Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Introduction

Annie Charon, Bruno Delmas et Armelle Le Goff

Texte intégral

1En ouverture de l’année croisée France-Russie, les Archives nationales, l’École nationale des chartes, le Centre Roland-Mousnier-UMR 8596 du CNRS, l’école doctorale d’histoire moderne et contemporaine (ED 188) de l’université Paris-Sorbonne (Paris IV) et l’Université d’État des sciences humaines de Russie (RGGU) ont souhaité faire le point sur la recherche autour de la présence française en Russie au XIXe siècle. De Pierre le Grand à la deuxième guerre mondiale, les relations de la France et de la Russie, tour à tour alliées ou opposées, ont toujours été importantes pour l’histoire de l’Europe, dans tous les domaines, tant politiques, diplomatiques, militaires, économiques qu’intellectuels.

2Or si les archives qui existent en France ont été partiellement explorées il y a quelques décennies par Michel Lesure dans Les sources de l’histoire de la Russie aux Archives nationales (1970), il reste encore beaucoup à découvrir, tant aux Archives nationales que dans les autres centres d’archives publiques ou privées de France. La connaissance des sources russes était, jusqu’à la parution de l’ouvrage de Michel Lesure, encore moins développée. L’historiographie française s’est principalement intéressée à deux époques des relations réciproques entre les deux États : l’époque des Lumières, comme l’atteste la publication de Georges Dulac et Sergueï Karp, Les archives de l’Est et la France des Lumières. Guide des archives et inédits (2007) et l’époque communiste avec l’URSS depuis la Révolution d’octobre, sur laquelle portent les travaux de Sophie Coeuré, auteur de La grande lueur à l’Est. Les Français et l’Union soviétique, 1917-1939 (1999), ou ceux de Serge Wolikof et de son équipe avec le Guide des archives de l’Internationale communiste (2009).

3En revanche la période qui va de la Révolution de 1789 à celle de 1917 est en comparaison, mis à part l’épisode napoléonien, presque inconnue, tant du point de vue des sources conservées dans les deux pays que des recherches effectuées, si l’on fait exception des travaux de René Girault – Les relations économiques et financières entre la France et la Russie, de 1887 à 1914 (1972) ; Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887-1914 : recherches sur l’investissement international (1973) ; De la Russie à l’URSS : l’histoire de la Russie de 1850 à nos jours (1974) – plusieurs fois réédités mais déjà anciens, et de ceux récents de Marie-Pierre Rey – De la Russie à l’Union soviétique : la construction de l’Empire (1994) ; Le dilemme russe : la Russie et l’Europe occidentale d’Ivan le Terrible à Boris Eltsine (2002) ; Alexandre Ier (2009). Le colloque, labellisé par Culture-France, au titre de l’année croisée, s’est réuni à Paris, à l’occasion de la parution des Sources de l’histoire de France en Russie. Guide de recherche dans les Archives d’État de la Fédération de Russie à Moscou (XVIe-XXe siècle). Il visait, sur cinq demi-journées, à contribuer à combler cette lacune. Il s’est tenu successivement aux Archives nationales et à la Maison de la recherche de Paris-Sorbonne.

4Le colloque, qui a été suivi assidûment par des spécialistes tant français qu’étrangers, a entendu vingt-sept communications. Il a fait l’objet d’une présentation à France-Culture le 28 janvier 2010, dans le cadre des actualités de l’émission « La Fabrique de l’histoire » d’Emmanuel Laurentin, émission à laquelle ont participé deux des organisateurs, Armelle Le Goff et Bruno Delmas, ainsi qu’Anna Markova, étudiante en deuxième année de master à l’École nationale des chartes et intervenante au colloque.

5Les actes du colloque sont aujourd’hui publiés par l’École nationale des chartes dans sa collection « Études et rencontres de l’École des chartes ». Les textes des communications en français sont accompagnés d’un résumé en russe de façon à en faciliter l’utilisation en Russie. Les communications ont été regroupées dans le volume sous quatre grandes rubriques : les sources, la communauté française, la vie artistique et culturelle, le développement économique.

