Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Première partie. Regards sur les sources

Des ingénieurs français au service de la couronne russe au début du XIXe siècle

Sources en Russie et en Ukraine

Французские инженеры на службе Российской империи в первой половине XIX века

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch

Résumé

Sur une trentaine d’ingénieurs français ayant exercé au service de la couronne russe durant la première moitié du XIXe siècle, six ont été élus membres de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg : P. D. Bazaine, M. Destrem, B. Clapeyron, G. Lamé, A. Raucourt (de Charleville) et J. Hauÿ. Les quatre derniers ont été élus membres correspondants de cette compagnie, Destrem a été reçu membre honoraire, Bazaine a eu les deux titres. Huit au moins de ces officiers ont atteint les grades de généraux dans les diverses administrations techniques de l’État (S. Sénovert, I. Résimont, L. Carbonnier, P. D. Bazaine, M. Destrem, C. Potier, A. Fabre, F. De Saint-Aldegonde) ; quelques autres sont devenus colonels ou lieutenants-colonels du corps des ingénieurs des voies de communication (B. Clapeyron, G. Lamé, A. Raucourt, A. Henri, J. Fabre). Leur activité a été extrêmement diversifiée : ils ont enseigné et construit, élaboré des projets et dirigé les chantiers et les administrations, rédigé des mémoires scientifiques et des manuels, et édité des périodiques. Certains se sont distingués dans l’art et la littérature, d’autres ont eu une vie mondaine et sociale intense. 70 % de ces ingénieurs étaient des polytechniciens. Les documents qui les concernent ont été dépistés dans plus de cinquante lieux de conservation en Russie et en Ukraine (ex-URSS) : archives d’État, musées, départements de manuscrits des bibliothèques et fonds privés, et dans une quinzaine de lieux de conservation de documents en France. Il existe également des vestiges matériels associés à leurs noms et activités : des maisons où ils ont habité ; des ouvrages d’art qu’ils ont construit (ponts et écluses, bâtiments et couvertures) ; leurs sépultures, portraits et plaques commémoratives. L’article vise à offrir le survol de l’ensemble de ces sources qui permettent de restituer le parcours souvent inédit de ces experts en Russie. Il comprend la liste de ces ingénieurs, les données sur leurs carrières, l’aperçu du corpus de sources qui les concernent et leur classification.

В настоящей статье мы рассмотрим некоторые источниковедческие проблемы, встающие при изучении истории русско-французских инженерных связей и, в том числе, биографий ряда крупных французских инженеров и ученых, служивших в России в первой половине XIX века. Изучаемая группа насчитывает не менее тридцати человек, большинство из которых сделали в России прекрасную карьеру. Taк, шестеро входили в состав Петербургской Академии наук: П. Д. Базен, М. Дестрем, Б. Клапейрон, Г. Ламе, А. Рокур (де Шарлевиль) и Ж. Гаюи. Не менее восьми достигли генеральских чинов в различных государственных инженерно-технических ведомствах (С. Сеновер, И. Резимон, Л. Карбоньер, П. Д. Базен, М. Дестрем, К. Потье, А. Фабр, Ф. Де Сент-Альдегонд); пятеро имели чины полковников и подполковников в Корпусе инженерв путей сообщения (Клапейрон, Ламе, Рокур, А. В. Ганри, Фабр). Их деятельность в России была весьма разнообразной, она включала преподавание и строительство, проектирование сооружений и производство работ, управление инженерными ведомствами и руководство научными программами, экспертными инстанциями и учеб ными заведениями, не говоря уже об интенсивной научной и издательской деятельности. Некоторые из этих инженеров внесли свой вклад в искусство и литературу, все вели активную социальную и светскую жизнь, имелись поборники популярных в то время экономических и философских течений (сен-симонизм, позитивизм, масонствo). 70% из них были политехниками. Источники, касающиеся этой группы были обнаружены в 50 хранилищах бывшего СССР (государственные, ведомственные и частные архивы, музеи, рукописные отделы библиотек и т. д.), и не менее чем в 30 хранилищах других европейских стран. Изучались также и натурные обьекты, связанные с жизнью и деятельностью этих лиц (дома где они проживали; сооружения которые они строили; их захоронения, портреты и памятные доски). Цель статьи – дать общий обзор всех этих источников которые позволяют восстановить картину жизни французских инженеров в России. В первой ее части будет дан их коллективный портрет; во второй мы обратим особое внимание на основной массив документов, находящихся ныне в раз личных хранилищах двух государств: Российской Федерации и Украины. Отдельная глава будет посвящена краткому обзору других мест хранения в Европе и, в частности, во Франции. В предлагаемом обзоре речь пойдет об уже обнаруженных материалах и о стратегии дальнейшего поиска. Его общие хронологические рамки: 1800-е – 1850-е гг., однако ряд документов может касаться как более ранних, так и более поздних периодов.

Note de l’éditeur

CIVC : Corps des ingénieurs des voies de communication ; ICIVC : Institut du Corps des ingénieurs des voies de communication ; X : Polytechnicien.

Texte intégral

  • 1 Ce survol vise à partager l’expérience de notre recherche pendant les deux dernières décennies. Se (...)

1Cet article présente un survol des sources, à la fois abondantes, diverses, complémentaires et dispersées, utiles pour l’étude de l’histoire des relations franco-russes en matière d’ingénierie. Les biographies des ingénieurs et savants français qui se sont distingués au service de la couronne russe serviront de fil conducteur de cet aperçu1.

2Chronologiquement, notre étude traite d’un groupe d’ingénieurs français présent sur le sol russe dans la première moitié du XIXe siècle. Les dates extrêmes des documents peuvent néanmoins être antérieures ou postérieures à cette période. En effet, le principal gisement de documents concerne les années 1810-1840, époque où les ingénieurs français sont nombreux sur le sol russe et au sommet de leur productivité, tandis que les archives se rapportant aux décennies 1800 et 1850 sont d’un intérêt moindre, dans la mesure où elles ne concernent que quelques-uns des personnages qui sont venus s’installer en Russie avant le principal flux migratoire ou qui s’y sont attardés après l’arrêt de celui-ci. Pour ce qui touche les recherches généalogiques – et, en Russie, il s’agit de la descendance de nos personnages –, elles peuvent se prolonger jusqu’à nos jours.

3Ce survol sera centré sur les documents conservés dans les institutions de deux États issus de l’ancienne URSS, la Fédération de Russie et l’Ukraine, mais nous signalerons aussi d’autres lieux de conservation en Europe et, en particulier, en France. Il présente des sources identifiées mais évoque aussi de nouvelles pistes de recherche.

I. — Portrait de groupe

  • 2 L’annexe no I de cet article donne la liste de ces ingénieurs ainsi que des renseignements sur leu (...)

4Les ingénieurs français que nous allons étudier sont au nombre d’une trentaine2. Malgré la diversité de leurs personnalités et de leurs parcours, ils ont en commun un certain nombre de caractéristiques qui en font un groupe d’individus à la fois spécifique et bien identifiable. Le déroulement de leurs carrières, leurs réalisations, leurs états de services et de mérite ainsi que leurs états civils sont autant de facteurs importants à prendre en compte lorsqu’on souhaite dresser leur portrait collectif.

5Mais, puisque notre regard est tourné vers la Russie, essayons d’abord de situer nos ingénieurs français dans ce cadre. Du point de vue de leur implication professionnelle, cinq catégories d’experts sont clairement identifiables : des spécialistes éminents dont l’action a marqué l’art, la science et l’enseignement de l’ingénieur en Russie ; leurs collègues dont l’action dans les mêmes domaines, bien que plus modeste, a été significative ; les ingénieurs praticiens impliqués dans les travaux de construction ; les ingénieurs français naturalisés et « russifiés » mais restant en contact avec la colonie française ; les prisonniers de guerre de la campagne napoléonienne dont l’action en Russie, parfois efficace, a été de courte durée mais, peut avoir eu, comme dans le cas de Poncelet, des répercussions en France.

6Les origines sociales de ce groupe sont très diverses : les aristocrates (Sainte-Aldegonde, Sénovert, Gleizes, Brune de Sainte-Catherine) y côtoient des gentilshommes pauvres (Destrem, Fabre), des roturiers et des fils de la petite bourgeoisie (Potier) et des anciens ecclésiastiques (J. Résimont). Quant aux raisons de leur présence en Russie, elles reflètent les diverses péripéties de l’histoire politique tourmentée de la France de l’époque. Les émigrés politiques des régimes successifs (Révolution, époque napoléonienne, Restauration) y cohabitent paisiblement. Mais on a aussi affaire à des émigrés économiques, des aventuriers et des chercheurs de fortune, et enfin à des experts techniques commissionnés en Russie par le gouvernement français.

  • 3 Ces Polytechniciens sont : Bazaine, Destrem, A. Fabre, Potier, Ducouëdic, Compère, Ferrandin-Gazan (...)
  • 4 Alain Auclair, Les ingénieurs et l’équipement de la France : Eugène Flachat, Le Creusot, 1999.

7Du point de vue professionnel, leur dénominateur commun est bien sûr d’avoir exercé en Russie le métier d’ingénieur. Cependant, à l’intérieur du groupe, les profils sont divers. Les Polytechniciens – quatorze personnes – constituent le noyau dur3 ; les représentants des grandes administrations techniques de l’État sont eux aussi en nombre important : les ingénieurs des Ponts et Chaussées dominent (Bazaine, Destrem, Potier, A. Fabre et Raucourt…), suivis des ingénieurs des Mines (Ferry, Lamé, Clapeyron et Le Play), des ingénieurs militaires (Sénovert, Sainte-Aldegonde) et des ingénieurs de la Marine (Brune de Sainte-Catherine). Les ingénieurs privés font plutôt figure d’exception : un seul exemple dans notre groupe (Eugène Flachat4). Enfin, il faut prendre en compte une petite population particulière : les enfants des migrants français qui ont suivi des études d’ingénieur dans une école russe (Haüy, A. Résimont et Teremin).

  • 5 Les ingénieurs français recrutés dans le CIVC forment en effet la moitié du contingent étudié : le (...)

8En Russie, ces compétences sont toutefois souvent redistribuées, les ingénieurs des grandes administrations françaises pouvant aussi bien s’engager au service de la couronne qu’à celui des particuliers (Ferry et Le Play au service des Demidov, dans l’Oural). Quant aux grandes administrations d’État russes, elles engageaient aussi bien les commissionnaires de l’État français que des candidats « spontanés » (Henry). Parmi les administrations d’accueil en Russie, le Corps des ingénieurs des voies de communication (CIVC), avec son institut associé (ICIVC), se pose en champion de ce recrutement5, même si d’autres administrations comme celles du Génie militaire et de la Marine, l’état-major général et la Suite de Sa Majesté Impériale le pratiquent également. En revanche, les changements de corps – et donc de situations – en cours de service étaient possibles.

  • 6 Si nous avons séparé ces deux groupes, c’est que, dans la progression de leurs carrières en Russie (...)

9La plupart de ces ingénieurs ont mené une brillante carrière en Russie. Huit au moins y ont atteint les grades de généraux dans les diverses administrations techniques militaires ou militarisées de l’État (Sénovert, J. Résimont, Carbonnier, Bazaine, Destrem, Potier, A. Fabre et Sainte-Aldegonde) ; quelques autres sont devenus colonels ou lieutenants colonels du CIVC (Clapeyron, Lamé, Raucourt, Henri et J. Fabre). Pour certains, leur carrière en Russie s’est déroulée en parallèle avec leur carrière en France, l’avancement se faisant simultanément dans les deux pays (Lamé et Clapeyron ; Bazaine, Fabre, Destrem et Potier6). Quelques-uns sont restés définitivement en Russie (Potier), voire même se sont fait naturaliser (Destrem) ; d’autres s’y sont attardés suffisamment longtemps pour se faire une situation et assurer ainsi la poursuite de leur carrière et/ou une retraite tranquille en France. Sénovert, vieux et malade, est décédé à Honfleur quelques semaines après son rapatriement, en 1831. Bazaine, rentré en France en 1835, a servi les deux pays jusqu’à la fin de ses jours en 1838. Henry est mort à Saint-Pétersbourg sans avoir terminé son service ; Lamé et Clapeyron ont prétexté la maladie comme motif de départ : les rigueurs du climat russe mettaient en effet la santé des Français à l’épreuve.

  • 7 Voir sur ce thème les travaux d’Antoine Savoye et, en particulier, son article : « Frédéric Le Pla (...)

10L’expérience russe s’est avérée décisive pour la carrière scientifique française glorieuse de Lamé et Clapeyron, rentrés en France en 1831, après onze ans de loyaux services en Russie. Raucourt a rapporté dans sa patrie, en 1827, l’expérience intellectuelle des échanges philosophiques avec ses pairs Polytechniciens (Enfantin et autres) qui ont préfiguré la création, dans les années 1840, de l’Institut de la morale universelle et d’un cours de philosophie positive indépendant de celui d’Auguste Comte. Le Play, quant à lui, a tiré de ses trois voyages en Russie en 1837, 1844 et 1853, des expériences multiples dans les domaines des mines et de la métallurgie (la prospection de la région du Donets et la gestion des usines Demidov) et en matière d’études sociales (enquêtes sur les ouvriers et les populations de l’Oural)7.

