Version classiqueVersion mobile

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Avant-propos

Jacques Berlioz et Agnès Magnien

Texte intégral

1Le volume que nous présentons forme les actes du colloque international La France et les Français en Russie (1789-1917) : de nouvelles sources pour de nouvelles recherches, tenu à Paris en janvier 2010. Il marque un jalon important du vaste programme d’enseignement, de formation et de recherche que l’École nationale des chartes, forte du soutien du ministère des Affaires étrangères, et en association avec les Archives de France et la Bibliothèque nationale de France, développe, depuis bientôt neuf ans, avec d’une part l’Université des sciences humaines de Moscou et son Institut d’histoire et des archives (RGGU), et, de l’autre, de grandes bibliothèques patrimoniales russes.

2Il convient de présenter le bilan de la coopération engagée depuis 2002 par les institutions précitées.

3Au cours des années écoulées, la première convention signée entre l’École nationale des chartes, les Archives de France et l’Institut d’histoire et des archives (RGGU) en juin 2002 a créé, au sein de l’Institut d’histoire et des archives, une filière « Histoire, culture et archives françaises » qui couvre les cinq années d’études de l’Institut. Cette filière a été animée par des cours annuels d’une équipe de professeurs français qui prennent en charge le suivi du cursus d’enseignements qui se déroule dans les différentes années devant des étudiants francophones dans le domaine de l’archivistique, de la diplomatique, de l’histoire des institutions et du droit des archives français. Cette filière, renouvelée le 14 juin 2007, a formé et forme une quarantaine d’étudiants francophones ; quatorze d’entre eux ont été accueillis en stages d’été en France aux Archives nationales et dans différents services d’archives publics (archives de la Défense) et privés (Crédit agricole, SNCF).

4Quatorze élèves de l’École nationale des chartes, aujourd’hui conservateurs d’archives, de bibliothèques, de musées ou doctorants à la Sorbonne, ont pratiqué la langue russe et, à l’occasion de stages en Russie, se sont initiés aux archives de celle-ci. Grâce à leur recherche des sources, l’École nationale des chartes a publié au début de l’année 2010 Les Sources de l’histoire de France en Russie. Guide de recherche dans les Archives d’État de la Fédération de Russie à Moscou (XVIe-XXe siècles), ouvrage destiné à faciliter l’accès aux archives et à stimuler la recherche historique entre les deux pays. D’autres stagiaires ont entrepris, en 2010, la préparation du deuxième volume de ce guide, qui portera sur les centres d’archives importants de Moscou ne relevant pas de l’Agence fédérale des archives.

5Une nouvelle convention entre RGGU et l’École nationale des chartes relative à l’organisation d’un master commun aux deux établissements a été signée le 15 juillet 2009. Les premiers étudiants de ce master commun, qui ont suivi le cursus dans les deux établissements, ont été diplômés en 2010 et six autres sont en formation.

6Des professeurs de l’École nationale des chartes, des Archives nationales et de l’Institut d’histoire et des archives viennent régulièrement dans les établissements partenaires participer aux cours et aux jurys communs aux deux établissements.

7Dans le domaine des bibliothèques aussi, l’École nationale des chartes a signé en 2003 une première convention de coopération avec la Bibliothèque historique publique d’État de Russie, la bibliothèque académique musicale Serge-Tanéïev du Conservatoire d’État, la bibliothèque académique de l’université d’État Mikhaïl-Lomonossov et la bibliothèque académique du Musée-Domaine d’État d’Archanguelskoé, puis en 2005 avec la Bibliothèque d’État de littérature étrangère M. I. Rudomino, en 2007 avec la Bibliothèque d’État de Russie et avec la bibliothèque du Musée littéraire Pouchkine, et en 2008 avec la bibliothèque du Musée historique.

8L’École nationale des chartes a organisé, en coopération avec la Bibliothèque nationale de France, de 2003 à 2008 à Moscou, en 2009 à Astrakhan, des conférences d’histoire du livre et des ateliers qui ont permis à de nombreux bibliothécaires russes de s’initier aux ressources en ligne pour le traitement des livres anciens européens. Le séminaire d’Astrakhan, qui réunissait des participants originaires de quinze villes différentes, situées sur la vallée de la Volga ou dans l’Oural, représentant trente-deux institutions, avait une vocation fédérale. Le cours consacré à l’identification et à la description des livres anciens européens (XVe-XVIIIe siècle), réalisé dans le cadre de cette coopération est disponible, sur le site de l’École nationale des chartes. En 2011, une nouvelle conférence d’histoire du livre sera organisée à la bibliothèque de l’oblast de Vologda.