6Un nouveau regard sur les sources a été porté par Armelle Le Goff avec La France et les Français en Russie de 1789 à 1917 : les ressources des Archives nationales. Elle passe en revue les différents fonds et séries des Archives nationales de France et donne un aperçu des sources que l’on peut y trouver. Avec Jérôme Cras, la présentation des Fonds du ministère des affaires étrangères relatifs à la France et aux Français en Russie (1789-1917) : présentation archivistique et critique, nous fournit un véritable guide de recherche dont désormais on ne pourra plus se passer.

7Les deux communications suivantes sont deux études de cas. La première, de Xavier Breuil et Camille Rey, La Russie aux archives historiques de la Société générale : présentation et perspectives de recherche, montre la variété des documents sur lesquels on peut s’appuyer pour une recherche dans les archives d’une entreprise privée, alors qu’à l’inverse, la communication d’Irina et Dmitri Gouzevitch, Les ingénieurs français au service de la couronne russe, premier XIXe siècle : survol des sources, passe en revue la vaste panoplie des sources qu’il faut mobiliser tant en Russie qu’en France pour conduire une recherche prosopographique.

8Quatre communications sur la communauté française immigrée ne sont pas moins méthodologiquement riches. Anne Mézin, avec La correspondance consulaire aux archives nationales : une source privilégiée sur les origines des communautés françaises en Russie au XVIIIe siècle, montre comment, à travers la correspondance des consuls français, on peut connaître la composition de la communauté des Français en Russie et son évolution. Les deux communications suivantes mettent en jeu la mise en place d’un recensement, puis d’un contrôle plus régulier des Français par le pouvoir russe au moment de la Révolution française et dans la première moitié du XIXe siècle avec Vladislav Rjéoutski, L’émigration française en Russie au tournant du XVIIIe siècle : la composition et le renouvellement de la communauté française d’après les recensements de 1793 et de 1806 et Véra Milchina, Les Français en Russie sous Nicolas Ier, d’après les documents de la IIIe section de la chancellerie impériale. Enfin, avec les actions des Prêtres et religieuses français en Russie : impact religieux, culturel et social de la présence d’un clergé catholique étranger dans l’empire (1890-1917), Laura Pettinaroli nous présente un témoignage à la fois extérieur et global sur la vie de cette communauté à la fin du XIXe siècle.

9C’est un autre regard que nous offrent les communications suivantes, celui des Français sur la Russie de leur temps. Tatiana Balashova présente les Témoignages de voyageurs français et de guides touristiques sur Moscou et son Kremlin, la citadelle des tsars russes (XIXe - début du XXe siècle). Willa Z. Silverman et N. Christine Brookes, avec Une source inédite pour l’étude des rapports franco-russes à la Belle Époque : le carnet de voyage d’Henri Vever, donnent un exemple des types de récits de voyages qui se multiplient dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Enfin Frédéric Guelton se demande quel fut Le regard des militaires français sur la Russie, à la fin du règne de Nicolas Ier : attachés militaires et officiers en mission en Russie.

10La troisième partie de l’ouvrage regroupe six communications sur l’apport français à la vie intellectuelle et artistique des élites russes. Les trois premières concernent la culture écrite : édition, bibliothèques et études littéraires, à travers la présentation de la vie et de l’action de trois personnalités : Anna Markova, Auguste-René Semen (1781-1862), imprimeur, éditeur et marchand-libraire parisien à Moscou ; Vladimir A. Somov, Piotr Doubrovski et la communauté des émigrés français de Saint-Pétersbourg (1797-1812) ; Piotr Zaborov, Le comte Ferdinand de la Barthe (1870-1916) et les études françaises en Russie.