  • 8 Nous avons, sur cette triste réalité, un témoignage poignant de Mme Kira Kolyŝko (née Destrem), de (...)

11Certains de ces ingénieurs ont fondé des foyers en Russie avec des épouses d’origine française (Bazaine, Lamé et Potier) ; Clapeyron a épousé en France la fille naturelle de Bazaine qu’il avait rencontrée en Russie. Les mariages avec des Russes orthodoxes étaient plutôt rares, mais on en repère quelques-uns (notamment les deux mariages de Destrem). Les descendants de ces mariages mixtes, naturalisés et russifiés, se sont fondus dans le reste de la population de l’empire. Le souvenir de leurs origines françaises, perpétué au sein des familles, a été « effacé » à l’époque de la terreur stalinienne et accompagné de la destruction de documents familiaux par mesure de précaution8.

12Les activités de ces ingénieurs en Russie ont été extrêmement diverses. Parmi leurs domaines d’excellence professionnelle, une place de choix revient à l’enseignement. Plusieurs se sont en effet distingués comme professeurs dans les écoles d’ingénieur (la plupart des Polytechniciens, Sénovert et J. Résimont) ; trois ont successivement dirigé l’ICIVC : Sénovert de 1810 à 1824 (voir fig. 1) ; Bazaine de 1824 à 1834 ; Potier de 1834 à 1836. Ils se sont investis activement dans l’élaboration des programmes d’enseignement et des politiques éducatives, ont créé de nouveaux cours et rédigé des manuels.

13L’art de l’ingénieur a été un autre domaine où l’excellence des ingénieurs français s’est imposée. Là aussi, ils sont intervenus à tous les niveaux, de l’élaboration des projets – plus d’un millier dont plusieurs ont été réalisés – à la conduite de travaux pour la plupart des membres du groupe, sans oublier l’expertise technique (Bazaine, Destrem, Lamé, Clapeyron, Carbonnier et autres) (voir fig. 2 ci-après). On leur doit, outre de nombreux ouvrages d’art édifiés à travers le pays, l’aspect classique, l’aménagement urbain et l’équipement sanitaire (avec la création des services d’hygiène urbaine) de la capitale impériale.

  • 9 Après la réforme de l’administration des voies de communication en 1810, l’empire a été divisé en (...)

14En matière d’administration, leurs responsabilités sont allées de la gestion du personnel (Sénovert, Résimont) à la direction de travaux à grande échelle ; quelques-uns se sont vu confier la direction de grandes instances techniques, telles que le Comité pour les constructions et les travaux hydrauliques à Saint-Pétersbourg ou la Commission pour la construction des écluses de Schlusselbourg (Bazaine), la Commission des projets et des devis (Destrem), la responsabilité des arrondissements I et II des voies de communication9 (respectivement Bazaine et Destrem).

Figure 1 : Le général-major Étienne-François de Sénovert. Gravure, premier quart du XIXe siècle. Collection D. et I. Gouzévitch.

Figure 2a : Deux versions du projet (non réalisée et réalisée) de la coupole de la cathédrale de Sainte Trinité, par Pierre-Dominique Bazaine. Collage : D. Gouzévitch et S. Fedorov.

Figure 2b : La cathédrale de la Sainte Trinité (Троицко-Измайловский собор) à Saint-Pétersbourg. Fragment de carte postale. Collection D. et I. Gouzévitch

15La recherche a été au cœur de leur action : les travaux scientifiques rédigés par ces ingénieurs représentent quelques centaines de titres. Leurs réalisations en matière de science de l’ingénieur ont obtenu la reconnaissance des milieux académiques. Six d’entre eux ont été élus membres de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg : Bazaine, Destrem, Clapeyron, Lamé, Raucourt et Hauÿ – les quatre derniers ont été élus membres correspondants, Destrem membre honoraire, et Bazaine a eu les deux titres.

16Ils se sont aussi investis dans l’invention ; on trouve en effet parmi eux des inventeurs passionnés qui se sont distingués dans le perfectionnement de machines et de divers mécanismes (machine à vapeur, dispositifs pour la fabrication de la poudre et pour la protection des chaudières des explosions) et dans l’élaboration de technologies industrielles de pointe (mécanisme de transmission précise du mouvement rectiligne, appareil de distillation semi-continue etc.).

17Leur activité éditoriale fut, elle aussi, très riche : on doit à ces ingénieurs les premiers cours lithographiés à l’usage des élèves de l’ICIVC (Potier, Bazaine, Raucourt, Lamé, Clapeyron), ainsi que de nombreux manuels pionniers en Russie (calcul différentiel pour les ingénieurs par Bazaine ; calcul intégral par Lamé et Bazaine ; mécanique par Destrem ; géométrie descriptive et ses applications par Potier). En outre, Bazaine comme président du Comité scientifique, Destrem et Lamé, comme rédacteurs de la partie française, figurent parmi les créateurs du Journal des voies de communication / Журнал путей сообщения (aujourd’hui Железнодорожный транспорт), périodique bilingue franco-russe, l’un des premiers du genre en Russie.

18L’art et la littérature ont trouvé chez ces ingénieurs de fervents adeptes. Ils se sont essayés à la traduction littéraire, tels Bazaine et Destrem, et à la vulgarisation des connaissances ; ils se sont intéressés à la musique, au chant et aux arts plastiques. On trouve parmi eux de grands collectionneurs comme Sénovert et des passionnés de jeux d’échec comme Henry.

19L’action sociale et la vie associative firent aussi partie de leurs occupations préférées. Ainsi, ils ont été partie prenante et/ou initiateurs de quelques sociétés, associations et cercles d’amis où l’on discutait sciences, art, littérature, mais aussi de questions sensibles touchant à l’économie politique, à la philosophie, aux théories sociales (Lamé et Clapeyron ont adhéré au saint-simonisme). Les diverses loges franc-maçonnes en Russie (presque tous les Polytechniciens) et en France (Bazaine, Sénovert) les ont comptés parmi leurs membres. L’Association française de bienfaisance, fondée à Saint-Pétersbourg en 1820, a recruté parmi eux des donateurs actifs. Enfin, habitués des salons aristocratiques les plus prisés de la capitale, ils ont mené une vie mondaine intense.

20Il reste à mentionner encore une facette de l’activité de ces ingénieurs dont, compte tenu de sa nature discrète et sensible, on parle peu : l’espionnage et/ou la reconnaissance technique. Certains de ces ingénieurs ont en effet pratiqué cette activité sinon professionnellement (Sainte-Aldegonde), du moins à certains moments de leur vie (Lamé, Clapeyron et Le Play). En revanche, il existe des cas où cette activité fut exercée dans les deux sens (Bazaine).

21Ce rapide bilan, bien qu’incomplet, suffit à démontrer que l’héritage de ces ingénieurs français en Russie touche la plupart des sphères de la vie de la société russe de la première moitié du XIXe siècle et il faut en tenir compte dans l’étude de leurs activités. Cet héritage peut être décrit comme « une culture technique spécifique » issue de l’hybridation des deux expériences nationales. La plus-value de leur action se traduit par un phénomène que l’on peut qualifier d’« effet du retour », soit ses retombées en France. Là, l’apport de ces ingénieurs, bien que moins spectaculaire, paraît également important : ils ont tissé des réseaux de sociabilité en établissant des liens de collaboration et de camaraderie entre les ingénieurs de France, de Russie et de plusieurs autres pays ; ils ont réalisé en France des travaux scientifiques et techniques d’importance cruciale, inspirés et/ou rendus possibles par les multiples expériences acquises en Russie ; ils ont accueilli leurs pairs et des élèves russes dans les structures françaises, etc. En définitive, ils ont apporté en France une meilleure connaissance de la Russie et la promotion de sa culture.

22Autant de raisons pour se pencher sur l’héritage documentaire et matériel existant qui permet aux historiens d’aujourd’hui de préserver ce capital intellectuel commun aux deux pays.

II. — Les sources

1. Généralités

23La mémoire à partager est considérable ; elle nécessite l’exploration de plus de cinquante lieux de conservation en Russie et en Ukraine ainsi répartis : archives de tous types (publiques et privées), bibliothèques avec leurs fonds patrimoniaux (manuscrits, livres anciens, périodiques) et musées avec leurs collections d’objets, de livres et de documents. Par ailleurs, il faut aussi prendre en compte de nombreux vestiges matériels (patrimoine archéologique et technique).

24Toutes ces institutions ont des organisations différentes. Pour ce qui est des archives, on doit distinguer les archives centrales et les archives locales.

1.1. Les archives centrales

25Les archives centrales comprennent :

  • les Archives historiques d’État de Russie / Российский Государственный Исторический Архив (RGIA / РГИА), Saint-Pétersbourg ;
  • les Archives d’État russes d’histoire militaire / Российский Государственный Военно-Исторический Архив (RGVIA / РГВИА), Moscou ;
  • les Archives historiques de la Marine d’État de Russie / Российский Государственный Архив Военно-Морского Флота (RGAVMF / РГАВМФ), Saint-Pétersbourg ;
  • les archives de l’Académie des sciences / aрхив Российской Академии Наук (ARAN / АРАН), antenne de Saint-Pétersbourg ;
  • les Archives des actes anciens d’État de Russie / Российский Государственный Архив Древних Актов (RGADA / РГАДА), Moscou ;
  • les Archives d’État de la Fédération de Russie / Государственный Архив Российской Федерации (GARF / ГАРФ), Moscou ;
  • les archives du ministère des Affaires étrangères / aрхив Внешней Политики Российской Федерации (AVPR / АВПР), Moscou ;
  • les Archives d’État de l’histoire sociale et politique / Российский Государственный Исторический Архив Социально-политической Истории (RGASPI / РГАСПИ), Moscou (anciennes archives de l’Institut marxiste-léniniste).

1.2. Les archives locales

26Les archives locales peuvent être divisées en trois groupes.

  1. Les archives régionales et municipales telles que :
    • les Archives historiques centrales d’État de Saint-Pétersbourg / Центральный Государственный Исторический Архив Санкт-Петербурга (CGIA SPb / ЦГИА СПб) ;
    • les Archives d’État de la région de Yaroslav, d’Irkutsk, de Saratov / Государственные областные архивы Ярославля, Иркутска, Саратова ;
    • les archives de la région de l’Oural (Nijni Taguil, Iekaterinbourg, etc.).
  2. Les archives de diverses administrations et institutions :
    • celles du Laboratoire d’entretien des ponts de Saint-Pétersbourg / Мостотрест ;
    • celles des inspections pour la protection des monuments de la région et ville de Saint-Pétersbourg / районная и городская инспекции по охране памятников et des études de restauration de monuments / Спецпроектреставрация (notices historiques et rapports d’experts) ;
    • des cimetières et des services publics de logement.
  3. Les archives privées détenues par des familles, des collectionneurs et des chercheurs.

2. Les Archives historiques d’État de Russie (RGIA / РГИА), Saint-Pétersbourg

27La plupart des ingénieurs français en Russie ayant servi dans le Corps des ingénieurs des voies de communication (CIVC), le fonds de cette administration regorge d’informations les concernant. Ce fonds, à consulter en priorité, dépend de celui de la direction générale des Voies de communication / фонд Главного управления путей сообщения conservé aux Archives historiques d’État de Russie.