9Dix conservateurs francophones venant de différentes bibliothèques russes partenaires ont suivi des cours à l’École nationale des chartes et visité des bibliothèques, dont la Bibliothèque nationale de France. Neuf élèves chartistes ont été accueillis en stage dans les bibliothèques moscovites partenaires.

10L’École nationale des chartes collabore à la vaste enquête que mène la bibliothèque du Conservatoire de Moscou pour constituer une base de données recensant les partitions manuscrites, les lettres, les mémoires, les journaux intimes… de musiciens russes à l’étranger. Elle élabore, en étroite collaboration avec la Bibliothèque historique publique d’État de Russie, coordinatrice russe du programme, un guide des collections de livres anciens imprimés en France ou en langue française, du XVe au XVIIIe siècle, conservés à Moscou.

11En outre, l’École nationale des chartes a participé en Russie à de nombreux colloques organisés par différents partenaires, à Moscou et à Saint-Pétersbourg : L’espace culturel de l’Europe à l’époque de Catherine II (2004) ; Les manuscrits dans l’histoire. L’histoire dans les manuscrits (2005) ; Révolutions et archives (2007) ; Les Archives musicales russes à l’étranger. Les archives musicales étrangères en Russie (2008) ; La bibliothèque et l’histoire (2008) ; Les Français dans la vie scientifique russe (2010) ; L’histoire et son enseignement, acteurs de la modernisation de la Russie contemporaine (2011).

12Cette coopération scientifique, où l’École nationale des chartes a joué un important rôle de coordination dans la durée, d’une part avec RGGU et les Archives de France, et d’autre part avec des bibliothèques patrimoniales de Moscou et la Bibliothèque nationale de France, apporte une contribution unique à la connaissance et à la mise en valeur du patrimoine écrit des deux pays et au développement des échanges universitaires et intellectuels entre la Russie et la France.

13Les Archives nationales, quant à elles, par leur participation active à l’organisation et à la publication de ce colloque, ont voulu prolonger et amplifier par l’ouverture d’échanges une collaboration féconde entre les conservateurs d’archives et les chercheurs de toutes disciplines, intéressés par les relations de la France et de la Russie. Pendant plusieurs années, mon prédécesseur Mme Neuschwander a accueilli avec plaisir les stagiaires que l’École reçoit au titre de ses échanges. Le colloque La France et les Français en Russie (1789-1917) a permis, en effet, d’explorer une période des relations de la Russie et de la France très riche dans les domaines des échanges migratoires et des relations culturelles, artistiques ou économiques, comme en ont témoigné les nombreuses interventions de ce colloque. Les sources premières de cette histoire, les archives, abondent en Russie bien sûr mais aussi en France aux Archives du ministère des Affaires étrangères et aux Archives nationales dont les fonds sont riches de documents sur les Russes venus en France, en particulier les Russes blancs, les artistes ou les étudiants. Parallèlement à ce colloque, les Archives nationales ont publié l’Inventaire de la correspondance des consuls de France à Saint-Pétersbourg de 1713 à 1792, instrument de recherche qui vient compléter l’ouvrage de François Lesure paru en 1970 sous le titre Les sources de l’histoire de la Russie aux Archives nationales. Par ces instruments de recherches et ce colloque, témoin de la coopération scientifique entre la France et la Russie, les Archives nationales poursuivent ainsi leur mission de valorisation de leurs fonds et offrent aux chercheurs des outils sans cesse renouvelés, indispensables à leurs études. C’est dans ce même esprit que deux conservateurs des Archives nationales sont intervenus dans le colloque organisé en septembre 2010 à Moscou par l’Académie des sciences de Russie sur Les Français dans la vie intellectuelle et scientifique en Russie.

14Ce colloque n’aurait pas été possible sans le patronage du comité d’honneur : Son Excellence M. Alexandre Orloff, ambassadeur de Russie en France, M. Jean de Gliniasty ambassadeur de France en Russie, Mme Hélène Carrère d’Encausse, Secrétaire perpétuel de l’Académie française, M. Nicolas Chibaeff, directeur de l’année croisée France-Russie, Mmes Martine de Boisdeffre, alors directrice des Archives de France et Isabelle Neuschwander, alors directeur des Archives nationales.

15Nous voudrions également nommer les institutions, qui par leur soutien ont permis cette publication, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, la Fondation Khôra de l’Institut de France et la Société générale. Que toutes soient ici vivement remerciées.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search