Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

L’homme vu par des témoins

Témoignage de David Buisseret

David Buisseret

Texte intégral

1Étudiant à Corpus Christi College, à Cambridge, entre 1955 et 1958, j’avais l’intention au début de servir dans la Royal Air Force. Mais un beau jour, mon directeur de recherches, Patrick Bury, m’a dit : « David, les Archives nationales viennent d’acquérir un fonds fort intéressant [c’étaient les papiers d’État de Sully]. Aimeriez-vous rester au Collège pour les étudier ? » C’est ainsi qu’après une année à Cambridge passée à lire la bibliographie du sujet, je suis arrivé à Paris en octobre 1959. J’ai tout de suite fait la connaissance de Bernard Barbiche, qui étudiait ce même fonds pour sa thèse de l’École des chartes, et nous sommes alors devenus de grands amis.

2C’était une époque remarquable pour un jeune chercheur étranger en France. Je ne suis pas entré dans les cercles braudéliens, comme la plupart de mes amis, mais je suis allé voir Roland Mousnier, dont l’air sévère cachait une grande gentillesse, que j’ai appréciée pendant bien des années. À la Bibliothèque nationale, les conservateurs du département des manuscrits nous impressionnaient. Nous avions l’habitude de leur poser des questions difficiles en paléographie, auxquelles ils répondaient presque toujours. Aux Estampes, il y avait Roger-Armand Weigert, qui s’exprimait avec difficulté, car il était très sourd. On conversait avec lui à l’aide de messages écrits, et je vois toujours la high table de mon Collège encombrée de ces notes parmi les assiettes, quand il vint nous rendre visite à Cambridge.

3Aux Cartes et Plans, le chercheur rencontrait Monique de La Roncière, Roger Hervé et Lucie Lagarde, tous trois pleins d’encouragements et d’idées ; ils m’ont fourni un grand nombre de références, et ils ont même publié un long article que j’avais écrit sur les ingénieurs du roi au temps de Henri IV. Il y avait en outre le général Nicolas, toujours prêt à emmener les chercheurs déjeuner avec lui au Cercle militaire, tout en exprimant ses idées sur la fortification, les ingénieurs et – il faut le dire – les erreurs du général de Gaulle.

4Je ne sais plus qui m’a conseillé d’aller voir le père de Dainville, mais ce fut probablement Bernard Barbiche, car le père donnait déjà à cette époque des cours à l’École des chartes. Je suis donc allé le voir dans son bureau aux Études, en lui apportant une bobine de microfilm venue du British Museum. Je le vois toujours, assis à son bureau austère ; derrière lui, au mur, une belle photographie de montagne. Après avoir un peu parlé de l’œuvre cartographique des ingénieurs, il prit la bobine de microfilm, qui contenait en particulier des cartes de Jean de Beins. Il était en train d’étudier cet ingénieur, mais il ne connaissait pas encore les cartes de Londres. Pas question de recourir à un lecteur de microfilm ; il garda la bobine dans une main, tandis que de l’autre il la déroulait tout en s’exclamant : « remarquable ! », « extraordinaire ! », « incroyable ! ». Il utilisa ensuite quelques-unes de ces images dans son livre sur Jean de Beins. Quant à mon microfilm, il était tombé sur ses grosses chaussures noires. Je l’utilise toujours.

5Après cette première entrevue, j’allai le voir de temps en temps, et il m’envoya ses publications. C’est assez émouvant de les feuilleter maintenant, car je revois se développer nos relations à travers ses dédicaces. Au début, en 1961, son article sur Maurice Bouguereau est dédié « A M. Buisseret, pour l’aider dans son intéressant travail ». Puis, en 1963, il offrit ses Cartes anciennes du Languedoc « A M. David Buisseret, en gage d’une amitié naissante ». J’étais allé enseigner l’histoire à l’Université des Antilles britanniques à Kingston (Jamaïque) en 1964, et c’est là que j’ai reçu le dernier de ses envois en 1969, son article sur les cartes des places protestantes, avec la mention : « A l’historien de nos ingénieurs, cette étude sur les places occupées par les protestants en 1620. Très amicalement ». Hélas, deux ans plus tard j’ai appris qu’il était mort.

6À vrai dire, je n’étais pas encore l’historien des ingénieurs du roi, n’ayant publié Ingénieurs et fortifications avant Vauban qu’en 2002, grâce à l’aide d’une nouvelle génération de chercheurs français. Mais dans ce travail j’ai souvent eu recours aux travaux du père de Dainville. Par exemple, son article sur Ercole Negro est fondé sur des archives conservées non seulement en France mais aussi en Italie et fournit des renseignements tout à fait neufs sur ce personnage extraordinaire. Fils d’archiviste, il avait hérité de son père une maîtrise remarquable des sources. Il voyait non seulement de près, mais aussi de loin. On dirait en anglais « that he was both a hedgehog and a fox » ; son approche des sources était très sûre, et il n’hésitait pas à aborder de grands problèmes.

7À cette époque, il y avait en France très peu d’historiens de la cartographie, champ de recherche où il a accompli un travail de pionnier. Parmi ses publications, celles que j’aime le plus – en bon truffier – sont ses articles consacrés à l’œuvre de Maurice Bouguereau (1961) et aux Le Clerc (1963). Il rechercha inlassablement les sources manuscrites et imprimées de leurs atlas imprimés, nous donnant pour la première fois une idée de la façon dont ces cartographes-éditeurs avaient travaillé. Il savait expliquer ces développements non seulement par l’écrit, mais aussi par l’image, en dessinant des cartes qui n’avaient pas à être refaites par ses éditeurs. J’ai pensé autrefois publier avec James Akerman un travail semblable sur Christophe Tassin. Le courage nous a finalement manqué, mais notre méthode aurait été celle du père.

8Lorsque, en 1995, on me demanda de participer à un colloque sur les Jésuites et le Nouveau Monde, j’ai tout de suite pensé à son grand livre, Les Jésuites et l’éducation de la société française : la géographie des humanistes (1940). Curieusement, on y trouve relativement peu de chose sur la formation scientifique des jésuites. Mais en préparant ma communication, je me suis rendu compte que les prédécesseurs du père de Dainville avaient fait un travail énorme et largement méconnu sur la cartographie du Nouveau Monde (cf. D. Buisseret, « Jesuit cartography in central and south America », dans Jesuit Encounters in the New World, éd. Joseph Gagliano et Charles Ronon, Rome, Institutum historicum Societatis Jesu, 1997). Récemment, de jeunes chercheurs sont revenus à ce thème ; voir par exemple la communication de Maria Dulce de Faria, de la Bibliothèque nationale du Brésil, sur « The map of the Moxos and Chiquitos missions », faite au congrès des historiens de la cartographie tenu à Madrid en 2000. Il reste beaucoup de beaux sujets...

9Plus je pense à l’histoire de la cartographie, plus je vois que le père de Dainville a montré la route à beaucoup d’entre nous. Je pense qu’il serait content de voir les progrès que nous avons faits dans cette voie, trente ans après son décès.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search