28Dans cette masse de documents, les fonds suivants méritent une attention particulière :

  • fonds de l’Expédition des communications par eau / фонд Экспедиции водяных коммуникаций (fonds no 159, 780 unités de conservation, 1809-1820) ;
  • fonds du Conseil des voies de communication / фонд Совета путей сообщения – Совета министра (fonds no 199, 912 unités de conservation, 1810-1917 : comptes rendus et journaux du Conseil dont Sénovert, Carbonnier, Bazaine, Potier et Destrem ont été membres) ;
  • fonds de l’État major du CIVC / фонд Штаба КИПС (fonds no 200, 9121 unités de conservation, 1802-1871 : collection des arrêtés du CIVC, dossiers personnels des ingénieurs (états de service, décorations…), par exemple celui de Raucourt, opis no 1, dossier no 116) ;
  • fonds des départements des Communications par eau et par terre / фонды Департаментов шоссейных и водяных сообщений (fonds no 174, 9261 unités de conservation, 1814-1914) ; des Voies de communication / путей сообщения (fonds no 206, 4028 unités de conservation, 1820-1842) ; de l’Intendance / хозяйственных дел (fonds no 217, 1587 unités de conservation, 1827-1871) ; et de l’Entretien / искусственных дел (fonds no 218, 8300 unités de conservation, 1814-1871 : construction et entretien des routes, canaux, ouvrages d’art et bâtiments publics dont plusieurs ont été réalisés sous la directions des ingénieurs français) ;
  • fonds du Bureau particulier du dirigeant en chef / фонд Особенной канцелярии главноуправляющего (fonds no 207, 8463 unités de conservation, 1797-1867 : collection des états de service des membres de l’administration des voies de communication – Raucourt : opis no 16, dossier no 100 ; Sénovert : opis no 16, dossier no 105 ; J. Résimont : opis no 16, dossier no 98 ; index des noms) ;
  • fonds de la Commission des projets et des devis / фонд Комиссии проектов и смет (fonds no 208, 176 unités de conservation, 1822-1842 : dossiers d’expertise de tous les projets concernant la direction des Voies de communication – membres : Carbonnier, Potier, Lamé et Clapeyron ; directeur : Destrem, 1828-1842 ; opis no 1, dossier no 13, etc.) ;
  • fonds du Comité pour l’édition du Journal des voies de communication / фонд Комитета по изданию Журнала путей сообщения (fonds no 210, 287 unités de conservation, 1826-1843 – présidents : Bazaine, 1826-1834, puis Destrem, 1834-1842 ; membres : Lamé, Carbonnier, Sénovert et Résimont ; la plupart des ingénieurs français ont écrit dans ce périodique) ;
  • fonds de la Commission pour la construction des écluses de Schlusselbourg / фонд Комиссии по устройству Шлиссельбургских шлюзов (fonds no 164, 21 unités de conservation, 1824-1867 – direction générale des travaux : Bazaine) ;
  • fonds des ordres suprêmes et rapports à l’empereur relatifs aux voies de communication / фонд Высочайших повелений и всеподданнейших докладов по ведомству путей сообщения (fonds no 446, 499 unités de conservation, 1797-1917) ;
  • fonds de l’Audit / фонд Аудиториата (fonds no 221, 978 unités de conservation, 1811-1871 : dossiers d’enquête (Destrem, Potier et Haüy) ; affaire Bodé (présidence de la commission d’enquête : Bazaine)) ;
  • fonds de la Commission pour la construction de la cathédrale Saint-Isaac / фонд Комиссии о построении Исаакиевского собора (fonds no 1311, 2455 unités de conservation, 1815-1865 – Bazaine, Destrem et Lamé ont été parmi les ingénieurs ayant participé aux travaux) ;
  • collection de dessins des voies navigables et des routes / Коллекции четежей шоссейных и водяных путей сообщения (fonds no 1487, 16442 unités de conservation, 1822-1850) ; et de l’architecture civile / гражданской архитектуры (fonds no 1488, 5841 unités de conservation, 1822-1850).

29D’autres fonds des RGIA peuvent s’avérer pertinents pour notre étude.

30En ce qui concerne A. Fabre et Bazaine, par exemple, le fonds de la Brigade militaire de construction des voies de communication / фонд Военно-рабочей бригады путей сообщения (fonds no 202, 99 unités de conservation, 1816-1843) fournit les informations sur leurs activités lors de la construction de la chaussée de Moscou.

31Quant à Destrem, les documents le concernant se trouvent dans les fonds du Comité et de la Commission de construction de la ligne ferroviaire Pétersbourg/Moscou (fonds no 248, 9 unités de conservation, 1836-1842) et des départements : Premier Département (fonds no 215, 64 unités de conservation, 1840-1844) ; Deuxième Département (fonds no 216, 474 unités de conservation, 1840-1842) ; département de l’Intendance ; département des Chemins de fer (fonds no 219, 25990 unités de conservation, 1842-1901) ; et département de l’Examen des projets et des devis (fonds no 220, 657 unités de conservation, 1842-1865).

32Compte-tenu des liens étroits entre le CIVC et l’Académie des beaux-arts / Академия художеств, le fonds de cette institution (fonds no 789, 30 620 unités de conservation, 1757-1929 ; index alphabétique) contient des documents sur certains ingénieurs (Bazaine, opis no 1, partie II, dossier no 1536 ; Haüy, ibid., dossier no 1108 ; Destrem, dossiers de l’année 1840 portant sur la discussion autour de l’École d’architecture du CIVC). L’état de service de Destrem figure parmi les documents du département d’Héraldique (fonds no 1343, opis no 37, dossier no 30 696).

33Des documents concernant Bazaine se trouvent également dans les fonds et collections suivantes :

  • fonds du cabinet de Sa Majesté Impériale / фонд Кабинета Eгo Императорского Величества (fonds no 468, opis no 35, dossiers no 7, 9, 27, 132, 133, 139, 145, 155, 157, 270 et 274) ;
  • fonds de la régie de l’Intendance de la cour / фонд Гоф-интендантской конторы (fonds no 470, opis no 1 (86 / 520), dossier no 39) ;
  • collection des plans et des dessins du ministère de la Cour impériale / Коллекции планов и чертежей Министерства императорского двора (fonds no 485, opis no 2, dossiers no 1078 et 1079) ;
  • fonds de la direction des Théâtres impériaux / фонд Дирекции императорских (fonds no 497, opis no 1, dossiers no 3553, 3616, 4112, 4644 et 4680) ;
  • fonds du bureau général du ministre des Finances / фонд Общей канцелярии министра финансов (fonds no 560, opis no 4, dossiers no 572, 737 et 840, et opis no 6, dossier no 761) ;
  • fonds de la Commission de la construction du ministère des Finances / фонд Строительной комиссии Министерства финансов (fonds no 562, opis no 1, dossiers no 13, 14 et 59) ;
  • fonds des princes Kočubej / фонд князей Кочубеев (fonds no 971, opis no 1, dossier no 175) ;
  • fonds du département de la Police exécutive / фонд Департамента полиции исполнительной (fonds no 1286, opis no 3-1824, dossier no 120 ; opis no 3-1825, dossier no 33) ;
  • collection des cartes, plans et dessins des archives du Sénat de Saint-Pétersbourg (fonds no 1399, opis no 1, dossiers no 684, 689-691, 695 et 697) ;
  • fonds du bureau particulier de Sa Majesté Impériale / фонд Собственной Е.И.В. канцелярии (fonds no 1409, opis no 1, dossier no 3570) ;
  • collection des cartes, plans et dessins relatifs à l’industrie, au commerce et aux finances (fonds no 1424, opis no 4, dossier no 470) ;
  • fonds du département de l’Instruction publique / фонд Департамента народного просвещения (fonds no 733, opis no 16, dossier no 139).

34Par ailleurs il ne faut pas négliger de consulter les différents fonds du Comité provisoire pour la reconstruction des bâtiments du Sénat et du Synode / фонд Временного комитета для перестройки Сенатского и Синодского зданий (fonds no 1373, 202 unités de conservation, 1829-1837) et de la laure Alexandre Nevskij (fonds no 815, 33 808 unités de conservation, 1713-1919) liés à l’activité de construction de Bazaine.

35Des documents sur Raucourt, un des bâtisseurs des déversoirs de Strelna, pourraient se trouver dans le fonds de la Régie du palais de Strelna / фонд Стрельнинского дворцового правления (fonds no 495, 5768 unités de conservation, 1788-1917).

36Certains de ces ingénieurs, nous l’avons dit, étaient des officiers haut-gradés et, ainsi, ils étaient au nombre des personnalités invitées à la cour. Ces invitations permettent de cerner le milieu des connaissances mondaines de tel ou tel individu. Elles sont enregistrées dans les journaux de l’intendant de la Chambre / камер-фурьерские журналы (fonds no 516, 1246 unités de conservation, 1734-1917 ; sur Carbonnier, opis no 120/2322, dossier no 103). Ainsi, parmi les fréquentations de Bazaine, on trouve des noms familiers de l’entourage d’Alexandre Pouchkine : Lev Pouchkine (le frère du poète), Anna Kern (la plus célèbre de ses muses), Andrej Delvig (cousin d’Anton Delvig, ami intime de Pouchkine), Mihail Glinka (fameux musicien).

37Enfin, tous les ingénieurs français ont dû, ne serait-ce qu’une fois, traverser la frontière et leurs noms doivent être inscrits dans les registres des postes-frontières et douanes correspondants, registres conservés aujourd’hui dans le fonds du Comité de la sécurité publique / фонд Комитета охранения общей безопасности (fonds no 1163, 193 unités de conservation, 1807-1829).

38Il faut aussi consulter :

  • le fonds du Comité des ministres / фонд Комитета министров (fonds no 1263, 6005 unités de conservation, 1802-1905), certains noms qui nous intéressent étant souvent mentionnés dans les journaux de cette instance (partiellement publiés : Saint-Pétersbourg, 1888) ;
  • le fonds (collection) des armes, des diplômes et des lettres patentes (fonds no 1411, 1073 unités de conservation, 1549-1917), où sont conservés, entre autres, les titres de noblesse accordés aux étrangers devenus sujets de l’empire russe (Destrem) et les diplômes des diverses sociétés dont ces ingénieurs étaient (ou étaient supposés être) membres ;
  • le fonds du Comité technique des constructions du ministère des Affaires intérieurs / фонд Технического комитета Министерства Внутренних дел (fonds no 1293, 34 699 unités de conservation, 1768-1917 ; index alphabétique) ;
  • le fonds du Chapitre des ordres impériaux de Russie / фонд kапитула российских императорских и царских орденов (fonds no 496, 6522 unités de conservation, 1713-1918) ;
  • le fonds du cabinet de l’architecte Montferrand / фонд Кабинета архитектора Монферрана (fonds no 502, 2410 unités de conservation, 1818-1927) ;
  • les collections des plans et dessins pour la construction des chemins de fer et autres ouvrages d’art (fonds no 350, 57620 unités de conservation, 1836-1918) ;
  • le fonds des plans et photos de construction du Synode (fonds no 835, 2369 unités de conservation, XIXe-XXe siècles).

3. Les Archives d’État russes d’histoire militaire (RGVIA / РГВИА), Moscou

39La recherche dans les Archives d’État russes d’histoire militaire est facilitée par des fichiers nominatifs et thématiques.

40Des dossiers référencés au nom de Bazaine se trouvent dans les fonds suivants :

  • fonds du bureau du ministère de la Guerre / фонд Канцелярии Военного министерства (fonds no 1, opis no 1, dossier no 12106) ;
  • fonds du bureau du chef d’état-major de Sa Majesté Impériale / фонд Канцелярии начальника штаба (fonds no 35, opis no 4/245, dossier no 229 ; opis no 1/242, dossier no 2798) ;
  • fonds du bureau du général de service de l’état-major général de Sa Majesté Impériale / фонд Канцелярии дежурного генерала Главного штаба (fonds no 36, opis no 7/850, dossier no 60) ;
  • fonds du département de l’Inspection du ministère de la Guerre / фонд Инспекторского департамента Военного министерства (fonds no 395, opis no 271, dossier no 49) ;
  • fonds de l’état-major du bureau de Sa Majesté Impériale pour les colonies militaires / фонд Главного штаба КИВ по военным поселениям (fonds no 405, opis no 2, dossiers no 867, 1597 et 3427 ; opis no 5, dossier no 207) ;
  • fonds de la direction générale des Établissements militaires / фонд Главного управления военно-учебных заведений (fonds no 725, opis no 56, dossiers no 2183, 5497, 5501 et 5503 ; opis no 57, dossiers no 29, 63 et 64) ;
  • fonds du département du Génie du ministère de la Guerre / фонд Инженерного департамента Военного министерства (fonds no 827, opis no 1, dossiers no 929 et 1954) ;
  • fonds du conseil des établissements militaires / фонд Совета о военно учебных заведениях (fonds no 943, opis no 1, dossiers no 128, 111, 187 et 284) ;
  • collections des archives des établissements militaires / Коллекции Военно ученого архива (fonds VUA, opis no 1, dossier no 595).

41Plusieurs dossiers du fonds de l’état-major général de Sa Majesté Impériale pour les colonies militaires (fonds no 405) concernent les activités d’A. Fabre et de ses deux frères, Jean et Jacob (opis no 1, dossiers no 486 et 506 ; opis no 2, dossiers no 49, 631, 869, 880, 1330, 3170, 7131, 8543, 8884 et 9072). Il contient aussi des dossiers sur Carbonnier, notamment son état de service (fonds no 489, opis no 1, dossier no 7036). L’état de service d’A. Fabre se trouve dans le fonds no 395 (opis no 22, dossier no 438). Potier et Haüy sont concernés par les documents du fonds no 405 (opis no 2, dossier no 1415) ; Potier et Bazaine figurent dans le fonds no 35 (opis no 4 / 245, dossier no 208).

42Le nom de Destrem apparaît dans une série de dossiers : fonds no 827, opis no 1, dossier no 827 et opis no 2, dossier no 98. La lettre dans laquelle Raucourt fait l’analyse et la critique de la situation au sein du CIVC en 1827, est conservée dans le fonds de P. K. Sucktelen (fonds no 93, opis no 1, dossier no 697). Sur Raucourt, il faut consulter aussi le fonds no 827, opis no 1, dossier no 892.

