Version classiqueVersion mobile

La France et les Français en Russie

 | 
Annie Charon
, 
Bruno Delmas
, 
Armelle Le Goff

Préface

Alexandre Orlov

Texte intégral

1Lorsqu’on parle des relations franco-russes, qui sont aujourd’hui en plein essor et dont la qualité exceptionnelle a plus d’une fois été soulignée au plus haut niveau, on se rappelle immanquablement de leur histoire séculaire, parfois tourmentée, mais toujours extrêmement féconde pour les deux nations. Les grands jalons de cette longue épopée entre nos deux peuples sont aujourd’hui connus de tout le monde. Le périple de la princesse Anne devenue reine et puis régente de la France, la Grande ambassade de Pierre I, les échanges intellectuels de l’époque de Catherine II quand la noblesse russe s’est mise à parler français, les péripéties douloureuses des temps napoléoniens, la fraternité d’armes lors des deux guerres mondiales, et enfin le partenariat stratégique qui permet aujourd’hui une excellente coopération économique, financière, commerciale, industrielle, scientifique, culturelle et autres de nos jours.

2Et pourtant, lorsqu’on vante cette longue et riche tradition d’amitié, on oublie parfois que les histoires des nations ne sont en fait qu’une somme des histoires des gens. Les pierres qui font le bâtiment de notre patrimoine commun sont faites des destins de plusieurs générations de nos compatriotes : des Russes et des Français qui se rencontraient, se côtoyaient, se sympathisaient, se lançaient dans des entreprises, et parfois même dans des aventures communes, animés par les mêmes idées et passions, bref de tous ceux qui ont bâti les relations entre nos deux pays et qui les ont servis tout au long de leur histoire.

3L’année croisée France-Russie 2010 était particulièrement riche en rencontres et en échanges de toutes sortes entre nos pays, dont le colloque « La France et les Français en Russie (1789-1917). De nouvelles sources pour de nouvelles recherches » est un témoignage éclatant. Organisé par les Archives nationales et l’École nationale des chartes avec le concours de l’université Paris-IV et l’Institut d’histoire et des archives de l’université d’État des sciences humaines de Russie (RGGU), ce colloque est le fruit d’une longue coopération scientifique entre ces Écoles. Le présent volume, consacré à la publication des actes du colloque est devenu possible grâce à un investissement personnel, la persévérance et la conviction des professeurs, conservateurs et étudiants des deux pays qui n’ont pas épargné leur temps et leurs efforts pour faire aboutir ce projet.

4Je dois en effet saluer le travail des chercheurs et rappeler que les échanges réguliers entre l’École nationale des chartes, les archives de France et l’Institut d’histoire et des archives de RGGU, ont suscité des travaux universitaires dans le domaine du patrimoine écrit et de l’histoire des relations entre la Russie et la France. Ce programme de coopération de longue haleine implique naturellement l’École nationale des chartes dans deux de ces disciplines fondamentales, l’archivistique et l’histoire du livre, et les conservateurs des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale de France, dont l’apport est essentiel. Le présent volume le démontre amplement. Ce travail n’aurait pu être mené sans le soutien de l’Ambassade de France en Russie qui a accordé sa confiance aux porteurs du projet. Ceux-ci ont su l’adapter et, d’une entreprise purement pédagogique, il s’est enrichi d’activités de recherche évoluant vers la mise en place d’un master commun.

5Ce master permettra, nous l’espérons, de renouveler l’intérêt des étudiants français et russes pour l’archivistique, la diplomatique, l’histoire du livre, l’histoire des institutions des deux pays et l’usage des technologies numériques dans la mise en valeur du patrimoine des archives et des bibliothèques. Plus largement, nous souhaiterions que ce master bilingue contribue à former des jeunes spécialistes de l’histoire, de la culture et de la langue de nos deux pays. Ce fut d’ailleurs l’objectif primordial de l’année croisée France-Russie.

6Cet imposant volume des actes est une magnifique œuvre scientifique pour laquelle je voudrais adresser mes félicitations aux chercheurs qui ont répondu à l’appel des organisateurs. Leurs contributions si variées et si riches montrent l’exceptionnelle fertilité des domaines de recherche qui intéressent les relations franco-russes.

7Mes félicitations et mes remerciements s’adressent aussi aux éditeurs des actes du colloque et tout particulièrement à Mme Annie Charon, professeur à l’École des chartes, en charge du programme des bibliothèques, à M. Bruno Delmas, professeur à l’École nationale des chartes, en charge du programme des archives et du master, à Mme Armelle Le Goff, conservateur général aux Archives nationales, active participante au programme de coopération. Ils nous offrent aujourd’hui un volume d’une singulière nouveauté, riche de points de vue inédits, de découvertes et de pistes ignorées.

8Je suis particulièrement sensible à la traduction en russe du résumé des communications, amicale attention à l’égard du public russe.

9Le volume qui paraît aujourd’hui est une remarquable contribution à notre histoire commune. II nous permet de faire le point sur les sources disponibles en France, et il nous aidera à préparer la célébration du bicentenaire de 1812, année à la fois héroïque et douloureuse de notre histoire partagée. Enfin, cet ouvrage suscitera, j’en suis persuadé, de nouvelles recherches sur le XIXe siècle, un des siècles les moins connus de l’historiographie franco-russe.

Auteur

© Publications de l’École nationale des chartes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search