Version classiqueVersion mobile

François de Dainville

 | 
Catherine Bousquet-Bressolier

L’homme vu par des témoins

Message de Marc Fumaroli de l’Académie française

Marc Fumaroli

Texte intégral

1Mesdames, Messieurs, mes chers amis,
Faute de pouvoir me trouver parmi vous, je suis reconnaissant au professeur Bruno Neveu de bien vouloir vous transmettre, avec mes regrets, la joie que j’éprouve à l’idée qu’un tel colloque puisse enfin se tenir. Nul autre que Bruno Neveu ne pouvait me prêter aujourd’hui sa voix. C’est lui, en effet qui m’a suggéré, au moment où j’étais plongé dans des recherches sur l’éducation reçue au Collège des jésuites de Rouen par Pierre Corneille, de rencontrer l’auteur du meilleur livre sur l’enseignement dans l’ancienne Assistance de France, le père François de Dainville. Recommandé par cet excellent ami, j’ai été reçu plusieurs fois longuement, rue Monsieur, par le père, dont l’urbanité et la générosité me conquirent si bien que, depuis, tout le monde, par flatterie ou par perfidie, me félicite d’avoir fait des études dans un collège de la Compagnie !

2De fait, quand le père de Dainville, avant la seconde guerre mondiale, conçut et écrivit ce livre qui remontait aux sources de l’idéal pédagogique des jésuites et décrivait sa première maturation, je suis convaincu que son intention était non seulement de maintenir, mais de revivifier le caractère classique et humaniste de cette tradition. Quand je l’ai connu, il regrettait manifestement que l’époque en ait décidé autrement, et qu’il ait dû lui-même, renonçant à poursuivre à plein temps ses premières recherches, se spécialiser dans des domaines plus spécifiques et donc plus scientifiques, l’histoire de l’enseignement de la géographie, la cartographie et la statistique de l’enseignement dans l’ancienne France. Il n’avait eu aucune peine à s’y révéler un maître et un pionnier, mais il restait fidèle par-devers lui à son programme initial.

3Il fut donc heureux, je le crois, je l’espère, de trouver un jeune naïf qui se souciait fort peu des modes, universitaires ou autres, et qui se montrait avant tout soucieux de comprendre le passé dans ses propres termes. Il se fit en quelque sorte mon régent de rhétorique, il me prêta des pages manuscrites d’un ouvrage qui devait être la suite de son livre de 1939, que je lui rendis, il me montra et commenta pour moi des cours manuscrits de régents de rhétorique du XVIIe et du XVIIIe siècle qu’il avait réunis dans sa cellule. Les plus récents montraient que des exemples tirés des tragédies de Corneille illustraient pour les élèves de la génération de Voltaire la définition latine de figures de la pensée et de style.

4Sur ses conseils, je fis le voyage de Rome, pour rencontrer, dans la Bibliothèque et les Archives historiques de la Compagnie, à deux pas de la colonnade du Bernin, leur savant conservateur, le père Lamalle. Que d’heures et d’après-midi j’ai passées dans la petite salle de l’Archivum, où le père Lamalle, qui connaissait par cœur ses fonds, m’apportait des trésors dont il pensait, à juste titre, qu’ils pouvaient m’éclairer. C’étaient tantôt les Litterae annuae du début du XVIIe siècle, tantôt le double envoyé à Rome des registres du Collège de Rouen, tantôt les fiches bio-bibliographiques établies par lui sur les régents de ce collège, ou sur ceux du Collège romain qui étaient alors les lumières de la Compagnie pour toute l’Europe. C’est là que j’ai découvert, aidé par les ressources de livres anciens de la Bibliothèque, comment s’était articulée, à la fin du XVIe siècle, au Collegio Romano, la rhétorique des jésuites à la poétique de leurs tragédies scolaires, souche-mère de l’art de Calderon et de Rospigliosi, comme de celui de Corneille.

5C’est dire la dette que j’ai contractée envers le père de Dainville, et que j’ai trop faiblement acquittée en lui dédiant L’Âge de l’éloquence. Je ne peux que me réjouir de voir une nouvelle génération de chercheurs se joindre aux amis, disciples et collaborateurs directs du père non seulement pour lui rendre hommage et justice, mais pour démontrer que les grains qu’il a semés sont vivants et féconds. Je souhaite à cette première rencontre et à ses courageux organisateurs un succès bien mérité.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search