Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Première partie. Regards sur les sources

La France et les Français en Russie au XIXe siècle

Les ressources des Archives nationales

Франция и французы в России в XIX в.

Armelle Le Goff

Résumé

À Paris, dans les fonds des Archives nationales, les traces des Français partis en Russie, bien que plus difficiles à saisir qu’aux archives des Affaires étrangères, sont aussi présentes.
La sous-série F/7, traditionnellement appelée « Police générale », accueille les dossiers de diverses autorités chargées de la police au niveau national depuis la Révolution française. Elle abrite des dossiers contenant des listes générales d’émigrés établis en Russie à la suite de la Révolution et des documents classés par ordre alphabétique concernant ces émigrés qui demandent à revenir en France sous le Consulat et sous l’Empire. Dans la sous-série F/7 sont aussi conservés les passeports. Au XIXe siècle, pour se déplacer en France comme à l’étranger, il était nécessaire d’être porteur d’un passeport. Malgré des éliminations, les passeports conservés dans la sous série F/7 forment un groupe homogène pour la période du Directoire jusqu’en 1852. Une fiche d’aide à la recherche, consultable en ligne sur le site des Archives nationales, fait le point sur les cotes des dossiers et sur les années concernées.
Parmi les fonds versés aux Archives nationales par l’administration de la Justice, la sous-série BB/11 accueille les versements de la division des affaires civiles et du sceau. Cette division s’occupait des autorisations données par décret à des Français d’entrer ou de rester au service des puissances étrangères comme l’empire russe, de jouir d’une pension étrangère et des réintégrations dans la qualité de Français. Grâce à la base nominative Quidam consultable au CARAN, il est possible de faire des recherches dans les dossiers individuels des personnes qui se sont mis au service de la Russie lorsque l’on connaît leur nom.
Au XIXe siècle, des linguistes, des historiens, des anthropologues et des membres de la société de géographie et d’autres savants français (« érudits de terrain ») ont entretenu des relations suivies avec le monde savant russe. Les sources sur ces savants sont à rechercher, en premier lieu, dans la sous-série F/17 qui abrite les dossiers versés aux Archives nationales par le ministère de l’Instruction publique. Dans cette sous-série, sont conservés les dossiers de carrière de toutes les personnes ayant occupé une fonction dans l’enseignement secondaire, dans l’enseignement supérieur ou dans un établissement scientifique sous tutelle du ministère de l’Instruction publique. On trouve aussi dans la sous-série F/17 des dossiers sur des institutions essentielles dans le domaine de l’histoire scientifique qui étaient sous la tutelle de l’Instruction publique, ainsi que les dossiers de missions scientifiques et littéraires accordées gratuitement ou subventionnées par le ministère et, avec l’internationalisation des sciences, des dossiers relatifs aux différents congrès pour lesquels le ministère envoyait des délégués. La sous-série F/17 abrite ainsi les dossiers d’environ cent trente missions accordées pour voyages d’études, participation à des congrès ou explorations scientifiques dans l’empire russe avant 1914.
Pour ce qui est des sources sur les Français présents en Russie pour des raisons économiques, il faut penser aux dossiers de carrières des ingénieurs des Mines et des Ponts-et-Chaussées, conservés par le service du personnel du ministère des Travaux publics. Ces dossiers ont été versés aux Archives nationales dans la sous-série F/14, archives du ministère des Travaux publics, et sont recensés nominativement dans la base Quidam.
Dans les archives du ministère du Commerce, soit la sous-série F/12, on peut repérer des traces concernant les commerçants et les industriels intéressés par le marché russe dans les rapports consulaires et dans les dossiers des expositions universelles, s’ils y ont participé. La sous-série F/12 contient aussi de la documentation sur des expositions tenues à l’étranger, telle l’Exposition française de Moscou en 1891.
En outre, les distinctions honorifiques ont joué un rôle très important dans la société française du XIXe siècle. Leur attribution a laissé des dossiers essentiels pour les recherches sur les individus et les groupes sociaux.
Les recherches sur les relations entre savants russes et français seront à approfondir non seulement dans les archives russes mais aussi dans les fonds d’autres institutions françaises : Académie des sciences, Académie de médecine, Institut Pasteur, Muséum d’histoire naturelle. Il importera aussi se mettre aussi en quête des archives personnelles de ces « érudits de terrain » restées en main privée quand elles existent et n’ont pas été malheureusement dispersées.

В Национальном архиве Франции (Париж) установить наличие документов, содержащих сведения о французских гражданах, уехавших в Россию, несколько сложнее, чем в архивах Министерства иностранных дел. Тем не менее, эти документы также существуют.
Так, серия F/7, по традиции именуемая «генеральное полицейское управление» («police générale») содержит дела, произведенные в ходе деятельности различных органов власти, со времен Французской революции исполняющих обязанности полицейского контроля на национальном уровне. В данной серии хранятся дела, содержащие общие списки эмигрантов, обосновавшихся в России после Французской революции, а также документы, представленные в алфавитном порядке и касающиеся эмигрантов, ходатайствовавших о возможном возвращении во Францию в период Консулата и Империи. В серии F/7 хранятся паспорта – документы, которые в XIX в. необходимо было получить для перемещения как по территории Франции, так и за ее пределы. Несмотря на то, что многие из этих документов могли быть утрачены, паспорта серии F/7 представляют собой достаточно однородную документацию периода Директории вплоть до 1852 г. На сайте Национального архива размещена специальная картотека, разработанная в помощь исследователям. Она содержит информацию о шифрах хранения дел, а также о хронологическом периоде документов.
Среди фондов, поступивших в Национальный архив из Министерства правосудия, серия BB/11 хранит документы отдела по гражданским делам, заведовавшего одновременно государственной печатью (la division des affaires civiles et du sceau). Данный отдел ведал разрешениями, выданными французским гражданам на основании специального декрета и позволявшими им въезжать на территорию, подведомственную заграничным властям (в том числе, Российской империи), а также находиться у них на службе, иметь право на пенсию, выданную иностранным государством, и восстановление во французском гражданстве. Специально разработанная база данных Quidam, доступ к которой обеспечен через Центр приема исследователей Национального архива (CARAN), позволяет вести поименный поиск личных дел французских граждан, оказавшихся таким образом на службе в России.
В XIX в. лингвисты, историки, антропологи, члены географического общества и другие французские ученые, так называемые «местные эрудиты» («érudits de terrain»), поддерживали постоянные контакты с представителями русского научного сообщества. Источники, касающиеся этих ученых, прежде всего, стоит искать в серии F/17, где хранятся дела, поступившие в Национальный архив из Министерства народного просвещения. В данной серии хранятся, в частности, документы, касающиеся карьерной лестницы всех лиц, занимавших должности в сфере среднего и высшего образования, а также в научных учреждениях, находившихся под руководством Министерства народного просвещения. В серии F/17 находятся документы, касающиеся деятельности основных учреждений в сфере истории науки, находившихся под руководством Министерства народного просвещения; документы по истории научных и литературных миссий, организованных на добровольных началах или спонсировавшихся министерством; а также, с выходом науки на международный уровень, документы о деятельности различных конгрессов, в которых принимали участие делегаты, посланные от министерства. Таким образом, серия F/17 содержит в себе документацию около 130 миссий, организованных в рамках учебных поездок, для участия в конгрессах или различного рода научных исследований, проводившихся в Российской империи до 1914 года.
Среди источников о французах, пребывавших в России с экономическим целями, обращают на себя внимание документы, касающиеся служебной карьеры инженеров на шахтах, инженеров мостов и дорожных коммуникаций. Эти документы хранились отделом по личному персоналу Министерства гражданских сооружений. В Национальном архиве они входят в состав серии F/14, хранящей архивы Министерства гражданских сооружений и также включены в базу данных Quidam.
Архивы Министерства торговли (серия F/12) хранят сведения о коммерсантах и промышленниках, интересы которых были обращены в сторону российского рынка. Речь идет, в частности, об отчетах консулов и документах о международных выставках, если указанные категории граждан принимали в них участие. Серия F/12 также содержит документацию о выставках, организованных за границей: например, французская выставка в Москве в 1891 г.
Знаки отличия играли очень важную роль во французском обществе XIX в. Процедура присвоения знаков отличия зафиксирована в документах, важных для изучения как отдельных индивидуумов, так и социальных групп в целом.
Исследования в области сношений русских и французских ученых будут значительно дополнены не только благодаря изучению русских архивов, но также и архивных фондов иных французских учреждений, таких как Академия наук, Медицинская академия, Институт Пастор (Institut Pasteur), Музей естественной истории. Будет иметь значение и поиск архивов личного происхождения «местных эрудитов», хранящихся у частных лиц в том случае, если, конечно, эти документы еще существуют, а не были к несчастью утрачены.

Texte intégral

  • 1 Il en est ainsi d’une branche de la famille Catoire. Les Catoire, chefs d’entreprise et notables, (...)

1Les fonds des Archives nationales sont riches de documents sur les Russes qui sont venus en France au XIXe siècle pour des raisons très diverses : occupants militaires, opposants politiques, artistes, étudiants, etc. Pour l’étude des Français qui, enseignants, commerçants ou ingénieurs, ont émigré en Russie, se construisant au fil du temps une situation stable dans ce nouveau pays, y fondant des familles, voire se russifiant complètement, les archives de nature consulaire et les archives russes constituent la ressource de premier choix. Il est intéressant de noter que certains des descendants de ces Français devenus russes ont fait partie de l’émigration blanche de 1917 et ont, alors, trouvé refuge dans le pays de leurs ancêtres1.

  • 2 L’alliance franco-russe, accord de coopération militaire signé entre la France et la Russie, a été (...)

2Néanmoins, même si elles sont plus difficiles à saisir, les traces de ces Français partis en Russie sont aussi présentes dans les fonds des Archives nationales. En effet, pour des occasions bien précises qui seront évoquées en premier lieu, certains de ces émigrés ont été confrontés à l’administration française en dehors des Affaires étrangères. Ensuite, après la campagne de 1812-1814, étape importante dans la rencontre entre les deux peuples, si l’on met à part l’épisode de la guerre de Crimée, l’évolution positive des relations diplomatiques qui a abouti à l’Alliance franco-russe2, a facilité de multiples échanges entre les savants et intellectuels russes et français et a ouvert un nouveau marché à des entreprises et à des négociants français soucieux d’expansion au-delà des frontières. Les archives des Affaires étrangères bien sûr, mais aussi celles d’autres administrations de l’État français qui, elles, ont versé leurs dossiers aux Archives nationales, témoignent de ces échanges. Il sera donc question en second et en troisième lieu des sources relatives à ces relations culturelles mais aussi à ces relations économiques dans certaines sous-séries des Archives nationales.

  • 3 Michel Lesure, Les sources de l’histoire de Russie aux Archives nationales, Paris/La Haye, 1970.
  • 4 Dans ses mémoires, Napoléon écrit « avec le Secrétaire d’État et une demi douzaine de secrétaires, (...)