43Plusieurs autres fonds de ces archives attendent encore d’être explorés et promettent des trouvailles intéressantes. Tels sont les fonds :

  • de l’Expédition étrangère du bureau du Collège militaire / фонд Иностранной экспедиции Канцелярии военной коллегии (fonds no 16, 2089 unités de conservation, 1738-1812) ;
  • d’А. А. Arakčeev (fonds no 154, 957 unités de conservation, 1711-1834) ;
  • de la direction du Général-inspecteur du génie / Управления генерал-инспектора по инженерной части (fonds no 312, 5566 unités de conservation, 1818-1863) ;
  • de la collection des cartes et descriptions des communications par eau / Коллекции карт и описаний водных сообщений (fonds no 420, 927 unités de conservation, 1701-1912) ;
  • de la collection des voies de communication de l’empire russe / путей  сообщения (fonds no 422, 2530 unités de conservation, 1771-1913) ;
  • de la collection de matériaux sur l’histoire de la France / Коллекции материалов по истории Франции (fonds no 440, 1390 unités de conservation, 1633-1916) ;
  • de l’état-major des troupes de la ligne caucasienne et de la région de la mer Noire / фонд Штаба войск Кавказской линии и в Черномории расположенных (fonds no 13454, 5444 unités de conservation, 1772-1860) ;
  • ou encore les fonds consacrés à la reconstruction de la poudrière d’Ohta et au séjour en Russie des Français prisonniers de guerre.

4. Les Archives historiques de la Marine d’État de Russie (RGAVMF / РГАВМФ), Saint-Pétersbourg

44Un grand nombre de dossiers conservés dans les Archives historiques de la Marine d’État de Russie relatent l’implication de Raucourt, de Ducuëdic, de Potier et de Haüy dans les grands travaux de construction menés dans les années 1820 au sud de la Russie, à Nikolaev, à Sébastopol et à Odessa.

45Sur les deux premiers personnages, il faut consulter les fonds d’A. S. Menŝikov (fonds no 19, opis no 1, dossier no 587) ; du département de Construction / фонд Строительного департамента (fonds no 84, opis no 1, dossier no 137 et opis no 2, dossier no 34) ; du bureau du ministre de la Marine / фонд Канцелярии морского министра (fonds no 170, opis no 1, dossier no 265) ; de la direction du Commandant en chef de la flotte et des ports de la mer Noire / фонд Управления Главного командира Черноморского флота и портов Черного моря (fonds no 243, opis no 1, dossiers no 1216, 1275, 1278, 1457, 1552, 1904, 1917, 2200, 2201 et 2393), ainsi que le fonds des Greig (fonds no 8, opis no 1, dossier no 34).

46Sur Potier et Haüy, il faut consulter les dossiers suivants : fonds no 170, opis no 1, dossier no 265 ; fonds no 243, opis no 1, dossiers no 1216, 1278, 1457 et 1917.

47Les dossiers concernant Bazaine portent les cotes suivantes : fonds no 19, opis no 1, dossier no 509 ; fonds no 84, opis no 1, fol. 501, 502, 598-602, 668 et 754, 2272 et opis no 2, dossiers no 34, 41 et 46 ; fonds no 170, opis no 1, dossiers no 215 et 666, opis no 3, dossier no 183. S’y ajoute la collection graphique de la direction du Génie / Графической коллекции Инженерного управления (fonds Zl, opis no 34, dossiers no 3599, 3630 et 3631 et opis no 35, dossiers no 7739-7771) et la collection de dessins (fonds no 326, opis no 1, dossiers no 8430-8557).

48Les fonds suivants concernent les activités de Destrem : fonds no 19, opis no 1, dossier no 188 et opis no 2, dossier no 82 ; fonds no 84, opis no 1, dossiers no 1253, 1840, 1841, 2747-2761 2788-2790, 2928, 2931, 2933, 2973, etc. ; fonds du département du ministère de la Marine / фонд Департамента морского министерства (fonds no 166), opis no 1, dossier no 3545 ; fonds no 243, opis no 1, dossier no 2044 ; fonds no 326, opis no 2, dossier no 599 ; fonds de la direction des fortifications de Cronstadt / фонд Кронштадтского крепостного инженерного управления (fonds no 1341), opis no 3, dossier no 22.

49Carbonnier ayant été à la tête du département des constructions de la Marine durant les dernières années de sa vie, ses papiers sont conservés aussi bien dans le fonds de cette administration (fonds no 84) que dans beaucoup d’autres (fonds no 19, 170, 326, etc.).

5. Les Archives historiques centrales d’État de Saint-Pétersbourg (CGIA SPb / ЦГИА СПб.)

50Le fonds le plus riche en documents importants sur la plupart des ingénieurs qui nous intéressent est celui de l’ICIVC (1809-1917) (fonds no 381, 4911 unités de conservation). Il est pourvu d’inventaires bien indexés et l’index alphabétique des noms indique ceux de Bazaine, Henry, Destrem et ses fils, Clapeyron, Lamé, Potier, J. et A. Résimont, Raucourt et Fabre.

51Les dossiers qui concernent Raucourt sont les suivants : opis no 13, dossiers no 62, 76, 314 et 3834. Ceux qui concernent Ferrandin-Gazan : opis no 13, dossiers no 76, 79 et 144. Plusieurs dossiers de l’Institut du Corps des ingénieurs des voies de communication (ICIVC) pour les années 1810-1823 et la majorité des dossiers pour les années 1824-1834 (voir aussi opis no 13, dossiers no 3038 et 3077 pour les années 1870-1871) concernent Bazaine, alors que le nom de Potier prédomine dans les documents des années 1835-1836, lorsqu’il a pris le relais de la direction de l’ICIVC.

52Des informations concernant Bazaine doivent également être recherchées dans les fonds suivants : fonds du Comité pour les constructions urbaines / фонд Комитета городских строений (fonds no 823, 288 unités de conservation, 1794-1884) ; fonds de la régie de l’arrondissement des voies de communication de Petrograd / фонд Правления Петроградского округа путей сообщения (fonds no 921, opis no 91, livre 2) ; fonds du Comité pour la construction et les travaux hydrauliques à Saint-Pétersbourg / фонд Комитета для строений и гидравлических работ в Петербурге (fonds no 113, 1850 unités de conservation, 1822-1842). On en trouve également dans les fonds de l’université de Petrograd (fonds no 14, opis no 1, dossiers no 3999 et 4625) et dans celui de la régie municipale de cette ville / фонд Петроградской городской управы (fonds no 513, opis no 169, dossier no 321 et opis no 101, dossier no 630).

53Tous ces Français étaient sans exception catholiques. En conséquence, leurs actes d’état civil (mariage, assermentation, naturalisation, naissance et décès, y compris ceux de leurs enfants) peuvent se trouver dans les fonds des instances catholiques telles que le décanat des églises catholiques romaines de Saint-Pétersbourg / фонд Петербургского деканата римско-католических церквей (fonds no 1822, 86 unités de conservation, 1824-1912) et dans ceux des églises catholiques romaines elles-mêmes (fonds no 8, 324 unités de conservation, 1746-1923).

6. Les archives de l’Académie des sciences de Russie, antenne de Saint-Pétersbourg

54Nombreux sont les fonds de l’Académie des sciences de Russie, antenne de Saint-Pétersbourg, où les noms des ingénieurs apparaissent, soit qu’ils en aient été élus membres, soit qu’ils aient entretenu avec l’Académie des liens scientifiques, notamment qu’ils y aient envoyé des manuscrits et des livres : Bazaine, Haüy, Destrem, Lamé, Clapeyron, Poncelet, Teremin, Ferrandin-Gazan sont ainsi concernés. Quand aux fonds à consulter, il s’agit d’abord de ceux des séances de l’Académie des sciences / фонд Конференции Академии наук (fonds no 1, opis no 1, procès-verbaux des séances / протоколы заседаний Конференции ; opis no 2, procès-verbaux / протокольные бумаги) et de la collection des manuscrits des travaux et des documents en provenance des différentes institutions et personnalités aux XIXe et XXe siècles (catégorie IV, opis no 1).

55Raucourt est mentionné dans les dossiers suivants : fonds no 1, opis no 1, 1827, dossier no 38 et 1829, dossier no 41 ; catégorie IV, opis no 1, dossier no 23, 1826, 8 fol. et dossier no 323, 1829, 26 fol.

56Le fonds d’A. N. Krylov contient des documents sur Lamé (fonds no 759, opis no 1, dossier no 431) et celui de la Société minéralogique de Saint-Pétersbourg, sur Bazaine, Lamé et Clapeyron (fonds no 766, opis no 1, dossiers no 4 et 5).

7. Les archives régionales10

  • 10 Depuis les années 1980-1990, durant lesquelles nous avons exploré la plupart des archives citées d (...)

57Les ingénieurs français officiers du CIVC ont dirigé des travaux sur l’ensemble des territoires de l’empire russe. Nombreuses sont les villes où ils se sont créé des attaches, tant professionnelles que personnelles et affectives. Il est normal que les archives de ces localités en conservent des traces.

58Ainsi le fonds de l’université de Vilnius, dans les Archives historiques d’État de Lituanie, comporte des documents sur l’élection de Bazaine comme membre honoraire de cette université (fonds no 721, opis no 1, dossiers no 228, 607 et 1191).

59Les archives d’État de la région de Kherson / Государственный Архив Херсонской Области (ГАХО), en Ukraine, quant à elles, renferment des informations sur la vie de Potier et sur son domaine Klarovka (Karlovka) : on les trouve notamment dans les fonds du bureau de dessins du gouvernement de Novorossijsk / фонд Новороссийской губернской чертежной (fonds no 14, opis no 2, dossier no 142) et de la chambre du tribunal civil de Kherson / фонд Херсонской палаты Гражданского суда (fonds no 191, opis no 1, dossier no 66).

60Dans les archives d’État de la région d’Odessa / Государственный Архив Одесской Области (ГАОО), les fonds du bureau du gouverneur d’Odessa / фонд Канцелярии Одесского градоначальника (fonds no 2) et du comité de construction d’Odessa / фонд Одесского строительного комитета (fonds no 59) contiennent des dossiers qui éclairent les activités de Bazaine et Destrem à Odessa et à Kherson durant les années 1810-1812 (fonds no 2, opis no 5, dossier no 2 ; fonds no 59, opis no 1, dossier no 55 et opis no 3, dossier no 4). Les mêmes fonds (fonds no 2, opis no 5, dossiers no 7, 25 et 33 ; fonds no 59, opis no 1, dossier no 319 et opis no 3, dossier no 143), ainsi que ceux du bureau du gouverneur-général de la Nouvelle Russie et de la Bessarabie / фонд Канцелярии Новоросийского и Бессарабского генерал-губернатора (fonds no 1, opis no 190, dossiers no 40/1823, 14/1824, 62/1825, 65/1825, etc.), apportent des éléments de biographie pour Potier et Haüy.

61Six services de conservation interrogés sur les traces archivistiques de Bazaine, Destrem, Potier et A. Fabre, nous ont répondu par la négative. Cependant, la teneur de chacune de ces réponses est différente.

62Ainsi, l’absence de documents dans les archives d’État de la région de Crimée en Ukraine / Государственный Архив Крымской Области (ГАКО), associée à d’autres arguments, permet d’affirmer que, malgré la version courante, Bazaine et Destrem n’ont pas eu le temps de participer à l’élaboration du projet du port d’Evpatoriâ.

63L’absence de documents à Irkoutsk, où les ingénieurs Bazaine, Destrem, Fabre et Potier ont passé deux ans et demi en exil de 1812 à 1815 (archives d’État de la région d’Irkoutsk / Государственный Архив Иркутской Области (ГАИО) et musée d’État de la région d’Irkoutsk / Иркутский Государственный Областной Музей (ИГОМ)), s’explique par la destruction des archives lors de l’incendie de 1879.

64Le cas des archives d’État de la région de Iaroslavl’ / Государственный Архив Ярославской Области (ГАЯО) est différent : si aucune trace de la présence de quatre ingénieurs français dans le gouvernement de Iaroslavl’n’a été décelée, c’est probablement que leur exil là-bas, de juillet à août 1812, y a été de trop courte durée. Cependant, comme ils y ont été placés sous surveillance, ce qui impliquait forcément les autorités et la police locales, cela devrait se répercuter dans la documentation. Il faut donc entreprendre une recherche plus poussée.

65Quant aux archives de Biélorussie, elles ont répondu négativement à une recherche dans les archives personnelles d’I. Rošin, ancien directeur du musée d’État de la région de Minsk / Государственный Архив Минской Области (ГАМО), spécialiste de l’histoire du « sous-marin de Čarnovskij » dont les péripéties dramatiques avaient impliqué l’intervention active de Bazaine.

8. Les archives des administrations et les archives privées

66Les archives de diverses administrations et institutions méritent une attention particulière. On peut les classer en quatre catégories.

8.1. Les archives techniques des bureaux d’étude chargés de projets et d’entretien des ouvrages d’art réalisés avec la participation des ingénieurs français

67Dans cette catégorie, les documents les plus intéressants ont été découverts dans les archives du Laboratoire d’entretien des ponts / Мостотрест. Il s'agit de dossiers et notices historiques concernant les divers ouvrages d’art, y compris les ponts : Alarčin, Bumažnyj, Vvedenskij, Gutuevskij, Egerskij, Elagin, Inženernyj no 1 et 2, Kammennoostrovskij, Lejtenanta Ŝmidta, Molvinskij, Monastyrskij no 2, Nižne-Lebâžij, Novo-Kalinkin, Novo-Kamennyj, Novo-Kirpičnyj, Sadovyj no 1, Ŝlissel’burgskij, etc.

