ; femme de confiance.
  • Boul (Nicolas) ; né à Quincy, Moselle ; 28 ans ; soldat avec congé.
  • Bégon de L’Orme (Guillaume) ; né à Saint-Jean-la-Vetre, Loire ; 30 ans ; coutelier.
  • Boilly, professeur des enfants du général Sipiag ; né à Charmes, Vosges.
  • Bernaud (Thomas) ; né à Rambervillers, Vosges ; forgeron.
  • Chaban Cerbied (Jacques) ; né en Arménie ; 56 ans ; professeur d’arménien à Paris.
  • Chaban Cerbied, née Denise Marguerite Van Latum ; née à Paris.
  • Cherot (Auguste Joseph) ; né à Troyes, Aube ; 46 ans ; négociant.
  • Choulan (Étienne Louis) ; né à Aubagne, Bouches-du-Rhône ; boulanger Croizé des Chatelliers (Adolphe) ; né à Châtellerault, Vienne ; 25 ans ; professeur d’arménien à Paris.
  • Didelot (Jean François) ; né à Paris ; 42 ans ; associé à la maison Caslez et Cie, à Tiflis.
  • Duclos (Jean Michel), né à Paris ; 46 ans ; « artiste vétérinaire ».
  • Dommange (Jean-Baptiste) ; né à Rambervillers, Vosges ; 26 ans ; charpentier.
  • Divine (Jean) ; né à Orange, Vaucluse ; jardinier.
  • Imbert (Marie), épouse de Jean Divine ; fileuse de soie.
  • Dufour (Auguste Marie Agricole) ; né à Orange, Vaucluse ; 25 ans ; cordonnier.
  • Dufour, née Sophie Coller ; fileuse de soie.
  • Dufour, enfant des précédents ; 2 ans ½.
  • Duroc (Jean Joseph) ; né à Remiremont, Vosges ; 42 ans ; maçon.
  • Gamba (Jacques François, chevalier) ; né à Dunkerque, Nord ; 64 ans ; consul de France.
  • Gamba (Charlotte Henriette), demoiselle ; née à Paris ; 35 ans.
  • Gamba (Jules Maurice), fils du chevalier Jacques François Gamba ; né à Paris ; 28 ans ; capitaine au 3e régiment de dragons.
  • Godefroid (Jean Georges Romuald) ; né à Dieuze, Meurthe ; maître de langue.
  • Glaizal (Pierre) ; né à Privas, Ardèche ; 47 ans ; moulinier en soie.
  • Glaizal, née Fischer (Magdeleine Victoire) ; née à Privas, Ardèche ; 44 ans ; fileuse de soie.
  • Glaizal (Pierre Antoine), enfant des précédents ; né à Privas, Ardèche ; 22 ans ; fileur de soie.
  • Glaizal (Casimir Auguste), enfant des précédents ; né à Privas, Ardèche ; 20 ans ; fileur de soie.
  • Glaizal (Rosalie), enfant des précédents ; née à Privas, Ardèche ; 16 ans ; fileur de soie.
  • Glaizal (Constance), enfant des précédents ; née à Privas, Ardèche ; 12 ans ; fileur de soie.
  • Glaizal (Hippolyte), enfant des précédents ; né à Privas, Ardèche ; 9 ans ; fileur de soie.
  • Glaizal (Victoire Grégoire), enfant des précédents ; née à Privas, Ardèche ; 7 ans ; fileur de soie.
  • Glaizal (Amélie Denise), enfant des précédents ; née à Privas, Ardèche ; 5 ans ; fileur de soie.
  • Imbert (Marie Élisabeth), veuve ; née à Orange, Vaucluse ; fileuse de soie.
  • Knust (Marcus) ; de Clèves ; domicilié en France ; 26 ans ; ébéniste.
  • Letellier (Louis Victor) ; né à Paris ; 30 ans ; chancelier du consulat.
  • Laporte (André) ; né à Nîmes ; 52 ans ; chef d’atelier de la soie.
  • Labielle (Jean) ; né à Caussens, Gers ; distillateur.
  • Marigny, dit Baptiste (Jean François) ; 42 ans ; domestique.
  • Matassy ; né à Marseille, Bouches-du-Rhône ; restaurateur.
  • Paul (Jean Louis) ; né à Châteaurenard, Bouches-du-Rhône ; 46 ans ; aubergiste traiteur.
  • Paul, née Celigle (Frédérique).
  • Paul (Louis Jacob), enfant des précédents.
  • Paul (Marie Louise), enfant des précédents.
  • Paul, enfant des précédents.
  • Petit (Joseph) ; né à Rambervillers, Vosges ; 30 ans ; forgeron.
  • Ragault (Antoine) ; né à Saint-Pétersbourg ; 31 ans ; employé de maison.
  • Ragault, née Rounberg (Christine).
  • Ragault (Marie), enfant des précédents.
  • Ragault (Jean), enfant des précédents.
  • Ragault (Constantin), enfant des précédents.
  • Ragault (Virginie), enfant des précédents.
  • Ragault (Louise), enfant des précédents.
  • Ragault, enfant des précédents, non encore baptisé.
  • Ravergie (Jean Marie) ; né à Paris ; 41 ans ; minéralogiste.
  • Ripart (François Xavier) ; né à Pesmes, Haute-Saône ; 42 ans ; architecte.
  • Roussel, baron de Courcy (François Mathurin Adalbert) ; né à Orléans, Loiret ; 24 ans.
  • Schweitzer ; né à Toulon, Var ; 39 ans ; négociant près de Tiflis.
  • Valentin (Jean-Baptiste) ; né à Luvigny, Vosges ; 54 ans ; charpentier.
  • Winnert (Joseph) ; né à Strasbourg, Bas-Rhin ; 44 ans ; ferblantier.