3Par contre, les relations strictement diplomatiques et militaires entre la France et la Russie ne font pas l’objet de cet article. Toutefois, soulignons l’abondance des documents de ce type pour la période napoléonienne aux Archives nationales, dans la sous-série AF/IV (Secrétairerie d’État impériale) et dans de nombreux fonds privés cotés AP de la même époque, sources détaillées dans l’ouvrage de Michel Lesure3. Signalons que la campagne de Russie s’est aussi soldée pour les Français par des pertes d’archives4.

I. — L’émigration française en Russie dans les séries des Archives nationales

1. L’émigration pendant la Révolution française et l’Empire

  • 5 Bertrand Joly et Christèle Noulet, avec la collaboration d’Annie Poinsot, État numérique de la sou (...)

4Aux Archives nationales, la sous-série F/7 traditionnellement appelée « Police générale » accueille les dossiers de diverses autorités chargées de la police au niveau national depuis la Révolution française5. En effet, après la constitution d’un ministère de l’Intérieur en 1791, un ministère de la Police générale est créé en 1796. Les missions de police administrative ont suscité la constitution de dossiers concernant la réglementation, le contrôle et l’application des lois dans le domaine de l’émigration.

  • 6 AN, F/7/3328-3334, législation sur l’émigration et dossiers généraux (1791-1815) ; F/7/3335-3339, (...)
  • 7 Marie-Gabriel-Florent-Auguste de Choiseul-Gouffier diplomate et académicien né le 27 septembre 175 (...)
  • 8 AN, F/7/5619.

5La Révolution française a entraîné l’établissement en Russie de nombreux Français hostiles à la France révolutionnaire. Sous le Consulat, différentes mesures de pacification ont été prises pour encourager le retour en France d’une partie de ces émigrés. La première de ces mesures est l’arrêté du 28 vendémiaire an IX (19 octobre 1800) qui autorise les Français émigrés, ayant fait l’objet d’une radiation provisoire ou définitive des registres civils, à rentrer en France. En échange, ils sont tenus de prêter un serment de fidélité à la Constitution dans les vingt jours suivant la publication de l’arrêté. Le sénatus-consulte du 6 floréal an X (25 avril 1802), qui accorde une amnistie générale aux émigrés, complète cette œuvre de pacification. La sous-série F/7 abrite des dossiers contenant des listes générales d’émigrés et des documents classés par ordre alphabétique concernant des émigrés qui, quel qu’ait été leur pays de refuge, demandent à être radiés de ces listes6. Ces émigrés royalistes sont, d’ailleurs, pour la plupart bien connus tel le comte Marie-Gabriel Choiseul-Gouffier7. Rayé définitivement de la liste des émigrés le 24 vendémiaire an X (16 octobre 1801) par arrêté des consuls, il rentre dans la jouissance des biens qu’il possédait dans les départements de la Seine, de la Somme et de la Moselle et il revient en France en 1802 après dix années d’exil en Russie. Tuteur d’Eugène et d’Ambroisine, les deux enfants mineurs de son frère Michel-Felix, ex-constituant décédé en Russie en 1796 dans la ville d’Ekaterinbourg, il entreprend les démarches nécessaires pour obtenir la radiation de son frère défunt. Ainsi, est conservée dans les archives8 une lettre de Talleyrand, alors ministre des relations extérieures, datée du 8 vendémiaire an XI (30 septembre 1802) (fig. 1). Dans cette lettre, Talleyrand fait part au « citoyen » Régnier, grand juge ministre de la Justice, de tout l’intérêt qu’il porte à la famille Choiseul-Gouffier et du plaisir qu’il aurait à remettre personnellement à son ami d’enfance Choiseul-Gouffier le certificat d’amnistie de son frère.

Figure 1. Lettre de Talleyrand, ministre des Relations extérieures concernant la famille Choiseul-Gouffier, 8 vendémiaire an XI (30 septembre 1802). AN, F/7/5619. Cliché M. Plouvier.

2. L’émigration pendant la Restauration

  • 9 AN, F/7/9796, embauchages d’ouvriers français à l’étranger (1814-1830).
  • 10 AN, F/7/6138/8-F/17/6138/10, émigration en Russie et en Amérique de familles des départements de L (...)

6Selon les époques, le contenu de cette sous-série F/7 varie énormément, passant de l’abondance à la pénurie. Des destructions massives de dossiers ont eu lieu à certaines époques, telles celles ordonnées par Joseph Fouché, ministre de la Police, au moment de l’avancée des armées coalisées vers Paris à la fin du Premier Empire. De plus, l’incendie de la préfecture de police, aux derniers jours de la Commune en mai 1871, a anéanti une quantité considérable de documents. En effet, en 1858, la préfecture de police avait fusionné avec la Sûreté générale qui conservait des documents anciens de l’administration centrale de la police. À ces vicissitudes historiques, s’est ajoutée la pratique consistant, dès le Directoire et surtout sous la Restauration, à restituer aux particuliers leurs papiers personnels saisis pendant la Révolution. Cependant, pour la période du début de la Restauration, ont été conservés et versés aux Archives nationales à la fin du XIXe siècle, plusieurs dossiers spécifiques concernant l’embauche d’ouvriers français9 et l’émigration française des départements de l’Est vers l’empire russe10.

3. Les passeports

7Aux termes du décret du 10 vendémiaire an IV (1er octobre 1798), nul ne pouvait quitter au XIXe siècle le territoire de son canton ni voyager sans être porteur d’un passeport. Cette législation sur les passeports a été complétée par les décrets du 18 septembre 1807 et du 11 juillet 1810 et est restée en vigueur jusqu’aux alentours de 1860. Elle est tombée peu à peu en désuétude sous les effets conjugués de la Révolution industrielle et du chemin de fer qui ont considérablement augmenté le nombre et le flux des voyageurs.

8En règle générale, les passeports étaient individuels, mais la femme et les enfants au-dessous de quinze ans pouvaient figurer sur le même passeport que leur époux et père. Un passeport se présentait au XIXe siècle sous forme d’une feuille composée de deux parties : la première, qui se détachait de la seconde par une coupure ondulée, était remise au requérant et constituait son passeport. La seconde partie, conservée dans la sous-série F/7, donne les informations suivantes : noms, prénoms, âge, profession, pays de naissance, domicile et signalement du requérant et l’indication de sa destination.

  • 11 Ainsi, 656 cartons de passeports de et pour l’étranger de 1815 à 1845 cotés précédemment F/7/11229 (...)
  • 12 Ces renseignements sont tirés de la fiche de recherche no 55 rédigée par Annie Poinsot et Danis Ha (...)
  • 13 Voir note précédente.

9Malgré des éliminations importantes11, les passeports conservés dans la sous série F/7 forment un groupe homogène pour la période du Directoire jusqu’en 185212. Une fiche d’aide à la recherche13, consultable en ligne sur le site des Archives nationales, fait le point sur les cotes des dossiers et sur les années concernées. Elle donne la méthodologie de recherche dans cet ensemble de documents et recense les sources complémentaires à connaître.

  • 14 Michel Cadot, « Les débuts de la navigation à vapeur et l’émigration française en Russie », dans C (...)
  • 15 Marius Petipa (1818-1910) travaille pour le Théâtre royal de Madrid de 1843 à 1846. En 1847, il es (...)

10Dans un article de 196314, le professeur Michel Cadot, à partir des listes récapitulatives présentes dans ces versements, listes à peu prés complètes pour l’année 1846-1847, avait fait un essai de classification des professions des demandeurs qui ont obtenu alors un passeport pour la Russie. Il relève, parmi ces demandeurs, les noms du danseur Marius Petipa, invité en 1847 pour une année à Saint-Pétersbourg où il restera près de soixante ans, du musicien Hector Berlioz et d’Auguste Vernes (1786-1858), sous-gouverneur de la Banque de France depuis 1832, envoyé par la Banque de France en Russie pour régler le fameux achat de rente française par le gouvernement russe15.

4. Les autorisations d’entrer au service d’une puissance étrangère

11Parmi les fonds versés aux Archives nationales par l’administration de la Justice, la sous-série BB/11 accueille les versements de la division des affaires civiles et du sceau. Cette sous-série BB/11 contient des éléments sur le parcours de Français qui se sont mis au service de l’empire russe au XIXe siècle.

  • 16 AN, BB/11/1, autorisations à des Français de se faire naturaliser ou de garder du service à l’étra (...)
  • 17 Quidam est une base d’orientation nominative et cumulative à ce jour riche de plus de 750 000 réfé (...)

12Le service du sceau et ses archives remontent à l’an XII. Napoléon rétablit alors à son profit l’ancienne juridiction gracieuse du roi abolie par la Révolution et une division des grâces est constituée au ministère de la Justice. Cette division, outre les décisions de grâces en faveur des condamnés, a dans ses attributions les dispenses pour mariage, les dispenses de représentation du diplôme de licencié en droit et l’établissement des étrangers en France. En 1809, la division des grâces disparaît : la division criminelle reçoit alors dans ses attributions les recours en grâce des condamnés et c’est un bureau de la division civile qui s’occupe désormais des affaires relatives aux naturalisations, admissions à domicile, service et naturalisations à l’étranger, dispenses pour mariages, changements de noms. La division civile traite aussi des autorisations données par décret à des Français d’entrer ou de rester au service des puissances étrangères, de jouir d’une pension étrangère et des réintégrations dans la qualité de Français16. Grâce à la base nominative Quidam consultable aux Archives nationales17, il est possible de faire des recherches dans les dossiers de demandes individuelles lorsque l’on connaît le nom de la personne concernée.

13À titre d’exemples, on peut évoquer les destins de quelques uns de ces Français établis en Russie, pour lesquels est conservé un dossier dans la sous-série BB/11.

  • 18 AN, BB/11/127/2, dossier 8422B3.
  • 19 Antoine-Isaac, baron Silvestre de Sacy, né le 21 septembre 1758 à Paris où il est mort le 21 févri (...)

14En 1817, François-Bernard Charmoy18 né le 14 mai 1797 à Soultz (Haut-Rhin) licencié en droit, avocat à la cour royale, fils d’un propriétaire de Colmar vérificateur de l’enregistrement, dépose une demande. C’est un excellent élève du baron Silvestre de Sacy19. Ce dernier lui porte un vif intérêt et lui a obtenu une place de professeur de langues orientales et de secrétaire interprète des Affaires étrangères à Saint-Pétersbourg. Le jeune Charmoy est alors par lettres patentes autorisé à aller enseigner le turc et de persan au gymnase de Saint-Pétersbourg (fig. 2).

  • 20 AN, BB/11/153/2, dossier 8421B3.
  • 21 Sur le développement de l’étude des langues orientales dans l’empire russe, voir Lorraine de Meaux (...)

15Dans le même temps, est aussi traité le dossier d’un autre brillant élève du baron Silvestre de Sacy, Jean-Baptiste Demange20. Né le 28 juillet 1789 à Paris, il est alors employé à l’Imprimerie royale en qualité de vérificateur des langues orientales et gardien du cabinet des poinçons et matrices. Il lui est accordé la permission de remplir auprès du ministère des Relations étrangères de la Russie la place d’interprète des langues orientales et de professer l’arabe et l’arménien au gymnase de Saint-Pétersbourg21.