68Citons aussi les archives de l’Institut de recherche et des projets de transports fluviaux / Ленгипроречтранс, avec une notice historique (Мало-Невский мост [Le pont Malo-Nevskij], 1967, no 12365) ; celles du bureau d’étude des projets de la région de Léningrad / Леноблпроект avec le rapport (Петровский мост [Le pont Petrovskij]…, 1975) ; celles de l’Institut de recherche et de projets d’ouvrages expérimentaux / ЛенЗНИИЭП avec le rapport Исследование новых пространственных конструктивно-тектонических систем в русской архитектуре второй половины xix – начала xx в. [Étude des nouveaux systèmes tridimensionnels de construction tectonique dans l’architecture russe de la seconde moitié du XIXe-début du XX siècle] (dir. С. Г. Федоров. Л., 1904, no 1-Д-8). Les recherches dans cette direction sont à compléter par l’exploration des archives du Volgo-Balt, des usines de l’Amirauté, etc.

8.2. Les archives des cimetières

69Elles conservent les dossiers des sépultures. Pour rechercher la tombe de Desrem, nous avons travaillé sur les archives des cimetières luthérien et orthodoxe de Smolensk (Smolenskoé) à Saint-Pétersbourg / Смоленское православное и лютеранское кладбище в Санкт-Петербурге et sur les archives centrales des cimetières de Léningrad (9, rue Dostoevskogo).

8.3. Les archives des différentes directions, inspections, bureaux et sociétés pour la protection des monuments historiques

70Ces fonds contiennent un grand nombre de manuscrits (notices historiques avec la documentation associée, thèses, rapports, expertises, dossiers), dessins de fixation, projets de restauration, photographies des ouvrages réalisés par les ingénieurs français.

  • 11 Voici les cotes de rapports techniques (notices historiques et rapports de travaux d’entre-. Voici (...)

71Des renseignements intéressants sur Bazaine et Destrem se trouvent dans les archives de l’Inspection pour la protection des monuments auprès du Comité exécutif de la région de Léningrad / Правительство Ленинградской области-anc. Леноблисполком (documents sur les écluses de Schlusselbourg) et dans celles du Comité de l’inspection d’État pour la protection des monuments de Saint-Pétersbourg / KГИОП (documents sur la cathédrale de la Sainte-Trinité d’Izmajlov11).

8.4. Les archives des bureaux des passeports, des services publics de l’entretien des logements

72Les registres de locataires sont très précieux pour les recherches généalogiques à l’époque soviétique. Leur étude offre l’une des rares possibilités d’identifier les descendants de nos personnages et d’accéder ainsi, avec un peu de chance, à leurs archives familiales.

73C’est ainsi que nous avons suivi les traces des descendants de Destrem, grâce aux archives des services de l’entretien des logements de Léningrad et de Moscou (Архив Трестов жилищного хозяйства № 2 Ленинского и Дзержинского районов Ленинграда и Домового эксплуатационного участка № 9 (ДЭУ-9) Бауманского района Москвы), et obtenu de nouvelles informations sur le sort de la petite-fille de l’ingénieur, l’écrivain A. Volkovič-Vel’(Anna Veličkovskaâ) décédée pendant le siège de Léningrad (1941-1944). C’est aussi ainsi que nous avons fait la connaissance de son arrière-arrière-petite-fille, Kira Alekseevna Kolyŝko (Destrem).

74Les archives privées des chercheurs se révèlent elles aussi d’un très grand secours. Ainsi, en travaillant sur la biographie intellectuelle de Bazaine, nous avons mobilisé au profit de cette recherche les documents tirés d’archives personnelles de différents spécialistes (ingénieurs, architectes, historiens, photographes) comme E. Kraev, Û. Krûčkov, V. Liŝevskij, G. Pаhоmov, E. Petrova, T. Slavina, V. Ŝujskij, A. Ŝnejder, etc.

9. Les fonds patrimoniaux des bibliothèques

75À propos des fonds patrimoniaux des bibliothèques, il faut commencer par mentionner quelques fichiers bio-bibliographiques, qui se révèlent d’une grande importance pour notre étude : ceux de B. Modzalevskij (avec ses compléments établis par L. Modzalevskij et V. Saïtov) et de S. Vengerov conservés à la Maison Pouchkine (Institut de la littérature russe de l’Académie des sciences / RAN Пушкинский дом), et le fichier de S. Poltorackij au département des Manuscrits de la Bibliothèque d’État de Russie / Государственная Библиотека России (ГБР) (ancienne bibliothèque Lénine).

76La Maison Pouchkine possède des collections très riches pouvant alimenter notre recherche. Ainsi, des documents sur Carbonnier et Destrem se trouvent dans le fonds de l’écrivain D. Hvostov (fonds no 322) ; pour s’informer sur Destrem et ses descendants, il faut consulter les fonds de sa petite-fille A. Veličkovskaâ (fonds no 44), celui de la revue Русская старина [L’antiquité russe] (fonds no 265, opis no 2) et celui de K. Čevkin (fonds no 518). Deux billets doux adressés par Bazaine à Anna Kern font partie de la collection de P. Daŝkov (fonds no 93, opis no 4).

77Dans le fichier de Poltorackij, on repère les noms de Destrem (fonds no 233, 25, 9), de Potier (fonds no 233, 59, 11, fol. 27), de Clapeyron (fonds no 233, 57, 17, fol. 5-6). La lettre de Destrem à S. Kiselev est conservée au département des manuscrits de la Bibliothèque d’État de Russie (fonds no 129, 16, 62). Trois autres lettres de cet ingénieur se trouvent au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg / Отдел Рукописей Национальной Российской Библиотеки (ОР НРБ) (ancienne Bibliothèque publique) : fonds no 569, no 231 ; fonds no 124, no 1495 et 1497.

78Dans cette même bibliothèque, on trouve de la documentation sur Bazaine dans le fonds de l’architecte V. Stassov, y compris dans les papiers de ce dernier relatifs à la construction de la cathédrale de la Sainte-Trinité d’Izmajlov (fonds no 737, no 10). Y figure également l’un des trois exemplaires manuscrits de l’ouvrage inédit de cet ingénieur intitulé Mémoire sur les moyens de préserver les machines, Saint-Pétersbourg, 1835 (Fr. F.1X, no 44).

79Le département des Estampes de la Bibliothèque nationale de Russie possède une série de portraits, ainsi ceux de Bazaine, de Sénovert et de Lamé qui, malheureusement, ne sont pas datés (Эосн./56-(3-4) ; ЭРовГП/3-С 314 П ; Э Ал П/3-146/2).

  • 12 Pour la liste des thèses intéressant notre sujet, voir l’annexe, no II.

80Un ensemble important de manuscrits est constitué par les thèses, dont un exemplaire est obligatoirement conservé à la Bibliothèque d’État de Russie (filiale de Himki)12.

81Une riche documentation portant sur les ingénieurs français en Russie est conservée à ce jour à la bibliothèque technico-scientifique de l’université des Voies de communication / НТБ ПГУПС (ancienne НТБ ЛИИЖТ). Le catalogue de ces fonds, Рукописный фонд библиотеки ЛИИЖТа (Léningrad, 1969), établi par I. Ŝklâr, contient des références à Bazaine (documents et manuscrits personnels : 14 dossiers, y compris 3 dossiers égarés en entier ou en partie après 1979), à Destrem (12 dossiers), à Lamé (9 dossiers), à Clapeyron (4 dossiers), à Haüy (2 dossiers), à Sénovert (1 dossier) et à Raucourt (en particulier des documents concernant son projet de protection de Saint-Pétersbourg des inondations et ses travaux de construction à Nikolaev).

82Ces ingénieurs sont, par ailleurs, mentionnés dans les rapports soumis à Alexandre Ier par l’inspecteur de l’ICIVC Augustin Betancourt et dans les réponses de l’empereur à ce dernier (1813-1819, Saint-Pétersbourg, 128 p. ; 5331) ; dans les Mémoires d’A. Ŝtukenberg (А. И. Штукенберг, Saint-Pétersbourg, 1836, t. I, p. 95-176. 21994) ; dans les journaux de la Conférence de l’ICIVC pour les années 1836-1839 (КР. IV. 42-45) ; dans la notice historique relative à la création de l’ICIVC (Исторические сведения об основании Института [Matériaux historiques sur la fondation de l’Institut], après 1842 ; КР. IV. 49), ainsi que dans les rapports de P. Melnikov sur son voyage en Europe en 1837-1838 (8391-8395, 6105).

83On mentionne enfin une collection rare de cours lithographiés. Publiés en petit nombre d’exemplaires, quelques-uns de ces cours ont été égarés. Citons ceux qui font partie du fonds patrimonial de cette bibliothèque : П. П Мельников, Записки практической механики [1838] (9887) (Bazaine : fol. 137-139, 152-155) ; Clapeyron, Précis du cours d’astronomie …, Saint-Pétersbourg, 1828 (22004) ; id., Leçons de mécanique appliquée, Saint-Pétersbourg, 1828 (9196) ; Résimont. Précis du cours de minéralogie…, Saint-Pétersbourg, 1828 (21946).

84Les fonds de cette bibliothèque étant d’accès difficile, signalons également d’autres lieux de conservation qui en possèdent des exemplaires, tels le Cours de construction à l’usage de l’Institut des voies de communication de Henry (Saint-Pétersbourg, 1827), qui se trouve dans le fonds Rossika de la Bibliothèque nationale de Russie ([Henry]. В7/160 et 15а. 51.1.4).

85Parmi les ressources des bibliothèques, il faut mentionner deux catégories d’imprimés d’une grande utilité pour notre recherche.

86Il s’agit d’abord de la littérature et de périodiques francophones publiés en Russie, tels, par exemple, le Journal de Saint-Pétersbourg ou certaines éditions scientifiques ou scolaires du CIVC. Même si certaines de ces éditions ne sont que la version française des éditions analogues en russe (comme Журнал путей сообщения et le Journal des voies de communication), on ne doit pas les ignorer. Un dépouillement minutieux des éditions françaises nous a permis d’obtenir des informations supplémentaires non négligeables et notamment d’identifier les auteurs des travaux.

87La seconde catégorie est celle des journaux russes. La plupart de nos ingénieurs étaient des officiers haut gradés. En conséquence, suivant la coutume de l’époque, les quotidiens des deux capitales С.-Петербургские ведомости [le Bulletin de Saint-Pétersbourg], le Московские ведомости [Bulletin de Moscou], Северная пчела [L’abeille du Nord], Русский инвалид [Invalide russe] et autres – relataient leurs entrées et sorties de la ville, leur avancement en grade, leurs gratifications et leurs décorations. Lors de leurs départs à l’étranger, il était de coutume d’en faire la triple annonce dans les journaux afin d’alerter leurs éventuels créanciers et ceux qui désiraient leur transmettre du courrier. L’annonce faisait état de leur lieu de résidence. C’est ainsi qu’on a pu préciser la date à laquelle Lamé avait quitté Saint-Pétersbourg, soit le 17/18 novembre 1831, et l’adresse où il résidait, avenue Nevskij, maison Rumâncev, près du pont Aničkov (С.-Петербургские ведомости, Приложения [Bulletin de Saint-Pétersbourg], no 254, 267, 270 et 274 des 10, 13, 17 et 21 novembre 1831).

88La plupart de ces ingénieurs exerçaient également comme professeurs dans divers établissements. Leur influence sur l’essor de l’enseignement en Russie se mesure, entre autres, par l’usage, dans le processus éducatif, de leurs méthodes et de leurs manuels. Ceux-ci devaient inévitablement se trouver dans les bibliothèques des institutions qui les utilisaient. En cas de perte, les traces de ces ouvrages devaient toutefois subsister dans les fichiers, les catalogues, les inventaires, etc. Pour ce qui est des manuels de Bazaine, ils ont été répertoriés dans les bibliothèques de tous les établissements supérieurs qui existaient au moment de leur parution. Malgré cela, rien ne dit qu’ils aient vraiment été utilisés dans l’enseignement. Ainsi, deux des sept exemplaires des manuels rédigés par cet auteur conservés dans la bibliothèque de l’université d’État de Saint-Pétersbourg portent la mention du comité de censure et ont été transmis dans cet établissement plusieurs années après leur parution ; un de ces exemplaires avait auparavant appartenu à V. Bunâkovskij, alors que l’autre a été acheté par la bibliothèque universitaire à l’époque soviétique. Sur deux exemplaires repérés à la bibliothèque de l’université de Vilnius, l’un a appartenu au Second Corps des cadets ; on trouve également dans cette bibliothèque le texte des conférences de Pierre-Dominique Bazaine junior (fils naturel du précédent) portant l’estampille de Vladislas Mickevič, fils du célèbre poète polonais.

89Parmi les critères permettant de mesurer l’impact de tel ou tel savant sur les sciences de son temps, on peut penser à ce qu’on appelle aujourd’hui l’index de citations, autrement dit la quantité des références à ses travaux dans les ouvrages des contemporains et dans les manuels de l’époque.

