Versión clásicaVersión móvil

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

L’homme vu par des témoins

Témoignage du général Philippe de Dainville

Philippe de Dainville

Texto completo

1Vous m’avez demandé d’être à vos côtés pour témoigner de l’éducation reçue de nos parents. Le « petit dernier » que je suis a hésité, conscient qu’il ne percevait du passé que l’image qu’il en avait gardée et qui n’est, pour une large part, que le reflet de son vécu. J’ai toutefois cédé à votre invite. D’abord pour mon frère, mon affection à son égard n’étant pas moindre que mon admiration pour son érudition et les nombreux travaux qu’il a publiés. J’ai cédé aussi pour ceux parmi vous qui l’ont connu ou qui ont été ses élèves. À l’issue de cet exposé, ils seront peut-être mieux à même de comprendre le pourquoi de son impact. Enfin, j’ai pensé à tous ses neveux, nièces, petits-neveux et petites-nièces. Ce que je vais dire s’inscrit dans une continuité. Je leur demande de la garder présente en mémoire.

2Comment faire revivre ce que fut notre enfance, notre adolescence ? La présence permanente d’un modèle de droiture, une éducation privilégiant des valeurs de référence, l’héritage de nos ancêtres et les germes de progrès qu’il contenait, une formation intellectuelle de caractère encyclopédique, une préparation à assumer un rôle au service des autres sont autant de traits qui ont imprimé sur nous leur marque.

3Je limiterai mon apport à la personnalité des artisans de notre éducation, à notre fratrie, et à certains aspects de la vie en famille.

4Notre père, cinquième de sept, était de souche lorraine, fils d’un saint-cyrien nommé sous-lieutenant le 15 juillet 1870, jour de la déclaration de guerre à la Prusse. Notre mère, dernière de quatre, appartenait à une longue lignée aveyronnaise. Son frère fut aussi élève de l’École spéciale militaire.

5Nos parents se sont mariés le 21 avril 1908, papa était alors à l’École des chartes. Le 21 janvier 1909 naissait François. Un an plus tard, un petit frère, Georges, le rejoignait, puis un deuxième, Jean, en 1911, suivi d’un troisième, Augustin, en 1913. Papa, reçu archiviste paléographe le 2 février 1912, était affecté comme stagiaire aux Archives départementales du Nord, puis était nommé en mars 1913 archiviste adjoint aux Archives de la Gironde. Survint la mobilisation générale d’août 1914. Notre père rejoint son unité d’affectation, un régiment territorial. Pendant près de trois ans, il participe aux activités très diverses de celui-ci.

Figure 1 : Le premier « quatrain » à Bordeaux en 1916 de gauche à droite, Georges, Maman, Augustin, Jean et François.

6François, à peine âgé de cinq ans, se retrouve seul avec sa mère et trois jeunes frères (fig. 1). Il n’est pas impossible que, de façon précoce, François ait compris son rôle d’aîné et de remplaçant du père jusqu’au retour de celui-ci. Longue période pour maman, entrecoupée de brèves permissions à la suite desquelles naîtront Michel le 20 janvier 1915 et Jacques le 7 mars 1917. Père de six enfants, papa est alors démobilisé et revient à Bordeaux. Un intérim partiel aux Archives départementales des Deux-Sèvres en 1918-1919 l’amène à être assez souvent absent. François poursuit son rôle d’aîné, cette fois de six (fig. 2). Le 6 janvier 1919 naît Marie-Thérèse. Quelques mois plus tard, papa est nommé archiviste du Var. Un an après le « petit dernier » fait son apparition. La fratrie est au complet.

7D’abord assez réservé, extériorisant rarement ses sentiments, papa, sous cette apparence froide, cachait sensibilité, délicatesse de cœur, générosité. Sa puissance de travail, sa faculté de s’intéresser à tout, son savoir prodigieux, étonnaient ceux qui l’approchaient.

8Nous, enfants, étions émerveillés de voir la facilité avec laquelle il passait du dépouillement d’archives encore inexplorées à la représentation en perspective isométrique des soubassements d’une église romane, puis à une analyse minutieuse d’un corps d’écriture que lui avait confié le tribunal et, dans la foulée, à un regard presque inquisiteur sur les versions latines ou grecques qui nous posaient parfois un problème.