Figure 2. Minute des lettres patentes autorisant François-Bernard Charmoy à entrer au service de l’empire russe, 1817. AN, BB/11/127/2, dossier 8422B3. Cliché M. Plouvier.

  • 22 AN, BB/11/641, dossier 1051X6. Voir aussi la notice concernant le fonds no 2425 qui lui est consac (...)

16En 1854, Hippolyte Robillard22, peintre français établi à Saint-Pétersbourg, dans une note datée de février, demande l’autorisation de porter en France le costume et les insignes de l’Académie impériale des beaux-arts de Saint-Pétersbourg. Cette demande est soigneusement étudiée par le ministère. Il est observé que la qualité d’académicien, titre purement honorifique, ne peut être rangée dans la classe des fonctions publiques soumises à autorisation selon l’article 17 du code Napoléon. Robillard n’a pas besoin de l’assentiment du gouvernement français pour accepter cette fonction honorifique. Quant au costume et aux insignes de l’Académie impériale des beaux-arts de Saint-Pétersbourg, il lui est notifié qu’il ne peut dans aucun cas et sous aucun prétexte être autorisé à les porter en France aux termes d’un avis du Conseil d’État approuvé le 21 janvier 1812, mais que rien ne l’empêche de faire savoir qu’il a fait l’objet d’une distinction honorable en Russie.

  • 23 AN, BB/11/790, no 6458X7. Voir aussi aux Archives nationales son dossier d’étudiant en médecine de (...)

17En 1861, le docteur Benjamin Milliot né à Constantinople le 14 décembre 1832, ancien étudiant de l’Académie médico-chirurgicale de Saint-Pétersbourg, chef de clinique à la faculté de Kiev, médecin (principal de 2e classe / « nadvornyj sovetnik »), demande l’autorisation d’exercer les fonctions de médecin de l’armée russe sans perdre la qualité de français. Cette autorisation lui est accordée par décret du 9 septembre. Membre de diverses sociétés médicales de France et de Russie, ce médecin a publié de nombreux articles dans les journaux de médecine russes et français, notamment dans le Medicinskij Vestnik (courrier médical de Saint-Pétersbourg) et dans la Gazette médicale de Paris. Il revient définitivement en France pour prendre part à la campagne franco-allemande de 1870-1871 en sa qualité de chirurgien. En 1871, en raison de la valeur de ses titres, il est autorisé à postuler à Paris au grade de docteur en médecine sous la condition de subir le cinquième examen définitif et de soutenir une thèse. Le diplôme de docteur en médecine de la faculté de Paris lui est accordé le 23 décembre 1871, après soutenance de sa thèse. En 1880, il sera nommé médecin de colonisation et partira pour l’Algérie23.

II. — Slavisants et « érudits de terrain » en Russie

  • 24 « Érudits de terrain » est l’appellation que j’ai choisie en 2005 pour ces scientifiques voyageurs (...)
  • 25 Sur les voyages et l’expansion de l’empire russe vers l’Asie centrale, voir Svetlana Gorshenina, L (...)

18Au XIXe siècle, des enseignants linguistes comme Louis Léger (1843-1923), Jules Legras (1866-1939), des historiens comme Alfred Rambaud (1842-1905), des anthropologues et préhistoriens comme Ernest-Théodore Hamy (1842-1908), Ernest Chantre (1843-1924), des membres de la Société de géographie comme le baron Joseph de Baye (1853-1931), et d’autres « érudits de terrain »24, ont entretenu des relations suivies avec le monde savant russe. Des sources aux Archives nationales permettent de restituer le parcours de certains de ces experts, témoins privilégiés de l’essor particulier en Russie des sciences archéologiques et anthropologiques, essor favorisé par l’expansion de l’empire russe vers le Caucase, la Sibérie et l’Asie centrale25. Ces témoins avisés étaient conscients de ce qui se jouait en Russie pour l’avancée des sciences, tel le préhistorien Émile Cartailhac (1845-1921) qui écrivait le 15 décembre 1886 au ministre de l’Instruction publique :

  • 26 AN, F/17/2944.

La Russie prépare à Ekaterinenbourg [sic] une exposition dans laquelle l’anthropologie sera admirablement représentée. On y trouvera la plupart des collections formées dans l’Oural et la Sibérie sur lesquelles nous ne possédons encore que des renseignements sommaires ; nous savons seulement qu’elles sont très nombreuses et très variées et nous ne pouvons douter de leur importance pour la solution des problèmes ethnographiques de l’Europe préhistorique. Ici en effet, nous sommes arrivés à un niveau presque stationnaire. Les découvertes se répètent semblables et ajoutent rarement quelques notions essentielles à nos connaissances. Qu’il s’agisse de la période géologique quaternaire ou d’époques plus récentes, pour mieux apprendre l’histoire naturelle de l’homme, des animaux et des plantes de son temps nous voyons qu’il faut interroger l’Orient, demander à l’Asie, de plus en plus, les lumières qui nous manquent encore26.

19Les sources sur ces « érudits de terrain » sont à rechercher en premier lieu, dans la sous-série F/17 qui renferme les dossiers versés aux Archives nationales par le ministère de l’Instruction publique.

1. Les dossiers de carrière

  • 27 Sur la typologie des documents contenus dans les dossiers de carrière voir Armelle Le Goff, « Les (...)
  • 28 Voici les noms et les cotes des dossiers de carrière de quelques professeurs qui ont enseigné le r (...)
  • 29 AN, F/17/22936, dossier de carrière de Gabriel Lamé, professeur à la faculté des sciences ; AN, F/ (...)

20Dans cette sous-série, sont conservés les dossiers de carrière de toutes les personnes ayant occupé une fonction dans l’enseignement secondaire, dans l’enseignement supérieur ou dans un établissement scientifique sous tutelle du ministère de l’Instruction publique27. Notons que la tutelle s’exerçait sur les grandes missions archéologiques françaises, les bibliothèques et archives, les grands établissements scientifiques et littéraires et grandes écoles (Institut, Académie de médecine, Bureau des longitudes, observatoires, Bureau central météorologique, Musée d’ethnographie, musée Guimet, Collège de France, Muséum d’histoire naturelle, École pratique des hautes études, École nationale des chartes, École des langues orientales, École française d’Athènes, École française de Rome, Institut du Caire, Caisse des recherches scientifiques et Caisse nationale de la recherche scientifique, Office national des recherches et inventions). Ces dossiers de carrière sont intéressants pour l’histoire de ces personnes en raison des indications biographiques qu’ils contiennent et, pour certains, par la richesse de leur contenu scientifique (articles, communications diverses, correspondance). Lorsqu’ils sont complets, ils comportent un état récapitulatif des services pour la liquidation de la pension de retraite, la correspondance, les feuilles de notes et d’appréciations et permettent d’étudier la formation de l’individu, son recrutement, le déroulement de sa carrière, son réseau de relations, puisqu’il est coutume de se faire appuyer pour obtenir mutations ou décorations. Sont ainsi classés, dans la sous série F/17, aussi bien les dossiers de carrière des premiers enseignants du russe dans les lycées au début des années 189028, ceux des slavisants ayant exercé dans les facultés de lettres que celui de l’ingénieur Gabriel Lamé (1795-1870) appelé le 10 avril 1851, après un long séjour en Russie, à professer les cours de probabilités, de physique et de mathématiques à la faculté des sciences de Paris29.

  • 30 Dès la création de l’université impériale, l’académie de Paris a connu un régime particulier. Le d (...)

21D’autre part, la série AJ/1630 qui comporte les papiers de l’administration académique de Paris relatifs aux enseignements primaire, secondaire et supérieur et les papiers des anciennes facultés parisiennes (droit, lettres, médecine, pharmacie, sciences, théologie) de 1808 à 1968 environ, peut constituer un complément très utile au fonds du ministère de l’Instruction publique. Les dossiers personnels des fonctionnaires qu’elle renferme sont les dossiers administratifs des agents et non pas leurs dossiers de carrière, par nature plus complets, conservés dans le fonds du ministère de l’Instruction publique (F/17). Ils ne concernent que la période pendant laquelle l’enseignant a été en poste dans le ressort de l’académie de Paris ou dans une des facultés parisiennes. Cependant ils peuvent parfois permettre de préciser certains renseignements, voire de remplacer les dossiers de l’administration centrale du ministère lorsque ceux-ci font défaut.

2. Les missions scientifiques

22Le ministère de l’Instruction publique constitué en 1842 sous la monarchie de Juillet avait aussi la charge des sciences et belles-lettres. On trouve dans la sous-série F/17 des dossiers sur des institutions essentielles dans le domaine de l’histoire scientifique, institutions qui étaient sous la tutelle de l’Instruction publique, ainsi que les dossiers de missions scientifiques et littéraires accordées gratuitement ou subventionnées par le ministère, et, avec l’internationalisation des sciences, des dossiers relatifs aux différents congrès pour lesquels le ministère envoyait des délégués.

Figure 3. Annonce du congrès international d’anthropologie et d’archéologie organisé à Moscou par la Société impériale des amis des sciences naturelles de Moscou, en août 1892. AN, F/17/3093/2. Cliché Archives nationales

  • 31 N. Klimentchenko, A. Lavrionova et K. Semenova, F/17/2933 à 3014 et 17265 à 17294. Ministère de l’ (...)
  • 32 En 1842, est constitué un service des missions au sein du ministère de l’Instruction publique. Ce (...)
  • 33 Voir ainsi les missions du comte Hector de Laferrière (AN, F/17/2980/A) et de L. Leouzon-Leduc (AN (...)
  • 34 AN, F/17/3097/1. Ce dossier renferme une coupure de presse du Petit Journal du 15 octobre 1897 qui (...)

23La sous-série F/17 abrite ainsi les dossiers d’environ cent trente missions accordées pour voyages d’études, participation à des congrès ou explorations scientifiques dans l’empire russe avant 191431. La majeure partie de ces missions se situe sous la IIIe République, période où le service des missions du ministère jette tout son éclat avec la création en 1874 de la Commission des missions composée de savants de différentes disciplines chargée du suivi des missions32. Ces dossiers de « missions » sont divers en quantité, comptant de quelques pièces strictement administratives à quelques centaines. Les thèmes de ces voyages d’études en Russie sont variés : sous le Second Empire, les missions concernent plutôt des recherches sur l’histoire de France dans les fonds des bibliothèques de Russie33. Par la suite, les études ethnographiques et anthropologiques sont bien représentées et on remarque, à la fin des années 1880, un intérêt important pour le domaine médical. Notons que c’est à Moscou que se tient du 19 au 26 août 1897 le douzième congrès international de médecine, le premier en Russie, congrès sur lequel a été constitué un petit dossier au ministère34.