Notes

1 Les consulats sont un observatoire privilégié de l’activité commerciale et économique. Pour la période de l’Ancien Régime, voir Jörg Ulbert et Gérard Le Bouëdec, La fonction consulaire à l’époque moderne. L’affirmation d’une institution économique et politique (1500-1800), Rennes, 2006. Voir également Bruno Ricard, « Les consulats, l’administration du commerce et l’information économique extérieure (1681-1789) », dans Études et documents. Comité pour l’histoire économique et financière, t. 5, 1993, p. 37-57.

2 Anne Mézin, Correspondance des consuls de France à Saint-Pétersbourg (1713-1792), Paris, 2009.

3 Il faut rapprocher la série « Affaires étrangères » avec la sous-série « Marine B7 », car elles sont indissociables. Elles proviennent toutes les deux du fonds des consulats de l’Ancien Régime quand les consulats dépendaient du secrétariat d’État de la Marine. La dualité actuelle de ces fonds d’archives s’explique par l’histoire des ministères. En 1796, le ministère de la Marine et le ministère des Relations extérieures se partagèrent les archives des consulats. Tout ce qui intéressait la marine, la navigation et les pêches fut attribué à la Marine, le reste revenant aux Relations extérieures. De façon à réunir l’ensemble, le ministère des Affaires étrangères reversa, entre 1929 et 1933, son fonds consulaire d’Ancien Régime, la série Affaires étrangères actuelle, aux Archives nationales qui conservaient déjà le fonds de la Marine d’Ancien Régime.

4 AN, AE/B/I/1 à 38, Levant et Barbarie.

5 AN, AE/B/I/39 à 74, Espagne, Portugal, Italie et le Nord.

6 AN, AE/B/I/75 à 1188.

7 Entre 1730 et 1732, 1743 et 1748.

8 AN, AE/B/I/474 à 482.

9 Entre 1638 et 1792, AN, AE/B/I/376 à 448.

10 Entre 1759 et 1777, AN, AE/B/I/948 à 949.

11 Entre 1758 et 1792, AN, AE/B/I/1082 à 1087.

12 AN, AE/B/III/432 : mémoires et documents sur le commerce (1728-1768).

13 AN, AE/B/III/433 : états de commerce et de navigation, bulletins commerciaux (1810-1812).

14 AN, AE/B/III/434 : ukases, instructions, avis, tableaux sur les douanes (1820-1840). AN, AE/B/III/435 : ukases, décisions, tableaux sur les douanes (1841-1852) ; ukases, tableaux, notes sur la navigation (1810-1853) ; documents commerciaux (1821-1854).