Figure 2 : François à Arcachon en 1917.

9Rien ne lui échappait. Son souci était de nous amener à comprendre le pourquoi du travail scolaire, de nous seconder dans nos efforts pour surmonter les difficultés auxquelles nous nous heurtions. Son don pédagogique en avait raison.

10Une personnalité si riche, aux dons si multiples, ne pouvait que nous attirer et, en même temps, nous intimider. Notre père n’était-il pas le pater familias ? Son autorité ferme, mais bienveillante, souvent discrète, parfois affirmée lui a permis ainsi de nous transmettre, tout naturellement, les valeurs qui ont fait de sa vie un exemple de courage et d’élévation de la pensée.

11Je veux souligner tout particulièrement son sens du devoir. Il fut un homme de devoir avant tout. Son esprit de tolérance : il respectait les points de vue différents des siens sans autant les faire siens. Sa haute probité : tout au long de sa vie, il s’est refusé à toute compromission. Le respect de la vérité était pour lui une règle absolue. Sa conception du travail : la finalité de celui-ci est d’acquérir une compétence qui doit, ensuite, être mise au service des « autres ».

12C’est ainsi que vers la quarantaine, date correspondant à ses fonctions d’archiviste de l’Hérault et de la ville de Montpellier, il s’est consacré à ce qu’il a toujours voulu être l’essentiel de son œuvre et de sa tâche : permettre à un public toujours accru de chercheurs et d’historiens d’accéder avec facilité aux richesses de son dépôt.

13Cette conception du travail était tout à fait en accord avec deux autres traits marquants de la personnalité de notre père : sa modestie et son désintéressement. Deux exemples en témoignent. En 1943 alors qu’il est pressenti pour le poste flatteur de directeur des Archives de France, il décline l’offre. En 1952, il est nommé officier de la Légion d’honneur ; il souhaite recevoir cette distinction dans l’intimité.

14Mon esquisse très imparfaite ne peut omettre in fine ni sa fervente piété qui éclairait sa vie au quotidien, ni son attachement à la terre lorraine. L’armistice de 1940 fut pour lui un choc. Je me souviens de sa réaction. Quant à l’occupation de la zone dite libre en novembre 1942, il la ressentit très durement.

15Ayant évoqué la personnalité de notre père, je me dois de dire quelques mots de celle dont les deux buts dans la vie, à l’exclusion de tout autre, furent son mari et ses enfants. Attentive aux besoins de l’un et des autres, maman, sans se préoccuper de sa santé, s’est employée sans relâche à témoigner à tous son amour, plus encore peut-être à son petit dernier qui selon les aînés savait parfois exploiter la situation en disant : « Maman, j’ai les yeux de vous ! ». Son rôle complémentaire de celui de notre père ne fut pas toujours facile, quelquefois même lourd à assumer. Nous en étions conscients. Notre aide, si minime fût-elle, lui apportait un soulagement.

16Sa douceur, son souci permanent d’être à l’écoute de ce que dans l’enfance on appelle « problèmes » nous attiraient vers elle. Elle savait toujours répondre à notre attente, jouant au besoin le rôle d’intermédiaire avec notre père. À l’admiration que nous avions pour celui-ci est venue s’ajouter la vénération que nous portions tous à notre mère.

17D’elle, je garde le souvenir d’un visage un peu triste. Les décès de deux de ses enfants, l’un de 24 ans, l’autre de 31 ans, tous deux morts pour la France, des années d’inquiétude quant au sort des autres qui guerroyaient sur divers théâtres d’opérations en étaient, je pense, la cause.

18D’elle je garde aussi le souvenir d’une grande aménité, signe extérieur de sa bonté, de sa générosité, de son acceptation sereine, le souvenir d’un courage « face à l’événement » qui ne pouvait que forcer l’admiration. Enfin, de sa piété discrète, mais fervente qu’elle partageait avec son mari.

19L’évocation de la personnalité exceptionnelle de nos parents a pu paraître un peu longue, mais j’ai fait ce choix à dessein. L’apport de ces deux personnalités commun à toute la fratrie a en effet, du moins c’est mon avis, constitué l’un sinon le plus important des composants de notre éducation.