  • 35 AN, F/17/2946/C.
  • 36 AN, F/17/2936/B et F/17/17266.
  • 37 AN, F/17/2939/B. Membre de la société de géographie et spécialiste de la mise en valeur des désert (...)
  • 38 AN, F/17/3011.

24Les dossiers individuels de mission comportent pour l’essentiel des pièces de correspondance administrative renseignant sur les raisons qui motivent ces voyages et leurs modalités. Certains dossiers tels ceux d’Ernest Chantre35, du baron Joseph de Baye36, d’Édouard Blanc (1858-1923)37, de Charles Ujfalvy de Mezo Kovesd (1842-1904)38 sont très riches : on y trouve leurs rapports de mission, des correspondances qui renseignent régulièrement sur les appuis qu’ils trouvent dans l’empire russe et les collections qu’ils rassemblent, parfois même des brochures et des journaux russes. Tous ces documents adressés au ministère sont systématiquement lus, annotés et renvoyés à l’examen de la Commission des missions et reclassés dans les dossiers des voyageurs.

3. Quelle exploitation de ces dossiers ?

25Le premier objet d’étude à partir de ces dossiers de carrière et de mission peut être les hommes. Ils ont été, en effet, des révélateurs au carrefour de courants d’idées, de mouvements d’échanges entre la France et la Russie et le récit de leur vie rend ces faits plus tangibles. Mais, la biographie ne saurait plus être ici celle d’un seul individu : elle intéresse aussi l’histoire des disciplines en France et en Russie au travers des réseaux de connaissances que ces hommes ont noués dans le monde russe par des correspondances et des échanges de publications bien sûr, mais aussi par ces voyages d’études et ces participations aux congrès scientifiques qui se sont tenus en Russie.

  • 39 AN, F/17/25832, dossier de carrière de Louis Léger ; F/17/23053, dossier de carrière d’Alfred Nico (...)
  • 40 Sur les débuts de Louis Léger, lire Louis Léger, Souvenirs d’un slavophile 1863-1897, Paris, 1905.
  • 41 Il a publié un article à ce sujet dans la Revue des deux mondes du 15 mars 1873.

26Les correspondances conservées tant dans leurs dossiers administratifs de mission que dans leurs dossiers de carrière39, permettent ainsi de mieux appréhender les débuts des parcours russes de deux grands slavisants Louis Léger et Alfred Rambaud, leurs relations réciproques et la construction de leurs réseaux en Russie. Leurs premières missions en Russie, alors qu’ils sont de jeunes universitaires du même âge, sont accordées en 1872. Pour Léger40, il s’agit de faire un rapport sur les études d’histoire, d’ethnologie et d’archéologie slaves en Russie (arrêté du 10 mai) et, pour Rambaud, d’une mission gratuite en Russie pour y étudier l’état des sciences ethnographiques relatives au monde slave qui, en fait, lui permettra d’enquêter sur l’éducation des filles et le fonctionnement des gymnases féminins41 (arrêté du 20 août). Ils sont également tous deux présents au congrès archéologique russe de Kiev en 1874. Les aléas de la vie individuelle d’Alfred Rambaud l’ont poussé à maintes reprises à se justifier auprès du ministère et à faire état de son apprentissage du russe, de ses travaux et du résultat de ses missions en Russie, et certaines de ces correspondances relèvent de l’écriture de soi. Ayant collaboré à des journaux républicains au début des années 1870, Rambaud était, en effet, jugé indésirable à la faculté de Nancy, ville où résidait sa famille et où il souhaitait être nommé ; ainsi espérant pouvoir échanger sa place de professeur titulaire à la faculté de Caen pour une place de simple suppléant à la faculté de Nancy, écrivait-il au ministre en mars 1876 :

Grâce à trois années d’études continues, j’ai ajouté à mes connaissances en langues vivantes celle du russe que je parle, écris et que surtout je lis facilement. Mes travaux sur la Russie ont été dirigés dans le sens le plus propre à augmenter dans cet empire le nombre de nos amis […] De la faveur du monde savant j’ai pour garant mon admission dans plusieurs sociétés russes, notamment la Société archéologique de Moscou, placée sous le patronage du grand-duc héritier et la Société impériale d’histoire de Russie, présidée par ce même prince et qui ne compte, à part moi que deux correspondants étrangers […] je demande qu’on mette en balance d’un côté les mécontentements que j’ai pu donner à diverses personnes par une collaboration de quelques mois à un journal républicain, et de l’autre tout ce que j’ai fait depuis quatre ans, ma préoccupation exclusive des intérêts scientifiques, mes livres, mes voyages, mes deux missions, mes sacrifices de toutes sortes […].

  • 42 Les procès-verbaux de réunion de la Commission des missions sont conservés sous les cotes AN, F/17 (...)

27Mais le vent tourne et, ayant enfin obtenu un poste à Nancy, Alfred Rambaud est appelé en 1879 au cabinet de son ami Jules Ferry, devenu ministre de l’Instruction publique. Il soutient alors toutes les demandes de subventions faites par Louis Léger tant pour assister à l’inauguration de la statue de Pouchkine à Moscou en 1880, inauguration où lui-même avait été invité, que pour participer au congrès archéologique d’Odessa en 1884 (voir fig. 4 ci-après). Au sein de la Commission des missions dont il fait alors partie42, il intervient à différentes reprises pour mettre en avant l’intérêt des congrès archéologiques russes où il est aussi question d’anthropologie et d’ethnologie et la nécessité pour la France de suivre régulièrement ces réunions où les débats n’ont lieu qu’en russe.

  • 43 Anatolij Petrovič Bogdanov / Анатолий Петрович Богданов (1834-1896), zoologiste et anthropologue r (...)

28Les échanges entre anthropologues russes et français semblent aussi avoir été fructueux. Neuf Français, membres de la Société d’anthropologie de Paris (SAP), ont été invités en 1879 au congrès des sciences anthropologiques de Moscou organisé par la dynamique société impériale des amis des sciences naturelles, d’anthropologie et d’ethnographie de Moscou et son président Anatolij Bogdanov43, membre correspondant de la société. Outre Paul Pierre Broca (1824-1880) et Paul Topinard (1830-1911) dont le manuel d’anthropologie était traduit en russe la même année, au nombre des Français invités se trouvaient aussi Ernest Chantre, Théodore-Ernest Hamy, Gabriel de Mortillet (1821-1898), Armand de Quatrefages (1810-1892), et Charles-Eugène de Ujfalvy pour lesquels sont conservés des dossiers de carrière et (ou) de missions dans la sous-série F/17.

Figure 4. Lettre de Louis Léger à Alfred Rambaud concernant l’inauguration de la statue de Pouchkine à Moscou, 30 mars 1880. AN, F/17/2983/A. Cliché M. Plouvier.

  • 44 En 1868, l’ingénieur Gabriel de Mortillet est nommé attaché à la conservation du musée de Saint-Ge (...)

29La lecture des dossiers de mission d’Ernest Chantre et des procès-verbaux de la Commission des missions révèle que, lors de l’examen de ses demandes de subventions concernant des recherches ethnographiques en Russie en 1880-1881, il a bénéficié de l’appui de Quatrefages et de Topinard, membres de la Commission des missions qui l’avaient entendu à Moscou en 1879, alors que l’archéologue Alexandre Bertrand (1820-1902), conservateur du musée de Saint-Germain, également membre de la Commission, le considérait surtout comme un naturaliste et soutenait que sa méconnaissance de la langue russe constituait un handicap sérieux pour ses recherches. Notons, d’ailleurs qu’Ernest Chantre, lors d’une mission suivante dans le Caucase en 1883, s’adjoint, comme dessinateur, le jeune Adrien de Mortillet (1853-1931), fils du préhistorien Gabriel de Mortillet invité du congrès de Moscou de 1879. Futur grand préhistorien comme son père44, Adrien de Mortillet parlait russe puisqu’il avait travaillé quelques années dans une entreprise à Moscou.

  • 45 Sur les collections ethnographiques, lire Tatiana Benfoughal, « La constitution des collections et (...)
  • 46 Raoul-Blaise de Saint-Arroman (1849-1915) chef de division au ministère de l’Instruction publique.

30Ces missions scientifiques, en particulier celles de Charles-Eugène Ujfalvy, du baron Joseph de Baye, d’Édouard Blanc ont permis aux bibliothèques et aux musées français de constituer ou d’enrichir leurs collections soit d’ouvrages russes soit d’objets par des échanges, des dons ou des achats dont on retrouve les traces et pérégrinations dans leurs dossiers de mission45. Le baron Joseph de Baye, grand russophile passionné pour la Russie, s’y était tissé tout un réseau de relations mondaines notamment avec le comte Sergej Cheremetief. Cependant, il n’a pas toujours été considéré comme un savant sérieux par les universitaires. Ainsi en 1898, Paul Boyer, de l’École des langues orientales, consulté par la Commission des missions au sujet de deux des demandes de mission du baron, l’une pour le Caucase, l’autre pour accompagner le prince Sergej Cheremetief (Šeremetiev) au cours d’un voyage de Moscou à Arkhangelsk, s’exprime en ces termes dans une lettre adressée à Saint-Arroman46, secrétaire de la Commission (voir fig. 5a et 5b ci-après) :

[…] qu’il soit entendu que cette mission n’accrédite point son titulaire comme un délégué officiel du ministère auprès du congrès d’archéologie de Kiev : les deux questions sont distinctes. Suivant moi, il y aurait quelque inconvénient à ce que le baron de Baye fut notre délégué officiel auprès de savants dont aucun ne le prend au sérieux, et ce sentiment est partagé par ceux de nos amis qui connaissent le mieux le monde scientifique russe, Jules Legras, le R. P. Pierlin, M. Léger […].

Figure 5a et 5b. Lettre de Paul Boyer concernant une demandes de mission du baron Joseph de Baye, 1898. AN, F/17/2936/B. Cliché M. Plouvier.

31Cette lettre a été classée dans le dossier du baron de Baye et non « déchirée bien vite » comme le demandait Paul Boyer ! Ainsi, dans ces dossiers, les notes marginales apposées sur les documents et les lettres confidentielles permettent de traquer « l’histoire dans les marges » et de comprendre le point de vue réel de l’administration qui, parfois, se traduit en « langue de bois » dans la correspondance.

  • 47 AN, AJ/15/670.
  • 48 Édouard Ménétries est né le 2 octobre 1802 à Paris et mort le 10 avril 1861 à Saint-Pétersbourg. I (...)

32Il faut noter que, sans attendre ces missions officielles, les échanges avec l’étranger ont été initiés très tôt par des institutions comme le Muséum d’histoire naturelle dont une partie des archives est conservée dans la sous-série AJ/15 aux Archives nationales et l’autre restée à la bibliothèque centrale du Muséum. En témoigne ainsi une lettre de 184547 adressé à Isidore Geoffroy-Saint-Illaire et lue à l’assemblée des professeurs sur des échanges avec Édouard Ménétries48, zoologue français établi à Saint-Pétersbourg en 1826 et devenu conservateur des collections de zoologie à l’Académie des sciences (voir fig. 6 ci-après).