15 AN, Mar/B/7, t. 1 à 4 et 10 à 47.

16 AN, Mar/B/7, t. 204 à 283.

17 On ne rencontre d’assemblée de la communauté française en nation qu’au tout début, en 1720-1721, quand il fallut régler quelques cas de discipline et organiser le statut de l’éphémère aumônier de la nation.

18 AN, Mar/B/7/355 : « État des Français catholiques qui sont en Russie en juin 1746 ».

19 MAE Nantes, Archives du vice-consulat de France à Moscou (1759-1764) : « État des Français, 1er janvier 1762, par Pierre Martin ».

20 Cet état est classé par erreur dans la correspondance consulaire de Dantzig. AN, AE/B/I/480, CC Dantzig, fol. 213-223 : « État des Français de Moscou, 15 janvier 1777, par Pierre Martin ».

21 Voir Санкт-Петербургские ведомости, Saint-Pétersbourg, 1793, no 45 à 53.

22 MAE La courneuve, Correspondance consulaire et commerciale, Saint-Pétersbourg, t. 9, fol. 43-44v (18 prairial an X / 7 juin 1802).

23 MAE La courneuve, Correspondance consulaire et commerciale, Saint-Pétersbourg, t. 9, fol. 101-102v (22 fructidor an X / 9 septembre 1802).

24 Voir annexe I.

25 Voir notamment MAE La courneuve, Correspondance consulaire et commerciale, Saint-Pétersbourg, t. 9, fol. 354 (« Récapitulation du registre d’enregistrement de la chancellerie du commissariat général des relations commerciales de France à Saint-Pétersbourg, costé HH, fol. 89 à 273, depuis le premier vendémiaire an XII jusqu’au quatorze thermidor de la même année ») : légalisation d’une procuration sous seing privé de Prévost de Lumian (29 ventôse an XII) ; ibid., fol. 357 (« Récapitulation du registre d’enregistrement de la chancellerie du commissariat général des relations commerciales de France à Saint-Pétersbourg, costé HH, fol. 89 à 273, depuis le premier vendémiaire an XII jusqu’au quatorze thermidor de la même année ») : procuration de Torcy (7 messidor an XII) ; ibid., fol. 217v et 344 (« Récapitulation du registre des actes de la chancellerie costé GG (fol. 1 à 52) ») : respectivement procuration en blanc de l’abbé Nicolle (4 fructidor an XI) et procuration en blanc pour succession de Dominique Nicolle (23 ventôse an XII).

26 MAE La courneuve, Correspondance consulaire et commerciale, Saint-Pétersbourg, t. 9, fol. 321v : « Inventaire général des papiers de la chancellerie depuis l’arrivée de M. de Lesseps à Saint-Pétersbourg jusqu’au premier vendémiaire de l’an XIII. Chemise no 2 : état par ordre alphabétique de tous les Français immatriculés dans la chancellerie depuis l’an X jusqu’au 1er vendémiaire an XIII ». Cet état n’a pas été conservé dans le registre de la correspondance consulaire.

27 MAE La courneuve, Correspondance consulaire et commerciale, Tiflis, t. 1 (1821-1830), fol. 353-353v : « Extrait du registre matricule des sujets français domiciliés et de passage tant à Tiflis que dans tout le ressort du consulat de France en Géorgie ». Voir annexe III.

28 État des marchandises exportées en 1803 ; état des montants des marchandises importées et exportées par les négociants de Saint-Pétersbourg en 1803 ; tableau des exportations et des importations des ports de Saint-Pétersbourg et de Cronstadt en 1803 ; état des droits perçus aux douanes de Saint-Pétersbourg ou de Cronstadt en 1803 ; états des navires dans le port de Cronstadt, leur arrivée et leur départ et le nombre de ceux qui y sont restés hiberner en 1804 ; état de la valeur des marchandises exportées et importées par les négociants et autres personnes des différentes nations à Saint-Pétersbourg et à Cronstadt en 1804, etc.