20Bien que très soudée, notre fratrie fut un enchaînement de deux quatrains (fig. 3) pour reprendre un terme cher à notre père. Le premier, dont François, par la force des choses a été le leader, a souffert dans son jeune âge de l’absence paternelle. Cette absence a été compensée à son retour par une sollicitude facilitée par son âge et une certaine liberté que lui laissaient ses activités professionnelles. Il avait du temps pour s’occuper de leurs loisirs.

21Papa avait créé pour les aînés un guignol et jouait des marionnettes pour leur plus grande joie. Il leur avait construit un voilier. Il fallait éviter que l’esquif n’aille buter sur les rochers du bassin. La sortie de la locomotive à vapeur fonctionnant à l’alcool était un grand événement. Papa lui accrochait une voiture de voyageurs qu’il avait confectionnée pour de magiques voyages...

22Durant plusieurs années, les vacances d’été eurent pour cadre la région montagneuse des Eaux-Bonnes. Papa était un excursionniste confirmé qui entraînait avec lui ses aînés. Pour eux, ce furent des temps forts.

23Papa guidait, François veillait sur ses cadets, leur donnant un coup de main dans les passages un peu difficiles. Les haltes étaient appréciées (fig. 4). Chacune d’elles apportait une découverte : le névé du col de Lurdé (1948 m), la cabane d’Anglas, la vue qu’elle offrait sur le pic de Ger (2613 m), le col d’Uzious (2336 m) et son lac, etc. Le retour s’effectuait souvent à marche forcée afin d’arriver à l’heure au dîner. Maman et les plus jeunes, après un après-midi sur les promenades de l’Horizontale ou de l’Impératrice, attendaient avec impatience l’arrivée des grands.

Figure 3 : Les deux « quatrains » réunis à Draguignan en 1924 : François, Georges, Jean, Augustin, Michel, Jacques, Marie-Thérèse et Philippe.

24Papa était attiré par la nature, par la diversité des sites, par les contrastes de la végétation. Cela comblait d’aise ses talents d’artiste comme en témoignent ses nombreux carnets de dessin, les toiles qu’il a peintes ou certaines de ses eaux-fortes. Le mont Pila, Mimizan et sa corde de baignade, les cyprès, mas et oliviers de Provence, les garrigues de Montpellier dominées par le pic Saint-Loup... jalonnent ses œuvres. À ses côtés, nos frères aînés, chacun avec son petit carnet, étaient à l’unisson de notre père.

25Le deuxième quatrain a eu une prime jeunesse un peu differente. En arrivant à Montpellier, en janvier 1925, papa a 40 ans. Tant aux archives du département qu’à celles de la ville, il trouve des fonds importants non encore inventoriés. Il n’hésite pas à se lancer dans le dépouillement des archives de la Cour des comptes, aides et finances du Languedoc qui avaient commencé de pourrir dans les caves de la préfecture, avant d’être transportées sans grande précaution aux Archives départementales.

Figure 4 : Ascension estivale à la Fontaine de Gesq près des Eauxbonnes : Jacques, Michel, Augustin, Jean, Georges et François.

26Son champ d’action s’élargit très vite, partagé entre enseignement, recherche, travaux d’érudition (il était depuis 1927 membre de l’Académie des Sciences et des Lettres de Montpellier). À cette diversité d’activités s’ajoute très vite la rédaction d’ouvrages concernant les églises romanes du diocèse de Montpellier. Papa, captif de ses obligations professionnelles, a objectivement moins de temps pour s’occuper de nos loisirs notamment. Par contre il nous associe à ses nouvelles activités. Nous l’accompagnons dans ses visites aux vieilles églises et tenons le ruban de magnésium qu’il nous faut enflammer au top, le temps de fixer sur des plaques statues polychromes, chapiteaux, tableaux ou objets d’art. Nous lui faisons aussi les agrandissements d’écriture pour le tribunal.