4. L’étude de la langue russe

  • 49 Sur l’enseignement du russe dans les lycées, voir Benjamin Guichard, « Parler russe. Un enjeu de l (...)
  • 50 AN, F/17/17801 et AJ/16/8681.
  • 51 Voici les cotes des dossiers de carrière de quelques slavisants : Jules Legras né le 25 mai 1866 ( (...)
  • 52 Voir infra l’article d’Anna Pondopoulo.
  • 53 Sur les créations de maîtrises de conférences et de chaires voir Armelle Le Goff, « Les hommes et (...)

33En ce qui concerne les disciplines, la méconnaissance de la langue russe constituait un handicap important pour les Français face à la concurrence germanique49. Les sous-séries F/17 et AJ/16 (rectorat de Paris) renferment aussi des dossiers sur l’organisation de l’enseignement du russe dans les lycées après l’Alliance50. Comme en témoignent les annotations sur les documents, c’est après avoir demandé audience au ministre que Louis Léger, de retour du congrès de Kiev, obtint d’ouvrir un cours de russe à l’École des langues orientales en 1874. Pour les études slaves51, il est bien entendu indispensable de consulter les dossiers de la série 62 AJ (fonds de l’École des langues orientales) et de suivre en particulier le parcours de Paul Boyer dont les élèves ont formé un réseau de spécialistes du monde russe52. Par ailleurs, le croisement des registres de délibérations du conseil de la faculté des lettres de Paris conservés dans la sous-série AJ/16 avec les dossiers de carrière constitués à l’administration centrale apporte des mises en perspectives sur les enjeux de l’administration et de la société professorale face aux péripéties des créations, transformation de chaires et de maîtrises de conférences en ce qui concerne l’étude des langues53.

Figure 6. Correspondance concernant des échanges entre le Muséum d’histoire naturelle et l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, 1845. AN, AJ/15/670. Cliché M. Plouvier.

III. — Ingénieurs et commerçants en Russie

1. Ingénieurs et conducteurs des Travaux publics

  • 54 Héritiers des administrations qui avaient été instaurées sous l’Ancien Régime, les services des Po (...)
  • 55 Ces dossiers sont listés dans la base Quidam (Hercule), avec différents ensembles : ingénieurs des (...)
  • 56 Le principal instrument de recherche (Quidam) ne permet pas d’identifier les postes successivement (...)

34Pour ce qui est des sources sur les Français présents en Russie pour des raisons économiques, il faut penser aux dossiers de carrières des ingénieurs des Mines et des Ponts et Chaussées conservés par le service du personnel du ministère des Travaux publics. Ces dossiers ont été versés aux Archives nationales dans la sous-série F/14 (ministère des Travaux publics54) et sont recensés nominativement dans la base Quidam55. Certains de ces dossiers de carrière témoignent d’exercices de fonctions en Russie pour de courtes durées ou de longs séjours. Des ingénieurs et des conducteurs du ministère des Travaux publics ont été placés dans des situations administratives variables (congés, mises à disposition, détachements, etc.) pour mettre leur expérience au service d’entreprises en pleine extension en Russie, y compris pour des sociétés de droit français. Ils apparaissent ainsi en particulier dans l’exploitation de la houille et les aciéries ainsi que dans la construction des chemins de fer et celle des ponts et viaducs qui leur est associée ; s’ajoutent également des activités d’enseignement et de formation au sein d’écoles russes d’ingénieurs56.

  • 57 Nous remercions Jean-Philippe Chaumont, conservateur aux Archives nationales, qui nous a fourni ce (...)
  • 58 Edgar Boulangier a rempli plusieurs missions officielles pour le ministère des Travaux pu blics co (...)
  • 59 AN, F/14/1164.

35Les dossiers de carrière du ministère des Travaux public comprennent différentes typologies de documents produits57. Pour l’entrée en fonction en Russie : la demande de l’intéressé pour un congé ou une mise à disposition ou une mission lui permettant d’exercer à titre temporaire dans l’empire russe ; des justificatifs joints à la demande (présentation de l’entreprise et de la mission, recommandations) ; l’avis du ministère des Affaires étrangères et la décision de l’administration centrale qui permet de mesurer ses encouragements ou ses réticences. Pendant le service en Russie et suivant le statut des agents, on peut avoir affaire à des correspondances de l’intéressé exposant sa situation personnelle, par exemple sa situation de famille, ses changements d’adresses (en particulier pour ceux qui travaillent à la construction de chemins de fer), ses souhaits de prolongation de séjour en Russie ou de retour en France ; des rapports de la société sur la manière de servir de l’ingénieur ou conducteur ; des rapports plus généraux sur l’évolution de l’activité de la société en Russie et des correspondances du ministère des Affaires étrangères, y compris sur les troubles de la Révolution. Après réintégration dans le corps en France, les services effectués en Russie sont très sommairement rappelés chaque année, jusqu’à la retraite, dans la fiche d’évaluation de l’ingénieur ou du conducteur. Le fruit de ses expériences en Russie peut aussi faire l’objet de développements pour exposer des compétences particulières et justifier des propositions de nominations à certains emplois en France, dans les colonies ou à l’étranger. Des recommandations pour l’accès à certains emplois ou pour l’octroi de la Légion d’honneur peuvent, par ailleurs, révéler des réseaux de connaissances françaises tissés durant les services antérieurs en Russie (consuls et ambassadeurs de France, membres de conseils d’administration de société franco-russes, voyageurs français, etc.) Certains dossiers sont particulièrement bien fournis, tel celui de l’ingénieur Edgar Boulangier (1850-1899)58 chargé de plusieurs missions en Russie et en Sibérie qui comprend plus de trois cents pièces59.

36Cependant, il semblerait que seul un dépouillement systématique permette de repérer des personnels de corps moins prestigieux, comme les conducteurs. Par exemple, on trouve conservé sous la cote F/14/2554 le dossier de Pierre Hentgen : ce conducteur des Ponts et Chaussées fut placé en congé le 16 juin 1857 pour intégrer la Grande Société des chemins de fer russes. Son dossier comporte plusieurs pièces qui témoignent de son activité en Russie : sous-chef de la section de Louga, il participa à la construction de la ligne de Saint-Pétersbourg à Varsovie. Toujours au sein de la section Louga, il devint le 12 mars 1859 chef de distance, responsable du parachèvement d’ouvrages d’art. Il fut remis en activité en France le 1er décembre 1862, soit après plus de cinq années en Russie.

  • 60 AN, F/14/8635-8647. Ces dossiers sont détaillés dans l’ouvrage de Michel Lesure, Les sources de l’ (...)
  • 61 AN, F/14/2195/1 et 2966

37Dans la sous-série F/14, outre les dossiers de carrière des ingénieurs et conducteurs, on dispose aussi d’un ensemble de dossiers comprenant des correspondances, des documents parlementaires, des statistiques et de nombreuses brochures imprimées en russe qui concernent la Grande Société des chemins de fer russes et les différentes lignes ferrées russes. Ces dossiers couvrant les années 1850 à 1888 sont détaillés dans l’ouvrage de Michel Lesure60. Notons que dans le dossier de carrière de l’ingénieur des Ponts et Chaussées Charles Collignon61, sous la houlette duquel, en 1856, des ingénieurs français avaient entrepris l’étude du réseau qui devait constituer la Grande Société des chemins de fer russes, des lettres témoignent en 1862 des difficultés à la suite desquelles cette société française fut dissoute, et une partie du personnel reprit du service en France.

2. Les commerçants

  • 62 Pour plus de détails et pour une méthodologie de recherche dans cette sous-série, voir Christiane (...)

38Dans les archives du ministère du Commerce soit aux Archives nationales la sous-série F/12, on peut repérer des traces concernant les commerçants et les industriels intéressés par le marché russe dans les rapports consulaires et dans les dossiers des expositions universelles s’ils y ont participé62.

  • 63 AN, F/12/7172-7176 (1844-1906) et F/12/7273-7275 (1906-1922). Ces cartons sont en partie détaillés (...)
  • 64 Par exemple sous la cote, AN, F/12/7294, on trouve tout un dossier concernant des informations rel (...)
  • 65 AN, F/12/7173.

39Pour répondre aux interrogations de négociants français, la direction du Commerce extérieur de ce ministère a rassemblé des renseignements sur les activités commerciales et industrielles de la Russie par l’intermédiaire des Affaires étrangères. La sous-série F/12 comporte ainsi à partir de 1844 tout un ensemble de rapports consulaires sur l’activité commerciale de la Russie et les débouchés qu’elle pouvait offrir, rapports écrits par les gérants des consulats puis les attachés commerciaux63. Parfois, le ministère du Commerce demande des informations plus précises pour répondre aux questions de négociants français désireux de fonder des établissements en Russie64. À ces rapports peuvent ainsi se trouver jointes quelques correspondances de négociants adressées au Commerce. Ces rapports sont soigneusement lus et annotés et les passages jugés les plus intéressants sont parfois publiés au Moniteur officiel du commerce. À titre d’exemple, alors que le commerce des automobiles commencait à se développer, voici le 7 janvier 1904 les conseils donnés aux constructeurs français par le gérant du consulat d’Odessa dans un rapport sur le commerce des vélocipèdes et automobiles français en Russie méridionale65 :

Dans l’espace de quelques mois le commerce des automobiles s’est développé de façon surprenante ici, si l’on tient compte de la difficulté matérielle qu’éprouvent les voitures à rouler à Odessa. À l’heure actuelle une trentaine d’automobiles, motocyclettes, voiturettes, tonneaux, camions et voitures de livraison sont en circulation dans la ville, et, détail intéressant pour nos constructeurs, grand nombre de ces machines sont des marques françaises : Peugeot, Dion, Bouton, Decauville représentent en ce moment notre industrie dans la région… Que nos constructeurs ne perdent pas de vue 1. qu’une des principales conditions de succès pour cette branche d’industrie réside dans la construction aussi solide que possible de leurs machines, les routes de Russie étant loin de ressembler à celles de France et 2. que le moyen le plus pratique pour eux de lutter contre la concurrence de l’industrie allemande ou belge, dont les prix comparés aux nôtres sont toujours inférieurs, serait d’ouvrir à Odessa un petit dépôt de leurs machines pourvu d’un atelier dans lequel on pourrait monter des automobiles au moyen de pièces détachées expédiées de France.

  • 66 M. Smith, F/12/985-991, 2892-4475, 4977-5068, 5793-5813, 6635-6670, 7510-7587, 8810-8847, 11849-11 (...)
  • 67 Catalogue spécial de la section russe à l’Exposition universelle de Paris en 1867 publié par la Co (...)
  • 68 Né à Château-Thierry en 1819, Alphonse Rallet, crée en 1842 à Moscou une fabrique de produits chim (...)
  • 69 AN, F/12/4269.