90Le travail reste à faire. Les quelques recherches ponctuelles que nous avons tentées apportent des résultats probants. En effet les travaux de nos ingénieurs ont été connus et souvent cités, notamment dans leur pays natal, ainsi que le montrent des ouvrages tels que : École Polytechnique : livre du centenaire : 1794-1894, Раris, 1895, 3 t. ; G. Lamé, Analyse des travаuх de M. Lamé […], Paris, 1843 ; M. Beaumont, Les secrets d’un maréchal, Paris, 1978.

10. Les musées

91Les collections patrimoniales des musées constituent une réserve documentaire aussi considérable que peu étudiée. Nous en avons exploré quelques-unes et voilà ce que nous y avons découvert.

92Le musée d’État d’histoire de Saint-Pétersbourg / Государственный Музей Истории Санкт-Петербурга (ГМИ СПб) possède une collection très riche sur l’histoire de la construction et de l’aménagement urbain. L’activité dans ces domaines de Bazaine, de Destrem et de certains autres ingénieurs français y est largement représentée. En ce qui concerne Raucourt, le seul dossier qu’on y trouve (1-А, no 4384-и, с. 258-274, 651) intéresse son projet de protection de la capitale contre les inondations.

93Le musée scientifique de l’Académie des beaux-arts détient, quant à lui, un dessin signé par Вazaine et ayant trait au projet de la Porte de triomphe de Moscou à construire à Saint-Pétersbourg (А-942).

94Au Musée central des transports ferroviaires, la masse des documents susceptibles de nous intéresser est considérable. Citons le magnifique portrait à l’huile de Destrem acquis en 1903 (fonds no 265, opis no 2, no 887, fol. 3) ou « Quatre dessins de la salle d’exercice de Moscou » / » Четыре чертежа Московского экзерциргауза » de Bazaine (ФА, № 1307 (10/2-2)).

95Cependant, ce sont les maquettes et les modèles qui constituent la plus grande richesse de cette collection muséologique dont l’étude est grandement facilitée par le Каталог фондов моделей, макетов и натурных экспонатов [Le catalogue du fonds des modèles, maquettes et objets produits] (Léningrad, 1985), établi par V. Zdeŝnev sous la direction scientifique du directeur du musée G. Zakrevskaâ.

96On y trouve, par exemple, les différentes maquettes des ponts (ФМ, no 42, 51, 54, 58, 218, 226 et 429), des couvertures du théâtre Alexandrin (ФM, no 107) et de la salle d’exercice (ФМ, no 595) de Bazaine ; les maquettes de ponts sur la Petite Néva, la Mŝaga, le ruisseau Lažitovskij (ФМ, no 40, 48 et 49), ainsi que ceux du pont flottant (ФМ, no 330) et des couvertures des salles d’exercice (ФМ, no 329 et 353) de Fabre ; les maquettes du pont de Narva (ФМ, no 44 et 45) de Raucourt.

97La localisation des maquettes de certains ouvrages hydrotechniques et de couvertures de Bazaine sont encore à identifier et, pour ce faire, il faut explorer les fonds de musées tels que le Musée d’État de l’histoire de Saint-Pétersbourg, l’Ermitage, le musée scientifique de l’Académie des beaux-arts et, probablement aussi, quelques musées d’institutions.

98On ignore également le sort du buste de Bazaine offert par sa veuve à l’ICIVC, en 1839. On sait par ailleurs qu’Alexandrine-Stéphanie Bazaine a rapporté de Paris à Saint-Pétersbourg quelques autres bustes de feu son époux, dont l’un fut offert au grand-duc Mihaïl Pavlovič et un autre à l’ancien et proche ami de Bazaine, Â. Rostovcev. Peut-être l’un d’eux se cache-t-il à ce jour quelque part dans les réserves de l’Ermitage ou du Musée russe ?

99Pour consulter les dossiers de la reconstruction de la poudrière d’Ohta dont Bazaine a été l’un des principaux protagonistes, il faut se rendre aux archives du Musée historique militaire de l’artillerie, du génie et des transmissions / ВИМАИВ и ВС, et consulter la collection de dessins du département de l’Artillerie (fonds no 27, opis no РO-2, dossiers no 88, 95, 96 ; dossiers divers) et la collection de documents transmis par la bibliothèque de cet organisme (fonds no 57, opis no 1, dossier no 30).

100Les archives sur ce thème sont également concentrées dans les fonds du Musée du complexe de recherche et de production industrielle / МОНПО, (« Plastpolimer »). Ici même, on peut étudier les documents élucidant le sort du barrage d’Ohta érigé selon le projet et sous la direction de cet ingénieur (ф. Д-265, Союзводоканалпроект, dessins). Une riche collection de matériaux portant sur l’histoire de la reconstruction de cette usine et de l’aménagement de la région d’Ohta (projet élaboré sous la direction de Bazaine) a été réunie et fait aujourd’hui partie des archives personnelles de l’ancien collaborateur scientifique dudit musée, Georgij Priamurskij.

101Pour finir, indiquons quelques pistes de recherches. Il se trouve, en effet, que les documents iconographiques (portraits, graphiques architecturaux et dessins d’ingénieurs ; vues des villes avec la figuration des ouvrages réalisés par les ingénieurs français) ont pu arriver dans n’importe lequel des nombreux musées régionaux de beaux-arts ou de techniques possédant ce genre de fonds. Citons, à titre, d’exemple, la très riche collection de documents (plus de 2200 dossiers) sur l’histoire du système hydraulique Tihvinskaâ, qui a été découverte dans la maison-musée du compositeur russe N. Rimskij-Korsakov, dans la ville de Tihvin. Abandonné jadis, probablement lorsque ce système a cessé d’être navigable, par les services techniques concernés, ce fonds précieux, oublié dans un placard, a été récupéré par les chercheurs de ce musée commémoratif qui, après l’avoir ainsi sauvé de la disparition, l’ont classé et décrit.

102Quant aux matériaux iconographiques, il faut explorer les fonds des grands musées d’État : le musée de l’Ermitage, le Musée russe, la galerie Tret’âkov, le Musée scientifique d’architecture / ГНИМА, le Musée d’histoire et de reconstruction de Moscou, le Musée historique, sans abandonner pour autant une étude plus fouillée dans les collections des musées spécialisés mentionnés plus haut.

103L’aire d’action de nos ingénieurs en matière de construction étant particulièrement étendue – elle comprenait les territoires des deux capitales, ceux des actuelles régions de Saint-Pétersbourg, de Novgorod, de Tver, de Vologda, de Moscou, de Nikolaev, de Kherson, d’Odessa, de Sébastopol – des matériaux concernant les bâtisseurs et/ou leurs ouvrages pouvaient être déposés dans les musées de toutes ces villes.

104Ainsi, pour travailler sur la biographie de Destrem, il importe de prendre connaissance des fonds du musée de la ville de Cronstadt / Кронштадтская крепость, où se trouvent les documents sur les forts édifiés sous la direction de cet ingénieur, et du musée d’histoire régionale de Vytegra – au début des années 1820, Destrem occupait le poste de chef du IIe arrondissement du service des voies de communication qui avait sous sa responsabilité les systèmes navigables Mariinskaâ et Tihvinskaâ. Dans le cas des ingénieurs A. et J. Fabre et L. Carbonnier, une recherche du même ordre s’impose dans les fonds des musées de Novgorod et de sa région, dont le territoire abritait à l’époque les colonies militaires, aire d’intervention de ces experts. L’étude des activités de Raucourt amènera l’historien à se pencher sur les fonds du Musée du complexe de production industrielle / Севастопольский морской завод, où doit se trouver la maquette des docks de radoub dont il fut l’auteur, et sur ceux du Musée d’histoire régionale de Nikolaev, où l’ingénieur a exercé.

11. Patrimoine technique et vestiges matériels : mémoire des objets

105Avant de clore ce survol, il nous reste à mentionner un groupe particulier de sources qui relèvent plutôt de l’archéologie. Il n’en demeure pas moins que cet univers de vestiges matériels, d’ouvrages d’art et d’objets divers, est extrêmement parlant, surtout lorsqu’il s’agit d’une recherche sur les ingénieurs dont on étudie l’héritage. De ce point de vue, notre étude est favorisée car le patrimoine technique laissé en Russie par les ingénieurs français est de taille : il comprend des routes et des canaux, des ponts et des écluses, des barrages et des installations portuaires, des bâtiments publics et des bâtiments de culte, des couvertures de grande portée et des petites formes architecturales (grilles, lampadaires, etc.).

106Outre l’information sur les goûts, l’expertise, les prédilections artistiques et techniques, les partenariats et les collaborations de leurs bâtisseurs, l’étude de ces ouvrages d’art fournit des éléments pour élucider les aléas du processus d’élaboration créative qui se joue généralement dans la complexité des relations et dans la diversité des compétences mises à l’épreuve. À cette époque de travaux à grande échelle, nombreux furent les chantiers difficiles qui provoquaient des querelles entre les hommes de l’art, opposant en particulier les ingénieurs et les architectes autour de problèmes techniques inédits. Des débats se faisaient jour ainsi à l’occasion de la construction de la cathédrale de Saint-Isaac, des couvertures du théâtre Alexandrin, de la cathédrale de la Sainte-Trinité, etc. Bazaine, Destrem, Potier, Raucourt, Haüy, Carbonnier et certains autres y ont été mêlés et se sont retrouvés parfois dans des camps opposés.

107Les sépultures et les monuments funéraires sont une autre catégorie de vestiges patrimoniaux à prendre en compte. Malheureusement, ici, le chercheur est plutôt défavorisé. Car l’indifférence délibérée envers les sépultures anciennes (surtout celles des étrangers hétérodoxes) à l’époque soviétique a fait que de vieux cimetières ont subi des pertes irréparables. Des centaines de milliers de tombes laissées à l’abandon ont été pillées, profanées, détruites et, en fin de compte, vouées à la disparition. Ainsi, selon le témoignage de l’historien A. Pozdnuhov, la tombe de Destrem au cimetière luthérien Smolenskoé, quoiqu’en très mauvais état, était encore visible en 1983. Nos tentatives pour la retrouver quelques années plus tard n’ont pas abouti : la sépulture a disparu.

108À l’époque de la Perestroïka, le réveil de la mémoire collective et le renouveau de l’intérêt pour le passé historique ont conduit à quelques initiatives intéressantes visant à la préservation des vestiges historiques. L’une d’elles était la commission Nekropol / Некрополь, créée en 1987 auprès de la Fondation soviétique de culture (antenne de Léningrad), qui avait comme objectif de sauver de la déchéance et de l’oubli sinon les anciens cimetières historiques de la ville, du moins la mémoire des hommes qui y avaient trouvé leur dernière demeure. Une tentative a été faite à cette occasion de regrouper les archives et les fichiers personnels des chercheurs qui avaient travaillé de façon isolée sur ce thème. Une de ces collections, le fichier de G. Pirožkov recensant les sépultures du cimetière luthérien Smolenskoé, est d’un intérêt particulier pour notre étude.

109Les épitaphiers (inventaires historiques des sépultures comportant leur description détaillée y compris les épitaphes), soit en russe некрополи, de toutes sortes, y compris manuscrits, sont des supports utiles lorsqu’on souhaite identifier le lieu de sépulture des ingénieurs français décédés en Russie. Les plus connus de ces ouvrages sont Петербургский некрополь [Épitaphier de Pétersbourg], 4 t., Московский некрополь [Épitaphier de Moscou], 3 t., Провинциальный некрополь [Épitaphier provincial], 1 t., et Русский зарубежный некрополь [Épitaphier russe à l’étranger], 1 t., tous publiés au début du XXe siècle.

110Nous y avons appris, par exemple, que J. Résimont naquit le 17 novembre 1768, décéda le 2 mars 1844 et fut enterré au cimetière luthérien Volkovskoé ; qu’il avait pour épouse une dénommée Sophie de La Carge (1780-1853). De même, Teremin, enterré au cimetière de la ville d’Ostaŝkov, est décédé le 18 décembre 1872 à l’âge de soixante et onze ans, avait alors le grade de général-major, etc.

111Il est regrettable que ces épitaphiers soient souvent silencieux sur la localisation précise des sépultures. En revanche, ils citent les textes des épitaphes qui contiennent des informations précieuses : dates de naissance et de décès du défunt et celles de ses parents proches enterrés à ses côtés. Il arrive aussi d’y lire des textes plus fournis, comme, par exemple, celui qui orne la sépulture de Bazaine au cimetière du Nord de Montmartre, à Paris : « A glorifié la France et d’autres pays ». Cette même épitaphe nous a permis de préciser la date exacte de naissance de l’ingénieur : le 13 janvier 1786.

12. Les sources étrangères

112Bien que notre survol soit centré sur les sources localisées sur le territoire de l’ancienne URSS, essentiellement en Russie et en Ukraine, il nous paraît important, avant de conclure, de signaler un autre grand pan de cette recherche : les sources localisées à l’étranger et, en particulier, en France.