27Pourtant il y a eu une continuité dans l’éducation des deux quatrains dont le souvenir vivant était matérialisé par deux encadrements où étaient placées, dans l’ordre chronologique de leur naissance, les photos de chacun des enfants. Pour le premier quatrain papa avait peint à la gouache dans un coin une barrette et dans l’angle à l’opposé un casoar. Pour le deuxième quatrain, la barrette avait été remplacée par une cornette, le casoar demeurant à sa place. La juxtaposition de ces deux tableaux dans la pièce privilégiée qu’était le bureau de notre père témoigne du souci de nos parents d’unir leurs huit descendants dans une fratrie indissociable.

28Leur souhait devint réalité, grâce à François, je pense. Aîné nanti d’une personnalité affirmée reconnue par tous ses frères et sœur, François, dès lors qu’il est apparu en soutane, a inspiré aux plus jeunes une déférence admirative. C’était en 1929. J’avais seulement huit ans, très intimidé par la vision de cette soutane (fig. 5). Pour moi le religieux prenait le pas sur le frère. Cette émotion a dû être aussi ressentie par mes aînés. Elle fut plus grande encore, le 13 mai 1942, lorsque, aux côtés de nos parents, Augustin, Michel et moi avons assisté en la basilique Notre-Dame de Fourvière à son ordination par le cardinal Gerlier. Le lendemain, François célébrait sa première messe. Il m’avait demandé d’être son servant. Il nous a donné à chacun l’Eucharistie, geste symbolisé dans son image souvenir représentant la communion du chevalier, une sculpture de la cathédrale de Reims (fig. 6). Tout au long de sa vie religieuse, François s’est occupé et préoccupé de ses cadets, faisant siennes leurs joies ou leurs peines, participant aux réunions familiales où il n’était pas le dernier à prendre la parole, célébrant des mariages, le mien entre autres, ou bénissant des baptêmes de nombreux neveux ou nièces. Malgré ses multiples et diverses occupations, François aimait s’informer des activités de ses frères. C’est ainsi, par exemple, qu’à mon retour d’Indochine en 1952, il m’a demandé de venir rue Monsieur, aux Études, exposer ce que je venais de vivre là-bas, la nature des combats, l’ennemi, etc.

29L’essence de cette fratrie puise ses racines dans la vie que nous avons vécue en commun. Une vie très diversifiée, jalonnée par les journées scolaires, les repas, la participation aux tâches domestiques, les moments de loisirs (les dimanches entre autres) et, plus encore peut-être, par les périodes de vacances. Autant d’occasions pour papa de saisir les instants propices à notre formation sans pour autant nous imposer des leçons pédagogiques programmées.

Figure 5 : La fratrie au complet aux Archives départementales de l’Hérault en 1929 : Jean, Augustin, Jacques, Philippe assis, Georges, Marie-Thérèse, François, Michel.

Figure 6 : L’image d’ordination de François.

30Notre scolarité était suivie de près, plus particulièrement dans les disciplines littéraires, l’histoire et la géographie. Nos dissertations retenaient son attention. Plan, thèmes développés, orthographe faisaient l’objet de commentaires. À proximité, le Petit Larousse était parfois utilisé pour redresser une orthographe défaillante.

31Papa n’oubliait jamais de s’enquérir des notes obtenues ou des appréciations mentionnées. Les bulletins trimestriels étaient épluchés. Sans sévérité mais avec la franchise que nous lui connaissions, il nous faisait part de ses remarques quant aux résultats jugés éventuellement moyens ou insuffisants et nous encourageait à faire mieux à l’avenir.

32L’intérêt que notre père portait aux divers aspects de l’instruction dispensée au lycée était connu. Aussi, durant de nombreuses années, il fut choisi pour représenter les parents d’élèves auprès des instances responsables, poste qui lui permit en 1939 de rédiger un rapport sur la réforme des programmes.

33Après le départ de François entré chez les jésuites en mars 1928 et celui de Georges reçu à Saint-Cyr la même année, nos trajets pour aller au lycée et en revenir continuèrent de s’effectuer toujours en groupe. À midi et le soir, ceux qui étaient encore présents se retrouvaient pour le repas familial. Parfois, notre père évoquait une page du passé languedocien entrevu en dépouillant les liasses sur lesquelles il travaillait. Souvent il posait des questions sur les cours que les uns et les autres avaient eus.