40Les expositions universelles qui se sont tenues à Paris66 offraient aux négociants et aux industriels de belles opportunités pour trouver de nouveaux débouchés. Pour repérer la participation de ces négociants à une exposition, il faut, en premier lieu, se reporter à la documentation imprimée consultable dans toutes les grandes bibliothèques : les catalogues, les listes de récompenses publiées au Journal officiel et les rapports du jury. À la lecture de ces catalogues67, on peut reconnaître ainsi, parmi les exposants de la section russe à l’Exposition universelle de Paris en 1867, un certain nombre de nom d’origine française comme celui de la société de parfumerie Rallet, fondée en 1844, dont la production annuelle était de 600 000 roubles et qui employait alors cent ouvriers68. La sous-série F/12 renferme pour les expositions de 1867, 1878 et 1900 les dossiers des comités d’admission et d’installation de la section française, comités chargés de la sélection des exposants. Ces dossiers comportent des formulaires de demandes d’admission remplis par chaque candidat à l’exposition, y compris pour ceux qui ont été refusés et qui ne figurent pas dans les catalogues. En revanche, pour ce qui est des archives des sections étrangères, seules ont été versées pour l’exposition de 1900 des correspondances et demandes d’admission des candidats. On y retrouve aussi dans le dossier concernant la section russe, la trace de l’admission de certains moscovites français69.

  • 70 C. Demeulenaere-Douyère, Expositions universelles et internationales (1844-1920), expositions nati (...)
  • 71 Voir infra.

41La sous-série F/12 contient aussi de la documentation sur des expositions tenues à l’étranger, telle l’Exposition française de Moscou en 1891. Initiative privée, cette exposition était encouragée par le gouvernement français et le ministère du Commerce70. Son objectif était de continuer en quelque sorte à Moscou l’Exposition universelle tenue à Paris en 188971. Toutes les manifestations de l’art français et tous les produits de l’industrie nationale pouvaient y être représentés dans le but d’ouvrir aux Français de nouveaux débouchés. Il semblait aussi primordial que les consommateurs russes puissent constater, grâce à cette exposition, les différences entre les produits français et les similaires de fabrication étrangère trop souvent revêtus d’une marque française. Dans ce domaine aussi, la concurrence germanique était très rude.

3. Les distinctions honorifiques

  • 72 AN, F/12/5318.
  • 73 AN, F/12/5314-5320, légions d’honneur, propositions à l’occasion d’expositions ou de voyages prési (...)
  • 74 L’ordre national de la Légion d’honneur a été créé le 19 mai 1802, dans le but de récompenser les (...)

42À la suite de cette exposition, les participants qui, par leurs produits et leurs efforts, avaient fait à Moscou le plus d’honneur à l’industrie française, ont été recommandés au ministre du Commerce et de l’Industrie pour des distinctions honorifiques72. En effet, les distinctions honorifiques jouaient un rôle très important dans la société française du XIXe siècle. Leur attribution a laissé des dossiers essentiels pour les recherches sur les individus et les groupes sociaux73. Il peut s’agir des dossiers de la Grande Chancellerie de la Légion d’honneur74, versés aux Archives nationales et dépouillés dans la base Léonore. Ces dossiers de gestion concernent la carrière du légionnaire pendant toute sa vie décorée et sont très inégaux en contenu, parfois réduits à une chemise, parfois assez fournis. Par contre, les dossiers de propositions établis par les différentes administrations et qui existent en très grand nombre pour le ministère du Commerce se révèlent beaucoup plus riches. Ils interviennent avant la procédure de nomination et renseignent sur la vie du décoré potentiel avant sa nomination.

  • 75 Philippe, Bruno, Charles Depret est né le 28 avril 1859 à Moscou. Il y décède le 9 novembre 1900 à (...)

43Le fonds de la Légion d’honneur est en cours de numérisation et progressivement mis en ligne sur le site des Archives nationales. On peut avoir accès par exemple aux pièces du dossier de Philippe Depret75 négociant à Moscou depuis 1893.

  • 76 En 1896, le jeune empereur Nicolas II et son épouse l’impératrice Alexandra firent un voyage offic (...)

44Il est décoré le 24 août 1897 de la Légion d’honneur à Saint-Pétersbourg par le président de la République Félix Faure en voyage officiel76 : après avoir été officier de cavalerie, la reprise d’un négoce à Moscou signifiait pour Depret un retour aux traditions familiales puisqu’il était né à Moscou en 1859, comme en témoigne dans son dossier son certificat de baptême à Saint-Louis-des-Français de Moscou, église de la communauté française construite au début des années 1830.

IV. En conclusion

  • 77 Ainsi Antoine Marès et Vladimir Berelowitch ont eu accès à des archives familiales de Louis Léger (...)

45Cet exposé non exhaustif contribuera, nous l’espérons, à démontrer que certains dossiers des Archives nationales à Paris, croisés avec les archives du ministère des Affaires étrangères et celles des centres d’archives russes, peuvent contribuer à jeter un éclairage intéressant sur des Français présents ou influents en Russie au XIXe siècle. Il est bien sûr indispensable de compléter les dossiers administratifs de missions scientifiques par la quête d’éléments complémentaires dans les musées avec les objets ou dans les bibliothèques avec les bulletins des sociétés savantes comme celle d’anthropologie, de géographie. De même, les recherches sur les relations entre savants russes et français sont à approfondir non seulement dans les archives russes mais aussi dans les fonds d’autres institutions françaises, Académie des sciences, Académie de médecine, Institut Pasteur, laboratoires du Muséum pour repérer les traces des échanges médico-scientifiques impulsés en particulier sous l’influence de savants français russophiles comme Claude Bernard, Jean-Martin Charcot ou Louis Pasteur. Il importera aussi de se mettre en quête des archives personnelles de ces « érudits de terrain » restées en mains privées77 quand elles existent et n’ont pas été malheureusement dispersées.

Figure 7. Extrait du registre des baptêmes de la paroisse Saint-Louis-des-Français de Moscou, concernant le baptême le 16 mai 1859 de Philippe Depret, 29 novembre/11 décembre 1897. AN, LH/736/37. Cliché Archives nationales.

Notes

1 Il en est ainsi d’une branche de la famille Catoire. Les Catoire, chefs d’entreprise et notables, étaient des membres éminents de la colonie française de Moscou au XIXe siècle. Le premier à s’installer à Moscou fut Jean-Baptiste Catoire de Bioncourt, issu d’une famille noble lorraine. Il est autorisé à se faire naturaliser russe par décret le 4 mars 1825 (AN, BB/11/23, dossier 2633B6). Un site internet est consacré à l’épopée de cette famille. Voir http://catoiredebioncourt.free.fr/russie.htm

2 L’alliance franco-russe, accord de coopération militaire signé entre la France et la Russie, a été en vigueur de 1892 à 1917. Cet accord stipulait que les deux pays devaient se soutenir mutuellement s’ils étaient attaqués par un des pays de la Triple Alliance (dite aussi Triplice) soit l’empire allemand, l’Autriche-Hongrie et le royaume d’Italie. Cette coopération entre les deux pays était à la fois militaire, économique et financière.

3 Michel Lesure, Les sources de l’histoire de Russie aux Archives nationales, Paris/La Haye, 1970.

4 Dans ses mémoires, Napoléon écrit « avec le Secrétaire d’État et une demi douzaine de secrétaires, je pouvais gouverner l’Empire du fonds de l’Illyrie ou des rives du Niémen avec autant de facilité que dans ma capitale ». Mais les archives nécessaires au traitement des dossiers suivaient l’empereur et, pendant la campagne de Russie, une partie fut perdue lors de la destruction et de l’incendie de la ville d’Orcha par la Grande Armée. D’autre part, des lettres des soldats français interceptées par les détachements russes agissant à l’arrière de la Grande Armée, sont conservées aux Archives russes.

5 Bertrand Joly et Christèle Noulet, avec la collaboration d’Annie Poinsot, État numérique de la sous-série F/7 (consultable en salle des inventaires du CARAN sous la référence F/7/1a-g et sur le site internet des Archives nationales, site de Paris à l’adresse suivante : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/pdf/sm/Etat_numerique_F7_revu_09_2008.pdf).

6 AN, F/7/3328-3334, législation sur l’émigration et dossiers généraux (1791-1815) ; F/7/3335-3339, radiations, certificats d’amnistie (1793-1815) ; F/7/3340-3355, listes d’émigrés et objets généraux : classement départemental (1792-1815) ; F/7/3356-3433, dossiers personnels : classement alphabétique (1789-1830) ; F/7/48251-48252, liste générale des émigrés (an II) ; F/7/4826-57892, demandes de radiation de la liste des émigrés, arrêtés de radiation et de maintenue : série départementale et, pour chaque département, dans l’ordre alphabétique des dossiers (an II - an VII) ; F/7/5790-5795, éliminations et radiations (an II - an XII) ; F/7/5796-5797, émigrés amnistiés en vertu du sénatus-consulte du 6 floréal an X : correspondance par département et avec les ministères (an X - 1806) ; F/7/5798, émigrés amnistiés : correspondance des commissaires à l’étranger, par pays ou par villes (an X - an XI) ; F/7/5799-5802, émigrés amnistiés : états (an X - 1815) ; F/7/5799-5807, émigrés amnistiés : correspondance relative à la levée de surveillance (an X - 1812) ; F/7/5808-5815, certificats d’amnistie. Lettres de transmission et accusés de réception : classement départemental (an X - an XI) ; F/7/5817-6125, certificats d’amnistie et de maintenue : série alphabétique (an II - 1815).

7 Marie-Gabriel-Florent-Auguste de Choiseul-Gouffier diplomate et académicien né le 27 septembre 1752 à Paris et mort le 20 juin 1817 à Aix-la-Chapelle. En 1792, il émigre en Russie et est alors exclu de l’Académie. L’impératrice Catherine II le nomme directeur de l’Académie des arts et des bibliothèques impériales de Russie et lui donne des terres et un domaine dans l’actuelle Lituanie. Sous la Restauration, il retrouve son fauteuil d’académicien en 1816 et est nommé ministre d’État et pair de France. Il est l’auteur d’un Voyage pittoresque de la Grèce.

8 AN, F/7/5619.

9 AN, F/7/9796, embauchages d’ouvriers français à l’étranger (1814-1830).

10 AN, F/7/6138/8-F/17/6138/10, émigration en Russie et en Amérique de familles des départements de Lorraine et d’Alsace : listes de demandeurs de passeports, correspondances et rapports (1817).

11 Ainsi, 656 cartons de passeports de et pour l’étranger de 1815 à 1845 cotés précédemment F/7/11229 à 11884 ont été éliminés le 4 avril 1892.

12 Ces renseignements sont tirés de la fiche de recherche no 55 rédigée par Annie Poinsot et Danis Habib, Archives nationales, site de Paris, avril 2004, mise à jour octobre 2008.

13 Voir note précédente.

14 Michel Cadot, « Les débuts de la navigation à vapeur et l’émigration française en Russie », dans Cahiers du monde russe et soviétique, t. 4, oct.-déc. 1963, p. 382-399.