113Ainsi, des références à Bazaine apparaissent dans les archives de l’Académie des sciences de Bavière à Munich (BAW, IV.30, fol. 3 ; IV.40, fol. 39v et 40 ; IV.42, fol. 15 et 16) et dans celles des deux académies suédoises : Académie royale des sciences (Kungliga Vetenskaps Akademien, KVA) et Académie royale des sciences militaires (Kungliga Krigsvetenskapsakademien, KKVA). Des documents sur Lamé sont à rechercher dans les archives de l’Académie des sciences de Berlin. L’Académie des sciences de Turin a compté Bazaine et Lamé parmi ses membres ; c’est aussi une piste à explorer.

114On sait par ailleurs que Bazaine a entretenu une correspondance avec le roi de Prusse Frédéric Guillaume III et qu’il a été décoré de l’ordre prussien de l’Aigle rouge de 2e classe. On peut donc supposer que des informations sur cet ingénieur se trouvent dans les archives berlinoises. En 1980, la fondation Lambert (Canada) a acheté vingt planches de dessins de Bazaine. C’est aussi une piste à suivre.

  • 13 Bien que, dans certains cas, comme pour leurs voyages en France en mission ou en congé, durant leu (...)

115Cependant, ces quelques ressources européennes ne sont qu’une goutte d’eau comparées à la véritable marée de documents qu’on peut trouver sur nos ingénieurs en France, leur pays natal. La période concernée par les documents français est plus importante puisqu’elle couvre les années antérieures et postérieures aux séjours des ingénieurs en Russie13 : ils peuvent donc aller des années 1750 aux années 1820 dans le premier cas, ou aux années 1850-1870 dans le second. Mais il existe nombre de documents passionnants qui portent justement sur leur parenthèse russe et, qui plus est, en fournissent des détails inédits. Quant aux études généalogiques centrées d’une part sur les origines (ascendances) de nos ingénieurs et, de l’autre, sur leurs descendances, elles peuvent remonter au début du XVIIIe siècle dans le premier cas, et aller jusqu’à nos jours dans le second.

  • 14 Cette recherche est toujours en cours et nous espérons en offrir un bilan conséquent dans l’ouvrag (...)
  • 15 Ces dernières, outre les documents, comportent aussi souvent des objets : portraits, ustensiles pe (...)

116Parmi les quelques dizaines d’institutions que nous avons visitées à la recherche des traces documentaires sur nos personnages dans leur pays natal, nous ne citerons ici toutefois que les plus significatives14 : Archives nationales à Paris (séries 320 AP ; F/14 ; LH et autres) ; archives de l’Académie des sciences et de l’Institut de France ; Service historique de la défense (SHD) ; Archives diplomatiques à Nantes ; archives et fonds manuscrits des grandes écoles (Polytechnique, Ponts et Chaussées, Mines) ; archives départementales (Var, Drôme, Meurthe-et-Moselle) ; archives municipales (Valence, Roman, Metz, Toulouse, Toulon) ; archives des cimetières ; enfin, archives privées qui sont, il faut le dire, beaucoup mieux préservées et plus riches qu’en Russie15 (voir fig. 3).

Figure 3 : Le général-lieutenant Pierre Dominique Bazaine. Collection privée de Mme Odile Pépin-Lehalleur-Gondre.

117Les grandes bibliothèques avec leurs fonds anciens sont, elles aussi, une ressource inépuisable d’informations (documents personnels, y compris les correspondances ; manuscrits ; cours lithographiés ; manuels ; ouvrages scientifiques ; périodiques de l’époque ; etc.). Citons quelques-unes de ces biblio thèques parmi celles dont nous avons exploré les fonds : Bibliothèque nationale de France, bibliothèque Sainte-Geneviève, bibliothèque de la Sorbonne, bibliothèques universitaires et des centres de recherche (par exemple celle du Centre Alexandre Koyré à l’École des hautes études en sciences sociales), bibliothèques des grandes écoles, bibliothèque de l’Institut de France, bibliothèque de l’Arsenal, bibliothèques municipales (Toulouse, Metz, Nancy, Nantes, Valence, etc.).

  • 16 Benoît Jeanson et François Segretain, Gabriel Lamé : de Tours en passant par Saint-Pétersbourg et (...)

118Ces recherches nous ont permis de découvrir une masse de documents (matricules, actes de mariage, états de scolarité et de service en France, etc.) dont quelques-uns sont de véritables pièces maîtresses éclairant d’un nouveau jour le séjour de nos ingénieurs en Russie. Tel est, par exemple, le rapport manuscrit de Bazaine, Fabre, Potier et Destrem relatant en détail, à l’attention de leurs supérieurs en France, les circonstances, les conditions et les péripéties de l’exil sibérien auquel ils ont été soumis pendant la campagne napoléonienne (AN, 320 AP, dossier no 1, part. 1, no 18). Tel est aussi le « manuscrit de Saratov », premier des sept cahiers de notes mathématiques rédigés par Poncelet en 1813, lors de sa détention dans le camp de prisonniers de guerre dans la Russie centrale. Le fameux ouvrage issu de ces notes inaugure la nouvelle science mathématique, la géométrie projective (bibliothèque de l’École polytechnique, fonds Poncelet, carton 5, dossier no 74). Telle est également la masse de lettres adressées par Bazaine, Lamé et Clapeyron de la Russie à leurs proches en France (AN, F/14/2164/2 pour le premier, collection privée pour les deux autres16). Tel est, enfin, le volumineux rapport de Le Play sur l’état des usines Demidov dans l’Oural, rédigé suite au voyage de l’ingénieur dans ces contrées lointaines en 1853 (bibliothèque de l’École des mines, fonds ancien).

III. — Conclusion

119Les exemples tirés des documents français et russes peuvent être multipliés à l’infini, mais ceux que nous avons fournis paraissent suffisamment explicites pour démontrer à la fois l’extraordinaire richesse du sujet et son importance pour l’histoire des relations franco-russes.

120En revanche, aussi rapide qu’il soit, le survol que nous avons tenté ici apporte une autre évidence certaine, celle de l’énorme complexité de la tâche. Car pour écrire une histoire générale quelque peu consistante des relations franco-russes en matière de techniques et d’ingénierie voire même, plus modestement, réaliser un portrait collectif et des biographies intellectuelles des ingénieurs français ayant servi en Russie, il faut s’appuyer sur l’ensemble des diverses sources conservées dans les archives, bibliothèques et musées de deux pays mais aussi sur la masse de vestiges matériels et ouvrages patrimoniaux, monuments complexes d’architecture, de techniques et d’art de l’ingénieur de leur temps. Une recherche comme celle-là nécessite qui plus est des connaissances requises dans les différents domaines des sciences, des techniques, de l’architecture, de l’histoire, de l’art, de la littérature, du militaire… Les recherches sont à poursuivre ou à engager dans des dizaines de lieux de conservation de documents dispersés sur le territoire de l’ancienne URSS ou localisés dans plusieurs pays d’Europe et même en Amérique du Nord.

121Une telle tâche n’est pas réalisable par un chercheur isolé mais pourrait faire l’objet d’un programme de coopération entre chercheurs disposés à communiquer au-delà des frontières, à échanger et à s’associer, au besoin, à des spécialistes de différentes disciplines. Nous espérons que ces ingénieurs français au service de la couronne russe, objets de notre article, puissent être aussi à l’origine d’une telle coopération.

Bibliographie

ANNEXE III. Sélection de travaux de Dmitri Gouzévitch et d’Irina Gouzévitch sur les ingénieurs francais en Russie

Дмитрий Гузевич [Dmitrij Guzevič], Ирина Гузевич [Irina Guzevič], Элен Верен [Hélène Vérin] et Жак Гийерм [Jacques Guillerme], « “Господин Рокур, которого я люблю…” : Антуан Рокур де Шарлевиль [“Monsieur Raucourt que j’aime…” : Antoine Raucourt de Charleville] », dans Вопросы истории естествозна-ния (ВИЕТ) [Questions d’histoire des sciences et des techniques], 1989, no 3, p. 76-88.

Дмитрий Гузевич [Dmitrij Guzevič] et Ирина Гузевич [Irina Guzevič], « Французские инженеры – Члены Петербургской академии наук [Ingénieurs français membres de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg] », dans Деятели русской науки XIX – первой четверти xx веков [Les hommes de science russes du XIXe – première moitié du XXe siècle], Saint-Pétersbourg, 1991, p. 74-109.

Дмитрий Гузевич [Dmitrij Guzevič] et Ирина Гузевич [Irina Guzevič], « Легенда о подводной лодке [Légende sur un sous-marin] », dans Вопросы исто-puu естествознания и техники (ВИЕТ) [Questions d’histoire des sciences et des techniques], 1991, no 3, p. 82-89.

Дмитрий Гузевич [Dmitrij Guzevič] et Лариса Иванова-Веэн [Larisa Ivanova-Vèen], « Нарвский мост [Le pont de Narva] », dans Архитектурное наследство [Héritage architectural], t. 39, 1992, p. 178-188.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « Les contacts franco-russes dans le monde de l’enseignement supérieur technique et de l’art de l’ingénieur », dans Cahiers du monde russe et soviétique, t. 34, 1993, p. 345-368.

Дмитрий Гузевич [Dmitrij Guzevič] et Ирина Гузевич [Irina Guzevič], Петр Петрович Базен : 1786-1838 [Petr Petrovič Bazen, 1786-1838], Saint-Pétersbourg, 1995.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « Note de l’ingénieur-colonel Raucourt de Charleville concernant des voies de communication en Russie », dans Cahiers du monde russe, t. 37, 1996, p. 479-504.

Дмитрий Гузевич [Dmitrij Guzevič] et Ирина Гузевич [Irina Guzevič], « О Пушкине, инженерах и об одном забытом французском обществе [Sur Pouchkine, les ingénieurs et une société française oubliée] », dans Петербургские чтения-97 [Lectures pétersbourgeoises-97], Saint-Pétersbourg, 1997, p. 416-433.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « La guerre, la captivité et les mathématiques », dans SABIX, t. 19, 1998, p. 31-68.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « Le phénomène des “ingénieurs-résidents” : reconnaissance légale ou espionnage technique ? », dans Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, t. 47, 1999, p. 159-181.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « Transfert de technologies en matière de travaux publics en Russie : quête aux innovations et choix politiques, 1800-1850 », dans Technological Trajectories, Markets, Institutions : Industrialized Countries, 19th-20th Centuries, dir. Laurent Tissot et Béatrice Veyrassat, Berne, 2001, p. 91-101.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « The history of the first patents for steam vessels in Russia », dans History of Technology, t. 24, 2002, p. 81-94.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « De Ferry à Le Play : deux exemples de collaboration des ingénieurs d’État français et des entrepreneurs miniers russes dans l’Oural (première moitie du XIXe siècle) », dans Revue de la Maison française d’Oxford, t. 1, 2003, p. 117-145.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « Ingénieurs français et la construction et aménagement de Saint-Pétersbourg : Comité hydraulique (1816-1842) et Commission de projets et de devis (1820-1842) », dans La France et les Français à Saint-Pétersbourg : XVIIIe-XXe siècle, Saint-Pétersbourg, 2005, p. 101-123 et p. 263-285.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « L’École des “3B” ou les antécédents hispano-franco-écossais de l’École mécanico-mathématique russe, dite d’Ostrogradskij : années 1810-1830 », dans Les mathématiques dans la cité, dir. Marie-José Durand-Richard, Vincennes, 2006, p. 45-75.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « Journal des voies de communication : histoire d’une revue bilingue russe-francaise (1826-1842) », dans La presse et les périodiques techniques en Europe : 1750-1950, dir. Patrice Bret, Konstantinos Chatzis et Liliane Pérez, Paris, 2008, p. 89-113.

Dmitri Gouzévitch, « Montferrand et Mauduit : un conflit salutaire », dans Revue d’Auvergne, t. 588-589 : De Montferrand à Saint-Pétersbourg : Auguste Ricard de Montferrand, nouvelles approches. Actes du colloque international, Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), 17, 18 et 19 octobre 2008, Clermont-Ferrand, 2008, p. 297-315.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « Une nouvelle génération d’enseignants : l’avènement de la mécanique appliquée en Russie avant 1850 », dans The Quest for a Professional Identity : Engineers between Training and Action, dir. Ana Cardoso de Matos, Maria Paula Diogo, Irina Gouzevitch et André Grelon, Lisbonne, 2009, p. 43-58.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « Gabriel Lamé à Saint-Pétersbourg : 1820-1831 », dans SABIX, t. 44, 2009, p. 20-43.

Дмитрий Гузевич [Dmitrij Guzevič], Ирина Гузевич [Irina Guzevič], Борис Иванов [Boris Ivanov] et Игорь Цветков [Igor Cvetkov], Очерки истории технических наук в Санкт-Петербурге : XVIII-XIX вв. [Аperçu de l’histoire des sciences techniques à Saint-Pétersbourg : XVIIIe-XIXe siècles], Saint-Pétersbourg, 2009.