34À table, les deux aînés n’étant plus là, la hiérarchie était toujours de rigueur. Les plus grands parlaient, les plus jeunes écoutaient. S’ils éprouvaient le besoin de dire ou de demander quelque chose, préalablement, ils devaient lever le doigt.

35Les repas, c’était l’œuvre de maman. Elle avait l’art de varier les menus. Elle connaissait nos préférences. Un juste équilibre était toujours respecté. Pour maman, s’occuper de dix personnes, puis de huit, même de six, n’était pas une petite affaire. Notre participation aux travaux ménagers lui fut très vite acquise. Chaque semaine, à l’exception des aînés trop occupés par leurs études, nous recevions nos instructions de maman. Elles concernaient des tâches auxquelles nous devions participer à tour de rôle : préparer le petit déjeuner, mettre et enlever le couvert, faire la vaisselle, ranger la cuisine, aller chercher du bois ou du charbon à la cave... Le jeudi matin les deux derniers (Marie-Thérèse et moi) dès l’âge de 8 ou 9 ans accompagnaient maman au marché pour lui porter ses sacs. Nous l’aidions ensuite à préparer certains mets. En ces moments, elle était très proche de nous et ne manquait jamais de nous expliquer le pourquoi de ceci et le comment de cela, comment il fallait éplucher certains légumes, les proportions à respecter pour faire un quatre quarts, les temps de cuisson variables selon les denrées, etc. Ses explications et ses conseils ont contribué à parfaire notre éducation. Son rôle éducatif ne se limitait pas aux seules tâches matérielles. Le jeudi après-midi était le plus souvent son domaine. Selon le temps, elle promenait les derniers au Peyrou, au jardin des plantes, en ville. Si l’on restait à la maison, elle nous racontait des anecdotes de son adolescence, tels l’incendie du Bazar de la charité auquel elle avait assisté ou ses séjours dans la propriété familiale de l’Aubrac, la peur qu’elle avait eue en voyant la foudre comme une boule de feu glisser le long de la rampe de l’escalier, et nous frémissions de crainte !

36Je garde aussi le souvenir de notre initiation au jardinage. À Montpellier, devant la maison que nous occupions aux archives, il y avait une grande terrasse avec, en son centre, un terre-plein. Vers les années 1932-1933, alors que le premier quatrain avait quitté la maison et que Michel était en math. élem., papa et maman décidèrent de créer un potager. Il fallut désherber, apporter de la terre, délimiter des plate-bandes, etc. Jacques, Marie-Thérèse et moi étions ravis d’être associés à cette réalisation. Maman et papa, quand il en avait le temps, nous montraient les diverses techniques à employer selon la nature des légumes souhaités, semis, plants, etc. Nous suivions avec le plus vif intérêt germination, floraison, maturité. Maman nous aidait. Papa prodiguait ses conseils tout en apportant son concours. Nous avions surnommé cet ensemble « le jardin de la communauté ».À proximité de celui-ci, papa, pour développer notre esprit d’initiative et notre sens créatif, avait attribué à nous trois une bande de terre propre à chacun et où chacun jardinait selon son idée. C’est ainsi que mon frère Jacques avait imaginé de faire pousser un abricotier en espalier avec comme support des baleines de parapluie !

37La veillée constituait le moment privilégié de certaines soirées. Réunis autour de notre père, dans son bureau, nous écoutions des anecdotes variées et nombreuses dont il avait le secret. Certaines lui étaient personnelles, d’autres glanées au fil de ses déplacements ou de son vécu. Rarement il nous parlait de la guerre de 14-18. Grande était notre joie lorsqu’il nous montrait des vues stéréoscopiques.

38De ces veillées, il en est une qui nous a davantage marqués : celle de la nuit de Noël. Le cadre : la chambre de nos parents, chauffée par un poêle à bois ; une grande table derrière laquelle maman s’activait pour le réveillon familial prévu à l’issue de la messe. Pendant ce temps, papa avec la minutie qui lui était propre, préparait le punch traditionnel, tout en évoquant la crèche vivante où tant de siècles avant était né Jésus. Puis, revenant au présent, il se retournait vers une mini-crèche de santons provençaux anciens, ramenés de Draguignan. Il situait le rôle de chacun de ces personnages qu’il avait plus au moins côtoyés durant cinq ans. Ces figurines me fascinaient, mais il n’était pas question d’y toucher.