15 Marius Petipa (1818-1910) travaille pour le Théâtre royal de Madrid de 1843 à 1846. En 1847, il est invité pour une année à Saint-Pétersbourg. Il est engagé l’année suivante comme premier danseur au Ballet impérial, alors fixé au Théâtre Bolchoï Kamenny de Saint-Pétersbourg. Il devient maître de ballet en titre en 1869. Il crée ses chorégraphies au Théâtre Mariinsky jusqu’à sa retraite en 1904. Il enseigne également à l’école de danse, qu’il dirige de 1855 à 1887. Le compositeur Hector Berlioz (1803-1869) entreprend une tournée en Russie en 1847 ; il remporte un très grand succès à Saint-Pétersbourg comme à Moscou. Il effectue un nouveau voyage en Russie en 1867. Il a influencé en particulier l’école russe des Cinq. Auguste Charles Théodore Vernes (1786-1858), banquier, chef de la Maison Vernes, est censeur (1823), puis vice-président (1844) de la Caisse d’épargne de Paris et sous-gouverneur de la Banque de France du 15 décembre 1832 au 1er août 1857.

16 AN, BB/11/1, autorisations à des Français de se faire naturaliser ou de garder du service à l’étranger (1812-1814) ; BB/11/51 à 56, autorisations à des Français de servir à l’étranger (1812-1814) ; BB/11/9 à 761, autorisations à des Français d’entrer ou de rester au service des puissances étrangères : demandes (classement par pays), an XII - 1821 ; BB/11/92 à 95, Autorisations à des Français d’entrer ou de rester au service des puissances étrangères, de jouir d’une pension étrangère, réintégrations dans la qualité de Français, 1808-1813 ; BB/11/97 à 133911, Dossiers de demandes de naturalisations, de changements de noms, de dispenses pour mariage, de fixation de domicile en France, d’autorisations de servir à l’étranger, de demandes relatives aux dotations, majorats et armoiries (1814-1930).

17 Quidam est une base d’orientation nominative et cumulative à ce jour riche de plus de 750 000 références. Sa finalité est d’indiquer des références de documents d’archives dans un grand nombre de fonds différents des Archives nationales grâce à une simple interrogation par nom et/ou prénom. Elle n’a pas été conçue pour des interrogations croisées sur des critères tels que chronologique ou géographique.

18 AN, BB/11/127/2, dossier 8422B3.

19 Antoine-Isaac, baron Silvestre de Sacy, né le 21 septembre 1758 à Paris où il est mort le 21 février 1838, linguiste et orientaliste français, est l’un des plus grands philologues du XIXe siècle.

20 AN, BB/11/153/2, dossier 8421B3.

21 Sur le développement de l’étude des langues orientales dans l’empire russe, voir Lorraine de Meaux, « Histoire de l’Orientalisme en Russie au XIXe siècle », dans Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, t. 14, 2002, consultable en ligne à l’adresse suivante : http://ipr.univ-paris1.fr/spip.php?article104.

22 AN, BB/11/641, dossier 1051X6. Voir aussi la notice concernant le fonds no 2425 qui lui est consacrée aux archives de RGALI à Moscou dans Les sources de l’histoire de France en Russie. Guide de recherche dans les Archives d’État de la Fédération de Russie à Moscou (XVIe-XXe siècle), Paris, 2009 (Étude et rencontres de l’École des chartes, 30), p. 138. H. Robillard (1804-1888) photographe portraitiste, émigre à Saint-Pétersbourg en 1842. Il est engagé par le ministre des Finances, au département des Industries et des Manufactures, pour organiser des relevés photographiques. Il crée son propre atelier de photographie. Son succès est immédiat mais, en 1860, c’est la faillite et la prison pour dettes. Bénéficiaire d’une petite pension, il meurt en Russie en 1888.

23 AN, BB/11/790, no 6458X7. Voir aussi aux Archives nationales son dossier d’étudiant en médecine de la faculté de Paris coté AJ/16/6823/1 et son dossier de proposition pour la Légion d’honneur coté LH/3242.

24 « Érudits de terrain » est l’appellation que j’ai choisie en 2005 pour ces scientifiques voyageurs. Voir Armelle Le Goff, « Érudits de terrain et chercheurs d’aventures : les dossiers individuels des voyageurs dans les archives du ministère de l’Instruction publique (XIXe siècle et début du XXe siècle) », dans Voyages et voyageurs. Sources pour l’histoire des voyages, Paris, 2010, p. 51-68.

25 Sur les voyages et l’expansion de l’empire russe vers l’Asie centrale, voir Svetlana Gorshenina, La route vers Samarcande. L’Asie centrale dans l’objectif des voyageurs d’autrefois, Genève, 2000.

26 AN, F/17/2944.

27 Sur la typologie des documents contenus dans les dossiers de carrière voir Armelle Le Goff, « Les dossiers de carrière des professeurs de l’université dans les archives du ministère de l’Instruction publique au XIXe siècle », dans Revue administrative, no spécial : Les dossiers nominatifs au XIXe siècle. Regards croisés sur les personnes, actes de la journée d’études du 24 octobre 2006, 2007, p. 49-54.

28 Voici les noms et les cotes des dossiers de carrière de quelques professeurs qui ont enseigné le russe dans le secondaire à la fin du XIXe siècle : Rodolphe Joseph Glinka (AN, F/17/21929), Michel Léon Kanner (AN, F/17/22927), Émile Resslen (AN, F/17/22591/A), Charles Marc Crépin (AN, F/17/22276).

29 AN, F/17/22936, dossier de carrière de Gabriel Lamé, professeur à la faculté des sciences ; AN, F/17/23129, dossier de Gabriel Lamé, membre du bureau des longitudes.

30 Dès la création de l’université impériale, l’académie de Paris a connu un régime particulier. Le décret du 17 mars 1808 prévoit que son recteur est le Grand-Maître lui-même, assisté de cinq vice-recteurs et du Conseil de l’université qui tient lieu, dans la capitale, de conseil académique. L’ordonnance du 27 février 1821 attache à l’académie un inspecteur général particulier. L’ordonnance du 7 décembre 1845 lui donne le titre de vice-recteur. Le décret du 22 août 1854 maintient la spécificité de l’académie. Le ministre de l’Instruction publique peut exercer les fonctions de recteur. Un vice-recteur assiste le recteur. Les archives de l’académie de Paris ont fait l’objet de versements particuliers et n’ont pas été cotés dans la sous-série F/17 avec les archives du ministère de l’Instruction publique : elles constituent une sous-série autonome, AJ/16.

31 N. Klimentchenko, A. Lavrionova et K. Semenova, F/17/2933 à 3014 et 17265 à 17294. Ministère de l’Instruction publique, service des missions. Missions scientifiques et littéraires en Russie : dossiers individuels (1846-1937), inventaire-index, dir. A. Le Goff, 2009.

32 En 1842, est constitué un service des missions au sein du ministère de l’Instruction publique. Ce service releva du bureau des bibliothèques jusqu’en 1845 où il passe au bureau des travaux historiques, dont il suivra le sort lorsque celui-ci sera rattaché au secrétariat général de l’Instruction publique en 1852. En 1860, le bureau des travaux historiques fut démembré, le service des voyages et missions passa dans les attributions du ministère d’État. En 1864, on revint à la situation antérieure. Dès lors, le service des missions devait faire partie du bureau des travaux historiques, jusqu’à ce que ses attributions passent au CNRS.

33 Voir ainsi les missions du comte Hector de Laferrière (AN, F/17/2980/A) et de L. Leouzon-Leduc (AN, F/17/2984/A).

34 AN, F/17/3097/1. Ce dossier renferme une coupure de presse du Petit Journal du 15 octobre 1897 qui dénonce l’effort tenté à cette occasion par les Allemands pour « germaniser » médicalement la Russie. Pour un compte rendu sur ce congrès, on consultera : « The twelth international medical congress at Moscow, august 19th - 26th », dans Lancet, 1897, no 2, p. 272-276. The Lancet est une revue scientifique médicale britannique dont le premier numéro est paru en 1823. Les numéros sont en ligne sur le site : www.thelancet.com. Sur les relations franco-russes dans le domaine médical, voir aussi Christian Régnier, « French medicine in Russia. A tale of passion », dans Medicographia, t. 28/1, 2006, p. 78-87.

35 AN, F/17/2946/C.

36 AN, F/17/2936/B et F/17/17266.

37 AN, F/17/2939/B. Membre de la société de géographie et spécialiste de la mise en valeur des déserts, E. Blanc a été, en particulier, délégué en 1896 par le ministère de l’Instruction publique à l’exposition d’art et d’industrie de Nijni Novgorod d’où il rapporta d’importantes collections.

38 AN, F/17/3011.

39 AN, F/17/25832, dossier de carrière de Louis Léger ; F/17/23053, dossier de carrière d’Alfred Nicolas Rambaud ; F/17/2983/A, dossier des missions de Louis Léger ; F/17/3001, dossier des missions d’Alfred Rambaud.

40 Sur les débuts de Louis Léger, lire Louis Léger, Souvenirs d’un slavophile 1863-1897, Paris, 1905.

41 Il a publié un article à ce sujet dans la Revue des deux mondes du 15 mars 1873.

42 Les procès-verbaux de réunion de la Commission des missions sont conservés sous les cotes AN, F/17/*2272 et F/17/*2273.

43 Anatolij Petrovič Bogdanov / Анатолий Петрович Богданов (1834-1896), zoologiste et anthropologue russe.

44 En 1868, l’ingénieur Gabriel de Mortillet est nommé attaché à la conservation du musée de Saint-Germain-en-Laye. Il est l’adjoint d’Alexandre Bertrand, conservateur depuis 1867. Il s’installe avec ses enfants au château de cette ville. Son fils Adrien part en 1872 pour Moscou dans une importante fabrique française. Il revient en 1874 en France pour effectuer son service militaire. Libéré en 1878, il rejoint sa famille au château de Saint-Germain, collabore activement avec son père au classement des collections du musée et exécute les dessins des planches qui furent publiées en 1881 sous le titre de Musée préhistorique. Il fit également tous les dessins des deux premières éditions de l’ouvrage Le Préhistorique, publiées en 1883 et en 1885 par Gabriel de Mortillet.

45 Sur les collections ethnographiques, lire Tatiana Benfoughal, « La constitution des collections ethnographiques russes au musée de l’homme, histoires croisées », dans Cahiers slaves, no 2 : La civilisation traditionnelle dans la Russie du Nord, en ligne à l’adresse suivante : http://www.recherches-slaves.paris4.sorbonne.fr/Cahier2/Benfoughal.htm.

46 Raoul-Blaise de Saint-Arroman (1849-1915) chef de division au ministère de l’Instruction publique.

47 AN, AJ/15/670.

48 Édouard Ménétries est né le 2 octobre 1802 à Paris et mort le 10 avril 1861 à Saint-Pétersbourg. Il fut le premier entomologiste professionnel en Russie à bénéficier d’un traitement pour son travail. Il est l’auteur de nombreux travaux sur les lépidoptères et les coléoptères, notamment sur les espèces de Sibérie et de Russie. Ses collections sont conservées au muséum de l’Académie des sciences de Russie à Saint-Pétersbourg.