Dmitri Gouzévitch, « Bétancourt et la création du corps des ingénieurs des voies de communication en Russie : une histoire européenne (chronique et interprétations) », dans Quaderns d’Història de l’Enginyeria, no 10 : Agustín de Betancourt y Molina : 1758-1824, 2009, p. 271-293.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « Les ponts et les quais de Saint-Pétersbourg : une aventure européenne », dans L’art du vide. Ponts d’ici et d’ailleurs : trois siècles de génie français, XVIIIe-XXe siècle, dir. Françoise Bosman, Martine Mille et Gersande Piernas, Paris/Roubaix, 2010, p. 104-115.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « Ponts suspendus et couvertures à grande portée en Russie : une collaboration internationale (1810-1840) », dans Édifice et artifice : histoires constructives. Recueil de textes issus du premier congrès francophone d’histoire de la construction, Paris, 19-21 juin 2008, Paris, 2010, p. 221-230.

Dmitri Gouzévitch et Irina Gouzévitch, « Augustin Bétancourt and the mining technologies: from Almaden to Saint-Petersbourg (1783-1824) », dans History of Technology, t. 30: European Technologies in Spanish History, 2010, p. 13-31.

Dmitri Gouzévitch, « Corps of engineers as form of professional organization in the russian empire (18th and 19th centuries) », dans Engineering Studies, no spécial: Becoming an Engineer in Eighteenth-Century Europe: the Construction of a Professional Identity, dir. Irina Gouzévitch et Peter Jones, à paraître en 2011.

Дмитрий Гузевич [Dmitrij Guzevič] et Ирина Гузевич [Irina Guzevič], « Габриэль Ламе в России, или Один из ликов Януса [Gabriel Lamé en Russie, ou l’une des faces de Janus] », dans Историко-математические исследования [Études en histoire des mathématiques], no 16-51, à paraître en 2011.

Дмитрий Гузевич [Dmitrij Guzevič], Ирина Гузевич [Irina Guzevič], Борис Тарасов [Boris Tarasov] et Николай Елисеев [Nikolaj Eliseev], Карл Иванович Потье, 1786-1855 [Karl Ivanovič Pot’je (Potier, 1786-1855)], dir. Владимир Павлов [Vladimir Pavlov], Saint-Pétersbourg, à paraître en 2012.

Annexes

ANNEXE I. Ingénieurs français en Russie

ANNEXE II. Les ingénieurs français dans les thèses en histoire des sciences et des techniques soutenus en Russie

Людмила Зильберминц [Lûdmila Zil’berminc], Возникновениетехничес техничес-кого журнала в России (1825-1830) [La naissance des périodiques techniques en Russie (1825-1830)], thèse de candidat en sciences pédagogiques, Léningrad, 1947, [252] p., dactyl. – Lieux de conservation : Bibliothèque d’État de Russie / Государственная Библиотека России (ГБР) ; Bibliothèque nationale de Russie / РНБ, Б Б200 / 3.615.

Николай Калмыков [Nikolaj Kalmykov], История развития и некоторые современные вопросы мостовой техники [Histoire du développement et quelques problèmes contemporains des techniques de construction des ponts], thèse de doctorat d’État en sciences techniques, s. l., 1947, 744 p., dactyl. – Lieu de conservation : Bibliothèque d’État de Russie / ГБР, Дд. 50-5/3.

Владимир Пилявский [Vladimir Pilâvskij], Творчество В. П. Стасова [Œuvre de V. P. Stasov], thèse de doctorat d’État en architecture, Léningrad, 1957, 5 t., dactyl. – Lieux de conservation : Bibliothèque d’État de Russie / ГБР, Дд 58-18/1 ; archives de l’Inspection d’État pour la protection des monuments / архив ГИОП.

Михаил Воронин [Mihail Voronin], Исследование становления и развития транспортной науки и техники в области изысканий ипроектирования желез-ных дорог от их возникновения до начала социалистической индустриализации в СССР [Étude de la mise en place et de l’essor des sciences et des techniques en matière de transports, dans le domaine des prospections et des projets des chemins de fer, de leur émergence à l’industrialisation socialiste], thèse de doctorat d’État en sciences techniques, Léningrad, 1973, 2 t., dactyl. – Lieux de conservation : Bibliothèque nationale de Russie ; Bibliothèque d’État de Russie / ГБР, Дд 76-5/134 ; bibliothèque de l’université des Voies de communication / ПГУПС, б-ка, С. 19307p.

Георгий Лоханов [Georgij Lohanov], Творчество архитектора В. И. Беретти (1781-1842) [Œuvre de l’architecte V. I. Beretti (1781-1842)], thèse de candidat en architecture, Léningrad, 1979, 2 t., dactyl. – Lieu de conservation : Bibliothèque d’État de Russie / ГБР.

Маргарита Воронина [Margarita Voronina], Становление прикладной меха ники в России (первая половина xix века) [La mise en place de la mécanique appliquée en Russie], thèse de candidat en sciences physico-mathématiques, Moscou, 1980, 165 p., dactyl. – Lieux de conservation : Bibliothèque d’État de Russie / Государственная Библиотека России, ГБР, Дк. 80-1 / 982 ; Bibliothèque de l’Institut d’histoire des sciences et des techniques de l’Académie des sciences de Russie / Библиотека ИИЕТ РАН, В-75).

Володар Лишевский [Volodar Liŝevskij], Развитие механики нити [L’évolution de la mécanique du fil], thèse de candidat en sciences physico-mathématiques, Moscou, 1983, dactyl. – Lieu de conservation : Bibliothèque d’État de Russie / ГБР.

Андрей Пунин [Andrej Punin], Архитектура мостов. Эволюция стилисти ческих особенностей от античной эпохи до начала xx века архитектурно-худо- жественные проблемы современного зарубежного мостостроения [L’architecture des ponts. L’évolution des particularités stylistiques de l’antiquité au début du XXe siècle et les problèmes architecturaux et artistiques de l’art étranger de construction des ponts], thèse de doctorat d’État en histoire de l’art, Léningrad, 1984, 4 t., dactyl. – Lieux de conservation : Bibliothèque d’État de Russie / ГБР ; bibliothèque de l’Académie des beaux-arts / библиотека Академии художеств.

Notes

1 Ce survol vise à partager l’expérience de notre recherche pendant les deux dernières décennies. Ses résultats ont été présentés dans de nombreuses publications consacrées aux divers aspects de l’activité des ingénieurs français en Russie. Pour chacune de ces études thématiques, nous avons mobilisé le maximum de ressources documentaires, manuscrites et imprimées, disponibles. Dans l’impossibilité de les citer toutes ici, nous invitons le lecteur intéressé à consulter ces travaux qui contiennent également une importante bibliographie sur chacun des sujets traités (voir annexe no III).

2 L’annexe no I de cet article donne la liste de ces ingénieurs ainsi que des renseignements sur leur biographie. Dans cet article, nous les désignons uniquement par leurs noms de famille (par exemple Bazaine pour Pierre-Dominique Bazaine) précédé de l’initiale de leur prénom lorsque deux personnes portent le même nom (les frères Jean et Alexandre Fabre : J. Fabre et A. Fabre).

3 Ces Polytechniciens sont : Bazaine, Destrem, A. Fabre, Potier, Ducouëdic, Compère, Ferrandin-Gazan, Henry, Raucourt, Lamé, Clapyeron, Le Play, Gleizes, Poncelet. On peut également associer à ce groupe Enfantin (X 1813) expulsé sans avoir terminé le cursus, et Ferry qui, à défaut d’y avoir étudié, y a été examinateur.

4 Alain Auclair, Les ingénieurs et l’équipement de la France : Eugène Flachat, Le Creusot, 1999.

5 Les ingénieurs français recrutés dans le CIVC forment en effet la moitié du contingent étudié : les Polytechniciens y sont majoritaires mais pas les seuls, comme le prouvent les exemples de Sénovert (ingénieur du roi et émigré politique) et de Résimont (ancien abbé et émigré).

6 Si nous avons séparé ces deux groupes, c’est que, dans la progression de leurs carrières en Russie et en France, il y a des nuances. Si Lamé et Clapeyron n’ont jamais interrompu leur service en France, les quatre autres ont été obligés d’y renoncer à la suite de l’épisode des Cent Jours qui, après un exil en Sibérie pendant la campagne napoléonienne (1812-1814), les a rendus suspects aux yeux du gouvernement russe. Lors de son congé en France en 1828, Bazaine a réussi à se faire réintégrer (et à faire réintégrer ses trois camarades) dans le service français.

7 Voir sur ce thème les travaux d’Antoine Savoye et, en particulier, son article : « Frédéric Le Play à la découverte de la société russe : l’expédition en Russie méridionale (1837) », dans Génèses, t. 31, 1998, p. 119-137.

8 Nous avons, sur cette triste réalité, un témoignage poignant de Mme Kira Kolyŝko (née Destrem), descendante de cinquième génération de notre ingénieur.

9 Après la réforme de l’administration des voies de communication en 1810, l’empire a été divisé en dix arrondissements des voies de communication avec, chacun, son directeur et ses effectifs, responsables de travaux de construction et d’entretien des voies de communication ; les arrondissements I (région de Saint-Pétersbourg) et II (région de Vytegra), les plus centraux et les plus prestigieux, étaient aussi les plus prisés ; la responsabilité en était d’autant plus grande.

10 Depuis les années 1980-1990, durant lesquelles nous avons exploré la plupart des archives citées dans cet article, la chute de l’URSS a complètement modifié la cartographie archivistique du pays. Les archives dites alors républicaines sont aujourd’hui situées dans des pays étrangers ; il en est de même des archives municipales ukrainiennes, biélorusses et lituaniennes. Cette particularité est à prendre en compte lorsqu’on fait le survol des sources « russes » (qui d’ailleurs le demeurent toujours du point de vue linguistique et historique). Les présenter ici nous paraît toutefois indispensable dans la mesure où, lorsque nos ingénieurs français y ont œuvré, toutes ces régions et localités faisaient partie d’un seul et même pays – l’empire russe.

11 Voici les cotes de rapports techniques (notices historiques et rapports de travaux d’entre-. Voici les cotes de rapports techniques (notices historiques et rapports de travaux d’entretien) relatifs aux différents ouvrages d’art construits par (ou avec la participation) des ingénieurs français : Н-1155, В. И. Пилявский [V. I. Pilâvskij], Троицко-Измайловский собор [La cathédrale de La Sainte Trinité d’Ismajlov], Léningrad, 1960 ; Н-1378-1380, В. И. Пилявский [V. I. Pilâvskij], Творчество В.П. Стасова. Дисс […] докт. ар-хитектуры [L’œuvre de V. P. Stasov. Thèse pour obtenir le grade de docteur en architecture], Léningrad, 1957, Н-84 : Фомичев [Fomičev], Материалы к паспорту церкви « Троицы » [Les matériaux pour le dossier de l’église de la Trinité], 1938 ; Н-422/3, Е. Н. Петрова [E. N. Petrova], Здание б. Троицко-Измай-ловского собора [Le bâtiment 6 de la cathédrale de la Sainte Trinité d’Izmajlov], 1947 ; Н-1023, et autres, М. Толстов [M. Tolstov], Отчет о npo-изводстве реставрационных работ […] [Rapport sur la conduite des travaux de restauration], 1956.

12 Pour la liste des thèses intéressant notre sujet, voir l’annexe, no II.

13 Bien que, dans certains cas, comme pour leurs voyages en France en mission ou en congé, durant leur service en tant qu’officiers de la couronne, les documents seront datés des années 1800-1850.

14 Cette recherche est toujours en cours et nous espérons en offrir un bilan conséquent dans l’ouvrage, actuellement en préparation, sur les ingénieurs français en Russie.

15 Ces dernières, outre les documents, comportent aussi souvent des objets : portraits, ustensiles personnels, armes. Ces vestiges du passé d’autant plus précieux qu’ils nous parlent du quotidien, des habitudes, des goûts et des passions de nos personnages, en dévoilent le côté intime, individuel et unique de chacun. Pour n’en donner qu’un exemple, ce n’est qu’en 2009 que ses descendants ont rendu public le portrait jusqu’alors inconnu du jeune Lamé, bel homme séduisant dans son uniforme de colonel du CIVC, un Lamé comme on ne l’a jamais vu et qu’on aurait du mal à imaginer à partir de ses portraits connus de vénérable vieillard au visage fatigué et triste.

16 Benoît Jeanson et François Segretain, Gabriel Lamé : de Tours en passant par Saint-Pétersbourg et Paris, Paris, 1949 [= Gabriel Lamé, Prosper-Parfait Goubaux et leurs famille : archives familiales, Paris, c. 2006-2008].

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Le général-major Étienne-François de Sénovert. Gravure, premier quart du XIXe siècle. Collection D. et I. Gouzévitch.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Figure 2a : Deux versions du projet (non réalisée et réalisée) de la coupole de la cathédrale de Sainte Trinité, par Pierre-Dominique Bazaine. Collage : D. Gouzévitch et S. Fedorov.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1265/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 2b : La cathédrale de la Sainte Trinité (Троицко-Измайловский собор) à Saint-Pétersbourg. Fragment de carte postale. Collection D. et I. Gouzévitch
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1265/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Figure 3 : Le général-lieutenant Pierre Dominique Bazaine. Collection privée de Mme Odile Pépin-Lehalleur-Gondre.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1265/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1265/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 293k

Auteurs

Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen
École des hautes études en sciences sociales

Centre Maurice Halbwachs
École des hautes études en sciences sociales

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540