29 Les registres de chancellerie inventoriés sont les registres BB, CC, DD, GG, HH et LL, certains d’entre eux faisant l’objet de plusieurs récapitulations.

30 Voir AN, AE/B/I/988, fol. 137-185v; AE/B/I/989, fol. 104-126v.

31 Légalisations d’extraits de baptême, de mariage ou de décès, publications de mariage.

32 Contrats de mariage, testaments.

33 Il signa le 25 janvier 1752 un contrat d’une première société avec deux négociants lyonnais, Antoine Deschamps et Charles François Lousmeau du Pont.

34 C’était la guerre de Sept Ans. Les Français voulaient trouver d’autres fournisseurs de tabac que les Anglais afin de se passer du tabac de Virginie. Les négociants Joseph Raimbert et Jean Michel signèrent, en 1758, ce contrat avec Petr Chouvalov. En avril 1757, celui-ci avait obtenu du Sénat russe le privilège exclusif de l’exportation du tabac en feuilles d’Ukraine pour une durée de vingt années.

35 Jean François Reynaud est mentionné lors de son mariage avec Anne Bertin, le 8 novembre 1795 à l’église catholique à Sainte-Catherine-d’Alexandrie de Saint-Pétersbourg. Il y était probablement déjà installé depuis plusieurs années. En 1802, Barthélemy de Lesseps demanda pour lui une commission de sous-commissaire à Odessa. Jean Louis Reynaud, son frère, y avait déjà une société en 1780. Joseph Reynaud, fils de Jean Louis, devait diriger un théâtre à Odessa dans les années 1820.

36 À titre de comparaison, en 1803, la maison française Livio frères et Cie exporta des marchandises pour 460 396 roubles et en importa pour un montant de 483 192 roubles ; la même année, les exportations faites par les Raimbert s’élevèrent à 14 148 roubles, leurs importations à 58 045 roubles ; le montant total des exportations de Saint-Pétersbourg en 1803 s’élevait à 31 663 015 roubles et celui des importations à 23 613 033 roubles. Voir MAE La courneuve, Correspondance consulaire et commerciale, Saint-Pétersbourg, t. 9, fol. 259-262v : « État du montant des marchandises importées et exportées par les négociants suivants à Saint-Pétersbourg en 1803 ».

37 Voir MAE La courneuve, Correspondance consulaire et commerciale, Saint-Pétersbourg, t. 9, fol. 121-135 : « Récapitulation ou extrait en forme d’inventaire des pièces et actes contenus dans le registre d’enregistrement côté CC du commissariat général des relations commerciales à Saint-Pétersbourg » ; et fol. 221-228v : « Récapitulation du registre d’enregistrement de la chancellerie du commissariat général depuis le folio 74 jusqu’au folio 270, costé CC » (2 thermidor an X / 21 juillet 1802 - 9 prairial an XI / 29 mai 1803).

38 Le « pud » est alors l’unité de mesure utilisée en Russie. Il équivaut à 16,38 kg.

39 En Russie, le meilleur chanvre pour la marine était cultivé en Livonie. Selon la variété, chanvre mâle ou femelle, une première récolte se faisait au début de l’été, c’est la plus abondante, et la seconde en septembre. Les opérations de rouissage, broyage et teillage nécessaires pour obtenir des filasses de bonne résistance prenaient plusieurs semaines.

40 En 1804, la France possédait une cinquantaine de vaisseaux de guerre. Il fallait entre 60 et 80 tonnes de chanvre et de 6 à 8 tonnes de fer pour équiper un bâtiment de taille moyenne.

41 En plus des diverses correspondances, voir notamment MAE La courneuve, Correspondance politique et commerciale, Nouvelle série, t. 79 : « Français en Russie (1896-1916) » ; ibid., t. 103 : « Arrestations, expulsions » ; MAE Nantes, État civil, différents registres et cartons pour Moscou, Saint-Pétersbourg, Tiflis.

42 Sont indiqués : le nom, les prénoms ; la profession ; le lieu et le département de naissance ; le folio du registre et la date de l’immatriculation.

Auteur

Archives nationales

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540