49 Sur l’enseignement du russe dans les lycées, voir Benjamin Guichard, « Parler russe. Un enjeu de l’alliance franco-russe ? », dans Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, t. 8, 1999, consultable en ligne à l’adresse suivante : http://ipr.univ-paris1.fr/spip.php?article80.

50 AN, F/17/17801 et AJ/16/8681.

51 Voici les cotes des dossiers de carrière de quelques slavisants : Jules Legras né le 25 mai 1866 (AN, F/17/24516) ; André Mazon né le 7 septembre 1881 (AN, F/17/25446) ; Jules Patouillet né le 1er mai 1862 (AN, F/17/24267) ; Raoul Labry né le 1er novembre 1880 (AN, F/17/26466 et F/17/27463).

52 Voir infra l’article d’Anna Pondopoulo.

53 Sur les créations de maîtrises de conférences et de chaires voir Armelle Le Goff, « Les hommes et les femmes de l’université aux Archives nationales », dans Les hommes et les femmes de l’université. Deux siècles d’archives, actes de la journée d’étude du 10 mars 2008, dir. A. Le Goff, Paris, 2009, p. 25-44. Est étudié en particulier le parcours professionnel du slavisant Raoul Labry (1880-1950).

54 Héritiers des administrations qui avaient été instaurées sous l’Ancien Régime, les services des Ponts et Chaussées et des Mines furent rattachés sous la Révolution au ministère de l’Intérieur. En 1815, ils y furent regroupés au sein d’une même direction générale puis passèrent en 1830 au ministère des Travaux publics qui venait d’être créé. Au-delà de variations de titulature, ce ministère comporta jusqu’en 1966 l’expression « Travaux publics » dans son appellation. On y trouva à partir du milieu du XIXe siècle une structuration pérenne en directions techniques organisées autour de quatre grands domaines de compétence et d’activités : les routes (construction et entretien, réglementation), la navigation (construction de digues et ouvrages de défense, établissement et entretien des phares, balises, canaux maritimes), les mines (législation, gestion des concessions) et les chemins de fer (construction et exploitation des voies ferrées, réglementation et tarification). S’y ajoutaient deux services transversaux, l’un en charge de la comptabilité, l’autre du personnel.

55 Ces dossiers sont listés dans la base Quidam (Hercule), avec différents ensembles : ingénieurs des Ponts et Chaussées, conducteurs des Ponts et Chaussées ; ingénieurs des Mines ; contrôleurs des Mines (XIXe siècle) : inspecteurs et commissaires de surveillance administrative des chemins de fer, et inspecteurs et contrôleurs de l’exploitation commerciale nés entre 1780 et 1893 ; ingénieurs, chefs et sous-chefs de section du cadre auxiliaire des Travaux publics (XIXe siècle).

56 Le principal instrument de recherche (Quidam) ne permet pas d’identifier les postes successivement occupés par un ingénieur ou conducteur des Mines ou des Ponts et Chaussées (pas plus en France qu’à l’étranger). Un dépouillement systématique de l’ensemble des dossiers serait considérable… Des sources imprimées permettent néanmoins d’obtenir des noms d’ingénieurs en exercice en Russie (il suffit ensuite de chercher pour chaque nom dans Quidam la cote du dossier correspondant). Ces imprimés peuvent faire état de voyages d’études, de travaux, ou mentionner des arrêtés de mise à disposition par le ministère des Travaux publics. Il faut consulter les périodiques officiels, les journaux d’annonces, les revues techniques, les annuaires professionnels, etc. S’ajoutent les travaux prosopographiques, qui retracent des carrières. Dans Le corps des Ponts et Chaussées (Paris, 1982), A. Brunot et R. Coquand font état de nombreux ingénieurs connus entre autres pour leurs activités en Russie. Pour les ingénieurs des Mines, il faut dépouiller le site http://www.annales.org/.De nombreux ingénieurs des Mines qui ont été actifs dans l’empire russe y sont identifiés.

57 Nous remercions Jean-Philippe Chaumont, conservateur aux Archives nationales, qui nous a fourni ces éléments sur la typologie de ces dossiers de carrière des ingénieurs et des conducteurs contenus dans la sous-série F/14.

58 Edgar Boulangier a rempli plusieurs missions officielles pour le ministère des Travaux pu blics concernant les conséquences des constructions des chemins de fer transsibérien et transcaspien.

59 AN, F/14/1164.

60 AN, F/14/8635-8647. Ces dossiers sont détaillés dans l’ouvrage de Michel Lesure, Les sources de l’histoire de Russie…, p. 106-108.

61 AN, F/14/2195/1 et 2966

62 Pour plus de détails et pour une méthodologie de recherche dans cette sous-série, voir Christiane Demeulenaere-Douyère, « Voyager pour découvrir de nouveaux marchés. Les missions commerciales au XIXe siècle », dans Voyages et voyageurs. Sources pour l’histoire des voyages, Paris, 2010, p. 211-224.

63 AN, F/12/7172-7176 (1844-1906) et F/12/7273-7275 (1906-1922). Ces cartons sont en partie détaillés dans l’ouvrage de Michel Lesure, Les sources de l’histoire de Russie…, p. 82-103.

64 Par exemple sous la cote, AN, F/12/7294, on trouve tout un dossier concernant des informations relatives à un établissement pour la filature des soies que les frères Souchon, négociants de Lyon, se proposent de fonder dans les provinces russes du Caucase en 1859.

65 AN, F/12/7173.

66 M. Smith, F/12/985-991, 2892-4475, 4977-5068, 5793-5813, 6635-6670, 7510-7587, 8810-8847, 11849-11927. Expositions universelles et nationales au XIXe siècle (an VI - 1914), répertoire numérique détaillé sélectif, 1994 ; Christine Demeulenaere-Douyère, F/12/*11869 à 11893. Exposition universelle de 1867 à Paris. Documents iconographiques, inventaire provisoire, 2003 ; ead., F/12/2892 à 2917, 3167/C, 3182 à 3184, 5005/B, 5793 et 11850. Exposition universelle de 1855, Paris. Répertoire méthodique des cotes de F/12 et relevé des sources imprimées relatives à cette exposition conservées aux Archives nationales, 2009 ; ead., F/12/11893. Exposition universelle de 1867, à Paris. Vues stéréoscopiques, répertoire détaillé, 2007.

67 Catalogue spécial de la section russe à l’Exposition universelle de Paris en 1867 publié par la Commission impériale de Russie, Paris, 1867.

68 Né à Château-Thierry en 1819, Alphonse Rallet, crée en 1842 à Moscou une fabrique de produits chimiques et de parfums. Son frère aîné Eugène, universitaire le rejoint à Moscou où il enseigne d’abord à l’école Sainte-Catherine, puis à l’université de Moscou avant de le seconder dans les affaires. En 1856, après avoir fait fortune, Alphonse Rallet quitte Moscou et s’installe dans le Dauphiné, terre d’origine de son épouse. C’est dans cette maison que fut formé Ernest Beaux né à Moscou en 1881, créateur du célèbre parfum Chanel no 5.

69 AN, F/12/4269.

70 C. Demeulenaere-Douyère, Expositions universelles et internationales (1844-1920), expositions nationales, foires et salons français (1895-1921), expositions régionales françaises (1852-1913), répertoire méthodique provisoire, 2007.

71 Voir infra.

72 AN, F/12/5318.

73 AN, F/12/5314-5320, légions d’honneur, propositions à l’occasion d’expositions ou de voyages présidentiels (1849-1897) ; F/12/6635-6670, Légion d’honneur, dossiers individuels de propositions à l’occasion d’expositions, classement alphabétique (1890-1939).

74 L’ordre national de la Légion d’honneur a été créé le 19 mai 1802, dans le but de récompenser les mérites civils et militaires en temps de paix ou de guerre. Il se compose actuellement de trois grades (chevalier, officier et commandeur) et de deux dignités (grand officier et grand-croix). Sur les cotes et la typologie des dossiers conservés aux Archives nationales, voir Catherine Mérot, « La reconnaissance des mérites par l’État, les décorations », dans Revue administrative, no spécial : Les dossiers nominatifs au XIXe siècle. Regards croisés sur les personnes, actes de la journée d’études du 24 octobre 2006, 2007, p. 66-73.

75 Philippe, Bruno, Charles Depret est né le 28 avril 1859 à Moscou. Il y décède le 9 novembre 1900 à l’âge de quarante-et-un ans. Il fut successivement officier de cavalerie puis négociant en vins suivant la tradition familiale.

76 En 1896, le jeune empereur Nicolas II et son épouse l’impératrice Alexandra firent un voyage officiel en France. Le couple visita Compiègne et Paris. À cette occasion, Nicolas II posa la première pierre du pont Alexandre-III, nommé en l’honneur de son père pour symboliser l’amitié franco-russe. En 1897, le président Félix Faure se rendit en visite officielle à Saint-Pétersbourg et posa la première pierre du pont de la Trinité sur la Néva en l’honneur de l’Alliance. Le pont sera inauguré juste à temps pour les cérémonies du bicentenaire de la capitale en 1903.

77 Ainsi Antoine Marès et Vladimir Berelowitch ont eu accès à des archives familiales de Louis Léger et ont édité la correspondance de Louis Léger envoyé de Moscou en 1872 à ses parents. Antoine Marès, en collaboration avec Wladimir Berelowitch, « La découverte de la Russie en 1872 : le premier voyage de Louis Léger à Moscou », dans Revue des études slaves, t. 69/3, 1997, p. 337-372.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Lettre de Talleyrand, ministre des Relations extérieures concernant la famille Choiseul-Gouffier, 8 vendémiaire an XI (30 septembre 1802). AN, F/7/5619. Cliché M. Plouvier.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Figure 2. Minute des lettres patentes autorisant François-Bernard Charmoy à entrer au service de l’empire russe, 1817. AN, BB/11/127/2, dossier 8422B3. Cliché M. Plouvier.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1259/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Figure 3. Annonce du congrès international d’anthropologie et d’archéologie organisé à Moscou par la Société impériale des amis des sciences naturelles de Moscou, en août 1892. AN, F/17/3093/2. Cliché Archives nationales
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1259/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Figure 4. Lettre de Louis Léger à Alfred Rambaud concernant l’inauguration de la statue de Pouchkine à Moscou, 30 mars 1880. AN, F/17/2983/A. Cliché M. Plouvier.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1259/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Figure 5a et 5b. Lettre de Paul Boyer concernant une demandes de mission du baron Joseph de Baye, 1898. AN, F/17/2936/B. Cliché M. Plouvier.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1259/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Figure 6. Correspondance concernant des échanges entre le Muséum d’histoire naturelle et l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, 1845. AN, AJ/15/670. Cliché M. Plouvier.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1259/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Figure 7. Extrait du registre des baptêmes de la paroisse Saint-Louis-des-Français de Moscou, concernant le baptême le 16 mai 1859 de Philippe Depret, 29 novembre/11 décembre 1897. AN, LH/736/37. Cliché Archives nationales.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1259/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540