39Début juillet, lorsque la canicule, accompagnée du chant des cigales et du hup hup d’un couple de huppes, nous incitait à l’évasion, on parlait des vacances. Une ou deux fois par semaine, on prenait « le petit train » dont Dubout a illustré avec brio les fantaisies de ses voyageurs. Il mettait 30 à 35 minutes pour rejoindre Palavas distant de 10 kilomètres. On s’installait sur la plage, un peu à l’écart pour éviter la foule. Je revois papa avec son canotier, assis sur son pliant, croquant sur son carnet de dessins des baigneuses en maillots déjà très variés, tandis que maman s’inquiétait des réactions possibles de l’une ou l’autre d’entre elles, ce qui ne s’est jamais produit. Début août, on savait où et quand on allait séjourner durant une quinzaine. Avec Marie-Thérèse, on scrutait des cartes, le trajet en train, les bourgs ou villes traversés et leurs curiosités. La fratrie présente était toute concernée par la préparation. Les aînés, à la hâte, confectionnaient des carnets sur lesquels, comme notre père, ils silhouetteraient pour la postérité un paysage, le clocher d’une église, des arbres, des attitudes d’animaux, etc. Le choix ne manquait pas.

40Je n’évoquerai ici que les vacances passées aux Eaux-Bonnes durant trois ou quatre ans de 1923 ou 1924 à 1926. François était encore avec nous. Lui et ses frères proches étaient déjà des grands. Ils pouvaient donc accompagner papa et participer à de longues et intéressantes randonnées. Papa, qui avait eu l’occasion de connaître la contrée, était un guide sûr, bien que la région fût accidentée et ne disposant que d’une boussole et de la carte au 1/80 000 en hachures, dite carte d’état-major. Nul doute qu’à l’occasion de ces excursions, papa a appris à François, l’aîné, à procéder à un tour d’horizon, à situer sur la carte le point de station, à choisir à travers pics, cols, cirques, forêts parfois très denses telle celle d’Herrana, le meilleur itinéraire répondant au but de l’excursion et, le cas échéant, en fonction des caprices de la météo, à savoir le retrouver. Est-ce à cette époque que géographie et cartographie ont exercé un attrait particulier sur François ? Je ne puis répondre.

41Un témoignage n’appelle pas de conclusion. En préparant cette intervention, deux remarques me sont venues à l’esprit. Je me permets de vous en faire part.

42En analysant le cursus des membres de la fratrie, dont les orientations ont évolué au fils des ans, j’ai retrouvé, à des nuances près chez les uns et les autres, un certain nombre de traits de personnalité identiques à ceux que j’ai mentionnés pour nos parents.

43En revivant les maladies et décès de Jean en 1936, de Georges en 1942, de papa et maman en 1960, de François en 1971, d’Augustin en 1976, de Jacques en 2000, de Marie-Thérèse et de Michel en 2001, j’ai constaté que leur comportement face à la maladie et leur attitude à l’approche de la mort ont été assez semblables.

Índice de ilustraciones

Leyenda Figure 1 : Le premier « quatrain » à Bordeaux en 1916 de gauche à droite, Georges, Maman, Augustin, Jean et François.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1212/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 364k
Leyenda Figure 2 : François à Arcachon en 1917.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1212/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 380k
Leyenda Figure 3 : Les deux « quatrains » réunis à Draguignan en 1924 : François, Georges, Jean, Augustin, Michel, Jacques, Marie-Thérèse et Philippe.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1212/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 280k
Leyenda Figure 4 : Ascension estivale à la Fontaine de Gesq près des Eauxbonnes : Jacques, Michel, Augustin, Jean, Georges et François.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1212/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 212k
Leyenda Figure 5 : La fratrie au complet aux Archives départementales de l’Hérault en 1929 : Jean, Augustin, Jacques, Philippe assis, Georges, Marie-Thérèse, François, Michel.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1212/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 336k
Leyenda Figure 6 : L’image d’ordination de François.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/1212/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 229k

Autor

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search