11Les deux communications suivantes portent sur les acquisitions de peintures et d’orfèvrerie françaises par les tsars : Guillaume Nicoud, La peinture française dans la formation de la galerie impériale de l’Ermitage jusqu’à son ouverture au public par Nicolas Ier en 1852 et Wilfried Zeisler, La participation des orfèvres parisiens aux collections impériales au XIXe siècle.

12La dernière présente le développement des études slaves à Paris : Anna Pondopoulo, Paul Boyer, ses liens avec la Russie et les enjeux politiques de la réforme de l’École des langues orientales dans les années 1910.

13Bien que les échanges économiques entre les deux pays soient importants depuis plusieurs siècles, ils prennent un essor remarquable à partir du milieu du XIXe siècle avec la Révolution industrielle. Dans ce développement, l’industrie précède la finance qui précède l’assurance. Ces différents aspects ont fait l’objet de quatre interventions sur les entreprises de construction et d’équipement et de quatre interventions sur les banques et les assurances.

14Avec Les entrepreneurs français de travaux publics en Russie : une réussite tardive mais spectaculaire (1862-1914), Dominique Barjot dresse un tableau de l’implantation des entreprises françaises en Russie. Les deux communications suivantes illustrent l’activité de deux grandes entreprises : Agnès d’Angio-Barros, La société Schneider et Cie en Russie de 1851 à 1917 : des machines à vapeur à l’artillerie ; Rang-Ri Park-Barjot, La Société de construction des Batignolles en Russie (1857-1914). La dernière communication est consacrée à un industriel français qui s’est mis au service du développement de l’industrie russe, Svetlana Kuzmina, Pierre Darcy (1870-1918), acteur majeur du développement de l’industrie métallurgique en Russie au début du XXe siècle.

15Les banques, surtout à partir de l’entente franco-russe, viennent soutenir la pénétration des entrepreneurs français et le développement des investissements. Nous en avons trois exemples : La Société générale en Russie (1872-1917) ou de l’industrie à la banque, par Jean-François Belhoste ; Le Crédit lyonnais, acteur et témoin de la présence française en Russie (1878-1920) par Roger Nougaret ; L’installation de la banque Rothschild en Russie de 1883 à 1886 : entre le hasard, la providence et le calcul, par Elena Razvozzhaeva. L’arrivée des assureurs nous fournit de précieux témoignages sur les réalisations industrielles de la Russie de la Belle Époque : Paysages et risques industriels en Russie en 1906, l’expertise d’un réassureur français, par Raymond Dartevelle.

16Une table ronde conclusive, animée par Bruno Delmas, à laquelle ont participé Dominique Barjot, Francine-Dominique Liechtenhan, Marie-Pierre Rey et Eugène Starostine, a été consacrée aux perspectives de recherche ouvertes par la publication du guide et les communications présentées au colloque, et au développement de nouveaux projets.

17Les éditeurs du volume sont heureux de pouvoir offrir à un large public de chercheurs ce véritable guide de recherche qui, sur un mode différent, est pour une part le pendant sur les archives françaises du guide sur les archives russes, publié en 2010 par l’École nationale des chartes. Ils tiennent à renouveler leurs remerciements à tous ceux qui y ont contribué.

18Nous ne saurions oublier les conseils avisés du comité scientifique. Nous voulons particulièrement remercier M Alexandre Tchoubarian, président de l’Institut d’histoire universelle et membre de l’Académie des sciences, qui a tiré les conclusions de la table ronde et M. Efim Pivovar, recteur de l’université des sciences humaines qui a clos le colloque.

19Enfin, le soutien au sein de l’École nationale des chartes de Gaëlle Béquet, responsable des relations internationales et d’Olivier Canteaut, responsable de la recherche, et le travail de Guénaël Visentini ont été particulièrement précieux. De même, l’aide de nos deux élèves de master Anna Markova et Natalia Paskheeva, qui ont, en particulier, traduit en russe les résumés des intervenants français, ne saurait être passée sous silence.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540